RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Mer 4 Sep - 13:20

→ Queen & King


L'optimisme ou le fait de percevoir le positif d'une situation quelle qu'elle soit, n'était-il pas la plus malhonnête des hypocrisies? Pour l'heure, au Sanctuaire ou à Rodorio, qu'ils soient civils, Chevaliers ou encore servants et servantes, ils devaient être bien nombreux à le penser... C'était notamment le cas d'un homme en particulier. Tapis dans l'ombre d'une sombre ruelle de Rodorio, dans une rue adjacente non loin de la place où s'étaient ameutés Chevaliers de tout rang et de tout horizons, un individu bien particulier se tenait à l'écart du cortège. Dans la pénombre, l'on distinguait à peine sa silhouette, si bien que même si l'on avait conscience qu'il se trouvait là, le percevoir relevait du véritable exploit tant sa présence se faisait ténue...

Cette désagréable faculté qu'il avait, du moins pour une personne non avertie, avait de quoi vous donner des sueurs froides... Pourtant, pour peu que vous l'ayez déjà aperçu de plus près, son physique contrastait étonnamment avec son fascinant don pour se volatiliser ou celui de jongler avec le paranormal. Ses cheveux longs d'un noir ébène aussi noir que le Styx, sa barbe nourrie, ses yeux marrons au reflet rougeâtre en fonction de la luminosité, sa peau mâte, ses innombrables cicatrices et sa dégaine tribale, limite animale, avaient de quoi laisser songeur... Néanmoins, plus que la peur primaire qui pouvait vous gagner face à la sensation d'un ennemi invisible, tomber nez-à-nez avec lui et se rendre compte de son apparence ne parvenait cependant pas à rassurer quiconque.

Le plus souvent entouré par des feux-follets, jouissant d'un effet de surprise indéniable, les apparitions surprises de ce guerrier amérindien à demi-fantomatique et à la présence spectrale, avaient fait renaître un vieux mythe à son arrivée en Grèce. Des rumeurs avaient commencé à naître, des rumeurs disant qu'une âme damnée ayant échappé au châtiment éternel insufflé au sein du Tartare, se serait évadée des enfers et aurait gagné le monde des vivants afin d'y errer et semer le trouble chez ses occupants... Ainsi rejaillit du passé la légende des Eidolons, ces esprits errants et maléfiques, ce qui lui donna l'idée d'en faire son nom.

Eidolon néanmoins et à l'heure actuelle, ne ressassait aucunement le passé, ni ne vantait ses mérites et son goût pour la mise en scène, non! Ce dernier tapis dans l'ombre faisait froid dans le dos... Son regard était vide, son visage glacial et étonnamment dénué d'émotions, alors qu'à l'accoutumé, ce dernier était si souriant qu'il en devenait agaçant. Il était si calme qu'on aurait pu le croire inanimé, voire mort même... Seules les bandelettes ensanglantées recouvrant ses poings, trahissaient la rage momentanée et au combien violente qui avait eu raison de lui.

Sa peine était palpable certes, mais il n'y avait aucun signe de larmes sur son visage. Après tout, il ne la connaissait pas personnellement, il avait seulement lamentablement échoué dans sa mission... La Déesse Athéna était morte et avec elle, sa promesse de toujours la protéger, quitte à y laisser sa propre vie... Mais s'il ne la connaissait pas, alors comment pouvait-il mettre en jeu sa vie pour elle?! C'était à n'y rien comprendre... Du moins pour quelqu'un d'extérieur au Sanctuaire, ou plus largement, à la Chevalerie. Il fallait être un Saint pour comprendre ce lien au combien important qui reliait la Déesse à ses guerriers. Dans n'importe quel camp, si des êtres humains se transcendaient, dépassant la simple condition humaine pour protéger les idéaux de leur supérieur divin, c'était bien entendu parce qu'il y avait une bonne raison à cela.

Dans le cas d'Eidolon c'était tellement simple à comprendre, que cela pouvait paraître ridicule, mais c'est en cela que résidait la force de ce lien. L'amérindien, aussi loin qu'il s'en souvienne, avait toujours été traité en paria et ce dès son plus jeune âge... Plus que ses capacités à interagir avec le paranormal, c'était surtout son métissage qui avait été à l'origine de tout ceci. Né d'une union entre un européen et une indienne, quand on sait les querelles intestines auxquelles les deux camps se livraient, cela fut très mal perçu par ses semblables. Sa seule présence avait fait naître le dégoût chez les siens au fur et à mesure des années, tant en grandissant il avait pris les traits de son paternel... Exilé par sa tribu, il ne trouva cependant pas plus de réconfort auprès des gens de la ville. Il avait beau leur ressembler trait pour trait, sa couleur de peau finissait toujours par trahir ses infâmes origines indiennes...  Rejeté par les vivants, sa place ne se trouvait pas non plus aux côtés des morts et ce malgré ses prédispositions dans ce domaine... Quelle était sa place en ce bas monde au juste? Il vécut longtemps en espérant parvenir à trouver une réponse à cette interrogation. Puis un beau jour, sa réponse vint enfin!

La Déesse Athéna lui apparut dans une vision, elle l'invita à se rendre au Sanctuaire. En lui offrant cette chance, elle lui donna sans le savoir, tout ce qui lui avait fait défaut jusqu'à présent, à commencer par des camarades, une famille où il serait enfin accepté pour ce qu'il était réellement. Elle lui donna même un très noble but à accomplir dans cette sordide et misérable existence qui avait été la sienne jusqu'alors: se servir de ses pouvoirs qui l'avaient fait en partie exclure par le passé et qui serviraient désormais à préserver la paix et l'équilibre sur Terre. Eidolon nageait en plein bonheur, mais il avait été naïf de croire que tout ceci durerait pour l'éternité!

Tout ceci n'était pas un jeu et il venait de le comprendre seulement récemment. Des dessins divins étaient à l'oeuvre et les Saints se devaient de s'impliquer corps et âme à la protection de l'Humanité quand bien même les forces en présence les dépassaient à eux qui n'étaient que des pauvres mortels si faibles et éphémères. Le seul schéma qui se perpétuerait à jamais au fil des âges et comme cela avait été le cas par le passé, c'était celui de ces querelles incessantes entre Dieux et Déesses qui les verraient s’entre-tuer et avec eux leurs Chevaliers. La mort était donc bien au bout du chemin et ils seraient très peu à s'en sortir vivants... Mais plus que la mort qui les guettait à tous inéluctablement, Eidolon ne parvenait pas  à accepter le fait d'avoir été aussi insignifiant au moment de défendre sa Déesse...

À choisir, il aurait préféré donné sa vie à la place de la Déesse. Certes, Athéna ne resterait pas morte bien longtemps, quelques années tout au plus dans ce cycle de réincarnation infernal. Mais ce dernier aurait été heureux et satisfait d'avoir donné sa vie pour une cause noble et juste, cause qu'incarnait dans toute sa splendeur la Déesse Athéna. Lui qui n'avait jusqu'à ce jour, mené qu'une pauvre et misérable existence, aurait été heureux de mourir en brave, pour la bonne cause, mais aussi pour revaloriser une vie jusqu'alors insignifiante... Pour l'heure Eidolon était encore très loin d'avoir fait son deuil, mais ses pensées furent bien vite accaparées par autre chose. Soudain, il ressentit une présence...

Celle-ci était tellement feutrée et ténue qu'il s'estima chanceux de l'avoir repérée. De plus, cela n'était pas sans lui rappeler sa propre manière de faire... Est-ce que par hasard un autre Eidolon se trouverait au Sanctuaire? C'était la question qui vint semer la zizanie dans l'esprit de l'amérindien. Véritable esprit errant ou simple personne, ce dernier voulait en avoir le coeur net!
    « Qui que tu sois, montre-toi! À ce petit jeu, tu ne saurais me berner... » Dit-il froidement en se redressant sur ses jambes.
Cette personne quelle qu'elle soit, n'était pas une novice et cela il pouvait l'affirmer. Perdu dans ses pensées comme il l'était encore quelques secondes auparavant en pensant au trépas de la Déesse Athéna, ce dernier avait tellement relâché sa vigilance qu'il avait été très facile pour cet autre individu de se rapprocher aussi près sans se faire repérer. Depuis combien de temps l'observait-on? Il n'aurait su le dire... Une pensée lui traversa alors l'esprit... Peut-être que cet individu avait volontairement révélé sa présence à Eidolon et dans ce cas, cette personne était encore plus douée que prévu. Quoi qu'il en soit, Eidolon était sa cible et il souhaitait savoir dès à présent de quoi il retournait pour qu'on vienne l'importuner en pareille situation! Le silence qui régnait depuis quelques secondes suite au propos de l'Apprenti prit fin, des bruits de pas commencèrent à se faire entendre et se firent de plus en plus persistants...
    « Qui es-tu? » Demanda-t-il, percevant seulement une silhouette pour l'heure.

Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Sam 7 Sep - 0:26


~> Queen and king

La silhouette de la Sainte se découpait à travers les rues de Rodorio. Ce village dont elle avait contemplé tant de fois la vue lorsqu'elle se trouvait chez Shion, n'était à présent qu'un tas de ruines encore fumantes et calcinantes par endroits. Les iris d'un bleu azuré de la Louve erraient ici et là. Par moment, elle échangeait quelques mots réconfortants à l'égard des survivants, observant les gardes du Sanctuaire opérer à l'évacuation des lieux afin de mettre la population en sûreté.

C'est ce qu'elles auraient voulu. Oui elle était certaine que cela aurait été le voeu de sa déesse tout comme celui de son amie. Un instant, la Louve se laissa glisser contre ce qui fut autrefois un mur. La tête s'inclina, et les cheveux d'ébène vinrent à masquer partiellement son visage aux traits fins et délicats. Une main se porta sur le faciès d'albâtre tandis que des larmes silencieuses ruisselaient le long de ses joues.

Pourquoi avait-elle était incapable de la protéger? Etait-elle si faible que ça? N'avait-elle pas failli à sa tâche de Saint? Elle n'avait même pas été capable protéger son amie. Comment pouvait-elle se targuer de protéger une divinité? N'était-elle bonne qu'à protéger son frère et Corell? En y réfléchissant tous les actes qu'elle avait mené jusque là, n'avaient-ils pas été fait dans le seul et unique but de marcher dans l'ombre du Lion? Payait-elle pour cette part d'égoïsme?

Elle était devenue chevalier pour le retrouver, l'avait sauvé des Ténèbres qui l'avait corrompu, et lorsqu'il avait fallu partir à sa recherche, la Louve y avait sacrifié six années de sa vie. Mais lui, qu'avait-il fait au juste pour elle? Ne l'avait-il pas abandonné lorsqu'il avait obtenu son armure d'or? Etait-il seulement venu une seule fois à son secours? A cette question, les doigts de la Louve vinrent à effleurer la cicatrice qui ornait son cou. Lointain souvenir d'un combat sans merci face à son jumeau qui l'avait alors, jadis, laissée pour morte.

Apparut à ses côtés celui qui avait toujours été là pour elle, et ce depuis toujours. Petite, bien qu'incapable de le percevoir, il avait était là pour la protéger. Tout comme il était survenu pour la sauver du massacre commis par les Indiens lors de son voyage au Nouveau Monde. Et depuis qu'elle avait découvert son existence en s'ouvrant à sa véritable Nature, ils ne se quittaient plus.

Oui c'était bel et bien la présence de Shadow qui réconforta la demoiselle, laquelle passa ses bras autour de son cou. Pour le commun des mortels, le loup n'existait pas. Aussi en cet instant, pour toute personne ne disposant pas du cosmos, l'animal, était invisible. Seuls les Elus des Dieux étaient capables de le voir ou de percevoir sa présence pour les plus faibles d'entre eux.

* Elles n'auraient pas apprécié de te voir ainsi tu sais? Tu te dois de respecter leur volonté et te relever. Tu n'as nul reproche à te faire car tu as fais ce que tu pouvais pour la protéger. Elles n'auraient pas voulu que tu penses cela de toi. Tu n'es pas faible Liana car tu as accomplis bien des choses. A présent lève toi et va à sa rencontre.*

*Merci.*

Elle caressa avec une affection on ne peut plus sincère la fourrure de son comparse avant de se redresser. Shadow avait raison, elle devait le retrouver. Aussi, pour ce faire, chercha-t-elle à localiser son cosmos. Lorsque se fut chose faite, elle s’immisça dans le dédale de ruines, restant dans l'ombre de ces dernières.

C'est alors qu'elle le vit, qui se tenait là, prostré. Une foule de sentiments passait dans son regard de teinte écarlate. Tristesse et désespoir. Colère et rage. Le regard azuré glissa sur les mains ensanglantées, et c'est alors qu'il perçu sa présence. Le moins que l'on puisse dire, et qu'il n'avait pas du tout l'air commode.  L'invitation à se présenter n'avait rien d'amicale. Mais n'était-elle pas bien placer pour comprendre ce qu'il ressentait?

"- Ne sais-tu pas reconnaître tes alliés lorsque tu les croises? Ici c'est moi qui mors alors range tes crocs."

Lentement, la Louve du Sanctuaire sortie du couvert des ombres pour se révéler à la vue de celui qui l'avait tant intrigué lorsqu'elle l'avait aperçu pour la première fois un peu plus tôt. Elle le détailla de haut en bas, croisant légèrement les bras en affichant un air dépité, en désignant d'un signe de la tête des poings recouverts de bandelettes ensanglantées.

"- Penses-tu vraiment que c'est en agissant de la sorte que ça la ramènera?"

Poussant un petit soupir, elle secoua la tête, visiblement navrée, avant de s'accroupir face à lui, imitée par Shadow qui viendra s'asseoir à ses côtés. Sans aucune autre forme de procès, ni même lui  demander son avis, elle vint prendre possession des mains blessées, retirant les bandages avec une extrême délicatesse pour observer les dégâts occasionnés.

"- Idiot. Chaque Saint sait que même si elle n'est plus là, elle compte sur nous, car c'est notre tâche à tous de perpétrer son œuvre. Tu sais, je l'ai assez connu pour te dire qu'elle n'aurait pas apprécié ce geste."

S'assurant que les mains n'ont aucun dommage sérieux, c'est en douceur qu'elle reviendra panser ces dernières.

"- Il ne me semble pas que nous nous connaissions. Je suis Liana. Chevalier de Bronze du Loup. Et tu es?"



Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Sam 7 Sep - 16:14

Le silence qui régnait depuis quelques secondes, bien trop longues au goût de l'Apprenti Saint, prit fin seulement quelques instants après qu'Eidolon d'un ton rageur, ait prié la personne qui l'observait, de se dévoiler au grand jour, dans la mesure du possible tant la luminosité était faible dans ce dédale de gravas qui jadis fut un quartier plaisant du village de Rodorio. La présence qui planait depuis peu en ces lieux se matérialisa enfin sous les traits d'une femme et non des moindres: Liana, Chevalier de Bronze du Loup.

La surprise fut de mise, car jamais Eidolon n'aurait imaginé se retrouver face à une femme dans pareille situation, qui plus est une femme de sa trempe. Pour être franc, c'était la première femme Chevalier qu'il croisait au Sanctuaire depuis son arrivée... De là à imaginer qu'il croiserait la route de la célèbre Quaesitor d'Athéna, il n'y avait qu'un pas! Néanmoins, la surprise là encore, fut de courte durée, tant Eidolon était chagriné, ses pensées étant accaparées par bien autre chose.

Visiblement, celle-ci n'apprécia pas le ton que d'employa l'Apprenti pour s'adresser à elle, si bien qu'elle lui répondit à son tour de la manière la plus sèche qui soit. Elle lui reprocha de ne pas faire la distinction entre alliés et ennemis alors que sa perception du cosmos était censé l'y aider... Cependant, troublé comme il l'était, Eidolon n'y avait guère fait attention, tout simplement. Le masque qu'elle arborait, la bestialité qui se dégageait de son allure, de sa posture, du moindre de ses mouvements, ainsi que la force qui se dégageait à chacun de ses mots, aurait pu et dû intimider le simple Apprenti qu'Eidolon était, mais il n'en fut rien. Il ne répondit pas suite aux reproches que Liana venait de lui faire, car il savait malgré tout que cette dernière avait raison et que baisser sa garde la sorte, était une erreur des plus stupides. Ce n'est cependant pas pour autant qu'il changea subitement d'attitude, non! À vrai dire, sa venue n'y changeait rien, il était toujours aussi en colère. L'accueil de cette illustre guerrière fut donc des plus glacial...

Sa colère ne fut que plus grande, lorsqu'elle celle-ci ayant constaté l'état de ses poignets, se mit à lui faire la morale... Ces paroles lui firent mal, car bien que Liana ne lui ait dit qu'une terrible évidence, Eidolon avait l'impression qu'elle le traitait comme un gosse, celle-ci ne semblant pas l'apprécier à sa juste valeur... Mais une fois encore il ne dit rien. Il se contenta de l'observer et vit avec quelle application, cette dernière se mit à scruter l'état de ses blessures. Eidolon bien que curieux à l'accoutumé, ne prêta guère attention à ce loup des plus particuliers, qui vint s'allonger près de Liana, car le coeur n'y était vraiment pas en ce jour de deuil... C'est alors que cette dernière renchérit, reprenant une nouvelle fois la parole, prononçant toutefois et pour la première fois, des propos qui allaient avoir l'effet escompté.

Les Chevaliers de tout temps, s'étaient toujours battus au nom des idéaux de leurs dieux. Plus que pour leurs dieux eux-mêmes, ils se battaient avant tout pour réaliser leurs pensées, mettre en oeuvre leur volonté. Ainsi, même morte, les idéaux et les travaux entrepris par la déesse Athéna demeuraient et c'était aux Chevaliers survivants de les mener à bien. Les Saints, malgré la mort de la Déesse, n'étaient pas devenus un Ordre de Chevalerie obsolète, car tant que ces derniers n'auront pas renoncé à se battre pour maintenir la paix et la justice en ce monde, ils commémoreront la pensée d'Athéna et celle-ci vivra à jamais à l'intérieur de chacun d'entre eux. Ces propos lui rappelèrent ce qu'un demi-dieu rencontré sous peu, Phlégias, avait dit à l'assemblée de Saints réunis:
    * ...  N'oubliez pas la Déesse que vous représentez, chevalier et les idéaux qu'elle défend. Elle revivra. Toujours. *
    * Ils ont raison... * Ne put-il s'empêcher de penser avant d'esquisser un sourire, qu'il perdit bien vite néanmoins.
    « Tes paroles se veulent rassurantes Liana et je t'en remercie. » Commença-t-il avant poursuivre « Même si je sais déjà tout ça, se les remémorer dans de pareils moments n'est pas chose aisée... Même s'il m'en coûte de te l'avouer, cela fait du bien de les entendre de temps à autre. Dit-il esquissant un nouveau sourire avant de reprendre le plus sérieusement du monde « La Déesse est morte et ne va pas te méprendre, rien ne saurait m'attrister davantage. Cependant, la rage qui me consume est elle, la résultante du regard que je porte à ma médiocre personne.
Il lui en coûtait d'en dire autant, ça personne n'aurait pu le nier, quand on sait qu'Eidolon était loin de maîtriser les relations humaines sur le bout des doigts. Son caractère sauvage, austère et solitaire l'avait toujours emporté jusqu'à présent. Cependant, face à Liana qu'il ne connaissait que très peu, il faut l'avouer, voire pas du tout, il se sentait différent, comme s'il était un autre homme qu'à l'accoutumé. Aussi, le fait de se livrer à de telles confessions ne le gênait ni ne l'entravait plus que ça.
    « On vante mes mérites, mon talent, on me prédit un brillant avenir au sein de la Chevalerie et pourtant au moment de réaliser quelque chose de concret, me voilà en retrait, spectateur, incapable de faire quoi que ce soit pour défendre ce que je me suis juré de défendre. Exactement comme par le passé... » Là en revanche, il n'en dirait pas plus sur le sujet, mais pour clôturer son monologue, il se contenta de dire «En vérité, je maudis cette force qui est la mienne et qui pourtant ne me permet pas d'aider mon prochain. Je maudis cette misérable et véritable forme d'impuissance... »
Après s'être ainsi confié à une quasi-inconnue, Eidolon se sentit un peu mal à l'aise, voire même un peu ridicule. Mais après tout et derrière ses airs ronchon, il était quelqu'un de fondamentalement bon et gentil. À cette pensée, il se caressa l'arrière du crâne et ne put s'empêcher de sourire comme il en avait l'habitude, avec toutefois un peu de gêne il faut l'avouer. Eidolon, suite à tout cela, se souvint enfin que la guerrière venait de se présenter et lui avait demandé son nom. C'est maladroitement, en bon rustre qu'il était, qu'il entreprit donc de lui répondre.
    « Je te connais, après tout tu es pas mal célèbre par ici et tes exploits viennent même résonner aux oreilles de simples apprentis tel que moi. Je me nomme Eidolon. »
Même s'il lui avait confié pas mal de choses, ce dernier n'était pas prêt à lui révéler son véritable nom que personne à part lui, ne connaissait au Sanctuaire. Parmi les croyances de sa tribu amérindienne natale, les anciens avaient coutume de dire que les mots avaient un pouvoir... Le véritable nom des gens en particulier étaient emplis de magie! Une personne avec de mauvaises intentions et connaissant votre véritable nom pouvait par exemple être source de préjudices innombrables... Même si Liana donnait l'impression d'être une personne de confiance, mieux valait en dire le moins possible! Retrouvant peu à peu ses esprits, Eidolon cette fois-ci, accorda reporta toute son attention sur l'ami à poils longs et à quatre pattes qui accompagnait la Bronze et il lui fit savoir:
    « Joli animal que tu as là, il fait plus vrai que nature... Tu m'expliques? » Dit-il, démontrant qu'il avait saisi le subterfuge.
Liana pouvait lui reprocher d'avoir été aussi peu professionnel qu'un débutant pour ne pas avoir prêté attention à son cosmos lors de son arrivée, en revanche, question esprit, Eidolon n'était pas dupe! Il en connaissait un wagon et c'était même, pour ainsi dire, sa matière de prédilection! Autant dire que cet esprit revêtant la forme d'un véritable loup, ne pouvait que lui sauter aux yeux... Liana était loin d'avoir tout dit, tout révélée sur elle et c'est justement ce mystère ambiant sur sa personne et la curiosité naturelle de l'amérindien et Apprenti Saint qui lui donnait envie d'en connaitre davantage sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Dim 8 Sep - 19:44

La Louve se tenait là, prêtant une oreille attentive aux dires de l'Apprenti. Certes son entrée en matière avait été quelque peu rude, mais elle avait voulu être percutante afin de faire réagir le jeune homme et de le sortir de ses sombres pensées. Et visiblement, cela fonctionnait car la langue de ce dernier fut déliée et il se mit à lui faire part de ses doutes et ses craintes.

Comment pouvait-elle parvenir à apaiser ceux-ci, alors que quelques minutes plus tôt elle doutait d'elle-même. A ses paroles, son regard se fit plus lointain, et devant ses yeux défilait inlassablement le film de la mort de la divinité tutélaire. Elle se tenait alors si proche d'elle. Elle revoyait cette main tendue vers elle, tel un appel à l'aide, qu'elle n'était parvenue à saisir. Et ce mot. Ce seul et unique mot sonnant la fin de tout, qui lui martelait constamment l'esprit. "Adieu" avait-elle dit. Elle s'était alors sentie si impuissante, si inutile.

A ce souvenir, les doigts de la louve se crispèrent sur ses cuisses, mais elle restait néanmoins attentive aux dires de l'amérindien. Célèbre pour ses faits d'armes venait-il de dire? Qu'avait-elle seulement accompli qui puisse la propulser de la sorte sur le banc de la célébrité. Elle n'avait jamais eu vent de tout cela. D'autres méritaient bien plus qu'elle ces hommages. Mais pas elle. Elle n'était qu'une simple Bronze. Liana laissa alors échapper un petit soupir et secoua doucement la tête en signe de dénégation.

" Célèbre dis-tu? Je n'ai fais qu'accomplir mon devoir de chevalier, qu'accomplir ce pour quoi j'étais destinée depuis toujours."

Comme s'il ressentait les sombres pensées de son Elue, le loup reporta son attention sur elle.

*Ne recommence pas.*

*Je ne fais qu'énoncer une vérité.*

" Tu parlais de ta "médiocre" personne? Que devrais-je dire alors?"


Les iris azurées plongèrent dans celles écarlates de son vis à vis tandis qu'elle poursuivait sur sa lancée, prête à lui faire part de l'horrible vérité.

" J'étais à deux doigts d'elle lorsque c'est arrivée. Seuls quelques mètres nous séparaient et je n'ai pas été capable de la protéger. C'est arrivé sans prévenir. Rien ne laissait présager ceci. Je n'ai pas été en mesure de sauver Athéna, pas plus que Dohko, ou encore Poséidon. Alors dis-moi, imagines tu ce que j'ai pu ressentir à cet instant lorsque j'ai vu mon amie sombrer? Exactement la même chose que toi. La moralité de tout ça? Que l'on soit porteur d'une armure ou non, il arrive que dans certains cas, nous soyons impuissants. Non pas que cela signifie que nous soyons médiocres, juste que parfois, des faits parviennent trop rapidement pour que nous puissions les déjouer. As nous à présent de tirer des leçons de tout ceci et de faire en sorte d'accomplir au mieux notre mission."

*Tu vois quand tu veux.* intervint l'esprit à ses côtés qui reportait toute son attention sur le jeune homme pour l'observer avec une certaine curiosité.

*Il peut me voir.*

*Je le sais, tu me l'as déjà dis radoteur.* lui répondit-elle en esquissant un faible sourire. Intriguée, elle ne quittait pas le jeune homme des yeux. Ce dernier semblait tout aussi intéressé par le loup.

" Je te présente Shadow, qui comme son nom l'indique ne m'a jamais quitté un seul instant, me suivant telle une ombre et ce depuis ma naissance. Lorsque je ne maîtrisais pas mon cosmos, j'étais incapable de le voir. Je pouvais ressentir comme une présence, surgissant à chaque fois que j'ai été en danger, mais cela s'arrêtait là. Ce n'est qu'en obtenant l'armure qu'il a fini par se matérialiser. Je me rappellerai toujours de la première fois où je l'ai réellement vu. C'était au Nouveau Monde. Les Sioux attaquèrent le convoi de colons dans lequel je me trouvais. En voulant protéger les enfants, j'ai été blessé par un guerrier, et c'est Shadow qui a surgi pour me sauver la vie. Oiseau Chantant, le shaman de la tribu l'avait vu, et voyant là la manifestation de l'Esprit, m'a prise sous son aile. C'est ainsi que je me suis retrouvée à vivre parmi les Amérindiens, obtenant mon armure quelques mois plus tard."


La Louve ne se rappelait pas avoir été aussi loquace depuis fort longtemps. Pour quelle raison? Celle-ci état toute simple. Il était le premier de sa race qu'elle croisait depuis fort longtemps.

" On ne peut pas dire qu'Eidolon soit très indien. Mais connaissant les coutumes de ton peuple, je ne te demanderai pas de me révéler ton véritable prénom."

Elle ponctua sa phrase d'un clin d'oeil amusé qui disait ô combien elle n'était nullement dupe.
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Lun 9 Sep - 13:26

Comment avait-il pu être aussi égoïste et penser qu'il avait été le seul à souffrir de ce tragique évènement? De toute évidence, les Saints avaient tous, plus ou moins, mal vécus la perte de leur Déesse bien-aimée... Liana malgré la force et l'assurance qui se dégageaient d'elle, ne faisait pas figure d'exception. Elle expliqua à l'Apprenti qu'était Eidolon, combien il avait été difficile de voir Athéna mourir sous ses yeux et ce sans pouvoir rien y faire... Au final, le sentiment de désespoir et la peine qui avaient gagné le jeune homme, lui parurent soudain bien démesurés par rapport au fardeau qu'avait endossé Liana depuis ce qui s'était passé et qu'elle devrait sans aucun doute porter sur ses épaules pour le restant de ses jours...

De toute évidence, cette dernière avait énormément souffert. Plus encore que ce que pouvait l'imaginer Eidolon. À sa place, l'amérindien aurait été anéanti d'avoir été ainsi un spectateur privilégié, mais aussi un acteur passif de cette scène au combien traumatisante. Néanmoins, Liana donnait l'impression de garder espoir. Du moins, ce qu'elle dit à Eidolon à ce moment-là, eut comme effet de raviver la flamme de l'espoir en lui qu'il pensait ne jamais pouvoir rallumer, du moins pas avant un très long moment, pas avant que son deuil et celui de son camp soit consommé.  

L'Apprenti était impressionné et il y avait de quoi l'être. À vrai dire, même des passes d'armes n'auraient pu l'impressionner autant qu'à ce moment précis. Plus qu'une guerrière expérimentée, ce qui frappait aux yeux de l'amérindien, c'était combien Liana pouvait être meneuse charismatique, quelqu'un qui par des mots très simples, éveillait votre instinct de combattant et vous redonnait le courage de vous battre! Elle se disait être une amie de la Déesse, mais à cet instant, Eidolon crut voir en elle la Déesse elle-même! Ses paroles étaient si sages, si douces, tellement teintées de bonté et de force... Les propos tenus par le demi-dieu Phlégias prenaient enfin tout leur sens. La Déesse avait beau ne plus être de ce monde, elle vivrait en chaque Chevalier qui malgré cette perte tragique, perpétuerait ses idéaux en se battant pour la paix et l'amour sur cette Terre. Eidolon ne put s'empêcher de sourire une fois encore.

C'est avec une certaine part de gaieté retrouvée, mais de manière attentive qu'Eidolon écouta ce que Liana avait à lui dire sur un autre sujet qui l'intéressait grandement: son esprit loup! Elle lui conta à son tour son histoire et lui expliqua comment elle avait fait la rencontre de Shadow, son esprit totémique et protecteur, qui lui avait ainsi permis d'acquérir suffisamment de force pour revêtir l'armure de Bronze du Loup et devenir ainsi un véritable Chevalier de la Déesse Athéna. L'amérindien ne trouva rien à redire à tout ceci, car même si ce dernier ne possédait pas d'esprit affilié à sa protection, les superstitions et légendes de son peuple avaient, aussi loin qu'il s'en souvienne, toujours mentionnées l'existence d'un esprit propre à chacun, veillant sur vous dans l'ombre... Néanmoins le métisse était des plus surpris d'être tombé sur un cas concret tel que Liana. Combien de chances y avait-il pour qu'il tombe sur quelqu'un comme elle et ce à des milliers de kilomètres de chez lui? Si les probabilités n'étaient pas son fort, il savait en revanche qu'il ne pouvait s'agir là que de l'oeuvre du destin orchestré minutieusement par les dieux.
    « Pfiou... » pouffa-t-il avant de ricaner et reprendre « C'est une histoire à dormir debout! Du moins c'est ce que j'aurais dit si toi et moi n'étions pas d'origines semblables et que je ne pouvais pas voir Shadow. Mes ancêtres, depuis ma plus tendre enfance, m'ont toujours contés les récits de fiers guerriers possédant de puissants alliés spirituels... Aussi te voir ainsi escortée par ton compagnon fantomatique à forme canidée, m'a vraiment surpris... Car mes pouvoirs ne sont en rien comparables aux tiens. » Entama-t-il. « Mais peut-être devrais-je t'en faire la démonstration. » Conclut-il.
Fermant les yeux, il s'assit en tailleur exactement comme les vieux chamans de sa tribu l'avaient fait avant lui, afin de se concentrer au mieux pour converser avec le monde des esprits. Néanmoins, rien de mystique là-dedans! Du moins, dans le cas d'Eidolon. Ce dernier se concentra sur l'infime sensation qu'un univers tout entier résidait au plus profond de son être... Depuis la mort de la Déesse et sa dépression passagère, cet univers avait été profondément altéré, devenant quasi-insignifiant et très peu palpable... Cet univers intérieur étant à la base du cosmos, Eidolon pour dire vrai, n'avait plus été capable d'en faire usage tant ses maux l'en empêchaient... Cependant et à cet instant précis, Eidolon se sentait capable de surmonter ce trouble! Les paroles de Liana et involontairement, celles de ce désagréable Phlégias, qui lui avaient redonnées espoir et la volonté d'aller de l'avant résonnèrent en échos dans sa tête...
    *... Elle compte sur nous, car c'est notre tâche à tous de perpétrer son œuvre. *

    *... Les idéaux qu'elle défend. Elle revivra. Toujours. *
Aussitôt, son univers intérieur se répandit dans tout son corps, donnant ainsi l'impression à Eidolon qu'un violent brasier venait d'enflammer tout son être! Son corps regorgeait à présent de cosmos! À vrai dire, c'était même beaucoup plus intense qu'à l'accoutumé! Jamais Eidolon ne s'était autant senti imprégné d'énergie! Il se sentait capable de soulever des montagnes, lutter contre des ouragans, venir à bout de travaux aussi ardus que ceux qu'avait enduré Héraclès!

Il se sentait capable de tout dans un tel état de transe! Eidolon avait même la sensation qu'il pouvait s'affranchir des limites physiques de son corps, pourtant censé être un véritable obstacle, étant donné qu'il risquait de ne pas supporter un tel apport d'énergie. Rouvrant les yeux, son cosmos d'ordinaire bleuté devint brièvement, mais non moins intensément, doré! Conjointement à cela, une marque noire fit son apparition sur le torse de l'amérindien... Alors qu'au départ, on en visualisait seulement les contours, ce qui donnait l'impression d'être en train d'halluciner, un véritable motif apparut comme par magie sous l'effet de cette gangue dorée! Le symbole bien que tribal et primaire, ressemblait à ce qui semblait fort être une lettre, un Y pour être exact... Eidolon, lui, ne se rendit pas compte de tout ceci. Concentré sur ce qu'il avait à faire, il ne remarqua aucun changement significatif hormis l'étrange intensité et densité de son cosmos.

Des petites formes mouvantes et lumineuses firent bien vite leur apparition à leur tour. Ce qui ressemblait fort à des sphères éméchées, à des boules de feu de couleur vermillon, jaunâtre, voire bleuâtre, pour être plus précis, n'étaient en réalité que ce que les mortels appellent communément des "feux-follets" et qui sont censés représenter dans le folklore, la représentation d'esprits errants dans le monde des vivants. Les feux-follets valsaient ça-et-là de manière totalement autonome, entourant Eidolon, comme si ces êtres de l'au-delà avaient entendu son appel et venaient à présent demander de quoi il retournait pour qu'on vienne les quémander de la sorte. Inhibant son cosmos, la dorure imperceptible qui fut la sienne quelques secondes à peine, se volatilisa, exactement comme l'étrange motif sur sa poitrine... Les feux-follets eux aussi, commencèrent à se dissiper, car sans le cosmos d'Eidolon et pour un non-initié, il était impossible de les percevoir. Néanmoins, lui pouvait toujours les voir et il y avait fort à parier que Liana aussi.
    « J'ai commencé à voir les esprits le jour où la Mort a commencé à me côtoyer de près, emportant une à une les personnes qui comptaient le plus à mes yeux. » Lui confia-t-il avant de reprendre bien vite « Mais ce n'est qu'en arrivant au Sanctuaire, que j'ai commencé à m'entraîner pour me servir de ce don qu'un Chevalier a réussi à maîtriser par le passé... »
Eidolon avait déjà eu pas mal d'informations concernant le dénommé Urio, légendaire Chevalier d'Or du Cancer, grâce à Mattheus le Chevalier de Bronze de l'Adamantine, qui avait fait le rapprochement entre les récents pouvoirs de l'Apprenti et ceux de son ancien allié et ami. Néanmoins, Liana en tant que Quaesitor du Sanctuaire d'Athéna, mais aussi en tant que guerrière chamanique, en savait peut-être encore davantage sur lui... Quelque chose, n'importe quoi! Quelque chose qui aurait permis à Eidolon de progresser afin d'éviter que d'autres tragédies de la trempe du massacre de Rodorio et la mort de la Déesse Athéna, ne viennent à se reproduire...

Ces deux-là ne s'étaient sans doute pas rencontrés par hasard et même s'il abordait le sujet de manière détournée par peur de raviver des émotions trop profondément enfouies chez son homologue et sa supérieure chez les Saints, Eidolon savait que leur conversation, tôt ou tard, prendrait un autre tournure et sans doute était-elle venue...
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Lun 9 Sep - 17:46

La tension qui avait duré l'espace de quelques secondes lors de la rencontre des deux Saints s'était belle et bien envolée. Le temps était à présent à l'écoute. Chacun prenait le temps d'écouter avec la plus grande attention les dires de l'autre.

Depuis combien de temps n'avait-elle pas eu l'opportunité d'évoquer tout ces souvenirs? D'aussi loin qu'elle se rappelle, c'était la première fois qu'elle parlait de son séjour dans le Nouveau Monde. Même avec Corell elle n'avait pas pris la peine d'échanger sur son expérience, alors qu'à présent, elle se trouvait là avec cet homme qui lui était étranger jusqu'à il y a peu, à raconter l'histoire de ces rencontres qui avaient changé sa vie.

*Tu y es arrivée.*

*A quoi donc?*

*A lui redonner l'espoir. Ne remarques-tu pas la façon qu'il a de te regarder de cet air admiratif que l'on a lorsque l'on rencontre des gens qui forcent le respect?*

En y faisant un peu plus attention, la Louve parvint à ce constat similaire, ce qui la gênait quelque peu, pour preuve la légère rougeur qui vint à colorer ses joues, car elle n'avait fait qu'énoncer une vérité. A présent, un sourire franc ourlait les lèvres de l'amérindien, et cette simple constatation fit naître un sourire identique aux lèvres de la Demoiselle. Lorsqu'il fut question d'origine, elle secoua doucement ses mains fines comme pour l'arrêter.

" Oh non, détrompes-toi. Je n'ai pas la moindre trace de sang amérindien qui coule dans mes veines. Mon frère jumeau et moi avons été abandonné par nos parents lorsque nous n'étions encore que des bébés. Néanmoins, c'est auprès des Sioux que j'ai découvert ce que pouvait être une véritable famille. Et même si je ne suis qu'une blanche, mon coeur lui demeurera à jamais indien."

A présent, Eidolon semblait désireux de lui démontrer ce dont il était capable. Elle serait juge de ses pouvoirs. La Sainte ne doutait pas des capacités de ce dernier. Elle arqua un sourcil intrigué, les iris azurés pétillaient de curiosité, lorsqu'il lui fit part de ses propres capacités. Lorsque l'apprenti s'assit en tailleur, le Chevalier de Bronze fit de même, adoptant une posture qu'elle n'avait pas pris depuis bien longtemps et qui ravivait en elle foule de souvenirs.

Mais là n'était pas l'essentiel. Pour l'heure, elle se devait d'observer. Et c'est ce qu'elle fit. Elle ne prononçait plus la moindre parole. Les mots étaient superflus. Son vis à vis se concentrait, faisant le vide en lui. Comme pour l'aider dans sa quête, la jeune femme laissa son propre cosmos se déployer autour d'elle en une aura bleutée. Ce dernier se voulait chaud et bienveillant mais laissait néanmoins percer une part de sauvagerie. Après tout, elle demeurait la louve, douce et bienveillante pour les membres de la meute, sauvage et violente dans l'adversité.

Elle s'amusa de constater que la teinte du cosmos de l'apprenti était similaire à la sienne. De combien d'autres points communs disposaient-ils encore? Mais son sourire disparut rapidement pour laisser place à une surprise grandissante. Rêvait-elle? Non nullement! L'aura d'Eidolon devenait dorée! Et il se dégageait soudainement de celle-ci une puissance hors du commun. Une puissance qui surpassait la sienne. Se pouvait-il que le jeune homme n'ait encore aucune armure car il était destiné à devenir chevalier d'or?

Comme pour répondre à son interrogation, une chose invraisemblable se produisit alors. Le tatouage qui ornait le torse d'Eidolon, dont on ne devinait jusque là que les contours, se remplissait comme par magie. Chose qui laissa Liana perplexe, car la forme qui se dessinait était celle d'un "y". Comme pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas, elle tendit ses doigts, et dans un effleurement, les laissa dériver le long du dessin. Elle savait ce que représentait ce symbole. Celui du Cancer.

Et comme si elle ne disposait pas déjà de suffisamment de preuves, l'apparition de feux follets ne purent que la conforter dans ce qu'elle croyait. Elle n'avait que très rarement côtoyé le précédent chevalier d'or du Cancer, mais elle connaissait ses hauts faits de guerre. Elle connaissait son lien avec les Esprits. Et visiblement Eidolon avait hérité de ce pouvoir.

Puis tout disparut. Le cosmos, le tatouage. Mais les feux-follets étaient encore là. Elle pouvait les voir. Toutefois, elle était certaine que seul son pouvoir de shaman lui permettait de les voir encore, car aux yeux de tout autre, il n'y aurait plus rien. Lentement, elle tendit sa main en leur direction, comme hypnotisée, et dans un murmure elle laissa échapper.

"Urio."

Puis sortant de sa torpeur elle fixa sur le jeune homme un regard pourvut d'une excitation grandissante.

"Urio disposait d'un pouvoir similaire au tien. Je n'ai pas eu la chance de croiser sa route, mais j'ai souvent entendu parler de lui. Eidolon! Tous les signes sont là! Ce cosmos doré que tu as laissé dégagé à cet instant. Tu l'as senti n'est-ce pas cette puissance qui coulait dans tes veines? Et ton tatouage! Il s'est rempli en instant! Et comme par hasard ce "y"symbolise le Cancer! Tu parviens à ouvrir une porte avec l'autre monde. Tu es promis à l'armure du Cancer ou je ne m'y connais pas!"

Dans les prunelles de la jeune femme brillait une certaine admiration. La Louve ne doutait pas que celui qui lui faisait face serait doté d'un grand avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Dim 15 Sep - 15:51

C'est avec une excitation non dissimulée que la Bronze répliqua aux agissements de l'Apprenti. En effet, désireux de lui montrer ses capacités et son goût prononcé pour le surnaturel, Eidolon usant de son cosmos, avait guidé des âmes défuntes et errantes, jusqu'à sa modeste personne. Bien qu'il ne s'en soit pas rendu compte à proprement parler, Eidolon venait de déployer un cosmos d'une densité et d'une quantité monstre! Même s'il ne vit pas sur le coup de changements conséquents, en revanche il ressentit bel et bien des sensations qu'il n'avait encore jamais éprouvé.

Dans un tel état de transe, tout lui apparaissait plus clair, plus facile même... C'était comme s'il avait supplanté un homme lambda, outrepassant les carcans liés à son humanité, même s'il en conservait les traits malgré tout. Dans cet état là, il se sentait davantage proche des Dieux. Cette constatation avait beau paraître des plus blasphématoires, quiconque l'aurait vu dans cet état, aurait été en droit de douter des récits mythologiques comptés depuis la nuit des temps. En effet, loin de tout ce qu'on l'on pouvait imaginer alors, l'on était en droit de se demander si les Dieux, avant d'être qualifiés de la sorte, n'avaient pas d'abord été de simples humains qui par la force des choses, auraient atteints une maîtrise de la cosmo-énergie, une perfection telle dans l'apprivoisement des sens, qu'ils se seraient sublimés pour devenir quelque chose de divin!

Eidolon qui d'ordinaire avait du mal à engager autant d'âmes dans la mêlée, trouva la tâche plus aisée qu'à l'accoutumé. Avec un tel flot d'énergie, il lui fut facile de parvenir à toutes les mobiliser et lorsqu'il le fit, le récit d'Achéron, le passeur d'âmes qui avait pour mission d'accueillir les âmes des défunts de l'autre côté du Styx afin de les guider jusqu'en enfer, lui rappela étrangement la jonction qu'il représentait entre le monde des vivants et celui des morts. Eidolon était en quelque sorte la passerelle entre ces deux mondes et être capable de faire communiquer des univers aussi peu semblables n'était pas pour ainsi dire un mince exploit...

Si agir de la sorte était chose courante pour le beau brun ténébreux à la peau mâte qu'il était, en revanche il ne s'était jamais vraiment rendu compte de la noblesse et de l'intérêt de son don. C'est Liana qui en cet instant précis lui ouvrit les yeux. Elle lui rapporta que durant sa phase d'accumulation de cosmos, un étrange motif ressemblant à une sorte de Y s'était peint sur son torse... Eidolon ne voyait pas trop où elle voulait en venir... Après tout, il avait vue des choses bien plus étranges se produire sous l'effet de la cosmo-énergie. Mais celle-ci lui révéla une bien évidente évidence qui pouvait être à l'origine de bien des bouleversements chez le jeune homme. Elle lui expliqua que bien que sa forme soit plus tribale, plus sauvage, le motif en forme de Y présentait d'étranges similitudes avec la constellation du Cancer qui dans le ciel étoilé, était censée représenter une porte vers l'au-delà...

Elle ne mit pas longtemps non plus à faire le rapprochement entre le motif et son don dont on le disait avoir hérité du légendaire Chevalier d'Or Urio. Pour Liana tout était clair maintenant... La conclusion s'imposait d'elle-même: Eidolon était peut-être, pour ne pas dire sans doute, prédestiné à revêtir dans un futur proche l'armure d'Or du Cancer et prendre la relève de son prédécesseur. Loin d'être accablé par cette nouvelle, alors que vraisemblablement, cela aurait pu être le cas, il accueillit celle-ci avec le calme, ou plutôt, la sérénité qui s'imposait.

À présent, tout était clair... Il comprenait enfin pourquoi les attentes à son sujet étaient aussi importante, car tous, sans doute, ou la plupart, avait vu en lui le successeur du très puissant et renommé Urio. La pression sur ses épaules, déjà importante, venait de s'accroître instantanément et à un niveau inimaginable! Pour n'importe qui, cela aurait été un fardeau trop dur à supporter... Mais pas pour lui, car devenir Chevalier, c'était accepter de vivre différemment des autres, au service d'une noble cause et dans l'aspiration de sans cesse s'améliorer. C'est pourquoi, il n'aurait pas pu être plus heureux qu'en ce moment précis. Pour autant, il n'en montra rien et se contenta d'écouter tout simplement.

Néanmoins, il n'y avait pas de quoi se réjouir pour l'heure, car cette soudaine explosion de puissance frôlant celle des plus éminents Chevaliers, était plus dûe à un coup de chance, qu'à une véritable démonstration de sa maîtrise de la cosmo-énergie pour l'heure. Eidolon était doué, ça sautait aux yeux! Liana elle-même le reconnaissait, mais il avait encore des progrès à faire avant de se hisser au niveau des douze gardiens de maisons, tous affublés d'une armure aussi lumineuse et brûlante que le soleil lui-même! Eidolon bien que déçu en revanche, du fait que Liana n'avait que très peu connu Urio, avait encore un million de questions, au moins, à lui poser! Mais il n'en aurait pas l'occasion, du moins pour l'instant, car au loin, il ressentit, comme son homologue sans doute, que des cosmo-énergies par dizaine étaient en train de se regrouper en un même endroit: la Statue d'Athéna.
    « J'ai encore tant de questions à te poser... Mais le devoir m'appelle... » Commença-t-il, ne cachant pas son désarroi, avant de poursuivre d'une voix assurée, mais dénotant une certaine tristesse « Restons-en là pour le moment. En tant que passeurs d'âmes, il est de notre devoir d'accompagner les morts pour leur dernier voyage. D'autant plus quand on sait qu'il s'agit d'Athéna... »
Plus aucun son, plus aucun mot ne fusa et le silence s'installa. Implicitement, il était convenu que pour l'heure, leur discussion s'arrêterait là, mais ce n'était que partie remise. À présent, il était temps pour chaque Saint encore vivant et présent au Sanctuaire de se rendre auprès de la dépouille mortelle de leur illustre chef de camp, ceci afin de rendre un dernier hommage à leur chère et tendre Déesse...



→ Statue d'Athéna
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   Lun 16 Sep - 13:28

Toute à son excitation de découvrir les aptitudes de l'apprenti, la Sainte en avait presque oublié les heures sombres que tous traversaient. Un instant, elle laissa son regard errer sur les lucioles avant de se relever. Elle pouvait lire la déception d'Eidolon quant au fait qu'elle ne connaissait guère plus que cela l'ancien chevalier d'or du Cancer. Elle aurait aimé l'aider davantage et ferait en sorte d'en apprendre un peu plus sur l'ancien gardien de la quatrième Maison zodiacale dans le but de lui transmettre les informations qu'il désirait tant.

Peut-être se renseignerait-elle Shion, ou alors auprès de Marcus. Elle était certaine que tous deux parviendraient à lui fournir les éléments nécessaires. L'amérindien venait de ramener à la réalité la Louve. Il avait raison, ils devaient se rendre auprès de la dépouille de celle qui fut leur guide à tous. Lentement, la Sainte quitta sa position en tailleur pour se relever.

" En effet, nous devons nous rendre à la Statue d'Athéna, dire au revoir à celle qui fut notre guide. Elle nous avait dit "Adieu", mais je ne suis pas d'accord avec cela. Toutefois, avant de rejoindre la statue, je me dois de faire mon rapport à l'Aldébaran sur ce qui s'est produit à Venise. Je vais également lui faire part de tout ce qui s'est passé au Sanctuaire Sous Marin. Nous pouvons donc faire un bout de route ensemble."

Ainsi, le poids du deuil serait certainement moins lourd à porter. Et puis d'une certaine façon, elle se sentait quelque peu attirée par l'Apprenti. Elle désirait en apprendre davantage sur lui, et elle avait été presque déçue que leur entretien soit interrompu. Mais elle savait déjà qu'ils seraient amenés à échanger à nouveau ensemble, car si elle pouvait l'aider à trouver sa place au sein de la Chevalerie d'Athéna, il était certain qu'elle le ferait. Néanmoins, avant de se mettre en route, elle échangea quelques dernières paroles avec lui, ou plus exactement l'avisa d'un conseil.

" Eidolon écoute moi. Concernant ce que je t'ai dis au sujet de ton possible lien avec l'armure d'or du Cancer, surtout ne te mets aucune pression inutile. Crois-moi je sais ce que c'est. Les choses se feront en temps voulu."

Elle ne voulait pas qu'il s'inquiète. Elle avait vu Corell se démener pendant des années avant d'obtenir son armure. Elle revoyait encore la pression qu’exerçait leur Maître sur lui au quotidien afin qu'il devienne le porteur de l'armure du Lion. Il avait obtenu celle-ci en mettant un terme à la vie de l'homme qu'elle considérait comme son père. C'était là l'ultime souhait de l'ancien Lion. Et il était parti rejoindre le Sanctuaire, l'abandonnant alors. Elle même avait obtenu son armure bien plus tard. En voyant frère et amant gagner leur droit à guerroyer, elle s'était sentie lésée, s'était interrogée même sur ses propres capacités. Pourtant, à l'époque, c'était juste que ce n'était pas encore son heure. La sienne était venue bien après. Mais à présent, avec le recul, elle ne regrettait rien.


~> Temple du Taureau
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-