RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]    Dim 6 Oct - 17:33

Doutes et sombres pensées






 
Contre toute attente, Tristan se laissa entraîner par mes soins. Je finis bien sûr par le lâcher, il savait marcher tout seul, c'était un grand garçon après tout ! La suite du voyage se déroula dans un silence parfaitement glacial. Non pas que j'étais de cette humeur là, seulement, j'étais murée dans mes pensées. Les derniers événements m'avaient laissé épuisée, brisée aussi bien physiquement qu'émotionnellement. Pour une fois, et c'était d'ailleurs un fait assez rare, je restais tranquille. Même si au fond je faisais un peu la gueule, je l'admettais, je respectais suffisamment la mission que l'on nous avait confié pour savoir faire la part des choses. J'hésitais pourtant sur un point, l'ouvrir pour mettre les choses aux points avec Tristan. Est-ce que ça en valait la peine au moins ? Le passé était le passé et si même en six années on avait pas été foutu de se croiser, c'était bien pour une raison. Soit pour le faire pendant notre petite escapade, soit tirer un trait et se taire une bonne fois pour toute. La seconde option avait de quoi être attrayante, car je n'avais aucunes envies de remettre ça sur le tapis.

Le passé étant le passé hein...

La fatigue faisait trembler mes membres à chacun de mes pas, aussi, je fus heureuse de voir les contours du navire se dessiner devant nous. Le Hollandais Volant. Grand Dieu, il était plein de majesté, et j'eus du mal à réprimer un sourire. Finalement, je lançais un regard oblique vers le Général de l'Hippocampe.

« Tu vas faire attention et ne pas nous le faire couler celui-là hein ? » fis-je dans un petit clin d’œil avant de sentir un poids sur la poitrine se libérer d'un seul coup. « Heureuse de partir de nouveau à l'aventure avec toi, Tristan. »

J'avais presque murmuré cette dernière phrase avant de m'enfuir d'un bon pas vers le navire qui n'avait pas à rougir à côté de l'Esperanza, notre ancien navire. La mélancolie était une vieille mégère dont il fallait se méfier. Je l'avais appris à mes dépends pas mal de fois. Je disparue donc un long moment, m'étant cachée dans la cabine du capitaine, à savoir ma sœur Ann qui, j'en suis certaine, ne m'en voudrait pas trop de l'avoir utilisée. Je me payais le luxe de prendre un nouveau bain – sans compagnie cette fois – de me rendre un peu plus présentable avant de sortir dehors, complètement nue. Je laissais le vent me sécher tandis que je lançais sur mon épaule, une toge que j'enfilerais plus tard. Bah quoi ? Non ! Je n'allais pas me présenter à poil devant ce qui devait être notre nouveau Prêtre.

À cette pensée, mon cœur se serra. Comment allais-je réagir face à ce parfait inconnu qui, et c'était là tout le problème, était de la même famille qu'Astre ? Le père de mes enfants. Ah, cruelles pensées, voilà à présent que je me mettais à songer à mes gosses perdus quelque part, je ne sais où. Mon cœur se gonfla de tristesse, d'appréhensions. Comment envisager le futur loin d'eux ? Voilà la question que je me posais chaque jour. Le simple fait de ne pas pouvoir les serrer dans mes bras m'emplissais de doutes sur le bien fondé même de mon existence. Je chassais ces noires pensées. Un avenir, j'en avais un. Et je m'étais fait la promesse d'aller les chercher, un jour.

« Quoi, qu'est-ce que t'as, tu t'es fais une fracture de l’œil ? » lançais-je de mauvaise humeur à un couillon – visiblement pas de mon équipage – qui avait visiblement pas l'habitude de me voir me trimbaler ainsi. Heureusement pour lui, il était soit vraiment assez con pour ne pas relever, soit suffisamment intelligent pour la fermer. Je m'étirais, les mains grandes ouvertes vers les cieux qui s'éclaircissaient.

Un nouveau jour se levait. Plein de promesses.

Toute à mes pensées sombres, je me dirigeais vers la proue du bateau pour faire comme à l'accoutumer, à savoir m’asseoir à son extrémité, les pieds battant le vide. Je me perdis dans la contemplation de la mer, l'horizon : le ciel se confondant avec l'eau. J'attendais ma sœur, quelqu'un qui saurait me réconforter. Quelqu'un qui comprendrait. Qui verrait mon mal-être, mes doutes, mes craintes.






© Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Tristan


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 96

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]    Dim 20 Oct - 12:53

Arrow Temple de Poséidon

Sans broncher, Tristan s'était laissé emporter par Mary jusqu'au bateau qui les conduirait vers leur mission. La récupération du nouveau Prêtre de Poséidon. Une mission pas très originale pour lui qui avait l'habitude de partir à la recherche de nouveaux Marinas mais qui, cette fois, lui promettait une compagnie pleine de surprise et de rebondissements. Les deux jumelles Red à ses côtés... Un souvenir bien lointain, une aventure presque oubliée qui avait mené les deux soeurs sur la voie qui était la leur, créant par la même occasion une rancune qui promettait d'être tenace à son égard. Qu'à cela ne tienne, il n'avait pas été nommé à ce poste pour sa facilité. Les choix. Ceux qui avaient peur de les faire n'avaient aucune chance de survivre dans ce monde.

Pensif, il n'était visiblement pas le seul à l'être. Pendant tout le trajet vers le bateau, tous deux étaient demeurés silencieux, le regard perdu vers l'horizon. Pas même un mot échangé mais seulement deux Marinas, perdus dans leurs pensées, se demandant sûrement quel comportement adopter au regard des événements passés et présents. Une seule certitude à l'heure actuelle: la fatigue qui étreignait maintenant le corps de Mary. Ses membres tremblant à chacun de ses pas et sa fouge si vivifiante ayant disparu. Presque imperceptiblement, Tristan avait levé une légère brise pour accompagner leurs déplacements et soulager la Sirène. La volonté de se faire pardonner? Non. Car pour l'Hippocampe, aucune faute n'avait été commise.

Finalement, Mary se décida à prendre la parole, lui lançant un petit trait d'humour accompagné d'un clin d'oeil. Et alors que Tristan s'apprêtait à répondre sur un ton identique, les derniers murmures de la Sirène coupèrent totalement son élan, le laissant comme interdit. Ainsi, Mary avait finalement accepté son geste et la portée de celui-ci. Ainsi avait-elle dépassé le stade de la rancune pour qu'ils puissent à nouveau travailler côte à côte pour leurs objectifs. Un léger sourire se dessina sur le visage habituellement si froid du Général alors que Mary s'était déjà écartée pour accélérer le pas vers le bateau. Murmurant dans un léger souffle de vent qui ne manquerait pas de filer vers l'oreille de la Générale:

Je ne coulerai pas ce bateau là mais tâche de ne pas sombrer toi-même, Mary.

Les vents s'étaient maintenant levés alors que l'Hippocampe franchissait le ponton le menant au navire. Plus de traces de Mary qui pouvait s'être engouffrée dans n'importe quelle partie du bateau. Mais là n'était pas le plus important. La traversée prendrait probablement plusieurs heures et il aurait d'autres occasions de discuter avec elle. Pour le moment, il n'y avait qu'à attendre et repérer celui qu'ils étaient partis chercher. Une pressentiment lui disait que les choses ne se passeraient pas aussi facilement que les ordres le laissaient entendre mais bon, c'est ce qui donnait de l'intérêt à une telle mission.

Devant eux, les rafales de vents avaient commencé à souffler et le Général de l'Hippocampe avait maintenant pris place en hauteur, au sommet du mât de ce Navire. De là haut, aucun cafard pour venir de le déranger. De là haut, l'horizon lui dévoilerait tous ses secrets. De là haut, les vents lui conteraient l'avenir qui les attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Ann


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 168
Armure : Chanter, Saborder

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]    Ven 25 Oct - 22:17


~> Pilier de l'Atlantique Nord

Je courais à perdre haleine, comme si j'avais le diable au trousse. Mais je m'en moquais. A cet instant, je me sentais telle une enfant. Un sourire ornait mon visage tandis que je tenais mon tricorne, le maintenant fermement sur ma tête afin de ne pas le voir s'envoler. Où allais-je de la sorte me direz-vous? Où étaient mes soucis? Et bien disons, que cette discussion avec Haiken m'avait fait beaucoup de bien. Je me rendais compte que même si nous ne pouvions pour le moment pas vivre notre amour au grand jour, il était cette épaule sur laquelle je pouvais compter.

Le coeur plus léger, je courais vers ce présent fort généreux qui me venait tout droit de mon Empereur lui-même. Disons que j'avais de quoi être fière tout de même! Ce n'était pas tous les jours que l'on se voyait offrir le commandement d'un navire de légende, et ce par Poséidon en personne! Le célèbre bateau fantôme: le Hollandais Volant Messieurs, Dames! Ni plus ni moins! Et il était à moi! A moi!!! Mouahahah...hu hu pardon.

Approchant du navire, je stoppais ma course effrénée. Je ne voulais pas que l'on me voit ainsi. Reprenant mon souffle, je restais parmi les ombres, observant ce dernier d'un regard émerveillé. Oui, c'était bien une véritable merveille que j'avais face à moi. Mon regard se portait sur la proue. Je pus alors distinguer une silhouette féminine à la chevelure écarlate que l'éole s'amusait à faire virevolter. Mary. Je souris, car en y faisant un peu plus attention, je pus constater que ma soeur se trouvait en tenue d'Eve.

Obliquant, mon regard erra en direction des mâts, qui étaient au nombre de trois. Sur l'un d'eux se trouvait percher une autre silhouette familière. Tristan. Ainsi donc mes deux comparses d'aventure étaient déjà là. Il ne me restait donc plus qu'à faire mon apparition.

Inspirant profondément, je sortais des ombres et me dirigeais d'un pas ferme et décidé vers ce navire qui était mien. Parvenue sur le pont, j'observais tout autour de moi les différent matelots, membres de mon équipage qui me regardaient d'un air quelque peu ahuri, l'un d'eux me posant la question qui avait dû leur traverser l'esprit à tous:

"- Z'êtes qui?"

Un sourire en coin, je me dirigeais vers le marin qui avait pris la parole, portant sur lui le regard que pouvait avoir un chat à la vue d'une souris.

"- Qui je suis hum?" Je tendais un doigt vers ma jumelle assise à la proue. "T'as pas l'impression qu'il y a comme un air de famille entre elle et moi pauvre crétin? Je suis Ann Red! Est-ce que ce nom te parle? Hum je suis sûre et certaine que oui. Je suis le Capitaine de ce vaisseau! Maintenant assez bavassé! Faites ce que je vous dis marins d'eau douce et préparez-vous à lever l'ancre!"

C'est à cet instant qu'ils se mirent tous à courir sur le pont, ce qui m'amusa.

"- Bien. Bien."

J'approchais du mât central et rejetant la tête en arrière, je lançais au Général de l'Hippocampe:

"- Tristan! Je compte sur toi pour que les vents nous soient favorables! Et si possible, j'aimerais revenir de cette expédition avec mon navire entier!"


J'insistais bien sur le dernier mot, lui adressant un sourire espiègle et taquin. Après tout, il avait déjà coulé l'Esperanza, il était parfaitement capable de recommencer. J'abandonnais ma position pour me rendre auprès de ma soeur. J'abandonnais ma veste pour venir la lui poser sur les épaules et souriante, je lançais:

"- Aller, vas t'habiller, et lorsque se sera chose faite, rejoint moi sur le pont arrière, je vais te laisser manœuvrer, tu as toujours aimer ça. Et autant dire que vu la tête que tu tires, tu sembles en avoir grandement besoin soeurette."

J'attrapais son visage entre mes mains avec délicatesse, venant embrasser tendrement son front.

"- Et puis, on en profitera pour discuter toi et moi. Tu me diras quels plans sont entrain de germer dans ton esprit ma bien aimée Mary. Ne nies pas, nous n'avons nuls secrets l'une pour l'autre. Aller, dépêches-toi."

Je lui adressais un sourire bienveillant, avant de gagner la poupe. Face au gouvernail, je laissais mes doigts effleurer lentement ce dernier. Cela faisait tellement longtemps! Et par Poséidon, que ça m'avait manqué! Je ressentais une sorte d'allégresse que je pensais avoir oublié. Les mains sur le gouvernail, je me mis alors à crier mes ordres:

"- Levez l'ancre! Hissez le pavillon! Larguez les amarres matelots! Et que ça saute! Nous mettons le cap sur Llyr! On ne fait pas attendre un Grand Prêtre de Poséidon!"
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]    Sam 26 Oct - 16:42

Ne sombre pas toi-même Mary






Je sentis une présence s'approcher dans mon dos. Je ne bougeais pas, la laissant venir à moi. Cette familière aura me fis m'extraire de mes sombres pensées, tourner légèrement la tête quand un tissu s'étala sur mes épaules. Un pâle sourire étira mes lippes avant que je ne pose une main fébrile sur l'un des bras de ma sœur, lui intimant en silence, de rester un peu avec moi, à mes côtés. Son sourire à elle calma instantanément mes craintes, je pus me permettre de me laisser un peu aller contre elle, à respirer son odeur tandis qu'elle me demandait de me rhabiller. Ah, ah ! Ça n'avait pas loupé ! J'avais complètement oublié de me parer de la toge blanche que j'avais gardé prêt de moi. Ne me faisant pas prier je me redressais pour m'en revêtir non sans lancer un regard assassin à un matelot qui était resté là comme un con, les bras ballants, atteint d'une fracture de l’œil. Lui octroyant un signe de la main on ne peut plus clair et grossier, je m'en désintéressais pour répondre à ma sœur.

« Pourquoi pas, en effet je pense que ça me ferait pas de mal sœurette. » je ne bougeais pas quand elle prit avec précaution mon visage entre ses mains pour aller déposer un baiser sur mon front. Mon sourire s'effaça et je baissais la tête pour qu'elle ne remarque pas mon trouble. « Oui... » fis je simplement d'une voix blanche avant de la laisser s'en aller.

Elle était l'une des rares personnes à pouvoir me percer à jour. Bah après tout, vous me direz c'est ma sœur jumelle, un lien singulier existait entre nous, ne pouvant laisser le secret s'immiscer. J'étais quelque part contente et inquiète de pouvoir lui parler de mes doutes, du plan qui en effet germait aussi dans mon esprit. Une intention qui devenait un besoin irrésistible. Celui de récupérer mes enfants. Mes chers enfants qui me manquaient cruellement. Ce constat était tombé sans douceur sur mon cœur pendant que je combattais pour le Sanctuaire sous-marin, pendant que je livrais bataille, risquant ma vie une fois de plus. Pour quoi ? Pour eux. Ma famille. Cette évidence enflait dans mon âme. Je me mordis la lèvre inférieure sans m'en rendre compte, signe évident de mon trouble, preuve indéniable que mes angoisses étaient pareilles à des chimères dangereuses.

Il fallait que je lui en fasse part. Les dernières paroles de Tristan me revinrent alors en mémoire « Je ne coulerai pas ce bateau là mais tâche de ne pas sombrer toi-même, Mary. » merde, si lui aussi avait percuté, j'étais pas dans de beaux draps ! Seulement, avais-je seulement la force de jouer la comédie ? J'avais effacé une bonne partie de ma fatigue mais celle-ci me taraudait encore. J'inspirais profondément avant de me tourner vers les matelots qui s'affairaient sur le point. Une effervescence qui me fit le plus grand bien. J'hurlais à plein poumon : « Allez on se bouge le cul bande de moules ! Et c'est pas parce que c'est pas moi le Capitaine que ça tombera pas ! »

Rajustant ma mise, j'eus le réflexe de lever la tête vers le ciel, apercevant ainsi Tristan lui aussi perdu dans ses pensées. J'hésitais à le rejoindre, mais j'avais promis à ma sœur de lui parler à elle avant toute chose. Lui s'occupait déjà de dompter les vents, Ann du commandement, à moi aussi de mettre la main à la pâte. Le soir venu, peut-être que lui et moi, auront l'occasion de discuter un peu. Oui, mais de quoi ?

Sur ces pensées, je me dirigeais d'un bon pas à mon poste. Ma sœur se trouvait déjà sur le pont arrière, prête à me laisser la main. J'approchais en silence, lui lançant un petit regard amusé avant de commencer à manœuvrer le Hollandais Volant. Dieu, elle avait raison la frangine, ça m'avait drôlement manqué ! Je criais ma joie en entendant la trille du vent, les embruns de la mer me parvenir. Tout à fait apaisée un magnifique sourire pour tout ornement sur mon visage, je demandais d'un discret signe de la tête pour ma jumelle, de me rejoindre. Son oreille à portée, je lui explosais ce que j'avais sur la conscience.

« Tu as deviné juste Callista, j'en ai gros sur le coquillard. Je veux aller chercher mes enfants, les retrouver et les enlever à ces cons. Je ne veux pas qu'ils vivent la même chose que nous. Je les veux prêts de moi, quoi qu'il m'en coûte. » je jetais un petit coup d’œil autour de nous histoire de m'assurer que personne ne nous entendais. « Je le sens pas cette histoire de nouveau Prêtre. Puis... si il est de la même famille qu'Astre à coup sûr que d'un ça me fera quelque chose... et... de deux il serait fort probable qu'il soit du même avis que le fut Astre. Si c'est vraiment le cas il n'est pas impossible que je me rebiffe et tu es la mieux placée pour savoir que ça pourrait tourner au vinaigre et... je ne le veux pas. Je n'en ai pas la force. »

Je levais vers elle des yeux emplit de détresse : soudainement interdite, sautillant mal à l'aise d'un pied sur l'autre, je la pris d'un seul coup dans mes bras, prenant le risque que tous puisses nous voir. Merde, de toute façon j'en avais rien à foutre.

« J'ai besoin de toi. » mes larmes commençaient à se déverser sur son épaule « Je ne veux pas les laisser seuls. Tu sais sans eux je ne suis rien, et je me demande même parfois pourquoi je continue de lutter comme ça, ça sert à rien bordel... à peine je pense trouver le bonheur, que l'on me l'arrache ! Regarde Astre... notre connard de père... et maintenant Celsius des Poissons qui me demande en mariage rien que ça putain ! Mais quelle vie de merde ! Non... j'en ai marre tu sais... je voudrais juste qu'on me foute la paix, je voudrais juste pouvoir vivre normalement, heureuse et aimer sans crainte. Fais chier bordel de merde. »

Me séparant d'elle, j'essuyais d'un revers de bras, les larmes qui sillonnaient mon visage. Reprenant contenance, redressant le menton, fière. Je replaçais mon masque comme si de rien n'était, me concentrant sur la tâche qui était la mienne, nous guider vers Llyr. Mais cette lueur de tristesse ne quittait pas mes yeux.

« Je ne coulerai pas ce bateau là mais tâche de ne pas sombrer toi-même, Mary. » Bien sûr...







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]    Mar 3 Déc - 1:57

L'écume les guidait enfin vers l'ile de Llyr, ce nom oublié dans l'histoire n'avait plus été citer depuis des siècles. Tout était brumes et pluies fines, dans ce dédale, la forme des premiers récifs apparut mais une personne était debout face au navire. Flottant dans le vent, sa redingote rouge sang dansait avec sa chevelure rousse. Les clapotis de la mer frappaient les alentours et dans le sillage de l'inconnu, des chevaux se dessinaient dans les brumes pour accompagner le navire vers lui. Il disparut alors de la vue des marins et des Marinas présents sur le Pont. Un bruit sourd se dit entendre près des cordages sur le pont supérieur. Tel un papillon se posant délicatement sur une feuille, la pointe de ses chausses se posait sur le bois marin. Détournant le visage, ses yeux bleus acier examinaient les membres de l'équipage avec une sévérité mélangée à un petit sourire espiègle. C'est alors que l'un des marins sortit sa lame de son fourreau, l'inconnu le fixa brusquement afin de lui intimer de ne pas aller plus loin. Une fois le rebelle calmé, sa tête se retournait vers les trois Marinas présents...

Il ne disait rien et observait une des jeunes femmes avec intérêt. Un pas après l'autre, il s'approchait sans laisser paraître le moindre cosmos, il aurait pu être un simple humain que cela aurait été la même chose. Son sourire devenait de plus en plus amusé par la situation et machinalement il réajustait un bracelet d'orichalque a son poignet droit. Les deux femmes se ressemblaient au delà de tout ce qu'on lui avait raconté, Pensif, il n'ouvrit pas la bouche pendant près d'une minute. Il laissait les trois acolytes réagir a son arrivée et il se doutait que cela ne garderait pas... mais il prit les devants.

" Heureux de te revoir Tristan, ca fait bien plus de dix ans que je ne t'ai pas vu, non ? Tu ne me présentes pas les deux dames qui t'accompagnent ? Enfin l'une d'entre elles, un cousin m'a parlé récemment de l'une d'entre elles, et même si je ne la reconnais pas encore, je lui dis de suite que deux magnifiques marmots l'attendent...

Effet garantie ! Oui, le collier d'orichalque préservait tous les souvenirs des anciens prêtres et celle d'Astre ne faisait pas exception, tous les secrets de Poséidon étaient donc préservés. Il savait que son cousin avait souhaité que ses enfants reviennent vers sa mère, il avait promis a son cousin de respecter ce vœu. Mais il ne s'était pas présenté plus que cela à y réfléchir. Souriant de malice, Menelaos ne fit même pas l'effort de se présenter, le mystère de son arrivée serait dévoilée assez tôt. Il se posait par contre la question de la présence de deux généraux et d'une capitaine pour venir le chercher, quelque chose clochait et cela ne sentait pas bon. Il sentait que les mines un peu triste des deux femmes n'étaient pas une supercherie. Oui, il se demandait bien ce qu'il s'était passé récemment pour voir de tels visages aussi sérieux... ses Marinas avaient du souffrir et le temps était venu de reprendre les choses en main....

Dans un premier temps, il allait se contenter de les écouter et de les entendre du mieux possible.... déjà les présentations et on verrait après...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Septembre 1754] Mission sur Llyr [~ Ann, Mary, Tristan, Menelaos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-