RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [PV Yavin & Celsius] La confiance règne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yavin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 351

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: [PV Yavin & Celsius] La confiance règne.   Mer 2 Oct - 12:59

    Il était vers les cinq heures trente du matin. L'air était assez frais pour un village grec. Peut-être 15 degrés, seize tout au plus. Il ne faisait pas nuit, mais il ne fait pas jour non plus ; le soleil se levait doucement à l'horizon. On ne pouvait pas encore l'apercevoir, mais au loin déjà dans le ciel une couleur rose orangée commençait à se diffuser. C'était le moment de la journée préféré de Yavin. Le monde était encore endormi, comme mort, et pourtant le soleil se levait. Les gens ne savaient pas ce qu'ils perdaient, trop pressés par leur vie de travail, d'abrutissement par les émotions. La nature, c'était la vérité, et ceux qui ne prenaient pas le temps de l'apprécier n'avaient rien compris. Mais peut-être était-il le seul à cela voir de cette façon. C'était peut-être même idiot, mais il n'en avait que faire, puisque aujourd'hui il venait accomplir sa mission.

    Jack O'Bannon n'était pas quelqu'un envers qui le Marina accordait une confiance aveugle. Il suivrait ses ordres parce qu'il le devait, mais ce n'est pas non plus pour ça qu'il ne se méfiait pas. Yavin ne savait d'ailleurs toujours pas s'il allait désobéir ou non. Il ne portait pas son écaille, seulement un drap couleur terre, qui enveloppait son corps et sa tête. Il réfléchissait, et depuis qu'il avait quitté l'ordre des Saints, le Sanctuaire s'était toujours retrouvé sur son chemin. Relativisant, il se dit que c'était probablement parce qu'il était originaire de ces rues qu'il était toujours le seul à être envoyé ici. Sa marche se faisait toujours lente et discrète, mais il arrivait devant la porte d'Hector. Ce n'était visiblement pas quelqu'un de très riche, sa maison étant similaire à toutes celles alentour.

    Il ne devait néanmoins pas se poser de questions. Si on l’envoi là, c'est qu'il y a une raison. Cependant, les Saints n'ont à sa connaissance jamais rompu l'alliance. C'est pourquoi il hésita quelques instants devant la porte, avant de faire demi-tour en poussant un soupir. Il n'avait pas eu cette éducation, et même s'il se considérait pour le moment plus comme un mercenaire qu'un véritable Général, il souhaitait avoir un droit de regard sur ses missions. Il prit alors une autre direction, celle de la place. Il attendrait ici quelques heures, l'invité arrivera quand il le pourra.


      ~ Tu fais vraiment chier Tomas ! Je croyais bien t'avoir enterré ! Ma force de volonté était trop puissante pour te laisser en vie, alors comment peux-tu encore avoir autant d'influence sur moi ! ~

      ~ Je t'ai déjà dit que c'était nous. Et ce serait toujours nous, même si tu as pris le contrôle. Certes, j'ai disparu un temps, mais je suis revenu parce que quelque part c'était toi qui m'appelait. Tu ne pourras jamais complètement me détruire. Ce sont tes doutes sur ta faction, ton camp et ton intégrité qui m'ont fait revenir. Tu n'es pas sûr de toi Yavin, tu doutes. Et c'est pour ça que je suis là. Nous ne formons qu'une seule personne au final, et c'est pour ça que nous avons besoin d'être tous les deux pour être le plus fort possible. Et puis, avec tout le respect que j'ai pour toi, tu as bien trop de fierté pour demander de l'aide, alors il fallait bien que quelqu'un le fasse ~

    Ce dialogue intérieur prit fin, Yavin lâchant un petit grognement de protestation. Cependant, il savait que Tomas disait vrai. Et puis, ce n'est pas comme s'il avait choisi n'importe quel Saint. De toute façon, le Général des Lyumnades n'avait pas envie de leur faire confiance. Le seul qui avait encore un peu de valeur à ses yeux, était encore celui qui par son signe était le plus proche des mers. Il y a un mois de cela, le Marina avait envoyé une missive à Celsius, pour lui donner rendez-vous. Il préférait espacer le tout pour que rien ne paraisse suspect. Bien entendu, cet entretient était privé, et aucun Sanctuaire ne devait être au courant. Le jeune homme ne savait pas s'il était en train de trahir son camp, ou le sauver. Toujours est-il que cet état de conscience le chamboulait, et qu'il avait besoin d'en parler avec quelqu'un.

    Vu toutes les fortes têtes que comptait l'armée de Poséidon, la discussion aurait tourné assez court si la question avait été soulevée. Il fallait donc s'entretenir avec un Saint, et celui des Poissons était probablement la personne en qui il avait étrangement le plus confiance. Il se souvenait encore des derniers mots qu'il lui avait adressé dans le Temple de Poséidon. Yavin ne savait pas vraiment pourquoi, mais il voyait en lui un ami. Quand il était rentré chez les chevaliers d'Athéna, le garçon avait admiré le Gold Saint dès les premières secondes. Le Sanctuaire était en Guerre, et avait-il à peine reçu l'armure du Lionnet qu'il devait combattre, en passant à travers une faille dimensionnelle. Rien que ça. Ses convictions étaient assez fortes pour porter l'armure, mais pour mener une guerre cinq secondes après, c'était autre chose.

    Cependant, le chevalier d'Or avait su le rassurer, et lui donner suffisamment de courage. Une assurance et un charisme se dégageaient naturellement de cet homme, sans que l'on ne puisse expliquer pourquoi. Pourtant, à leur dernière rencontre, tout cela avait disparu. Le Marina se posait des questions également là dessus, et espérait peut-être lui rendre la pareille. Non pas qu'il soit devenu « gentil », mais il n'aimait pas avoir de dettes.
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Yavin & Celsius] La confiance règne.   Mer 16 Oct - 3:30

:: La Confiance Règne :.

S'il ne cilla pas en déchiffrant la missive, Celsius ne manqua pas d'être intrigué par son contenu. Dire qu'il ne s'y attendait pas aurait été un bien faible mot. Rien n'aurait pu l'y préparer, et encore moins dans les circonstances dans lesquelles ils s'étaient quittés. S'il ne s'était dit à aucun moment qu'il ne reverrait jamais Yavin du Lionnet, Général du Lyumnades désormais, il ne pensait pas non plus que cela serait forcément le cas et d'autant plus depuis les mesures défensives annoncées par Jack O'Bannon. Aussi ne pouvait-il que difficilement s'attendre à avoir des nouvelles de lui et dans un délai aussi court qui plus est. À peine un mois s'était écoulé depuis que le Saint des Poissons avait laissé derrière lui le Sanctuaire Sous-Marin et même s'il était passé quantité de choses depuis – à commencer par la proclamation d'un Krusos Sunagein et avec lui de celle d'un nouveau Grand Pope – il ne pensait plus en entendre parler avant plusieurs années.

Du moins à l'exception de sa sirène bien-aimée, qu'il comptait bien revoir avant qu'un tel délai ne se soit écoulé. Elle viendrait à lui, avait-elle dit. Le Chevalier des Fleurs était donc censé n'avoir aucune raison de s'en faire, mais ne pouvait s'empêcher de se demander vers quel horizon elle pouvait faire voile à l'heure qu'il est et combien de temps cela prendrait encore avant que prenne fin cette séparation forcée. Son deuil avait été fait voilà longtemps, lui qui n'avait pas le droit de s'attacher à qui que ce soit, lui pour qui elle était la seule exception. Tout ce qu'il pouvait faire était de se préparer à l'accueillir à présent, hélas que trop certain qu'elle s'annoncerait à lui dans un bien triste état et ce pour faire naufrage au creux de ses bras. Sombre pressentiment qui ne le lâchait pas. Toujours était-il que s'il s'était attendu à avoir des nouvelles de l'un des protecteurs des piliers, c'était elle et personne d'autre.

Et pourtant.

Le message n'était pour des raisons évidentes pas ce qui se faisait de plus explicite, et lui avait été directement adressé. Pourquoi lui ? Parce qu'il était le dernier à l'avoir vu ? Celsius ne voyait guère d'autre possibilité. Quelles que soient les raisons de cette visite, il pouvait difficilement se dire qu'il avait été vu comme étant la personne la mieux indiquée. Outre le fait que les liens de Shion avec les Marinas étaient plus profonds et mieux ancrés, il était sensiblement plus proche de l'entrée où le visiteur l'attendait et sans l'ombre d'un doute plus à même de l'aider. De plus, le Roi des Ronces trouvait fort étrange qu'un messager – si tendues que puissent être les relations entre leurs camps à ses yeux – préfère user de moyens détournés plutôt que de s'annoncer en précisant clairement à qui il voulait parler.

Son statut de traître n'était certes pas pour lui venir en aide dans un tel cas de figure, mais les Saints n'étaient pas hommes à lyncher quelqu'un sur ce seul critère – si nourrie soit leur animosité à son égard. Au fond, il n'avait porté préjudice à aucun d'eux et n'avait fait que trouver la place qui était la sienne. Pour n'être pas sûr que la sienne soit la bonne, l'empoisonneur ne comprenait que trop bien une telle décision et serait bien mal placé pour l'en blâmer d'une quelconque façon. Être ainsi convoqué le laissa longuement circonspect, mais il finit par résoudre de s'y rendre quoi qu'il en coûte. Si l'on faisait appel à lui personnellement - à fortiori une personne censée être au courant de ses difficultés relationnelles – il peinait à croire que cela puisse être anodin. Et puis, ce n'était pas comme s'il ne pouvait pas se défendre en cas de besoin. Si insuffisante que soit sa force, il ne l'en possédait pas moins.

Ainsi s'était-il préparé à la rencontre en enfilant une cape de voyage qui dissimulerait son identité avant de descendre au pied du Sanctuaire pour y retrouver celui qui l'y avait très solennellement  convié par lettre interposée. Paraissant ne pas connaître la peur, sans changer d'expression un seul instant, il franchit la distance qui le séparait du point de rendez-vous en un rien de temps sans qu'il ait eu à se presser pour autant. Ce trajet avait toujours eu sur lui un effet apaisant, lui laissant le loisir de réfléchir à son gré et de méditer sur ce qui le méritait. Cette fois, il ne fit toutefois qu'élaborer des théories sur les raisons de cette invitation. Et plus il y songeait, moins cela semblait être fait dans l'intérêt d'Atlantis mais plutôt à titre personnel. Aurait-il quelque message d'adieu à transmettre aux Saints qu'il n'oserait prononcer en personne de peur du sort qui lui serait réservé ? Cela ne correspondait guère à la dernière image qu'il en gardait.

Une fois à proximité, il relâcha une bouffée d'énergie, simple volute dorée qui s'échappa de sous le tissu pour annoncer sa venue. Une effusion si brève n'attirerait pas l'attention des Chevaliers même les plus aguerris, la maison du Bélier étant trop loin pour que son gardien perçoive quelque chose de si éphémère – ou à défaut ne s'en inquiète tant ce cosmos devait lui sembler familier. Son visage était peut-être sous le couvert de l'ombre et du secret, mais l'odeur de rose qui le précédait ferait le reste sans qu'il soit permis d'en douter. Même si ce n'était pas la première fois qu'il le voyait sous cet aspect, le Saint des Poissons dut avouer avoir eu du mal à le reconnaître tant il avait changé depuis l'époque où il portait encore l'Armure du Lionnet. Avant que Poséidon lui-même n'en fasse qu'un amas étincelant en l'en dépossédant. C'était ainsi que tout avait commencé. Il s'avança néanmoins, aussi laconique qu'à l'accoutumée.
Tu as demandé à me voir ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Yavin


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 351

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [PV Yavin & Celsius] La confiance règne.   Dim 1 Déc - 2:12


    L'air était frais ce jour là.Ce serait probablement une bonne journée, pas trop chaude, avec un peu de vent. Aucune pluie prévue, au vu du ciel. Une bonne journée. Celsuis était finalement venu. Il se tenait face au Général, impassible, comme à son habitude. Franc et direct, il alla à l'essentiel. « Tu as demandé à me voir ? » . Sur la petite place régnait un arbre, joliment entouré par pierres disposées soigneusement. Yavin était assis sur l'une d'elle et proposa au Saint de le rejoindre. Il n'aimait pas vraiment qu'on le regarde de haut. Cependant, mieux valait ne pas faire attendre le Saint, il devait sans doute être occupé ailleurs et il ne fallait de toute façon pas éveiller de soupson. L'entrevue se devait courte. Le Marina n'avait absolument aucune idée de par où commencer, de ce qu'il devait révéler ou non. Il se dit que de toute manière, mieux valait commencer, et la suite suivrait toute seule. Il débuta donc.

      ~ J'ai effectivement demandé à te voir. Étrangement, tu es celui que je considère comme étant le proche d'un ami. Cocasse hein ? Je n'ai jamais vraiment eu le temps de me lier aux autres, tout est allé si vite... Mais j'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour toi. Et tu es également le seul à ne pas me regarder comme le dernier des enfoirés. Ici, du moins. De l'autre coté, je ne sais pas ce qu'ils pensent. Tout ce qu'ils font c'est gueuler et... Enfin, je ne devrais pas te déranger avec tout ça, allons à l'essentiel hein ? Je devais venir ici pour.. Eh bien, faire du mal à quelqu'un. Mais je n'y arrive pas. Je me suis pausé devant la maison, toutes les conditions étaient réunies mais... Je n'y suis pas arrivé. Je pouvais voir de là le Sanctuaire, et toutes ces images qui traînaient dans ma tête et... Je ne sais plus, je ne peux plus. Oui, j'ai trahi le Sanctuaire, mais je pensais pouvoir me sentir mieux ! Poséidon m'avait beaucoup impressionné, il dégageait quelque chose de fort, et j'ai envie de le suivre. Et puis, ce sont nos alliés, donc ce n'est pas vraiment un traîtrise ? Et au final, je me retrouve avec une bande d'inconnus chez qui je ne trouve aucune confiance, aucune solidarité. Ils font bandes à part et agissent pour leur propre intérêt... Je ne peux pas revenir chez les Saints, mais je ne veux pas retourner chez Poséidon. Les choses ont changées depuis que Jack O'Bannon à prit les rennes. Vous ferriez mieux de ne faire confiance à personne, pour le moment. Voilà, c'était ce que je suis venu te dire. Faites attention à vous, et pour le moment dites-vous que vous êtes seuls. Je ne sais pas si vous devez vous préparer à combattre, je voulais juste vous avertir. Maintenant, je dois y aller. J'espère te revoir un jour, dans de meilleures condition. Mais pas maintenant, tu as encore beaucoup de choses à faire. Au revoir, mon ami.

    Il n'avait jamais parlé autant. Il ne laissa aucune chance au chevalier d'en placer une, et avait finalement sorti sa tirade d'une traite. Il y voyait plus clair, maintenant qu'il avait enfin ouvert son cœur. Son cœur meurtrit, qui ne demandait qu'à s'exprimer. Il se leva et marcha, sans se retourner. Il estimait qu'il n'avait pas le droit de regarder en arrière. Il avait légué ce qu'il devait à son ami, ou quelqu'un de plus ou moins proche. A eux de faire ce qu'il faut, peut-être que personne n'en tiendra compte, ce ne sont que les paroles d'un traître. Mais ce qu'il fallait y voir là, c'est un aveu de faiblesse, et des remords. Une envie d'aider, dans un dernier soupçon d'espoir. Donner ce qu'il avait de meilleur, pour faire un meilleur monde. Après tout, c'est ce qu'on lui avait appris chez les Saints. Mais à présent, tout ça n'avait plus d'intérêt.

    Et nous y voici. Il est là, sur les fameuses falaises françaises où il se tenait avec sa femme il y a une année de cela. Il était plein de promesses, avec une envie, et des projets. Maintenant tout avait disparut. Face à lui se tient la mer, la seule qui l'avait accompagnée jusqu'à présent. Il regarde face à lui et pense à tout ce qu'il a traversé. Peut-être que ça n'en valait pas la peine ? Peut-être a-t-il seulement besoin de repos, pour réfléchir ?Mais en même temps, cela fait un moment qu'il réfléchit. Il se rapproche un peu plus du bord, et repense à sa femme et son fils. Il les as croisé une heure avant cela, et elle a refait sa vie. Visiblement il n'est pas si important. Il a posé toutes ses économies devant la porte de son ancienne maison avant de se rendre ici. Jetant une dernière fois les yeux sur l'horizon, et ferma les yeux. Il sentit une dernière fois le vent caresser son visage. Ça serait probablement une bonne journée. L'air était frais ce jour là.
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [PV Yavin & Celsius] La confiance règne.   Jeu 5 Déc - 18:36

:: La Confiance Règne :.

L'approche était sommaire, mais Yavin ne devait pas en attendre d'autre de sa part. S'il n'était pas proche de lui – qui pouvait se vanter de l'être ? -, il l'avait observé assez près pour savoir comment il se comportait. Si c'était un accueil chaleureux qu'il espérait, il risquait d'être bien  déçu, en effet. Mais s'il avait fait tout ce chemin jusqu'ici, s'il l'avait fait demander en personne ce n'était certainement pas pour se plaindre de son attitude. Quoi que cela puisse être, minces étaient les chances pour qu'ils aient le temps de s'en soucier tandis qu'un sujet d'importance capitale était sur le point d'être évoqué. Qu'est-ce qui pouvait bien être assez vital pour qu'un Général de Poséidon soit prêt à prendre le risque d'approcher de si près le camp auquel il avait tourné le dos pour rencontrer l'un de ses Chevaliers d'Or ? Sondant son expression de ses yeux d'un bleu de glacier, Celsius s'évertua à y trouver un début de réponse, sans succès.

Si certes l'épaisse crinière blonde qui dissimulait en partie ses traits n'était pas pour y aider, c'était aussi et surtout que l'élu des Lyumnades paraissait contrit, en proie à des démons intérieurs qui ne regardaient que lui. S'il lui avait paru tout ce qu'il y a de plus assuré lorsqu'il l'avait entraperçu au royaume sous-marin, il n'était cette fois plus que l'ombre de lui-même, comme divisé par une lutte intérieure. Serait-il venu racheter ses fautes ? Demander pardon à Athéna pour l'avoir délaissée au profit de son oncle ? Si l'intention eut été honorable, c'était un peu tard désormais, d'autant plus qu'elle n'était plus là pour l'écouter. Il n'y avait pas de retour possible, il devait le savoir au moment où il avait tourné les talons. Cette porte s'était fermée pour lui à tout jamais. Si miséricordieuse que puisse être Athéna, la trahison ne pardonne pas.

Mais... Non. Le Saint des Poissons se rendit bien vite compte que c'était quelque chose de plus épineux, plus personnel. Un dilemme moral, ou quelque chose de cet acabit. Du moins était-ce ce qu'il croyait pouvoir discerner par l'intermédiaire des rares indices laissés à sa portée. Pour en être lui-même passé par là à plus d'une reprise au cours des dernières années et être en bonne voie pour y retourner, il ne savait que trop bien ce que c'était que d'avoir l'esprit tourné vers ses plus sombres pensées. Il doutait. Mais de quoi ? À quel sujet ? C'était là ce sur quoi il butait, le mystère qu'il lui fallait percer. Impassible, Celsius ne laissa rien deviner de l'analyse qu'il était en train de mener. Yavin ne lui laissa de toute façon guère de temps pour s'interroger et en vint à l'essentiel. Sans cesser de le sonder du regard, il écouta son réquisitoire.

Si rien n'aurait pu le laisser penser d'un oeil extérieur, la révélation qui venait de lui être faite eut sur lui l'effet d'une bombe et ébranla ses frêles certitudes. Lui qui avait déjà tant de mal à mettre de l'ordre dans ses idées, à déterminer les acquis sur lesquels il pouvait s'appuyer, voilà qu'on venait une fois de plus les lui dérober. En plus de n'avoir nulle raison de s'en douter, l'ex-Chevalier de Bronze ne l'avait pas fait en pensant à mal, mais Celsius n'en sentit pas moins sa gorge se nouer. Pas tant le concernant – quand bien même c'était une amère déception après ce que le vieux forban avait fait pour lui – que parce que l'image de Mary lui était apparue dès que le nom de son père était venu sur le tapis. C'était là une information qu'il ne pouvait ni ne devait lui cacher, car elle était la première concernée. Mais quand la reverrait-il ? Cela non plus il n'aurait su le dire.
Je vois. finit-il par lâcher.
Égal à lui-même, Celsius n'avait fait que se raidir, relevant la tête pour le toiser – il avait refusé de s'asseoir, n'entendant pas s'éterniser. Il n'avait pas changé d'expression, pas même un seul instant. Il avait fait face. S'il avait été abasourdi par la déclaration de son invité, ce dernier ne saurait jamais rien du nuage d'orage que cela avait semé dans le ciel déjà terni de ses pensées égarées. Garder son calme et décortiquer méticuleusement chacune des données qui venaient de lui être confiées, voilà quelle devait être sa seule et unique priorité. Ce qu'il fit donc, non sans se questionner sur l'état mental que devait être celui de Yavin pour en arriver à de telles extrémités ainsi qu'à s'exprimer en ces termes. Malgré la nature trompeuse de cette nouvelle armure – cette Écaille -, le Chevalier des Fleurs ne pouvait pas croire que ce ne soit là qu'une mise en scène. Non, tout laissait à penser qu'il avait été parfaitement honnête, n'ayant fait que lui rapporter la vérité, toute la vérité – fut-il difficile de l'accepter.
Je te remercie pour ces informations et pour le péril qui est le tien en venant me les livrer. Tu n'as pas à te justifier auprès de moi. Ce que tu viens de faire suffit à prouver que quoi que tu fasses, où que tu ailles, tu seras toujours l'un des nôtres. Que tu agiras toujours pour le bien d'Athéna.
Et c'était bien là tout le problème, pouvait-on dire, mais ce n'était en rien sa faute. Et malgré le choc que cela avait causé chez lui, le Roi des Ronces était encore assez lucide pour songer en parallèle qu'il était heureux de voir que Yavin n'avait pas oublié son passé. Qu'il était dommage en revanche de ne pouvoir en obtenir la preuve qu'en de pareilles circonstances. À bien y réfléchir et à la lumière de ces nouveaux éléments, si son interlocuteur se mettait  en effet sciemment en danger en venant le prévenir, le danger que le Sanctuaire pouvait représenter n'était rien à côté de ce à quoi il s'exposait de la part de sa famille d'adoption si cela venait à s'apprendre. Ne fut-ce que pour avoir la certitude qu'ils n'étaient pas épiés en ce moment même et par égard pour cet acte de bravoure le Saint des Poissons affina ses perceptions pour être certain de repérer de loin tout cosmos se trouvant à proximité. Ce n'est qu'une fois qu'il se fut assuré qu'aucun espion – aucun chevalier en tout cas – ne les surveillait en ce moment même qu'il continua.
Mais si tu en as besoin, si vraiment il te faut cela pour t'aider à te sentir mieux, emporte avec toi mes paroles. Ces mots ne sont que les miens, mais puisse-t-ils malgré tout te redonner la lumière que tu sembles avoir égaré. Je te pardonne, Yavin. Sois pardonné.
Et de lui aussi s'en aller. Il aurait aimé pouvoir parler plus longuement avec lui, ne fut-ce que pour lui dire qu'il n'était en aucun cas un exemple à suivre – à moins qu'on ne soit à la recherche d'un parfait modèle d'imperfection. Mais il n'y avait pas la place pour cela dans cette conversation, et Yavin ne lui en laissa de toute façon pas le temps. Celui-ci s'était levé et était parti sans se retourner, pour une destination aussi nébuleuse que le fond de sa pensée. Celsius eut l'impression qu'un vent froid se levait au fin fond de son coeur et éprouva un besoin de tendre la main vers lui pour le retenir qu'il fit taire pour ne pas se faire remarquer. Son informateur de fortune était déjà trop loin, hors de sa portée, et il n'envisageait certainement pas lui non plus que le Roi des Ronces puisse courir pour le rattraper. Non, tout était dit, et s'il n'avait pas même pu lui dire au revoir, il avait la curieuse impression que celui-ci aurait sonné comme un adieu. Il leva les yeux au ciel, mais c'est en les fermant qu'il put entendre les lamentations. Celles d'une constellation.

Le Lionnet qui jamais ne serait Lion.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [PV Yavin & Celsius] La confiance règne.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Yavin & Celsius] La confiance règne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-