RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]   Sam 22 Déc - 22:11



Le silence des fleurs de lotus °~



Le mouvement impétueux des flots, danse lancinante qui faisait se balancer la nef. Là où avait trouvé refuge Athéna et Poséidon alors qu'ils quittaient les rivages du Sanctuaire. Son Sanctuaire. Profondément endormie, elle n'avait pas put constater d'elle-même ce fait qui lui aurait arraché le cœur. Son esprit l'avait ainsi épargné pour l'heure, la laissant sombrer dans un sommeil sans rêves, mais teinté de gris, d'une tristesse presque palpable. Un grand vide régnait sans qu'elle n'en ait encore conscience, perdue dans un Royaume sans formes ni odeurs. Mais la jeune femme reposait là, dans un grand lit aux couvertures de satin ivoire, rehaussant davantage la pâleur de son teint d'albâtre. Puis, subitement agitée dans ses songes, elle froissa les draps dans un bruit soyeux, doux, ses cheveux écarlates finissant de cascader autour d'elle pour former une oriflamme. Ses paupières papillonnaient sans qu'ils ne s'ouvrent à la réalité, ce monde froid et douloureux. Pourtant, entre deux eaux, la pauvre ressentait déjà les morsures du poison, la faisant pousser un bref soupir.

Quelque chose manquait, et elle se refusait de réintégrer la surface de l'eau. Pourtant une force qu'elle n'identifia pas finit par apaiser ses craintes, ses douleurs et les vieilles chimères. Ses mains se détendirent, libérant le tissu auquel elle s'était obstinément accrochée. Envahie par la douceur, la voici de nouveau sereine, le visage parfaitement immobile alors que ses lèvres remuaient sans qu'un seul mot ne s'y échappe. Sa tête roula sur le côté, dans la semi clarté qu'offrait la pièce. L'astre d'argent dardait sur la dame écarlate, ses bras froids mais un rien réconfortants, eux qui la tirèrent de son drôle de sommeil. Un autre soupir et ses yeux s'ouvrirent doucement, blessés par la luminosité de cette soirée qui lui paraissait glacée. Il lui fallut un moment pour que son regard s’accommode du noir régnant, mais très vite elle put distinguer plusieurs silhouettes qu'elle reconnu en un instant. Son cœur se serra dans sa poitrine. Ce qu'elle avait prit comme étant un rêve à la limite du cauchemar, se révélait être la vérité. La surprise put se lire dans ses iris.

Athéna était partie.

Aussitôt une peur viscérale l'attrapa à la gorge et un flot de questions la fit frissonner d'effroi. Contrôlant les tremblements de ses mains, la première explication qui lui vint fut la piste du poison. Les mêmes événements passés aux Cinq Pics se réitéraient ? Quelque chose lui échappait depuis le début. Et son âme en demeura interdite. Son attention se reporta sur les fleurs de lotus qui finissaient d'éclore autour d'elle. Leur pureté et leur couleur aussi blanche que la neige finit de la déboussolée, si bien qu'elle posa un pied chancelant sur les planches. Là parmi les plantes immaculées reposait une Pandora's box.

Celle de l'armure du Lotus.

Elle était revenue, répondant à la détresse de son ancien porteur. Secouant la tête, ne sachant quoi faire, Mashia n'osa plus faire un pas de plus. L'aura qui s'en dégageait était douce et apaisante pour elle, et la jeune femme en fut toute ébranlée. C'était comme effleurer un passé que l'on pensait perdu, la jeune femme elle, y faisait face.

« Athéna ...» Cela fut étrange pour elle de murmurer le nom de sa Déesse désormais perdue. « Athéna !» Répéta t-elle d'une voix éperdue, brisée par l'émotion.

Que se passait-il ? À quel jeu jouait les Moires ainsi penchés sur son canevas ? Que brodaient-elles tandis que frénétiquement, le Lotus chercha la moindre trace de la présence de la Sagesse. Elle tomba à genoux, faute d'être assez remise pour tenir debout plus longtemps. Ses mains se plaquèrent contre le sol alors qu'elle baissait la tête pour laisser sa chevelure dissimuler son visage tel un rideau écarlate.

« Maître...»

Susurra Mashia en proie à une détresse grandissante. Asmita de la Vierge fut la personne qui lui était venue directement à l'esprit quand la peur grimpa à son paroxysme. Et par la simple énonciation du Chevalier d'Or, elle retrouva une once de lucidité. S'efforçant de s'apaiser, la Sainte gagna la lumière de la lune, se redressant fébrilement pour s'appuyer sur le rebord de la fenêtre. Le regard figé, perdu dans le vague, elle s'enfermait dans un mutisme proche du recueillement, focalisant ses pensées comme elle le faisait si bien autrefois en tant qu'élève. Elle erra ainsi sans se soucier du temps qui passe, des forces à l’œuvre toutes proches, où elle était pour se concentrer sur la recherche de la vérité.

Quelque chose lui échappait, et il lui fallait des réponses.



Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]   Mar 1 Jan - 20:43

Assoupi dans un coin de la pièce, le Chevalier d'or du Bélier demeurait immobile aux côtés de sa Pandora Box. Nul regret pour venir troubler son esprit, nul sentiment d'échec le poursuivant inlassablement. Une harmonie peu commune, une sérénité inattendue avait pris possession du Premier Gardien du Sanctuaire. Le Dieu des Océans lui avait pourtant assuré que sa Déesse était en sécurité au sein de son Armada mais il n'était pas question de la laisser seule dans cette chambre. Il avait promis de la protéger et il ne pouvait pas l'abandonner dans les instants où elle en avait le plus besoin. Seule la fatigue était parvenue à avoir raison de la résolution du Chevalier d'Or. Tous les évènements récents, toute cette succession d'émotions et de décisions difficiles, la forte quantité de Cosmos qu'il avait du dépenser afin de protéger les combattants présents dans son Temple lorsque la Tempête avait éclaté. Fatigue physique, fatigue psychologique, un mélange détonnant contre lequel le Bélier n'était point parvenu à résister, s'endormant, assis sur le sol, non loin du lit de sa Déesse.

Jusqu'à ce que soudain... un bruit. Un réveil en sursaut, ouvrant les yeux en grand pour lutter contre une menace inexistante. Alors que le seul spectacle à observer demeurait celui d'Athéna, toujours allongée sur son lit, s'agitant dans ses draps comme happée par une fièvre sans nom. Silencieusement, Shion s'était relevé pour attraper une serviette posée non loin du lit d'Athéna et éponger son front. Quand allait-elle se réveiller? Peut-être pourrait-elle alors lui en dire plus sur ce qu'il se passait. Sur le mal qui semblait la ronger jusqu'au plus profond de son être.

Reposant la serviette, le Bélier était retourné s'asseoir sur sa Pandora Box, réfléchissant à la suite des évènements tandis qu'une sensation étrange venait de le saisir. Athéna... Des troubles dans son Cosmos. Les yeux rivés en direction du lit, Shion cherchait à comprendre ce qu'il ressentait. Le Cosmos doux et protecteur de sa Déesse semblait avoir totalement disparu de son corps mais pas des lieux. Concentré au sein de la statuette d'Athéna placée non loin de là. Etait-elle là lorsqu'ils étaient arrivés? Et de l'autre côté du lit, l'armure du Lotus veillait. Comment interpréter cette situation? Difficile à dire. Mais Shion voulait y voir un bon présage. Mieux que quiconque il savait que les armures avaient leur propre âme. Qu'elles étaient là pour protéger Athéna, protéger ses desseins. Elles ne pouvaient agir contre la Sagesse. Et si l'armure du Lotus était venue ici, pour la défendre, cela prouvait bien qu'il avait fait le bon choix.

Puis finalement, Athéna avait rouvert les yeux. Tous deux silencieux, Shion avait observé sa Déesse se lever, cherchant à comprendre la situation dans laquelle elle se retrouvait si soudainement. L'avait-elle vu? Peut-être. Mais qui pouvait savoir quelles réflexions passaient dans sa tête en cet instant. Quelques secondes s'écoulèrent tandis que le Bélier observait sa Déesse, fébrile, se déplaçant au sein de la petite chambre, notant chacune de ses paroles, analysant leur sens avec inquiétude. Athéna. Maître. La situation rejoignait ce qu'il venait d'observer bien qu'il ne puisse en comprendre toute l'étendue pour le moment.

Perdue dans ses pensées, le regard fixé vers la fenêtre, Athéna semblait sereine. Instant que choisit finalement Shion pour s'avancer vers elle et placer un drap de soie sur ses épaules dans un geste doux et protecteur.

Ne vous inquiétez pas, il viendra dès qu'il apprendra ce qu'il s'est passé. Et nous allons découvrir ce qui se trame actuellement, je n'ai aucun doute à ce sujet. En tant que Premier Gardien du Sanctuaire, je suis à vos côtés, je ne vous abandonne pas. Pas plus que dans les autres épreuves.
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]   Jeu 3 Jan - 2:06

~~ Le cocon de l'âme ~~


Poséidon entra dans les appartements royaux de la Nef en regardant les deux personnes dans la pièce. Encore allongée dans son lit, Athéna semblait hébétée et surprise à la vue de la main tendue d'un homme que le Dieu des Océans ne connaissait que trop bien. Un cosmos protecteur attira son attention et ses yeux azuréens se portèrent alors vers une boîte d'argent pur avec les symboles du Lotus gravés dessus, sur le dessus, une statuette en pierre brillait d'un éclat doré et protecteur qui le fit sourire en même temps que l'interroger sur le sens de tout ceci. Aussi Dieu soit-il, il ne comprenait pas là ce mystère et se doutait que cela était lié à ce qu'il arrivait à la Déesse Athéna en ce moment. Ses guerriers se battaient un peu partout pour sa propre gloire et même les chevaliers d'Athéna étaient intervenus pour protéger les navires de l'invincible Armada. Poséidon cherchait encore des réponses à des questions certainement très incomplètes pour avoir des résultats probants.

Saluant les deux personnes d'un signe de la tête, le Dieu abaissa son cosmos à un tel point que sa présence ne serait même pas senti par un insecte dans la région. La position de la Déesse devait restée secrète le temps qu'elle récupère des derniers évènements. Il s'adossa à un mur de bois argenté par l'ancienne magie atlante pour les observer un moment dans le plus grand silence, les laissant à cette forme de retrouvailles entre la Déesse et son chevalier. Une autre chose leva un sourcil au Dieu alors qu'il voyait à un autre bout de la pièce une autre boîte, mais celle-ci était dorée et ruisselait d'un léger cosmos doré et protecteur. L'armure du Bélier était donc au côté de son maître en cas de danger, il respectait ainsi son serment de chevalier en n'intervenant pas dans les affaires politiques entre les deux Athénas qui posaient bien des soucis à bien du monde, les chevaliers du Sanctuaire en premier lieu.

" Seigneur du Bélier, vous avez à votre droite de l'eau chaude et des serviettes, ainsi que quelques fruits secs pour vous restaurer ! Madame, nous sentons la détresse de votre âme et vous resterez ici le temps que nous estimerons nécessaire au retour de certaines aptitudes vous permettant de vous défendre, un temps soit peu contre d'éventuels ennemis venant de l'intérieur ou de l'extérieur de votre Sanctuaire... "

Poséidon n'était pas un excentrique comme le pouvait être Zeus ou un être froid ou glacial comme l'était Hadès, non, il était assez proche des humains et avait guerroyé pendant des siècles pour les guider en lieu et place d'Athéna. C'est pour cette approche commune mais philosophiquement différente que les deux Dieux se respectait malgré les guerres redoutables qu'ils avaient connu. C'était là un étrange comble, l'un des héritiers du Peuple de Mu et l'hôte de la Déesse Athéna en proie à un tourment dévastateur. Se grattant la tête, le dieu des Océans était assez gêné par une telle situation et ne savait guère par quel bout commencer cette étrange conversation avec une femme qui avait perdu a-priori toutes ses mémoires et avec un Bélier d'or qui s'était rangé à ses côtés mais en se mettant des charges bien lourdes sur ses propres épaules.

Il attendait donc de savoir un peu plus ce que les deux personnes allaient lui apprendre, avant de donner certaines des informations qu'il avait accumulé pendant son bref séjour sur les terres grecques. Il se demandait bien en effet comment un Dieu avait pu tromper ses propres sens de la sorte, au point où seule sa propre intuition avait compté dans le moment de prendre une décision aussi délicate soit-elle. Il n'avait pas ressenti de présence de sa famille, à moins que la présence du Titan n'est altéré ses sens divins pendant le temps qu'il avait fallu mais il n'y croyait guère. Une essence divine était bien à l'oeuvre mais était-ce un Dieu pour autant ? Là était encore la question.... Cette sombre machination était travaillée avec une certaine force et dextérité... Et les intrigues politiciennes, ce n'était pas le fort de Poséidon mais celui de sa femme, cependant, il avait assez appris à ses côtés pour pouvoir tirer des ficelles quand le besoin s'en faisait sentir. Poséidon allait donc entrer dans ce jeu à son tour, puisqu'on lui imposait des règles aussi peu chevaleresques !
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]   Ven 4 Jan - 18:29



Le silence des fleurs de lotus °~


Combien de temps s'était-elle murée dans son mutisme? Combien de longues minutes avait-elle laissé filer entre ses doigts? Combien de grains de sable s'était écoulés dans le Grand Sablier? Personne n'aurait sut le dire, mais deux personnes n'avaient osé rompre ce silence. Ce dernier s'était longtemps maintenu. De peur de le briser, les deux protagonistes n'avaient voulut la brusquer. Si bien que la fragile jeune femme finit de perdre toute notion de réalité. Ses yeux erraient encore dans la trame sombre quand un morceau d'étoffe doux et lisse, alla frôler ses épaules nues. Un léger frissonnement, et Mashia tourna ses yeux vers le Bélier, comme si c'était la toute première fois qu'elle le voyait. Elle resta ainsi quelques secondes à le regarder avant de lui offrir un sourire contrit. Les paroles du Premier Gardien semblaient avoir glissé comme une feuille sur de l'eau, encore trop embrumée dans ses pensées, la jeune Mokushi s'efforçait de rassembler les morceaux épars et brisés de ce grand miroir qu'était sa conscience. Elle avait senti la Déesse de la Sagesse se retirer pour ne plus être qu'un faible éclat qui paraissait provenir d'une statuette. Mashia ne savait pas comment l'expliquer.
Trop de chaos nuisait à sa sérénité, aussi entendre la voix puissante du Seigneur des Mers trouva échos quelque part, une prise à laquelle se raccrocher en plus du soutient inébranlable de Shion. Toujours ! Le jeune homme avait toujours été là dans les coups durs, dans les moments les plus pénibles. Était-ce une fatalité? Ou simplement sa destinée?

La jeune femme remercia d'un geste de la tête, Shion et Poséidon avant de se détourner tout à fait de la fenêtre par laquelle elle avait sut trouver un peu de réconfort en songeant aux étoiles. Asmita de la Vierge saurait la retrouver, sa sagesse lui serait d'une grande aide, ainsi que ses paroles. Mais pour l'heure, elle devrait quitter le masque de la femme désemparée et se ressaisir. Tel était sa propre voie. Ainsi était l'œuvre des Moires et du Destin. Or qui pouvaient se prétendre être le maître de ce dernier? Personne hélas, pas même le plus puissant des Dieux.

« Une coquille vide. » susurra t-elle en se dirigeant lentement vers l'armure d'argent dans son carcan. « La Promesse du Fer et du Sang...»

Pivotant sur ses talons, Mashia regarda la divinité droit dans les yeux, une lueur nouvelle dansant dans ses prunelles pers. Non, on ne lui avait pas arraché ses souvenirs, certains demeuraient encore intacts de toutes souillures. Nerveusement, la jeune femme tordait ses mains en puisant dans ses ressources. Un bref halo d'argent l'entoura avant de s'évanouir. Ce qui devait être un simple effort de concentration s'était mué en une épreuve bien difficile. Ne comprenant pas trop ce qui se passait, ce fut lasse, que Mashia se rassit sur le bord du lit, la tête entre les mains. Un autre soupir franchit la barrière de ses lèvres.

« Quelque chose est à l'œuvre et altère le cours de mes pensées, je suis même incapable pour l'heure d'user de mon cosmos. Des heures sombres se profilent, vous avez votre propre guerre à mener Seigneur Poséidon, et je ne serais qu'une gêne, alors soit, je resterais ici le temps de recouvrer mes esprits. »

Ce n'était pas par gaité de cœur, mais Mashia se sentait fort peu utile maintenant que ses pouvoirs étaient endormis. Puis, onde pernicieuse et électrique, la jeune femme se recroquevilla l'espace de quelques instants en resserrant sa poigne sur sa tête. Haletante, elle releva son visage vers eux. Hagard, coi de stupéfaction, la demoiselle aux Lotus articula :

« La Seconde … elle vous déclare la guerre. Les autres qui m'ont suivit ... ils sont désormais considérés comme des traîtres … la chasse commence … »

Cet instant d'égarement fut de courte durée, fort heureusement. Sous ses doigts, Mashia senti la douceur du satin, délicatement alors, elle resserra autour d'elle, les pans du tissu qui la recouvrait. Puis un bref murmure la tira de sa léthargie. Sourcils froncés, la jeune femme tendit l'oreille dans l'espoir que le phénomène se répète. La voix était si faible qu'elle n'était pas sûre. Sans doute était-ce tout simplement le fruit de son imagination? La petite statuette qui reposait tout contre son armure l'intriguait.

« Qu'est-ce que cela signifie? » fit-elle en désignant à la fois son armure, et ce drôle d'objet. « Un signe? »

Elle parlait à haute voix, bien que ses paroles pourraient très bien être des pensées, des interrogations faites à soi-même. Le goût de ces mots lui laissa un arrière-goût âpre dans la bouche, tel un mauvais vin …

« Combien? Combien sont-ils à m'avoir suivit Shion? »

Cette fois, sa voix s'était faite plus assurée. Ce soubresaut de lucidité laissait à penser qu'elle émergeait lentement la tête hors de l'eau. C'était le cas, et ce qu'elle ressentait ne faisait que grandir son effroi. Une guerre de Troie pourrait très bien de nouveau éclater. Les jeux sombres s'agençaient habilement, tous étaient trop occupés pour s'en rendre compte.

« Dohko? Kappa? Corell? -éluda t-elle avant de faire une pause en se massant les tempes.- Veuillez m'excusez pour tout ceci Ô Poséidon, je vous vois vous-même gênez par cette histoire abracadabrantesque. Douter n'est pas un mal... mais... sachez que je veillerais à ce que notre alliance reste intacte. Je combattrai à vos côtés quand le moment sera venu.»

Puis, doucement, sa main alla frôler la box de son armure. Celle-ci lui répondit par un chant argentin, pur et clair. Une unique fleur de lotus soudain, commençait à s'épanouir à ses pieds.



Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]   Jeu 10 Jan - 0:05

Fort, le Bélier devait être fort en ces instants chaotiques. Pas seulement pour lui-même, pour éviter qu'il ne se laisse assaillir par le doute et le regret, mais fort comme un roc, un pilier sur lequel Athéna pourrait s'appuyer. Car nul ne devait être bien clairvoyant pour se rendre compte que c'était elle qui avait besoin du plus de soutien en ces instants. L'heure était donc à ranger ses états d'âme, oublier les sentiments sombres qui pouvaient vous détourner de votre tâche. L'heure était celle du respect de ses serments, de son devoir. Protéger Athéna, ce n'était pas seulement se battre dans un Temple lorsque les ennemis frappaient à votre porte. Car parfois, les adversaires usaient de manigances bien plus retorses, bien plus subtiles, que poings et Cosmos ne suffisaient à combattre.

Posté aux côtés de sa Déesse, tentant de lui apporter une présence familière et réconfortante, Shion ne s'était qu'à peine rendu compte de l'approche du Dieu des Océans, ne le remarquant réellement que lorsque celui-ci les salua et prit la parole à leur égard. Des paroles amicales et encourageantes pour celui qui les avait pris sous sa coupe et sorti des dangers du Sanctuaire. Car qui sait quelle aurait pu être la suite des évènements s'ils ne s'étaient pas éloignés sur les navires de l'Armada de Poséidon. Comment auraient réagi les Chevaliers persuadés qu'Athéna se situait auprès de sa Statue? Et comment aurait réagi cette dernière? Non. Poséidon était la clef de leur sécurité actuelle et la reconnaissance était de mise. S'inclinant cérémonieusement face à ce dernier.

Merci pour vos attentions Seigneur Poséidon. Je ne manquerai pas d'utiliser cette eau, je pense en avoir bien besoin. Et merci encore de nous avoir accueillis au sein de votre Armada. Grâce à vous, ma Déesse aura tout le temps de se reposer et retrouver ses forces. Moi aussi d'ailleurs... Et le temps d'élucider tous ces mystères...

Athéna, quant à elle, demeurait renfermée sur elle-même, cherchant probablement à identifier le mal qui la frappait. Comprendre les derniers évènements. Si une partie de ses forces semblait lui être revenue - preuve en était qu'elle était parvenue à se lever - l'équilibre retrouvé demeurait bien fragile, tout effort risquant de la ramener sur son lit. Une tentative vaine de concentrer son Cosmos, et la Déesse dépitée avait été forcée de se rasseoir, ses forces menaçant de l'abandonner à nouveau. Posant genou à terre à son chevet, plus par inquiétude que par témoignage d'un respect Chevaleresque que sa Déesse ne supportait pas, Shion ne savait comment réagir pour ne pas outrepasser l'étiquette. Il ne devait oublier qu'une Déesse se tenait face à lui, malgré les évènements actuels.

A ses paroles concernant la seconde Athéna, le Bélier réprima un frisson. La Guerre contre le Sanctuaire Sous-Marin. La Traîtrise. La Chasse. Des mots qui faisaient frisonner mais renforçaient la détermination du Premier Gardien. Transgressant les règles implicites qu'il s'imposait, Shion posa sa main sur celle d'Athéna en répondant doucement à ses propos, pour calmer ses inquiétudes.

Ne vous inquiétez pas. Jamais les autres Chevaliers n'accepteront de lever la main sur vous, ou sur leurs frères. Il n'y a pas de traîtres, pas plus ici qu'au Sanctuaire. Nous vous sommes tous fidèles mais il faut juste du temps pour que le voile se lève et la vérité éclate. Et pendant tout ce temps, je demeurerai à vos côtés. Pas pour une Guerre mais pour retrouver la Paix.

Tournant ensuite son regard en direction des éléments que fixait maintenant Athéna, Shion tenta de réfléchir aux raisons de la présence de la statuette et de l'armure du Lotus. Peut-être le Cosmos d'Athéna avait-il été scellé par une quelconque fourberie et l'armure du Lotus était venue à la rescousse de sa Déesse et de son ancien porteur pour la protéger? Une hypothèse parmi tant d'autres à creuser. Avec l'aide de Poséidon probablement. Mais ces hypothèses devraient attendre car une question prononcée par sa Déesse demandait réponse et cette dernière n'était pas des plus faciles à apporter. Plongeant son regard dans celui d'Athéna, le Bélier afficha une mine déterminée, désireux de ne pas mentir, ni éteindre l'étincelle d'espoir qui venait de réapparaître au fond de sa Déesse.

Celsius, Chevalier d'Or des Poissons, vous a lui-aussi accompagnée en ces lieux. Je ne sais pas ce qu'il en est de tous les Chevaliers car nombreux sont ceux que je n'ai pas croisés lors des évènements récents et plusieurs étaient même absents du Sanctuaire. J'ai pu voir Dokho avant de venir vous rejoindre et il comprenait ma décision. Il se devait de demeurer là bas pour protéger le Sanctuaire mais m'a assuré qu'il défendrait mon choix auprès des autres Saints.

Marquant une pause pour laisser le temps à Athéna de prendre note de ces détails, le Bélier reprit pour ajouter une touche rassurante.

Tous n'ont pas pu vous suivre mais cela ne veut pas dire qu'ils ne croient pas en vous. Il fallait en effet conserver des défenses au Sanctuaire et tenter de comprendre ce qui s'y est passé. Cette invasion de Black Saints et tout ce qui s'y lie... D'autres vous rejoindront une fois la situation calmée, j'en suis certain.


Des paroles réconfortantes qui, Shion l'espérait, suffiraient à éviter qu'Athéna ne perde à nouveau pieds...
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]   Ven 1 Fév - 15:11

~~ Le cocon de l'âme ~~


Le dieu observa ces deux êtres devant lui en ne disant pas un mot, tout juste un signe de la tête aux remerciements du chevalier d'or du Bélier. Il avait écouté avec attention les dernières paroles de sa Nièce et ne doutait plus désormais de son choix. Son cosmos était calme en apparence mais chaque moment de la sorte éveillait en lui une lassitude sur les querelles entre les hommes, lui le querelleur devenu fatigué par tout cela était d'une certaine ironie n'est-ce pas ! Levant les yeux vers le plafond, regardant quelque chose d'inconnu, il dansait entre ses pensées pour ne pas distraire le retour de sa Nièce et ses retrouvailles avec le chevalier du Bélier. Chaque nuée, chaque onde de ce monde ne lui échappait pas et il aurait bien voulu redevenir un être simple et normal, vivant une paix que tout le monde attendait depuis des années. L'Ebranleur des Sols ? Ce surnom lui était destiné lors de ses cavalcades furieuses sur les terres humaines, craquant la peau de Gaïa sous chacun de ses pas, mais là, il ne voulait pas avancer et était prostré devant cette incompréhension.

Celle-ci était née de cette manipulation qui l'échappait. Qui ? Qui osait se permettre de se jouer de la Sagesse et des Océans dans des desseins qui ne voulaient pas retirer leur voile de mystères ? Pensif, il tentait de remettre tout cela en ordre et avait espéré s'appuyer sur l'intelligence de sa Nièce pour se sortir des combinaisons que cet ennemi invisible avait mis en place dans le plus grand secret. Une partie de lui même pensait à l'action du Titan dans les quelques heures précédentes mais il ne voyait pas la raison de son arrivée sur cette partie du Monde sans un intérêt particulier. Mais lequel ? Se grattant un peu la tête, le Dieu souriait en regardant l'horizon. Il fallait dépasser les pensées normales, pour se hisser aux pensées de l'impossible, cette valeur était la seule façon de répondre à toutes ces questions. Oui, chaque être défendait son idéal de lumière ou de justice de part son prisme personnel. Athéna croyait dans la nature humaine, bonne ou mauvaise, que chaque action de celle-ci était une manière de s'élever en quelque sorte. Odin protégeait son peuple et une civilisation d'un autre âge, loin de la quiétude des terres chaudes de la "Mare Nostrum". Hadès, son auguste frère, lui voulait faire retomber le monde dans le grand froid polaire qu'il avait déjà imposé à l'Humanité à de multiples reprises mais lui, le Dieu des Océans, refuserait de se voir figer dans un monde sans âme et même si cette âme n'était pas celle qu'il vénérait. Des quatre forces de ce monde ayant un poids pour agir sur le destin, il y avait désormais les Titans, Apollon et Arès oeuvrant dans l'ombre dans leur "Palatin"...

Sortant de ses réflexions, Poséidon baissa derechef ses yeux bleus vers ses invités. Il ne savait pas si cela était bon pour lui ou encore plus pour eux, la fausse Athéna n'hésiterait pas à agir sous peu contre eux et dans les plus brefs délais. Il savait qu'il les protégerait de toute vindicte, il savait ce que cela voulait dire quand le goût de la vengeance prenait le pas sur la raison et Ulysse l'avait assez payé autrefois !

" Nous espérons que notre Nièce se porte mieux ! L'ennui de cette situation nous échappe à tous d'une certaine manière mais nous ne devons pas oublier en effet notre serment ! Si celle qui se prétends Athéna venait à agir contre vous ou vos dévoués chevaliers, ils nous trouveront sur le chemin de la guerre, nos Marinas ne les laisseront jamais passé sans réagir ! Bien, il est temps d'y aller, nous ne devons pas montrer plus longtemps notre absence à nos sujets, le temps n'est pas à se cacher dans nos appartements Madame ! "

Le Dieu était perdu, n'avait rien gagné et il n'avait pas de raison de se contenter de tout cela, aucune victoire, aucune défaite, juste la sensation d'être un prince sans la vision du futur à venir ! Le miroir des Parques se montrait bien cruel...



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]   

Revenir en haut Aller en bas
 

~[1754] Le silence des fleurs de lotus [P.V Poséidon/Shion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-