RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 26 Aoû - 0:15

Quel imbécile...
Franchement, c'est bien la peine de faire les rabats joie en prenant ses airs d'empoté fini, si c'est pour qu'elle apprenne un truc pareil la minute qui suit.
Sans doute devrait-elle s'affliger d'avoir appris une telle chose. Peut être aurait-elle du être plus compatissante et se dire que s'il en était arrivé à se pochtronner comme un trou, c'est que de funestes raisons avaient du l'y pousser. Mais finalement c'était encore une fois la colère et la vexation qui prennent le pas sur tout le reste. Il aura fallut qu'il s'en aille, qu'il l'évite (autant qu'elle l'avait fait, cela est vrai), qu'ils se retrouvent dans un très mauvais concours de circonstances et depuis ça les relations allaient de mal en pis. Ahina ne tente même pas de faire des efforts. Finalement il serait presque normal de se demander si elle ne fait pas tout ce qu'elle peut pour qu'il la déteste. Mais d'un autre côté, si on se place du point de vue du Scorpion, il faut dire qu'il a le don d'accumuler le garçon !

Regroupée sur elle même dans le bain, ses genoux repliés contre sa poitrine, le Scorpion peste tout ce qu'elle peut alors que son visage est à demi enfoui dans l'eau.

Vraiment t'es qu'un con. Un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con, un con ! Un sale con même !


Toc toc toc


Ahina sort la tête du bain en posant les yeux sur la porte de bois de la salle d'eau. S'il s'agissait de Lya, elle serait entrée à la volée sans frapper. Il ne peut donc s'agir que de Naoîs, Hector ou pire... Kappa.
Ce dernier point se confirme lorsque la voix éteinte du Verseau se distingue à travers le montant de la porte. Comme s'il se trouvait face à elle, Ahina lui adresse un regard furibond sans répondre à son appel.

Visiblement ça ne suffit pas puisqu'il insiste. Et au moment où elle se dit qu'il va enfin partir, devant cette affligeante absence de réponse, un bruit sourd résonne brièvement avant que sa voix ne reprenne.
Ahina fronce les sourcils dès ses premiers mots.

Aurora... mais c'est qui ça encore... et puis j'en ai rien à foutre de tes histoires, vas voir ailleurs si j'y suis.


Pourtant elle ne dit mot, continuant de pester en silence en écoutant malgré tout ce qu'il a à lui dire. Au fur et à mesure que le récit se poursuit, le dépit et une profonde amertume saisissent les entrailles du chevalier d'or.
Non mais il s'est entiché de la totalité de la planète ou quoi... Non seulement il trouve le moyen de s'éprendre d'un Ase, mais en plus il jette ensuite son dévolu sur le réceptacle d'Athéna. Non mais sans déconner !

Elle meurt d'envie de lui balancer l'un de ses fameux "rien à foutre" d'une voix sèche, mais là encore elle ne dit rien et écoute jusqu'au bout.
Il s'est pinté la tronche pour des gonzesses... non mais n'importe quoi... Si c'était pour devenir "ça", franchement il aurait mieux fait de rester avec elle à Rodorio et de devenir paysan tiens.

A la suite de son dernier monologue, Ahina se redresse de toute sa hauteur au centre du bain en poussant un juron si grossier qu'il serait extrêmement déplacé de le répéter ici.
Enjambant la baignoire en manquant de se rétamer sur le sol glissant, ce qui n'arrange en rien l'humeur actuelle il faut bien le préciser, le Scorpion enfile ses vêtements sans prendre la peine de se sécher et renvoie son armure reprendre sa place dans l'écrin d'or protégé au coeur de son temple. Une étoile filante semble alors s'extraire de la paisible maisonnée et file à grande vitesse jusqu'à la Maison du Scorpion au sein du Sanctuaire Sacré.

Ouvrant la porte à la volée, elle s'aperçoit que le Verseau a déjà pris la poudre d'escampette. Elle descend les escaliers quatre à quatre, pieds nus et les cheveux complètement en vrac, et déboule dans le salon où Naoîs est toujours attablé.

Où est-il ?!


Un sourire entre amusement et dépit naît sur les lèvres de l'homme qui ne semble pas avoir besoin d'être aiguillé d'avantage sur le fruit des recherches de la brune. De l'index il lui indique le jardin qui se trouve derrière la maison et c'est sans un mot de plus qu'Ahina tourne les talons sèchement en se dirigeant dans la direction indiquée.

Que les choses soient bien claires Kappa !


L'entrée en matière est plutôt tonitruante alors qu'elle se campe face à lui en le pointant d'un doigt rageur. Pourtant, contre toutes attentes, la baffe ne pleut pas encore.

T'as voulu partir, t'es parti.
Rien ne t'a arrêté à ce moment là. J'aurais pu dire n'importe quoi, ça n'aurait rien changé et tu le sais. Oses me dire que je me trompe, vas y !


Sans même lui laisser la possibilité de répondre, elle poursuit en un débit de paroles parfaitement improbable.

Oui tu t'es barré et tu t'es même pas demandé comment ça avait pu se passer après ton départ. Non seulement t'as eu le culot de me dire que tu n'aurais plus le temps de me voir quand tu serais chevalier mais en plus t'as cherché à m'éviter durant toutes ces années.
Tu m'as prise pour qui sans déconner ? Ta bonne poire que tu places gentiment là où elle doit être et à qui tu dis "pas bouger" comme à ton clébard ?!
Et en plus tu me racontes ta vie et les quarante gonzesses dont t'as réussi à t'enticher quand tu m'avais laissée toute seule ? Mais franchement... t'as un cerveau ou tu l'as laissé en Sibérie avec ta dernière bouteille ?


Plus elle parle et plus ses mots deviennent acerbes, ses prunelles arborant même la couleur sanguine caractéristique du Scorpion lorsqu'il enrage. Une expression... qu'il ne lui a jamais vu jusqu'à aujourd'hui, à part lorsque cette guenon d'Amazone s'était adressée à Aldébaran.
Jamais elle n'a été aussi cruelle avec quelqu'un jusqu'à ce jour, jamais.

Tu veux vraiment qu'on arrête de se disputer ?! Alors arrête de jouer au con !
Et puis non tiens, continues. Parce que depuis le début de la soirée, tu ne sais faire que ça ! J'ai peut être un caractère de merde, mais franchement t'en as pas raté l'ombre d'une mon gars !
Tu sais quoi Kappa... je maudis le jour où je t'ai rencontré !


Alors qu'elle prononce ses derniers mots, l'expression de son visage se fige comme si elle était elle-même étonnée d'oser dire une telle chose.
Sa mâchoire se crispe fermement alors que ses poings se referment sur eux-mêmes. Faisant volte face d'un bond colérique, elle rentre dans la maison en filant directement vers la bouteille laissée ouverte. Après avoir descendu tout ce qu'il restait de liquide amer, elle s'assoit lourdement sur un siège sans adresser le moindre regard vers le maître de Kappa.
Ses prunelles fixent la bouteille désormais vide alors qu'un voile de tristesse les recouvre l'espace d'un bref instant.

Je ne veux rien entendre
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 26 Aoû - 21:10



Samain, ou la ronde des damnés°~



A Howling Wilderness; The Death Of Jane Seymour by Trevor Morris on Grooveshark

 
Le soleil accrocha sur le bijou d'or, ses premiers rayons. L’Aube se levait enfin et, alors qu'un nouveau Jour était sur le point de se lever, un bruit cristallin étouffé par l'herbe dense, brisa le silence. Le pendentif n'était pas bien gros et connu du Chevalier du Verseau qui n'avait qu'à relever la tête pour le voir à ses pieds. L’Astre solaire dardait sur le jardin, ses premiers rayons, illuminant les saules, les églantiers, toute la nature qui, se métamorphosait. Même ici dans les terres Grecques, la période de transition existait.

Samain, le seul Jour où la barrière entre les deux Mondes étaient si mince qu'un simple souffle du vent pouvait la briser. La fête des Morts, le retour des âmes qui pouvaient, si on leurs autorisaient le passage, aller voir ceux qui autrefois, leur étaient chers. Pourquoi être venu ici ? Il l'ignorait. Il n'avait fait que répondre à un appel. Un nom. À l'entente de ce mot qui représentait tellement de choses à ses yeux, le pauvre hère n'avait eu de choix que d'y répondre.

Une présence naquit de l'ombre et de la lumière, sous le chant inaudible des morts. Il était apparut comme dans un souffle, un murmure, ayant capté la douleur d'un cœur meurtri. Il était apparut parce que son propre cœur résonnait de la même manière que celui du jeune homme. Il était apparut derrière lui, sans un bruit avant qu'il ne prononce de vieilles paroles qui sauraient peut-être trouver échos dans l'esprit de Kappa.

Il y a de cela... au moins six années... six longues années de mensonge.

« Le chant des corbeaux résonne,
À travers la forêt, à la face de ce ciel morne.
Ô pauvres noirs charognards, contraints à être prudents!
Quand vous voulez vous repaître du sang!

Qui je suis n'a point d'importance,
Sache seulement que je suis un druide,
Connu sous plusieurs noms, le véritable guide.
Un ennemi? Non, je suis là pour dissiper l'ignorance»


Il se souvenait de ce jour et s'en souviendrait toute sa vie. Il le regretterait à jamais aussi. Un homme grand et mince observait en silence Kappa du Verseau avant d'offrir son visage au soleil. Il respira cet air frais à plein poumon, comme si, pour la première fois, il avait put sortir la tête hors de l'eau. Le druide avait fait un long voyage. Et il était perdu. Doucement, marchant d'un pas aérien il se déplaça jusqu'à faire face au Saint d'Or.

Antiokus observa un long moment ce jeune homme à qui il lui avait arraché celle qu'il aimait éperdument. Le désespoir se lisait sur son visage émacié mais beau. Un peau si blanche si diaphane, sans défauts et caractéristique de sa race. Le père d'Aalanna la Faie plongea son regard de jade dans ceux de Kappa. Le pauvre jeune homme put sentir instantanément se déverser en lui, la peine immense qu'il ressentait, ce fardeau, sa culpabilité. L'homme aux longs cheveux roux poussa un long soupir mélancolique avant de lever un bras. La corneille de celle que l'on connaissait d'antan sous le nom d'Aurora apparut sous sa forme spectral, lançant à la face du ciel, un cri perçant.

« Te souviens-tu de moi, Kappa du Verseau ? » il marqua un temps de pause avant de reprendre plus doucement encore. « Aujourd'hui je suis venu cueillir ton châtiment. »

Merlin, car tel était l'un de ses nombreux noms, faisait allusion à ce fameux jour où il était partit chercher sa fille pour l'enlever loin de ces terres désolées et froides : Asgard. Il se souvenait de la menace proférée à son encontre quand il fit face au jeune homme, la manière dont Kappa l'avait mit en garde si, par malheur, il arrivait quoi que ce soit à Aalanna.

« Je t'ai entendu prononcé son nom. Elle l'a aussi entendu avant de se retirer au Royaume des Dieux. Dagda l'a accueillit auprès de lui. Comprends-tu, comprends-tu ce que cela signifie ? »

Il se retourna. Dos à lui, il regarda par dessus son épaule avant de lâcher la terrible vérité. « On t'as menti. Et aujourd'hui elle est bien morte. »

Des larmes cristallines glissèrent le long des ses joues pâles. Il ne chercha pas à les dissimuler, ni à les essuyer, elles continueraient leur chemin, jusqu'à mourir aussi, d'une manière inéluctable.

Pourquoi était-il ici ? Le druide s'était perdu.

« Je n'ai pas su … la protéger. C'est... c'est moi qui l'ai précipité à sa perte. »

Un nouveau croassement souligna ces propos funestes. L'enfant éternel porta son attention sur la maisonnée, une fenêtre laissée ouverte à l'étage et qui laissait voir une petite fille penchée sur la balustrade. Lya regardait cet inconnu avec un mélange de crainte et d'admiration. Car se dégageait de ce nouveau protagoniste, une aura emplie de mystère et qui sentait bon l'herbe coupée. Il y avait chez lui un côté sauvage et dangereux. Cependant, Merlin était surtout connu pour sa sagesse.

« Je n'arrive pas au meilleur moment semblerait-il. Je sens l'odeur des morts non loin, leurs esprits demandent le repos. Si tu me le permet, je voudrais leur accorder la paix qu'ils méritent. Mais avant, me laisserais-tu entrer chez toi ? Il y a quelqu'un que je peux aider... »

~°~°~°~

Un peu fébrile, la petite Lya redescendit pour aller retrouver Naios et Ahina. Sur ses talons, Hector, qui semblait sur le point de défaillir tant son visage avait prit une teinte cadavérique. Il s'arrêta pour jeter un œil au dehors, une présence l'ayant une seconde interpellée.

Les Destins se confrontent, les mondes.

Le temps des explications et des réconciliations étaient de mise tandis que le voile de Samain s'étendait encore étrangement...

Le cours des choses était fragile.

Naios se redressa sur sa chaise, subjugué, faisant signe à Ahina d'être prudente.


Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 26 Aoû - 23:36



Blessée, meurtrie, la tempête brune et émeraude que représentait Ahina en cet instant vint à nouveau frapper un grand coup sans que je ne réplique ni n’esquisse le moindre geste. La lassitude avait achevé de m’envahir. J’avais fait un pas vers elle et avais tendu le drapeau blanc. C’était à elle de décider si elle acceptait ou non de répondre à mon offre. Et peut être était ce mieux qu’elle ne le fasse pas, pour sa propre sécurité…

D’un pas traînant, je me dirigeai au fond du jardin, avant de m’assoir en position du Lotus. Seule la méditation pouvait encore m’apaiser un peu en cet instant. L’aura turquoise m’enveloppa tandis que mes cheveux se mirent à virevolter autour de moi avec une tranquillité apaisante. Quelques minutes plus tard, les premiers rayons du soleil vinrent percer à l’horizon et réchauffer mon visage marqué par la fatigue. C’est alors que je ressentis sa présence. Ouvrant les yeux, je le vis face à moi, comme un saut de l’ange dans le temps datant de six ans. Une décharge électrique parcourut le long de mon échine avant que je ne me redresse d’un bond en lui rendant son regard observateur. J’avais tant de questions qu’aucune ne voulait céder la place aux autres pour sortir la première.
- Bien sûr, que je me souviens de toi, Antiokus. A l’époque, tu as détruit ma vie. Comment t’oublier… répondis-je d’un ton calme. Qu’est ce qui t’amène ici ?

Depuis que Sérafim m’avait dévoilé la vérité sur Aurora, j’avais au moins la satisfaction de savoir qu’elle vivait heureuse, quelque part, avec lui. C’est pourquoi, lorsque l’homme à la chevelure rousse me dévoila la raison de sa présence, mon visage pourtant déjà blanc et marqué par cette terrible nuit, sembla se décomposer face à l’horreur de cette nouvelle révélation. Une seule et unique larme coula le long de ma joue tandis que ma bouche restait grande ouverte et que j’observais fixement le jeune homme.
- Non, c’est… faux… articulai-je d’un ton éteint.
Qu’avais-je donc fait aux dieux pour vivre de telles choses dans un moment pareil. Voulaient ils me pousser au suicide ? Soudain, tel un ras de marée, une colère sourde s’empara de moi avant que je n’attrape Antiokus par le col sans même y penser. Je lui dis alors d’un ton soudain beaucoup plus acerbe :
- Tu m’avais promis, Antiokus ! Tu avais promis qu’il ne lui arriverait rien ! Qu’est ce qui s’est passé, bon sang ?!

Croisant le regard d’émeraude du jeune homme, mes yeux se posèrent soudain sur mon poing qui serrait le col du messager. Qu’étais-je en train de faire ? Le frapper m’aiderait il ? Elle était morte, elle aussi, alors quelle importance…

Relâchant contre toute attente mon étreinte, je le laissai s’approcher de la maison pour détailler Lya qui observait la scène d’un air curieux. Bientôt, celle-ci disparut. Dos à Antiokus, je lui répondis à nouveau :
- Très bien… Entres… Mais ne touches pas à la petite. Si tu oses poser le regard que tu as posé sur Aurora avant de me l’enlever sur Lya, je te tue. Et saches que je ne te redoute pas. Je n’ai plus rien à perdre, aujourd’hui. Restes loin de ma famille, dorénavant. C’est tout ce que je te demande… achevai-je avant de m’assoir sur le rocher au fond du jardin.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Mer 28 Aoû - 11:08

Particulièrement absorbée par le verre vide qu'elle fait rouler sous ses doigts, Ahina n'a pas ouvert la bouche depuis les dernières minutes. Par gêne, par respect, parce qu'il n'a rien à dire, allez savoir la véritable raison, Naîos n'a pas cru bon de rompre le silence instauré à aucun moment, se contentant de jeter quelques brefs regards vers Ahina de temps en temps.

La maisonnée semble si calme... Comme si ses habitants dormaient tranquillement, comme si rien des évènements de la journée ne s'étaient réellement produits, comme si ce soleil levant n'enviait rien à celui qui s'était éveillé le matin précédent. Oui mais... hier matin, Mashia et le Grand Pope étaient vivants. Hier matin elle n'avait pas eu à se confronter à Kappa. Hier matin elle s'était éveillée en gagnant le respect de ses pairs par l'obtention de son armure d'or. Tout... aurait du rester comme hier matin.

Quatre à quatre Lya descend les escaliers, Hector sur ses talons. Son visage reflète une certaine inquiétude, sans parler de celui du colosse qui est tellement pâle qu'on ne serait pas étonné de le voir tomber dans les pommes.
Pestant intérieurement en se demandant brièvement "mais que se passe-t-il ENCORE", le Scorpion se lève de sa chaise en dévisageant l'adolescente qui se dirige vers elle en saisissant sa main.

Qu'y a-t-il Lya ?


Un seul mot franchi la barrière des lèvres juvéniles : étranger.
Un étranger ? Où ça ? Les prunelles de jade balayent rapidement la pièce et le couloir mais ne voient personne. Et alors qu'elle s'apprête à rouvrir la bouche pour demander des explications complémentaires à l'enfant, Naoîs lui souffle une mise en garde qui ne saurait être de bon augure.

Hector... va avec Naoîs et ça n'est pas discutable.


D'un poigne énergique, Ahina saisit le poignet de Lya et la fait basculer dans son dos en la plaquant contre elle, alors qu'un homme pénètre dans la salle depuis le jardin.
Les iris d'émeraude le fixent longuement alors que l'expression de son visage reste sommes toutes assez indéfinissable. De longs cheveux roux encadrent le visage extrêmement pâle d'un homme qui semble sans âge et dont la beauté est parfaitement surréaliste, presque... divine ?
Une étrange sensation se dégage de lui. Elle aurait, à cet instant, toutes les peines du monde à définir s'il est vivant ou bien mort, s'il est immatériel ou au contraire peut être touché, s'il est un esprit bon ou bien mauvais, à moins... que cela soit encore autre chose.

Une chose est certaine cependant, une profonde tristesse se dégage de sa personne. Elle est si palpable que le Scorpion se sent presque mal alors qu'elle le dévisage avec attention. Une sensation de profond désespoir enserre ses entrailles tant et si bien qu'elle se voit contrainte de froncer les sourcils et de serrer le poing pour tenter de la chasser.

Resserrant légèrement son emprise sur le bras de Lya, elle la maintient soigneusement derrière elle. La situation lui apparait de plus en plus compliquée. Lya est faible et trop jeune, Naoîs est sans doute à moitié bourré et Hector n'est plus que l'ombre de lui même. Et Kappa... Un bref coup d'oeil vers le jardin lui extirpe un soupir de dépit. Jamais là quand on a besoin de lui, comme depuis ces 13 dernières années.

Quelque soit la nature de ce qui se tient en face d'elle, il serait plutôt mieux qu'elle ait un potentiel sympathique non négligeable. Parce qu'avec tout ce monde à protéger, ça ne sera pas de la tarte si la situation se complique... sans compter la judicieuse idée qu'elle a eu de renvoyer son armure dans sa maison il y a à peine 1h. Alors certes il serait facile de l'invoquer... mais cela pourrait être perçu comme un signe d'agressivité. Or si en temps normal elle n'en a "rien à foutre !", là elle n'est pas seule et ne peut se permettre de mettre ceux qui l'entourent en danger en jaugeant la situation d'un oeil trop léger.

Ce n'est qu'au bout de longues secondes qu'elle finit par briser le silence d'une voix assez plate tout en continuant de dévisager celui qui lui fait face.

Je vous accorde que c'est d'une banalité affligeante, cependant j'aimerais savoir qui vous êtes et ce que vous faites ici.
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Sam 31 Aoû - 10:20



Une légère brise fraîche et matinale vint caresser mon visage humidifié par le sillon laissé par les larmes que j’avais versé en silence, prostré sur mon rocher, et perdu comme un gosse. J’avais trouvé ma vie difficile jusqu’à présent. Mais ces six dernières années sonnaient comme un rétablissement, une réconciliation avec le bonheur à travers celui que mes proches m’apportaient chaque jour. Pourtant, en une seule nuit, les compteurs avaient été remis à zéro et mes convictions avaient volé en éclats tout comme à l’époque. Deux des personnes auxquelles je tenais le plus avaient disparu sans que je ne puisse rien y faire et la seule personne qui pourrait m’aider à surmonter cela, eh bien… nous n’étions plus sur la même longueur d’onde de toute évidence. Je récoltais à présent les graines que j’avais semées sans le savoir en la quittant ainsi douze ans plus tôt. Peut être avais-je eu tort, mais avais-je seulement le choix ? Je ne savais plus quoi penser de tout ça…

Au moins, la situation s’était elle de toute évidence calmée à quelques rues de nous. J’avais senti les cosmos hostiles se retirer quelques minutes après que je n’ai quitté la grand rue. Mais ils n’avaient pas le choix, avec Marcus présent sur les lieux. Ces idiots auraient couru au massacre. A présent, les habitants regagnaient leur demeure et allaient prendre un repos bien mérité après cette nuit des plus mouvementées. Les blessés et les morts avaient été rassemblés et recouverts de draps en attendant les funérailles qui auraient lieu dans les jours à venir. Tout le sanctuaire allait se recueillir sur ses morts, et sur Athéna. Ensuite, suivrait le Krusos Sunagein afin de décider de la marche à suivre à présent. Ahina et moi allions devoir nous y rendre. C’était notre rôle, notre devoir.

Un regard vers la maison et un bref sentiment d’angoisse m’envahit subitement : laisser Ahina et Antiokus seuls ensemble dans la même pièce n’était certainement pas une bonne idée. Essuyant d’un revers rapide mes joues, je me redressai avant de regagner la demeure d’un pas décidé. Je fis mon entrée rapidement et compris que j’avais bien fait de venir, la tension était déjà présente, ici.
- Ca va, il est avec moi. Je le connais, lâchai-je d’un ton rassurant avant de m’adosser au mur, bras croisés, afin d’observer ce que le druide allait faire. Il est là pour nous aider.
Je ne lui faisais absolument pas confiance, c’était également la raison pour laquelle je préférais assister de près à ce qu’il comptait faire, et l’arrêter éventuellement si cela devenait dangereux. Mais cela, les autres n’avaient pas besoin de le savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Dim 1 Sep - 19:51



Le nommeur de toutes choses°~

Katherine Stripped Of Her Jewels by Trevor Morris on Grooveshark

 
Antiokus prit alors congé de Kappa sans autres formes de cérémonies. Il n’était pas fou, et, il fallait être aveugle pour ne pas se rendre compte que le chevalier avait besoin d’être un peu seul pour digérer toutes ces choses. Le temps effacera ses blessures, les ranimera parfois, mais le druide restait persuadé qu’il se relèverait plus fort. Changé. Comme une chenille se parant de sa chrysalide avant de se muer en papillon. Le Destin était capricieux et l’humain élu du cosmos s’en rendait déjà compte. Quel dommage que, déjà si jeune, il soit déjà tellement atteint par lui. D’un pas souple, l’enchanteur se dirigea vers la maisonnée, l’esprit vide mais à la fois étrangement en alerte. Quelque chose se déroulait et paraissait vouloir se cacher à ses sens. Ses sourcils se froncèrent, dotant son visage angélique, d’un trait tout ce qu’il y a de plus humain. Le vert de ses yeux se voilèrent d’une ombre allant ternir jusqu’à son éclat. Il s’arrêta devant la jeune demoiselle qui lui faisait désormais face et lançait un regard des plus farouches. En d’autres temps, le druide s’en serait amusé, mais, le cœur lourd, il eut un léger soupir suivit d’un pâle sourire. Il s’inclina à la façon des anciens ménestrels, attrapant avec une douceur extrême la main de la Sainte dont il baisa les doigts. Ô, ce n’était là qu’un simple effleurement de ses lèvres contre cette peau de pêche, mais généralement, cela suffisait à éveiller la curiosité des mortelles. Là encore, l’envoûtement aurait agi en d’autres circonstances.

Le magicien ne cherchait pas à jouer, mais à soigner.

L’homme à la flamboyante chevelure rousse se redressa sans pour autant lâcher cette main qu’il alla parer d’un halo d’or. Automatiquement, la gente demoiselle devrait se sentir bien, en sécurité, toute trace de fatigue s’en allant tout à fait, comme après une nuit de sommeil sans heurts.  Un nouveau sourire comme ultime cadeau, et le mystérieux jeune homme à qui on ne saurait donner d’âge, se retira comme une feuille ballotée dans le vent. Un simple souffle. Car le Verseau se tenait sur le seuil et demandait à ce qu’on le laisse agir à sa guise. Une belle preuve de confiance, à moins que ce ne soit pas simple nécessité ? Mais oui, bien sûr ! Pourquoi en serait-il autrement après ce qui s’était passé entre les deux hommes ? N’était-ce pas lui après tout, qui l’avait arraché à un Destin plus tranquille ? Que ce serait-il donc passé si il n’était jamais intervenu ? Probablement auraient-ils vécut des moments heureux. Le futur par contre, demeurait invisible à ses sens. Seul le passé et d’autres formes de son art lui permettait d’être ce qu’il est. L’étendue de ses pouvoirs était immense mais pas illimitée. Le don de prescience ne faisait pas parti de lui. Eilaine, sa petite fille oui. Mais c’était là un grand malheur plutôt qu’une bénédiction.

« N’ayez crainte d’un vieillard» l’espace de quelques seconde, l’homme qui se tenait devant eux apparut comme un très vieil homme accablé par le poids des âges, voûté et la barbe aussi blanche que ses cheveux, ses yeux aussi bleu que ses yeux. « Ne craignez pas l’éternel enfant » un petit garçon observait l’assemblée, pas plus haut que trois pommes, le regard sauvage, la tignasse orange vif et le sourire espiègle.

« Ne me craignez pas. Pas celui qui porte un nombre incalculable de noms, de vies, de Destins. Je suis le chuchoteur, le nommeur de toutes choses qui soient, celui qui traverse les siècles et qui protège l’ancienne Terre. Je suis enchanteur, guérisseur, druide. Enfant du Dagda. Fi yw'r dyn sy'n cerdded yn y nos, y clerwr dwyfol, y dinistrydd o gyfnodau. Aalanna tad, gŵr y Morgane tylwyth teg. I Antiokus. Emrys Myrddin. « Je suis Merlin l’enchanteur. »

Ses doigts, longs et déliés, s’agitaient au rythme de ses paroles, à l’instar d’un ballet envoûtant. Comme s’il usait une quelconque magie sur eux alors que non. Il ne s’agissait là que d’un moyen de percer plus avant, ses angoisses. Car au rythme de ses paroles, une fluctuation dans l’air le conforta dans son idée que quelque chose se produisait et allait apparaître céans. Parler dans la langue ancienne lui permit de comprendre et d’attirer le phénomène à lui. Le guider. Guider le second enfant d’Aalanna et Serafim qui le cherchait éperdument.

Une faille déforma la réalité et de celle-ci surgit une fine silhouette toute de noire vêtue. Un jeune homme de l’âge de Lya se tenait maintenant devant les protagonistes, l’air parfaitement détaché et froid. Kappa n’aurait aucun mal à reconnaître l’enfant de l’ancien Saint des Corbeaux. Car il était en tout point semblable. Le père et le fils partageaient le physique tout autant que le caractère. Calme, observateur, le fils tourna son regard d’obsidienne en toutes les directions jusqu’à s’adresser à son Oncle d’une voix si douce qu’on reconnaissait là le timbre de voix de sa mère.

« Maître, elle ne devrait plus tarder.» Antiokus eut un geste de recul. «Comment ? M-mais de quoi parles-tu ? »

L’enfant ignora totalement la question pour se tourner vers Lya. Aussitôt la petite parut être attirée comme un papillon vers la chaude lumière d’une flammèche. Cela ne dura que quelques instants, mais assez pour déstabiliser la jeune fille, et lui par la même occasion. Pour la première fois de son existence, Eiwan ressentit une émotion qu’il n’avait su gérer et parer de son éternel masque d’impassibilité. Quelque chose le troublait et, pour cacher son émoi, il regarda Kappa du Verseau.

« Vous qui avez eu l’extrême honneur de vivre la Ronde des Damnés, vous allez être de nouveau témoin de son étrangeté. Aussi je vous demanderais à vous et à vos semblables, de ne pas prononcer un mot. Mais avant cela mon Oncle, je crois que vous avez quelques aides à prodiguer à cet… homme là-bas. »

Visiblement, l’enfant avait encore grand mal à évoluer dans ce monde et le choix de ses mots, encore hésitants, laissait transparaître son embarras. L’enfant de la lune et du soleil commença à fouiller dans le propre sac de son Maître pour en ressortir quelques herbes. Il leva la tête vers Lya et Ahina.

« Nous avons besoin d’eau et d’un grand bol en pierre et aussi de quoi écraser les herbes pour faire un onguent. Hector est souffrant, mais il se remettra de ce traumatisme. Comme vous tous.»

Antiokus soupira et s’adressa à Ahina.

« Ahina, fille d’Aaron, nous laisserait-tu user de notre savoir pour guérir cet homme ? Ou alors, comme avec ton ami d’enfance, te laisseras tu guider par ta sourde colère ? Colère qui n’est qu’une pâle illusion d’un sentiment plus noble. Songe mon enfant, regardes nous et ne nous juge pas trop vite. »

Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 2 Sep - 13:37



Immobile, adossé aux murs, bras croisés, je suivais chaque geste d’Antiokus avec une attention toute particulière. Mon regard azur le détaillait avec un mélange de distance et de rancune. Après tout, cet homme avait été responsable d’un des tournants de ma vie. Si je n’avais pas été à bout de forces, et las, il aurait subi une punition à la hauteur de mon désespoir. Mais pas cette nuit. Pas aujourd’hui. Pas comme ça…

Tablant comme à son habitude sur son côté mystérieux, le druide usa de ses charmes sur Ahina afin d’apaiser sa dangereuse colère. Ses lèvres se posant sur la main de la chevalière me firent tiquer, mais je n’en laissai rien paraître, n’esquissant toujours aucun geste. Soudain, une faille déchira l’espace au centre de la pièce et mon regard se dirigea instinctivement vers Antiokus, mais le jeune homme semblait aussi surpris que nous. Et nous n’étions pas au bout de notre étonnement. Un jeune garçon de l’âge de Lya surgit de la faille, et son physique me frappa immédiatement. Avant même que je ne m’en aperçoive, mes mains s’étaient décroisées et je m’étais redressé. Ce physique, ces cheveux, ce regard : ce ne pouvait être que son fils. Le fils de Sérafim, et d’Aurora. Mes yeux restèrent captivés par l’enfant tandis qu’ils fixaient intensément le visage de ce dernier.

Il s’adressa à Merlin qui ne comprenait pas ce qui se passait, de toute évidence. Pourtant, les paroles de l’enfant étaient claires. Ce que je ne parvenais pas à saisir, c’était comment, et pourquoi ? Si Aurora était morte à présent, comment pouvait elle venir jusqu’à nous ? Et pourquoi le ferait elle-même si elle en était encore capable ? Les questions se bousculaient, et je fus certain que le gamin parlait d’Aurora lorsqu’il évoqua Samain. Ce souvenir était sans aucun doute l’un des plus vivaces dans mon esprit lorsqu’il s’agissait d’évoquer la jeune femme. Après tout, elle m’avait permis de parler à ma défunte famille cette nuit là. C’était un présent des plus précieux, même si, sur le moment, ma réaction avait été des plus hostiles.

Le mystérieux garçon continua à donner des instructions à Antiokus, qu’il appelait étrangement « son oncle ». Il émanait de lui la même aura de mystère que son père, et il semblait à la fois sûr de lui et troublé. Durant tout ce temps, mon regard ne se détacha pas une seule seconde de lui. Pour autant, je ne dis pas un seul mot, ne sachant que faire ou dire. Ce n’est que lorsqu’Antiokus s’adressa à nouveau à Ahina que je sortis de ma léthargie. La dernière phrase du jeune homme roux me frappa de surprise, et je tournai aussitôt mes yeux bleus vers Ahina pour l’interroger du regard. « Pâle illusion d’un sentiment plus noble » ? De quoi parlait Antiokus ? Qu’avait il bien pu voir en elle que je ne sache moi-même ? Mon amie d’enfance me cachait elle quelque chose… ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 2 Sep - 15:46

Sur le moment, alors que la jeune Lya se presse contre elle, son visage reflétant un mélange de fascination mais aussi d'appréhension, le Scorpion toise cet étranger d'un air parfaitement indéfinissable. Il est difficile de dire si elle est perturbée par sa présence ou si elle s'apprête à lui coller une baffe, à lui aussi pourrait-on dire.
Pour autant rien ne semble venir, comme si la brune était perdue entre deux eaux, n'étant pas encore certaine de l'attitude adéquate à adopter.

Son épiderme s'électrise presque violemment quand il saisit doucement sa main en la portant jusqu'à ses lèvres. Frôlant plus sa peau qu'autre chose, ce contact abasourdit littéralement le Scorpion d'or dont les lèvres s'entrouvrent légèrement. Pourtant pas un son, pas même un soupir, ne s'extirpent de sa poitrine. Elle semble parfaitement paralysée.
Une douce auréole d'or enlace leurs mains avant que le contact ne se rompe comme par magie à l'entrée du Verseau, laissant là une Ahina parfaitement pantoise, la bouche ouverte comme un poisson hors de son bocal.

La voix de Kappa résonne à ses oreilles alors que ses prunelles de jade ne semblent pas pouvoir se détacher de l'étrange homme, annonçant d'un ton qui se veut probablement rassurant, que celui qui se tient face à eux est de confiance. La cinglante réponse n'aurait normalement pas du se faire autant désirer dès lors que le Verseau eut posé un orteil dans la maison.
Surtout que tout en l'attitude de Kappa semble refléter le contraire. Adosser contre le montant de la porte, les bras croisés en une posture presque sévère, il serait assez improbable de le qualifier de détendu à cette seconde ! Et pourtant... une fois encore Ahina ne formule pas la moindre remarque.

Une étrange sensation s'empare de sa poitrine alors qu'elle sent ses yeux s'embuer pour une raison qui lui échappe totalement à cet instant.
Ne faisant aucun effort afin d'éviter qu'elle ne s'écoule vraiment, une larme perle le long de sa joue sans qu'elle ne semble vraiment s'en apercevoir.
Comme si elle était la spectatrice passive d'une étrange pièce de théâtre, elle assiste au manège de celui qui a trop de noms pour qu'elle ne parvienne à en retenir ne serait-ce qu'un seul.

Le Scorpion le toise d'un air parfaitement désabusé alors qu'il parle, tel un protocolaire monarque citerait tous ses titres ronflants un par un. Elle a envie de couper court à tout cela, mais étrangement elle ne le peut pas. Les bras ballants, sa paume serrant encore légèrement le poignet de la jeune enfant qui se tient contre elle, elle observe cette entité sortie de nulle part sans rien dire, sans rien faire, sans exprimer de réel sentiment autre que cette unique larme qui s'écoule de son oeil.

Et comme si la situation n'était déjà pas assez étrange comme ça, voilà qu'un mouflet apparait maintenant !
Pour le coup l'entité rousse semble tout autant stupéfaite que les protagonistes humains de cette scène parfaitement improbable. Et c'est grâce à Lya que le Scorpion retrouve enfin un semblant de stature. Car lorsqu'elle sent l'enfant se détacher doucement d'elle, comme si la petite se retrouvait aspirée par cette nouvelle présence enfantine, Ahina entoure le buste juvénile de Lya en la plaquant de nouveau contre elle. Alors qu'elle l'empêche de succomber à son attraction, les fins sourcils de la brune se froncent tandis qu'elle les dévisage en une expression presque agressive.

A cet instant... aux yeux de ceux dont l'esprit serait assez aiguisé pour le comprendre, une chose évidente semble se distinguer à travers le comportement du Scorpion. Ahina... n'est plus capable de faire confiance. Du moins... pas sans laisser une large période d'essai s'instaurer avant de décider que l'autre en est finalement digne.
Merci Kappa !

Lya... apportes ce qu'il demande veux-tu


L'adolescente opine lentement du chef avant de disparaitre vers la cuisine. Ahina balaye rapidement la pièce des yeux, frôlant à peine le Verseau de ses iris avant de les reposer sur le père et le fils.

Alors qu'elle s'apprête à tourner les talons sèchement, l'homme aux 300 000 noms lui adresse quelques mots qui la frappent de plein fouet. Interdite une fois encore, les prunelles d'émeraude le dévisagent avec une telle intensité qu'on les dirait parfaitement indépendantes du corps de leur propriétaire.
Comment... peut-il savoir ça... Comment peut-il connaître le nom de son père et le lui sortir aussi naturellement que si elle l'avait toujours connu... Non mais c'est qui ce type au juste !

Ronde des damnés, traumatisme, étrangeté, colère... tout ça j'en ai rien à foutre, que ce soit clair. Ne vous avisez pas de toucher à un seul cheveux de cette enfant, pour le reste je m'en fou complètement faites ce que bon vous semble. Si vous pouvez aider Hector faites le.


Les poings du Scorpion se serrent alors que sa mâchoire se crispe fermement. Sentiment plus noble.... Mais qu'est-ce qu'ils ont tous aujourd'hui à se présenter comme s'ils la connaissaient par coeur, elle, ses sentiments et tout ce qu'elle a du gérer ces dernières années... Pour le coup oui là elle est vraiment en colère.

La porte s'ouvre soudainement à la volée alors que l'un des gardes qui se trouvait avec eux dans la ruelle principale entre en trombe dans la pièce. Il stoppe ses pas, semblant hésiter face à tant de monde et surtout la présence de ces étranges personnes qui se tiennent au centre de la pièce. Finalement il incline brièvement la tête vers Ahina en murmurant quelques mots à son oreille. Acquiesçant silencieusement aux ordres transmis par Aldébaran, le Scorpion échange un bref regard entendu avec le garde qui balaye la pièce du regard avant de quitter la maisonnée en refermant la porte derrière lui.

Vous en savez sans doute beaucoup et j'ignore comment c'est possible. Mais je n'ai pas de temps à perdre dans une psychothérapie, désolée.


D'un mouvement sec elle fait volte face. Finalement les ordres du Taureau tombent pile au bon moment.
Jetant un bref regard vers Naoîs et Hector dont le corps fatigué repose sur le lit, Ahina lève la main en signe d'adieux sans adresser un seul regard au Verseau qui lui, la regarde pourtant avec insistance. Sans attendre que l'adolescente ne revienne, elle claque la porte derrière elle en quittant la maison.
Un seul bruit se distingue à travers le montant de bois une fois la porte refermée. Un son tout d'abord mat, avant d'être rapidement précédé d'un chat hurlant et d'un tas de ferraille s'échouant sur le sol.

-> Sanctuaire
Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 16 Sep - 11:47

L'ère de l'Aube






 


=> France [ceci se passe peu de temps après qu'Aalanna ait nommé Jara Roi d'Avalon et l'ai renvoyé au Sanctuaire.]

Après le départ de la brune Ahina, l'enchanteur commença par examiner un Hector plus affaiblit que jamais. De retour avec ce qu'on lui avait demandé, la petite Lya chercha de ses yeux vifs, la Sainte sans la voir. Sourcils froncés, elle ne dit pas un mot, mais son joli minois était désormais sérieux et fermé. Elle était partie sans lui dire au revoir et même si, sur le moment elle s'en offensa, la jeune fille ne lui en voulut pas le moins du monde ! Après tout, n'était t-elle pas un chevalier d'or ? Sûrement avait-elle dû partir en urgence pour accomplir quelques tâches importantes. Appliquée dans ce qu'elle faisait, Lya n'accordait même plus un seul regard aux autres. Pas même à Kappa. Son protecteur paraissait vraiment las, autant ne pas le questionner outre mesure. Lya savait tenir sa langue. Ainsi, dans un silence religieux, le druide roux, l'enfant au regard froid et elle-même s'appliquaient à rendre moins pénibles, les maux de ce pauvre hère. Naios quant à lui, restait assis le regard vide, à moitié en train de somnoler quand, tout à coup, celui-ci se leva pour se poster devant son fils. D'un tape amicale sur l'épaule, il lui souffla d'aller prendre un peu de repos. Eiwan choisit cet instant pour s'approcher d'eux et désigner d'une main, le jardin de plus en plus éclairé par l'astre du jour.

« Elle est arrivée. » sur ces mots, l'enfant de Serafim s’éclipsa pour rejoindre son oncle et cette jeune Lya pour qui, son cœur s'était mit à battre d'une manière plus irrégulière et ce pour une raison qu'il ignorait. Son regard noir observait le moindre de ses faits et gestes, la corrigeait quand elle commettait une maladresse... lui montrait la voie des guérisseurs. Pour la première fois de sa vie, il se sentait en paix.

Le jardin s’épanouissait sous les rayons chauds d'un soleil paresseux. C'était l'aube, une autre journée qui débutait, pleine de promesse de renouveau. Une femme se tenait là, parmi les fleurs à humer leur parfum. Sa fine silhouette était apparue dans un éclat aveuglant, féerique. La Dame d'Avalon devenue Gardienne des Dieux évoluait avec grâce, foulant l'herbe tendre de ses pieds nus sans briser le moindre brin. Silencieuse, elle alla s’asseoir sur ce banc en pierre où son père avait fait son apparition quelques temps plus tôt. Ses yeux bleus se posèrent sur le bijou resté au sol. Elle le ramassa avec mille précautions, le mettant tout contre son cœur.

La belle Aalanna avait fait tout ce chemin pour revoir Kappa. Elle avait fait son devoir en remettant le fourreau et l'épée au nouveau roi et s'en était allée pour réaliser un souhait qui, jusque là, lui avait été impossible à réaliser. Le Destin chaque fois, se mettant à travers son chemin. Ou bien, était-ce simplement la malchance ? Qu'importe, maintenant qu'elle était là, elle l'attendait. Ce serait mentir que de dire qu'elle était tout à fait en paix. Même si son visage reflétait une joie paisible, une beauté irréelle, ses iris trahissaient une certaine mélancolie. La fée du Sidh leva son regard vers les nues, offrant son visage à la caresse du vent.

Ses cheveux blonds très longs et bouclés, tombant en cascade tout autour d'elle, étaient parfois agités par la brise. Elle ferma un instant les yeux pour mieux apprécier le phénomène. Après tout, ce serait peut-être la dernière fois qu'elle pourra réellement ressentir de telles sensations ? Son cœur se serra à cette pensée. Un soupir s'échappa de ses lèvres vermeilles.

La vision qu'aurait Kappa du Verseau en entrant dans ce jardin, serait celle d'une créature aux ailes fines et membraneuses brillant sous le soleil de Grèce, celle d'une faie magnifique habillée d'une robe diaphane. Celle de l'ancienne Prêtresse d'Avalon, toute auréolée d'une lueur angélique.

Celle qui fut autrefois Aurora.





© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Mar 17 Sep - 23:02



La jeune chevalière du Scorpion quitta la pièce rapidement sans mot ni regard pour moi. De toute évidence, elle était furax contre moi. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir. J’avais bien merdé depuis ces douze dernières années, et particulièrement depuis ces douze dernières heures. Mon regard suivait le fils de Serafim à la trace, analysant le moindre de ses gestes, et particulièrement sa manière d’être vis-à-vis de Lya. Ce n’est que lorsque mon père vint se poster en face de moi que je fus tiré de la léthargie dans laquelle j’étais plongé depuis quelques minutes. Il posa sa main sur mon épaule, et :
- Tu devrais rentrer à la maison, et te reposer un peu, fiston. Je te ferai mander s’il y a du nouveau, ici.
- Non ! Répondis-je aussitôt en fixant le garçon à la tignasse de jais. Je préfère rester ici. Quelque chose va bientôt se produire, et je veux être là pour y assister.

Comme pour valider mes dires, le jeune garçon s’approcha et prononça des mots que j’attendais depuis quelques minutes avec impatience. La bienséance m’aurait d’ordinaire poussé à le remercier, mais dans mon état, cela m’échappa totalement. Comme un papillon attiré par la lumière, je sortis dans le jardin, dans la direction indiquée par le jeune garçon. Et le spectacle auquel je pus assister au dehors fut bien plus féérique que tout ce à quoi je m’attendais : debout sur le pas de la porte, je vis une jeune femme d’une beauté si saisissante qu’elle ressemblait à un ange. De blanc vêtue, dotée de cheveux d’un blond si pur qu’on s’y noierait dedans, et d’ailes, celle que je connaissais par le passé était devenue méconnaissable, ou presque. Mon regard la détailla longuement sans qu’aucun autre geste ne trahisse mon état d’esprit, sans qu’elle ne puisse savoir si c’était une violente dispute, ou des retrouvailles pleines d’effusions qui se profilaient à l’horizon.

Finalement, un léger sourire se dessina sur mes lèvres et je me remis en marche d’un pas lent et nonchalent, les mains dans les poches. M’immobilisant à quelques mètres d’elle, face à face, je lui servis à nouveau le même sourire tandis qu’une légère brise faisait voleter ma chevelure azure.
- Alors, ce qu’on dit est vrai… lui dis-je simplement sans m’assoir à côté d’elle. J’aurais eu du mal à te reconnaître sous cette apparence, tu sais. Mais j’imagine que tu dois être heureuse, à présent. Tous ces mythes et légendes que tu as appris à comprendre avec tant d’assiduité, tu sembles en faire partie, à présent.

Avançant soudain d’un pas, je tendis doucement un bras pour remettre une mèche de ses cheveux dorés derrière son oreille. Et puis, brusquement, contre toute attente, mon sourire disparut et une lueur de tristesse passa dans mes yeux l’espace d’un instant.
- Que s’est il passé, Aurora ?
Il n’y eut pas d’autre mot. Elle comprendrait parfaitement la question, parce qu’elle savait qu’elle me devait des explications sur ce qui était arrivé. Aussi, mon bras revint dans ma poche, et à nouveau un faible sourire se dessina sur mes lèvres à l’intention de cette faie. De cette dame sortie tout droit d’un rêve. De celle qui autrefois se nommait Aurora, et qui le demeurera à jamais pour moi…

Revenir en haut Aller en bas
Eilaine


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 282

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 23 Sep - 0:09


Le temps des retrouvailles






 


Le temps des retrouvailles avait sonné. Ô ce serait mentir de dire qu'Aalanna n'appréhendait pas ce moment. Depuis fort longtemps, depuis ces six années où elle avait disparu de sa vie, faisant croire à sa mort pour qu'il puisse se détacher tout à fait d'elle, il n'y avait pas eu un jour où la fille de l'Aube avait imaginé cette scène qui était sur le point de se dérouler.
Beaucoup d'occasions manquées. Combien de fois elle aurait put aller le voir ? Combien de fois avait-elle eut la possibilité de refaire surface ? Très peu en définitive et chaque fois, le Destin se mettait en travers de sa route. Peut-être que son rôle en tant que Grande Prêtresse d'Avalon l'avait empêché véritablement d'aller à sa rencontre ? Sinon, pourquoi son père aurait-il mit tout en œuvre pour effacer peu à peu, ce qui fut son passé ?

La jeune femme se souvenait encore de son voyage initiatique. Sa odyssée marquée par le sang et la douleur. Son ascension à ce qu'elle était vraiment ne s'était pas déroulée de la meilleure façon qui soit, et encore, la dame blanche en gardait les séquelles. Même aujourd'hui où elle avait finit son voyage. Sa mue. D'instinct, la jeune femme s'était levée de son banc, le collier toujours tout contre son cœur en apercevant le silhouette encore imprécise du Verseau. Imprécise, pourtant, elle savait que c'était lui. Son aura n'avait absolument pas changée, enfin, à quelques points près. Seulement, ce n'était pas ce qui avait marquée celle qui autrefois se nommait Aurora.

Kappa du Verseau avait changé. Son regard surtout. Elle pouvait aisément lire toute la peine, la fatigue et la lassitude du chevalier. Aalanna savait qu'il avait dû vivre beaucoup d'épreuves comme tout à chacun. Mais, oui mais... elle était heureuse de voir qu'il en était ressenti grandit. Peut-être l'ignorait-il encore... Pourtant, tel était le cas.

S'instaura entre eux un très long moment de silence, un rien gêné, ponctué parfois par les piaillement des oiseaux sifflant au dessus de leurs têtes. La nature laissait entendre son chant, et ce fut ce dernier qui tranquillisa la belle Avalonienne. Aussi quand il lui sourit, elle ne put qu'y répondre de la même manière. Ses lippes s'étirèrent en un sourire éclatant, sans doute l'une des seules réminiscences de ce qu'elle fut autrefois. Oui, Kappa l'avait maintes fois vue sourire de la sorte. Son sourire et ses yeux bleus, voilà en tout et pour tout ce qui restait d'Aurora la petite fille du Matin. Il s'évanouit au moment où il porta sa main vers elle. Son cœur s'accéléra malgré elle, faisant naître en son sein des sentiments contradictoires où prédominait la nostalgie. Peut-être s'en rendit-il compte car son sourire à lui s'évapora, comme la neige au soleil. Interdite, Aalanna baissa les yeux pour finalement se rasseoir.

Finalement, la question tant attendue et redoutée arriva. Bien sûr, la belle faie s'était préparée, elle savait exactement ce qu'elle devait dire. Beaucoup de fois dans sa tête, elle avait préparé son texte, comme lors d'une représentation de théâtre. À s'y méprendre, bien qu'elle n'en ai jamais vu, cette scène ressemblait un peu à une pièce de Shakespeare. Après tout, n'était-elle pas l’intrigante Reine des fées ? La douce Titania ? Ses ailes s'agitèrent malgré elle, signe de son embarras, fort heureusement d'ailleurs, Kappa ne pourrait pas interpréter cela comme un signe évident d'angoisse.

« C'est drôle, peu de temps avant que tu n'arrives et même bien avant je savais ce que je devais répondre à cette question. Maintenant que tu es devant moi, je ne sais plus quoi dire. » elle leva son visage vers lui, les yeux embués de larmes. « Vraiment, crois-moi, j'aurais tant voulus que ça se passe autrement. Hélas, nous ne pouvons pas retourner en arrière et même si je le pouvais, cela n'aurait rien changé. J'étais prédestinée à devenir ce que je suis. »

Ses prunelles dévièrent légèrement pour regarder derrière le Saint d'or. Elle regarda un bref instant Antiokus s'affairer tout à sa tâche et savait que ce dernier n'oserait pas lever la tête. Elle savait que si il la regardait maintenant, tout son courage s'envolerait. Son attention revint vers son ami.

« Emrys mon père lutte à cet instant pour ne pas courir vers moi et me convaincre de revenir dans ce Monde, le votre. Mais comme autrefois, il n'en a pas le droit, il est l'esclave de nos Dieux et doit suivre sa Prophétie. M'arracher à toi tu sais, à été très pénible pour lui. Sais-tu pourquoi ? Parce qu'il savait que j'aurais été heureuse avec toi, et que mon destin aurait été plus clément. Au lieu de cela, il a dût m'envoyer à ma Mort.» Elle prit une profonde inspiration avant de reprendre. « Ce qu'il s'est passé, c'est qu'il a fait croire à mon trépas quand nous sommes partis pour les Enfers. Pourquoi ? Pour que je puisse disparaître. Je suis une fille de Dagda, la Grande Prêtresse d'un Monde Perdu, perdu et qui ne dois jamais être trouvé. Commences-tu à comprendre ? »




© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   Lun 14 Oct - 18:20



L’aube s’était levée déjà, chassant de sa lumière le voile ténébreux de cette nuit, l’une des plus sombres que nous ayons connue, sans aucun doute. La fatigue, l’épuisement même, ainsi que la tristesse d’avoir perdu Mashia, se faisaient particulièrement sentir. Pourtant, c’est un sourire qui se dessina sur mes lèvres pour Aurora. Ultime effort pour accueillir la femme et lui faire comprendre que malgré tout, je ne lui en voulais pas. Aurais-je voulu que cela se passe autrement ? Evidemment. Aurions nous pu vivre heureux ensemble ? Difficile à dire, au vu de nos rôles respectifs. Mais nous nous serions sans la moindre hésitation aimés à la folie. Malheureusement, le destin en avait voulu autrement. Le passé était le passé. J’en étais resté prisonnier trop longtemps, et je l’avais compris en cette triste nuit.

La voix cristalline de la jeune femme s’éleva en réponse à mes questions. Cette même voix que je connaissais si bien, et probablement l’une des dernières choses qui n’avait pas changé en elle.
- Oui, je ressens la même chose, répliquai-je avec un sourire tranquille, malgré tout.
Toujours debout et les mains dans les poches, j’écoutai son récit en silence. Au bout de quelques secondes, je fis quelques pas pour m’adosser au vieil olivier qui jouxtait le banc et lui faisait de l’ombre lors des chaudes journées d’été que la Grèce pouvait connaître. Ecoutant attentivement ce que la femme me disait, je finis par reprendre la parole :
- Oui, je crois comprendre. J’ai compris dès lors que j’ai vu ton apparence. J’ai eu beau réagir de manière méfiante lorsque tu as commencé à me parler de ton monde et de tes croyances, je n’en écoutais pas moins pour autant.

Me redressant tout à fait, je fis quelques pas pour me dresser en face de la jeune faie, toujours assise sur le banc. Je me baissai alors si bien que mon visage se trouva très près de celui d’Aurora, et c’était à présent elle qui regardait vers le bas pour me fixer. Je lui souris, avant de poursuivre d’une voix légèrement tremblante :
- J’imagine que tu as fait tout ce chemin pour me dire au revoir, n’est ce pas ?
Ma main vint effleurer ce visage que j’avais tant désiré posséder sans jamais l’obtenir, puis :
- Ta nouvelle condition ne te permet plus de vivre parmi les humains, il est vrai. Je suppose qu’il devait en être ainsi. Je mentirais si je disais que je n’ai pas du mal à l’accepter. Mais de toute façon, il semble que j’aie une forte tendance à perdre ceux que j’aime…

Me relevant, je fis volte face pour dissimuler une larme qui coulait le long de ma joue :
- Je n’arrive pas à croire que ceci est un adieu entre nous. Ne t’avoir enfin retrouvée que pour te perdre encore… Je te connais, Aurora. Je sais qu’il est inutile d’essayer de te retenir, à présent. Je n’en ferai donc rien.
Un instant de silence, puis :
- Et « lui », comment il le prend ? Sérafim ?
Plus le temps passait et plus je sentais mes sentiments me prendre à la gorge. Cette entrevue devait se terminer vite, sans quoi, je finirais par craquer devant elle. Et cela, il n’en était absolument pas question.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Kappa & Ahina] Règlements de Comptes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-