RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aiakos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 214

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Ven 7 Déc - 21:27


Rencontre imposée

Le Titan qui se tenait face à Faust, jouissait d’une confiance sans pareille et ce pour la seule simple et bonne raison qu’il était persuadé que sa taille et ses énormes lames, étaient tous deux un avantage certain qui feraient pencher la bataille en sa faveur! En de pareil cas, bon nombre de combattants auraient renoncé à le combattre, néanmoins, Faust qui lui n’était qu’un gringalet et en possession d’une simple faux n’en avait cure! L’envergure de son adversaire ne l’impressionnait pas le moindre du monde et mieux, ce fut avec un léger sourire qu’il se mit à imaginer sa tête quand il comprendrait son erreur.

Ce n’était pas de la vantardise, bien que d’ordinaire il lui arrivait d’en abuser, en cet instant, c’était avant tout un sourire qui en disait long sur son implication dans l’affrontement à venir. En s’imaginant la réaction que le géant pourrait arborer d’ici quelques instants, son enthousiasme grandit au fur et à mesure, pour laisser place bientôt à de l’excitation à l’état brute, aussi primitive que celle que l’on pouvait observer chez des animaux en plein duel. Le spectre du commandement se surprit lui-même de réagir de la sorte, voilà bien longtemps que plus aucune situation n’avait eu autant d’emprise sur lui.

Mais bien loin de s’en offusquer, il reçut cette nouvelle sensation qu’il pensait jadis perdue, comme une aubaine, une manière de montrer que ce corps qui n’avait plus bougé durant tant d’années, était fin prêt lui aussi. Satisfait, il se mit dès lors à scruter son adversaire sans perdre une miette de ce qu’il pouvait bien lui raconter. Ainsi se nommait-il Phaïos Spathe, lame grise en Grec ancien, signe que ce dernier était à ne pas en douter un adepte des assauts au corps à corps. Cela pouvait paraitre stupéfiant, mais dans bon nombre de cas les mots étaient sources d’informations et d’autant plus quand il était question de nom et en l’occurrence, Faust venait rien qu’en l’apprenant d’en glaner une qui serait sans doute primordiale pour la suite.

Cette dernière allait lui permettre d’élaborer une stratégie à défaut de pouvoir dans l’immédiat porter le premier assaut. Car avant de porter des conclusions hâtives sur des éléments qui pouvaient être erronés, il allait devoir subir la première offensive de son adversaire pour en avoir le cœur net. Éminent scientifique, sa démarche n’était qu’une pure banalité, mais pour cela fallait-il que Phaïos se décide à passer l’attaque. Par conséquent, Faust n’eut d’autre choix que de le provoquer et pour se faire il avait sa petite idée :

« Bien que j’ai ma petite idée sur la question s’agissant de nos armes, sache une chose: Ce n’est pas la façon dont est aiguisée une lame qui fait le talent du sabreur! Pour cause je ne me suis jamais considéré comme un maitre en la matière et pourtant à l’aide de ma faux il me fut permis d’ôter bon nombre de vies… »

Pourquoi mentir sur ce point ? C’était l’une des nombreuses facettes que Faust se plaisait à employer, perfide et manipulateur dans l’âme, ce mensonge sur les innombrables victimes n’avait servi réellement qu’à étayer ses propos, mais ça le Titan n’était pas censé le savoir. Créer un mythe autour de sa personne ne lui servirait à rien à proprement dit, si ce n’est lui donner une raison de se ruer corps et âme afin de vérifier sa dextérité. L’étoile céleste avait bon espoir que Phaïos réponde aussitôt que ses paroles aient atteint ses esgourdes, c’est pourquoi dans un mouvement similaire à celui qu’il avait auparavant réalisé, il empoigna fermement sa faux des deux mains pour la mettre devant lui en guise de bouclier. Il lui restait une chose à faire, le provoquer une énième fois, ce qu’il s’empressa d’accomplir avec un ton railleur:

« Je suis curieux de voir la puissance dont regorge ton arme! C’est pourquoi, je t’offre la possibilité de passer à l’attaque le premier, fais en bon usage! »

Spoiler:
 


Dernière édition par Faust le Mer 13 Fév - 23:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Géant [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 124

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Sam 8 Déc - 1:53

Mes bravaches ne semblaient pas avoir eu l'effet escompté sur ce petit humain. Impassible, seul son étrange sourire m’indiqua qu’il avait entendu ma voix. Ne perdant rien de son assurance il devait lui aussi avoir une grande confiance en ces capacités.

*Bientôt nous saurons qui de nous deux a péché par orgueil.*

Je notai un éclair de satisfaction sur le visage de mon petit adversaire à la mention de mon nom, peut-être avait-il déjà entendu parler de moi dans des livres ou peut-être se moquait-il juste tout simplement. Au final cela ne m’importait guère, qu’importe ce que l’esprit dérangé d’un des esclaves du dieu charognard pouvait bien échafauder, mon devoir était limpide et ma ligne de conduite inébranlable. Rien, pas même la rhétorique de mon adversaire ne me ferai reculer.

« Tu sembles bien sûr de toi pour quelqu’un d’aussi jeune. Vaincre mille moutons ne fait pas de toi un conquérant petit spectre, cela ne fait de toi qu'un boucher et un racleur. Peut-être qu’aujourd’hui tu connaîtras enfin l’adversité. »

Je n’avais plus qu’à me mettre en garde. Fléchissant mes jambes imposantes, pointant mon bras droit vers mon adversaire tout en repliant vers moi le gauche, j’étais fin prêt.

*Approche donc.*

Ajoutant un petit tour de son arme à ses effets de style, Faust comme il s’était nommé semblait presque fébrile, son excitation était palpable mais pourtant il m’invita à entamer notre affrontement.

*Est-il donc si sûr de sa force pour me laisser ainsi commencer ? Ou peut-être cherche-t-il autre chose ?*

Selon moi la seule méthode vraiment efficace pour connaitre quelqu'un était de le combattre, dans un combat les mensonges, les illusions, les subterfuges disparaissaient au profil d'un langage plus pragmatique, aussi je gardais le silence sur mes hypothèses fort peu bienvenues en cet instant et sans demander mon reste je passai immédiatement à l’attaque.

D’un bond puissant, je réduisis à néant l’espace nous séparant, d’un bond puissant j’arrachai la terre de sous mes pieds et dans une dépression charriant poussière et gravas je fondis avec une surprenant agilité sur mon adversaire.

Si le vent et la poussière n’avait pour but que de masquer mon corps à ses yeux, je n’avais aucun doute concernant l’impossibilité de masquer mon cosmos à ses sens.

*Voyons si tu sais te fier à autre chose qu’à tes yeux.*

Abattant brutalement mes poings contre le sol, je fis se fissurer notre champ de bataille avant qu’un large pan de sol ne se soulève emportant avec lui mon adversaire vers moi comme l’aurait fait un entonnoir.

Malgré le relatif aveuglement dont j’étais moi aussi la proie, j’avais à mon actif des millénaires de combat et une maîtrise parfaite de mes sens aussi je parvenais encore à le ressentir clairement.

*Là, à trois mètres devant moi.*

« Goûte donc à ma lame ! »

Et dans une série de cliquetis métalliques, ce n’est pas une, mais huit lames acérés qui se détachèrent de mon bras gauche et qui sous mon cosmos s’animèrent en un ballet mortel.

« Hachijinsō ! »

Un déluge de coup tomba dru sur mon adversaire alors qu'autour de nous la dépression commençait à faiblir. Frappant de tous côtés mon arme symbiotique semblait comme animée d'une volonté propre qui la faisait se mouvoir avec une vitesse et une puissance phénoménale. Mille frappes furent portées en une fraction de seconde et après un fracas retentissant qu’avait accompagné le souffle continu de mes huit lames divines, mes yeux se posèrent de nouveau sur ma cible.

*Dans quel état vais-je bien le retrouver ? J'espère qu'il n'est pas déjà vaincu...*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aiakos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 214

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Sam 8 Déc - 18:10


Comme il l’avait prévu sa petite provocation eut l’effet escompté. Même si dans un premier temps son homologue se contenta de répondre à ses propos, ce dernier finit bien vite par laisser la discussion de côté pour se concentrer sur le combat. Pourtant, bien que sa démarche fût un franc succès, le spectre du commandement ne put s’empêcher de songer aux propos du géant, tandis que celui-ci venait de se lancer fièrement dans sa direction arme en main. Se remémorant la moindre de ses paroles, il en vint rapidement à en tirer une conclusion, qui lui aurait valu toutes les injures du monde, si son adversaire en était venu à la connaitre : sa rhétorique manquait cruellement de profondeur et d’intérêt, mais bon que pouvions-nous demander d’un écervelé, si ce n’est combattre jusqu’à que mort s’en suive!

Et justement c’est ce que ce dernier était sur le point de réaliser depuis quelques instants déjà, ayant d’un seul bond rallié la distance qui le séparait de l’étoile céleste, sa lame en avant pour le taillader de part en part. De toute évidence le combat venait de débuter et bien que Faust ne semblait pas inquiet plus qu’outre mesure par cet individu menaçant, il fut néanmoins surpris de le voir se mouvoir avec une telle aisance. Les apparences sont parfois trompeuses et il faut l’avouer, cette expression n’avait jamais eu autant de sens qu’en cet instant. Pour autant, il n’était point l’heure de se laisser surprendre par des stéréotypes inexacts, le colosse face à lui ne prêtant aucunement attention aux troubles auxquels ce dernier était sujet…

D’autant qu’il lui restait encore à élaborer ou plutôt à peaufiner sa stratégie et pour cela il lui fallait être concentré jusqu’au dernier moment, c’est-à-dire au moment de son offensive à lui. C’est pourquoi, après ces quelques instants de confusion, il se remit d’aplomb pour voir son adversaire lui porter le premier coup. Comme il l’avait envisagé, son attaque reposait bien sur sa lame, mais chose quelque peu surprenant, cette dernière se scinda en de multiples lames au nombre de huit, avant de se ruer sur le spectre. Animées par le cosmos de Phaïos, leurs mouvements à la fois saccadé et tout à coup véloce, rendaient la tâche bien plus difficile que s’il avait été confronté à une seule lame. Anticipé la rotation de l’une tout en gardant un œil sur les autres s’avérait impossible, si bien qu’au final, après une multitude d’esquives, Faust commit l’erreur de penser que son adversaire serait lassé avant lui, à tel point qu’il finit par se faire prendre en étau, avant de se voir lacérer de tout part!

Quelques secondes passèrent durant lesquelles Faust ne donna aucun signe de vie, puis au fur et à mesure que la fumée se dissipa, laissant entrevoir une forêt de lames plantés dans le sol, on put l’apercevoir en son centre, immobile et bloqué par ces dernières. Dès lors un long filet carmin se mit à couler le long de sa joue, tandis qu’il restait impassible, son armure scintillant de mille feux sous l’effet des lames de son adversaire. Loin d’être désabusé, ce dernier souriait, pourtant il n’y avait rien de drôle aux vues de sa situation, mais cela semblait l’amuser, l’enjouait même! Bientôt, son cosmos s’éveilla pour faire trembler les environs, ce dernier reprenant la teinte obscure qu’il avait auparavant arboré. Au fur et à mesure, qu’il grandissait, ses mouvements s’en trouvaient de moins en moins entravés, avant qu’il soit libéré totalement par une explosion dantesque.

À nouveau maitre de son corps, mais quelque peu ébloui par la luminosité engendrée par l’arme du Titan, Faust s’empressa de saluer sa dextérité dans une élocution peu méprisante :

« Je dois dire que suis agréablement surpris! Si je m’attendais à ça! Bon maintenant que je t’ai laissé te dévoiler avec l’une de tes attaques, je vais à mon tour te montrer toute l’étendue de ma puissance! Goûte donc à mon Black Cloud »

Au moment même où il venait de prononcer ces quelques mots, des paumes de ses mains qu’il venait de mettre avant, se forma une sorte de vapeur noirâtre qui commença à se déverser autour de lui. Le processus s’intensifia créant ainsi un épais nuage d’ébène à la fois menaçant et terriblement destructeur. Mais bien loin d’en rester là, tandis que son nuage commençait à se diriger sur son adversaire signe avant-coureur du début des hostilités, Faust se lança à l’offensive en usant de l’une de ses techniques.

« Répand ma volonté autour de toi, ôte la vie de mes adversaires afin de leur apporter le salut éternel! Black Smocke »

Dans un mouvement similaire à l’exécution de son Black Cloud, Faust créa une nouvelle fumée par le biais de son cosmos, similaire dans sa forme à sa précédente technique, mais différente au niveau des effets qu’elle allait prodiguer. Se déplaçant elle aussi en direction de son adversaire afin de lui causer des dégâts, elles furent suivies de l’étoile du commandement qui venait tout juste de bondir, pour se retrouver dans le dos du Titan, dans le but de lui asséner un coup d’estoc par le biais de sa faux. Tout était en marche, comment Phaïos allait-il pouvoir se sortir de cette mauvaise passe ? Une question qui était pour le moment sans réponse, mais qui allait sans plus tarder rendre son verdict!

Spoiler:
 


Dernière édition par Faust le Sam 9 Mar - 18:03, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Géant [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 124

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Dim 9 Déc - 2:20

Le cosmos de mon adversaire répondit rapidement à ma question, alors que la poussière disparaissait au profils d’un souffle nouveau balayant notre arène, je le découvris encore debout au milieu de mes huit lames, entier mais sérieusement atteint, un filet de sang mouillant sa joue.

*Comment un spectre peut-il encore saigner alors que le sang est symbole de vie ?*

Des questions, encore des questions, mais nullement le temps de m’y attarder, la contre-attaque arrivait et j’espérais qu’elle serait à la hauteur des prétentions de ce petit humain.

Je m’étais attendu à une frappe en provenance de son arme principal sur laquelle j’avais les yeux rivés, mais ce fut via un étrange nuage malodorant que Faust débuta l’offensive.

*Du poison ?! Une arme de lâche !*

Faisant instinctivement un bond en arrière, je fis mon possible pour en inhaler le minimum, mais il devait déjà être trop tard pour en éviter totalement les effets, connaissant les serviteurs du dieu charognard, maudits parmi les maudits, leurs armes devaient avoir une force à ne pas sous-estimer.

Réimbriquant mes lames sur mon poignet, je décidais de rester silencieux quant à l’usage d’une méthode réservée d’ordinaire aux faibles et aux femmes. Au final, son poison sera contré par les pouvoirs curatifs de mon ichor et mes lames mettraient un terme à sa non-vie misérable.

J’allais passer à la seconde phase de mon offensive lorsqu’un nouveau nuage toxique fut soufflé vers moi charriant avec lui une peste innommable.

« »

J’avais voulu crier mon indignation devant la honte sans borne dont se couvrait mon adversaire, pourtant aucun son ne parvint à sortir de mes lèvres millénaires. Une quinte de toux me secoua alors et ayant toussé dans mon coude, j'y découvris un petit nuage de perle bleue. Je découvris alors avec stupeur deux choses fondamentale pour la suite de mon combat. Premièrement le poison était en moi et apparemment mon ichor ne me serait d'aucun secours contre lui, deuxièmement l’absence du gout caractéristique du sang divin prouvait que le poison du premier nuage m’avait pris beaucoup plus que mes illusions concernant ce Faust.

*Le gout… J’ai perdu le gout !*

Lançant de sous ma visière un regard à la fois surpris et écœuré vers mon adversaire, je devais pourtant lui reconnaître là un tour de force duquel il pourrait bien se vanter si jamais il parvenait à survivre à ma prochaine attaque.

*Misérable cafard toxique !*

Fonçant sans autre forme de procès à l’encontre du second nuage, je ne poussai aucun cris lorsque la morsure des toxines dont il était chargés en vint à ronger ma chair laissant apparaître par endroit des cloques et des plaies peu profondes d'où s’écoulaient goutte après goutte le sang bleu des dieux.

Sans doute attiré par l’odeur du sang et la fureur qu’elle provoquait chez les animaux, Faust se lança à ma rencontre, et de son arme tenta de me porter un coup d’estoc qui aurait allègrement fendu en deux un etre humain.

*Mais je ne suis pas un humain.*

Parant d’un bras la lame courbe et mortelle de la faux de mon ennemi, je portai de mon bras libre un terrible coup horizontal à hauteur du tronc de mon adversaire, un coup que dans sa situation il aurait toutes les peines du mondes à ne serait-ce qu’esquiver.

*Ça t’apprendra à vouloir jouer avec des armes d’hommes.*

J’étais à présent mue par une volonté bien différente de celle qui m’avait fait accepter ce duel, si l’honneur guidait toujours mes lames, à présent la volonté de faire disparaître à jamais cette souillure lui tenait compagnie.

J’allais encore une fois rester silencieux suite à ma perte du sens du gout, mais je n’allais certainement pas rester inactif. Ne souhaitant pas en rester là malgré les terribles dégâts que je lui avais déjà infligés, de mes deux bras se détachèrent alors seize lames étincelantes qui petit à petit se mirent à décrire des cercles autour de mes poings. Prenant de la vitesse à un rythme effréné, c’était à présent un véritable maelström d’acier et de vents déchaînés qui hurlait devant moi.

*Subit mon courroux ! Fugurofisto !*

Répondant à mon cosmos comme une seule lame, une armée d’acier et d’orichalque fut lancée à l’encontre de mon adversaire se trouvant presque à bout portant. Un ouragan de lames acérées le frappa alors sans que son armure ne puisse tenter quoi que ce soit pour amoindrir la fureur des vents s’acharnant contre lui.

* Disparaît donc, éparpillé sur cette terre maudite pour laquelle tu te seras sottement battue.*

La tempête cosmique s’arrêta alors soudainement et alors que je rappelais à moi mes armes symbiotiques, il ne me restait plus qu’à voir s’il restait encore quelques morceaux identifiables de ce petit humain empoisonné. Ça ou son cosmos c’est selon…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aiakos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 214

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Dim 9 Déc - 20:02



La petite fumée que le spectre du commandement venait de déchainer à l’encontre de son adversaire s’avéra dévastatrice, mais pour une raison qui n’était pas celle à laquelle ce dernier pouvait s’attendre…Non ! La principale caractéristique de cette technique résidait avant tout en un subterfuge, alliant malice et perfidie, de quoi surprendre même le plus avisé des combattants. Subtilisant les sens de ses adversaires, cette dernière se révélait en temps utile comme un atout capable de faire pencher le combat en la faveur de son utilisateur et visiblement en cet instant ce fut bien le cas!

Pourtant même à travers l’indignation et le râle de douleur que l’on pouvait lire dans le regard de Phaïos, Faust resta stoïque, impassible face à cette perte de sens du géant. Quelque chose en lui semblait le préoccuper, c’est pour cette raison qu’à défaut d’exprimer sa joie, il se préféra bien plus réservé et ce même quand sa deuxième attaque fit mouche, aux vues des plaies qui jonchaient le corps de son homologue. Même si à présent il était débarrassé de sa voix rocailleuse et vraiment insupportable, chose tout à fait appréciable, son air menaçant lui n’avait pas disparu et pire encore il s’intensifia au fur et à mesure que les secondes avançaient!

Bien vite et alors que Faust venait pourtant de porter un coup par le biais de sa faux, le géant qui ne semblait pas s’accommoder de l’entaille dans son dos, se saisit de son arme avec une facilité déconcertante, avant d’abattre la sienne dans un mouvement de haut en bas. Au contact de la lame et du corps du spectre, les vêtements et le collier qu’il portait furent scindés en deux pour le laisser à découvert, avec pour seule protection son surplis qui n’avait subi aucun dégât. Retombé à même le sol, le visage complètement déconfit, Faust ne put empêcher la vague suivante…

Son visage portait déjà les stigmates de sa déconvenue et ce n’était qu’un début, lorsque Phaïos s’empressa d’user non pas de l’une mais des deux armes qu’il avait en sa possession! De la même manière que sa précédente technique, naquirent plusieurs lames au nombre de seize cette fois-ci. Mue par la même volonté qu’auparavant, les lames se mirent dans un ballet harmonieux à former un cercle qui se mit à déverser son flot de puissance. Semblable à une bourrasque gigantesque, à la fois abominable et terriblement dévastatrice, l’étoile céleste encore bien trop abasourdie et diminuée par le précédent coup reçut, fut rapidement prit dans cette dernière, avant de se voir lacérer de toute part par les innombrables lames qui la composaient!

Balancé dans les airs avec une facilité déconcertante, son corps retomba comme une masse sur le sol, soulevant au passage quelques gravas amoncelés… Dès lors durant quelques instants, l’alchimiste resta inerte, semble-t-il dénué de vie, emporté par l’attaque de son ennemi. Puis dans un tremblement audible de tous, le corps jusqu’à alors immobile se mit à bouger. Une main, puis l’autre, commencèrent à former des rayures sur le sol, avant qu’elles n’y prennent définitivement appui pour soulever le corps qui les prolongeait. Caché par sa chevelure immaculée qui venait de perdre de sa superbe depuis le début du combat, Faust d’un regard hargneux et surtout haineux porta son attention sur l’investigateur de sa perte.

De ses yeux vermillons se dégagèrent une envie de réduire, de supprimer, de dévaster la personne qui se trouvait face à eux. Dès lors et tandis que son corps semblait se remettre tout doucement par le biais d’une bizarrerie sans nom, qui formait quelques décharges électriques sur ce dernier en faisant disparaitre les blessures, Faust entreprit de se lancer lui aussi à l’attaque afin de lui faire payer. En même temps que son Black Cloud commençait de nouveau à s’attaquer aux sens de Phaïos, son utilisateur fit appel à dame nature!

D’un claquement de doigts, une pluie diluvienne s’abattit sur les protagonistes. Aussi noire que la totalité de l’arsenal de Faust, cette dernière se mit au fur et à mesure que les secondes s’égrainaient à redoubler d’intensité, pour finir par provoquer une sensation de pression inouïe sur le champ de bataille. Déchainée, cette pluie était capable d’écraser même le plus lourd et puissant des adversaires, de ce fait quand bien même le Titan était terriblement robuste il ne ferait pas exception à la règle! Faust quant à lui nullement touché par les effets néfaste de cette dernière, se mit à avancer paisiblement en direction de Phaïos, sa faux tournoyant avec agilité sous l’impulsion d’un mouvement de poignet.

« Ne m’en veux pas, mais vois-tu, ma Black Tear qui te frappe en ce moment même, me permet de laver les péchés de ceux qui ont commis des blasphèmes! »

En réalité, outre cet effet qui était bien utile, cette pluie en possédait un autre, capable de lui prodiguer quelques soins! Bien que ses bienfaits ne lui seraient dispensés que quelques instants plus tard, c’était une bouffée d’air frais pour le spectre de Méphistophélès! Lui qui s’était vu trop beau, se retrouvait dans une situation peu enviable, si bien qu’avoir recours à quelques remèdes étaient la bienvenue… Toutefois, hors de question que Phaïos s’en aperçoive, c’est pourquoi dans un puissant élan de vélocité, il se rua sur lui faux en main afin de le désarçonner! Nul doute qu’il réussirait à s’en sortir, mais en cet instant ce qui lui importait plus que de le terrasser, c’était de ne pas lui divulguer son mal-être…

Spoiler:
 


Dernière édition par Faust le Lun 10 Déc - 23:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Géant [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 124

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Lun 10 Déc - 4:09

*Damnation.*

Le cosmos que je ressentis m’indiqua clairement que je n’en avais pas encore fini avec mon adversaire. Et alors qu'il se relevait tout en me maudissant du regard, je n'éprouvais que mépris pour cette vision, actuellement sa puissance résidait dans une arme de femme et face à un vrai guerrier il n'aurait plus qu'à mourir, pour de bon cette fois.

*Qu’importe combien de fois tu te relèveras, je t’écraserais encore et encore jusqu’à ce que tu restes allongé, vermine empoisonnée.*

Je devais néanmoins faire vite, c’était un contre la montre que je devais remporter, en finir avec lui avant que mes sens ne disparaissent définitivement, emporté par le nuage empoisonnée de mon adversaire.

Ma précédente parade semblait avoir laissé totalement dubitatif mon adversaire qui ne devait même rien avoir compris, si ce n’est son sang impie venir souiller le sol infernal, ce sol qui en demandait d’avantage.

*Ainsi soit-il…*

D’un unique et important mouvement de ma lame unique, je fendit le sol et la roche devant moi tout en creusant un profond sillon dans le sol maudit du royaume des morts, un sillon qui se poursuivit jusqu’à mon adversaire qui en un éclair fit tomber sur nous une pluie noire dont chaque gouttes devait peser le poids d’un colosse. Le poids pantagruélique me tombant sur les épaules et le dos me fit me voûter à tel point que je du mettre un genou à terre pour ne pas m'écrouler.

*Comment peut-il supporter l’impact de cette pluie ?*

Car bien que cela ne me paraissait pas possible, je devais me rendre à l’évidence, Faust se tenait encore debout sous cette averse m’ayant fait mettre un genou à terre.

*Je ne resterai pas ainsi, jamais tu ne me feras ployer devant toi !*

Les épaules et le dos constellés d’impact, je ne pus me mouvoir avec suffisamment de vitesse pour éviter encore une fois la morsure de son arme qui vint cisailler avec une étonnante facilité mes chairs millénaires. Chaud et épais, mon ichor vint rejoindre l’eau noire et le sang pourpre du spectre me faisant face.

*Comme si nous étions semblables !*

La rage mêlait à ma détermination guidèrent mon corps et mon instinct de combattant alors que s’échappa de moi une puissante onde de cosmos qui balaya sur le coup cette pluie maudite et me rendant maître de mes mouvements.

*A mon tour !*

Je ne me rendais même pas compte que je ne sentais plus rien, plus la moindre odeur.

Je me jetai d’un bond sur mon ennemi sans un cri et d’un puissant coup de poing, animai les huit lames se trouvant sur mon bras droit.

*Subit à nouveau mon Hachijinsō !*

Et à nouveau le mortel ballet de lames acérées fit son œuvre, à nouveau les lames bougèrent si vite qu’il était presque impossible de les éviter. Le souffle de mes lames s’arrêta une fois encore à ma demande, lorsque la poussière rendait impénétrable la zone que j’avais martelée de mes coups.

*Ne te relève pas, tu ne ferais que prolonger ton agonie, reste là et tombe en poussière ici-même, au milieu de nulle part.*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aiakos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 214

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Lun 10 Déc - 23:13


Sous l’effet de la pression dégagée par la pluie noire, Le titan ne put que constater avec mépris que cette dernière venait de lui faire rompre l’échine. Ce fut genou à terre qu’il se vit par ailleurs entaillé sur le flanc par la faux de son adversaire. Durant court laps de temps Faust venait donc de le surpasser, pour lui infliger de lourds dégâts qu’il ne serait pas prêt d’oublier de sitôt! Fier guerrier au talent avéré, il ne faisait aucun doute que son offensive lui laisserait des séquelles, tant dans sa chair qui laissait à présent couler un ichor bleuâtre, que dans son esprit en raison de son égo surdimensionné !

Pourtant Phaïos loin d’être abattu, réussi dans un remarquable tour de force à se soustraire des effets néfastes auxquels il était sujet depuis quelques secondes. En effet, dans une puissante explosion de cosmos-énergie, la vague d’eau qui l’avait jusqu’alors empêché de se mouvoir, fut anéantie aussi sec! À vrai dire Faust ne fut pas si surpris que cela par ce spectacle, pour la simple et bonne raison, que son adversaire lui avait montré tour à tour que son potentiel était largement au-dessus de la moyenne. En revanche ce qui le surprit bien plus, résida dans le fait qu’à présent il lui était impossible de se soigner afin de panser ses blessures.

En effet, bien que le flot aqueux venait d’être stoppé par son adversaire, les effets qui devaient lui être prodigués n’étaient pas censés s’estomper avec, non il n’y avait aucune condition cumulative pour que Faust puisse endiguer le mal qui le rongeait… Malheureusement pour lui c’était bien ce qui venait se passer et dès lors, son regard se porta de nouveau sur cet être abject qui n’avait pas hésité une seule seconde à user d’un stratagème malsain. Par quel moyen venait-il d’empêcher le spectre de soigner ? Il n’en savait rien, mais une chose est sûre, si auparavant son attaque eut pour but de ne pas montrer l’état quelque peu délicat dans lequel il se trouvait, à présent mue d’une volonté tout autre, sa prochaine le serait pour lui faire payer son affront!

Néanmoins, avant de pouvoir s’adonner à cette pulsion meurtrière, Faust allait devoir subir l’assaut du géant. Passablement énervé et remonté par la précédente attaque de l’étoile céleste, ce dernier se jeta avec vigueur dans sa direction. Bien entendu, avant de se lancer corps et âme, il s’était assuré de former une secousse sismique qui zébra le sol pour se diriger vers le spectre. Dans un bond puissant et svelte Faust esquiva cette animation tectonique, avant de reposer pied à terre quand ce fut terminé. Cependant, tandis que ce dernier venait de retrouver la terre ferme, Phaïos toujours animé d’une volonté sans borne, se mit dans un mouvement maintenant connu de son adversaire à détacher ses lames meurtrières de son bras.

Comme ce fut le cas auparavant, gouvernées par le cosmos de ce dernier, ses lames, qui étaient revenues au nombre de huit, se mirent à se mouvoir pour se lancer avec effervescences à son encontre. Même si ça n’allait pas être une mince à faire, Faust tenta tant bien que mal d’esquiver une à une les lames qui tentèrent de le cisailler. Le titan venait de commettre une légère erreur, du fait qu’une technique ne pouvait pas fonctionner deux fois sur le même adversaire, si ce n’est que partiellement. Et en cet instant c’est ce qui se passait, même s’il avait du mal à éviter ces dernières, au fur et à mesure qu’elles l’attaquaient, Faust semblait s’habituer, augmentant la cadence pour les parer et bientôt ce fut comme s’ils furent en harmonie, en train d’opérer une danse resplendissante, mais qui pourtant n’avait rien de réjouissante.

Mais à force de s’agiter en vain, Faust finit par recevoir la sentence que son adversaire espérait tant. Dans un léger mouvement qui lui fit perdre quelque peu l’équilibre, il ne put parer que quatre lames, tandis que les autres lui lassèrent le corps, avant de se planter dans le sol et de soulever de nouveau un épais nuage de poussière. Quelques instants plus tard, Faust réussit à se lever non sans mal, son surplis commençant à arborer quelques fêlures par ci, par là. Toutefois Faust n’y prêta aucunement attention, pour ainsi dire il n’en avait cure, même si cette dernière revêtait une importance particulière à ses yeux, pour le moment l’important était de le terrasser.

« Ô peuple du royaume infernal, guerriers du monde ancien, j’en appel à votre pouvoir, revenez d’entre les morts et terrassez l’ennemi qui tente de vous subtiliser vos terres! Army of the dead! »

En réponse à cette incantation et suite au bruit orchestré par la faux de l’alchimiste qui venait par deux fois de taper le sol, un bruit strident pour ne pas dire insupportable commença à se déverser dans la vallée. Bientôt, le sol se mit à bouger et des milliers de squelettes qui gisaient sous les entrailles de la terre firent leur apparition pour chasser l’étranger. Doté pour la plupart de plastron et arme en tout genre, d’un mouvement de la main Faust leur ordonna de partir à l’assaut. Tous se mirent dès lors à se ruer sur Phaïos, après avoir dans une communion générale frappée leurs armes contre leurs plastrons pour donner lieu à un gigantesque brouhaha!

Mais pas question que le général de cette armée ne prenne pas part à l’assaut, c’est pourquoi en guise de deuxième vague, l’étoile céleste se lança elle aussi sur l’ennemi. Faux en main, Lame tournée vers les cieux pour ôter la vie du Titan, Faust aux côtés des squelettes qui s’étaient amassés autour du géant, entreprit de lui porter un puissant coup d’estoc qui lui causerait sans aucun doute de lourds dégâts en plus de l’armée qu’il venait de faire apparaitre! Animé d’une envie de supprimer son homologue, il venait de devenir beaucoup plus dangereux qu’auparavant, ce que Phaïos était sur le point de constater d’une seconde à l’autre…

Spoiler:
 


Dernière édition par Faust le Jeu 13 Déc - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Géant [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 124

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Mar 11 Déc - 19:58

*Pas mal…*

Enfin mon adversaire semblait montrer un minimum de dextérité alors que d’un mouvement habile il esquiva la trainée d’énergie que je venais de lancer à son encontre.

*… Pas mal, mais ce n’est pas une danse.*

Ses mouvements joliment exécutés se poursuivirent un moment alors que huit de mes lames fondaient sur son frêle petit corps, pendant un instant je crus que son talent ne se limitait pas à lancer de fourbes nuages de poison à la figure de ses adversaires. Pendant un instant je crus que sa force pourrait enfin se hausser à la mienne. J’avais tort.

S’il parvint en effet à esquiver une partie de mon attaque, ce qu’il encaissa suffit à me prouver que ce combat touchait bientôt à son terme. Il lui restait juste à choisir comment celui-ci s’achèverait.

*Allez, approche.*

Fier et droit, le corps meurtris par les d’impacts dus à la pluie noire, je tendis ma lame droite en sa direction, un défi évident lancé à mon adversaire. Une invitation à me frapper de sa plus puissante attaque avant que je ne mette un terme à cette mascarade. Une provocation à laquelle il répondit en faisant émerger du sol détrempé une marée de créatures grotesques, une armée fantoche et misérable se leva pitoyablement de la glaise infernale et tout aussi misérablement se mit debout ainsi qu’une cohorte de marionnette sans âmes.

*Voilà qu’il se prend pour le dieu charognard, comme si invoquer les morts était de son ressort. Pitoyable apostat, ta disparition sera un bienfait.*

Devant le brouhaha affligeant de ces parodies cadavériques de soldats, je restais stoïque et ne fit qu’attendre la tempête à venir, tempête qui sous les ordres de Faust s’abatis sur moi en une marée d’armes rouillées et de mouvements maladroit.

*Tellement misérable… Un seule de mes bras à plus de force en lui que toutes ces créatures réunies. Je pensais t’avoir prévenu au sujet des moutons et des lions.*

Les innombrables guerriers squelettes se heurtèrent alors à ma contre-attaque, d’un puissant geste de mon bras gauche j’en fis tomber une myriade en poussière alors que mon flan droit se faisait déborder par des dizaines d’autres. Leurs fers rouillés mordirent alors mes chairs avec une force insoupçonnée qui aurait pu m’arracher un gémissement de douleur si le gout ne m’avait pas été enlevé.

Mon bras droit s’abatit alors sur ces misérables créatures, et alors qu’elles lâchèrent les lances et les épées qui constellaient mon flanc, celles me faisant face reçurent mon pied en guise de cadeau de bienvenue. Ainsi se poursuivit durant un moment mes assauts contre cette marée misérable, partout où je portais mes coups mes ennemis tombaient par dizaine, partout où ils parvenaient à passer, des dizaines de piqûres misérables venaient percer mon cuir épais.

C’est alors que son armée fantoche était déjà pratiquement réduite à néant que mon adversaire véritable se lança à mon encontre comme une seconde vague, une seconde vague venant se briser sur les rochers.

*Je n’aurais pas la moindre pitié pour toi, à la différence de ces créatures sans âmes, toi tu avais le choix. Toi qui pense pouvoir disposer des morts à ta guise, toi parjure et faible, apprend donc par mes lames ce qu’est le pouvoir d’un vrai guerrier.*

Sa faux décrivit un arc de cercle, sa course était évidente et sa vitesse dérisoire, cette fois aucune pluie de plomb ne viendrait me déconcentrer. Sa lame courbe vint heurter alors avec force ma lame droite avant qu’un puissant coup de ma lame gauche ne propulse au loin son porteur, une profonde entaille zébrant son surplis de l’épaule droite au flanc gauche.

*Ça suffit, tu n’es pas de mon niveau, tu ne l’as jamais été, il est temps d’en finir.*

Déployant mon cosmos en une formidable émanation éthérée de couleur grise, mes gantelets scintillèrent alors annonçant mon attaque imminente. Levant mes deux bras vers le firmament de ce monde stérile, les seize lames les composants s’en détachèrent en autant d’étincelles avant de décrire d’innombrables cercles concentriques tout en prenant de la vitesse. Le sol sous mes pied se fissura alors que de petits rochers s’élevaient dans les airs avant d’etre vaporisés par la puissance que je dégageais, une puissance dont mon adversaire ne semblait pouvoir que rêver.

Agrippant mon poignet droit de ma main gauche, j’abatis alors mes deux bras en direction de Faust et instantanément le maelström de puissance et de lames acérées se déchaîna en un terrible vortex unidirectionnel qui fonça droit sur mon adversaire déchiquetant et éparpillant tout sur son passage.

*Subit encore une fois mon Fugurofisto !*

Le vent et l’orichalque filèrent telle mille étoiles muettes, muettes malgré leurs puissances, et c’est alors que je compris que le silence m’entourant n’avait rien de naturel. J’avais perdu l’ouïe et cette découverte déstabilisa légèrement mon attaque qui dériva faiblement de sa trajectoire et ne heurta donc qu’en partie mon adversaire.

*Quel poison terrible, vais perde mes deux derniers sens de cette façon ?*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aiakos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 214

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Jeu 13 Déc - 1:50


Tout dans sa démarche avait été minutieusement orchestré! Le moindre de ses mouvements avaient été calculés pour atteindre sa cible et pourtant dans l’incompréhension la plus totale, alors qu’il était faux en main, sur le point de porter son arme sur le corps meurtri du géant, ce dernier d’un mouvement puissant vint à la parer! D’un seul geste de la main droite, sa lame dans un puissant bruit vint à s’entrechoquer avec celle de l’étoile céleste. Leurs forces étaient diamétralement opposées, si bien qu’à l’instant même où ce fait d’armes vint à se produire, Le plus frêle des deux, en l’occurrence le spectre, dû s’y reprendre à de nombreuses reprises pour ne pas plier sous la force brute de son adversaire.

Toutefois, malgré son acharnement et sa volonté de ne pas céder, force est de constater que la tâche était insurmontable, son corps épousant bientôt le sol à force de ployer sous cette montagne de muscles. Cependant avant même qu’il n’en soit venu à de pareilles circonstances, Phaïos lui décocha un puissant coup par le biais de son bras gauche encore libre, au détriment des siennes qui jusqu’à présent tentaient de contenir son assaut. Le choc fut terrible et dévastateur pour le jeune spectre qui fut projeté avec fracas contre le sol, tandis que son surplis arborait désormais un trou béant à cause de l’impact… Pas le temps de se relever, de toute façon il n’en avait plus la force, que Faust vit avec stupeur que le plus gros de l’attaque restait à venir.

Cette fois-ci il lui serait impossible de la contenir ou dans le pire des cas de l’esquiver. Sa puissance ne pouvant l’être et quand bien même avec toute la volonté du monde cela serait possible, ses dimensions dantesques étaient là pour l’en dissuader, pour la simple et bonne raison qu’elles ne lui laissaient aucune échappatoire. C’est donc avec cette terrible conclusion en tête, qu’il reçut de plein fouet cette attaque aux pouvoirs destructeurs. La douleur occasionnée par la lame de sa précédente attaque ne fut rien en comparaison de celle-ci et pourtant Dieu seul sait au combien elle put être redoutable et efficace. Soulevé et balancé dans les airs avec violence, son corps vint rapidement à se fracasser de nouveau sur le sol, pour le voir le laisser inerte…

Il faisait clairement peine à voir, ses cheveux d’ordinaires aussi blanc que neige, étaient maintenant souillés par la crasse, le sang, la poussière, tandis que son surplis qui faisait habituellement sa fierté était dorénavant fragmenté à de nombreux endroits et pour d’autres absent, réduit à l’état de poussière suite aux innombrables assauts… Même son cosmos d’ébène qui l’avait accompagné jusqu’à présent semblait s’être estompé, pour le laisser à l’abandon, un corps sans vie. Tout laissait à penser qu’il venait de perdre la vie et que par conséquent le combat venait de toucher à son terme, pourtant, aussi surprenant que cela puisse l’être, un puissant écho résonna dès lors, en direction du corps inerte de Faust! En effet, similaire aux battements perpétrés par ceux du cœur, un bruit parfaitement audible pour le Titan commença à se répandre dans l’ensemble de la vallée.

Bientôt son cosmos qui s’était volatilisé durant l’espace d’un instant, se remit à s’intensifier au rythme du grabuge orchestré. Englobant au fur et à mesure son adversaire pour le plonger dans une pénombre opaque et quelque peu menaçante, ce fut comme si ce dernier était doté d’une volonté et pour cause Faust n’en était pas le véritable investigateur. En effet, alors que ce dernier d’en un effort incommensurable réussit à se mettre debout, sa cosmos-énergie elle, continuait de se disséminer un peu partout, avant d’entreprendre un processus de métamorphose.

Se transformant, ou plutôt se matérialisant pour ainsi dire en une véritable entité vivante, son énergie cosmique, prit la forme d’une bille minuscule, qu’il porta rapidement dans sa main. Dès lors, du seul fait d’avoir insufflé une infime trace d’énergie, cette dernière se mit à léviter avant de gonfler et de prendre des proportions effrayantes. Dans une puissante détonation qui souleva un épais nuage de poussière, se dégagea bientôt une toile d’araignée noirâtre aux pointes acérées qui se dirigeait vers Phaïos! Plus puissante technique que Faust avait en réserve, cette technique était une arme qu’il ne montrait qu’en dernier recours! L’obliger à la dévoiler était véritablement un exploit, pour autant cela signifiait qu’il venait de signer son arrêt de mort!

Investies de sa cosmos énergie, ces pointes n’auraient aucun mal à toucher leur cible, si bien que rien ne viendrait se mettre en travers de leur chemin, capable de stopper même le plus vaillant des guerriers, ce géant ne ferait pas exception. Loin d’avoir dit son dernier mot et bien trop perverti par l’envie de détruire son adversaire, comme depuis le début de leur affrontement, Faust se jeta sur son ennemi pour le cisailler!

« Je n’ai pas dit mon dernier mot! J’aurai tout le temps de me reposer dans la tombe, mais pour le moment laisse-moi donc finir ce que j’ai commencé! »


Spoiler:
 


Dernière édition par Faust le Dim 13 Jan - 21:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Géant [PNJ]


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 124

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Jeu 13 Déc - 3:24

*C’est terminé.*

Le cosmos de mon adversaire avait disparu, il était vaincu.

*Tsss, quelle perte de temps, même pas digne que je me souvienne de son nom.*

Hélas, si son cosmos avait disparu, sa malédiction se poursuivait, je n’avais toujours pas récupéré mes sens perdu à cause du poison stupéfiant qu’avait lancé sur moi ce spectre.

*Vais-je perdre mes deux derniers sens ?*

Serrant et desserrant mes poings, je fus rassuré en sentant toujours le contact de mes doigts se serrant contre mes paumes.

*Au moins il me reste le toucher et la vue.*

Cela suffirait largement pour en finir avec mon prochain adversaire, s’ils étaient tous de ce gabarit-là, je pourrais en décimer des légions même privé de mes cinq sens.

Tournant le dos au cadavre de mon adversaire, je fis quelque pas avant de ressentir autour de moi une pression cosmique colossale, bien loin de tout ce que j’avais déployé moi-même lors de ce combat.

*Impossible, ça ne peut pas…*

Mais j’eu ma réponse à peine je me retournai. Faust était bien la source de ce pouvoir impressionnant.

Tremblant presque face à un pouvoir aussi dense, je me ressaisi bien vite et me mis en garde, près à esquiver au premier geste de mon adversaire.

*Du calme, son cosmos est peut être devenu prodigieusement plus grand, mais il est pratiquement vaincu, il tient à peine debout, il ne pourra bouger efficacement, je n’aurai qu’à lui porter le coup de grâce une fois que j’aurai évité son attaque.*

Pourtant, alors que j’étudiais les moindres mouvements de mon adversaire, je fus surpris de le voir matérialiser une étrange petite sphère argentée d’apparence inoffensive.

* Une attaque directe avec ce projectile ?*

Concentrant mon cosmos dans mes jambes, j’étais prêt à user de toute ma vitesse pour me mettre hors de la trajectoire de cette attaque se voulant imminente et mortelle. En vérité, je n’avais pas compris, juste pour cela, j’allais payer le prix…

L’explosion qui divisa la boule argentée fut bien trop rapide et surprenante pour que j’eu le temps d’échapper à la pluie de pointes acérées qui presque instantanément me transpercèrent de part en part sur l’ensemble de mon corps. J’étais comme paralysé par les myriades d’aiguilles me maintenant en place ainsi qu’un papillon. Mille morts me frappaient en cet instant et étrangement je ne ressentais pas la moindre douleur, pas la moindre sensation, ni maintenant ni lorsque la faux de mon adversaire zébra mon torse et projeta dans les airs de grandes gerbes de mon ichor.

Je me sentais partir, ma vue se troublait et j’avais… sommeil. Pourtant, alors que mon cosmos disparaissait, je me souvins alors du serment que j’avais fait au seigneur Jappet.

*Sa voix… Sa voix sera mon crédo… Ainsi… Soit-il.*

Tirant doucement sur mes membres, je dus me résoudre à admettre que j’étais bel est bien bloqué.

*Non… Je ne peux pas finir comme ça... Pas comme ça !*

Redoublant d’effort, je ne remarquais même pas que cela ne faisait qu’accroître les dégâts causés à mon corps. Embrasant mon cosmos en une colonne flamboyante allant crever la voûte céleste, je vaporisais du même coup le sol sous mes pieds et me retrouva ainsi lévitant au-dessus d’un cratère fumant dont les débris se faisaient désintégrer par la puissance que je dégageais.

Contractant mes muscles au point de les déchirer, je commençais à enfin briser net les aiguilles me retenant encore dans les airs. Puis ce fut mon cosmos lui-même qui se chargea de liquéfier les aiguilles restantes. Mon ichor bleuté se mêla à l’argent liquide de ces aiguilles sans que je sache que c’était en réalité du mercure s’insinuant profondément dans mes veines et brûlant mon corps. Actuellement la perte du toucher était sans doute ma plus grande bénédiction, et ce fut grâce à elle que je pus encore tenir debout, proprement insensible à la douleur et à toutes sensations qui auraient terrassées ou fait abandonner depuis longtemps un combattant normal, fut-il un dieu.

Tombant telle une pierre au fond du cratère, j’eu alors la certitude qu’une autre frappe similaire de ce mortel me serai fatal, ainsi son pouvoir allait jusque-là…

*Je t’ai sous-estimé humain, tu es un adversaire honorable finalement. Si tu disposes d’une telle puissance cachée, alors je n’ai aucune raison de me retenir encore d’avantage.*

Croisant mes deux lames à la hauteur de ma poitrine, je les fis s’entrechoquer trois fois dans trois gerbes d’étincelles, trois sons que je n’entendis jamais, pas plus que je n’entendais quoi que ce soit d’autre depuis quelques instants déjà.

*Ma vie, mon sang, mon âme… Voilà mon épée.*

Enfin mon cosmos fut libéré dans sa pleine mesure à nouveau, au contact de mon sang, mes lames se transformèrent en une lame unique et gigantesque à la couleur du saphir, mes deux bras réunit pour une ultime attaque où toute la force de mes convictions allait être utilisée. Faisant tomber ma nouvelle lame unique sur le sol, celui-ci fut instantanément fendu au contact de cette masse de sang cristalisé et de cosmos proprement dantesque.

Levant alors les yeux et ma lame vers mon adversaire, je n’avais plus à l’esprit que la certitude sereine que ce coup serait le dernier du combat.

*Ainsi soit-il. Busterblado !*

Ainsi je filai telle une étoile vers mon ennemi, usant de toute ma puissance pour atteindre une vitesse supra-luminique, je n’eus le droit qu’à un coup, un seul et unique coup porté horizontalement à hauteur du torse de Faust avant de le dépasser et de finir ma course à quelques mètres derrière lui. Une fraction de seconde, un souffle de vent, et ce fut terminé.

*L’as-tu entendu toi ? La voix du vent ? La voix de ma lame ?*

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 1196
Armure : Sagittaire

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Ven 14 Déc - 14:49

Arrow Rencontre imposée

Mon arrivée fut telle une prière exaucée que le spectre avait envoyée à son dieu. Devant lui, mes ailes ouvertes formaient un bouclier devant le spectre qui, à voir son visage, ne me remercierait surement pas pour cette action. Le coup fut violent, la lame de mon adversaire s'écrasa sur mon surplis provoquant une énorme déflagration de cosmos autour de moi. Je compris alors que c'était là un adversaire des plus redoutable et que mon allié avait bel et bien une raison d'être en difficulté. Je le regarda alors dans les yeux, mes jambes fléchissant sous la puissance du coup que je finis par repousser avec l'aide de mon cosmos de flammes noires.

-Va t'en, regardes-toi, tu n'es plus en mesure de le combattre et perdre un spectre ne serait pas bénéfique pour notre Seigneur. Je m'occupe de lui du mieux que je peux.

Sur ce, je brûla intensément mon cosmos, provoquant de ce fait une onde de choc qui propulsa le spectre dont je venais de garantir la survie un peu plus loin. Il m'excusera pour cette action assez insolente mais je n'avais pas le choix car je sentais déjà que l'adversaire allait fondre sur moi. Je n'avais pas à interrompre un tel combat surtout que mon tout nouvel adversaire allait anéantir ce spectre.

Mon regard plongé dans celui qui venait de me frapper violemment, je fronça les sourcils quand l'illumination vint à moi. Je ne reconnaissais pas qui il pouvait être concrètement mais sa puissance était titanesque...il ne pouvait s'agir que d'un ennemi des dieux et qui plus est, un de leur grand rival, un titan. Je fis mine de ne pas savoir qui il était quitte à paraître aussi sot qu'un nouveau né sur Terre et continuais de le regarder jusqu'à ce qu'enfin la douleur me quitte. Mon cosmos flamboyait toujours autour de moi, prêt à frapper s'il le faudrait mais je ne voudrais pas être celui qui ajouterai la goutte faisant déborder le vase.

Je me contenta de l'observer, ne prêtant plus la moindre attention au spectre dont je ne connaissais pas le nom ni même sur mon objectif premier qui était de retrouver le Sombre Monarque dans ce monde détruit par la guerre. Le vent soufflait dans les oreilles, une sensation désagréable lorsque je suis concentré sur quelque chose. Si l'autre spectre avait faillit être taillé en pièce par ce monstre, je pouvais sans doute subir le même sort et à la moindre inattention, je pourrais tout aussi bien être balayé par sa puissance.

Finalement, je conclus bien malgré moi que ce monstre ne ressemblait pas tellement à un titan mais plus à un géant. Il était certes plus grand que moi mais sa puissance ne me semblait pas plus divine que celle de Hadès lui-même. Je me méprenais sans doute mais ce n'était pas le plus important dans ce cas là. J'observais les alentours rapidement et la bataille avait laissé des séquelles et des stigmates sur la beauté ancienne de ce lieu.

-Quelle médiocrité ! Qui es-tu pour oser poser tes sales pattes aux Enfers et défier les Spectres ? N'as-tu pas peur de la sentence divine qui t'es réservée à la fin de ton existence ?

Devrais-je raccourcir son existence moi-même ou le laisse vivre en attendant que quelqu'un d'autre vienne avec le plaisir de l'éliminer, de le détruire pour cet affront fait à ce royaume ? Peu importe, son destin est fait, la mort était la seule destination qui lui était réservée. Que ce soit aujourd'hui ou demain, il n'avait plus l'opportunité de se racheter désormais.

Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   Ven 14 Déc - 17:31

Victoire du Géant Phaïos Spathe par interposition de

Shizuo du Bénou qui sauve son camarade des griffes du géants: Faust à le droit de faire

un post de récupération et de demander ses gains de combats.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès   

Revenir en haut Aller en bas
 

La réflexion est une arme à double tranchant! [Combat] Phaïos Spathe Vs Faust de Méphistophélès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Vallée des Amoureux-