RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Mar 8 Jan - 0:02



Quand le Tocsin gronde comme l'orage °~





Ils ne pourraient aisément le mettre à mal, Coeos connaissait ses qualités, aussi bien que ses faiblesses. Et il en était de même pour les deux Fils de Nyx qu'il avait eu tout le loisir d'apprendre à connaître depuis quelques temps. Un Titan ne devait pas faire étalage de sa force, il devait se montrer implacable. Droit, fier mais raisonnable. Or, pourrait-il seulement parachever son œuvre ? Cette pensée s'envola au même instant qu'une autre frôlait son esprit un peu perdu l'espace de quelques instants.
Le Porteur du Keraunos se désespérait de voir les deux divinités prendre part ainsi à la Reconquête. Leur comportement ne méritait pas qu'il leur accorde quelques crédits, aussi ce fut pour cette raison qu'il ne répondit point de prime abord à Hypnos. Quand bien-même ce dernier pourrait user de son ton le plus mielleux, ces vains stratagèmes ne pourraient l'atteindre. Pas plus que leurs deux discours radicalement opposés. Il ne comprenait pas non plus que la Mort puisse ainsi s'enticher d'un simple Spectre. Non. Non il ne cracherait point sur la force de l'Amour. Or il n'en voyait pour l'instant, que le sombre versant : cela rendait Thanatos une proie facile à duper, un Dieu pathétique qu'il serait facile de déraisonner. Les êtres forts ne devaient pas s'alourdir d'éléments faibles, bien que cela soit chevaleresque.

Oui. Un vrai chevalier se doit de pouvoir tout quitter d'un simple claquement de doigt. Comme Lancelot du Lac le clamait en dépit de son transport pour la belle Guenièvre. D'autres histoires tragiques pourraient défiler ainsi dans sa tête, inlassablement, ne faisant que gonfler son idée sur la question.
Il pouvait se tromper, Coeos n'était pas un idiot : son esprit calculateur ne pouvait omettre la moindre possibilités.

Il avait encore fait quelques pas dans toute cette poussière qui ne salissait pourtant pas sa cape immaculée. Un autre sourire sardonique vint ourler ses lèvres, dotant à son visage, une expression un rien amusée voire moqueuse. Le Titan continuait de songer avant de magistralement pivoter sur ses talons dans un mouvement aérien, si vif et gracieux qu'Apollon lui-même aurait loué.
Le regard froid, détaché, toute trace de sourire ayant disparut de son faciès, Coeos demanda subitement, fermant les yeux comme pour apprécier la sonorité de ses mots.

« Vous qui devez êtres supérieurs aux hommes, plus droits qu'un chevalier : abandonneriez-vous tout ce qui vous est cher d'un simple claquement de doigt s'il le fallait ? »

Le noble Titan n'attendait pas une réponse dans l'immédiat. Cela lui était venu comme ça, sous le coup d'une brève réflexion qui l'avait conduit à ce petit jeu. Pas de piège, juste une simple question qui ne demandait pas forcément de réponse.
Les Dieux Jumeaux seraient forts aises de ce petit manège de l'esprit qui ne serait pas sans rappeler un jeu d'échec. Chaque coup devait être soigneusement calculé, ceux, adverses, bien interprétés...

Le Tocsin sonnait déjà à leurs oreilles...

« Diante ce que le temps passe vite ! N'est-ce pas ? Alors, n'en perdons pas plus, voulez-vous ? »

Le Titan prit une profonde inspiration en ouvrant les bras comme pour embrasser le ciel. Et il hurla d'un cri si puissant... qu'il aurait put déchirer la trame obscure.

Ebony Plasma !


Les nuages s'amoncelèrent, rageurs, parfois illuminés par un flash obscurcit par les volutes crépitantes de son cosmos : peu à peu, ses pouvoirs s'éveillaient, même dans cette dimension autre, cette fausse réalité qu'Hypnos construisait à sa guise. Si le paysage n'en était pas moins chaotique, cela démontrait tout de même une certaine aisance à la reproduction. Un artiste. Un rire nullement ponctué de sarcasme couvrit un moment, le grondement du tonnerre.

Puis, il frappa. Sans que quiconque ne puisse s'en apercevoir. Le Titan était véloce, si rapide qu'il ferait pâlir le Dieu Hermès et ses petits souliers ailés. Durement, il canalisa ces sombres foudres pour les modeler, les manier à sa guise afin de les détruire.

Non, cette fois, une seule attaque ne suifferait pas. L'ivresse serait de mise.

« Montrez-moi si vous pouvez être aussi dignes que le Chevalier du Lion ! Montrez-moi l'étendue de vos pouvoirs ! Montrez-moi que vous n'êtes pas des pantins-fous !» railla t-il en faisant tinter son armure dans un bruit métallique. Un autre son put être perçu dans ce tumulte : celui du fer crissant contre le fourreau.

Lestement, le brave Titan leva sa rapière dont la lame brilla d'une lumière surnaturelle : celle-ci avait soif de sang, et ses morsures seraient redoutables si elles venaient à être portées ! Tourbillonnant dans les airs, majestueux tant ses gestes paraissaient être un fabuleux ballet parfaitement orchestré, Coeos s'acharna sur le Dieu des Rêves. Sonnant à l'instar d'un défi quant à ses précédentes paroles. Une drôle invitation à parler ! Et à répondre à sa propre question.







Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Mer 9 Jan - 1:01

Un grondement de tonnerre vint sonner le début des hostilités, faisant vibrer les hautes montagnes des Enfers tandis que le conflit entre la progéniture des ténèbres et de la terre était sur le point de commencer: un conflit que même la grande titanomachie n'aurait pu rêver de voir se produire entre les ainés du Cosmos qu'étaient les fils de Nix et d'Érèbe contre ceux de Gaia. Un duel où les plus anciennes forces réignant sur le monde allaient s'entrechoquer: d'un côté se tenait le plus sage des Titans armé de l'arme originel qui permit au roi des dieux de cette ère, d'asseoir son pouvoir et sa domination par l'instrument qu'il dut dérober à Coeos, face à lui se trouvait les deux plus puissants combattant du sombre empire dont le simple nom avait causé la peur et le respect dans le monde des hommes. Un duo mêlant la mort et le sommeil contre une ennemie commune: effroyable association que celle des deux frères d'or et d'argent, cependant cela ne devait pas ébranler le titan à la foudre noire s'intima le commandeur de la mort. La force de ce seul être était aussi grande que celle de plusieurs divinités dont lui-même et son frère n'en était pas les moins fort à ce jour: pourtant, le manieur de foudre noir s'était si facilement joué de lui et de la reine des Enfers sans que ceux-ci ne puissent répondre à ses attaques... L'attaque bien que fourbe et sous l'effet de la surprise, avait été assez violente pour emprisonner l'épouse d'Hadès et blesser le corps divin du dieu de la mort dans le même instant sans que Coeos ne montre le moindre signe d'effort prouvait que malgré le fait qu'il soit opposé à deux déités: son pouvoir et sa force les surpassait largement.

Serrant alors les poings sous les paroles du Titan, le dieu aux longues ailes d'argent et d'onyx observa avec attention son adversaire: se concentrant sur ses mots, sur son sourire, sur ses mimiques au fur et à mesure qu'il se remémorait les phrases et les piques qu'il lui avait lancés au visage, se laissant doucement déborder par un sentiment qu'il avait complètement oublié depuis la dernière guerre. La gentillesse et la douceur que lui avait révélée celle qu'il voulait à tout prix protégé semblaient l'avoir affaibli, adoucie comme chaque guerrier qui délaissa un jour le champ de bataille pour une autre flamme plus vivace et plus chaude. Cependant, ce titan avait posé les yeux sur celle qui avait muselé la violence du boucher du Sanctuaire d'or: la simple idée que cette chose avait eu l'audace de mentionner celle-ci fit alors ressurgir toute la violence que Thanatos avait enfermée dans son esprit, la libérant non pas pour vaincre l’ennemie ni pour accomplir son devoir... Mais pour garantir la sécurité de celle qui portait son coeur de Dieu et d'homme. Il était prêt à arracher la peau du Titan et d'en faire un sac pour le jeter dans le Tartare s'il le fallait... Les actions qui s'en suivirent ne purent hélas que de rajouter de l'eau à son moulin.

La clarté macabre des Enfers explosa soudainement devant ses yeux: chaque particule, chaque atome et chaque électron se voyait transpercé par une infinité de rayons noirs avant de se rejoindre contre lui, frappant l'immense armure du Dieu de la mort telle une pluie successive d'éclaire. L'assaillant de toute part jusqu'à ce que le sol sous ses pieds ne se brise en plusieurs cratères creusés sous le dieu d'argent par la multitude d'éclaires. Le laissant alors debout, le regard bas et les bras tombant vers le sol tandis qu'une épaisse fumée sombre ne se dégagea pas de son corps où les stigmates de la foudre étaient toujours présents et vivaces le long de son surplis, lézardant sur chacune de ses plumes d'airain telle une carcasse de métal foudroyé par la foudre.

''... C'est... Tout ? Tu te contentes nous rouer de coups et tu nous compare a ce chevalier ? ... Tu veux voir la différence entre nous et les pions pour qui tu nous prend ? "

Fit la voix grandissante de Thanatos alors qu'il se redressait légèrement: relavant l'une de ses mains au niveau de son visage pour en essuyer l'ichor bleuté qui coulait au coin de ses lèvres, ouvrant alors les yeux pour voir son propre sang avant de laisser éclater son cosmos dans une déflagration irrésistible. Submergeant alors son cratère avant qu'il ne déploie ses immenses ailes. S'envolant de son cratère en l'élargissant sous son départ avant de fondre sur le titan telle une comète de fureur plus rapide que la lumière elle-même: plongeant sur lui, le dieu concentra une énorme quantité de son cosmos afin de l'abattre sur Coeos pour l'obliger à s'écarter de son frère, brisant la roche entre lui et Hypnos sous le cosmos qui frappa la zone dans une explosion d'énergie violacée qui engloba une partie de la zone. Sans relâcher ses efforts, le dieu de la mort arriva de nouveau au corps-à-corps avec le titan: faisant naitre alors une longue épée le long tel un falchion argenté entre ses doigts avant de faire briller la lame à tête de mort de son cosmos en lançant une vague tranchante de son épée contre le titan à bout portant, découvrant alors si oui ou non celui-ci possédait réellement une célérité supérieure à la sienne.

Un battement d'ailes sépara Thanatos de son adversaire, le laissant se poser à quelques pas du titan avant qu'il ne fasse briller son épée de nouveau: la couvrant de mots anciens, de malédiction et d'autres langues oubliées tandis qu'à ses pieds se mit à naitre le pentacle a cinq branches qui était son symbole.

" La différence est que je vais te renvoyer dans les geôles dont tu n'aurais jamais dû sortir ! Oublierais tu que j'ai été le premier gardien du Tartare ? Les chaines de cette cage maudite elles ne t'ont pas oublié !"

Le sol se mit alors à trembler fortement, s'éventrant tout autour d'eux alors que le pentacle de Thanatos se mit à se déployer de plus en plus jusqu'à complètement recouvrir l'entrée des Enfers, saignant le sol infernal de millier de symbole avant que le dieu ne libére la puissance de son cosmos, le faisant résonner avec l'énergie du pentacle.

"SOUL PRISON !"


Tel une malédiction à peine prononcé par le dieu: les entrailles de l'Enfer furent mise à nue par des milliers de chaines rougeoyante par la lave et le feu, brillant de l'énergie déchainé de Thanatos celles ci étaient marqué par le nom de ce qui se trouvait au dessus de l'abime et allait de nouveau enchainer le titan même si pour cela elles devaient s'enfoncer profondément dans son corps et son sang.




Dernière édition par Thanatos le Jeu 10 Jan - 0:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 905
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Jeu 10 Jan - 0:05

*Je suis une question pour ce monde, aucunes réponses à la ronde, juste le silence de l’univers.*

Tout en l’interrogeant, je m’interrogeais. Pourquoi ? Pourquoi était-il devenu ainsi ?

*Coeos.*

Rien, pas la moindre explication, pas un mot pour se justifier. Rien.

« Je t’ai perdu mon ami, je t’ai perdu. »

Ainsi le tartare avait ce pouvoir, celui de corrompre jusqu’à l’âme et à l'essence du plus noble des enfants de la déesse mère. Dans les ténèbres de la prison des dieux la fierté était devenu orgueil, la noblesse méprit et l’intelligence malice. Ce qui se dressait là devant moi devait rester une vision beaucoup plus marquante que ne le serai jamais celle de l’arme que l’on disait déicide.

« Pardonne-moi… Je ne peux te sauver, je n'ai pas su le faire à temps. »

Apparemment il ne restait plus rien à ajouter. Fermant les yeux sur cette pensée affreuse, je pris alors ce qui serait ma première inspiration de ce combat. Un combat comme la création n’en avait jamais vu.

« Que brûle et disparaisse cette terre de cauchemar, un lieu finalement bien approprié à notre rencontre. »

Déjà le pouvoir du créateur du keraunos embrasait ma réalité, zébrant les cieux d’une myriade d’éclairs sombres.

« Qu’est-ce que j’ai pu t’envier pour cela… Je t’ai admiré, méprisé, hais, j’aurai autrefois tout donné pour ça… Quel idiot ai-je pu être. »

Je rouvrais mes yeux pour ne voir qu’un flash de lumière noire, un flash et la croissance proprement dantesque de la puissance du titan.

*Au moins en cela tu restes fidèle à toi-même. Coeos.*

Le coup vint, je ne le vit pourtant pas arriver. Instantanément, semblant même défier les lois de la causalité, des milliards de des traits de foudres obscures virent me percuter, chacune ayant à elle seule assez de force pour anéantir mille âmes s’il l’avait fallu.

Ce fut mon surplis qui le premier se brisa sous la puissance de l’impact, se fissurant sur de larges pans la poussière de diamants sombres se mêla à l’or en fusion qui m’entourait toujours.

Sous la puissance de l’attaque que Coeos avait déchaînée le monde se transforma alors autour de mon frère et moi. Rochers, nuages, collines, tout fut rasé sur le chemin de ces milliards de dard enflammés faisant passer l’ultime cosmos pour un jouet d’enfant. Je restai alors seul au milieu d’une tranchée courant jusqu’à l’horizon. Encore debout certes, mais le corps et l’armure meurtrit.

*Un seul coup.*

Je n’arrivais toujours pas à croire à ce que mes yeux et mes ersatz de sens humains me montraient. Un seul coup et déjà… Ça.

Portant la main à mon épaule dont la protection avait disparu, je pus distinguer sous elle mon corps artificiel tenant de se recomposer. Poussière d’or amalgamée me servant de vaisseau mon enveloppe physique ne pourrait pas tenir longtemps face à une telle puissance, et mon armure non plus.

Le corps encore parcouru de réminiscences électriques, il m’en restait également un formidable sentiment de dégoût, de dégoût et d’échec.

*Pourquoi toi ?*

La rapière du titan vint couper court à mes pensées, m’arrachant à ce monde si merveilleux que j’avais autrefois bâti et qui aujourd’hui me servait de champ de bataille. La soma de foudre noire transperça l’or à maintes reprises, se jouant de ma protection physique comme si elle n’existait pas. Face à sa pointe acérée j’étais sans défense et mon enveloppe corporelle en payait le prix. Ce fut à ce moment que la voix puissante et pleine de défi de mon frère s’éleva ainsi que son pouvoir. Dans sa rage il avait raison. Plus rien n’était à comprendre. Mon esprit était perdu en ces instants, de mes doutes naissait l'immobilisme, et de l'immobilisme conduisait à la décadence. Il ne me restait plus qu’à combattre, combattre de toutes mes forces pour ce en quoi je croyais, ce pour quoi je pouvais abandonner tout le reste.

« Je pourrais tout abandonner sauf une chose. »

L’armure transpercée à de nombreux endroit, laissant par là même apparaître l’or contrastant avec le diamant noir, ce fut le moment où je devais profiter du répit que me laissait mon frère en s’en prenant directement au titan de foudre.

« Coeos, as-tu donc vraiment tout abandonné devant ce que tu crus être une nécessité ? Je ne peux le croire. »

Sentant la tristesse monter en moi, ce fut pourtant un regard des plus froids que je lançais à cette parodie combattant devant moi. Le pouvoir de mon frère avait embrasé notre arène et sa marque se trouvait à présent sous mes pieds.

« Mon frère… Tu es… Sérieux… »

Devant cette vision il ne m'était qu’une unique réaction possible.

« … Alors je le serai également. »

Le vent se leva alors, plus fort, plus violent, un souffle nouveau balaya la lande désertique que j’avais conçu alors qu’imperceptible pour le moment, quelque chose se libérait lentement en moi.

« Thanatos ! Je vais briser mes sceaux ! Prend garde à toi ! »

Enfonçant alors fermement mes deux pieds dans la cendre et la glaise de ma vision, le premier verrou se matérialisa dans mon esprit alors que lentement, implacablement, ses protections et ses serrures se déverrouillaient une à une.

« Openning gate of another field. »


L’espace derrière moi s’enflamma alors en réponse à la première explosion de cosmos doré que devait voir cet affrontement au sommet.

Grimpant dans le ciel jusqu’à venir côtoyer les éclairs du maître originel du keraunos, des milliers de flaques d’or fondu illuminaient à présent notre arène de leurs éclats. Des milliers de points étincelants, des millions de fenêtres donnant sur un univers sans fin.

« Voyons combien de temps tu parviendras à tenir face à l’infini. »

D’un simple mouvement de bras, je déchaînai alors sur Coeos un torrent de trait de lumière. Tel un million de rayons solaires mes créations filèrent sur mon adversaire. Sa vitesse contre mes créations, une épreuve qui me plaisait déjà.

« Dix pour cent. »

Le premier sceau allait bientôt ouvrir ses portes.

*Un peu de temps mon frère, encore juste un peu de temps…*

Quittant alors le sol pour rejoindre un élément dans lequel je me sentais plus à l’aise. Je me concentrais alors sur l’augmentation de ma puissance, accélérant le processus autant que je le pouvais.

Déjà la planète commençait à ressentir le bouleversement de puissance qui s’effectuait en moi. Je n’avais pas pour habitude de combattre, et encore moins de le faire sérieusement. Mais cette fois était différente, cette fois donner le meilleur de moi-même était tout ce que je pouvais faire pour honorer la mémoire de mon ami aujourd’hui disparu.

*Je ne te laisserai pas souiller l’honneur de Coeos, ni toi ni personne.*

Sous mes pieds, quelques mètres en contrebas, la terre se fissura, d’abord autour de moi, puis prenant de l’ampleur, le phénomène sembla secouer jusqu'à ses fondations le monde sur lequel nous nous trouvions. Le sol fut alors strié de larges crevasses s’élargissant et se prolongeant avec les secondes qui passaient alors que plus loin, la montagne de feu explosait littéralement.

« Quinze pour cent. »

Pointant le sol de mes mains, je fis alors appel à la puissance du magma, appel à la puissance du plus terrible des cataclysmes pouvant secouer un monde. Lorsque je levai les bras au ciel, ce fut accompagné par une vague colossale de roche en fusion. Le sang de ma création jaillissait en hautes colonnes hors des entrailles de la planète et sous mon seul commandement dessinaient dans le ciel autant de rivières écarlates et rougeoyantes.

« Thanatos ! Écarte-toi ! »

Je n’avais pas pu retenir cet avertissement lancé sans doute sans raison à l’un des êtres que je savais capable de revenir de tout. Après tout, lui-même était la fin de bien des choses.

« Vingt pour cent ! Premier verrou débloqué ! »

Une onde cosmique émergea alors de mon corps physique, s’en allant percuter lourdement la création nous entourant. Son impact laissa derrière lui une cicatrice indélébile au paysage alors que sous mes pieds se creusait un véritable canyon. Cependant aussi impressionnant soit ce phénomène pourtant bien familier aux initiés du cosmos, la vrai marque ne serait pas cette annihilation de la matière purement fortuite que causait mon cosmos à présent en hausse croissante. Non, la vrai blessure viendrait bien assez rapidement à l’esprit de mon ennemi.

« Encounter another field ! »

Aux colonnes de lave brûlantes furent adjointes des torrents d’eau oniriques jaillissant comme de nulle part. Un véritable déluge d’eau et de feu vint alors engloutir le titan de foudre, l’emprisonnant dans une gangue de roche qui à chaque secondes gagnait prodigieusement en volume. Un monde entier déversait sa colère et sa frustration sur Coeos alors que semblant sans fin, la violence des éléments s’acharnait contre sa prison.

En quelques secondes, ce fut un tombeau de la taille d’une montagne que j’élevai en ces lieux à présent anéantis. J’avais érigé là un promontoire rocheux qui prenant sa source dans les ténèbres du cratère que je surplombais semblait ne pas avoir de commencement.

Nul doute que pour un tel adversaire cela ne serait pas suffisant, mais peut-être cela pourra-t-il le ralentir assez longtemps pour qu’un nouveau verrou soit ouvert.

« Vingt-cinq pour cent. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Jeu 24 Jan - 14:33

Levant la lame vers le ciel, le Titan ne broncha pas sous les coups conjugués des deux fils de Nyx. Cela semblait ne pas le perturber et il sentit un serrement dans son coeur suite à l'attaque du Dieu de la Mort mais l'heure n'était pas à ce genre de choses.... Changé ? Hypnos parlait sans comprendre que même enfermé dans les geôles du Tartare, le Titan tueur de Dieux avait gardé toute sa lucidité sur le pêché originel de la création mais cela n'était pas le lieu ici pour ne débattre vu le ton vindicatif du protecteur du petit papillon de la Mort. Alors que les coups pleuvaient, il joua un pue avec sa rapière pour renvoyer quelques coups inutiles et montrer que cela était une chose bien futile face à lui.

Depuis son retour sur la "terre" des Hommes, il avait vu leur cupidité et leur volonté de vouloir contrôler sa Mère endormie dans les profondeurs du Monde. Cependant, laisser Hadès la paralyser dans une gangue de froid pour l'éternité, laisser Poséidon la noyer sous des trombes d'eau ou encore laisser le régicide à la tête des Hommes n'était pas dans ses intentions pour l'instant. Il baissa enfin les yeux vers les deux jumeaux dans un sourire des plus mauvais et il abattit sa lame sur le sol pour la découper en deux un bref instant, brisant ainsi les milliers de lames que Hypnos avait créé de sa propre imagination. La Foudre pouvait tout anéantir et même les "rêves" des Dieux ancestraux de la sorte. Libéré des quelques armes qui l'entouraient, il se retourna aussi rapidement que l'éclair en direction de Thanatos et d'Hypnos...

" Je n'ai rien oublié du Tartare et à fortiori de ce que je suis Fils de Nyx ! Ne vous méprenez pas sur mon compte de la sorte en vous pensant détenteurs d'une vérité alors que l'on vous trompe sur vos yeux... Jeune Dieu de la Mort, dis moi, crois tu que ta protégée a été blessé par ma foudre ou sera t elle encore plus meurtrie quand la vérité de cette machination sera dévoilée dans le monde des Hommes ! Nous, Titans, sommes en fait des marionnettes dans ce jeu stupide et foi de Cronos, je ne laisserai personne m'interrompre dans ma quete de vérité.... Thanatos, regardes dans le monde des Morts et tu comprendras que la vie saigne et ce n'est pas le fruit de ton pouvoir ! Alors, laisses moi te poser cette question par le fer et le sang ! QUI ? "

A peine la phrase était terminée qu'une pluie de lames se déversèrent sur le corps du Dieu de la Mort. Pourquoi lui ? Tout simplement parce que la colère l'aveuglait et son frère avait encore la raison pour réfléchir aux évènements. La folie, le doute, le désespoir étaient une arme si redoutable que même les Dieux pouvaient tomber entre les mailles de son filet sordide. Sans penser le tuer de quelques coups bien acérés, le Titan avait créé un dôme de foudre pour protéger la demoiselle de sa propre attaque. La raison, simple façon d'appréhender la justice divine, devait l'emporter sur tout...

Citation :
HRP : Désolé pour le temps d'attente !


Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Dim 27 Jan - 0:18

Une déflagration de ténèbres et de lumière conjugué engloba l'espace de la réalité artificiel qui avait les malheurs de contenir trois puissances sans limites: secouant celle-ci de multiple onde de choc par la confrontation de l'imaginaire du maitre du sommeil et des rêves contre le déicide personnifié en la personne de Coeos, titan dont le pouvoir destructeur était si grand qu'il était capable de broyer les pensées même de son frère, observa le dieu de la mort une fois qu'il eut pris ses distances pour échapper à l'attaque de son jumeau et surtout pour ne pas être dans le champ d'action d'une arcane dont le titan ne semblait avoir senti la présence, ni les effets. Cependant, le pouvoir d'Hypnos l'avait-il vraiment atteint ? La puissance que le titan déployait pour vaincre ses créations chimériques ne semblait décroître malgré le flux incessant de pouvoir qu'il utilisait pour vaincre l'attaque du dieu du someille. Repoussant même celle-ci jusqu'a détruire absolument toutes les armes projetées contre lui aussi facilement qu'on laisserait couler du sable entre ses doigts.

Même ses chaînes n'avaient pu l'entraver très longtemps: à peine eut-elle le temps de pénétrer son corps pour le marquer du sceau de Thanatos que le ciel infernal vibra sous la force du titan, le laissant foudroyer les chaines de Tatare d'une multitude d'éclaires noires... Faisant exploser chaque maillon des entraves mythologique qui l'avait retenu et tout cela en même temps qu'il combattait les rêves et les pensées de son frère. Le dieu de la mort était bel et bien obligé de le reconnaître: sa puissance était sans comparaison avec tout ce que l'incarnation de la mort avait affronté depuis son ascension, même l'attaque combinée des douze chevaliers d'or contre lui ne pouvait tenir tête à la force qu'il déployait. Pourtant, outre une certaine admiration pour un pouvoir si gigantesque, le Dunamis du Titan n'impressionnait pas plus que cela l'ange aux ailes d'argent pas plus qu'il n'était sensible à la peur qui aurait pris n'importe quel adversaire face à un potentiel meurtrier si gigantesque. Ouvrant doucement ses ailes d'Onix dans son dos afin de se préparer à le rejoindre dans les cieux, le dieu de la mort révéla un glaive accroché à sa ceinture dont le pommeau était orné d'étoile sombre pareille à des diamonds ténébreux brillant dans la nuit, caressant sa garde de ses doigts armuré dans ses gantelets sombre tout en déployant son cosmos: Thanatos était en train de rassembler ses forces pour sa prochaine action, concentrant son énergie dans ses ailes ainsi que dans son aura. Coeos était trop rapide pour être touché par leurs attaques aussi divines soient-elles, pour le vaincre: Il fallait l'affronter au corps à corps même si c'était son domaine de choix...

Faisant glisser la lame du glaive hors de son fourreau, le dieu de la mort lança un regard à cet être qui se croyait au-dessus des fils de la nuit et des ténèbres, regard que le titan lui rendit à l'instant où il s'était retrouvé face à lui: apparaissant devant le commandeur de la mort sans porter ni marque de blessure ni faiblesse malgré les sorts combinés des deux jumeaux infernaux. Resserrant ses mains autour des gardes de ses deux lames d'argent: Thanatos écouta les mots de son adversaire et opposant, attendant que celui-ci se taise pour venir perforer son corps de ses lames... C'est celle de Coeos qui s'activa la première sous l'impulsion foudroyante du titan, levant un véritable mur de pointe par le biais de sa rapière contre la grande silhouette de l'ancien juge qui, lui fit face de ses deux épées: redoublant d'efforts pour contrer la lame du Titan mais, que pouvaient des millions et des millions de coups, voir des milliards quand on face on faisait obstacle à des dizaines de milliards ? Un bras de fer assourdissant eut alors lieu entre les deux combattants, le bruit du métal se fracassant à une vitesse inhumaine résonna jusqu'aux premières et secondes prison des Enfer sous la force de cette confrontation sans limite: poing contre poing, lame contre lame où la rapière du titan avait l'avantage de la vitesse sur celle de Thanatos, meurtrissant son corps et son surplis de centaines et de centaines coups d'estoc. Comme si deux pluies étaient en train de s'affronter goutte contre goutte, se fracassant les unes contre les autres tandis que si l'un des coups du dieu passait, il en venait une centaine de plus dans sa garde... Il ne pouvait pas continuer ainsi pensait-il avant de brusquement abattre ses ailes sur son adversaire, le repoussant ainsi tout en reculant par ce battement d'aile.

"Ah...Ah..."

Retrouvant son souffle, le dieu put voir que chacun de ses membres, chaque pièces de son armure était marqué de la rapière du titan et son sang coulant le long des jointures de son surplis était là pour lui rappeler que même s'il avait pu parer une partie de l'attaque: celle-ci l'avait touché beaucoup plus fort que tout ce qu'il avait enduré jusque là.

*Hypnos mon frére... A ton tour de prendre garde !*

Transmit-il par la pensée à son frère avant de lever les bras au-dessus de lui: lâchant ses deux armes d'argent avant de les fondre dans son cosmos qu'il déploya aussitôt au-dessus de lui, faisant suinter son cosmos de chaque plume, de chaque parcelle de métal, de chaque partie de son corps jusqu'au Formé un noyau de cosmos entre ses mains. Le compressant alors d'une multitude d'arcs violacés tout en continuant de concentrer sa puissance entre ses paumes: faisant alors vibrer le sol sous ses pieds de pulsations dévastatrices tandis qu'il commençait à peiner pour contenir tout le pouvoir qu'il emmagasinait.

'' Tu parles sans savoir pour quelqu'un qui cherche une telle vérité... Elle n'est pas en Enfer! Tu t'es trompés de chemin, Titan. Tu n'aurais jamais dû revenir ici: Tu viens de te condamner ! Les âmes de Rodorio m'ont parlé, j'ai senti les troubles qui secouent le monde de la surface... Et plus incroyable encore: l’âme que tu as arraché du corps du lion m'a été dérobé ! Et je sais où elle se trouve..."

Le dieu de la mort écarta subitement les bras pour laisser s'accroitre l'orbe violacé entre ses mains: créant alors la plus grande sphère de cosmos à ce jour en enfer dont le nom était synonyme de destruction, même chez les titans.

" Je ne sais pas qui saigne ce monde et je n'en ai que faire ! Peu m'importe le destin de ceux dont la fin était écrite... Tu ne sauras jamais qui a causé tout cela... Pour une seule raison, chien ! Tu as osé t'en prendre a ce quoi je tiens le plus dans ce monde... Et pour cela je te promet sur mon sang de te détruire : Subit la TERRIBLE PROVIDENCE !!!"

Si Thanatos était sérieux depuis le début du combat, là il concentra l'intégralité de sa puissance et de sa colère en lançant ce gigantesque soleil de rage contre son adversaire: même lui ne pourrait contenir la force qui faisait battre son coeur pour ce petit papillon qu'il protégerait à tout prix. Qu'il brise ses bras, qu'il arrache ses ailes et qu'il déchire son âme: il n'aura jamais son coeur.

Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 905
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Dim 27 Jan - 19:29

*Vingt-huit pour cent.*

De bref secondes passèrent alors que devant moi, imperturbable se dressait le tombeau de pierre du titan de foudre, une vulgaire chape aussi éphémère que vaine en ce qui le concernait, je le savais bien.

*Combien de temps me reste-t-il ? Une seconde ? Peut etre moins. Mon frère, donne-moi du temps que je puisse te rejoindre.*

Je devais profiter autant que possible du court répit que m’avais offert nos efforts conjugués, un répit qui semblait déjà arriver à son terme. Déjà le grondement du titan me parvenait, faisant trembler la montagne le contenant et couvrant celle-ci d’éclairs sombres.

Telle une mue désormais inutile, ma création se fissura sur toute sa prodigieuse hauteur. Implacablement, le pouvoir du titan fragmentait la roche à son passage, la marquant d’étranges hiéroglyphes brillants.

*Trente pour cent.*

Je devais aller plus vite. Le rapide échange de coup que nous avions eu m’avait montré qu’il me faudrait bien plus de vingt pour cent de ma puissance pour parvenir à percer sa défense faite de foudre et de vitesse.

Edifiante, sa performance ne m’avait pourtant guère surprit, après tout il n’avait pas usurpé sa réputation. Cependant il verrait bien assez tôt que moi non plus. L’usure du temps avait un pouvoir que bien peu d’êtres semblaient avoir saisi. La patiente était une arme formidable, et je comptais bien en user jusqu’à la lie.

*Si des milliers ne suffisent pas, alors il faut en ajouter d’autre, et d’autre, et d’autre. Tout cela n’est que le commencement.*

Il n’avait pas compris, pas encore.

Lorsque la montagne explosa finalement en un maelstrom d’énergie noire et de poussière de roche, ce fut stoïque, à l’abri derrière un mur de poussière d’or que je contemplais le corps semblant indemne de mon adversaire, un spectacle impressionnant qui ne faisait qu’accroitre la nécessité de déployer ma pleine puissance.

*Trente-trois pour cent.*

Lentement le second verrou s’ouvrait à son tour, et avec lui un nouvel afflux de puissance se dévoilait.

Presque entièrement focalisé sur cette tache dont déprendrait probablement l’issue de ce combat, je ne fus pourtant pas sourd aux dires étranges que Coeos nous lança avec mépris. Ainsi son voyage au sanctuaire semblait lui avoir appris quelque chose nous faisant défaut. De mes propres perceptions, je n’avais retiré que fort peu d’information sur les évènements semblant ébranler les terres d’Athéna. L’empereur des flots ainsi que le divin forgeron s’était retrouvé côte à côte pour une réunion s’étant conclu par le scindement des forces de la Sagesse en deux groupes sans que je puisse en saisir le sens. Etait-ce une alliance où Athéna avait promis son soutien à son oncle malgré leurs différents ? Ou était-ce quelque chose de bien plus grave, quelque chose de lié à l’arrivé des chevaliers noirs et à cette plaisanterie que ce vieillard avait nommé tournoi ? Coeos semblait savoir quelque chose que j’ignorais, et tandis qu’il échangeait à présent des passes d’armes d’une extraordinaire dextérité avec mon jumeau, je peinais à conserver mon calme et ma concentration devant le match inégal les opposant.

*Que sait-il ? D’après ses dires tout ceci est une machination ou tout du moins le croit-il. Quelqu’un ou quelque chose serait à l’œuvre dans les ombres, et si comme il le dit sa libération est de son fait, alors le plan est en marche depuis plus de six ans, peut-être depuis bien plus longtemps.*

Je me souvenais de la conversation que l’ange des ténèbres et moi avions eue sur le toit de cette église en ruine. Alors je l’avais mise en garde contre les sombres forces se liant contre nous à l’abri des ombres.

*C’est sans aucun doute de cela que Coeos parle. Mais jusqu’à quel point remonte leurs influences ? Est-ce notre négligence ou la complicité de certains qui les a le plus aidé jusqu’à aujourd’hui ?*

Je manquais cruellement d’éléments pour pouvoir émettre de pertinentes hypothèses. Imaginant le pire comme à mon habitude, il devenait évident que seule une enquête minutieuse auprès des personnes appropriées pourrait aboutir à un résultat concluant. Coeos m’avait-il devancé sur ce point ? Que savait-il vraiment ?

*Plus important, comment l’apprendre ?*

Aucune menace ne le ferait céder, aucun bluff si rapidement élaboré ne prendrait. Il ne me restait plus qu’a le lui demander tout simplement.

*Advienne que pourra.*

« Trente-cinq pour cent. »

Devoir ainsi accomplir autant de tache en même temps relevait du défi, focalisant mes efforts sur la libération des sceaux, je devais pourtant garder un œil sur la colère qui animait mon jumeau tout en conservant un esprit suffisamment calme pour analyser ce qui pourrait encore l’etre au milieu de toute cette folie. En cet instant le visage de mon frère exprimait sa pensée bien plus explicitement que ne le pourraient jamais tous les mots de la création.

*Il arrive parfois un moment dans la vie, où les joyaux cesse de briller, où l’or perd tout éclat, ou l’éternité et le pouvoir deviennent une prison, et où il ne reste plus que l’amour d’un homme pour son aimée.*

Si cela avait été ma reine, je n’aurai sans doute pas réagit différemment. En cette situation l’esprit n’était plus que le vecteur d’un cri provenant du cœur, un cri nommé vengeance.

*Je ne peux pas, je ne peux pas encore réagir convenablement, trop d’élément reste inconnus. Pourtant que me reste-t-il d’autre comme possibilité ? Devrais-je agir malgré les énormes probabilités d’échec et d’erreur ?*

Devant mes yeux se déroulait un bras de fer opposant une force inamovible à une autre force que rien au monde ne semblait pouvoir stopper. Chacun des échos de leur combat imprimant leurs marques sur cette terre que j’avais créée pour cet évènement unique. Aux prises avec le titan de foudre, mon frère donnait son maximum et à son tour me mit en garde contre ce qui allait suivre.

L’orbe d’énergie qui grandit alors entre ses mains fut comme le prélude divin à une sentence que je savais inévitable, rien ne saurait arrêter un homme dont la raison de vivre venait d’etre menacée.

*Trente-huit pour cent.*

Matérialisant autour de moi d’énormes vagues de poussière d’or, je commençais alors à préparer ce qui allait être un tournant décisif de cet affrontement. Si la terrible providence croissait et croissait encore, menace autant que promesse entre les mains de la mort elle-même, je ne comptais pas laisser d’avantage mon frère affronter seul ce redoutable adversaire sur son terrain privilégié.

« Quarante pour cent ! Deuxième verrou libéré ! »

Pratiquement la moitié de ma puissance était désormais accessible, et sous mon surplis parcouru de fissures se révélé à présent une lumière doré qui embrasait le corps artificiel me servant de vaisseau. Même pour la poussière d’or, contenir en elle toute cette puissance était une épreuve difficile, et il me restait encore tellement à déverrouiller.

A cet instant, ce qui plus que l’écrasante augmentation de ma cosmo-énergie dut attirer l’attention de mon adversaire, fut sans aucun doute l’augmentation prodigieuse du nombre de flaque d’or se trouvant derrière moi. Si quelque secondes auparavant il s’en trouvait des milliers courant jusqu’aux nuages chargés d’éclair noir, à présent c’est un horizon tout entier qui prit la teinte de l’or. Cette fois ce serait différent, très différent.

*Contre l’infini, il n’existe aucune protection qui ne tient pas de l’illusoire, tu t’en rendras compte bien assez tôt.*

Le regard scintillant, chargé d’énergie divine, ce fut d’un simple geste de la main que je déchainai la pleine puissance de ma Gate of another field.

Tel un lever de soleil, la lumière embrasa ma création en une infinité de trait d’or qui filèrent à l’unisson vers un unique point, un point sombre qu’il me fallait en ce jour surpasser.

« Oh toi que j’ai tant admiré, toi que j’ai envié, toi que j’ai hais. Aujourd’hui je te surpasserai, aujourd’hui je te rendrai ce qui aurait toujours dut rester tiens. Aujourd’hui enfin je pourrais mettre un terme à cette jalousie déplacée m’ayant consumé depuis trop longtemps. »

Débordant d’une puissance renouvelée, je profitai de la lumière d’or que projetait mes créations pour d’une main, matérialiser ce qui serait sans doute la fin de cette zone de combat, tandis que de l’autre, j’envoyais ma poussière d’or dans les profondeurs de la planète.

« Pardonne moi pour ça mon ami, aujourd’hui ta vérité devra prendre fin. Je le ferai sans joie, mais soit sur que je ne laisserais pas le monde des hommes suivre une autre voie que celle que je lui destine. Qu’importe qui sera mon adversaire après toi, il ne gagnera pas. Je te le promets. »

Déchainant alors la poussière d’or, celle-ci fit se briser la surface du monde sur lequel nous combattions pour la faire s’élever en plaques titanesques. Par ma volonté j’arrachais à ma création des pans entier de sa structure et cela dans un seul but, les combiner avec ce qui se trouvait dans ma main droite.

« Encounter another field ! »

Levant ma dextre au-dessus de moi, l’atmosphère rudimentaire de la planète sembla frémir à la vision de cet orbe à peine plus grand qu’un poing, émettant un bruissement strident et appelant à lui les volutes de poussière d’or restante.

« Si le feu et l’eau ne te font rien, alors peut-être que la terre et le vent auront plus de succès. »

Gagnant en brillance, l’orbe se mit alors à attirer à lui les plaques de roches m’entourant avant de les disloquer à son approche, convertissant ainsi plusieurs milliards de tonnes de roches en autant de projectiles.

"Mon frère, frappons ensemble."

Un bref échange télépathique à l’attention de mon jumeau et partenaire dans ce combat, un bref hochement de tête de sa part, et alors la terrible providence fut lancée.

Faisant alors croitre mon orbe de vent, je tenais à présent dans la main l’équivalent de mille atmosphères terrestres comprimées en une arme à la puissance défiant l’imagination contemporaine.

*La pression des vents associée à la vitesse des courants donnera naissance à l’embrasement des gaz qu’elle contient. Voyons comment tu sauras te débrouiller face au point de fusion de l’air ambiant.*

Peinant à présent à maintenir dans son champ de force la puissance de mon arcane, je dus y mettre ma deuxième main pour pouvoir enfin lui ordonner son mouvement final, un mouvement d’une extrême lenteur qui ne pourrait compter que sur la taille titanesque de la sphère pour pouvoir atteindre son but.

*Sa vitesse lui permettra-t-il de s’échapper à temps ?*

« Brise-la de ta foudre Coeos ! Soit tel que tu l’as toujours été ! Inaccessible, magnifique, admirable ! Que ton génie m’inspire jusqu’au moment où enfin mon esprit te surpassera ! »

Implacable, la sphère hurlante et flamboyante composé de feu, d’air, de roches et de magma s’en alla vers sa destination finale, crevant les nuages et désintégrant la matière sur son passage. Ainsi lancée, son chemin la conduirait à faucher et emporter le titan de foudre s’il persistait à rester sur place.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Johan


Black Saint
avatar

Messages : 26
Armure : Vierge

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Jeu 31 Jan - 15:45

" Vous parlez beaucoup pour ne rien dire Hypnos ! Vous m'avez admiré mais regardez vous, aveugle à vos propres rêves au point de voler les armes des autres dieux ! Vous n'êtes plus qu'un piètre artisan en y réfléchissant, mais allez prendre des courts chez Héphaistos par pitié ! "

Le ton était donné, Coeos en avait assez des discours grandiloquents des enfants de Nyx. Ils croyaient quoi ? Il était évident que ces armes venant de cette poussière d'or n'avaient que le but de le paralyser sur le sol infernal pour sonner l'hallali contre lui. Ce manque de fairplay ne lui plaisait guère mais les moeurs étaient ainsi peut-être dans ce nouveau Monde qu'il ne comprenait que trop mal. Il laissa sa rapière partir de l'avant pour frapper les côtes du Dieu de la Mort, lui démontrant que la Foudre pouvaient le frapper sans cesse pour en faire un mort comme ceux dont il parlait, ceux de Rodorio... Oui, une chose lui revint alors en mémoire et il frappa le sol pour envoyer voler les armes du Dieu des Rêves dans leur propre poussière sans intérêt !

" Non mais des fois, battez vous honnêtement ! Une terrible providence dis tu ? Tu penses que me détruire ou me renvoyer aux Tartares va sauver la personne qui t'es chère Thanatos ? Tu te trompes ! Je suis manipulé depuis près de six années et je ne compte pas rester là à vous regarder pendant que mon frère va aller se suicider sans s'en rendre compte au bénéfice de cette force si maligne ! "

Il savait bien que les deux Dieux ne chercheraient pas à comprendre plus loin que le bout de leur nez. L'ivresse du sang était le plus fort désormais que la raison la plus élémentaire et cela énervait le Titan à son tour. Il savait que les choses allaient exactement dans le sens prévu par l'instigateur des évènements à Rodorio, au sanctuaire d'Athéna et au Sanctuaire de Poséidon très certainement. Sauf que s'il parlait trop tôt, la machination bien que découverte déclencherait peut-être des conséquences trop inattendus pour ne pas en référer à son Frère avant. Il fallait faire vite et essayer de faire comprendre à ceux deux là qu'ils n'étaient que des pions mais que leurs Egos surdimensionnés leurs retiraient toute sagesse même de base.

Dans les minutes à venir, il allait passer à une seconde étape de son potentiel. Il leva alors sa rapière d'ébène pour frapper le ciel de sa foudre noire. Dans un déluge qui s'annonçait un orage s'approchait autour des deux Dieux et Coeos allait user de son arme ultime contre eux, la tueuse de Dieux allait intervenir car cela était finalement nécessaire pour permettre d'avancer dans les heures à venir. Il fit volte face pour envoyer une nouvelle décharge de foudre aux fils de Nyx pour les renvoyer quelques mètres en arrière. Tels des chiens assoiffés de son sang divin, les Fils de Nyx avaient transformé le brave Coeos en machine à tuer les Dieux ! Cela ne lui était pas arrivé depuis qu'il avait donné à Zeus le pouvoir de tuer son propre père atteint par la folie la plus totale...



Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 905
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Jeu 31 Jan - 22:40

Spoiler:
 

L’union de nos deux forces combinée s’en alla frapper le titan de foudre dans un déchaînement d’enfer. Sur le chemin de nos créations, c’est le concept même d’existence qui semblait ne plus avoir de sens tandis que disparaissait toute chose s’interposant entre elles et lui, lui que je ne reconnaissais même pas.

*Coeos… Qu’es-tu devenu ?*

Si sa force était bien celle que je lui connaissais, la ressemblance s’arrêtait là. Ses dires étaient incompréhensibles, voir incohérents ; ses réactions étaient timorées et son attitude méprisante derrière une façade de politesse aussi artificielle que vaine.

*Il est perdu.*

En cette hypothèse je ne faisais que conforter une idée que sa seule vision m’avait suggérée. Peut-être était-il maladroit, peut être était-il perdu, mais qu’importait en vérité celui qu’il était au fond de lui, je ne pouvais le juger que par ses actes.

*Quarante-cinq pour cent.*

Etait-il seulement avec nous en cet instant ? Remarquait-il au moins la réalité devant lui ? Rien n’était plus improbable. Il semblait ailleurs, absent, aliéné et enchaîné à quelque chose d’absent de cet affrontement.

*Es-tu tellement perdu que même la réalité te semble incohérente aujourd’hui ? Jusqu’à quel point as-tu sombré dans la décadence ?*

Quel spectacle affligeant que celui du manieur originel du keraunos à présent au commande d’un esprit déviant. Finalement ma décision avait-été la bonne, il devait etre stoppé ici et maintenant, le monde n’avait pas besoin d’un esprit malade de plus.

Semblant s’en moquer, le titan de foudre encaissa de plein fouet à la fois la terrible providence de mon frère et mon orbe de feu, de roche et de vent. Dans le cataclysme qui s’en suivit il resta stoïque et impassible ainsi qu’il l’avait été lors de notre précédente offensive, était-il invincible ?

*Non, il ne l’est pas, il ne l’a jamais été. Qu’importe si je dois le frapper pendant mille ans, il tombera ici même.*

Autour de nous, le monde tremblait et partait en morceaux, incapable de contenir nos trois puissances se déchaînant de concert, force de destruction contre force de destruction, tout une ode au néant était jouée ici au grand dam de ma création alors que Coeos vomissait son venin à mon encontre.

*Héphaïstos ? Pourquoi diable me parle-t-il maintenant du divin boiteux ?*

Comment pouvait-il savoir pour mon prototype ? Je ne l’avais pas encore dévoilé céans. Cela ne laissait qu’une seule possibilité, il m’avait vu, ou plutôt son frère avait dut m’espionner lors de sa conception.

*Au fond ça n’a pas d’importance.*

Un sourire amusé sur le visage, je passais rapidement sur cette découverte amusante pour digresser un instant sur l’intérêt d’aller voir celui que tous disait forgeron divin.

*En vérité que lui devons-nous ? Le keraunos ? Le trident de l’empereur des mers ? La Kunée ? Les écailles ? Les armures sacrées ? Ou bien encore les surplis peut être ? Même les kamuis ne sont pas de son fait mais de celui de son père. Alors en vérité qu’est-il lui si ce n’est un forgeron sans la moindre création à son actif ? Qu’ai-je à lui envier, lui que même son épouse fuit ? En vérité absolument rien. *

Je lui laissais le titre de divin forgeron si cela pouvait lui faire plaisir, je lui laissais sa gloire illusoire, j’avais tellement plus en vérité.

*Et dire qu’il m’aura fallu me voir au travers des yeux de ma reine pour m’en rendre compte.*

« Cinquante pour cent. »

Le troisième verrou poursuivait sa libération alors que se poursuivait ma hausse de puissance, une hausse semblant invisible aux yeux de mon adversaire. Avait-il remarqué mon étoile frontale se remplissant peu à peu de la lumière dorée qui embrassait à cet instant l’ensemble de mon corps artificiel ? Avait-il remarqué l’aura encore peu développée qui commençait à émaner de moi ? Probablement pas.

Ivre de suffisance, de puissance, et de ses prétendus secrets, nous n’étions rien pour lui si ce n’est deux pions dans un jeu les dépassants. Peut-être avait-il raison, peut-être que la machine ne pouvait être stoppée en l’état et peut-être agissions-nous maintenant dans l’intérêt d’un autre. Mais au fond quelle importance ? En cet instant la volonté de cet autre était identique à la mienne, mettre un terme aux actes de ce dément, qu’importe les moyens qui devaient être employés.

*Cinquante-cinq pour cent.*

« Ça suffit. »

Remarqua-t-il dans son acharnement contre mon jumeaux l’explosion dorée qui illumina le paysage anéantit nous accueillant ? Remarqua-t-il que ce monde tombait en morceau devant la puissance de son maître, une puissance dont je n’avais qu’à peine déployée la moitié ?

« Ça suffit ! »

Cette rapière maudite avait suffisamment marquée les chairs de mon jumeau au sang brulant, j’étais suffisamment resté en retrait de leurs échanges de coups physiques. Bien sûr je méprisais le combat au corps à corps, quoi de plus naturel pour un être matérialisant ses pensées dans la réalité, cependant seul un fou ou un sot pourrait penser que le jumeau de la faucheuse elle-même était sans défense face à une épée.

*Je n’ai pas besoin d’épée dans mes mains pour t’affronter, je n’ai pas besoin de ton arme, je n’en ai jamais eu besoin.*

« Thanatos ! Prépare-toi ! »

Œuvrant de concert comme seul deux jumeaux liés par le sang et le vécu pouvaient le faire, mon jumeau compris instantanément ce qui dans l’instant suivant aller se passer, à commencer par l’infinité de trait de lumière qui s’en alla encore percuter la défense de notre adversaire tandis qu’il s’apprêtait de nouveau à frapper ma chair et mon sang.

« Soixante pour cent ! Troisième verrou ouvert ! »

Avec ce verrou ôté, c’est une nouvelle réalité qui s’offrait à moi. Même sous cette forme humaine infinitésimalement réduite, je restais fils de la nuit et des ténèbres, entité personnifiée et commandeur de la force reliant entre elles toutes les consciences de la création.

*Autrefois c'est sous le terme de roi des dieux que la divine Era me nomma, peut être aujourd’hui comprendras-tu pourquoi.*

Comme au ralenti, le titan de foudre et le monde autour de moi évoluaient de concert dans une vision onirique, un maelström de formes et de couleurs aux infinies possibilités se dévoilait devant mes yeux. Un vent irréel émanait à présent de mon corps scintillant faisant onduler mes cheveux en son sein. Le temps était venu.

*Make my wishs come true.*

Dégageant soudainement une colossale quantité d’énergie, ce fut l’espace tout entier que je courbai alors autour de moi telle une masse phénoménale posée sur une toile extensible. Entraînant avec moi la réalité dans laquelle nous nous trouvions, ce fut d’un seul pas que je rejoignis mon frère et notre adversaire semblant immobile, m’interposant entre l’arme prétendue déicide et mon jumeau. Ce déplacement effectué, j’étais à présent entre le créateur fou de la plus puissante arme jamais conçue et sa proie, et j’allais en payer le prix. Du moins mon adversaire dut-il le croire l’espace d’un instant.

Implacable et dantesque, la foudre noire s’abattit vers moi en une infinité de points sombres embrasant l’espace me séparant du manieur de foudre.

*Implacable et dantesque. Oui, tel furent les termes avec lesquels je t’ai désigné pendant bien trop longtemps.*

Déployant à nouveau toute ma puissance actuellement disponible, j’entrainais de nouveau à ma suite la métamorphose de la réalité m’entourant alors que sans fin accouraient les poings de foudre que générait Coeos.

*Des milliards de milliards. Si peu face à l’infini.*

Levant alors mes bras droit devant moi, ce fut paumes ouvertes que j’encaissai les premiers traits de foudre sombre originellement destinés à mon jumeau. Dans un déchaînement d’enfer, l’énergie du titan rencontra la mienne alors qu’explosaient morceaux après morceaux les pièces de mon surplis. Poussière d’or contre foudre tueuse de dieu les échos de cette rencontre auraient suffi à anéantir une nation entière, un royaume complet, un royaume qui aurait put être le sombre empire..

*Ce monde peut bien disparaître, et avec lui ma déception.*

L’un après l’autre, dizaines après dizaines, centaines après centaines, milliers après milliers, les poings de foudre de mon adversaire disparaissaient dans un chaos d’or et d’éclair, un chaos dont chaque émanation se voyait absorber entre mes mains pour venir grossir l'orbe scintillant s'y trouvant.

Comment le monde devait-il percevoir ce bras de fer ? Je ne pouvais pas m’appesantir là-dessus, car la tourmente prenait fin.

Debout dans les airs, les bras tendus vers mon adversaire, ce fut le surplis pratiquement anéantis sur l’ensemble de mes bras et de mon torse qu’armé d'un orbe scintillant et crépitant entre mes doigts, je relevai la tête vers le manieur de foudre originel.

« Ne parle pas de rêves sans savoir. »

Ramenant mes bras contre mon torse, je me tournais alors légèrement sur le côté toujours en tenant fermement cet orbe de lumière et d’éclair entre mes doigts.

« Moque-toi de moi autant que tu le peux, créateur du keraunos, ris de mes expériences et de mes échecs. Rie encore et encore. Peut etre n’arriverais-je effectivement jamais à te surpasser, mais parfois le chemin à plus d’importance que la destination. »

Mon aura devint alors presque palpable, faisant bruler l’air ambiant alors que serrant les dents je m’efforçais de contenir la sphère de puissance qui vibrait entre mes doigts.

« C’est cela, la force des rêves. »

"Mon frère, maintenant."

« YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Avançant alors mes deux bras devant moi, je libérais au passage toute la puissance que j’avais jusqu’alors accumulé entre mes mains, un torrent d’énergie mêlant l’or et l’éclair, implacable certes, mais pas encore dantesque.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thanatos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 5157
Armure : Massacrer a tout va et profiter de son chateau avec sa Compagne

Feuille de Personnage :
HP:
400/400  (400/400)
CS:
440/440  (440/440)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Sam 2 Fév - 1:24

Une déflagration de puissance et un souffle apocalyptique repoussèrent le dieu de la mort, l'obligeant à refermer ses immenses ailes d'airains sur lui-même tout en croisant les bras sous la force sans précédente qui venait d'éclater au contact du titan: provoquant alors une explosion si puissante qu'elle souleva des pans entiers de la dimension où ils se trouvaient piégés tous les trois en ce moment même, réduisant en poussière d'étoile tout ce qui avait la malchance d'être à proximité de l'épicentre de l'explosion. La sphère de mort du dieu d'argent et celle des éléments concentrés du dieu d'or qu'était son frère s'étaient rencontré dans un fracas comme il n'y en avait jamais eu en Enfer, à croire que c'était le rugissement de douleur même de la dimension infernal qui avait rugi sous la rencontre des deux astres de puissances dévastatrices. On aurait pu détruire le sanctuaire entier et Athéna avec si les deux jumeaux auraient mis autant de force en commun lors de l'avant-dernière guerre sainte; cependant! : contre un adversaire comme le titan Coeos, cela ne représentait pas grand-chose ni ne pouvait lui grand grand mal vit le dieu de la mort avec un certain dégout.

Le regard dur et les poings serrés, l'ange d'argent des Enfers ne pouvaient croire que la chose qu'il voyait été possible bien qu'il s'y était préparé depuis le début de ce combat: le corps et l'armure du titan n'avaient reçu aucun dommage depuis le commencement de cet affrontement, il était là sans blessure ni marque en train de continuer de cracher ses folles paroles sans le moindre signe de faiblesse alors que lui et son frère avaient vu des parties de leurs armures volées en éclats et leurs ichors gouter le long de leurs blessures. Mais lui n'avait rien : absolument aucun de leurs coups n'avait réussi à ne serait-ce qu’égratigner sa soma, aucune de leurs attaques même cumulées n'avait réussi à faire couler le sang de cet être surpuissant dont aucune faiblesse n'était visible. N'en avait-il aucune ? Impossible pensa le dieu de la mort dont la colère et la rage se faisaient plus présentes autour de lui: nourrissant son cosmos au fur et à mesure que le Titan continua à alimenter le sentiment qu'il avait fait naitre en lui.

"Alors tu es un sot ! Un sombre idiot ! Tu aurais pu échapper à tout ça si tu avais un tant sois peu réfléchis: penses-tu que même toi peut interférer avec l'ordre des choses . Un grand bouleversement va se produire et c'est à nous, Dieux fondamentaux de l'observer ! Toi et tes frères n'avaient plus votre place sur la grande balance cosmique: vous n'êtes que des erreurs qui n'auraient jamais dû revoir le jour !"

Le cosmos de Thanatos s'intensifia alors de plus belle sous l'énergie débordante qui s'échappait de chaque partie de son armure, de son âme même tandis que le sol se mit à vibrer sous lui. Écartant alors les ailes de toutes leurs tailles: le dieu de la mort commença à rassembler autour de lui une force colossale, force qui demandait un certain temps à se réunir et qui avait laissé une fenêtre large comme le monde au titan pour s'en prendre à lui. Hélas pour Coeos, les deux frères se protégeaient mutuellement et de toutes leurs forces si nécessaire comme le prouva le dieu du sommeille en réussissant l'exploit de contrer les milliards de coups du Titan. Preuve que même les titans n'étaient pas imparables quand les fils de Nix et d'Erebe commençait a se battre sérieusement.

"Oublie ton frère et cette force qui se cache dans la nuit: tu devrais t’inquiéter de ton propre sort, une fois que nous t'aurons remis à ta place, soit sûr que ton frère te rejoindra... Laissez ce monde suivre sa propre route, il a déjà trop tourné sans vous !"

La force de Thanatos arriva alors à son apogée contrairement à celle de son frère qui était encore entravé par ses sceaux, cependant ce n'était que l'apogée du corps mortel qui le limitait de la même manière que les marques de son frère par le simple fait d'être dans une enveloppe appartenant au monde des hommes: la tâche qu'il allait accomplir n'avait pas besoin qu'il ne se fonde totalement pas avec sa véritable puissance... Mais ce qu'il allait faire dépasser déjà les pouvoirs mêmes des dieux qu'ils étaient.

"Ô cadavre..."

La voix du dieu de la mort s'éleva doucement, laissant mourir ses mots dans l'espace alors qu'absolument toute la dimension se mettait à trembler de secousse de plus en plus violente: comme si la dimension dans laquelle ils se trouvaient été en train de se retourner sur elle-même alors que le dieu de la mort invoqua son immense épée à tête de crâne.

"... Âmes des vivants qui ont perdu la vie sous ma faux..."

L'énergie de Thanatos se diffusa soudainement par la lame de son épée: créant d'immenses veines de cosmos mortel dans le sol infernal qui, se craquela de tous les côtés tandis que la force du dieu commençait à couler en elle.

"Prêtez-moi main forte."

Le sol se brisa à ses pieds en des milliers d'endroits: laissant alors sortir bras décharné ou squelettique des entrailles de la roche des Enfers tandis que de multiples flammes bleutées tel des feux follets ne vinrent apparaitre autour du Dieu de la mort par centaines de milliers voir de million, se glissant doucement dans les formes qui commençait à émerger de la noirceur des entrailles de l'Enfer. Levant sa main libre: Thanatos y fit apparaitre un flambeau qu'il inversa aussitôt avant de l'embraser de son cosmos.

" Pour un moment... Je vais vous accorder le plaisir du combat."

C'est alors que le cosmos de Rochel frappa l'intégralité du lieu, sortant de terre plus de combattant qu'il n'y avait de vivant sur terre: Hommes et femmes sous le signe de tous les dieux, chevalier et guerrier des époques passées, monstre et créatures des temps oublié, même les humains qui avaient fait allégeance aux titans étaient là... La plus grande armée de tous les temps sous les ordres d'un seul être.

"Tartaros...
...Phobia"

Des dizaines de milliards de combattants sous les ordres du commandeur de la mort: jamais aucun combat n'aura une intensité telle que celle-ci: même les titans ne pouvaient vaincre une telle armée... Levant son bras en direction du Titan: Thanatos ordonna la charge d'un nué sombre comme jamais le monde n'en avait connu auparavant. La puissance du Deicide l'obligeait à utiliser ses meilleurs cartes dans la bataille. Quand même la puissance et le nombre ne voulaient plus rien dire: plus aucune limite n'était possible.



Revenir en haut Aller en bas
Minos


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 905
Armure : Surplis du Griffon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Ven 22 Fév - 17:20

« Assez. »

C’en était assez.

L’absurdité de cette grotesque parodie de combat m’insupportait désormais à un point insupportable. Je ne perdrais plus la moindre seconde en poursuivant l'agonie de ce triste et lointain écho de la gloire passée qu’avait été celle de Coeos, aujourd’hui devenu un moins que rien.

« Toi qui te prends pour Coeos, apprend que je n’ai aucun intérêt à achever un mourant. Tu ne le sais pas encore mais tu es déjà vaincu, je n’ai qu’à laisser faire le temps, et bien assez tôt tu disparaîtras sans que j’eus à me salir les mains de ta souillure. »

Faisant disparaître à la fois mon monde artificiel et ce qui restait de mon surplis, je cessais également la poursuite de l’ouverture de mes sceaux de puissance. Le combat était terminé, et il était gagné, pourtant, je ne ressentais que dégoût et déception.

« Pitoyable imposteur, soit maudit, maudit jusqu’à la fin des temps. Tu n’étais même pas l’ombre de Coeos. »

Où était-il d’ailleurs à présent ? Où avait-il disparut ? Au fond je m’en moquais éperdument, plus jamais mes yeux n’auraient à revoir son sinistre visage.

De retour sur les ruines du sombre empire avec mon frère semblant aussi las et dégoûté que moi, je reçus alors un véritable flot d’information en provenance à la fois des restes fumants du royaume des morts mais également du monde des hommes.

Dans un rayon de lumière, un chat doré porteur d’un parchemin encore scellé me parvint, porteur d’une bien triste nouvelle.

*Ainsi le capricorne nous a quitté, le grand sommeil sera son écrin, j’y veillerai.*

Une simple pensée, un nuage de poussière d’or, et voilà que le corps inerte du dernier roi d’Avalon la maudite disparaissait du monde des vivants pour entrer à jamais dans la légende. A présent il demeurerait pour l’éternité dans la dimension des rois et des héros, Morphia serait son ultime demeure et par ma volonté, ses rêves n’auraient plus de fin.

*Ainsi soit-il.*

Portant alors ma conscience au tréfonds du sombre empire, j’y découvris encore une scène oh combien grotesque en l’inertie totale qu’accompagnait la présence du titan des dimensions, ou tout du moins de celui se faisant passer pour. Sans doute sa fin ne serait-elle pas différente de celle de l’imposteur que nous avions détruit. L’oubli, le néant serait sa récompense pour avoir éhontément présumé de ses forces, jamais il n’aurait dut apparaître, le monde n’était pas prêt pour eux, et il ne le serait sans doute jamais.

Pourtant, dans toute cette mascarade cosmique, il en demeurait une qui poursuivait en suivant sa vérité, une qui avait été abandonné par tous ceux qui s’étaient présenté comme ses amis, ses confidents, voir son amant, maudit soit-il.

« Lydia, ange des ténèbres, je ne supporterais pas de voir ton trépas, si aucun de ces parvenus indignes ne peut te sauver, alors je serai celui qui t’offrira ce à quoi ton âme aspire plus que tout, le long sommeil. Ange des ténèbres, voilà mon présent pour toi. »

Une simple pensée, un diadème qui s’illumina pour devenir poussière d’or à son tour, et dans un nuage étincelant, l’ange des ténèbres disparaissait de ce chaos d’hypocrisie et de méchanceté. Désormais hors de leurs néfastes portées, elle dormirait jusqu’à ce que le monde soit prêt à l’accueillir de nouveau.

*Dix ans, un siècle, un millénaire. Qu’est-ce que cela en regard de l’éternité ? Tous aurons alors disparut et avec eux leur jalousie, leur médiocrité, leur mauvaise foi. Puisse leur conscience les poursuivre jusque dans leur sommeil.*

« Qu’ils soient maudits, plus jamais leur rêves ne seront agréables, par ma volonté je les condamne à une éternité de cauchemars ! Je les condamne à la folie et les bannis à jamais du saint royaume du repos de l’esprit ! J’ai dit ! »

La malédiction avait été lancée, et elle était sans appel. Désormais je n’avais plus rien à faire en ces lieux de mort et de déchéance. Quoi que fut jadis les enfers, aujourd’hui il n’en restait plus rien, quelques un l’avait entièrement purgé de sa substance pour en faire rien de moins qu’une ruine insipide dans laquelle ils demeureraient, sans doute fièrement.

*Qu’ils y demeurent, et qu’ils y pourrissent. Cela ne me concerne plus désormais.*

Désormais vêtu de mon manteau de soie noir brodé d’or, mon dernier geste alla à mon frère, mon frère que je m’apprêtais à quitter pour une période indéfiniment longue.

Le serrant fort dans mes bras, je ne pus empêcher mes larmes de couler en cet instant où il comprit que c’était là un au-revoir.

« Je suis navré mon frère, mais je ne participerais plus à cela. Il ne me reste plus qu’une dernière chose à faire en ce monde, une dernière chose avant de te quitter, pour un long, très long moment. Je sais que nous nous reverrons, le temps ne sera jamais notre ennemi, aussi ne désespère pas. Si d’aventure tu souhaites me rejoindre, je sais que tu en trouveras le moyen. Au revoir mon frère. Je te souhaite tout le bonheur du monde, tu le mérites amplement. »

Ce furent mes derniers mots adressés à la seconde personne qui comptait le plus à mes yeux. Un etre digne, fier et l’étant resté jusqu’à la fin.

*Adieu… Jusqu’à notre prochaine rencontre.*

Devenant poussière d’or à mon tour, je laissais mon passé derrière moi, filant vers celle qui représentait maintenant mon avenir. Quittant le sombre empire, je filais tel un rayon de lumière vers celle qui de ses vœux m’avait appelé auprès d’elle.

*Marie-Ange, ma reine, ma femme, mon amour. J’arrive auprès de toi.*



Arrow Le village de la Ménestrelle ~ A la croisée des chemins
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   Mar 26 Fév - 2:20

Combat terminé ! Thanatos peut retourner au RP, je suis le premier désolé car j'étais le responsable de ce PNJ ^^'

Thanatos est FULL STAT ! Il peut faire son RP de transition dans le topic de récupération Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...   

Revenir en haut Aller en bas
 

~° [Combat Thanatos/Hypnos VS Coeos] Quand le Tocsin gronde comme l'orage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Porte des Enfers-