RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Lun 12 Aoû - 20:15


9 janvier 1745, Asie Mineure



    Une dernière nuit. Oui, une toute dernière.  Ses bagages étaient prêts, cachés sous la toile qui lui servait de lit. Pourtant, l’enfant n’arrivait pas à dormir. Des goutes d’or suintaient de ses yeux éponymes. Elles luisaient dans le noir. Oui, il allait s’enfuir demain matin, avant que Maître ne se réveille, normalement. Cette formation n’était définitivement pas faite pour lui. Il avait pensé retrouver une figure paternel en lui lorsqu’il avait fait du mal aux autres et c’était vrai, pourtant, il ne pouvait définitivement pas maîtriser les racines du mal qui poussaient en lui. Il observait ses camarades à présent. La plupart étaient bien plus âgés que lui mais Maître ne cessait de répéter au petit Indien la même chose. « Tu brilleras parmi les étoiles. Tu es destiné à de grands desseins. Avec ce pouvoir, tu pourras même porter l’une des douze dorées. » Hélas, parler à une enfant de neuf ans de ce genre de choses, c’est s’attendre à ce qu’il ne comprenne qu’un mot sur deux et c’était le cas. Mais Jara savait une chose : jamais il n’avait été aussi admiratif devant ses autres apprentis alors il dut se rendre à l’évidence, il était réellement destinés à de grands projets.

    Non, c’était trop dur de rester là plus longtemps ! Le chérubin exotique attrapa le premier morceau de tissu qui lui servirait de gilet pendant la nuit et porta de ses deux mains son baluchon. Il ne savait pas réellement où aller, il était bien trop petit pour le savoir. À vrai dire, il se doutait même qu’il ne s’agissait pas de la plus sage des décisions mais cette énergie brûlante, virulente et tranchante, enfouie en lui, lui faisait peur. Comment Maître pouvait-il seulement penser qu’un enfant comme lui pourrait dompter une telle chimère ? Cette nuit était vraiment fraîche. Il était au beau milieu de l’hiver, chacune de ses expirations laissaient s’échapper un nuage de glace blanc. Même les rares étendues d’herbes craquelaient sous ses pas, comme si chaque feuille avait été figée par Dame Nature. En dépit de cette température affreusement froide, le ciel était étrangement étoilé. De vieux souvenirs resurgirent, il y a deux ans, il aimait apprendre à Rajiv le nom des différentes constellations. Ils avaient choisis leur préféré et avaient même créé un jeu. Le premier qui la pointait du doigt tout en disant son nom avait gagné. Ce soir, c’est Jara qui a gagné. Il leva le doigt vers un grand amas stellaire et susurra. « Makara… » Maître lui avait donné un autre nom, il ne se souvenait plus vraiment. C’était une toute autre langue après tout. La route devenait longue et de plus en plus sinueuse. Les aires plates se  faisaient de plus en plus rares et bientôt, l’enfant dut faire face à des montagnes immenses. Aussi inconscient qu’il était pour déserter son camp, il ne l’était pas assez pour escalader ces monts de lui-même. Il fallait qu’il contourne tout ceci, et pour cela, rien de telle qu’un joli sentier trouvé à quelques mètres d’ici. Cette route se faisait de plus en plus inquiétante finalement. Jara en regrettait presque les montagnes…

    Le chétif vagabond arriva à la lisière d’une forêt. Des formes étranges s’y dessinaient et l’effrayaient. Rajiv et même Makara le protégeraient. Il entra et passa sa main dans sa chevelure rebelle. Dans la nuit, celle-ci se confondait avec tout. Seuls deux prunelles d’or étaient visibles dans cette obscurité saisissante. Car en effet, une fois rentré dans le bois, le Maître des Ténèbres appliquait sa régence. D’ici, même la lumière des étoiles étaient filtrées par les feuilles noires des troncs monstrueux. Petit poucet, il avançait en tentant de dessiner des petites marques à l’emplacement de ses pieds. Peut-être retrouverait-il son chemin en cas de problème grâce à ce stratagème.  D’ailleurs, des bruissements sourds se faisaient entendre en même temps que son ascension dans l’obscurité. Il n’espérait qu’une chose, qu’il s’agisse d’animaux fuyant sa présence.


      « ...Maître ? »



Dernière édition par Jara le Dim 6 Oct - 19:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Mar 13 Aoû - 22:25



Ses sabots s’abattaient lourdement sur le sol froid du sentir traversant la forêt. Sa respiration était lourde, elle aussi, et saccadée. Le pauvre Hector était épuisé. Des jours et des jours que nous traquions cette bande de malfrats, en ne prenant que quelques heures pour manger et dormir. A présent, sous cette froide nuit étoilée comme je savais les apprécier, nous avancions lentement, les paupières lourdes, au seuil d’un sommeil qui nous tendait les bras et auquel nous aurions bien volontiers cédé. Mon visage était sale, je ne m’étais pas lavé depuis presque trois jours. Et je n’avais pas mangé depuis plus de deux jours. Il ne me restait qu’une ration, et j’avais décidé de ne pas la toucher avant d’y être obligé. M’arrêter dans un hameau pour faire des provisions et me reposer était un luxe que je ne pouvais me permettre si je voulais les rattraper un jour. Il fallait bien leur reconnaître une chose à ces bandits : leur endurance était tout à fait surprenante. Ce devait être des durs…

Mais voila, j’avais reçu la mission de les stopper, et j’y parviendrais coûte que coûte. Hector s’arrêta avec soulagement suite à un léger coup de sangle. Son souffle était rauque, et il relâchait tout comme moi de la buée dans l’air. Oui, il faisait vraiment froid cette nuit. Le dernier village brûlé par ces pillards était à quelques kilomètres et les cendres étaient encore chaudes. Ils n’étaient pas loin, je le sentais à plein nez. Docile, la monture repartit suite à mon chuchotement. Soudain, un léger vertige me prit et je n’eus pas le temps de me rattraper. Epuisé, éreinté, je m’effondrai lourdement sur le chemin. Il me fallut quelques secondes pour me redresser mais heureusement Hector m’attendit sagement. Je devais me rendre à l’évidence : la faim et l’épuisement me freinaient trop. Il fallait faire une pause cette nuit et repartir à l’aube, frais et dispo. Quittant la route en tenant tranquillement Hector par sa lanière, je m’enquis d’une petite clairière ou camper pour la nuit.

Il ne me fallut que quelques minutes pour trouver l’objet de mes convoitises. Après avoir rassemblé des branchages et crée un foyer, j’allumai rapidement un feu afin de nous réchauffer tous deux. Satisfait, j’attachais rapidement Hector à un arbre près de la clairière afin qu’il puisse manger, avant d’enlever mon armure, de m’assoir et d’entamer de mon côté la dernière ration qu’il me restait. J’engloutis littéralement le repas, tout en observant Hector faire de même avant de s’allonger.
- Ca fait du bien, n’est ce pas ? Lui dis-je d’un ton bienveillant.
Pour toute réponse, le canasson lâcha un hennissement joyeux avant de s’endormir doucement. Tout en terminant mon repas, mon regard se tourna vers les étoiles, particulièrement claires ce soir là. Un sourire, et je m’enroulai dans ma couverture près du feu. Particulièrement lourdes, mes paupières commencèrent à se fermer doucement. Ces malfrats ne perdaient rien pour attendre. Ils vivaient leur dernière nuit de liberté…

Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Sam 17 Aoû - 13:19


    Pense lui, pense à elle, pense à eux. Jara se répétait ces paroles tandis qu’il avançait les yeux fermées dans la sinistre forêt. Il avait peur. À cet instant, il n’était pas le futur chevalier d’Or du Capricorne, le fourreau de la lame sacrée ou même l’orphelin. Loin de là, il ne restait ici qu’un pauvre enfant apeuré, abandonné dans la forêt. Un personnage tout droit sorti d’un conte et comme dans tout conte, il était temps de faire entrer en scène la méchante sorcière…

    Des branchages se brisaient sous ses pas. Ainsi, à chaque pied posé, un sursaut. Pourtant, enfin lorsqu’il s’arrêta, ces étranges sons continuaient. Il était suivi ? Une nouvelle larme s’échappa et pris d’un excès d’adrénaline, il se mit à courir, toujours tout droit sans s’arrêter. La main sur sa bouche, il s’empêchait presque de respirer, de peur de se faire entendre. Pourtant, il n’avait jamais fait autant de boucan de par sa vitesse. Chaque ronce, chaque rocher contre ses membres l’écorchaient et des petits filets écarlates sinuaient le long de sa peau jusqu’à entrer en contact avec la terre fraîche.

    Hélas, une racine et un pied mal placés et c’est un chérubin qui s’effondre. Jara tomba dans une clairière. Entouré d’arbre, en son centre se trouvait une petite reflétant la lumière lunaire. Même en pleine nuit cette clairière pouvait se vanter d’être claire. Sous les afflux de buées dus à sa trop forte respiration, Jara ne distinguait plus vraiment le paysage qui l’oppressait. Pourtant, tout se calmait. Les sons étranges avaient cessés. L’apprenti chevalier reprenait peu à peu son souffle avant de se poser près de l’étang. Il n’était toujours pas rassuré, certes, mais il se trouvait dans une meilleure situation.  « Ô Makara, que me conseillerais-tu ? » Il ne savait plus quoi faire, ni même où aller. Finalement, cette fuite était-elle une bonne idée ? Il ne pouvait pas répondre. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il ne ferait pas marche arrière et ainsi, il se releva, dépoussiéra son gilet et se remit en quête de l’inconnu.

    Mais une voix surgie de la nuit le fit stopper. « On est perdu joli cœur ? » Son cœur fit deux bonds. Ses yeux de félins s’écarquillèrent à tel point que ses iris dorés s’étaient perdues dans sa sclère. C’est à petit feu qu’il tournait sa tête, de peur de voir ce qui l’attendait. Et il avait raison, la méchante sorcière avait levé le rideau : une ombre menaçante s’étendait face à lui. Même la lumière des étoiles ne suffisait pas à le découvrir entièrement. Seules des parcelles de son corps étaient visibles. Des mains énormes, des yeux gorgés de sang, une peau cadavérique et par-dessus tout, une dentition plus carnassière que celle du grand tigre. Un véritable ogre et il en était le petit poucet. D’un geste de sa main, c’est tout un groupe qui sortit des bois et attrapait Jara par ses membres. Ils étaient quatre, six, dix, cent… rien ne pouvait le dire, les cris de Jara étaient bien trop fort, il ne discernait plus rien, il était si apeuré qu’il eut une nausée éclaire. Tout droit sorti de ses émotions, ce vent de feu, ce zéphyr flamboyant, ce manteau d’or l’entoura. Ce même manteau qui un an auparavant avait tué tant d’innocents. À présent, il rajouta une personne  à la genèse de son effroi : lui-même. Le pire allait arriver, il en était conscient du haut de ses neuf années. « Voilà qui est intéressant. Ne t’inquiète pas mon petit, ça fera très mal mais ça sera rapide, tu es encore jeune. » Le cri poussé par l’enfant à cet instant était si puissant qu’il pensa que même au-delà du bois, on l’entendrait. C’était un appel à l’aide, certes, mais c’était aussi une porte ouverte  pour la perte de tout contrôle et ainsi, des lames s’échappèrent de son corps. Elles frappaient partout, tranchaient tout sur leur passage : terre, mer et même ciel. Un des bandits poussa même un hurlement titanesque lorsque son bras fut tranché accidentellement. Ça recommençait, il perdait le contrôle encore une fois. Cette chose, quoi quel soit était bien trop puissante pour lui. C’était une erreur de Maître de pensait qu’il serait possible de la transformer en quelque chose de bon. Celui qui semblait être le chef de ces bandits se leva stupéfait. Il sortit un énorme hachoir et s’exclama « Bon sang mais qu’est-ce que t’es toi ? ‘Vaut mieux te buter maintenant ! ». L’enfant à la chevelure d’ébène ferma les yeux. Il ne voulait pas voir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Sam 17 Aoû - 16:31



C’est alors que le sommeil allait m’emporter qu’une voix lointaine me fit rouvrir aussitôt les yeux. Me redressant sur ma couche à l’affût du moindre bruit, j’attendis patiemment, me demandant si j’avais rêvé. C’est alors qu’un autre cri perçant et plus rapproché déchira le silence de la nuit. Tournant les yeux vers Hector, je constatai à ses oreilles dressées que lui aussi avait entendu. Me relevant d’un bond, je fis un geste rapide et mon armure vint se placer sur mon corps afin de le protéger. Le repos devrait attendre encore un peu…
- Hector, restes ici, je reviens…

Avançant rapidement en me frayant un chemin entre les arbres et les buissons, tout en me dirigeant aux bruits, je finis par entendre distinctement plusieurs voix, dont une d’un pauvre petit garçon qui semblait affolé. Tapi dans l’ombre, j’assistai patiemment à la scène qui se déroulait sous mes yeux. Mes yeux s’écarquillèrent lorsque le jeune garçon coupa net le bras d’un des malfrats à l’aide d’une lame invisible. Qui était ce gamin ? Je n’en avais aucune idée, mais je savais parfaitement qui étaient les bandits. C’était ceux que je traquais depuis des jours, je les avais enfin retrouvés. Soudain, leur leader leva une machette et esquissa le geste de tuer l’enfant. Je choisis ce moment précis pour intervenir : une série de lames de glace apparut tout autour de moi et lorsque j’abattis mon bras en direction des bandits, trois d’entre eux s’effondrèrent au sol, morts. Deux autres furent blessés et une des lames acérées transperça la main armée du leader qui n’eut d’autre choix que de laisser tomber au sol son arme en hurlant de douleur.
- Qui a osé faire ça ?! cria t’il d’une voix féroce.

Mon cosmos se déploya dans toute la clairière et une fine couche de givre recouvrit toute la zone, tandis que la neige se mettait contre toute attente à tomber tout autour d’eux.
- Allons, messieurs, leur dis-je d’un ton provocateur, toujours dissimulé dans l’ombre, vous ne commenceriez pas la fête sans moi, quand même, si ?
Un léger voile de givre se leva et les malfrats n’entendirent pendant quelques secondes que le bruit de mes bottes de métal touchant le sol à intervalles réguliers. Finalement, surgissant tel un vaisseau fantôme du cœur du brouillard, je m’immobilisai à quelques mètres des huit ennemis encore debout, tandis que le pauvre garçon s’était recroquevillé, terrorisé.
- Cela fait un moment que je vous cherche, les gars. Vous vivez votre dernière nuit, je peux vous l’assurer…

Je pris alors une position défensive, tout en me préparant à une riposte de l’ennemi, qui semblait hésiter à me prendre au sérieux compte tenu de mon jeune âge. Ils n’en seraient que plus faciles à éliminer…
- Ca suffit comme ça. Eloignez vous du gosse, à présent.


Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Mer 28 Aoû - 17:23


    Une fraîcheur s’installa. Pas celle annonciatrice de la mort, loin de là. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, il s’agissait d’une fraîcheur chaleureuse, bienveillante.  Un voile givré enveloppa tout le paysage, même la petite mare semblait devenir miroir. Quelle douce fin alors que la hachette du bandit se dirigeait vers le thorax du pauvre enfant. Les yeux fermé, attendant d’écouter l’horrible vérité le condamner, Jara s’étonna de sentir sur sa joue une goutte aussi chaude que la peau humaine.  Un cri féroce se fit entendre au même instant. Forcé de constater cette nouvelle situation, le bout d’homme écarquilla ses prunelles d’or lorsqu’il vit un pique de glace à travers le bras du criminel. C’était son sang qui coulait sur son visage… La main armée avait été transpercée par un pique de glace. Il s’imbibait peu à peu de sang jusqu’à devenir entièrement rouge.

    Une voix juvénile sortie de l’ombre en même temps que son propriétaire. Le petit apprenti se relevait à reculons tandis que l’inconnu avançait vers les ennemis. De toute évidence, il était le mystérieux assaillant qui l’avait sauvé. Pourtant, il paraissait tout aussi suspect que les hommes présents. En effet, avec le ciel complètement obscurcie par les flocons, il faisait si noir que seules des silhouettes dansantes étaient visibles. Jara ne pouvait agir qu’en spectateur et le simple fait d’observer de légères lueurs s’échapper de son corps l’effrayait tellement qu’il contracta chaque muscle de son corps dans l’espoir de bloquer ses « racines du mal ». C’était à cause d’elles s’il avait tout perdu, Rajiv, sa famille, sa vie… Des souvenirs refaisaient surface, de lourds dessins, des voix horribles qui réapparaissaient « Burā'ī kī jaṛēṁ, Burā'ī kī jaṛēṁ, Burā'ī kī jaṛēṁ »… Ce message qui ne cessait de tourner en boucle dans sa tête jusqu’à lui dévorer le crâne. Jara préféra poser ses yeux sur la scène se déroulant face à lui afin d’oublier son affreuse mémoire. Quelle enfant mériterait ceci ?
    Son sauveur était clairement quelqu’un de jeune. Sa voix et sa corpulence le dénonçait. L’enfant prodige put entrevoir également une longue chevelure, brune de toute évidence bien que la nuit était maligne et pouvait tromper n’importe qui.  Enfin, c’est sur la tenue de cette étrange personne que s’attardait son regard. Aussi sombre que les nues soient, de radieux reflets survolaient le corps de l’homme. Il portait une sorte d’armure…aussi brillante que la glace, aussi limpide que l’eau. Il était donc le phénomène qui avait soudant changé l’atmosphère ambiante ?

    - Ça suffit comme ça. Éloignez vous du gosse, à présent.

    Il cherchait donc réellement à le protéger, il était prêt à se battre pour lui et non contre lui. Malgré ses neuf années de vie, c’était la première fois qu’une telle scène arrivait pour le jeune Indien. Discrètement, il chuchota :

    « Ne faites pas ça… »

    Oui, il y a quelques secondes, il était presque prêt à mourir, prêt à partir et pourtant, il y avait toujours quelqu'un pour le rappeler à l'ordre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Mar 3 Sep - 17:10



Tous sens en alerte, redressé de toute ma hauteur, je détaillais les assaillants avec un regard à la fois froid et provocateur. De toute évidence, ils ne comprenaient pas qu’un gosse puisse oser leur tenir tête, et encore moins blesser ou tuer certains d’entre eux. Et alors que les secondes défilaient, et que mon cosmos se déployait, le sentiment d’assurance qui habitait jusqu’alors l’ennemi céda rapidement la place à un sentiment de peur et d’incertitude. Qui était donc ce gosse capable de mettre à terre plusieurs d’entre eux sans même se fatiguer ? Etait il capable de réitérer cet exploit ou était ce seulement un coup de chance ? Leurs yeux trahissaient leur manque d’assurance tout autant que les pas en arrière qu’ils faisaient inconsciemment, et j’aimais ça. C’était ma chance de jouer là-dessus. Utiliser leur peur et la retourner contre eux. Je fis à mon tour un pas en avant de tous les balayer du regard :
- Vous êtes sourds ? Je vous ai dit de vous éloigner de lui… repris-je d’une voix dangereusement calme.

Surveillant chacun des adversaires qui n’avait toujours pas osé bouger, je m’avançai jusqu’au jeune garçon avant de m’interposer entre lui et les bandits qui continuaient de reculer petit à petit. Mon regard azur se posa sur le leader qui me dévisageait avec une haine des plus vivaces. Il se tourna subitement vers ses hommes et leur ordonna :
- Mais qu’est ce que vous attendez pour lui faire la peau ?! Ce n’est qu’un gamin ! Cessez de reculer et saisissez-le !
Rassérénés par leur chef, ses hommes chargèrent dans ma direction, l’arme au poing.
- Pauvres fous, chuchotai-je avant de lever le bras.
Un geste sec et violent et un véritable coup de vent percuta la charge ennemie en les envoyant valdinguer plusieurs mètres plus loin. Ils atterrirent dans l’herbe de la clairière qui amortit leur chute. Toutefois, ils furent sonnés par le choc.

Je profitai de ces quelques secondes de répit pour matérialiser Fraternité. Aussitôt, la magnifique épée des glaces apparut dans ma main.
- Allons, approchez ! Les provoquai-je à nouveau.
L’un d’entre eux se redressa et s’approcha, une épée longue dégainée et prête à l’emploi. Sa lame fendit l’air mais il était déjà trop tard : dans un murmure de douleur, il s’effondra sur le sol, une large plaie ouverte en travers du torse. Comprenant qu’ils ne feraient pas le poids en un contre un, trois d’entre eux tentèrent leur chance en attaquant simultanément. Fraternité frappa avec une vitesse terrifiante, et leurs corps inertes s’effondrèrent mollement sur le sol.

Le groupe restant se rassembla alors, prêt à frapper de manière organisée. Une pointe d’énervement m’envahit soudain. Jetant Fraternité loin au dessus de moi, je murmurai tout à coup :
- Finissons en…
Un nouveau geste du bras et une vague de bris de glace fut précipitée sur les survivants qui chargeaient désespérément. Impitoyable, la poussière de diamant transperça tous les membres du groupe qui rendirent l’âme dans des cris de douleur éloquents. Levant le bras, je réceptionnai Fraternité qui retomba avec classe dans ma main avant de la faire disparaître. Me rapprochant vers mes dernières victimes, je pus constater que leur leader était toujours en vie. Agonisant, il tourna son visage ensanglanté vers moi et me dit :
- Vas en enfer, sale morveux.
Mon regard glacial le détailla quelques secondes, avant qu’un sourire mauvais n’apparaisse sur mes lèvres.
- Toi d’abord… répondis-je avant de faire volte face vers l’enfant.

Je fis quelques pas vers lui et mon visage retrouva une mine plus accueillante, pour ne pas l’effrayer. L’approchant doucement, je lui dis d’un ton amical :
- Rien de cassé ?


Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Ven 13 Sep - 22:30


Il était tout bonnement effrayant. Il avait beau être son sauveur, cet inconnu semblait tant se délecter de la mort de ces hommes, aussi mauvais soient-ils que par moment, on en oubliait presque sa condition d’humain. Sa dernière offensive était assez sublime. Un vent gelé aux nombreux reflets diamantins. Une véritable poussière de diamant transperçait de part en part les bandits. Avant de pouvoir se relever, ils étaient tous à terre. Certains avaient le visage défiguré par les cristaux de glace. Une vision horrifiante pour un enfant.

Tout à coup, la mystérieuse et néanmoins brillante silhouette fit face à Jara. Il avançait dans sa direction sans remarquer qu’il marchait sur des flaques de sang. Arriver assez proche, le petit apprenti recula d’un pas. Comprenant sûrement la torpeur de l’Indien, le chevalier s’arrêta à son tour afin de lui demander s’il n’avait rien de casser.

« Je…euh…Non…Je n’ai rien… »

Alors qu’il balbutiait à la recherche de ses mots, le protégé de Makara cacha ses bras écorchés derrière son dos. De toute évidence, il ne faisait pas réellement confiance à cet assassin.

« Mais…euh…merci. Merci beaucoup… Ils étaient venus pour…moi ? Oh non…ils voulaient sûrement me faire retourner au camp… »

Sa dernière phrase était une pensée à voix haute. En effet, le chérubin au teint basané n’avait absolument pas prévu de se faire entendre lors de cette intervention. Il pensait qu’il s’agissait de personnes venant le punir pour avoir fuit le camp. Il s’agissait bien là de l’innocence d’un enfant. Il tenta de rattraper ses paroles.

« Non, non ! Enfin…rien du tout ! Aïe ! »

Son bras lui brûlait encore. L’utilisation de son cosmos sauvage faisait ça. En effet, depuis le triste événement qui a réveillé les racines du mal en lui, son avant bras lui lançait quelques petits pics de chaleur qui s’accentuaient de jour en jour. Bientôt, ce serait un véritable sentiment de brûlure qui le traverserait. Depuis le début, il avait les yeux baissés. Pourtant, la vision terrestre, gorgée du liquide vitale était loin de le satisfaire. L’Astre lunaire reprenait ses droits et petit à petit, la clairière fut plongée dans un clair-obscur. L’accoutrement de l’inconnu était enfin visible. Il portait une magnifique armure adamantine. Sur elle, cascadait une longue chevelure brune. Seul son visage n’avait pas encore eu accès à la lumière de la Lune. Ce devait être la partie la plus frustrante.

« Un…chevalier ? »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Dim 6 Oct - 18:56



Le gamin semblait de toute évidence terrifié par ma présence, mais je ne l’en blâmais pas. Après tout, je n’y étais pas allé de main morte, et je les avais tous tués devant lui. Reculant d’un pas pour ne pas l’effrayer davantage, je lui dis d’une voix douce et calme :
- N’aies pas peur, je ne te veux pas de mal.
Balbutiant littéralement sous l’effet de la peur, l’enfant laissa glisser plus d’informations qu’il ne le souhaitait probablement. Chevalier ? Camp ? Qui était ce gosse, et que faisait-il en pleine forêt, et en pleine nuit, à cette heure ci ? Piqué par la curiosité, je l’observai avec attention avant de poursuivre :
- Quel est ton nom, et qu’est ce que tu fais ici, à cette heure ci ? C’est dangereux, tu sais.

C’est alors que le visage du jeune garçon se tordit sous l’effet de la douleur, et qu’il ne put retenir un cri dû à celle-ci. Approchant soudain, je repris :
- Ton bras est blessé ?! Comment tu t’es fait ça, ajoutai-je en obligeant l’enfant à me montrer son membre blessé.
Le pauvre gosse semblait trembler de la tête aux pieds, et était attentif à son environnement. Au fond de ses yeux, je pouvais le lire sans hésitation : il fuyait quelque chose ou quelqu’un. Mais qui était il ? Afin de tenter de percer un peu la carapace du jeune inconnu, je lançai soudainement de but en blanc :
- Ces hommes n’étaient pas là pour toi, si c’est toutefois ce que tu te dis… Cela fait des jours que je les poursuis. C’était des pillards ravageant tous les villages qu’ils trouvaient sur leur passage. Tranquillises toi quelques instants, il n’y a pas d’ennemis autour de toi pour le moment, et j’empêcherai quiconque de te faire du mal. Mais tu dois me faire confiance. Qui es tu, et que fais tu dans cette forêt en pleine nuit ?


Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   Mer 9 Oct - 21:57


Si je vous le dis, je retournerai au camp…

Il avait beau n’être âgé que de neuf ans, Jara était un garçon très intelligent et surtout perspicace.  Il ne lui voulait aucun mal. Il s’agissait donc bien d’un chevalier, de ces fameux chevaliers. C’est donc à ça que Maître voulait qu’il devienne après son entraînement ? Il était si calme et si posé. Après un massacre pareil, il avait encore la sérénité nécessaire afin de rassurer un pauvre enfant. C’était ça, être chevalier ? Le petit Indien se relevait avec difficulté, étape par étape. La main toujours droite devant afin de garder une distance de sécurité respectable, il ne lâchait pas de l’œil l’inconnu. Il était tellement difficile de distinguer clairement son physique de par la nuit et surtout, de par son point de vue. On avait traité d’enfant ce Maître des Diamants, et pourtant, il était grand et fort. Seule sa douce voix le trahissait.

…Ra-Rajiv

Il ne savait pas ce qui lui avait pris. Pourquoi ?

Oui, c’est ça. Je m’appelle Rajiv…

Il avait tellement honte, il retenait ses larmes de monter, encore. Comment avait-il pu choisir un tel nom ? Déjà, pourquoi avait-il menti ? Il pensait pourtant être en sûreté auprès de ce  Saint. Une part de lui se sentait-elle tout de même en danger ? Il est vrai que l’air encore glacial n’attisait pas la confiance.

Comme pour le punir d’un tel mensonge, telle une gargouille, une horrible expression vient déchirer ses traits juvéniles. La douleur était si vive. Ce feu lui brûlant le bras depuis ce jour funeste se déchaînait à présent autant de l’intérieur que de l’extérieur, le réceptacle que Jara était ne suffisait plus à le retenir. En effet, les fines blessures à son bras le faisaient souffrir et saigner abondement. L’utilisation de son cosmos aiguisé juste avant avait ouvert les plaies d’autant plus. Aussitôt, le chevalier en voyant le membre écarlate du petit accourut et le força à le lui montrer. Il avait clairement ressenti le manque de confiance en la personne de l’apprenti et après un long soupir, se décida à lui exposer la situation d’un ton ferme et concis.

Ces hommes n’étaient pas là pour toi, si c’est toutefois ce que tu te dis… Cela fait des jours que je les poursuis. C’était des pillards ravageant tous les villages qu’ils trouvaient sur leur passage. Tranquillises toi quelques instants, il n’y a pas d’ennemis autour de toi pour le moment, et j’empêcherai quiconque de te faire du mal. Mais tu dois me faire confiance. Qui es tu, et que fais tu dans cette forêt en pleine nuit ?

Il n’avait entendu que la moitié du discours. L’autre, il l’avait passé à se mordre les lèvres pour s’empêcher de crier. Il ne devait plus pleurer sans arrêt. Il avait fait son choix, aussi regrettable soit-il.

Il faisait nuit…j’ai…je me suis perdu…Puis eux, vous… Vous êtes un… Chevalier, n’est-ce pas ? Vous avez donc tout perdu pour cette armure… Non c’est fini, je ne peux plus… Il me fait trop peur…

Pendant ses derniers mots, il se laissa finalement pleurer en regardant son bras et en pensant à ce qu’il renfermait. Oui, que renfermait-il ? Pourquoi est-il le seul à ressentir cette horrible chaleur ? Pourquoi son bras renfermait-il les racines du mal ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-