RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Canute


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 242

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Dim 1 Sep - 14:42




Prologue,

Cela faisait maintenant quelques mois que Canute avait obtenu la God Robe de Beta ainsi que la lame cosmique de Dainsleif des mains du dieu tutélaire d'Asgard. Depuis, il perfectionnait sa technique au palais du Valhalla, son nouveau statut de guerrier divin lui imposait de toujours repousser ses limites et de veiller sur le royaume d'Odin. En ces temps troubles, la prêtresse du Père de Tous avait prit la décision de fermer les frontière du royaume nordique afin de laisser le temps au peuple d'Asgard de soigner ses plaies. Ce choix était douloureux pour la prêtresse qui n'en laissait pourtant rien transparaître. Mais le guerrier divin pouvait sentir la solitude qui meurtrissait cette femme de pouvoir. Ce choix lui avait fait des ennemis au sein de sa propre cour, certains guerriers divins s'étaient même exilés avant la fermeture des frontières. Canute maudissait en silence ces lâches qui abandonnaient le navire plutôt que de participer aux réparations.  

Son propre avis sur le sujet était partagé. Il comprenait parfaitement l’intérêt de la politique de Katerinn, mais ces décisions trop brusques allaient lui valoir l'antipathie du reste du royaume. Malgré cela, il devait rester présent, elle aurait besoin d'un protecteur à l'écoute maintenant plus que jamais, Canute avait bien l'intention de l'assister de son mieux pour relever Asgard. Cette crise saurait être surpassée et le royaume s'en relèverait plus fort. Il avançait à travers les halls du palais, portant sur lui sa robe divine ainsi qu'une majestueuse cape de soie rouge au col de fourrure blanche. Il prêtait oreille attentive à tout ce qui pouvait se tramer dans les ombres des corridors, il savait fort bien que nombres espéraient tiré profit du manque de popularité de la prêtresse en titre, il confiait à ses propres gens de confiances et informateurs le soin de les débusquer afin qu'il puisse les tenir à l’œil. Car bien que ses choix politiques et sa fatigue morale affaiblissent Katerinn et rendent ses rivaux politiques plus confiants et avides, la vue d'un guerrier divin surveillant leurs faits et gestes refroidissait les ardeurs de bien des comploteurs.

Canute s'était déjà arranger pour faire disparaître deux d'entre-eux, tout cela dans la plus grande discrétion afin de nulle ne sache réellement ce qu'il était advenu de bons et loyaux serviteurs, officiellement rentrer à la hâte dans leurs contrés respectives pour quelques affaires de famille. Seul ceux qui connaissaient leurs réelles intentions étaient aussi au fait de leur véritable sort, et cela avait fait passer un message très clair à l'entre de ceux qui comptaient acheter du poison au marché noir. Canute devait être au fait de tout, vu de tous et surtout respecté autant que craint de tous. Son lignage royal lui avait offert une formation des plus complète dans le domaine des intrigues et des manipulation de l'ombre, il mettait maintenant à profit les enseignements de ses maîtres à la cour du Danemark, tout en continuant à parfaire son entraînement de guerrier divin. Il devait ménager une vie de courtisant et un destin de guerrier, et bien que son statut lui soit profitable afin de garder les rangs des nobliaux avides de pouvoirs bien serrés. Les heures d'entraînements et les nuits passées à lire les rapports de ses agents commençaient à tirer les traits du prince danois.

Il arriva enfin aux jardins situés à l'arrière du palais, bien que recouvert du blanc manteau de l’hiver, ces lieux accueillaient un autel où la prêtresse  venait souvent se recueillir afin de solliciter la sagesse divine. C'est là qu'il la trouva, priant devant les statuettes à l'effigie des dieux du nord. Le guerrier divin de Beta mit un genoux à terre au bas des quelques marches qui le séparait du lieu de culte, dans un respect le plus total et avec un grand calme il s'annonça :

« Prêtresse Katerinn, je viens vous apporter le dernier rapport de mon cousin à la cour de Suède. Le duc Folkungar continu à prétendre que sa petite nièce posséderait des prédispositions à l'état de prêtresse des dieux, il dit à qui veut l'entendre que le père de tous lui enverrait des visions et en fait déjà la ' prétendante ' à ce qu'il pense être un siège à demi vaquant. Voulez vous que je prenne les disposition nécessaire majesté ? »

Il avait effectivement bon nombre de « disposition s» prévue pour mettre un terme à ce qui revenait régulièrement dans les rapports de son cousin sous le nom d'  « hérésie Folkungar », la disparition de l'enfant des suite d'une fièvre et d’hallucination, en plus de paraître naturelle, jetterait aux orties la crédibilité du duc. Jusqu'alors, la prêtresse d'Odin avait refuser de mettre en œuvre ce que Canute lui présentait comme une justice discrète et efficace à l'affront que les Suédois lui faisait. Le Folkungar savait très bien à quoi il s'exposait en proférant de telles ignominies et la passivité ne faisait que renforcer son assurance et lui donner du crédit. Son arrogance et son avidité méritait une punition exemplaire et si les dieux ne s'abaissaient pas à rendre justice pour de si maigres affaires, c'était à ceux représentants leur autorité parmi les mortels de le faire.

Il attendit dans la neige, contemplant le dos de Katerinn qui se tenait toujours devant l'autel à prier pour le salue de son peuple et le futur du royaume d'Asgard.
Revenir en haut Aller en bas
Sigrdrifa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 156

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
198/198  (198/198)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Lun 2 Sep - 11:17

Voila quelques temps que Katerinn avait été propulsé au rang de prêtresse d’Asgard, elle n’y connaissait que peu de chose, surtout en ayant vécu dans un village aussi petit que le sien. Mais déjà elle avait du faire des choix, des choix qu’elle avait pensée juste mais qui n’étaient que peu réfléchis. Elle ne s’était jamais doutée que les ases réagiraient de la sorte mais ce qui était fait ne pouvait être défait, le royaume d’Asgard avait fermé ses frontières, plus personne ne pouvait rentrer ou sortir aussi facilement qu’avant. Même si ce fut une erreur, Katerinn pensait qu’elle aurait eu le soutiens de ses pairs, peut être un peu d’aide et de conseils mais il n’en fut rien, certains étaient même parti à s’exiler le temps de la reconstruction. Car oui, le royaume était ravagé, des villages entiers étaient détruits et c’était du devoir de la prêtresse que d’offrir au peuple de nouvelles bases pour redevenir le peuple fort et fier qu’il fût autrefois. Hélas, beaucoup trop lui tournèrent le dos pour une simple erreur…

A un moment elle avait cru trouver un allié, il était a son écoute et d’accords avec ce qu’elle disait mais trop vite il disparu, laissant la prêtresse de nouveau seule avec un royaume à soutenir alors qu’elle n’en avait que trop peu. Heureusement tout n’étais pas perdu, alors que la solitude la rongeait un peu plus un jeune homme s’était présenté a elle. Alors que tout allait mal, Katerinn avait réussi à trouver en lui un allié, certes ils avaient des méthodes bien a lui et elle n’étais pas toujours d’accords avec ce qu’il pouvait dire mais il restait là, prêt a l’aider si le besoin s’en faisait sentir.

Quelques mois s’étaient donc écoulés depuis cette décision fatidique qui avait mis Katerinn en mauvaise position par rapport au peuple. Malgré tout elle avait réussi à rester forte car elle avait désormais un allié, peut être amis mais il est des choses que l’ont a du mal à montrer lorsque l’on est grande prêtresse. Ainsi elle était à genou dans la neige face a la statue d’Odin, entouré d’une multitude d’autres statues. La prêtresse priait encore une fois le père de toute chose, comme elle le faisait chaque matin mais aujourd’hui c’était différent car dans sa prière elle demandait a Odin que la jeune fille qu’elle voyait vive, elle ne supportait pas voir un enfant mourir surtout quand elle ne comprenait pas la cause. C’est alors que Canute avait fait son entrée.

Ainsi quelqu’un voulait lui prendre sa place, pour quoi encore, assoir une soif envie de pouvoir ? Certainement et Katerinn en avait marre de ces jeux de pouvoir, là d’où elle venait jamais personne n’avait osé s’en prendre a la prêtresse car elle était aimé, et son pouvoir était crains. Ici son pouvoir n’avait que peu d’influence, il suffisait de regarder ce fameux duc qui disait avoir des visions. Si n’importe qui pouvait en avoir alors pourquoi ce soucier des visions de la prêtresse, après tout elle les avait déçu en prenant une décision trop hâtive alors est ce que ses visions étaient véridique ? Il finit donc de parler et l’histoire de cette petite fille lui revint en mémoire, surtout quand il parlait de prendre des « dispositions ». Etait-il capable de faire cela ? Pour elle ?

Se relevant tout doucement a cause de ses muscles ankylosé par le froid et le fait d’avoir gardé cette position un moment, Katerinn se retourna vers Canute et s’approchant de lui, lui mis la main sur le front. Tout arriva très vite, d’abord un flash blanc puis la vision d’une jeune fille dormant dans un lit majestueux et enfin la vision d’une famille pleurant devant une tombe. Tout était assez flou et même qu’il manquait des éléments pour faire un quelconque rapprochement mais elle voulait en être sur.

    « Est-ce elle dont tu me parle ? Pourquoi devrait-elle mourir à cause de la stupidité de son oncle ? Le pouvoir qu’il recherche me dégoute car il ose utiliser les membres de sa famille. Ceci ne devrait pas arriver, nous devons trouver une solution mais je ne veux pas de mort. Cette vision doit rester entre toi et moi, même si tu pense qu’il n’y a la qu’une seule solution j’aimerais que tu m’amène l’enfant ici, personne ne doit être au courant. Je discuterais avec elle puis tu la ramèneras. »


Elle ne savait pas si c’était la bonne solution mais en même temps, elle ne voulait pas voir cette vision devenir réalité. Même si tout était encore flou, il ne s’agissait peut être pas de la même personne dans le lit et dans la tombe mais on était jamais trop sur. Hélas, alors qu’elle finissait de parler, la première vision qu’elle eu dans sa vie revint, celle de sa propre mort et ayant tout fait pour l’évitée, c’est d’elle-même que Katerinn s’était lâchée dans la gueule du loup. Pourrait-elle réellement contrer cette vision ? Elle en doutait réellement, mais elle ne devait pas tout laisser tomber a cause de ça, la prêtresse se devait de rester forte en quelconque occasion !

Revenir en haut Aller en bas
Canute


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 242

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Lun 2 Sep - 12:59


Canute laissa sans broncher la prêtresse lui toucher le front afin d'y voir le fond de sa pensée. Canute était certain du bien fondé de cette solution, aussi radicale soit elle, mais le choix revenait à la représentante d'Odin, il n'était là que pour la conseiller au mieux et lui fournir tout le soutient qui lui était nécessaire à la sauvegarde d'Asgard. Le royaume n'avait pas besoin de plus de division et pour lui le duc, aussi influant soit il en Suède, devait de nouveau craindre et respecter l'autorité d'Asgard. La décision de Katerinn lui semblait trop douce pour être juste, parfois les décisions les plus difficile à prendre étaient les plus efficaces. Mais il n'était pas à même de critiquer directement les décisions de la prêtresse.

"Il en sera fait selon votre volonté ma Dame. J'enverrais aussitôt une missive pour que l'enfante vous soit apportée dans les plus brefs délais. Mais si je puis me permettre une remarque, cela ne fera que nourrir l’orgueil de son oncle, comme vous le dite avec tant de justesse, c'est bel et bien lui le principal fautif. Il est un homme pugnace et doté d'une ambition dévorante, mais trop étroitement lié au roi de Suède pour pouvoir être menacé directement. Je vous tiendrai donc informer de sa réaction au départ de l'enfante."  

Pensé que de petits nobles et bourgeois pouvaient avoir assez d'audace pour remettre en question le pouvoir d'Asgard agaçait profondément le prince danois. En temps normal il aurait lui même rappeler à l'ordre le duc pour son impudence, mais sa place était ici, auprès de Katerinn. Trop avaient déjà quitter le sol du royaume d'Odin pour que l'un des derniers guerriers divins encore en faction puisse se permettre la moindre absence. L'exercice du pouvoir n'était pas une chose aisée pour la prêtresse d'Odin, elle n'était pas arrivée à ce poste par choix ou pas avidité, c'était le destin et la volonté des dieux. Cela ne lui donnait que plus de mérite aux yeux du guerrier de Beta. Cet entrevu resterait secret, cela il n'avait pas besoin de dire. Les ordres de la représentante d'Odin n'étaient pas discutables et Canute n'y voyait pas d’inconvénients. Il était là pour servir la volonté d'Odin, celle qu'il exprimait à travers sa prêtresse, il savait bien que pour que l'image de Katerinn reste blanche et sacrée, il devait lui même se salir les mains. Cela ne lui posait aucun problème, il était de toute façon prêt à faire n'importe quoi pour cette femme qui lui inspirait une telle dévotion.

Car à leur première rencontre, Canute avait été troublé à la vue de Katerinn. Il avait déjà vu et connu des femmes, belles, charmantes ou de bonne naissance et avait parfois ressentie une certaine affection pour elles. Mais là tout était différent, beaucoup plus dense et il n'était pas habitué à être troublé par qui que ce soit. Ne résultat une étrange attirance envers cette femme incarnant la volonté du dieu protecteur des terres du nord. En tant que protecteur il savait que ces sentiments ne lui étaient pas permis, c'est pourquoi il s'efforçait d'en vider son esprit autant que possible. Le devoir de Katerinn en tant que représentante d'Odin était placer au dessus de tout, Canute ne pouvait se permettre de la déconcentré de cette tache à l'importance capitale.

Sur ces mots, il laissa la prêtresse à sa mission spirituelle afin de donner des directives à ses agents. Il avait bon nombre de préparatif à faire pour la venu de l'enfant et le prince de sang royal ne laissait rien au hasard.

[Ellipse]

Un mois entier passa avant que la petite Ingrid Folkungar n'arrive au palais du Valhalla. La petite nièce du duc était exactement comme la décrivait les rapports de ses agents, et son cousin avait lui même assister au départ de la petite, et introduit des hommes à sa solde dans l'escorte afin de s'assurer qu'aucun changement ne soit fait durant le voyage. La petite fille blonde au joues ronde et au visage de poupée semblait bien effrayée de se retrouver aussi brusquement loin de chez elle. Ayant fait un éprouvant voyage majoritairement en litière à cause de l'état des routes ne permettant pas le passage des carrosses, le guerrier divin lui laisse prendre quelques jours de repos à elle et ses dames de compagnies avant de l'introduire auprès de la prêtresse. La présence de l'enfante ne remettait pas en question les estimations du guerrier divin, même si cela pouvait sembler cruel de tuer une petite fille, il le ferait sans intentions personnelles ni hésitation si le besoin s'en faisait sentir. Le duc serait obligé de faire attention à sa langue tant que la petite serait en Asgard, il n'était pas sot au point de ne pas voir la situation comme une sorte de prise d'otage. Canute pouvait au moins se satisfaire de se détail.

Il escorta la petite fille jusqu'aux appartements privés de la prêtresse d'Odin, traversant une antichambre aux décorations spirituelles avant d'arriver dans un petit salon privé où Katerinn pouvait recevoir ses invités même si cela restait exceptionnel. Canute congédia les gardes de la porte du petit salon, ceux si devaient rejoindre les collègues devant la porte de l'antichambre, laissant ainsi la prêtresse, le guerrier divin et l'enfante en privé. Le guerrier de Beta annonça son arriver comme le voulait le protocole :

" Ma Dame, permettez-moi de vous présenter mademoiselle Ingrid de la maison Folkungar. "

La petite fille s'avança jusqu'à une distance respectable de la représentante d'Odin puis se fendit d'une révérence pour laquelle Canute n'avait rien à redire. La petite avait reçu une éducation des usages de la cours et ses applications étaient jusque là sans faute pour une petite fille de son âge. Le prince voyait sans doute là une autre marque des plans du duc afin de faire de sa nièce une parfaite petite marionnette, douce et disciplinée. Mais il avait fait ce que la prêtresse d'Odin attendait de lui, il ne lui restait qu'à voir comment Katerinn comptait s'occuper de cet agnelet qui était bien malgré elle concurrente au rôle sacré dont la jeune femme avait été investit par les dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Sigrdrifa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 156

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
198/198  (198/198)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Mar 3 Sep - 15:25

Bien qu’elle se doute que son choix serait le bon, Katerinn ferait tout pour sauver une nouvelle vie car personne ne mérite de mourir, surtout pour le plaisir d’une mauvaise personne. Enfin Canute avait donc accepté sa requête et amènerait la jeune fille au palais, en attendant il lui faudrait trouver une solution pour qu’elle oublie tout ce qu’avait pu dire son oncle jusqu'à aujourd’hui. La nièce du duc devait être assez jeune pour être manipulé de la sorte ou tout du moins était entrée elle aussi dans le jeu par avidité de pouvoir mais quand bien même, tout ceci devait cesser et sans qu’une âme soit brisée cette fois-ci…

Il fallut un mois au guerrier divin pour revenir avec l’enfant et pour l’occasion, la prêtresse avait revêtue l’armure qu’elle portait le jour ou elle est arrivée en Asgard, ce fameux jour ou Odin l’avait choisi pour le représenter auprès des ases. Elle ésperait pouvoir l’impressionner quelque peu et lui faire comprendre qui elle était et pourquoi elle était là. Le Wyrd l’avait amenée ici, non pas la volonté d’un homme avide de pouvoir et d’argent, jamais Katerinn n’avait demandée cette place, pas même dans ses rêves les plus fous mais aujourd’hui tout avait changée, diriger un village et diriger un pays était très… Très différent et il faudrait surement a la jeune femme des années avant de comprendre comment s’y prendre. Heureusement que Canute était la pour l’aidée, car elle aurait surement sombrée depuis son arrivée mais Odin avait du tout prévoir, pourquoi l’aurait-il laissé dans un pays ou elle ne comprendrait rien.

Canute entra donc dans la pièce en annonçant l’arrivée la demoiselle, à ce moment Katerinn était sur le balcon en train d’observer ce royaume dont elle avait la charge. Revenant dans le salon, elle aperçu donc la jeune fille qui lui causait tant de soucis, une parfaite petite fille de la cours, à coté de cela, la prêtresse n’y connaissait rien a la cour. Sa jeunesse ne s’était pas faite dans un château mais un temple dédié a Odin ou elle avait priée, aidé les gens, vécu des centaines de visions. Comment se présenter a quelqu’un de respectable, elle n’en savait rien car tout ça, elle ne l’avait jamais appris. Dans un geste peut être un peu maladroit, la prêtresse proposa a la jeune fille de s’assoir.

    « Heureuse de vous rencontrer mademoiselle Ingrid. J’ai ouïe dire que vous voudriez me remplacer dans ma tâche, ou est-ce votre oncle qui vous pousse à le penser ? Je ne suis pas arrivée a ce rang parce que j’en rêvé, et même lorsque je l’ai reçu j’en ai eu peur mais pouvais-je refuser. Odin est venu en personne, permettant a mon corps de ne pas mourir a la fin d’une bataille des plus sanglante qui voulait la destruction de mon peuple. Il m’a demandé d’être la lumière des Ases, d’être celle qui leur montrerais le chemin vers un monde paisible et en paix. Alors oui, je n’ai aucun sang royal qui coule dans mes veines, mais celui que j’ai est d’autant plus précieux car je suis l’une des dernières voyante. Certes, n’importe qui, tel que votre oncle, peut dire posséder ce don mais laissez moi vous montrer une chose. »

Katerinn recommença la même chose qu’elle avait faite avec Canute, posant sa main sur son front, la jeune femme avait sélectionnée des visions plus troublantes les unes que les autres en laissant de coté celles ou l’ont voyait la jeune Ingrid mourir. Ici il n’y avait que des visions de massacre, de guerre, on y voyait un peuple en pleine discorde et pour finir elle avait choisi une image qui lui plaisait beaucoup. L’oncle de la jeune fille était assis sur le trône d’Odin, un grand sourire sur les lèvres avec un sol couvert de sang en dessous de lui.

    « Est-ce que c’est ce que vous voulez ? »

Attendant la réaction de la petite, Katerinn envoya un message a Canute qui se trouvait non loin, elle n’aimait pas devoir dire ces mots la mais il y avait des choses qu’il fallait faire pour éviter le pire. « Le givre rend muet » juste quatre mots plein de sens. La prêtresse ne voulait pas qu’elle meurt, mais tout ça ne devait rester qu’entre les deux femmes et si elle ne se pliait pas a ça, il faudrait prendre des dispositions comme le souhaiter Canute a la base.
Revenir en haut Aller en bas
Canute


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 242

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Mer 4 Sep - 10:25



Canute assista à la scène sans dire un mot, il se contenta d'observer en silence alors que la prêtresse d'Odin expliquait à la fillette le destin qui avait fait d'elle la représentante du père de tous sur Terre. La petite fille resta attentive elle aussi, Canute ne la quitta pas du regard, rentant de distinguer la moindre étincelle de malice dans son regard d'enfant, en vain. Tout ce qu'il voyait c'était une petite fille qui tentait de garder sa contenance malgré ses peurs et ses angoisses, comme on lui avait apprit. Elle avait été dressée à faire des courbettes et à se tenir en petite dame comme on pouvait dresser un animal savant, mais tout comme un animal reste ce qu'il est une fois privé de son dresseur, la petite restait un enfant. Lorsque Katerinn posa la main sur son front afin de partager avec elle sa vision, la petite Ingrid fut totalement désemparée. Canute ne savait pas ce qu'elles avaient pu voir, mais cela ne pouvait être bon puisque la prêtresse demanda à la fillette si c'était là ce qu'elle voulait. D'une voix craintive d'enfant qu'une trop forte émotion trouble, la petite fille trouva la force de répondre :

« Non Madame... jamais je ne voulais faire de mal. Mon oncle me disait que les dieux du nord m'avaient choisie, pas ceux que l'on pries en latin, il disait les anciens dieux. Il me demandait de raconter mes rêves à ces érudits qui l'accompagnent toujours, ce sont ces gens qui y voyaient des visions envoyées par les dieux... »

La petite fille laissa éclater un sanglot, l'illusion prit fin, elle n'était bel et bien qu'une petite fille à qui on avait imposer un rôle et transformer en petite adulte beaucoup trop tôt. Non pas dans un but bon et louable, mais afin de satisfaire une ambition méprisable. Canute avait presque pitié de cette enfante, mais c'était là un luxe qu'il ne pouvait se permettre, la petite fille reprit alors d'une voix entravée par les larmes :

« M'ont ils mentis Madame ? Mon oncle est il un homme méchant comme vous me l'avez fait voir avec votre magie ? »

Les fils de la marionnette lui apparaissaient. La gamine était au final assez mature pour reconnaître la manipulation, une preuve qu'elle avait tout de même été bien éduquée. Elle se rendait compte d'elle même de la vilenie de son protecteur ainsi que se son ambition dévorante. Canute pensait déjà à la suite, il avait une idée afin de satisfaire la décision compatissante de Katerinn qui ne voulait pas de la mort de l'enfant, mais aussi pour que le duc se tien à carreau. Ils allaient garder Ingrid en Asgard encore un temps, sous couvert de l'honneur d'y être demoiselle de compagnie de la grande prêtresse d'Odin, mais pour Canute ainsi que pour le duc la position d'otage de la petite ne ferait aucun doute. Ainsi il pourrait l'avoir à l’œil et émanciper de la volonté malsaine de son oncle. Mais il espérait aussi que la compagnie d'une demoiselle de bonne naissance et familière au protocole serait aussi bénéfique pour Katerinn, l'aidant à mieux comprendre les codes qui régissaient la vie des classes dirigeantes des royaumes liés à Asgard. Il elle ne voulait pas que les nobles conspirent contre elle, la prêtresse devait elle aussi apprendre et leur montré qu'elle était une véritable régente, pas simplement un accessoire de décoration.  

Mais cette journée avait été assez éprouvante pour le moment, Canute fit raccompagner la jeune fille jusqu'à ces appartements afin qu'elle puisse prendre du repos, elle était encore jeune et fragile comme tout enfant de son âge. Une fois la petite en dehors de la sphère privée de Katerinn, le guerrier divin exposa son plan à la prêtresse :

«Ma Dame, si vous me le permettez j'aimerais que vous gardiez la jeune duchesse à la cour d'Asgard. Officiellement elle jouira de l’honneur de vous accompagner et de vous assister dans votre rôle, mais c'est aussi le meilleurs moyen de l'avoir à l’œil, ainsi que de garder son oncle muet.»

La requête sonnait aussi comme un conseil, ce qui était le rôle du guerrier divin à la cour. De son coté Canute allait continuer son travail d'investigation, ses agents surveillerait chaque domestiques de la petites, ferait une copie de chaque lettres qu'elle enverrait à sa famille et de chaque missives qu'elle recevrait avant même qu'elle ne puisse posé les yeux dessus. Ainsi il serait au courant de tout ce que le petite fille dirait, et si le moindre code était masqué dans les courriers, il serait capable de le déchiffrer. La petite avait été accompagnée en Asgard par sa gouvernante, deux domestiques et dix gardes de la maison Folkungar. Il serait facile de garder un œil sur un si petit comité, surtout qu'ils ne représentaient pas la moindre menace ni pour la garde du palais, et certainement pas pour le guerrier divin accompli qu'était le prince Canute. Il aurait de plus la petite sous étroite surveillance toute la journée, puisqu'elle ne quitterait pas la prêtresse d'une semelle. Elle irait prié Odin avec elle, l'accompagnerait dans les rites et à la cours ainsi que dans les quelques moments de loisir que pouvait se permettre Katerinn en dehors de ses devoirs de représentante. C'était la meilleurs chose à faire afin de régler sans violence cette situation, et il espérait bien que cette fois Katerinn approuverait son point de vue.

Revenir en haut Aller en bas
Sigrdrifa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 156

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
198/198  (198/198)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Jeu 5 Sep - 18:35

Bien que cela surpris par les réponses que lui apporta la jeune fille, Katerinn était heureuse de sa réaction, elle n’avait pas été corrompu par le fiel de son oncle, elle resté pour celui-ci un instrument pour assouvir sa soif de pouvoir. Quand bien même, il fallait dire que la prêtresse avait eu peur de devoir user de stratagèmes qu’elle n’osait même pas penser pour garder la paix dans le royaume d’Asgard. Hélas, une chose qu’elle avait pu apprendre depuis qu’elle avait reçu le rôle de guider les ases c’est que beaucoup de chose, même la paix, se gardaient au détriment de bon nombre mais aimant son peuple par-dessus tout, elle ferait tout pour le garder sain.

    « Très chère, il est des choses que même les adultes ont parfois du mal à comprendre, mais ne t’en fais pas, je te promets que nous trouverons une solution. »

Après cela, Katerinn laissa le guerrier divin amener la petite a la sortie ou elle serait prise en charge et conduite jusqu'à ses appartements, le voyage n’avait pas du être de tout repos pour elle et encore moins ce qu’elle venait de voir. Tout cela, la prêtresse le gardait et même si elle avait une grande confiance envers Canute, en aucun cas elle lui ferait vivre ce qu’elle vivait tous les jours. Quand il lui proposa de garder la duchesse, la prêtresse savait qu’elle ne pouvait pas refuser. Cette petite était mieux ici loin de son oncle et de sa vilénie. Et après tout elle avait appris par le passé à s’occuper de gens, de les accompagner alors avec une petite duchesse, cela ne pouvait pas être bien différent non ?

    « Tu as sans doute raison, enfin tu as raison comme d’habitude et j’aimerais bien en savoir un peu plus sur ses rêves. Est-ce de véritable rêve ou encore des choses que son oncle a demandé qu’elle dise. Et si quand bien même il se trouve que ce son ses rêves, que racontent-ils pour que cet homme disent que la jeune duchesse pourrait prendre ma place ?... Canute, les érudits dont elle parlait doivent garder des écrits, il me les faudrait. Fait ce que tu sais faire pour me les apporter. »

Tout ceci perturbais quand même la prêtresse mais peut être qu’il s’agissait la de rêves enfantin, rien de plus. Le Duc faisait tout pour gagner du pouvoir et pourquoi ne pas gagner le trône d’Odin car cette jeune fille serait toujours son entrainement même si elle devenait officiellement prêtresse. Tout ceci la travaillait, elle n’était pas faite pour ce genre de chose, non. Au moins la bas elle avait eu un peuple qui l’aimait ou personne ne cherchait à prendre sa place car on y remettait pas en question le pouvoir des prêtresses. Pourquoi tout ne pouvait être aussi simple. Enfin, la jeune femme s’asseyait sur un fauteuil dans un grand soupir.

    « Je suis las de toutes ces histoires Canute… Sers nous un verre et vient t’assoir, nous aussi avons le droit au repos. »


Revenir en haut Aller en bas
Canute


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 242

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Jeu 5 Sep - 19:23


Le guerrier divin écouta Katerinn avec attention. En bon conseiller qu'il était, il avait déjà fait les recherches nécessaires sur les fameux érudits de la cours du duc. Ces trois vieillards que le duc présentait comme des sages versés dans la divination, l'astromancie ou d'autres arcanes ésotériques en lien avec les divinités du nord. Jusque là le guerrier divin n'avait vu dans ses rapports que de vils charlatans à la solde d'un homme avide de pouvoir. Mais il allait faire en sorte de combler les attentes de la prêtresse légitime et lui fournir les preuves discréditant ce conclave de faussaires une bonne fois pour toute. Il enverrait donc se soir même une missive en Suède afin que ses agents fassent ce qui devait être fait. Mais pour le moment il sortit d'un meuble deux coupes ainsi qu'une bouteille en cristal contenant un hydromel nordique à l'arôme particulièrement flatteur. Il servit les deux coupes avant d'en tendre une à la prêtresse, gouttant le premier comme le voulait l'étiquette et la pratique. L’arôme savoureux du miel donnait au breuvage un goût fort plaisant, même s'il était rare d'en trouver dans les cours d'Europe en ces temps là.

Il prit le temps d'analyser un court instant la scène qui venait de se produire avant de répondre à la représentante d'Odin, le timbre de sa voix restait tout aussi imperturbable qu'il l'avait toujours été :

« En effet ma Dame, la soustraire au duc ne peut que lui être favorable. Pour ma part, je crois que tout les enfants font des rêves, le duc trouve sans doute simplement le moyen d’exploité sa nièce grâce au concours de quelques charlatans. Depuis le départ de l'enfant, les trois érudits dont parlait la petite ont été séquestré dans les quartiers du duc, mais je ferai en sorte de vous faire apporter les preuves de leur incompétence. Nous pourrons ainsi faire taire le duc et mettre fin à sa ridicule tentative. »

Dans le cas contraire Canute avait aussi d'autres moyens de mettre fin à cette affaire, falsification des documents, disparition de ses conseillers, le prince danois ne manquait pas de moyens de faire taire ce suédois à la langue bien pendue. Ses informateurs auraient très bientôt de nouveaux rapports à lui faire parvenir de tout Asgard. Il tardait au guerrier de Merak d'en finir avec ce complot de moindre envergure. Au final, le duc Fulkungar n'avait eu qu'un extraordinaire culot, pour osé remettre en question l'autorité de Katerinn. Il pouvait s'estimer heureux que la prêtresse d'Odin soit bien plus magnanime que son conseiller et protecteur. Buvant avec lenteur une nouvelle gorgée d'hydromel afin d'en savourer pleinement la saveur, il ajouta avec le même calme :

«Si vous me permettez cette réflexion, je penses que la présence de la jeune duchesse ne sera pas que simplement favorable pour sa propre sécurité. Ma pensée est que la compagnie de notre petite demoiselle de Fulkungar ne peut que vous êtres agréable ma Dame. »

Et sur bien des plans, non seulement la bonne naissance et l'éducation de la petite en faisait une compagnie idéale pour la prêtresse d'un point de vu strictement protocolaire, mais en plus il trouvait que la solitude rongeait bien trop Katerinn. Son statut particulier la plaçait au dessus du reste de la cour et personne n'osait réellement approcher ou discuter avec la représentante divine, par peur de ses dons ou d'attiré sur eux la colère des dieux. Et les comploteurs étaient les premiers à susurrer dans l'ombre alors qu'ils la fuyaient comme des rats. Trop peu de guerriers divins était présents au palais pour offrir une réelle compagnie à Katerinn, quand aux taches et responsabilités de Canutes, elles ne lui laissaient guère de temps libre, l'obligeant bien souvent à reporter des nuits de sommeil afin de lire les innombrables rapports de ses espions et déceler les traîtres au milieux des braves serviteurs d'Asgard. Il était bien loin du devoir de guerrier qui donnait son nom à son titre. Mais au moins son statut occulte et sacré l'entourait d'une aura que craignaient les félons. Il était intouchable pour le commun des nobliaux et des bourgeois qui parasitaient la cour, cela l'aidait à mettre bon ordre dans tout cet horrible fatras de misérables. Une tâche qui n'avait de cesses de l'occuper.


Revenir en haut Aller en bas
Sigrdrifa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 156

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
198/198  (198/198)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Ven 6 Sep - 21:20

Quand le guerrier divin eu tendu la coupe d’hydromel a Katerinn, celle-ci accepta dans un grand sourire avant de porter le verre dessous son nez pour sentir la douce odeur de miel. Ceci lui rappelait son enfance qu’elle avait passée dans un temple, bien qu’un enfant enfermé dans un lieu la plus grande partie de sa journée à genoux et à prier s’ennuierait, ce ne fut pas le cas de celle qui devint prêtresse par la suite. Son mentor avait été une femme douce et attentionnée qui lui avait tout offert. Le jour ou elle avait eu le droit de boire un verre d’hydromel la jeune fille avait été si heureuse qu’elle n’avait pas fait attention en buvant une grande gorgé. Le sourire avait vite fait place à une figure de dégout qu’y n’eut d’effet que de faire rire son mentor. Cette odeur rappelait donc son passé a Katerinn qui ne pouvait s’empêcher de sourire devant son verre.

Tout en buvant le breuvage sucré, la prêtresse écoutait les propos de Canute qui pensait que les rêves de la petite n’étaient autres que des rêves d’enfants. Des rêves que la jeune femme n’avait jamais connus, peut être pour cela qu’elle en était troublé mais elle voulait au moins en être sur, il fallait se montrer prudent avec toute cette histoire. Ce qu’elle ne comprenait pas, c’est que le Duc avait fait séquestrer les hommes qui prenaient note des rêves de la petite, cet homme était vraiment quelqu’un de malsain et garder la petite était vraiment la bonne chose à faire.

Cet Hydromel était vraiment exquis, bien meilleur que ce qu’elle avait eu la chance de boire il y a maintenant quelques années. Jusqu'à maintenant elle n’avait osée ouvrir la bouteille qui était dans ses appartements qui d’ailleurs était changée régulièrement pour qu’elle ait le meilleur. Aujourd’hui elle se rendait compte que tout le monde dans ce palais faisait attention à elle mais sans jamais vraiment le montrer. Ici elle était au dessus de tout le monde et même si ça avait été le cas dans le passée, Katerinn était au moins plus proche de son peuple que maintenant mais elle ne pouvait pas se permettre de quitter le palais et passer de maison en maison comme elle l’aurait fait avant pour garder un contact. D’ailleurs personne du peuple n’osait venir au palais pour y parler de ses soucis, pendre des nouvelles de la prêtresse ou venir passer du temps au plus proche d’Odin.

Oui, Canute avait raison la présence de la petite lui serait bénéfique car en ces lieux la seule personne qui ressemblait de près ou de loin a un ami pour elle était le guerrier divin qui venait la conseiller. Elle aurait aimé qu’il lui parler comme une simple personne et nom comme il le faisait avec la grande prêtresse mais il fallait croire que leur histoire de protocole passait avant toute chose. Le protocole… Katerinn n’y connaissait rien… Vouvoyer, tutoyer… Qui, quand, où ? Elle faisait de son mieux mais parfois cela lui paraissait étrange. De toute façon le monde de la cour était vraiment étrange aux yeux de la jeune femme. Regardant son verre, la prêtresse eut une pensée.


    « Canute, pourquoi fais-t-on cela ? Je sais bien que le bonheur du peuple passe par le malheur d’un autre mais je me sens coupable de toutes ces choses qu’il faut faire parfois. Vois tu avant je n’étais pas si importante, enfin si je l’étais, tout le monde me respectait et me vénérait parfois mais le peuple était proche de moi. J’allais les accueillir le matin dans le temple puis je partais leur dire au revoir le soir, ici tout est différent, on dirait que tout le monde a peur de moi ? Tu as peur de moi ? Je suis ton égal, nous sommes des Hommes toi et moi. Et puis toutes ces histoires de protocole… Je vois bien que tu aimerais que j’en apprenne plus auprès de la petite, et d’ailleurs il le faudra bien mais est-ce réellement utile… Dans ma vie j’ai vu tellement de choses, j’ai même combattu pour mon peuple, moi une prêtresse ! Mais il le fallait pour la survie de mon peuple, je suis sur qu’aujourd’hui si je prends les armes j’aurais une douzaine de garde autour de moi, cela ne m’intéresse pas ! »

arce que la jeune femme avait envie de se livrer ? Dans tout les cas son verre était désormais vide. Assise confortablement dans son fauteuil, la prêtresse regardait Canute avec attention, elle aurait aimé qu’il se déride un peu, qu’ils deviennent amis comme elle avait pu l’être par le passé avec le chef de la garde de son village. Mais ici, tout semblait trop different pour que cela arrive un jour, bah, au moins la jeune duchesse lui tiendrais compagnie. Après cela, la prêtresse se mis a l’aise dans son fauteuil, rêvassant a un moment de vrai libertée.
Revenir en haut Aller en bas
Canute


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 242

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Sam 7 Sep - 21:01



Canute écouta la jeune femme lui livrer le fond de sa pensée, Katerinn traversait une période de doute et la lassitude ainsi que la fatigue ne faisaient qu'élargir ce fossé qu'elle creusait elle même, pensant ne pas être à la hauteur de sa tache. Le prince lui prêta toute son attention, analysant avec circonspection chacune de ses paroles. Il sentait clairement le poids du fardeau sur les de la prêtresse, ainsi que cette solitude pesante. Mais elle n'était plus la gardienne d'un petit village, elle était à présent la garante des âmes du royaume d'Asgard, mais plus encore, garante de la sécurité du monde dans lequel ils vivaient, dans son intégralité. Canute se devait de rester égal à lui même, contrairement à ce qu'elle pensait, son statut la plaçait bien au dessus du commun des mortels, mais aussi au dessus des guerriers divins dont le but était de servir et de protéger les terres d'Odin.

«Ma Dame, permettez moi d'être tout à fait franc, vous oubliez que vous êtes ici la garante du pouvoir d'Odin, vos prières au Père de tous préservent le monde entier, il n'est là pas simplement question d'Asgard. Votre autorité découle de votre relation avec les dieux, cela vous place bien au delà de ce que de simple humains peuvent comprendre. Bien au delà même des guerriers qui ont pour mission de servir Asgard. S'il vous arrivait malheur et qu'un être inapte accédait à votre rang, cela signerait la perte du royaume, mais marquerait le début d'une ère de ténèbres pour le monde entier. »

Il marqua une courte pause, afin de laisser Katerinn peser chacune de ses paroles. Sa voix était rester calme et presque froide durant toute sa tirade. Il devait remettre les idées de la jeune femme en place, ce n'était pas par plaisir malsain de critiquer son supérieur, mais par devoir. Il était prêt à accepter les conséquences qu'auraient la dureté de ses mots. Il continua donc sa tirade :

«Vous devez êtres respecter de la cour, les nobles peuvent accepter la volonté divine, mais s'ils ne sentent pas l'autorité se dégagé de leur meneur, l'envi et l'avidité prend vite le pas sur la loyauté. Vous avez fait preuve de trop de laxisme, la prise de confiance du duc en découle directement. Vous êtes la représentante d'Odin, vous êtes garante de son autorité sur ses terres alors que sa volonté est entièrement tournée vers les glaces des pôles. Le peuple d'Asgard doit rester soudé derrière votre bannière, peu importe le prix à payer. »

La prêtresse était une reine au sein du royaume d'Asgard, elle devait se décidé à agir en tant que tel, si elle ne s'en sentait pas capable, alors elle pouvait prier le Père de tous de lui trouver une remplaçante. Car ses responsabilités étaient trop importantes pour la moindre négligence. Canute devait la laisser méditer et prendre du repos, il avait encore beaucoup à faire avant de pouvoir lui même s'accorder une minute de sommeil. Il se leva et dit avec calme :

«Si vous me le permettez je vais vous laisser prendre tout le repos dont vous avez besoin afin de préparer la journée de demain. La cour attend votre présence et de nombreux pétitionnaires ont besoin de votre jugement sur diverses affaires. Je sais que pour vous les jeux des courtisans et des aristocrates qui forment la cour vous sont étranger et sans doute absurdes, mais il est aussi de votre responsabilité de faire en sorte que ces gens ne dirigent pas le royaume à votre place. Je ne peux que vous garantir mon inconditionnel soutient et ma indéfectible loyauté.»

Il quitta ensuite les appartements de la prêtresse qu'il reverrait le lendemain à la cour, il ne pouvait se permettre de la laisser se faire des idées sur la nature de son rôle. Elle devait affermir sa volonté ainsi que sa résolution, pour le bien du royaume tout entier. Même s'il aurait aimer pouvoir être plus pour elle, il était un protecteur fidèle et servile, c'était là tout ce qu'il pouvait être, il ne pouvait rien espéré de mieux, tout cela n'était que chimères et folies. On rang ne le lui permettait pas, son devoir moins encore, il était un guerrier divin, sa mission était d'une nature totalement différente. Il arriva à ses appartements, remplit méthodiquement les documents qui donneraient à ses agents la mission de transféré en Asgard au plus vite les documents des fameux érudits eu duc. Et s'ils le pouvaient, extirper des aveux d'un de ces charlatans. Si le duc redevenait une menace, il lui faudrait sévir d'une autre manière, quoi qu'en pense Katerinn, la crainte était une arme des plus efficace pour calmer les hardeur d'un vassal beaucoup trop ambitieux. Cette nuit encore, Canute de Merak ne dormirait pas, continuant sa mission dans les ombres du palais d'Asgard.

Revenir en haut Aller en bas
Sigrdrifa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 156

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
198/198  (198/198)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Lun 9 Sep - 21:32

Encore une fois Canute avait raison et Katerinn le savait. Aujourd’hui elle était au dessus de tout le monde, ou presque, il ne pouvait plus y avoir de vraies relations comme elle avait pu en avoir par le passé. C’était à elle de montrer la route au peuple d’Asgard et de rester forte lorsqu’il y avait des coups durs pour le pays. Odin lui avait fait le plus grand cadeau qu’était la vie, c’était désormais a elle, devenue prêtresse, de faire gloire au Dieu qui avait eu confiance en elle. Il fallait maintenant se faire respecter, tant pis pour les erreurs il fallait les oublier et repartir sur de bonnes bases, se lamentait ne servait a rien.

Katerinn écoutait attentivement les paroles du guerrier divin qui était devenue son conseiller. Même si parfois elle ne voulait y croire, ses paroles étaient d’or et c’était à elle de faire en sorte que tout se passe pour le mieux grâce a ce qu’il lui avait appris. Et pour cela, la prêtresse avait jusqu’au lendemain lorsqu’elle recevrait les pétitionnaires. Une longue journée l’attendais mais elle montrerait a Canute qu’elle avait les épaules pour rester sur le trône, après tout, elle avait bien été sur le champ de bataille combattre au nom de son peuple, ici c’était différent mais le combat restait le même : la survie du peuple.

Lorsque Canute se retira, la jeune femme lui fit un léger signe de la main pour lui dire au revoir. Il faut dire qu’elle n’avait pas vraiment prêtée attention au départ du guerrier, elle était dans ses pensées, le regard fixé sur son verre désormais vide. Elle serait forte… Forte comme elle l’avait été sur le champ de bataille, maintenant son épée n’était pas d’acier mais composée de mots. Avec elle, elle rétablirait la vérité et la paix dans son nouveau peuple. Après cet instant de reflexion, la jeune femme se mis à bailler, il était temps de se reposer la journée de demain risquait d’être très longue. C’est donc déterminée que Katerinn pris la direction de son lit.

Le lendemain, la salle du trône était déjà bien rempli, les gens attendaient, pressé de rencontrer la prêtresse pour lui demander son aide. Katerinn entra dans la salle, non pas habillé de son armure comme la veille mais d’une belle robe blanche qui dessinait parfaitement ses forces au niveau du buste avant de tomber généreusement jusqu'à ses pieds. Ses yeux bleu entouré de tant de pâleur avaient l’air plus perçant que d’habitude, jusqu'à donner l’impression que la jeune femme aurait pu lire dans votre âme avant même de vous parler. Dans une démarche bien droite et déterminée elle se dirigea vers le trône pour s’y assoir. Le dos bien droit, les mains reposant sur les accoudoirs, elle était maintenant prête à écouter les doléances de chacun. Avec un regard sur le coté elle pu voir que la jeune Ingrid était là, la prêtresse prendrais attention a ses réactions et a sa façon d’être, après tout elle était la pour que la jeune femme se fasse a la cours. Puis regardant les gens attendre.

    « Que la séance commence. »
Revenir en haut Aller en bas
Canute


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 242

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Jeu 12 Sep - 11:23



Canute avait fait tout les préparatif afin que cette journée se passe sans encombre, plaçant des hommes dans le moindre recoin. Sa nuit avait été courte, entre la lecture de rapport, l'étude de nouvelles informations et l'envoi de missive afin de transmettre ses nouveaux ordres à ses agents, le guerrier divin n'avait pu se permettre que quelques heures de sommeils avant de devoir quitter ses appartements à la levée du jour. Il était le premier à entrer dans la salle d’audience, à l'exception des gardes en factions. Il avait fait préparé la salle, ajoutant un siège afin que la petite duchesse puisse assister à la séance au plus prêt de la prêtresse d'Odin. Lui même se tiendrait à la droite de Katerinn, toujours à sa disposition si elle avait besoin de son avis ou de son conseil, et toujours prêt à intervenir en tant que guerrier divin de Beta si le besoin s'en faisait sentir. Sa présence refrénait les hardeur de nombreux opportunistes, il le savait bien et profitait des craintes qu'il inspirait aux conspirateurs notoires. Il avait plus de ressources que n'importe quel félon caché au sein des murs du palais, en plus de son statut de guerrier d'Odin, son rang de prince du Danemark et son vaste réseau d'informateurs et d'agents présents sur tout le continents ainsi que dans les colonies lui permettait d'être au courant de tout et  d'être capable d'agir n'importe où. Certain de ses ennemis le voyaient comme une araignée au milieux d'une toile gigantesque et tous dansaient sur ses fils sans qu'aucun puisse espérer s'en tirer en cas de faux pas. La méfiance avait toujours été l'une de ses meilleurs armes, et nul ne pouvait s'y soustraire, nobles ou roturiers le prince au regard de glace ne faisait aucune différence en ce qui concernait la protection de la représentante d'Odin.

Peu à peu, des visiteurs commencèrent à affluer, les gardes dans un premier temps virent relever leurs camarades et renforcer la sécurité des lieux avant l'arriver des la plèbe. Les nobliaux et bourgeois qui résidaient à proximité du palais était toujours les premiers sur place, accompagnés chacun par leurs petites escortes ostentatoires aussi bien qu'obsolètes. S'en suivait les gens du peuples qui venaient se presser derrière un cordon de gardes barrant l'accès à la salle du trône. L'afflux des pétitionnaires était parfaitement réguler par les hommes que Canute avait mit en faction, de plus, ses propres agents placés au sein des petits groupes d'aristocrates ne manqueraient pas une miette de ce qui pourrait se tramer et comme tout les soir, Canute recevrait leurs rapports sur les moindres fais et gestes de chacun des convives.

La petite Ingrid arriva peu de temps avant le début de la séance, accompagnée d'une servante ainsi que de sa gouvernante qui restèrent à une distance respectable parmi les visiteurs les plus aisés, tendit que la petite duchesse venait prendre place sur le siège qui lui avait été réserver en compagnie du guerrier divin. Ce dernier restait debout, il n'était pas là pour se prélasser et se montrer aux aguets passait un bon messages aux visiteurs. La petite fille salua respectueusement le prince qui lui rendit sa révérence, elle était décidément un modèle en matière d'éducation ce qui n'était pas pour déplaire à Canute. Ce fut peu de temps après son arrivée qu'on annonça la grande prêtresse. Katerinn fit son arrivée dans la salle, portant une sobre mais très élégante robe blanche seyant  parfaitement à son rang.  La jeune femme vint jusqu'au trône où la petite Ingrid ainsi que Canute la saluèrent d'une profonde révérence comme le reste de la cour. Lorsqu'elle prit place avec dignité et annonça le début de la séance de pétitions, la journée pouvait commencée.

La première personne qui vint se présenter devant la prêtresse fut une femme issu d'une maison noble d'Asgard. La jeune femme que Canute jugea facilement d'une vingtaine d'années, faisait partit d'une maison ancienne et même si elle était aujourd'hui moins glorieuse et riche que jadis, elle n'est restait pas moins importante dans le respect des traditions du royaume. Sa requête n'était simple car elle venait de perdre son père dont elle portait toujours le deuil, son frère aîné et héritier direct des titres et domaines avait quitter le pays depuis plus de dix ans sans jamais donner de nouvelles, quand à son plus jeune frère, il avait été déshérité par leur père peu de temps avant sa mort suite à ses nombreux écarts de conduite. La jeune femme était à présent la dernière représentante de son sang portant le nom prestigieux de ses aïeuls. Elle venait humblement demander à la régente d'Asgard de lui prodiguer sa sagesse afin que le nom de sa maison ne disparaisse pas. C'était là un sujet épineux, car si la jouvencelle ne se mariait pas le domaine resterait sans seigneur et finirait par péricliter. Mais si elle prenait un époux, aucune autre maison noble n'accepterait sciemment qu'un homme de haute naissance abandonne son nom au bénéfice de celui de son épouse. Quand à un mariage avec un roturier, quant bien même bourgeois cela n'était pas digne et risquait de mettre à mal l'ego d'une femme de noble et ancien lignage. Canute analysait en silence les options à disposition de la prêtresse, prêt à lui fournir assistance si elle en sentait le besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Sigrdrifa


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 156

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
198/198  (198/198)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   Ven 13 Sep - 21:59

La séance venait de commençait… Et elle commençait bien ! Katerinn n’avait eu à faire a ce genre de cas et bien qu’elle comprenne les revendications de la jeune femme, elle ne savait pas comment il fallait s’y prendre ici. Toutes ces histoires de noblesse la jeune femme n’y connaissait rien, ayant vécu dans un monde où la seule personne qui pouvait se considérer au dessus du peuple était élue par Odin en lui conférant la voyance. D’ailleurs pourquoi fallait-il que ce soit les hommes qui donnent leur nom aux enfants, après tout c’était la femme qui portait les enfants.

La prêtresse ne savait que répondre et essayait de trouver une solution au casse tête qui se trouvait face à elle. Elle aurait voulu contenter tout le monde, peut être que cela n’était pas possible pour cette fois-ci mais dans tout les cas elle ferait son maximum. C’était maintenant à elle de faire voir ce qu’elle valait auprès de son peuple et de montrer qu’elle n’était pas qu’une image de proue mais bien une régente. Dans un léger mouvement de tête, la jeune femme chercha le regard de Canute avant de lui envoyer ses quelques pensées.

    *Qu’en penses-tu ? N’y a-t-il pas un moyen de lui faire garder son nom sans pour autant choquer le monde ? J’ai beau me creuser la tête je n’y  vois rien, ici le mariage d’amour ne veut rien dire. A moins qu’une famille accepte que le nom de la demoiselle réside contre quelques bien de celle-ci je ne vois pas vraiment comment faire.*

Encore une fois la prêtresse faisait appelle a Canute mais il fallait dire que celui-ci connaissait bien mieux la cour et ses coutumes. Mais cette famille n’avait pas le droit de connaitre l’oublie, aucune famille ne méritait d’être oubliée et ce nom était tout ce qu’il restait à la jeune femme face a Katerinn. Pour certain il s’agissait d’une suite de lettre mais un nom de famille était plus que ça, il s’agissait d’un symbole, de racine. Cette famille était enraciner en Asgard, elle faisait partie de l’histoire de ce peuple et aujourd’hui la prêtresse avait la possibilité d’effacer un morceau d’histoire.

    « Damoiselle, bien que comprenant tout a fait votre requête je vous demanderais de patienter quelque peu le temps que nous trouvions une solution correcte a cette fâcheuse situation. Mais sachez que je ne peux permettre de laisser l’oublie emporter vos racines. »

Désormais il lui faudrait une vrai solution pour cette personne car elle avait donné personne et elle ésperait que Canute l’aiderait très vite à trouver la meilleure des solutions. Katerinn ésperait tout autant que le guerrier ne lui en veuille pas pour avoir tenu de tel propos alors qu’elle n’était sur de rien. Mais cela était fait et il faudrait faire avec !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))   

Revenir en haut Aller en bas
 

[BG 1749] Les ombres d'Asgard (Canute & Katerinn (Sigr))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-