RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Colisée] Combat de Corell (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [Colisée] Combat de Corell (2)   Dim 20 Jan - 20:00

Arrow Colisée - Combat de Corell (1)

La dernière étincelle du cosmos du Loup Noir, Héros d’Athéna, disparut en même temps que son corps. L’existence de cet homme de foi et de courage continuerait à perdurer dans le cœur d’un homme. Et cet homme ferait tout pour honorer sa mémoire.

Aussi, dès que son adversaire disparut, le Lion ne resta pas paralysé par la tristesse. Sa première action fut de ramasser la magnifique perle qui brillait sur le sol, à l’endroit même où le Loup avait eu son dernier souffle. Puis, il se concentra durant quelques minutes afin de guérir avec son cosmos les légères blessures que lui avait infligées le Loup.

Alors, le Lion fut à nouveau prêt. Son regard se posa sur la porte de la geôle, accès le plus indiqué pour quitter la pièce maudite. Mais il se ravisa. Il leva les yeux vers le plafond… Ce plafond, haut d’une trentaine de mètres, se terminant pas une ouverture laissant apparaître un ciel nocturne.

Une trentaine de mètres… Un sauf plutôt facile, pour un Chevalier d’Or tel que lui.

Le Saint concentra son cosmos autour de lui, puis le canalisa dans ses jambes, augmentant sa puissance musculaire. Il bondit, s’élevant dans les airs à une vitesse folle, puis sortit du trou qu’était sa geôle.

Regardant autour de lui, Corell se rendit compte qu’il était en réalité au centre d’une arène gigantesque. Alors que le sable crissait sous ses pieds, les gradins de pierre noire s’élevant sur des centaines de mètres l’entouraient. Au firmament, les étoiles ne formaient aucune constellation connue… Comme s’il se trouvait autre part que sur terre.

Une autre planète… Ou un monde parallèle.

Une présence apparut soudainement dans son dos. Une présence à l’attention entièrement tournée vers lui. Tournant légèrement la tête, le Saint devina la silhouette de son nouvel adversaire.

« Salut à toi, Chevalier… Je te laisse le choix. Donne-moi la perle que tu portes sur toi, et je jure sur ma vie, que je ne te ferai aucun mal. »



Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Jeu 24 Jan - 15:08

L'homme derrière le chevalier d'or du Lion eut un rictus face à la question de ce dernier. Il savait donc pour les perles de résurrection que la grande Perséphone avait donné aux geôliers pour féliciter les guerriers doués dans leurs épreuves pour retourner vers la lumière du soleil, telle la malédiction de la déesse suivant les saisons. L'homme observa le chevalier et d'un geste remarqua qu'il ne portait pas d'armure mais il dégageait un cosmos doré pour le moins intéressant. Pliant la nuque pour la faire craquer, il fit quelques pas en avant pour s'échapper de l'obscurité ambiante. Il était chauve et avec une belle toge blanche ensanglantée, une grande lance maculé de sang séché et avec des cranes d'enfants en colifichets se tenait fermement à sa main droite. Ses yeux noirs observèrent son nouvel adversaire avant de regarder la foule, il leva les poings pour l'entendre, oui, il voulait entendre son nom : Caligula ! Caligula !

Oui, l'ancien empereur fou de Rome, celui qui fût pourtant l'un des Oracles d'Apollon avant d'être rejeté par son Dieu en personne à la vue de ses actes pour le moins perverse et sadique. Il se retourna tout fier d'entendre son nom et la pointe de sa langue mouilla ses lèvres alors qu'il voyait le Lion devant lui. Il ne savait pas quoi en faire, lui donner un enfant, lui offrir l'immortalité ou même mieux, de mourir entre ses mains divines. La folie de cet homme n'avait plus de limites et il était fier de faire couler le sang pour les dieux infernaux. C'était une manière d'être leur égal d'une certaine manière, enfin le croyait-il sincèrement !

" Toi, Chien ! Moi, le Grand Caligula, Dieu parmi les Dieux, Fils de Dieu et aimé de ses aimables sujets, sois mon amant et donnes moi de beaux enfants et je t'épargnerai un peu... "

Le regard de l'homme, jadis empereur, était empli d'une telle folie que même les Dieux lui avaient retiré la raison pour ne pas le voir commettre plus de crimes de son vivant : cela avait été un grand échec car un mortel avait réglé lui même la question sous l'influence de la Déesse Némésis. Un trace de la dague était encore visible et du sang en coulait encore pour ainsi dire. Le temps avait fait son office et l'Empereur Fou entrait dans la danse à son tour...

Citation :
HRP : A toi l'honneur !
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Sam 26 Jan - 19:12

Lorsque l’homme lui répondit, refusant sa noble proposition, le Lion fut à la fois déçu et enchanté. Corell n’aimait pas tuer. Lorsqu’il pouvait éviter de combattre, il préférait, car il respectait toute forme de vie… Même celle des Spectres. Autrefois, il n’avait aucun remord à éliminer les soldats d’Hadès. Mais lors de la dernière Guerre Sainte aux Enfers, la Spectre de la Vampire, cette femme nommée Lydia, lui avait fait changer d’avis. Tout comme les Saints, les Spectres étaient des êtres vivants, des hommes qui pouvaient avoir été bons par le passé. C’étaient des fils, des frères, des pères… Comme tout humain foulant cette belle Terre. Ils étaient juste perdus. Manipulés par l’obscurité. Ils croyaient à un mensonge. Certains méritaient de mourir… D’autres non.

Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort, et de morts qui mériteraient la vie. Mais ce n’est pas à moi de les juger. Lydia m’a appris cette leçon lors de notre combat.

Mais Caligula ne rentrerait pas dans cette règle de vie. L’Empereur Fou, qui, en à peine quelques années de règne, avait tué des centaines de personnes… Par plaisir. Tout en lui exprimait la folie, une folie pure et inaliénable. La preuve en était de ces derniers mots. Se retournant, Corell fit face à son adversaire.

Devenir son amant… Plutôt crever…

Oui, le Lion prendrait plaisir à tuer cet homme.

« Empereur fou, déchet de l’humanité. Je vais prendre plaisir à te tuer. Fais le fier tant que tu le peux. Car quand les Crocs du Lion briseront ton corps et déchireront ton âme, tu pleureras comme un enfant !!! »

Le Chevalier d’Or écarta légèrement les jambes, encrant solidement ses pieds dans le sol, puis croisa ses avant-bras devant son buste, poing serrés. Ses bras vibrèrent d’éclairs. Ses cheveux s’envolèrent vers les cieux. A mesure que son cosmos s’éveillait, véritable tourbillon de puissance et de férocité qui inspirait une peur panique à ses ennemis, son aura grandissait elle aussi. Le cosmos de son énergie émana de son être en des vagues de lumière dorée qui s’étalèrent bien vite sur toute la surface de l’arène. La Foudre brisait les cieux en des dizaines d’endroits en même temps, allant du gigantesque éclair illuminant des gradins à présent silencieux devant ce spectacle, jusqu’au minuscule éclair crépitant d’électricité statique.

« Caligula… Tu sembles être attaché à ce nom. Je sens ta fierté. Je vais la démolir. Je ne te donnerai pas mon nom. Je resterai un mystère pour toi, jusqu’à la fin. Ainsi, Caligula, soi-disant Dieu, sera connu de tous comme étant le vaincu d’un inconnu ! »

Horrible déclaration que voilà pour un homme des temps anciens, venant d’une ère où le nom était un véritable symbole, une informatique capitale pour un combattant. Le Lion sourit. Soudainement, il décroisa les bras, ramenant d’un coup ses bras fléchis, les poings serrés, tout contre son corps. Par ce geste il libéra enfin tout le potentiel de son cosmos, qui émana de son corps en une sphère d’énergie qui alla se briser contre les murs de l’arène, manquant presque de les briser. Au passage, l’orbe de lumière frappa Caligula avec une brutalité sans égale.

Alors, il la dit. Cette simple phrase qu’il disait à chacun de ses combats. Ce rappel à lui-même et au monde tout entier que ses Crocs n’étaient pas sa propriété, mais celle de la Justice, et de la Vie sur Terre. Et qu’à travers elles, il ne se battait que pour une chose.

« Pour Athéna !!! »

LIGHTNING BOLT


Arrivé au summum de sa puissance, au Septième Sens des Chevaliers d’Or, le Lion ramena ses deux bras devant lui. Les tendant en direction de Caligula, il ouvrit ses mains et joignit la base de ses paumes ensemble, de sorte à former comme un récipient avec ses mains.

L’énergie sortit de ses paumes en une incroyable déflagration. Au départ une simple colonne de cosmos de quelques centimètres de diamètre, elle s’émancipa bien vite. Lorsqu’elle percuta Caligula, elle faisait plusieurs mètres de diamètre, de sorte qu’elle absorba la silhouette du maudit en un instant.

Pendant à peine une seconde, le Colisée des Enfers fut éclairé par la lumière du soleil. Une aura aveuglante, qui frappa toute l’assemblée.

Puis l’obscurité revint.
Accompagnée de souffrance.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Ven 1 Fév - 17:24

Volant à travers l'arène, l'empereur déchu se demandait bien ce qu'il venait de prendre, une nuée d'éclair l'avait frappé de plein fouet sous le rugissement d'un Lion un peu trop colérique à son gout ! Bah quoi, il lui avait proposé sa semence divine et c'était ainsi qu'il était remercié, le monde à l'envers ! Se relevant péniblement, l'un des deux crânes de sa lance se fendilla avant d'exploser pour créer une petite brume qui fit taire les éclats de foudre sur son corps divin. Par tous les saints de la terre, il était clair que cet homme venait de lui refuser son offre sacrée.

" Par Jupiter, tu vas me le payer scélérat ! Vermisseau qui se croit Lion ! Laisses moi te dire que tu la reverras jamais ta Athéna, ou alors je serai passé dessus une dizaine de fois avant et avec peu de plaisir tellement sa frigidité est légendaire ! Tu vas voir ce qu'il en coute de frapper un Dieu vivant ! Eclats Divins ! "

Formant un cercle avec la pointe de sa lance, Caligula forma un cercle de lumière de foudre qu'il transperça ensuite pour projeter les éclats sur le Lion de Némée. Chaque parcelle se dessinait en fragments de puissance divine qui inondèrent le corps du chevalier d'or de sa puissance. En un instant, les coups furent redoutables sur chaque parcelle de l'environnement !

Assoiffé de puissance, l'ancien empereur prenait du plaisir à voir le sang couler sur son ennemi et le punir de ses fautes et de ses pêchés. Un grand sourire sadique aux lèvres, il frappa encore et encore avec ses éclats le corps du chevalier pour sa satisfaire de l'odeur métallique du sang. ses yeux reflétaient la folie de sa grande famille qui avait régné et détruit Rome à plusieurs reprises pendant le Bas Empire !

Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Dim 3 Fév - 18:06

Le Lion tiqua d’énervement lorsqu’il vit que son adversaire se relevait. Ce simple coup aurait dû ôter la vie du scélérat… Il y avait mit toute sa puissance.

Il n’y a pas à dire… Sans l’Armure d’Or, mes Crocs se sont émoussés. Plus vite je vaincrai cet homme, plus vite je retournerai auprès d’Athéna, et plus vite toute ma force me sera rendue !

Pourtant, le Saint dû vite se rendre à l’évidence : bien que fou et indigne de tout intérêt de premier abord, Caligula ne manquait pas de ressources. Car ce dernier parvint à briser les éclairs du Lion, symptômes de la Boule de Feu qui avaient pourtant retenu le Titan Coeos un court instant. Et il les brisa avec une étonnante facilité, grâce à l’un des deux crânes qui ornaient sa lance. Mais bien vite, la surprise laissa place à une colère pure, qui résonna des propos de l’horrible homme.

« Salopard…
COMMENT OSES-TU PARLER AINSI D’ATHENA !!! »

Le regard du Lion brillait de haine. Comment cet homme pouvait-il proférer ces mots blasphématoires, comment osait-il seulement songer à de tels actes impurs !!!!!!!! Le Saint se refusa d’imaginer la scène, de peur de perdre totalement la raison, comme il l’avait fait il y a sept années de cela. Pourtant, le simple regard fou et pervers de l’homme qui se tenait en face de lui suffisait amplement à alimenter sa colère, qui pulsait d’énergie, se transformant en cosmos qui vint tourbillonner autour du Saint comme une tornade de lumière.

Les éclairs de Caligula vinrent s’échouer contre le cosmos haineux du Chevalier d’Or. L’énergie de l’Empereur Fou fut brisée par celle, plus puissante et plus concentrée, du Lion. Les éclairs qui composaient l’attaque du mort-vivant furent absorbés par le cosmos de Corell. Le Saint frappa ses deux poings l’un contre l’autre, ce qui créa une explosion de cosmos.

« Fou que tu es !!! Oser m’attaquer avec des éclairs, moi le Maître de la Foudre. Maintenant, je vais prendre plaisir à te défoncer!! »

Telle une bête féroce, le Saint se jeta sur son ennemi. Alliant une vitesse et une dextérité supérieure à celle des autres Chevaliers d’Or, qui faisaient de lui une véritable machine à tuer, le Lion fut sur son adversaire en un instant. Son poing, véritable comète de lumière à peine visible à l’œil nu, alla frapper Caligula en plein thorax, juste sur le plexus solaire, importante zone d’influx nerveux. En plus d’avoir le souffle coupé, le déchet qui se croyait Dieu fut brisé par la douleur. D’un mouvement rapide, Corell passa sur le côté, lui fauchant les jambes par l’arrière. Alors que Caligula tombait en arrière, le Lion, toujours pas rassasié de brutalité, concentra son cosmos dans son bras. Il frappa Caligula, sa main se refermant sur son front. Son cosmos s’éveilla alors qu’il catapultait la tête de l’Empereur vers le bas avec une violence sans égale. La tête de l’homme frappa le sol avec une telle puissance qu’elle s’y enfonça. Puis, le Lion déversa son cosmos sur le visage de l’homme. Telle une explosion d’énergie, le pouvoir du Saint d’Or fut tel un feu divin qui ravagea Caligula, tout en brisant le sol sur des dizaines de mètres autour d’eux. Et alors que le cosmos de Corell continuait encore et toujours de se déverser sur le Maudit, seul les cris de la victime étaient entendus dans le Colisée.

« Vas-y, continue de crier, sale chien !!!!! Crie tant que tu le peux encore !!! Et lorsque tu pleureras, lorsque tu me supplieras, alors seulement je déciderai de prendre ta vie. Mais avant cela, la route de la souffrance sera encore longue !!!!!! »

Maintenant toujours fermement sa prise sur le visage de sa victime, le Saint l’extirpa du sol avec rapidité, avant de l’envoyer dans les airs comme un déchet. Alors, le monde autour de Caligula changea. Le sol détruit, le Colisée, les tribunes, toute la réalité disparut pour être remplacée par un magnifique fond étoilé. Une ultime seconde de quiétude et de paix, où les galaxies posèrent leur douce lumière sur le corps ravagé du suppôt d’Hadès.

Une simple accalmie avant la tempête.

« Griffes du Lion… Porteuses de Justice… Purifiez cet homme à la hauteur de ses péchés !! »

LIGHTNING… PLASMA !!!!


Alors le monde s’effondra. Alors qu’une toile de lumière se déversait dans l’univers, des milliards de rayons d’énergie se déversèrent sur l’Empereur Fou. Chaque impact était une plaie. Chaque plaie était une souffrance. Bien vite la douleur devint indéfinissable, véritable océan de lumière blanche où l’âme de Caligula fut perdue, tendis que son corps subissait mille tourments.

Mais alors que les Griffes du Lion atteignaient le summum de leur puissance, le regard de Corell devint soudain flou. L’univers trembla. Les jets de cosmos acérés du Lion, tout comme la Foudre qui l’entourait, d’habitude d’une clarté sans égale, perdirent soudain leur lueur. La lumière devint nuit. La Vie devint Mort. Alors que les éclairs du Lion prenaient une teinte obscure, le sang coula de la bouche de Corell. L’univers s’effondra en même temps que le Saint.

Tombé à genoux, le Chevalier d’Or regarda ses mains pleines de sang, crépitantes d’éclairs noirs, éberlué par le spectacle. Durant un instant, la peur s’empara de son esprit. En laissant libre court à sa colère, était-il de nouveau sur le point de basculer du Côté Obscur ?

Non… La colère me donnait de la force, pas de la souffrance. Non, c’est autre chose…

La vue toujours floue, Corell parvint à distinguer la silhouette de Caligula se relever. Les Griffes du Lion s’étaient stoppées bien trop vite. Et bien qu’il ne puisse le distinguer, Corell put le sentir aisément à travers le cosmos.

Le sourire de Caligula.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Jeu 14 Fév - 18:53

Volant contre le mur, l'ancien empereur se demandait bien comment cet impudent avait eut le déshonneur de le frapper. Se relevant lentement de cette attaque aussi faible qu'inutile le Dieu des Dieu, le Croyant des Croyants, le Fils de Jupiter maugréait contre lui en regardant son maquillage disparaitre avec le sang s'échappant de sa gorge. Ses yeux explosèrent de rage et il tomba sur lui pour lui projeter ses lances illusoires dans la gueule. Rien ne pouvait arrêter cette technique et les derniers coups de poings du Lion glissèrent sur sa chaire comme des plumes sur la peau d'un enfant. Avec un sourire sardonique, il venait d'envoyer son ennemi dans les nuages et la foudre tomba de nouveau sur la lance divine du Dieu vivant !

" Te supplier ? Non mas des fois, espèce de paria sans intérêt, t'es mort comme une merde face à un Titan sans protéger la catin qui te sert de déesse ! Non mais non quoi ! Tu as en plus la tête des idiots de bas étage qui foncent sans réfléchir et crois moi que si je te bats, je me ferai une joie d'aller moi même tuer ta déesse pour en faire des condiments pour ma lance royale "

La foudre se projeta alors sur le Lion une nouvelle fois dans un cri de rage. Chaque parcelle de cosmos de l'ancien empereur permettait de briser les reins du chevalier d'or afin de lui rappeler sa justre place, petit à petit, ce dernier allait s'agenouiller devant lui pour lui sucer les pieds et lui implorer sa clémence divine. Son regard était rouge sang et sa langue jouait sur ses lèvres comme un serpent goutant sa proie avant de l'attaquer de nouveau par quelques coups de lance dans les boyaux.

Il le prit alors à la gorge pour le relever plus mort que vif !

" Je vais te montrer que tu ne peux affronter le fils d'un dieu sans en payer le prix ! Agenouilles toi et sois la mère de mes enfants, je t'épargnerai alors ! "

Il attendait sa réponse avec une certaine déléctation !

Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Jeu 21 Fév - 0:42

Cet homme n’avait aucune force. Ses attaques étaient terriblement lentes, sans aucune substance, aucune profondeur. S’il ne pouvait les éviter, le Lion se contentait de repousser ses flèches de cosmos avec sa propre énergie. Bien que brisé, ses éclairs pollués par un Mal indescriptible, repousser ces flèches était tellement simple qu’il y parvenait encore.

Sa puissance n’égale même pas celle d’un Chevalier d’Argent… Alors pourquoi ? Pourquoi suis-je incapable de vaincre sa Foudre Noire ? Alors que j’arrivais à contrecarrer celle d’un Titan !!!

L’absurdité de cette pensée tira un bref sourire au jeune homme. Non, il n’avait jamais contrecarré Coeos. Coeos s’était laissé contrecarrer, voilà tout. Il avait voulu tester l’homme qu’était Corell… Et le test avait été des plus brefs. Le Lion avait trop cru en ses capacités. Il en avait payé le prix.

Mais au final, j’ai réussi mon objectif… Gagner du temps, pour qu’Athéna soit sauve. Et elle l’est, je le sens. Elle souffre en ce moment même… Mais sa vie est sauve. Je ne peux me résoudre à penser que mon action était inutile !

Le hasard faisait parfois bien les choses. Cette certitude, et le fait de s’accrocher à l’espoir que sa Déesse était en vie et l’attendait, requinqua le Chevalier d’Or. Malgré la souffrance qui lui déchirait les entrailles, le Lion, plein de courage, fit à nouveau grandir son cosmos. Il se releva juste à temps. Déjà, les éclairs noirs de l’Empereur Maudit se ruaient à nouveau sur lui… Mais c’était peine perdue. Alors que le sang coulait le long de sa bouche, le Saint d’Or leva une main. La Foudre Noire fut instantanément brisée, s’en allant se perdre de tous les côtés, repoussés par la force du soldat d’Athéna.

C’était un doux rêve. Corell y crut. Au départ. Mais à nouveau, la souffrance revint. Tout s’enchaîna. Les réactions entrainaient des conséquences. Une baisse de pouvoir. Des éclairs noirs qui parvinrent à passer au travers de la défense du Chevalier d’Or. Alors, la lumière devint à nouveau obscurité. L’ombre se mêla à nouveau au soleil qu’était le Lion, ondes malfaisantes qui vinrent se mêler à la lumière du Chevalier d’Or.

Corell cria de douleur.

Sa défense tomba. La Foudre Noire, bien que diminuée, le transperça avec une force insignifiante… Mais pourtant si horriblement douloureuse. Le corps et le cosmos brisés, le Lion tomba genoux à terre.

Comment… Comment un homme aussi faible peut-il ainsi me vaincre… Hadès… Lui aurais-tu prêté ton pouvoir ? Est-ce ta force qui noircit ainsi ma Foudre ?

Autant de questions sans réponses. Corell se sentit soulevé de terre. Son regard croisa celui de Caligula, bien trop près à son goût. Le Maudit avait osé le soulever en le prenant à la gorge.

Alors, un mot revint à l’esprit de Corell.

Catin.

C’en était trop pour le Chevalier d’Or. Bien trop. Ce n’était pas homme à se morfondre. Ce n’était pas homme à hésiter. Ce n’était pas homme à laisser les pêchers impunis.

Surtout de tels pêchers.

La haine remplaça la douleur. Elle la consuma avec une facilité déconcertante. Bien que brisé, le cosmos du Lion s’éveilla d’une noirceur aveuglante. Une main vint enserrer le bras de l’Empereur. L’autre le saisit à la gorge. Les rôles s’inversèrent. L’aura du Saint dépassa celle de Caligula. L’Empereur, dont la gorge et l’avant-bras étaient atrocement écrasés, fut contraint de reposer son adversaire. Le Lion tenait sa proie. Et il la tenait avec toute la force de sa haine. Mais l’Empereur se défendait bien. Bien qu’il suffoquât, sa trachée ne se brisa pas. La vie resta collée à lui, à la grande déception du Saint.

En temps normal, dans un contexte similaire, un homme tel que cet Empereur aurait été brisé en quelques secondes à peine. Preuve que malgré sa haine, le Lion n’était, en cet instant, plus que l’ombre de lui-même.

« Aucune parole ne pourra tarir la folie qui embrume ton esprit. Je ne tenterai pas à raisonner un chien tel que toi. Plus vite tu seras mort, plus vite je retrouverai Athéna. Mes poings parleront plus que mille mots ! »

LIGHTNING…


Entamant un mouvement de toupie, le Lion effectua une rotation sur lui-même tout en gardant fermement sa prise. Ayant gagné un élan certain, il lâcha Caligula, l’envoyant dans les airs.

Derrière la main qui avait lâché le monstre, apparut un poing à la lumière bien tarie.

BOLT !!!!


La colonne de cosmos quitta le poing du Lion. Elle se déversa sur le corps virevoltant de l’Empereur Maudit, brûlant son âme, calcinant sa peau et ses organes de ses éclairs, déchirant les cieux sur des centaines de mètres avant de se tarir.

La fameuse Boule de Feu du Chevalier du Lion. Sa puissance était légendaire.

Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Mar 26 Fév - 19:53

Brisé, electrifié même, l'ancien empereur s'effondrait sur le sol dans une gerbe de sang. Son corps était dans un piteux état et le cosmos du Lion semblait l'abattre comme un fêtu de paille, il fonça sur les piliers du colisée avant de les défoncer dans tous les sens. Il était sans aucune force, comme si chaque parcelle de sa peau ne bougeait pas sous les assauts de son ennemi. Il l'avait éreinté mais c'est à ce moment là qu'une étrange apparition se fit entre le Lion et l'ancien Empereur !

Coeos, le Titan du Keraunos noir, était devant lui et l'observait en silence avant de disparaitre a son tour, plus une simple image semblable à un au revoir ! Ses lèvres avaient juste chuchotés quelque chose d'inaudible : "Invisible, cherches l'invisible... "

Dans l'instant d'après, il restait juste le silence et les bruits de la clameur des gens du colisée à ce spectacle aussi surprenant qu'exaltant pour le peuple des Morts. Le jeu du Cirque avait retrouvé là toutes ses anciennes coutumes de faiblesses humaines telles que l'envie, le gout du sang et le sens de la perfidie qui inoculait l'âme sans le dire. Décidément, il fallait que l'empereur se bougeasse pour pouvoir avoir une maigre chance mais son corps ne lui répondait plus, ses muscles étaient dans un tel état qu'il n'avait plus le courage de combattre et ses yeux de haine à l'état brut était le signe que tout cela n'était pas prévu comme il l'avait souhaité !




Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Sam 2 Mar - 18:00

L’Obscurité se dissipait. Alors que le Lion était au plus mal, toute son énergie parasitée et brisée par la Foudre Noire, cette dernière sembla soudainement moins puissante. Alors que le Saint se relevait, la couleur dorée de son cosmos supplantait peu à peu la noirceur des éclairs de Caligula. Le Saint, soudain plus léger, plus libre, plus fort, déploya encore plus son cosmos. Sa lumière détruisit l’obscurité. A nouveau, l’aura du Chevalier d’Or se déploya dans le Colisée obscur, comme le soleil repoussant la nuit noire, éblouissant les spectateurs.

Caligula avait tenu le combat. Mais le Lion d’Or n’avait pas été brisé. Et à présent, le combat retournait à son avantage.

Le regard du Lion fut détourné de la carcasse fumante de son pitoyable adversaire lorsqu’une forme fantomatique naquit à quelques mètres devant lui. Bien qu’un simple Spectre, Coeos n’en restait pas moins incroyablement imposant. C’était un Dieu, un vrai. Et lorsque le regard translucide du créateur du Keraunos croisa le sien, Corell en eut froid dans le dos.

Mais à peine était-il apparut que la Divinité retourna dans le néant… En laissant un message des plus étranges derrière lui.

L’invisible… Qu’est-ce que cela peut bien pouvoir dire…

Le Lion se permit un sourire.

Même sous cette forme, Coeos aurait pu me tuer, me renvoyer au Cocyte. Serais-tu en train de m’aider, Dieu de la Foudre ? Pourquoi m’avoir tué alors ?... Etait-ce un test ?... Ah ces Dieux… Toujours aussi étranges et étonnants.

Les paroles de Coeos restaient un mystère. Mais Corell ne s’en inquiétait pas plus que cela. Aussi étonnant que cela paraisse, il avait une certaine confiance en Coeos. Il ne doutait pas que cet indice lui serait utile le moment venu.

Les réponses aux questions ne sont pas forcément immédiates… Tôt ou tard, je comprendrai le fin mot de toute cette histoire.

L’instant n’était pas aux questions et aux hésitations. Corell reporta son attention sur la carcasse qui se croyait Dieu. Le Lion leva sa main. Comme répondant à son appel, le corps de Caligula se souleva dans les airs. L’Empereur Déchu, incapable de contrôle son corps sous l’emprise du Lion, se mit à flotter à une vingtaine de centimètres du sol. Corell, d’une simple torsion du poignet, attira le corps de son ennemi vers lui. Alors que Caligula se rapprochait de son bourreau, son corps se tourna de façon à être bien droit, tourné vers Corell.

Lorsque l’Empereur arriva à une cinquantaine de centimètres du Lion, ce dernier se contenta de poser sa main à plat sur le cœur de Caligula.

« Sens-tu la Mort qui rôde autour de toi, soi-disant Dieu ? Je dois avouer que je suis étonné. Ta vie va s’éteindre à nouveau… Pourtant tu ne pleures pas. »

Le Lion s’auréola de lumière. De son épaule naquirent des gerbes d’éclairs dorés, qui vinrent courir le long de son bras, puis de son avant-bras, à mesure que l’incroyable puissance présente dans cet homme avançait peu à peu vers sa main.

« Ainsi mourra Caligula… Dieu parmi les Dieux… Tué par un simple inconnu. »

Les yeux du Lion devinrent lumière. Son cosmos explosa, quittant la paume de sa main pour former une colonne de lumière et de Foudre de quelques centimètres à peine. Le cosmos était tellement concentré qu’il perfora le corps de Caligula de part en part, ne laissant qu’un énorme vide en lieu et place de son cœur.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Mar 5 Mar - 2:04

Déglutissant un liquide carmin entre ses lèvres, Caligula ne disait plus un mot, son regard était vide et sans expression devant les mains qui se tendaient vers lui pour l'embrasser, le célébrer encore une fois... Cependant, cette vision se brisa sous le poids de la réalité, son corps était à terre et il ne lui restait peu de temps à vivre dans ce monde, il avait tué des centaines de saints pour amuser les Guerriers d'Hadès pendant des années entières. Cruelle désillusion que tout cela au final, il était mort et son adversaire encore vivant ! le cosmos infernal s'échappait de son corps tandis que le Lion était encore debout devant lui.

" Apollon, divin Apollon, je me suis montré peu digne de vous, que vous soyez maudit avec toute votre engeance ! "

Son corps s'effondra sur le sable du Colisée. Il ne restait plus qu'un lourd silence à la chute de l'empereur. Le cosmos du Lion semblait bouillonnant alors qu'un autre cosmos entourait ce dernier pour l'expulser des enfers, en quelques instants, corps et âmes furent chassés des terres infernales de Venise pour se retrouver auprès des canaux de Venise. Il fut retrouvé par une lavandière qui le soigna un moment avant qu'il ne retrouvasse ses pensées et ses esprits. Hadès avait tenu son serment, le Lion pouvait reprendre la vie qu'il avait laissé derrière lui, tel Orphée, une chance lui avait été offerte de nouveau !




Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Mar 5 Mar - 2:07

Victoire de Corell !

Il est téléporté aux canaux de Venise : il est full Stat !
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   Mer 6 Mar - 20:23

Le son et la chaleur d’un feu crépitant furent les tous premières perceptions que l’homme rencontra après sa mort. Puis vint la lumière. Douce et chaude, orangée et rougeoyante des flammes, allant parfois même jusqu’au doré ressemblant tant au cosmos des Chevaliers d’Or.

Un visage penché vers lui. Un tissu imbibé d’eau chaude posé sur son front.

Quel ultime bonheur. Quelle plaisante relaxation. Un court moment de consécration, après avoir traversé les enfers, aux ombres si froides et si malfaisantes.

Quelle force de la nature !!! A peine éveillé, l’homme fut déjà sur pieds. S’il resta de longues secondes allongé, ce ne fut point par faiblesse, mais plutôt pour profiter au moins un tout petit peu de cet instant béni des Dieux. Mais le devoir l’appelait.

Il n’était pas homme à refuser sa destinée… Il n’était pas Saint à hésiter avant d’aller sauver sa Déesse.

Les remerciements furent brefs mais intenses. Ce fut dans un éclair de lumière que le mystérieux inconnu disparut des Terres Neutres. Néanmoins en échange de son aide, il offrit un peu de son cosmos, énergie si chaude et si bienfaisante, à la jeune femme. La demoiselle en fut ravie. Durant un mois entier, elle ne souffrit d’aucun mal. Elle n’eut plus besoin de dormir. Ses tensions se relâchèrent, ses fatigues disparurent.

Car tel était le pouvoir du Cosmos des Chevaliers d’Athéna.


Arrow SSM
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Colisée] Combat de Corell (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Colisée] Combat de Corell (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-