RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Queen & King

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Queen & King   Ven 17 Mai - 11:04

-> Venise

Il n'a pas changé.

Cette même vue. Ce même agencement de maisons de pierre et de bois derrière lesquelles il pouvait observer le Sanctuaire de la déesse de la sagesse. Combien d'année depuis qu'il en avait pour la dernière fois, foulée les pavés ? Tant. Il lui était impossible de s'en souvenir avec exactitude aussi abandonna t'il de lui même ce compliqué calcul pour continuer d'observer les lieux de son regard lavande. Un sourire ourla ses lèvres lorsque sa monture s'ébroua avec impatience, faisant brutalement claquer ses fers d'airains sur les pavées de Rodorio. Phlégias lui offrit une caresse d'apaisement qui vint un instant dévié l'attention du cheval ténébreux sur son cavalier. L'air était vicié par l'odeur du souffre et du sang, cette fragrance subtile de mort et de peur, du champ de bataille qui n'était plus mais dont il demeurait toujours des traces.

Cela te rappel t'il des souvenirs mon cher Fléau ? A moi aussi cela me manque...

L'animal s'ébroua, piaffant sur place en semblant acquiescer au mot de son seul et unique maître. Le cheval était on ne peut plus impressionnant, aussi noir que les ténèbres, magnifiquement musclé, il semblait briller comme l'acier dans les rayons solaires. Il toisait le monde de toute sa hauteur, de cette toute puissance que seul possède les créatures de sang nobles. Et la noblesse paraît chaque trait de sa silhouette, de la courbe de son chanfrein à la puissance de ses muscles, tout comme elle prenait place sur le visage de son cavalier. Des traits fins et élégants, une chevelure violine attaché lâche pendant sur sa nuque, et un regard lavande qui s'attardait sur les alentours avec un rien de nostalgie. Sa cape à la teinte grisâtre dissimulant sa silhouette au regard extérieur, l'homme paraissait nullement troublé par la situation qui sévissait à Rodorio.

L'odeur de la mort rôdait et cela galvanisait son cheval de bataille près à s'élancer dans un assaut dès lors que son maître le lui ordonnerait. Lui qui avait passé tant de temps à attendre son retour ! Cela mettait du baume au cœur de Phlégias, cependant, l'heure n'était pas aux combats bien que sa monture en mourrait d'envie. Trop longtemps celui ci n'avait pas foulé de ses sabots les corps de ses ennemis et son regard d'or cherchait à l'instant un ennemi à abattre, à poursuivre, ici et maintenant.

Tout doux mon ami. Le temps viendra, ne nous précipitons pas.

Un murmure et une caresse puis l'homme se détourna sur la guerrière qui chevauchait à ses côtés. L'immaculé et l'obsidienne, leur deux montures étaient totalement opposé sur ce point, et cela amena un nouveau sourire sur les lèvres du guerrier d'Arès.

Il semblerait qu'une bataille est vraiment eut lieu ici ma chère Sœur. Un instant de réflexion alors que son regard se perdait si près de cieux, songeant à cette situation de crise qui avait eut lieu à Venise et des informations qu'ils avaient obtenu de la part du héraut d'Héphaistos. Je me demande bien de quoi discute cette Déesse et ce Dieu perdu dans les lointains temples zodiacaux. Que de souvenir ! J'ai l'impression que c'était hier que nous marchions sur ses terres.

Il soupira, puis reprit en laissant Fléau s'avancer plus en avant, piétinant allègrement toute chose se trouvant à porté de sabot, les naseaux frémissant. Comme il était nerveux. Une nervosité qui pourrait prêter à confusion, mais qui ne faisait aucun doute pour sa sœur et lui. Fléau n'était pas un cheval ordinaire, loin s'en faut. Il était l'héritier des juments de leur frère.

- Et bien...J'avais souvenir que les Saints étaient plus prompt que ça. Les souvenirs s'érodent avec le temps il faut croire.

Un hennissement strident retentit alors, porté par la voix de son étalon noir, s'envolant dans les cieux telle une annonce faite au monde.

Une Reine et un Roi foulaient les terres d'Athéna.


Dernière édition par Phlégias. le Lun 20 Mai - 8:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yahtô


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 253
Armure : N/A

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Dim 19 Mai - 13:23

Un accueil tendu... ::.


Arrow Temple de la Balance

    Ilios avait pas mal vadrouillé. Il avait du remonter tous les temples, en étant discret sous peine qu'on lui tombe dessus et lui passe une soufflante. Heureusement, le Sanctuaire n'avait désormais plus de secrets pour lui, et les bons plans style raccourcis il connaissait. Cependant, sa petite escapade n'aura pas servi à grand chose, car arrivé devant la chambre du Pope, il se fit repérer par les gardes qui le conduisirent à la sortie du temple. Ne se laissant pas décourager, il essaya d'autres planques pour se rapprocher un maximum, mais il ne voyait que très flou quelques chevaliers en armure et ne pouvait même pas entendre ce qu'ils disaient.

      * Pouah, on va vraiment s'emmerder ici... Si je peux même pas savoir ce qui se passe, je fais quoi moi ? Je ramasse les deux-trois bouts de bois qui traînent à Rodorio ? Sérieux ils vont commencer à me gonfler ces chevaliers d'or qui se croient tout permis... Nous aussi on à le droit de savoir contre qui on se bat ! *

    Sur ce, le jeune homme fit demi-tour, direction Rodorio, encore. Mais ce qu'il ne savait pas, c'est qu'il allait tomber sur la chance de sa vie. En effet, il n'y avait plus grand monde, voir personne à Rodorio. Soit les autres s'étaient éloignés pour réparer, soit ils en avaient eu marre et s'étaient barrés. Cependant, un cosmos étrange titilla les sens d'Ilios. Il ne savait pas qui c'était, mais ça ne semblait rien présager de bon. Il décida de se planquer dans une maison encore en ruine, afin de pouvoir profiter pleinement de la scène.

    Et il ne fut pas déçu ! Un cavalier approchait sur son cheval noir d'ébène. Il semblait lui aussi dégager quelque chose, et le jeune apprenti n'aurait su dire s'il était réel ou non. Fléau. C'était le nom de la bête. Ilios retint un sourire en se disant que l'homme qui le chevauchait avait eu beaucoup d'inspiration ce jour-là. Toujours caché dans sa petite maison, et regardant par un trou fait dans le mur – sûrement à l'occasion d'un combat – il continua d'observer ce qui allait se passer.

    Le cavalier semblait parler à son cheval, mais aussi à la femme qui l'accompagnait. C'était sa sœur, à entendre ses dires. De toute évidence, ils étaient là pour voir.Athéna Bien, pas une minute de plus à perdre, d'autant qu'ils semblaient se lasser, disant qu'ils avaient connu les Saints plus prompt. L'apprenti ne pouvait pas laisser passer sa chance de pouvoir aller en premier à leur encontre. Et s'il désirait se battre, ainsi-soit-il ! Il sortit alors de sa cachette, le sourire au lèvres, la tête baissée et ses cheveux cachant ses yeux. Le soleil était en train de se coucher et on pouvait déjà apercevoir quelques étoiles. Sans s'occuper de la demoiselle, Ilios s'approcha du cavalier et lui adressa quelques mots.

      - Eh bien, voilà quelqu'un qui se pose pas mal de questions... Mais j'avoue les partager, moi non plus je ne sais pas ce qui se trame là-haut, mais ça à l'air important si vous voulez mon avis. Il est vrai que les Saints sont par habitude rapide à réagir, mais en voyant l'état du village, et la réunion au sommet, vous comprendrez que le Sanctuaire n'est pas dans son état normal. J'imagine aussi que c'est là la raison de votre venue. Je pourrais peut-être vous escorter là-haut, si vous le désirez ? A moins que vos intentions soient peu glorieuses, et dans quel cas...

    Il releva la tête pour lancer un regard défiant, toujours avec le sourire.

      - Vous n'ignorez pas que c'est malheureusement la politique du Sanctuaire, et je ne fais qu'appliquer le protocole. J'espère sincèrement que vous êtes venu en ami, parce que c'est pas la joie ici, et force m'est d'admettre que je commence à faire chier. Mais si vous n'êtes pas venu pour une visite disons... Bienveillante, je serais également dans l'obligation d'appliquer le protocole de ce genre de cas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Dim 19 Mai - 17:04



Un sacré bordel °~



=> Venise

Quel dommage ! Apparemment nous venions de rater la fête ! Merde, et on n'avait même pas prit la peine de nous inviter ? Quel manque de civilité! Je regardais tout autour de moi, assez absorbée par ce chaos indescriptible. Ce bordel ! Les autres avaient dû bien se marrer ! Maisons dévastées, il n'en restait que des amas de pierres où probablement, reposaient quelques familles. Cette pensées me fit venir un petit sourire sadique aux lèvres. Mes yeux bleus se mirent à pétiller : jamais pareil spectacle ne me ravissait autant ! Même si le fait de chevaucher auprès de mon frère comme nous le faisions autrefois me remplissait davantage d'allégresse que de monter sur un homme. Et dont la finalité, c'est à dire lui arracher allègrement la tête une fois la jouissance à son apogée, ne me mettait pas plus en liesse que cette simple donnée. Être aux côtés de Phlégias. Combien d'années s'étaient écoulées depuis notre dernière guerre où nous avions combattu main dans la main ? Je ne saurais le dire, mais, je me souvenais avec exactitude, ô combien nous nous étions amusés sous l'oriflamme de notre divin père Arès.

« Hey tu sais quoi ? Il paraît que notre paternel s''est amusé il y a six ans de ça ici même. Paraîtrait qu'il est tombé sur une jolie petite servante au petit cul, et qu'il aurait élargit jusqu'à la faire exploser en s'agrandissant la trique ! Ah tu te rends compte ? J'aurais bien voulut voir ça.» Dis-je en illustrant mes propos en mimant avec des gestes forts obscènes.

Les Dieux savaient parfois s'amuser, je le reconnaissais. Mais notre père excellait dans son domaine, bien plus que ce soûlard de Dionysos ! L’ivrogne n'arrivait pas à la cheville de la Guerre. Je levais la tête comme pour humer l'air, flattant l'encolure de ma jument aussi blanche que ma chevelure.

« Hey hey ! C'est que ça pue le dégénéré !» m'exclamais-je en voyant débouler un gamin se mettant dans nos pattes. Je l'observais l'espace de quelques instants avant de m'en désintéresser complètement, la réciproque étant la même. Je laissais Phlégias se démerder avec la bleusaille. « Ah là là... à chaque génération, les Saintes pondent des purs idiots pas capable de se tenir la pine pour pisser.»

J'observais Fléau piaffer d'impatience, je le comprenais, sentir autant de sang m'excitait moi aussi !
Escorter ? Le mot me fit tiquer. Je m'esclaffais, mettant une main en travers mon corsage. Lestement, je descendis de mon cheval pour me réceptionner au sol avec l'élégance digne d'une Reine. Ah, mais c'est vrai ! J'en étais une ! Dégrafant ma cape, je laissais l'étoffe glisser sur mes épaules. Sein nu, car le second était -comme le voulait la tradition- coupé, j’exhibais mon corps presque nu aux couleurs chatoyantes du crépuscule, faisant danser ombres et lumières sur ma gorge. Je me savais belle, enchanteresse. Les légendes sur moi n'étaient pas que des fables.

« Tu rigoles ! Nous sommes pas là pour chercher la marave ! On est juste là pour visiter, car vois-tu ça doit faire vachement longtemps qu'on s'était pas pointé ici. Mais sérieux gamin, tu peux vraiment nous emmener jusqu'à Athéna ? Car je voudrais pas te froisser, mais tu doit manquer un peu de... couilles pour défier l'autorité d'un Chevalier d'Or. Enfin, si tu es déjà assez con pour nous défier nous... c'est que soit tu es super con, soit tu en as dans le pantalon. Tu me la montre ?»


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Mar 21 Mai - 9:10

Les deux cavaliers étaient on ne peut plus différent, de cela, personne ne pouvait douter. Phlégias lui même en avait plus que conscience. Sa sœur était telle que dans ses souvenirs, franche et naturelle, elle avait des manières qui aurait foudroyé sur place n'importe quelle dame, pourtant elle était reine. Etre simplement en sa présence pourtant apportait à son esprit une douce quiétude, une nostalgie prégnante qui l'amusait. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire amusé lorsque sa sœur lui parla des pérégrinations de leur père de ce langage fleurit qui était sa marque de fabrique. Il ne lui en tenait nullement rigueur, et si ils étaient bien différent sur ce niveau, elle demeurait toujours à ses yeux sa précieuse petite sœur. Elle avait tout les droits.

– ça ne m'étonne pas de lui, Notre Père a toujours été prompt dans ce genre de situation. Il y a 6 ans, hein...

Six années. A cette époque, il était encore perdu dans les ténèbres et ne pouvait se fier qu'à des informations récoltés de ci de là sur ce qu'il s'était passé durant ce laps de temps. Fléau s'ébroua de nouveau, grattant le sol alors que son regard d'or se braquait dans une direction précise. Une odeur qui titillait ses naseaux et attirait son attention. Un moyen simple pour lui de prévenir son cavalier déjà au courant cependant. Il était jeune. Trop jeune et inexpérimenté pour être une menace pour la sœur et le frère, peut être cela aurait il été différent si il avait été un des chevalier d'or, mais dans son aura, nul trace de cette puissance tapi protéger par une constellation zodiacale.

Phlégias ravala un soupir à son apparition avant d'écouter ses paroles non dénuée de sens. Enfin, en réalité il n'y avait pas grand chose à dire de ses mots. Hippolyte riait et son sourire en coin s'agrandit tant devant le rire de sa sœur que face à l'avertissement teinté de menace du jeune garçon. Elle avait trouvé un nouveau jouet.

– Nous ne sommes pas là en ennemi petit Saint, comme l'a si bien dis ma sœur.

Il s'était au premier abord adressé à lui, mais c'était l'amazone qui avait accaparé sa présence à présent. Il la laisserait s'amuser autant qu'elle le voulait tant qu'il pouvait faire ce qu'il avait en tête.

– Alors les Saints ont bien subit une attaque...Et tu veux nous escorter jusqu'à ta divinité ? Tu es bien un saint d'Athéna...

Un souffle et un léger signe de tête à sa sœur pour partager ce à quoi il songeait à cet instant. Ni bon, ni mauvais, Phlégias était on ne peut plus différent de sa cadette et cela se remarquait aisément rien que dans la manière dont celui ci parlait. Il n'avait pas été choisit par son père en tant que Quaesitor pour rien.

– J'aimerai voir ta Déesse, ainsi que le Dieu Héphaistos. Nous revenons de Venise et j'aurai souhaité partagé quelques informations avec eux sur ce qu'il s'est passé là bas lors de la réunion de paix entre les Quaesitor.

Fléau s'ébroua de nouveau, son regard doré se teintant l'espace d'un instant de vermeille en dévisageant le jeune saint, piaffant avec nervosité en mâchant bruyamment son mors. Un cosmos écarlate vint nimbé la silhouette du cavalier et de sa monture, non menaçante, elle appuyait un trait particulier du guerrier qu'il était difficile d'appréhender pour un simple mortel. Ils étaient là. Enfant d'Arès. Demi-dieu.

– Petit Saint, je te présente ma sœur Hippolyte, reine des amazones. Quant à moi, je suis Phlégias, Quaesitor du dieu de la Guerre au sein de la ville de Venise. Je viens ici en ce titre même si celui ci n'a aucune légitimité en dehors de cette ville.

Un sourire léger vint couvrir ses lèvres alors que son regard lavande s'attardait sur la silhouette du jeune guerrier.

– Alors, as tu vraiment le pouvoir de nous emmener voir ta Déesse, petit Saint ? Ou ma très chère sœur aurait elle raison ?
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Mar 21 Mai - 20:47

→ Reconstruisons Rodorio

Les choses commençaient sérieusement à se gâter au Sanctuaire et ses environs... Ce lieu sacré dédié à la plus illustre et juste des déesses, était en effet en proie à des querelles intestines qui à n'en pas douter, risquaient fort d'être le point de départ d'un nouveau conflit ouvert, qui ne laisserait bien évidemment pas intact cet endroit mythique.

En amont du Sanctuaire, au plus haut relief de cette somptueuse et divine colline de Grèce, au pied de ce qui semblait être la statue d'Athéna, de puissants et nombreux cosmos s'étaient intensifiés, laissant penser que les hostilités venaient ainsi d'être entamées. En étant cantonné aux tâches qui ne manquaient guère pour l'heure, alentours du Sanctuaire, à Rodorio, il y avait peu d'espoir que quiconque puisse saisir réellement ce qu'il pouvait être en train de se tramer à des lieux de là, là où la déesse Athéna était censée reposer. La seule certitude à ce moment précis, c'était qu'un Chevalier d'Or s'était rendu là-bas, voulant rencontrer la nouvelle Athéna ou plutôt la seconde Athéna apparue il y a peu, afin de vérifier qu'il ne s'agissait pas d'une usurpatrice. Selon où l'on se situait, l'on pouvait entendre gronder le sommet du Sanctuaire et cela ne présageait rien de bon...

En aval du Sanctuaire à présent, ou plutôt dans ses alentours, le village de Rodorio où pas mal d'habitants vivaient encore en paix il y a peu, dans le calme et la prospérité, jouissants de la protection des Chevaliers d'Athéna, ce dernier avait été tout bonnement, balayé, ravagé, éradiqué, purifié par les flammes... Le carnage était d'une horreur sans nom, les morts se comptaient par centaines, les habitations, du moins les moins touchées par ce désastre, n'étaient plus que des vastes champs de ruines, car la plupart n'étaient plus que d'immondes tas de cendres... Les survivants de cette terrible tragédie orchestrée par les renégats qu'étaient les Chevaliers noirs, étaient bien trop peu... Trop peu par rapport au nombre de blessés et comparé au nombre de morts...

Le malheur et le désespoir s'étaient abattus à Rodorio et ne demandaient qu'à s'abattre encore, néanmoins sur le Sanctuaire tout entier cette fois... Cependant, les Saints n'étaient peut-être pas au bout de leurs peines, car deux éminents individus venaient de faire leur apparition et il y avait fort à parier que leur arrivée ne serait pas synonyme de bonnes nouvelles, mais de mauvaises nouvelles une fois encore.

Les deux individus composant le cortège étaient diamétralement opposés. Le premier était un homme des plus charismatiques, dont la noblesse se lisait sur chacun de ses traits, dont le calme légendaire contrastait très étrangement avec le pressentiment des sentences qu'il était susceptible de vous apporter, si vous veniez à le contrarier... Son regard était pétrifiant... Ses yeux à l'éclat violacé disaient tout le contraire de ce que sa bouche s'évertuait à prononcer. Tomber dans son regard, c'était comme se sentir tout à coup asservir... Sa monture, un majestueux cheval de bataille dont les muscles saillants n'avaient rien à envier à sa férocité, était aussi noire que les ténèbres eux-mêmes... Son hennissement était d'une telle violence, d'une telle force, qu'il aurait pu vous paralyser en pleine bataille et dissuader le plus vaillant des guerriers à se jeter tête baissée, tel un poltron... Cet homme montant cette bête très digne et athlétique qui répondait sous le nom de Fléau, se prénommait Phlégias. Tout comme ce qui avait narré dans la mythologie, ce Phlégias là semblait tout aussi tourmenté et dangereux que le roi des Lapithes...

La seconde, une femme, bien qu'étant d'une beauté sans pareille, quasi-divine même, avait un regard bien sévère, tandis que celui de son soi-disant frère n'exprimait qu'une simple neutralité à vous faire froid dans le dos. Son regard à elle, était en tout point similaire à celui d'un tyran ne pouvant être rassasié! Elle en voulait plus, beaucoup plus! Et pour l'heure, ses allures guerrières nous mettant sur la voie, il y avait fort à parier qu'elle ne souhaitait qu'une chose: se repaître de batailles, de carnage, tuer des soldats par milliers avant de danser à la manière d'une reine de fer, sur leurs dépouilles tout immaculées de sang... L'éclat bleuté de ses yeux, loin d'évoquer la pureté de la mer Caspienne, évoquait au contraire un orage prêt à s'abattre à tout moment! Ses manières laissaient cependant à désirer, elle qui se prenait pour une reine, était en effet bien mal élevée. Tout cela laissait à penser qu'elle venait d'un autre Âge... Plus que les grossièreté dont elle était capable, ce qui pouvait choquer le plus, c'était sa plus totale désinvolture quant au moment de dévoiler des parties de son corps complètement. Elle se nommait Hippolyte, tout comme la Reine des Amazones et son sein coupé, laissait à penser que tout comme ces légendaires guerrières, celle-ci devait être un archer redoutable...
    « Alors, as tu vraiment le pouvoir de nous emmener voir ta Déesse, petit Saint ? Ou ma très chère sœur aurait elle raison ? »
    « Et pourquoi ne le pourrait-il pas? Les Chevaliers d'Or ont plus à faire que de se préoccuper des rejetons d'Arès. » Dit une voix moqueuse non loin de là.
Assis sur ce qui restait d'une toiture et qui tenait Dieu seul sait comment, un homme tout aussi exhibitionniste que la Reine des Amazones, se trouvait là, torse à l'air, ce qui laissait ressortir ses muscles. Cet homme d'une envergure athlétique telle qu'il aurait pu en faire pâlir la dénommée Hippolyte à n'en pas douter, portait en tout et pour tout un pantalon, des sandales, une épaulette rappelant son rang d'Apprenti Saint et un turban autour du front. Sa peau métissée n'était pas sans rappeler celui des tribus amérindiennes, sa barbe aussi noire et ténébreuse que ses cheveux de jais contrastaient étonnamment avec le sourire narquois qui était dessiné sur son visage et son attitude clownesque... Là se tenait devant eux Eidolon, l'Apprenti Saint. Assis en tailleur, tandis que ses mains s'agrippaient à ses genoux, il renchérit:
    « Si vous êtes réellement ceux que vous prétendez être, vous êtes sacrément bien conservés pour des vieux tout droit sortis des récits mythologiques! » Il bondit, commençant ainsi son balai animal, de la toiture à la manière d'un aigle s'envolant de son perchoir et se réceptionna avec facilité tel un fauve retombant toujours sur ses pattes. Croisant les bras, il reprit la parole, s'adressant aux deux nouveaux arrivés « Les gars vous l'avez dit vous-mêmes, vous n'avez aucune autorité ici. Et même si c'était le cas, après ce que vôtre crétin de parent divin a fait ici, sachez que vous n'êtes pas les bienvenus. Peu importe la raison de votre venue, vos présences nous offensent, en particulier Athéna... » Dit-il avec arrogance, une légère pointe d'amusement dans la voix.
Eidolon n'était pas fou à ce point. Quand bien même il ne s'agissait pas des Phlégias et Hippolyte de la mythologie, en tant que représentants du dieu de la guerre Arès, ces derniers n'étaient pas n'importe qui... Tout deux étaient bien sûrs, bien au-dessus du niveau de ce simple apprenti. S'ils le voulaient, ils n'en feraient qu'une bouchée, cependant, en les provoquant de la sorte, Eidolon souhaitait tester leurs intentions et ainsi savoir si ces demis-dieux venaient bel et bien au Sanctuaire avec des intentions pacifiques. Etant donné ce qu'il était arrivé à Rodorio, il valait mieux se montrer prudent... S'ils se montraient pacifiques malgré les offenses d'Eidolon, ce dernier passerait sans doute un seul quart d'heure auprès de ses supérieurs... Ils ne manqueraient pas de le punir pour son insolence et son impolitesse... Mais après tout, il n'en avait jamais eu à faire grand chose des divinités! Les titres et les prestiges, tout ça importait bien peu à un homme dont l'éducation s'était achevé bien tôt. Il ne faisait que mettre en application sa manière de penser en fin de compte. En revanche, si ces derniers passaient à l'action, entre le remue-ménage se déroulant à ce moment précis dans la demeure d'Athéna et celui-ci, le Sanctuaire aurait bien du mal à demeurer intact...
    « Très cher duo vous faites grises mines, où sont passés vos sourires? Oh non j'ai gaffé! Je n'y suis pour rien, si? » Dit-il néanmoins avec une étonnante confiance en lui.
Un tournant dans l'existence du Sanctuaire et de ses chevaliers, de la déesse Athéna elle-même, était sur le point de s'écrire...
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Mar 21 Mai - 22:33

Traversant ce qu'il reste de la ville, je regarde Eidolon sauter sur les toits et gagner du temps. Les deux présences sont toujours là ainsi qu'une troisième faible, sans aucun doute un apprenti. Je me demande bien comment je ne l'ai pas repéré. La tension sans doute!! En tout cas, il est en discussion avec nos deux invités.

M'approchant tout en gardant mon urne sur les épaules, je vois leurs silhouettes se dessiner. Monter sur deux majestueux chevaux, un homme et une femme tout aussi beaux l'un que l'autre. La femme semble avoir un sein coupé. Un accident ou une amazone comme dans la mythologie? Je ne vais pas tarder à avoir la réponse car j'arrive aux côtés de l'autre apprenti rejoint par Eidolon qui répond à l'homme.

Ayant entendu ce qu'ils disaient tandis que j'avançais vers eux, je sais que l'homme se nomme Phlégias et la femme Hippolyte. Phlégias... Ce nom ne m'est pas inconnu!! Cela va bien me revenir à un moment ou un autre!! Ils semblent désirer voir Athéna et partager des informations concernant ce qu'il s'est passé à Venise. Intéressant car moi-même j'ignore ce qu'il s'est passé là-bas et je n'ai plus de nouvelles de Liana depuis!! En tout cas, je n'aime pas vraiment la façon dont les apprentis s'adressent à eux.

Ne quittant pas nos invités des yeux, je prends la parole en commençant à m'adresser à Eidolon et l'autre apprenti.


Calmez-vous car ce n'est pas le moment de déclencher un nouveau conflit en s'adressant ainsi à nos invités!!

Puis c'est à nos invités que je m'adresse avec assurance et calme.

Phlégias, vous dites êtes Quaesitor et désirer parler avec notre Déesse de se qu'il s'est passé à Venise durant la réunion. Je vous crois. Non pas que je sois naïf, si c'est ce que vous pourriez penser. Mais j'ai été à Venise durant cette réunion en tant que garde de la Quaesitor du Sanctuaire. Et je dois avouer qu'il y a de nombreuses réponses auxquelles je voudrais des réponses concernant ce qu'il s'est passé là-bas!! C'est pourquoi j'accepte de vous y conduire mais comprenez que vous risquez de devoir attendre. Car notre Déesse est en ce moment occupée!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Ven 24 Mai - 6:07

Léonidas s'ennuyait ferme. Féru de bataille, il désespérait de jamais sortir de l'anonymat dans lequel il vivait depuis qu'Arès l'avait ramené parmi les vivants. Comme tout Spartiate digne de ce nom, il avait soif de gloire et de conquête. Non pas qu'il n'ait rien à faire pour s'occuper, au moins ses nouveaux frères se révélaient-ils d'assez agréable compagnie pour qu'il n'ait pas à s'en plaindre. Mais il avait peur de se ramollir à force de rester à se tourner les pouces dans ce foutu Palatin. Phlégias et Hippolyte avaient eu plus de chance que lui, l'un et l'autre ayant reçu la permission de se rendre à Venise... Ce qu'on lui avait fermement défendu sous prétexte qu'il risquait d'y semer la confusion au moins autant que l'avait fait le Quaesitor d'Odin.

Ignorant ce qui pouvait avoir valu à ce dernier sa réputation, tout ce qu'il avait trouvé à répondre était que se conduire tel un fils de Sparte ne devrait jamais être passible de sanction car c'est ainsi que se comportent les vrais guerriers. Car, il fallait bien le dire, le peu qu'il avait pu voir du monde moderne depuis qu'il y avait posé les pieds n'avait pas été pour le rassurer. Que la paix puisse enfin régner était une bonne chose, mais c'était à se demander s'il pourrait encore trouver des vrais hommes quelque part, ayant la désagréable impression qu'il n'y avait personne pour la défendre quand il le faudrait. Car paix, parlons-en ! Un bien grand mot.

C'était dans les coulisses que se poursuivaient aujourd'hui les carnages et les conflits. Les combats acharnés tels ceux qu'il avait menés n'étaient pas prêt de s'achever. Et c'était pour y prendre part qu'il avait lui aussi été rappelé. Alors foutredieu, pourquoi est-ce qu'on s'obstinait à le laisser tourner en rond comme un lion en cage plutôt que de lui donner quelque chose à faire ? N'importe quoi ! L'inactivité finirait par le tuer une seconde fois si rien n'était fait pour qu'il cesse de s'impatienter. C'est alors que vint à lui une lueur d'espoir au moment où il n'y croyait plus en la personne d'un messager, venu lui annoncer que ses pairs avaient finalement quitté la capitale italienne pour se diriger vers le Sanctuaire.

C'est ainsi que tous purent voir un éclair traverser le ciel alors qu'il n'y avait nulle trace d'orage à l'horizon, signe avant-coureur de son arrivée. À peine le tonnerre avait-il fini de gronder que le char antique à bord duquel il se trouvait faisait son apparition, descendant des cieux tiré par deux chevaux. De splendides bêtes au crin noir comme la nuit d'une puissance inouïe. Le tirer sans peine malgré la masse musculaire, lui et le chariot, ne faisait pour eux aucune différence. Ils n'en furent pas moins contraints de montrer du respect envers Fléau de crainte que celui-ci n'en fasse son prochain repas. Pendant ce temps, l'unique passager de cet étrange convoi venu du ciel sauta à terre prestement.

Par la barbe de Poséidon, je commençais à me demander si vous vous étiez étouffés avec un putain de plat de spaghettis ! Je vous assure que vous pouvez pas imaginer à quel point je me suis fait chier en attendant que vous bougiez vos culs j'ai tellement picolé que je commençais à me demander si j'allais pas avoir la gueule en amphore avant que vous reveniez !

Sa voix avait retenti haut et fort, et ce serait l'avoir pleinement voulu que de ne pas l'avoir entendu. Exubérant, c'était le mot. Si l'on vantait ses talents de guerrier, son franc-parler était aussi l'un de ses atouts... Parfois. Pour toute salutation, il adressa un signe de tête à Phlégias tandis que sa soeur eut droit à une main aux fesses, laquelle y resta d'ailleurs fermement arrimée. Ayant de longue date sympathisé, ce n'était pas comme si ça allait la déranger. Bien au contraire. Ce n'est qu'alors qu'il remarqua qu'ils n'étaient pas seul – il n'y avait rien d'étonnant à cela. Même s'il connaissait moins bien les Saints que ses deux comparses, il en savait suffisamment à leur sujet pour les trouver trop fades. Et ce n'étaient définitivement pas les trois spécimens qu'il avait sous les yeux qui le feraient changer d'avis.

Deux d'entre eux ne portaient d'ailleurs même pas d'armure, ni sur le dos ni où que ce soit d'autre. Et même s'il serait mal placé pour le leur reprocher, rechignant à endosser la sienne tant il était accoutumé à un habillement plus léger, cela ne plaidait pas en leur faveur. La pensée lui vint à l'esprit qu'il n'aurait besoin que d'une main pour les terrasser mais il s'empressa de chasser cette idée pour ne pas être tenté d'essayer. Depuis le temps qu'il n'avait plus combattu, son sang bouillonnait pour un rien et il n'aurait été que trop heureux de les voir opposer un peu de résistance. Mais créer un incident diplomatique (si pas une guerre ouverte) dès sa première sortie ne ferait que donner raison à ses détracteurs, et l'envie de leur prouver le contraire était si forte qu'il se jura de faire tout son possible pour se tenir à carreau.

Oh, mais vous vous êtes fait de nouveaux amis à ce que je vois ! Léonidas 1er, Roi de Sparte la Glorieuse ! À qui ai-je l'honneur ? Pas que ça m'intéresse, mais c'est toujours bon à savoir. Au cas où je devrais vous enterrer tous les trois et faire inscrire votre nom sur la pierre tombale.
Revenir en haut Aller en bas
Yahtô


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 253
Armure : N/A

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Dim 2 Juin - 16:29

Une discussion bien longue... ::.


Ilios commençait sincèrement à somnoler. Pourtant, cette rencontre partait teeeeeellement bien ! Mais voilà, il fallait encore qu'on lui barre le passage... « Oh, mais on ne peut pas laisser des apprentis faire ça, et gnagnagna et gnagnagna ». Mais revenons un peu en arrière. C'était la demoiselle qui avait répondu à Ilios. Elle était d'ailleurs assez arrogante, mais l'apprenti ne s'était jamais caché d'aimer les femmes de caractère. Le fait qu'elle ai un sein de coupé aurait pu le gêner, mais elle l'avait clairement défié et avait même carrément supposé qu'il n'avait pas d'attributs masculin pour être poli. Ce genre de choses avait le don d'exciter le jeune homme au plus haut point, et s'il n'avait pas été coupé, il lui aurait bien répondu qu'il se serait occupé d'elle comme aucun homme ne l'avait fait auparavant, et tout ça sur le cadavre de son frangin.

Cependant, les choses ne se déroulent pas toujours comme prévu, et Phlégias prit la parole. C'était assez drôle de voir à quel point les caractères étaient inversés par rapport à ce qu'il avait pensé de prime abord. L'homme était donc plutôt doux, malgré le fait qu'il ne cessait d'appeler Ilios « petit Saint ». Décidément, la vision idyllique que vous avez lu quelques lignes haut plus risque fort d'arriver. Sa tête et sa façon ne parler ne lui revenait vraiment pas. Alors certes, l'apprenti était plus jeune, certes, il n'avait pas son rang, mais bon sang c'est pas une raison pour lui parler comme s'il avait cinq ans ! Il préférait largement la façon de parler de la sœur, même si elle était un peu plus rustre et insultante.

Mais au moment où le jeune homme allait montrer sa quincaillerie pour prouver qu'il en avait, il entendit une voix à ses côtés. Un autre apprenti était perché sur un toit, et envoya à l'encontre des visiteurs une pique qui mettait du baume au cœur. Il sauta de son toit en se la pétant, et continua son petit discours. Ilios aimait bien sa façon de faire, et de parler. ÇA, c'est un vrai homme. Il pourrait à l'avenir être un bon camarade, mais pourtant...

    - Eh, j'aurai pu m'en sortir tout seul hein... Cela dit, il a raison les gars, vous n'avez à la base rien à foutre ici ! Je suis déjà bien sympa d'avoir proposé de vous emmener, alors prenez pas vos airs condescendant avec nous.

Ils risquaient peut-être leurs vies en parlant comme ça aux représentants d'Arès, mais il est vrai que l'idée de les combattre faisait bouillir le sang du jeune apprenti. Ce dernier ne connaissait pas le nom de son nouveau compagnon, mais il l'appréciait décidément de plus en plus. Il avait de l'humour le bougre. Il eu un rictus à la dernière pique de l'autre apprenti, mais la fête était sur le point de se terminer. En effet, Mattheus le Grand Frère faisait son entrée. Et même s'il n'écoutait pas plus que ça le Saint, Ilios avait bien compris que le message était « allez les gars, on se calme la fête est finie ! ». Il continuait ensuite en parlant de choses dont l'apprenti n'avait aucunement connaissance. Quaesitor. Ça doit être à partir de ce mot que l'apprenti avait commencé à s'endormir.

Cependant à la fin de son discours, il entendit Mattheus dire qu'il acceptait de les conduire à Athéna. Eh l'autre eh, comment il lui piquait ses jouets ! Alors parce qu'il à une armure sur le dos, il se croit plus digne que les autres de récolter les lauriers ?! Nan mais pour qui il se prenait lui ?
Ilios se devait d'être diplomate, il ne voudrait pas se faire réprimander par Athéna. Cependant, il avait décidé que c'était SA mission. Il lui avait fallu du courage pour aller à leur encontre, et c'était lui qui avait proposé de les emmener. De plus, il n'avait pas envie de perdre la face devant la gazelle.

    - Excusez-moi Mattheus, mais c'est moi qui les ai reçu, et c'est également moi qui leur ai proposé de les accompagner jusqu'à notre Déesse. J'aimerai si cela ne vous dérange pas mener cette mission à bien. Si quelque chose vous inquiète, j'aimerai que... - regard envers l'autre apprenti pour lui demander son nom – m'accompagne. De plus, il me semble que le temple du Bélier n'est pas protégé en ce moment. Un chevalier d'Athéna serait plus à même de le défendre que nous autres apprentis, n'est-ce pas ?

Ilios pensait pouvoir partir, quand ENCORE quelqu'un se présenta. Le soi-disant Roi de je-ne-sais-quoi. Oh, mais qu'on en finisse oui ! Et en plus il gueulait celui-là... Se frottant les tempes de ses doigts, l'apprenti essaya de se contenir. Décidément cette discussion durait trop longtemps pour lui, il lui fallait de l'action maintenant. Se tournant pour entamer la marche, il adressa à l'autre apprenti, et aux trois invités ces quelques mots.

    - Eh bien allons donc, plus on est de fous plus on rit ! En marche, nous aurons tout le temps de discuter ! Moi c'est Ilios, enchanté tout le monde ! Si vous voulez bien me suivre...


Arrow Statue d'Athéna, à moins que l'on ne me retienne.
Revenir en haut Aller en bas
Kenshiro


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 782

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Jeu 6 Juin - 21:49

Citation :
HRP: étant arrivé après le départ d'Ilios je n'ai pas le droit de l’empêcher de partir, a lui de voir s'il reste dans le topic ou pas

Arrow Reconstruisons Rodorio

"Halte là !"

Une voix forte sortit des décombres qu'aurait dû traverser chaque visiteur ou intrus pour atteindre les portes du Sanctuaire sacré, celle-ci était assez forte pour que tous puissent l'entendre alors qu'une silhouette commençait à se détacher des ruines: une forme grande au corps largement taillé dans la force et l'endurance, un corps musclé dont la tunique semblait usée par l'effort et l'entrainement. Un chevalier d'Athéna pouvait-on deviner en voyant l'immense cube de métal qu'il portait sur le dos avant de la poser lourdement a côté de lui, laissant apparaître le blason du dragon sur l'une de ses faces alors que son porteur aux yeux d'émeraude posa son regard sur les personnes présentes: plus précisément sur celle dont il ne ressentait rien d'autre qu'un sentiment de violence et de puissance... L'air nauséeux qui régnait depuis le massacre des blacks saints a Rodorio semblait avoir un gout de cuivre, un gout de sang dans cette zone précisément. Observant ensuite les guerriers d'Athéna présent, le chevalier sans armure reprit alors la parole d'une voix sans faille.

"Je me nomme Kenshiro et je crains de devoir stopper votre passage: Nul n'a le droit de monter à la statue de notre déesse s'il n'y a pas été invité... Seuls les chevaliers d'Ors ont le droit de la rejoindre plus haut... De plus, le village est en deuil et a besoin de tranquillité: je ne peux vous laisser avancer davantage."

Dit-il en observant les chevaliers présents tout en se demandant quelle pouvait être la folie qui les avait poussé à proposer leurs aides pour atteindre la statue d'Athéna et avec elle: le Krusos Sunagein que nul autre que les porteurs des douze signes du Zodiaque pouvaient rejoindre. Cela lui été insensé ! De plus, que pouvait-on espérer des fils du plus grand ennemi de la déesse de la justice, qui qu'elle puisse être... Fermant les poings, le chevalier de bronze resta dans l'encadrement que formaient les ruines autour de lui à la manière d'une entrée en ruine: il ne pouvait laisser les sbires du dieu de la guerre pénétrer dans Rodorio et encore moins gêner le conseil extraordinaire. Il espérait que Mattheus et les autres le comprendrait, tous les chevaliers d'ors n'étaient pas aussi compréhensifs que son maître le Taureau.

"Je vous demande pardon pour votre traversée mais personne ne traversera Rodorio !"

Terminât-il avec force en décroisant les bras face a ses trois personnes appartenant a Arés. Si les craintes du garde qui l'avait prévenu venait a se confirmer: il devra remettre son armure et protéger l'entrée du Sanctuaire de son Bouclier.

Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Ven 7 Juin - 21:05

Qui des dieux ou des demi-dieux étaient les plus exécrables? D'ordinaire, la réponse à cette question n'était pas des plus aisée, car peu d'humains durant leurs courtes existences pouvaient se targuer d'avoir un jour côtoyés ces êtres mythologiques. Néanmoins, concernant la caste des Chevaliers, cette interrogation pouvait paraître bien plus naturelle que pour le commun des mortels, car eux ne vivaient et ne vivent aujourd'hui encore que pour assouvir les volontés du dieu auquel ils ont juré fidélité... D'après les récits et les chroniques relatés au fils des âges, tout portait à croire que les dieux, du moins la plupart, méprisaient grandement les humains qu'ils avaient pourtant enfanté. Au fil du temps, les hommes en sont eux-mêmes venus à mépriser les dieux, les querelles n'en furent que renforcées... Mais de ce cycle infernal et colérique demeurait une constante bien connue des deux camps: dans l'adversité il leur fallait s'unir. Les guerres intestines entre dieux qui voyaient et voient s'opposer face à face les meilleurs Chevaliers de chaque camp en étaient et en sont encore, la meilleure illustration. L'avouer reviendrait à demander aux dieux de s'arracher les tripes, de s'asseoir sur leur honneur, cependant c'était un fait avéré, ces derniers avaient et ont aujourd'hui encore, besoin de l'Homme.

Eidolon pensait sans doute que le fait qu'un demi-dieu soit mi-homme, mi-dieu par définition, leur ferait dégonfler de moitié le melon, mais il n'en était rien... Au contraire, non seulement ces derniers se sentaient supérieurs aux simples humains à cause du sang divin coulant dans leurs veines, mais à cela venait s'ajouter l'assurance et la vantardise humaine, ce qui faisait que question bouffonnerie, on atteignait des sommets avec les demi-dieux! L'apprenti Saint plutôt que de penser à un trait commun caractéristique et distinctif de la totalité des demi-dieux, en vint à se demander s'il ne s'agissait pas tout simplement d'un trait caractéristique des enfants d'Arès... Cette supposition ne fut en rien atténuée par l'arrivée du troisième rejeton du dieu de la guerre. Jaillissant au milieu d'éclairs, apparu un nouveau larron, à la mine ainsi qu'à l'accoutrement guerrier. Plus que ses mimiques, sa dégaine, ce qui permettait de l'apparenter aux deux premiers demi-dieux, était l'énervante sensation que son regard pouvait provoquer chez quelqu'un... Ses yeux, même s'ils étaient incapables de parler bien évidemment, signifiaient très clairement que toutes les personnes alentours n'étaient que des déchets. Le simple fait de croiser ce regard méprisant arrivait à vous faire bouillir de colère, c'était comme si un sort entrait en action et parvenait à vous faire prendre les armes par la force, vos pensées n'étant plus focalisées que sur une seule chose: la volonté de tout détruire, tout massacrer.

Bien vite, ce fier guerrier au char aussi antique et empli d'Histoire que sublime révéla son identité. Selon ses dires il ne s'agissait ni plus ni moins que de Léonidas, le très célèbre roi de Sparte, crème de la crème des guerriers de son époque... Eidolon n'avait pas vraiment du mal à y croire. Après tout, après avoir rencontré Phlégias et Hippolyte, plus rien ne pouvait vous surprendre, donc que Léonidas en personne se mêle à la fête n'était pas des plus choquants. Les demi-dieux possédaient du sang divin après tout et peut-être que cela leur apportait longévité et jeunesse, leur vie était sans doute même plus longue que la plupart des mortels. Mais Eidolon n'était que très peu convaincu par cette hypothèse-ci, après tout il restait des hommes, du moins à moitié... Nul doute qu'Arès, leur père leur avait accordé une faveur, peut-être même celle de revenir à la vie afin qu'en échange ils le servent.

Toujours est-il que la situation actuelle était en train de tourner au vinaigre... Mattheus, Chevalier de Bronze de l'Adamantine avec lequel Eidolon s'entendait à merveille jusqu'alors, ne comprit pas l'habile stratégie dissimulée derrière son franc parler... Il se proposa même de les emmener voir Athéna sans même riposter, protester... L'autre apprenti, un certain Ilios, qui semblait apprécier la façon de parler de son aîné dans l'apprentissage, réagit de manière tout aussi consternante! Eidolon était certain de bien s'entendre avec ce dernier, car ils partageaient le même goût pour les ruses, l'art de poignarder ses opposants par la simple utilisation de mots, mais il ne comprenait vraiment pas pourquoi ce dernier tout comme Mattheus, était désireux de guider les enfants du pire ennemi du Sanctuaire jusqu'à la Déesse qu'ils étaient censés protéger... Mais bien vite, la raison revint! Ou plutôt il en était l'incarnation... Un bronze expérimenté, le dénommé Kenshiro Chevalier du Dragon qu'Eidolon connaissait de réputation vint s'interposer et barrer la route aux rejetons d'Arès. Sans mépris aucun dans ses propos, il leur dit tout simplement qu'ils ne feraient pas un pas de plus, l'accès à la Statue d'Athéna leur étant interdit à eux comme à n'importe quel Chevalier n'étant pas de rang Or, qu'ils n'avaient d'autre part, pas été au préalable invités par la Déesse et enfin que celle-ci était occupée par une affaire bien plus préoccupante...

Eidolon qui après avoir tenté de connaitre les intentions des demi-dieux Phlégias et Hippolyte, s'était tu par la suite, laissant Mattheus le reprendre de volée, Léonidas faire une entrée fracassante, Ilios se défendre avec mordant et enfin Kenshiro s'opposer à leur venue, crut bon d'intervenir de nouveau. Marchant bras croisé et tandis que le silence s'était fait de nouveau, il prit la parole, s'adressant à Léonidas.
    « Seigneur Léonidas, permettez-moi de vous répondre, je me nomme Eidolon. » Dit-il non sans ironie dans la voix au moment de l'appeler Seigneur, avant de reprendre, s'accoudant à un muret se trouvant non loin derrière Kenshiro, faisant ainsi lui aussi barrage à tout ce beau monde en quelque sorte « Bien que je n'ai pas vraiment mon mot à dire et plutôt que de me répéter, je vais simplement énoncer ici et maintenant que je partage l'avis du Chevalier Kenshiro. Par ces temps maudits, nous serions bien mal avisés de vous laisser passer et vous promener à votre guise dans le Sanctuaire... »
La tension était palpable, les choses commençaient sérieusement à se gâter... Au départ, Eidolon s'était simplement rendu sur place dans l'optique d'intercepter et identifier les intrus, mais les choses ne s'étaient pas exactement passées comme prévues et jamais il n'aurait imaginé vivre autant d'émotions fortes aujourd'hui. Selon lui, Kenshiro prenait la bonne décision, mais peut-être Mattheus et Ilios ne partageaient-ils pas le même avis... Les Saints étaient divisés alors que face à de tels personnages, leur cohésion était plus qu'impérative! À partir de maintenant, il n'y avait plus de retour en arrière possible...
    « L'usage de la force ne vous aidera pas à vous faire entendre davantage, les conséquences au contraire seraient des plus dramatiques... »
Eidolon ne disait pas ça seulement afin d'éviter un nouveau bain de sang ou afin d'éviter que le Sanctuaire soit profané de nouveau, non! Il disait cela afin de dissuader ces derniers de faire une grosse bêtise... Car si les enfants d'Arès se mettaient à tout saccager, plus aucun rejeton du Dieu de la Guerre ne pourrait trouver refuge sur cette Terre sans encourir la fureur des Saints...
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Jeu 13 Juin - 15:49

Jusque là, la discussion est tranquille sans aucune tension palpable et c'est une bonne chose. Il y a assez d'électricité dans l'air pour faire un feu d'artifice digne du passage à l'an 2000, qui était une vrai merveille soit-dit en passant. Ce serait donc dommage qu'une parole de trop ou de travers allume une autre allumette et raye complètement le Sanctuaire de la carte. Ce serait un problème pour nous!! Enfin revenons à nos moutons!!

J'ai proposé à nos invités de les accompagner jusque Athéna tout en leurs précisant qu'elle était bien occupée en ce moment et que cela prendrait du temps avant de la voir. Ce qui n'a pas plu à l'apprenti et me le fait savoir en me disant qu'il va s'en occuper. Surpris par cette démarche sur le vif, je n'ai pas le temps de réagir qu'un orage se fait entendre. Il ne pleut pourtant pas et l'air n'est pas lourd!!

Levant les yeux au ciel, je vois une sorte de calèche tirée par deux chevaux descendre vers nous!! Encore une divinité qui ne peux pas faire autrement que venir par ce moyen. Si les villageois voient ça, ils vont se poser des questions ou paniquer au pire!! De plus je me demande qui cela peut être.

Le chariot s'arrêtant non loin de nous, son passager descend et il est assez original surtout au vu de la façon dont il s'adresse à ses confrères sans oublier ses manières vulgaires vers la jeune femme.

C'est alors qu'il s'adresse à nous, se présentant comme étant Léonidas. Pour être tout à fait franc, je me suis retenu d'exploser de rire en entendant son prénom. Il faut bien me comprendre!! A mon époque, Léonidas est une marque mondialement connue de chocolats pralinés et voilà que cet homme arrive, se présentant comme étant Léonidas!! Alors j'ai du prendre sur moi et je remercie du fond du coeur Kenshiro pour être arrivé sinon je n'ose imaginer ce qui aurait pu arriver!!

Reprenant mon calme autant que possible, je laisse mes amis prendre les devants et remarque que l'apprenti est parti. Les écoutant, je me rends compte que j'aurais fait une terrible erreur si je les avait amené à la Statue. Décidément j'ai encore énormément à apprendre au sein du Sanctuaire!! Réfléchissant à la manière dont je vais m'adresser au... roi de cet ancien temps, je me lance et prends la parole à mon tour.
 
Quant à moi je me nomme Mattheus. Croyez bien que je suis tout autant désolé mais je vais devoir revenir sur mes mots et vous demander également de patienter ici.
 
Cela va sûrement en surprendre mais il n'est jamais trop tard pour bien faire, apprendre de ses erreurs et tenter de rattraper le tir. Ce que j'essaie de faire actuellement. Espérons que cela fonctionnera avec nos invités!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Dim 16 Juin - 20:30



Sans queues ni têtes °~

 
Non, en faite je n'avais rien dis. Les Saints étaient toujours aussi cons. Des vrais abrutis pas capables de se débrouiller seuls sans leur précieuse petite catin d'Athéna. L'image que j'avais d'eux, d'enfants larmoyant au sein de la Sagesse, s'installa plus profondément dans mon esprit, s'ancrant comme une sangsue sur la peau d'un malade. Pourtant, ces pensées, je les gardais pour moi car ont était pas à l'abri d'une surprise. Ah je savais aussi que nous n'allions pas nous ennuyer ici. Que faire sinon les réprimander comme des enfants ? Ils étaient bien sots de penser que des simples paroles auraient l'effet escompté sur les élus d'Arès, le Dieu de la Violence et de la Guerre.
Vous vous attendiez sans doute à ce que j'explose, vocifère des paroles de mon cru, fasse preuve de zèle ? Il n'en était rien, aussi étonnant que cela puisse paraître pour une personne telle que moi. Non, en faite, j'attendais un compagnon de jeu que j'avais ressentis quelques instants plus tôt. Alors, plutôt que de me concentrer sur les nouveaux arrivants qui déblatérèrent des paroles sans queues -c'était bien là le souci- ni têtes, se contredisant au passage, moi, je n'avais d'yeux que pour les cieux.

Je cherchais parmi les nuages, le signe de son arrivée. Ah, ah ! Je ne fus pas déçue ! Une entrée digne d'un Roi ! Ce que ces bouseux de Saints allaient commencer à se sentir un peu mal non ? Ils allaient devoir serrer un peu les fesses, moi je vous le dis !

Le fier, le glorieux, le pimpant Léonidas parut devant nous, ne perdant pas une occasion de briller par sa prestance. Si il y avait bien un homme que je tolérais ne serait-ce qu'un peu parce qu'il était un beau morceau, c'était lui. Alors, quand il me salua par une main au panier, je ne m'en formalisais pas et répondais de la même manière par une tape amicale sur son joli petit cul. Un clin d’œil sauvage à son adresse et je ne pus m'empêcher d'approcher de lui d'un pas de louve pour me coller tout contre lui. Ah, que le contact de sa peau était brûlante contre la mienne ! C'est que ça me donnerait presque des envies...

« T'en as mit du temps toi aussi putain de merde ! C'est que sans toi, j'allais sans doute m'ennuyer à mourir ! » Puis, je me tournais à demi vers cette troupe de débiles, les montrant dans un geste peu amène. « Ils vont bientôt chier dans les frocs si ça continue regarde les !»

Me raillant d'eux sans vergogne, je fis un pas pour me planter au milieu de cette assemblée, la tête haute, fière d'être une Reine parmi ces pécores. Dédaigneusement, je les toisais un par un, dans l'espoir de dénicher sans doute, un vrai mâle digne de ce nom sans grand résultat. Me désintéressant d'eux, je lançais à la cantonade.

« Bon, et bien si vous êtes assez stupides pour agir de la sorte alors que la situation est si urgente... Vous savez, je m'en contre fou de ce qu'il peut bien vous arriver. Nous sommes ici pour de bonnes raisons, et pas pour celles que vous croyez. Si on avait vraiment envie de vous exploser la gueule, est-ce qu'on aurait prit la peine de venir ici gentiment ? Non, ce serait mal nous connaître.»

Partant dans un petit rire de dédain, je fis volte face aussi légèrement que le ferait le vent pour revenir sur mes pas. Je me focalisais à présent sur ma belle jument qui commençait à s'impatienter elle aussi. Quand tout à coup, une illumination me fis questionner celui qui se prénommait Mattheus :

« Ah mais oui ! Tu sais peut-être où est la petite Liana mon gars, non ? C'est que j'aimerais bien lui causer... Elle au moins saurait gérer cette situation mieux que vous... Ah les hommes... »

Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Mar 18 Juin - 22:25

Statue d'Athéna Arrow

Je n'avais pas rêvé. J'avais senti plusieurs présences et je ne m'étais manifestement pas trompé. Trois inconnus se trouvaient sur les terres en ruines de Rodorio, en compagnie de plusieurs Chevaliers, dont l'un d'entre eux était Kenshiro. Ilios était présent également, avec le Chevalier d'Adamantine, mystérieux personnage sur lequel je ne savais que trop peu, ainsi qu'un autre apprenti que je n'avais encore jamais vu auparavant.

Les paroles de la jeune femme, faisant parti de ce petit groupe de visiteurs inattendu mais sûrement pas anodin, ne me plaisait guère. Elle essayait clairement de forcer la main de ses interlocuteurs, afin d'obtenir ce qu'elle voulait. D'après ce que j'avais pu comprendre, voir Athéna. La réponse n'avait pas dû lui plaire, lui ayant été probablement refusé le passage.

Je décidais finalement de me montrer, approchant du groupe, et répondant directement à la jeune femme, dont le ton ne me plaisait guère. 

- Et bien si notre sort t'importe peu pourquoi avoir fait le déplacement? 

Ils se tournaient, me dévisageant alors du regard. Je maintenais une certaine distance des inconnus, me tenant à hauteur de Kenshiro et des autres. Puis je reprenais alors la parole.

- Je suis Kyros, Chevalier du Cygne et pour revenir exactement de la Statue d'Athéna où se trouve notre Déesse ainsi que quelques uns de ses Chevaliers, je peux t'assurer qu'il vous est impossible pour le moment de passer. Ce que vous avez à dire est peut-être urgent, mais ce qui se passe en haut l'est tout autant, et rien ni personne n'est autorisé à passer. 

Je marquais un temps d'arrêt, ne baissant pas le regard face à elle. Elle nous prenait clairement de haut, ne voyant pas de haut gradé du Sanctuaire, seulement des Chevaliers de Bronze et des apprentis. Mais, je ne pouvais pas fermer la porte au dialogue, surtout si ce qu'elle disait était vrai et que leur présence était vitale pour nous.

- Cependant, si tu as quelque chose de si important à dire, comme tes propos le laissent sous-entendre, tu peux nous le dire, nous ferons passer le message à Athéna et au Général Aldébaran.

Je doutais que cette solution lui convienne, mais cela me permettrait de comprendre un peu mieux ce qu'elle désirait, du moins, ainsi l'espérais-je. Leur présence ici, et à ce moment précis ne laissait prévoir rien de bon. Je ne savais pas encore exactement d'où venait le danger!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Mer 19 Juin - 10:55

Ils arrivaient. L'un après l'autre, les jeunes saints s'agglutinaient devant eux telle un essaim d'abeille devant un pot de miel. Ainsi, les chevaliers d'Athéna se retrouvaient bel et bien devant une nouvelle épreuve, une parmi tant d'autre si on observait leur caste de son regard. Chaque génération avait eut son lot de conflit et il était bien mal avisé de les sous estimé. Après tout, la déesse de la sagesse était maintes fois parvenu à renverser le cours des événements. Sur son équidé, Phlégias observait en silence les nouveaux venus, leurs paroles qui vinrent se contredire et qui ne fit guère plus qu'hausser un sourcil au cavalier.

Bien. Il semblait que les choses n'allaient pas aller en se simplifiant. L'arrivée de Léonidas en était un des plus frappant indice. Soit. La difficulté pour que la situation ne se calme dégringolait totalement, avec l'arrivée en plus de nouveaux chevaliers toujours près à ajouter une petite phrase pour leur expliquer que non, il n'était pas possible pour eux de se rendre là où il désirait. On leur demandait même de déguerpir pour respecter un deuil qui ne les concernait pas.

Un soupir las vint franchir ses lèvres, et c'est avec une légère inclinaison de la tête qu'il accueillit le nouvel homme. Léonidas était un guerrier puissant, il demeurait en cet heure plus un gamin qu'une figure de proue. Il ferait avec les cartes qu'on lui donnait.

« Et je vois que tu as beaucoup attendu mon cher Léonidas. »

Une seule pique pour le guerrier qu'il comprendrait bien. A présent, il avait des chevaliers sur le feu qui s’excitaient un peu trop. Et qui excitait un peu trop son cheval qui détaillait chaque nouveau venu avec encore plus de sauvagerie. Un léger sifflement pour le calmer un tant soit peu et le guerrier d'Arès se retourna sur Kenshiro. Sa chère sœur aussi menait l'affront, mais il ne la rappellerait pas à l'ordre.

« Le deuil n'existe pas en tant de guerre jeune Kenshiro. Il n'existe que la guerre. Maintenant, prends tu sur toi la charge et la responsabilité d'assombrir davantage un conflit qui n'a rien de localisé ? Votre Sanctuaire, aussi précieux soit il, n'est pas le seul à avoir subit des dommages, ne penses tu pas que cela pourrait être lié avec votre propre infortune ? »

Sa voix était on ne peut plus calme, nul énervement, pas plus qu'un agacement. Simplement des questions qui méritaient réponses.

« Si vous assurez que vous prenez cette responsabilité, celle de causer par votre inaction de nouveau conflit, de nouvelles morts alors soit, nous attendrons. Votre déesse sera seule juge de votre comportement, nous ne sommes guère plus que des messagers ici bas. »

Son regard s'attarda sur Eidolon, le fixant de son regard améthyste.

« Vous êtes les seuls à vouloir utiliser la force ici. »

Phlégias jeta un œil à ses deux compagnons pour essayer de calmer leur élans, il savait que ce n'était pas là chose aisé, mais il espérait qu'ils comprendraient le message. Son aura avait disparut depuis le début de sa palabre et il valait mieux cela, Fléau était bien assez énervé pour deux – voir même pour plus si il le laissait réagir sans rien faire.

« Et pour répondre à ta question, il y a des avantages à être un enfant de divin. »

Un bref sourire s'afficha sur ses traits à ses mots, et il n'en dit guère plus avant qu'un dernier chevalier ne fasse son apparition, tout de blanc vêtu, symbole même de pureté, il l'écouta attentivement, et faillit levé les yeux au ciel. Ce qu'il s'abstint de faire.

« Je préférerai ne pas me répéter inutilement. Si pour se faire, nous devons patienter alors soit, nous ne sommes pas si pressé. N'est ce pas ? »


Un regard sur ses deux compagnons avant que l'homme ne mette enfin pied à terre. Il était, comme on pouvait se le douter, d'une taille plus d'honorable, même si comparativement à la bête qu'il chevauchait il semblait faire pâle figure. Celui ci en profita pour gratter davantage le sol qui déjà se creusait sous ses sabots d'airains...
Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Mer 24 Juil - 21:48

Ne pas se répéter disait-il? J'étais arrivé au milieu d'une conversation à laquelle je n'avais pas tout saisi, néanmoins, leurs intentions étaient bien évidentes, et malgré les raisons qu'ils pourraient évoquer, ils leur étaient impossible de rencontrer Athéna.

Je ne pouvais pas leur dire pourquoi, ces informations ne pouvaient être divulgués de la sorte et encore moins devant des apprentis qui ignoraient probablement encore la gravité de la situation.

Cependant, les Bersekers ne semblaient pas gênés par la possibilité d'attendre. Soit, si telle était leur décision, ce n'était pas moi qui allait les expulser d'ici. Tant que ces derniers ne cause le moindre souci, leur présence en soi n'était pas gênante.

- Bien, si vous désirez attendre ici, je ne peux vous en empêcher, mais...

Je me taisais, sentant l'air devenir soudainement plus lourd, une atmosphère oppressante, ne laissant présager rien de bon. Le ciel s’obscurcissait. Que c'était-il passé là-haut? Je le savais, au fond de moi je ne présentais, j'aurais dû rester auprès d'eux faisant face à Athéna. Je n'avais plus rien à dire aux Bersekers et je devais aller voir ce qui s'était produit une nouvelle fois. À croire que depuis quelques temps, le Sanctuaire était une cible. Je me tournais simplement vers Kenshiro afin de lui demander de rester présent, afin que les guerriers d'Arès ne puisse aller plus loin.

- Kenshiro, je te les confie. Je vais enquêter sur ce qui se passe ici.

Puis je me tournais vers le dernier berseker à qui j'avais adressé la parole.

- Attendez ici si vous le voulez, mais vous risquez de nous gêner plus qu'autre chose. Ce n'est tout simplement pas le bon moment!

Je commençais alors à marcher en direction des premiers Temples du Sanctuaire, mais je m'arrêtais un instant, afin de savoir si Ilios désirait m'accompagner. Après tout, notre maître était là-haut et il devait certainement être pris au milieu de tous ses événements.

- Accompagne-moi si tu le veux Ilios, je vais me certifier que le Maître va bien!

Je quittais alors les lieux, aussi vite que j'étais arrivé, me demandant encore une fois ce qu'il se passait ici!


Arrow Temple du Scorpion
Revenir en haut Aller en bas
Marcus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 790

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Sam 17 Aoû - 15:19

Ф Devoir Ф

=> Temple du Taureau

Le regard toujours vide et les traits toujours durs, Marcus donnait le rythme à sa petite équipé, d’après le garde qu’il venait de croiser à l’entrée du Sanctuaire, les émissaires d’Arès étaient présent depuis un bon moment et malgré leur annonce de n’être que de simples messagers, le général des Douze ne se fiait moins à leur mots qu’à leurs actes. Certes ils n’avaient engagé aucun combat, ni tués aucun civils, mais ils étaient venu à trois et un seul semblait être apte à parler sans offense, les deux autres n’étant d’après les rapports de simples provocateurs ne connaissant que la guerre.

Lieutenant, faites évacuer Rodorio par les rues secondaires, je ne veux voir personne dans la Grand Rue, la ville peut être reconstruite, pas les vies des habitants.

Prévoyant, tout simplement, l’Aldébaran ne faisait pas d’excès de zèle, il en avait plus qu’assez que Rodorio soit le souffre-douleur de tous les abrutis chargé de testostérone n’ayant pas le courage d’affronter de vrais Chevaliers. Ses consignes avaient été donnés et étaient déjà en train de se mettre en place, Marcus pouvait d’ors et déjà s’avancer dans la rue principale du village, deux pas devant le reste de son équipe, le géant à la peau noire ne dégageait pas une once de cosmos comme à son habitude. Il le savait, utiliser son cosmos comme d’une aura n’était rien d’autre qu’un indice de sa puissance et seul les fier à bras prétentieux de leur force le déployait afin d’intimider. En masquant cet indice de puissance, l’Aldébaran laissait ses potentiels adversaires dans l’expectative, ils ne sauraient pas sur quel pied danser, sachant seulement qu’ils faisaient face à un vétéran.

Madame, Messieurs. Je suis Aldébaran, Chevalier d’or du Taureau et Général des Armées du Sanctuaire. J’ai lu les rapports vous concernant, j’irai donc droit au but. Je suis au jour d’aujourd’hui le plus gradé du Sanctuaire d’Athéna, cette dernière n’étant pas apte à vous recevoir. Si vous êtes donc les messagers que vous prétendaient être, je suis l’homme à qui cette missive est destiné.

Le ton était solennel, sans être sec, Marcus n’avait jamais eu besoin d’imposer une quelconque autorité et il se gardait bien de le faire. Il n’avait fait d’exposer la simple vérité à leurs visiteurs tendancieux et si ces derniers venaient pour les raisons qu’ils avaient eux même énoncés alors tout se terminerai en moins de deux minutes et sans la moindre effusion de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Sam 17 Aoû - 19:09

~> Pilier du Pacifique Nord

Leur périple en Atlantide s'était terminé de la façon la plus funeste qui soit. Jamais la Louve n'aurait imaginé cette chose possible. Dans sa marche la Sainte était escortée de Shadow, qui se tenait fidèlement à son côté, la tête basse, ainsi que du Gardien de la Première Maison et de son apprenti. Depuis qu'ils avaient quitté le Sanctuaire Sous-Marin, la Demoiselle n'avait pas échangé une seule parole.

Entre les bras de la jeune femme, reposait, inerte et sans vie, le corps de celle qui leur avait fait don de l'Espoir, celle pour qui tous ici se battaient, celle que tous vénéraient. Pas une fois elle n'avait voulu remettre la défunte entre les bras de ses compagnons de route. La Louve veillait sur celle qu'elle tenait ainsi serrée contre elle comme si c'était là son bien le plus précieux.

S'il s'était alors trouvé quelqu'un pour lui faire remarquer son attitude possessive, nul doute que le Chevalier lui aurait répondu par l'affirmatif. Shion aurait été très certainement plus indiqué à cette tâche qu'elle-même, mais elle ne pouvait se résoudre à lâcher celle qui fut son amie avant d'être celle qui les avait tous guidé: Athéna.

Au fur et à mesure qu'ils avançaient au milieu de Rodorio dévasté, la foule s'était amassée derrière les Chevaliers. Des cris douloureux montaient de la gorge de certains des habitants, d'autres s'inclinaient, dans un profond et respectueux silence, à la vue de celle qui fut leur protectrice. Puis tous s'en furent, exhortés par les gardes du Sanctuaire à évacuer la ville sur l'ordre du Commandant des Douze. La Demoiselle sut alors de qui il était question. Marcus faisait preuve de prévoyance. Comme toujours.

Le regard porté vers l'avant, dur et dénué de tout sentiment, la Sauvage pouvait à nouveau admirer le Sanctuaire après toutes ces années passées loin de lui. Elle aurait préféré retrouver ce lieu Sacré en un moment plus clément. Mais les Dieux en avaient décidé autrement.

Non loin de la sortie de la petite ville, se découpait des silhouettes, signe qu'un petite groupe de personnes était présent. La Louve cherchait à déterminer de qui il s'agissait, et un léger sourcil interrogateur s'arquait lorsqu'elle reconnut les auras des Berserkers d'Arès, qui ne lui étaient pas inconnus. Elle aurait aimé éviter de les rencontrer, mais elle ne pouvait faire demi tour.

Lorsqu'elle parvint auprès de la petite troupe, la Louve laissa son regard glisser sur chacune des personne présentes. Là se tenaient des apprentis qu'elle n'avait guère encore eut l'occasion de connaître. En temps normal, elle leur aurait accordé un sourire bienveillant, mais l'heure était trop grave, et c'est sur Marcus que ses prunelles se posèrent en dernier. Elle savait que le Taureau la comprendrait, et qu'il n'était nullement nécessaire d'échanger des paroles.

Vint alors un petit groupe de servantes de la Maison d'Athéna. Comment celles-ci avaient-elles déjà eut vent de ce qui se passait? La jeune femme se remémora alors la petite frimousse familière d'une enfant qui se trouvait parmi la foule un peu plus tôt.

"Lia" songea-t-elle. L'enfant sauvée par Mashia il y avait de cela des années.

Elle ne voulait pas se séparer d'elle, mais elle le devait. Alors lentement, la Louve s'approcha de ces dames d'honneur et leur remit avec la plus grande délicatesse le corps de son amie. Dans un dernier geste tendre, la Sainte vint à remettre une mèche de cheveux carmin qui venait de glisser, effleura de ses doigts la joue blafarde avant de reculer de quelques pas pour suivre un instant du regard la petite escorte prenait le chemin du Sanctuaire.

Faisant demi-tour, le Chevalier de Bronze vint à se placer aux côtés de l'Aldébaran, et avisant les deux Berserkers elle lança alors.


"- Phlégias. Hippolyte. Que faites-vous ici?"



Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Sam 17 Aoû - 19:21

Le temps passe, doucement ou rapidement, je ne saurais le dire!! Avec la tension qui est palpable, je ne sais où on en est. Enfin la bonne nouvelle, c'est qu'ils ne sont pas passés à l'action et encore c'est parce que le dénommé Phlégias retient les deux autres qui semblent avoir le sang bien chaud. Je dois l'avouer, je suis perdu dans cette situation mais je fais en sorte que cela ne se vois pas. Cela serait une faiblesse et ils pourraient en tiraient parti surtout les deux désirant ardemment voir Athéna.

En tout cas, j'ai attiré l'attention de la jeune femme en disant que j'avais été Quaesitor. Elle qui souhaite des nouvelles de Liana va être bien déçue étant donné que je l'ignore et je ne vais pas me géner pour le lui dire.

Désolé de n'être qu'un homme et de ne pas savoir gérer la situation au mieux. Quant à Liana, j'ignore où elle se trouve.

Si ma réponse ne lui plait pas, j'en serait fort aise mais c'est la pure vérité. En attendant, je me tait et observe les discussions et réactions diverses. Bien qu'il soit un Berserker, on arrive bien mieux à discuter avec Phlégias qui semble même vouloir calmer les ardeurs de ses collègues.
Une fois la discussion finie, Kyros nous quitte nous laissant à nouveau seuls face à nos invités.

Ce n'est que quelques heures plus tard que la voix de Marcus se fait entendre et le savoir présent me rassure car je n'aurais pas su quoi faire si cela avait dégénéré. Et quelques minutes plus tard, une présence que je n'avait pas vu depuis bien longtemps apparu et me surpris.
Liana de la Louve apparue. En voilà une qui aura la réponse à sa question. Quant à moi, je les salue d'un signe de la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Sam 17 Aoû - 20:56


Arrow Temple du Taureau

Il ne nous fallut pas plus de quelques minutes pour parvenir à Rodorio. Immédiatement, notre général prit les choses en main, et cela me convenait tout à fait. Adossé à un mur nonchalamment les bras croisés, j’observais les évènements de loin. Marcus me ferait signe s’il souhaitait que j’intervienne. Il ordonna l’évacuation des artères principales du village dans un but évident : éviter que des civils soient pris entre des feux croisés. Malgré l’heure tardive, le village se retrouva vite en pleine effervescence, et ce n’était que le début. Mon cœur se serra soudain sans que je comprenne pourquoi. Mon regard balaya les lieux avant de se poser tour à tour sur Kyros et Ahina qui semblaient aller bien. Pourquoi ce malaise dans ce cas ?

La réponse à ma question ne se fit pas attendre bien longtemps, alors qu’une procession solennelle remontait doucement dans notre direction, menée par Shion et Liana. Mais ce n’est que lorsque je vis ce qu’elle portait entre ses bras que tout se bouscula dans ma tête. Mon cœur manqua un battement sous l’effet du choc provoqué, et je fus plongé dans un état second. Me redressant tout en décroisant les bras, je ne pus que suivre la procession des yeux sans parvenir à me détacher du corps de celle qui comptait tant pour moi. Le regard perdu, hagard, je fis quelques pas en arrière avant de me faufiler dans une ruelle ou personne ne me verrait. Je fis quelques pas tout en réfléchissant à cent à l’heure, complètement dépassé par les évènements. Comment était ce possible ? Elle était en sécurité chez les Marinas, avec Shion, avec Celsius ? Que s’était il passé, nom de dieu ?!

Je fis quelques pas d’une démarche gauche et mal assurée dans cette ruelle sombre sans même savoir où je me rendais, simplement pour m’éloigner du groupe, qui je l’espérais n’avait pas remarqué ma disparition. C’est alors qu’un soudain haut le cœur me surprit, et je ne pus que m’effondrer à quatre pattes avant de vomir mon dernier repas, complètement en état de choc. Tremblant de la tête aux pieds, blanc comme un linge, je m’assis contre le mur, recroquevillé sur moi-même pour essayer de me calmer. Si les autres me voyaient, que penseraient-ils du chevalier du Verseau en cet instant ? Oh, et puis, au diable l’avis des autres pour le moment, pensai-je en balayant cette idée d’un revers de main. Elle était morte, et rien d’autre ne comptait.

Aussi perdu qu’un gosse qui se serait égaré en pleine forêt, je ne parvenais pas à m’extraire de cet état second. Toujours tremblant, mon regard se leva vers les cieux. D’abord Fawn, et maintenant Mashia ? Cette nuit était vraiment maudite ! Il me fallait retourner rapidement auprès des autres, mais d’abord, je devais me calmer. Il le fallait à tout prix…


Arrow [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes


Dernière édition par Kappa le Mer 16 Sep - 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Sam 17 Aoû - 21:36



Mission terminée °~

 
Ce silence qui régnait était assez éloquent, je voyais bien que rien ne se produisait, il n'y avait pas cette petite étincelle dans leurs yeux vides.
Je les observais un à un, cette bande de débiles avec un air vraiment navré sur le visage. Si, si je vous jure, je ressentais véritablement de la pitié pour ces hommes. Enfin, non, fallait pas déconner. Ces mous du genoux ne méritaient même pas qu'on leur accorde notre attention. J'étais comme une lionne en cage, prête à sortir les griffes. Sauf que j'avais promis d'être sage.

« Fais chier !» jurais-je intérieurement en donnant un coup de pied dans une pierre.

Celle-ci décrivit un léger demi-cercle avant de choir dans ce sol poussiéreux à quelques pas d'un homme grand et à la peau foncée. Aussitôt mon humeur jusque là maussade reprit un peu du poil de la bête : je me pris à faire un immense sourire qui n'avait pourtant rien d'amical, enfin, ceux qui me connaissaient après coup, savaient qu'il fallait se méfier de cette moue. Cela n'augurait jamais rien de bon, souvent, c'était parce que j'avais une connerie en tête.

« Ah, enfin un mâle digne d'être chevauché ! Poussez-vous les gueux, je suis sûre que lui, au moins, en a une sacré paire ! » fis-je avec des gestes forts obscènes pour illustrer mes propos.

Je m'approchais alors d'un pas calculés, d'une démarche provocante, mon sein exposé, haut et fier qui était la preuve concrète que j'étais une vraie amazone. Et pas des moindres car je suis...

« Hippolyte, Reine des Amazones mon mignon ! Allez, allez, il ne faut pas être aussi crispé je sais que d'ordinaire les Saints ont un balais dans le cul... mais nous sommes bel et bien là pour des raisons... hm? Oh ! »

D'un coup, je coupais court à ma réplique pour mieux l'étudier, me penchant parfois pour bien l'observer à ma guise, comme s'il ne s'agissait ni plus ni moins que du bétail. Ce fut à cet instant que je remarquais les deux autres qui l'accompagnait. J'ignorais complètement le second - avec sa tignasse turquoise, très peu pour moi - pour me poster devant la seule personne digne de mon intérêt et respect : une femme chevalier. Elle était pas mal en plus avec ses yeux verts !

Les miens, mordorés, l'étudièrent avec insistance. Je lâchais alors un autre sourire, un franc celui-ci.

« Par mon Père Arès, en voilà une vraie beauté ! Mais qu'est-ce que tu fous avec ces trous du cul ma belle? »

J'entendis ma jument renâcler et une fois encre mon attention se porta ailleurs. L'expression joyeuse sur mon minois s'effaça totalement pour devenir grave. Bien que celle que je cherchais avec insistance - c'était d'ailleurs surtout pour cette raison que j'avais accompagné Phlégias- arrivait comme par magie devant moi, j'avais senti bien avant sa présence, le grand vide dans son cœur. Et cette once de détresse qui accompagnait les nouveaux arrivants.

« Putain de merde... » murmurais-je pour moi-même mais inconsciemment à haute voix en voyant ce qu'elle transportait dans ses bras. Grave et pour quelques instants, j'adoptais un comportement cérémonieux . Oui, je portais toujours un respect infini pour chaque guerrière tombée au combat et surtout à Athéna... surprenant n'est-ce pas? Notre mission était pour moi terminée. Une fois le corps emporté par des servantes et futures pleureuses, je considérais cette scène avec beaucoup de peine.

Les mots de la Louve pourtant, ranimèrent bien vite le feu qui brûlait en moi.

« Ah ! Liana ! Enfin te voilà ! J'avais peur de ne pas pouvoir te voir ! »

Je lui sautais au cou pour poser mon front contre le sien, sourire carnassier accroché aux lèvres. D'un geste que beaucoup aurait mal interprété, j'approchais mon nez de sa nuque pour la humer, respirant à plein poumons, l'odeur de ses cheveux. Du sang.

« Viens avec moi ma Louve, tu as besoin de moi, besoin de partir, de réapprendre ce que tu es vraiment. »

Une invitation. Qui évidemment ne se refusait pas. Pas quand la Reine des Amazones le demandait. Un grognement me gêna dans mes réflexions et, apercevant le loup noir, je lui témoignait un salut d'un simple signe de tête. Me reculant brusquement de la Sainte non sans lui voler un baiser, je remarquais la présence de deux autres demoiselles. Mes lèvres se retroussèrent dans une mimique sadique. Dans mes mouvements, ma longue chevelure blonde presque blanche s'envola pour fouetter l'air. Et ce fut aussi vivement que la bise que je me portais devant celles qui accompagnaient la Louve.

« Je ne savais pas que les Saints étaient devenus vraiment aussi perspicaces et moins cons ! Tant de femmes chevaliers ! Et une autre or en plus ! Oui, vous remontez dans mon estime ! » fis-je d'un air théâtral, un rien surjoué.

Je répétais mon petit manège en tournant autour d'elles. Mais quelque chose clochait sans que je sache dire quoi. Les sourcils froncés je me penchais vers elles pour les renifler.

« La vache ce que vous pouvez sentir bon ! Vous lavez vos cheveux avec quoi? Allez, je vous embarquerais bien mais... je sais pas... non... non vous avez pas le port de tête de Liana, ou la poitrine de cette magnifique brune là bas. » dis-je en désignant du doigt la femme chevalier au yeux d'émeraudes. « Hm...c'est combien? »

Voyant leur air incrédule je répétais avec insistance : « C'est combien? Vous prenez combien pour une heure? Que je vous montre un peu comment doit sentir une vraie femme ! Oui une petite heure car sinon je risque de vous casser. Ce serait bête que vous marchiez plus droit ! Déjà que vous êtes plutôt plates... ce serait con de vous rendre bossues ! C'est pas très élégant, surtout pour une Première Gardienne et son... apprentie? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Sam 17 Aoû - 22:35

Spoiler:
 

Venant de la Maison du Taureau

A peine arrivés à Rodorio, Aldébaran donne une série d'ordres assez clairs pour qu'aucun argument contraire ne soit toléré. Ahina le dévisage avec une admiration qui ferait presque naître de petits coeurs volants tout autour de son crâne. Evidemment, n'importe quel chevalier digne de ce nom ferait passer la sécurité des villageois avant celle de n'importe qui ou de n'importe quoi d'autre. Mais les injonctions testostéronées possèdent un petit côté jouissif qui la galvanisent malgré son total désintérêt pour la gente masculine et surtout tant que l'ordre en question ne lui est pas imposé à elle, cela va de soi...

Par contre sa réaction est nettement moins enthousiaste quand le puissant Taureau fait preuve d'une politesse parfaitement hors de propos à l'égard des trucs... qui troublent la quiétude de son village natal. Il n'en serait tenu qu'à elle, elle les aurait déjà renvoyés chez Arès à grand renfort de coups de pied au cul. Et non... que fait Aldébaran ? Il dit Bonjour madame bonjour monsieur ! Paie ton HALLUCINATION !
Les lèvres d'Ahina s'entrouvrent pour beugler à l'infamie de cette improbable situation lorsqu'il poursuit ses paroles. Se présentant comme le plus haut gradé du Sanctuaire, il rouvre sans le vouloir une plaie béante que le Scorpion tentait jusqu'à lors de maintenir soigneusement hors d'atteinte.

Les liens de cause à effet sont parfois néfastes. En l'occurrence.. rappeler qu'il est le plus haut gradé équivaut à relancer la douleur provoquée par la mort du Grand Pope qui n'était autre que le maître d'Ahina.
Les poings de la brune se referment alors qu'un rictus de colère électrise son visage. Elle pose deux prunelles de jade ardentes sur ses invités impromptus. Il faut dire qu'ils lui offrent de quoi se défouler sur un plateau d'argent. Le décès de son maître, se retrouver face à Kappa dans un funeste tour de passe passe du destin... Tout cela l'énerve tant qu'il va bien falloir que quelqu'un en fasse les frais tôt ou tard. Alors tant qu'à faire, autant que ça soit ces intrus là.

L'espèce de blondasse s'adresse à sa légende vivante comme s'il s'agissait d'un gigolo et non contente d'être d'une parfaite incorrection avec Aldébaran, la créature se tourne vers elle en l'apostrophant comme si elle tentait de déclencher en elle quelque sourd désir parfaitement absurde, là c'en est trop. Elle aurait du joyeusement la fermer et suivre les ordres donnés par Aldébaran, mais à cet instant il n'est plus envisageable de se retenir. Après avoir esquissé un bref sourire narquois, le Scorpion la toise d'un regard si mauvais qu'on pourrait presque la prendre pour un spectre à cet instant.
Franchement... faut pas tendre des perches comme ça... c'est mal.


Espèce de traînée... pour qui tu te prends... toi et ton sein qui pend.
Rien à foutre que tu sois la reine des truies ou des amazones.
Je vais te la faire plus courte et moins protocolaire. Soit tu ouvres ta grande gueule pour une bonne raison, à savoir énoncer les raisons de votre présence ici, soit vous vous barrez fissa sans que je n'ai besoin de ratatiner ta tronche de blonde. C'est plus claire comme ça ?


Franchement... Ahina des fois tu devrais vraiment la fermer. Car il est tout de même probable qu'elle ne fasse pas un pli devant la fille d'Arès. Mais à cet instant, comme quelle que soit la suite des évènements, elle n'en a mais alors rien à carrer. Si Ahina était raisonnable, ça se saurait depuis un bail.

Son attention est détournée de ses cibles du moment un bref instant, alors qu'une clameur sinistre s'échappe des ruelles avoisinantes. Plissant les paupières en direction de la foule qui s'amasse et s'avance vers eux, Ahina manque dans un premier temps de pousser une sacré gueulante. Qui ici n'aurait pas bien compris les ordres d'Aldébaran au juste ?
Mais ses mots restent coincés au fond de sa gorge tandis qu'un chevalier s'avance à leur rencontre en portant dans ses bras un corps qu'elle reconnait dans l'instant.
Son regard croise un bref instant celui de la louve chargée de ce si terrible fardeau. Elle ne peut croire ce qu'elle a sous les yeux à cet instant.

Athéna...


Aucune larme n'embue pourtant ses yeux d'émeraude. En cela on peut remercier Kappa. Car depuis douze ans, Ahina n'a pas été capable de verser la moindre larme. Elle ne pleura pas quand le Grand Pope mourut. Elle ne pleura pas lorsque Fawn s'éteignait à quelques mètres d'elle. Et malgré toute l'oppressante douleur qui enserre sa poitrine à cet instant, elle ne pleure pas.

Ses prunelles fixent longuement la jeune guerrière qui tient le corps de leur déesse avec une infinie précaution, avant de balayer l'assistance en dévisageant Shion qui l'accompagne. D'ordinaire elle ne peut pas placer un mot en sa présence et jamais ô grand jamais elle n'oserait le regarder droit dans les yeux comme elle le fait à cet instant. Shion... c'est un peu sa super star pourrait-on dire. Mais à cette seconde son regard brillant le transperce de mille feux, presque comme si elle attendait qu'il leur rende des comptes. Presque comme si, insidieusement, ses prunelles qui le dévisageaient attendaient une réponse à un trop lourd "pourquoi".

Bien obligée de détourner les yeux quand cette donzelle sortie des enfers sautille autour d'eux en balançant des inepties plus grosses que ses deux seins rassemblés, sans compter les paroles absurdes qu'elle adresse à la louve qui n'a franchement pas besoin de ça à cette minute, Ahina l'apostrophe une fois encore d'un air passablement agacé.

Elle est où l'option "ferme ta gueule" sur ta carcasse la blonde ?!


Alors qu'elle s'apprête à tendre un doigt rageur vers leurs indésirables invités pour leur signifier que c'est pas vraiment le moment de la ramener mais qu'ils ne perdent rien pour attendre, un poignard s'enfonce très profondément dans son coeur. Un de plus, serait-il malheureusement judicieux de dire.
Ses prunelles dérivent sur les personnes présentes, sur la procession funèbre, sur les servantes de la divinité qui viennent d'investir les yeux. Juste à temps, elle aperçoit Kappa fondre dans une ruelle.

Il n'en faut pas d'avantage pour qu'elle se remémore ce qu'il lui a dit un peu plus tôt.

Crois moi, j’ai au moins deux fois plus de raisons que la plupart des chevaliers de souhaiter qu’il ne lui arrive rien


Une expression de profonde contrariété fige ses traits un bref instant. Elle a donc vu juste. Cet abruti s'est entiché du réceptacle de leur déesse !

Pff c'est pas vrai...


Un léger claquement sur l'épaule du Taureau pour lui signifier qu'elle a les choses "en main" ou presque ou du moins est-ce à espérer... Ahina disparait à son tour dans la ruelle sombre. Il ne lui faut pas bien longtemps pour tomber sur le Verseau. Il est dans un état... qu'elle ne lui a jamais vu. Et pour cause, la dernière fois c'était lorsqu'ils étaient aussi hauts que trois pommes, guère plus.
La brune s'avance vers lui d'un pas mesuré alors que son regard balaye rapidement le sol souillé par l'angoisse de Kappa. Elle esquisse un ample soupir alors qu'elle s'agenouille face à lui. Saisissant ses joues dans ses paumes, elle l'oblige à redresser la tête.

Kappa oh... Je sais ce que tu ressens, mais franchement c'est pas le moment de te laisser aller à ton chagrin. T'as pas ce luxe, alors maintenant lève toi Chevalier et fais honneur à tes compagnons et à ta déesse !


Elle le toise d'un regard aussi froid que les neiges qu'il est à même de créer. Et finalement il a de la chance... car si ça n'avait été lui, si ça n'avait été le corps de leur déesse bien aimée, elle aurait été bien plus méchante que cela. Il serait cependant judicieux pour lui de reprendre contenance et assez vite de préférence.

Crossover dans les ruelles


Dernière édition par Ahina le Jeu 5 Sep - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Dim 18 Aoû - 22:01

Arrow Pilier du Pacifique Nord

Dans un silence de plus en plus pesant, les trois compagnons d'armes avaient progressé sur la route du Sanctuaire d'Athéna. Aucun d'eux ne semblait avoir le courage de prendre la parole, ne serait-ce que pour quelques propos triviaux, et seuls quelques regards venaient dynamiser le chemin du retour. Des regards suffisants pour comprendre le désarroi qui avait envahi son jeune disciple suite aux évènements récents. Perdu dans ses pensées, peut-être se demandait-il comment aurait réagi son père à l'époque où il lui avait apporté de si sages conseils au coeur d'Istanbul. Des regards suffisants pour comprendre que Liana se rattachait désespérément au réconfort apporté par le corps de leur Déesse qu'elle tenait en ses bras. Nulle volonté de sa part de le lui enlever, nulle envie de s'attribuer un honneur qui ne lui apporterait rien. L'important n'était pas sa fierté en ce jour, pour peu qu'il lui en reste encore.

Un retour aux sources qui commençait à se faire long lorsque les premières lumières de Rodorio vinrent finalement se refléter dans ses yeux. Un long soupir de soulagement vint briser le silence entre les trois compères malgré les nombreuses silhouettes de Chevaliers qui apparaissaient lentement alors qu'ils atteignaient leur destination. Enfin, ils étaient de retour chez eux. Enfin, ils allaient revoir les autres Protecteurs d'Athéna et poursuivre la reconstruction, reprendre le cours de leur destin.

Observant tristement Liana remettre le corps de leur défunte Déesse à ses servantes afin qu'elles la conduisent au sommet du Sanctuaire, Shion laissa son regard glisser le long des Chevaliers présents sur les lieux. D'abord, Aldébaran, aux côtés de qui il avait défendu leurs idéaux depuis de multiples années. Jusqu'au coeur des Enfers. Absent lorsque les conflits avaient débuté, il n'était probablement pas au courant de tous les évènements mais le Premier Gardien espérait qu'il comprendrait... qu'il saurait qu'ils avaient fait tout leur possible pour éviter les malheurs qui s'étaient produits. Quelques mots envoyés par télépathie.

Aldébaran, nous avons échoué. J'ai échoué. Le Grand Pope s'est sacrifié au coeur même de mon propre Temple et Athéna a disparu au coeur du Sanctuaire Sous Marin alors que je l'avais accompagnée pour la protéger. A-ton jamais vu un Premier Gardien aussi peu glorieux? Je me rattraperai car mes idéaux restent intacts là où le reste saigne encore. Je vais aller me recueillir au sommet de ce Sanctuaire et me tiendrai là haut si tu souhaites plus d'informations.

Puis ses yeux se posèrent sur Kappa qui s'éloignait rapidement en apercevant le corps de leur Déesse vide de toute vie et le Bélier n'eut point le temps de lui adresser un quelconque mot. Seul son regard parvint à exprimer un mélange de tristesse et d'excuses alors qu'il se plongeait soudainement dans celui d'Ahina, celle qui portait l'Armure d'Or des Scorpions et se montrait habituellement si discrète en sa présence. Habituellement car, en cet instant, des propos houleux semblaient se ruer hors de sa bouche à l'égard de leur visiteurs.

Les visiteurs... Il n'avait porté que peu d'attention à leur vulgaire manège depuis qu'il était arrivé en ces lieux. Enfin, tout particulièrement à l'égard de cet insecte qui tournait dans tous les sens autour d'eux en pensant qu'enchainer railleries et provocations la rendaient plus importante que les personnes présentes. Comment Arès pouvait-il accorder son soutien à des combattants aussi stupides et indignes du respect d'un Dieu? Comment un Dieu pouvait-il tomber si bas? N'accordant qu'un regard désintéressé à la femme - en considérant qu'on pouvait appeler cette chose une femme - il adressa finalement quelques mots à l'homme qui l'accompagnait, Phlégias. Cordial mais froid.

Salutations Phlégias, représentant d'Arès. J'espère que votre présence, à vous et votre esclave - pointera Hippolyte - n'est pas synonyme de nouveaux conflits pour le Sanctuaire. Mais je ne faisais que passer, je dois aller me recueillir. Aldébaran est le plus à même d'écouter vos requêtes. Au plaisir.

Saluant tous les présents et ne se retournant que pour voir quelles directions empruntaient Mu et Liana, Shion concentra son Cosmos et disparut pour se rendre au sommet de leur Sanctuaire.

Arrow Statue d'Athéna
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Queen & King   Lun 19 Aoû - 13:03

Arrow Sanctuaire sous marin

Silencieux, trois âmes en peine avançaient sous le poids morne du soleil grec. Mü observait ses proches en étant quelques pas derrière, alors qu'il avançait il vit un éclat métallique sur le sol et le prit pour le regarder un instant. Un chevalier avait laisser un reste de son armure, elle criait de douleur et le jeune apprenti souffla de dépit en la mettant dans un coin de sa poche. C'est alors que les premières marches de Rodorio laissèrent apparaître leurs toits orangés et cela fit enfin sourire le fils d'Istanbul un instant de se sentir enfin chez soit.

Grave et pensive, la jeune louve portait le corps de la Déesse depuis un moment et elle la remit aux suivantes du temple sacrée d'Athéna. Cette charge aussi grande que lourde devait bien peser sur ses épaules et il devait bien se l'avouer, cela dénotait une force de caractère dans le coeur de la jeune femme qui n'était pas faible. Il ne la connaissait pas mais ses yeux témoignaient d'une certaine admiration pour elle. Alors que les choses auraient pu en rester là, il ressentit une fragrance dans l'air qui lui fit détourner la tête vers un groupe de chevaliers faisant face à deux autres guerriers, un homme et une femme.

Alors que le chevalier d'or du Verseau se retirait en ayant vu le corps d'Athéna, il entendit un chevalier, certainement la nouvelle élue du Scorpion, en train de le rappeler à l'ordre. Pensif, il laissa cela en écoutant les autres personnes dans l'assemblée. Une chose surprit alors l'apprenti de la première maison du Zodiaque, si le Bélier blanc était en général diplomate et courtois en toute circonstance, la réplique pince sans rire qu'il venait de faire le fit tiquer sérieusement. Ce genre de phrases et dans les circonstances actuelles, était inutile de déclencher de nouveaux conflits avec une phrase maladroite.

Dos au mur d'une maison, il attendit que son Maître se soit retiré de cette étrange comédie pour lui dire sa façon de penser. Posant ses mots avec soin, il savait que donner son avis au vu de sa position pouvait paraître désagréable mais sa conviction était que les choses devaient être dites avec le plus de diplomatie possible...

" Seigneur Shion... Je ne sais comment vous exprimer ma façon de penser, donc je vais faire simple, cette pique à l'endroit de cette guerrière d'Arès était inutile au vu des circonstances. J'estime, à l'instar de mon défunt père, que les phrases de ce genre sont à éviter, elles apportent plus de malheur qu'autre chose... "

Les propos avaient été tenu tête haute, droit dans les yeux ! De par son éducation, le jeune stambouliote ne supportait pas d'attiser un conflit sans aucune raison. En cela, le chevalier d'or du taureau avait été plus sage de demander simplement, dans un premier temps, la raison de la présence de ce couple de malheur. Il suivit alors le Bélier sans un mot de plus vers le temple d'Athéna...

Arrow Temple du Grand Pope
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Queen & King   Lun 19 Aoû - 16:14

Tout se complexifiait au sein de la chevalerie de la Déité Sage. Il ne pouvait pas avouer que celle-ci soit transmise à certain de ses aspirants, pourtant, le cavalier au bas de sa monture n'en laissait rien filtrer. Ils étaient là et attendraient le temps qu'il faudrait pour informer la nièce de leur père ce qu'il était advenu. Un instant de réflexion le poussa à se souvenir qu'ils étaient en effet parent avec elle. Il aurait presque oublié ce détail aussi insignifiant qu'une goutte d'eau dans le vaste empire de Poséidon. Lorsque l'on possédait du sang de divinité, on recevait également l'héritage généalogique un rien complexe.

Comme cette situation.

De nouveau, d'autres chevaliers, à croire qu'ils devenaient l’attraction principal de ce petit village qui n'avait d’intérêt que par son emplacement.  Hélas pour eux, cela en faisait une cible de choix pour les factions adverses. Combien de fois ce village avait-il dû être reconstruit par le passé ? Trop sans nul doute. Mais là n'était point la question. Sa main demeurait fermement accroché aux rênes de sa monture noire d'encre renâclant à chaque nouveau venu avec plus de force et de sauvagerie. Il demeurait pourtant au même endroit, respectant parfaitement les ordres tacites de son cavalier de ne point bouger.

Le temps et la mort les avaient liés.

Le prochain chevalier fût tout au moins paré d'or. Enfin, songea le guerrier. Enfin la caste la plus prestigieuse du Sanctuaire d'Athéna se déplaçait pour savoir ce qu'il en était. Il n'eut nul mal à reconnaître l'armure en question même si celui qui l'a portait lui était bien différent du dernier qu'il avait rencontré.

Le temps passe...

Et sa sœur non plus n'avait guère oublié, pas plus qu'elle n'en avait oublié d'utiliser sa langue. Il aurait souhaité avoir le temps de répondre obligeamment au Taureau mais cette dernière le devança, joueuse.

Mais le temps ne s'y prêtait plus. Lui aussi la vit. Quand bien même il n'avait jamais vu son réceptacle dans cette vie, le corps inerte qui vint jusqu'à eux porté par sa Quaesitor louve ne laissait aucunement douté de son affiliation. Athéna avait toujours les mêmes caractéristiques, quelque soit le temps et l'espace, elle demeurait semblable même si différente avec subtilité. La trace rémanente de son cosmos auréolait toujours cette silhouette opaline.

Le guerrier ferma brièvement les yeux par respect pour la dépouille de la déesse. Contrairement à leur père, il n'avait nul grief contre elle.

« Ainsi le pire est arrivé... »

Un nouveau déséquilibre allait résulter de cette mort, de cela, il en mettrait son épée fondre dans les forges d'Héphaistos. Son regard se porta sur le haut du Sanctuaire un instant avant qu'il ne secoue tristement la tête. Même sa sœur était chagriné par cette perte. Ils n'étaient pas des hommes sans-cœur au contraire de ce que leur réputation laissait entendre. Au contraire, ils connaissaient tous la douleur des pertes.

Pourtant, cette affliction fut bien courte et cela, il ne put que le constater de ses yeux. Ne pas verser de larmes était une chose que tout chevalier connaissait pourtant, de la à aller aussi loin. L'agacement ombrageait son regard améthyste lorsque la sainte d'or en vint à rabrouer sa sœur. C'était mérité, il ne pouvait réellement le nier, mais pour l'heure il y avait d'autre préoccupation.

- Il Suffit ! 

Sa voix se fit bien plus sèche et plus forte que ce qu'elle avait été jusqu'alors. Lui qui était le plus calme des Berseker ici présent utilisait ce qu'il avait bien longtemps mi de côté : l'autorité. Et il en possédait bien plus que n'aurait put le croire le simple chaland. Il était roi. Il espérait ainsi remettre quelques peu les idées en place au individus ici présent. Il semblait que peu est l'esprit clair.

- Aldébaran du Taureau, je vous pris d'excuser les paroles de ma sœur, notre temps et le votre sont fort différent. Nous étions ici pour faire part d'une menace dont les ficelles demeuraient invisible à nos yeux ainsi qu'au événements qui ont soulevé la cité neutre, je crains toutefois qu'il ne soit trop tard pour cet avertissement au vu de votre perte. Et la présence de Liana du loup, Quaesitor de votre déité vous sera plus profitable que les 'ennemis' que nous sommes.  

A Liana, le guerrier offrit un signe de tête et un sourire las qui ne tarda pas à s'étioler. Le trop tard résonna avec froideur, tout comme le reste de ses mots mais son regard le fut bien plus quand il toisa la sainte d'or et le bélier.

- Pour l'heure, nous n'avons nul intention belliqueuse. Mais soyez prudent, votre affliction vous fait perdre votre amabilité, n'oubliez pas la Déesse que vous représentez, chevalier et les idéaux qu'elle défend. Elle revivra. Toujours.

C'était dans sa nature même. Ce qu'elle avait choisit en abandonnant son corps divin pour se réincarner dans celui d'une humaine. Ils pouvaient dire d'eux, mais les deux camps possédaient leur trouble fête. Il ne niait pas que les siens étaient à la hauteur de la réputation d'Arès... Ainsi était ses cartes.

- Léonidas, Hippolyte, laissons donc ces chevaliers à leur deuil. Notre présence est à présent inutile.

Il espérait que ceux-ci ne feraient guère plus de vague qu'ils n'en avaient déjà fait et obéirait à son ordre sous-jacent sans trop s'attarder. C'était là un fol espoir de sa part mais soit. Après tout, il n'était pas plus supérieur à eux qu'ils ne l'étaient par rapport à lui aussi avaient ils tout le choix de partir ou non.  

- Soyez prudent chevaliers de ne pas trop vous laissez aller dans le chagrin. L'ennemi sera toujours à vos portes et profiter des faiblesses est ce qui restera le plus profitable pour lui, quel qu'il puisse être. 

A ces derniers mots, il remonta sur sa monture après avoir gratifier certains individus d'un regard sombre. Aussi aimable et ouvert pouvait il être, il demeurait en lui une sombre face. Celle d'un monarque déchu.

- Voilà où vous a mener votre inaction, Chevaliers. Ne refaite pas la même erreur.

~ Ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Queen & King   Lun 19 Aoû - 23:04

En provenance du Temple du Taureau Arrow

Accompagnant Kappa et Ahina, nous n'étions pas restés longtemps au deuxième Temple Zodiaqual. Aldébaran nous y attendait et nous reprenions la route jusqu'au village de Rodorio. La jeune Chevalier du Scorpion m'avait adressé un sourire qui, non pas ne m'avais pas plus, mais me laissait très peu confortable. Elle avait déjà démontré qu'elle possédait un caractère trempé, mais qu'elle était également de faire peur d'amabilité.

Et c'était justement ce genre d'attitude que je n'avais presque jamais eu à mon égard. Seuls quelques personnes, principalement des Chevaliers avaient osé acquiescer un sourire envers moi. Il fallait bien avouer que, étant très refermé sur moi-même, les gens ne m'approchaient pas. Mais voulais-je réellement qu'elles m'approchent?

Mais je revenais bien rapidement à la réalité, faisant face à nouveau aux Bersekers d'Arès, que j'avais auparavant quitté pour me renseigner sur les terribles événements qui nous avaient frappés.

Liana était enfin de retour, accompagné du Chevalier du Bélier et de son jeune disciple. Mais pire que tout cela, le corps inanimé de Mashia. La réincarnation d'Athéna était bel et bien morte pour notre plus grand désaroi. Je jetais un oeil vers Kappa. De nous tous, et de part sa liaison avec Mashia, il devait être en état de choc.

Hippolyte était toujours aussi énervante, ce qui n'aidait en rien, mais Ahina semblait être à sa hauteur et lui répondit à la lettre. J'étais quelque peu amusé par cette situation, on ne voyait pas un tel spectacle tous les jours. 

C'est alors que Kappa nous quittait prématurément. Un regard d'Ahina me fit rester sur place. Visiblement elle s'occuperait de lui. Mais mon impuissance face à tout cela ne faisait que faire grandir en moins une colère longtemps enfoui en moi. Est-ce que je devais continuer à être spectateur du malheur des gens qui m'étaient proches?

Phlégias tentait de calmer un peu les ardeurs de chacun et même si le ton employé était plus posé, ses paroles contenaient bon nombre de provocations. Je ne savais pas comment réagirait notre Général, et le connaissant, il ne se laisserait probablement pas perturbé par de telles paroles, mais si jamais nous devions en arriver au mains, alors je n'hésiterais pas une seule seconde. Depuis le début les serviteurs d'Arès nous prenaient de haut, venant avec des paroles vides sur une menace qui planait, comme si nous n'étions pas déjà au courant, et pire, ils n'en savaient pas plus que nous. Alors que venaient-ils faire ici si ce n'était nous faire perdre du temps? Ou bien, avaient-ils une autre idée en tête?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Queen & King   

Revenir en haut Aller en bas
 

Queen & King

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-