RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Nos peurs et nos espoirs [Seren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solstice


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 61

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Jeu 15 Nov - 7:54

    ••• Rodorio

    Seren ! Attends !

    Alors qu'il était sur le point de se laisser entraîner, Jian s'immobilisa. Il venait de s'en souvenir, il avait quelque chose à lui demander. Quelque chose qu'il n'aurait jamais osé dire s'il n'y avait pas eu la fébrilité pour l'y aider. Il lui fallait en profiter avant qu'elle ne se soit dissipée, même si ce ne serait pas chose aisée. Lui qui d'ordinaire n'émettait pas un mot de protestation venait de se figer au milieu du chemin sans se soucier qu'on puisse avoir besoin d'eux. S'ouvrir à elle de ce qu'il ressentait n'était déjà pas facile, mais tiendrait de l'impossible s'il avait la mauvaise idée d'attendre d'être à nouveau entourés de Marinas. Profiter qu'ils soient seuls était l'unique moyen à sa disposition de passer outre sa timidité pour assumer enfin ses envies et ses désirs trop souvent muselés. Le fond de sa pensée était on ne peut plus simple, mais devenait d'une complexité hors-norme dès lors qu'il lui fallait y mettre des mots. Son teint s'empourpra à la seconde où les mots franchirent ses lèvres, mais sa mine n'en resta pas moins solennelle.

    La prochaine fois... Laisse-moi encore te protéger !

    La prochaine fois et les suivantes. Maintenant et pour toujours. Aujourd'hui et à jamais. Bien sûr, il n'aurait pas le cran de lui dire tout cela, mais c'était déjà un fameux progrès que d'être parvenu à formuler cette demande. Sa puissance d'attaque était certes tout ce qu'il y a de plus respectable pour son âge mais s'essoufflait rapidement, et lui de même. Il n'était alors plus en mesure de mener l'offensive et n'avait donc pour toute utilité que d'assurer sa protection. Et ce rôle lui convenait parfaitement. Le hasard avait voulu que son Écaille contienne un bouclier, et rien n'aurait pu le rendre plus heureux. Grâce à elle, il avait obtenu le moyen de protéger celle qui, à ses yeux, comptait plus que tout. Qu'elle l'y autorise ou non, il n'en ferait de toute façon qu'à sa tête. Mais à choisir, il préférait n'intervenir qu'avec sa bénédiction. Qu'il n'ait pas à se sentir coupable quand il s'interposerait pour lui venir en aide.

    Qu'elle soit réticente à cette idée pouvait se comprendre. Elle le connaissait depuis toujours comme étant de santé fragile, et ne pouvait se douter qu'avec sa Scale allait de pair une nette amélioration de sa condition. Mais en ce qui le concerne, il l'avait clairement ressenti : ce n'était pas par hasard qu'on l'avait doté d'une armure aussi robuste. Sa détermination à la protéger au péril de sa vie s'il le fallait avait infléchi le cours de la destinée pour lui donner ce dont il avait besoin. Une défense que nul ne peut transpercer. Un rempart infranchissable. Et elle serait la seule à en bénéficier, en tout cas dans un premier temps. Poséidon mettrait sans doute un certain temps à les remarquer, eux qui n'étaient que de nouvelles recrues sans autre particularité que leurs origines.

    Tant qu'on ne prétendrait pas user de leurs capacités au profit de plus grandes ambitions, il serait un bouclier pour elle et pour elle seule. Nul ne savait combien de temps cela allait durer, mais il avait bon espoir de n'avoir pas à attirer l'attention avant que plusieurs mois ne se soient écoulés. Pour ce faire, il lui faudrait jouer sur son état de santé. Bien qu'il ait horreur de mentir sans que ce soit pour rassurer ses proches, il jouerait la comédie jusqu'au bout si cela pouvait lui permettre de rester un peu plus auprès d'elle. Car il n'y avait nul autre endroit qu'il se sente aussi bien qu'à ses côtés, et plus encore s'il pouvait se rendre utile. Et pour cela, quel meilleur moyen que de veiller sur elle et d'être prêt à se dresser entre l'ennemi et elle à tout instant ? Définitivement, il n'avait aucune envie d'être séparé d'elle, et entendre sa réponse lui indiquerait comment s'y prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Lily


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Jeu 15 Nov - 20:25

    ~ Post de Récupération [Rodorio] Arrow

    La demoiselle s’arrêta à la demande de son ami, se retournant vers lui surprise par son éclat de voix vibrant dans les alentours du village qu’ils entreprenaient de quitter. Ils devaient rejoindre Poséidon. Elle savait que c’était là bas qu’était leur place, au coté de l’empereur des océans, demeurant ses gardiens de par les armures qui les recouvrait, mais préférait faire passer l’élu de Léviathan avant celui-ci en cet instant. Cette pensée vint déposer sur son âme le voile d’une culpabilité évanescente qu’elle tût en silence en contemplant le visage solennelle de Jian. Elle n’ignorait pas qu’en tant que détentrice d’une écaille, son devoir était de demeurer auprès du dieu à qui elle devait cette puissance, pourtant, ignorer son ami d’enfance lui était tout bonnement impossible. Et puis, ce n’était pas très grave, n’est ce pas, de prendre un petit peu plus de temps pour reprendre leur place à ses côtés… ?

    Les paroles déclamées avec assurance malgré la gêne qui l’habita à ses mots troublèrent le cœur de la petite étoile des flots. Son regard agrandit par la surprise que cette demande provoquait en elle, l’adolescente ne sut quoi dire et se laissa entrainer par ses émotions qui amenèrent sur son visage une gêne diffuse et plus encore.

    La protéger...

    Il n’avait eut de cesse de se porter à son secours durant ce premier affrontement, mettant à l’épreuve son corps pour faire de celui-ci un bouclier tel celui qui ornait à son bras. Cela lui ressemblait tant que l’adolescent soit ainsi si prompt à ce genre de sacrifice, allant jusqu’à ce blesser lui-même pour qu’elle soit elle-même à l’abri. Cela lui faisait peur. Une telle crainte avait tordu ses entrailles dès lors qu’il s’était placé entre l’assaut de leur adversaire et elle qui en était la cible ! Elle connaissait la fragilité de son corps, l’avait veillée des nuits entières, avec son angoisse pour seule compagnie lorsqu’ils avaient fuit leur village en proie aux flammes ardentes.
    Comment pourrait-elle accepter qu’il prenne autant de risque pour elle alors qu’il comptait tant à ses yeux ? C’était pourtant là, une demande sincère emplit d’un désir faisant briller le jade de son regard, mais la demoiselle ne pouvait accepter tant son cœur le réfutait catégoriquement. Elle ne le pouvait pas. Ne le voulait pas. Cette crainte vivace de perdre le dernier être cher qui lui restait était trop puissante, impérieuse, elle excluait toute logique. Même sa nature conciliante ne parvenait pas à accepter la demande de son meilleur ami, pourtant pouvant être toute légitime puisque partagée à plus d'un égard.

    Les doigts de la petite étoile se crispèrent un instant avant que sa poigne ne s’étiole, ramenant à elle cette main qui c’était faites guide quelques instant plus tôt. Fermant les yeux, celle-ci secoua la tête de gauche à droite avec une lenteur hypnotique.

    Non. Je ne veux pas. Je ne veux pas que tu me protèges. Je ne veux pas que tu prennes de tel risque pour moi. Je ne veux pas que tu sois blessé à cause de moi !

    Sa voix d’abord faible pris plus de force à ses derniers mots, l’angoisse qu’elle éprouvait à cette possibilité étreignant son corps de ses doigts glaciales. Elle ne voulait pas que cela arrive ! Jamais ! De manière égoïste, la demoiselle refusait d’être la cause des souffrances de Jian, celle-ci devenant par la même, coupable de ses maux.

    Je préfère souffrir moi plutôt que d’être la cause de tes blessures…

    Le murmure douloureux de l’élu de Notos s’envola dans les cieux sinistres chargés de l’ire divine. Et elle semblait si fragile à cet instant, le regard perdu sur les pavés inégaux de la rue dans laquelle ils s’étaient arrêtés, observant sans les voir les rigoles ondoyantes provoquées par la pluie de cette tempête levée. Elle ne voulait pas. Ses mains se rejoignant au niveau de sa poitrine se crispèrent alors que ses pensées dérivaient vers ses propres désirs qui faisaient pourtant écho à celui de son précieux ami. Sa voix s’affirma davantage, revêtant pourtant les teintes d’une réserve inhabituelle auprès de l’élu de Léviathan.

    C’est pour ça que je veux être forte. Je ne veux pas être un poids inutile…Moi aussi je veux pouvoir te défendre.

    Elle ne voulait pas le perdre.

    Et le vide se faisait plus poignant, avivant la crainte de voir cet univers ce briser et la perdre dans ses méandres. Elle avait si peur. Alors qu'elle essayait si fort de repousser le vide...
Revenir en haut Aller en bas
Solstice


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 61

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Dim 18 Nov - 13:37

    Il ne s'était déjà pas privé de le faire lors de ce premier affrontement. Elle devait savoir qu'il le referait sans hésiter. Pourtant, Seren continuait de refuser obstinément qu'il puisse lui porter secours. Il aurait pu s'en offusquer mais il n'en fit rien. Pouvait-elle seulement se douter de ce qu'il avait ressenti ? De ce que cela faisait de se sentir inutile ? Il lui était arrivé plus d'une fois de se dire qu'il préférerait encore mourir que d'être un poids pour elle. Depuis la disparition de leurs parents, elle semblait accorder encore plus d'importance au fait de veiller sur lui, sachant qu'il n'avait plus personne pour le faire à sa place. La savoir aux petits soins quand sa santé se mettait à décliner le touchait énormément, mais il ne pouvait tolérer que cette dévotion ait une influence sur le reste de leur relation. Pour cela, il s'en voulait d'être aussi fragile. S'il ne l'avait pas tant inquiétée par le passé, elle accepterait sans doute mieux l'idée de se reposer sur lui.

    Il ne pouvait changer le passé, mais avait encore la possibilité de lui démontrer que ses craintes étaient infondées. S'exprimer en ces termes allait demander à l'adolescent de faire preuve d'un cran auquel il n'était pas habitué, mais il le fallait pour le bien de leur entente. Leurs premières armes avaient été faites d'instinct, sans qu'ils n'aient besoin de se concerter à aucun moment. Cette parfaite symbiose s'expliquait par le fait qu'ils se connaissaient mieux que quiconque, au point de pouvoir prévoir chacun de leurs mouvements. Qu'ils ne se soient pas gênés une seule seconde était admirable, mais ils n'auraient peut-être pas autant de chance la prochaine fois. Il n'en était que plus important de trouver un terrain d'entente avant qu'ils ne doivent à nouveau déterrer la hache de guerre.

    J'ai toujours eu la santé fragile. Je voulais devenir fort comme mon père mais je pensais que je ne pourrais jamais y arriver parce que je me fatiguais beaucoup trop vite. Mais maintenant que j'ai Léviathan avec moi, je sais que j'ai aussi au fond de moi la force de protéger ce qui compte pour moi. Celui de nous deux qui a été un poids jusqu'à maintenant, c'est moi et moi seul.

    Sa constitution ne s'était pas améliorée. Il était même très probable qu'elle se dégrade avec le temps. Mais pour la première fois de sa vie, il n'était plus faible. Il avait enfin acquis une force, celle de faire les choses par lui-même. Et il avait décidé de la consacrer entièrement à protéger sa chère amie. On lui avait donné les moyens d'agir et il n'avait pas un seul instant pensé à les mettre en application d'une autre manière. Elle était tout ce qui comptait à ses yeux, quand le comprendrait-elle ? Le lui rappeler ne pouvait que lui donner plus de chances de la convaincre que c'était un mal nécessaire. Peut-être ne s'en était-elle pas aperçue, mais il avait bien mieux encaissé qu'elle les dégâts issus du combat. S'il n'avait pas été là pour l'en protéger, elle serait probablement dans un état bien moins enviable à l'heure qu'il est. 

    Ce serait mentir que de dire que Jian n'en tirait pas une certaine fierté puisqu'il avait ainsi pu détourner une majeure partie des dégâts qui auraient dû lui être infligé. Son Écaille était résistante, et plus encore l'était son bouclier. La pression des abysses les avaient renforcés à outrance, de telle sorte que sa solidité n'avait sans doute plus rien à envier désormais à celles des Généraux. Il fallait se rendre à l'évidence : toutes les conditions étaient réunies pour faire de lui son protecteur. Car même s'il pouvait utiliser cette robustesse dans son seul intérêt, Jian était trop altruiste pour raisonner en ce sens. Aussi la mettrait-il à son service, qu'elle le veuille ou non – même s'il allait une fois de plus tenter d'obtenir son approbation qui lui tenait tant à coeur.

    Tu as toujours veillé sur moi jusque là. Il est temps d'inverser les rôles, tu ne crois pas ? Je te promets que j'arrêterai si ça devient trop difficile, mais... Tu dois encore retrouver ton père. Moi, je n'ai plus personne. Plus personne à part toi. Alors je veux être sûr que tout ira bien pour toi, même si ça doit vouloir dire mettre ma vie en péril.

    La mettre à l'abri de tous les dangers était son voeu le plus cher. À bien y réfléchir, entrer dans les rangs des Marinas les avait sauvé autant que cela les avait condamnés. Car à présent, ils étaient voués à se battre au nom du Dieu des Mers – ce qui incluait qu'elle soit bien souvent la cible de nombreuses menaces. La seule pensée qu'il ne serait pas toujours là pour elle dans les moments critiques lui était pénible et ne faisait que renforcer son désir de la garder sous sa protection tant qu'il était en mesure de le faire. Pour l'heure, il avait la liberté d'agir comme il l'entendait puisqu'aucun Général n'était venu exercer sur lui son autorité. Et l'adolescent avait la ferme intention de profiter de chaque seconde à ses côtés, fût-ce en faisant rempart de son corps pour qu'elle n'en tire aucun préjudice. Il esquissa un léger sourire et affecta de s'éponger le front tandis qu'il réprimait une quinte de toux qui n'aurait pas plaidé en sa faveur.

    Fais-moi confiance... Tout ira bien.
Revenir en haut Aller en bas
Lily


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Lun 19 Nov - 21:13

    Son univers se distordait. Au loin, par delà les cieux vibrant de la tempête levée par l’Empereur des océans, la petite étoile parvenait avec peine à rassembler les mots, à comprendre leur sens, seul demeurant à cet instant une sourde angoisse ravivé par la demande de son cher ami. Elle ne voulait pas le perdre. Pour rien au monde. En cette sombre heure, il demeurait celui qui l’ancrait à ce monde, l’obligeant à aller de l’avant de par sa seule présence à ses cotés. Elle avait ce courage parce qu’il était là. Si il disparaissait, qu’adviendrait-il de cette force qu’elle s’exhortait à avoir ? Elle le connaissait depuis toujours lui qui était une composante primordial de son univers comme les astres chantant dans la nuit noire, aujourd’hui plus que jamais. Elle avait besoin de sa présence, ce premier affrontement le lui prouvait bien, car même si elle était celle à avoir ardemment désiré protéger les innocents, il l’avait soutenu dans cet assaut, sa présence lui donnant suffisamment de bravoure pour que les paroles de leurs adversaires ne l’atteignent pas.

    Elle avait peur. Peur que cet équilibre durement acquis ne s’étiole pour disparaitre finalement dans les ombres qui menaçait de la submerger. Comment se pardonnerait-elle d’être la cause de ses maux si celui-ci la défendait de dangereux assauts ? Elle n’ignorait pas que les batailles à venir risquaient d’être plus ardu, que la douleur qu’elle avait ressentit en ce jour n’était rien face à ce qu’on pourrait leurs infliger, alors comment accepter aisément que l’être comptant le plus pour elle soit seul à endosser cette douleur ?

    La jeune fille sentait poindre les larmes devant ses mots emplit de vérité qui la blessait malgré elle. Elle savait tout cela. Elle connaissait ses faiblesses, craignaient que celle-ci ne l’arrache à elle de la plus cruelle des manières, la laissant seule et désœuvrée dans ce monde hostile. Ce ne fut qu’un murmure qui parvint à franchir la barrière de ses lèvres, elle-même n’ayant même pas le courage de l’observer dans les yeux lors de cette confession.

    C’est faux…Tu n’es pas un poids…

    Jamais. Pour la petite étoile, la présence du jeune dragon était bien plus nécessaire que ce qu’il semblait croire. Prendre soin de lui, veiller sur sa santé, elle l’avait toujours fait, et même si aujourd’hui cela se voyait plus puisqu’elle était seule à pouvoir le faire, cela ne changeait nullement d’avant. Un avant rassurant qui pourtant se teintait de crainte. Elle voulait tant faire plus pour lui ! Et elle craignait tant que ses soins et attention ne soient pas suffisants à l’aider…C’était tellement injuste ! Pourquoi devait il subir ainsi ses affres seul sans qu’elle ne puisse rien faire de plus que lui tenir la main lorsque venait ses maux ? Elle demeurait impuissante malgré toutes ses attentions à son égard, mais jamais elle n’avait considérée cette tâche comme une contrainte. Devait-elle lui dire à quel point elle se sentait impuissante à l’aider à chaque fois ? Devait-elle lui avouer son inquiétude et son importance ?

    La gorge nouée, la demoiselle se jeta dans les bras de son ami, étreignant sa silhouette en s’abandonnant à ses larmes.

    Je ne veux pas te perdre Jian…Tu as déjà sacrifié ta liberté pour moi en acceptant de devenir Marina tout ça pour que je puisse trouver mon père…

    La petite étoile eut un instant de trouble en songeant à cet homme dont elle ignorait tout. Cet homme qu’elle cherchait sans réellement savoir où exactement, sans même savoir si il était en vie. Et lui l’avait suivit sans même hésiter dans cette difficile mission simplement parce qu’elle était désireuse de retrouver ce père, cette dernière famille…. Mais quand bien même elle parvenait à le trouver, cela ne changerait rien de la place qu’occupait son ami dans sa vie, de l’importance qu’il avait à son cœur. Son étreinte se raffermit alors que dans sa voix résonnait les traces de cette craintes que révélait les perles salées.

    Jamais personne ne pourras te remplacer Jian, tu seras toujours le seul, l’unique…Tu m’es bien plus important…Ne crois pas que tu ne comptes pas plus que lui à mes yeux...

    Bien plus important qu’un homme qu’elle ne connaissait pas et qui avait disparut de sa vie avant même sa naissance. Elle n’avait aucun souvenir de ce géniteur mise à part les paroles de sa mère, et si elle désirait ardemment retrouver sa trace, elle n’en sacrifierait pas son précieux ami pour autant. Il était celui qui lui avait donné la force d’avancer, de faire ce choix en le forçant à la suivre. A cause d’elle. Pourtant il avait raison. Elle le comprenait, même si cela lui faisait mal de l'admettre, fermant les yeux pour trouver la force d'accepter cette demande qui la ferait souffrir dans tous les cas. Elle devait lui faire confiance...

    Promet moi. Promet moi de ne pas en faire trop, de ne pas mettre ta vie en péril inutilement juste pour moi…S’il te plait…Je veux que tu sois prudent…Et alors je pourrai accepter que tu veilles sur moi comme je veille sur toi…

    Ainsi chacun veillerait sur l'autre comme ce qu'ils faisaient déjà mais avec quelque chose en plus. Un accord pour avancer main dans la main avec la même résolution dans leur cœur. Celle de protéger l'autre des tous les affres.
Revenir en haut Aller en bas
Solstice


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 61

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Mar 20 Nov - 1:55

    Quand il vit son regard perdre de son éclat, il se sentit coupable. C'était un mal nécessaire et il le savait, mais n'acceptait pas pour autant de la faire pleurer. La voir les larmes aux yeux était déjà un triste spectacle qui lui transperçait le coeur, mais en être la cause était cent fois pire. Il dut cependant rester immobile le temps qu'elle digère ce discours. Il se serait volontiers passé de le prononcer s'il l'avait pu, mais qu'elle accepte son aide était capital. Si elle s'opposait à sa volonté, il ne serait une fois de plus qu'un fardeau. Car quoi qu'elle en dise, il portait encore au fond de lui la responsabilité de l'avoir retardée dans sa fuite. Ne pas avoir à s'en encombrer lui aurait évité tout risque d'être mise en danger. À présent, les choses allaient pouvoir changer, à condition bien sûr qu'elle l'y autorise...

    Tu te trompes. Je n'ai rien sacrifié. Au contraire, je t'en suis reconnaissant. Sans toi, je n'aurais eu nulle part où aller. Je ne suis pas encore assez fort pour me débrouiller tout seul. Je n'aurais sans doute pas tenu longtemps ni été aussi loin sans toi pour me guider. C'est à toi que je dois et je ne sais pas comment t'en remercier. Mais ce qui est sûr, c'est que je veux rester avec toi autant que possible.

    Son regard se fit fuyant tant était présente la certitude qu'il serait gêné à en perdre conscience s'il croisait le sien. La gêne s'était insinuée dans leur rapport depuis quelques années déjà mais ils avaient jusque là réussi à la contourner habilement. Seulement, quand il était ainsi question de parler à cœur ouvert, elle ne pouvait que resurgir. Seren devait la ressentir également, mais était davantage sous l'emprise de ses émotions, comme il le réalisa bien assez tôt. Une fois de plus, il déplora de ne pouvoir ôter son armure pour la serrer dans ses bras comme il en avait l'habitude. Elles étaient certes une extension de leurs corps, mais il voyait en elles un obstacle pour l'heure. Vivement qu'ils soient à l'abri des regards, se surprit-il à penser. Cela faisait déjà beaucoup en une journée.

    Mais ils n'étaient pas au bout de leurs peines, la tension dans l'air le lui faisait deviner et ce sans qu'il n'ait eu besoin de partager les dons de voyance de son amie. Celle-ci n'avait d'ailleurs plus eu de vision depuis un bon moment, laissant à penser que le calme était revenu. Le calme avant la tempête. Il avait un mauvais pressentiment, et l'agitation ressentie du côté du Sanctuaire un peu plus tôt ne présageait rien de bon et il était évident que le Dieu des Eaux ne resterait pas inactif s'il devait être touché par le tumulte. Mais même s'ils étaient venus en aide à Athéna et aux siens, il leur fallait aussi penser à eux. Si les Saints n'étaient pas disposés à les recevoir en l'état, pourquoi perdre un temps précieux à les secourir ?

    Les Marinas avaient leurs propres problèmes à résoudre et ce n'était pas de se mêler de ceux des autres qui allait leur permettre d'y parvenir. Contrairement à ce que Seren semblait croire, il n'était pas mécontent d'avoir accepté d'en faire partie. Pour avoir eux aussi renié Athéna alors qu'ils lui avaient pourtant juré fidélité, ses parents ne pourraient le lui reprocher. Lors de son entraînement, son père lui avait maintes fois répété de ne faire que ce qui lui semble juste et ce choix de vie n'était que le prolongement de cette leçon, gardée à l'esprit pendant tout ce temps. Les couleurs qu'il arborerait importaient peu tant qu'il restait fidèle à ses principes.

    En dépit de ces préoccupations, il passa la main le long de son dos pour finalement lui caresser la nuque dans l'espoir d'apaiser son chagrin. La protection dont elle bénéficiait l'avait sans doute empêchée de profiter pleinement de son geste, mais il s'était tant habitué à l'exécuter de cette façon qu'il n'aurait pu faire autrement. Tenter de s'adapter n'aurait fait que le rendre plus maladroit encore alors que les Écailles le faisaient déjà bien assez. Malgré tout, il apprécia de retrouver la chaleur de son contact et la douceur de sa proximité. Denrées rares d'ici peu si leurs devoirs respectifs devaient finir par les séparer ; il lui fallait en profiter tant qu'il en était encore temps.

    Je comprends. C'est d'accord.

    D'un pas en arrière, il prit ses distances, non pas pour se séparer d'elle mais pour la regarder droit dans les yeux. Il sentit le rouge lui monter aux joues mais se fit violence pour ne pas s'en laisser affecter. Même le regard embué de larmes, sa beauté restait intacte. Il prit néanmoins le temps d'essuyer ses pleurs du bout des doigts. Un geste qu'il aurait pu faire les yeux fermés tant il s'y était accoutumé. Une triste habitude, pourrait-on dire, mais qui n'avait réussi qu'à le rendre plus symbolique. C'était la preuve qu'il serait toujours là pour elle, pour faire disparaître sa mélancolie. La tristesse n'existait plus en sa présence. Tel était le message qu'il véhiculait.

    Alors, l'anneau qu'il portait à la main gauche atterrit dans la paume de Seren, dont il venait de saisir le poignet de manière à l'y déposer sans qu'elle ne puisse s'y soustraire. Qu'il lui fasse ce cadeau n'était qu'un moyen de sceller sa promesse. Cette bague était le seul souvenir qu'il lui reste de ses parents, mais il n'avait aucune hésitation à la lui offrir. Après y avoir longuement réfléchi, c'était la meilleure solution. Souvent, il avait regretté de n'avoir rien à lui offrir, aucun bien matériel pour lui rappeler les moments passés ensemble quand il n'aurait plus le droit de rester près d'elle aussi souvent. Il lui fit serrer les doigts dessus sans se départir de son sourire avant qu'elle n'ait pu émettre le moindre signe de protestation. Il ne tolérerait aucun refus.

    C'est pour toi. Prends-la.

    Si c'est toi, ça me convient, disait son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Lily


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Sam 24 Nov - 12:16

    Restes en vie.

    C’était là le seul désir de la petite étoile. Le meilleur moyen qu’il avait de la remercier de ce qu’il croyait lui devoir, mais dans son cœur, nulle trace de cette logique. Sans lui, elle serait tout aussi morte. Sans sa présence à ses cotés, elle ne serait jamais allé aussi loin et n’aurait sans nul doute pas tenue aussi longtemps. Sans doute aurait elle périt au milieu des flammes, figée, incapable d’abandonner sa seule famille pour un monde inconnu et hostile. Pas seule. Sans Jian, il n’y aurait pas eu d’avenir pour elle aussi. Son étreinte se raffermit, que les armures recouvrent leur corps la gênait tout autant que son ami mais elle n’en pipa mot, s’en désolant en silence tout en se raccrochant à sa silhouette. Il l’ancrait dans la réalité, se faisait lien tangible entre ce monde et celui qui disparaissait dans les cieux tempétueux qui régissait son propre cœur. Mais elle ne devait pas ainsi se raccrocher à lui de cette manière. Il ne le fallait pas. Lui, même si il n’ignorait rien de son don, ne pouvait le comprendre à sa place. C’était sa responsabilité, uniquement la sienne, et faire peser sur les épaules de son précieux confident, un poids qui n’appartenait qu’à elle lui était douloureux. Sa faute. Sa culpabilité. Celle de ne pas avoir comprit ce que les cieux lui révélaient, ce chant macabre fait de flamme et de tempête. Pourtant… Pourtant, malgré toutes ses nobles pensées, la marina ne pouvait taire ce besoin de se raccrocher à lui.

    Moi non plus je ne veux pas… Je ne veux pas qu’on nous sépare. Sans toi…

    L’adolescente ravala ses paroles, une gêne diffuse s’insinuant dans son cœur à ses pensées dérivantes. Sans lui, les choses seraient tellement différentes ! S’en rendait il compte ? Bien sur, il n’ignorait pas l’importance qu’il avait pour elle, mais savait il à quel point il lui était nécessaire ? Et elle, s’en rendait elle vraiment compte, de l’importance qu’il revêtait à son cœur ? Baigné par les souvenirs de l’enfance, la jeune fille peinait à comprendre avec exactitude la place qu’occupait le dragon dans son monde. Il était là, tel un stable repère, un confident fidèle pour lequel elle était capable de tout donner sans réfléchir un instant. Le protéger et prendre soin de lui étaient une composante essentielle de sa vie dont elle ne voulait se défaire malgré les coups du sort. Bien au contraire.

    Il lui était nécessaire.

    La demoiselle sentit un frisson l’ébranler lorsque la main de son ami vint rejoindre sa nuque à nue. Sa chaleur contrastait avec la fraicheur si ce n’était le vide glacial qui envahissait son corps à mesure que les étoiles se taisaient, apportant un réconfort bienvenu et autre chose qui amena à ses joues une rougeur évanescente. C’était là un geste habituel pourtant, maintes fois répété pour soulager un poids qu’enfant, elle peinait à contenir parfaitement – ce qui était toujours le cas aujourd’hui – mais à présent, elle revêtait autre chose à son esprit qui la gênait malgré elle dès lors que ses émotions tempétueuses se calmaient enfin. Par sa présence et son contact. Pourtant, ce fut le soulagement qui vint embraser son esprit lorsque celui-ci accepta les termes de son accord, la petite étoile des flots se laissant submerger par cette vague en oubliant tout le reste. Un soupir passa la barrière de ses lèvres jusqu’à ce que celui-ci ne s’écarte d’elle. Seren frissonna, la chaleur de son comparse n’étant plus là pour lutter contre cette morsure amère qui l’envahissait tant et plus à mesure que les minutes défilaient.

    Pourtant, celle-ci revint bien vite dès lors que l’élu de Léviathan effaça les traces de ses larmes du bout des doigts. Aussi habituel pouvait il demeuré, le geste la surprit et amena une gêne diffuse à son visage. Celle de demeurer aussi faible face aux perles cristallines qu’elle peinait toujours à contenir, celle de ce tendre mouvement aussi habituel que rassurant qui pourtant se colorait de teinte dont elle peinait à apercevoir les véritables couleurs. La demoiselle demeurait pourtant figée malgré sa gêne, ne parvenant pas à le repousser, elle ne fit que fermer les yeux dans l’espoir que celle-ci ne s’efface face au noir. Mais quelque chose vint se poser au creux de sa paume, l’améthyste détaillant son ami avec surprise avant qu’elle ne regarde finalement ce qu’il avait déposé dans sa main. L’anneau brillait d’un éclat lointain, nostalgique, l’amenant à se souvenir d’un passé révolu et de ceux qui avait été sa famille par extension. La poigne sûr de son amie d’enfance et son regard résolu laissa la demoiselle bouche bée, celle-ci ne sachant comment réagir face à ce cadeau qu’elle ne pouvait accepter. Quoi qu’il en dise, elle ne le pouvait pas ! C’était là, le dernier souvenir que Jian possédait de ses propres parents, de son père pour qui il vouait une admiration sans borne ! Comment pouvait elle accepter un bien si précieux ?

    Jian…Elle est trop précieuse pour toi, je ne peux pas…Elle appartient à ton père, c’est le seul bien que tu as de lui…

    L’adolescente contestait rarement les autres, plus encore les habituels demande de son ami qu’elle exécutait avec toute son attention, mais en cette heure, ce n’était plus le cas. Cela lui coûtait bien plus qu’elle ne pouvait le dire d’ainsi le rabrouer, mais pour quoi lui donnait il ce bien ? Pourquoi lui demandait-il tout cela ?
    Les doigts libres de la jeune fille vinrent se poser sur celle de son ami qui avait refermé son poing, se faisant douce caresse quelques secondes avant qu’elle ne lui demande de lâcher prise par une simple pression.

    Tu n’as pas à me remercier Jian ou m’offrir quoi que ce soit. Je n’en ai pas besoin. Je suis là avec toi et c’est tout ce qui compte. Ça me suffit.

    Sincère, la petite étoile déclama ses mots avec une assurance qui disparut bien vite dès lors que le sens vint percuter sa conscience. Bredouillante, elle finit par baisser la tête en profitant de sa chevelure qui vint dissimuler sa gêne.

    Je veux dire, c’est un objet important pour toi et c’est à toi que ton père l’a donné, c’est normal que tu la gardes. Moi je t’ai toi alors…alors c’est tout ce qui compte pour moi…

    La demoiselle, tête baissé finit par se mordre la lèvre pour s’empêcher de dire quoi que ce soit de plus. Son cœur battait fort dans sa poitrine sans qu’elle n’en sache réellement l’origine, troublant son monde s’éteignant en lui offrant une chaleur et une teinte improbable en cette sombre heure.
Revenir en haut Aller en bas
Solstice


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 61

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Lun 26 Nov - 14:18

    Jian reprit la bague, mais uniquement pour mieux la lui passer au doigt. Ce souvenir était cher à son coeur, mais pas autant que celle à qui il venait d'en faire cadeau. C'était sa manière de lui prouver qu'elle était ce qu'il a de plus précieux. Il avait mûrement réfléchi avant de lui offrir mais était sûr désormais qu'il n'aurait aucun regret. À travers elle, il serait toujours à ses côtés et c'était précisément ce qu'il voulait. Les responsabilités qu'ils avaient acquises au moment de se déclarer Marinas finiraient par les séparer, c'était une certitude. Même si ce n'était que pour quelques jours, il n'y aurait rien de plus perturbant pour eux qui vivaient ensemble chaque jour depuis des années. Ce lien n'avait fait que se consolider à la mort de leurs parents et ne devait se briser à aucun prix.

    Cela n'arriverait bien sûr pas aussi facilement mais il espérait grâce à ce don démontrer à l'élue de Notos qu'il ne cesserait jamais de veiller sur elle. Que l'avoir sous les yeux à chaque instant lui apporterait ne serait-ce qu'un peu de réconfort quand il ne serait pas là pour le lui donner. Avoir à raisonner en ce sens était douloureux mais il se l'était néanmoins imposé pour ne pas fuir la réalité. Il préférait y être préparé plutôt que d'en souffrir davantage le moment venu. Par ailleurs, l'adolescent était certain qu'elle l'entretiendrait aussi bien que lui et même plus tant l'importance qu'elle y attacherait serait grande. Il connaissait bien assez son amie pour savoir qu'elle y tiendrait comme à la prunelle de ses yeux et ne s'en séparerait pour rien au monde. Aussi serait-il libre de la récupérer un jour prochain si la lui avoir confiée devait s'avérer inutile.

    Garde-la. Elle est à toi.

    Pourrait-elle résister encore longtemps au sourire épanoui qu'il lui offrait depuis déjà plusieurs minutes ? Il y avait toutes les raisons d'en douter. Bien qu'il n'en fasse pas souvent, il était sûr de pouvoir la faire céder à tous ses caprices pour peu qu'il y mette les formes. En l'occurrence, lui faire ce présent lui tenait véritablement à coeur. Il n'aurait l'esprit serein qu'une fois certain que tout irait bien même quand ils seraient éloignés l'un de l'autre. Elle craignait pour sa santé au moins autant qu'il se préoccupait de son bien-être. Faute d'avoir un corps robuste, Jian était un roc psychologiquement. Elle n'avait pas cette chance et pouvait donc être bien plus affectée qu'il ne le serait jamais par quantité de choses.

    La raison première pour laquelle il avait rejoint Poséidon était qu'ils puissent rester ensemble, et envisager la vie loin d'elle lui pesait donc par avance. Il était toutefois persuadé de pouvoir le vivre mieux qu'elle. Il n'en aurait la confirmation que le jour où cela devrait arriver, même s'il aurait aimé se dire que cela pouvait aussi bien ne jamais se produire. Mais il avait déjà trop tenté de se voiler la face par le passé et refusait de persévérer dans cette voie. Aussi, pour lui éviter d'être fragilisée par son absence, il était essentiel qu'elle ne soit pas complète. Un bijou aussi précieux soit-il ne le remplacerait pas, pas plus qu'il ne pourrait la réchauffer comme il le faisait à cet instant, mais mieux valait cela que de rien avoir.

    Je ne serai pas toujours là, alors ça te fera une raison de penser à moi. Tu pourras toujours me la rendre quand on se reverra. Mais même si tu n'en veux pas, je tiens à ce que ce soit toi qui la porte. Qui sait, elle te portera peut-être chance !

    Ses deux mains vinrent emprisonner la sienne d'une douce étreinte pour s'assurer qu'elle ne la retirerait pas avant qu'il lui en ait donné la permission. S'il se donnait tant de mal pour faire en sorte qu'elle accepte sa décision, ce n'était pas sans raison. Jian souhaitait sincèrement ne pas avoir à lui révéler ce que cachait ce geste, car il ne pourrait le faire sans en mourir de honte. Il n'était toujours pas à l'aise quand il s'agissait d'aborder des sujets aussi délicats, encore moins avec elle. Le regard bienveillant qu'il posa sur elle voulait tout dire et exprimait parfaitement le fond de sa pensée. Entendre la mélodie des étoiles était une chose, mais lire l'âme humaine en était une autre et il n'avait aucune garantie qu'elle y parvienne. En revanche, il était certain de vouloir n'avoir aucun secret pour elle : aussi lui laisserait-il tout le temps dont elle avait besoin pour le comprendre.

    Éprouver de si vives émotions après un tel combat était terriblement éprouvant et il ne pouvait que le constater. Il s'efforça de ne montrer aucun signe de fatigue ; ce n'était absolument pas le moment de l'inquiéter inutilement. Sa santé était sur le déclin mais il se sentait étrangement bien. S'était-il jamais réellement senti mal à ses côtés ? À chaque crise qu'il avait dû traverser, elle était là pour le rasséréner. C'était uniquement grâce à elle qu'il avait pu s'en remettre avec tant de facilité. Parce qu'il avait quelqu'un à protéger. Il ne voulait pas que ce soit la peur qui le relie à elle – celle de le perdre pour toujours. Car nul doute qu'elle l'avait déjà ressentie quand il était au plus mal. Il la connaissait trop bien pour imaginer que cela puisse ne pas être le cas. S'il avait vu juste, cela ne devait plus jamais se reproduire. Seren devait pouvoir se concentrer sur ses recherches sans qu'il soit là pour la ralentir. C'était en vertu de cela qu'il s'était juré de devenir fort. Lui être utile était encore ce qu'il pouvait souhaiter de mieux.

    « Je serai toujours avec toi », aurait-il voulu lui murmurer dans le creux de l'oreille. Mais cela avait une consonance trop solennelle à son goût, sans parler du fait qu'il en aurait rougi à n'en plus finir. Elle n'avait pas besoin de le savoir. Ou plutôt, elle le savait déjà et il était inutile de le lui dire. Il avait tout fait pour l'en convaincre et espérait la voir vivre avec cette certitude. Celle qu'elle ne serait plus jamais seule. À nouveau, il se pressa contre elle, non sans un léger regret de ne pouvoir ôter ces armures ne serait-ce qu'un instant. Il y avait peu de chance que le Dieu des Océans apprécie de les voir prendre une telle liberté, aussi était-il préférable de ne point la prendre pour ne pas se faire remarquer. La joue posée contre la sienne au mépris des casques qui auraient dû gêner cette marque d'affection, il laissa le temps s'écouler. Ce n'est qu'au bout de plusieurs minutes dans cette position qu'il déclara d'une voix teintée d'embarras :

    On devrait peut-être y aller...

    Il n'était pas pressé, mais leur devoir envers Poséidon passait avant tout. Il ne manquerait pas de faire appel à eux en cas de besoin mais préférerait sans doute les avoir à disposition plutôt que d'attendre qu'ils reviennent auprès de lui. Pourtant, Jian ne pouvait se détacher d'elle alors même qu'il avait émis cette supposition. Non, il n'en avait aucune envie. Il aurait voulu pouvoir rester ainsi aussi longtemps qu'il lui plairait, et pourquoi pas s'endormir dans ses bras comme ils avaient coutume de le faire depuis leur plus tendre enfance. Ces habitudes qu'ils avaient en commun ne revêtaient plus autant d'innocence désormais mais il n'en était pas moins attaché à les conserver pour autant. Même si c'était encore imperceptible, leurs mains ne faisaient plus la même taille depuis un certain temps déjà.

    C'était inévitable : même s'il n'avait jamais été de ceux qui cherchent à mettre en avant leur virilité, il n'en demeurait pas moins un homme. Plus le temps passait et plus il ne pouvait que ressentir ce changement. Et avec lui venait une peur croissante, celle que rien ne soit plus jamais pareil une fois franchi le point de non-retour. Cela l'angoissait depuis un long moment déjà, mais il n'avait jamais osé lui en faire part de crainte qu'elle n'y ait jamais songé et d'ainsi lui infliger de nouveaux doutes alors qu'elle en avait déjà plus souvent qu'à son tour. Même si elle y prenait parfois plaisir, lire dans les étoiles était le plus souvent un fardeau qu'elle peinait à porter sans son aide. Il n'était donc pas question de la laisser l'alourdir plus que de raison en voulant porter encore davantage de souffrances.
Revenir en haut Aller en bas
Lily


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Jeu 29 Nov - 21:52

    Surprise, la petite étoile releva la tête sur sa main gracile lorsque son ami choisit de reprendre son bien pour mieux le passer à son doigt. Un geste simple et au combien symbolique dans son esprit qui résonna avec force en son cœur. Une poignée de seconde s’écoulèrent avant que cette pensée tortueuse ne vint apposer sur son visage le rouge de la gêne. A quoi songeait elle ainsi en pareil circonstance ? Ce don, non moins important au regard de la demoiselle des flots et du jeune dragon, n’avait nul besoin d’être rapporté à une aussi étrange idée ! Ce n’était là qu’un moyen pour Jian de lui remettre son présent sans qu’elle n’ait une nouvelle fois l’occasion de le refuser ! En effet, de sa main et de son cœur, avec ce sourire étirant ses lèvres lui assurant de sa conviction, elle éprouvait toutes les difficultés du monde à refuser une fois de plus. Et c’était sans compter la confusion gênante dans laquelle se retrouvait embué son esprit suite à une malencontreuse comparaison.

    Cette bague, elle la connaissait par cœur, mais se prit à la détailler ainsi passé à son doigt. La pierre de jade possédait le même éclat que le regard de son ami de toujours, celle-ci revêtant à ses yeux plus d’importance encore puisqu’elle la raccrochait à un détail physique qui la fascinait chez lui. Ses iris brillaient d’un éclat changeant qui lui semblait mirifique, se nuançant de teinte émeraude aussi précieux que la pierre dont elle était à l’origine. La bague non contente d’en imiter la beauté, lui rappelait avec douceur la sincérité qui faisait la noblesse d’âme de l’élu de Léviathan. Les yeux sont les miroirs de l’âme, ne disait on pas ? Et son sourire vint faire taire ses dernières contestations dans un bredouillement gêné. A quoi songeait-elle ainsi ?

    Je…

    Ses mains qui emprisonnèrent la sienne vinrent apporter à son cœur un nouvel écart dont elle eut toute les peines à ignorer les battements. Celui-ci se jouait d’elle de bien vile manière en cette heure ! La raison, elle ne l’ignorait pas totalement, mais n’en avait pour autant, pas suffisamment conscience pour en parler à voix haute avec lui. Ils avaient changés. Tous les deux, que cela soit physiquement ou mentalement, les adolescents avaient dût subir bien des affres avant de parvenir jusqu’au côté de l’empereur des mers. Leur lien s’était fait plus fort que jamais. Comment auraient-ils put survivre l’un sans l’autre ? La demoiselle n’ignorait nullement que sa vie n’aurait été que vaine sans Jian à ses côtés, et l’inverse était tout aussi vrai. Ce lien étroit, elle peinait à réellement le définir, celui-ci semblant s’échapper dès lors qu’elle tentait vainement d’y apposer une précision. Leur relation évoluait, changeait. Elle-même s’en rendait compte sans pour autant en comprendre encore tout les tenants et les aboutissants. Mais ce qu’elle savait, c’est que ce geste solennelle revêtait dans son esprit une toute autre forme dont elle n’oserait jamais parler à son ami. Et son cœur semblait presque déçu que ce ne soit pas le cas.

    D’accord. Souffla la petite étoile d’une voix emprunte d’une gêne qu’elle essayait de dissimuler aux oreilles et yeux de son ami. Je la garderai le temps que tu le désir. J’en prendrai soin, je te le promets.

    C’était là un immense honneur qui lui faisait, une responsabilité également qu’elle chérirait comme il se le devait. Lorsqu’il l’attira à lui, l’étreignant de nouveau en scellant cet accord, la demoiselle laissa pourtant ses lèvres porter à ses oreilles ce que lui susurrait son cœur avec une sincérité désarmante.

    Même si je n’ai pas besoin d’elle pour penser à toi…

    La petite étoile fut ravie que l’étreinte dissimule à l’élu de Léviathan la gêne qui vint couvrir son visage de son voile brumeux après seulement que ses mots ne s’envolent dans les cieux. Son cœur avait parlé avant que sa raison ne l’en empêche, se faisant dès lors d’une honnêteté à toute épreuve qui la caractérisait de manière malencontreuse et maladroite.

    L’adolescente fut néanmoins sauvée d’une explication tortueuse et malhabile par les ordres de l’empereur des océans tonnant dans tout le Sanctuaire sacré de sa nièce. Les deux jeunes ignoraient la plupart des événements qui avait sévit dans son enceinte et n’était pas près de prendre partie pour qui que ce soit, sauf lorsque cela signifiait devoir côtoyer des saints. Jusque là, ils étaient parvenu à les éviter habillement, mais dès lors que certain d’entre eux demeureraient sous la protection de Poséidon, cela leur serait sans aucun doute plus complexe. La petite étoile s’écarta de son ami, ignorant son dernier écart alors que son regard se tournait vers la mer qu’ils pouvaient à peine apercevoir de leur place. L’angoisse sourde jusqu’alors tapit revint poindre dans son cœur, ses doigts se crispant sur la main de son ami, l’améthyste perdant de son éclat. La gorge nouée par cette appréhension grandissante, elle se força à prendre sur elle pour continuer dans cette voie. Avait-elle d’autre choix ? Jusqu’ici, c’était elle qui l’avait entrainé dans cette mission, aussi, c’était a elle également de prendre les devants. Elle le guiderait toujours, car c’était là son rôle et qu’elle ne l’abandonnerait pour rien au monde. Ils avaient encore la possibilité d’être ensemble.

    Les étoiles se taisent…

    Les bribes de chant qui lui parvenaient demeuraient sombres à son âme, et en cette heure, elle n’en ignorait plus la disparition. Elle les ressentait toujours, faiblement, s’éteignant dans un silence rendu plus angoissant par la situation se présentant à eux. Un violent retour à leur réalité, à ce nouveau monde qu’ils avaient embrasé à deux et dans lequel ils étaient des soldats. La jeune fille frissonna malgré elle avant de se reprendre. Ils avanceraient. Elle avait des raisons de le faire et n’abandonnerait pas son ami sur la route, comme le prouvait sa main jointe à la sienne.

    Tant qu’on le peut, on restera ensemble. Tant qu’on nous le permet, je resterais avec toi Jian…

    Même si les dangers s’amoncelaient, elle demeurerait à ses cotés.

    Allons y.

    La petite étoile lui offrit un sourire léger qui vint calmer la lourdeur de son cœur. Si elle était avec lui, alors elle pouvait faire face. A n’importe quoi. L’éclat d’émeraude de la chevalière brillait à son doigt alors qu’elle entrainait son ami pour rejoindre le lieu où ils pourraient embarquer sur un navire. Avec une de ces chimères chevalines qui les avaient emmenés en ce lieu.

    Ils allaient voir le Sanctuaire Sous Marin pour la première fois, et cette découverte l’emplissait d’appréhension. D’espoir et de déception. D’angoisse et d’inquiétude. Mais elle n’était pas seule…

    Sanctuaire Sous Marin ~>
Revenir en haut Aller en bas
Solstice


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 61

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   Sam 1 Déc - 9:06

    Qu'elle ait finalement accepté l'emplit d'une joie certaine. Cela n'était pas grand chose au fond, mais la savoir en sa possession le touchait énormément. Même s'il devait lui arriver malheur, il serait toujours auprès d'elle. Mais cela, elle n'avait aucune raison de le savoir. Il ne serait point judicieux de lui faire part de cette allusion macabre alors qu'il s'était donné tant de mal pour la convaincre de garder la bague. En la voyant briller à son doigt, son esprit y superposa bien vite l'image d'un anneau de mariage. Cette pensée le fit virer au rouge une fois de plus, mais être si étroitement enlacer lui permit un habile camouflage. La joue posée contre celle de son amie, il n'eut qu'à enfouir le visage dans son cou. Ce n'était cependant pas la solution judicieuse qu'il aurait espéré puisque sentir son parfum ne fit qu'accroître sa gêne. Pourtant, il ne fit rien pour se dégager de cette position, savourant ce moment de réconfort en dépit de l'embarras qu'il lui faisait ressentir.

    Les situations gênantes ne manquaient pas depuis qu'ils étaient entrés dans le drame de l'adolescence. Ce n'était rien à côté des raisons pour lesquelles ils avaient dû cesser de prendre leurs bains ensemble comme ils l'avaient fait pendant des années. Le simple fait de dormir toujours côte à côte pouvait également se révéler ardu en fonction de l'endroit qui leur était dévolu. La promiscuité était sans aucun doute devenue leur pire ennemie depuis qu'ils avaient cessé d'être des enfants – plus encore que leurs poursuivants et plus que n'auraient jamais pu l'être les deux Black Saints. Plus d'une fois, ils s'étaient retrouvés désemparés tant il leur avait fallu trancher les liens avec certaines des habitudes qu'ils avaient étant plus jeunes. Alors qu'ils en étaient au point culminant de cette phase délicate, nul n'était là pour les guider sur la façon dont ils devaient agir désormais. Leur relation avait évolué, pour devenir bien plus compliquée qu'elle ne l'était à l'époque.

    Ce ne serait pas un obstacle. Une décision qu'il avait pris depuis plusieurs années déjà, mais il ne lui en avait jamais fait part. Ce n'était pas nécessaire, car tout portait à croire que Seren en avait fait de même de son côté. Sans cela, ils se seraient éloignés irrémédiablement, et cela ils ne le souhaitaient ni l'un ni l'autre. Comme l'avait mis en exergue ce dialogue, ils étaient tout l'un pour l'autre. Elle était la seule à pouvoir changer son univers. Son unique point de repère dans cette nouvelle vie. Si elle devait l'abandonner, même maintenant, il n'était pas impossible qu'il finisse par disparaître. Servir Poséidon n'avait aucun sens si la liseuse d'étoiles n'était plus là pour le faire à ses côtés. Seren était la seule à pouvoir le soutenir et à lui donner la force de continuer. Ce n'était pas près de changer, et même s'il maudissait son impuissance, il avait dû parfois se demander s'il voulait vraiment être autonome.

    Chaque Chevalier ne demande qu'à être libre de toute contrainte, de toute faiblesse. Mais être autonome voudrait dire qu'il n'aurait, au sens strict, plus besoin d'elle – du moins lorsqu'il s'agissait de veiller sur lui. À chaque fois qu'il avait eu le malheur d'y penser, ce fut pour sentir son coeur se serrer. Dilemme cornélien que voilà, où s'opposaient la passion et la raison ; mais sa raison lui dictait d'être toujours là pour la protéger, et c'était ce qu'il ferait avant tout. Même si pour cela, il lui fallait à un moment donné prendre ses distances. Sa sécurité avant tout était ce qu'il devait toujours garder à l'esprit. C'était la dernière volonté de Siwen, et nul n'aurait pu mieux que lui la faire respecter. Ses doigts se faufilèrent entre les siens tandis qu'elle venait lui murmurer à l'oreille des paroles qu'il n'aurait pas cru entendre. Sous le poids de l'émotion, Jian sentit ses jambes faiblir ; s'ils n'avaient pas été parfaitement immobiles, il aurait probablement vacillé. Mais elle était là pour le supporter. Comme toujours...

    Merci... parvint-il tout juste à bafouiller.

    Ce n'était pas forcément le terme le plus adapté, mais en plus des sentiments que cela éveillait au fond de lui, il éprouvait à son égard une profonde gratitude pour avoir trouvé le cran de dire en face ce qu'elle se contentait d'ordinaire de confier à voix basse. Au fil du temps, un lien qu'il n'attendait pas s'était tissé entre eux, sans qu'il ne puisse définir sa nature exacte. Il ne faisait que renforcer le malaise qu'ils éprouvaient parfois dans l'intimité, mais aucun d'eux n'avait osé jusque là aborder le sujet. Aussi n'avançaient-ils qu'à pas lents dans leur découverte de ce qu'il pouvait bien vouloir signifier. L'élue de Notos venait en quelque sorte d'y entrer la première, de plein pied. Cela devait vouloir dire qu'il était temps pour lui de l'y rejoindre, mais comment s'y prendre ? En fin de compte, il n'eut pas plus à répondre qu'elle à se justifier : conformément à ce qu'il avait pressenti, l'heure était venue pour eux de partir.

    Je ne laisserai personne me séparer de toi.

    Voilà qui les sauvait d'une nouvelle vague de panique qui les aurait forcément transpercés, tant il leur était difficile de rendre compte de leurs états d'âme. Le Léviathan ne se détacha de son amie qu'à regrets, à l'exception de cette main qu'il gardait farouchement au creux de la sienne – là où était sa place, se permit-il de penser, non sans que cela empire sa confusion alors qu'il peinait déjà à se sortir de ses griffes. Poséidon avait battu le rappel des troupes et il était de leur devoir d'y répondre. Ils auraient tout le loisir de continuer cette discussion plus tard, et devaient monter à bord avant que ne sonne l'heure du grand départ. Même s'il doutait fort que l'Ebranleur de Sol oublie le moindre de ses soldats, il ne voulait pas courir le risque de rester à proximité du Sanctuaire.

    Trop de mauvais souvenirs en saturaient l'atmosphère, et c'était déjà un miracle qu'ils aient pu se battre sans en être dérangés le moins du monde. Songeant déjà à la manière d'y revenir une fois sur le bateau, il se laissa porter par l'élan du Vent du Nord, ses doigts se faufilant entre les siens pour parfaire ce contact. Garder le rythme pour faire bonne figure fut toutefois plus éprouvant qu'il ne l'aurait prévu, s'additionnant lourdement à la fatigue accumulée lors du combat à Rodorio. Pas une quinte de toux ne réussit à franchir la barrière de ses lèvres, mais il le devait uniquement à sa persévérance. Un sommeil réparateur lui ferait certainement le plus grand bien après cette première expérience qu'il jugeait très concluante. Néanmoins, avant d'y avoir droit, il lui faudrait s'entretenir avec Seren du sujet qu'elle avait elle-même abordé, sans quoi il ne pourrait dormir l'esprit tranquille.

    La pluie battante qui tombait aux alentours eut tôt fait de les tremper de pied en cap,et même leurs armures ne purent tout retenir. Tant et si bien qu'une fois montés sur le navire, il la pria d'aller se changer en premier lieu dès que tout deux eurent retirés ces Écailles qui leur avaient permis de faire leurs premières armes. Émettre une telle requête était cependant présumer de ses forces. À son retour, il était déjà tombé de sommeil et dormait à poings fermés. Le réveiller alors qu'il s'était tant dépensé ne serait pas chose aisée, et sans doute pensait-elle n'avoir pas de raison de vouloir le faire. Aussi n'y eut-il rien d'étonnant à ce qu'elle vienne prendre place à ses côtés pour un repos partagé dont ils auraient grand besoin pour affronter les épreuves qui se dresseraient encore sur leur route. Mais quelle importance, tant qu'ils y allaient ensemble...

    ••• Sanctuaire Sous-Marin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Nos peurs et nos espoirs [Seren]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nos peurs et nos espoirs [Seren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-