RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Fin d'une Ere [Marinas uniquement]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Lun 19 Aoû - 13:33

Arrow Pilier du Pacifique Sud

Poséidon avançait dans son temple et voyait les gardes qui s'agenouillaient devant lui. Il sentait que son cosmos divin s'épuisait peu à peu face à la puissance de ce Masque qui vint devant lui. Chaque pièce de l'échiquier était dorénavant face à face, personne ne pouvait savoir ce qui pouvoir se passer mais il était clair que le cosmos de cet homme dépassait celui des Dieux ou était égal à eux. Frappant de son trident le sol, Poséidon laissait sa scale l'entourer avant de se poser sur chaque partie de son corps. Dans un éclat métallique, le Dieu des Océans faisait rugir son cosmos pour le faire atteindre un éveil complet. Son adversaire appela alors l'écaille maudite de Polyphème.

Dans une explosion, les deux dieux fondirent l'un sur l'autre dans un vacarme qui faisait bouger les terres aux alentours, le ciel aqueux tremblait devant temps de force. Et un autre cosmos se créa alors dans le temple quand des sceaux se liberèrent subitement, le temple de l'eau venait de libérer l'ancien héritage et la conque marine allait vibrer une nouvelle fois pour tenter de briser ce masque qui empêchait de connaître l'ennemi du monde marin.

" Merci Généraux.... Douce Anet, vous méritez par votre sacrifice de prendre l'Ecaille sacrée de Scylla ! "

La Scale partit alors vers le temple de l'eau. C'est alors que le Masque frappa le Dieu des Océans sur ses flancs et dans une gerbe de sang, la main de Poséidon bloqua son poing pour le tenir dans son corps, un cosmos infusa brusquement dans son sang pour devenir une bourrasque de chevaux de sang qui frappa son ennemi de plein fouet. Mettant pieds à terre, il créa un mur d'eau entre lui et le Masque.

" Tu crois que cela va suffire, le grand héritage ne peut etre utilisé à pleine puissance sans le pouvoir de quatre généraux !

- Tu oublies que les Marinas, mes chers enfants, sont capables de se dépasser pour atteindre leurs objectifs... répondit Poséidon en crachant un peu de sang.

- Et ce mur d'eau, celui capable de repousser les tremblements de Gaia, tu penses que tu as assez de force pour le soutenir actuellement ! Ahahahahaha... Tu as usé de toutes tes forces pour refaire vivre les deux piliers du Pacifique ! Tu as perdu trop de sang et Athéna n'est plus là pour t'aider... "


Dans un rugissement, le Masque envoya une décharge d'énergie qui se retourna contre lui en quelques millièmes de seconde. Mais le danger ne vint pas de lui, plutôt d'une force dans l'ombre. Un homme était là et son cosmos palpitait comme un coeur ivre de puissance, ce dernier concentra alors son cosmos pour envoyer une attaque dans son dos !

" Gardes..... Regardez ce qu'est votre seigneur, seul le Masque peut vous sauver d'Athéna et de ses sbires... Elle est partie pour laisser Poséidon seul et ce dernier ne crie pas vengeance ! Réduisez ce Dieu de pacotille à ce qu'il devrait être, une pauvre jarre qui sert à rien... "

L'homme sortit alors de son ombre pour apparaître au grand jour, lui le conseiller du Masque ! Poséidon était enfin à sa merci et son maître pourrait posséder un grand pouvoir s'il contrôlait le monde infernal et dorénavant le monde marin, la Terre serait alors plus qu'un jeu d'enfant pour le Sombre Monarque. Ses yeux de jade indiquaient une haine redoutable et son surplis était caché par une grande toge atlante du plus bel effet... Les Gardes lui obéirent alors en fonçant sur le dieu des Océans tels des pantins !

" Ne cries pas victoire trop vite ! "

Une voix venait de sortir d'outre tombe, Jack O Bannon venait de refaire son apparition en tranchant la tête d'un garde...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mar 20 Aoû - 17:49

FIN DE L'INTRIGUE DU MASQUE

Dans un premier temps, tous les acteurs se retournèrent vers le fou au cheveu blanc qui avait attendu son heure. Personne ne réagit immédiatement mais la création d'un immense tunnel de sang des mains du vieil Atlante frappa de plein fouet le conseiller qui ne s'attendait pas au retour de cet ennemi. Dans un râle de douleurs, l'agent d'Hadès devenait une orbe de ténèbres quittant le monde marin pour retourner vers le monde infernal. Plus rien ne semblait arrêter le pouvoir du sang et de l'eau !

C'est alors que le pouvoir du Grand Héritage fit sonner la Conque de Triton enfermée dans le temple de l'eau. Les Généraux de Poséidon étaient parvenus à accomplir leur mission ! Le masque d'ivoire qui cernait l'homme se brisa lentement pour ne laisser qu'un visage aux cheveux rouges. Le corps de l'ancien Triton, son ancienne incarnation faisait jour et tombait entre les bras de son Père lourdement blessé par les coups du trident du fils du Dieu des Mers. C'est alors que son Ecaille se purifia pour reprendre la forme du puissant Cyclope et se poser devant les portes closes du temple de Poséidon.

" Mon Fils, les choses ont été bien dures mais tu es de retour...

- Père....

- Ne dis rien, les choses sont terminées, nous allons désormais aller dans le temple de Poséidon nous reposer et retrouver notre épouse. Jack, je te laisse les clés du temple, nous t'ordonnons de veiller à organiser les choses pendant notre absence ! Nous avons fait une promesse au chevalier d'or du Bélier : Faites en sorte que le corps du Grand Pope Fawn soit restitué aux chevaliers d'Athéna. Et comme nous l'avions promis, prenez cette missive, elle a mes dernières recommandations envers quelques marinas qui ont été émérites dans les dernières heures de cette bataille... "


Poséidon prit alors entre ses bras son fils et disparut derrière les portes. Jack O'Bannon regardait le trident de Poséidon encore planté dans le sol, comme une sentence à toute personne qui aurait souhaité brisé les portes de la salle du trône. Les serviteurs du temple s'en allèrent alors en veillant à nettoyer les dégats de cette dernière bataille. Tout était redevenu calme, la paix était rétablie mais à quel prix, bien des Marinas avait disparu lors des combats de cette guerre civile !

Jack s'avança alors vers l'entrée du Temple en attendant les marinas qui s'étonneraient de la disparition soudaine du Masque. L'aura démentielle du Dieu des Océans était toujours là mais plus en retrait, aussi calme que la mer qui vient de connaître une lourde tempête. Le vieil écossais attendait ses filles avec impatience et il fumait une pipe en attendant ce bon vieux retour aux valeurs familiales. Mais alors qu'il humait l'odeur de son tabac, une présence fit ciller ses paupières de surprise !

" Toi...

- Enchanté de te revoir Jack ! Je vois que le Masque est tombé et que Poséidon est enfin chez lui...

- Ouais mais je me demande qui est derrière tout cela, je ne pense pas que Hadès savait pour l'Ecaille maudite et encore moins pour le pouvoir de ce Masque venant du nouveau Monde ! Quelqu'un a oeuvré pour faire tombé Atlantis et je le trouverai...

- Bon courage ! Mais tu n'as pas tort, les choses sont loin d'être terminées... Le Grand Héritage n'a pas encore dévoilé son plein potentiel vois tu !

- Hm.... Cela réponds à ma première question, c'était donc toi ! Toi, l'ancien Dragon des Mers, toi, Mikukaze le maître des dimensions ! Ton ancien maître m'avait prévenu que tu avais même tenté de tuer tes fils pour obtenir d'eux le sang des Flambeaux afin de récréer les Stella Rubius ! Si j'étais pas dans un sale état je te ferai baiser par un troupeau de Pirhanas en furie !

- Je sais que tu es faible mais je n'ai plus de raison de me cacher, je connais désormais ce que je veux savoir, cette histoire m'a permis d'avoir accès aux archives de ce temple pendant un long moment tu l'imagines bien... Et même si je trouve dommage que la Scale de Polyphème soit purifié, j'aurai d'autres occasions... Et mon fils me reviendra, après tout, quand j'aurai tuer tes filles, j'aurai les stella Rubius non ?

- Espèce de furoncles d'anus avarié ! Tu penses que je te laisserai faire ?

- Non, mais les Généraux légendaires de l'ancienne génération sont trop proches et j'ai pas envie de combattre mon ancien frère d'armes, hein, général Jack O'Bannon de la Sirène Maléfique ! Tu as toujours ta flûte dans ton dos ? Bon, je te laisse, l'inquisiteur du pacifique Nord et Porthos Fitz Empress se rapprochent ! "


Tout était un éternel recommencement disait-on ! Jack laissa son ancien ami partir sans pouvoir l'arrêter, après tout, cela n'était pas actuellement de son ressort et il devait protéger le trident de Poséidon. Sans compter que les choses allaient devenir sérieuses mais avec quelle force et quels moyens ? Il devait déjà donner le pouvoir à un jeune homme que le Dieu lui avait confié le nom en télépathie. Il savait qu'il aurait une lourde tâche mais telle était la volonté des Océans, en perpétuel changement, la volonté de Pontos était imperturbable !

Il attendait donc la venue des siens pour les prévenir des dernières décisions de Poséidon. En lisant le parchemin du Dieu des Océans, il savait que cela serait sûrement un nouvel âge, la famille impériale s'étant retirée dans le Temple sacré pour récupérer de ses forces... Jack se leva et envoyé un message télépathique à tous les Marinas et même aux Saints qu'il percevait encore sur le territoire sacré, il fallait agir vite.

" Moi, Jack O'Bannon, dépositaire de la volonté de Poséidon, je vous ordonne de ramener vos fesses séance tenante sinon je vous botterai le cul sans vergogne ! Quand aux Sains encore ici, même chose, vous ramenez vos miches ou vous vous barrez, j'ai pas la même clémence que Poséidon et serai moins sympa pour les trous du cul qui obéissent pas ! "

Citation :
HRP : Ce message s'adresse à TOUS les marinas et qu'importe où ils sont ! Les Saints encore sur le territoire sacré peuvent venir ! ~ Poséidon est absent jusqu'à nouvel ordre !
Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Jeu 29 Aoû - 22:20

Pacifique Nord ==>

Une fin de discussion qui me laissait un goût amer dans la bouche. Je ne savais pas plus quoi penser de tout ça. Le combat des saints, celui des marinas et des autres peuples... Moi, je n'étais qu'un pauvre sous-fifre n'ayant aucun moyen de se défendre efficacement contre des ennemis supérieurs. Je ne pouvais rien y faire, pour l'instant.
La vie était bien plus intéressante que prévu. Aucun être humain n'était capable de pouvoir résumer sa vie entièrement. Il fallait détailler les moments les plus importants, les sentiments les plus convaincants.
Mü de fragrance m'avait en quelque sorte ouvert les yeux. Vers quoi, je ne sais pas, mais ma vie allait être chamboulé en même temps que le royaume sous-marin.
Ma main glissait paisiblement sous une cascade d'eau. Je ressentais des émotions nouvelles. Au-delà des arbres et des nuages, je voyais devant moi un Nouveau Monde.
Les molécules d'eau vibraient en moi à chaque déplacement de pas. Ce n'était pas un séisme. J'entendais des voix, une voix pour être exacte. Je discernais mal son prénom. Ja, Jac, Jack ? O'Bannon... C'était celui qui m'appelait qui nous appelait... Je le supposais. Les nymphes d'eaux glissaient pour m'indiquer la direction. Je n'avais plus qu'à suivre le mouvement. Quel était cet homme ? Aux premiers abords, il semblait méprisable au plus haut point. L'habit ne faisait pas le moine, et je devais me faire une idée en allant au même endroit. Le Temple de Poséidon, l'édifice le plus grand sous la mer, sûrement.
Les néréides riaient en coeur. Elle me poussait de plus en plus pour que j'avance. J'étais tendu. Était-ce un Dieu ? Ou encore un de ces pathétiques humains qui se croyait être le tout puissant.
La tension me montait à la tête, mais je n'aimais vraiment pas attendre. Comme un fauve accompli, je bondissais pour rejoindre le temple de Poséidon plus rapidement. Je ne savais pas le temps qu'il m'eût pris pour rejoindre le lieu de rendez-vous, mais j'y étais.
Je regardais droit dans les yeux, celui qui nous avait appelés. Le dénommé Jack.

- Êtes-vous l'homme qui à appelé les marinas ? dis-je sans sourciller d'un cil.

- Êtes-vous le nouveau gardien de Poséidon ? Un genre de prêtre ?

Je regardais les alentours. J'étais le premier marina sur les lieux. Cela n'allait pas être une partie de plaisir. Je mettais de la distance entre nous deux.

- Je ne reste qu'un soldat sans armure, mais, je peux vous être utile, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Dim 1 Sep - 0:54

Personne ? Putain de bordel de merde, j'attendais comme un oiseau en cage une réponse de mes "Généraux" et que dalle ! Ils venaient pas et si je comprenais que certains soient en retard car étant encore aux Bermudes, les autres avaient moins d'excuse. Marmonnant dans ma barbe blanche, je me demandais si j'allais pas faire des sushis de leurs écailles avant de leur montrer que leur sang était tout aussi rouge que le sien. C'est alors que je percevais un cosmos s'approcher, bien moins puissant que les autres mais avec un potentiel non négligeable. Je me relevais d'un bond et regardais dans cette direction pour voir un avorton arriver comme une vierge sur sa première... Non, y'a des enfants, on va se taire !

Ce morveux vint alors me dévisager et me demander gentiment si j'étais le patron pendant les vacances du Dieu. J'avais envie de lui coller une paire de claques dans les roubignoles pour voir ce que ca faisait quand deux boules s'entrechoquent avec des roches au milieu. Mais bon, il était le premier et était même pas un militaire, un civil ! Un Atlante ! Bon sang de mère de Dieu, mais si ce jeune con avait entendu mon appel cosmique, c'est qu'il en avait dans le pantalon. Je me ravisais un instant en grattant mon front et lui fit signe de me suivre. Arrivé près de quelques piliers, je me retournai en lui collant une taloche dans la gueule avec le sourire.

- Alors garçon, première chose, on regarde pas son boss dans les yeux quand on lui parle ! Première règle de Jack ! Deuxième règle...

Un second coup parti sous son menton pour le faire voler dans les airs, le corps du jeune homme devait souffrir mais O'Bannon s'en moquait !

- On dit bonjour quand on arrive malpoli ! Oui, je suis ton patron, ton dieu de remplacement, et tu vas me baiser les pieds si tu veux pas te les prendre au cul ! ! J'ai convoqué les Marinas et je vois que toi pour l'instant, je dois avouer que t'as un potentiel, si tu passes mon épreuve, je verrai si tu peux porter une Scale et si elle accepte de pas te gratter les couilles jusqu'à te les broyer !

Bon, que faire de lui, il était à terre en du sang coulait de ses lèvres très certainement. Je me retournais alors pour sentir que des cosmos se rapprochaient à leur tour ! Bien bien, ca commençait à bouger et c'était enfin là que les choses allaient commencer. Je posais de nouveau les yeux sur le jeune homme devant lui et le relevais par le col pour le reposer sur ses pieds, tapant lourdement dans le dos pour replacer ses vertèbres, lui intimant de me suivre !

- Alors mousse ! t'es qui ? Tu viens d'ou ? Tu sais faire quoi ? "
Revenir en haut Aller en bas
Ann


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 168
Armure : Chanter, Saborder

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Dim 1 Sep - 3:33

~> Triangle des Bermudes

Bon non pas que j'en avais marre, mais en fait si j'en avais vraiment plus que ras le cul. Envoyée à ce tournoi, perdre en finale face à l'autre vaurien de Caedus, avant de retourner directement au combat à mon retour. Enfin faut bien avouer que sans moi, Haiken et Tristan auraient très certainement eu beaucoup plus de fil à retordre, alors que mon intervention nous avait permis de nous débarrasser de l'autre connard de Verseau noir en deux coups de cuillère à pot.

Moi qui espérais pouvoir avoir quelques jours de repos! Après tout je ne les avais pas volé, ils étaient amplement mérité! Je me voyais déjà confortablement installée dans la petite maison du Dragon des Mers, rien que lui et moi. Notre jardin secret. Je me voyais déjà mon petit programme bien ficellé: sexe, plage, sexe, baignade, sexe, bricolage, etc... Oh et je m'en irai voir ma chère Mary. J'avais hâte de rejoindre et retrouver ma jumelle pour lui narrer mes hauts faits lors du tournoi. Mais mon beau programme avait fondu comme neige au soleil suite à l'appel d'un certain Jack O'Bannon.

Inconnu au bataillon celui-là. D'ailleurs j'avais bien envie de lui refaire le portrait. Il s'prenait pour qui à s'adresser de la sorte à tous? En attendant, je passais mes nerfs sur mon défouloir chéri et adoré: Haiken. Autant dire que le fait qu'il ne m'ait même pas félicité pour mes prouesses lorsque nous avions eu l'occasion de nous retrouver seuls quelques instants m'avait quelque peu mis les nerfs en pelote. Aussi profitais-je de son petit tour de passe passe à l'encontre du Prêtre pour passer mes nerfs sur lui:

"- Sérieux, des fois j'me demande s'il t'arrive de réfléchir! Vraiment pas deux sous de jugeote!"

Me penchant en avant je vins murmurer à son oreille pour n'être entendue que de lui:

"- Libère le où tu feras ceinture pendant un long moment! J'peux t'assurer que tu pourras t'la coller derrière l'oreille."

Menace qui n'était pas à prendre à la légère, il savait que j'en étais parfaitement capable. Le Triangle s'ouvrit alors pour révéler le Temple de mon Dieu bien aimé, juste à temps pour nous permettre d'observer un vieux débris coller une branlée magistrale à un bleu. Poussant un soupir théâtral j'allais de l'avant, laissant mes pieds reposer sur le sol, tout en croisant les bras:

"- 'Tain sérieux, z'avez rien d'mieux à foutre que de vous coller sur la gueule?"


Mes iris émeraudes se portèrent sur le plus âgé des deux hommes vers lequel j'avançais, le scrutant sans la moindre vergogne, comme pour le jauger, avant de le regarder droit dans les yeux, ne respectant nullement la consigne qu'il venait de donner au jeune homme encore à terre. Il émanait de lui quelque chose qui m'intriguait et me faisait ressentir comme une petite fille, néanmoins, je ne pouvais m'empêcher d'être rebelle. C'était ma nature première après tout.

"- T'attends pas à c'que j'baise tes pieds l'vieux. Et un conseil: ne t'avise pas de lever la main sur moi, car j'suis pas d'humeur à faire dans la diplomatie. Jack O'Bannon c'est ça hein? T'es qui au juste hum? Aucun de nous n'a jamais entendu parler de toi."

Sans quitter mon interlocuteur de lançais au jeune homme qui se trouvait encore à terre.

"- Ca va l'bleu?"

Je m'apprêtais à poursuivre, mais un cosmos présent au coeur du Sanctuaire Sous Marin me fit me taire. Subitement tous purent me voir quelque peu pâlir. C'était impossible. Que faisait-il là?

"- Putain de merde. Pourquoi est-ce qu'il est ici?" dis-je en marmonnant avant de lancer plus fortement. "Pourquoi le chevalier d'or des Poissons est-il en Atlantide? Que fait Celsius ici?"

J'étais préparée à tout sauf à ça. Comment allais-je pouvoir annoncer au Saint que je n'avais pas été en mesure de sauver son frère lors du tournoi?
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mar 3 Sep - 18:17

Triangle des Bermudes Arrow

Combien de temps cela allait-il durer? Ann ne cessait de le sermonner à cause du maudit Prêtre. Et les menaces volaient déjà très haut, tellement haut d'ailleurs que Haiken se demandait si aux yeux de Tristan et Anet ils ne ressemblaient pas déjà à un vieux couple!

Il était vrai que officiellement, ça n'avait jamais été le grand amour entre lui et Ann. Le peu de temps qu'ils avaient passé auprès des autres avait toujours été accompagné de disputes et autres provocations du genre. Mais cela ne commençait-il pas à aller trop loin? Mieux valait prévenir tout de suite et au prix de pouvoir paraître maladroit, le Dragon des Mers décidait de tenter de mettre à un terme à tout ça!

- Je te signale juste un truc ma grande, tu me donnes pas d'ordres, et puis lâches-moi un peu là, on est pas mariés!

Ann resterait probablement en colère après avoir entendu cela, mais elle savait pertinemment que leur secret devait être bien gardé. De plus, et en se souvenant de ce petit détail, Haiken ne parvint pas à dissimuler un léger sourire, la sirène était vraiment belle quand elle se mettait en colère, et elle le restait encore plus quand le Général de l'Atlantique Nord le lui faisait remarquer.

Finalement, le voyage se terminait enfin, le Triangle s'ouvrait à nouveau pour laisser les voyageurs rejoindre leur Sanctuaire.

- On est arrivé, j'espère que vous avez apprécié le voyage!

Il le demandait réellement pour Anet, car Ann et Tristan était déjà habitué à son antre, qui plus est, le Général de l'Hippocampe y avait déjà mené un combat à ses côtés. À peine arrivés, la scène qui se présentait à eux était tout à fait inattendue!

- Et bien je vois qu'on s'amuse bien ici!

Un apprenti qui se battait avec un mystérieux vieillard, probablement l'amputé du cerveau qui les avait appelé à lui comme si les Généraux n'étaient rien d'autre que de fidèles chiens. Haiken ne pouvait pas être catégorique, mais il était inconcevable que les autres aient apprécié ce genre d'appel et le ton employé par Jakcy "Suicidaire" O'Bannon! Et bien que son envie était de lui mettre son poing dans la figure, Ann, déjà énervée, s'en prenait à lui dans une attitude rebelle bien caractéristique et que le Dragon des Mers appréciait.

Après lui avoir dit le fond de sa pensée, qui rejoignait en tout point mon point de vue. Elle s'immobilisa, comme prise par la peur avant de s'exclamer de la sorte.

- Putain de merde. Pourquoi est-ce qu'il est ici?. Pourquoi le chevalier d'or des Poissons est-il en Atlantide? Que fait Celsius ici?

Celsius, Chevalier d'Or des Poissons. Haiken avait eu l'opportunité de le rencontrer au Sanctuaire. Ann ne connaissait pas la raison de sa présence ici, et c'était bien normal, elle n'était pas présente au moment où Poséidon alla chercher la Déesse Athéna au sein même du Sanctuaire, accompagnés par plusieurs Chevaliers, Celsius était l'un d'entre eux.

- Celsius a accompagné la Déesse Athéna jusqu'ici!

Haiken s'était tourné vers Ann en lui révélant ce que je savais.

- Pourquoi? Tu le connais? Que s'est-il passé?

Le Dragon des Mers ignorait que lui et Ann s'étaient affrontés pendant le tournoi et qu'autre chose les liait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Dim 8 Sep - 8:47

:: La Mort dans l'Âme :.

→ Pilier du Pacifique Sud.
Le poids de la connaissance. Rares sont les humains à pouvoir en prendre toute la mesure et à se rendre compte du danger qu'il peut représenter. S'il n'est question qu'à titre exceptionnel d'autre chose que d'informations inoffensives, il en existe qui peuvent très bien revêtir un jour des plus incisifs. Le savoir est une arme qu'il faut savoir manier avec précaution, sans quoi il peut fort bien se retourner contre vous. Ainsi ne doit-on l'utiliser qu'avec une infinie sagesse... Il n'y en avait pourtant aucune dans le geste de Celsius lorsqu'il envoya l'ouvrage s'abattre de tout son poids sur l'arrière du crâne de Jack O'Bannon. Tricorne ou pas, il devrait pouvoir sentir passer celui-là. Pour l'avoir véhiculé des heures durant d'un pilier à un autre, le Chevalier d'Or était bien placé pour savoir que le tome pesait son poids. Un atout opportun, puisqu'il n'avait rien d'autre sous la main. Manquant de chanceler lui-même, emporté par le lest du livre qu'il maniait, il parvint néanmoins à retrouver un équilibre parfait. Et concernant ses explications à un tel manque de respect...
Ça, c'est pour vous « féliciter » d'être « revenu à la vie ». Estimez-vous heureux que je ne me sente pas la force de vous en mettre un deuxième pour avoir failli me faire perdre la main de votre fille. dit-il sans la moindre animosité, sans rien révéler de plus qu'à l'accoutumée.
Il pouvait être quelque peu déconcertant que quelqu'un d'aussi impassible qu'il l'était en apparence agisse de la sorte, et c'était peut-être ce qui dissuaderait Jack de riposter – même s'il y avait matière à en douter. Au moins, le coup avait porté. Pas grand chose peut-être à l'échelle d'un Chevalier, surtout aussi expérimenté, mais c'était la moindre des choses pour lui faire payer de s'être joué de lui. Même s'il éprouvait un immense soulagement à le savoir toujours parmi les vivants, ce n'était pas ce qui excuserait la situation dans laquelle il l'avait mis. Reprenant le livre pour le caler sous son bras, de la même manière qu'il l'avait transporté jusque là, le Saint des Poissons se drapa dans sa dignité et n'eut guère plus que du dédain à lui adresser.

Content, il l'était à n'en point douter, et c'était bien la première fois qu'il avait recours à son habileté quand il est question de cacher ses émotions dans son propre intérêt. À peine avait-il fait un pas en arrière pour revenir aux côtés de Mary qui l'avait accompagné jusqu'ici qu'un détail attira son attention. Le fait qu'elle se tenait devant lui alors qu'il ne l'avait à aucun moment vue lui passer devant. Ainsi eut-il le naïf réflexe profondément humain de se retourner pour s'assurer de sa position et vérifier qu'elle ne se trouvait plus là où elle était encore un instant auparavant... Et constata qu'elle s'y trouvait encore. Mentalement épuisé comme il l'était, il était normal qu'il lui ait fallu un moment pour se rendre compte qu'il s'agissait de sa jumelle.

Il pouvait à ce titre s'estimer heureux d'avoir déjà fait sa rencontre sans quoi il était fort probable que ce qu'il lui restait de lucidité y serait passé. Personne ne les avait vus arriver, la scène étant trop confuse pour que quiconque ait le temps de garder un oeil sur tous les passages par lesquels les Marinas étaient susceptibles d'arriver. Il n'avait pas été bien difficile de prendre l'initiative qui, il devait bien l'avouer, avait eu le mérite de le défouler. S'il avait laissé sa dulcinée passer la première au lieu de prendre les devants une fois à proximité, nul doute qu'elle aurait eu tôt fait de les faire remarquer. Il n'avait pas remarqué être aussi entouré et aurait sans doute pu en ressentir une quelconque forme d'embarras s'il n'avait pas été si vanné.

Fallait-il qu'il ne soit pas dans son état normal pour se livrer à de telles espiègleries... Pourtant, il se sentait mieux que jamais. Plus léger qu'il ne l'avait jamais été. Plus léger du poids d'une vie, au moins une qu'il n'aurait pas pris. Tout était terminé à présent, et si laborieuse qu'ait été la bataille, la mort n'y était pas au rendez-vous. C'était sans doute idiot de sa part de réjouir qu'il soit encore en pleine forme, sachant que cette vie, il irait sans doute la perdre en d'autres temps, en d'autres lieux... Mais ce n'était pas sa faute. Et cela lui ôtait de la conscience un poids considérable. Il tourna les talons, ayant accompli son méfait et étant désireux d'en rester là. Il s'adressa cependant à lui une dernière fois :
C'est bon de vous avoir parmi nous. Mais plus jamais ça.
Ses pas le ramenèrent vers Mary, dans son dos plus précisément, et il passa sans tarder un bras autour de sa taille, posant la tête sur son épaule. Une telle démonstration d'affection en public ne lui ressemblait pas, mais qu'est-ce qui lui ressemblait dans tout ça ? Il était tout simplement heureux qu'elle soit là et ne se voyait pas se retenir de l'exprimer pour la seule raison qu'ils n'étaient pas seuls cette fois. De toute façon, tout le monde devait avoir attendu les mots qu'il venait de lui adresser ; ainsi n'y avait-il donc plus rien à cacher. Une attitude qu'elle approuverait sûrement, et s'il était trop fatigué pour faire quoi que ce soit si quelqu'un y trouvait quelque chose à redire, la Sirène Maléfique, quant à elle, n'y manquerait pas.

Se reposer, il en avait grand besoin, même s'il était encore un peu tôt. Ici n'était pas sa place, mais après en avoir été tenu éloigné, était-ce un crime de vouloir prendre le temps de la retrouver ? Il rouvrit les yeux pour scruter l'écarlate de sa chevelure dont il humait le parfum alors qu'ils étaient encore clos et se perdit dans leur contemplation. Le rouge du sang devient maintenant le rouge de l'aube. C'est la couleur de ce qui est encore vivant. La couleur qui annonce un matin d'espoir. Ainsi installé – même s'il ne doutait pas qu'elle n'allait pas tarder à bouger car trop impatiente d'avoir son propre mot d'explication avec son père -, il adressa finalement un signe de tête à Ann et Haiken ainsi qu'un vague sourire épuisé à cette dernière, avant de se rendre compte de la mine contrite qui s'était dessinée sur son visage à son arrivée. Que pouvait-il y avoir de si grave pour qu'elle en soit à ce point dérangée ?

Citation :
Je me suis permis de partir du principe que Jack prenait le coup pour l'effet comique de la chose, mais bien sûr si ça pose problème je suis tout disposé à éditer mon post. °°
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Dim 8 Sep - 15:04

Il est où Sancho ?






 


=> Pilier du Pacifique Sud

« Salut les c.... Oh putain en plein dans sa mouille ! »

Prête à lancer à la cantonade l'une de mes plus belles entrées en matière – à savoir une bonne insulte pour se mettre en train – j'eus tout juste le loisir de commencer quand, dans un geste qui me pris totalement au dépourvu et surtout de la part de Celsius, le Saint des Poissons envoya son bouquin dans la trogne du vioc. Ah putain si je m'attendais à celle là ! J'étais tellement surprise sur le coup, que je restais là plantée comme un radis, la bouche entrouverte. Bientôt pourtant, un rire tonitruant s'échappa de mes lèvres. Dans un fou rire incontrôlable, je regardais mon paternel qui tirait une de ces tronches ! Vous le verriez, ô grand Dieu. Au moins ça aura le mérite de lui faire ferma sa grande gueule à l'autre. J'étais aussi certaine que Celsius venait de gagner pas mal de points auprès de papa. Je ne pouvais plus m'arrêter de rire, ! Pliée en deux je sentais venir les larmes à mes yeux : preuve inéluctable que toutes tensions chez moi se volatilisaient. Sacré nom d'un chien, ce que ça pouvait faire du bien ! Je repris partiellement mon souffle avant de frotter mes yeux bleus encore rougis.

« Bon, plus sérieusement, vous avez péter la gueule à Sancho ?» – déclarais-je le plus sérieusement du monde en parlant bien évidemment du Masque.- « Ah, non ? La fête est vraiment finie en faite ? Bon, tant pis. Qu'est-ce que tu nous veut connard ?»

Si il n'y avait plus de petite sauterie, je saurais m'en accommoder en foutant un peu en rogne Jack O'Bannon. Oh putain de merde, j'allais oublier moi avec toutes ces conneries ! Faillait que je présente ce tocard à ma sœur. D'ailleurs, je l'observais du coin de l’œil avec un sourire malicieux. Sauf que toute trace de ce sourire s'évapora quand je ressentis son profond malaise. Fronçant les sourcils, mettant cela sur le compte de la fatigue, je lui fis un petit signe de la tête pour l'encourager à venir me parler. Sauf qu'au même moment, mon bellâtre revint sur ses pas pour jouer à un jeu auquel je ne pouvais que m'y plier. M'attrapant par la taille, je me laissais faire non sans jeter en sa direction un coup d’œil provocateur. Celui du genre qui disait -toi je vais te bouffer pour mon quatre heure- si vous voyiez ce que je veux dire.

« Ah tiens, un p'tit nouveau ? Tu t'es perdu blanc bec ? »

Ce fut la tignasse rouge de l'apprenti qui attira mon attention. Ah mais oui, cette couleur faisait toujours mouche chez moi : c'était pas pour rien que RED était mon nom d'emprunt. Passant une main dans ma propre chevelure carmine, je me serrais un peu plus étroitement dans les bras de Celsius, calant ma tête dans le creux de son épaule et de son cou. Baillant à m'en faire décrocher la mâchoire je continuais ce petit manège un moment avant de faire quelques pas en la direction de Jack.

« Allez hop le vieux, on s'assoit et tu racontes, hein ? À ton âge, on peut facilement se froisser un muscle. »

Liant le geste à la parole, je le poussais suffisamment fort – et à l'aide d'un subterfuge « cosmique »- pour qu'il pose son cul là où deux minutes à peine, il était assit à nous attendre comme un gland je suis sûre ! Sans plus de cérémonie et dans un geste clairement provocateur, je m'installais sur ses genoux comme le ferait une fi-fille à son papa. Là, fière de ma connerie, je passais un bras autour de ses épaules.

« Ann, tu viens t’asseoir aussi sur les genoux de papounet ?  »

Cette grosse blague. Au moins, j'avais le mérite de bien me marrer. Puis, j'étais aussi en première loge ! Une vue imprenable sur les différentes réactions et futures réactions des autres. Oh ? Mais tiens, là bas ? Ce serait pas Tristan par hasard ? Mais si, mais si ! C'était bien cet enfoiré ! Lui offrant un immense sourire je lui fis un grand « coucou » de la main avant d'en faire un autre vraiment moins... cordial dirons-nous. J'ai pas besoin de vous faire un dessin, hein ? Ça concerne l'utilisation du majeur généralement...




© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Tristan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mar 10 Sep - 23:59

Arrow Triangle des Bermudes

Retour au bercail. Youhou! Quelle joie de retourner au Sanctuaire Sous-Marin revoir ses magnifiques piliers et saluer tous les Marinas qui se battaient en son sein! Non mais sérieux, y avait-il certains Marinas qui pensaient ça quand il s'agissait de retourner se perdre aux fins fonds de ce trou perdu? C'est aussi ça qui le motivait à s'occuper du recrutement des nouveaux Marinas. Au moins, cela lui donnait l'opportunité de voyager à travers le Monde plutôt que de rester enfermé au Sanctuaire Sous-Marin à garder son précieux pilier. Enfin, en tant que Général, il fallait bien qu'il accepte d'y revenir de temps en temps. Cela faisait partie du contrat.

Sauf que là... il ne s'agissait pas seulement de rentrer faire son rapport au Seigneur Poséidon ou à un de ses Prêtres, mais bel et bien de répondre à l'appel d'un quelconque trou du cul qui semblait tout fier d'avoir reçu des ordres de leur Dieu, et bien décidé à s'en servir pour satisfaire son égo surdimensionné. Que de nouvelles réjouissantes en quelques secondes décidément. Enfin, au vu de toutes les fortes têtes qui composaient les troupes du Sanctuaire Sous-Marin, ce retour aux sources prévoyait au moins quelques belles engueulades et montées de tons. De quoi le divertir quelque peu et montrer à ce "Jack" que, pour se permettre de leur parler comme de la merde, il fallait pouvoir assumer derrière. Sans quoi, son "règne de la terreur" ne resterait pas bien longtemps dans les livres d'histoire.

Finalement, le Triangle des Bermudes d'Haiken les amena directement au Temple de Poséidon, comme l'avait réclamé le fameux Jack. Aucune idée par contre pour le Prêtre qu'il avait fait disparaître avant qu'ils ne s'en aillent mais après tout, quelle importance. Il leur avait donné les informations qu'ils voulaient donc ce n'était pas vraiment une grande perte si Haiken ne le faisait pas revenir. Même si Ann ne semblait pas vraiment de cet avis au vu de la manière dont elle venait de faire la morale au Dragon des Mers. Enfin un peu de divertissement!

Mais que fait un Saint au milieu de cette assemblée...

Instinctivement, Tristan venait de murmurer ces propos à Ann et Haiken en apercevant le Chevalier d'Or qui leur faisait face. Certes, les deux camps étaient alliés depuis peu mais de là à amener un Chevalier d'Athéna au coeur du Temple de Poséidon... Quel manque de respect... Et l'Hippocampe aurait demandé des comptes à celui qui les avait convoqués - en plein amusement avec un jeune apprenti visiblement - s'il n'y avait pas eu la suite des événements. Le Chevalier d'Or enlaçant Mary tendrement. Mary lui adressant un regard plus que significatif. Hé bien, il s'en passait des choses au Sanctuaire Sous-Marin pendant son absence. Au moins, cela leur permettrait probablement de garder un oeil sur les Saints.

Puis Mary entama un manège dont elle avait le secret en allant s'asseoir sur les genoux de l'homme qui les avait appelés et Tristan leva un sourcil en comprenant qu'il s'agissait de son père. Et donc celui d'Ann par la même occasion. Mimique du visage que Mary ne tarda pas à remarquer au vu du geste qu'elle lui adressa, avec toute la féminité dont elle faisait si souvent preuve. Au moins, ce Jack ne pouvait pas regretter de ne pas avoir eu de fils!

Tout s'explique au moins... On comprend mieux pourquoi il nous parle comme de la merde...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mer 11 Sep - 14:36

Alors que je laissais tomber le jeunot a mes pieds, je vis se créer devant moi une brèche dans l'espace temps. Sur mes gardes après le départ de mon ancien "ami", quelle ne fût pas ma surprise en voyant arrivée devant moi ma fille dans une Scale que je ne lui connaissais pas ! Enfin, le doute se levait quand je l'entendis parler et demander qui avait osé lui parler ainsi. Levant les cheveux blancs de mon front avec ma main droite, je m'approchais d'elle pour me présenter quand une autre présence apparut derrière elle et cette fois pas de doute, c'était bien le Général du Dragon des Mers en personne. Pour la première fois, je quittais mon air ahuri et grossier pour laisser apparaitre un visage d'une rare sévérité. Si annoncer a sa propre fille son existence ne serait pas aisé, alors annoncer que le responsable de tout ceci était son ancien ami relevait de la gageure. Un peu perplexe, je me demandais comment tourner ça sans créer de crises supplémentaires.

Soudain, un livre vola dans les airs pour me cogner la tête par derrière. Non pas que j'aimais la plaisanterie mais à force de rêvasser on perds parfois le sens de l'intuition. Je me retournais alors pour en coller une à l'imbécile heureux qui venait de se permettre ca, quand je compris d'ou venait le coup, le chevalier d'or des Poissons était là ! Bon sang, encore une merde à gérer et je commençais à en avoir marre, j'avais quitter l'ordre militaire de Poséidon pour pas me coltiner des jouvenceaux et voilà que je voyais une donzelle arrivée pour me faire la morale avec son bouquin. Si j'avais su je l'aurai tué sur le coup mais bon, il était l'amant de mon autre fille, j'allais pas le frapper en lui arrachant le coeur dans une belle mélodie de ma composition. Soufflant un instant, je me retrouvais sur le cul a regarder justement ma fille qui venait de s'installer sur mes cuisses avec un sourire aussi enjôleur que sa putain de mère ! Bordel ! Voilà que je faisais papy gateau avec toutes ses donzelles et ses jeunes mâles en rut, ne demandant qu'à faire une orgie générale sur le parvis du Temple de Poséidon.

" On se calme les filles, pour les bisous on repassera plus tard... Oui Ann, Je suis ton Père ! "

Bon, ça c'était fait et bien envoyé, cette parole serait certainement reprise dans le futur par un vulgaire réalisateur de films ! Je me levais alors brusquement pour laisser choire Mary sur le sol comme un sac à patates, et, lui tapotant la tête je faisais signe au dernier arrivant de bien vouloir s'approcher. Si le neveu de Porthos Fitz Empress avait déjà de la bouteille, si ses filles avaient hérité de sa classe monumentale, le dernier arrivé avait hérité de son don pour la solitude. Evidemment, je pensais à ce bon vieux Julian et à son armure d'inquisiteur mal embouché, si j'avais pas été très honnête avec mes filles selon la volonté du Sénat Atlante, je pouvais dire que Julian s'en foutait comme d'une guigne de son fils né depuis plus de vingt printemps. Toutefois, de tous les Marinas présents séant, je devais admettre que Tristan était le plus capé d'entre tous et aussi le plus éloigné des merdes atlantes et de ses politiques byzantines. Il était le seul Général de Poséidon a détenir ce privilège depuis des années et c'était pas plus mal, il faisait du bon boulot et avait même ramené mes filles au bercail avec son style bien à lui.

" Tristan, tu tombes bien... Pour le chevalier d'or des Poissons, je m'en occupe et t'inquiètes, comme il a eut la délicatesse de venir me faire chier ici, il va bosser, j'ai plus un Saint sous la main et il tombe bien... Ceci étant dit ! Tristan, Mary et toi ma petite Ann, j'ai reçu des ordres de notre Dieu en personne et j'ai pour vous une mission : aller me chercher celui qui va me succéder à ce poste de merde ! Il s'appelle Menelaos O'Merinitas et il est le cousin direct de l'ancien Prêtre Astre O'Merinitas ! Vous connaissez l'attachement de notre Empereur sur les lois sacrées atlantes et sur nos Familles, seul un Merinita pouvait devenir Prêtre et il est entraîné depuis des années dans le plus grand secret à cette fin ! Ann, tu iras en tête de pont, je ne veux pas de Général sur la terre de Llyr sous la juridiction de la terre vassale d'Avalon. En effet la terre d'Avalon est sous la protection directe de dame Amphitrite et vous la connaissez pour ses colères divines si on lui fout le bazar sur ce qu'elle considère comme ses terres ! "

Je reprenais enfin mon souffle et pendant toute ma diatribe, mon cosmos avait gagné lentement en intensité en prenant cette teinte sanguine qui illustrait mon sens du combat. Sans vraiment le vouloir, un violon était apparu à ma main droite et un archer à ma main gauche, décidément, quand je devenais sérieux, la musique me revenait dans les mains à vitesse grand V. Pendant ce temps, je me retournais vers Ann pour lui remettre un pli venant directement de la main de Poséidon, rare privilège, elle avait désormais le jour de l'équinoxe du printemps et une grande avenue d'Atlantis à son nom et aussi... un navire d'exception. Levant ma main, mon archer se mit à jouer sur les cordes du violon et dans une tempête de cosmos, un navire de grande ampleur, reconnu par Ann en personne apparaissait dans le néant. Il venait de renaître des fonds marins pour une nouvelle vie selon la volonté de Poséidon.

" Ma fille, pour tes talents lors d'un grand tournoi, là ou tu as brillé pour nous, tu reçois en plus de cette lettre ce magnifique navire que tu reconnais... l'équipage est présent et il sera à bord, le navire peut voyager dans le monde marin et traverser les portes sacrées de notre monde et du monde humain.

J'espérais au plus profond de mon coeur que cette intention de ma part tairait au moins les crispations de ma fille à l'annonce de ma paternité ! Puis, dans un dernier morceau de ma partition, une bulle d'air s'échappa du monde marin pour retourner vers le Sanctuaire terrestre d'Athéna. Devant témoin, le Prêtre temporaire de Poséidon rendait aux Saints le corps de leur Pope plongé dans un sommeil éternel. D'un regard au chevalier d'or des Poissons, je donnais à ce dernier une recommandation importante !

" Chevalier, nous sommes liés par le fer et le sang, mais par la disgrâce des temps, Athéna est morte chez nous pour des raisons inconnues ! Poséidon lui même n'a rien pu faire et je ne sais que répondre à tes frères sur sa mort, elle est venue si... soudainement. J'avoue que la chute de votre déesse a engendré le repos du notre car il a épuisé ses dernières forces pour la reconquête du monde atlante. Je te confie donc ce message et mon successeur tentera certainement de comprendre le pourquoi du comment, même si je pense qu'il n'y a pas réellement de réponses pour nous ! Quand au chevalier d'or de la Balance, il est en ce moment entre les mains d'un ennemi personnel du sanctuaire terrestre, un certain Pséma du Bélier, un ancien Grand Pope à ce que j'ai compris... Donc là ca ne nous regarde pas trop et on a perdu la trace de l'un et l'autre depuis quelques heures ! C'est pourquoi, le temps que cette cris diplomatique potentielle passe, je me vois contraint de renforcer mes frontières contre toute agression venant de vos rangs ! "

Le débat était lancé, j'avais fait mon boulot et rendu le corps du Pope aux Saints. Qu'aurai je pu faire d'autres ? Rien ! J'attendais donc les réactions de mes "invités" suite à ces explications sur ce qui allait se passer dans les prochaines secondes !
Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mer 11 Sep - 18:22

L'appel d'un homme. Un réveil significatif de la puissance marine ? Sûrement, je n'avais pas encore suffisamment d'information pour le savoir, à mon grand malheur.
Jack m'invita à le suivre. C'est ce que je fis sans discuter, ma force n'était pas assez développée pour pouvoir rechigner d'un pouce.

La baffe était partie. Ma tête quant à elle, tourna sur cent quatre-vingts degrés avec une jolie couleur rouge. Une gifle intentionnelle. La douleur réveillait de mauvais souvenirs. Une torture que je voulais oublier, que je voulais chasser de mon esprit.
J'appelais cette attaque de la pure provocation. Mes attentions étaient louables, et par conséquent, je me retenais, je maintenais en place cette colère qui montait en moi. '' Les règles ont été écrites pour être bafouées ''. Ses yeux dans mes yeux. Je ne le lâchais pas.

- Les yeux d'un homme vous montrent comment il a vécu sa vie. Alors, je ne renoncerais pas. Je continuerais à vous regarder, encore et encore droit dans les yeux, que cela vous chante ou non.

La réponse ne se fit pas attendre. Mon corps avait pris de la hauteur. Quelques mètres au-dessus du sol. Un rite d'initiation ? Je me le demandais, si c'était le cas, de nombreux hommes ne seraient plus de ce monde pour en parler.
Ma respiration diminuait. Je la gardais stable. Je le ressentais au plus profond de moi, que l'homme qui se trouvait devant moi était bien plus fort. Une force insondable que je ne maitrisais pas, pas encore... Une gerbe de sang parsema d'une couleur rouge le temple.

- Qui suis-je ? Un homme qui recherche la puissance ? ... En partie...

Renseigner un enfoiré pareil ? Le minimum vital... Je pense...

- Je viens d'un monde lointain, un pays loin d'ici.

J'aimerais mettre mes '' dons '' de combattants au service de Poséidon. Je possède des caractéristiques assez particulières à vrai dire...

L'arrivée de la cavalerie se faisait attendre. Un par un, ils apparaissaient. Une femme fut la première à être sur place, elle ne faisait pas dans la dentelle comme cette pourriture. Les marinas étaient-ils tous comme ça ?

- Je vais bien merci...

Dans une once de générosité, il m'avait relevé par le col comme un malpropre avant de me frapper dans le dos. Évidemment, mal positionné, ce qui fit naitre une douleur dans le bas du dos. Je gardais une certaine rancune. La réaction de la sirène ne m'avait pas interpellé. Avant d'arriver au temple, j'avais en partie, rencontré certains chevaliers d'Athéna, ainsi que leur déesse. Alors, un chevalier en plus...

'' Quand on parle du loup, on en voit la queue ''. Le chevalier du poisson était là, à ma droite. Atypique comme relation. L'amour entre une marina et un saint.
Je me fichais de toute cette mascarade, je n'avais pas besoin de connaitre l'histoire entière de tous les marinas. Je voulais seulement devenir fort, afin de la retrouver, et Poséidon pouvait me donner cette force que je recherchais. La réaction du '' Dieu de remplacement '' au sujet du livre de '' piété '' s'attardait un peu trop.

- Encore une folle ? Ahahah.

Le rire ne calmait pas ma colère. Elle attendait impatiemment avant d'être relâchée sur la personne qui le méritait. Blanc-bec ? J'en prenais compte.

- Les marinas ont tous des grandes gueules, n'est-ce pas ? Dis-je sans grands remords et dans un ton fracassant.

Encore un autre, le général de l'hippocampe fit son entrée. Une apparition minable en comparaison des autres. Je me ressassais de ce lien de parenté que je n'avais point connu. Enfin, si, mais avec des lions...  La fin du discours de l'émissaire me laissa de nouveau pantois. J'étais encore mis à l'écart... Je ne voulais plus être seul.
La colère refoulée fit surface, mon cosmos avait augmenté d'un coup. Une aura rouge m'entourait, la chaleur de mon corps quant à lui explosait. En moins d'une seconde, j'étais arrivé derrière mister Jack. La droite était partie une fraction de seconde après. Je commençais à avoir du mal à respirer.

- La '' pauvre merde '' que je suis peut-elle être concernée par votre discussion ?
Revenir en haut Aller en bas
Ann


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 168
Armure : Chanter, Saborder

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Jeu 12 Sep - 15:20

Qu'est-ce que c'était que ce foutoir? Enfin c'était surtout la misère parce que je ne comprenais rien. Ou plutôt si, je comprenais, mais cela faisait trop de choses à digérer d'un coup. Trop d'émotions, plus intenses les unes que les autres, alors autant dire que j'étais à deux doigts de la crise de nerfs, et c'est peut dire croyez moi! Mais si vous le voulez bien, reprenons les choses depuis le début.

Donc nous nous tenions là, revenant de notre petite ballade de plaisance aux Bermudes, Haiken arrivant à ma suite. Bon autant dire que je me serais bien passée de sa petite réflexion comme quoi il avait pas d'ordres à recevoir de moi, mais il y avait plus important dans l'immédiat, et dans le fond il n'avait pas tort, il fallait sauver les apparences. Visiblement le Dragon des Mes savait pour quelles raisons le Saint d'Or se tenait ici, en ces lieux. Lorsque vint la question "pourquoi? Tu le connais et blablabla" j'acquiesçais vivement, le visage devenant de plus en plus blême.

Je m'apprêtais à lui expliquer les circonstances de notre rencontre lorsqu'un livre vint à percuter l'arrière du crâne du vieux bouc. Une voix que je ne connaissais que trop bien s'éleva alors visiblement fort mécontente. Je me tournais alors vivement pour voir Celsius approcher. Mais quelque chose clochait.

"...m'avoir failli faire perdre la main de votre fille."


C'est quoi ce ramassis de conneries? J'ai manqué un épisode? Si ce n'est deux? Je portais une sorte de regard ahuri sur les deux hommes. Allant de l'un à l'autre, jetant un regard appuyé sur Celsius, le dévisageant comme s'il avait perdu la raison. Se marier avec ma soeur? Et j'aurais pour père l'homme qui nous avait tous appelé ici séance tenante? C'était un cauchemar. J'allais me réveiller et tout rentrerait dans l'ordre. Oui voilà, c'était la seule et plus plausible explication. N'est-ce pas?

Bon alors autant dire que tout ça, c'était sans compter sur l'aide de ma soeur bien aimée. A peine arrivée qu'elle se lovait contre un Celsius qui se la pétait possessif. Ouais en fait je nageais vraiment en plein cauchemar. Ma jumelle s'était amourachée du frère d'Eldir. Eldir que je n'étais pas parvenue à sauver. Et voilà que le poisson semblait tout disposé à l'épouser?  Hors de question! Je m'y oppose!! Tiens faudrait que je pense à la placer lors du mariage lorsque le prêtre balancera la sempiternelle réplique du "si quelqu'un s'oppose à cette union qu'il parle maintenant ou se taise à jamais."

Je ne perdais pas le moindre fait et geste de ma très chère Mary qui vint à s'asseoir sur les genoux d'O'Bannon, en me lançant de cet air malicieux qui la caractérisait si bien, de venir prendre place avec elle, en qualifiant le vieux de "papounet".

Quoi ce vieux débris mon père? Bon à la rigueur qu'il soit vieux, c'était pas vraiment là le soucis. Le soucis, c'était que pour moi, malgré les belles paroles de ma mère, mon père était mort. Un père pouvait-il accepter de laisser ses enfants grandir dans une maison de passe. Pouvait-il ne rien faire, ne rien dire, quand le fruit de ses entrailles se faisait violer? Je portais sur lui un regard chargé d'animosité.

Je me sentais trembler. Mes poings se crispaient sous cette colère que je me devais de contenir, car ce n'était ni le lieu ni le moment. Comme ma soeur, j'aurais aimé aller m'appuyer contre Haiken pour rechercher sa force et son soutien. Mais cela nous était impossible. Tout comme il m'était impossible de tourner la tête vers lui, et de le supplier du regard de m'emmener loin de tout ceci, sans que tous ne devinent le lien qui nous unissait. Je devais faire face à cela seule, écoutant d'une oreille les dires de mon paternel.

Jack admit être mon paternel, et malheureusement pour moi, il était celui qui devait me remettre les présents de Poséidon suite à ma réussite au tournoi. Je devais admettre que mon Dieu n'était pas avare et savait se montrer généreux. Pour preuve, ne venait-il pas de me faire don d'un des navires les prestigieux qui soit? Capitaine du Hollandais Volant. Je m'avançais d'un pas rageur vers Jack. Me tenant face à sa personne, je dardais mes iris émeraudes dans les siennes en lui lançant, dans un murmure, des mots que lui seul put entendre, un sourire mauvais au coin de mes lèvres, tout en lui arrachant à moitié des mains le pli de mon Seigneur.

"- Je n'ai pas de père compris? Pour moi mon père est mort il y a bien longtemps. Alors, les bisous, les embrassades et tout le tintouin qui va avec, tu peux te les carrer où je pense. Suis-je assez claire? Et crois bien que je vais faire tout mon possible pour ramener au plus ce Menealos afin d'être débarrassée de ta pestilentielle présence."


Me détournant de lui, je me dirigeais à présent vers Celsius me plaçant face à lui.

" Celsius. Je dois dire que je ne m'attendais nullement à te trouver ici. Je suis porteuse d'une bien triste nouvelle te concernant. Après notre combat lors du tournoi, la phase du second tour m'a joué un bien mauvais tour justement, puisque j'ai eu à affronter ton jeune frère, Eldir, Guerrier Divin de Delta." Baissant lentement la tête, je secouais doucement celle-ci. "Je te prie de m'excuser, je n'ai rien pu faire pour le sauver. Au contraire, il s'est sacrifié pour me sauver la vie. Je suis sincèrement désolée. Si tu veux venger la mort d'Eldir en m'affrontant à nouveau, je suis toute disposée à relever ton défi sache le."

J'étais parfaitement sincère. Et à présent toute l'assemblée savait que j'étais venue à bout de deux rangs or. Je me détournais pour sortir de la salle. Ma place n'était plus ici, et je lançais par dessus mon épaule à mes deux compagnons d'aventure.

"Mary, Tristan, rendez-vous sur le pont du Hollandais Volant. Tristan, abstient toi cette foi de faire couler mon navire. Quant à toi Mary, veille à régler ton différent avec lui avant de monter à bord car je ne supporterai pas vos piques incessantes. Ah dernière chose le vieux. Renforcer les frontières par crainte de représailles du Sanctuaire est une fort mauvaise idée, cela aurait tendance à leur laisser croire que nous sommes coupables. Mais bon ce n'est que mon humble avis, et je doute que tu en fasses grand cas."


Sans un mot de plus, je quittais toute cette assemblée, bien trop écœurée par tout ce que je venais d'apprendre pour passer ne serait-ce qu'un instant encore, parmi elle.


~> Pilier de l'Atlantique Nord
Revenir en haut Aller en bas
Yavin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 351

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Sam 14 Sep - 21:19

Un retour en fanfare !! ::.


Il faut croire que c'était là l'intérêt principal des Dieux de l'Olympe : brinquebaler Yavin d'un bout à l'autre du monde. Tout d'abord quitter le Sanctuaire Athénien pour partir pour Jamir. Finalement revenir au Sanctuaire Sous-Marin, puis repartir chez les Grecs. Eh bien maintenant, il devait retourner au quartier général. Il en aura fait du chemin, et en peu de temps ! Mais c'était là les aléas d'un Général, et notre pauvre compagnon ne pourra y échapper. Cependant, des choses importantes avaient l'air de se passer ailleurs, mieux valait se mettre au courant. Ça sera peut-être plus intéressant que de faire le baby-sitter ou l'espion... Toujours est-il que l'armure lui conseillait vivement de retourner auprès des siens. Quelque chose devait se préparer.

Il n'avait pas encore eu le temps de vraiment s'habituer à tout ça. Après tout, c'était un pauvre Saint il y a peu, et voilà qu'il se retrouvait au milieu d'un conflit entre des Dieux et allez savoir quoi. Il n'avait rien demandé, vraiment. Il avait simplement envie de parler à Athéna, en privé, pour s'excuser d'avoir subitement disparu, pendant 6 ans... Il était sous cet olivier, à attendre qu'elle revienne de son entretient. Les choses commençaient déjà à bouger de ce coté, mais lui était toujours à l'abri de cette pseudo-guerre. Le soleil baignait la place de l'entrée du Sanctuaire d'une chaleur très agréable. Il ne tapait pas non plus dans les yeux de l'apprenti, couvert par l'arbre. Mais ce moment fut de courte durée. En effet, un trio de Blacks Saints arrivaient dans sa direction.

Après quelques paroles sèches lancées l'un contre l'autre, le combat débuta entre le Lionnet, et la Lionnette Noire. La Black Saint lui avait donné du fil à retordre, mais pourtant, en plein milieu du combat, il fit sa première rencontre avec son futur. Une fois sorti du court coma, il se réveilla avec une puissance phénoménale comparée à son adversaire, et l'acheva froidement. Un vieillard fit ensuite son apparition, pour lui montrer l'intérêt qu'il avait pour le jeune Saint, et disparut. Yavin n'en entendit d'ailleurs jamais plus parlé. Après tout cela, il dut suivre Mélisandre, une Marina, pour l'accompagner à Jamir.

Il y rencontra son gardien, Hakurei, et voyagea carrément aux Enfers ! Puis il retourna sa veste. Les raisons qui l'ont poussées à cela restent encore assez sombres pour lui en fin de compte. Le désir de pouvoir, principalement, mais pourquoi ce Dieu ? Athéna aussi aurait pu avoir besoin de renforts dans ses rangs. L'armure d'or des Gémeaux lui tendait les bras. C'était d'ailleurs son plan. Mais le coté le plus sombre de lui lui fit faire un choix bien différent. Alors son allégeance allait-elle vraiment envers Poséidon ? Certes, ce Dieu l'avait impressionné, dès le départ. Mais c'était aussi celui qui avait brisé son armure de Bronze. Rien ne lui donnait l'autorisation de faire cela. Et pourtant, voici maintenant Yavin avec l'écaille des Lyumnades. S'il pouvait revêtir cette dernière, c'est forcément qu'il en était digne, et que la foi en son Dieu était suffisamment forte. Mais irait-il jusqu'à mourir pour cette cause ? Athéna ne lui manquait pas ?

Les pas du Général s'arrêtèrent devant le temple de Poséidon. Les questions qu'il venait de se poser étaient légitimes, et le perturbaient. Il avait repensé à son passé, et ne savait plus trop où il en était. Depuis le début du conflit, c'était la première qu'il avait le temps de prendre un peu de recul. Et maintenant, ses convictions étaient ébranlées. Il ne savait plus quoi penser, et l'avenir allait lui apprendre que l'on oublie jamais complètement son passé. Quelque chose, bien au fond de lui, l'appelait. Une voix en détresse. Lointaine, à peine audible mais bien là.
Yavin pénétrait à l'intérieur du temple, tandis que son écaille vibrait doucement, en lui diffusant une douce chaleur, comme pour le rassurer, et lui faire oublier ces interrogations. Cela fonctionna, puisque celui-ci leva directement les yeux, regardant l'assemblée face à lui pour prendre la parole.

Il remarqua qu'il ne connaissait personne, mais cela n'avait que peu d'importance. Il distinguait Celsius, le chevalier d'Or des Poissons, au loin. Celui-ci lui avait fait très forte impression pendant la précédente Guerre Sainte, c'est pourquoi il n'avait pas oublié son nom. Les autres, inconnus. Et pourtant, cela ne l'empêcha pas de s'adresser à eux directement, bien au contraire. Les voyages, il n'en pouvait plus. Peut-être était-ce la fatigue qui parlait pour lui, peut-être devenait-il vraiment fou. Toujours est-il qu'il regretta peut-être ses paroles.


    - BON C'EST QUOI CE BORDEL SÉRIEUSEMENT ?!

Il brisa instantanément toute conversation, et s'assura d'avoir l'attention de tout le monde pour continuer.


    - Je commence légèrement à en ravoir raz le cul qu'on me trimbale partout ! Aller à Jamir, puis finalement abandonner la mission pour aller au Sanctuaire et finalement revenir là SANS MÊME COMMENCER LA FOUTUE MISSION ! J'aimerais bien savoir QUI s'amuse à me balader ?! J'aimerais aussi qu'on m'informe de ce qui se passe, parce qu'avec tout ces voyages, moi j'ai pas le temps d'avoir de point sur la situation ! Et puis c'est qui là... Euuuh... Caque aux marrons ! Enfin... Jack je sais pas quoi là !


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anet


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 37

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Dim 15 Sep - 3:30

Sous ses yeux ébahis, le triangle formé par le Général Haiken donna immédiatement sur l'intérieur d'une grande salle, presque semblable à celle du temple qu'ils avaient quitté plus tôt. Anet suivit donc ses compagnons et passa à son tour de la plage des Bermudes au sol dallé du nouveau temple. Ses compagnons semblèrent alors soulagés, comme s'ils étaient rentrés chez eux. Même si elle savait qu'elle ne devait plus ressasser le passé, elle se demanda si un jour elle se sentirait aussi chez elle ici.
Mais le spectacle qui se déroulait devant eux la coupa de ses réflexion aussi efficacement que sa glace refroidissait un ennemi. Prise entre les feux d'Ann réprimandant Haiken -et celui-ci lui répondant vertement- et ceux leur nouveau chef qui... Corrigeait un des leurs, Anet se sentit d'autant plus perdue. Ôtait-ce lui, cet homme qui dirigerait dorénavant les opérations ?

Bien entendu, Ann ne se laissa pas faire et intervint, signifiant clairement qu'elle ne le considérerait pas de sitôt comme un Dieu vivant. L'avis général ne semblant guère différer de celui de la Générale, Anet se retint de poser des questions. Ils devaient tous en avoir sacrément marre de son air perdu et de ses éternelles hésitations et abus de sensibilité. Elle prit alors un air sérieux (Hm!) et décida de ne pas flancher non plus devant cet homme. Elle savait bien oui, qu'il ne fallait pas seulement faire comme tous le monde. Mais elle disposait de si peu d'informations à l'heure actuelle qu'il était difficile d'agir en connaissance de cause. Elle devait absolument se renseigner pour ne plus être le boulet de la troupe...

Mais l'ambiance changea soudainement du tout au tout lorsqu'une énergie inconnue s'approcha d'eux. Anet ne reconnut pas cette énergie comme négative, il ne devait donc pas s'agir d'un ennemi. Mais pourtant, ses compagnons, et surtout Ann, semblaient atterrés par l'arrivée de l'importun. Celsius, semblait-il. Pas que cela lui apporte quoi que ce soit de connaître le nom de l'homme, mais les relations qui semblaient l'attacher à beaucoup des personnes présentent dans la pièce intrigua la jeune femme. Mais alors une autre jeune femme fit son entrée de manière fracassante au sein de l'action, qui était pourtant bien assez floue comme ça pour le moment. Anet remarqua trois choses : elle aussi avait des cheveux flamboyants. Elle n'avait jamais vu autant de gens ayant la même couleur de cheveux qu'elle à quelques nuances près. La deuxième chose était une ressemblance frappante avec Ann. La troisième chose : elle était une véritable furie. Elle balaya la salle et ceux qui s'y trouvaient comme une tempête, et semblait aussi vivante qu'Anet était invisible. La jeune femme ne s'étonnait d'ailleurs plus que la bataille soit le meilleur moyen pour qu'ils se comprennent entre eux : tant de caractères aussi tranchés ne pouvaient cohabiter calmement !

Mais il semblait que les quelques Dieux qui régnaient au dessus d'eux avaient encore envie de s'amuser, peut importe qui ils soient. Car alors que la situation était déjà si chaotique, ce Jack l'enterra encore en annonçant à Ann qu'il était son père de la manière la plus brutale possible. « Ann, je suis ton père. » Bien, il ne devait vraiment pas savoir ce qu'était le tact, et Anet ressentit un peu de pitié pour lui. Car si ce trait de caractère sans concession ne lui avait pas encore fait défaut, il allait avoir du fil à retordre avec sa « fille »... Qui n'était  pas non plus un modèle de douceur, il fallait le dire.

Et alors qu'il continuait comme s'il venait d'annoncer qu'il allait pleuvoir le lendemain, Anet voyait le visage d'Ann se décomposer peu à peu. Elle aurait aimé pouvoir montrer son soutient à la Générale, mais premièrement, elle n'était pas certaine que celle-ci apprécierait. Deuxièmement, le ''bleu'' que l'on avait oublié plus tôt venait de revenir sur le devant de la scène en frappant le fameux Jack. Celui-ci réclamait un peu plus d'attention et d'explications à propos de la situation. Anet avait bien envie de l'applaudir à deux mains et d'aller lui taper dans le dos tant elle était d'accord avec lui, mais elle se contenta de soupirer.  Ne pouvaient-ils donc pas se parler sans se frapper ?...

Mais alors Ann sembla se briser sous le coup des émotions et laissa échapper toute la rancœur qu'elle semblait avoir retenue des années durant. Anet découvrit alors une autre facette de la jeune femme : celle d'une enfant ayant grandit sans personne pour la protéger. Voyant ensuite la jeune femme avouer au chevalier l'assassinat de son frère, elle sentit son cœur se serrer douloureusement. Comment pouvait-on vivre des choses aussi horribles et avoir un regard si franc ? Cette femme avait du courage pour quatre, et il semblait qu'il en soit de même pour tous ceux qui respiraient dans ce temple. Pourquoi elle même n'était pas capable de simplement toussoter pour signifier qu'elle était aussi présente que n'importe quel autre ?

Ann quitta alors la pièce, sous les regards de tous. Mais alors, dernière chose à laquelle la jeune Générale s'attendait, un nouveau fit son entrée dans la pièce. Bruyant, comme tous les autres. Il arriva en hurlant, ce qui était totalement inutile après le silence glacé qu'Ann avait laissé derrière elle. Mais il sembla s'en contenter et reprit sa tirade sans problèmes apparents. Lui non plus ne semblait rien savoir de l'homme qui se trouvait en face d'eux, et Anet se demanda rapidement si quelqu'un allait se proposer pour lui faire un long résumé du chapitre qu'il venait de rater ! D'autant plus que l'homme ne semblait pas avoir la comprenette rapide, et la jeune femme qu'elle ne ferait pas parti de volontaires pour les explications.

Mais alors que le silence s'appesantit encore plus après les questions de l'inconnu, Anet se dit qu'il était temps pour elle de signaler sa présence. Elle s'avança, son écaille cliquetant sur le sol de pierre.

« Le point sur la situation a été fait, avec pertes et fracas d'ailleurs. Il fallait arriver à l'heure, je ne me désignerai pas pour en faire le résumé. D'autant plus que je crois bien n'avoir encore jamais vu de réunion aussi bordélique. Est-ce ainsi à chaque fois ? »

La question ne s'adressait en réalité à personne en particulier, mais Anet avait besoin d'exprimer son désarrois. Elle reprit alors, s'adressant cette fois à leur chef contesté :

« Certains d'entre nous ont reçu un ordre de mission plus tôt, et je ne compte pas faire partie de ceux qui restent en arrière, Jack O'Bannon. Comme tous ici, j'ai risqué ma vie pour une guerre dont je ne connaissais pourtant rien il y a quelques jours. Que puis-je faire dorénavant ? Je ne suis pas le genre de personne à laisser les autres se battre à ma place lorsque que je peux intervenir, et j'ai besoin de me défouler. »

Elle le défiait du regard sans rougir, à sa grande surprise. Et elle sût alors que s'il daignait lui faire la moindre remarque, elle pourrait à son tour réagir vertement, et rendre coups pour coups. La douce Anet, oui. Mais même les plus belles roses ont des épines, et il était temps qu'elle montre les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Dim 15 Sep - 11:53

"On y va"





 


« Oui des grandes gueule, mais des grandes gueules qui se sont battues pour libérer des centaines et des centaines de personnes. Battues pour leur Dieu, leur Déesse, pour des causes nobles et justes. Et toi, où étais-tu ? »

Assise sur le sol marbré, j'étais restée dans cette position tant un sentiment fort de culpabilité me gagnais à m'en écraser les épaules. Mon visage ne s'était pas tourné, pas levé une seule fois quand l'apprenti marina, puis ma sœur ou bien Jack ou Tristan s'étaient exprimés tour à tour. Mes cheveux rouges formaient un rideau sur mon visage qu'ils dissimulaient ainsi aux yeux de tous. J'avais honte. Honte de m'être comportée de la sorte. Qu'est-ce qui m'avait prit de faire ça putain ? Je croyais quoi ? Qu'en faisant mon petit numéro, la pilule passerait mieux pour ma jumelle ? En réalité je pensais comme elle.

L'endroit où nous nous trouvions avait été plus ou moins épargné mais je continuais de sentir cette odeur de sang. D'ordinaire, elle me dérangeait pas, mais celui dont j'étais couverte commençait à me déranger. Passant une main dans ma chevelure pour chasser les mèches importunes, je lançais un regard froid et grave à l'apprenti qui venait de porter un jugement hâtif mais pas si faux. Pas faux, oui, déplacé aussi en pareilles circonstances.

Trop fatiguée pour continuer mon petit manège, je reprenais un masque que l'on me voyais rarement porter : celui de l'impassibilité. Indifférente à tout, je considérais les autres d'un regard torve. Oui je faisais la gueule et en somme, fallait pas me chercher. Bordel.
Dans un effort qui me parut être surhumain tellement mes muscles protestaient sous l'effort, je m'étirais comme un chat au soleil au moment où Ann se planta littéralement devant Celsius. Un court instant j'avais vraiment le sentiment qu'elle allait lui en retourner une ! Or non, ce ne fut pas le cas, ou si, mais pas de la manière que j'imaginais. Bon sang. Mon visage se décomposa une fraction de seconde avant de reprendre son stoïcisme absolu. Estomaquée intérieurement, je fis un pas en avant prête à le soutenir. Quelque chose m'en empêcha. Quoi ? Je n'aurais sut le dire avec exactitude. Le fait est que je restais plantée là tandis que le Saint s'en prenait plein la mouille. Mes yeux de jades perdirent totalement de leur éclat.

Comme éteinte, je vacillais un instant avant de me reprendre.

Un sentiment intense éclata en moi, une colère si sourde que je crus exploser. Je la gardais en moi pour l'heure. Cette colère n'était pas destinée à Ann, ni à personne d'autres d'ailleurs. Je me détestais. Ma sœur jumelle s'adressa finalement à moi et à Tristan. Je la regardais un moment sans comprendre avant de me tourner à demi vers mon l'homme aux cheveux noirs. Conservant le silence, j'hochais la tête pour signifier mon accord.

« Jack, ma sœur à raison. Et j'espère que l'autre glandu de futur Prêtre sera moins con que toi. » dis-je avec une certaine lassitude dans la voix.

Je gardais une autre pensée pour moi. Si il était de la même famille qu'Astre, nul doute que ce serait un personnage haut en couleurs, mais ô combien protecteur et surtout... compétent. Du moins, je l'espérais fortement pour lui comme pour nous.

Nous avions une mission. L'heure n'était donc pas aux règlements de comptes ou autres joyeusetés. Ni même au repos. J'observais les nouveaux arrivants avec détachement avant de prendre la même direction qu'Ann avait emprunté. Je bifurquais au dernier moment vers Celsius. Je m'en voulais déjà, mais il fallait que je fasse cela, pour son bien.

« Celsius, rentre chez toi. Pars et ne te retournes pas. Ne me dis pas adieu ni au revoir. Ce sera moi qui viendrait à toi. Pars pleurer tes morts. Pars rejoindre les tiens, partager leurs peines. Pars et ne pense pas à moi car je pars pour un long moment courir vers mon Destin. Je reviendrais. Je reviendrais. »  

Sur cette tirade chuchotée qui m'arracha une simple larme qui roula sur ma joue pâle et salie du sang de mes ennemis, je m'en allais pour attraper Tristan par le bras et l'entraîner dans mon sillage.

« On y va. »

Je m'immobilisais une dernière fois pour m'adresser à l'apprenti : « Dans un mois, sur l'île de Circé. La grande gueule t'attends pour ton entraînement. Ce n'est pas une offre à décliner, c'est un ordre, blanc bec. »

=> Entrée du SSM sur le Hollandais Volant. [Chroniques]




© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Lun 16 Sep - 23:22

Il est inutile de décrire encore plus la scène surréelle à laquelle tous venaient d'assister. Un être voulant jouer aux Dieux, un Chevalier d'Or présent dans une assemblée réservée aux Marinas. Mais pire encore, le petit manège que leur avait réservé Mary avait peut-être été trop loin.

Haiken se maintenait en silence, non pas qu'il n'aurait pas voulu intervenir afin de dire à tout ce petit monde de la fermer, et principalement à ce bon vieux Jack, mais car il savait à quel point cette simple phrase, cette simple révélation, et surtout dans les conditions dans lesquelles elle avait été mis à jour, pouvait la faire souffrir!

Il parlait bien évidemment de Ann, la jeune qui avait toujours pensé que son père n'était plus et qui, au fond d'elle, le préférait mort à savoir qu'il aurait pu laisser ses deux filles avec la vie misérable qu'elles avaient eu à subir. Le passé de la sirène n'était pas un secret pour le Général du Dragon des Mers. Pendant ces quelques années passées ensemble, ils avaient appris à se connaitre et avaient révélé bon nombre de leurs secrets l'un à l'autre. Malgré la distance qu'ils maintenaient devant les autres, Haiken sentait bien qu'il n'avait jamais été aussi proche de quelqu'un. Et c'était justement cela qui le mettait en colère.

Leur amour était secret, afin que son père ne puisse utiliser la jeune femme contre lui. Il cherchait à la protéger, mais, dans cette situation, ne pouvant dire le moindre mot, ne pouvant intervenir, afin de ne pas dévoiler le secret de leur relation, il l'a laissait seule, à assimiler toute cette information, à subir le choc de la vérité qui venait d'éclater au grand jour.

Haiken s'en voulait, il s'en voulait de ne pas avoir réagi, ne n'avoir rien fait. Il l'a voyait partir, tête baissée, elle qui d'habitude ne baissait les yeux devant personne. Le Dragon des Mers n'écoutaient même plus les paroles de ses compagnons, emporté au plus profond de ses pensées. Plusieurs idées lui traversaient l'esprit, tout d'abord l'envie de rejoindre Ann, l'envie d'en coller une à Mary pour avoir mis sa soeur dans cette position, éclater la face de Jack O'bannon, car après tout, il était le centre de ce "séisme". Il avait même pensé à se rabattre sur l'apprenti, juste parce qu'il trouvait qu'il la ramenait un peu trop. Mais cela serait bien lâche de sa part, il ne pouvait le faire. D'ailleurs, il ne pouvait rien faire.

Il y avait une seule chose qu'il devait faire dès à présent, devinant l'endroit où se cloiterait Ann, l'endroit où elle l'attendait. Il devait quitter cet endroit, mais il ne pouvait le faire ainsi de n'importe quelle manière. Aussi décida-t-il de réagir.

Mary demandait à son amant de quitter les lieux, Haiken n'y voyait évidemment aucune objection. Elle s'adressait par la suite à son père, avant de quitter les lieux à son tour. C'était le moment. Le vieux O'Bannon ne lui avait donné aucune consigne, aucun ordre. Non pas que Haiken en voulait recevoir de cet individu, mais il n'avait pas envie d'attendre, ni même de créer le moindre conflit dans le moment présent. Il s'avança vers Jack et lui demanda tout simplement:

- Il y a-t-il quelque chose pour moi? J'aimerais autant que tu me dises s'il y a une mission que je peux remplir, j'ai pas envie de m'éterniser ici! Donc, à moins que tu n'ais rien à ajouter, je m'en vais!

C'était simple mais efficace. O'Bannon ne pourrait pas empêcher Haiken de quitter les lieux si ce dernier le décidait ainsi. Le Dragon des Mers n'avait pas été retenu pour aller chercher le nouveau prêtre, mais Anet et Yavin étaient présents et peut-être auraient-ils une mission à remplir ensemble. Quoique ce soit, Haiken désirait le savoir au plus vite afin de rejoindre Ann, avant de s'occuper de n'importe quelle mission. Il était en colère et avait grandement besoin de se défouler.
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mer 25 Sep - 8:37

:: La Mort dans l'Âme :.

Celsius ne prêta pas attention aux messes basses qu'échangeaient les autres Généraux. Trop heureux de retrouver Mary et avec elle un semblant de quiétude en cette heure d'accalmie, il ne se faisait l'espace d'un instant plus aucun souci. Sa présence l'apaisait et passait volontiers pour le remède à tous ses maux dans l'immédiat. Ce n'était hélas pas si simple, il le savait au fond de lui : il lui faudrait repartir très bientôt et la laisser derrière lui. Peut-être était-ce aussi pour cela qu'il était aussi enclin à savourer les dernières minutes à ses côtés, sans se soucier de ce que qui que ce soit pourrait penser. Ce n'était pas tous les jours qu'il pouvait se laisser aller à ses émotions, mais il en avait aujourd'hui d'excellentes raisons. Il n'avait plus la force de porter ce masque, pas sans avoir au préalable repris des forces auprès d'elle – la seule qui puisse encore le rassurer. Sans qu'elle ait rien à faire pour cela, sa proximité le consolait plus que tous les mots du monde ne l'auraient jamais fait. Elle n'avait qu'à être là, dans le creux de ses bras, pour que tous les soucis paraissent s'envoler. Si seulement cela pouvait être une réalité...

On ne réalise la vraie valeur des choses que quand on les perd, le Saint des Poissons l'avait compris en ce jour quand elle avait failli lui filer entre les doigts et n'en était que plus soulagé qu'elle n'ait finalement pas eu à le rendre à sa solitude pour le reste de sa propre éternité. Il avait déjà terminé ce qu'il avait à faire en ces lieux et n'avait plus de raison aucune de s'y attarder, si ce n'était de rester encore un peu plus à sa portée. Là où il n'avait qu'à tendre la main pour la toucher. Ce qui lui serait beaucoup plus difficile dorénavant ; quand pourraient-ils se revoir une fois qu'ils auraient été séparés ? Plus que jamais, il avait besoin d'elle, bien que ce ne soit pas sans le frustrer. Lui qui avait toujours fait en sorte de vivre par ses propres moyens avait le sentiment d'être dépendant d'elle, alors qu'il ne la connaissait que depuis une journée. Une journée en enfer. Plus qu'il n'en faut pour changer votre vie et vous faire voir les choses différemment. Voir le monde d'un autre oeil. Grâce à elle, il apprenait que le monde ne se limitait pas à ce qu'il croyait connaître et qu'il n'était qu'un enfant ayant encore beaucoup à découvrir.

Une vraie renaissance qui n'aurait sans doute pas pu avoir lieu si elle n'était pas venue le sortir de son marasme au moment où il en avait le plus besoin. Simple coïncidence ou coup du destin ? Quand on vit par le cosmos, on ne peut jamais en être certains. Mais il n'était pas non plus sûr de vouloir savoir. Il avait peur que cela gâche le charme de cette relation qui, qu'elle qu'en soit les raisons, était née de rien mais n'en était pas moins bien parti pour durer. Il ne comptait pas l'abandonner. Plus la laisser. Même si pour l'heure, il allait y être forcé, à son grand regret. Mais il avait lui aussi des affaires dont il lui fallait s'occuper, et ne s'était déjà que trop attardé. Le chevalier des fleurs aurait pu s'en blâmer s'il n'avait pas été aussi certain que sans cette halte improvisée, il n'aurait pu affronter la mort d'Athéna et le reste des cadeaux empoisonnés que cette guerre leur avait laissé. Quand la Sirène Maléfique s'éloigna de lui, il ne perdit rien de sa dignité et se raidit d'autant mieux quand il entendit quelques palabres lui être adressés. Ignorant superbement l'assaut littéraire dont il avait fait l'objet, le vieux pirate avait de surcroît une mission à lui confier.
Vous n'avez pas à vous inquiéter. Vous n'êtes nullement responsables de ce qui est arrivé, et je saurai faire entendre raison à ceux qui oseraient en douter. Soyez assurés que je transmettrai votre message comme celui de la déesse Amphitrite avant lui. En échange, permettez-moi de revenir ici. Je sais ce qui s'y est passé. Je pense donc être le plus à même d'entrer en contact avec vous en cas de besoin, exception faite du Chevalier du Bélier, même si je ne vous cache pas que j'y ai mon propre intérêt. Bien qu'il se soit constitué un masque de parfaite ataraxie, son regard dériva un instant vers Mary. Le message était clair. Quoi qu'il en soit, merci pour vos informations. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous puissions au plus vite dissiper les éventuelles tensions. En ces temps troublés, nous avons plus que jamais besoin de pouvoir compter sur nos alliés. Je ne peux hélas vous aider à panser vos plaies, mais tout mon soutien vous est acquis.
Une telle éloquence avait de quoi surprendre dans la bouche d'un Chevalier aussi renfermé, mais seule Mary avait vraiment connaissance de ses différents aspects. Le Gold Saint conclut sa tirade par une légère révérence, gage de tout son respect. La plaisanterie était finie, et il redevenait l'empoisonneur qu'il avait toujours été. Un protecteur de l'humanité au service de l'espoir qui avait sa déesse à pleurer. Dans son cas, uniquement au sens figuré. Sans surprise, cela faisait bien longtemps que ses larmes s'étaient taries, même s'il avait cru les sentir lui monter aux yeux pas plus tard que tout à l'heure. Ce n'était pas arrivé. Cela n'arriverait jamais car de tous les Chevaliers d'Or, il était le seul à ne rien avoir le droit d'exprimer. Parce que s'il le faisait, le monde autour de lui ne pourrait que s'écrouler. Même s'il y avait fait, en ce jour à marquer d'une pierre noire, une légère entorse, celle-ci ne devait pas se généraliser. Il restait le Roi des Ronces et derrière elles il continuerait de se retrancher. C'était ainsi que les choses devaient être. Ainsi qu'elles avaient toujours été. Il n'y pourrait jamais rien changer, quel qu'en soit le prix et qu'importe ce qui puisse lui arriver. Sinon il entraînerait dans sa tombe tous ceux qui auraient le malheur de suivre son chemin de roses empoisonnées...

Oui... Aujourd'hui plus que jamais, son armure lui semblait bien lourde à porter. Une fois qu'il serait loin d'elle, pourrait-il encore le supporter ? Maintenant qu'il avait goûté aux joies de la liberté, pourrait-il encore continué de l'arborer, elle qui était les chaînes par lesquelles il était lié, le mal qu'il était né pour porter. Sa malédiction et sa plus grande fierté. Une fois encore, il n'avait pas été là quand il le fallait et cela commençait à lui peser. Mais il aurait tout le temps de ressasser cela pendant le trajet et n'avait aucune envie de se laisser assaillir par les doutes aussi longtemps qu'elle serait encore aux alentours. Inspirant longuement afin de ne pas se laisser accaparer par ces sombres pensées, il vit Ann venir vers lui avec une expression qui ne manqua pas de la précéder dans la sombreur du message qu'elle avait à lui donner. Pour avoir pu longuement observer la physionomie de son parfait sosie, il était bien placé pour savoir quelle genre de noire nouvelle elle était sur le point d'annoncer. Une fois que ce fut chose faite, le Saint des Poissons porta la main à son visage, dissimulant son oeil droit de sa paume sans changer d'expression.
Je m'en doutais. déclara-t-il sereinement. Pas plus que les traits de son visage, le timbre de sa voix ne varia d'un iota. Une seule personne savait ce qu'il en était. Une seule personne entendrait la détresse qu'il cachait là où personne à part elle ne la trouverait. Je l'avais deviné. Cela lui ressemble bien, tu n'as pas à t'excuser. Je n'ai pas l'intention de te frapper, et de toute façon j'en connais une qui me le ferai chèrement payer. Si tu tiens tant à te faire pardonner, veille sur ta soeur en mon absence de sorte à ce que rien ne puisse lui arriver. Elle n'aimera pas ça, mais s'il devait lui arriver malheur à elle aussi sans que je sois là pour l'aider, je ne saurais me le pardonner. Cette vie que mon frère t'a donné, sers-t'en pour la protéger. Elle est tout ce que j'ai désormais.
Le ton solennel sur lequel ces paroles avaient été prononcées ne faisait que renforcer leur sincérité. Que les personnes présentes aient pu entendre ce qu'elle avait à lui dire ne lui faisait ni chaud ni froid. Il ne considérait pas que leur affrontement se soit soldé par une défaite, et n'avait pas l'orgueil de s'insurger s'il venait à être défait par une vaillante guerrière. Ce n'était pas comme si ce tournoi avait eu de réels enjeux comme ses combats successifs contre Minos et Caeron lors de la dernière Guerre Sainte, six ans auparavant, qui eux avaient longtemps été amèrement regrettés. Peut-être était-ce aussi ce qui lui permettait de voir les choses avec plus de philosophie désormais. Sa mine inexpressive n'était pas tombé, mais le bleu de glacier de son regard s'était éteint pour ne plus laisser qu'une profonde mise en retrait. Il se retirait dans les profondeurs de son âme pour la questionner sur la manière dont il devait réagir en de telles circonstances, alors qu'il n'avait plus rien à quoi se raccrocher. Plus rien... Ou presque.

Le va-et-vient incessant des Marinas lui parut presque passer inaperçu alors qu'il s'exilait dans un coin de son propre esprit, se coupant de la réalité le temps d'assimiler qu'il ne pouvait plus nier que ce qu'il avait pressenti ce matin était vraiment arrivé. Tant de morts, tant d'âmes sacrifiées... Et tout ça pour quoi ? La ressentant malgré la torpeur qui l'envahissait peu à peu, l'approche de Mary lui fit stopper net cette réflexion et relever la tête pour la regarder en face, laissant son bras retomber le long de son corps. Il lui fit face sans sourciller, mais elle seule savait ce qu'il en était en vérité. À travers lui, elle voyait avec clarté. Parce que de son coeur il lui avait donné la clé, si lourde qu'elle puisse être à porter. Pas un geste, pas un frôlement et déjà, elle devait s'en aller. Pas même le temps de respirer. Celsius ne se donna pas la peine d'acquiescer. Le regard qu'ils avaient échangé était plus symbolique que tout ce que les mots comme les gestes leur permettaient d'exprimer. Prolonger cette séparation ne la rendrait que plus pénible, et ils avaient l'un comme l'autre déjà bien assez d'ordre à mettre dans leurs pensées.

Néanmoins...
À bientôt. ne fit-il que murmurer. Ne m'oublie pas.
Sa poigne se fit plus ferme sur le livre qu'il tenait toujours sous son bras. Lui non plus n'avait pas le droit de se relâcher. Que dirait-elle s'il se laissait submerger par ses émotions ? S'il ne le faisait plus pour Athéna, c'était pour elle à présent qu'il se devait de garder la tête haute et de continuer à lutter. De toujours continuer à avancer, à marcher droit, peu importe combien son chemin pouvait être tortueux et étroit. Elle lui avait promis de revenir, et force lui fut de faire la promesse silencieuse d'être en état de l'accueillir le moment venu. Et cela commençait par non seulement suivre ses consignes à la lettre, mais aussi percer les mystères de cet ouvrage. Ce n'était pas parce que la paix était finalement revenue qu'il pouvait se reposer sur ses lauriers. Approfondir sa science des végétaux était une bonne manière de commencer. En tous les cas, c'en était fini des raisons de sa présence ici. Il ne s'y était déjà que trop attardé alors que rien n'aurait du l'y autoriser. Mais alors qu'il s'apprêtait à partir, un visage parmi la foule retint son attention.
Toi là-bas. Tu es... Yavin, n'est-ce pas ? demanda-t-il d'un ton neutre. Il laissa le silence planer pendant une seconde qui parut durer une éternité. J'espère que tu seras plus heureux comme ça.
Et il s'en alla sans laisser de traces.
→ Sanctuaire d'Athéna.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Prometheus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 30

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
196/196  (196/196)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mer 25 Sep - 22:52

Le courant était comme perturbé. C'était du moins l'impression que ressentait le cyclope au plastron d'orichalque. Le courant de chaque parcelle d'eau salée, un souffle de vie océanique à l'échelle gargantuesque, s'essoufflait, et son cœur, le sanctuaire, peinait à générer ce dynamisme aqueux. Son chef d'orchestre, l'auguste Poséidon s'était retiré, laissant à sa place vacante un baroudeur qui semait plus l'anarchie dans son camp que l'autorité militaire qu'il représentait hiérarchiquement. Face à cette escalade d'incompréhension et de discorde, Masamune arriva avec une pointe de confusion. Une missive mentale l'avait conduit à se présenter sur cette assemblée troublée. Histoire de ne pas se noyer dans cet orage de règlements de compte, l'éborgné se fit petit, nonobstant sa stature de goliath. Installé sur une des multiples surfaces de l'entrée du temple de la divinité des lieux, le cyclope fit preuve de distraction, et tâcha de suivre le déroulement de la discussion. Le Marina faisait ici abstraction de la nature de sa Scale, incarnant dans les mythes populaires un prédateur fonçant sur le sang, la faiblesse. Réfléchi, il savait qu'en parfait néophyte qu'il était, son opinion sur la situation qu'il ne saisissait pas réellement n'était d'aucune valeur.

Comme toujours, il n'était qu'un Étranger.
Un japonais qui tente de s'incruster dans un univers qui n'est pas le sien.

Pourtant, Kahei avait fait des efforts pour parvenir jusqu'ici. Outre les entrainements à profusion au côté du Marina perse placé sous la protection des coraux, Masamune avait fait de son mieux pour tâcher de s'incorporer au monde occidental. La culture, les us et coutumes, les langues… afin de jouer le parfait soldat de sa majesté Neptune, le Borgne s'était imprégné au mieux du monde européen, ce qui semblait plutôt facile de son côté, ayant renié ses origines. Il ne portait plus qu'un surnom désormais faisant office d'étendard national. Un maillon symbolique des chaines de sa soumission passée.

Ne comprenant guère un traitre mot à la situation, le Squale soupira dans son coin. Masamune était déçu de ne pas pouvoir se présenter avant longtemps face au Régulus des Océans : ce Dieu avait offert au nippon une liberté inattendue. Il lui avait donné l'occasion de choisir sa destinée, pour la première fois de sa vie, et de lui donner les outils pour poursuivre sa propre voie. La reconnaissance était faible devant les engagements que s'était donné l'hoplite à l’œil solitaire.

Seigneur Poséidon, formula-t-il intérieurement, pardonnez-moi d'avoir été égoïste jusqu'à présent. Je n'ai fait que profiter de votre offre pour assouvir mon désir de force, et de m'éveiller au cosmos. Pourtant… je vous suis plus que de redevable de m'avoir rendu ma dignité, ainsi que ma liberté.

Le quidam leva la tête en l'air, contemplant l'empyrée pélagique maintenue par la puissance de son maître suprême. Autour de lui, c'était tout un univers qui était à protéger : l'Océan, l'Atlantide, ses Piliers, et même Poséidon en personne. Ce monde qui avait donné sa Liberté au Rōnin sans sabre, c'était un monde à protéger, en gage de reconnaissance, et de conservation de cette même liberté.

Soyez certain, Ô Ryūjin-sama, que je tâcherai de protéger votre saint domaine, l'unité de votre armée, et d'être la fraction d'une puissance crainte et respectée de tous !

Son engagement formulé, Masamune ne se sentait plus concerné par la suite des événements. Il ne connaissait personne, bien qu'il se sente obligé de devoir converser avec ce méprisé Jack, et n'avait de comptes à rendre avec personne. Continuant ainsi de faire profil bas, le dignitaire de l'Écaille du Requin quitta les lieux, repartant à son poste en attendant du nouveau…


Dernière édition par Masamune le Jeu 26 Sep - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7142-prometheus-chevalier-d-ar
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Jeu 26 Sep - 22:19

Pensif, je la bouclais pour une fois ! Putain de mère de Dieu, ma fille m'avait foutu une de ses branlees morales qu'on oublie pas. Ouais, elle avait raison ! Je l'avais abandonné elle, sa mère et sa sœur... mais la réponse devait encore rester secrète. Personne ne devait savoir pourquoi l'ancienne génération des Marinas et Poséidon lui même avaient décidé de ne pas laisser leurs héritiers dans la douce quiétude de la vie. Je le ferais donc et c'était pas plus mal, quitte a m'en prendre une dans la gueule de cette manière. Mes desseins devaient rester secrets un temps, quitte a paraitre pour le diable en personne ! C est alors que je vis arriver deux nouveaux Généraux : Lyumnades et Scylla !

Je les dévisageais un moment et prit enfin le soin de répondre au jeune garçon, qui avait une de ses envies de se faire incendier a gueuler comme ca. Soufflant un instant, je me décidais a lui répondre avec un calme que je dévoilais peu souvent face a cette nouvelle génération. La seconde chose était de pousser Haiken dans les bas fonds de la cite, il y avait certainement encore des restes de son père la bas... c est ce que je ressentis dans le futur...

" Écoutes garçon ! Si on te respectait pas tu serai mort sans procès, alors arrêtes tes jérémiades ! Ceci étant dit, je vais te conseiller de t entrainer avec ton maitre pour voir si ce que je ressens vaut le coup... Haiken, Anet, une fois que vous aurez nettoyer les restes des rebelles, revenez ici ! Il se peut que les choses se compliquent sous peu... Oui Celsius tu peux revenir et Sion aussi, mais seulement en temps que diplomates! je crois pas que les Saints vont rester chez eux sans demander d explications sur les evenements ! Donc il faudra faire en sorte que nos portes soient sécurisées en permanence par des tours de garde précis et les généraux sont faits pour ca ! "

C était pas qu il craignait grand chose mais prudence est mère de sureté. Je me retournais alors vers le Général des Lyumnades pour lui donner une mission précise et vitale aux intérêts d'Atlantis dans les mois a venir. Concentrant mon cosmos vers lui, je lui donnais sa mission dans les prochains mois. Dans un sens, il fallait agir de cette manière et pour le bien de tout le monde. La connaissance de ce jeune homme des habitudes des Saints, de leur réaction selon les evenements faisait de lui le meilleur choix.

" Yavin de Lyumnades, tu vas aller chez les Saints sous la forme de Samiel, un guerrier divin disparu depuis quelques temps mais la chose est encore peu connue ! Tu devras attaquer une maison en particulier a Rodorio, la maison d'un certain Hector. Ne tues mais crées la Haine de cette personne, mutilés, broies, joues avec leurs émotions toute humaine et brisés les moralement ! Tu t en iras alors en prenant la forme d' un vulgaire villageois, soit Protee ! Samiel aura pour envie de venger les siens de l'inaction des Saints peu avant lzèdispzrition de Dame Freyja ! "

Dans un sourire entendu, il laissait le Général décide du reste ! Il pouvait copier toute personne ayant le cœur trop ouvert a ses émotions et Kappa du Verseau est la meilleure des proies. Sinon, je ferais les yeux quand je vis arriver le nouveau Requin, étonnante ressemblance que ce cache œil. Je savais que cet homme allait me servir et je me décidais a l utiliser sans plus de considération !

" Toi la bleusaille, tu portes la une Belle Scale et il est temps que ca serve.... un traitre est parti en Asgard, vas me ramener sa tête ! C est le nouveau guerrier de Gamma, tu devras l affaiblir si tu bloques dessus, Haiken et Anet se feront alors une joie de te rejoindre pour ramener son corps ici pour un séjour dans le pilier central !!! "

Les dernières consignes étaient donnes ! Je devais d un geste de la main la séance et retournais vers le temple de Poséidon.

[HRP : vous êtes libre de réagir évidemment mais le topic est clos pour le PNJ. Je suis a votre disposition sur Skype pour toute explication]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mer 2 Oct - 0:21

La réponse de Jack O'Bannon tomba finalement. Il avait en effet une mission pour le Général du Dragon des Mers. Il devrait se rendre, en compagnie de la jeune Anet, en Atlantide, en terminer avec les derniers rebelles ayant servis le Masque. Rien de bien intéressant, c'était ce que Haiken pensait. Il aurait préféré aller chercher le Prêtre ou bien être envoyé défier l'un des Généraux des Ombres.

Ils avaient également disparu et devaient probablement se tenir prêts à attaquer. Ils étaient encore cinq, même si Haiken n'oubliait pas que ce nombre pouvait augmenter, car il ne faisait toujours pas confiance à Huit, le Général qui s'était rallié à leur cause. Quelles étaient ses réelles intentions? Le Gardien du Pillier de l'Atlantique Nord l'ignorait toujours, mais il se doutait bien qu'il devait y avoir une raison supplémentaire au simple fait de pouvoir éliminer les cibles que "Sieur" Tristan lui indiquerait.

Quoiqu'il en soit, Haiken quittait ses pensées à Huit, car après tout ces minutes perdus à penser à cet imbécile ne seraient jamais récupérés, et s'apprêtait donc à répondre au vieux Jack. Ce qu'il avait vraiment envie de lui répondre risquait de ne pas lui plaire, mais il n'avait pas de temps à perdre ici, sachant dans quel état Ann devait se trouver actuellement. Il était plus préoccupé par cela que par le fait de devoir obéir aux ordres du vieux.

- Très bien! Anet et moi irons là-bas pour en terminer avec les rebelles!

Pas de salutations, rien! Et si Jack les attendait alors il allait être déçu. Haiken ne s'était même jamais agenouillé devant Poséidon! Il s'approchait d'Anet, afin de lui transmettre un message.

- Je dois d'abord aller au Pilier de l'Atlantique Nord. Je te conseille de rejoindre le tiens, vu que tu n'y es encore jamais allé. C'est le lieu que tu dois protéger par dessus tout! Je t'y rejoindrais dès que j'aurais terminé!

Haiken s'apprêtait à partir quand Jack O'Bannon donna un ordre au dernier Marina arrivé. Ce ne fût qu'à ce moment que le Dragon des Mers le regardait vraiment. Il portait l'Écaille du Requin, il était donc sous son commandement. Mais l'ordre qu'il lui donnait semblait quelque peu irréaliste. Se rendre à Asgard pour en défier l'un des Guerriers était une mission suicide. Il était clair que agir ainsi, sur leur territoire, était une provocation de guerre, qui plus est, Masamune ne pourrait probablement pas s'en sortir indemne. Haiken s'approchait alors du Marina du Requin, afin de lui donner ses ordres!

- Ce bon vieux Jack n'a plus toute sa tête on dirait! Tu n'iras pas à Asgard! Tu es l'un de mes soldats, tu nous accompagneras à Atlantide! Dès que tu seras prêt, rejoins le Pilier du Pacifique Sud! Ceci est un ordre Capitaine du Requin!

Haiken quitta alors le Temple de Poséidon, se dirigeant vers le Pilier de l'Atlantique Nord, là où il savait qu'elle l’attendrait!
Revenir en haut Aller en bas
Prometheus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 30

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
196/196  (196/196)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Mer 2 Oct - 14:34

L'éborgné pensait partir en toute discrétion, sans générer de conflit à son insu. Pourtant, rien ne marcha comme prévu, et Masamune devait s'en doute. Rien n'est simple dans la vie, et malgré sa naïveté sur le moment, il était bien placé pour le savoir. Ce fut donc le général des forces armées de Poséidon qui s'adressa directement au Capitaine du Requin, après un rustique briefing de ses quelques troupes. Attiré par le port de la Scale du Requin, le vieux baroudeur avait ordonné sur un ton plutôt expéditif de ramener la caboche du susnommé Magnus, un traître d'après les palabres du vieillard. La politique vis-à-vis des traîtres, en ce qui concernait O'Bannon en tout cas, semblait intolérante : Masamune était chargé de s'aventurer dans les contrées marmoréennes du royaume d'Asgard afin d'occire le renégat. Stoppé ainsi dans sa "fuite", l'ancien Rōnin s'apprêtait à faire ses préparatifs pour accomplir la mission que lui avait confié brutalement l'O'Bannon. Masamune ne prenait pas en compte les risques de ce contrat : il risquait fort de devoir affronter bien plus que ce Magnus, s'il désirait collecter son encéphale. Qu'importe : Masamune était redevable envers Poséidon, et s'il pouvait se rendre utile, alors il le ferait, au nom de sa liberté offerte divinement.

Mais alors qu'il s'apprêta à partir pour de bon, le Marina au regard mutilé fut à nouveau interpellé par un supérieur. Cette fois-ci, il s'agissait bien de son supérieur direct, le Général en charge du Pilier Atlantique Nord : Haiken du Dragon des Mers. Son discours tranchait radicalement avec celui du sénile, montrant par la même occasion son hostilité envers son chef. Le guerrier de prestige alla ainsi à l'encontre des directives donnés à Masamune par Jack, lui demandant de ne pas aller à Asgard. Le risque était trop grand, surtout pour un seul homme. Il devrait parcourir des centaines de kilomètres, affronter de puissants adversaires, avant de pouvoir prétendre à être le coupe-jarret du traître. Au lieu de partir en terre septentrionale, le Hasekura eut l'ordre d'accompagner son chef ainsi qu'une autre Marina en région atlante, afin d'éradiquer le reste de rebelles. La tâche semblait semblable dans le fond, mais bien moins difficile que la première.

Je serai présent au Pilier du Pacifique Sud en temps et en heure, comptez-sur moi.

Masamune quitta séant les lieux par la suite. Haiken ayant fait de même suite à son discours, il n'avait plus rien à faire ici, si ce n'était se préparer à partir en quête d'homicides. En outre, Kahei avait quelques soucis à régler. Il accéléra le pas dès que le galbe majestueux du temple de Poséidon se dissipa sous l'horizon cérulescent du Sanctuaire sous-marin. Son armure faisait à nouveau des siennes, et comme une nouvelle série d'ordres, le poussait à la violence. Son esprit s'embrumait de barbares machinations, poussé par de bestiales pulsions issues de l'Écaille censée assurer sa sécurité et sa tranquillité.

Des rebelles… démembrons-les, que je m'abreuve de leur chair impure… Il faut que je les tue, un par un ! Ils méritent de mourir, tous, dépecé, décapité, haha ! Sème la violence, Masamune ! Montre-leur qui est le chasseur suprême des fonds marins…

Entravé par de multiples céphalées, Masamune se posta dans un coin, à l'abri des regards indiscrets à mi-chemin de sa destination. La douleur était insupportable, dès lors qu'il tentait de résister à la menace de son armure. Il ne savait pas vraiment quand est-ce que cet appel à la boucherie cesserait. Quoiqu'il en soit, il était certain d'une chose : le Requin risquerait fort de refaire surface lorsqu'il s'agirait de se charger des rebelles…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7142-prometheus-chevalier-d-ar
Tristan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Dim 6 Oct - 12:53

Un caractère de merde quand il s'agissait de l'appeler mais un certain respect quand il s'adressait finalement à eux en face. En d'autres temps, avec d'autres interlocuteurs, Tristan aurait considéré ce genre de comportement comme de la peur. La réaction de celui qui ose l'ouvrir quand les gens sont loin de lui mais qui se la ferme rapidement une fois que l'ennemi est à quelques mètres. Mais en l'occurrence, le comportement de ce Jack ne pouvait pas être de ce style là. Trop de fierté pour s'écraser devant eux. Non, il devait s'agir d'une certaine forme de sagesse, celle qu'un Stratège s'approprie lorsqu'il doit déployer ses pions sur le grand échiquier du monde.

A la réponse de Mary quant à son commentaire sur les grandes gueules de cette famille, Tristan ne répondit rien. Il avait lancé sa pique, il n'était pas nécessaire de déclencher une rixe en plein milieu de cette assemblée. Elle semblait déjà suffisamment désorganisée, il n'était pas nécessaire de jeter davantage d'huile sur le feu. Un petit sourire à son égard avant qu'il ne remarque que cette dernière semblait soudainement troublée. Etait-ce du à la présence de son père? De sa soeur? Il n'était malheureusement plus assez proche de Mary pour pouvoir définir clairement ce comportement mais après tout, devait-il réellement s'en soucier?

Bien, nous irons chercher le nouveau Prêtre de Poséidon... Ca ne devrait pas être bien long vu que nous y allons à trois. Je ne vois pas qui serait capable de nous empêcher de l'atteindre. Haiken, t'endors pas trop sur tes lauriers pendant que nous bossons. Tu n'as qu'à t'entraîner avec Huitzi, je suis sûr que vous serez tous les deux contents de vous "éclater" ensemble!

Ressentant soudainement un Cosmos qu'il n'avait point détecté en arrivant, Tristan se tourna alors vers un homme resté à l'écart. Observant quelques instants la Scale qu'il portait, le Général eut la bonne surprise de découvrir que l'Ecaille du Requin avait finalement trouvé un nouveau porteur. Des renforts pour les Marinas, ça ne pourrait leur faire de mal.

Un nouveau Requin dans nos rangs, ça peut le faire! J'espère que tu as les crocs et que tu es prêt à déchiqueter quelques ennemis! Ton Général est un peu rabat-joie mais pas méchant, tu verras!

Quelques petites piques envoyées à l'égard de son grand ami Dragon, l'Hippocampe était prêt à partir en mission. Départ qu'Ann confirma rapidement avant de demander à sa soeur de se réconcilier avec lui. Arf, on aurait cru entendre des réprimandes à l'égard d'enfants pas sages. De quoi mettre Mary de bonne humeur! Pourtant, contre toute attente, celle-ci réagit plutôt bien, acquiesçant à sa demande et venant le prendre par le bras. Qu'il en soit ainsi, l'heure des explications était venue. Sans broncher, emporté par Mary, Tristan s'éloigna de la troupe.

Arrow  Entrée du SSM sur le Hollandais Volant. [Chroniques]
Revenir en haut Aller en bas
Anet


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 37

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   Sam 12 Oct - 22:54

Le temple avait retrouvé un peu de calme avec le départ des deux jeunes femmes au caractère aussi sanguin que leur couleur de cheveux. Mais l'ambiance ne s'était pas détendue pour autant, et la plupart d'entre eux restaient à crans. Sans s'en rendre compte, Anet avait retenu sa respiration alors que les sentiments se déchaînaient autour d'elle, sans qu'elle ne puisse aucune y prendre part.

La jeune femme ne s'estimait pas le droit de dire quoi que ce soit à ces gens dont elle ne connaissait rien d'autre que ce qu'elle avait pu en deviner, de plus, elle détestait mettre les pieds dans des histoires familiales sordides. Sa mère lui avait toujours conseillé de bien balayer son paillasson avant d'aller le faire chez autrui, car ce la n'attirait que des ennuis. Et même si aujourd'hui elle portait une écaille et pouvait sentir une énergie puissante courir dans son corps, ça ne l'empêchait pas de retenir les conseils de sa mère. Elle poussa un fin soupir pour évacuer la tension de ses membres et fit craquer sa nuque en se redressant. Elle était général, que diable ! Un peu de tenue !

Mais encore une fois, ce n'était pas à son tour d'être au cœur des événements. Et elle continua d'observer, se réfugiant à nouveau dans ses pensées. Tiens, elle n'avait jamais autant pensé que depuis son arrivée dans ce monde étrange. Chez elle, elle n'avait qu'à s'enfuir. Elle savait où était le pré accueillant les chevaux, et éviter les domestiques n'était que trop facile avec l'expérience qu'elle finissait par accumuler. L'action lui tendait les bras. Ici, elle avait constamment l'impression de marcher sur des œufs, tellement la suite d'événements était compliquée à suivre lorsqu'on ne savait rien. Qui étaient les ennemis contre lesquels ils se battaient ainsi ? Et pourquoi cela ?

Elle fronça les sourcils, se rendant compte qu'agir en suivant son cœur et non sa tête lui manquait. Elle avait besoin soudainement de sentir cet organe vital battre dans sa poitrine sous l'effet de la peur et de l'excitation, et de sentir sa nouvelles puissance se déchaîner autour d'elle. Elle avait besoin -et envie !- de se battre, et cela l'effraya au plus haut point. D'où pouvait provenir ce désir qu'elle n'avait jamais ressentit que quand sa mère l'obligeait à agir en lady et qu'elle se révoltait contre cela ?

Elle se rappela alors de la voix, qui lui avait parlé lors de son changement d'écaille. Pouvait-elle avoir un esprit propre ? Est-que ça pourrait être elle qui exacerberait ses sentiments ? Peut-être. Après tout, elle ne connaissait rien à cette magie, et tout lui semblait dès lors possible. Mais ça pouvait aussi être simplement le résultat de ses derniers sentiments de frustrations, qui l'assaillaient depuis qu'elle avait atterrit sur cette plage au sable fin et qui s'accumulaient. Elle ferait des recherches dès qu'elle en aurait l'occasion...

Ce fut cette fois la voix de Haiken qui la sortit de ses songes. Lui aussi réclamait une mission, indiquant clairement qu'il ne souhaitait pas s'éterniser dans la salle. Il semblait beaucoup tenir à Ann, et Anet se doutait qu'il ne devait alors pas porter le vieil homme qui se trouvait devant eux dans son cœur. S'ils étaient amis et se connaissaient depuis longtemps, le Général ne devait pas apprécier ceux qui faisaient souffrir la jeune femme. Mais avant que celui qui les avaient convoqués ne puisse lui répondre, ce fut au tour de l'autre chevalier, celui qui n'était pas de chez eux, de faire ses adieux. Il s'adressa en particulier à cet autre Général, qu'Anet ne connaissait absolument pas, et qui semblait plutôt louche à la jeune femme. Mais c'était sans doute du délit de faciès, car on ne pouvait pas dire qu'il était le genre de personne qu'Anet pouvait apprécier. Elle se détourna rapidement de lui, ne souhaitant pas faire d'efforts pour se rapprocher de cet homme.

Mais déjà le vieux Jack reprenait la parole et distribuait les missions comme des pains de Noël à la cantonade. Et la jeune crût avoir mal entendu lorsqu'il les chargea, Haiken et elle, de « nettoyer les rebelles ». Toutes ses questions lui revinrent à la figure sans crier gare. Des rebelles ? Pourquoi ? Qui ? Mais elle sentait aussi sa puissance monter depuis le fond de son cœur en même temps que sa colère. Contre elle, qui ne pouvait pas comprendre cette situation désordonnée, mais aussi contre ce monde qui semblait ne pas vouloir lui livrer ses secrets. Elle se promit alors d'interroger Haiken si elle n'avait pas le temps de trouver ses réponses avant leur départ. Le général s'approcha alors d'elle, lui confiant qu'il allait rejoindre son pilier, et lui conseillant de faire de même. C'était le lieux qui se trouvait sous sa protection, d'après ses dires. Comme un fief ? Elle planta ses yeux dans les siens, lui montrant qu'elle avait bien compris, et hocha la tête. C'était autant pour acquiescer que pour le saluer, lui signifiant qu'elle serait prête au départ.

Mais alors qu'ils s'apprêtaient à partir autant l'un que l'autre, O'Bannon distribua une dernière mission, s'adressant au dernier arrivé dans ce capharnaüm. Et il les chargea accessoirement de ramener l'homme que le marina devait faire prisonnier. Anet allait l'ouvrir pour demander au Sieur O'Bannon s'il avait aussi une liste de courses à leur confier, et sans oublier le pain, merci, au revoir. Mais Haiken fut plus rapide qu'elle et usa de son pouvoir pour interdire au capitaine du requin d'accepter la mission et lui imposer de les accompagner dans la leur. Le capitaine accepta et lui et Haiken quittèrent la pièce, après une dernière remarque de Tristan qu'Anet interpréta comme un « bon courage ». Elle même lui adressa un dernier regard, se demandant si elle reverrait ceux qui avaient été ses compagnons le temps du mission qu'elle n'aurait pas dû effectuer. Elle se prépara à quitter la pièce à son tour, mais préféra se tourner vers le vieil homme.

« Je cherche des réponses. Contrairement à eux, je n'ai pas toutes les cartes en main. Mais sachez que dès que ce monde n'aura plus que quelques secrets pour moi, je saurai prendre parti. Et si je ne suis guère adepte de la mutinerie, je sais aussi où se trouvent mes intérêts, et où vont ceux de la justice. »

Elle n'était pas un chêne, inébranlable, et prêt à résister à la pire des tempêtes. Elle ne pouvait pas non plus faire preuve d'autant de souplesse face au vent que la plus vulgaire des herbes folles. Elle avait développé ses propres armes, et saurait s'en servir dès lors qu'on lui en donnerait l'occasion. Et elle, autant que son écaille, sentaient que cette occasion arrivait à pas de géants. Elle frissonna en repensant à la mission qu'elle allait devoir effectuer, mais sa soif de combat revint au galop. Aurait-elle l'air aussi effrayante que ce capitaine du requin semblait l'être ? Elle l'espérait.

Fermant les yeux, elle se laissa guider par la force qu'elle sentait gonfler et gonfler encore au creux de ses côtes et la suivit. Elle espérait qu'elle allait la guider jusqu'à ce que Haiken avait appelé « son pilier ». Chez elle ? Elle saurait bientôt.

=> Pilier du Pacifique Sud
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Fin d'une Ere [Marinas uniquement]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fin d'une Ere [Marinas uniquement]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Empire Sous-Marin :: Piliers de Poséidon :: Temple de Poseidon-