RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mar 8 Oct - 10:45


Eh beh... si j'avais su...

Octobre 1754 ~ Rodorio

Le Scorpion traverse les ruelles de Rodorio en dispensant quelques sourires aux villageois de temps à autres. Un mois, un peu plus, s'est écoulé depuis les tragédies qui se sont abattues sur le Sanctuaire. Un nouveau Grand-Pope a été désigné par ses pairs, Rodorio panse ses plaies, les chevaliers ont repris l'entraînement et les Golds préparent l'avenir... si on peut présenter ça ainsi...

Les ruelles défilent vite sous le pas cadencé de la brune qui semble pressée. Pourtant ça n'est pas vraiment le cas, c'est une habitude... Ahina n'aime pas perdre son temps et si elle aimait à flâner le nez au vent il y a quelques années, cette période de sa vie semble définitivement révolue.

*BIIIIIIIIIIIIM*
"Putaaaaaain !"

Portant la main à son front en esquissant une grimace, le Scorpion lâche un juron relativement discourtois alors que ses prunelles d'automne se posent sur celui qu'elle vient de se prendre en pleine poire. Kappa, au hasard !
Ce n'est déjà pas assez la loose de se payer quelqu'un sans l'avoir entendu venir quand on est chevalier d'or, qu'en plus il faut que ce soit lui. Enfin voyons le bon côté des choses, il n'a pas plus anticipé qu'elle vu la légère bosse qui se dessine sur son front... à lui aussi.
Ont-ils l'air fin tous les deux tiens.

La brune semble osciller entre un spontané "Oh Kappa !" qui aurait sans doute le goût d'une enfance perdue, et un franc "et merde !" face à ce destin qui ne semble pas disposé à leur permettre de s'éviter plus d'une semaine d'affilé.

"Ah... c'est toi..." Finit-elle par lâcher platement, n'ayant visiblement pas réussi à se décider entre les deux.

La brune enfouit distraitement ses mains dans les poches du pantalon clair qu'elle porte en levant les yeux vers le ciel. Ahina ne revêtit son armure que lorsque cela est nécessaire. Une attitude qui, comme souvent, dépite certains de ses compagnons d'arme qui semblent avoir la leur greffée au corps.

"Bon euh... tu vas bien ?"

A peine a-t-elle prononcé ces mots que les paupières de la brune se ferment une brève seconde alors qu'elle extirpe un soupir. "Tu vas bien ?" Pathétique... et pourtant elle ne trouve rien de plus à dire à ce moment.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Dim 13 Oct - 17:44



A peine quelques semaines que j’avais ramené Hector et Mashia au sanctuaire, et tous deux se remettaient doucement de ce qui leur était arrivé. Depuis leur retour, je passais le plus clair de mon temps dans Rodorio, à superviser sa reconstruction. Non pas que cela m’intéressait spécialement, la construction n’avait jamais été ma spécialité. Mais je voulais en réalité me trouver à proximité si quelque chose se passait. A proximité de la maison. Cela faisait quelques temps qu’ils avaient tous deux pu regagner leur maison, mais une rechute n’était pas à exclure et tous deux étaient encore très fragiles.

C’est donc vêtu d’un ensemble de couleur beige que je parcourais le labyrinthe tortueux de rues composant le village de Rodorio. Mes cheveux à nouveau détachés voletaient sous une légère brise fraîche en cette matinée d’Octobre. Le ruban noir n’ayant plus de signification avec le retour de Mashia et d’Athéna, il avait disparu au profit de ma coiffure habituelle.
Tous les évènements passés durant ces dernières semaines me revenaient en mémoire, et plongé dans mes réflexions au détour d’une ruelle, je ne vis pas venir à moi celle qui déboulait avec la douceur et la finesse d’une charge de taureaux. La sanction fut immédiate, et je m’effondrai au sol en même temps que celle qui venait de me percuter à pleine vitesse.

La voix pleine de grâce qui s’éleva alors juste après le choc me dévoila aussitôt l’identité de celle qui m’avait valu une jolie bosse au front. Malgré sa petite taille, Ahina m’avait percuté au front car perdu dans mes pensées, je regardais le sol au moment de l’impact.
- Ahina ? lâchai-je en me redressant lentement et en époussetant mes vêtements.
Rapidement, un malaise évident s’installa entre nous malgré les efforts maladroits du scorpion pour tenter de dissiper celui-ci.
- Ca va, oui, merci, et toi ? répondis-je avec une maladresse égale à la sienne. J’allais…
…Rendre visite à Mashia. Les mots moururent dans ma gorge juste avant que je ne commette une boulette. Mieux valait ne pas parler de ça avec Ahina, elle semblait en pétard chaque fois que le fait que j’aie été proche avec Mashia était mentionné.
- Je supervise la reconstruction du quartier ouest, corrigeai-je alors avec un sourire en prenant un peu de contenance.

Une petite moue sur mon visage indiqua clairement à la jolie brune que cela me gonflait particulièrement, mais quelqu’un devait bien se dévouer.
- Et toi, qu’est ce que tu fais, ces temps ci ?




Dernière édition par Kappa le Mer 19 Nov - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Lun 14 Oct - 18:34


Bouuuuarf !


Ca va bien ? Oui merci et toi ? T'as fait du tricot récemment ? Ah bah bravo ! Non d'une pipe quel échange parfaitement surréaliste que celui-ci. Ahina hausse distraitement les épaules sans vraiment prendre la peine de répondre à sa question. 6 Mois. Peut être 7, ou 8 tiens... Enfin, toujours est-il que ça fait un moment qu'ils se sont "retrouvés" dans le temple du Scorpion, appelons les choses ainsi, et depuis lors aucun des deux n'a été fichu de prendre l'initiative d'imposer une discussion calme et posée. Certes, il est difficile de s'attendre à ce qu'Ahina prenne ce genre de devants... Mais Kappa. Kappa, lui, aurait du au moins essayer ! Donc pour résumer c'est sa faute, comme d'habitude !

"T'allais....?"

Elle le dévisage d'un regard attentif alors que ce simple mot reste accroché aux lèvres du Verseau comme s'il ne savait pas quoi lui coller au train. Il allait... quoi ? Une expression de surprise mêlée à de l'incrédulité trône sur le visage légèrement hâlé de la brune. Non mais il n'espère quand même pas qu'elle va gober ça... il n'a pas terminé sa phrase parce qu'il a cru qu'il allait ENCORE s'en prendre une, sans doute ! Un soupir de dépit s'extirpe de sa poitrine alors qu'elle lève les yeux au ciel.

"Le Quartier Ouest est à l'opposé." Fait-elle remarquer d'une voix plate tout en croisant ses bras sur sa poitrine.

Peu importe. Si la confiance était intacte cela se saurait. Qu'il mente tout son soûl si ça lui chante, elle n'en a cure. Au moins chaque nouvelle rencontre, que ce soit pour un tout petit détail ou une remarque plus importante, ne fait qu'ajouter de l'eau à son vase déjà bien trop plein. Leur relation semble belle et bien brisée. Elle a de moins en moins de doute sur ce point, malheureusement.

"Peu importe ce que je fais. Si ça t'intéressait vraiment tu serais venu me voir."

Amertume quand tu nous tiens. Ahina tourne les talons, visiblement bien décidée à clore une discussion qui n'aurait sans doute jamais du voir le jour. Elle fait un pas, un deuxième, mais s'arrête avant la conclusion du troisième. Quelques secondes, une ou deux, pas plus, puis elle se retourne à la volée.
Si Kappa s'attend peut être à se prendre la quarante douzième gifle de son existence, rien ne vient. La brune le dévisage de ses prunelles d'automne avec une sévérité qu'il ne lui a vu qu'une fois, lors de l'enterrement de Fawn.

"Kappa il faut qu'on..."

*PAAAAAAAAAAAAAAAAAAAF*

...parle. Oui... ou pas. Décidément ça n'est vraiment pas son jour aujourd'hui. Après s'être payée Kappa avec les usages qui s'imposent, voilà qu'un mouflet déboule de la rue adjacente et lui fonce dedans sans regarder où il va.
Le Scorpion agrippe ses épaules en le toisant d'un regard sévère. Un regard qui se mue en étonnement lorsque la brune pose ses prunelles sur l'adolescent qui est JUSTE le portrait craché de Kappa au même âge... soit quelques mois avant qu'il ne quitte Rodorio. Les mâchoires d'Ahina se crispent un bref instant alors qu'elle suit l'enfant s'éloigner en courant.

Décidément, à croire que personne en ce bas monde ne lui permettra de relâcher tout ce qui lui pèse dès lors qu'elle sent que c'est le bon moment. A chaque fois il se produit quelque chose. Quelqu'un arrive, le Sanctuaire est attaqué, on l'envoie à pétaouchnok, et ainsi de suite...
C'est donc dans l'espoir de ne pas s'attarder plus que de raison, tout en repoussant ses cheveux vers le sommet de son crâne, que le Scorpion tourne les talons en levant brièvement la main en guise d'au revoir.

"Laisses, c'est rien. On verra plus tard."


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mar 15 Oct - 23:33





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu
Une belle journée s'annonce



quiet romance by 梶浦由記 on Grooveshark

Une belle journée s'annonce. Aucuns nuages ne venaient ternir le ciel rose et orange sous lequel Rodorio se réveillait. Le jour venait à peine de se lever, les oiseaux commençaient à chanter sous l'ombrage des grands arbres bordant le village et les brumes du sommeil disparaissaient. Les habitants ne tarderaient plus à se lever pour cette nouvelle journée de reconstruction. Malgré toutes ces catastrophes, les fiers habitants, guidés par les chevaliers de la caste de la Sagesse, relevaient la tête, retroussaient leurs manches pour rebâtir leurs vies. Dans la misère, ils s'entraidaient, s'épaulaient, laissaient ainsi resplendir toutes les vertus des hommes. Sous le regard bienveillant, ils en étaient persuadés, de leur Déesse adorée, morte il y a de cela quelques temps maintenant. Le temps de panser les blessures était long,

Une silhouette puis une seconde s'extirpaient de l'ombre des maisons pour s'engouffrer dans les ruelles. L'une guidant l'autre parmi les dédales sinueux de ces rues étroites, elles filaient toutes deux d'un bon pas. Elles finirent par surgir au grand jour, toutes aveuglées par l'éclat déjà dur de l'Astre du Jour. Lya se tenait fièrement aux côtés d'un homme de petite taille, aux traits doux, androgyne. Une beauté froide, issue des contrées lointaines du Japon. Les yeux turquoises de son compagnons observaient l'avancée des travaux d'un œil critique. Les travaux avançaient trop lentement, comme il le craignait. Les jours sombres et froids, même ici en Grèce auraient tôt fait de s'installer. Il fallait faire plus vite. Ainsi, Hiro Mokushi avait décidé de mettre la main à la pâte.

« Tu es sûre que c'est une bonne idée Mam... euh Hiro ? » fit la petite en lui prenant le bras, d'un air protecteur, ses yeux trahissant son inquiétude. L'homme aux longs cheveux noirs attachés en une queue de cheval dans son dos tapota le haut de la tête de la petite avant de lui offrir un petit sourire. « Si Papa te vois ! Oh là là tu vas te faire rouspéter ! »

Si Hiro avait put rire, sans doute l'aurait-il fait. Mais le père ne pouvait éternellement interdire à sa fille. Sous les traits de ce samouraï aux airs froid et autoritaire, se cachait la douceur même. Ceux que tous avait connu sous le nom de Mashia. Le secret n'avait pas été trop ébruité. Mais, par mesure de précaution, Mashia avait décidé de revêtir une fois de plus, l'identité de son père. Une habitude qui devenait de plus en plus récurrente. Et,ce, pour des raisons diverses.  

« Oh mais ? Tu entends ? On dirait Kappa et... AHINA ! »

Cette enfant avait réellement une oreille de chat. Haussant un sourcil, le jeune nippon regarda l'enfant partir comme  une flèche dans la direction d'où venaient les éclats de voix. Intrigué, il tourna le dos pour le moment, à la construction de cet orphelinat qui lui tenait tant à cœur. Car, aucuns enfants ne devaient être abandonnés. Ainsi en avait décidé Hiro. Lya arriva donc la première sur place toute guillerette. Elle ne fit pas du tout attention aux mines un peu embarrassées de son grand frère et sœur de cœur. Ni une ni deux, elle s'élança sur Kappa, s'accrochant dans son dos comme la carapace d'une tortue.

« Kappaaaaaa ! Devine qui c'est ? » déclara l'enfant en mettant ses mains devant les yeux du chevalier d'or. « Et regarde qui j'ai avec moi ? Hééééé ! Ahina ! »

Ce fut au tour de la belle brune d'être attaquée par cet ouragan tempétueux. Pleine d'énergie, l'adolescente réclama un baiser sur sa joue, lui lançant un petit regard espiègle en prime. Hiro approchait d'un pas lent qui pourrait, pour un œil avisé, trahir une douleur continue, des blessures à peine guéries. Sa démarche restait tout de même assurée, gracieuse, tandis que ces froides prunelles se posaient tour à tour sur Kappa et Ahina. Le jeune homme salua les deux protagonistes d'un signe de la tête, lançant un petit sourire complice au Verseau.

« Nous sommes sorties faire un tour dehors Hiro et moi ! Et on essaye d'être discrets, sinon on se fera engueuler par Hector ! » Lya perçut le regard courroucé du jeune Saint et se corrigea rapidement rentrant sa tête dans ses épaules. « Pardon... rouspéter... »

Une main ébouriffa ses cheveux noirs. « Et vous, vous faisiez quoi tous les deuuuuuuux ? »  



Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mer 16 Oct - 0:50



Un rapide échange de paroles maladroites avec Ahina et je compris qu’elle était toujours en boule contre moi, sinon plus qu’avant. Je ne la comprenais plus du tout, depuis quelques temps. J’avais pensé après notre conversation qui avait précédé le krusos que nos relations s’amélioreraient. En vérité, elles ne faisaient que se détériorer à vue d’œil, et quoi que je fasse ou dise, elle semblait m’attendre au tournant pour me reprocher quelque chose. Je ne savais plus comment gérer la situation. Aussi, lorsque la jeune femme tenta de me piéger sans prendre de gants, je lui rétorquai froidement après avoir légèrement froncé les sourcils :
- C’est vrai, mais je n’ai jamais dit que je m’y rendais maintenant…

Sa réplique, encore plus cinglante que les précédentes, m’agaça carrément cette fois ci :
- Ca veut dire quoi, ça ?! Qu’est ce que tu me reproches, encore ? Ecoutes, si tu as quelque chose à dire, dis-le ! Ne tournes pas autour du pot !
La jeune femme sembla hésiter, puis se retourne brusquement. La menace fantôme de la gifle se profila l’espace d’un instant dans mon esprit avant qu’un gosse ne percute Ahina, la coupant dans sa phrase. Sauvée par le gong, du moins pour quelques secondes, vu que l’enfant détala sans se faire prier dès qu’il put. Fixant intensément le Scorpion d’or, je croisai à mon tour mes bras au niveau de la poitrine :
- Et bien… ? l’encourageai-je à poursuivre.
- Laisses, c’est rien. On verra plus tard.
- Non, j’insiste, répliquai-je soudain, désireux de crever enfin l’abcès qui pourrissait depuis trop longtemps.

Soudain, de petites mains se posèrent sur mes yeux et une voix joyeux que je reconnus aussitôt s’éleva ensuite :
- Lya ?! Tu es bien matinale, dis moi ? lâchai-je en me tournant vers elle.
Mon regard fut alors attiré par la personne qui accompagnait la jeune adolescente : Mashia, enfin, oui et non. Elle était dissimulée sous les traits d’Hiro, son père, apparu un bref instant la nuit où je l’avais retrouvée. Son retour au sanctuaire avait été gardé secret, et maintenant, elle faisait face à Ahina qui n’était pas dans le secret. Mon regard azur l’interrogea silencieusement en lui demandant si c’était bien prudent qu’elle sorte. De plus, son état physique était encore précaire.
- Qu’est ce que vous faites là, tous les deux ?! Vous devriez vous reposer à cette heure ci !
- Nous sommes sorties faire un tour dehors Hiro et moi ! Et on essaye d'être discrets, sinon on se fera engueuler par Hector ! Pardon... rouspéter...
- Oui, et bien, fais attention que je ne t’engueule pas moi-même, jeune fille ! Rétorquai-je d’un ton autoritaire mais bienveillant.

La question qui suivit provoqua un léger malaise entre Ahina et moi, et je tournai mon regard vers elle afin de savoir que répondre. Mais de toute évidence, la jeune femme ne semblait pas décidée à vouloir me porter secours sur ce coup là.
- On se promenait dans Rodorio, ma puce, répondis-je en posant une main affectueuse sur les cheveux de Lya. Tu sais bien que je supervise la reconstruction du quartier ouest, lâchai-je en posant un regard lourd de significations à Ahina.
Non, je n’avais pas menti. Et il devenait très agaçant de devoir tout justifier comme si j’avais tous les défauts du monde…


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mer 16 Oct - 9:50


Kappa... ferme la veux-tu


Rien. Le silence, le néant, pas le moindre mot. Pour une fois, une rare petite fois, le Scorpion se la boucle. Il a raison. Elle passe un temps parfaitement improbable à lui reprocher tout et rien. La moindre pensée, parole, le plus petit geste venant entourant son ami d'enfance, la fige dans une profonde colère. Et le pire de tout dans cette histoire stupide, c'est qu'elle n'arrive absolument pas à réfréner tout ça. Quoi qu'il dise il l'énerve, quoi qu'il fasse elle a envie de lui rentrer dedans. Bonjour l'esprit de camaraderie entre les Golds.
Alors parfois, lui vient l'idée saugrenue qu'il faudrait qu'ils se parlent. Oui mais pour dire quoi ? Elle ne sait pas quoi dire et encore moins comment le faire.

Ahina ne le regarde plus. Elle fixe la poussière du sol comme si elle était devenue la chose la plus importante que puisse compter ce monde. Comme si rien ne pouvait la surpasser à cet instant. Les mains profondément enfoncées dans ses poches, le Scorpion ne répond strictement rien.

Ce gamin sonnait peut être comme un prémonition dont il aurait été stupide de ne pas tenir compte. Peut être cela signifie-t-il que ce n'est pas le moment de parler, et que leur échange finira de toutes façons en crash. Allez savoir... C'est pas comme si Ahina était du genre à faire attention à ce que d'autres nomment les "signes". Mais bon, sait-on jamais.
Sauvée par le Gong ! A peine Lya a-t-elle sauté sur Kappa que la guerrière se prend l'adolescente dans les bras comme un ovni tombé du ciel.

"Bonjour Lya" Dit-elle dans un léger sourire en déposant le baiser réclamé sur la joue rose.

Occupée à contenir la fougue chaleureuse de la petite, Ahina ne perçoit l'homme qui l'accompagne que lorsqu'il est à leurs côtés. Hi... quelque chose. Le vrai père de Mashia, à moins que ça ne soit le faux. Les histoires de famille hein... Après l'avoir salué d'un mouvement de visage, Ahina lève un sourcil lorsque la petite adresse quelques mots au Verseau en parlant de discrétion.
Discrétion ? Pourquoi faire. Il est certain que la discrétion n'est certes pas le domaine de prédilection du Scorpion. M'enfin passons.

"Tu t'entraînes pour être papa Kappa ou quoi" Lâche-t-elle d'une voix presque amère avant d'avoir pu retenir ses mots.

Ahina ferme brièvement les paupières en extirpant un soupir. Elle n'est vraiment jamais capable de la fermer hein... Et ce n'est pas cette main qu'elle agite distraitement et qui pourrait vouloir dire "laisses tomber", qui va changer quoi que ce soit.
Mais encore une fois Lya la sort de cette situation en enchaînant les questions. Décidément cette petite est la providence même parfois.

Le Verseau pose les yeux sur Ahina alors qu'elle hausse les épaules d'un air nonchalant. Ouais alors là tu vas te débrouiller tout seul garçon. Et... "on se promène" ??? Non mais sans déconner... Et allez, enchaînons avec le petit regard noir qui va bien. La brune lui rend un regard pas plus aimable en s'exprimant d'une voix morne, répondant au sous entendu qu'il lui lance sous forme de "ahh mais je m'adressais à Lya".

"C'est bon j'avais compris monsieur le superviseur."

Nouveau soupir puis sourire presque forcé. Les mains d'Ahina se posent sur les joues fraîches de l'adolescente dont elle observe le visage quelques secondes. Elle a subit beaucoup d'épreuves ces dernières semaines et si Hi-machin s'en sortira mieux, parce que c'est un adulte et un homme (qu'il se démerde en somme), la petite doit être suivie avec plus d'attention.

"Comment tu te sens toi ? Tout mensonge est prohibé, sinon tu ne me verras jamais en kimono HA !"

Argument suprême ! La dernière tentative de Lya avait lamentablement échoué à cause de qui...? De Kappaaaaaaaaaa bien sûr !
Ceci étant et sur ce coup là ça n'est pas le Scorpion qui va s'en plaindre.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mer 16 Oct - 19:48





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu
Cache-cache Hector



Romance by 梶浦由記 on Grooveshark

Aux paroles de Kappa, Hiro lui lança un regard courroucé. Ce n'était pas sage de s'exprimer d'une manière si familière à une enfant ! Sauf que, le jeune nippon oubliait qu'il n'avait plus vraiment à faire à une simple fillette perdue dans ses rêves, non, désormais elle était une jeune femme pleine de fougue, avec d'autres songes. Il poussa un petit soupir et tapota l'épaule de Lya. Elle le regarda sans comprendre avant qu'Hiro ne fasse une petite série de signes qu'elle semblait saisir avec difficulté.

« Tu vas trop vite Hiro ! Je ne connais pas encore bien ton espèce de... code ! » souffla t-elle alors qu'il répétait plus lentement, avec un sourire bienveillant accroché à ses lèvres. En comprenant le sens de ses signes, la gamine s’empourpra. « Oh ! Je ne t'ai pas présenté à Ahina ! Ahina ! Voici Hiro ! Tu as peut-être déjà entendu parlé de lui ? Hiro, je te présente Ahina, une très talentueuse Sainte dorée ! Chevalier du Scorpion. »

L'intéressé se signa avec respect, une main placée tout prêt de son cœur. « Hiro est devenu le Saint de la Vierge il y a peu, remplaçant son maître Asmita. »

Il n'y avait que de semi-mensonges, ou de semi-vérités. Lya avait apprit son texte par cœur, à force qu'Hector le lui récite ! La petite brune ne comprenait pas bien les raisons de cette prudence, or, il valait mieux, même pour elle, qu'elle ne soit pas au fait de tout. Certains épisodes au Japon avaient été d'ailleurs sciemment occultés pour ne pas effrayer davantage l'adolescente. Elle avait en effet déjà trop enduré. Ahina avait tout à fait raison. Alors, quand on lui demanda comment elle se sentait, Lya alla enlacer son protecteur, s'enivrant de son parfum si particulier. L'expression de son visage était tellement... joyeuse que cela devait à tout points de vues, rassurer la fougueuse Scorpion.

« Je vais beaucoup mieux Ah-i-na ! Surtout depuis qu'Hiro est là ! »

Le jeune homme ne délaissait pas ce sourire ravit qui ne le quittait plus. Il n'avait d'yeux que pour l'enfant qu'il berçait doucement tout contre son cœur. Ceux qui le regardaient pourraient être surpris par l'éclat dans ses yeux turquoises. L'homme en cet instant paraissait véritablement très heureux, à en avoir presque les larmes aux yeux. Ce calme tout relatif ne dura pas. Une voix tonitruante réduisit le silence à néant, faisant s'envoler les oiseaux aux alentours. « Oh, oh » s'inquiéta Lya toujours dans le creux des bras d'Hiro.

En moins de temps qu'il fallait pour dire ouf, un akita – grand chien orange et blanc japonais – surgit de l'ombre d'une ruelle pour s'arrêter devant le petit groupe. Lya le reconnu immédiatement  et, prenant la main du jeune homme, commença à s'en aller, non sans cirer aux deux autres de la suivre.

« VITE ! C'est Hector ! Il a déjà remarqué notre absence ! »

Hiro, se retourna vers Kappa, lui adressant un petit signe de la tête, lui intimant que tout allait et irait bien. Il usa de la voie de la pensée pour s'adresser aux deux jeunes Saints d'or. ~° Allons, échappons-nous pour quelques heures, ça lui fera du bien de penser à autre chose, passer une « journée normale » °~

La silhouette du géant passa à quelques centimètres de leur cachette. Retenant son souffle Lya, se faisant la plus petite possible, se prit à regarder Hiro. Son visage était impassible, mais, au fond de ces yeux clairs, elle crut y discerner une once d'amusement. Lya hocha la tête, satisfaite d'elle-même et de sa petite ruse.

« RAAAAAH !!! LYA ! » gronda l'ancien Ours du Sanctuaire en disparaissant au coin d'une rue. Le cache-cache pouvait reprendre. « Oh là là ! C'était moins une ! Venez ! Je connais un endroit super où on pourra se cacher sans que personne ne nous trouve ! Mais chut, c'est un secret ! »

Leur petit manège les avaient guidés jusqu'aux abords du village. Là, ils commencèrent à s'enfoncer dans la luxuriante végétation, et ce, pendant de longues minutes. La forêt était belle en cette saison, animée et calme à la fois. C'était ce paradoxe qui enchantait Hiro. Tout sourire, il observait  tantôt les frondaisons des arbres centenaires, tantôt un oiseau ou un petit lapin qui, à leur approche, s'enfuirent à vive allure.

« C'est par là, par contre je vous préviens, j'espère que vous n'avez pas peur de vous salir. »

Pour toute réponse, la petite eu le droit à un petit regard qui voulait somme toute dire « Hector va nous tuer ». Lya pouffa de rire avant de désigner un passage étroit dans la roche d'une caverne. En effet,  celui-ci était des plus sinueux. À s'en écorcher presque les genoux tant ils devaient tâtonner dans cette semi-obscurité. Hiro progressait normalement, faisant fi de la douleur qui le tiraillait déjà. Pourtant, sur ce visage d'albâtre, il ne laisse rien paraître.

« Voilà ma TROUVAILLE ! »

Une vaste étendue d'eau apparue sous leurs yeux ébahis. Une trouée permettait à un pâle rayon de soleil de traverser cette immense alcôve naturelle, laissant la surface de l'eau miroiter. Autant de petite étoiles à la surface de l'eau. C'était vraiment un paysage saisissant. Mais peut-être familier pour certains... Toute contente d'elle, Lya fonça comme une fusée vers l'eau pure et fraîche, balançant littéralement ses chaussures.

« Elle est bonne ! » s'exclama la gamine ravie. Un aboiement lui répondit et le chien couru jusque Lya pour jouer avec elle. Sous le regard attendrit d'Hiro qui l'observait les bras croisés. Un bref frisson parcourut son échine avant que le jeune homme n'offre un sourire à Ahina et Kappa.



Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mer 16 Oct - 20:19



Une fois encore, Ahina et moi étions enlevés à notre quotidien d’adultes par la joie de vivre de la petite Lya, qui involontairement, nous embarquait toujours dans des histoires incroyables. Cependant, cette fois là fut particulièrement étrange pour moi…
Fuyant la voix de géant d’Hector qui de toute évidence s’était rendu compte de leur disparition, nous quittâmes à vive allure Rodorio pour nous enfoncer dans une forêt avoisinante, une forêt que je connaissais bien pour y avoir joué de nombreuses fois avec Ahina. Soudain, le souvenir de cette chaude journée passée dans un lieu enchanteur en compagnie de ma meilleure amie se raviva, et mon cœur se mit à battre plus fort, plus lourdement, dans ma poitrine. Risquant un léger regard en coin pour voir si par hasard Ahina ne penserait pas à la même chose, je ne pus me résoudre à la regarder directement. Cela n’aurait mené qu’à une nouvelle dispute de toute façon. Voilà à quoi nous en étions réduits…

Plus le temps passait et plus les pas de la jeune Lya nous menaient vers la cascade secrète, du moins en avais-je l’impression, cela faisait longtemps, à présent. Aussi, quand la jeune fille s’immobilisa devant une faille dans la roche en indiquant que c’était ici, je fus comme pétrifié sur place. C’était un coup monté ou quoi ?! Sans remarquer mon décontenancement, la jeune Lya, s’engagea dans l’étroit tunnel sombre en nous invitant à la suivre. Hiro la suivit, me laissant seul avec Ahina. Je ne pus réprimer un regard dans sa direction avant de m’affaisser, dos à la paroi. Je pensais très bien comprendre ce qu’elle ressentait, à ce moment là. Lya voulait bien faire, mais cela risquait surtout d’être très dur nerveusement pour nous. En tout cas pour moi, puisque c’était là que j’avais compris que je ne pourrais pas faire ma vie avec celle que j’aimais à cause de l’avenir que je m’étais fixé, et de la promesse que j’avais faite.

Nous étions à présent au même endroit, treize ans après, et finalement, si je n’avais pas fait une stupide connerie, rien ne nous aurait empêchés de nous retrouver. Un sentiment de colère envers moi-même et ma stupidité m’envahit tandis que j’étais adossé à la falaise rocheuse.
- Vas y, j’arrive… lui soufflai-je simplement d’une voix éteinte.
Ahina s’engouffra dans le tunnel, me laissant seul avec moi moi-même. Un long soupir s’échappa de ma bouche, alors que mon cœur était de plus en plus lourd. Ma main se referma sur la poussière au sol avant que je ne resserre mon poing en signe de frustration.

A quelques mètres de moi, un lapin jaillit en m'observant. Aussi dingue que cela puisse paraître, il me sembla qu'il souriait, ricanait même, face à tous les sentiments qui m'accablaient en cet instant.
- Ca va, la ferme... ! Murmurai-je à son intention avant que le petit animal disparaisse à l'aide d'un bond dans un buisson.
Après avoir secoué la tête, je m’engageai finalement à mon tour dans le passage sombre qui menait à la cascade.

Les lieux n’avaient pas du tout changé, ils étaient toujours aussi enchanteurs : une cuvette naturelle creusée dans la roche créait une sorte de petite lac dans lequel se déversait une superbe cascade. Comme dans mes souvenirs.
- C’est une superbe trouvaille, ma puce, répondis-je machinalement en me remémorant ce qui s’était produit en ces lieux entre Ahina et moi.
Un faible sourire s’afficha sur mon visage tandis que je plongeai mon regard dans l’eau pour y découvrir mon reflet. Un sourire qui ne put pourtant pas masquer la lueur de peine et de nostalgie qui envahit mes yeux turquoise pendant que Lya barbotait déjà dans l’eau.


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mer 16 Oct - 22:46


Le goût amer des souvenirs


Répondant à son salue par un acquiescement qui, s'il se veut léger et discret, n'en est pas moins aimable et respectueux, Ahina dévisage longuement le dénommé Hiro. Il y a quelque chose dans ses yeux... une petite once d'on ne sait quoi qui lui rappelle vaguement quelque chose. Le problème étant qu'elle ne sait pas du tout quoi. S'il est aussi lié à Mashia qu'elle a pu l'entendre par les poivrots du coin à la taverne, cela explique peut être cet étrange sentiment qui l'envahit lorsqu'elle pose les yeux sur lui.

"Pas vraiment... juste des rumeurs en fait. Les gens parlent souvent trop" Lâche-t-elle dans un bref soupir de dépit teinté d'une certaine ironie.

Asmita... A l'évocation de ce nom les mâchoires du Scorpion se crispent presque imperceptiblement. Non pas que l'ancien porteur de l'armure d'or ne provoque en elle une quelconque rancoeur ou amertume déplacée, loin de là. Simplement... la dernière fois qu'elle a vu Asmita... c'était dans de bien funestes circonstances. Sa présence ayant précédée de peu le rapatriement du corps de Fawn par les Marinas, ces deux souvenirs ne pouvaient qu'être étroitement liés.

"Alors je suppose que la bienvenue s'impose" Dit-elle en esquissant un bref sourire à l'attention du japonais.

Les prunelles d'automne fixent la petite avec attention. Non, elle ne ment pas. Elle ne saurait lui mentir, pense-t-elle à cet instant. Lya a l'air de bien se porter et il est vrai qu'on le doit principalement, peut être uniquement, à l'apparition de cet étrange personnage. Dérivant de l'un à l'autre durant quelques secondes, la douce expression qui se dégage des traits de l'asiatique ne fait que la conforter dans son impression. C'est donc un silencieux "merci" qu'elle lui adresse du bout des lèvres lorsque l'adolescente enfouit son visage dans les bras d'Hiro.

Une course effrénée dans les ruelles. Un goût amer de souvenirs envahit sa gorge. Combien de fois cette scène s'était-elle produite lorsqu'ils étaient enfants... elle et Kappa. Trop pour être comptées en tout cas. Mais aujourd'hui le jeu n'en valait plus la chandelle. Aujourd'hui sa saveur était bien différente. Et ce n'est que parce que la remarque télépathique de Hiro revêt un sens particulier, que le Scorpion obtempère bien malgré elle.

Hector passe non loin d'eux en vociférant comme un charretier. A cet instant le regard de la brune dévie vers Kappa à qui elle adresse un sourire qui semble complice. Oui... cette scène, ils l'ont vécu tant de fois. Et comme si la réalité reprenait ses droits plus violemment qu'elle ne l'aurait souhaité, son sourire meurt dans l'oeuf alors que ses traits arborent de nouveau la fermeté qu'il lui connait depuis leurs retrouvailles.

Ils s'éloignent du village. Plus ils avancent et plus l'atmosphère devient pesante pour le Verseau tout autant que pour le Scorpion. Si elle avait pu qualifier les actes et paroles de la petite de providence, Ahina en vient à regretter amèrement d'avoir pu penser une telle chose. Car au fur et à mesure qu'ils s'enfoncent dans la forêt, un mauvais pressentiment enserre sa poitrine. Le chemin sera finalement parfaitement silencieux, si l'on excepte les ponctuels éclats de rire de Lya. Kappa n'ouvre pas la bouche. Ahina encore moins. Et ce qu'ils redoutaient en silence se présente sous leurs yeux, pour la plus grande joie de l'adolescente, fière de les entraîner vers son "secret".

Elle s'engouffre dans le tunnel boueux en compagnie de Hiro. Les deux anciens amis d'enfance semblant cloués au sol par quelque force obscure.
Kappa se laisse choir contre la muraille de pierre friable. Les quelques mots qu'il exprime déclenchent une réponse instantanée que le Scorpion n'essaie même pas de retenir.

"Hors de question. Je ne vais pas là dedans."

Nul besoin d'explication. Il est bien le seul sur cette terre auprès de qui elle n'a pas besoin de se justifier à cet instant. Et pourtant... le regard qu'il lui adresse la laisse une nouvelle fois sans voix. Comme si l'on venait de vider l'urne du Verseau, comme si ce qui fait de lui un être vivant venait de s'éteindre, il pose sur elle un regard parfaitement amorphe. Reflet d'une peine qu'elle ne peut simplement pas ignorer, quoi qu'elle veuille ou ne veuille pas savoir de ce qu'il pourrait ressentir à cet instant.

"Fait chier" Lâche-t-elle en grognant alors qu'elle s'accroupit en pénétrant dans le tunnel, comme elle le fit il y a treize années dans des circonstances et un état d'esprit bien différents.

Lorsqu'elle s'extirpe du tunnel sombre, elle ne porte pas un regard vers ses genoux couverts de terre, comme ce jour là... Les lieux n'ont pas changé. Ils sont toujours aussi beaux, aussi irréels, hors du temps, comme ce jour là... Lya plonge dans l'eau claire comme elle le fit elle-même ce jour là...
Les lèvres d'Ahina se pincent lorsqu'elle ressent la présence de Kappa. Ses mots lui font l'effet d'un poignard qu'on lui enfoncerait sciemment en pleine poitrine. Elle ne dit rien, pas un mot. Impossible de dire quoi que ce soit.
Ahina tente bien de balancer quelque chose, n'importe quoi qui ferait plaisir à Lya. Mais les mots lui restent en travers de la gorge.

Hiro est calme, observant la scène d'un regard doux. Lya patauge avec joie dans l'eau fraîche. Et nos deux amis... sont tels deux chiens dans un jeu de quilles en cristal. A ne pas savoir où poser le regard, à éviter soigneusement que leurs regards se croisent.

Kappa... et moi... qu'est-ce que je vais devenir quand tu seras chevalier...

Le regard d'automne se voile l'espace d'un instant. Quelle imbécile. Elle aurait du s'en douter. Elle aurait du le voir venir. Et pourtant... elle s'était retrouvée devant le fait accompli, les bras ballants, tombant des nues comme si jamais elle n'aurait pu imaginer que leur relation aboutirait à ce fiasco.

"Il t’est déjà arrivé de penser à ton avenir ?"

Les mots sont prononcés à voix haute alors qu'elle fixe Lya d'un regard bien plus sérieux qu'il ne devrait l'être sans doute. Les mêmes mots. A la virgule près. Exactement ce qu'il lui dit ce jour là. Ce qui déclencha tout le reste. Son premier mensonge et tout ce qui en suivi. Savait-il déjà à ce moment ? Peut être. Ce n'est pas comme s'ils étaient parvenus à en parler ne serait-ce qu'un peu. Et quand bien même... est-elle encore capable de croire en ses paroles ? Cela n'est pas certain.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Mer 16 Oct - 23:33



Plus les secondes et les minutes défilaient, et plus la tension était palpable entre Ahina et moi. Pas un seul regard n’avait été échangé entre nous. Encore moins de paroles. Finalement, seule Lya semblait trouver son compte là dedans. Et à dire vrai, si cela n’avait été pour elle, j’aurais déjà quitté les lieux. De toute évidence, et au vu de sa réaction juste avant d’entrer dans le tunnel, Ahina était elle aussi très male à l’aise. Cet endroit avait donc une signification pour elle aussi. L’endroit où j’avais voulu dévoiler mes sentiments mais n’avais fait qu’être rattrapé par la réalité. Mais avais-je fait une croix sur Ahina pour autant ? Jamais, jusqu’au dernier moment, jusqu’au jour même où Naios m’annonça que nous allions bientôt quitter le sanctuaire pour mon entraînement.

En y réfléchissant, cet endroit n’était pas qu’un point de rupture. C’était aussi là que pour la première fois, j’avais envisagé la possibilité que la jolie brune partage mes sentiments. Même si je n’avais jamais pu confirmer ces choses, son comportement avait été pour le moins troublant ici. Toutes ces pensées se bousculaient dans ma tête, et ce n’est que lorsque le Scorpion d’or prononça une phrase clé que je fus littéralement arraché à mes réflexions. Pour la première fois, mon regard se posa vivement sur elle, alors que ces mots qui étaient en fait les miens se répercutaient en écho en moi, transperçant mon cœur. Ma mâchoire se serra, et je me sentis soudain très mal. Reculant de quelques pas, je m’adossai à la roche tout en maintenant un sourire forcé pour ne pas inquiéter personne. Les mêmes mots prononcés par la jeune femme, et une attaque discrète à mon encontre. Il n’y avait qu’à voir la dureté avec laquelle elle les avait prononcés.

Pourquoi t’acharner ? Pensai-je en fixant la nuque d’Ahina qui se tenait à quelques mètres devant moi. Ma respiration se fit légèrement plus lourde, plus forte. L’écrin de fer enserrant mon cœur ne semblait pas vouloir le relâcher. L’envie de quitter les lieux se fit irrésistible. Mais je ne pouvais pas, autrement la jeune fille comprendrait que quelque chose clochait. Elle n’avait pas besoin de ça, pas après tout ce qu’elle avait traversé en si peu de temps. Toujours adossé à la roche, je me laissai glisser en observant silencieusement Lya nager dans l’eau. Au bout de quelques secondes, ma respiration redevint stable et mon visage reprit une expression distante. Que faire face à cette attaque du Scorpion ? Rien du tout. Je savais où elle voulait en venir. Nous en revenions encore et toujours à ce qui était arrivé alors que nous n’étions que des enfants.

Il allait falloir en parler, tôt ou tard, car au train ou allaient les choses, nous ne tarderions pas à nous sauter à la gorge. Je voulus lui rétorquer une de ses propres phrases treize ans plus tôt, afin de répondre à son attaque sans qu’Hiro et Lya ne s’en rendent compte, mais aucun son ne franchit la barre de mes lèvres. Elle m’avait mis à terre, et je n’avais rien à répliquer. Ma tête se baissa un instant, et mes cheveux dissimulèrent mon visage toujours aussi éteint. Quelques secondes, seulement quelques secondes pour reprendre contenance et parvenir à sourire. Pour Lya, et aussi pour Mashia…


Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Jeu 17 Oct - 22:22




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus -




Rêves




 
La petite Lya était vraiment enchantée, s’enthousiasmant d'un rien, d'un jeu de lumière dans l'eau, d'une gouttelette tombant sur sa nuque. Autant de jeux potentiels qu'elle voulait à tout prix faire découvrir aux autres. Elle s'était déshabillée sans ressentir la moindre gêne, ce qui aurait de quoi faire tiquer Ahina, alors que l'enfant-femme était entourée de Kappa et d'Hiro, des hommes ! Mais au lieu de ça, la belle brune sembla devenir très grave, lui lançant une question étrange. L'adolescente se figea dans ses mouvements alors qu'elle s'apprêtait à ressortir de l'eau pour une nouvelle fois sauter dans l'eau claire. Son petit visage devint à son tour très sérieux, une main placée sous le menton, les yeux levés au ciel, elle réfléchissait beaucoup ! Elle éclata de rire et déclara le plus innocemment du monde :

« Oui bien sur que je pense à l'avenir ! Moi, quand je serais plus grande, je voudrais être comme vous ! » bandant les muscles de son bras, elle continua, le menton levé, fière de sa petite mise en scène : « Je serais une Sainte d'or aussi puissante que toi Ah-i-na ! Même plus que ça ! Un jour, je serais plus forte que n'importe qui ! Même plus forte que toi Kappa ! »

Sur ces paroles elle retourna barboter. À cet âge, on voyait l'avenir d'un bon œil, comme un bon copain. Car tous les enfants rêvent de grandir, de réaliser leurs rêves. Mais souvent, ils ne voyaient pas le revers de la médaille. Lya avait été épargnée par un massacre sans nom, de par cette mésaventure, beaucoup avaient pensé qu'elle deviendrait un enfant réservée chétive, qui craindrait tout. Il n'y avait eu aucuns réels traumatismes, grâce aux bons soins apportés par des gens qui l'aimaient et qui l'aiment à la folie. Lya se sentait comblée, protégée, chérie. Les souvenirs de sang étaient encore présent et peuplaient parfois ses cauchemars, mais, ils étaient très vite occultés.

Hiro s'attendrissait de voir éclater chaque jour cette innocence, à l'instar d'une fleur s'épanouissant en plein jour. Elle était son rayon de soleil transperçant les brumes de son cœur encore las. Fatigué par leur course, il prit place sur une pierre plate non loin de Kappa et Ahina. Il regarda les deux Saints un bref instant, sentant entre eux une tension grandissante. S'il trouvait cela étrange, il ne préféra rien dire, peu désireux de se retrouver entre deux tempêtes. Pourtant, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de les considérer d'un œil anxieux. Quelque part, il n'aimait pas les voir ainsi. Aki lâcha un jappement qui se répercuta dans la caverne. Alerté, Hiro se redressa d'un bond regardant tout autour de lui pour apercevoir Lya. Rien. Son cœur se mit à battre plus furieusement dans sa poitrine et un pressentiment affreux s'empara de lui.  

Il enleva prestement son katana à sa ceinture et se précipita dans l'eau dans un bond agile. L'eau était glacée à mesure qu'il s'enfonçait dans ces abysses ténébreuses. Cette morsure glacée.... était semblable à la lame qui avait transpercé sa chair. Le Saint d'or intensifia son cosmos pour faire surgir la lumière, chasser l'obscurité. Il la vit. Il vit ce petit corps tout fragile s'enfoncer dans les eaux. Malgré la douleur qui le taraudait, le japonais battit plus fort des bras et des jambes, un sentiment d'angoisse le saisissant. Il parvint à attraper cette main qui lui semblait minuscule en cet instant.

~° Lya !

Un bras surgit hors de la surface de l'eau. Deux corps échouèrent sur la berge, l'un crachant de l'eau, le second roulant sur le ventre. Toute tremblante, Lya s'approcha de la pâle silhouette prostrée en position fœtale et ses yeux se voilèrent par un rideau de larmes. Ce n'était plus un jeune homme qui se tenait là, mais une forme bien familière. À la place d'une chevelure noire, c'étaient de flamboyants cheveux qui s'étalaient telle une corolle jusqu'au sol.

« Maman ! » s'écria l'enfant après avoir toussé très fort.

Avec précaution, l'adolescente retourna le corps sur le dos. De grands yeux turquoises l'observaient avec une infinie douceur. Mashia se tenait le flanc, ses doigts, déjà étaient poisseux : du sang. La jeune femme porta une main à cette joue fraîche et pâle, un geste se voulant rassurant. Lya se jeta à son cou, pleurant à chaudes larmes.

Un jour, Mashia le craignait, la petite perdrait tout à fait son innocence, ses rêves d'enfant. Elle voulait la préserver. Mais comment ? Comment le faire alors qu'elle même n'était pas capable d'assurer sa propre vie ? Lya s'extirpa de ses bras. Ses prunelles suivirent cette frêle silhouette qui s'élançait vers Kappa et Ahina. Sa vue se brouilla et elle ferma un moment les yeux.

Un soupir. Ses rêves à elle ? Elle ne s'en souvenait plus.







Design
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Jeu 17 Oct - 22:59


Donner de soi pour l'autre


Pourquoi reste-t-elle. Pour Lya. Pour Lya et pour aucune autre raison. Alors que la seule envie qui lui vienne est de tourner les talons et de se barrer de cet endroit aussi rêvé que maudit, elle ne bouge pas.
L'enfant lui répond avec entrain. Convaincue de ses propres mots, les paroles de l'adolescente lui tirent un sourire forcé.

"Je n'en doute pas..." Murmure-t-elle à voix basse tandis que la gamine retourne s'ébattre dans les flots.

A bien la regarder elles se ressemblent sur de nombreux points, jusqu'à et y compris le manque total de pudeur qui fit saigner le nez de Kappa tant de fois par le passé. Lya est cependant plus douce qu'elle ne l'a jamais été et ne le sera sans doute jamais.
Ahina n'adresse aucun regard à son ami d'enfance. Pas l'ombre d'un, pas un mot. Il n'en est nul besoin. L'impression de vague à l'âme qui se dégage du Verseau est tellement puissante qu'elle en est presque palpable. Elle la partage mais n'en dira rien. Il peut toujours courir.

"Lya !!!"

Elle n'a qu'à peine le temps de faire un pas que l'asiatique a déjà plongé au coeur de la source. Encore une impression de déjà vu. Mais celle là elle s'en serait vraiment bien passée.
Le cosmos explose et là elle reconnait. Elle le reconnait. Interdite, le Scorpion assiste à l'émergence de ces deux corps qui s'extirpent de l'eau et chutent lourdement presque à ses pieds. Maman.... Maman ???!!!

"Impossible..."

Les paupières s'écarquillent. Non... elle est morte. Elle l'a vue, étendue sur son linceul opalescent, protégée du vent au sein de son cercueil de cristal. Non... cela ne se peut. Et pourtant. Comment le doute pourrait-il être encore permis.

"Mashia !"

Le rugissement qui s'extirpe de la poitrine de la brune aurait de quoi faire trembler le plus puissant guerrier que la terre ait porté tant il est violent. Alors que Lya se précipite vers eux, Ahina la saisit au vol, empoignant sa taille alors qu'elle projette l'enfant dans les bras de Kappa.
S'agenouillant auprès du corps ensanglanté de l'ex réceptacle d'Athéna, le cosmos de la guerrière explose tout autour d'elle. Une nappe dorée ondule en vagues violentes autour de son propre corps et de celui de Mashia qu'elle serre étroitement contre elle.
C'est la première fois que son aura se manifeste de la sorte. La chaleur dorée pénètre profondément en Mashia alors que le Scorpion lui donne toute l'énergie qu'elle est capable de lui transmettre. C'est ça ou la regarder crever, encore une fois.

"Tu le savais ?!"

Sa voix gronde alors que son aura prend encore en envergure. Le sol tremble légèrement alors que des pans entiers de ce cocon préservé par les dieux chutent en pans éparses sur l'herbe verte.
Pas un regard. Mais ses mots sonnent une fois encore comme un reproche. Quel imbécile. Comment a-t-il pu taire une chose pareille. Et si tout cela reste pure spéculation, elle est pourtant presque certaine qu'il ne pouvait qu'en avoir été informé. N'y avait-il pas quelque chose entre ces deux là ?
A cette pensée le cosmos d'Ahina atteint son paroxysme. Le 7ème sens... le dernier recours d'un chevalier d'or face à quelque chose qui le dépasse. L'on pouvait croire qu'une telle débauche d'énergie ne pouvait voir le jour que dans un contexte d'adversité. Ahina est entrain de démontrer le contraire.
Puissant, le cosmos du Scorpion poursuit son investigation, pénétrant les muscles fatigués de la Vierge en de larges effluves chaudes et revigorantes.
Les joues de Mashia se teintent légèrement alors que les paupières d'Ahina s'affaissent de plus en plus.

"Maintenant... Maintenant que tu es là... tu vas me faire... le plaisir... de récupérer tes boulets... Mashia..."

Tel est le cours des choses. Mashia de retour et même si les raisons de cette brusque résurrection lui paraissent parfaitement obscures, elle va reprendre ce qu'elle est en droit de réclamer. C'est mieux ainsi. Leur lien est brisé depuis trop longtemps, avec trop de violence.
Le visage d'Ahina s'affaisse doucement eu creux du cou de Mashia. Son cosmos baisse doucement en intensité, jusqu'à s'éteindre complètement. Légèrement rauque, le Scorpion lui adresse quelques mots. Murmurés, presque soufflés, elle sera la seule à les percevoir, car ils ne sont adressés qu'à elle.

"Je... ne veux plus le voir souffrir. Alors tu vas... tu vas arrêter de faire... n'importe quoi Mashia... "


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Jeu 17 Oct - 23:42



Les rires et les bruits de l’eau se poursuivirent un bref moment avant qu’un léger silence ne s’installe. Probablement, Lya s’était elle immergée pour nager un peu en apnée. Les secondes défilèrent, et c’est un bruit de métal touchant le sol qui brisa finalement le mutisme dans lequel nous étions plongés, suivi d’un plongeon, qui me fit enfin relever la tête. Dès que mon regard se posa sur le sabre, je fis le lien avec le silence un peu trop long. Et mon inquiétude se transforma en horreur lorsque les deux corps féminins remontèrent à la surface et que je vis que Mashia avait retrouvé sa couleur de cheveux d’origine. Aussitôt, mes yeux se posèrent sur Ahina, et sa réaction fut bien évidemment des plus violentes.

Alors que Lya se dirigeait vers nous, les larmes aux yeux, Ahina l’attrapa et me l’envoya littéralement dans les bras. Ce geste dépourvu de douceur me conforta dans mes craintes : elle allait piquer une de ses crises sous peu. Pourtant, j’étais encore loin du compte. Face à sa première question, je demeurai totalement amorphe, l’observant simplement d’un œil vitreux alors que je ressentais les petits doigts de Lya se refermer nerveusement autour de ma tunique et se blottir contre moi. Elle commençait à avoir peur. Et pour cause, le cosmos du Scorpion d’or éclata avec une telle violence, que je finis par me redresser d’un bond, m’attendant au pire. Je me préparais à tenter de calmer la jeune femme lorsqu’elle dépassa les bornes. Les mots qu’elle prononça m’atteignirent de plein fouet, déclenchant en moi un électrochoc. Le moment avait beau être mal choisi pour une dispute, c’en était trop :
- Ca suffit, Ahina !

Ma voix claqua dans les airs comme si je parlais à un ennemi, se répercutant sur ce qui restait de parois autour de nous. Le timbre était glacial, et Lya se serra encore davantage contre moi. Quant à mon regard, il y flottait une lueur dangereusement hostile.
- Oui, je le savais. Bien entendu que je le savais, puisque c’est moi qui l’ai retrouvée au Japon ! Elle ne serait probablement pas là sans mon intervention… J’ai promis de ne rien dire de son retour avant qu’elle-même n’aille mieux. Personne ne sait à part Naios, Hector, Lya et Liana.

Le cosmos du Scorpion sembla redescendre un peu tandis qu’elle aidait la pauvre Mashia à refermer ses blessures. Mes yeux se posèrent sur la jeune femme à la chevelure de feu, sur sa blessure, puis se reportèrent à nouveau sur Lya :
- Je ne t’ai rien dit parce que je n’en avais pas le droit ! C’est pas une raison pour avoir une telle réaction ?! Regardes la petite, elle est terrifiée par ton comportement ! Tu te crois maline ?!
Je fis une pause, puis après un long soupir :
- Écoute… Je sais que quelque chose ne va pas chez toi en ce moment, mais ce n’est ni le lieu ni le moment pour faire éclater une de nos bonnes vieilles disputes…
Mon regard se reporta sur Mashia et sa blessure, et je lui demandai d’une voix redevenue beaucoup plus douce :
- Ca va, ta blessure ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Ven 18 Oct - 10:17




Guignol !


La débauche d'énergie est pour le moins saisissante, même pour Ahina qui n'a jamais eu à pousser son cosmos jusqu'à un tel paroxysme. Qu'est-ce que tu lui fais faire Mashia sans déconner ! La voir mourir une seconde fois était tout simplement hors de question. Dans quel état était réellement son corps, en dehors des tristes stigmates sanguinolents qui s'étendent sous ses yeux à cet instant ? Le Scorpion n'en savait rien et ne pourrait sans doute jamais le savoir réellement. Tout ce qu'elle voit c'est que Mashia est dans un sale état et qu'il convient de lui offrir tout ce qu'elle est à même de lui donner, si elle ne veut pas la voir leur échapper une fois encore.
Il y a eu trop de morts, cela suffit. Peut être a-t-elle le sentiment d'être plus utile qu'elle le fut il y a quelques mois... Quand Fawn mourait à quelque centaines de mètres et qu'elle restait parfaitement impuissante. Plus jamais. Plus jamais elle ne sera aussi inutile.

"La ferme Kappa. T'as jamais rien compris, c'est pas maintenant que ça va commencer." Raille-t-elle d'une voix essoufflée alors qu'elle distille amplement son énergie en Mashia.

Les mots qu'il lui adresse sonnent bien funestement à ses oreilles. C'est grâce à lui ? Et alors, il veut une médaille ? La palme de la connerie, elle la lui offre sans la plus petite hésitation. Son acte était stupide, quoi qu'il pense, quoi qu'il en dise. L'état de Mashia était d'une instabilité dangereuse. Il aurait du faire passer la santé de la jeune femme avant son égo ou sa pseudo promesse à la noix. Un principe qui étire les lèvres d'Ahina en un sourire moqueur alors qu'elle s'affaisse légèrement sur Mashia, son cosmos disparaissant sans laisser de traces.

"Ah... tu tiens tes promesse maintenant ?... Bravo Kappa... je suis si fière de... toi..."

Il ne sait pas s'arrêter, il n'a jamais su. Du moins, depuis leurs retrouvailles, il ne sait plus, cela est un fait avéré.
Sa paume se plaque sur le sol. Prenant appui sur sa main, Ahina s'accroupit sans pour autant se relever. Un sourire de dépit naît sur ses lèvres. En plus d'avoir la mémoire courte, de mentir comme un arracheur de dents, il l'a fait passer pour la salope de base maintenant. Décidément, leur relation semble atteindre des paroxysmes de bassesse à chaque nouvelle rencontre.

"Une telle... réaction, dis-tu"

Doucement les muscles de son bras se tendent alors qu'elle fait l'effort de se redresser. Ses jambes tremblent légèrement, presque comme un petit spasme qui agiterait son corps par moment, comme s'il était bien trop orgueilleux pour permettre à quiconque de le voir vraiment.

"Kappa... je vais être claire. Va te faire foutre toi et tes beaux préceptes... T'es vraiment le dernier des derniers... à pouvoir me faire la... leçon. Que voulais-tu ? Que... je la laisse crever... une seconde fois ? Mais mon pauvre garçon..."

Sa voix est sèche mais ne reflète aucune once de colère. Il n'a pas été fichu de lire dans son cosmos et s'en est tenu à ce qu'il voyait. Un léger rire de dépit s'échappe de ses lèvres.

"Si tu n'es même pas foutu de lire dans le cosmos de tes compagnons d'armes, tu n'es pas digne d'être chevalier, Kappa."

Les prunelles d'Ahina dérivent du sol pour se poser sur Lya. La petite la regarde avec de grands yeux mais aucune terreur ne semble la paralyser. Elle a craint pour la vie de sa mère qui leur avait déjà à tous échappée. Et si la puissance du cosmos d'Ahina a du l'impressionner, cela fait peu de doutes, le Scorpion ne pense pas que l'adolescente ait eu peur d'elle. Lya sait que jamais elle ne ferait de mal à sa mère ou à elle.

Quelque chose ne va pas chez toi.......
Le Scorpion fait quelques pas vers l'ouverture qui se dessine dans la paroi rocheuse. C'est bon là, ça suffit. Les mots acerbes sont toujours pour elle, la douceur pour Mashia. Il n'est jamais satisfait. Rien ne va jamais. Elle a sauvé son précieux amour et tout ce qu'il lui adresse se sont des mots emplis de méchanceté d'une voix agressive.
Un soupir s'extirpe de sa poitrine alors qu'elle ne prend même pas la peine de répondre à la verve du Verseau. Qu'il pense ce qu'il veut. Aujourd'hui c'est la fin. La fin de tout ce qu'il a pu exister entre eux. Le bon comme le mauvais. Elle ne veut plus poser ses prunelles sur lui. Jamais. Elle ne le formule pas à voix haute, mais sa décision est prise.

Elle aimerait quitter ce lieu maudit mais ses jambes ne la portent plus. Le 7ème sens n'est pas le dernier étage d'un bâtiment auquel on accèderait en appuyant sur un bouton magique. Ce n'est pas un jeu, ce n'est pas anodin. Un bruit sourd accueille le dos de la brune qui se plaque contre la pierre friable. Lentement elle se laisse choir sur le sol. Tête basse, elle replie ses genoux contre sa poitrine en les entourant de ses bras sans prononcer le moindre mot. Souhaitant que cet endroit disparaisse. Désirant ardemment qu'il s'en aille loin puisqu'elle n'est pas en mesure de le faire pour l'heure, le Scorpion enfouit son visage entre ses bras en se plongeant dans un épais silence.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Ven 18 Oct - 13:30




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus -




Je te le promets




 
Il faisait si froid. Elle avait tellement froid. La jeune femme n’avait pas réfléchit, comment l’aurait-elle seulement put ? D’instinct, elle s’était précipitée dans l’eau se fichant éperdument des conséquences que cela aurait sur elle. Seule comptait la petite Lya. Maintenant qu’elle était sauve, elle réintégrait le moment présent, celui des douleurs. Non, elle n’avait pas mal agit. Jamais. Sa vie valait peu de chose depuis qu’elle était revenue parmi les siens : un chemin obscur s’ouvrait devant elle, sans qu’elle sache si elle devait avancer ou non. Dans cet inconnu, où se mêlaient doutes, joies et souvenirs étranges, sans saveurs, elle se demandait si, celui qui avait eut la gentillesse de la sauver, n’aurait pas mieux fait de la laisser là où elle était. Il lui arrivait parfois de comprendre quelques bribes de ce passé oublié, d’en saisir quelques fragments, sans jamais parvenir à les rassembler. Oui, depuis qu’elle était de retour au Sanctuaire d’Athéna, elle se sentait comme une étrangère. Ceux qui la voyaient sous cette forme, sa vraie forme, la reconnaissait à coup sûr. Ce n’était pas son cas. Sauf rares exceptions. Ô elle déplorait ce fait, elle se maudissait même et replongeait chaque fois dans son inquiétant mutisme. Heureusement, la jeune femme avait quelques repères.

Perdue, elle l’était constamment et se raccrochait à des prises si ténues, qu’elle manquait à chaque fois de tomber dans le vide. On l’aidait, on l’aimait, ainsi, elle conservait la tête hors de l’eau. Kappa, plus que quiconque avec la douce Liana, lui avait prodigué un soin tout particulier quand elle était au plus mal. Il y avait eu aussi Celsius des Poissons et Eidolon du Cancer, tout deux attentifs. Ils avaient eu pitié de son triste sort, ils l’épaulaient. Pour toutes ces raisons, elle n’était plus à plaindre, à présent, c’était à elle de relever la tête, d’aller de l’avant.
Perdue dans des méandres obscurs, elle se voyait graviter dans le néant. Cet océan noir. Une faible étincelle attira alors son attention et s’y approcha avec prudence. Mais aussi avec fascination : telle un papillon aux ailes cramoisies, elle s’en approchait, osa avancer une main fébrile.

Ses yeux s’ouvrirent, mais avant cela, Mashia sentait sous ses doigts, une réconfortante chaleur qui l’avait tiré hors de cette froideur. Ce parfum lui semblait bien familier, sauvage et doux à la fois. Ses mains allèrent enlacer la taille de celle qui avait eut le réflexe spontané de l’aider à revenir. Ô était-ce de la peur qu’elle ressentait ? La peur de voir mourir sans ne rien pouvoir faire ? Mashia s’accrocha à cette présence avec toute la force du désespoir. Cette proximité lui permit d’entendre très nettement cette voix, celle d’Ahina, qui, comme beaucoup trop, avait disparut de sa mémoire. Pourtant, un échos dans son cœur lui permettait de comprendre ce geste. Elle ne voulait pas qu’elle la laisse.

~° Mais… ce sont aussi les tiens, non ? S’enquit une voix si faible dans l’esprit du Scorpion, presque inaudible. Elle sourit à ses dernières paroles. ~° Je te le promets …

Sa tête bascula sur la poitrine de la brune, ses yeux se rouvrirent quand la dispute éclata. Incompréhensions. Tant de haine, de violence. Lya perchée dans les bras de Kappa, n’avait en effet pas ressenti de la peur, mais une profonde détresse et tristesse. Impuissante face à ces histoires d’adultes, elle hésitait à s’enfuir des bras du Verseau pour trouver refuge dans ceux de sa mère, ou hurler plus fort qu’eux.  Mashia tourna son visage vers Kappa, un petit sourire accroché aux lèvres.

~° Kappa, cesse de t’inquiéter pour moi, je vais bien grâce à Ahina. Nous lui devons quelques explications et en effet, ce n’est ni le lieu, ni le moment pour ça. Il y a des vérités qui ne devraient être énoncées qu’à des moments bien précis. Par la force des choses, cette vérité ci, la mienne vient d’éclater de la pire des manières qui soient. L’heure n’est pas à la colère, pas encore.

Grâce à l’énergie de la jeune femme, Mashia put se mettre sur ses deux jambes sans trop vaciller. Son kimono bleu pâle était tout souillé de sang et collait désagréablement à son corps d’une maigreur dangereuse. Cela ne l’empêcha pas de rejoindre d’un pas lent, la silhouette prostrée d’Ahina. Là, elle s’agenouilla face à elle, la couvant d’un regard bienveillant. D’un geste tendre, la jeune Mokushi dénoua les bras de la belle avant de lever d’une main, son visage vers le sien. Deux grands yeux plus bleus que l’océan l’étudièrent avec douceur. Un vrai sourire fut esquissé.

~° Même si j’ai perdu la mémoire chère Ahina, quelque chose en moi me chuchote que je te connais un peu, suffisamment au moins pour me permettre ceci.

Elle alla cueillir la jeune femme au creux de ses bras, l’enlaçant chaleureusement sous le regard attendrit de la petite Lya qui essaya de capter l’attention du Verseau d’un geste de la main.

« T’es vraiment nul avec les filles Kappa ! Mais moi je t’aime quand même ! »







Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Ven 18 Oct - 16:47



Encore une erreur de jugement monumentale. On prend les mêmes joueurs, on en ajoute un ou deux pour ne pas tomber dans la monotonie, et on recommence. Comment avais-je pu être aveugle au point de ne pas voir que son cosmos n’était pas colérique mais en train de sauver Mashia ? Une constatation était de mise : je me montrais rarement aussi abruti que lorsque j’étais en compagnie d’Ahina. Y avait il un signe à y voir ? Je n’en savais rien, mais même moi, cela commençait sérieusement à m’épuiser.
Mes mains se mirent à trembler tout contre Lya, qui leva les yeux vers moi avec étonnement, tandis que j’observais la scène sans mot dire. Ahina enfonça le clou jusqu’au bout, et je ne répliquai rien, parce qu’il n’y avait rien à répliquer, cette fois. Fermes la et assumes ta connerie. C’était là ma seule option.

Toujours enfermé dans un mutisme tenace, je la vis se diriger vers une sortie taillée dans la roche lorsqu’elle montra des signes de faiblesse :
- Ahina ?! Lançai-je sur un ton très inquiet.
Mais mes pas restèrent immobiles. De toute façon, elle n’aurait jamais voulu que je l’approche. Même Mashia le comprit très facilement, et fit ce que moi j’aurais dû faire. Mais on était plus à une erreur près, à présent.
La remarque de Lya déclencha en moi un rire jaune et je lui répondis à voix basse :
- C’est toute l’histoire de ma vie, ma puce…

Mon regard observa les deux jeunes femmes enlacées sans mot dire, et une évidence s’imposa à moi : je n’avais plus rien à foutre ici. La journée avait été gâchée par ma faute à nouveau, et Ahina pourrait sans peine raccompagner Mashia chez elle. Pour aujourd’hui, mieux valait que je m’éclipse, j’en avais assez fait. Me penchant près de Lya, je lui murmurai à l’oreille mon intention de départ. Celle-ci voulut rouspéter, mais un doigt posé délicatement sur sa bouche la convint de cesser ses revendications et de les troquer pour une de ses moues caractéristiques. Relâchant mon étreinte sur la jeune fille, je fis quelques pas en direction de la sortie avant de contacter Mashia par télépathie :
Je vais y aller, Mashia… De toute évidence, ma présence gène plus qu’autre chose, et je ne veux pas blesser davantage Ahina. Je le fais déjà suffisamment souvent malgré moi ces temps ci. Je passe te voir chez toi ce soir ou demain, promis.

Sur ces, mots, je m’engouffrai par la faille pour quitter les lieux. Accablé par la honte, la tête basse et dissimulée dans ma cascade de cheveux bruns et azurs, mon regard évita soigneusement de lever la tête vers le Scorpion d’Or. Au moins, cette nouvelle sortie n’obligeait pas à ramper dans l’obscurité…


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Sam 19 Oct - 13:15


Fracture


Un pâle sourire dissimulé entre plusieurs mèches. Voilà tout ce que le Scorpion répondit à Mashia lorsque sa voix discrète s'insinua dans son esprit. Ses boulets, autant que les siens... Oui sans doute. Car si Ahina serait toujours la première à coller un pain sur le nez du Verseau s'il faisait des excès de zèle, il était aussi vrai de dire qu'elle serait la première à s'élancer dans sa direction si quelque mal que ce soit le menaçait. Pourtant le terme boulet sciait assez mal à Hector qui, bien que son attitude soit parfois extrême, ne revêtait pas ce principe de lourdeur qui incombe à tout boulet qui se respecte, quant cette notion était plus que présente concernant Kappa.
Mais elle avait promis. Promis de ne plus faire de choses inconsidérées qui pourraient provoquer l'inquiétude ou la souffrance de son ami d'enfance. En cela, elle pouvait compter sur la brune pour lui rappeler sa promesse, si d'aventure elle s'enhardissait de l'oublier. Car si le Scorpion possède bien des défauts, si elle est sans doute la moins protocolaire des Douze, la parole donnée revêt à ses yeux une très grande importance. On ne rompt pas un serment, on ne brise pas une promesse. Jamais.

Ahina...
N'approches pas Kappa. Si cette malencontreuse idée venait à traverser ton crâne, surtout ne l'entends pas. Tu es un poids, le terrible fardeau qui pèse sur ses épaules et dont elle n'arrivera pas à se défaire tant qu'elle ne se regardera pas en face. Tant qu'elle refusera de comprendre ce qui l'anime à chaque fois que ses prunelles se posent sur toi. Tant qu'elle n'entendra pas les vraies raisons de la sombre colère qui la possède. Alors vaut-il mieux que tu restes où tu es, que tu ne te mêles pas d'une faiblesse qui, si elle a été provoquée par une débauche d'énergie conséquente, n'est accentuée que par ta seule propre présence.

Une main se pose sur son bras, desserrant l'étreinte qu'elle s'inflige à elle même. Ahina ne tente aucun mouvement de recul, n'esquisse pas le moindre geste pour aller à l'encontre de cette impulsion que lui inculque Mashia.
L'un dans l'autre, leurs regards se croisent. Les prunelles azurées de Mashia sont profondes, la toisent en une expression bienveillante qui n'est pas sans rappeler celle de la Déesse qui se distinguait à travers elle il y a de cela quelques mois. Les paupières du Scorpion s'écarquillent sous l'effet de cette brève vision d'Athéna.

Quelques mots. Quelques mots qui lui apprennent une nouvelle vérité pour le moins troublante. Mashia aurait perdu la mémoire ? Peut être est-ce mieux ainsi après tout. Les liens heureux se reconstruiront d'eux-mêmes, mais le mal, la souffrance, la peine, auront disparu de sa mémoire. A moins que cet état ne soit que ponctuel et que tous les relans de sa vie passée ne ressurgissent par pans au fur et à mesure... Un bien, mais sans doute plus un mal finalement. L'avenir le dira.

L'étreinte de la Vierge est douce, chaleureuse. Le Scorpion n'y répond pas mais ne s'y oppose pas non plus. La bienveillance et la gentillesse de Mashia se déversent en elle comme un torrent salvateur qui fait sauter une à une les barrières qui enserrent son esprit. Ahina le ressent, elle ne peut faire autrement. Sa gorge se serre. Ses entrailles se nouent. Son coeur bat plus vite, cognant si fort dans sa poitrine qu'elle ne serait pas surprise de le voir s'extraire de lui-même et de s'offrir en sacrifice à Mashia.

Les paumes du Scorpion se posent sur les épaules qui l'entourent de leur bonté, dans le but premier de se refermer sur elles et de les repousser. Mais son geste meurt dans l'oeuf alors que ses mains restent simplement posées sur elle. Il y a si longtemps que quelqu'un ne l'a pas prise dans ses bras... Elle serait bien en peine de se souvenir de la dernière fois. Un mensonge dans lequel elle s'enferme sciemment, car en définitive Ahina se souvient parfaitement de la dernière fois. C'était ici même, il y a 13 ans.

"Mashia..." Murmure-t-elle à demie voix alors que ses bras entourent les frêles épaules de la chevalière.

Le regard mordoré de la guerrière s'embue. Depuis combien de temps n'a-t-elle pas pleuré... Car finalement le fier Scorpion ne pleure pas, ne pleure jamais. Seulement deux fois, au cours de sa vie, les larmes se sont écoulées de ses prunelles. L'une d'entre elles eu lieu ici, dans cet endroit étrange caché des yeux du monde. La seconde était quelques semaines plus tard, sur une haute falaise dominant le port de Rodorio. Par deux fois, ces larmes avaient été provoquées par et pour la même personne.

La dernière barrière cède.

Au creux des bras de Mashia, les iris d'automne ne retiennent plus rien. La tristesse enfouie depuis des années, des mois, des semaines, des heures, se déversent en flots continus le long des joues du Scorpion, baignant l'épaule de la Vierge. L'expression d'Ahina se pare d'une peine qu'on ne lui a pour ainsi dire jamais vue. Et elle pleure... elle pleure la perte de Kappa. Elle pleure le décès de ses deux maîtres. Elle pleure la mort de Mashia. Elle pleure de n'être capable de comprendre les choses à défaut de pouvoir les dire vraiment. Des larmes qui auraient du s'extraire de son coeur depuis bien longtemps. Des larmes qui auraient du voir le jour à des moments précis, au lieu d'être savamment accumulées en leur refusant d'accéder à ce qui est leur essence propre. A cet instant la lassitude se fait plus forte, plus violente. Oui, Ahina est fatiguée. Fatiguée d'être en colère, fatiguée de devoir toujours faire front, fatiguée de ne pas pouvoir dire ce qu'elle ressent, fatiguée d'être constamment sur la brèche. Émotionnellement épuisée.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Sam 19 Oct - 20:25




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus -




Raison et Sentiments




 
Il fallait savoir céder, pour mieux se relever. Les sentiments. Il en existe tant ! Tellement, car il revêtaient chacun plusieurs formes, tantôt belles, tantôt effroyables. C'étaient bien souvent eux qui prenaient le pas sur tout le reste, nous guidait, délaissant alors la conscience. La raison occultée, il était parfois plus facile, préférable aussi, de se laisser glisser dans leur monde. Ahina ne faisait pas exception à cette règle établie depuis la création de toutes choses : elle était une femme forte, animé par la colère, elle-même issue d'autres sentiments. D'autres épreuves. Mashia captait cette douleur et la partageait tandis que la belle se laissait aller tout contre elle. Elle lui devait bien cela, après tout, n'avait-elle pas usé d'une bonne partie de son énergie pour elle ? Sa bienveillance ne trouvait pas de limite, réminiscence d'un passé partagé. Mashia savait qu'elle avait abrité en son sein, la Déesse de la Guerre et de la Sagesse, et, parfois, elle se retrouvait confrontée à de nouveaux fragments qui ne lui appartenait plus. Des bribes de souvenirs étranges qui ne trouvaient aucuns échos.

Lya regardait Kappa s'en aller sans comprendre. Trop jeune pour capter et démêler ce canevas trop complexe, trop jeune pour saisir le sens de tout ceci. Il existait trop de colère entre eux, trop de frontières. Des barrières qui n'étaient pourtant pas infranchissables ! Seul le temps leur permettrait de comprendre. De se comprendre à nouveau. Mais, parfois, il fallait faire quelques efforts si on voulait faire tomber ces murailles. Car oui, la jeune femme sentait le cœur vacillant d'Ahina, piégé de lui-même, par de hautes remparts. Quand le Verseau s'apprêta à sortir, une main se saisit de la sienne in-extremis, le stoppant net dans son élan.

Il voulait fuir, s'échapper mais ce n'était pas le bon choix, la bonne solution. Gardant la jeune femme dans ses bras, elle tourna un visage sévère vers le Verseau, puis une autre expression indéchiffrable. Sans lui demander son avis, Mashia tira plus fortement sur ce bras, l'obligeant à contempler toute l'étendue de cette tristesse. Tourmentée, la Sainte du Scorpion l'était. Et Kappa ne devrait pas l'ignorer. Car il en était la principale cause sans qu'aucuns des deux ne le devine. Oh non, pas le deviner ! Qu'ils soient honnêtes envers eux même. La jeune femme se gardait bien de leur faire remarquer ce fait, car elle estimait qu'elle ne devait pas plus intervenir dans leurs affaires . Après tout, elle les connaissait sans les connaître véritablement.

Ainsi, elle n'avait aucunes leçons à donner, n'étant pas la mieux placée pour le faire de toute manière. Ses yeux turquoises soutenaient ceux de Kappa, passant d'une sévérité froide, à une douceur exacerbée. Sa poigne sur son bras se fait plus douce, alors qu'elle cherche à nouer ses doigts aux siens.

~° Il ne faut pas toujours fuir Kappa.

Fit-elle tout en posant une main sur la chevelure de la brune. Athéna aurait put très bien prononcer ces mots tant ils résonnaient avec force dans l'esprit du Verseau et ce, avec justesse. Non, il ne devait pas partir, mais il devait au moins voir la détresse chez son amie, ne pas l'ignorer.

« … On.... on devrait peut-être rentrer chez Hecotr, non ? » se risqua la petite voix fluette de Lya. Celle-ci s'approcha d'un pas feutré avant de s'arrêter, prise d'une quinte de toux qui l'obligea à fermer les yeux très fort. « Mince, je crois que j'ai attrapé froid ! »

Sur ces dernières paroles, Mashia regarda l'enfant, désignant du menton, sa petite robe encore étendue sur le sol. Elle se hâta de la revêtir avant de gigoter d'un pied sur l'autre mal à l'aise visiblement.  







Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Dim 20 Oct - 1:53



Une poigne ferme mais douce me stoppa net dans mon intention de quitter les lieux. Mon regard azur chercha aussitôt le responsable, et croisa les yeux sévères de Mashia. Elle me tira à elle, et m’intima de voir, de regarder ce qui arrivait. Docile, j’obéis et mon regard qui la fuyait pourtant jusque là se posa sur Ahina. Je compris en un clin d’œil pourquoi Mashia m’avait empêché de partir. Mes yeux s’agrandirent sous l’effet de la surprise. La pauvre brune semblait accablée par un mal, une peine, qui avaient fini par la faire craquer jusqu’aux larmes. Et pour que le Scorpion d’Or en vienne aux larmes, il en fallait beaucoup, vraiment beaucoup.
Mais je ne fuis pas ! Lui répondis-je aussitôt par télépathie en me sentant injustement jugé. Je m’en vais pour elle ! Elle ne voudra jamais que je reste ! Ma vue lui fait plus de mal qu’autre chose, regardes ce que j’ai encore fait !

Et les pleurs continuent, me poignardant le cœur. La voir ainsi me faisait mal, terriblement mal. Et ne rien pouvoir faire pour la réconforter, ne pas pouvoir la prendre dans mes bras était une véritable torture. Mes mâchoires se serrèrent si fort que je sentais mes muscles se durcir. Je ne pouvais détacher mes yeux azur de mon amie d’enfance : jamais je ne l’avais vue dans cet état, jamais. Et il y avait tellement peu d’explications. Après une colère décuplée à mon égard, voilà que maintenant elle craquait littéralement. J’étais déjà perdu, mais je ne comprenais vraiment plus rien. Et je ne savais plus du tout quoi faire. Affolé, presque apeuré, mon regard balaya les lieux à la recherche d’une aide illusoire, et tomba sur les yeux emplis d’incompréhension de la petite Lya. Puis ils se tournèrent à nouveau vers Mashia, et enfin Ahina.
Je… Je suis perdu, Mashia…

Lentement, et en silence, je tendis ma main libre au dessus de la tête d’Ahina, dont le visage était toujours enfoui contre l’épaule de la vierge. Je voulais tant la toucher, la réconforter. Mais ses propos vindicateurs me revinrent en mémoire. Elle me détestait, à présent. A quoi bon tenter de l’aider, alors que pour l’aider, tout ce que j’avais à faire, c’était disparaître de sa vue. Mon poing se referma dans les airs et je le serrai si fort en signe de frustration qu’il trembla durant quelques secondes avant que je ne reprenne contenance. Doucement, je me libérai de l’étreinte de mon amie à la chevelure de feu, avant de reculer d’un pas.
Je ne sais plus du tout quoi faire… Je ne peux pas supporter de la voir dans cet état. Mais si j’essaie quoi que ce soit, elle me repoussera. Je le sais. J’en suis certain !
Mon regard aussi perdu que celui d’un gosse plongea dans celui de Mashia à la recherche d’un soutien, et j’ajoutai :
Aide moi, Mashia ! Je t’en supplie, aide nous !


Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Lun 28 Oct - 15:05




Qu'est-ce que tu fous ?!


N'importe quoi. Tout ceci n'a ni queue ni tête. N'importe quoi.
Est-ce ce que le Scorpion se ressasse en boucle sans que ses larmes n'aient la gentillesse de bien vouloir cesser leur course effrénée pour autant. Le propre de l'être humain réuni en une seule personne à cet instant. Désirer ardemment ce qu'on s'évertue à rejeter, hurler sur ce qui nous parait incompréhensible, pleurer des larmes d'une fatigue que l'on s'inflige à soi-même. Le savant mélange du "je veux" et du "je me le refuse".

Les paupières s'affaissent un peu plus. Est-il parti. Est-il resté. Quelle importance. Qu'il s'en aille. Qu'il parte loin. Qu'il ne revienne plus jamais. Ou peut être devrait-elle partir elle-même ? Mais pour aller où. Pour faire quoi.
Les sourcils d'Ahina se froncent légèrement alors que ces pensées lui viennent spontanément, comme l'issue logique de sa réflexion et de cet insoluble problème tournant en boucle. Voilà qu'elle en vient à penser des choses pareilles... Non mais sans déconner... N'importe quoi.

"Merci Mashia" Murmure-t-elle dans un souffle.

Les mains se plaquent doucement sur les épaules de Mashia alors qu'elle s'extirpe de son étreinte. Une dernière larme perle le long de sa joue, disparaissant en une fraction de secondes de son visage quand un revers de main l'en chasse sans la moindre délicatesse.
Un bref sourire qui se transforme en expression d'étonnement lorsqu'elle sent une présence on ne peut plus proche à leurs côtés. D'un mouvement vif le visage de la guerrière se tourne pour tomber sur le Verseau qui se tient si près qu'elle pourrait le frôler d'un simple souffle.
Ses lèvres se pincent quand elle aperçoit le regard désemparé de Kappa. Une lueur qui habitait le sien jusqu'à il y a quelques secondes à peine.

Elle se relève lentement, ses jambes vacillant une courte seconde avant de trouver une stabilité sommaire. Tendant sa main vers Mashia pour l'aider à se relever, Ahina jette un coup d'oeil presque furtif vers son ami d'enfance.

"Fais pas cette tête, ça va"

Son regard dévie vers Lya qui éternue une nouvelle fois.

"Toi non plus fais pas cette tronche. Vous êtes beaux tous les deux tenez !"

Et sur ces mots elle éclate de rire. Un rire qui sonnera sans doute assez faux, aux oreilles du Verseau tout du moins, mais on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a hein !
Une fois que Mashia s'est relevée, Ahina lâche doucement sa main et se dirige vers la petite brune. Lorsqu'elle passe devant Kappa, si elle ne lui adresse pas un seul regard, au moins pourra-t-il percevoir l'étonnante amabilité dans le son de cette voix qui s'adresse à lui.

"Soutiens la veux-tu"

Sans ralentir le pas, Ahina arrive face à l'adolescente qui les gratifie d'un troisième éternuement. Posant sa paume sur le sommet de sa tête, la brune ébouriffe la longue chevelure de Lya en un sourire qui se veut rassurant.

"Pardon de t'avoir inquiétée. Tu sais Lya, personne n'est infaillible, pas même moi quoi qu'on en dise. Mais maintenant c'est fini. Rassures-toi."

Des mots qui ne lui sont pas vraiment adressés au final. Mais on ne peut changer ce que l'on s'évertue à barricader depuis 13 ans, en un claquement de doigt...
Concluant ses mots dans un nouveau sourire franc et chaleureux, Ahina prend la petite dans ses bras avant de la reposer sur le sol face au trou qui trône dans la roche.

"Allez on rentre. Hector va nous arracher la tête si tu t'es enrhumée. Allez hop hop hop jeune fille.
On demandera à Naîos de nous faire des oeufs et du lard !
"

...comme lorsque nous étions mômes, aurait-elle pu ajouter en tournant les yeux vers Kappa. Et pourtant elle n'en fit rien.
Poussant doucement les épaules de Lya pour qu'elle s'engouffre à travers la faille, Ahina pose les yeux sur Mashia à qui elle adresse un paisible sourire. Il semble qu'avoir lâché tant de larmes revêtisse une forme de soulagement dont les fruits se voient d'ores et déjà sur ses traits. Car bien que fatiguée aussi bien psychologiquement que physiquement, le Scorpion semble plus serein.
C'est dans un regard entendu qu'elle prie silencieusement la Vierge de suivre Lya en second. Ce n'est qu'une fois que le son de leurs genoux contre la terre s'est complètement dissipé, qu'Ahina oscille en direction de Kappa en le dévisageant longuement.

"Kappa. Je suis désolée. Pour ça. Pour tout le reste. Je suis désolée pour les baffes que tu as prises et celles que tu prendras sûrement encore dans l'avenir."

Un faible sourire ponctue cette tirade alors qu'Ahina s'accroupit à son tour face au corridor de pierre. Ses yeux délaissent le Verseau pour se plonger dans l'obscurité du couloir qui la ramènera vers la vie réelle, vers celle qu'elle continuera de mener bien après cet épisode parfaitement foireux de la journée.

"Je ne peux rien te dire de plus. J'en suis incapable. Je ne saurais sans doute pas quoi te dire... ou le dirais d'une mauvaise façon. Bref... sois patient... ça viendra sans doute un jour..."

Ou pas... ne peut-elle s'empêcher de se dire alors qu'elle s'enfonce dans le tunnel sans lui laisser la possibilité de répondre.

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Jeu 31 Oct - 14:18




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus -



Une étrangère dans votre cœur



 
Parfois, les mots ne suffisaient plus. Parfois, les larmes restaient la meilleure traduction de ces derniers, notes cristallines, mais claires et limpides quand on était attentif. Attentif aux autres. Mashia ne se souvenait plus de Kappa et d’Ahina, plus aussi bien qu’autrefois, mais, quelque chose faisait échos en elle, l’intimant d’agir de la sorte. Il fallait qu’ils apprennent à s’écouter, à voir et à se comprendre. Kappa ne tarda pas d’ailleurs à lui demander de l’aide. Pouvait-elle seulement prétendre lui apprendre ? Du moins, était-ce réalisable ? La jeune femme y songeait, un rien déconcertée par la demande du Verseau. Non pas qu’elle ne veuille pas ! Mais toute la bonne volonté du monde et son infinie gentillesse n’y changeraient sans doute rien. C’était un travail qu’ils devaient faire ensemble. Non, pour elle, elle n’avait pas sa place. Elle n’avait pas le droit d’intervenir ni même de se dresser entre eux deux. Peut-être se contenterait-elle de leur donner quelques conseils s’ils venaient à lui demander : que pouvait-elle faire de plus ? Rien. Ce n’était pas son rôle de faire éclore un amour. Mashia n’était pas une entremetteuse, juste une conseillère et une amie sur laquelle ils pourraient compter.

La frustration du jeune homme était grande, la jeune Sainte la ressentait pleinement : tout ceci finira par se calmer, la tristesse évidente du Scorpion le prouvait. Ils étaient amis d’enfances et quoi qu’il ait pu se passer entre eux, la jeune Dame aux Lotus était convaincue que leur amitié n’était pas brisée, que tout était encore réparable. Elle offrit un sourire encourageant à Ahina quand celle-ci se sépara d’elle, du cocon rassurant de ses bras. Une pensée lui vint : avait-elle toujours été une telle personne ? Une personne sage et bienveillante avec tous ? C’était son sentiment, mais, au final, qui était-elle ?

Qui suis-je ? Une ombre perdue dans ses confins, entourée de ses pairs qui me frôlent, dansent avec moi sans que je ne réagisse ? Mon sourire s’évanouit.

~° J’aimerais tellement pouvoir faire plus pour vous deux… mais je ne le peux pas, je ne veux pas tout gâcher. Tu sais Kappa, même si j’ai le sentiment d’être proche de vous, je ne vous connais plus. Qui suis-je pour me permettre de vous prodiguer des conseils que je ne saurais même pas appliquer ? Qui suis-je pour prétendre savoir de quel maux vous souffrez tout les deux ? J’ai des réponses, mais aucunes convictions. Je suis désolée Kappa, sache juste que je serais là pour vous deux, à vous soutenir au mieux. Moi, une étrangère.

Sur ce constat, son esprit se recroquevilla, telle une fleur qui se fane sous la lumière trop vive du soleil. Son visage laissait transparaitre une peine immense tandis qu’elle détourna son regard pour voir la petite Lya être l’objet de toutes les attentions : une ombre passa devant ses yeux clairs, une appréhension. Une fois libérée des bras d’Ahina, Lya, à contrecœur la laissa repartir vers la sortie. Contrariée que cette matinée se termine ainsi, l’adolescente était sur le point de protester  mais fut stoppée net par l’idée merveilleuse du Scorpion : des œufs et du lard façon Naïos ! La petite fille bondit de joie et se précipita vers sa mère, les cheveux encore tout humides mouillant le dos de sa tunique.

« Oh allez dit oui ! » fit Lya en levant de grands yeux vers Mashia. Celle-ci pour toute réponse, hocha simplement de la tête avant d’intimer à la petite d’ouvrir la marche. « Puis comme ça, je suis certaine que Hector ne nous en voudra pas trop si on lui propose à manger ! »

Le père adoptif devait être très inquiet de les savoir dehors, sans doute rouspéterait-il, pire hurlerait sur eux, cependant, au fond, il comprendrait qu’elle ait eu besoin de sortir et se changer les idées. Aki, qui jusque là s’était tenu à l’écart disparut instantanément au moment où Mashia revêtit les traits de son père, Hiro. Lançant un dernier coup d’œil à Ahina et Kappa, elle disparut finalement dans les ténèbres.

Une étrangère.

FIN


 




Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   Ven 1 Nov - 10:34



La réponse du Lotus mit le doigt sur le noeud du problème, mais ne m’apporta pas le moindre réconfort pour autant. Une lueur inquiète et perdue habitait mes yeux azurs depuis qu’Ahina s’était effondrée dans les bras de Mashia, sans que je parvienne à reprendre contenance. Ce n’est que lorsque le scorpion retrouva son calme et nous fit remarquer les têtes que nous faisions que Lya et moi parvînmes à sortir de notre torpeur. L’inquiétude céda la place à l’embarras, et un sourire timide se dessina sur mes lèvres pour répondre à mon amie d’enfance. Puis lorsqu’elle passa à côté de moi pour me souffler de soutenir Mashia, je lui répondis à mi voix :
- Comme toujours…

Mes yeux ne se détachèrent pas une seconde d’elle alors qu’elle rassurait à présent la jeune adolescente, qui semblait avoir pris froid. Elle la prit dans ses bras, et la porta jusqu’au trou creusé dans la roche, afin que l’on quitte les lieux. Mon regard se posa une dernière fois sur les eaux endormies, qui avaient été témoin silencieux de tant de choses qui s’étaient produites en ces lieux, avant que la suggestion d’Ahina ne fasse ressurgir tant de souvenirs survenus treize ans plus tôt. Ce jour là aussi, ils avaient mangé des œufs et du lard préparés par Naios. Etait ce un message ? Nos regards se croisèrent et j’eus la certitude que oui en plongeant mes yeux dans les siens. Je lui répondis alors par un sourire bienveillant et un acquiescement silencieux.

Lya s’engagea dans l’étroit tunnel, suivi par Mashia, et alors que je m’y dirigeais à mon tour, Ahina fit une chose à laquelle je ne m’attendais tellement pas qu’elle me cloua sur place. Mon regard s’agrandit sous l’effet de la surprise, et mes pas s’immobilisèrent à plusieurs mètres de ma destination. Ses paroles me touchèrent au plus profond de moi, et au moment où elle allait s’engager dans le trou, je la rattrapai rapidement et posai ma main sur son épaule pour l’arrêter :
- Ce serait plutôt à moi de m’excuser, Ahina… Ecoutes, je ne comprends pas très bien ce qui se passe entre nous, ni pourquoi ta colère envers moi est si importante. Mais je sais que je t’ai causé beaucoup de torts, et visiblement je continue à le faire malgré moi.

Je fis une pause, et m’agenouillai tout en forçant doucement la jeune femme à se tourner vers moi. Nous fûmes alors presque nez à nez, et je poursuivis :
- Tu me connais suffisamment bien pour savoir que je ne sais pas m’y prendre avec les femmes. Il est certain que je commettrai d’autres erreurs dans le futur, et il est évident que je te donnerai de nouvelles raisons d’être en colère contre moi, bien que ce soit la dernière chose que je souhaite. Mais je ne te demande qu’une seule chose…
Un sourire illumina mon visage, puis :
- N’arrêtes jamais d’être toi. Gifles moi, engueules moi, frappes moi s’il le faut, mais ne disparais pas de ma vie. Même si tu me détestes, je ne veux pas te perdre une deuxième fois. M’en aller a été la plus grosse bêtise de ma vie. Je ne commettrai pas deux fois la même erreur.
Un petit silence, et :
- Pour le reste… tu auras tout le temps qu’il te faudra… Saches que lorsque tu seras prête à me confier les raisons pour lesquelles je te rends si malheureuse, je serai là pour les entendre. Je te dois bien ça, après tout.

Puis, je hochai de la tête, en souriant toujours et en lui montrant le tunnel :
- Allez, allons y. J’ai comme une envie d’œufs à la Naios ! lâchai-je avec une bonne humeur retrouvée.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Octobre 1754] Récupère tes boulets ! ~ Mashia & Kappa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-