RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Lun 14 Oct - 22:47

Arrow Ellipse de 6 mois

Les chevaux d'eau étaient lancés à pleine vitesse sur les récifs du Cap Sounion. Les quelques piliers au dessus de la célèbre prison tremblaient à chaque secousse comme si deux mondes se faisaient face comme deux lions l'un en face de l'autre. Alors qu'une vague bondissait plus en hauteur, elle se fracassa sur un mur invisible. Un homme à la chevelure carmine montait les marches vers les vestiges de l'ancien port de la région. Chaque pierre semblait regarder les évènements passés, présents et futurs de façon immuable. L'homme s'approcha alors d'un lys blanc qui avait poussé dans ce lieu insolite.

Le caressant comme une femme, sa main le laissait et son regard se dirigea vers les cimes des montagnes au loin. Peu de gens pouvait le voir mais un dôme doré et majestueux recouvrait ses montagnes comme les éclairs protégeaient jadis l'Olympe. Un sourire en coin, il savait que les choses s'étaient bien compliquées depuis la disparition d'Athéna et du fait que Poséidon s'était retiré des affaires du Monde pendant un certain temps. Chose encore plus étrange, le monde était enfin en paix après des années de conflits, est ce que cela allait durer ? Hmmmm, peu de chance et c'est pourquoi il devait veiller à garder des bonnes relations avec chacune des forces en présence.

Le jeune Prêtre avait lu pendant des jours le livre de Machiavel et aussi sur ce Roi français que l'on appelait l'"Universalle Aragne", Louis XI selon ses souvenirs. De toutes ses lectures, il avait compris que l'art de la diplomatie impliquait de faire taire les angoisses des éventuels ennemis de demain. Il espérait que l'alliance du fer et du sang ne serait pas remis en question mais les derniers évènements avec quelques chevaliers d'or le faisaient douter sur tout cela... Enfin il verrait !

Il s'avança alors et vit dans le lointain un ombre s'approcher. Un cosmos assez sauvage et vindicatif s'en dégageait dans les brumes des premières marches du sanctuaire d'Athéna. Il était temps de savoir ce que ce damoiseau désirait... Il le laissait donc approcher de lui en s'asseyant sur un des piliers renversés sur le sol. Quoi de mieux qu'une personne assise pour ne pas mettre son futur interlocuteur en position défensive.


Dernière édition par Menelaos le Lun 18 Nov - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Mar 15 Oct - 0:07


Fait chier !

Mars 1755 ~ Cap Sounion

Le Cap Sounion. L'endroit par excellence où elle allait enfin pouvoir être peinarde. Pas de Kappa à l'horizon, de Mashia ressuscitée, de Shion bienveillant et autres joyeusetés qui rythment son quotidien. Pas d'armure, pas de combat, pas de blabla incessants. Rien. Juste le bruit des vagues se fracassant sur les rochers et le vent soufflant en une brise aussi agréable que légère. La tranquillité en somme... La paix, le calme, la quiétude, le silen...

"Putain de chier de bordel de merde !"

*BAAAAAM*

Le poing du Scorpion s'abat sur un rocher d'albâtre qui ne s'attendait certainement pas à finir de la sorte. Les pommettes légèrement rougies, plus de colère qu'à cause de l'effort, la brune rugit tel un tigre alors que la pierre s'effrite sous ses doigts. Évidemment, cela n'a même pas le don de l'apaiser ne serait-ce qu'un peu. Bien au contraire. Cet acte parfaitement volontaire ne la contrarie que d'avantage, le Scorpion d'or ne semblant trouver aucun remède qui parviendrait à apaiser son courroux.

Légèrement haletante, Ahina fixe la pierre abattue d'un air qui ne l'est pas moins. Que faut-il donc qu'elle fasse pour cesser une bonne fois pour toutes d'être aussi énervée. Courir, marche pas. Taper, marche pas. Même claquer le beignet de Kappa ne la soulage plus. Elle a le désagréable sentiment de passer ses journées entières à ruminer tel le veau insatisfait de son herbe pourtant si grasse. Et le pire dans tout cela, c'est qu'elle a beau chercher, fouiller au plus profond de son crâne pour découvrir la raison de tout ce remue ménage cérébral, ce n'est qu'un vide intersidéral qui l'habite.

"Kappa... t'es vraiment qu'un con"

Les mots qui s'extirpent de sa poitrine sont à peine murmurés alors que ses épaules s'affaissent sous le poids d'un soupir de lassitude.
Elle n'arrive pas à lui pardonner. Quoi qu'elle fasse, il lui reste en travers de la gorge comme une vieille arête de poisson. Cela fait 13 ans... 13 ans non d'un chien. Elle pourrait quand même passer à autre chose, merde à la fin !

Un froncement de sourcil plus tard, Ahina lève les yeux vers les quelques marches qui la séparent des ruines du Cap Sounion. Quand ses prunelles d'automne tombent sur un étranger qui, disons le clairement, n'a rien à foutre là, son visage s'électrise de colère, une de plus.

"Non mais qu'est-ce que vous fichez ici vous ?!"

Mais d'où il sort celui là ?! Et puis de quoi je me mêle ?! A tous les coups il a assisté à tout ce qu'elle vient de faire et de dire. En fait non... cela est certain, vu l'endroit de choix où il a choisi de trôner tel un prince dont la présence n'est absolument pas désirée à cet instant.
Faisant fit de l'aura qu'il dégage et qui aurait quand même du lui mettre la puce à l'oreille dès la première seconde, la brune franchit les quelques marches qui les séparent d'un bond et se campe devant lui, le regard sévère.

"Vous n'êtes pas sans savoir que vous vous trouvez sur les terres de la Déesse Athéna.
Si vous êtes un spectre, passons tout de suite aux choses sérieuses, je vous botte le cul et vous dégagez. Si vous n'êtes pas un spectre veuillez me dire immédiatement qui vous êtes et ce que vous fichez ici.
"

En une fraction de seconde l'armure d'or du Scorpion s'échappe de la 8ème maison du Sanctuaire telle une étoile filante et se matérialise sur le corps de la brune qui a tout sauf l'air de rigoler.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Mar 15 Oct - 0:59

Surpris était le mot. Surpris de voir cette furie lui sauter au visage comme une poissonnière. Surpris de la voir revêtir son armure sans ambages. Surpris enfin de ce ton querelleur vis-à-vis d'un inconnu. Menelaos resta un bref instant stupéfait d'être menacer de la sorte par une tigresse en habit doré. Mais, oui oui, il y a un mais, le sang des Merinitas ne fit qu'un tour et il se releva lentement en laissant son cosmos s'échapper de sa peau, tel un cyclone s'approchant des côtes, une pluie lourde commençait à tomber, alors que le ciel semblait se couvrir lentement pour effacer les quelques rayons du soleil. Subitement, sa main sa faufila à la vitesse de la lumière sur la gorge de la jeune femme pour la mettre à terre. Geste impulsif mais passons. Passé ce moment de flottement, il s'asseyait de nouveau en la fixant sévèrement.

Cette jeune femme portait l'armure d'or du Scorpion. Selon les rapports, le dernier chevalier d'or ayant porté cette armure se nommait Bardamu. Ses pupilles observaient froidement la donzelle et un sourire carnassier se laissait deviner avec un petit rictus au coin des lèvres. Il venait de mettre un chevalier d'or à terre mais vu le tempérament volcanique du chevalier, il valait mieux lui faire comprendre que le rapport de force n'était pas une bonne idée dans l'immédiat. Tapant sur ses genoux, ses lèvres s'ouvrirent enfin pour lui répondre.

" Qui suis je ? Je ne suis pas un Spectre, sinon je serai bien débile d'attendre là qu'une jeune femme au tempérament de braise vienne me les casser sévèrement. Pour répondre à ta question si amicale et pas du tout disproportionnée, je suis Menelaos O'Merinitas, Représentant de Poséidon sur cette terre. Pour répondre a ta seconde question, ca te regarde pas que je sache ! Je te trouve bien impudente de me parler comme à un paysan d'un autre sanctuaire sacré, je ne savais pas que les chevaliers d'or avaient oublié la politesse et la courtoisie depuis le temps.... "

Le propos se voulait froid et cassant. Il n'avait rien contre elle mais la moindre des choses était de garder une retenue en toutes circonstances. Levant la main, il prit un caillou sur le côté et la jeta prés de la main de la jeune femme. Il l'avait vu de loin en train de casser une roche sous une colère apparente mais encore inconnue pour lui. Il se demandait bien ce qui pouvait la rendre si impétueuse, par certains aspects, elle ressemblait à ses marinas. Telles Mary ou Ann, son cosmos laissait émaner une rage intérieure quasi-palpable.

" Tu ressembles à des personnes que je connais bien, cette colère ne sied pas à un si beau visage. Si j'avais été ton ennemi, cette colère serait devenue ma force et pour toi une faiblesse ! Comme tu as bien voulu faire l'effort de venir me parler avec tact et délicatesse, je vais te laisser tranquille. Mais cette rage te détruira de l'intérieur, elle peut être une force bien utilisée mais une faiblesse quand, comme toi, on la laisse te maîtriser. Je ne connais pas tes raisons, elles sont surement légitimes, mais.... crois tu que cette pierre, que ces roches qui ont vu le temps au delà de tout ce que nous connaissons, est responsable ? Si tu veux te défouler je suis ton Atlante ! Mais ca règlera la cause de ta rage ? Je ne sais pas.... alors tu as trois choix : soit tu me laisses me barrer et je te laisse en vie ! Soit on se bat et tu as des chances d'y rester ! Soit on discute et comme je sais rien de ta vie de merde, tu restes en vie ! Et dernier point, me sors pas le coup que je te ferai la morale, j'apprécie la nature humaine par pas mal d'aspects mais alors ce genre de colère de gamine attardée je m'en passerai crois moi ! "

La suite des mots était dures. Menelaos en convenait et estimait que c'était risquer d'en rajouter. Cependant, son sentiment était que cette jeune femme était perdue dans des affaires qui la dépassaient ou qu'elle ne comprenait plus. Histoire de cœur ? Problème dans l'ordre de la chevalerie ? Bien des hypothèses défilaient dans la tête du Prêtre de Poséidon et il n'avait pour l'instant aucune réponse. La première méthode face à un animal en furie était de démontrer qui était le plus fort pour le calmer de suite. Il n'avait guère le choix pour la ramener à la raison que de lui rappeler les bases les plus élémentaires de la courtoisie. Ses bras se croisèrent alors en attendant une réponse de la jeune femme, son cosmos restait en alerte mais il était plus en état statique qu'en mode de combat. Mais avec cette Belle brune au regard de braise, ses sens lui dictaient la plus grande prudence pour les secondes à venir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Mar 15 Oct - 12:27


Mais euh... oh !!!


Une tempête déchire le ciel, la mer devient soudainement aussi enragée que le Scorpion, la voûte se pare d'obscurité et, le pire de tout quand même, son coeur devient si lourd qu'elle a l'impression qu'il va se suicider en sautant en dehors de sa poitrine de lui-même. Non mais c'est qui ce type ?!

*ZBAAAAAAAF*

En une fraction de secondes assez brève pour qu'elle n'ait non seulement rien vu venir, mais qu'elle n'ait en plus pas le temps de bouger le moindre orteil, la voilà sèchement plaquée contre le sol alors que cet espèce de guignol a repris sa place sur son putain de rocher.
Furieuse, le Scorpion se redresse sur ses pieds d'un bond et toise l'individu avec une colère si violente que ses prunelles se parent d'un éclat rougeoyant qui n'a franchement rien à envier à la chevelure de l'inconnu.
D'ailleurs en parlant de ça, il pourrait sans mal rivaliser avec Celsius dans la catégorie couleur de cheveux improbable. Si elle ne l'égare pas d'ici là, il faudra qu'elle pense à en parler aux Poissons tiens.

Menaritagsjakl... euh... c'est quoi son nom ? Y a pas idée de porter un patronyme pareil sans déconner. Il n'a pas trouvé plus simple franchement...
Représentant de Poséidon... ahhhhh elle vient de là l'aura... ok. Ses mâchoires se crispent une fraction de seconde alors qu'un voile de tristesse pare ses pupilles un bref instant. Le Sanctuaire Sous-Marin. Les Marinas. Ce sont eux qui ont rendu Fawn au Sanctuaire...

"Si c'est de la politesse et de la courtoisie dont votre égo a besoin, voyez avec Shion ! Pour ce qui est de mon attitude il me semble normal de m'inquiéter de la présence d'un étranger qui n'a rien à foutre ici et qui n'a même pas pris la peine de s'annoncer. Que vous soyez prince ou paysan ne change rien à ce constat, ne vous en déplaise."

Parce qu'il représente ceux qui lui ont permis de récupérer le corps de son maître, plus que parce qu'il est le représentant de Poséidon, elle consent à baisser d'un ton, même si elle ne s'adresse toujours pas à lui avec une débordante déférence. Et puis... si ses compagnons venaient à apprendre la manière dont elle a parlé au représentant de la tempétueuse divinité... elle en serait quitte pour des semaines de radotages séniles et de ronflons à n'en plus finir. Arrondissons donc les angles, car si si elle en est capable ! Parfois...

Un soupir s'extirpe de sa gorge quand il reprend la parole. Son beau visage ? Il ne va pas commencer à lui compter fleurette tout de même ! Le pauvre, il n'a sans doute pas conscience de la créature sur laquelle il vient de tomber, même si il en a eu un léger aperçu. Il aurait plus de chance de toucher le coeur d'Aldébaran que le sien tiens. C'est pour dire...

"Vous vous trompez. Ma colère a toujours été ma force." Lâche-t-elle en haussant les épaules d'un air détaché.

Elle en a eu maintes fois la preuve. Chaque combat tourne quasi systématiquement à son avantage dès lors qu'elle sort de ses gongs. C'est bien sur ce principe là, ayant justement très vite compris la façon dont elle fonctionnait et l'ayant vue évoluer en ce sens, car Ahina n'a certes pas toujours été ainsi..., que Fawn et son prédécesseur ont axé son apprentissage sur ce principe. Transformer la rage en force de frappe en puisant les ressources nécessaires à l'évolution du Scorpion, au sein même de cette colère joyeusement et entièrement tournée vers Kappa. Il en a de la chance en fait, il ne s'en rend pas compte voilà tout.

Et voilà. Ça débarque de nulle part, ça possède un nom aussi imprononçable que l'autre esprit rencontré chez Naîos, ça montre qui a la plus grosse et par dessus le marché ça pense tout connaître. Cependant elle garde le silence lorsqu'il en vient à considérer sa colère comme ce qui sera responsable de sa destruction intérieure. Car finalement, ce qui est un avantage en combat et un sacré problème dans sa vie de... femme ? Oui, sans doute pouvons-nous présenter les choses ainsi. Elle ne répond rien. Pourquoi parlerait-elle avec lui quand elle ne parle même pas à ses compagnons d'armes ou aux gens qu'elle connait depuis toujours, ou presque.

"Je n'ose même pas imaginer l'infarctus de Shion si j'osais lever la main sur vous." Soupire-t-elle d'un air parfaitement dépité en voyant les prunelles révulsées du Bélier par avance, sans imaginer celles de Mü qui n'auraient sans doute rien à lui envier.

Bref mauvais plan quoi. Et puis de toutes façons... se battre pourquoi. Il vient de lui plomber le moral avec ses conneries. Elle le toise simplement d'un regard méprisant lorsqu'il prononce ses derniers mots.

"L'attardée informe le poisson qu'il peut tout aussi bien retourner patauger dans son royaume plutôt que de débarquer dans celui des autres en insultant des gens qu'il ne connait même pas"

Non mais sans déconner ! Représentant ou pas rien à foutre. Faut pas abuser non plus hein. Sur ses mots elle lui tourne le dos, faisant quelques pas alors qu'elle descend les marches avant de s'arrêter, son mouvement suspendu quelques secondes. Ahina se tourne de trois quart vers Menelaos en posant sur lui un regard plat.

"Vous aurez remarqué que la personne la plus à même de vous écouter avec diplomatie ça n'est pas moi. Je vais prévenir Shion que vous êtes là. Il sera un bien meilleur interlocuteur que moi."

Alors qu'elle reprend sa route, descendant une nouvelle marche, son mouvement se fige encore dans les airs. Son pied finit par reposer doucement sur la pierre alors que ses lèvres se pincent. Sans se retourner, elle adresse quelques mots supplémentaires à cet invité impromptu.

"Merci de nous avoir rendu le corps de Fawn"


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Mer 16 Oct - 2:31

"Shion.... vous connaissez ce chevalier ? Mon cousin m'avait tellement parlé de lui... "

Sans m'en rendre compte, je venais de laisser tomber le masque. Alors que je la voyais tourner les talons, ma main partit en avant pour se refermer sur son bras. Aucune animosité, aucune colère mais quelque chose n'allait pas chez ce chevalier et c'était pas le chevalier d'or du Bélier qui apporterait des réponses. J'avais réagi comme un gamin, impulsif et curieux en somme. A ce moment là, ma tête exprimait un intérêt pour la jeune femme, pas sur le fait qu'elle connaisse Shion mais sur le fait qu'elle n'avait pas acceptée la main tendue aussi facilement qu'il ne l'aurait cru. Paternaliste, oui, j'étais ce genre de type à protéger les miens et aussi les autres, quand je voyais un problème de la sorte, et ce chevalier avait manifestement un besoin de se vider la tête de cette rage qui inondait son âme.

La première chose était de l'inviter à discuter ici. Oui, vu son caractère, c'était une mission suicide pour moi, enfin je n'allais pas la laisser continuer son chemin sans réagir un minimum. Prenant une profonde inspiration, je me concentrais pour choisir les mots les plus apaisants. Mais comment commencer ? Je la connaissais pas du tout mais quelque chose en elle me rappelait Ann ou Mary. J'allais pas laisser une sirène en déshérence avec une gueule impassible.

" Chevalier ! Excuses moi de mettre montrer un peu rentre dedans mais vu ton état, la force était le seul moyen de t'apaiser un minimum... Je connais le sentiment qui inonde ton cosmos, je peux dire que ma famille est dans le même tableau. On ne se connait pas, on n'a aucune attache a part Shion peut-être, qui était le meilleur ami de mon cousin. Mais je peux te dire une simple chose, ne laisses pas la colère te guider ! Je n'ai jamais dit qu'elle n'avait aucun pouvoir mais elle est comme une lame a double tranchant, elle te permet de transpercer tes ennemis mais elle fait de même en te brisant l'esprit. Saches que je suis pas un ennemi. Juste un pèlerin en voyage qui a ici, comme tu l'as justement fait remarqué aucun pouvoir, je ne porte pas mon Ecaille comme tu peux le constater.... désolé pour cette tirade, mais je suis là devant toi et je peux au moins écouter. "

Décidément, c'était un don dans la famille de devenir psychologue ou alors simplement que l'empathie était un trait de caractère, plutôt qu'une vertu. Ma main se retirait de son bras pour la laisser réfléchir. Comment savoir que mes propos l'avaient touché ? Bordel, j'avais aucune réponse et se foutre à dos un chevalier d'or, mais quelle bonne idée je venais d'avoir. Ma raison, aussi froide que la mer arctique, reprenait ses droits et je devais bien avoué que je venais de faire là une bonne boulette si elle m'envoyait chier. Pour elle, j'étais déjà pas un ennemi, une bonne chose à prendre pour l'instant.

Ses derniers mots me firent comprendre qu'elle était une proche de l'ancien Grand Pope. Ma curiosité ne fit qu'un tour.

" J'avais promis, enfin mon Seigneur et Maître, de renvoyer le corps de ton ami des que ce serait possible. Cela a été fait. Les chevaliers d'or qui ont verse de leur sang sur nos terres ne seront jamais oubliés: Shion, Dohko, Celsius, Luxea, Mu... et même Fawn. Leurs noms sont gravés à jamais dans les bas reliefs du Sénat Atlante. Donc, ne me remercies pas, c'est plutôt le contraire qui devrait se produire...

Fallait espérer que ces derniers mots l'invitent a s'apaiser pour discuter. Des petites choses de la sorte amenaient a de grandes discussions !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Mer 16 Oct - 11:12


M'écouter hein...


Shion... Si elle connait Shion... LE Shion que tout clampin moyen se doit de connaître s'il ne veut pas avoir le sentiment de rater sa vie ? Ce Shion là ? Non mais QUI NE CONNAIT PAS SHION !
Elle se retourne une brève minute vers le représentant de Poséidon tout en le dévisageant d'un air interloqué, comme si le ciel venait de s'ouvrir en deux et qu'il en pleuvait des coquelicots de la couleur des cheveux de Kappa.

"Evidemment ! Shion est... Il est... enfin..."

Le Scorpion s'empourpre violemment jusqu'à la racine des cheveux en balbutiant comme un bambin qui apprend à parler. C'est toujours pareil quand il s'agit de Shion ou d'Aldébaran (ses Idoles ndla), tout le problème réside là d'ailleurs. Quelque part, les concernant aussi, la colère revêt des pourtours salvateurs. Car elle lui permet d'articuler plus de trois mots d'affilé en leur présence sans passer pour la guignolette de base.

Bref ! Courage fuyons la réalité et allons chercher Shion qui va s'occuper de ce rougeoyant marina. Oui mais...
Une main l'agrippe par le bras, la forçant non seulement à s'arrêter, mais presque à se retourner. Plus surprise que vraiment en colère dans un premier temps, les prunelles mordorées fixent Menémachinchouette tout au long de son monologue. A aucun moment elle ne l'interrompt, ce qui aura peut être le don d'étonner leur visiteur d'ailleurs. Ce n'est pas comme si elle s'était montrée vraiment coopérative ou engageante avec lui depuis le début.

Le discours est pour le moins étonnant. On peut facilement dire que sur le moment le Scorpion le toise d'un air parfaitement incrédule. Pas de colère ou d'animosité quelle qu'elle soit, non. Juste une profonde stupéfaction. Il semble qu'Ahina se soit attendu à tout mais sûrement pas à ça.
Je peux au moins t'écouter... bah v'la autre chose maintenant. Et ça serait au représentant sur terre de Poséidon, 'scusez du peu, de jouer le rôle de son psy ? Non mais ça va pas la tête OH !

"Ah... on est pote et on se tutoie maintenant ? Ok"

*PAF !*

Avec l'élégance qui la caractérise d'ordinaire, la brune se laisse choir sur le sol et s'adosse contre une grosse pierre. Qui l'aurait imaginé. Elle a presque l'air de prendre les choses tel qu'elles viennent. Ce qui n'est pas réellement le cas, évidemment, mais cependant les mots de Ménébidule n'ont pas encore été digérés. Et puis il s'est excusé... et à ce propos... le Scorpion a beau avoir un sacré caractère qui s'il est d'origine, n'était certes pas aussi violent ou colérique il y a quelques années, elle fait toujours profil bas quand elle se rend compte qu'elle a fait une connerie. On ne peut pas non plus avoir tous les défauts hein !

"Ouais... moi aussi j'suis désolée. Je suis trop... sans doute un peu trop... ou alors pas assez... Bref je n'ai pas toujours été comme ça... enfin aussi... enfin tu vois..." Soupire-t-elle en levant les yeux vers le ciel.

Il se rassoit lui aussi, preuve qu'elle ne l'a pas réellement offusqué ou alors qu'il a pardonné, c'est au choix. En tout cas elle pourrait presque être fière. Il ne veut pas de Shion MouhaAahhHAhha et il la préfère elle ! Oui enfin... si elle y pensait, cela la rendrait fière, ou pas. Enfin on s'en fout quoi.

Sa gorge se serre lorsqu'il mentionne Fawn et qu'il lui explique des choses qu'elle ignorait jusque là. Pour ne pas se laisser happer par cette cicatrice encore bien trop fraîche, le Scorpion bascule le visage vers l'avant en posant ses coudes sur ses genoux repliés, entrelaçant ses doigts. Sa chevelure sombre s'affale sur ses traits, occultant la majeure partie de son visage.

"Eh beh... si le sang de Celsius a coulé, vous n'avez pas du être déçu du voyage au Sanctuaire Sous Marin..."

Le tout est lancé dans un râle cynique presque amusé. Il faut bien ça à cet instant. Sinon ce serait le silence. Le silence qui enserre le coeur, celui qui fend l'âme, celui qui ferait peut être pleurer l'esprit à défaut du corps.

"En tout cas..." Un fin sourire se dessine entre les nombreuses mèches qui s'écroulent lourdement sur son visage "...quel hommage"

Est-ce encore du cynisme ? Non cela ne semble pas être le cas. Il ne doit pas y avoir beaucoup de chevaliers étrangers aux Marinas dont le nom ne soit à tout jamais gravé dans la pierre du Sanctuaire Sous Marin.

"Fawn... n'était pas vraiment mon ami. En fait il était ça et en même temps... beaucoup plus. Il était mon Maître. Cela suffit sans doute à t'expliquer la relation dont je parle." Dit-elle d'une voix morne en relevant enfin le visage et posant les yeux sur Menelaos.

Quel drôle d'homme finalement. On s'embrouille, on s'engueule, on s'apaise et maintenant on se raconte nos vies, exactement comme si on se connaissait depuis des siècles, quant ça ne fait que quelques minutes.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Jeu 17 Oct - 1:39

Dans un silence attentionné, j'écoutais la demoiselle avec respect. Mes yeux opalins l'observaient afin de lire les traits de son visage, elle était entre deux eaux, comme un navire a la déroute qui essayait par des coups de bastingage de tenir la distance avec tous. Avant tout, il fallait colmater les brèches et tenter de la ramener à bon port. Je devais donc lui servir de boussole, ce n'était pas à moi de lui dire où aller, ca elle pouvait très bien le faire par elle même, mais simplement lui indiquer les directions qui s'offraient à elle. C'est vrai que je ne la connaissais pas du tout, elle avait son histoire et même si en savoir plus m'aurait aidé, je préférais la laisser me conter ce qu'elle voulait bien me dire dans cette discussion.

Le ciel prenait une teinte rouge comme le début d'un crépuscule. Laconiquement, elle donnait quelques bribes de ce qu'elle était. Résumons, elle était une jeune femme plus calme autrefois, moins chiante certainement ! Et en plus, elle était la disciple de l'ancien Grand Pope d'Athéna. Hmmmm... c'était la meilleure option qui s'ouvrait à moi pour l'instant. Même si elle restait sur la défensive, elle gardait au moins le sens de l'humour en parlant de Celsius des Poissons. Souriant, cela me détendit un peu et je regardais les nuages en me demandant par quels mots j'allais commencé cette partie d'échecs.

" Chevalier, chacun a une histoire et elle commande un peu nos vies. Tu es colérique, un peu directe et c'est encore bien faible comme terme.... mais.... es tu sûr que c'est ce que ton Maître t'a enseigné ? Tu as du tempérament certes, mais c'est comme si tu ne le canalisais plus ! "

Bon, là je faisais fort pour commencer. Mais j'avais assez étudier les archives du Sénat Atlante pour savoir que Fawn était connu pour un grand contrôle de soi-même. Il avait combattu dans le temple du Bélier pour éviter une catastrophe avec le réveil de la Stella Rubius, il avait prévenu que les choses gagneraient en complexité si les forces de ce monde ne s'unissaient pas, pourquoi ? Comment ? J'en savais rien pour ainsi dire. Alors que ce chevalier était a des centaines de mètres de son ancien mentor, elle était colérique, volcanique, impétueuse, vulgaire par moment mais j'en avais vu que quelques ressorts. Elle gardait pourtant quelque chose d'enfantin, comme si la charge de ce Monde était lourd de chez lourd sur ses épaules.

" Je ne veux pas être offensant, je ne peux pas critiquer quelqu'un que je ne connais que depuis cinq minutes. Cependant, admets que venir devant un inconnu pour lui porter une estocade verbale n'est pas la sagesse même ! Si j'avais été ton ennemi, un spectre ou un berserker, tu crois que je n'en aurai pas profité. C'est cela que je veux dire, je connais ton Maître car il a connu mon prédécesseur, Astre Ô'Merintas. Et il était le calme absolu, il savait détendre l'atmosphère par des entrées surprenantes. Tu as dû apprendre aussi que la vie est douce et que l'on peut en profiter sans être sur la défensive en permanence.... "

Sur la défensive, oui, c'était ça ! Elle était telle une louve à qui on avait retiré ses petits et cela ne lui plaisait guère. Je savais que si j'allais plus loin, elle repartirait aussi sec. Donc pour le moment, j'ouvrais des pistes pour qu'elle ne se sente pas agressée par mes mots. Ses balbutiements, son état étrange à ma mention de Shion, oui, quelque chose la faisait tenir dans ce monde.... selon moi, pure spéculation en attendant d'en savoir plus, elle recherchait un moyen de sortir d'un trou noir des plus désastreux moralement. Je n'avais que peu d'indices encore pour l'aider et je ferai de mon mieux. En mémoire d'un doux rêve que Astre avait souhaité entre les Marinas et les Saints, tenter d'unir deux grands idéaux dans un même moule pour protéger l'Humanité dans le cercle vertueux de la vie !

Hakuna Matata comme disait l'autre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Jeu 17 Oct - 10:50


Psychanalyse de l'Arthropode


Canaliser ? La bonne blague.
Une réflexion qui n'est certes pas prononcée, mais qui se lit malgré tout très clairement dans le regard qu'elle lui adresse à cet instant. Canaliser... bah oui, comme si c'était facile à faire. Surtout pour elle, serait-il judicieux de rajouter.
"Ton Maître". A cette évocation un sourire se matérialise sur les traits mats de la brune. Pauvre Fawn... lui si calme, si apaisé, si diplomate... s'était retrouvé avec une disciple qui était aux antipodes de lui. Cela était bien vrai.

"Hum... plutôt "Tes" que "Mon"." Entame-t-elle d'une voix trainante tandis que ses prunelles dérivent vers le représentant au nom parfaitement imprononçable. "J'ai la chance... ai eu plutôt... enfin bref, j'ai eu la chance d'être la disciple des deux derniers Grand-Pope. J'ai grandi ici. Depuis toujours je vis ici. Je les connais tous, je connais tout le monde. Quand j'étais gamine je me foutais de devenir chevalier comme de l'an 40. Ça ne m'a jamais intéressée. " "et ça n'a pas changé" se retient-elle de lâcher in extremis " Bref. Tout ça pour dire que le premier Grand-Pope était comme un second père et Fawn, comme un troisième... si on peut dire ça comme ça. "

Là où certains n'ont pas de parents du tout, Ahina se rendait soudainement compte de la chance qui avait été la sienne. Ces deux pères de coeur avaient énormément compté dans sa vie. Ils avaient marqué plusieurs tournants de leurs présences, tracé un grand nombre de lignes qu'elle avait tenté de suivre aussi assidument que possible, même si ça n'était pas toujours une sinécure, même aujourd'hui.

"Bref, tout ça pour dire que oui je suis leurs enseignements mais que ça ne m'empêche pas d'avoir mon propre caractère. Ils l'ont parfaitement compris et plus encore que ça... puisque mon premier Maître a assisté à la fracture qui a engendré tout ça. Je te l'ai dit, je n'ai pas toujours été aussi virulente. Mais bon maintenant c'est ainsi, je fais avec et les autres aussi..." Achève-t-elle en haussant les épaules.

Mensonge et vérité inclus dans la même phrase. Mais à cet instant le Scorpion n'en a pas vraiment conscience. Ahina n'est pas douée pour tout ce qui concerne les sentiments, quels qu'ils soient. Le départ de Kappa avait tout détruit dans l'oeuf, alors qu'elle n'avait même pas 13 ans, l'âge où l'on commence doucement à se construire d'un point de vue affectif.
Elle n'entend rien à ce genre de chose. Cela ne lui vient même pas à l'esprit. Et pourtant elle ressent, elle ressent autant que les autres, peut être même plus que certains. Et le nœud du problème réside ici, sur ce point précis. Tout ce qui auréole un sentiment un peu trop fort prend des proportions gargantuesques. Pourquoi ? Parce qu'elle n'entend pas ce que son coeur a à lui dire. Parce qu'elle ne comprend pas que ce qui est psychique puisse se retranscrire aussi en des termes physiques. La sensation bien connue que certains nomment "la boule au ventre", est ressentie mais incomprise, comme tant d'autres choses. Et quand le Scorpion ne comprend pas, il s'énerve. Cause à effet. Logique imparable. Du moins est-ce la sienne.

"Je ne suis pas Fawn" Tranche-t-elle d'une voix sèche en lui coupant la parole.

S'il avait été un spectre... au moins aurait-elle pu se défouler, pense-t-elle l'espace d'un instant avant qu'un soupir ne s'extirpe de sa poitrine.
Mais en fait... pourquoi ils parlent de ça là ?? Ses prunelles se posent sur Ménélaos avec l'expression de quelqu'un qui vient de se réveiller en sursaut. Non mais pourquoi elle raconte sa vie à un gars qu'elle ne connait ni d'Adam ni d'Eve et qu'elle a failli emplâtrer au bout de trois minutes, à moins que ce n'eut été l'inverse d'ailleurs...

"Euh... pourquoi on parle de ça au juste ? Tu as décidé de remettre le méchant Scorpion sur le droit chemin ?"

Le ton se veut amusé même s'il est teinté d'une pointe de cynisme. On ne se refait pas comme on dit.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Jeu 17 Oct - 22:23

" On parle de cela parce que tu as envie de le faire... "

La réponse de Ménélaos était laconique mais il préférait mettre les choses en perspective. Oui, il n'avait posé aucune question sur son passé, ne réagissant que sur les informations qu'elle avait bien souhaité lui donner. Son visage avait pris une gravité naturelle que l'on ne voyait pas souvent sur son visage, son esprit était entièrement concentré sur ce qu'elle disait. Il se releva alors pour regarder vers l'horizon. Ses jambes faisaient les cents pas dans le plus grand silence.

Elle était une jeune femme plein de grandeur, proche et éloignée des gens en même temps, caressant le souvenir des temps heureux quand elle n'était encore qu'une enfant. Bien des hommes et des femmes vivaient avec des cauchemars dans la tête et tentaient de les oublier pour avancer un peu dans la vie. Lui même était né dans une rivière de sang, arraché à sa mère par Tristan de l'Hippocampe, il savait ce que cela voulait dire le mot "fracture". Soufflant dans l'air, son regard se posa de nouveau sur elle et ses lèvres cassèrent le silence.

" Ton passé semble bien triste. Ton coeur semble vivre dans cette époque bénie où tu vivais libre, sans ces responsabilités nées de cette fracture dont tu parles. Evidemment que tu n'es pas Fawn, ca se saurait non ? Ce que je dis, c'est pourquoi tu as renoncé à son enseignement ? Oui il t'a laissé avec ton caractère et niveau caractère de merde on est deux ! Mais , contrairement à toi, j'ai appris à canaliser ma frustration et mes colères, car cela ne m'a amené que des profondes douleurs... Alors la question est simple : qui as tu envie d'être ? Celle d'avant ou celle d'aujourd'hui ? Ou peut-être trouver un équilibre entre les deux ? Tu ne penses pas que c'est vers là où il faut aller...  "

Encore un monologue. Décidément, il ne pouvait s'empêcher de faire des litanies pour bien expliquer son raisonnement. Il vit alors le lys qu'il avait vu tout à l'heure et il s'en approcha pour la prendre entre ses mains. Symbole de pureté selon le langage des fleurs, il symbolisait aussi la paix de l'esprit pour les anciens conteurs de ce monde. Puis, il se retourna pour la laisser dans le sol, se nourrissant de la faconde cosmo-énergie d'Athéna. Est ce que le chevalier du Scorpion savait ce qu'elle cherchait au fond d'elle ? C'était là la clé de voûte qu'il fallait chercher, il ne posait pas plus de questions sur la nature de son passé, sur cette facture qui faisait encore mal. Ce n'était pas la peine, chacun avait ses propres douleurs mais il fallait bien vivre, c'était un peu ce qu'il tentait de lui faire comprendre.

Il espérait que ces trois petites questions allaient permettre d'avancer. Hiro de la Vierge lui avait donné sa confiance il y a quelques mois, pourquoi pas un autre chevalier d'or ? Dans un coin de son esprit, le Prêtre de Poséidon était partagé entre cynisme politique et paternalisme protecteur. Un sourire aux coins des lèvres, il la regardait en attendant la réponse à ses questions...
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Ven 18 Oct - 11:39


Hum... pas faux !


Parce qu'elle a envie de parler ? Quelle idée... Même si elle doit reconnaître que la situation est pour le moins inhabituelle.
Pensive, le Scorpion repose sa nuque contre la pierre pâle tout en levant les yeux vers le ciel. Le représentant de Poséidon fait naître en elle de bien étranges pensées. Ou du moins... si elles seraient normales pour n'importe quel être en ce monde, paraissent-elles inappropriées aux yeux mordorés de la jeune femme. Pourquoi s'interroger... ce qui est... est, point barre.

Néanmoins, il est cependant une réalité qu'elle ne peut ignorer, et sans doute sans l'imaginer, Ménélaos pointe cet aspect d'un doigt léger alors qu'il reprend la parole. Un triste passé ? Absolument pas. Ahina n'a jamais été vraiment tourmentée par la vie et son existence a été bercée de beaux moments très souvent. Certes Rodorio est la proie incessante des ennemis du Sanctuaire qui s'évertuent à le détruire avec une application toute focalisée. Mais en dehors des éclats qui agitent les alentours du territoire Sacré de la déesse Athéna, elle ne fait vraiment pas partie de ces personnes dont on pourrait qualifier l'enfance de malheureuse.

"Bah pas du tout figures-toi..." Dit-elle d'une voix songeuse en poursuivant sa contemplation du ciel. "Je n'ai franchement pas été plus malheureuse qu'une autre et ils sont nombreux, ici, à avoir eu une existence bien plus compliquée que la mienne. Mes parents sont toujours en vie, ils ont toujours été à mes côtés... J'ai grandi au Sanctuaire avec deux hommes formidables... j'ai rencontré des gens extraordinaires, mais aussi beaucoup de cons, je te l'accorde !"

Alors quoi ? Qu'est-ce qui justifie un tel comportement. Qu'est-ce qui explique qu'elle soit aussi virulente, ne soit que peu capable de se détendre ne serait-ce qu'un peu... Kappa évidemment. Car avant qu'ils ne se recroisent, si Ahina s'était fermée bien plus qu'elle ne l'avait jamais été, le paroxysme de sa colère avait bien été provoqué par son retour. Et depuis 7 mois elle ne désemplissait pas, quoi qu'elle fasse.
Un léger soupir s'extirpe de sa gorge alors qu'elle toise l'homme aux cheveux rouges d'un air entre dépit et amusement.

"Trouver un équilibre hein... je ne peux pas. Pas tant qu'il est là"

Les sourcils du Scorpion se froncent à l'évocation de ses propres mots. "Il". Bah évidemment... C'est encore sa faute à ce sale Verseau du Diable ! Nouveau soupir alors que ses prunelles dérivent vers la mer qui s'étend à perte de vue. Que faire... Une brève idée lui vient en tête. Pas forcément une idée brillante, mais Ménémachin semble assez réfléchi et posé pour, peut être, lui apporter un début de réponse.
Au point où elle en est, autant lui balancer la sauce. On verra bien ce qu'il en fait. Au pire elle ne sera pas plus avancée, au mieux il lui ouvrira peut être une porte qu'elle n'avait pas encore vue.

"Quand j'étais gamine l'un des chevaliers du Sanctuaire a ramené un jeune garçon. Contrairement à moi, sa vie n'avait été qu'une succession de fardeaux et de catastrophes. Quand il est venu vivre à rodorio, il avait déjà tout perdu alors qu'il n'avait pas plus de 7 ans."

A défaut de comprendre la femme puisqu'il est un homme, peut être l'union de leur caractère de merde donnera-t-il quelques fruits. Après tout il pourra peut être comprendre ses réactions. Ce qui serait le comble quand l'on sait qu'elle en est infichue elle-même, mais au point où elle en est... hein.
A ses souvenirs, lorsqu'elle revoit la mine déconfite du jeune Kappa alors qu'il descendait du bateau aux côtés de Naîos, la gorge du Scorpion se serre. Oui. Kappa en a chié comme peu en ce monde. Il lui semble presque qu'elle avait oublié ce point important.

"J'ai été la seule à aller vers lui à cette époque. Faut dire qu'il était particulier, très renfermé, assez farouche. Mais bon tu sais comment les gosses peuvent être violents entre eux... il en faisait les frais tout le temps. Bref, nous sommes devenus amis et pour ainsi dire inséparables pendant de longues années. Je te passe les promesses à la con qu'on se fait quand on a 10 ans, les on ne se quittera jamais et autres conneries du même style..." Lâche-t-elle d'une voix où pointe l'amertume avant de poursuivre "Un jour il m'a appris qu'il quittait la Grèce, qu'il ne savait pas quand il reviendrait et que de toutes façons nous ne pourrions plus jamais nous voir quand il serait devenu chevalier, ce même si le Sanctuaire est à 3 mètres de Rodorio...
Je l'ai assez mal pris... en fait bien pire que ça... je ne lui ai toujours pas pardonné.
"

Sa main s'engouffre dans ses cheveux alors qu'elle les repousse distraitement vers l'arrière en poussant un grognement entre l'ours et le loup tapi dans les buissons.

"Il est revenu quelques années après mais n'est jamais venu me voir. De mon côté j'ai tout fait pour l'éviter... et ça n'a pas été une sinécure je peux te dire ! Quand il est parti je suis rentrée au service du Pope qui précédait Fawn. Je voulais une armure d'or... par tous les moyens et quel qu'en soit le prix. Enfin... j'étais encore plus au Sanctuaire qu'avant et comme lui avait obtenu une armure d'or aussi, l'éviter a été relativement tendu parfois ! Bref... on s'est recroisé par un coup du sort le jour de la mort de Fawn, dans ma propre maison. Depuis on s'embrouille à chaque fois qu'on a le malheur de se croiser quelque part et je suis en colère en moyenne 23 heures sur 24." Un léger rire de dépit envahit brièvement sa gorge. "Je te jure j'exagère à peine. "

Il valait mieux passer le principe qu'elle n'avait voulu une armure d'or que pour montrer au Verseau qu'elle était autant capable que lui et qu'en plus du reste être l'un des douze protecteurs d'Athéna ne contraignait pas forcément leurs porteurs à se couper du monde. Elle s'abstient, car si elle parle plus que de raisons, et qu'il est finalement le premier à qui elle raconte tout ça, il est aussi représentant d'une divinité. Lui balancer "ouais alors j'suis devenue gold pour faire chier Kappa" ne sera sans doute pas de son goût.

"Voilà que je raconte ma vie maintenant... t'as le droit de t'en foutre hein !" Lance-t-elle dans un rire faussement joyeux.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Menelaos


Nouvel Éveillé


Messages : 3875

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Mar 3 Déc - 1:26

Fils de rien ou fils de Roi, nous sommes tous la proie des sentiments les plus forts. Menelaos ne savait pas comment réagir au chevalier en cet instant précis, il était même un peu déstabilisé par la situation. Comment lui répondre sur les sentiments de la sorte ? Se frottant la nuque, il ferma les yeux en posant un peu tout ceci dans un coin de sa tête. La jeune femme était la proie de sentiments contradictoires entre colères et un amour clairement visible. Comment lui dire sans se prendre une piqure dans le cul ? Il avait l'impression de s'être pris a un jeu très dangereux, il voyait graviter autour de lui bien des réponses mais aucune ne le satisfaisait complètement en se l'avouant lui même. Marchant quelques instants, il se décidait a lui répondre en prenant soin de ne pas la brusquer.

" Je ne sais quoi te répondre... les sentiments humains sont si complexes qu'il est parfois difficile de parler pour les premiers concernés. Personne ne peut comprendre mieux que toi ce que tu connais, donc si je peux me permettre un conseil, ne te perds pas dans tout cela.... si tu as des sentiments pour lui, que tu sens que tout cela peut être dépasser, fais le ! Vas y ! Mais saches que si c'est le contraire, que tu sens que tu vas souffrir durement de le voir régulièrement, prends des distances et évites le le temps que tu saches ou tu en es toi même.... je sais que ces paroles sont simples, peut-être même simplistes, mais je peux te dire que la vie est une série de décisions et au bout d'un moment il faut choisir ce qu'il y a de mieux pour soit... Donc ma question est simple : qu'éprouve tu pour lui et surtout pour toi même ? "

Question assez simple mais il fallait passer par là. Le Grand Prêtre de Poséidon n'avait pas de solutions clés en main, qui en avait dans ce genre de situations ? On prends les histoires avec ses erreurs, ses manques et ses lois, afin de trouver une petite part de bonheur dans son cœur. Mais cela ne devait pas la détruire ! Il savait que si cette colère intérieure continuait, elle ferait des bêtises et le jeune homme commençait a apprécier le chevalier d'or pour son tempérament explosif. Il lui fit un geste de la main pour l'inviter a le suivre vers le petit port a quelques centaines de mètres de là. D'un clin d'oeil, il lui demandait juste de lui faire confiance.

Marchant pendant quelques minutes, ils arrivèrent à l'entrée du petit port. D'un signe de la tête, Menelaos montrait deux enfants en train de s'amuser dans une certaine candeur. Ils étaient libres et insouciants des problèmes futurs. Ils vivraient ou mourriraient de la main des ennemis du Sanctuaire. Mais devaient-ils pour autant sacrifier leurs vies ? Un reste d'enfance restait en chacun d'entre nous mais les affres de la vie sont la cause de bien des décisions difficiles. L'un des enfants ne vivraient peut-être pas assez longtemps, il laisserait alors son ami d'enfance seul dans sa haine de l'abandon.

" regardes ces enfants, si l'un d'entre eux meurt un jour de nos batailles ? Son ami devra t il abandonner ses rêves, ses espoirs de le faire vivre dans son cœur ? NON ! Il pensera a lui chaque jour que sa vie voudra bien lui donner, alors la question est simple, si ton ami est parti a un moment de sa vie, tu ne l'as pas abandonner pour autant, tu es resté prêt de lui a ta manière ? Et cette manière tu l as toi même dit : tu es devenu chevalier d'or ! "

Il la laissait un peu récupérer de sa réponse, sur ses gardes tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   Mer 4 Déc - 22:31


Ouvre les yeux et arrête de faire chier !


Un soupir s'extirpe de sa poitrine. Il ne sait pas quoi répondre... bah évidemment ! Quelle idée d'aller raconter sa vie à un type qu'elle connait depuis 5 minutes à peine, avec qui elle a manqué de se friter les premières secondes et qui en plus est le représentant d'un dieu. C'est vraiment humain d'ailleurs ces machins là ? Allez savoir... Ceci étant Shion est bien humain... Ouais mais Shion c'est Shion ! Et puis s'il est aussi le représentant d'Athéna, il n'est pas son prêtre. A moins que les Saints n'appellent ça différemment...
Mieux vaudrait reporter son attention sur les paroles de Ménémachin avant que son cerveau ne se mette à fumer.

Dans un premier temps Ahina manque de se remettre à brailler comme un putois à qui l'on aurait marché sur la queue. Elle, aimer Kappa ? Çà va pas la tête ! Il est niais, il est pathétique, énervant, décevant, exaspérant, parfaitement immature, volage en plus de ça ! Quand elle repense à ses confessions imposées alors qu'une frêle porte de salle de bain les séparait, elle partirait presque en courant rien que pour lui en coller une seconde tiens !

"Çà fait douze ans que je l'évite" Lance-t-elle alors que son pouce s'élève vers le ciel en signe de victoire "Pas mal non ?!"

Un sourire franc qui se voile légèrement derrière ses faux airs assurés. Oui mais... continuer à l'éviter, maintenant qu'elle fait partie des douze protecteurs d'or, ne va plus être une sinécure. Déjà que c'était bien compliqué avant... C'est presque mission impossible de ne plus le croiser du tout. En plus le sort s'acharnant à leur jouer de vilains tours, elle va sans doute se le coltiner à chaque coin de rue même si elle prend d'infinies précautions.
Et puis... dans un sens... a-t-elle vraiment envie de continuer dans cette voie ? Si elle arrivait à être honnête envers elle-même, ne serait-ce qu'une toute petite poignée de secondes, elle se répondrait que non.

"Je m'énerve. Franchement, j'ai l'impression de ressembler à ces dindes qui passent des heures à se lamenter sur leur amoureux qui n'a pas fait ci, sur leur prétendant qui n'a pas fait ça, ou pire, sur le mec sur lequel elles fantasment sans jamais oser aller lui parler. Franchement les histoires de coe..."

Figeant ses mots avant d'avoir conclus sa phrase, le Scorpion se renfrogne comme si on venait de lui faire une réflexion relativement déplacée.
Les histoires de coeur, allait-elle dire. Est-ce vraiment cela dont il s'agit ? Réussit-elle à être assez stupide, mais surtout assez aveugle, pour ne pas être capable de discerner clairement les sentiments qu'elle éprouve ?
Répondre à la seconde partie de sa question est choses aisée. Mais trouver une issue à la première est une toute autre paire de manches...

Battant des paupières comme si on la tirait du lit un peu trop rudement, Ahina dévisage le prêtre de Poséidon qui l'engage à le suivre. Le port ? Soit... ça ne lui fera pas de mal de se dégourdir un peu les jambes. Et puis le soleil est si haut dans le ciel que la brise fraîche du bord de mer en contrebas, ne sera certes pas superflue.

Les mains dans les poches, traînant les pieds comme une gamine que l'on emmènerait là où elle n'a pas vraiment envie d'aller, la brune suit cet étrange visiteur sans mot dire. Lorsqu'ils tombent sur deux bambins s'amusant près d'un quai de bois, le Scorpion se fige, interdite. Un garçon, une fille. A peu près le même âge qu'elle et Kappa juste avant qu'il ne quitte la Grèce. Ils sont aussi complices qu'ils l'étaient fut une époque.
A cette vision ses lèvres se pincent alors que la voix du représentant des océans s'élève de nouveau dans les airs.

Ses mots la percutent comme une gifle. Pour une fois que ce n'est pas elle qui la donne, vous direz-vous... Et pour le coup, la gifle est rude.
Oui il a raison... bien sûr qu'il a raison. Depuis des années elle s'entraîne d'arrache pieds pour être à sa hauteur, pour le surpasser même. Une décennie auprès des deux Grands Pope d'Athéna. Apprendre tout le temps, tous les jours que compte sa vie. Travailler dur, ne prendre que peu de repos. Tout ça pour quoi ? Certes pas pour avoir l'honneur d'intégrer la chevalerie... oh que non.

"S'il n'était pas rentré... je serais allée le chercher par la peau du cul. Je pense..."

Et une armure d'or aurait grandement aidé, cela est certain. Du moins... l'entraînement qui a permis de l'obtenir plutôt.
Sans crier gare, deux paumes s'abattent sur les épaules de Ménélaos alors que la brune le gratifie d'un large sourire.

"Je te suis redevable représentant de Poséidon" Lance-t-elle d'une voix claire "

Qui aurait cru qu'un parfait étranger aurait pu faire naître une telle réflexion dans son esprit. Sans doute personne. Sans doute pas elle la première. Mais finalement... c'était bien la première fois qu'elle parlait de tout cela à coeur presque ouvert. Depuis douze ans tout était enfoui, tout était soigneusement caché à ses yeux comme à ceux des autres. Aujourd'hui la vérité était là. La réalité devait être entendue et acceptée.

"Je vais aller lui parler. Je suis chaude là ! Faut pas que ça retombe sinon je vais perdre tout le courage que tu as réussi à m'insuffler. " "

Esquissant un sourire convaincu, le Scorpion d'or hoche la tête vivement, comme pour appuyer ses paroles d'une gestuelle probante.

"Je te remercie, vraiment. Bizarre d'imaginer que nous ayons eu cette discussion. M'enfin je ne m'étonne plus de rien désormais. Si tu veux aller voir Shion, vas y. " "

Saisissant son poignet, Ahina ouvre la paume de sa main en y déposant la sienne. Une vague de cosmos s'échappe de son épiderme en pénétrant celle du représentant divin. Lorsque la brune retire sa main, un scorpion d'or orne la peau de Ménélaos, brillant du cosmos de sa propriétaire.

"On te laissera passer avec ça. Enfin du moins ça sera plus facile pour toi de passer les temples." "

Le gratifiant d'un dernier sourire, Ahina fait volte face en se dirigeant vers une petite colline qui monte vers le ciel. Son bras s'élève dans les airs en guise d'au revoir alors que sa voix se distingue une dernière fois avant qu'elle ne disparaisse.

"La prochaine fois que t'es dans le coin, viens manger à la maison. Si tu ne me trouves pas à Rodorio, direction le 8ème temple du Sanctuaire. De toutes façons je reconnaîtrai ton aura désormais et je viendrai te récupérer si on te cherche des noises. N'oublies pas, je te suis redevable. Moi je n'oublierai pas." " Lance-t-elle d'un air amusé comme si elle s'adressait à son pote de toujours.

-> Le temps est venu ~ Kappa


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[mars 1755] Voyage vers le Sanctuaire (Ahina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-