RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 ~° Les Ombres du Regret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: ~° Les Ombres du Regret   Jeu 7 Mar - 15:02



Les Ombres du Regret°~


=> Entrée du SSM


La pauvre humaine s'engageait sur un chemin obscur, mais parsemé d'étoiles brillantes. Au loin, n'existaient que de sombres ombres, des vestiges d'un passé lointain : son passé marqué par des erreurs, des choix, des éveils. Mashia gravitait dans un monde sans odeur, ni formes ni couleurs et à quel prix ? Elle demeurait inlassablement seule, perdue dans son propre cocon de douleurs dont elle s'était parée. Un carcan d'argent se matérialisant sous la forme d'une armure, son ancienne compagne qui aujourd'hui, pesait lourd sur ses frêles épaules. Elle l'étouffait, la faisait suffoquer. Mourir. Mais la jeune femme ne pouvait se résoudre à lui demander de partir. Pas après qu'elle soit allée la rechercher d'elle-même quand elle était au plus mal, dans cette cabine ballottée par les eaux.
Shion du Bélier avait été présent, comme toujours auprès de celle qu'il voyait encore comme sa Déesse. Athéna, la divine Sagesse et Tacticienne. Cependant, ce n'était plus vrai ! Le faux résonnait à ses oreilles, comme le tocsin sur un vaste champ de bataille. Mashia avait perdu cette guerre. À moins que ce ne soit qu'une bataille ?

La souffrance que la jeune Mokushi ressentait en ces instants de doutes était telle qu'elle ne parvenait plus à marcher au travers ce portail. Entre deux mondes, la voilà bien désœuvrée. Seule. Seule et affublée d'un poids trop lourd qui la tuait à petit feu. Sans cosmos, sans une main secourable. Mü n'était pas là, le jeune homme avait sans doute trouvé la porte. Mais pas elle. Encore quelques pas mal-assurés et la demoiselle aux Lotus se stoppa une main en travers la poitrine. Son cœur lui faisait mal à chaque battement, et pire encore, une voix paraissait vouloir percer le voile de son esprit. D'instinct, Mashia chercha à la repousser sans tout à fait y parvenir. Toutefois, l'écho engendré par l'intruse se répéta encore et encore jusqu'à effacer les troubles. La jeune femme releva la tête et ce qu'elle vit la fit écarquiller ses grands yeux pers ! Une percée de tout ce noir naquit, parut déchirer cette drôle de réalité : comme une goutte d'eau allant perturber la surface de l'eau. L'onde se propagea longtemps jusqu'à mourir. Enfin, la lumière prit de nouveau sa place. Cette vaste trouée se figea pour prendre la forme d'un merveilleux paysage asiatique. La Chine. Les cinq pics. C'était là que tout avait commencé. C'est là qu'était son destin.

« Je regrette....» s’entendit-elle murmurer avant d'avancer une main tremblotante vers cette vision nostalgique.

Une intense clarté l'entoura bien vite. Des bras semblèrent l'envelopper toute entière pour la ramener vers le chemin qu'elle devait emprunter. Le doute ne devait plus resurgir dans son cœur. Comme les regrets.

« Où suis-je ?»

Hasarda t-elle en clignant très vite des paupières. Quand ses yeux purent enfin s’accommoder à la lumière ambiante, ce fut pour détailler un lieu qu'elle ne connaissait pas. Alors, la mémoire lui revint : elle était probablement au Sanctuaire Sous Marin, là, quelque part au sein des Piliers. Elle eut la force de regarder autour d'elle malgré la pression grandissante qu’exerçait son armure : il n'y avait personne. Un sentiment de malaise l'attrapa à la gorge, qu'elle tenta de refouler très loin : son courage serait sa seule arme face à la situation qu'elle vivait. Son corps luttait contre ce mal qui depuis quelques temps, ne l'avait pas quitté. Six ans, six années à lutter contre l'invisible.

L'invisible.

« Shion ?» se risqua t-elle en jetant un coup d’œil derrière elle.

Les ombres restaient toujours derrière la jeune femme et ne la quitterait plus.




Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 25 Mar - 0:19

Arrow Entrée du SSM

« Le Bélier ne viendra pas. »

La jeune femme se retourna pour découvrir un homme aux Ecailles Dorées, nonchalamment adossé à l’un des nombreux piliers qui ornaient le lieu. Il tenait une longue et fine plante marine entre ses lèvres, qu’il s’amusait à faire osciller de droite et de gauche. Si ses Ecailles avaient été dotées de poches, nul doute qu’il y aurait fourré ses mains… A la place, il avait opté pour croiser ses bras sur son buste. Il releva la tête juste assez pour croiser le regard de Mashia.

« Et bien et bien… J’ai enfin l’immense plaisir de rencontrer la Déesse Athéna en personne… Après en avoir tant entendu sur vous, il me tardait de vous saluer. Ne le prenez pas mal, chère invitée, mais je m’en vois un peu déçu. Il émane de vous autant de cosmos qu’un poney dans un champ de blé. »

Il resta là, durant de longues secondes silencieuses, à la regarder. A observer ses traits tirés par la fatigue, la peur. A se plonger dans ce regard embrumé par l’incertitude et la douleur. Ses épaules étaient voûtées ; elle semblait porter tout le poids de la Terre. Il n’y avait là pourtant qu’une simple Armure d’Argent…

Heureusement que Poséidon lui avait dit qu’il s’agissait d’Athéna. Jamais il ne l’aurait cru sinon.

L’homme se gaussa et, tout en souriant, abaissa la tête.

« Bah, les apparences sont parfois trompeuses… Excusez ma rudesse. Je n’ai pas l’habitude de croiser des Dieux. En l’absence du Bélier, occupé de l’autre côté de ces terres, je serai votre nouveau protecteur. Je m’appelle Caedus, Général du Kraken. Peut-être mon nom vous dit-il quelque chose… »

D’un geste de la tête, l’homme cracha la plante avant de se lever pour se diriger vers elle, tout en observant autour de lui. Son cosmos était pleinement actif, sondant les environs du Pilier.

« Il semblerait qu’aucun ennemi ne soit dans les parages. Dommage, je ne pourrai pas vous montrer l’étendue de mes talents… Pardonnez-moi, mais une question me brûle les lèvres. Que fait une Déesse telle que vous au fin fond du Royaume des Océans, alors que le Sanctuaire Sacré est aux commandes d’une imposture ? N’êtes vous pas Athéna, Déesse de la Guerre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Jeu 28 Mar - 21:58



~> Entrée du SSM


La Louve se hâtait en direction du Pilier du Pacifique Nord, malgré le chemin semé d'embuches et d'indésirables énergumènes dont elle n'eut aucun mal à se défaire. Là bas, elle trouverait celle a qui elle avait voué sa vie. Là bas, elle trouverait également celui qui six années plus tôt, lui avait fait connaître l'Enfer. Même ce qu'elle avait vécu dans la demeure d'Hadès, lui semblait faire pâle figure à côté de ce que l'ancien Guerrier Sacré lui avait fait vivre alors. Comme par réflexe, les doigts de la jeune femme vinrent effleurer la cicatrice qui courrait le long de sa gorge. Un souvenir, parmi tant d'autres, que lui avait laissé le Kraken lors de leur précédente rencontre.

Depuis lors, elle ne l'avait guère revu. Se serait donc la première fois depuis tout ce temps qu'elle se retrouverait devant à l'homme qui l'avait laissé pour morte. Il ne serait guère évident pour le chevalier de Bronze d'être à nouveau face à lui, la chaire de sa chaire, son propre sang. Car non content d'être frère et sœur, tout deux étaient indéniablement liés par ce lien unique que les Dieux avaient accordé aux jumeaux.

*Tu aviseras lorsque tu le verras?*


*C'est exact. Tout dépendra de son attitude.*

*Le crains-tu?*

*Non.*

La réponse avait été très claire, sans la moindre hésitation de la part de la Louve. De cela, elle était certaine. Elle ne tremblerait pas face à son frère. Il n'aurait certainement pas voulu cela, et quand bien même, elle ne voulait guère lui faire ce plaisir. De plus, il n'était pas dans ses habitudes de craindre, seule la méfiance comptait.

Aussi au fur et à mesure qu'elle approchait, put-elle entendre les mots prononcés par son frère. Plus elle approchait, plus ses poings se serraient. Le ton hautain et mesquin qu'il usait pour s'adressait à sa Déesse, était loin, mais alors, très loin de plaire à la jeune femme. D'ailleurs elle n'était pas la seule dans ce cas. Shadow s'était mis à grogner, et ce bruit sourd ne cessait d'aller crescendo, tout comme la cosmos de la Belle. Des lippes de la Louve, s'échappèrent ces paroles, tandis qu'elle apparaissait aux yeux de tous.

"- Si tes talents sont toujours aussi nocifs pour les tiens, nous nous en passerons. En l'absence de mon Maître, JE veillerai sur ma Déesse mon frère. Oublierais-tu à qui tu t'adresses? Aussi apprends à tenir ta langue arrogante, sans quoi je serai forcée de t'apprendre ce que sont les bonnes manières."

Nul masque ne protégeait le faciès de la Sainte et le regard que cette dernière portait sur son frère démontrait clairement qu'elle ne plaisantait pas. L'animosité qui brillait dans l'éclat azuré de ses prunelles disparut toutefois lorsque celles-ci vinrent à se poser sur le maître des lieux. Respectueusement, la jeune femme inclina la tête.

"- Je vous remercie Seigneur Poséidon d'avoir assuré la protection de ma Déesse. En tant que Quaesitor, je me trouvais à Venise lorsque se sont déroulés les malheureux événements du Sanctuaire. Si je suis parvenue jusqu'ici, c'est grâce à votre envoyée. Kiani. C'est elle qui m'a conduite en votre domaine."

Puis lentement, suivie par son compagnon, la demoiselle à la blanche chevelure s'approcha de la Sagesse. Voir le regard perdu de son amie vrilla le coeur de la Louve qui tendit alors une main bienfaisante en direction de cette dernière.

"- Ma déesse. Mashia, mon amie. Shion n'est point ici, mais je suis certaine qu'il fera tout ce qui est en son pouvoir pour revenir à vos côtés et respecter sa promesse. Mais vous n'êtes point seule, je suis là. Aussi je vous jure que je me tiendrai à vos côtés pour vous escorter et vous soutenir jusqu'à ce que mon Maître revienne et même au delà. Moi, Liana du Loup, j'en fais le serment."
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Dim 31 Mar - 18:50

~> L'invincible Armada

Le destin.

Était ce lui qui était à l’œuvre à présent ? Était ce lui qui le guidait au plus profond du Sanctuaire sous marin qui l’accueillait en son sein ? En cette heure, il avait l'étrange impression de revivre une situation passée, différente en de nombreux point et pourtant semblable dans son âme. Si l'histoire était un éternel recommencement, alors il pouvait en comprendre davantage à la logique dès à présent alors que son regard s'ouvrait sur l'antre de Poséidon. La première fois. Si l’émerveillement eut une emprise sur lui, elle fut légère et ne vint pas troubler son esprit de son but. Celui ci seulement avait prise sur sa conscience, et il n'était pas dans son intérêt que de l'échanger pour l'heure. Il devait se concentrer et la trouver – elle ainsi que les chevaliers qui devaient l'accompagner, ceux qu'il connaissait depuis ce qui aurait semblé être toujours.

Son premier trouble fût de ne point la sentir, elle qui d'habitude brillait intensément tel un soleil éclairant les cieux semblait avoir totalement disparut, et le doute emplit son cœur à cet instant. Était elle vraiment ici ? C'était il trompé ? Ou pire encore...Cette possibilité à peine esquissé, il la rejeta avec force pour ne pas s'y complaire et abandonner ce qui était bien plus qu'une mission. L'espoir était ce pour quoi il se battait. Son regard frôla la fleur opaline qui s'ingéniait à vivre depuis des années grâce au pouvoir de la divinité de la sagesse et de son hôte. Si il lui était arrivé quelque chose, le lotus aurait disparut emporté par la mort. C'était là une intime conviction, un regain d'espoir mêlé à ce sentiment subtile qui rendait cette fleur si extraordinaire à ses yeux. Peut être de manière irrationnelle, mais depuis quand les hommes pouvaient se targuer de l'être, lui plus qu'un autre ?

Il s'avança. Doucement d'abord, ses pas prirent plus d'assurance une fois qu'il fut lancé, rassuré par un simple regard et une conviction précieuse. Elle devait être là. Si il ne la sentait pas, c'est qu'il devait y avoir une raison à cela et quand bien même il n'y en avait pas, il lui suffisait simplement de la trouver. Son élan s'affermit.

Le destin.

C'était sans doute lui qui l'avait guidé jusque là. Un destin facétieux et rieur, pesant lourdement sur des épaules habituées à en subir le poids. Mais maintenant, il n'avait qu'à suivre ce fil. Cette conviction. Après tout, son instinct l'avait toujours mené à elle. L'instinct ou autre chose. Une fleur fragile et délicate attirant le tigre.

Il ne lui fallut que peu de temps pour rejoindre le groupe qui avait ainsi attiré son attention. Si elle devait être quelque part, elle devait être avec le dieu qui l'avait prit sous son aile – il s'était un instant étonné de l'absence de Celsius et surtout, de Shion au coté du dieu, le faisant douté de son choix. Mais il avait eut raison. Il reconnu Liana et Shadow, son compagnon lupin seul représentants du Sanctuaire qu'il salua d'un sourire et d'un mouvement de tête, son frère semblait il ce dont il ne pouvait être sur puisqu'il n'avait pas entendu toute leur discussion, avant que son regard ne soit happé par celle qui aurait dût être Athéna. La surprise s'inscrivit sur son visage en détaillant la silhouette parée d'une armure d'argent bien connue qu'elle n'aurait pas dût avoir. C'était ici qu'elle était venue. L'armure du Lotus avait rejoint son ancienne élue...

« Mashia... ?! »
Un souffle entrecoupé dont il n'avait put se défaire tant la vision de cette femme portant cette armure d'argent amenait à son cœur des souvenirs lointains, aussi délicat qu'amer.

Comme il était cruel ce destin, songea t'il en se faisant violence pour ne pas se laisser distraire par un cœur trop malmené. Il ne pouvait se reprendre avec froideur, et savait parfaitement que cette situation troublante pour lui ne pourrait passer inaperçu mais il fit pourtant son possible pour ne pas se laisser entraîner. Figé pourtant, il ne s'approcha pas immédiatement du groupe qui s'était ainsi crée, ignorant bien malgré lui les autres protagonistes de cette scène pour le moins particulière. La mission de l'autre Athéna – la fausse selon Kappa – était bien loin de son esprit en cette heure, demeurant seulement cette incongruité de voir celle qu'il avait toujours protéger reprendre les caractéristiques de son hôte.

« Excusez moi de vous interrompre. »
Encore, songea t'il avec une ironie qui ne parvint pas à ôter le trouble de son cœur. Il avait une agaçante habitude ses derniers temps d'interrompre les gens, non pas qu'il l'avait regretté face à Héphaïstos cela dit. « Je ne viens pas ici au nom du Sanctuaire, mais en tant qu'homme recherchant une vérité qui semble échapper à tous le monde... » A lui également. De plus en plus, il s'enfonçait dans des méandres dont il peinait à se sortir. Mais au moins espérait il que ses mots seraient comprit par tous comme un message de paix – il ne comptait pas se battre inutilement contre ceux qu'il considérait comme des alliées, ou tout du moins pas des ennemis. Shion avait été soigné de la cécité à l'aide de leur déesse après tout.

Malgré lui, il ne put s'empêcher de s'approcher davantage une fois ces mots déclamés, son trouble semblait disparut mais il n'en était rien, son regard de jade en était témoin. Il s'arrêta à quelques pas de celle qui jusqu'alors, occupait ses pensées, l'observant comme un fantôme qui le hanterait depuis trop longtemps, troublé. La question lui brûlait les lèvres pourtant, il ne parvenait pas à les exprimer à voix haute. La seule chose qu'il parvint à dire, une nouvelle fois ce fut ce nom. Dans un souffle.

« Mashia... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 1 Avr - 20:25

~~ Le temps de mesurer ses ambitions ! ~~
Arrow La bataille navale ~ Entrée du SSM

Alors que le Dieu des Océans traversait le chemin de sang du Patriarche de l'une des grandes Maisons Atlantes, il vit sa nièce en train de regarder autour d'elle dans un état second. Sa perte de mémoire prenait des dimensions de plus en plus dangereuses si il ne faisait rien pour cesser cette chute dans son coeur. Il s'apprêtait à agir pour la réconforter quand il se rendit compte que plusieurs cosmos approchaient du même lieu. Cet endroit le fit frémir, le pilier de son ami Tristan était dans un sale état et ce pilier d'ombre venant du fin fonds des abysses ne lui donnait pas l'envie de trop tarder dans la région. A moins que... Oui, lui ne pouvait vaincre les ténèbres par son cosmos, il était teinté des abysses après des siècles dans le monde marin mais celui de sa Nièce n'était pas atteint et le Destin était avec lui pour une fois. Il devenait clair qu'il fallait réveiller la jeune femme pour rappeler Athéna dans les heures les plus rapides.

C'est alors que le Kraken apparut avec cette douce morgue du vainqueur du dernier tournoi galactique. Avec un sourire dissimulé, le Dieu n'aurait pas laisser passer, dans d'autres conditions, sur ce genre de propos pour le moins direct et sans ambages. Mais... Il était indispensable de secouer la jeune femme, de réveiller cette fierté qui allait peut-être la ressourcer. Il ne fit donc rien pour arrêter son général en train de se moquer d'elle avec une impudence assez incroyable mais il tapait là où ca faisait mal, et si Poséidon ne pouvait se le permettre, son Général se l'était octroyé avec un certain plaisir. La réponse vint de là où son Général ne l'avait pas vu, un cosmos s'était fait sentir depuis quelques secondes dans l'entrée de son domaine et il se présenta comme la Quaesitor d'Athéna à Venise. Une personne de confiance donc.

" Kiani a agit avec sagesse comme à son habitude et soyez le bienvenu en notre domaine Chevalier du Loup. Vous serez sous notre protection comme l'a souhaite certainement cette chère amie. Cependant... Il marque une pause habilement pour bien appuyer la suite de ses propos ! " Frère ou non ! Vous avez devant vous un Général de Poséidon, un de nos seconds qui protège ce monde d'inondations qui détruiraient les peuples qui vivent sous la douceur clémente d'Apollon. Nous vous demandons donc de baisser d'un ton et tant que nous serons ici, personne ne touchera à votre Déesse, par le serment du Fer et du Sang. En tant que disciple du Noble Shion, vous devriez savoir que le ton employé peut amener à des incompréhensions qui construisent les disputes de demain... "

L'arrivée d'un nouveau Chevalier interrompit les paroles du Dieu. Sa tête se retourna pour voir un chevalier d'or marchant dans sa direction avec un respect des usages et de l'étiquette. Les Saints connaissaient les usages et le respect, c'était une chose qu'on ne pouvait leur retirer et cela était aussi une des raisons de son respect à leur endroit. Il fixa le chevalier du Loup d'un sourire entendu pour ne pas revoir par devers lui des propos de la sorte à ses Généraux. Elle ne savait pas tout après tout et elle venait juste d'arriver. Il se reconcentra alors sur le chevalier d'or et le salua d'un signe de la tête à son tour.

" Mashia... Oui, Athéna s'est endormie pour se reposer un peu au plus profond de l'âme de la jeune femme. le Général Caedus a entrepris de la réveiller à sa manière et nous pensons que jouer sur le sens de l'honneur de notre Nièce est une solution envisageable. Chevaliers, sachez que la volonté des Atlantes ne sera jamais de porter ombrage à cette jeune femme le temps de notre présence dans cette Ere ! "

Soudain, il sentit que plusieurs cosmos se mettaient en marche et il était temps de commencer la marche vers le Temple qui était le sien. Il s'approcha alors de sa Nièce pour lui prendre la main avec tendresse, le cosmos azuréen du Dieu des Océans s'embrasa pour rechercher en elle le cosmos divin et il devait bien avouer qu'il était solidement endormi. Mais il était sûrement possible à la jeune femme d'exploiter le cosmos de la Déesse pour lui donner de cette énergie solaire qui ferait tomber l'un des piliers d'ombre. Alors qu'il cherchait à réveiller le cosmos doré, un autre cosmos se fit sentir et il était clair que les troupes du masque c'était mis en action... Il sentait que ce cosmos ne lui était pas étranger et se demandait bien pourquoi...

" Triton... Que se passe t il ? Pourquoi je ressens de nouveau ton cosmos ? "


Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Mer 3 Avr - 23:12



Le pardon °~





Pourquoi son cœur ressentait-il toujours autant de solitude, un vide si intense qu'il en devenait une souffrance. Une blessure que la jeune femme supportait bien mal, car bien plus dévastatrice que celles qu'elle avait pu connaître jusqu'alors. Désemparée, Mashia se sentait si faible. Et la réalité était toute autre, plus cruelle encore : elle agonisait. Oui, elle dépérissait par le poids de son armure qu'elle ne pouvait se résoudre à enlever. Les raisons étaient troublées par son esprit embrumé, et son instinct endormi ne l'aidait en rien. Puis, le fait est que la jeune femme ne possédait plus aucune volonté. Son cosmos envolé, oui, elle devait être autant à plaindre qu'un poney prisonnier dans son champ. C'était à peu près la même sensation. Il lui manquait la liberté. Soutenir le regard de l'homme se dressant devant elle lui fut bien pénible tant Mashia avait du mal à distinguer les contours de cette silhouette. Un jeune homme fier à première vue, qu'elle aurait eu tôt fait de remettre à sa place, si les circonstances étaient toutes autres. Alors, prête à lui répondre, la jeune femme se redressa un peu, peut-être par fierté, ou pour tromper les apparences. Seulement, l'arrivée d'une personne bien connue l'interrompit dans son élan.

Et l'ébauche d'un véritable sourire commença à s'épanouir sur son visage de porcelaine.

« Liana... »

Ce simple mot ne fut qu'un murmure à peine audible. Mais la jeune femme savait que la Louve était attentive et saurait reconnaître dans ses prunelles, cette lueur de détresse qui depuis son départ du Sanctuaire, ne l'avait pas quittée. Sa fidèle amie était là, à ses côtés à présent. Elle n'avait plus rien à craindre, si ce n'est... Le destin. Les yeux accrochés tantôt sur Liana, tombèrent sur une personne qu'elle n'aurait jamais pensé revoir. Pas comme ça. Pas maintenant. Non, elle ne devait pas lui imposer ce pénible spectacle. Il disait être venu de son propre chef, était-ce réellement la vérité ? Ou est-ce que la Seconde l'avait envoyé la chercher des mains de celui qui fut autrefois son ami d'enfance ? Celui avec qui elle avait partagé tant d'épreuves. La jeune femme à la longue chevelure rouge sang ne sut contenir une nouvelle vague de douleur, et ses paupières se refermèrent tandis qu'elle vacillait. Avant de se rattraper en serrant fort le bras de la Louve.

« Dohko ? » fit-elle hésitante en se redressant tout à fait, jetant un regard désolé à la jeune femme. « Tu... tu ne devrais pas être ici c'est trop dangereux.»

Malgré toutes les émotions que la jeune Mokushi pouvait bien ressentir, elle les occultait toutes pour l'heure afin de jouer son rôle. Un rôle qui ne lui apportait rien de plus qu'une sombre perplexité. Sauf que la Sainte du Lotus ne pouvait se résoudre aux faux semblants. Pas plus que le mensonge. Et son ami risquait trop gros à être ici de son plein gré. Elle le savait.

« Pars. »

Comme cela lui faisait du mal de lui parler ainsi avec une telle froideur. « Pars ! S'il te plaît ! Ne risque pas toi aussi ta vie pour... pour...» Qui ? Qui était-elle en fin de compte ?

Mashia baissa la tête, incapable de supporter davantage le regard de Dohko. Pas plus que celui de Liana, de Caedus ou de Poséidon. En fin de compte, la solitude était peut-être la solution, plutôt que d'endurer ces regards pleins de pitié. Elle ne pouvait pas le supporter. Ils se trompaient sur son compte, comme elle s'était fourvoyée.
Puis sa tête fut attirée par un éclat au dessus de leurs têtes. Il lui suffisait de fermer les yeux pour sentir et voir très nettement ce dont il s'agissait. La constellation du Bélier venait de se réveiller. Un signe qu'elle ne pouvait ignorer.

« Je me battrais.» fit-elle en rouvrant les yeux quand Poséidon lui prit la main. « Je me battrais pour l'alliance de fer et de sang. »

Déterminée, la jeune femme se tournait vers son avenir incertain, teinté par la couleur vermeille. Qu'importe les souffrances, qu'importe les regards de ses pairs. Qu'importe le trouble qui l'habitait et grandissait à mesure que le cosmos du Dieu des Océans cherchaient en son sein, la présence endormie de la Déesse de la Sagesse. Désormais, seules les Parques connaissaient le futur qui l'attendait.

Un espoir subsistait, pourvu qu'on lui donne une chance.

Le destin la guiderait. Et elle marchait vers celui qui sans doute avait été le plus affecté par celui-ci. Des dommages qu'elle aurait bien voulut lui éviter. Galvanisée par l'énergie divine de Poséidon, Mashia eut juste assez de force pour rompre la distance qui la séparait du Tigre de Chine. Et sans détours, puisque ce serait sans doute sa dernière occasion, la jeune Lotus vint enlacer le jeune Chevalier d'Or et lui murmurer ces quelques mots.

« Pardonne moi Dohko... pardonne moi...»



Revenir en haut Aller en bas
Pséma


Black Saint
avatar

Messages : 36
Armure : Bélier

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Jeu 4 Avr - 6:17

« Comme une flamme passant, hors d'atteinte. Comme l'étoile qui nous éclaire de toute sa splendeur. Cet appel doit à présent mener à une fin... »

Saillie du néant, cette voix ne semblait pas appartenir à cette réalité. Cela n'empêcha pas une partie des convives de s'imaginer qu'ils la connaissaient. Ses intonations avaient quelque chose de particulier, comme si chacune d'elle était nimbée d'une infime mélodie, d'un emphase qu'on ne saurait s'expliquer. L'écouter, même si ce n'était qu'un court instant, avait quelque chose... D'hypnotisant. Son timbre ne reflétait pourtant aucune émotion, ni joie ni tristesse ni passion, mais n'était-ce pas ce qui justement faisait vibrer toutes leurs âmes à l'unisson ? Ces mots leur laissèrent d'ailleurs une étrange sensation, comme si c'était au fond d'eux-même que venait de retentir cette incantation. Au même moment, tous prirent conscience qu'un individu masqué se tenait à proximité. Avait-il toujours été là, où venait-il d'arriver ? Étrangement, aucun d'eux ne pouvait l'affirmer.

« Ô Poséidon... Ô Athéna... Combien de siècles, depuis que nos regards se sont croisés pour la dernière fois ? Combien de fois vous êtes-vous relevés des cendres depuis ce jour-là ? Je suis toujours moi, mais ce n'est plus votre cas... » son regard pesa sur Athéna. « Mais ça ne dure qu'une vie, n'est-ce pas ? »

Le vent balaya sa capuche, révélant son visage. Un visage familier pour chacune des divinités, et qu'un sourire sibyllin vint ourler. Mues d'une volonté propre, chaque bourrasque s'engouffra sous sa cape, faisant apparaître ce qu'elle renfermait à ce public hétéroclite. De quoi les laisser sans voix, il n'en doutait pas. Car sous l'étoffe se dissimulait une armure noire comme une nuit sans lune dont les traits faisaient plus qu'évoquer celle du Bélier. Ici, point de dorures et moins encore de ce si fameux éclat solaire : ne restait que l'obscurité. On l'aurait crue taillée à même l'obsidienne tant elle brillait de cet éclat maléfique qui ôte fatalement la vie. Plus qu'il n'en faut pour glacer le sang dans les veines de ceux qui n'y seraient pas préparés. Ce n'était censé être qu'une pâle copie, mais avoir son modèle sous la main n'aurait fait que souligner la crue vérité qu'elle l'avait en tout point surpassée.

C'était du moins l'impression qu'elle pouvait donner à qui avait le malheur de la contempler, et celui qui l'arborait n'y était pas étranger. Malgré toutes ces années, la cosmo-énergie qui émergeait de lui n'avait nullement changé. Sa force, en revanche, n'avait cessé d'augmenter. Pas de là à rivaliser avec une divinité, mais ce n'était qu'un détail à régler - comme le soulignait la présence d'une dizaine d'hommes jusque là tapis dans l'ombre à ses côtés. De toute évidence, l'assaut sur le Sanctuaire avait laissé une poignée de rescapés qui se tenaient ici rassemblés. Ce qu'ils portaient n'étaient que de simples armures de Bronze mais le nombre compenserait cette médiocrité. Subir la formidable pression qu'il était capable de produire devrait en théorie suffire à leur faire comprendre qu'ils n'avaient pas affaire à n'importe qui.

« À moi de vous délivrer. »

Au moment où les vents agitèrent sa cape de voyage, un objet apparut entre ses doigts fins : un marteau semblable à aucun autre, si ce n'est un, que Dohko connaissait fort bien. Parmi les personnes présentes, il était fort probable que tous puissent en dire autant, car cela demandait d'être entré dans l'intimité des armures jusqu'à un certain point, quand bien même le Saint de la Balance ne l'avait pas fait de ses propres mains. Cet étrange personnage n'en demeurait pas moins voilé de mystère, mais pour l'heure, ils avaient d'autres raisons de s'en faire... Sa dextre ne tarda pas à se lever, faisant penser que l'assaut allait être donné, mais ses subordonnés ne firent que les encercler. Autant de requins tournant en cercle autour d'eux, guettant le moment propice pour fondre sur eux et les déchiqueter. Ils n'avaient d'autre utilité.

Pourtant, c'est de la main de Pséma que le premier sang fut versé.

« Crystal Wall. »

Cette arcane, ils ne la connaissaient que trop bien. Ils l'avaient vue à l'oeuvre il y a un instant et même moins. S'étaient-ils pour autant attendus à la voir se retourner contre eux dès leur arrivée ? Sans doute point. Forte de son aspect adamantin, elle avait séparé Poséidon de ses hôtes et amis en un tour de main. Il n'aurait pas été anormal de penser que ce n'était qu'un château de cartes pour une divinité, et qu'il lui serait aisé de le faire s'écrouler. Si tristement prévisible que le Sombre Bélier ne pouvait qu'y être préparé. Dans les replis du tissu, un parchemin depuis si longtemps caché venait d'être révélé. Pressés de prouver leur efficacité, ses pouvoirs occultes ne furent pas longs à s'éveiller. Avant qu'il n'ait pu la laisser s'exprimer, le Dieu des Océans vit sa cosmo-énergie être neutralisée – que son corps subisse le même sort ne saurait tarder. Un claquement de doigts fit savoir aux soudards qu'il était temps d'avancer. Si impressionnant que soit ce tour de force, c'est vers les cieux que son regard était tourné.

« Les étoiles sont belles aujourd'hui... »
Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 8 Avr - 1:12

C’était fou ça ! Il n’avait même pas pu passer une de deux minutes en tête à tête avec Athéna. Non pas qu’il veuille la mettre dans son lit, ça non. Bien que d’une grande beauté, cette Athéna n’était pas le genre de femme qu’il appréciait. Néanmoins il aurait apprécié converser avec elle plus longuement, car si sa sœur et le Lion avaient décidé de leur vouer leur existence, c’est qu’elle en valait la peine. Après tout, Athéna était la Déesse de l’espoir, de la rédemption, et la plus grande protectrice de l’humanité. Il appréciait cela. Ce qu’il n’avait jamais aimé, était le sacrifice à endurer pour pouvoir devenir Chevalier. Il aurait souhaité avoir l’opinion de l’intéressée là-dessus.

Mais bon, sa sœur avait comme qui dirait du caractère, aussi il resta à la place qui est la sienne. Il sourit face aux propos pour le moins agressifs de sa jumelle. Cela lui faisait mal, mais il avait connu bien pire par le passé. Il savait qu’un jour, elle l’aimerait à nouveau.

A son grand étonnement, Poséidon, nouvel arrivé, remis la jeune femme à sa place avec dignité et calme. Comme à son habitude, le Roi des Océans avait la particularité d’être courtois tout en étant menaçant… Une force tranquille, mais positive. Dure, mais bienveillante. Tout en s’approchant de sa jumelle, qu’il ne quittait pas des yeux, le Général du Kraken sourit.

« Je vous en prie, Poséidon, ne soyez pas trop dur avec elle. Ma chère Jaina est encore jeune, elle ne sait pas y mettre les formes. Mais je ne connais pas meilleure combattante, ni plus honorable Sainte. »

Arrivé à hauteur de la jeune Louve, dont le familier grognait d’agressivité, Caedus resta un instant le regard plongé dans les yeux de sa sœur. Il existait un lien naturel entre les jumeaux. Et bien qu’ils aient longtemps été séparés, ce lien s’était considérablement renforcé au travers de leur maîtrise du Cosmos. Bien qu’aucun des deux ne l’admette, la présence de l’autre ne les quittait jamais. Il leur arrivait parfois même de voir, entendre et ressentir les émotions de l’autre, même séparés de plusieurs milliers de kilomètres.

Il y a six ans, Caedus avait perdu son âme. Il avait vécu des tourments inimaginables, même pas certains Dieux. Mais il savait que Jaina l’avait senti. Qu’elle avait partagé cette peine. C’était elle qui l’avait sauvé de l’obscurité. Et aujourd’hui, bien que tout les sépare, la jeune femme représentait pour Caedus la seule et unique personne en ce mode, pour qui il donnerait sa vie sans la moindre hésitation. Il l’aimait, de tout l’amour qu’un homme pouvait avoir pour sa sœur jumelle. Un amour bien plus grand que sa loyauté à Poséidon… Mais cela, jamais il ne lui avouerait.

Qu’elle le haïsse si elle le désirait. Qu’il la sache vivante et en bonne santé, aimant un homme de bien, et obéissant à une Déesse œuvrant pour la paix, lui suffisait largement. Il s’en suffisait depuis bien des années. Pourtant, la voir ainsi en face de lui, ses yeux plongés dans les siens, lui rappela à quel point elle lui manquait.

On dit que le regard est le miroir de l’âme… J’espère qu’elle n’y verra pas de telles émotions.

Mais l’amour était bien là, dissimulé en profondeur, mais brûlant d’intensité. Au grand étonnement de la Louve, Caedus utilisa subitement son cosmos afin d’accélérer ses mouvements. Sans qu’elle puisse entamer un mouvement de recul, il plongea sur elle… Pour lui déposer un simple baiser sur la joue.

« Salut, soeurette. Heureux de te revoir. Tu es magnifique. »

Avant que Jaina n’ait le temps de l’embrocher, ou que le loup qui l’accompagnait ne lui saute dessus d’une rage bestiale et primaire, le Général du Kraken s’était déjà retiré, le sourire aux lèvres. Alors qu’un Chevalier d’Or apparaissait, monopolisant l’attention de la déesse brisée, le jeune homme s’en alla de quelques pas pour ramasser une nouvelle brindille du fond des mers qu’il cala entre ses dents. Que la Déesse retrouve ses servants… Il s’en cognait un peu la rondelle. Poséidon voulait qu’il la protège… Il la protégerait. Mais alors qu’il prenait plaisir à mordiller sa plante, un nouveau gland fit son apparition.

J'y crois pas... Mais c’est la foire à la saucisse ici… Cette Athéna attire tous les chiens d’la casse ou quoi ?

Mais au contraire de la Balance, celui-là avait l’air d’être un dur à cuir. A contrecœur, il cracha à nouveau sa plante. Lentement, le général du Kraken se déplaça sur le côté, de manière à venir couvrir la Déesse de la Sagesse. Il tenta de distinguer le visage du nouveau venu sous sa capuche, sans résultat.

Ma parole, on y voit comme dans le trou du cul d’un poney à dessus…

Comme répondant à ses attentes, un coup de vent repoussa en arrière la fameuse capuche, dévoilant le visage de l’inconnu.

« Ah mais qu’il est laid ! »

Le Général n’avait pas pu s’empêcher. Il s’attendit à une remontrance de Poséidon, mais ce dernier semblait comme captivé par le nouveau… Voire même légèrement apeuré. Heureusement, le Dieu des Océans semblait garder un plein contrôle sur lui-même.

Mais alors que Caedus s’était positionné pour protéger Athéna la Faible, il fut totalement pris de court par le Bélier Noir, qui venait de dévoiler son armure. Sous ses yeux, le Général vit cet inconnu dresser un mur d’énergie le séparant de son Dieu, avant de neutraliser le cosmos de ce dernier. Il en resta bouche bée. A la fois totalement surpris de la tournure des événements, et honteux de son manque de clairvoyance. Depuis le début il avait protégé Athéna, car il la considérait comme affaiblie. Jamais il n’aurait imaginé voir Poséidon, frère d’Hadès et de Zeus, Dieu parmi les plus Puissants de l’Olympe, être ainsi mis à mal.

La honte laissa place à la colère.

« Salopard… »

L’aura du Général explosa. Son cosmos doré se déploya autour de lui en un torrent de lumière qui électrifia les cieux. Une colère noire, pulsante d’agressivité, mais étonnamment contrôlée. Comme si, même en cet instant, l’homme refusait de se lâcher complètement à ses émotions.

Cela ne l’empêchait pas de libérer une puissance extraordinaire.

« Athéna, veuillez m'excuser. Je ne vais pas pouvoir vous protéger plus longtemps. Je vous avais parlé de mes talents... Ouvrez bien vos yeux, vous allez sûrement apprécier. »

Il leva un bras perpendiculairement au sol, avant d’ouvrir la main. De la base de sa paume naquit une lumière aveuglante. De cette lumière se forgea petit à petit une forme longue et tranchante, celle d’une épée large disposant d’une lame longue. Le métal et l’or apparurent, sortant tout droit du néant, finalisant la création de l’arme dans une gerbe d’éclairs.

L’épée brillait de cosmos. L’arme était magnifique. Alliant métal et or, son pommeau finement ouvragé incitait à l’envie et au respect. Pour Athéna, ce ne fut qu'une vision d'un lointain et glorieux passé. Le Général ramena son autre bras, afin de l’empoigner à deux mains, ce qui en disait long sur son poids… Et sur sa puissance.

EX…


L’épée devint pure énergie. D’un mouvement ample, il frappa les airs en direction du mur d’énergie. De la lame naquit une véritable colonne de lumière acérée, qui s’en alla frapper la création de l’intrus.

… CALIBUR !!!!


Le contact entre les deux énergies créa une véritable explosion de lumière qui dévora tout sur son passage, faisant trembler le Sanctuaire Sous-marin tout entier. Le Mur avait peut être été détruit, mais le Mal avait été fait. Et cela, ce n’était pas pardonnable. Lorsque la lumière revint à la normale, l’Epée avait disparut. Le Général leva un doigt vers le Bélier Noir.

« Pour Poséidon, je vais prendre plaisir à te tailler en pièce, le moche. »

Sur ces mots, le ciel se mit à briller de plusieurs centaines d'étoiles, qui s'alignèrent derrière le Kraken. De chacune de ces étoiles naquirent toutes sortes d'armes: épées, lances, javelots. Toutes brillaient d'énergie... Et toutes avaient leur lame pointée sur l'inconnu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 8 Avr - 21:47





Il était vrai que la Louve avait fait preuve de témérité et d'impétuosité en s'adressant de la sorte à un Général en présence de son Dieu. Mais ainsi était la Sainte. Avec elle, pas de langue de bois ou de faux fuyant, même si en temps normal, elle y mettait les formes. Mais ce n'était nullement sans raison qu'elle avait montré les crocs à l'égard du Kraken. Elle comprit toutefois la réaction de l'Empereur des Mers et des Océans face à ses paroles vindicatives. Aussi inclina-t-elle humblement la tête, en guise de respect en direction du Maître des lieux et s'apprêtait à répondre ce dernier lorsqu'elle fut interrompue au dernier moment par son jumeau, qui vint lui porter secours.

Immédiatement, la jeune femme redressa la tête, portant ses prunelles azurées, teintées de surprise, sur le Marina. Pour la première fois depuis bien longtemps, leurs regards se croisèrent et se mêlèrent. Elle aurait voulu lui dire combien elle était désolée d'avoir montré tant de vergue à son encontre. Peut-être qu'en fin de compte, leurs retrouvailles lui inspiraient davantage de crainte qu'elle ne l'avait cru. Elle aurait voulu chasser de son esprit les sombres images de leur dernière rencontre, mais celles-ci hantaient encore par moment ses nuits. Néanmoins, elle ne pouvait nier le fait qu'elle était heureuse de le retrouver. Il y a six années de ça, elle s'était battue pour le voir redevenir lui-même. Tout comme pour le Lion, elle avait été prête à donner sa vie pour lui. Le sacrifice, le don de soi, ne l'effrayait pas.

Il lui semblait que ce qu'elle pouvait lire dans les yeux de Caedus ne différait en rien de ses propres pensées. Il était son propre miroir, son reflet. Elle aimait son frère, tout comme il l'aimait. Et ce lien qui les unissait, personne ne pourrait jamais le leur ôter. Dans un mouvement engendré par le besoin de le toucher, la jeune femme tendit une main en sa direction, avant de la laisser retomber inerte le long de son corps lorsqu'elle le vit disparaître de sa vue. Pourtant son jumeau n'était guère bien loin. En un instant, il fut à ses côtés. Elle put ressentir sa présence rassurante, comme cela était le cas lorsqu'ils étaient enfants, et soudain le contact de ses lèvres sur sa joue. Un bref instant, le temps d'un battement cils, il semblait à la Belle qu'elle retombait en enfance, retrouvant les réminiscences de celle-ci. Le geste de Caedus mit fin à l'hostilité de Shadow, tout comme la sienne.

"- Pour les miens, je suis Liana. Jaina n'est plus. Ah et je sais parfaitement y mettre les formes...quand il le faut."

Un sourire espiègle étira quelques instants les lèvres de la Sainte, avant qu'elle ne lance à son tour, en toute sincérité et honnêteté:

"-Moi aussi je suis heureuse de te revoir mon frère."

Puis c'est vers sa Déesse qu'elle avait porté son attention. Elle l'avait reconnu. Pour preuve, son prénom murmuré du bout des lèvres. Elle s'apprêtait à lui répondre lorsqu'elle ressentit une nouvelle présence investir les lieux. Elle n'eut aucun mal à reconnaître le Saint qui venait d'arriver. Il s'agissait du meilleur ami de son Maître. Elle adressa à ce dernier un sourire chaleureux ainsi qu'une légère inclinaison de la tête en guise de salut. Elle aurait souhaité lui parler, mais la stupeur de son amie était bien grande. La Sainte la vit vaciller avant de se rattraper à elle et d'emprisonner son bras dans une poigne d'acier. La main de la Louve vint se poser sur celle de sa divinité et amie comme pour apaiser sa crainte et ses tourments.

L'inquiétude de Mashia à l'égard du chevalier d'or de la Balance était grande et une terrible douleur pouvait se lire sur son visage. Liana savait qu'elle ne pouvait rien pour elle hormis lui apporter son soutien. C'est à cet instant, qu'elle put contempler en levant les yeux en direction de la voute de l'Atlantide, comme l'ensemble des protagonistes l'éclat étincelant d'une constellation bien connue d'elle: celle du Bélier. La vue de cette dernière sembla revigorer la Déesse, et Liana fut reconnaissante à son Maître de cela.

A nouveau un grognement sourd monta de la gorge de Shadow. Cette fois-ci, celui-ci n'était nullement destiné au Kraken, mais à un homme sortant des ombres. Déjà Caedus se plaçait face à la Sagesse pour la protéger.

*Sais-tu qui il est?* demanda-t-elle à son familier, tandis que le nouvel arrivant se dégageait de sa cape pour révéler une armure qui était loin de lui être étrangère. En effet, l'homme, pouvait-on le qualifier ainsi, qui se prénommait Pséma, était détenteur de l'armure de Bélier. Mais loin de ressembler à l'étincelante armure du premier gardien, cette dernière était d'obsidienne. Une teinte lui rappelant celle de l'armure du Lion, lorsque Corell s'était laissé aux Ténèbres.

* Il n'est pas seul.*

*Que pense faire ce fou en présence de Poséidon.*

*Nous verrons bien, mais reste sur tes gardes.*

Et le quadrupède avait parfaitement raison car sur ordre du Sombre, des hommes de main firent leur apparition, alors que lui même usait d'une arcane bien connue d'elle. Toutefois il fit appel à un pouvoir qu'elle ne connaissait, détenu dans un simple parchemin et assez puissant pour priver l'Ebranleur des Terres de la nature même de son essence. Ses prunelles glissèrent sur Dohko. Un seul regard suffit entre les deux Saints pour qu'ils se comprennent. Elle prêterait main forte à son frère, lui protégerait leur amie, leur Déesse ainsi que Poséidon.

* Tu es prêt Shadow?*

*Comme jamais!*

*Alors allons-y!*

Et tandis que des milliers de lames, œuvres de son frère apparaissaient, le cosmos de la Louve se déploya autour d'elle. Les cieux du Sanctuaire Sous Marin se voyaient parer d'une nouvelle constellation. Elle savait que Shion comprendrait la signification de cette apparition. Le hurlement de son animal totem ne fut pas repris par un, ni deux ou même trois loups, mais par l'ensemble d'une meute entière qui vint à apparaître pour encadrer dans un cercle protecteur Mashia et Dohko, alors que la Demoiselle se portait aux côtés du Kraken accompagnée de Shadow.

"- Je pense qu'il serait plus juste de dire que c'est nous qui allons vous délivrer et vous offrir le repos qui vous a été refusé...Chevalier. Si toutefois, on peut encore vous appeler de la sorte. Caedus, je crois qu'il est temps pour toi et moi de croiser le fer ensemble, côte à côte."

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Sam 13 Avr - 14:15

=> Entrée du SSM ?


Cette longue route sinueuse me donnait de l'urticaire. Si ce n'était que pour moi, je m'arrêterais-là, et piquerait un somme comme les majestueux Lion et attendrait que le temps passe encore et encore. C'est ce qui m'était arrivé pendant ces vingt-quatre ans, alors, une journée de plus, qu'est que cela change ? Si on m'avait donné un mousquet, je pense que j'aurais appuyé sur la gâchette... Sûrement... Mais, ma vie ne m'appartient plus, en tout cas, en partie. Cette femme qui me hante depuis le premier jour... J'aimerais la revoir... Cet être plein de compassion qui m'avait donné une mission bien singulière... Survivre et servir. Simple, très simple. Il savait chasser, se cacher et vivre. Elle me parlait régulièrement de la mythologie et principalement du Dieu qui n'a pas pu avoir la Terre, le Dieu marin Saturne, Poséidon. Une déité belliqueuse, enfin c'est ce que je pensais. Lui en tout cas était déterminé et avait un but pour avancer. Moi, je ne suis qu'un pion sur l'échiquier des Dieux. Si c'est le destin qui nous amène là où l'on est, à qui la faute ? Zeus, le Roi des Dieux ? Ou bien de cette force appelée espoir ?... Je ne connaissais rien à la vie des hommes... J'allais apprendre et me façonner avec cette force appelée '' Cosmos ''. Cette force ressemblait plus à un cri de l'âme qu'à une force venant de l'univers.

< Mon cosmos est de couleur rouge... > Dit-il à faible voix sans pour autant porter attention à ce royaume sous-marin qui se trouvait sous ces yeux. Pourtant, les magnifiques statues des néréides, des nymphes et des différentes divinités marines. Les spécimens de poissons qui nageaient dans ce ciel marin étaient magnifiques, mais ce n'était nullement intéressant. Il voulait connaître le monde des hommes et non des animaux, celui sur lequel il ne connaît presque rien. Il observait seulement les différents piliers tout autour de lui. Immense et tellement froid. En tout cas, la beauté marine n'a rien à envier sur terre. L'eau semblait inflexible et déterminée à soutenir la voute marine. Suoh allait découvrir un Nouveau Monde, le monde marin. Il s'était remis à marcher à travers différentes routes parsemées de roches écarlates. Il aurait pu marcher pendant des heures sans même s'essouffler, c'était une de ses forces. Ce n'était pas tout, il restait très mobile et pouvait atteindre une destination très vite s’il se donnait la peine de la parcourir. Il pouvait aussi percevoir les alentours bien mieux qu'un homme. Distinguer un reptile à travers une roche fine, une fourmi en train de courir sur le sol aride d'Afrique... Entendre le son d'un oiseau à ces centaines de mètres. Des sens aiguisés.
< Je ne suis qu'un homme... > Se disait-il à haute voix.

Il regardait l'énergie sombre qui devait sortit des ruines du pilier du Pacifique Nord. Il pouvait ressentir sa force depuis des centaines de pieds. Il y mettrait le temps qu'il faudra, une heure, deux heures, une journée... Mais, il n'allait point se presser. Son regard déterminé ne laissait qu'une impression impérialiste. Il semblait marcher comme un lion, ou plutôt comme le roi des lions. Sa carrure le lui permettait de se comporter comme un monarque. Deux heures, c'était le temps qu'il lui avait fallu pour atteindre les ruines du pilier du Pacifique Nord. C'était extrêmement long, mais, cela est toujours comme ça, on attend la venue du héros.
< Enfin... > Mugit-Suoh. Il était content d'avoir pu atteindre le but fixé. Il observa attentivement les alentours et grimpa sur un bout de roche du pilier, prit une grande inspiration avant de ressentir différents cosmos très puissants.
< Le combat va commencer ? ... >

Vu l'importance des fluctuations des cosmos des deux camps, ce match allait débuter, ou même avait déjà passé l'échauffement. Il se glissa entre les morceaux de pierres avant de voir la scène devant ses yeux.
Poséidon était la, mais, aussi Athéna... Pure coïncidence, il allait pouvoir demander des réponses aux Dieux miséricordieux. Il scrutait les horizons et se rapprochait de sa cible.
< Un homme et une femme proche d'Athéna... Et l'autre ? Un garde de Poséidon ? Sûrement... Allons-y ! >
Il fut déstabilisé par l'attaque du Marina, mais pu s'arrêter devant ceux qui ne combattaient pas.
Un genou au sol, Suoh salua le groupe. Il était très intéressé par ceux combat. L'épée que cet homme avait créée était vraiment spectaculaire, était-ce grâce au cosmos ? Suoh y réfléchissait... Il restait bouche bée devant cette force monstrueuse. Il s'imaginait déjà la puissance dévastatrice d'un Dieu... Une explosion de joie lui aurait été fatale. Il se retourna de nouveau.

< Je m'appel Suoh... Votre cosmos m’a guidé... Monarque des mers... Que puis-je pour vous ?! Je ne sais pas encore l'utiliser consciemment le '' cosmos... Mais, je peux vous servir de bouclier si vous le souhaitez... Donnez-moi vos ordres et je les exécuterais > dit-il avec aplomb.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Sam 13 Avr - 17:17



Sa silhouette parée de cette armure qu'il aurait put décrire avec ses seuls souvenirs, il l'observait, ne sachant que dire ou que faire devant ce fantôme semblant revenu d'entre les morts. Mashia n'était plus, tout du moins, dans son entièreté pourtant, face à lui se trouvait cette réminiscence de ce qu'elle était avant. Avant que, dans un preux sacrifice, elle n'offre son corps à la Déesse de la Sagesse. Mais nul trace à cet instant du cosmos de la divinité dans cette enveloppe qui lui faisait face, troublée...Blessée. La douleur qu'il perçu dans ses prunelles azur blessa son cœur plus durement qu'aucune autre plaie entaillant son corps. Était ce Mashia ? Nulle réponse à cette simple question, seulement un doute persistant, celui de voir derrière ce visage trop longtemps contemplé les vestiges de ce qui avait été cette amie chérie. Mais sa seule présence lui semblait pénible, et si ses premiers mots surpris vin étayer son ressenti, les mots froids et dures qui suivirent vinrent troubler son âme un instant.

Un seul instant où il douta de son instinct et qui ne fit qu’alourdir son cœur de nouveau maux. Elle était là, si proche et si loin, et le monde autour de lui aurait bien put s'écrouler que cela lui aurait été. C'était douloureux. Plus que les blessures qu'il n'avait jamais subit dans sa vie, plus grand encore que ses premières plaies enfants subit dans la cruauté. Pourtant, cette souffrance s'étiola car elle n'avait pas lieu d'être à cet instant. Car si il avait bien comprit quelque chose, s'était que ses mots étaient faux malgré tout. C'était juste là, inscrit entre les lignes. De la surprise voilée d'une infime douleur vint ce qui était toujours en lui, cette détermination farouche qui correspondait tant à son animal totem.

Partir parce qu'il serait en danger ? Quel stupidité était ce là ! Et d'ailleurs, si c'était bien Mashia qui était devant lui, alors elle savait pertinemment que ses mots ne lui aurait pas fait faire demi-tour – Athéna elle même n'y serait sans doute pas parvenu si il l'avait décidé ainsi.
Les paroles de Poséidon vinrent détourner son attention de la jeune femme se reposant sur la guerrière au loup, un instant qui sembla éternité, le chevalier analysa ces nouvelles informations, peinant à comprendre mais ne pouvant pourtant pas s'empêcher de le faire. Au final, il n'y avait que peu de nouveau mais...Etait ce qui comptait à présent ? Elle lui avait dit – cette autre – qu'il ne devait pas être en contact avec la doublure, et il n'avait jamais été son intention d’obéir réellement à cet ordre – que la foudre de Zeus lui fende le crâne. Il aurait dût lui obéir. Sans doute.

« Non. »


Sa négation était claire et ne soufflait nul autre contestation. Même si il la blessait de par seule présence, même si elle lui demandait ardemment de partir, jamais il ne pourrait la laisser, pas comme ça, pas maintenant...Même si il était égoïste de sa part d'agir ainsi, alors qu'il en soit ainsi, il le serait et assumerait cette charge.

« Je ne partirai pas. »


Un sourire léger un rien désolé vint étirer ses lèvres alors que dans les cieux, la constellation du bélier se mettait à luire de mille feu. Son sourire se fit dès lors plus franc alors que le chevalier d'or observait les lumières allumée par les flammes du cosmos de son ami. Elle brillait de cette flamme qui habitait son comparse et permit à l'hôte d'Athéna de se reprendre – ce qui lui en était gré.

Et cette apparition fut suivit d'autre chose. Un mouvement, une étreinte qui surpris d'autant plus la balance qu'il était loin d'y être préparé. La demoiselle à l'écarlate chevelure vint l'enlacer et ce geste apporta à son cœur un rien de confusion en plus, et le souvenir trop prégnant d'un sentiment qui ne disparaîtrait jamais. La gêne s'insinua sur son visage, colorant légèrement ses joues avant que ses paroles ne teintent jusqu'à ses oreilles comme un douloureux carillon. Il ne savait que faire dans cette situation peu commune à ses sens, mais finit par se détendre suffisamment pour maladroitement poser sa main dans son dos, essayant sans savoir réellement de soutenir celle qui comptait tant pour lui – et profiter de cet instant tant qu'il durerait. Il se souviendrait et se gorgerait de ce sentiment aussi doux qu'amer pour en puiser la force.

« Tu n'as pas à le faire. Tu n'as rien à te faire pardonner. Mais même si tu me le demande, je resterai là, avec toi, le temps qu'il le faudra...parce que je le veux. »

Des mots juste pour elle, soufflé pour qu'elle soit seule à les entendre. Cette confession à mi-mot qui ne pouvait tout dire, mais en insinuait d'autre. Sans doute.
Égoïstement, il aurait désiré en profiter davantage. Mais le destin en avait décidé autrement en la venu de nouveau trouble. Il lui fallut un instant pour percevoir cette menace, un instant pour délaisser son sourire et affronter cette nouvelle menace qui se paraît de sombre éclat. Les autres présents avaient été tout aussi vif, et s'est ainsi qu'il dût relâcher Mashia à contre cœur pour faire face, faisant en sorte de se placer entre ce nouvel ennemi et la demoiselle. Il n'était pas le seul a avoir ainsi réagit puisque le général de Poséidon – semble t'il frère de Liana – s'était également placé devant eux. En sommes, il lui en était redevable, mais son geste s'avérait inutile selon lui – n'était ce pas aux saints de la protéger ? Il n'en fit cependant pas part puisque le moment n'était vraiment pas à ce genre de propos.

Et puis, après tout, ils avaient devant eux un adversaire des plus atypique.

« L'armure du bélier... ? »

Cela lui semblait si incongru et en même temps, tellement logique. Les morceaux du puzzle allaient se reconstituer même si pour l'instant, il ne pouvait que lier l'attaque du Sanctuaire et celle du Sanctuaire Sous Marin. Ce fut Poséidon qui fut pourtant attaqué par cette même arcane qu'affectionnait tant Shion, un trouble qui fit gronder son âme. Le tigre jeta un œil sur sa protégée suite à ses paroles, cherchant peut être plus d'information sur le visage de la belle. Un instant qui s'illumina d'or lorsque le général utilisa sa technique, clamant son nom à la face de ces ennemis. Une technique magistrale, qui avait un aire de déjà vu quant à son nom.

Mais ce n'était pas l'heure de l'admiration infantile. Il gratifia Liana d'un sourire entendu et d'un regard farouche – il l'a protégerait, dusse t'il mettre sa vie en péril pour cela.

« N'approchez pas. »

Son cosmos de jade auréola sa silhouette, son armure d'or répondant à ses sollicitations en un doux écho. Une seule phrase comme avertissement et avant même qu'ils ne s'approchent davantage d'eux et des loups qui les entouraient, les dragons d'émeraudes s'élançaient en avant pour attaquer les sous-fifres de ce bélier noir sans une once de compassion. L'heure n'était plus à cette émotion. Les créatures s'élancèrent en avant telle une volée de flèches majestueuse et mortelle, grondant dans les cieux leur rage et leur puissance. Attaquant, mordant, déchirant la chaire qui s'offrait à eux dans pitié avec cette seule volonté de protéger et tuer si il le fallait. Ils parait sa silhouette de leur présence longiligne, demeurant tapi dans son aura de jade. Ils ne les laisseraient pas approcher. Et les loups autours d'eux ne seraient pas les derniers à les laisser faire. C'est d'ailleurs vers leur invocatrice qu'il se retourna suite à ce déballage de puissance.

« Ils attaquent comme au Sanctuaire. Prenez garde à vous contre lui, méfiez vous de ses pouvoirs, le Grand Pope lui même à succomber à la puissance des arcanes d'un chevalier noir. »


Liana ne devait pas être au courant et c'est pour cela que Dohko se sentait dans l'obligation de le lui dire. Elle était l'élève de son ami, et par se simple fait, d'autant plus importante à mettre en garde. Quant à ce qu'il se passait à cet instant avec Poséidon, la seule chose qu'il pouvait faire était d'éloigner Mashia de ce mur d'obsidienne.

« Le Sanctuaire et maintenant le Royaume Sous Marin...Que se passe t'il... »
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Sam 13 Avr - 20:37

~~ La silhouette d'un homme ~~


Une ombre. Il n'était plus qu'une ombre dans le dédale de son âme, l'attaque de ce chevalier noir avait été assez stupéfiant pour surprendre le Dieu des Océans en personne. Son trident tombait sur le sol dans un tintement métallique qui se répandait dans les champs de coraux de sang. Depuis son réveil, jamais, oh non jamais Poséidon n'avait été mis dans une telle situation et il l'avait voulu pour privilégier l'intelligence à la colère qui sommeillait en lui en permanence. Les cosmos de son ami Astre et de son épouse avaient donné une image assez douce du Dieu des Mers, même paternaliste à bien y réfléchir. Les paupières baissées, le visage sombre, il ne disait rien dans sa cage de lumière cristalline car il ne pouvait rien dire. Il avait l'impression de se sentir dans cette jarre qu'Athéna appréciait particulièrement lors de leurs précédentes guerres pour le contrôle des vivants. Sa longue robe blanche volait légèrement avec le vent que l'attaque de son Général avait créé sous l'impulsion de son cosmos glacé.

Ouvrant les yeux, les cheveux noirs avec des reflets bleutés laissèrent la place à une longue chevelure de couleur châtain. Des prunelles noisettes regardaient devant lui toutes les personnes qui se trouvaient sur le parvis du pilier rompu du Pacifique Nord. Il se rappelait qui il était et se demandait pourquoi le chevalier d'or du bélier se trouvait devant lui en train d'affronter d'autres guerriers. Pris de panique, il recula et une violente décharge d'énergie le fit s'arrêter en une seconde. Il était dans une prison de lumière et il était étrange qu'on est voulu enfermé un simple disciple de Jamir. Il concentra alors un peu de son cosmos pour se téléporter mais rien ne se passait comme il le souhaitait, il était encore dans cette boîte étrange avec un trident d'or à ses pieds... Un trident ? Comment ? Bien des questions se succédaient dans la tête de Sōgyo et il se calma pour analyser la situation comme il le pouvait. Il ne pouvait pas sortir, ses pouvoirs étaient certainement trop faibles et il avait un trident comme ami. Mais il avait des gens autour de lui, des chevaliers d'Athéna à y regarder de plus près ! Il hurla alors dans leur direction pour se faire entendre dans le fracas du combat qui venait de commencer à côté de lui.

" Chevaliers ! Que se passe-t-il par Athéna ??? Pourquoi je suis ici ? Chevalier de la Balance, je m'appelle Sōgyo et suis un serviteur de la Maison de Jamir au nom de notre Déesse. Qu'est ce qui se passe bon sang ? Pourquoi le Seigneur Shion m'a enfer... "

Soudain, il se retourna pour se rendre compte qu'il allait dire quelque chose d'inexacte. L'homme, qui était combattu par le Marina et a priori un chevalier d'Athéna, portait une armure du Bélier... Noire ! Surpris, sa mémoire lui rappela alors que des événements analogues s'étaient produits récemment au Sanctuaire de la Justice. Serrant les dents, il s'en voulait de ne rien pouvoir faire et espérait que la Déesse serait agir rapidement pour aider ses chevaliers qui combattaient contre les engeances noires, les traîtres du Sanctuaire qui avaient été banni par la Déesse elle même. Alors qu'il se concentrait sur le combat, une émotion étrange le mit mal à l'aise et une nausée lui monta dans la gorge au point de le faire vomir sur le sol dans un cri guttural. Il criait de rage, une rage et une colère qui montaient en lui sans qu'il ne comprenne la raison. Un rugissement s'ébrouait en lui telle une ruée de chevaux fous face à un ennemi inconnu. Ses dents grincèrent au point de cisailler ses lèvres qui mélangèrent le sang au vomis qui sortait de sa gorge. Ses iris passèrent de la couleur noisette à un bleu marin avant de passer à un rouge écarlate. Le trident d'or se leva en quelques instants pour pointer vers le ciel. De sa pointe la plus élevée, un rayon bleutée s'en libéra pour se diriger vers le dôme marin, toutes les écailles commencèrent à vibrer devant l'immensité du cosmos de Poséidon qui était enfin libéré de la gangue du cosmos d'Amphitrite. Le Dieu était devenu un cheval fou qui ne voulait plus qu'être libre, sans chaîne ni soumission pour ses penchants les plus inassouvis.

~~ 0°°0 ~~

Autre part ! Deux joyaux se mirent à luire d'une couleur bleue et écarlate en même temps. Les deux sirènes, gardiennes de la demeure d'Amphitrite et de la famille royale, virent à leur cou les pendentifs luire d'une puissance remarquable. Des vents commençèrent à les entourer alors qu'une image apparaissait dans leurs esprits. La Déesse Amphitrite, dormant à Jamir, venait de rentrer en contact avec elles pour les prévenir qu'elles allaient devoir agir rapidement pour ne pas laisser le pire s'enclencher dans les secondes à venir !

" Filles des sept Mers, vous portez autour de votre cou l'un des trésors de notre ancienne Famille qui avait succédé à Okhéanos suite à une violente guerre civile ! Pour éviter que le Grand Héritage ne se réveillasse à nouveau, nous avions décidé de lier ces deux pendentifs au cosmos de notre époux. Il peut le réveiller si nous ne l'arrêtons pas dans ce moment décisif où sa rage et sa colère l'emporte sur la raison et la douceur ! Vous vous devez de mettre vos deux cosmos en résonance pour calmer la colère de notre Epoux impérial. Notre cosmos vous guidera malgré notre sommeil à Jamir... Il ne doit pas réveiller le Grand Héritage, sinon, le Monde sera conduit à connaître ce que la Pangée avait connu autrefois... "

C'est alors que les deux femmes ressentirent le cosmos de leur Déesse qui entrait en résonnance avec elle dans le dessein de calmer la colère légendaire du Dieu des Océans. Dame Mélisandre n'ayant pas encore réussi à mettre la main sur le Grand Héritage pour le mettre hors d'atteinte, il était dangereux de laisser cela continuer sans aucune action de la part de la femme de Poséidon. Elle avait cette tâche depuis la nuit des temps et ne comptait pas laisser une nouvelle crise mettre le monde sans dessus dessous !


~~ 0°°0 ~~
Se retournant de droite à gauche, l'Ebranleur des Sols et des Terres prit dans sa main droite son trident pour frapper la prison de cristal qui l'empêchait de sortir. A sa grande surprise, elle résista à sa première charge mais des fentes étaient apparues et cela craquelait de petites brisures cristallines et dorées. Il riait aux éclats devant un tel maléfice, excitant de plus en plus son besoin de détruire ce qui se trouvait devant lui. Un sourire sadique aux coins des lèvres, il leva la main pour faire trembler le sol de plus belle, la charge était telle que cela se ferait sentir à des lieues à la ronde.

" Tu crois que cette chose pourra m'arrêter chevalier noir ! Tu te fous de moi ou quoi ? "

Plus aucune majesté ne sortait de sa bouche, sauf de la colère à l'état brut ! Il créa dans la paume de sa main une orbe bleutée dans le but de réduire à néant cette prison infâme qui osait l'empêcher de sortir. il riait comme un forcené aux abois et avec un sourire macabre, la folie destructrice de son cosmos légendaire était désormais libérée de ses chaînes !

Citation :
HRP : Ann et Mary peuvent sentir que leurs pendentifs réagissent ! Sinon, le tremblement de terre se fait sentir à des lieux à la ronde ! Toutes les écailles vibrent !
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Sam 13 Avr - 22:53



Une autre vie°~




Comme il semblait lointain le temps des regrets. Ces ombres dansantes au fond de son âme, cachant la lumière, l'aube de ce qu'elle était. Mashia releva doucement la tête, si doucement que le Chevalier pourrait se rendre compte que quelque chose clochait. Un bref instant, la douce jeune femme resta interdite face à ce que son cœur ressentait maintenant que le voile de douleur se levait. Elle le sentait battre à tout rompre, ragaillardit par des promesses de l'enfance. Mashia se souvenait du temps où ils étaient amis, inséparables et liés à jamais par un Destin capricieux. Non, la jeune femme comprenait et s'était attendue à une telle réaction de la part de Dohko. Reconnaissante, le Lotus eut pour lui, un radieux sourire pourtant vite éclipsé par les ténèbres. Noire, aussi sombre que la nuit ! Cette sordide armure ! Son malaise grandit de nouveau quand les méandres de son esprit parsemé recomposa le puzzle. Pséma ! Un nom issu d'une autre ère. Une autre vie, une autre guerre sainte. Arrachée par sa faute à des bras réconfortants pour une pauvre âme agonisante, la femme aux cheveux flamboyant se retrouvait bien désœuvrée une nouvelle fois. Rendue muette par la surprise et l'enchaînement des événements, Mashia ne put qu'observer, impuissante, le combat qui s'annonçait ainsi que les promesses réitérées par ses chevaliers. Dans la trame de ce ciel marin, brillait à présent plusieurs constellations bien que toutes chères à son cœur : les Poisson, le Bélier, la Louve... autant de signes forts qui suscitaient chez elle, une impression étrange. La bataille s'engageait bien vite, ouverte par les soins de ce rustre de Caedus. Le déchaînement de puissance se fit partout sentir, et quand une lame se composa, ce sentiment de mal-être en son sein grandit davantage. Excalibur ? Cela ne se pouvait.

Comment ? Abasourdie par cette vision tandis que d'autres forces s'ajoutaient à ce tumulte, Mashia eut un geste instinctif en attrapant le bras de Dohko au moment où ce dernier s'avançait pour faire barrière de son corps. Quelque chose n'allait pas, était sur le point d'exploser. Sans qu'elle sache d'où les tourments allaient apparaître. Ses yeux pers animés par une inquiétude viscérale s'attardèrent sur une silhouette qui l'avait jugé aussi tout à l'heure. Soutenant le regard du Bélier Noir, la Sainte éprouva une peine immense à devoir revivre …. le passé d'une autre.

« Une autre vie.» murmura t-elle en se retournant à demi vers Poséidon.

Tout bascula. Ici et maintenant. Le cours des choses prenait une voie bien différente de ce que tous avait pu prévoir. Ô comme les Moires devaient être fières de ce spectacle ! Mais dans cette scène, un pauvre hère arraché du confort de son ancienne vie surgit devant ce danger. Devant le Dieu des Mers sujet à un changement brutal. L'homme, le protecteur qu'il était devenu, changeait de masque pour placer celui qu'Athéna elle-même exécrait. Non, elle ne pouvait pas rester là sans rien faire !

« Poséidon !» hurla la jeune femme à son intention en faisant quelques pas maladroits à cause du poids de son armure. Péniblement, Mashia alla se placer entre lui et celui qui se faisait appeler Suoh. « Ne vous approchez pas de lui ! » déclara le Lotus au jeune homme.

Soudainement, une douleur sourde la traversa toute entière. Sa main se plaqua contre son cœur et, ne pouvant faire face à cette nouvelle vague de douleur, la jeune femme tomba à genoux. La tête basse, sa chevelure rouge formant un rideau devant son visage de porcelaine, Mashia luttait pour ne pas sombrer dans l'inconscience. Ses mains, seules choses qu'elle parvenait à voir, se serraient. Sa vision se flouta et elle toussa un peu de sang qui alla tâcher son armure. Celle-ci perdit de son éclat, peu à peu, comme si elle mourrait. Une par une, à l'instar des pétales d'une fleur, les pièces de l'armure du Lotus s'évanouirent en poussière étoilée. Ce qu'elle pouvait souffrir ! Oh comme Mashia aurait voulut que tout ceci s'arrête ! Pourtant, pourtant....

« Une autre vie... »

Toute Renaissance ne se faisait pas sans douleur. Poussant un long cri, la tête renversée en arrière, la jeune femme tourna son visage vers les nues pour y puiser suffisamment de force pour remplir à nouveau ses poumons d'air. Ses bras retombèrent le long de son corps, sa respiration se fit plus calme, et ses yeux se perdirent dans la contemplation des constellations. Un chuchotement...

« Chevaliers...»

Le temps paraissait avoir stoppé sa course. Avec lenteur, la jeune femme se redressa sur ses pieds, avec lenteur elle releva la tête, avec lenteur son cosmos se déploya... jusqu'à exploser.
Il se mêla à celui du Seigneur de ces terres perdues et éradiqua dans un même temps, tous les autres en les inondant d'une lumière sacrée. Pourtant, ce ne serait pas suffisant pour apaiser la colère du Dieu des Tremblements. Elle le savait et se dresserait devant lui comme autrefois.

« Mon Oncle, s'en est assez. »

Sa voix ne tremblait plus, non, elle résonnait avec une force et une noblesse retrouvées. Devant eux se dressait la Déesse de la Sagesse. À leurs pieds s'épanouissaient des lotus écarlates, dans le ciel, la constellation du Lotus prenait place aux côtés des autres. Le réveil avait un prix : de fer et de sang. La déité leva les bras au dessus de sa tête pour s'auréoler d'une aveuglante clarté. Habillée de son armure d'airain, elle fit tournoyer sa lance divine d'une main pour brandir son bouclier de l'autre. Trois coups distincts de son arme sur le marbre blanc, et jaillit du néant, une flèche de lumière qui se ficha aux pieds de Pséma. Aussitôt une prison de foudre se matérialisa autour du Chevalier du Bélier Noir. Prisonnier pour le moment, la divinité focalisa son attention sur le Dieu-fou. Pointant sa lance devant elle, la Déesse était prête à défendre les autres.

« Par l'alliance que nous avons conclu, par le fer et le sang ! Allez-vous donc souiller votre Parole mon Oncle ? »

Faisant fi du danger, Athéna laissa son arme et son bouclier disparaître pour approcher de la divinité en proie au tourment. Un tourment qu'elle-même avait vécut. C'était à elle de briser ces chaînes. Quoi qu'il lui en coûte. Quand ses mains enserrèrent les bras du Dieu, par ce simple contact, Athéna s'y brûla. Pour autant, elle ne se recula pas et même, raffermit sa prise. Plongeant son regard dans cet abîme de colère qu'elle soutint sans ciller, Athéna sonda cet esprit à la recherche de celui qu'il était grâce aux bons soins de son épouse.

Par le fer et le sang. Ses paupières se fermèrent...


Revenir en haut Aller en bas
Pséma


Black Saint
avatar

Messages : 36
Armure : Bélier

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 15 Avr - 11:15

Excalibur ? Une étrange lueur éclaira un bref instant le regard de Pséma alors qu'il le tournait vers Athéna. Pourquoi celle-ci aurait-elle remis cet illustre présent à un chevalier qui n'est pas même de son propre camp plutôt qu'à son fidèle Capricorne ? Mais voir le grossier personnage brandir une épée eut tôt fait de le rassurer. Ce n'était qu'une pâle copie, une contrefaçon de ce qu'était la légendaire épée sacrée. S'il en émanait assez de prestige pour prétendre rivaliser de beauté avec l'origine, elle n'avait pu en saisir l'essence. Qu'importe ! Vraie ou fausse, ce n'était pas ce qui y aurait changé quoi que ce soit. Pour avoir déjà eu à l'affronter, il connaissait cette technique de combat – de même que presque toutes celles des Chevaliers d'Athéna. Ayant pris un malin plaisir à répéter qu'une même technique ne marche pas deux fois sur un Chevalier, ils auraient pu se douter qu'utiliser des techniques transmises de génération en génération finirait par leur jouer un mauvais tour...

« Ton bras est trop léger. Il sera dévié. »

Oui, il était sûrement le guerrier le plus ancien du Sanctuaire, avait vécu plus que de raison et vu tout ce qu'il y avait à voir. Et c'était ce qui le rendait aussi difficile à atteindre, comme le général arrogant allait bientôt s'en rendre compte à ses dépens. Nombre des Black Saints qui l'accompagnaient avaient péri sous les dragons de Dohko mais il en restait bien assez pour servir ses plans. Ayant utilisé les cadavres de leurs amis comme bouclier, on aurait cru qu'ils se relevaient d'entre les morts quand ils vinrent saisir les bras et jambes de Caedus. Déjà mal en point, ils ne tiendraient sans doute pas longtemps : certains se retenaient tant bien que mal de cracher du sang. Leurs armures fracassées prouvait que le Chevalier d'Or de la Balance n'avait rien perdu de son efficacité. Mais concentré sur la protection de la déesse déchue, il n'avait pas veillé à ce qu'ils soient tous exterminés... Une telle négligence risquait de leur causer quelques difficultés.

Mais soudain, le sol se mit à trembler. Si ses hommes parurent s'en affoler, ils ne lâchèrent pas prise ; Pséma lui-même y resta impassible. Les traits fermés, il semblait parfaitement préparé à tout ce qui était en train de se passer – ce qui donnait l'impression dérangeante qu'il savait à l'avance à quoi s'attendre. Un sourire fugitif éclaira son visage : de toute évidence, Poséidon et son soudain revirement étaient pour lui un amusement. Loin d'exulter cependant, il restait plus énigmatique que jamais, se contentant de le fixer comme si la divinité n'était qu'un jouet dont il tirait les ficelles. Ce qui n'était peut-être pas si loin de la vérité, tout compte fait : n'était-ce pas lui qui avait tout déclenché ? Continuant de soutenir son regard dans le but plus qu'avoué d'exacerber la colère qui l'animait, il regarda sans l'ombre d'une émotion son mur de cristal en train de s'effondrer.

« Puisse le sol trembler sous votre passage. » répondit-il sans autre forme de procès.

Et il s'en détourna, sans plus s'y intéresser. Les pions n'avaient pas fini d'avancer. Ce fut alors au tour d'Athéna d'entrée dans la danse, se consumant pour raviver les braises de ses pouvoirs éteints. Et elle y parvint, non sans en payer le prix fort. Pséma suivit d'un oeil attentif le trajet de la flèche de lumière qui vint se planter à ses pieds avant de déployer une cage dans laquelle il était censé se retrouver enfermé. S'imaginait-elle ainsi le rendre impuissant ? C'était le sous-estimer grandement. Caedus et Liana se trouvant à proximité, ils n'avaient pu qu'eux aussi en être faits prisonniers. Pensait-elle que le vaincre n'en serait que plus aisé ? Mais si ses hommes avaient agrippé le Kraken dans un ultime effort, ce n'était pas pour rien. Les traits éclairés par un sourire léger, il tira de l'étoffe un nouveau parchemin.

Soudain, toutes les armes que Caedus avait matérialisé se mirent à trembler. C'était un tour de passe-passe impressionnant qu'il venait de réaliser, mais il n'avait malheureusement guère fait que donner au Noir Bélier les moyens d'en finir. Comme chacun de ceux qui lui avaient succédé Pséma était passé maître dans l'art de la télékinésie, et toutes ces armes étaient dès lors pour lui comme autant d'amies. En un mouvement unanime, leurs lames convergèrent vers le frère et sa soeur, les menaçant comme il l'avait lui-même été un instant auparavant. Et pour cela, il n'avait pas même eu à lever le petit doigt. Il s'attarda sur le gardien du pilier Arctique. Ces innombrables épées faisaient sa fierté mais comme il devait se maudire que ses attaques aient une forme si concrète en ce moment... Pséma s'approcha de lui à pas lents.

« Soyez n’importe qui, n’importe quoi ; essayez avant tout. Faites tout ce dont j’ai envie. Car le temps n’existe pas en ces lieux, ni vous ni moi ne mourrons jamais. »

Mais avant qu'il n'ait pu le toucher, la flèche de lumière lancée par Athéna vint se ficher à ses pieds. Pséma n'esquissa pas le moindre geste de recul, pas plus qu'il n'y accorda son attention avant qu'elle ne déploie sa prison voltaïque. D'abord sans réactions, il se contenta pour finir de hausser les épaules à l'égard de ceux qui étaient venus le défier. De toute évidence, il ne tenait pas à sortir de cette cage dont les barreaux amoindrissaient sa liberté de mouvements, mais le gardaient à l'abri de la fureur sur le point de se déchaîner. Bien qu'il n'entende pas la quitter de sitôt, il ne demeura pas inactif. Le parchemin qu'il avait méticuleusement gardé de côté jusque là fut finalement déployé, et c'est le Kraken qui y fut exposé. Il n'eut pas le temps de discerner les inscriptions qui y figuraient avant qu'une vive lumière n'en jaillisse et lui donne l'impression d'en être transpercé de toutes parts.

Voilà qui châtierait son impolitesse à hauteur de la sottise qu'il avait amplement démontré. Qu'il ne puisse distinguer le document qu'à travers les barreaux ne semblait pas amoindrir son efficacité. L'onde dont il venait d'être frappé passait à travers comme si ce n'était rien et sans en perdre de sa puissance, qui s'étendait bien au-delà de ce qu'un mortel pourrait comprendre. Oui, cette lueur cuisante rayonnait d'un éclat véritablement divin, sans qu'il ne puisse le moins du monde se douter de son origine. Car après tout, il devait maintenant avoir d'autres choses en tête, et pas des plus joyeuses. S'il avait longtemps hésité sur l'usage à en faire, l'ex-Saint le lui avait finalement réservé dès le moment où il avait fait son entrée. Oui, ce serait, à n'en pas douter, le parfait candidat pour l'étrenner. Et il sut qu'il avait fait le bon choix quand il sentit les noires idées affluer à travers le cosmos de celui qu'il avait élu pour être sacrifié... Serein, il se tourna vers Liana et lui jeta une de ces phrases énigmatiques dont il avait le secret.

« Vois l'Homme, usé par ses remords et tenté par l'absolu, et apprends. »

Citation :
Le défi ne pouvant être géré dans ces conditions il est considéré comme nul et non avenu.

Caedus est sous l'effet Inversion du premier sceau du parchemin de Pséma. Tu dois lancé un D6 pour savoir s'il est activé ou non, sur 1/2/3/4, tu es possédé et te retourne contre Liana. Sur un 5 ou un 6, tu es immunisé.
Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 15 Avr - 20:58

bande de *****! Smile

EDIT: ET BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIM


Dernière édition par Caedus le Lun 15 Avr - 20:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 15 Avr - 20:58

Le membre 'Caedus' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'6' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Jeu 18 Avr - 1:15

Les lames brillaient de mille feux, reflétant les constellations des Chevaliers du Zodiaque qui apparaissaient l’une après l’autre au firmament des océans. Plusieurs centaines d’épées, lances et javelots, qui flottaient dans les cieux, toutes pointées vers leur ennemi, attendant un simple ordre de leur maître pour prendre sa vie. Mais alors que les soldats du Bélier Noir mourraient les uns après les autres autour du Kraken, dévorés vivants par une véritable armada de loups et de dragons, une présence familière vint se poster à ses côtés. Lorsqu’il se tourna vers elle, le Général de l’Arctique ne sut comment réagir, hésitant entre la surprise et la colère.

« Par les os noirs d’Hadès, mais qu’est-ce que tu fous ici Jaina ?! Retourne vite protéger ta Déesse, je m’occuperai de ce type tout seul !! »

Elle était sa raison de vivre. Sa raison d’exister. Sa raison de se battre. Et contre un tel homme, qui avait réussi à faire ployer un Dieu dont la puissance équivalait à Zeus, elle ne pouvait faire le poids, elle une simple Bronze. Caedus lui-même n’était pas aveugle. Vu la puissance cosmique tu type, c’était un combat dont il ne pouvait sortir vainqueur. Le tout était de gagner du temps.

Et comme toutes les femmes, sa sœur n’avait rien pigé à l’affaire !!!

Il voulu la saisir pour l’envoyer balader, mais il en fut incapable. Comme sortis de nulle part, les survivants de l’Armée Noire du Bélier attrapèrent ses mains et ses jambes, l’immobilisant sur place, tout comme Jaina et son familier. Le Kraken eut un rire bref.

« C’est une blague ?... »

L’enfer se déchaîna. Une dizaine d’épées s’animèrent, changeant soudainement de direction pour viser les assaillants. Elles furent catapultées, se transformant en un rayon de lumière tellement leur vitesse était impressionnante, avant de venir tailler en pièce les hommes de main du Bélier. Le sang gicla, alors que les cadavres chutaient les uns après les autres, délaissant le Marina, la Sainte, et le Loup.

Caedus allait renvoyer sa sœur d’où elle venait lorsque son attention fut attirée par l’aura de Poséidon. Se retournant à moitié, il n’en crut pas ses yeux. Son Dieu… N’était plus. Il était autre chose. Il était changé. Non plus la divinité des Océans, mais un véritable démon, dont le cosmos tentait de briser la barrière déjà largement effritée par Excalibur. Et la puissance de Poséidon était juste abominablement gigantesque. Le sol trembla tandis que d’énormes crevasses brisaient le Sanctuaire Sous-Marin, alors que le Dieu tentait de se libérer de sa prison.

Un autre cosmos se leva soudain. Athéna. Caedus, incapable de réagir ou de prendre la moindre décision face à la soudaineté des événements, ne pu qu’observer et admirer la magnifique présence de la Déesse de la Guerre et de la Sagesse qui s’éveillait à nouveau. Une véritable œuvre d’art, de puissance et de bonté, de chaleur et de rudesse, de robustesse et de douceur. Elle avait tout à la fois… Et sa simple présence éveillait le cœur des hommes.

Il en fut subjugué.

Jaina… Jacen… Maintenant, je comprends mieux pourquoi vous donneriez votre vie pour elle.

Cet instant d’inattention faillit lui être fatal. Grande fut sa surprise lorsque ses Lames se ruèrent soudain vers lui, refusant tout bonnement son contrôle mental. Distrait et hésitant avait été le Kraken… Et il payait cette erreur de manière immédiate.

Une pluie de destruction fonçait sur lui et Jaina. Une pluie de mort. Et il sut immédiatement qu’il n’aurait pas le temps d’en reprendre le contrôle.

D’un mouvement bref, le Général du Kraken attira sa sœur vers lui et se mit devant elle et son loup. Il leva une main vers le ciel, droit vers un millier d’épées de lumière qui allaient tout détruire sur leur passage. A une dizaine de centimètres de sa main tendue se créa alors une lumière terrifiante, éblouissante de pureté et vibrante de fermeté.

RHO… AIAS !!!!!


Les lames tombèrent. Véritable pluie de métal et de cosmos, les deux jeunes gens furent rapidement invisibles alors que le sol était réduit en charpie et que les explosions se succédaient, faisant trembler le Pilier du Pacifique Nord sous la violence des chocs répétés. Lorsque la dernière épée vint se planter dans le sol, et que le nuage de poussière fut désépaissi, les deux Chevaliers et la bête étaient encore debout. Au dessus d’eux, juste devant la main du Kraken, s’était matérialisé un magnifique Bouclier d’Or. La merveille avait réussi à repousser l’attaque, sans qu’une seule éraflure ne vienne entailler sa surface dorée et finement ouvragée, où se dressaient sept symboles identiques et bien connu : les blasons d’Athéna.

Deux des blasons étaient fendillés.

Le tout ne dura qu’une seconde. Déjà, le Bouclier d’Or commença à s’effriter, disparaissant peu à peu en se transformant en poussière d’or. Le Général, le souffle lourd, se retourna vers le Bélier Noir.

« Je vais te déf… »

Il y eut une brève lumière. Caedus resta immobile, les yeux dans le vide, stupéfait et choqué. C’en était trop pour lui. Le souffle rapide, le Général tomba subitement à quatre pattes. Son corps se mit à trembler. Ses muscles tressautaient de façon incontrôlable. Son visage, mélange de douleur et de surprise, était blême. Son cosmos s’éveilla, aura dorée et chaude qui vint l’envelopper.

Cosmos qui prit soudain de dangereuses teintes obscures.

Les yeux du Général changèrent de couleur passant alternativement du bleu à un jaune ocre maladif. Alors, l’homme se mit à crier. Un cri long et rauque, celui d’une bête portant toutes les souffrances d’une vie en un seul instant. Une nouvelle présence apparut sur le Sanctuaire Sous-Marin. Une présence disposant d’un cosmos gigantesque. Une aura plus froide que la mort, plus noire que l’âme d’Hadès lui-même, porteur d’une haine infinie. Porteur de la Mort elle-même. Alors que le corps du Général vibrait de sa guerre intérieure, son cri n’en finissait pas. Le sol explosa sous lui, tendis qu’un vent violent se levait.

Soudain, dans ce maelstrom de cosmos de lumière et d’obscurité, le cri cessa enfin. Il fut remplacé par un simple murmure. Des mots qui signifiaient tant… Et si peu à la fois.


« I am the bone of my sword… »

Une page fut tournée. Une victoire fut remportée. Peu à peu, l’obscurité battit en retraite face à la clarté de l’âme d’un homme. La mort disparut, ne laissant derrière elle qu’un soupçon de frayeur et d’abomination. Déjà, le Général se relevait, chancelant. Il parvint à faire un fin sourire carnassier au Bélier Noir.

« Il en faudra bien plus pour vaincre mon âme, salopard… »

C’est à cet instant que la flèche d’Athéna fit son office. Les éclairs de la Déesse se déployèrent, immobilisant l’inconnu, mais également le général qui fut pris dans son rayon d’action. Ce dernier se retourna, tentant d’évaluer la situation… Qui allait de mal en pis dans son dos.

« Athéna, mais qu'est-ce que vous foutez??? libérez-moi !!! »


Il souhaitait agir… Mais lorsque son regard se posa sur le Dieu Fou, il se demanda alors quelle décision il devait bien prendre. Poséidon ne semblait plus lui-même… Mais devrait-il aider les Saints à faire face à cette nouvelle crise ? Ou devrait-il respecter son engagement envers les Océans ?
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Jeu 25 Avr - 21:44

La Louve ne put retenir un petit sourire en coin à la vue de la réaction de son frère lorsqu'elle vint se placer à ses côtés pour unir ses forces aux siennes. Elle eut un léger haussement d'épaules, tandis qu'elle s'exprimait, tout en gardant un œil sur Pséma:

"- Comment ça ce que j'fous là? Tu plaisantes j'espère? Je laisse le soin à Dohko de protéger Athéna, d'autant plus qu'en combattant avec toi, je ne faillis pas à ma tâche de chevalier, bien au contraire. Et puis seul, bien que tu sois d'un rang Gold, tu ne t'en sortiras pas. En plus, je n'ai pas envie de voir ce traître pourrir la tâche que j'ai accompli il y a six ans de ça en te ramenant. Disons que je viens veiller sur mes intérêts."

Puis elle ajouta d'un air qui signifiait qu'elle n'était pas dupe quant au comportement du Kraken:

"- Ah et au fait, c'est gentil de t'inquiéter pour moi. Mais je ne suis pas aussi faible tu le crois. Tu devrais le savoir mieux que quiconque."

Assez parlé. Les jumeaux se tenaient face à leur ennemi commun. Tous deux avaient fait le choix de combattre le Bélier Noir. Cet homme qui se dressait face à ceux, qui, auraient pu être des frères d'armes, et qui allait jusqu'à oser profaner Athéna en la menaçant. Aux yeux de la Sainte, celui-ci était indigne d'avoir était le porteur de l'armure d'or du Premier Gardien, tout comme il ne méritait pas l'honneur d'avoir été Grand Pope. En cet instant, elle ne put s'empêcher de comparer Pséma à son Maître, et elle était heureuse que ce dernier n'ait rien à voir avec cette raclure des Enfers. Shion dégageait bien plus de noblesse et de grandeur d'âme que lui et pour cela, elle le respecterait et le suivrait jusqu'au bout.

Derrière eux, le combat faisait rage entre la Balance et les sbires de ce fantôme du passé. Elle pouvait ressentir toute la colère de Dohko qui accomplissait par ses actes son devoir de Chevalier et de Gardien du Sanctuaire. Mais bientôt une vague de puissance déferla sur les lieux, faisant trembler les fondements même du Monde. Cette aura destructrice émanait de l'Empereur des Mers qui tentait de se libérer de la prison dans laquelle l'avait enfermé. L’Ebranleur était de retour.

Toutefois, c’était sans compter sur le désir et la volonté profonde d’Athéna de protéger cette Terre pour laquelle elle se battait depuis des millénaires. A cet instant, sous le regard de tous, la Sagesse déploya
toute sa puissance afin de rappeler à son Oncle la promesse unissant les deux dieux. De trois coups, la Vierge guerrière martelas le sol, et de ces trois coups naquirent une flèche d’une lueur éblouissante qui vint à se figer aux pieds du noir Bélier. Une barrière avait été dressée au cœur de laquelle la Louve et son frère se retrouvaient emprisonnés.

Quelques instants plus tôt, les jumeaux avaient eu à essuyer l’attaque de Pséma. Dans une attitude toute fraternelle, la Kraken s’était placé entre elle et leur ennemi, invoquant, et ce, afin de les protéger, un bouclier qui n’était pas sans rappeler à la Sainte celui que portait sa Divinité, avant qu’il ne s’effrite et ne devienne poussière. Le chevalier s’apprêtait à entrer en scène, mais le Bélier fut plus rapide qu’elle. Sortant de sous sa cape un parchemin, le Parjure déploya toute la puissance de ce dernier sur le
jumeau de la Demoiselle.

« - Caedus !!!! »

La jeune femme se porta au-devant de son frère, venant poser une main sur l’épaule de ce dernier dans un geste qu’elle voulait rassurant. Elle pouvait sentir sous sa paume son corps trembler. Elle ne comprit ce qui se passait qu’à l’instant où le cosmos doré de son jumeau prit une teinte obscure. Alors la jeune femme devint livide. Lorsque les yeux dorés du Kraken se posèrent sur elle, elle ne put réprimer un mouvement. C’était impossible. Un cauchemar, voilà tout ce que c’était, et elle se réveillerait bientôt. N’est-ce pas ?

Le cri qui sortit de la gorge de Caedus n’avait rien d’humain, et glaçait les sangs. Ce rire, elle le connaissait. Elle l’entendait encore, quelques fois, dans ses nuits les plus sombres. Des images défilèrent devant les yeux de la jeune femme, d’une violence inouïe. Nul besoin de poser des questions, car elle savait pertinemment qui revenait de faire surface dans le corps de son frère. Allait-elle devoir à nouveau affronter ce monstre sanguinaire ? Revivrait-elle les fantômes du passé ? Elle était déjà prête à faire face. Jaina était déjà parvenue à ramener son frère par le passé, elle y parviendrait encore.

«- Jamais tu m’entends, JAMAIS, je ne te permettrai de te servir de mon frère comme d’une marionnette. Non pas encore !»

Ces mots étaient-ils destinés au Bélier ? A la sombre engeance qui reprenait possession du corps de son frère ? Aux deux à la fois très certainement. Déjà le cosmos bleuté de la Sainte l’enveloppait, et puis soudain, le cri cessa. Seul ne demeura qu’un murmure. Cette voix qu’elle aimait et chérissait. Alors le soulagement envahit la Louve. Son frère avait surmonté cette épreuve, et elle vint aussitôt se placer à ses côtés pour l’aider à se relever tandis qu'elle portait son regard azuré sur le Bélier.

"- Le seul homme usé par les remords et tenté par l'absolu que je vois ici n'est nul autre que vous."
Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Ven 26 Avr - 16:16

La puissance des différents chevaliers ne laissait qu'une seule émotion à l'intérieur de lui. Une joie intense qui ne pouvait pas être communiquée, une sensation bizarre, certes, mais qui était tout à fait normale. Les cosmos de deux Dieux, plusieurs chevaliers et un homme d'ombre, des cosmos si flamboyants et terriblement terrifiants. Quant à lui, il n'était qu'un simple hommes qui ne maîtrisait pas encore cette force de l'âme qui appelait tant. Il souriait, son voyage commençait en fanfare. Se trouver à côté de deux forces monstrueuses que ce sont Athéna et Poséidon à sa première rencontre, combien de personnes pouvaient se vanter de ça ? Comme un idiot, il regardait les différentes actions des chevaliers, le dragon d'émeraude terrifia les sbires de l'ancien Saint du Bélier, les deux autres continuaient à affronter Pséma.
Que pouvait-il faire pour aider à arrêter ces inepties ? Surtout à son pitoyable niveau...
Athéna lui avait demandé de s'écarter, de la pure folie ? Ou de la pure bonté ? Venant de la déesse de la Sagesse, cela devait sûrement signifier qu'elle prendrait soin de tous les humains, quel qu'il soit. Louable, mais impossible... Impossible.


Il voulut crier '' Ne vous occupez pas de moi, je peux endurer ça... ", mais... Il n'était qu'un pauvre homme qui ne savait rien, et ne connaissait presque rien.

« Vous êtes une femme et une Déesse surprenante ... Athéna » chuchota Suoh, si faiblement. Il regardait péniblement la douleur qu'Athéna possédait en elle. Encore une fois, il ne pouvait rien faire... Non pas parce qu'il n'avait pas la puissance pour protéger quelqu'un, mais parce que mère nature est inarrêtable ou presque.

« Les sentiments d'ue femme sont si beaux ! N'est-ce pas ? » Philosopher dans ce genre de moment... Une chose bien paradoxale, surtout en ce moment. Poséidon quant à lui était enfermé dans une cage de cristal. Si belle et dévastatrice. Le Dieu ne pouvait user de toute sa force pour la briser... À travers les différentes détonations explosives de la terre, Suoh essaya de se rapprocher d'Athéna avec difficulté, mais il ne pouvait faire aucun pas. Le cosmos de Poséidon était trop fort, en tout cas pour lui. Les vibrations le laissaient de marbre comme un poteau électrique dans un champ de blé.

Le jeu du chat et de la souris commençait. Athéna déploya son immense cosmos de lumière et envoya sans crier gare une belle pénitence au chevalier noir du Bélier. Emprisonné, mais pour combien de temps ?
Vu la puissance du chevalier, cela ne durerait sûrement pas longtemps. Suoh regarda la déesse de l'espoir s'approcher du Dieu marin en l'encerclant de ses mains douces. La colère de Poséidon grondait encore, la seule idée qui lui était venue en tête était de ...


« Les femmes ne doivent pas prendre de risques inconsidérés... »

Il s'élança sur quelques mètres et se projeta en avant, le poing levé. « DIEU DE LA MER, Poséidon !!! » Son poing toucha le visage de son Dieu protecteur.

« Je ne veux ne pas avoir de regret, je ne suis qu'un homme incapable, mais, si ma force suffit pour vous faire reprendre vos esprits, et ce même si je meurs en essayant de vous sauver. »

Il ne s'arrêta pas là. Ses poings remplis de rage frappaient encore et encore Poséidon.

« Ce sentiment de colère, n'est-il pas considéré comme humain ?! Je pensais que le Dieu marin avait une mission bien plus importante que celle de détruire son propre royaume. »
Le dernier coup enragé fut porté avec du cosmos rougeâtre.


« Je vous ai dit que je donnerais ma vie... Cette pitoyable vie qui est la mienne... Sauf que ce Dieu orgueilleux qui se trouve devant moi ne mérite pas qu'on se sacrifie pour lui »
C'était un mensonge, car, il était du même genre. Il pouvait s'énerver très vite, mais, ce n'était plus la même force qui était mise en jeu, surtout celle venant d'un Dieu énervé.
Suoh souriait de nouveau. Son corps ne tremblait pas, il ne pouvait pas. Certes, avoir peur en ce moment serait totalement légitime, mais, s'il le montrait, il ne pourrait pas se regarder dans une glace.


« Si vous êtes vraiment une déité, contrôlez votre pouvoir avant de tout détruire ! Cria celui-ci à pleins poumons »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Lun 29 Avr - 12:24

Un cours instant, une lueur d’incompréhension dansa dans le regard de jade de Dohko alors que Sōgyo s'éveillait du corps de Poséidon. L'hôte songea t-il, qui, comme cela avait été le cas pour Mashia, semblait reprendre ses droits sur son propre corps. Était ce là le pouvoir du chevalier noir du Bélier ? Ou des chevaliers noirs en général ? Après tout, Athéna n'avait elle pas subit pareille sort ? Son regard se braqua de nouveau sur la silhouette anthracite de Pséma comme pour y trouver des réponses à ses questions.

« Quel est ton pouvoir Pséma... ? Quel est ton dessein ? »

De nouveau, tout s’échappait. Des grains de sables impossible à saisir, de l'eau qui s'écoulait entre des doigts désireux de l'emprisonner mais n'y parvenant guère. Le cours du temps restait inaltérable, était ce la même chose pour le destin ? Celui ci se répéterait il à tout jamais, les emprisonnant dans son cours sans qu'il ne puisse s'en défaire ? Ce n'était pas qu'une impression à ses yeux tant l'histoire semblait se répéter. Son engagement auprès de son amie n'en était qu'un premier parmi tant autre, la suite aurait raison de son raisonnement. Après Athéna, s'était au tour de Poséidon de sombrer dans un gouffre fait de colère et de violence, prit dans la folie la plus perfide, celle accompagnant les rage divine. Un tremblement de terre accompagna son déferlement de puissance, et le chevalier n'eut qu'un instant pour s'y préparer et ne pas chuter face à ce pouvoir. La colère du dieu des flots se faisait aussi sombre que les ténèbres, écrasante et démesurée, ne soufflant nul comparaison avec une simple rage humaine.

Il lui semblait qu'il y avait dans ce cosmos, la même fragrance de folie qui avait assombrit l'énergie bienfaisante de sa propre déesse. Le regard de la balance s'attarda sur la jeune femme qui s'était accrochée à son bras un instant. Il ne voulait pas qu'elle s'approche de l’ébranleur. Dans cet état qui semblait être le sien, elle qui portait sur ses épaules une charge qui lui semblait bien trop lourde, s'approcher du cœur du tourment. Trop proche. Trop dangereux. Il demeura au coté de la belle dès lors que celle ci se dirigea vers lui et le jeune homme du nom de Suoh qui venait d'arriver au milieu de la tourmente, délaissant les chevaliers noirs qui avaient succombé à ses dragons d'émeraudes. Ceux ci restaient dans l'ombre de son cosmos, prêt à s'élancer dès lors qu'il en aurait l'usage. Et il valait mieux dans cette situation se tenir prêt à agir. Et en l'occurrence, protéger l'hôte de sa déesse tutélaire. Sa précieuse amie.

« Tu ne devrais pas trop t'approcher toi non plus Mashia...»

Une simple mise en garde pourtant, lui même ne pouvait rester les bras croiser à attendre que le maître des flots ne décide à attaquer et provoquer plus de dégât encore. Sa colère était toute braquée sur le chevalier noir du bélier mais le risque était grand qu'il y ait des dommages collatéraux, comme le laissait déjà supposer le séisme violent qui avait sévit. Pourtant...

« Mashia ! »

Dohko délaissa tout autre préoccupation pour s'occuper de la belle à genou, en proie à une souffrance sans nom. Sur son visage délicat se lisait la pire des douleurs, si violente que celle ci tourmenta sa propre âme, apposant sa sombre griffe sur son cœur. L'empathie pouvait être un fléau. Sa main se posa sur son épaule, pour essayer stupidement et en vain, de lui ôter une partie de son fardeau. Il aurait tant désirer souffrir à sa place ! Tant voulut prendre cette douleur qui ravageait son corps pour la faire sienne ! Un vœu absolu et si inutile pour l'heure.

Mais bientôt, elle ne fut plus. Comme l'eau qui s'écoule invariablement, le monde reprenait ses droit. Le chevalier d'or s'écarta de la belle à genou dès lors que son armure se délitait et que ce cosmos familier reprenait ses droits dans ce corps. Athéna. La déesse de la sagesse faisait son grand retour. Un instant de trouble dissipé comme un nuage par le vent. Alors...Il songea à cette mission première, celle que l'autre lui avait fournit. N'était ce pas là la preuve que la divinité à ses côtés étaient la bonne, comme l'avait supposé Kappa ?

Elle attaqua même si cela ne signifiait qu'un enfermement pour Pséma, une prison de foudre, et tous les protagonistes semblèrent alors uniquement obnubilé par ce combat de volonté entre les dieux. Elle l’appelait à la raison, alors que les foudres du dieu des mers ne semblait se tarir. Ils étaient spectateur. Seulement ? Pas réellement puisque cela empêcha nullement le chevalier noir d'attaquer l'un de ses adversaires attitré – le frère de la louve. Une attaque qui échoua mais le mal était là.

« Ce parchemin...»

Il lui semblait que Ceridween avait parlé d'un tel pouvoir. Était ce eux la clé de voûte ? Il connaissait les pouvoirs accordé au parchemin divin, les sceaux protecteurs d'Athéna en faisait foi, mais était ce un dieu qui avait maudit ces papiers ainsi utilisé par les guerrier en armure noir ?

Pourtant, il ne pouvait réellement quitter des yeux la nouvelle bataille, celle sévissant entre deux divinités majeur se faisant face, l'une appelant l'autre au calme alors que la rage régnait dans le cœur de l'autre. Et celle d'un autre protagoniste, extérieur mais pas vraiment. La douleur de sa Déesse était palpable et son coeur en était troublé - elle restait elle. Si Suoh s'attaqua à son propre dieu, Dohko choisit de soutenir sa Déesse. Ne lui avait il pas dit qu'il serait toujours à ses côtés, qu'il la soutiendrait même si pour se faire, il devait détruire sa propre âme ? Sa volonté était aussi pure que l'éclat des étoiles, et le chevalier d'or fit brûler son cosmos en apposant sa main sur l'épaule d'Athéna. Même si l'éclat d'émeraude de son cosmos n'était pas aussi éclatant que celui de la divinité, faisant pâle figure à ses côtés, le guerrier puisa dans ses forces, dans son propre cœur et au fin fond de son esprit de quoi lui venir en aide dans sa tâche. Les silhouettes draconiennes étaient là, subtiles, souvenirs d'un maître et d'une présence aussi majestueuse qu'apaisante pour ceux le connaissant.

Son cosmos se faisait alors soutien pour la belle déité à la chevelure écarlate, soutenant sa silhouette pour éloigner sa douleur, la partager avec lui, au moins une infime partie. Il l'aiderait même si pour cela, son corps brûlait de cette rage qu'il pouvait sentir à travers ce lien. La rage effroyable d'un dieu. Le chevalier serra les dents, supportant pour décharger un peu de cette souffrance à celle pour qui il avait voué sa vie.

Prends le. Utilise mon cosmos pour lutter et le ramener à lui. Je te soutiendrai. Toujours.


Dernière édition par Dohko le Jeu 29 Mai - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Jeu 9 Mai - 0:46

Silencieux. Les paupières du Dieu des Océans tombèrent sur ses iris d'un bleu turquoise pour tomber entre les bras du jeune homme qui venait de le sermonner comme un enfant. Dans une grande plaine battue par les vents, un homme se tenait debout et observait l'horizon, le Dieu ne comprenait pas pourquoi mais il était arrivé dans un coin de son propre esprit. C'est alors qu'il vit cet homme, sa longue chevelure rousse et son minois tout enfantin le fit trembler tant il comprenait que trop facilement la raison de cette présence. Portant une longue toge blanche, sa cape claquait dans le vent et quand il se retourna, les pupilles du Dieu s'écarquillèrent en voyant cette poitrine maculé de sang. Des lambeaux de tissus ensanglantés se mélangeaient avec le sang séché, Poséidon s'affaissait alors quand les bras de cet inconnu l'entourèrent pour le tenir debout.

" Monseigneur ! Vous ne devez pas...

- Astre... Comment ?...

- Ne vous ai je pas dit que je serai toujours à vos côtés malgré les distances et la mort ! Vous avez assurer la protection de mes enfants, de ma femme, laissez moi assurer la protection de votre corps, reposez vous un instant dans ce coin de paradis que vous m'avez offert pour empêcher mon âme de tomber dans le Cocyte... "


La main du Dieu reprit alors vie pour prendre le poignet du jeune homme qui avait l'impudence de l'avoir frapper. Une poigne ferme et douce en même temps, la chevelure du Dieu changea peu à peu de teinte pour prendre les teintes du lever du soleil, d'une rousseur éclatante d'un début de nuit. Tenant de son autre main le trident d'or, le cosmos du Dieu des Océans avait disparu à l'appel de deux femmes et cet appel l'avait réveillé de son sommeil, lui avait donné le cosmos nécessaire pour reprendre les armes au nom de son seigneur et Maître. Il se retourna alors vers Athéna avec un regard aussi doux et attentionné qu'une belle nuit sur une plage chaude et heureuse.

D'un signe de la tête, il invitait le jeune Suoh à reculer de quelques pas alors qu'il s'agenouillait devant la jeune femme qui était celle qu'il avait aimé une nuit de printemps, il y a de cela bien des années. Le regard de la jeune Mashia ne pouvait se cacher dans celui d'Athéna, ils formaient une unité que le jeune roux pouvait voir avec discernement et plaisir. Il était satisfait de la savoir encore heureuse. Il détourna alors le visage vers le chevalier de la Balance et afficha un sourire candide que lui seul pouvait avoir dans ce genre de moment pourtant des plus dramatique. Il se releva lentement en tenant fermement le trident entre ses doigts, le temps n'était pas encore de tout expliquer, le temps n'était pas venu de fêter des retrouvailles avec ses amis : Ses Marinas, Caeron, Shion, Mashia.... Tant de souvenirs et pourtant tant de temps perdus à contempler l'échec de son existence, cependant, il les avait aimé avec tendresse.

" Chevalier de la Balance, votre devoir est de protéger cette femme, comme le mien est de protéger mon seigneur et maître pendant un bref instant, dame Amphitrite m'a donné le moyen de revenir par la résonance de trésors anciens... Je n'ai que très peu de temps, Poséidon est encore pris dans la tempête de cette étrange malédiction, je ne serai l'arrêter plus que cela... "

Son regard changea alors qu'il regardait le Bélier noir. Comment ce misérable pouvait porter l'armure de son ami ? De son Frère d'armes ! Il leva le trident avec noblesse pour le pointer sur le bouclier d'or qu'avait créer Athéna. Il se brisa en milliers de morceaux à la surprise générale. D'un autre geste de la main, il propulsa le chevalier noir à quelques mètres en arrière en envoyant une orbe bleue dans son abdomen. En quelques instants, il arriva aux côtés du Général du Kraken et l'observa avec une douceur triste. Sa main se posa sur l'épaule de ce dernier pour lui faire un sourire.

" Général, j'ai bien connu ton prédécesseur, je t'invite donc à choyer cette écaille de toute ton âme comme je l'ai fait moi même. Tu mérites mon amour et ma tendresse, soit fier et bats toi pour le seigneur Poséidon ! Moi, Astre, Prêtre de Poséidon, je te donne mon dernier et ultime ordre, bats toi et détruis les ennemis de notre sanctuaire... Car tant qu'il vivra, ce monde sera en danger avec notre Dieu pris dans ses propres turpitudes et ses propres faiblesses si proches de l'âme humaine... Jeune louve, le sang des Atlantes coule dans tes veines, montres toi digne de combattre pour tes idéaux ! "

Alors que la jeune femme, peut-être surprise par l'apparition de cet homme dans le corps de celui qui était encore Poséidon quelques instants auparavant, sentait une légère caresse de la paume du Prêtre sur sa joue, il entendit la mer qui se calmait comme dans un coquillage. Tout le cosmos du jeune Astre transpirait une quiétude et une douceur sans aucune once de malignité. Il savait que ses minutes étaient comptées, que le temps de son retour ne durerait que le temps de la résonance des deux trésors du peuple de Mu. Mary ? Ann ? Oui, elles étaient les responsables de tout cela en définitive et ses lèvres esquissèrent un léger sourire enthousiaste. Le monde continuait de vivre avec force et célérité, et même sans sa présence, il en était heureux.

Chancelant un peu, il prit appui sur le trident pour ne pas choir sur le sol. Son cosmos devait sans cesse lutter pour maintenir Poséidon en état de sommeil le temps que cette folie cesse, mais cela ne durerait pas longtemps, il lui restait trop peu de temps encore, trop peu... Ses doigts se serrèrent sur sa paumes pour laisser une filet de sang couler sur le sol, Astre était de plus en plus exténué par la violence de son retour, son âme était pourtant la dernière rempart que dame Amphitrite avait placé pour sauver Poséidon de toute action d'Athéna - on n'est jamais sûr de rien après tout - mais surtout de celui qui avait été responsable de sa propre mort...

" Mashia.... Altesse plutôt.... Le pauvre Sogyo, hôte du seigneur Poséidon, souffre avec moi de tout cela, nous n'aurons pas beaucoup de temps pour agir. Mais sachez que.... Peu de temps avant que Poséidon ne se réveillasse dans mon corps actuellement au temple de Poséidon,.... a été maudit par une force inconnue qui a tenté de s'opposer à notre retour.... Dame Amphitrite, Moi même.... avons dû sacrifier nos vies pour permettre à notre Seigneur de revenir... Mais cet homme, ce Pséma, semble entrer en résonance avec ce mal qui fait souffrir le Dieu des Océans... "

Dans un moment de solitude, le corps du prêtre lâcha le trident qui frappa le sol dans un éclat métallique. Pourquoi la vie n'était pas si douce ? Pourquoi ne pas revenir à ce jour où il entrait dans le temple du Bélier en compagnie de Caeron ? Pourquoi la mort avait rôdé sur son chemin ? Lui, il n'avait voulu que la paix... Et cette paix, enfin à porter de mains, risquait d'être briser par la folie de son Dieu, la déesse des Flots et lui même n'allaient pas le permettre sans se battre. Il ferma les yeux et son corps tombait... Qui allait le retenir ?

Citation :
HRP : Pséma est libéré !





Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Dim 12 Mai - 20:05



Reviens... °~






=> Pilier de l'Antarctique


Dans l'immensité de ce ciel aqueux, une étoile rouge évoluait. Celle-ci ne tarderait pas à être précipitée hors de cette trame obscure et inquiétante. J'étais cet astre carmin qu'une main invisible et moqueuse malmenait à sa guise avec un sadisme certain. Depuis mon envol, un besoin inexpliqué m'amenait à utiliser mes dernières forces, à faire battre mes ailes au rythme effréné de mon cœur.
Celui-ci me commandait de me hâter vers cette force familière et rassurante qui était apparue. Ce sentiment qui grandissait en moi s'appelait l'espoir. Espérance me faisant ignorer les dangers que j'encourrais à me précipiter ainsi. Était-ce la fatigue de mon âme ou de mon corps qui me fit dégringoler du faux ciel ? Les deux je crois. Mes prunelles se figèrent avant d'être cachées par le voile de mes paupières. Je chutais, encore, toujours.
Trop éreintée pour lutter contre mon propre Destin.

Une étoile tombait, maudite par ses sœurs.

Finalement, peut-être n'aurais-je pas dû passer ce pacte stupide avec le Chevalier des Poissons. Et écouter ma nature. Le regret était ma pire ennemie, même maintenant que je gravitais entre la conscience et l'inconscience. La nuit m'enveloppait tandis que mes ailes se figèrent avant de m'envelopper dans un cocon d'or. Il faisait chaud, il y avait quelque chose de rassurant dans l'air. On murmurait mon nom. Mon nom véritable. Satine.

Satine.

Puis un visage m'apparut. J'ouvris grand les yeux, déployais mes ailes et mon cosmos.

« Astre ! »

Avec lenteur, je me réceptionnais au sol telle une plume, un ange déchu rejeté de la trame céleste. J'étais maculée d'un sang séché, poisseux encore par endroit : mais mon visage n'exprimait que la surprise. Cette espérance me faisait trembler de la tête aux pieds. J'avançais vers une illusion, les mains tendues. Il tituba, je sautais en avant faisant fi de mes muscles qui hurlaient sous le coup de mes prompts mouvements. Avant qu'il ne touche le sol, j'étais là, près de lui, le serrant fort contre mon cœur qui s'emballait.
Ce n'était pas un rêve, je pouvais le toucher. Humer le doux parfum de ses cheveux de feu, les caresser dans un geste tendre et familier, anodin, comme j'en avais l'habitude autrefois. Les autres autour de moi ? Ils n'avaient jamais existé. Il n'y avait que nous. Égoïstement je nous fermais au monde, usant de mes grandes ailes dorées pour nous soustraire à la réalité. Une bulle que je savais éphémère. Mes grands yeux turquoises étudièrent les siens comme pour sonder le fond de son âme.

« Please my love, ne m'abandonne pas, pas encore.. » susurrais-je à son oreille en laissant échapper quelques larmes, autant de perles salées qui allèrent s'écraser contre sa joue pâle.

Pourquoi le Destin devait se montrer si cruel envers nous ? Envers moi qui devait vivre la mort de mon époux ? L'essuyer une seconde fois ? Je me consolais comme je le pouvais en me disant que cette fois, j'étais près de lui. Là où je devais être la première fois déjà. Avec une infime précaution, je pris son visage d'une main, soulevant son menton vers mon visage. La seconde main alla chercher ses doigts pour qu'ils se nouent ensemble. Je le regardais s'en aller, impuissante, me laissant aller à mon désarroi au creux de son cou. Je vivais une amère défaite, un cauchemar, luttant avec le peu d'armes que je possédais en fin de compte contre la Mort : des bras aimants, un cosmos chaud et apaisant, un sourire vrai mais dénaturé.

« Non, ne me laisse pas Astre... » sanglotais-je en réveillant inconsciemment l'énergie de ma Stella Rubius. Un manteau écarlate nous recouvrit lui et moi. Ô je songeais à ma sœur, car je ressentais aussi sa présence, aussi étrange que cela pouvait paraître. Elle aussi, quelque part, devait ressentir ma peine immense.

« Ne part pas. »

Comme si j'avais une quelconque autorité sur le déroulement des choses. Ô pauvres Sisyphes que nous sommes, pauvres mortels ! Je n'étais hélas pas épargnée.

« Tu te souviens de cette fois là, sur l'île de Circé ? Ah, ah ! Oui, où j'étais venue te botter le cul parce que tu sortais plus de ta chambre ? Il y avait bien que moi d'ailleurs, qui ai réussi à te faire manger... en t'explosant des assiettes sur la gueule ! » Une pause durant laquelle je caressais sa joue en me remémorant la scène. « Tu te souviens ce que tu m'avais dis ? Tu m'as dit « merci », tout simplement merci... tu me remerciais de prendre soin de toi, comme ça, sans rien demander en retour. Et qu'est-ce que je t'avais répondu ? Oh, un truc bien de mon cru sans doute. Le fait est que ce fut à cet instant que cela m'est apparut comme une évidence : que je t'aimais, et ne cesserais de t'aimer chaque jour que Dieu nous donnera. Et puis... et puis... tu m'as été arraché une première fois sans que je puisse être à tes côtés. »

Quels étaient ces éclats que je percevais dans tes yeux ? Des étoiles que je pouvais capturer aux coins de tes yeux. Mon étreinte se resserra autour de son corps. Je ne voulais pas, c'était au dessus de moi. Je nous revoyais six années plus tôt, six belles années où nous nous sommes aimés, connus des moments de liesses, comme de peines.

Vécus.

Très peu de temps s'était écoulé au final, c'était une éternité qui venait de passer pour moi.

« Reviens. »

Doucement, je me penchais vers mon bien-aimé pour capturer ses lèvres. J'avais bien le droit à un dernier baiser, non ? Un ultime au revoir.

Avant que l'enchantement ne prenne fin.


Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Dim 19 Mai - 18:37



Retour°~



Dohko. Il serait toujours là, toujours présent à ses côtés. Telle une statue de marbre gardant l'entrée d'un Sanctuaire. Cette image lui convenait parfaitement, car il demeurerait immuable. À jamais à ses côtés à l'aider, lui apporter un soutien inébranlable. Elle s'était tournée vers lui pour lui offrir un regard plein de compassion, de tendresse mais aussi de regret. Drôles de réminiscences. Car ce voyage entre deux eaux ne cesserait pas encore pour elle. Mashia. Athéna, pour l'instant, cela paraissait être assez indistinct. C'était ainsi que les âmes devaient se confronter. Mais pour elle, la souffrance n'était plus. Elle se sentait de nouveau investie de sa toute puissance, comme aux premiers jours. Une. Athéna reporta son attention quand une énergie familière surgit d'un seul coup sans prévenir. Un coup du Destin frappant à la porte. Sous ses yeux grands ouverts par la surprise, Poséidon se redressait. Non, ce n'était plus tout à fait lui. Et ces cheveux roux qui cascadaient à présent sur ses épaules ? Impossible ! Interdite devant le retour du Prêtre de Poséidon, la Déesse l'écouta, l'observa sans oser rien dire. Ce visage angélique, ce sourire d'enfant... oui, il n'y avait pas de doute possible.

« Astre ? » murmura t-elle comme incertaine. La gorge nouée par l'émotion, elle ne faisait même plus attention à ce qu'il se passait autour d'elle, pas même quand Pséma fut libéré de ses chaînes. Muette, la divinité restait songeuse. Jusqu'à ce qu'une étoile descendit du ciel. L'apparition d'une femme aux cheveux aussi flamboyants que les siens la complaisait dans ce mutisme dans lequel elle s'était enfermée. Elle se souvenait. « Astre... »

La réalité présente était bien dénuée de sens. Mais son instinct lui criait de laisser ce couple à leur au-revoir déchirant. Spectacle qu'elle comprenait et partageait. Comme elle était triste de les voir ainsi enlacés tandis que l'ombre de la Mort planait au dessus d'eux. Or, c'était ainsi, même Athéna ne pouvait revendiquer la décision des Destins. Son âme criait vengeance. Son visage tantôt marqué par une profonde et sincère tristesse, se mua en un masque d'intense colère qui ne lui ôtait rien de sa grâce divine. Marchant d'un pas vif et décidé, la divinité de la Raison rejoignit le frère et la sœur pour se poster à leurs côtés. Le regard mauvais et foudroyant Athéna s'adressa à l'assassin sans détour.

« Ainsi, c'est toi qui est à l'origine de tout ceci ? J'ai été idiote de penser que nos chemins ne se recroiseront plus Pséma !» cracha t-elle en s'armant de sa lance divine. « Mais nous ne te laisserons pas faire ! »

Il ne tarderait plus à se relever de l'assaut porté à son encontre. Même si elle ne comprenait pas le geste du Prêtre de Poséidon, il devait exister une raison pour qu'il ait ainsi détruit les chaînes qui retenaient Pséma. Son bouclier avait été levé si simplement, que sur le coup, perdu dans ses songes, elle n'avait pas fait attention. Désormais toute absorbée à la réalité, la Déesse de la Sagesse ne dit plus rien, attendant le prochain geste du Chevalier Noir. Peut-être aurait-il des révélations à leur faire ? Même si maintenant, Athéna se doutait fortement de quoi il retournait...

Le silence était le maître mot. Il s'installait entre les différents protagonistes. Seuls au loin, des échos de luttes. La bataille pour reprendre les terres de Poséidon se poursuivait tandis qu'eux, se dressait devant le Bélier Noir. Sans doute l'une des clefs de voûte de cet odieux manège.

Sombre et invisible machination !
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Pséma


Black Saint
avatar

Messages : 36
Armure : Bélier

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Ven 24 Mai - 5:15

Après quelques minutes passées à se tordre de douleur, Caedus se releva finalement indemne. Le parchemin n'avait pas eu d'emprise sur lui, ou plutôt il avait été capable de s'en défaire au prix d'un effort considérable. Le fait qu'il ne soit pas inconnu à ce genre de possession devait avoir un rôle à jouer dans l'aisance qu'il avait eu à s'en libérer – Pséma estimant qu'il s'en était encore tiré à bon compte. Loin de ruminer son échec, le renégat laissa l'artefact se désagréger tandis qu'un léger sourire étirait ses lèvres. Aussi mystérieux que de coutume, il posait sur son vis-à-vis un regard facétieux. Que pouvait-il bien avoir en tête ? Impossible de le dire, même pour Athéna qui pourtant l'avait eu à ses côtés des années durant.

En des siècles d'existence, le Noir Bélier avait changé. Pas pour le mieux, diraient certains. D'aucuns tendraient à prétendre que c'était pour le plus grand bien. Qui pouvait vraiment savoir, sinon lui ? Et bienheureux celui qui parviendrait jamais à déchiffrer son esprit complexe et ses indicibles idées... Toujours était-il que le Kraken lui avait échappé, mais que cela ne le contrariait pas le moins du monde. À la vérité, si l'on en croyait sa physionomie, c'était même tout le contraire. Qu'il ait été de taille à s'en sortir était une bonne chose en vérité. La nouvelle génération n'était peut-être pas perdue après tout... C'était bon à savoir. D'un pas si leste que l'on aurait pu croire qu'il flottait en suspension dans les airs il se rapprocha de sa « victime » et lui saisit le menton entre ses doigts pour l'obliger à relever la tête.

Puisqu'on lui en donnait l'occasion en les enfermant tout deux dans le même cage, autant en profiter pour faire connaissance, non ? De son côté, déjà épuisé par le rude combat qu'il avait dû à livrer, fut-il psychologique, Caedus était réduit à l'immobilité – comme pris au piège dans une gigantesque toile d'araignée. Pour autant, aucun lien n'était visible et rien n'aurait permis de les discerner. La sensation qu'il devait connaître en ce moment n'était pas sans rapport avec le sentiment qu'aurait un enfant en se dressant face à un adulte. Cet homme était un diamant brut, à n'en pas douter, et Poséidon avait fait un choix pertinent en le prenant sous son aile... Mais il avait encore tant de choses à apprendre ! Trop de choses. D'un mouvement du poignet, l'ex-Grand Pope accepta de le relâcher, le laissant pantois à cet endroit.

Le temps d'apprendre à vivre, il est déjà trop tard. murmura-t-il, un rien de tristesse dans la voix.

Les mots de Liana ne furent qu'un coup d'épée dans l'eau tant il parut ne pas les entendre. Ses interdictions n'étaient que paroles dans le vent. S'il avait délibérément choisi d'avoir recours à ces parchemins plutôt que d'user de ses propres pouvoirs, c'était pour les ménager, étaient-ils donc incapables de le comprendre ? La Louve ne considérait vraisemblablement pas la chance qu'ils avaient qu'il se montre clément à leur égard. Après tout, il était vrai que les novices ne le connaissaient pas. Seules les deux divinités pouvaient se faire une vague idée du danger qu'un homme tel que lui devait représenter. N'était-il pas au courant de tous leurs petits secrets ? Un léger soupir échappa à ses lèvres tandis qu'il se tournait vers elle pour croiser son regard. Mais malgré cela, il paraissait ne pas la remarquer et regarder le monde à travers elle. Il voyait au-delà. Il rêvait d'un autre monde.

Vous êtes les pantins reliés aux fils de ma manipulation. Marionnettes et fils malsains, il n'y a aucun avenir au creux de ma main.

Ce qui pouvait en apparence ressembler à une provocation n'en était pas vraiment une. Si l'on aurait pu le croire, il suffisait de prêter attention à son expression de parfaite quiétude. Mais... Saurait-elle passer outre sa colère pour s'en apercevoir ? Ce n'était pas dans la nature de l'ex-Saint de s'épancher en de puériles querelles. Sans plus s'attarder sur elle, il accorda toute son attention à Suoh. Bien qu'il n'ait pas levé les yeux sur lui une seule fois, il savait avec la plus grande exactitude ce que celui-ci était en train de faire et le moment où il se retourna fut celui où l'apprenti venait de porter un coup au visage de Poséidon. Le sourire du traître s'élargit d'un rien au moment où l'apprenti parut toucher au but. Pas même d'armure, et pourtant téméraire au possible. Il avait l'âme d'un brave...

Quel dommage qu'à ce rythme, il ne puisse vivre assez vieux pour en être encensé. Le geste était louable, mais les conséquences risquaient fort d'être catastrophiques. Rien qu'il n'ait été en mesure d'anticiper, cependant... Et puis, que risquait-il, bien à l'abri dans cette prison que l'on avait bâtie exprès pour lui ? Il n'était qu'un spectateur. Un chef d'orchestre qui n'avait qu'à agiter son bâton de direction pour que la mélodie se plie à son commandement. Chacun d'eux n'était qu'un faisceau pour qui il jouait le rôle de prisme déformant afin de leur faire devenir ce qu'ils avaient toujours été au fond d'eux. Un libérateur. Bientôt, ce fut vers Dohko que se porta son intérêt – et avec lui la réponse qu'il attendait, même si elle risquait de ne pas lui plaire ne fut-ce que parce qu'il ne daigna pas l'expliciter plus avant.

Pour écraser la déception du passé, j'ai fait un sacrifice pour le futur. Jusqu'à ce que ma vie touche à sa fin, je vais briser cette destinée.

Contrairement à son précédent dialogue avec la Bronze Saint du Loup, il était cette fois tout à fait concentré sur le Chevalier de la Balance. Celui-ci avait, semble-t-il, réussi à remplir toutes les conditions pour qu'il s'intéresse à lui. Était-ce vraiment une bonne chose ? Pas vraiment. Et il ne tarderait pas à l'apprendre à ses dépens. Sa sollicitude envers sa déesse faisait plaisir à voir... Trop pour être innocente, à la vérité. Même s'il était de notoriété publique que tous les Saints portaient à Athéna un amour sans bornes, ce n'était assurément pas de ce genre d'amour dont il était question pour la plupart d'entre eux. En cela, le gardien de la Septième Maison faisait figure d'exception. Ce qui ne le rendait que plus dangereux, car sa pugnacité en serait d'autant renforcée. Mieux valait l'éliminer dès maintenant, sans quoi il serait un obstacle de plus.

Mais malgré la portée extravagante de ses pouvoirs, ce ne serait pas chose facile en présence d'un tel nombre d'invités. Fort heureusement, la métamorphose du Dieu des Mers lui apporta sur un plateau la diversion dont il avait besoin. Un léger froncement de sourcil accompagna d'ailleurs cet imprévu. Avec le poids des années et l'accroissement de ses capacités, il n'arrivait à voir le mouvement des étoiles qu'avec plus de précision. Aussi était-il rare que quoi que ce soit puisse le prendre de court. Que cela arrive – ce qui tenait du miracle – n'en était que plus déplaisant. Un mal pour un bien. Non sans un dernier regard pour la crinière de feu qu'arborait désormais l'Ébranleur de Sol, le Guerrier des Temps Anciens quitta sa prison avant même qu'elle n'ait volé en éclats. Depuis le début, il lui était possible de se téléporter pour en franchir les barreaux ; il n'en avait tout simplement pas vu l'utilité.

Mais puisque apparemment ils étaient sur le point de cesser de s'entre-détruire, en rester prisonnier ne présentait plus aucun intérêt. En un éclair, il arriva à hauteur du Gold Saint qu'il n'avait quitté des yeux que pour les poser brièvement sur la « nouvelle forme » du véritable maître de l'empire sous-marin et se dressa devant lui de toute sa hauteur. Quelles qu'aient pu être ses intentions à la vue de cette impromptue délivrance, Dohko n'eut le temps d'en exprimer aucune : la main de Pséma s'était levée pour se plaquer sur son front, outrepassant tout ce dont il était capable en terme de vitesse de réaction. Dès l'instant où Pséma l'avait regardé, il était déjà trop tard. Dans les méandres de son esprit se forma instantanément une image qu'il connaissait par coeur et qui était encore fraîche dans sa mémoire pour l'avoir vue encore un instant auparavant. Le Mur de Cristal était à nouveau debout, pour lui et lui seul... Là où personne ne pourrait lui venir en aide.

Viens avec moi et tu cesseras d'être ce que tu n'es pas. Oublie tout ce en quoi tu crois. Ce soir, nous allons naviguer au bord du monde et regarder les étoiles qui tombent alors que notre monde s'enflamme.

Son cosmos s'évanouit sitôt l'opération terminée, le rendant à l'état de pantin de char inerte. Son corps s'effondra d'un bloc et se serait écrasé lourdement sur le sol si le bras du déserteur n'avait pas été là pour le retenir. Sur ses traits ne se lisait aucune expression, mais il y avait tant d'éclat dans son regard qu'un univers aurait fait pâle figure en comparaison. Un sort pire que la mort... Car de cette geôle-ci, nul n'avait les clés. Mais par sécurité, il était préférable de l'emmener. Bien que Poséidon soit pour ainsi dire d'humeur instable et Athéna dépossédée de ses pouvoirs, rendre possible l'impossible était le propre des dieux. Pour les avoir côtoyé plus que de raison, il savait combien ne rien laisser au hasard pouvait être dans son intérêt. Le Gold Saint inanimé sur l'épaule, son corps pivota d'un bloc avec autant de légèreté que si le fardeau qu'il charriait ne pesait rien. C'est sur Athéna qu'il se focalisait cette fois.

Nous sommes un accident de parcours, dans un cosmos vide et froid... Des enfants du hasard. Ce n’est pas la mort que nous craignons, c’est l’oubli. Ne cherchez pas à deviner les raisons de mon retour, j’ai simplement peur d’appartenir au passé.

La Source de Tous les Maux releva la tête tout en fermant les yeux pour se laisser griser par la brise marine. Malgré l'hostilité ambiante – presque entièrement tournée vers lui – l'ancien Gold Saint du Bélier n'avait pas bronché. Parfaitement hermétique à toute forme d'animosité, c'était sans la moindre difficulté qu'il se tenait debout parmi eux, sans se soucier du fait qu'ils aient la possibilité de l'attaquer à tout moment. Sans doute était-ce au fond ce qu'il y avait chez lui de plus déstabilisant. Les étoiles étaient ses plus fidèles alliées et portaient à son regard tout ce qu'il avait à savoir. Jamais depuis son règne aucun Grand Pope ni qui que ce soit d'autre n'avait égalé son talent en la matière. Néanmoins, il dut s'arracher à ce moment d'ataraxie pour faire face à Athéna – ou devrait-il dire Mashia ? - qui semblait reprendre du poil de la bête. Preuve de plus qu'il était temps de partir. Il avait eu ce qu'il voulait, après tout. Son rôle était terminé à présent... Pour ce qui est du premier acte, tout du moins.

Lorsque le rideau des ténèbres s'abaisse s'ouvrent les yeux du monde souterrain... Vers un monde sans lumière. Je vous emprunte ceci, Athéna. J'en ferai sans doute meilleur usage que vous dans votre état.

Fort de la célérité grâce à laquelle il avait rejoint Dohko, il se volatilisa sans que nul ne puisse faire quoi que ce soit pour l'en empêcher, emmenant avec lui le meilleur ami du Chevalier d'Or du Bélier... L'homme coupable d'avoir aimé. Il ne laissait derrière lui que blessures profondes comme les abysses et des larmes douloureuses comme une lame en pleine poitrine. Telle était la charge de Pséma, ancien Grand Pope et Chevalier d'Or du Bélier, emportant sur son passage jusqu'à l'ombre du bonheur. Seul lui pouvait leur fournir les réponses qu'il attendait, et au lieu de cela il ne leur avait fait don que de davantage de question. Malmenés tous autant qu'ils sont par leurs querelles intestines, privés de l'un des leurs, ses malheureuses victimes devaient dès à présent avancer sans se retourner. Sans quoi les portes du Sanctuaire Sous-Marin resteraient à jamais fermées...

Citation :
→ ??? [avec Dohko]
Désolé si j'ai oublié de prendre en compte certains détails, mais ce n'est pas facile de ne rien oublier avec un groupe si conséquent et je vous ai déjà suffisamment fait attendre. Désolé d'ailleurs pour ce retard, en espérant que ce premier contact avec Pséma vous a plu !
Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   Dim 26 Mai - 18:02

Les flots nous consumeront-ils ?! Lâcha-t'il dans un ton âpre et sans vigueur. Le renouveau grâce à la première énergie de la Terre. Si le Dieu des mers se mettait en colère, de nombreux humains périraient sur le coup d'un simple et monstrueux courroux. Mais, c'était aussi bien le cas d'Hadès, d'Odin et tous les autres Dieux susceptibles. Sauf, que là, ce n'était plus la même. Il n'était que bonté. On aurait dit un homme, des traits humains... La surprise était visible dans les yeux de Suoh. On ne pouvait pas lui reprocher. Son ami avait décrit Poséidon comme un Dieu colérique... Nullement dupe, le jeune guerrier fut réveillé par les nouveaux battements dans le corps de la déité marine. Ce n'était plus les mêmes, ils étaient différents en tout point. Ceux-là étaient calmes et pouvait apaiser bien remords.

« Astre ? Prêtre de Poséidon ?... » Devant tant de surprise, il se laissa quelques secondes pour récupérer de son enchaînement. Essouffler pour si peu. Le jeune lion allait avoir besoin d'un entraînement intense. Il recula comme l'avait conseillé le soi-disant prêtre. Il ne le connaissait pas, et ne voulait pas le connaître. Il n'y avait aucun intérêt, surtout celui d'éprouver une quelconque amitié avec un homme déjà mort. Les goûts et les couleurs. Les différents sons des coeurs aux alentours tonnaient au fur et à mesure que le temps passait.

« Que puis-je faire à présent ? Rien de concret, évidemment... »

Se maudire était la seule chose qu'il pouvait faire à présent. La puissance d'un homme qui maîtrisait le septième sens le dépassait sans envergure, lui simple homme-animal. Il devait apprendre et vite afin d'aider le Seigneur Poséidon contre ses ennemis les plus féroces...

« Poséidon... Je deviendrais... Plus fort... Plus fort... Je vous le promets. Tant que mon coeur
bat, n'est-ce pas ?... [
size=9]»[/size] Lâcha-t'il sous un soupir exaspérant. Il parlait beaucoup trop à son goût. Il recula encore et encore afin de se positionner sur les restes du pilier. Il espérait que son rôle était terminé, et qu'il pouvait aller se coucher. Il disposa ses mains derrière ses oreilles et il écouta tranquillement les fonds marins en les sondant grâce à son ouïe développée. Ce n'était pas grand-chose, mais il pouvait rester loin de tout combat. De l'oreille droite, il suivait le déroulement du combat et des discussions alentours, de l'autre il essayait de briser le bruit du chaos afin de ressentir si d'autres intervenants allaient intervenir. Il en repéra un qui avait le don de se téléporter.

« Un lieu très animé... C'est très ennuyant... »

Je ne sais pas s'ils ont remarqué sa présence... Je vais donc lui rendre une petite visite. Il se plia et s'allongea sur la dalle blanchâtre parsemée de craquelures. Certes, le moelleux des lits était remplacé par la pierre, mais cela ne le dérangeait nullement. Il était tellement habitué après ces dernières années, enfermé dans un cachot sombre et humide. Imperceptible et imprévisible. Enfin, il désirait l'être, car sinon, son repos bien mérité allait être qu'un chaos indescriptible. Suoh échappa aux règles de politesse, il s'éclipsa sans un mot et partit chercher des noises à cette personne qui venait d'arriver. Il se releva sur quatre pattes et en poussant sur ses jambes arrière, il fit un bond de plusieurs mètres avant d'atterrir sur d'autres restes du pilier et disparut dans l'ombre de ce dernier sans un mot.


Spoiler:
 

=> Observation de Loin, Pilier du Pacifique Nord.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ~° Les Ombres du Regret   

Revenir en haut Aller en bas
 

~° Les Ombres du Regret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Empire Sous-Marin :: Piliers de Poséidon :: Pillier du Pacifique Nord-