RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Reconstruisons Rodorio [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
T'Sio


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 84

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Dim 31 Mar - 23:51

Le Saint de la Grue salua d'un geste de la tête les deux nouveaux chevaliers qu'il venait de rencontrer, Kronos de l'Horloge et Mattheus d'Adamantine, puis adressa un léger sourire à Kenshiro. Le Chevalier du Dragon semblait fatigué de voir défiler devant ses yeux morts et blessés sans discontinuer. Ses mains portaient la trace du sang, les mêmes qui avaient sans doute sauvé le peu de vie qu'il y avait à sauver ici. Puis T'Sio resta interdit devant l'étrange réaction qu'eut Mattheus quand ce dernier salua Kronos. Il pleurait. Peut-être lui rappelait-il quelqu'un, un proche, un parent, ou simplement un ami, il ne saurait le dire, et d'ailleurs il ne s'attarda pas là-dessus.

Il garda le silence qu'en Kenshiro expliqua la situation à Kronos, situation que lui avait déjà décrite plus tôt le Chevalier du Dragon. Une nouvelle fois, il prit un air légèrement interrogatif quand ce dernier évoqua les deux Athéna, mais voyant que le Bronze ne développait pas plus, il n'insista pas.

Quand il prit la parole, il s'adressa directement à Kenshiro.

''Il ne reste personne de vivants dans le quartier qui borde la route menant au Sanctuaire. J'ai demandé à un groupe de soldats de vérifier une dernière fois, mais je n'ai que peu d'espoir. Je crois que nous avons sauvé tous ceux qui pouvaient l'être.''

Un groupe de gardes passa au loin, portant trois nouveaux corps sans vie. Il ne s'attendait pas à ce genre de spectacle pour son premier jour au Sanctuaire, ni à apprendre que deux Athéna coexistaient, et que les Chevaliers étaient éparpillés aux quatre vents. Comme en réaction à ses sentiments, il sentit une douce chaleur venir de son Armure, comme-ci elle cherchait à le réconforter.

Il s'apprêtait à demander à Kenshiro où il pourrait être encore utile quand un nouveau venu fit son apparition dans la tente, s'inclinant devant eux tout en se présentant.

''Je me nomme T'Sio, Saint de la Grue. Inutile de t'incliner, personne ici ne te le demande. Nous sommes des frères d'arme, pas tes supérieurs !''

Il sourit à Eidolon et l'étudia d'un peu plus prêt. Il semblait avoir à peu prêt le même âge que lui, peut-être plus âgé, sûrement à cause de la barbe que le jeune homme portait. De part la couleur de sa peau, T'Sio comprit qu'il n'était pas d'ici, ni même peut-être de ce continent. Il se demanda l'espace d'un instant si Eidolon avait dû subir le même genre de regard qu'on lui avait adressé à la vue de sa peau hâlée, si différente des gens d'ici. Mais il chassa cette question d'un geste de la tête, question qu'il aurait été déplacé de poser en pareille circonstances. Il fut interrompu dans ses pensées par la venue d'un garde, qui s'adressa à l'ensemble des Chevaliers présents.

''Veuillez me pardonner mes Seigneurs, mais au vue de la situation délicate dans laquelle nous nous trouvons et en l'absence du Chevalier du Bélier, il m'incombe de venir demander l'aide de l'un d'entre vous pour assurer la garde de la Première Maison. Je ne puis m'adresser directement aux Chevaliers d'Or présents au Sanctuaire, aussi je me tourne vers vous. ''

Le garde s'inclina respectueusement devant les Saints de Bronze et d'Argent réunis, puis se redressa, attendant une réponse. Pour le peu qu'en savait T'Sio, la situation du Sanctuaire semblait en effet plus que compromise. Être dépositaire de la tâche d'un Chevalier d'Or était une lourde charge. Mais ce n'était pas là ce qui l'inquiétait le plus. Ce qui le tourmentait, était de savoir que peu de Chevaliers d'Or, ses plus puissants gardiens, n'étaient présents qu'en nombre restreint au Sanctuaire, et que ceux qui étaient là ne pouvaient assurer une telle fonction. Il n'osait imaginer ce que ces derniers devaient enduré à l'heure actuelle.

Puis, une idée fit son chemin dans son esprit, une idée somme toute égoïste mais qu'il ne parvenait pas à éloigner. S'il se portait volontaire, cela lui permettait de rester auprès de Jun, sans courir le risque d'être envoyé combattre hors de la Grèce. Il sentait une pointe de culpabilité naître en lui à cette pensée, mais maintenant qu'il y pensait, pouvoir rester un peu plus longtemps auprès de sa bien-aimée était quelque chose qu'il ne pouvait ignorer. Ainsi, sans attendre de réponse de la part des autres, il se tourna vers le garde.

''Je suis le Chevalier d'Argent de la Grue, et j'accepte de prendre la garde du Temple du Bélier. Conduisez-moi las-bas.''

''Bien Seigneur, veuillez me suivre.''

T'Sio se tourna vers ses compagnons.

''Je suis désolé de vous abandonner de la sorte, mais je crois avoir accompli tout ce qu'il m'était possible de faire ici. J'espère vous revoir tous en des temps plus propices.''

Il s'inclina devant le petit groupe, puis emboîta le pas du garde du Sanctuaire. Il eut à peine le temps de quitter l'abri de la tente de soin qu'une vois de femme l'appela.

''T'Sio !''

Il se retourna et vit Iolé courir vers lui. La jeune femme semblait aller un peu mieux, bien que son visage serait marqué à jamais par ce qu'elle avait vécu.

''Je...Je voulais vous remercier une dernière fois...Pour ce qu...''

''Vous n'avez pas à me remercier. Je ne mérite pas un tel honneur de votre part.''

T'Sio n'osait presque pas la regarder dans les yeux, tant son regard lui rappelait sa propre faiblesse à la vue du carnage qui l'entourait.

''Alors, acceptez au mois ceci.''

D'une de ses poches, Iolé sortit un bracelet de cuir, décoré en son centre du nom de la Déesse Athéna écrit en grec.

''Il m'a toujours protégé dans les temps difficiles. Je voudrais que vous l'emportiez avec vous. S'il-vous-plaît, acceptez-le.''

T'Sio prit le bracelet des mains de la jeune fille, puis le passa à son poignet. Iolé eut un petit sourire.

''Que la Déesse vous protège, T'Sio.''

Puis, sans ajouter de mots, elle s'éloigna. Le Saint de la Grue la regarda retourner au chevet de son mari. Il l'observa quelques instants, puis rejoignit le garde qui l'attendait plus loin.

''Peut-être avez des choses à finir ici, avant que nous partions ?''

''Non, nous pouvons partir.''

Ils s'enfoncèrent dans la nuit noire qui était tombée sur Rodorio, guidé par la lumière des étoiles, et prirent la direction du Sanctuaire.

Arrow Garde des Chevaliers d'Or


HRP // Comme convenu au Krusos, je me suis porté volontaire pour assurer la garde de la Première Maison ce mois-ci, j'ai donc pris la liberté de me porter seul volontaire dans mon post. ^^ // HRP FIN
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Mer 3 Avr - 21:02

À peine s'était-il donné la peine de s'incliner poliment devant les représentants des forces armées de la Déesse Athéna, qu'une réponse lui parvint. Un des Saints prit la peine de se présenter à son tour - répondant ainsi à la présentation de l'Apprenti - et s'identifia comme étant le Chevalier d'Argent de la Grue répondant au prénom de T'Sio. Ce dernier était à n'en pas douter un brave chevalier, car plutôt que de se satisfaire de sa hiérarchie et du rang qui était le sien pour se la jouer devant Eidolon, il l'invita d'un sourire majestueux et bon qui irradiait de puissance, à se relever, prétextant qu'ils étaient des frères d'armes avant tout.

Cette réponse n'était pas pour déplaire à Eidolon qui cependant, parut très surpris d'une telle réponse. En effet, ce dernier depuis sa plus tendre enfance était habitué à être traité en paria, à être assujetti par l'homme blanc. Depuis son arrivé au sein du camp d'entraînement des Saints, les rapports qu'ils entretenaient avec autrui n'étaient plus dictés par le seul principe de soumission, mais ils continuaient en revanche d'être hiérarchisés. Il avait appris à respecter la hiérarchie et feindre le respect envers ceux qui se situaient au-dessus de son grade, qui se trouvait au plus bas de l'échelon des Saints. Au sein même du camp d'entraînement et même si une certaine forme de camaraderie était palpable, ce qui dominait encore davantage, c'était le sentiment de rivalité qui poussait chaque apprenti à se surpasser à l'entraînement! N'y étant guère habitué, ce genre de discours sur la camaraderie sonnait encore d'une manière étrange aux oreilles de l'apprenti.

Lorsqu'il se décida enfin à se relever, il constata non sans étonnement que l'agréable Saint de la Grue était tout aussi métissé que lui. Nul doute que sa réaction de toute bonté envers ce dernier, avait été dictée par son teint de peau. Sans doute avait-il lui aussi - dans le contexte actuel - fait l'amère expérience de cet épiderme coloré qui constituait pour l'heure le plus terrible handicap social qui soit, mais qui aux yeux d'Eidolon traduisait une force certaine que nuls à part eux ne pouvaient posséder, une soif de s'élever insatiable extrêmement difficile à satisfaire. Alors qu'il s'apprêtait à lui répondre de la plus belle des manières, Eidolon n'en eut pas le temps, car un garde s'invita bien vite dans la mêlée et déclara avoir besoin de Chevaliers pour défendre la maison du Bélier actuellement sans défense.

Bien évidemment, T'Sio se porta volontaire. Peut-être avait-il d'autres raisons, mais toujours est-il qu'il était primordial que la maison du Bélier, la première maison du Sanctuaire se situant sur le chemin menant à l'autel d'Athéna, ne reste pas sans défense, ceci afin de se prémunir contre l'intrusion d'éventuels assaillants. La période troublée qu'ils vivaient suite à l'attaque des Chevaliers noirs sur le village de Rodorio, justifiait qui plus est, que des forces supplémentaires soient affectées à la défense du Sanctuaire. Eidolon aurait aimé être de la partie et pouvoir converser avec ce Saint, mais il ne le pouvait pas, car une autre tâche le retenait ici.

En arpentant de long en large le village de Rodorio a son arrivée, il avait pu constater de ses yeux combien le village avait été en proie à la désolation... Néanmoins, il avait également pu constater que le gros du travail avait été déjà fait. En effet, les cadavres avaient quasiment tous été recouverts soigneusement, les blessés rapatriés pour être soignés, les reconstructions entamées, bref Eidolon arrivait bien tard. Mais alors, il se souvint des paroles que la Déesse Athéna avait eu à son encontre: il entendait geindre. Normalement, quiconque aurait entendu ces pleurnichements s'en serait soucié, mais les Saints ici présents ne semblaient pas s'en préoccuper le moins du monde... Du moins, ils ne le pouvaient pas. Les cris et jérémiades dont Eidolon était le témoin audible en réalité, émanaient d'une morte. Non loin de leur position, là où une maisonnette se trouvait en bien piteux état, une âme à l'apparence parfaitement humaine, celle d'une femme plutôt mûre habillée d'une robe paysanne et à l'aspect plutôt rustre hurlait son chagrin de voir non seulement sa maison, mais également le village tout entier, se retrouver ainsi dévastés.

L'apprenti s'avança vers elle et ne prêta plus attention aux mortels qui l'entouraient. Certains avaient peut-être des choses à lui dire, des ordres à lui donner, mais à présent il ne s'en souciait guère, tout ce qui l'importait, c'était elle. Se retrouvant à seulement deux pas d'elle, il constata que non loin d'eux ou plutôt sous ses yeux, se trouvait un corps recouvert d'une bâche blanche: le sien, l'énorme morceau de tissus dépassant et la carrure du cadavre ne permettant pas d'en douter. Eidolon avec l'expérience qu'il avait de ce genre de phénomènes, était à peu près sûr, qu'elle venait de rendre son dernier souffle il y a peu et que celle-ci n'avait même pas encore conscience d'être morte. Le problème, c'était que cette dernière dans son état de souffrance actuel, risquait de mettre un moment à s'en rendre compte. Or à errer trop longtemps parmi les vivants, cette pauvre femme risquait de se retrouver bel et bien coincée dans le monde des vivants sans jamais pouvoir trouver le repos qui lui était dû. Errer en tant qu'âme parmi les mortels était le signe par excellence que la défunte personne n'était pas partie en paix avec ce monde et qu'encore trop de choses la retenait ici bas...
    « Ma pauvre maison hiiiii-hiiiii... Le village... Snifff... Pourquoi?! Qu'avons-nous fait de mal?! »

    « Hey! T'as fini de geindre oui?!»
Cette réflexion mal placée lui fit l'effet d'un électrochoc: elle s'arrêta de pleurer et de se lamenter sur le champ. Eidolon qui arborait un visage de marbre, voire une légère colère suite au vacarme qu'elle provoquait - à ses seules oreilles faut-il le rappeler - était bien digne de bons nombres connards qui se disaient sans cœurs et qui n'avaient que faire du malheur des autres... Lui aussi avait vécu des moments difficiles dans sa vie, mais ça ne lui donnait pas le droit de s'en prendre à une personne, d'autant plus à une femme pleine de chagrin et qui pouvait se justifier le plus naturellement du monde, qui plus est à une morte! Son petit coup de gueulante fit se retourner les quelques soldats qui se demandaient encore ce qu'il était en train de manigancer. À le voir s'agiter et discuter tout seul, sans doute la plupart le prenaient-ils pour un fou à cet instant précis... Après être restée bouche bée pendant quelques longues secondes, la grosse dame comme frappée par un éclair, ne garda pas sa langue dans sa poche et se mit à pester à l'attention d'Eidolon:
    « Sale macho! De quel droit oses-tu me demander de la fermer! Petit ingrat, vaurien, ignare!! Ne vois-tu pas dans quel état le village se trouve?!! J'ai vécu ici toute ma vie! Mes parents avant moi et mes grands-parents également! Et tu voudrais que je reste sans rien dire!! Tu vas... »

    « Oui, mais vous êtes morte. » Lui dit-il calmement.

    « Imbécile! Quand vas-tu cesser de m'importuner à la fin?! »

    « Si vous ne me croyez pas, regardez par vous-même. »
Il désigna de son index le bas de sa robe. Cette dernière s'empressa de regarder et bien qu'elle mit quelques secondes à s'en rendre compte tellement la colère était grande à son encontre, elle finit par remarquer que la base de son corps n'était qu'un léger voile qui transparaissait au gré du soleil couchant. Prise de stupeur, elle tenta de se regarder de la tête aux pieds et remarqua que son être tout entier transparaissait! La seule chose qui permettait de distinguer ses formes, c'était cette légère lueur qui l'enveloppait...
    « Je suis morte!!! » Gémit-elle de plus belle.

    « Alalala... » S'indigna Eidolon.

    « Je suis morte... Mais... Mais... Que va devenir ma maison?! Ce village?! Que va-t-il advenir de nous tous?! »
Le fantôme de cette grosse dame sentit alors une main amicale se poser sur son épaule. Plus que l'étonnement lié au fait que ce soit cet arrogant et enfoiré d'amérindien qui se voulait rassurant avec ce geste alors que depuis le début il lui en avait mis plein la gueule, c'était le fait qu'il puisse la toucher, elle, un fantôme. Lorsqu'il la toucha, ceux qui l'observait encore malgré la nuit tombante, purent apercevoir les contours de cette présence féminine et fantomatique. Sans doute certains avaient-ils été pris de stupeur, d'autres devaient être aussi pâles que du linge immaculé de blanc, mais Eidolon ne se soucia que très peu de leurs réactions.
    « Tu es morte certes, mais le village est entre de bonnes mains. Même dans la mort, tu restes très attachée à celui-ci, mais il incombe à présent à d'autres de s'en occuper. Tu t'es bien occupée des tiens, maintenant c'est à nôtre tour, tu peux avoir confiance. »

    « Tu me le promets » Demanda-t-elle simplement, l'air déjà plus sereine.

    « Hé! Me traiterais-tu de menteur?! Je ne reviens jamais sur ma parole ahah! Alors oui n'aies crainte! » Dit-il, arborant son plus beau sourire.
La grosse dame parut satisfaite, car un magnifique sourire lui parcourut les lèvres. Malheureusement, des belles paroles seules n'étaient pas suffisantes pour permettre à cette âme de regagner les cieux. Il n'y avait que dans les contes que cela se passait ainsi! De plus, si tel avait été le cas, son entraînement draconien en tant que Saint et les écrits qu'il avait reçu de la Déesse Athéna, ayant appartenu à un Chevalier d'Or, n'auraient servi à rien! Il pointa son index en direction du fantôme de la villageoise tout en faisant exploser son cosmos de manière simultanée. Il était loin du niveau d'un Gold Saint, mais il espérait ou plutôt non, il était sûr que son entraînement quasi-barbare de ces derniers mois allait porter ses fruits!
    « Seki shiki meika ha!! » Prononça-t-il.
L'espace d'un instant, de son aura cosmique émergea des feux follets. L'âme qu'Eidolon fixait du doigt et souhaitait libérer, se mit ensuite à rayonner d'un éclat si puissant qu'elle illumina le ciel noir avant de filer vers les cieux telle une étoile filante et disparaitre aux yeux de tous.
    « T'étais quand même bien plus à ton avantage avec un beau sourire ma vieille! »
Son sourire espiègle et sa joie momentanée se dissipèrent bien vite. Il sentit la quasi-totalité de ses forces l'abandonner en quelques instants, l'effort lui raidir tous les muscles, ses jambes ne plus soutenir son poids malgré sa volonté qui s'amenuisait elle aussi. Il manqua de tomber à plat ventre, mais réussit à tomber sur les genoux sans trop de fracas. Un haut-le-cœur considérable lui tiraillait l'estomac et sa pâleur, visible malgré le noir de la nuit tombée, avait de quoi faire peur! Il avait réussi cette technique sur une âme oui, mais il ne l'avait pas réussi avec autant de brio qu'il l'avait espéré. Il en voulait pour preuve son état lamentable... De plus et comme pour le narguer, des âmes par dizaines sans doute appelées par la force d'attraction de sa technique, virevoltaient ça-et-là et semblaient quémander dans un langage muet qu'on les aide... Malheureusement, Eidolon en était incapable à l'heure actuelle. Des mois avaient passé depuis le début de son entraînement, la Déesse Athéna ayant eu vent de ses capacités, elle lui avait transmis les écrits d'un Chevalier aux dons quasi-similaires, mais leurs niveaux étaient incomparables... Il lui faudrait encore des mois, voire des années pour parvenir à celui de son prédécesseur! La route était encore longue et le chemin semé d'embûches...
Revenir en haut Aller en bas
Kronos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 234

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Sam 6 Avr - 12:24

Ce fut Kenshiro du Dragon qui m'accueilli le premier. Il m'expliqua alors que les chevaliers noirs, ces guerriers sans dieu ni honneur, avaient débarqué à Rodorio et s'étaient fait une joie de ravager le village avant de lancer un maléfice au Sanctuaire, faisant apparaître une seconde Athéna, instaurant trouble et scission dans le camp des Saints.

"Je vois. Merci pour ton accueil et tes explications, Kenshiro."

Mattheus, Saint de l'Adamantine, se présenta à son tour, l'air quelque peu troublé de me rencontrer. Qu'avais-je fais ? Nous étions-nous déjà rencontrés ? Je ne savais que dire, mais l'heure n'était malheureusement pas à ce genre de réflexions. Nous devions agir ! Retrouver ces Black Saints, déterminer laquelle des deux Athéna était la vraie, et que sais-je d'autre ? Je ne pouvais rester ici à attendre que quelque chose d'autre se passe.

Au milieu de toute cette agitation, un homme d'à peu près mon âge et à la peau halée se présenta à nous sous le nom d'Eidolon, apprenti d'Athéna, s'inclinant comme le protocole l'ordonnait. Mais T'Sio, chevalier d'Argent de la Grue, l’accueilli et l'intima de se relever en lui disant que nous étiosn avant tout des frères d'armes. Surpris mais à la fois content, le dénommé Eidolon se redressa sans demander son reste.

"Salut à toi, Eidolon, je m'appelle Kronos et comme l'a dit T'Sio, nous sommes avant tout camarades."

C'est alors qu'un garde arriva à notre hauteur, la respiration haletante, comme s'il avait couru un marathon. Je me mis alors à espérer que quelque chose venait de se passer au Sanctuaire et que nous devions nous y rendre au plus vite. Quelle fut pas ma déception lorsque ce dernier nous expliqua la raison de sa venue. Le temple du Bélier n'avait pas de gardien et l'homme était venu nous demander si l'un de nous ne voulait pas se porter volontaire pour assurer la protection du premier temple du Sanctuaire. Qu'il se désigne par pur dévouement ou bien par une raison plus obscure, T'Sio accepta la mission avec un certain empressement et partit à la suite du garde en direction du Sanctuaire après s'être excuser de nous laisser en plan.

"Ne t'en fais pas, T'Sio. Ta tâche est tout aussi honorable et probablement bien plus ardue que la nôtre. La diplomatie est loin d'être mon fort !"

T'Sio parti, nous nous retrouvions à quatre pour gérer le problème du village, enfin trois et demi plutôt. Cet Eidolon n'était encore qu'un apprenti après tout et si jamais les chevaliers noirs revenaient, il ne ferait sûrement pas long feu. C'est alors que ce dernier se dirigea vers le corps d'une villageoise tout juste décédée et se mit à parler tout seul, ou plutôt à discuter avec quelqu'un que lui seul pouvait voir et entendre. Y avait-il vraiment quelqu'un ou bien était-il tout simplement fou ? Je dois bien dire que le doute subsistait en moi. Ce n'est que lorsque le corps fantomatique de la villageoise apparut que je me rendis compte qu'Eidolon était un jeune homme bien plus puissant et talentueux que je ne l'étais. L'amérindien concentra alors son cosmos dans son index avant de le relâcher en direction du fantôme, appelant cette technique Seki shiki meika ha. La villageoise se mit alors à rayonner d'une puissante lumière blanche avant de disparaître pour le royaume des morts. Encore trop faible pour maîtriser une si puissante technique, Eidolon tomba à genoux, son corps tremblant sous l'effort immense qu'il venait de fournir pour aider cette pauvre femme. Ne pouvant qu'admirer la bonté de "l'apprenti", je me porta à sa hauteur pour l'aider à se relever, lui apportant mon épaule sur laquelle se reposer.

"Quelle technique impressionnante ! Tu as encore besoin de t'entraîner un peu mais d'ici peu de temps, tu deviendras un puissant chevalier, je n'en doute pas. Mais pour le moment, je dirais que t'as besoin de repos. Viens, on va te trouver un coin pour t'allonger."
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Jeu 11 Avr - 23:07

L'apprenti qu'Eidolon était, n'aurait pas pu rêver mieux comme débuts, lorsque celui-ci se surprit à réaliser une technique d'un rang très élevé, que le commun des mortels n'était pas à même d'assimiler, et ce de manière magistrale. Malheureusement comme lorsque vous êtes en train de faire un merveilleux rêve, l'implacable réalité finit toujours par vous rattraper au réveil. Il en avait été de même pour le jeune homme - dont la pilosité lui donnait quelques années de trop - qui bien qu'il fut difficile de l'admettre, n'était pas encore à la hauteur. Certes il l'avait parfaitement réalisé, certes il était parvenu à faire quitter une pauvre âme du monde des vivants et la faire voguer vers d'autres cieux, là où un repos miséricordieux ne serait pas de trop, mais ce dernier manquait encore de force. Même si Eidolon était parvenu à rassembler suffisamment de cosmos pour accomplir la tâche ardue qu'était celle d'influer sur le paranormal, il ne disposait pas d'une réserve de cosmos suffisante - pour le moment - qui lui permettrait de lancer ce coup sans en subir les conséquences physiologiques.

L'amérindien, malgré la fatigue qui le gagnait de seconde en seconde, ne se focalisait que sur le constat de son échec relatif. Certains auraient pu se contenter de ce résultat-là, s'en satisfaire même avec du baume au cœur, mais Eidolon quant à lui ne retenait que le mot échec. L'apprenti Saint nourrissait de trop grandes ambitions pour se satisfaire d'une telle chose! Si des hauts gradés au Sanctuaire lui avaient permis d'avoir accès au savoir de prestigieux Chevaliers dotés de capacités similaires, c'était parce qu'eux-mêmes attendaient beaucoup de lui! Il voyait sans doute en lui le renouveau de la caste guerrière des forces armées d'Athéna! Mais pour l'heure, il était bien loin encore de satisfaire toutes les attentes, pire, de se satisfaire lui-même.


*

    « Vous allez finir par me dire où vous m’emmenez à la fin?! »

    « Suis-moi sans faire d'histoire. »
Le Saint en formation était contraint de suivre ce vieil émissaire au caractère aigri et au regard mauvais, ce qui était loin de le ravir. Ils parvinrent bien vite dans un vaste champ où une douce brise, plus que de faire simplement onduler l'herbe verdoyante et rafraichir l'atmosphère, ajoutait une certaine mélancolie et une certaine tristesse à ce lieu. Il ne s'en aperçut pas tout de suite, mais le sol semblait des plus caillouteux. À vrai dire, les cailloux en question ressemblaient davantage à des gros rochers sortant du sol... Bien vite il comprit, distinguant des inscriptions, qu'il s'agissait en réalité de pierres tombales. Eidolon avait déjà vu beaucoup de cimetières, mais jamais il n'aurait songé un instant qu'il puisse en exister un, qui soit aussi beau. Lui qui avait toujours détesté la Mort, il songea face à cette vision que reposer en ces terres, dans un endroit aussi naturel, baigné de lumière et de calme, entouré de ses frères d'armes n'était pas un si mauvais tribu.
    « Quelle douce ironie... Mais après tout un cimetière reste un cimetière. » Lâcha-t-il simplement.
Il s'apprêtait à repartir, s'il l'avait dérangé juste pour cela, il était inutile de rester ici davantage, il ne souhaitait pas en voir plus. Bien que ce lieu lui paraisse empli d'une certaine beauté, la Mort qu'il côtoyait depuis sa plus tendre enfance ainsi que les lieux dédiés à accueillir les défunts pour la plupart partis beaucoup trop tôt, le révulsaient! Mais à peine avait-il tourné les talons qu'il entendit le bruit d'un objet s'affaler au sol, juste à ses pieds. Le vieillard parvenu à sa hauteur s'arrêta un instant et s'adressa à ce dernier de manière froide et impassible comme ce fut le cas jusqu'à présent certes, mais avec en plus une pointe d'irritation dans la voix:
    « Insulte-moi si cela t'amuse, joue-toi de ma personne tant que tu le veux et si cela t'enchante, mais surtout ne t'avises plus d'insulter la demeure de nos camarades tombés au combat! Tu dis connaitre la Mort, mais en vérité tu n'y connais rien ou pas grand chose! Et ce serait toi qui serait appelé à le remplacer? Oui ironique en effet... Si cela ne tenait qu'à moi je repartirais avec plutôt que de te le laisser, mais après tout ce n'est pas moi qui décide... »
Et il disparut aussi paisiblement que ce qu'il était venu, laissant Eidolon seul en proie avec ses remords. À vrai dire, ces paroles ne l'avaient pas laissé de marbre, même si physiquement cela ne se voyait guère. Eidolon était quelque peu peiné d'avoir médit à ce point sur un endroit qui devait être cher à son cœur et où bon nombre de ses compagnons demeuraient à présent... Il jouait les imperturbables, le détaché, il se pensait expert de la Mort et de tous ses attraits, mais ces paroles là, l'avaient ramené les pieds sur terres. Sans doute ce vieillard avait-il raison: il n'y comprenait rien à rien et ne parvenait pas à voir au-delà des apparences en vérité. Songeant quelques instants, il finit par se rappeler qu'un objet gisait à ses pieds. S'abaissant pour le ramasser et le prenant de ses deux index par le bout des doigts, il remarqua tout de suite qu'il ne s'agissait en réalité ni plus ni moins que d'un bouquin. À première vue, il n'avait rien de spécial, si ce n'est une vieille couverture et une reliure en si piteux état que le livre en question risquait fort de se désagréger dans l'instant! Cet examen superficiel terminé, Eidolon entreprit de l'ouvrir non sans crainte. Le feuilletant avec parcimonie afin de ne pas l'abimer davantage, mais ne faisant que survoler ce qui était écrit, il ne comprit pas grand chose à vrai dire. Grosso modo, ce vieux carnet de notes traitait de mille et une manières d’interagir avec les esprits et autres âmes de personnes décédées, mais aussi comment les faire brûler, les faire exploser, les délivrer, bref tout un tas d'élucubrations sordides! Eidolon passablement interloqué parce qu'il venait de lire ça-et-là et se demandant qui pouvait être l'auteur de ces explications de mauvais goût, trouva en tout et pour tout écrit au bas de la première de couverture: U.

*

Alors que ses forces s'étaient éteintes en même temps que ses espoirs et tandis qu'il était sur le point de rompre sa position et s'étaler de toute sa masse sur le sol, un Saint intervint pour l'en empêcher. Allant jusqu'à lui présenter son épaule pour le soutenir, Eidolon ne distingua pas tout de suite le visage de son interlocuteur, il avait de toute façon l'esprit trop embrouillé par l'effort pour le reconnaitre du premier coup... Puis il finit par se rappeler que dans la tumulte générale, un autre Chevalier s'était poliment et majestueusement présenté à lui. Il s'agissait du vaillant Kronos, un Saint, mais surtout un homme qui à première vue, était de toute bonté. Ne pouvant savoir que l'entreprise d'Eidolon constituait à ses yeux un échec, ce dernier le félicita pour avoir accompli une telle technique. C'est avec beaucoup d'humilité voire même d'admiration que le dénommé Kronos lui promit un brillant avenir en tant que Chevalier. Néanmoins, compte tenu de son état, Eidolon n'y prêta guère attention ou peut-être ne le voulait-il pas consciemment, tout simplement.

Le Chevalier l'invita à s'allonger, histoire qu'il puisse reprendre son souffle. Encore trop confus pour parler avec autant de clarté que ce que ses pensées pouvaient l'être, Eidolon lui fit néanmoins comprendre qu'il l'avait bien assez aidé, qu'il pouvait à présent aller s'adosser, seul, contre un bâtiment en ruine à tout juste quelques centimètres. Ses esprits lui revenaient de seconde en seconde, sa conscience se faisait plus présente, si bien qu'il put articuler, sourire aux lèvres comme il en avait l'habitude, à l'attention du brave Saint et avec l'audace qui était la sienne:
    « Il semble que j'ai un poil abusé ce coup-ci, ton aide était vraiment la bienvenue! Ahah » Lui dit-il en tout et pour tout.
Eidolon était encore maladroit avec les mots, avec les gens en général. Bien qu'il ait commencé à se faire un nom chez lui, à Boston en tant qu'homme à tout faire, les relations humaines n'étaient toujours pas son fort. Là encore, tout comme pour ce qui était de son apprentissage en tant que Chevalier, il avait encore beaucoup à apprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Ven 12 Avr - 15:05

Peu à peu, comme dans toute guerre finie, le temps se calme. La vie revient lentement effacer les dégâts de la mort et la paix est à nouveau présente. Personne ne sait jusque quand mais elle est bien là et c'est le principal. Une des preuves flagrantes et le nombre de blessés amenés au camp qui s'atténue. Malheureusement le nombre de morts, lui va continuer de grimper selon les rescapés qui ne survivrons pas à leurs blessures!!

Tout en regardant Kenshiro s'activer, je fais en sorte de me rendre utile que ce soit pour allonger les blessés, leur donner à boire ou sortir ceux qui n'auront pas survécus. J'aurais voulu faire plus mais Kenshiro est plus doué que moi pour la médecine et je ne veux pas faire plus de dégâts!!
Remis de la rencontre avec le Saint à la forte ressemblance de mon ancien ami disparu, je m'apprête à abreuver un homme quand une voix inconnue se présente. Tenant toujours le verre, je me tourne vers le jeune homme se prénommant Eidolon et disant être apprenti. Désirant le saluer, les gémissements du blessé me ramène à mon action première tandis que j'entends T'Sio puis Eidolon se présenter.

Je continue mon tour des blessés quand un garde s'approche de l'infirmerie pour quérir de l'aide quand à la garde de la maison. Et un bénévole ne tarde pas à se proposer en la personne de T'Sio qui nous demande de l'excuser de partir. Un sourire amusé s'affiche sur mon visage car je ne vois pas où est le souci et Kronos lui a agréablement bien répondu.
Veillant toujours au bon soin des malades et vérifiant l'état des plus grièvement, je sens un cosmos s'intensifier brièvement suivi d'une explosion.
Surpris mais me demandant surtout ce qu'il se passe, je sors de la tente et vois quelques feux follets s'élever dans les airs. Exactement comme l'attaque d'Urio... Seulement il n'est plus là et seul un chevalier a pû lancer cette attaque!!

Je regarde les environs afin de repérer l'auteur quand je vois Kronos aider le jeune apprenti à s'allonger. Voilà donc l'explication!! Eh bien pour un apprenti, il est impressionnant et c'est le cas de la dire.
Mon armure remise dans son urne, je me dirige vers eux et m’accroupis et souriant.


Sacré technique pour un apprenti!! Je me nomme Mattheus, Saint de l'Adamantine. Cette technique est celle du chevalier d'Or du Cancer. Je peux savoir qui te l'apprise? C'est juste par curiosité!!

Qui sait? J'ai sans doute devant moi l'héritier d'Urio et nouveau gardien de la quatrième maison!!
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Jeu 18 Avr - 11:58

Le jeune homme au teint ébène n'avait jamais été très doué dans ses rapports avec les autres, son dialogue très peu construit avec le fier et brave Kronos, Chevalier d'Argent de l'Horloge, en était d'ailleurs le meilleur exemple. Le sang mêlé qu'il était n'avait jamais réussi à vivre dans la simplicité depuis sa naissance et bien que le contexte du Sanctuaire soit bien différent de celui de sa terre natale en Amérique du Nord, ou de Boston sa pseudo-ville d'accueil, l'apprenti aux airs de vétéran éprouvait encore bien des difficultés à nouer ne serait-ce qu'un simple dialogue amical. Eidolon avait toujours appartenu à deux mondes, ou plutôt, il n'était jamais parvenu à se faire une place dans l'un ou dans l'autre... Ni les colons blancs auxquels il était lié par son père, ni les indiens de la tribu de sa mère n'avaient pris la peine de l'accepter parmi les leurs... La mixité dont il était le fruit, dérangeait tout simplement. Son don pour percevoir les revenants, le substrat de leur âme y était aussi et incontestablement pour beaucoup dans ses problèmes d'intégration. Si bien que ce n'était plus seulement les habitants de Boston et les indigènes qui l'avaient rejeté, mais les vivants dans leur intégralité... Le monde des morts ne lui convenait néanmoins guère mieux, car les morts étaient peu enclins à accepter un vivant parmi les leurs... Toute la vie d'Eidolon n'avait été que rejet, déchéance, tristesse et incompréhension.

Du jour au lendemain, il avait embrassé une toute autre destinée et voué sa vie à défendre une Déesse dont il ne connaissait rien, qu'il n'avait jamais vu, ni même aperçu, dont il n'avait eu vent que de la soi-disant bonté ainsi que sa clémence. Elle, elle saurait l'apprécier à sa juste valeur et l'accepter alors que tant d'autres l'avaient traité en paria, il en était convaincu. De plus, les pouvoirs dont il disposait ne pouvaient que lui être utiles! Si cette dernière l'acceptait, il était prêt à tout faire pour elle, y compris mettre sa force à sa disposition. Lorsqu'enfin, il rejoint les rangs d'Athéna, même si ce n'était qu'au plus bas de l'échelon, ce dernier ayant beaucoup à apprendre avant d'être une carte maîtresse dans la manche de sa déesse, il se jura silencieusement de tout faire pour la satisfaire, même s'il devait en payer le prix fort... La Mort ne lui faisait plus peur! S'il devait donner jusqu'à sa vie, il le ferait! La Mort viendrait tôt ou tard il en était certain et il saurait l'accueillir comme il se devait en temps voulu, sans peine ni regrets!

En intégrant le camp d'entraînement des Saints, il avait découvert un lien dont il ne connaissait auparavant rien, mais qui semblait pour la plupart des autres Saints, être d'une normalité déconcertante et qui pour tous prenait le nom de camaradie. Les différentes recrues avaient beau provenir de divers horizons, aucune, pas même Eidolon, n'était la cible de préjugés liés à sa terre natale, sa couleur de peau, sa culture. Malgré le melting pot important qui régnait au Sanctuaire, l'harmonie qui y régnait était utopiste! Et bien vite Eidolon comprit qu'il avait enfin trouvé sa place en ce monde. Néanmoins, tout ceci restait tout nouveau pour lui, si bien qu'il lui restait encore à faire beaucoup d'efforts pour s'intégrer auprès des autres Saints.

Aussi Eidolon était des plus surpris par toute l'attention qu'il suscitait. D'abord T'Sio le Chevalier d'Argent de la Grue s'était présenté à lui, puis Kronos le Chevalier d'Argent de l'Horloge était venu l'épauler afin de l'empêcher de s'écrouler, enfin un tout autre individu vint à se présenter lui aussi. Alors que l'apprenti se remettait doucement des effets secondaires dont il avait été sujet suite à l'utilisation d'une technique encore trop puissante pour lui à l'heure d'aujourd'hui, un jeune homme portant une box, un Saint sans son armure par conséquent, tout sourire se présenta à son tour:
    « Sacré technique pour un apprenti!! Je me nomme Mattheus, Saint de l'Adamantine. Cette technique est celle du chevalier d'Or du Cancer. Je peux savoir qui te l'apprise? C'est juste par curiosité!! »
Ce Chevalier de l'Adamantine qui se disait des plus curieux, avait éveillé simultanément la curiosité d'Eidolon, qui à présent se posait mille et une questions! L'apprenti après avoir digéré l'information en vint finalement à la conclusion suivante: le fin manuscrit qu'on lui avait remis était donc l'oeuvre d'un Chevalier d'Or, celui du Cancer pour être précis. La vision qu'il avait eu quelques mois plus tôt refit alors surface: il se vit là, devant un foyer d'âmes errantes qui finissant par s'amonceler, fusionnèrent, l'aveuglant d'une lumière inouïe proche de celle du soleil, révélant à ses yeux un crabe métallique d'une dorure sans pareille. Eidolon un tantinet absent pendant quelques secondes se reprit. Sa vision, ce manuscrit rédigé par un certain U, cette armure d'Or... De près ou de loin, la destinée d'Eidolon était liée à tout ceci!
    « Le Chevalier d'Or du Cancer? Quel est son nom? Où est-il? Il ne me semble pas en avoir entendu parler depuis mon arrivée au Sanctuaire... Est-il parti en mission? »
C'était de manière presque impolie qu'Eidolon venait de lancer toutes sortes de questions à la chaîne, tout sourire, à l'attention du dénommé Mattheus et ce, sans même prendre le temps de lui rendre la politesse et se présenter à son tour... Décidément, la politesse n'était pas son fort. Néanmoins, il était tellement pressé d'entendre ce que le Chevalier de l'Adamantine avait à lui dire sur ce mystérieux Chevalier d'Or qu'il en avait occulté tout le reste! Cependant et tandis qu'il guettait les réponses à ses questions, il se souvint qu'une question lui avait été posée, si bien qu'il prit enfin la peine d'y répondre:
    « Pour dire vrai, personne ne me l'a apprise. Je me suis contenté de reproduire ce qui était consigné là-dedans. » Il sortit alors des failles de son épaulette, matériel indispensable à tout Saint en formation durant l'entraînement, le fin journal dans lequel était consigné le savoir du Chevalier d'Or du Cancer avant de reprendre « Sachez messieurs, que je ne l'ai pas volé, on me l'a remis tout simplement. Je ne sais malheureusement pas qui est à l'origine de cette initiative... Même si j'ai ma petite idée là-dessus... »
Le vieillard qui lui avait remis le dit document, n'était rien d'autre qu'un émissaire de la Déesse Athéna. Même s'il n'en avait pas la preuve, il se doutait que celle-ci était derrière tout cela. Sans doute les instructeurs avaient-ils pris la peine de rapporter le don d'Eidolon à leurs supérieurs et que l'information avait fini par remonter jusqu'à la Déesse elle-même... Mais tout ceci n'était que supposition et l'apprenti espérait en apprendre davantage en conversant avec le Chevalier de l'Adamantine, Mattheus qui semblait bien informé sur le sujet, ainsi que Kronos qui pouvait lui aussi avoir des choses très intéressantes à lui raconter...
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Jeu 2 Mai - 8:36

Ishiro se tenait toujours à l'entrée du village, il fumait paisiblement son cigare assis sur son rocher. Il savait que si d'autres ennemis se pointeraient, qu'il ne pourraient l'éviter. Le temps passait et Ishiro s'alluma un autre cigare. Il sentit alors divers cosmos arriver, des saints arrivèrent. Ishiro ne bougea pas les voyant arriver. Il sentit alors une explosion de cosmos mais il ne fit pas attention à la technique qu'un saint aurait pu lancer. La journée passait à une vitesse folle et toujours rien ne se passait. Le saint alla de gauche à droite les mains dans les poches regardant de temps en temps vers l'horizon dans l'espoir d'y trouver un ennemi qui se serait perdu malgré lui et pour la chance du Phoenix en manque de combat.

"Tin mais c'est pas vrai, j'en ai plus qu'assez d'attendre ici pour rien !"

Le saint sortit sa flaque de saké et en but une bonne gorgée. Il s'essuya le menton et l'ivresse lui monta à la tête. Il donna un coup de pied )à une grossep ierre qui traînait au sol et la puissance de son coup la fit s'envoler à une vitesse folle au loin, peut être qu'un ennemi la verrait mais non, juste un enfant qui se trouvait près de l'entrée, curieux de voir un saint en armure, admirant celle du Phoenix. Ishiro le vit et le regarda d'un mauvais oeil.

"Qu'est ce tu fous là toi ? Retourne chez tes parents si tu ne veux pas subir la même chose qu'à cette pierre !"

Les yeux grand ouvert, le petit garçon courut à vive allure vers le village en criant après ses parents, pleurant. Ishiro le regarda partir, reprit sa flasque et s'adssit de nouveau sur son rocher, il tira le bouchon avec ses dents et but une nouvelle gorgée.

"J'y suis allé un peu fort avec ce garçon, il n'aimera plus aussi fort les saints à présent ha ha ha ..."

Le saint, après avoir attendu presque une journée pour rien, se releva et tira un nouveau cigare de sa boîte fraichement ramenée de Cuba lors de son périple.

"Il y a assez de saints pour protéger cette endroit, j'en ai plus qu'assez que de rester ici, j'ai besoin de me défouler et me dérouiller les membres, let's go !"

Ishiro courut à vive allure, il ne savait pas trop ou il iriat, totalement saoul et ne faisant plus les choses convenablement. Il savait qu'il allait faire un carnage s'il restait ici plus longtemps et le petit garçon ne serait plus le seul à avoir peur de lui ...


Arrow Asgard


Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Lun 6 Mai - 18:22

Mon regard toujours porté sur ce jeune homme, j'attends sa réponse et je dois dire que je ne m'attendais pas à celle-ci!! Oh si j'ai une idée sur qui pourrait lui avoir apprise seulement c'est à mon tour de me retrouver au milieu de questions. Il me les posent tellement vite et avec tant d'entrain que je ne peut m'empêcher de rire devant ce jeune apprenti souriant.

Me préparant à lui répondre, ce-dernier prends à nouveau la parole en répondant à ma question. L'écoutant attentivement, je suis surpris quand il affirme qu'il l'a apprise en lisant un journal. Journal, qui lui ayant été remis, semble décrire les techniques qu'il a ensuite reproduite.
C'est à mon tour de me poser des questions. Je savais que tout apprenti avait un maître pour l'épauler et lui enseigner ce qu'il devait savoir pour devenir chevalier mais jamais je n'aurais cru que l'on pouvait apprendre à partir d'un journal. A moins que... Car il est vrai que je n'ai plus de nouvelles de lui depuis bien longtemps et ce ne serait pas surprenant qu'il ait voulu laisser une quelconque trace. Mais je vais en avoir le cœur net en lui répondant et selon ses réactions!!

Regardant le petit journal qu'il tient dans ses mains, je pousse un faible soupir pour me donner du courage et lui répond.


Le chevalier d'Or dont je parle se nomme Urio et était effectivement le chevalier d'Or du Cancer mais également un de mes amis chers!! Cela fait bien longtemps que j'ignore ce qu'il lui est arrivé et c'est pour cette raison que je t'ai demandé qui te l'avait apprise.


Prenant une pause, je repense à tout ce que j'avais vécu avec mon ami durant tant de temps. Si c'est lui qui est l'auteur de ce journal, alors tu sembles avoir trouvé un héritier prometteur Urio!!

Je te crois quand tu dis ne pas l'avoir volé. J'ai une idée de l'auteur ainsi que de la personne à l'origine de l'initiative qui a mené ce journal entre tes mains!!

Je le regarde ainsi que Kronos quand une voix portant fort se fait entendre. Pensant à un nouveau danger, je me tourne vers l'origine. Mais il s'agit d'un Saint à l'entrée, qui épuisé d'attendre sans rien faire, part et quitte la ville. Bon débarras en un sens même si il semble avoir mis un peu plus de bazar. Il faudra qu'il apprenne la patience celui-là!!
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Lun 6 Mai - 22:32

Les propos qu'avait tenu Eidolon pouvaient paraître totalement incohérents, à la limite de la fabulation, cependant le ton qu'il avait emprunté en énonçant ses dires ne laissait planer aucun doute: il disait la stricte vérité et rien d'autre en affirmant que la technique qu'il venait de réaliser avait été scrupuleusement et de manière manuscrite, couchée sur papier. Il ne mentait pas non plus en disant à l'attention du Chevalier de Bronze de l'Adamantine, que le savoir du Chevalier à l'origine de cette technique, lui avait été remis sans qu'on lui dise de qui cela venait, ni même pourquoi. Mais tout cela pouvait néanmoins paraître difficile à croire... Après tout, Eidolon n'était qu'un nouveau venu, un inconnu notoire en somme. De plus, il n'était pas l'Apprenti le plus crédible qui soit au Sanctuaire, notamment à cause de son comportement qui pouvait s'avérer la plupart du temps des plus irritants... Mattheus bien qu'il fut disposé à l'entendre, aurait d'autant plus de mal à le croire si comme Eidolon le présageait, ce dernier avait été proche du précédent Chevalier d'Or du Cancer.

Devant la réaction de Mattheus, ce dernier ayant eu légèrement l'air hébété suite à ce que venait de dire l'Apprenti Saint et se trouvant à court de mots, il ne faisait aucun doute qu'Eidolon avait vu juste: il devait bien connaitre le Chevalier d'Or du Cancer qui n'était autre que l'auteur de ces manuscrits et dont il était en possession désormais. C'est avec difficulté et une pointe de nostalgie dans la voix, voire de la tristesse, que le Saint de rang Bronze lui répondit à son tour. Il lui expliqua clairement que le dénommé Urio, le fameux U à l'origine du carnet donc, était avant d'être un compagnon d'arme, un ami cher à son coeur. Il lui dit également qu'il ne savait pas, comme la plupart au Sanctuaire, ce qu'il avait pu advenir de sa personne... Eidolon en déduisit que Mattheus, témoin de l'exécution du Seki Shiki Meika Ha, avait sans doute cru que ce dernier était l'élève de son ami, qui le lui aurait apprise... Cependant, il avait beau tenir cette technique du si célèbre Urio, ce dernier n'était point son maître, du moins pas directement... À mois que les mots couchés par écrit soient considérés comme un senseï digne de ce nom.

Eidolon redoutait la réponse du Saint... Mais à sa grande stupéfaction, Mattheus le crut. Partout ailleurs, Eidolon aurait été traité comme un moins que rien, on l'aurait traité de menteur et il aurait sans doute été puni pour cela, mais pas ici au Sanctuaire. Tout ceci était encore tellement neuf pour lui, qu'il en oubliait presque à chaque fois la bonté naturel dont pouvaient faire preuve les Saints chargés de défendre la Déesse Athéna. À l'entendre et à n'en pas douter, Urio ne pouvait être qu'un Chevalier exemplaire, voire plus que cela: un homme d'une rare force qui avait forcé le respect de ses alliés comme de ses ennemis... Eidolon voulut rassurer Mattheus à son tour, mais il se ravisa. Il avait beau comprendre ce qu'on pouvait éprouver à la perte d'un être cher, il était en revanche d'une nullité affligeante en ce qui concernait l'attitude à adopter par rapport au sentiment qu'il ressentait. En effet, dans un moment de gêne, ce dernier pourrait être tenté de ricaner nerveusement, alors qu'il éprouvait une peine abominable... Eidolon après tout, n'était encore qu'un novice en tout point, y compris concernant les sentiments...

Bien qu'il ait du mal avec les mots, Eidolon avait néanmoins sa propre manière de faire comprendre à autrui sa manière de penser, ses résolutions. Fermant les yeux quelques secondes, rassemblant le peu de cosmos qu'il lui restait après sa légère récupération, une aura lumineuse se mit à irradier de tout son être. Mattheus ne pouvait sans aucun doute, pas comprendre où il voulait en venir en faisant cela et personne n'aurait pu d'ailleurs, mais tout cela devint beaucoup plus explicite par la suite.
    « Elles arrivent... »
À peine eut-il finit sa phrase et rouvert les yeux que des feux follets, des âmes errantes, se mirent à virevolter par dizaine autour de lui. D'habitude, il n'était pas aisé pour quiconque de les voir, mais étant suffisamment proche d'Eidolon qui servait en quelque sorte de passerelle, Mattheus devait sans aucun doute, être capable de les voir à son tour virevolter ça-et-là autour de l'Apprenti Saint.
    « Quand je me suis mis à lire ce qui était consigné dans ce carnet, j'ai été stupéfait par son contenu. Pour être franc ce ne sont pas les extravagances que l'on pouvait y lire qui m'ont le plus laissé bouche bée... J'avais et j'ai encore aujourd'hui l'impression que c'est moi qui l'ai écrit. Ne te méprends pas quand je dis cela! Je veux seulement dire par là que j'ai pu saisir ses espérances, ses croyances, sa force. Les âmes errantes répondent à l'écho produit par mon cosmos, tout comme lui auparavant... Un temps j'ai cru être sa réincarnation, mais tout ceci n'est que fabulation! Je ne suis et ne serai peut-être jamais à la hauteur du Chevalier, voire de l'homme qu'il était! J'en suis néanmoins venu à conclure, que plus que ce don qui nous liait d'une lointaine et certaine manière, ce sont les sentiments que nous éprouvons envers la Déesse Athéna, le Sanctuaire, les Saints, qui fait que nous nous ressemblons plus que quiconque! » Eidolon marqua une légère pause avant de reprendre et conclure par la même occasion « Je ne prétends pas remplacer l'ami que tu as perdu, c'est impossible. Néanmoins je ferai en sorte de marcher dans les pas de cet illustre Gold Saint, que tous au Sanctuaire soient fiers que la charge de la Constellation du Cancer soit perpétuée par l'héritier des valeurs du grand Urio. » Dit-il, adressant un sourire à Mattheus.
Au même moment, un des Saints vociféra à haute voix, affichant clairement son mécontentement avant de disparaître pour de bon. Le Chevalier de l'Adamantine ne parut pas s'offusquer de son départ, au contraire il semblait ravi que ce dernier s'en soit allé. Décidément, Eidolon n'était pas au bout de ses peines... Le camp des Saints était des plus vivants! Cette joyeuse cacophonie contrastait cependant avec la terrible tragédie survenue dans ce modeste village qu'était Rodorio... Les Chevaliers d'Athéna présents avaient fait de leur mieux pour secourir le village après l'attaque, les choses avançaient bon train, si bien qu'après la reconstruction totale de Rodorio, Eidolon espérait comme tant d'autres d'ailleurs, que les Saints se relèveraient une fois encore, prêts à en découdre avec les misérables ayant osé s'en prendre à de pauvres innocents et ayant par la même offusqué la Déesse Athéna en personne.
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Sam 11 Mai - 13:10

Laissons de côté le jeune impatient et revenons là où nous en étions avec le jeune apprenti. Une fois que j'ai fini de parler de mon ami du Cancer, je ressens en lui comme une envie de dire quelque chose. Mais les mots restent coincés dans sa gorge et ce n'est pas étonnant dans une telle situation. Tout le monde n'est pas obligé de savoir quoi dire ou quoi faire mais rien que le fait d'écouter est une bonne réaction. C'est pourquoi je commence à l'apprécier ce jeune homme!!

Un silence s'installe entre nous deux mais ce n'est pas de la tension que l'on ressent, au contraire. Et durant ce moment, je le vois fermer les yeux et concentrer lentement son cosmos. Je dois avouer que je ne sais pas ce qu'il veut faire, sans doute me montrer qu'il sera à la hauteur de Urio par son cosmos... Mais je ne dis rien, le laissant faire et observant!!

C'est alors que deux mots sortent de sa bouche. "Elles arrivent"!! Pensant à des ennemis, je me concentre à mon tour mais je comprends vite de quoi il voulait parler. Tandis qu'il rouvre les yeux, mon regard ne peux s'empêcher de fixer ses lumières bleutées dansant autour de nous. Je ne suis pas effrayé car je sais de quoi il s'agit mais je ne sais pas pourquoi, je suis emmerveillé par leur beauté. Plus que les autres fois et c'est certainement car nous ne sommes pas au beau milieu d’un combat!!

Reprenant la parole, je l'écoute au milieu du ballet des feux follets. A chacun de ses mots, je sens de l'excitation mais aussi de la peine et de la déception. Il crains de ne pas être à la hauteur d'Urio alors que son voyage vient à peine de commencer!! Mais son moral reprend vite le dessus lorsqu'il dit qu'il fera tout pour marcher sur les traces d'Urio. On sent bien la volonté et la motivation qui l'anime. Tout comme moi je suis motivé à sauver les miens!!


C'est quelques secondes plus tard que l'impatient chevalier de Bronze quitte le camp mais laissons-le faire!! Ça nous fera un soucis en moins!!

Revenant sur le jeune apprenti, je lui rend son sourire.

Tu sais, si tu as ce carnet entre les mains, ce n'est pas pour rien. Urio l'a écrit avec son cœur et son âme, ça n'en fait aucun doute. Tout comme il devait te revenir car tu le comprends si bien. Ca s'entend dans ta voix et tes paroles!!
Tu as raison quand tu dis que tu n'es pas sa réincarnation. Tu es toi et Urio est Urio mais vous êtes relié par ce carnet et tout les sentiments que vous avez en communs!!


Prenant une petite pause, je souris quand je me dis que nous nous ressemblons dans un sens. Tout comme moi il a reçu un héritage et fais en sorte d'en être digne!!

Nous nous ressemblons!! J'ai reçu cette armure et un don en héritage. Le don me vient de mon père que je n'ai pas connu et cette armure... Cette armure doit me venir certainement d'Athéna et je ne l'ai compris que très récemment!!
Nous ne pouvons pas remplacer les amis perdus mais c'est en construisant notre histoire que nous faisons en sorte qu'ils ne tombent pas dans l'oubli!! A travers nous ils vivent!!


Sur ces mots, je caresse tendrement mon urne où l'on voit gravé l'horloge zodiacale et Niké. Chacune des parties de mon armure provient des armures d'Or et c'est en construisant mon histoire que je pourrait perpétuer la leur en retrouvant mon époque!!

Je sais que tu feras tout pour que nous soyons fiers de toi et Urio sera là pour te seconder quand il le faudra!!

Lui souriant, je ne peux cesser de penser à cette famille qui m'a accueilli. Moi qui vient de loin et ne savait rien, tous m'ont soutenus et m'ont aidé!! Durant de nombreuses années, je n'ai pensé qu'à moi et à ma vengeance mais c'est en aidant le Sanctuaire que je sauverais vraiment mon époque. Et je le sais maintenant!!

Mais au fait, tu ne m'as toujours pas dit ton prénom!!

Je me mets alors à rire en pensant que nous parlons ensemble et j'ignore comment il s'appelle. Si jamais nous devons nous aider, mieux vaut que je sache son prénom!!
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Mar 21 Mai - 15:18

Le Chevalier de Bronze de l'Adamantine était un être particulièrement intéressant et troublant à la fois. Intéressant, car ce Saint bien qu'ayant un grade modeste dans la hiérarchie des guerriers de la déesse Athéna, pouvait sans aucun doute rivaliser avec les plus puissants combattants du camp. Eidolon n'aurait su dire pourquoi, mais il en était convaincu! Son expérience était grande et c'était elle qui parlait pour lui en cet instant! Bien que cet homme déborde de bonté et de pensées bienveillantes à l'égard des siens, il n'en demeurait pas moins un redoutable adversaire... Le doyen des apprentis pensa à cet instant précis qu'il valait mieux avoir un gars comme lui dans son camp plutôt que d'y être confronté lors d'un duel à mort.

Il était également intéressant, car les sentiments qu'il éprouvait, les liens qui l'unissaient à d'autres Saints, loin d'être un carcan comme aurait pu le craindre Eidolon il fut un temps, semblait lui donnait une force bien au-delà de celle qu'il était possible d'acquérir par l'entraînement ou par le simple enchaînement de confrontations. La pensée de ses compagnons, le soutien des siens, son amour pour la Déesse qu'il avait décidé de servir, tout ceci était un gage de puissance supplémentaire qu'Eidolon découvrait à peine et avait pour le moment, encore un peu de mal à comprendre. Néanmoins, Mattheus incarnait à ses yeux l'exemple même de ce que devait être un Saint: ferveur, bonté, loyauté, force et honneur.

Le Bronze était toutefois aussi intéressant que ce qu'il pouvait être troublant. Quand il s'adressait à l'Apprenti, ce dernier semblait empli d'une douce nostalgie, voire parfois des regrets, d'amertume... Néanmoins, il semblait parfaitement comprendre les sentiments et les aspirations d'Eidolon, car sans doute partageait-il le même point de vue. L'amérindien fut des plus satisfaits d'entendre de la bouche du Bronze, qu'il ne devait en aucun cas souffrir de la comparaison avec son illustre prédécesseur et qu'il devait se contenter d'être lui-même, rien de plus. Néanmoins cela restait plus facile à dire qu'à faire, car à présent et suite à ces belles paroles, il lui fallait agir avec exemplarité afin de suivre les pas d'un Chevalier d'Or aussi légendaire qu'avait pu l'être Urio de la constellation du Cancer.
    « Je me prénomme Eidolon, ravi de faire ta connaissance. » Dit-il avec un grand sourire aux lèvres.
La journée avait été des plus mouvementées: d'abord Eidolon avait accouru à toute allure dès lors qu'il eu vent que le village de Rodorio avait été incendié, balayé d'un revers de main comme si de rien n'était... Par la suite et arrivant trop tard pour aider à la reconstruction ou à l'évacuation, l'Apprenti Saint avait mis à profit son entraînement personnel et tenté d'apporter le salut aux âmes des villageois décédés au cours de ce tragique évènement. Puis, il avait fait la rencontre de nombreux Saints, tous plus intéressants les uns que les autres. Bien qu'il ne se soit pas rendu vraiment utile, Eidolon était convaincu de se rappeler cette journée pour le restant de ses jours.

Toutes ces pensées furent balayées d'un revers de main, quand Eidolon ressentit un profond changement autour de lui. La myriade d'âmes qu'il avait réuni en usant de son cosmos afin de faire la démonstration de ses dons à Mattheus, se mit à s'agiter frénétiquement! Les feux follets se ruaient dans toutes les directions, semblant vouloir échapper à quelque chose ou à quelqu'un... Eidolon qui pouvait entendre leurs voix, entendit dans tout ce brouhaha et la panique générale de ces êtres spirituels, quelque chose qui ne présageait rien de bon:
    « Ils sont arrivés... »
    « De qui s'agit-il? » Demanda subitement Eidolon, ce qui pouvait laisser Mattheus pantois, étant donné qu'il pouvait être tenté de penser que ce dernier parlait tout seul... Ce qui évidemment et en réalité, n'était pas le cas.
    « Les émissaires de la Guerre! » Renchérit-elle simplement.
Parallèlement à tout ce remue-ménage, Eidolon sentit de puissants cosmos irradier depuis le sommet du Sanctuaire... La puissance et les sentiments négatifs qui découlaient de ces cosmo-énergies annonçaient que le calme qui était momentanément revenu après la destruction de Rodorio, allait de nouveau laisser place à une tempête! Et non des moindres à n'en pas douter. Eidolon ne s'en était pas rendu compte avant, car il se trouvait bien trop loin du lieu-dit, d'autant que le Sanctuaire était déjà baigné dans la cosmo-énergie de la déesse Athéna. Pour ne rien arranger, il n'était encore qu'un novice, talentueux, mais novice. Sa perception des cosmo-énergies laissait encore à désirer à l'heure d'aujourd'hui... Mais pour l'heure, il était préoccupé par bien autre chose! La venue de ces soi-disant émissaires ne pouvait être liée qu'à ce qui était en train de se dérouler en amont du Sanctuaire.
    « Qu'est-il en train de se passer au sommet du Sanctuaire? »
À peine eut-il posé la question que la plupart des feux follets s'écartèrent, laissant passer un feu follet en particulier ou plutôt une âme errante dans sa forme la plus primaire. Cette dernière s'approcha très près d'Eidolon, comme si cette dernière souhaitait lui chuchoter quelque chose à l'oreille. Etant suffisamment proche pour la saisir, il l'invita silencieusement à survoler sa paume, ce qu'elle fit, ce spectacle donnant ainsi l'impression qu'Eidolon était en train de faire mumuse avec une boule de feu bleutée. Très vite, il fut au courant que ce que tous au Sanctuaire savaient, ou du moins la plupart. Cette âme errante avait été témoin d'une discussion entre Saints, elle avait notamment entendu qu'une deuxième Athéna était apparue au Sanctuaire et qu'un Chevalier d'Or étant passé par Rodorio s'en était rendu auprès d'elle afin de constater les faits... La simple constatation avait semble-t-il dégénérée étant donné que de puissants cosmos s'étaient subitement mis à déferler là où était censée se trouver Athéna ou son usurpatrice.

Eidolon se sentait pris dans un étau, que pouvait-il faire en tant que simple apprenti? Pas grand chose... La bataille ou plutôt les passes d'armes qui étaient en train de se dérouler en amont du Sanctuaire, étaient d'un tout autre niveau que le sien. Même s'il venait à s'y rendre, pour l'heure, il ne serait qu'une gêne, car sa force ne serait pas suffisante pour arrêter qui que ce soit dans ces enchevêtrements dantesques! Néanmoins, il y avait une chose qu'il pouvait faire à son niveau... Et cette tâche à accomplir se trouvait à proximité qui plus est.
    « Mattheus, remettons notre discussion à plus tard si tu veux bien. Il semblerait qu'il y ait du mouvement aux deux extrémités du Sanctuaire... D'ailleurs, des invités surprises viennent tout juste d'arriver aux portes de Rodorio... Et si nous allions voir de quoi il retourne? »
Un sourire espiègle se fit sur le visage de l'Apprenti. L'heure n'était nullement à rire, mais c'était dans la nature d'Eidolon d'être amusé dès que ça se remuait un peu. Bien qu'amusé en apparence, Eidolon n'était pas disposé à ce que des intrus puissent passer entre les mailles du filet et s'aventurer comme si de rien n'était en ces terres sacrés, au nez et à la barbe des Saints protecteur de la déesse Athéna.


Queen & King [Rodorio]
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Mar 21 Mai - 22:04

Quand je pense qu'il y a peu de temps, je me trouvais à sa place. A sa place est un bien grand terme quand on connaît mon histoire mais si j'ai pu en arriver là, c'est parce que les Saints étaient là et m'entouraient en même tant qu'ils m'encourageaient. Moi qui ne connaissais rien à cet univers et n'avait qu'un but, voilà que tout à changer!! Je ne tiens plus à me venger, seulement à protéger les hommes, mes amis et Athéna!! Comme quoi, c'était mon destin de trouver cette armure et de me retrouver ici. Même si j'ignore si il y a des Saints à mon époque mais je sais que j'aurais une réponse à cette question un jour!!

Continuant de discuter avec l'apprenti, ce-dernier m'apprend son prénom... Eidolon!! Oui c'est un prénom de cette époque-ci!! Me souriant, je lui rends en pensant qu'il fera un fantastique chevalier du Cancer. Mais ces pensées sont balayées quand les âmes se mettent à s'agiter brusquement. Me demandant ce qu'il se passe, je me concentre tout en continuant d'observer mon ami et les âmes.

Des cosmos de puissances différentes se ressentent à la Statue d'Athéna mais sachant qui s'y trouve, je ne m'inquiète pas plus que ça. Je sais que la situation est entre de bonnes mains là-haut quoiqu'il arrive!! Mais c'est ici à Rodorio. En plus de nous Saints, deux présences s'approchent. Et à la question qu'a posé Eidolon, ce n'est pas surprenant qu'une âme l'ai averti.
Le regardant, je sens qu'il ne comprend rien à ce qu'il se passe. N'importe qui aurait été dans le même cas surtout qu'il est un apprenti fraîchement arrivé!! Il questionne par rapport à la situation à la Statue. Je n'ai pas le temps de répondre que les feux follets s'écartent, laissant passer un autre ou plutôt une âme errante qui semble lui donner la réponse à ses questions.

Restant silencieux pour ne pas faire fuir cette âme, je laisse la discussion se terminer et à voir les expressions sur son visage, il doit être au courant de tout. Ce qui est énorme à digérer pour un apprenti comme lui. Malheureusement, il n'aura pas le temps car les deux présences s'approchent de plus en plus!!
Me levant de mon urne pendant qu'il m'adresse la parole, je l'écoute tout en la mettant sur mes épaules.


En effet, le moment de paix que nous avions vient de prendre fin à nouveau. Je ne m'inquiète pas pour ce qu'il se passe en haut. Mais les deux présences en approche m'intrigue. Allons-y!!

Instinctivement, je me tourne vers la statue d'Athéna puis suis Eidolon. Je me demande qui sont ces personnes mais j'ai une drôle d'impression. Je ne sais pas ce que c'est mais je ne vais pas tarder à le savoir!!

Arrow Queen & King [Rodorio]
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   Mer 5 Juin - 0:06

C'est avec une lassitude profonde que le chevalier du dragon poussa le voile de tissus blanc servant enveloppe à la tente de fortune qu'il avait choisie comme quartier général pour son groupe d'intervention. Faiblement, celui-ci tourna son regard de droite à gauche à la recherche d'un quelconque chevalier de bronze, d'argent ou même d'un apprenti saint à l'intérieur de la tente... Contrairement aux mots que se passaient les soldats du Sanctuaire alors qu'il était affairé à soigner le maximum se survivant les plus gravement touchés, économisant ses forces pour les soins les plus légers tout en passant son temps a ordonné les soigneurs et les médecins à la rechercher d'herbe médicinale et technique d'apaisement. Tâche ardue que celle-ci, cependant il était le seul à pouvoir l'accomplir pensait-il alors que dans la tente qu'il doit vite abandonner pour des urgences: certaines de ses connaissances étaient parties vers les maisons zodiacales tandis que de nouveaux visages venaient s'implanter dans les décors du Sanctuaire. Quand il eut pensa sa tache finie, il ordonna aux soldats et apprenti Saint d'aider les survivants à enterrer et honorer leurs morts, lui ne pouvait qu'aider les vivants...

La vie revenait un peu en ce lieu de désolation, put-il soupirer en jetant un oeil à sa pandora box posée prés d'une outre d'eau fraiche qu'il ne tarda pas à vider dans sa gorge et sur son visage afin de recouvrer un peu de sa vigueur: grace à l'entrainement de son maitre Marcus, il avait acquis une endurance exceptionnelle. Pourtant, comme tout homme il avait ses limites et devait se reposer finit-il par avouer en s'asseyant sur le sol pour respirer un bon coup. Profitant de l'instant de calme qu'il venait de trouver: le chevalier de bronze adopta alors sur le sol, une position de méditation en formant un lotus avec ses jambes tout en se concentrant sur sa respiration. C'était bien sûr une technique de relaxation que lui avait enseignée le chevalier d'or du Taureau, une pose de détente qui, couplait avec l'art d'Hokuto: était en train de modifier doucement la circulation sanguine du dragon d'émeraude via de légères pressions au niveau de sa gorge et de son plexus solaire. Respirant lentement, Kenshiro put sentir son cosmos augmenter tandis que sa fatigue était en train de s'amenuiser, disparaissant doucement tandis que le sang dans ses veines commençait à faire affluer la chaleur de son cosmos: allégeant le poids de son corps, le stress dans ses muscles et la lourdeur de son esprit.

Respirant avec le moins de bruit possible, le dragon reposé aurait pu rester dans cette position pendant un long moment si un garde n'était pas venue le rejoindre dans la tente avec un récit qui sortit le chevalier d'émeraude de sa torpeur:

"Des guerriers d'Arés aux portes de Rodorio ? Avec deux apprentis chevaliers et Mattheus d'Adamantine... Faites passer le mot aux gardes de se préparer à rapatrier les dépouilles et les survivants en lieux sûr en prétextant que... Je ne sais pas... Il ne faut absolument pas que les villageois apprennent l'existence des berserkers: cela créerait un mouvement de panique. Emmenez-les à l'entrée du Sanctuaire et dites leurs qu'ils pourront y enterrer leurs morts."

Put-il finir en prenant la boite de son armure sur le dos avant de sortir de la tente, laissant le garde allait distribué ses ordres tandis qu'il allait acceuillir comme il se devait les hommes du dieu de la Guerre.

Arrow Queen & King (Rodorio)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Reconstruisons Rodorio [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Reconstruisons Rodorio [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-