RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mar 10 Sep - 23:03





Face aux heures sombres,

l'espoir subsiste




Les Chroniques d'une fleur de Hasu
No pain


 
Le crépuscule commençait à s'installer, déployant avec panache, ses belles couleurs chatoyantes. Les nuages rosissaient, les nues se paraient de leurs plus beaux atours, comme pour saluer cette fin de journée, comme pour rendre hommage à la Sagesse. Celle qui réchauffait le cœur des hommes de par sa simple présence, les soutenaient, partageait leurs douleurs, leurs fardeaux tout Sisyphe en puissance qu'ils étaient !
Ce fut une journée ensoleillée, pleine de promesses et pourtant pas une seule personne avait tourné son regard vers les cieux. Trop fatigués, trop las, ou encore trop tourmentés, les Saints et les habitants de Rodorio rendaient hommage à leur Déesse de différentes manières. Quand certains se lamentaient, désespéraient, se haïssaient de n'avoir pu rien faire pour empêcher l'inéluctable, d'autres se fermaient dans d’intenses réflexions ou prières. Des questions qui trouveraient des bribes de réponses. Or, subsisterait toujours ce voile noir qui, pareil à un linceul habillait cette mort tragique.

L'heure n'était plus aux lamentations.

Le cortège des pleureuses avançait d'un pas lent tandis qu'un chant funeste et mélancolique rythmait leur arrivée prochaine. Une dizaines de femmes voilées d'un bout de tissu en dentelle noire, de tout âges, montaient depuis quelques heures, les marches du Sanctuaires. Elles représentaient l'émotion que chaque homme devait ressentir : la tristesse. À leur approche, le silence se fissurait. Saints et Saintes étaient pour cette occasion, autorisés à gravir les dernières marches qui les mèneraient devant la Statue d'Athéna. Les jeunes femmes chevaliers étaient aussi autorisées -malgré le fait que de son vivant cette ancienne loi ait été revendiquée par la Déesse Vierge- de venir visages découverts et ainsi rendre hommage à leur guide. Leur lumière.

Les ténèbres s'installaient, prémisses à la peur, à la terreur, aussi on allumait des flambeaux qui naissaient au fut et à mesure que le groupe évoluait. Quelques étoiles s'épanouissaient sur la trame du ciel : les heures sombres commençaient. Pourquoi avoir attendu jusqu'à la fin du jour ? Était-ce là justement pour conjurer le mauvais œil et chasser le noir ? Était-ce une sorte de provocation lancée à la face des Parques ? Il s'agissait surtout d'une démonstration. Ils ne doutaient pas, ils avanceraient. Car tel était leur devoir et ce, même face à la plus viles des obscurités. Une vieille croyance.

De vieux rites. Il y avait le feu pour la lumière et le renouveau, l'eau pour la pureté et la guérison. La terre pour nourriture et comme nouvelle demeure. Le vent pour emporter les mots et les espoirs. Les chants.

Le cercueil était en cristal,, ainsi tous pourraient la contempler une toute dernière fois. D'ailleurs, on avait pas encore refermé ce dernier et plusieurs chevaliers parés de leur armure le portait dans un silence religieux. Ils progressaient en rythme, derrière les pleureuses qu'ils venaient de rejoindre pour la montée des dernières marches. Le requiem cessa au moment où les Saints déposèrent le cercueil à côté de la fosse préalablement creusée.

L'hôte de la Déesse reposait là, parfaitement sereine, le visage illuminé par un rayon de lune, le premier. Pour l'occasion et pour rendre hommage à celle que l'on appelait Mashia, on l'avait habillé d'un simple kimono blanc rehaussant son teint diaphane, contrastant avec le rouge vif de ses lèvres. On la penserait prête à se réveiller d'un très long sommeil. Pourtant elle demeurait parfaitement immobile, les mains croisées au niveau de son cœur. Entre ses doigts, un lotus on avait glissé...







Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mer 11 Sep - 0:41


Arrow [PV Règlements de Comptes]



Les derniers rayons du soleil vinrent frapper la statue de la déesse disparue, avant que l’astre ne disparaisse à l’horizon. Une légère brise s’était levée, et la montée des marches, plus que jamais était une épreuve difficile à vivre. Paré de l’Armure du Verseau, un foulard noir attaché au bras pour symboliser mon deuil, je suivais silencieusement le cortège en tenant la main à Lya. L’enfant que Mashia Mokushi du Lotus considérait comme sa fille, et qu’elle m’avait confiée. Le dernier lien palpable existant entre Mashia et moi. Je n’avais pas pu me résoudre à la laisser monter seule les marches durant l’enterrement, je n’avais donc pas fait partie des chevaliers ayant l’honneur de guider notre déesse vers sa dernière demeure. Courageuse, la jeune fille tentait de ne rien laisser paraître de son émoi. Mais la manière dont ses ongles étaient plantés dans ma main laissait peu de place au doute : la pauvre petite était une boule de nerfs prête à fondre en larmes à tout moment.

Arrivés devant la statue d’Athéna, mes frères et sœurs chevaliers posèrent le cercueil au sol sous le regard attentif du reste du cortège. Mon regard azur vitreux était presque inexpressif. Tant de choses se bousculaient en moi : son corps avait beau être étendu sous mes yeux, un doute subsistait. Un gros doute. Pourquoi Mashia n’était elle pas venue à moi lorsqu’Aurora avait à nouveau ouvert le monde des esprits quelques heures plus tôt ? Se pourrait il que l’âme de Mashia soit prisonnière quelque part entre deux mondes ? Je ne comprenais pas ce qui arrivait.

Des larmes se mirent soudain à couler le long des joues de la pauvre orpheline, et celle-ci plaqua son visage contre mon bras. Resserrant mon étreinte, je ne pus que lui souffler des mots de réconfort qui me parurent d’une inutilité bien amère. Posant un genou à terre, je pris délicatement le visage de Lya entre mes doigts avant de lui souffler avec un faible sourire :
- C’est le moment. Allons y.
Courageusement, l’enfant vêtue d’un Kimono blanc et rouge pour rendre hommage à sa mère disparue, s’approcha du cercueil encore ouvert ou reposait le corps de Mashia. Elle s’immobilisa devant elle, comme pétrifiée par un tel spectacle. Ce n’est que lorsque je déposai une main affectueuse sur son épaule que la jeune fille se ressaisit. Approchant doucement le magnifique cercueil de cristal, elle se pencha sur le corps avant de remettre une mèche de cheveux derrière son oreille. Puis elle tira une magnifique fleur de lotus d’un coffret en bois qu’elle avait conservé dans une poche, et posa la fleur derrière l’oreille de sa mère avant de lui sourire une dernière fois.
- Au revoir, Maman, lui souffla t’elle d’une voix tremblante d’émotion avant de venir chercher mes bras pour calmer sa montée d’émotions.

Durant tout le long, j’avais observé la scène sans mot dire. Le regard toujours aussi vitreux, une brise fit voleter doucement mes cheveux tandis que le doute m’assaillait à nouveau. Je n’avais parlé à personne de ce qui s’était produit avec Aurora. Surtout pas à Lya. Je ne voulais pas lui donner de faux espoirs. Pourtant, lorsque je la vis si désemparée, si faible, une puissante culpabilité m’envahit. Tremblante, la pauvre petite se mit à pleurer à chaudes larmes, et je ne pus me résoudre à la laisser dans cet état. Abandonnant toute attention vis-à-vis du protocole de l’enterrement, je pris la jeune fille dans mes bras et celle-ci se réfugia au creux de mon cou. Ainsi chargé, et après un dernier au revoir muet en direction de notre défunte Athéna, je regagnai ma place à quelques mètres du cercueil pour laisser les autres venir se recueillir. Lentement, Lya se calma entre mes bras, tandis que j’observai silencieusement les autres chevaliers faire leurs adieux. Mon regard se leva soudain, attiré par la voûte céleste. Et maintenant, qu’allions nous faire à présent… ? Privé de son guide, privé de sa déesse, le Sanctuaire était il prêt à se passer de celle qui était la raison même de son existence... ?



Dernière édition par Kappa le Sam 15 Aoû - 17:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mer 11 Sep - 11:30

Rp en simultané / Chronologiquement venant de -> la Chambre du Grand Pope

"Ils vont me souler encore...".. est la brève pensée qui traverse son esprit alors qu'elle se tient debout sur le toit de la Chambre du Grand Pope.
"Mais comment as-tu osé ?!", "Ne pas te présenter à la Statue d'Athéna pour lui rendre hommage est un terrible outrage !", "Tu devrais avoir honte !"
Et bla et bla et bla...

Sans doute est-elle l'un des rares chevaliers d'or à ne pas se présenter à la statue d'Athéna, cela est vrai. Les rassemblements de grande envergure c'est pas son truc et le cortège de pleureuses lui tape déjà assez sur les nerfs comme ça pour qu'elle n'ait l'envie pressante de s'approcher d'avantage.
Il est probable que les autres ne comprennent ni n'entendent ses raisons, sauf quelques uns peut être. Mais concernant ce point... comment dit-elle déjà... Ah oui, "rien à foutre !"

Un profond soupir s'extirpe de sa gorge alors qu'elle s'accroupit dans un premier temps, pour finir par s'assoir carrément au sommet de la demeure de feu son maître, tout en rassemblant et serrant ses jambes contre sa poitrine. Posant le menton sur ses genoux, ses iris de jade fixent la scène qui se dessine en contrebas d'un air profondément las.

Ses adieux... elle les a déjà faits. Son hommage... elle l'a déjà adressé à Mashia. Mêler sa tristesse à celle des autres n'est vraiment pas sa tasse de thé. Et puis... une profonde crevasse la sépare des dizaines et dizaines de personnes qui s'amassent autour de la statue d'Athéna. Car pas un ne semble penser que Mashia n'est pas la seule à avoir disparu en ce jour funeste. Pas un.

Qu'ils regrettent sa disparition, elle le comprend et le partage. Qu'ils fassent tout un cirque autour d'Athéna est cependant parfaitement ridicule. La divine est bien plus forte qu'eux tous rassemblés. Et si elle imagine bien volontiers la peine que doit éprouver Athéna à l'idée que son réceptacle n'y ait encore laissé la vie, Ahina n'a que peu de doutes sur le fait qu'elle reviendra un jour ou l'autre.
La mémoire de l'homme est décidément bien fugace.

Non, finalement ce qui la contrarie le plus c'est que personne ne semble penser à Fawn..., ce qui la rend extrêmement amère. Une amertume qui développe en elle les prémices de ce qu'il serait juste de qualifier de rancune. Et lorsque le Scorpion d'or a mal... libre à vous d'imaginer l'humeur qui la saisit en cet instant et selon votre bon vouloir, en sachant que dans tous les cas vous serez sans doute en deçà de la réalité.

Ses prunelles aperçoivent Kappa et la petite Lya. Son coeur se serre en imaginant la cuisante peine qui doit envahir le coeur de l'adolescente, à l'image du poison qu'elle même peut insinuer dans le corps de ses ennemis. Balayant rapidement la place des yeux, elle aperçoit son père près de Naîos et sa mère qui semble la chercher des yeux sans pour autant trouver sa fille.
Poursuivant sa lente observation, Ahina n'entrevoit pourtant pas Hector. Il est cependant peu probable qu'il ne vienne pas. Cette heure sonne l'épreuve la plus terrible qu'il ait eu à affronter dans sa vie... cela ne doit pas être simple pour lui.

Resserrant légèrement son étreinte sur ses genoux lorsque ses iris d'émeraude retrouvent bien malgré elle le Verseau, elle le suit des yeux sans plus s'en séparer. Elle l'observe quand il s'approche du cercueil, quand sa main se pose sur l'épaule de Lya, quand il la prend dans ses bras en se détournant.

L'image qu'elle dégage, pour quiconque lèverait un tant soit peu le nez, est assez étrange finalement. Au sommet du toit du Temple du Grand-Pope, en une position regroupée sur elle-même comme un oiseau de mauvais augure, la tenue d'un blanc éclatant qu'elle porte contrastant parfaitement avec les longs cheveux d'ébène qui se soulèvent au gré du vent, la nuit qui tombe peu à peu sur le Sanctuaire... En un bref coup d'oeil, elle tendrait presque à ressembler à un ange des ténèbres venu dévorer l'âme des pauvres êtres se recueillant au-dessus du cercueil de cristal.
Revenir en haut Aller en bas
Marcus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 790

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Ven 13 Sep - 11:46

Ф Cortège Ф


Les derniers rayons de soleil, tout comme la douceur sur le visage de Marcus disparaissaient petit à petit. Jamais le géant à la peau d'ébène n'avait gardé ce visage aussi longtemps et pour une fois il lui semblait que le jour ne viendrai plus jamais reprendre ses droits sur l'une nuit la plus noire qu'il est connu. Quelque chose avait changé pour l'Aldébaran et cela se ressentait, Athéna n'était pas morte seule, elle avait emmené avec elle les derniers espoirs de paix et le rêve de Marcus avec elle. Il avait toujours vécu sa vie de Chevalier en rêvant à l'utopie qu'un jour s'il passait les épreuves du temps sans mourir sur le champ de bataille, il prendrait une retraite paisible. Aujourd'hui il devait regarder la réalité en face, il était le Général des Armées, le Général d'une armée en guerre, il ne l'oublierait plus.

L'Aldébaran avait laissé son armure d'or dans son temple, préférant revêtir le brocart que lui avait offert Lilas et Violette, les deux soeurs qui travaillait dans son Temple. D'un blanc immaculé, la tunique orné de fils d'or au col et aux manches était décoré d'un magnifique d'un taureau du même fil dans son dos. Simplement ajusté par une ceinture de corde également doré, Marcus avait rejoint l'avant du cortège pour se poster derrière, à droite du cercueil de cristal d'Athéna. Il assumerai ses fonctions et son statut et contribuerai à emmener Mashia vers le lieu de son dernier séjour.

Le géant ne prononça pas un seul mot durant la montée des marches ni ne changea d'expression car à si les femmes chevaliers n'avait dorénavant plus l'obligation de porter le masque, Marcus lui avait hérité du sien. Il savait ce qui l'attendait à présent et ce quelque fut l'issue du Krusos qui allait suivre, certains avaient des comptes à rendre et Marcus n'était pas homme à laisser l'ardoise pleine, mais pour l'instant il refusait d'y penser. Il pensait à Mashia et se rappela les jours heureux et le banquet qu'il organisé dans son temple pour fêter la fin de la guerre, crédule qu'il était. Il se rappelait Mashia qui dansait, ses soeurs et ses frères d'armes qui riaient, chantaient et buvaient. En cette triste nuit il se remémorerait celle qui quelques années plus tôt avait été l'une des plus joyeuses, cette nuit une dernière fois il serait nostalgique.
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Ven 13 Sep - 15:34


~> Temple du Taureau


Point de port d'armure pour la Louve en ce jour funeste. En tant que Quaesitor, elle avait fait son rapport à l'Aldébaran, lui narrant les faits qui s'étaient déroulés à Venise, puis ce qui s'était produit au Sanctuaire Sous Marin. Après quoi elle avait été s'apprêter pour cet instant. En cette occasion, elle avait décidé de porter une tenue qu'elle n'avait pas revêtu depuis un long moment.

Après s'être lavée et peigné les cheveux, la Louve s'était drapée d'une toge blanche. Néanmoins, elle n'en resta pas là, car elle désirait réunir ses deux héritages culturels. La chevelure aile de corbeau libérée, se vit ornée d'une plume d'aigle. Mais elle n'avait pas encore fini son œuvre. Pour parachever celle-ci, elle avait demandé à ce qu'on lui garde du charbon de côté, et c'est lentement qu'elle vint à dessiner un bandeau noir sur son faciès, au niveau des yeux, ce qui lui conféra un côté sombre et sauvage.

Bien trop nombreux étaient ceux qui étaient tombés. Les innocents civils de Rodorio, abattus comme du vulgaire bétail par les chevaliers noirs, leur Grand Pope, et enfin Athéna et son réceptacle. Plus tôt on était venu la trouver pour lui proposer de porter le cercueil de celle qui fut son amie. En tant que telle, la Demoiselle n'avait pas hésité un seul instant et avait accepté l'offre.

Comme toujours, Shadow se tenait à ses côtés, l'accompagnant dans chacun de ses déplacements. Lentement, la louve vint à poser le cercueil à côté du trou qui avait été creusé au sol, elle recula de quelques pas seulement, laissant ses frères d'armes venir se recueillir auprès de celle qui fut leur guide à tous.

Pour une Bronze comme elle, venir auprès de la statue d'Athéna, était un fait rare et exceptionnel. Mais elle se serait bien passée de découvrir ce lieu dans de pareilles circonstances. Ses iris azurées ne lâchaient pas un seul instant celle qui fut son amie, et intérieurement la Demoiselle adressa à cette dernière une prière.

*Nous sommes tous perdus sans toi. Tous si démunis, s'interrogeant sur ce qu'il va advenir. J'ai bien peur que tu n'aies emporter avec toi l'espoir qui te caractérisait tant et qui était notre raison de combattre. Oh ne t'en fais pas, en ce qui me concerne, celui-ci est toujours intact et vivace. S'il y a bien une chose que j'ai appris auprès des Sioux, c'est que la Mort n'est pas une fin en soit. Elle ouvre juste les portes d'un nouveau chemin.*

Une légère pause avant qu'elle ne poursuive.

*Mon seul regret est de n'avoir pu être d'aucune aide. Je me suis sentie si impuissante en te voyant tomber. Je me suis sentie misérable et incompétente. Pourquoi disposer de tout ce pouvoir si je ne suis même pas capable d'en user pour protéger celle pour qui je donnerais ma vie? En tout cas sache ceci: j'ai été honoré de te connaître, d'être ton amie, et ensuite de te servir. Je perpétuerai ton œuvre et tâcherai de garder l'espoir qu'un jour tu nous reviennes. En attendant ce jour, que le Wakan Tanka* veuille sur toi.*

Point de larmes pour la Louve, elle en avait versé suffisamment plus tôt. Doucement elle vint à remonter le bas de sa toge jusqu'à mi cuisse. Masqué jusque là par le tissu, une bande de cuir enveloppait celle-ci, à laquelle se tenait un poignard qu'elle tira vivement. Attrapant d'une main sa longue chevelure d'ébène, et de l'autre la Louve vint apposer la pointe de la lame au niveau de la nuque, avant de tailler dans la masse d'un coup vif et sec.

C'était ainsi qu'agissait son peuple, en guise de respect pour les défunts et afin d'honorer leur mémoire et c'était sans la moindre honte qu'elle agissait de la sorte, même si son geste pouvait sembler aux yeux de certains des plus barbares. Mais parmi toute cette foule, elle savait qu'un homme comprendrait la signification de ce geste. Lentement, elle se mit à tresser la sombre chevelure avant d'approcher pour déposer celle-ci dans le cercueil de Mashia. Se penchant sur cette dernière, elle vint alors déposer un baiser sur son front avant de murmurer à son oreille.

"- Nous nous retrouverons."

Et cela était une promesse, car la Louve n'avait qu'une seule parole.


*Grand Esprit en Sioux
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Dim 15 Sep - 14:35

=> Un appel Désespéré(Signun est resté dans son temple après avec sa famille ^^)


Depuis combien de temps avait-il dormis ? Ou plutôt, depuis combien de temps les chevaliers du sanctuaire avaient dormis ? Quel dure réveil se rendre compte que la Athéna à laquelle il croyait tant n'était qu'un leurre, tandis que celle qu'il aurait du suivre, il l'avait désavoué. "Pitoyable", tel fut le mot qui lui vint à l'esprit quand il avait vu Athéna au pied des marches, trop sur d'avoir fait le bon choix. La preuve qu'il ne suffit pas d'être sur de soit pour être dans le juste.

Cependant, au fur et à mesure que le temps s'écoulait, des doutes étaient apparus concernant l'identité de la véritable Athéna, des doutes avérés. Seulement, c'était trop tard et la sombre machination qui planait sur la tête de la déesse protectrice de l'humanité atteint finalement son but et la tuant.

Mais était-elle bien morte ? Ne se serait-elle pas tout simplement désincarnée et seule son hôte aurait subie ce funeste sort ? Dans le passé, nombre de fois Athéna avait été vaincue et son corps humain détruit, mais à chaque fois, elle revenait. Alors, était-ce aussi le cas en ce triste jour ? Est ce que dans un avenir plus ou moins proche la Déesse de la guerre et de la sagesse allait revenir revêtant une nouvelle apparence comme un humain peut s'habiller d'un autre façon ? Peut-être, il le fallait, pas pour l'ensemble des saints présents dans le sanctuaire, il le fallait, pour l'humanité toute entière.

Alors, pour qui était cet enterrement ? Pour qui marchait-il derrière ce cercueil ? Accompagné de sa famille, c'était alors un dernier hommage non pas pour Athéna qui reviendra certainement, mais bien pour son hôte, Mashia Mokushi, femme chevalier d'argent du lotus. Ah bien y réfléchir, Signun ne l'avait jamais côtoyé. Peut-être discuté une fois ou deux avec elle, mais sans plus. Quoi qu'il en soit, elle recevait un vibrant hommage de la part de ses confrères.

    " - Repose en paix, Mashia Mokushi. Puisse tu vivre des vies meilleurs. "


Dit-il pour lui même, espérant que si elle pourrait se réincarner selon les principes de la Roue Céleste que ceux venant de l'extrème Asie croyaient, qu'elle pourrait enfin vivre dans un monde sans guerre et sans violence. Un monde ou la plus délicate des fleurs n'aurait plus à craindre d'être piétinée sous le poids de la guerre et de la haine.
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Lun 16 Sep - 12:37

→ À la croisée des mondes [PV Liana & Eidolon]


En d'autres circonstances, Eidolon aurait sans aucun doute été émerveillé de se retrouver en un pareil endroit. C'était bien la première fois qu'un Apprenti tel que lui, était habilité à gravir les marches traversant les douze maisons du zodiaque, ceci afin de se rendre jusqu'à la statue d'Athéna, dépassant même, la chambre du Grand Pope par la même occasion. Le protocole était stricte: aucun Chevalier en dehors de ceux ayant revêtu une des douze armures dorées, n'était autorisé à se balader parmi les douze maisons et encore moins autorisé à faire route jusqu'à l'autel sacré de la Déesse Athéna elle-même! Mais en cette funeste occasion, Eidolon ne trouva personne pour le réprimander.

À vrai dire, il ne croisa pas âme qui vive sur sa route... Lui qui jusqu'à il y a quelques minutes encore se trouvait en compagnie de la beauté sauvage qu'était Liana, venait de tronquer la douceur et le réconfort qu'elle avait pu lui véhiculer pour un trajet silencieux et monotone, chargé de tristesse... L'amérindien se serait sans aucun doute attendu à croiser plus de monde, mais en vérité, il n'y avait rien de suspect à se retrouver ainsi seul. Les Chevaliers et gardiens des douze maisons s'étant eux-mêmes rendus au chevet de leur Déesse, personne ne viendrait le réprimander. De plus, l'Apprenti ne s'inquiétait absolument pas de recevoir une sanction, car les Saints avant d'être des guerriers, étaient avant tout une grande famille! Et il n'y avait pas une chance sur un million qu'on le sanctionne pour être venu rendre un dernier hommage au corps mortel de la très regrettée Déesse Athéna...

C'est donc le coeur lourd qu'il effectua le trajet en solitaire. D'habitude, il se serait fasciné pour la simple architecture des maisons du zodiaque, ainsi que pour les éminents Chevaliers ayant la charge de barrer la route aux ennemis du Sanctuaire. Mais perdu dans ses pensées comme il l'était, il ne fit guère attention à tout ceci... Certes, la folie n'était plus susceptible de le gagner à présent et grâce aux paroles de Liana, mais le chagrin, lui, était revenu le hanter, devenant de plus en plus intense au fur et à mesure qu'il gravissait les marches menant à la statue d'Athéna. S'il s'était écouté, il aurait rebroussé chemin! Il n'avait qu'une envie revenir auprès de Liana en qui il pensait pouvoir placer toute sa confiance.

Mais là encore il ne put s'y résoudre. À vrai dire, Eidolon était quelqu'un de très spontané! Il pouvait parfois agir sur un coup de tête. Mais jamais, au grand jamais, il n'aurait pu faire subir cet affront à la Déesse! Qui plus est, retourner à Rodorio maintenant, ne ferait que raviver les macabres souvenirs de sa destruction par les innommables Chevaliers Noirs... Eidolon en traversant la quatrième maison celle du Cancer, aurait pu et aurait dû s'y attarder davantage. Après tout, celle-ci était intimement liée à sa personne!

Urio, l'auteur du carnet dont il était à présent le propriétaire, avait séjourné ici sous les traits du Chevalier d'Or du Cancer. L'armure s'en étant retourné au Sanctuaire, à son domicile, selon les rumeurs, Eidolon aurait pu et dû, là encore, se risquer à l'apercevoir  de ses yeux pour la toute première fois... Mais contrairement à ce que l'on aurait pu imaginer, ce dernier se contenta d'accélérer le pas, regardant tout au plus droit devant lui... Pourquoi agissait-il de la sorte? Nul n'aurait su le dire... Sans doute avait-il autre chose en tête, comme par exemple se rendre auprès de la Déesse sans plus tarder. Ou alors peut-être ne se sentait-il tout simplement, pour l'heure, pas prêt à percer tous les mystères l'entourant.

Arrivant enfin au sommet du Sanctuaire, ce laborieux dédale de marches derrière lui, Eidolon parvint enfin à la statue d'Athéna, le lieu de séjour de la Déesse, du moins lorsque celle-ci jouissait encore de la vie. Faisant l'effort de s'aventurer quelques pas plus loin, concluant ainsi et par la même occasion son périple sinueux et éreintant, il constata qu'il n'était point le premier sur les lieux. En effet, une assemblée de Saints déjà bien nombreuse, se recueillait dans le silence, priant pour qu'elle leur revienne vite, tandis que tour à tour, chaque Saint peu importe son rang, venait se glisser auprès de la dépouille mortelle d'Athéna, afin de prononcer quelques mots à son attention et lui souhaiter bonne chance dans l'autre monde...

Certes, il ne l'avait jamais vu auparavant si ce n'est dans l'une de ses visions, mais quel choc ce fut pour lui de la voir ainsi! La mort d'Athéna ayant entraîné celle de son hôte mortel, ses cheveux avaient retrouvé leur aspect originel, passant du violet au rouge, mais hormis ce point, sa physionomie était restée la même, si bien qu'en un regard il aurait été possible de la reconnaître, malgré tout, entre mille! Même dans la mort, cette dernière semblait sourire... Son visage affichait une telle sérénité que cela aurait pu paraître inquiétant... Mais pour les Saints ici amassés, il s'agissait d'un dernier message de la Déesse, le signe de sa force et de sa bonté légendaire, que même dans la mort, elle leur sourirait toujours, prête à les aider au moindre doute dans leurs coeurs... Eidolon avait beau ne plus être un sentimental, cette scène le toucha au plus profond de son être... Mais ce dernier se garda bien de le montrer! Il se contenta simplement d'observer le silence afin de se recueillir tout en continuant de surveiller les moindres agissements de chacun des Saints.

Il vit par exemple, Liana, s'avancer à son tour parmi la foule, s'approchant du chevet de cristal de la Déesse afin que celle-ci prononce ses derniers voeux envers la Déesse. Mais plutôt que de lui susurrer quelque chose à l'oreille, cette dernière préféra dégainer un poignard jusqu'alors dissimulé sous sa cuisse et trancher sans une once d'hésitation sa dense et resplendissante chevelure noire au niveau de la nuque... Personne hormis elle, n'aurait pu comprendre ce geste. Seul Eidolon partageant bien des points communs avec cette dernière, était à même de comprendre que ce geste au combien primaire en apparence, n'était autre qu'une tradition indienne, symbolisant le respect qui était dû à un mort. Il ne croisa pas son regard, pourtant ce geste le toucha énormément. Malgré la tristesse qui devait l'habitait, Liana ne laissait rien paraître ce qui subjugua un peu plus l'Amérindien déjà conquis par les prouesses de cette guerrière ou plutôt de cette femme au combien admirable.

Reposant ensuite le regard sur Mashia, le corps mortel d'Athéna, ce dernier distingua quelque chose d'étrange... Une minuscule luciole ondulait autour de la dépouille de Mashia... Elle était si infime, sa lumière si faible, qu'Eidolon ne l'avait pas remarqué auparavant. Même s'il n'avait nul besoin d'agir de la sorte, son instinct lui dictant la réponse, il balaya néanmoins la tête de gauche à droite afin de vérifier si parmi l'assemblée, il était le seul à la discerner. Bien évidemment, la réponse s'imposait d'elle-même: ce dernier étant le seul à la distinguer, il ne pouvait s'agir que d'une âme... S'approchant d'un peu plus près, son attitude suscitant de vives interrogations à présent, ce dernier tenta de visualiser cette âme sous la forme qu'elle avait eu l'habitude de son vivant, d'arborer. Quel choc ce fut lorsqu'il la vit! Cette journée était décidément riche en émotions... Cette âme vagabonde sous son apparence humanoïde ressemblait comme deux gouttes d'eau à une personne ici présente ou du moins ce qu'il en restait... Eidolon n'en crut pas ses yeux et dût presque se pincer pour y croire! Ces cheveux longs, ce fasciés reconnaissable entre mille, ce regard teinté de bonté et d'une force indescriptible... Ce sourire... Il n'y avait plus aucun doute à avoir, c'était l'âme de Mashia qui se trouvait là, tout près de son corps!
    « Mashia... » Glapit-il, ce qui eut tôt fait de susciter l'incompréhension générale tant il paraissait en transe.
Une idée lui vint alors, il n'y avait pas à réfléchir, il fallait foncer tant qu'il restait un espoir! Bondissant, en un saut, il se retrouva aux côtés du corps de Mashia. Son attitude était des plus douteuses depuis quelques minutes... Certains Chevaliers devaient être passablement agacés de le voir se comporter avec aussi peu de classe et de respect en de pareilles circonstances... Pour autant, Eidolon ne leur prêta guère attention. Alors qu'on aurait pu s'attendre à ce qu'il murmure quelque chose à la Déesse, comme tous l'avaient fait ou presque, à l'exception de Liana, ce dernier leva son bras gauche et brandit son index en direction du ciel... Bien qu'un index n'ait pas l'air des plus dangereux comme ça, son allure et son regard pétillant au possible, ne laissaient rien présager de bon... Sans doute l'idée qu'il était sur le point de s'en prendre à la dépouille de la Déesse Athéna germa-t-elle dans l'assemblée, ce qui était logique! Certains étaient peut-être même en train de se hâter pour l'en empêcher... Mais Eidolon ne faisait plus du tout attention à ce qui l'entourait... Si bien qu'il s'exécuta sans faire bien attention à ce qui se tramait autour de lui.
    « Seki Shiki Meika Ha!! » Usant de son cosmos, une décharge d'énergie blanche se déversa de son index et vint entourer le corps de Mashia.
    *Mashia si tu m'entends, reviens-nous!* Pensa-t-il.
Fermant les yeux pour mieux se concentrer sur le processus, il répéta sans cesse son nom, dans l'espoir peut-être, de l'attirer jusqu'à lui afin que celui-ci puisse l'ancrer dans son corps de nouveau. D'ordinaire et d'après les notes d'Urio, cette technique était utilisée pour libérer les âmes, pas pour les ramener. Néanmoins, l'utilisateur de cette technique était à même, en principe, de faire le voyage aller-retour entre le monde des vivants et un certain lieu des enfers... Le procédé n'avait jamais été testé auparavant, mais si cette vague des cercles des âmes inversée avait une infime chance de réussir, alors il n'y avait pas à hésiter! Continuant de l'appeler, une image mentale et pas banale lui parvint alors: l'âme translucide de Mashia lui souriait. Il s'en réjouit un instant, pensant que son stratagème fonctionnait à merveille, mais bien vite il déchanta! Il la vit se faire happer inexorablement tandis qu'il ne pouvait rien faire pour la retenir... Délesté d'une grande partie de son cosmos, le sort arrivant à son terme, le halo entourant la dépouille de Mashia cessa de rayonner. Eidolon en proie à un doute sans précédent rouvrit les yeux et s'agenouilla près du macchabée dans l'espoir d'y percevoir un signe d'espoir, un signe de vie...

Il aurait souhaité la voir reprendre des couleurs, respirer petit à petit pour soudain s'éveiller en sursaut, révélant à l'assemblée qu'elle avait fait un rêve des plus curieux dans lequel un amérindien bizarre l'appelait sans cesse... Mais malheureusement, rien ne se produisit. Elle demeurait toujours aussi froide, pâle comme la mort, les yeux clos et ce, bien que son sourire persistait malgré tout... Pour couronner le tout, soit l'échec cuisant d'Eidolon, la petite luciole et âme de Mashia avait disparu... Rien n'avait fonctionné comme prévu... Après tout ramener une âme jusqu'à son corps n'était pas aussi aisé qu'il y paraissait. Personne, en principe, n'aurait dû lui en tenir rigueur, car il s'agissait là plus d'un coup de poker qu'autre chose! Mais pour ceux qui avaient compris sa manigance, eux pouvaient lui en vouloir, car il avait suscité en eux l'espoir... L'espoir de voir non pas la Déesse revivre, mais du moins voir la Mashia que tous aimaient marcher de nouveau avec eux...

Eidolon ayant usé de cosmo-énergie sur le corps d'une morte, qui plus est sur celui de leur chef de camp, il y avait fort à parier qu'il allait à cet instant précis, se prendre une grosse tannée en guise de réprimande pour avoir agi avec autant d'irrespect... Soit, il assumait complètement ses actes et était prêt à recevoir la sanction qu'il méritait. Après tout, n'importe quelle punition aurait été plus douce que la douleur que lui insufflait ce cuisant échec...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Lun 16 Sep - 15:43



Le regard azuré de la Louve glissait sur les uns et les autres. Qu'ils soient chevaliers ou apprentis, tous étaient venus offrir un dernier hommage à celle qui les avait guidé. Chacun affichait une mine triste et désolée de n'avoir rien pu faire pour sauver Déesse et réceptacle. Elle croisa alors le regard de l'Amérindien. La Louve pouvait à nouveau lire la tristesse au fond de ses yeux. Néanmoins, elle était heureuse d'avoir permis à ce dernier de retrouver en quelque sorte l'espoir.

D'ailleurs n'était-ce pas l'espoir qui lui dicta le geste qu'il allait commettre? Car sous le regard de tous, Eidolon s'était à son tour avancé en direction du corps sans vie. Néanmoins, il y avait quelque chose dans l'attitude de l'apprenti qui fit arquer un sourcil à la demoiselle. Et lorsqu'il vint à lancer le nom de son amie, Liana se concentra pour essayer de voir ce que percevait le jeune homme. Mais en vain.

Toutefois, elle était certaine qu'il n'agissait pas de la sorte pour rien. Déjà autour d'elle, elle pouvait entendre les murmures et interrogations des uns et des autres. Et lorsqu'il leva l'index en direction des cieux tout en usant de son cosmos, elle put voir les visages outrés. Pourtant Eidolon poursuivait, comme s'il était possédé. La Louve savait ce qui se passait. L'amérindien était en transe.

Si certains étaient choqués par l'attitude de ce dernier, la Sainte, elle, souriait intérieurement. Pour elle, le comportement d'Eidolon ne pouvait se justifier autrement que par le fait qu'il avait vu quelque chose que seuls ses yeux pouvaient apercevoir. Mais allait faire comprendre ça aux autres.

* Je pense que nous devrions intervenir ne crois-tu pas mon Elue?*


* J'allais justement te le proposer.*


La Louve se détachait lentement du groupe parmi lequel elle se trouvait et s'avançait en direction du jeune homme, se plaçant entre lui et ses réfractaires. Déjà les gardes approchaient, certains Saints se tenant parmi eux. La Sainte ne pipait mot, mais il était clair aux vues du regard qu'elle arborait qu'elle ne laisserait personne approcher de lui.

Encore et encore Eidolon, réitérait l'opération, mettant tout son coeur dans ce geste comme si sa propre vie en dépendait. La foule semblait de plus en plus prête à grogner. Liana entendait des paroles du genre "Est-il fou?" "Que fait-il?" "Blasphème!" "A-t-il perdu l'esprit? Souiller de la sorte le réceptacle d'Athéna!" Elle avait envie de hurler à la face de tous qu'ils n'étaient que de pauvres imbéciles ne comprenant rien à rien.Mais elle ne le put.

Non se ne fut pas son intervention qui amena un silence perplexe. Se fut celui d'une armure. Mais pas n'importe laquelle. Un éclair lumineux et doré les avait tous aveuglé. Et lorsqu'enfin les prunelles de tous s'accoutumèrent à cette éclatante et éblouissante lumière dorée, se fut pour apercevoir l'armure d'or du Quatrième Gardien disparu. Le Cancer, de son propre chef ou en réponse au cosmos d'Eidolon, était apparu pour se placer entre la Louve et l'apprenti. En cela, Liana voyait un signe qui ne faisait que confirmer les paroles qu'elle avait tenue à son nouvel ami un peu plus tôt. L'armure d'or se trouvait là pour protéger celui qu'elle considérait comme son Elu, laissant l'ensemble de l'assemblée bouche bée.

* Voilà qui leur cloue un peu le bec.*
ne put s'empêcher de rétorquer Shadow, visiblement amusé par la situation.

La jeune femme ne répondit pas, mais au léger sourire qui flottait sur ses lèvres, on pouvait deviner qu'elle partageait le sentiment de son comparse. La Louve n'avait que faire à présent des commentaires, seul lui importait Eidolon. Elle se doutait que le jeune homme s'en voudrait d'avoir échoué, qu'il se sentait très certainement misérable à cet instant. Lentement, la Sainte contourna l'armure d'or et approcha de ce dernier qui se trouvait toujours agenouillé, le visage défait.

Une main douce et légère vint à se poser sur son épaule, et la présence rassurante de la demoiselle l'enveloppa alors, tandis qu'elle s'agenouillait à son tour à ses côtés. Une main chaude vint à se refermer tendrement sur celle que l'amérindien avait utilisé pour ramener Mashia.

" Tu as fais ce que tu pouvais. Ne te reproches rien. Je suis certaine qu'elle aurait apprécié ce geste. A présent viens."


En douceur, elle aida l'amérindien à se relever. Ce dernier avait épuisé son cosmos et devait très certainement se sentir affaibli. Mais la Louve, elle, ne le lâcherait pas. Elle veillerait à ce qu'il se relève, encore et encore.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Marcus


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 790

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Lun 16 Sep - 17:35

Ф Souvenirs et avenirs Ф

De plus en plus de monde s’accumulait et venait s’ajouter à la lente procession jusqu’à la Statue d’Athéna. Pour cette unique occasion les portes du Sanctuaire avaient été ouvertes aux habitants de Rodorio qui se mêlaient aux Chevaliers Sacrés, le tout dans un silence à la limite du surnaturel. Marcus lui-même n’avait pas prononcé un seul mot et malgré ses deux mètres il se fondait presque dans la masse, ce fut ainsi que personne ou presque ne se rendit compte que le géant commençait à se retirer.

Pourtant, alors qu’il s’éloignait un sentiment le retint. Il n’aurait pu dire si c’était le fait de son cosmos où d’un simple pressentiment, mais à deux pas de la sortie il se retourna pour voir un jeune homme agir bizarrement, un jeune homme qu’il avait non seulement déjà vu, mais sur qui on venait tout juste de lui faire un rapport et son auteur se trouvait être à ses côtés. L’image de Liana les cheveux courts visiblement coupé à l’instant même au couteau frappa l’Aldébaran d’un souvenir terrible. L’image de la Louve se superposa à celle de son amie amérindienne lors du décès de son père, Asha avait alors eu le même geste que Liana et Marcus savait la peine et le respect que ce geste symbolisait.

A contrecœur le géant mit sa nostalgie de coté en se promettant de retourner voir son amie prochainement en se focalisant sur les faits et geste de cet Eidolon, si Liana avait raison et que cet homme avait en lui la force du Chevalier du Cancer alors Marcus comprenait où il voulait en venir tout en sachant la vanité de la tentative. Son prédécesseur avait arpenté la voix du passeur d’âme durant de nombreuses années sans jamais réussir à faire revenir quelqu’un d’entre les morts. Les deux hommes en étaient arrivé à la conclusion que ce n’était tout simplement pas possible car contraire à une quelconque règle divine et qu’il en était mieux ainsi. L’Aldébaran se félicita de faire deux têtes de plus que la moyenne et d’ainsi pouvoir observer l’inévitable. Lorsque tout fut enfin fini et que rien ne passa, Marcus laissa filer un soupir malgré lui.

C’était quand même bien tenté Chevalier.

Personne n’avait pu entendre l’intervention à voix basse du Taureau et Eidolon lui-même n’en saurai rien et c’était peu être mieux ainsi. Pour la seconde fois, Marcus tourna les talons et avant de quitter l’esplanade, il posa sa main sur l’épaule du garde le plus gradé afin de lui transmettre ses consignes. Malgré les heures sombres, ils leurs fallait prendre leurs responsabilités et l’heure d’élire un nouveau grand pope était venue, la présence d’un guide était plus que jamais nécessaire.

J’attend tous les Chevaliers d’Or dans la Chambre du Grand Pope, aussi ne laisse sortir aucun d’eux sans leur communiquer ma requête, y compris ce jeune homme qui viens de se faire remarquer, il est le nouveau Chevalier d'or du Cancer.

Un Krusos Sunagein va avoir lieu immédiatement, les Douze doivent se réunir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Lun 16 Sep - 18:20

Le Taureau, la Louve, le Sagittaire, le Cancer (un copain à pinces !), tous se succèdent lentement les uns après les autres. Certains ont choisi de supporter le cercueil de Mashia en une solennelle procession, d'autres, comme elle, préfèrent se retirer au loin de cette agitation.
Chacun sa façon d'aborder ce tragique évènement et toute la mise en scène qui le suit malheureusement sans que quiconque ne puisse l'en empêcher.

Elle ne dit rien. Elle reste perchée au sommet de la Chambre du Grand-Pope en les fixant presque un par un. Parfois son attention s'attarde sur l'un d'eux, comme ce fut le cas pour Kappa, ou lorsque ses prunelles sombres dérivèrent vers le Taureau. Mais à aucun moment elle n'esquisse le moindre mouvement, qu'il soit pour les rejoindre ou au contraire s'en éloigner.

Cependant ses sourcils se froncent quand le Cancer intervient d'une manière parfaitement surprenante. Et même si elle ne la connait que peu finalement, le geste de Liana arbore la symbolique de l'hommage, auquelle se rattache sans doute quelques croyances diverses dont le Scorpion n'a pas idée, mais là... le geste de ce chevalier... c'est presque de la pure folie à ses yeux.
Comme si la peine était trop forte, comme si la souffrance devenait intolérable, comme si il venait de perdre l'esprit aussi sûrement qu'Hector avait manqué de peu de le faire la veille.

Un profond soupir s'extirpe de ses lippes alors qu'elle baisse les yeux vers Aldébaran qui passe juste au-dessous d'elle. Sa poigne s'abat sur l'épaule d'un jeune garde à qui il donne une indication qui fait instantanément bouillir de rage le Scorpion.
Et voilà, ça recommence ! Ils ne l'ont même pas encore enterré qu'il faut déjà le remplacer ! Mais personne n'a-t-il les yeux en face des trous aujourd'hui ou est-elle la seule à considérer le décès de Fawn comme aussi grave que celui de Mashia ?

Ah ouais ?!
Non mais il délire là !


Décidément c'est une mauvaise semaine pour ses idoles. D'abord Shion, maintenant Aldébaran... Car si ses légendes sont bien loin de s'éteindre (il en faudrait beaucoup plus, faut quand même pas déconner oh !), voire même de s'émousser un seul instant, il est certain qu'il y a trop de colère en elle pour ne pas leur dire le fond de sa pensée. C'est donc mue par le désir assez... percutant... de rappeler au Taureau qu'ils nommeront un Grand Pope quand et seulement quand ils auront enterré Fawn, et pas avant, que la brune saute du toit en s'engouffrant à la suite du chevalier d'Or dans la Chambre de feu son maître.

-> Chambre du Grand Pope


Dernière édition par Ahina le Mar 17 Sep - 17:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Lun 16 Sep - 18:27




Le chant d’Excalibur avait vu juste, il l’avait mené jusqu’à son Temple. Jara ne l’avait pas tout de suite reconnu. En effet, il n’avait eu le plaisir de s’y rendre qu’une fois et ce n’était hélas qu’un passage afin de rejoindre sa Reine après quoi de nombreux événements s’étaient enchaînés jusqu’à ce retour à la source. Il avait été le Chevalier Neutre. Il incarnait l’innocence d’une nouvelle génération sans pouvoir prendre partie pour cette guerre civile entre les deux Athéna. Toutefois, il avait le sentiment que cette querelle était déjà bien loin et il avait raison. Le Cosmos divin de sa Gardienne n’avait pas seulement disparu, il s’était éteint. Comprenant ce que cela signifiait alors que de nombreux cosmos-énergie se rassemblaient au plus haut point du Sanctuaire,  il ne grimaça pas, étrangement. Tout d’abord pourvu d’un sentiment d’impuissance grandissant, celui-ci fit place à une notion de fatalité bien plus souveraine comme son sacre, cela semblait comme écrit. À ses yeux, il s’agissait d’une horrible vérité, il se faisait honte à son titre à penser cela et pourtant, ce sentiment ne voulait pas le quitter.

Gravissant les marches sacrées, il attrapa d’abord un étrange objet alors qu’Excalibur se balançait à sa hanche. Il se mordait les lèvres tout en gardant son regard dur et perçant, digne du Capricorne qu’il était maintenant. Toutefois, on pouvait dessellée cette petite lueur gouttelée dans ses yeux, symbole d’une tristesse qui n’avait pas oublié d’apparaître. Certes, la puissance du Karma était à l’origine de tout ceci, pourtant, elle ne l’empêchait pas d’être un homme et de ressentir une grande culpabilité avant même de connaître les réelles événements. Au sommet, le cortège funèbre se confirma. Il faisait parti des rares chevaliers en armure. Etant un homme très solitaire, il préféré s’écarter de cette foule avant qu’on ne remarque son armure d’or. S’appuyant au dos d’une colonne suffisamment éloignée de ses pairs pour ne pas avoir été du tout remarqué, il serra le point à la vue du cercueil de verre. Sa chevelure carmine avait gardé sa teinte pulpeuse. C’était bien elle, sa Reine, Athéna. Tout du moins, ça l’était. Jara avait aperçu Kappa du Verseau ainsi que l’Aldébaran du Taureau porter leur deuil. Il n’était pas du genre à exprimer ses sentiments et sensations devant tant de monde. Il se retira finalement, afin de s’assoir au bord de la grande colline. Loin de toute cette scène tragique, il posa sa nouvelle épée sur ses genoux sans l’extirper de son fourreau physique. Caressant la création, il se rendait compte de son nouveau rôle de Roi. Il était un guide et pourtant, il n’avait pas su se guider lui-même afin de protéger sa déesse. Peut-être que s’il avait pris parti dès le début pour le Lion ou le Verseau… Non, ces visions bien trop manichéennes pour le Capricorne venu des Indes ne pouvaient lui convenir. Observant les dernières étoiles encore visible avant le lever complet de l’Astre Sublime, il posait ses yeux sur la constellation du Makara : celle qui représentait son armure, celle que l’on appelait ici « Capricorne ».

« Qu’aurais-tu fait mon frère, qu’aurais-tu fait ? »

En proie aux doutes, ceci était complètement hors de ses principes. Il était un homme concis à l’avis aussi tranchant que sa lame. Pourtant, il ne savait plus à présent. Une voix graves vint le sortir de sa prière. Il la reconnaissait. C’était celle du Général des Armées. Même à une distance plus que raisonnable de la veillée funèbre, ses mots étaient entendus. Il était appelé, lui, un chevalier d’Or. Et quel piètre Saint il faisait…

« Un Krusos Sunagein. Qui aurait pensé que j’en serais témoin un jour ? »

En effet, les rares réunions dorées de l’histoire se comptaient sur les doigts de la main. C’était sûrement une nouvelle page dans l’histoire du Sanctuaire qui s’écrivait. Pourtant, il avait encore quelque chose à faire. Avec cet appel des Douze, la Statue d’Athéna avait dû se vider. En effet, à son retour, le peu d’âmes encore présentes prenaient congés. Se dirigeant vers le corps diaphane, Jara la contempla.

« C’est si triste de se dire que je ne vous connais pas… Ni en tant que déesse, ni même en tant qu’humaine… Vous m’aviez guidé jusqu’à ce destin qui m’incombe à présent et voilà que vous disparaissez. Pire, vous faites ceci en prenant la vie de cette pauvre dame qui n’a demandé qu’à vous servir… Et pourtant, ma Reine, je ne peux m’empêcher de vous suivre… C’est assez ironique, n’est-ce pas ? L’intéressé sortit finalement l’objet qu’il avait gardé pour cet occasion, Il est temps de vous laissez partir. Offrez nous un nouveau chemin et nous saurons tracer notre sort à travers celui-ci. »

Il déplia un long morceau de tissu rouge et le déposa au pied de la triste femme. La longue chevelure écarlate se confondait avec cette couverture. Dans sa culture, le corps d’une femme doit être emmailloté dans un tissu rouge afin de la libérer de l’horrible roue des réincarnations. En faisant ce geste, bien qu’il ne la connaisse pas, Jara libère Mashia de sa tourmente, la libère d’Athéna et la laisse rejoindre cet Autre-Monde où seul la paix l’attendra.

Reprenant l’air froid qu’il lui est propre, le Saint du Capricorne tourna les talons en direction des escaliers. Il semblait être le dernier encore sur place, tant mieux.


    Krusos Sunagein



Dernière édition par Jara le Dim 29 Sep - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mar 17 Sep - 0:27





Les derniers hommages se poursuivirent minute après minute, sans que je n’esquisse le moindre geste. Silencieusement, je pus constater que les chevaliers ayant revêtu comme moi leur armure étaient très peu nombreux. La plupart s’étaient parés d’atours de cérémonie. Pourtant, quelque chose en moi m’avait poussé à ne pas revêtir autre chose que l’armure du Verseau en cette triste soirée. Peut être le fait de n’avoir pas vu apparaître Mashia avec ma famille à la danse des esprits me poussait elle à croire ardemment que le Lotus était toujours en vie, quelque part. Peut être qu’inconsciemment, cet enterrement était pour moi un enterrement purement militaire, celui d’un chevalier ayant perdu sa déesse, et non celui d’un homme ayant perdu une amie très proche…

Mon regard semblait comme hypnotisé par la vision de ce cercueil, auprès duquel chacun et chacune se recueillait à sa manière. Chacun sa douleur, et chacun son fardeau. Ce n’est que lorsqu’un jeune homme inconnu de ma personne s’approcha du cercueil sous l’œil attentif et visiblement amical de Liana que je réagis : sous les tentatives répétées de cet inconnu pour tenter de faire revenir Mashia d’entre les morts, ma main resserra son étreinte sur l’épaule de Lya, qui m’observa en me lançant un regard mêlé de curiosité et presque de peur. A présent parés d’un regard glacial, mes yeux détaillèrent ce jeune homme avec attention, et je finis par comprendre qu’il était le remplaçant d’Urio, et donc, par voie de conséquence, le nouveau chevalier d’Or du Cancer.

Pour un nouveau, tenter ce genre de chose sur le corps sans vie de sa déesse était proche du blasphème, surtout à mes yeux. Ma mâchoire se serra en même temps que ma main, mais aucun autre signe extérieur ne montrait ma désapprobation vis-à-vis de ce geste, qui me semblait de toute façon bien inutile. Plus le temps passait, et plus je doutais que Mashia soit réellement morte. Et quant à ramener l’âme d’un dieu dans un corps de mortel, tenter la chose me paraissait bien plus que futile. Au bout d’un long moment, mon regard se détacha de ce nouveau chevalier, et fut attiré par Marcus qui se retirait lentement et avec discrétion malgré sa stature imposante. Je le vis échanger quelques mots avec le capitaine de la garde, avant de disparaître par la porte menant à la chambre du grand pope. Et alors que j’allais détourner mes yeux, je vis à mon grand étonnement une jeune femme sauter au pied du bâtiment depuis le toit, où elle observait les funérailles depuis un moment, d’après ce que je pouvais en juger. Une jeune femme que je reconnus sans mal, et qui semblait sacrément en colère.

Je ne compris pas pourquoi immédiatement, mais je sus qu’il me fallait la rattraper tout de suite.
- Naios ! Chuchotai-je à mon père qui s’était tenu avec Hector non loin de nous depuis le début de l’enterrement. Veilles sur Lya. Je dois rejoindre le Krusos immédiatement, je regrette. On se voit à la maison dès que j’en ai fini ici. Prends soin d’eux, Ajoutai-je avant de déposer un baiser dans la chevelure de la jeune fille et de prendre la même direction que Marcus et Ahina.
- Monseigneur ! M’aborda aussitôt le capitaine de la garde en me voyant approcher. Il faut que vous rejoigniez l’Aldébaran dans la chambre du grand Pope immédiatement, le Krusos Sunagein va débuter sous peu.
- Entendu… Merci… répondis-je simplement en passant devant lui sans m’arrêter.

Arrow Chambre du Pope


Dernière édition par Kappa le Sam 15 Aoû - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shion


Grand Pope
Grand Pope
avatar

Messages : 1105

Feuille de Personnage :
HP:
107/150  (107/150)
CS:
135/170  (135/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mar 17 Sep - 23:23

Arrow Temple du Grand Pope - PV Mu/Ahina/Alucar

Adossé à un pilier dans un coin des lieux, le Bélier observait la scène à distance. Cela faisait maintenant plusieurs heures qu'il était en deuil, plusieurs heures qu'il avait accompagné sa Déesse au sein du Sanctuaire Sous-Marin pour la protéger et plusieurs heures qu'il avait entendu sa voie murmurer ses adieux. Des paroles qui avaient résonné dans sa tête pendant un long moment et qui n'avaient cessé de le tourmenter sur toute la route du retour. Un acte incompréhensible pour le moment qui avait plongé le Premier Gardien dans un sentiment certain de culpabilité, d'échec.

Les heures s'étaient ensuite écoulées lentement, mélange de recueillement et d'explications aux différents Chevaliers d'Or l'interrogeant sur les circonstances de tous ces évènements. Plutôt difficile de trouver le repos de son âme lors que vous devez vous justifier à chaque instant? Peut-être dans un sens oui mais n'était-ce pas aussi un bon moyen de réfléchir aux évènements et de comprendre les erreurs qu'il avait pu commettre? Les erreurs d'hier, l'expérience de demain.

Mais aujourd'hui, tout se terminait enfin. L'enterrement de celle qui avait été leur guide. La fin d'une ère en attendant que la suivante ne débute. La fin de plusieurs heures de désespoir avant que l'Espoir ne puisse renaître au sein de leur Sanctuaire. Nombreux étaient les Chevaliers venus lui rendre hommage et ceux dont la Tristesse était apparente, certains allant même jusqu'à s'essayer à des actes désespérés. Comme ce Chevalier tentant de ramener Mashia à la vie, incapable d'accepter les choses et la laisser partir. Mais pour pouvoir tourner la page et regarder l'avenir, il fallait accepter de laisser le passé derrière soi.

Observateur, le Bélier avait décidé de l'être en ce jour. Pas un instant, il ne s'était approché des autres Chevaliers présents, se contentant d'adresser un signe de tête amical à ceux qui l'apercevaient. Bien d'autres occasions d'échanger avec eux se présenteraient à lui à l'avenir mais pour aujourd'hui, la solitude lui semblait la meilleure compagne. Ecoutant les hommages des différents Saints, observant les offrandes que certains étaient venus apporter, Shion nota pour lui-même le Krusos qui était planifié. Bien, il s'y rendrait. Cet évènement avait lieu bien rapidement mais peut-être était-ce ce dont le Sanctuaire avait besoin pour oublier. Pour continuer. Attendant que le nombre de présents se réduise, Shion s'approcha finalement du corps de sa Déesse pour lui murmurer quelques dernières paroles.

J'attendrai votre retour et je serai prêt. Reposez en paix Mashia et Fawn. L'Espoir demeure intact.


Arrow Temple du Grand Pope - Krusos
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mer 18 Sep - 14:10


La cérémonie continuait dans le silence le plus sépulcrale, ou presque. Il y avait bien entendu plusieurs personnes, même parmi les saints, qui ne pouvaient totalement réprimé un sanglot. Signun tentait de rester silencieux, fier et digne : il faut dire que son fils et sa femme pleuraient à sa place. Néanmoins, il ressentait une sensation pesante de tristesse toute à fait normale au vu de la situation.

C'est alors que quelque chose se produisit et il vit un homme s'approcher du cercueil. Le saint ailé ressenti le cosmos de l'individu s'intensifier avant de le voir lancer une arcane qu'il connaissait bien. Cette technique, il l'avait vu une fois, utilisé par Urio, mais c'était il y a longtemps. De plus, le saint du cancer l'utilisait généralement sur un adversaire vivant afin de l'enfermer dans l'antichambre de l'enfer. Mais alors, qu'est ce que cet homme essayait de faire en appelant Mashia à de multiples reprises ? Est ce que par hasard il essayait de la ramener en vie ? La sagittaire avait un doute sur la réussite de cette personne, y parvenir tiendrait du miracle. Mais quelle joie se serait de voir la jeune femme se relever.

Pendant un moment, Signun se mit à espérer pour voir Mashia revenir d'entre les morts, mais bien vite le cosmos de l'homme s'amenuisa et la technique se dissipa. Bien vite des gardes et des saints arrivèrent pour corriger le "profanateur" comme plusieurs témoins l'avaient appelé. Il serait bien intervenu pour défendre sa tentative, mais Liana, l'une des porteuse du cercueil de Mashia était intervenue avant lui , mais même elle fut prise de vitesse par un éclair doré qui s'interposa entre l'homme et les autres, l'armure d'or du Cancer.

C'est là que Aldébaran s'approcha à son tour de l'homme. Il s'arrêta en face de lui et Signun le vit soupirer avant de se retourner et de convoquer un Krusos Sunagein. Il désigna l'homme comme étant le nouveau protecteur de la quatrième maison zodiacale du Sanctuaire d'Athéna avant de se diriger vers la chambre du grand pope.

    " - Éléonore, retourne dans la maison du sagittaire quand tu auras finie ici. Moi, je risque malheureusement d'être en retard pour le souper.

    - Bien, j'espère quand même quelle ne se terminera pas trop tard. "


Signun aurait bien dit à sa femme qu'il essaierais, mais ça ne dépendait pas totalement de lui, en fait, ça ne dépendait pas du tout de lui. Le saint Ailé quitta sa famille avant de s'approcher du jeune chevalier du cancer et de lui poser la main sur son épaule.

    " - J'aurais aimer te voir réussir, vraiment. Mais ce n'est pas pour rien que seuls les dieux peuvent ramener les morts à la vie, ce doit être un exercice qui doit dépasser de loin nos propre compétence. "


Il essayait d'être rassurant pour ne pas que son confrère s'en veuille d'avoir échouer dans sa tentative de ramener la femme chevalier à la vie. Puis il se retourna vers le cercueil et regarda celle qui fut l'hôtesse d'Athéna quelques secondes, regrettant de ne pas l'avoir mieux connu et ne pouvant pas lui adresser quelques mots pour l'aider à trouver le repos. Enfin, il s'en alla tandis que les siens allait encore rester quelques minutes de plus, un luxe qu'il ne pouvait se permettre ai vu de la réunion qui l'attendait...


=> Chambre du Grand Pope (la famille de Signun reste présente encore quelques instants après son départ)
Revenir en haut Aller en bas
Yahtô


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 253
Armure : N/A

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
150/150  (150/150)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mer 18 Sep - 15:56

Arrow Rodorio


    « Rien de tel qu'une petite sieste. »

    C'est ce que se dit Ilios, alors qu'il était négligemment posé sur le fauteuil de son maître, pieds posés sur le bureau, bras croisés derrière la tête. En effet, il était resté là un moment depuis la disparition des envoyés d'Arès. Ceux-ci n'étaient guère restés longtemps, et pendant le temps qui suivi, l'apprenti avait flâné dans le Sanctuaire, en quête de quelque chose d'amusant à faire. Mais un souvent, un bruit soudain lui fit ouvrir une paupière. Qui osait troubler sa réflexion ? Encore un petit malin qui aurait voulu s'introduire dans la Sanctuaire ? Le jeune homme l'aurait bien corrigé, mais il se ravisa. Après tout, ce n'était pas son boulot. Même si la quasi-totalité des chevaliers étaient partis, lui n'avait toujours pas d'armure et donc n'avait aucune responsabilité. Aucune.

    Ilios referma alors doucement sa paupière en haussant des épaules, et se replongea dans sa médiation. Aaah, Athéna. Quelle femme quand même. Les diverses images qui lui venaient en tête étaient bien trop explicites pour être contées dans ce récit, mais sachez que le jeune homme à toujours eu un penchant plus ou moins prononcé pour la gent féminine. Les images défilants intérieurement, un grand sourire se dessina sur les lèvres de l'apprenti Saint, jusqu'à ce que plusieurs bruits de firent entendre au loin. Cette fois, il se remit en position correcte, ouvrant grand les yeux. Son visage était dur, sévère. Cela suffisait.

    Les bruits de pas se rapprochèrent, et Ilios pu comprendre qu'on courait dans les couloirs. Que pouvait-il donc bien se passer pour une telle agitation ?
    Le jeune homme ouvrit doucement la porte en bois et vit passer une horde de servante, courant à toute allure ! Il failli se faire renverser violemment, et ferma donc la porte rapidement, par réflexe. Les chevaliers sont revenus, pour qu'elles soient toutes excitées comme ça ? Ilios leur avait bien proposé de rendre service, mais il n'avait reçu que gifles. Il attendit, dos collé contre la porte, encore essoufflé et choqué par ce qu'il venait de voir. Un jour, les femmes auront raison de lui.

    Une fois le bruit dissipé, il se retourna et entre-ouvrit lentement la lourde porte, ne passant cette fois  que sa tête pour s'assurer que tout danger était maintenant écarté.
    Et en effet, plus personne. Il sortit alors de la pièce, et entra dans le couloir qui menait au chemin de la dernière maison du Zodiaque. Ilios avança pour suivre les traces du passage violent. Dans le temple du chevalier des Poissons, ça avait du batailler pour passer, parce que son petit jardin intérieur avait maintenant des airs de champ de bataille. Il y en a un qui sera pas de bonne humeur quand il rentrera... L'apprenti continua son petit bonhomme de chemin lorsqu'il vit une toute jeune servante, assise dans un coin pleurant la tête dans les bras. Une bonne occasion de savoir ce qui se passe. Le jeune homme s'arrêta près d'elle, et mis un genou à terre pour se mettre à sa hauteur. Il posa un main amicale sur sa tête.

      - Ben alors ma petite, qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi tu pleures comme ça ?  Et puis c'était quoi tout ce défilé, hein ?

    Ses paroles avaient été très douces, se voulant réconfortantes. Il joint le geste à la parole et prit la fillette dans ses bras. Certes, il était très intéressé par les femmes, mais il avait horreur qu'on leur manque de respect. Quiconque s'en prendrait à une femme signerait dès lors son arrêt de mort. Alors pour une petite fille, je laisse imaginer. Cette dernière leva la tête, un peu ahurie, et lui répondit doucement. Le temps s'était comme arrêté, le son coupé. Il voyait seulement les lèvres de la gamine bouger au ralenti, sans qu'aucun son n'en sorti. Pourtant il comprit tout ce qu'elle dit, et il perdit toute joyeuseté. Il devenait à cette annonce comme une sorte de mort-vivant. Pourquoi personne ne l'avait prévenu ? Et pourquoi elle ?! Pourquoi Athéna ?!

    Le jeune homme se leva, à l'instar d'un zombie, et entreprit le chemin jusqu'à la statue d'Athéna. Tous les chevaliers avaient déjà prononcés leurs vœux, chacun était venu se recueillir. C'était donc le tour de tous les habitants du Sanctuaire ne faisant pas partie de la chevalerie d'aller lui dire un dernier au revoir.
    Le chemin fut incroyablement court, et lorsqu'il entra dans le lieu de recueillement, toutes les servantes présentes se tournèrent vers lui, et virent l'expression de son visage. Comme si elles avaient pu communiquer par télépathie, elles se levèrent l'une après l'autre pour sortir, les laissant seuls en dehors des gardes.

    Ilios s'approcha de la défunte. Il tomba alors à genoux, et la regarda longuement, les larmes venant petit à petit. Elle semblait presque encore vivante, radieuse comme à son habitude. Il entendait presque encore sa voix chantante. Il ferma alors doucement les yeux, les larmes coulant cette fois à flots, serra les poings et les frappa de tout son être contre les dalles de pierre.

    ATHÉNAAAAAA !!!


Arrow ??
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Mer 18 Sep - 17:33

Arrow  Rodorio

Seulement après le calme vient toujours la tempête. Et ils leurs faudra vite sécher ses larmes pour à nouveau lever armes. Certes nous ne savons pas quand va frapper l'ennemi et ça ne me regarde forcément pas mais ce qu'il ce passe ici a des répercutions sur mon époque après. C'est ce qu'on appelle l'effet papillon. Faites tomber une pierre dans un lac et ça perturbe les poissons!! Faisons les choses dans l'ordre. L'hommage.

Arrivant devant la Statue de la Déesse de la Guerre, je me dirige vers le cercueil où repose la réincarnation d'Athéna répondant au nom de Mashia. M'arrêtant devant, je l'observe silencieusement, cette jeune femme revêtus d'une simple robe blanche reposant telle une princesse endormie. Et en y réfléchissant bien, c'est en effet son dernier voyage. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé exactement mais c'est toujours triste de mourir si jeune alors qu'on a encore la vie. C'est le risque que l'on prend quand on entre dans la chevalerie et encore plus quand on devient une déesse.

Mais moi bien qu'ayant cette armure, des fois je me pose des questions et certaines sont sans réponses. Si je l'avais connue, peut-être aurait elle pû m'aider mais c'est trop tard et puis j'ai tout le temps pour les trouver après tout. Donc reposes-toi bien Athéna et à bientôt!!


Arrow  temple des Gémeaux


Dernière édition par Mattheus le Dim 22 Sep - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Sam 21 Sep - 0:46

Comment avait-il pu être aussi naïf?! Cette question était sans doute sur toutes les lèvres à présent. Néanmoins, nul ne se permit de le lui faire remarquer en cet instant précis, car l'heure n'était plus aux grandes remontrances théâtrales... Le temps était venu de se repentir, de faire son deuil, qu'ainsi tous s'ancrent dans la tête une bonne fois pour toute une information des plus consternantes: la Déesse Athéna était morte et il n'y avait plus rien à faire...

Eidolon le premier aurait du mal à s'y faire. Sa tentative avortée et lamentablement exécutée en était la meilleure preuve... Jusqu'au dernier moment, il avait espéré libérer la Déesse, du moins son hôte, de sa quiétude mortelle, quitte à y laisser un bras, une jambe, la vie s'il le fallait! Ceci afin d'empêcher que les portes de la Mort ne se referment sur l'âme de la tendre et adorée Mashia, véritable vecteur d'espoir chez les Saints pour avoir été le réceptacle de leur Déesse bien-aimée.

En théorie, son plan aurait pu et surtout dû, fonctionner! Mais en pratique, c'était une toute autre histoire... Le seki shiki meikai ha ou cercles d'Hadès était une technique peu conventionnelle chez un Chevalier, dont l'effet principal était de dissocier l'âme d'une personne de son enveloppe corporelle afin de la plonger dans le Puits des âmes, un lieu se situant dans le monde des morts, à l'extrême lisière de l'enfer... Bien que les textes à la disposition d'Eidolon ne l'aient stipulé nulle part, en voyant l'âme de Mashia flotter au-dessus de son corps, l'idée, somme toute folle, de la forcer à réintégrer sa carcasse, lui avait dicté sa conduite.

Après tout, au diable les enseignements, les textes et les préjugés à ce sujet! Hormis Hadès, rares avaient été les êtres capables de ramener un mort à la vie, mais qu'importe! De tout temps, un individu était apparu pour repousser les limites du possible! De plus, le cosmos était à l'origine de tellement de miracles, que cette entreprise ne lui avait alors paru, pas si folle que cela en fin de compte! Mais le cosmos avait beau être à l'origine des miracles les plus extraordinaires, celui-ci était sans aucun doute, au moins trois crans au-dessus du plus fabuleux d'entre eux... Du coup, il ne fallait pas s'offusquer de l'échec de cette tentative. Après tout, beaucoup avaient essayé sans jamais réussir... Pourtant, cet échec troubla profondément l'Apprenti.

Il n'en revenait pas d'avoir échoué! Beaucoup, sans doute, parmi l'assemblée, ne doutait pas d'une issue aussi misérable, mais pourtant il ne pouvait pas comprendre les sentiments de l'Amérindien en cet instant précis! Il avait été à deux doigts de réussir! Il le sentait! Ou du moins il l'avait senti et en avait acquis la certitude... La convocation de l'âme de Mashia avait fonctionné et cette dernière lui était apparue... Il avait senti durant ce bref instant les aspirations de cette dernière, qui ne demandait qu'à supporter une fois de plus toute la peine que seule une existence humaine était à même de lui procurer, sa volonté étant de redonner de la joie et de l'espoir à tous. Mais voilà, au dernier moment, Eidolon avait senti son emprise se relâcher...

En d'autres circonstances, on aurait pu penser qu'un être infiniment plus doué lui avait joué un mauvais tour, mais il n'en était rien. La seule raison de ce relâchement, c'était son manque évident de puissance, ce cosmos si faible qui n'avait pas encore acquis sa pleine potentialité... Dans cette vaste salle, la personne qui maudissait le plus Eidolon pour avoir tenté l'impossible et souillé la dépouille de la Déesse, n'aurait jamais autant pu le haïr que ce qu'il se haïssait lui-même en cet instant mélodramatique... Eidolon avait enfreint bien des lois agissant de la sorte et comble de l'ironie il avait échoué... Plus que les règles bafouées, il s'était affranchi de tout code d'honneur en intentant à une morte, qui plus quand on sait l'importance que tous accordaient à celle-ci... Tous ne devaient penser qu'à le lyncher à présent... Jetant un dernier regard à ce qu'il restait encore de Mashia, il se releva avant de se retourner, prêt à recevoir la sanction qui lui était due...

Quelle surprise se fut pour lui de recevoir une telle aide! Bien entendu, des Saints s'étaient pressés en avant, prêts à le dérouiller comme il se devait pour avoir agi de la sorte. Eidolon ne les comprenait que trop bien... Après tout, il ne faisait que remplir leur devoir et il accueillait cette déconvenue avec joie. Néanmoins, celle-ci ne put être menée à terme et c'était malgré tout, mieux pour tout le monde. Quelle image auraient donc véhiculé les Saint s'ils s'étaient battus entre eux au cours de la cérémonie funéraire de leur Déesse? En tout cas, Athéna n'aurait pas apprécié, c'était une certitude... Eidolon vit Liana se risquer à se constituer en tant qu'opposant à tout cet attroupement, afin de le couvrir, le protéger une fois encore, mais une intervention extérieure et pour la moins surprenante vint l'occulter du devant de la scène.

La salle se retrouva soudain baignée dans la lumière! Cette lumière était tellement vive pour être franc, que tous crurent qu'Apollon lui-même intervenait pour corriger les Saints de se comporter de la sorte en pareil moment. Mais en réalité, il ne s'agissait de rien de tel! Telle la foudre de Zeus s'abattant des cieux, une forme indiscernable dans un premier temps, vint se loger aux pieds de l'Apprenti, provoquant stupeur et mouvement de recul général chez la plupart des Saints tout d'abord, avant que la surprise ne prenne le relais à son tour...

La dorure de l'entité métallique, identique à celle du soleil, fit comprendre à toute l'assemblée qu'il s'agissait d'une armure d'or, dès les premiers instants de sa venue. En revanche, que faisait donc là le crabe doré, armure de la quatrième maison du zodiaque censée avoir disparue en même temps que son légendaire propriétaire? Et pourquoi une armure aussi puissante et inestimable était-elle intervenue pour le protéger lui, ce pêcheur? Car oui, les intentions de celle-ci étaient claires! Ouvrant ses pinces et émettant un bruit strident à consonance métallique, donnant ainsi l'aspect qu'elle était bel et bien vivante, l'armure d'or du cancer s'était bien érigée en tant que protectrice du si controversé Apprenti qu'Eidolon était...

L'intervention divine de cette armure disparue cloua le bec à l'ensemble des personnes réunies. Tous restèrent bouches bées... Mais le plus surpris d'entre eux fut sans aucun doute Eidolon qui n'en croyait pas ses yeux. La surprise s'étant incrustée par tous les pores de sa peau, celle-ci se mua au fil des secondes en une certaine rancoeur: pourquoi venir l'aider malgré le mal qu'il avait causé en agissant de la sorte? Il n'y comprenait décidément plus rien... Mais sa réflexion fut de courte durée, car Liana, âme charitable par excellence et sans doute inquiète pour son poulain, lui prit la main, mettant un terme définitif à ses tourments, avant que celle-ci ne lui tienne comme bien souvent, un discours qui se voulait des plus positifs.

Jamais elle ne le laisserait tomber. C'était ce que ses yeux, ses propos, même s'ils n'avaient pas été énoncés de la sorte, traduisaient. Eidolon avait senti dès leur première rencontre que plus qu'une guerrière exceptionnelle, Liana était avant tout une femme avec le coeur sur la main, prête à aider son prochain, une Athéna bis en quelque sorte. Cette pensée n'en fut que renforcée en cet instant précis. Nul ne pouvait prédire de quoi leur destin serait fait, mais pour l'heure, Eidolon ne souhaitait qu'une chose: être à ses côtés afin que celle-ci continue à le guider, l'accompagner comme elle l'avait toujours fait jusqu'à présent. L'Apprenti aurait aimé que cette sensation de douceur que lui procurait Liana se poursuive indéfiniment, mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Alors qu'elle l'emmenait à part, un Chevalier d'Or, celui de la constellation du Sagittaire, le dénommé Signun, avait visiblement très à coeur de lui soumettre un discours, qui se voulait à la fois réconfortant et moralisateur...

Jusqu'à présent, personne n'avait eu le cran ou la décence, voire peut-être même l'envie, de le lui faire remarquer, mais son entreprise était vouée à l'échec dès le départ! Signun très impressionnant dans son armure, ailes déployées, ne s'était pas voulu cinglant envers l'Apprenti. Il voulait simplement lui faire pointer du doigt une évidence: il était encore peut-être trop tôt pour penser à réussir l'impossible. Malgré qu'il s'en soit allé, les propos du Chevalier d'Or du Sagittaire lui firent l'effet d'une douche froide. Effet qui ne se volatilisa pas malgré son absence... Loin d'être hébété ou désemparé comme à l'accoutumé quand il s'adressait à Liana, ce dernier voulut néanmoins partager avec elle ce qu'il avait vu:
    « Je l'ai vu Liana, je l'ai vu! L'âme de Mashia flottait au-dessus de son corps... » Dit-il simplement, résumant le reste dans sa tête avant de poursuivre « J'ai voulu l'aider! L'aider à réintégrer son corps, mais cette prouesse était bien au-dessus de mes moyens... »
La fin de ses propos avaient une certaine connotation négative, pourtant ce n'était absolument pas le but recherché par Eidolon. Ce dernier touché par les propos du Sagittaire, qui avaient eu l'effet d'un déclic chez sa personne, lui avaient permis de prendre du recul par rapport à tout ce qui venait de se produire. Il ne put énoncer ses conclusions à son homologue et sans aucun doute, meilleure alliée, car un garde vint les interrompre en cet instant précis.
    « Tous les Chevaliers d'Or doivent se réunir dans la Chambre du Grand Pope. » Dit-il de manière très mécanique, répétant mot pour mot ce qui lui avait été dit, avant qu'il ne reprenne « Un Krusos Sunagein va avoir lieu dans quelques minutes, c'est un ordre d'Aldébaran, Chevalier d'Or du Taureau et Général des armées du Sanctuaire. » Eidolon n'eut pas le temps de lui demander en quoi cette information le concernait, car le garde, sentant sans doute la question venir tant sa mine laissait transparaître son incompréhension, lui répondit en tout et pour tout « En tant que nouveau Chevalier d'Or du Cancer, il vous faut répondre à cet appel... »
Eidolon aurait eu toutes les raisons du monde de s'alarmer, de se questionner, se demander pourquoi les choses allaient si vite le concernant... Il aurait même pu refuser sur un coup de tête tant cela lui semblait soudain... Après tout, il n'était qu'un vulgaire Apprenti à qui on reconnaissait tout à coup le statut de Chevalier d'Or... Même s'il y était destiné, était-il véritablement prêt à endosser ce rôle? Rien n'était moins sûr... Et pourtant la réponse s'imposait d'elle-même.
    « Liana... J'y vais. » Dit-il simplement, la gratifiant d'un sourire qui se voulait véritablement bon.
Cette dernière avait elle aussi toutes les raisons du monde d'être inquiète, car sans doute pensait-elle qu'Eidolon devait encore être bien affecté par son cuisant et récent échec... Néanmoins, l'attitude de l'Amérindien ne faisait plus aucun doute, il était fin prêt. En cet instant, n'importe qui se trouvant à la portée du nouveau Saint, aurait pu ressentir combien ce dernier était fort... C'était troublant de voir qu'en si peu de temps, son attitude avait considérablement changé, ses tourments se muant en force...

À bien y réfléchir, tout ceci n'était guère étonnant: la démonstration de son don devant des Chevaliers à la renommée certaine, l'intervention protectrice de l'Armure d'Or du Cancer, sa convocation au Krusos Sunagein au sein de l'élite de la Chevalerie... Eidolon était tout simplement destiné à cette tâche. Il y avait été conditionné depuis sa plus tendre enfance et sans même le savoir, alors même qu'il ne connaissait encore rien des préceptes des Chevaliers. Eidolon avait pas mal douté ces derniers temps, mais aujourd'hui, c'est toute sa vie qui prenait enfin un sens: il n'avait vécu que dans ce seul but, celui de revêtir l'Armure d'Or du Cancer. Il y était à présent fermement résolu et cela se laissait ressentir notamment au niveau de sa prestance.
    « Tout ira bien. » Énonça-t-il à l'attention de Liana, la gratifiant d'un dernier sourire avant de se tourner en direction de l'Armure.
S'il était autant destiné qu'il le pensait à la revêtir et qu'il s'agissait bien du moment opportun, alors il n'aurait aucun mal à la faire venir jusqu'à lui... La fixant, il se mit alors à déployer son cosmos. La magie opéra instantanément! L'Armure d'Or du Cancer se mit à s'illuminer à son tour, répondant vraisemblablement à l'appel de son nouveau maître... Celle-ci se disloqua alors, signe que la synchronisation entre les deux êtres était totale, et vint parer l'élu qu'elle avait désigné, de la tête au pied... Scintillant de mille feux, Eidolon avait fière allure dans tout cet amas d'or... Une légère brise frappa les lieux, faisant ainsi onduler la cape immaculée de blanc du nouveau Chevalier d'Or du Cancer, préfigurant également un nouveau vent de fraîcheur chez les Saints. Malgré son heaume aux pointes acérées lui recouvrant une partie du visage, Eidolon n'eut aucun mal à savourer la fraîcheur de cette brise ambiante... Ainsi vêtu, il se sentait renaître! À vrai dire, il n'avait plus rien de comparable avec l'ancien Eidolon, c'était comme si un tout autre être que lui, mais possédant ses traits, venait de naître!

Malgré le fait qu'il porte une telle armure, la sérénité qu'elle lui procurait et la force qu'elle lui insufflait, Eidolon au fond, restait le même homme. En partant accomplir son devoir de Chevalier d'Or, il n'hésita pas à décrocher un énième sourire à sa protectrice, signe que tout irait pour le mieux à présent et qu'il ferait honneur à son rang, aux Saints dans leur totalité, mais aussi à Athéna elle-même...
    « Merci... » Dit-il « Oui, merci pour tout Liana. »
Ce Chevalier entamait à présent un nouveau chapitre de sa vie... Nayati, l'Amérindien rejeté de tous avait cessé d'exister depuis belle lurette, mais à présent c'était Eidolon l'Apprenti Saint qui venait de disparaitre... En lieu et place de ce dernier, un nouveau Chevalier d'Or était né: Eidolon, le Chevalier d'Or du Cancer...



→ Krusos Sunagein
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Dim 22 Sep - 21:21


La Louve observait le nouveau chevalier d'or du Cancer rejoindre ses paires. Le faciès de la Sainte s'était orné d'un sourire, et ce malgré le sombre événement auxquels tous participaient. En effet, l'un des Apprentis venait de trouver sa place et son chemin au sein de la Chevalerie. Ne fallait-il pas voir, dans le fait qu'un nouveau chevalier soit désigné en ces heures noires, un signe d'espoir?

Elle trouvait que le port de l'armure lui allait à merveille et qu'il dégageait une certaine prestance. Lorsqu'il était venu à elle pour la rassurer, et l'avait observé avec le plus grand soin. Les iris azurées de la jeune femme s'étaient plongés dans ceux d'Eidolon, sondant ce dernier comme pour y déceler la moindre trace de doute. Mais il n'y avait rien de tout ça. Alors souriante, elle s'était approchée et avait tendu son bras. Lorsque l'ancien apprenti avait tendu le sien, elle lui avait enserré l'avant bras, comme le faisait les amérindiens pour se saluer.

"- Je ne doute absolument pas que tout ira pour le mieux Eidolon du Cancer. Et tu n'as pas à me remercier. Tu avais déjà parcouru le plus gros du chemin, je n'ai fais que mon devoir de Chevalier en te guidant comme je l'ai pu. Je suis certaine que tu feras un excellent chevalier d'or."

Elle semblait visiblement étonnée par le fait qu'il se confonde de la sorte en remerciements. Après tout, elle n'était guère habituée à ce genre de "traitement". Elle avait légèrement incliné la tête en guise de salut, avant de se reculer pour le laisser aller vers son destin. Son premier acte de chevalier d'or serait de participer à l'élection du Nouveau Grand Pope. Elle était peinée de la disparition de Fawn c'était certain, mais il fallait songer à l'avenir du Sanctuaire à présent qu'Athéna n'était plus parmi eux. Elle était certaine que c'était ce qu'aurait souhaité l'ancien chevalier d'or du Verseau.

Pourtant de nombreux Golds ne seraient pas présents. Dohko. Celsius. Asmita. Et Corell dans tout ça, où se trouvait-il cet idiot? Lui qui aimait tant sa déesse, qui l'avait abandonné pour la servir, pour quelle obscure raison n'était-il pas là? A nouveau elle ressentait ce sentiment de solitude et de doute qui l'emplissait depuis peu quand elle songeait au Lion d'or.

La Louve avait ressenti la présence familière de Shion et s'était tournée dans sa direction pour le voir s'en aller rejoindre les siens. Elle savait pouvoir compter sur son infinie Sagesse. Elle aurait aimé aller vers lui, converser et deviser avec comme ils l'avaient si souvent fait par le passé lorsqu'elle était arrivée au Sanctuaire. Mais l'heure des discussions devraient encore attendre. Pourtant elle gardait en mémoire l'invitation de son maître. Oui elle ne manquerait pas d'aller à sa rencontre lorsque le moment sera venu.

La Sainte finit par reporter son attention sur le cercueil de Mashia. Eidolon lui avait dit qu'il l'avait vu. Elle ne doutait pas de l'honnêteté du chevalier. Jamais il n'aurait agi de la sorte sinon. Alors qu'est-ce que cela pouvait bien signifier? Elle resta un long moment perdue de la sorte dans ses pensées, avant que Shadow ne l'interrompe.

*Nous devrions y aller.*

La jeune femme baissa son regard sur son comparse en acquiesçant.

*Allons-y alors.*

Où, elle ne le savait pas encore. Là où son devoir de chevalier la guiderait fort probablement.


~> Chroniques
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Lun 23 Sep - 13:47

Une prière... Juste une... Rien de plus rien de moins... Il n'était pas dans la nature de Mu de pleurer les morts car il connaissait que trop bien la finalité de tout cela. Quand une Etoile mourrait, elle laissait des milliers de grains de poussières se reformer pour donner vie à une nouvelle Etoile dans le ciel. Fixant le cercueil de cristal un moment, les yeux du jeune apprenti se levèrent vers la voûte céleste pour regarder ces constellations qui les suivaient tous. Dans un grand silence, il avait observer la naissance du nouveau Chevalier du Cancer et aussi les regards entre tous les Hommes et Femmes de l'Asssemblée du Seuil. Chacun était pétri dans ses contradictions, dans ses douleurs intérieures et il ne pouvait s'empêcher de regarder son mentor à l'écart, ses yeux sombres et mélancoliques reflétant son humeur du moment et Mu respectait donc sa tranquillité en cet instant bien difficile.

C'est alors que le chevalier d'or du Taureau exprima à haute voix ce qui allait se passer ensuite dans la salle du Grand Pope. Un Krusos ? Etait-ce le bon moment ? Ce n'était pas à lui d'en juger et il vit le Scorpion bondir du toit pour aller rejoindre rapidement le Taureau. Il était clair que tout cela se rajoutait à des crispations et vu la nature de ce chevalier, elle n'allait pas faire dans le détail pour exprimer son point de vue. Le fait de voir Kappa lui "courir" après était un signe qu'il ne se trompait pas sur la nature explosive de la jeune femme. Ceci étant dit, quel rôle avait-il ? L'enterrement se terminait entre sanglots feutrés et dignité des visages de marbre ! Il savait que le temple du Grand Pope allait devenir un lieu important dans les jours à venir et le célèbre "Habemus Papam" serait déclaré.

Alors que la grande place de la Statue d'Athéna se vidait, il restait là à la contempler. Nul doute dans son regard, la volonté d'Athéna, les propos d'Asmita, tout cela était un signe d'espoir dans les jours à venir. Le jeune homme savait qu'il avait un héritage bien lourd au milieu des Saints, il était le fils du Traitre pour les Marinas, le fils de celui qui avait vaincu bien des Saints lors de la dernière Guerre Sainte aux Enfers, il était une ombre depuis longtemps. L'ombre de son Père, l'ombre de son Maître, avait-il sa place dans la lumière ? Ce moment intime avec lui même lui permettait de répondre au moins à la question. Pendant trop longtemps, il était resté en arrière non pas par lâcheté mais pas convenance personnelle, il n'aimait tout simplement pas le combat et préférait la diplomatie à tout le reste. Mais ! Les derniers évènements lui avaient donné tort sur toute la ligne ! Il avait promis de défendre le Grand Pope et un nouveau chevalier d'or allait être élu par ses pairs dans ce dessein.

" Père, je sais ce qu'il me reste à faire... Plus jamais un nouveau Fawn ne tombera sans que je ne puisse rien faire ! Vous m'avez appris tout ce que je devais savoir, Maître Shion m'a appris ce que je devais comprendre de ce monde et ses techniques, il ne me reste plus qu'à ouvrir la porte ! Athéna ! Je sais que votre esprit est encore présent car l'étincelle de notre Espoir est ce qui nous anime et je sais que vous nous reviendrez. Ce jour là, je serai prêt, je vais m'entraîner durement pour parfaire mes techniques de combat, que la naissance de cette Etoile me guide... "

Un chuchotement, une promesse à nouveau promise sur l'autel de la déesse de la Guerre ! Sa sagesse, son sang froid hérité de son Père allait être mis à contribution sous peu. Il n'avait plus l'envie d'être une ombre dans le néant des grands. Le temps était venu et il décidait dans un premier temps d'aller dans le temple du Bélier pour travailler sur les armures encore en piteux état. Se retournant, il gela une larme avec le plus de froid possible, au coeur de cette larme, une poussière scintillante comme une étoile naissait. Le regard un peu plus marqué par les derniers jours, Mu chancela légèrement et se rendit compte de son état de fatigue morale et physique.

" Et bien mon pauvre gars, t'es dans un sale état ! La morsure de la Murène est encore bien douloureuse... Je dois aller me reposer un peu avant de savoir ce que je fais... Et puis en l'absence de Maître Shion, autant garder son temple au cas ou... Tiens, ou est-elle ? "

Sortant de la lune, Mu venait de se rendre compte que sa consoeur le chevalier du Loup n'était déjà plus là. Il s'en voulait, pour une fois qu'il la voyait, il ne lui avait pas dit un mot de plus. De toute façon, l'aurait-il pu ? Silencieux à son dernier chuchotement, il quitta les lieues pour se diriger vers le temple du Bélier

=> Temple du Bélier
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   Dim 6 Oct - 12:02

:: Péché Indélébile :.

N'est pas mort ce qui à jamais dort
et au long des ères peut mourir même la mort.
Loin des autres, à l'écart, à regarder ce que personne ne peut voir... Là était sa place, la seule qui lui revienne de droit, l'unique où il puisse demeurer pour le reste de sa propre éternité. Un endroit qui à cet instant et pour la première fois lui convenait car il n'estimait pas être digne de paraître devant celle qu'il avait laissée mourir, fut-ce une dernière fois. Si son armure ne l'avait pas quitté, jamais il n'en avait tant ressenti le poids, à plus forte raison en ce moment solennel où ne restent que les adieux et où il lui semblait qu'une pluie froide venue de son propre coeur venait encore alourdir ses épaules. Son expression ne changeait guère de d'habitude : tout ce qu'il voulait bien montrer, c'était ce masque de neutralité que rien, pas même la fin du monde et de l'humanité avec lui, n'aurait pu ébranler.

Seul comptait ce qui se cachait derrière le vide de ses traits, et il souffrait bien assez à ce sujet pour ne pas douter une seule seconde que son repentir soit sincère. Parvenant à peine à se tolérer, seul le regard des autres pouvait lui peser, et c'était donc tout naturellement qu'il avait pris ses distances. Ce qu'en savait tout un chacun, quelle était la rumeur à son sujet, il ne le savait et ne voulait pas risquer de l'apprendre à ses dépens. Ce n'était ni l'endroit ni le moment. Certains pouvant plus que mal vivre l'idée de voir son assassin indirect se présenter à ses funérailles, l'eut-elle pardonné de là où elle était sans quoi il ne serait plus là pour y songer, il ne voulait point s'y essayer.

Aucun risque ne saurait être encouru de briser la sérénité de cet instant. Attiser les flammes de la colère ne réussirait qu'à assombrir ses derniers instants sur cette terre dans une vaine querelle qu'elle n'aurait pas souhaité voir, et éviter cela faisait aussi partie de son devoir. Son apparence ne différait que très peu de ce à quoi ses camarades étaient habitués, l'épuisement et l'abattement étant sans doute les changements majeurs que l'on puisse conter. Car si solide qu'il paraisse en apparence, le regarder droit dans les yeux aurait suffi à savoir combien il était ravagé, à plus forte raison qu'il estimait devoir en porter la responsabilité. Puisse-t-il prendre par la même occasion celle de Shion, s'il le fallait – alléger le Bélier s'il en souffrait. C'était bien la seule chose à quoi il était bon, de toute façon.

Outre cela, son bandeau immaculé avait été ôté, n'empêchant toutefois pas sa chevelure dont la couleur même, si vive puisse-t-elle être, semblait s'être ternie en cette funeste journée, d'être tirée vers l'arrière en une abondante queue de cheval que ne retenait plus qu'une noire pièce de tissu. Sa tenue était quant à elle inchangée ; il ne pouvait y avoir meilleur choix que son armure en la matière pour l'accompagner dans les prémices de son dernier voyage. Pour lui rendre un dernier hommage. Ainsi, peu avaient eu à se rendre compte dans sa présence, sa place étant dans l'ombre qu'il n'aurait jamais du quitter – et peut-être qu'ainsi rien de tout cela ne serait arrivé. Ainsi les vit-il tous défiler devant ses yeux, suivant sans y assister le passage  troublé de ceux qui s'étaient succédés.

Bien qu'il ait entendu l'appel de Marcus, que celui-ci ne l'ait point remarqué le convainquit de prendre quelques minutes encore pour s'attarder. Quand bien même il aurait été aperçu, cela ne l'aurait point fait se précipiter. Rester plus longtemps à ses côtés n'allait rien changer et il le savait, mais le Saint des Poissons avait en son coeur l'impression qu'il le lui devait, aussi ne le trahirait-il pas jusqu'à ce que s'impose d'elle-même la volonté de s'en détacher. Il n'approcha pas de plus près, n'esquissa pas un geste à son intention ; c'aurait été briser son inexpressivité et il ne le fallait, car il était les Poissons. Quand bien même il ne laissait rien paraître, Athéna saurait, de là où à présent elle se trouvait, ce qu'au plus profond de son âme il en était.

Il ne fut pas sans s'interroger sur certains actes désemparés et leurs raisons, comme la vaine tentative d'un apprenti plus que prometteur qui en cet instant gagnait ses lettres de noblesse ou encore le signe de croix d'un Saint à l'armure méconnue mais n'étant pas sans lui rappeler quelque chose qu'il connaissait, sans pouvoir savoir ce qu'il en était. Par sa mort, toute la vie du Sanctuaire était ici rassemblée, cultivant sa diversité mais partageant une même tristesse, un même regret. De cette peine infinie, ils devaient trouver la force de se relever, de tout faire pour que cela ne puisse plus arriver et pour que la prochaine Déesse de la Guerre puisse vivre longtemps et en sécurité.

Son destin la prédestinait peut-être à connaître une fin tragique à chaque fois qu'elle daignait se réincarner, mais leur rôle était de la retarder. De tomber avant qu'elle ne le fasse et ce jusqu'au dernier. Et une seule question le hantait, une à laquelle rien ni personne ne pouvait répondre. Une interrogation dont nul ne pourrait le soulager, que ce soit maintenant ou à jamais. Car depuis la nuit des temps, l'humanité en cherche la réponse sans jamais la trouver, ce mystère en condamnant certains à vivre dans l'obscurité.

Pourquoi tombons-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: :: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]   

Revenir en haut Aller en bas
 

:: Face aux heures sombres, l'espoir subsiste. [Ouvert aux Saints]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Statue d'Athéna-