RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Sam 19 Oct - 21:00





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu
Un voile rouge, une intuition



Sagitta Luminis by Kajiura Yuki on Grooveshark

L'ascension des marches qui le mènerait à son Temple n'était pas si compliquée de ce qu'on lui en avait dit. On avait dépeint ce dédale de marches, de la plus épouvantable des manières, lui disant que c'était long, éprouvant surtout quand on ne connaissait pas les moindres petits passages secrets entre les différentes maisons. Il trouvait en réalité, que gravir ces escaliers était moralement reposant. Ce silence qui l'enveloppait depuis qu'il avait commencé, fort appréciable. Il faisait beau, l'air était tiède et une légère brise gonflait par moment, les manches de son amples kimono blanc et bleu. À la ceinture de ce samouraï à la très longue chevelure noire ramenée en une queue-de-cheval sur sa nuque, un katana reposait dans un fourreau aux teintes subtiles où prédominait le vert, couleur de jade. Couleur qui s'associait très bien avec le turquoise de ses yeux qui contemplaient l'immensité de ce ciel sans nuages. Là encore, il prit plaisir à regarder devant lui, cette débauche de couleurs qui s'étalait sur cette trame claire. Une journée paisible, belle qu'Hiro, chevalier de la Vierge, saurait apprécier à sa juste valeur.

Seul le chant des oiseaux accompagnait l'écho du silence. Ne le brisant nullement. Aucunement. Bien au contraire ! Et c'était avec ravissement que le jeune homme contemplait le Sanctuaire dans sa globalité, laissant ses prunelles suivre la ligne délicate des différentes Maisons zodiacales. Le domaine d'Athéna était beau, riche mais il devait bien avouer qu'il préférait quand même être auprès des habitants de ce petit village : Rodorio. Pour diverses raisons, mais, la principale étant qu'il pouvait être proche des êtres qu'il aimait et surtout, s'occuper de cet orphelinat dont il avait parachevé la construction de ses propres mains. Et ce, pour le plus grand malheur d'Hector, qui, très inquiet encore et toujours de son état précaire, voyait cela d'un très mauvais œil. Aujourd'hui qu'il avait laissé passer du temps, il se sentait prêt à endosser le rôle qui était le sien. Son rôle de Gardien.

Mais ses pas, au lieu de le mener au sein de son Sanctuaire, l'avaient emporté jusqu'à l'antre du Capricorne. Une étrange réminiscence lui susurrait de se rendre en ce Temple. Une couleur rouge s'imposait dans son esprit sans qu'il comprenne le sens de cette image dans sa tête. Le visage stoïque, Hiro Mokushi s'engouffra dans la demeure du Saint Jara. Un léger froncement de sourcil. Comment connaissait-il ce nom ? Un petit mal de tête lui vrilla les tempes qu'il occulta en se focalisant sur ce qui l'entourait. Un peu curieux, il laissa son regard vagabonder avant de s'arrêter sous l'atrium.

Sous la pâle lueur du jour, filtrée par les vitres de cette vaste trouée dans le plafond, Hiro se retourna vers l'entrée, entendant approcher quelqu'un. Un soupir franchit la barrière de ses lèvres en voyant un akita, chien japonais orange et blanc, foncer littéralement sur lui. L'homme posa une main bienveillante sur la tête de l'animal, mais ses yeux devenaient sévères. Ne lui avait-il pas interdit de venir céans ? L'inugami n'en faisait qu'à sa tête et ce depuis toujours après tout, pourquoi est-ce que cela changerait ? Le japonais attendit donc patiemment, se plongeant dans d'intenses réflexions autour du cosmos, énergie qui l'animait mais dont il avait un mal fou à en appréhender toute la portée. Il contrôlait mieux ses pouvoirs, mais quelque chose faisait, il le sentait, que la personne qu'il attendait saurait l'aider. Mais l'aider à quoi ? La réponse apparaîtrait certainement en même temps que le Capricorne.

C'était une belle journée, teinté d'un voile rouge, bizarre, que le jeune homme ne savait expliquer et qui le taraudait de minutes en minutes.      



Design
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Dim 20 Oct - 23:02



Bientôt six mois. Oui, bientôt six long mois que cette Armure était devenue son vêtement de travail. Jara était le plus jeune chevalier d’Or actif à ce jour. Contrairement à ce qu’il avait pu penser, il ne passait pas le plus clair de son temps au Sanctuaire. Pourtant, aujourd’hui, il se devait d’y être. Il s’agissait d’un jour spécial, d’un jour de recueillement.

Le Capricorne avait finalement pris le temps d’aménager son Temple. Enfin, aménager était un bien grand mot. En réalité, tout était à peu près fait : une bibliothèque, une salle d’entraînement et une cour intérieure étaient présentes. Jara n’avait fait installer que deux choses. Un bassin, au centre de son jardin. Il s’agissait d’un bassin de purification. Il avait été rempli avec de l’eau trouvée dans le Désert du Thar. Cette eau est des plus divines car on dit qu’elle aurait appartenu à un ancien bassin fluviale antique : le Sarasvatî, l’un des Sept Fleuves Sacrés et en effet, il sentait un une énergie calmante émaner de cette eau.

Le Chevalier était positionné, genoux au sol devant le deuxième édifice qu’il avait fait construire. Dans un coin reculé, sous un petit arbre peu feuillu, reposait une petite table. Sur celle-ci reposait un simple morceau de tissu blanc sur lequel était posé un petit bûcher encore ardent. Juste à droite, l’encens brûlait encore et laissait s’échapper son parfum céleste autour du Saint priant. Ses yeux de fauve clos, il laissa sa main se poser sur le tronc et commença une série de mantras dans sa langue natale :

Prakāśa āpa mārgadarśana kara sakatē haiṁ
(Puisse le Feu te guider)
Jala mārgadarśana kara sakatē haiṁ
(Puisse l’Eau te guider)
Pēṛa mārgadarśana kara sakatē haiṁ
(Puisse l’Arbre te guider)
Dhu'ām̐ mārgadarśana kara sakatē haiṁ
(Puisse la Fumée te guider)
Tuma mukta mērī jaṛēṁ, rājīva.
(Ô Rajiv, mes Racines te libèrent.)

Alors même qu’il prononça la dernière syllabe, ses yeux se rouvrirent aussitôt et sa main, par réflexe se posa sur sa ceinture mais non, elle n’était plus là, elle était en sûreté. Car oui, Jara sentit une présence dans sa Maison. D’un geste brusque, il se releva et plissa son regard et ses sourcils d’une insatisfaction latente.  Dans un son métallique, le Gardien éphèbe se dirigea à l’intérieur. Seule la lumière de quelques torches accrochées aux murs de pierres parvenait à éclairer les lieux. Seulement, il restait l’atrium. Ce lieu était aussi baigné de lumière que sa cours intérieur. En effet, le plafond  laissait une large plaie afin de laisser entrer les rayons brûlants de Sūrya. Il était très rare que le Roi Epéiste reçoive de la visite. À vrai dire, cela n’avait dû arriver qu’une fois. Après tout, il était un grand solitaire et puis, son temple était assez haut. Rares étaient ceux qui gravissaient le Sanctuaire pour atteindre une telle hauteur. Ce n’était pas pour rien si le point de ralliement de la chevalerie restait toujours le Sanctuaire de la Balance. Ô Dohko… Effaçant cette pensée de son esprit, l’Elu de Makara s’arrêta net, encore dans l’ombre alors qu’il aperçut la silhouette nageant dans la lumière solaire de la pièce. Avant même de faire attention à la personne qui lui faisait face, Jara articula d’un ton sec et complètement insensible.

Vous vous trouvez au sein de la Maison du Capricorne. Qui êtes-vous et que venez vous faire ici ? Je ne me répéterai pas.

Il ne se présentait pas. Pas avant de connaître les intentions de l’individu. Cela l’étonnerait que ces intentions soient hostiles, sans quoi il aurait sûrement été arrêté dès le début de sa quête mais il avait un rôle à jouer ici, celui de gardien. Il avait perdu sa Reine, il ne perdrait pas sa terre.

Posant finalement plus attentivement ses prunelles d’or sur l’inconnu, le Souverain y voyait là un homme à la stature athlétique. Sa longue chevelure noire tombait en queue de cheval sur son kimono mer et écume. De toute évidence, il s’agissait d’un asiatique. Par ailleurs, l’aspect de son faciès le confirma rapidement. Il ne connaissait aucune personne venue d’Asie au Sanctuaire, si ce n’est Dohko et lui-même. Alors qui était-il ? Une sensation étrange enveloppa le Capricorne d’Or. Comme un vent à la couleur carmine qui traversa son esprit en une fraction de seconde. Et ces traits, les traits de l’homme lui était connu. Il était sûr de n’avoir jamais rencontré cette personne et pourtant, ses traits lui rappelaient vaguement quelqu’un. Ils lui rappelaient ce vent carmin.

Souvenirs, Souvenirs, à quoi jouez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Mar 22 Oct - 22:03





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu
Une requête étrange



Cursed Shinshuu Plains I by Masami Ueda on Grooveshark

Une voix surgit de l'ombre, insidieuse, inquisitrice. Visiblement, sa présence ici n'était pas désirée. À moins qu'il ne s'agisse là d'une circonspection naturelle propre au maître des lieux ? Hiro ne connaissait personne, ne savait rien ou peu de choses sur les autres Chevaliers d'Or. À part quelques rares exceptions même si, pour la plupart, il n'avait  en mémoire que quelques maigres informations. Ses souvenirs ainsi que ceux de sa fille se mélangeaient parfois créant un maelstrom de doutes et d'incertitudes. L'homme restait dans l'obscurité, peu enclin à se dévoiler. Le jeune japonais ne descellait que deux prunelles jaunes qui l'observaient comme une proie. Le prédateur était pareil à un tigre, arborant les mêmes yeux ambrés, sauvages. Dangereux. Pourtant, le Saint d'or de la Vierge ne ressentait aucunes peurs, ni même la moindre animosité à son endroit. Par égard pour sa fille qu'il laissait œuvrer à sa guise en cet instant, il regardait intensément ce personnage ayant eut l'outrecuidance de ne pas se présenter. Ô, il ne s'en formalisait pas, bien au contraire. Les paroles, les mots, cachaient beaucoup de choses, et, le fait de plonger son regard dans le sien, suffit à lui en apprendre davantage sur lui, que lui sur le samouraï.

Non, peut-être que le Chavalier du Capricorne était tout aussi fin observateur qu'il l'était ? Deux bêtes se faisaient face tandis que le silence s'installait. Ce dernier était en trois temps, trois rythmes, car oui, même le silence avait une voix : le premier était comme un souffle, un soupir, celui que l'on pouvait entendre quand une mère donnait la vie à son premier né. Beau, pur, inqualifiable. Brève est l'extase. Le second résonnait à l'instar d'une goutte d'eau s'écrasant contre un sol marbré, naturel, apaisant. Enfin, le troisième plus difficile à percevoir, entourait Hiro Mokushi de son voile invisible, mystérieux.  

~° Pourquoi tant de méfiance envers l'un des vôtres chevalier du Capricorne ?

Le japonais n'avait pas ouvert la bouche, pourtant, c'était bel et bien sa voix que le Saint d'or avait perçu à l'instant. À n'en point douter, il s'étonnerait de sa manière de s'exprimer : muet, il ne pouvait faire autrement que de communiquer par la voie de la pensée. Ça où s'ajoutaient aussi de drôles séries de signes qu'il esquissait avec ses mains d'une manière presque imperceptible. Son visage demeurait donc parfaitement impassible, très froid, sauf son regard turquoise qui exprimait une douceur infinie. Pour ceux qui avaient le loisir de le contempler. C'était un paradoxe, un étrange écho aussi pour certains.

~° Mon nom est Hiro Mokushi, je suis le nouveau Saint de la Vierge. Une pause. Le Saint avait levé son visage vers l'atrium, laissant la lumière oblique, pâle tomber sur son faciès finement ciselé, telle une statue de marbre. Je ne suis évidemment pas ici pour de belliqueuses raisons. Je suis ici pour vous remettre quelque chose.

Ses yeux devinrent perçant, se muèrent en quelque chose de plus proche d'un... animal tout comme son homologue. Le silence encore reprenait ses droit pour devenir maître incontesté. Une bien belle illusion que l'on pouvait détruire d'un revers de la main. Un léger vent frais s'engouffra dans le Temple, soulevant vêtements et chevelures : ballet hypnotique qui eut le loisir de fasciner le jeune nippon. Finalement, il se tourna à demi vers le Capricorne.

~° Je vous le remettrais si vous parvenez à me battre en duel. Êtes-vous d'accord ?

Que signifiait une telle requête ? Que pouvait-il bien se passer dans la tête du chevalier d'or de la Vierge ? Seul lui le savait et il continuerait à façonner le mystère, comme il l'avait toujours fait jadis.

Le chien à ses côtés bondit d'un seul coup dans la direction du Capricorne, lâchant un petit aboiement avant de se poster à quelques centimètres. Il s'assit, pencha la tête sur le côté et avança une patte se voulant affectueuse. Il quémandait des caresses.  

Spoiler:
 



Design
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Mer 23 Oct - 22:46


Étrange. Un sentiment si étrange. Ce vent carmin, oui, celui-là même continuait de souffler et à présent, Jara pouvait clairement en sentir l’œil : l’intrus. Celui-ci se décida d’ailleurs à entrer dans la lumière. Le Saint s’avança à son tour dans ce même halo. Exhibant son armure cornue, le chevalier scruta d’un regard inquisiteur l’inconnu, de haut en bas. Son teint de porcelaine lui était familier. C’était une certitude. D’ailleurs, bien qu’affichant un visage de marbre, il était clairement différent de celui du Capricorne. Aucune expression n’était perceptible, littéralement. Il avait l’air d’une statue au centre de ce temple. Seul son regard azur trahissait ce dessin. Il était empli de bonté et, à vrai dire. Cette douceur était telle que le Roi d’Avalon se décrispa très vite. L’asiatique n’était pas une menace.

Pourquoi tant de méfiance envers l'un des vôtres, chevalier du Capricorne ?  

Qu’est-ce que ?! Ce message traversa sa pensée, brisant la chaîne de son regard. Une voix sinueuse, calme et si douce. Pendant quelques instants, Jara hésita même sur la nature de cette voix mais c’était de toute évidence celle d’un homme. La dernière fois qu’une telle sensation s’était augurée était il y a six mois, lorsque sa Reine l’avait appelé. Ce message venait évidement de l’homme qui lui faisait face. Son visage était resté le même. Il parlait donc par la pensée ? De plus, il se présentait comme « un des siens ». Un chevalier ?  Comme pour demander plus de précision, Jara croisa les bras et, gardant son air accusateur, il poussa un simple son.

Mh ?

Son regard d’or ne crierait qu’une chose « Et donc ? ». Jara pouvait paraître rustre, certes mais ce serait ainsi. Il ne se présenterait pas avant l’intrus. Après tout, s’il était vraiment chevalier, il devrait savoir que c’était son rôle en tant que Chevalier d’Or du Capricorne. Et d’ailleurs, il le comprit très vite. La conversation muette repris aussitôt et finalement, il se présenta. C’était assez perturbant, ce genre de discussion par la pensée. Ca lui plaisait absolument pas et d’ailleurs, quand bien même cela ne semblerait aller que d’un un sens, l’Epéiste lui parlera directement.

Hiro Mokushi, donc. C’était un nom qui lui était complètement inconnu. Peut-être que s’il avait passé plus de temps auprès de ses frères d’armes, il aurait su qu’un nouveau Gardien de la Vierge était arrivé mais ce n’était vraiment pas son genre. La sonorité japonaise de sa dénomination ne fit que confirmer ses soupçons précédents d’ailleurs. Jara n’avait jamais connu de porteur de cette armure. Une légère fierté –sûrement mal placée- survola son esprit à l’idée qu’il n’était plus le petit nouveau du Sanctuaire même s’il en restait le plus jeune de toute évidence. Sachant tout de même répondre aux conventions, les bras toujours fermés :

Jara. Chevalier du Capricorne comme vous avez pu le constater. Je suppose donc que votre présence ici n’est nullement hostile, prononça-t-il d’un ton aussi dur que le visage de la Vierge.

Je ne suis évidemment pas ici pour de belliqueuses raisons. Je suis ici pour vous remettre quelque chose.

Pardon ? Et je pourrais savoir de quoi il s’agit ? S’étonna le Gardien.

Quelque chose à lui remettre ? Il était pourtant sûr après leur présentation de ne jamais l’avoir rencontré et encore moins donné quoi que ce soit. Jara avait peu de biens alors se voir en donner à un inconnu l’étonna. Hiro avait attisé sa curiosité, chose rare pour le chevalier du Capricorne.

Le second chevalier se mua à son tour. Prenant les traits d’un fauve, à l’instar de l’Indien, son regard devint perçant. Jara comprenait enfin ce que ressentaient les gens lorsqu’il les observait. Que voulait dire un tel changement d’apparat ? Depuis leur rencontre, il était resté de pierre et voilà que l’évocation de ce mystérieux objet avait réveillé en lui un nouvel être.

Je vous le remettrais si vous parvenez à me battre en duel. Êtes-vous d'accord ?

Il n’avait même pas encore réfléchi que déjà, les Racines du mal esquissèrent un sourire ténébreux. La simple allusion à un duel avait réveillé le Tigre Sacré qui sommeillait en lui. Ce combat n’avait lieu d’être et l’objet même de cette rencontre était inconnu, et pourtant, Jara relâcha ses deux membres le long de son corps et s’avança vers l’homme qui était censé ne pas être venu pour des raisons belliqueuses.

Marché conclu, Hiro de la Vierge. Il me tarde de savoir ce que me réserve ce mystérieux bien.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Ven 1 Nov - 22:08





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu
Honneur



Puella in somnio by 梶浦由記 on Grooveshark

Hiro Mokushi semblait avoir éveillé la curiosité du jeune Jara du Capricorne. Le samouraï aux lotus pouvait aisément lire en lui, sans qu'il aille plus avant dans ses investigations silencieuses, question de bon sens et de respect. Un rai de lumière tomba devant eux comme pour créer une barrière entre les deux jeunes gens, une rempart que le japonais saurait instaurer pendant leur duel de la même façon que venait de le faire le Soleil.
La tête légèrement inclinée sur le côté, le guerrier asiatique regardait Jara se mouvoir. À l'instar d'un félin, ses mouvements étaient souples et déliés, empreints d'une grâce surnaturelle. Il devait être un combattant redoutable, un épéiste hors pair. Cette intuition fit naître en lui un sentiment qu'il n'avait plus ressentit depuis fort longtemps : une excitation grandissante faisant bouillir son sang. Ô l'heure du combat approchait, les lames allaient être tirées, ils pourraient danser à leur guise !

Toujours dans un silence presque religieux, le jeune homme fit volte-face pour se diriger là où, quelques minutes plus tôt, le Saint à la Lame Sacrée était apparut. Combattre dehors était pour lui une prérogative : car c'était dehors que les éléments pouvaient se déchaîner à outrance. Aussi, leurs potentiels respectifs n'en seraient que sublimés. Il se stoppa dans un froissement soyeux de tissus pour tourner son faciès vers son adversaire, lui demandant d'un regard, si leur lutte pouvait être offerte à l'astre du Jour.

Assuré d'être suivit, le chevalier d'or de la Vierge laissa ses prunelles turquoises vagabonder sur le décors qui l'entourait. En plus de posséder un Temple magnifique, le Capricorne avait prit soin d'aménager son propre Sanctuaire. Un endroit où se recueillir non ? Les énergies qu'il ressentait, palpitaient avec une rare frénésie ! Ce lieu était un paradoxe en soit, à la fois paisible et tumultueux. Un sourire, un franc sourire vint ourler ses lèvres.

~° Quel magnifique endroit. Déclara t-il en se postant devant Jara. Je dois avouer que vous m'étonnez jeune Jara du Capricorne ! Je ressens tellement de choses troublantes sans pour autant pouvoir en percer les mystères. C'est vraiment une impression étrange, n'est-ce pas ? Ô ne vous formalisez pas de mes mystères … vous comprendrez bientôt.

Il tourna son visage vers les nues, respirant à plein poumon, ce parfum enivrant. Les bras légèrement levés, paumes tournées vers le soleil, Hiro adressa une prière mentale aux esprits présents dans cet univers inconnu pour ses sens. Et qu'il saurait éprouver.

~° Aki !

Le chien qui jusque là s'était contenté de suivre son maître docilement, releva le museau vers le japonais. Les yeux d'Hiro changèrent aussitôt de couleur, passant d'un bleu tirant vers le vert, à un rouge carmin. Sang. Quand il releva ces derniers vers son homologue, celui-ci pourrait constater en plus de ce changement, que ses pupilles étaient fendues, comme celles d'un serpent. Avec lenteur, il détacha sa ceinture qui soutenait un fourreau aux reflets irisés : il dégaina tout aussi lentement, son katana dont il présenta la lame à la lumière du jour. Comme le voulait la coutume, et respectueux de ses anciennes valeurs, le samouraï attendit que son adversaire ouvre le bal.

~° Jara-san, mon honneur m'interdis de frapper le premier, je vous en prie...






Design
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Dim 17 Nov - 0:13


Un duel… Aussi triste que cela soit à dire, cela faisait bien longtemps que le jeune homme ne s’était pas battu sérieusement et, encore plus ironique, c’était depuis qu’il portait cette armure, symbole du guerrier, que ce mal s’était crée. Quoi qu’il en soit, cela n’allait plus durer. L’idée d’affronter un Saint Doré ne lui avait pas vraiment effleuré l’esprit. À vrai dire, il n’était même pas sûr d’en croiser tellement en dehors du champ de bataille. En effet, la plupart était peu propice à la discussion et pour ceux qui ne l’étaient pas…et bien c’était Jara qui était peu propice à la discussion.

En tant que plus jeune de la caste d’Or, il n’était pas le plus sollicité des chevaliers, ainsi, bien que cela ne se soit pas du tout aperçu sur son visage, l’arrivé d’Hiro de la Vierge lui avait mis du baume au cœur. Oui, le Capricorne se sentait seul. C’était son choix de rester solitaire, il l’accordait parfaitement mais il l’avait été si longtemps que connaître un peu de compagnie lui était mystiquement bénéfique. Le Dixième  Gardien suivait son frère d’arme. L’Indien était parfaitement au courant de l’endroit où celui-ci comptait les emmener. Il s’agissait du lieu le plus propice au combat pour l’un, comme pour l’autre et le Japonais l’avait parfaitement assimilé. En effet, il n’avait pas du tout tort, une atmosphère surnaturelle exaltait de chaque forme de vie. Les Cinq éléments terrestres étaient condensés en un lieu si restreint…L’eau, la terre, le feu, l’air…le cosmos.

Ne vous en faites pas, je ne me formaliserai pas sur vos mystères, j’ai comme l’impression que j’y perdrai bien trop mon temps. Seul le prix de cette rencontre attise le tranchant de ma lame.

À ces mots, tout fougueux qu’il était, il plia son bras, la main droite et pointue vers les cieux. De son côté, le Sage avait fait appel à son canidé. Jara ne savait pas quel rôle il allait avoir mais le voyant sur le futur champ de bataille, le voir combattre aux côtés du Saint ne l’étonnerait guerre, on pouvait s’attendre à tout.

Et en effet, il ne fallut pas longtemps à  Hiro pour afficher sa bestialité. Si le Capricorne était le Fauve, il avait devant lui le Reptile car le regard du Sixième Gardien devint bien plus sournois et sauvage. Les pupilles dudit Protecteur d’Athéna se fendirent tout en se gorgeant d’un rouge sanguinaire. Cela ne présageait évidement rien de bon et à vrai dire, aussitôt que les formalités furent faites, Jara voulut voir ça de plus prêt et à une vitesse presque luminique, il trancha le vent lui-même afin d’approcher complètement son adversaire. Il avait un katana et était asiatique. L’étant lui-même, il pouvait sans conteste affirmer que ceux-ci étaient de braves combattants, notamment au corps à corps. Il était temps de voir si cela était une proposition ou une simple thèse. Arborant une posture indienne, il frappa de ses paumes là où les muscles étaient réapprovisionnés en sang. L’esprit très affuté de Jara était analytique. Son regard se posa sur la clavicule gauche : il frappa, troisième côte droite, coude, sternum et enfin, il termina avec un coup de pied venant se loger directement au niveau du cou afin d’éloigner Hiro de sa personne.

En effet, il allait effectuer son arcane personnel et celle-ci était dangereuse pour les deux au corps à corps. Bien que n’ayant pas son armure d’or, la Vierge avait tout de même un katana. Il fallait évaluer laquelle des deux lames était la mieux forgées. Sans même bouger de son emplacement, le cosmos du Roi d’Avalon s’immisçait dans les alentours. D’abord, seule deux pics d’or au tranchant sans égal voltigeait à gauche et à droite du propriétaire des lieux. Mais très vite, c’était une dizaine de ces mêmes lances cosmiques qui encerclaient Virgo.

Voyons laquelle de nos lames a été la plus affûtée... Pavitra.

D’un geste de sa main en direction de l’adversaire, la douzaine de lames d’or vinrent transpercer de part en part celui-ci. Il espérait très franchement qu’il s’en soit sorti…

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Dim 17 Nov - 17:40





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu
Le prix de cette rencontre



break the sword of justice by 梶浦由記 on Grooveshark

Ainsi donc, c'était le prix de cette rencontre qui exaltait Jara du Capricorne et le faisait sortir de son mutisme ? Hiro n'était pas dupe, un simple coup d’œil avait suffit à lui faire comprendre ce que cachait le jeune guerrier Indien. À moins que ce ne soit totalement autre chose ? Une sorte de réminiscence d'un passé pas si lointain ? Quoi qu'il en soit, la Vierge pouvait se targuer d'être un fin observateur, un être capable d'empathie malgré la froideur extrême qui se dégageait de sa personne. La moindre fluctuation de cosmos était pour lui une musique, tantôt belle, lyrique, tantôt dramatique, tragique d'une tristesse dangereuse. Solitude était le mot, la note que le Japonais captait en regardant les prunelles mordorées de son futur adversaire.
Comme lui, il l'observait à présent sans mots dire, appréciant ce calme avant que la tempête n'éclate. La posture que le Saint d'or adopta le fit pencher légèrement la tête sur le côté, sa queue-de-cheval suivant ce mouvement presque imperceptible. Le samouraï ferma alors ses yeux reptiliens, son cosmos bleu le nimbant d'une faible lumière. L'air se raréfia autour de lui, brouillant l'espace de quelques instants sa silhouette sans que son adversaire puisse s'en rendre compte. Celui-ci s'envola, désireux de répondre à l'invitation d'Hiro. Honneur et devoir. La canidé à ses côtés ne broncha pas, pas plus que son maître qui encaissa la série de coups sans ciller, un léger sourire accroché à ses lèvres. Il appréhendait sa force avec ravissement. Joie qui se traduisait par cette simple moue sur son visage de marbre.

L'Indien était, malgré son jeune âge, un combattant expérimenté. Cette constatation ne l'étonnait guère, sinon, comment aurait-il put porter l'armure d'Or des Rois Avalonien ? Glissant sur le sol avec agilité après le dernier coup porté à son encontre, le jeune Mokushi se rétabli sans trop de mal, se redressant même avec lenteur, en alerte. Prêt à agir, le Saint de la Vierge opta pour une position défensive, jambes fléchies, pieds bien encrés dans le sol. Prêt, il l'était, prêt à découvrir l'arcane, la première que son adversaire voudrait bien lui dévoiler. Paupières toujours closes pendant toute l'opération, Hiro respira à plein poumon, une odeur d'encens qui lui chatouillait les narines. Son sourire s'élargit. Soudain, au moment où l'attaque était sur le point de le toucher de part en part, le nippon changea son katana de main, passant de droitier, à gaucher : d'un geste qui parut doux et brusque à la fois, il stoppa une bonne partie de l'assaut avec sa lame. Quelques éclats dorés avaient transpercé son kimono blanc et bleu, entaillé la peau de l'une de ses joues. Abaissant sa lame vers le sol de façon à ce que la pointe frôle ce dernier, Hiro rouvrit son regard sur le Monde. Tout redevint silencieux.

~° Vous êtes un combattant hors-pair Jara du Capricorne et Athéna peut être fière de compter une personne telle que vous dans ses rangs. Athéna, mais aussi tout un peuple, non ?

La voix d'Hiro dans l'esprit de Jara était à la fois douce et dure comme le fouet. Ce paradoxe enflait à mesure que le temps s'écoulait, filait comme des grains de sable dans le grand sablier. L'écarlate de ses yeux se fit plus vif encore alors qu'il rangeait son katana dans son fourreau. Là, et d'une manière qui aurait put être totalement désinvolte, surprenante même, il s'assit à même le sol pour croiser les jambes, mettre ses mains en coupe. Ses lèvres s'agitèrent alors sans qu'aucuns sons n'en sortent : Hiro se prit à léviter au dessus du sol tandis qu'un nombre incalculable de fleurs de lotus s'épanouissaient sous la joug d'un soleil timide. Leur fragrance s'épanouissait autour des deux protagonistes se mêlant aux senteurs plus capiteuses déjà présentes. Aki, l'esprit-chien poussa alors un hurlement, se cabrant vers les cieux avant de prendre un aspect plus fantomatique, plus imposant aussi. Sans crier gare, il s'élança. Quant à la Vierge, il laissa son cosmos exploser, levant une main vers son adversaire. Naquit instantanément un second esprit qui fonça sur Jara aux côtés de l'Inugami.

Hasu no On'kei ~ La bénédiction du Lotus !

La seconde créature, composée essentiellement d'eau, possédait une beauté surnaturelle, envoûtante, mais une aura tout aussi paradoxale que son créateur. C'était une silhouette féminine qui volait littéralement vers le Capricorne avec une célérité déconcertante : cet esprit n'était pas sans rappeler une personne connue de Jara, une entité liée elle aussi aux eaux : La Dame du Lac. Les deux créatures se ruèrent sur le jeune homme, les deux tournoyant autour de lui de plus en plus vite. Course folle. Plusieurs fois, les crocs d'Aki s'essayèrent à toucher le corps musculeux de l'Indien alors que dans une même temps, la femme-eau, profitant de cette diversion traversa Jara. Une fois encore, la douleur que le jeune homme devait ressentir était étrange... Chaude et froide. Douce et Acérée. Particulière.

Pendant cette attaque, Hiro s'était redressé, regardant avec intensité, son adversaire, curieux de voir comment il allait s'en sortir. Mais cela ne faisait aucuns doutes que ce duel ne faisait que commencer. Que ce n'était qu'un prélude à un beau spectacle que seuls le soleil et les oiseaux pourraient voir.

~° L'eau est un élément bénéfique, comme destructeur, mais je ne vous apprends rien du tout, Jara du Capricorne ! Je suis navré de ne pas avoir usé de ma lame dans l'immédiat, vous comprendrez mieux tout à l'heure pourquoi.

Aki et l'autre esprit se retirèrent pour se poster aux côtés du Japonais. Tels trois statues, ils ne bougèrent plus. La ronde des esprits ne faisait que commencer. La danse promettait d'être magnifique.

La danse des lames était sur le point de s'ouvrir.

[/font][/font]
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Mar 19 Nov - 21:11


Un sentiment étrange emplit le jeune Indien à l’approche d’Hiro ; il n’avait cherché à esquiver aucun de ses coups. Pourtant, quelque chose lui disait qu’il aurait pu aisément s’en défaire. Seule la Pavitra avait été partiellement déviée. Après tout, il avait été à son tour choisi pour porter l’une des douze armures zodiacale mais même cette affirmation lui semblait à présent douteuse. Jara avait peut être parlé trop vite. Les mystères de la Vierge prenant un peu plus d’assurance tandis que le temps passait. Ce malaise étrange depuis leur rencontre rendait le Capricorne de plus en plus interrogatif. L’homme qui lui faisait face était-il vraiment un chevalier d’Athéna ? Bien que son âme pure semblait l’affirmer, une étrange sensation trahissait ceci.

Ses étranges pupilles écarlates –Rouge- se rouvrirent alors que le silence redevint seigneur du havre de paix. Les yeux filés du plus jeune de la caste doré se firent plus perçant que ceux d’un félin alors qu’il dévisagea l’homme –le Revenant- qui lui faisait face. Soudain, celui-ci vint faire une déclaration des plus suspectes. D’ordinaire aussi implacable et muet que la justice, l’éphèbe au teint doré ne put s’empêcher de rétorquer et s’étonner devant une telle remarque. Que voulait-il dire ?

Un peuple…

Une pause embrunit la parole du Roi. Il avait parfaitement compris où il voulait en venir, il ne faisait que s’étonner qu’un étranger connaisse potentiellement un titre qu’il avait tenu pour secret jusqu’à présent. Son regard se tourna alors vers l’Est, là où les symboles de sa royauté étaient protégés. Il prit la parole alors même qu’il n’avait pas son interlocuteur en face.

Chevalier Hiro, je me suis peut-être précipité dans mon…hybris, comme le disent ces Grecs.

Re-scrutant à nouveau son adversaire, c’était à présent un faciès plein d’ambition et de volonté qu’il présenta.

Je vous ai peut-être mal jugé. Vous êtes peut-être assez énigmatique pour que j’ose rechercher votre vérité.

Gardant ce mystère –Voile- à l’insu de Jara, le Samouraï ne répondit pas immédiatement, et au grand bonheur du Capricorne, il partit à l’assaut immédiatement. Une attaque aussi sereine et calme que son possesseur, le Dixième ne fut d’ailleurs que très peu étonner que ce chien prenne part au combat bien que sa forme spirituelle était plus qu’étrange.

Mais alors qu’une atmosphère tamisée au parfum d’Orient s’était installée dans cet Eden, surgit des eaux. Totalement incernable, cette esprit était un fruit de la prière de Virgo. Seules les formes d’une femme étaient perceptibles. Mais l’aki-démon fonça alors sur Jara. Heureusement, celui-ci savait rester concentrer sur un objectif et c’est toujours avec les paumes ouvertes qu’il repoussait chaque croc et griffes du canidé. Qu’est-ce qu’un chien face à un fauve ? Alors que celui-ci avait été totalement rejeté aux côtés de son maître, la silhouette aqueuse fondit sur lui. L'évitant d'abord une première fois, il pratiqua la même séries de coups physiques sur la Vierge afin de savoir s'il s'agissait d'une véritable volonté du personnage de prendre ou non ces dégâts. Le démon n’était donc qu’une diversion ? Ce genre de stratagème ne fonctionnerait cependant pas face à… Qu’est-ce que ?

… Dame Viviane ?

En effet, le Saint à la chevelure ébène reconnut alors la jeune femme derrière ses traits d’eau. Elle était celle qui lui avait remis la Sacrée  Excalibur, la Fée Viviane, la Dame du Lac. Comment ? Pris au dépourvu, celle-ci traversa le corps du Souverain d’Avalon telle un Spectre. La douleur était si… douce. Un mal avait naquit lors de cet assaut mais il paraissait si serein qu’il n’en remarquait même pas les séquelles, pourtant là. Hiro s’empressa d’ailleurs de faire remarquer cette pensée au  Capricorne. L’eau peut autant n’être qu’une vague écumeuse sur le sable qu’une tempête faisant chavirer la terre elle-même.

Hiro de la Vierge, qui êtes-vous ?

Il avait montré être un adversaire digne du nouveau chevalier d’Or qu’était Jara. De ce fait, il lui rendrait la pareille.  À cet instant, il ferma ses yeux à son tour. Le vent se faisait plus vivant, il faisait tourner les boucles de l’Indien sur son front. Des ondes vinrent se dessiner à la surface du petit lac et même l’encens en l’honneur de Rajiv se consumait plus rapidement. Bientôt, des grains de poussière se levèrent, lévitant et dansant autour de l’aura d’or de Jara qui se développa encore et encore. Comme un voile sur la scène, ce cosmos n’entoura bientôt que son maître et prit une autre forme. Des racines cosmiques s’étaient dessinées sur son corps, entourant chaque membre, elles ne s’arrêtaient que sous le regard clos du Burā'ī kī jaṛa. Un simple mentra résonnait dans sa tête : Âbha.

Que vous utilisiez ou non votre lame, vous méritez de ressentir le fil de la mienne.

Des racines de son bras droit levé, s’ouvrirent de petites fleurs à la luminescence semblable.

Ex…

Tel un bourreau, cette main salvatrice s’abaissa aussitôt sur Hiro. Tout d’abord un simple rayon vertical puis un grand feu surnaturellement rouge et or vint attiser ce même tranchant.

… Calibur !

Le bal était lancé, était-il temps de croiser le fer ?



Dernière édition par Jara le Mer 27 Nov - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Jeu 21 Nov - 0:42





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu





Qui suis-je ?



Musubareru Sekai by Kawai Kenji on Grooveshark

Un sourire étira ses lippes, dotant à l'ensemble de son visage d'ordinaire si froid et si sérieux, d'un peu de chaleur. La couleur de ses prunelles reprirent l'espace de quelques instants, cette couleur si douce, plus bleue encore que la mer et les cieux. Une teinte si proche des propres yeux de la précédente hôte de la Déesse Vierge. Qui était Hiro ? En voilà une question intéressante ! Le jeune japonais bien sûr, s'était attendu à une telle interrogation de la part de son homologue : que pouvait-il lire d'autre sur ce faciès halé, dans ce regard d'or ? Ses pérégrinations internes se traduisant légèrement sur son visage et ce détail ne lui échappant guère, Hiro abandonna sa posture initiale pour prendre une profonde inspiration. L'esprit aquatique cessa un moment de danser tout autour de lui pour venir l'effleurer. Ses gestes empreints d'une douceur extrême, effacèrent les quelques maux, les quelques ecchymoses que les attaques de Jara lui avaient causées. Son corps se para d'un voile moiré, aux teintes changeantes. Il profita d'une accalmie pour répondre au jeune homme d'une manière tout aussi calme.

~° Qui suis-je ? C'est à toi de le découvrir jeune homme. Cherche au fond de ton cœur, je sais qu'il entrevoit déjà une réponse. Mais, d'un autre côté, je peux aussi te dire que je suis Hiro Mokushi, Mokushi, comme Mashia.

Mais, ne venait-il pas de donner la réponse à l'instant ? Un nouveau sourire énigmatique suivit ses propos silencieux avant qu'il n'éprouve une fois de plus, les coups physiques de son adversaire. Là encore, le chevalier d'or pu noter une réelle maîtrise et expertise de la part du jeune Indien concernant les points vitaux. De l'étude du corps, de ses forces et de ses faiblesses, découlait souvent une victoire. Fort heureusement pour lui, Hiro connaissait les parades pour en limiter les dégâts. En ralentir les effets tout du moins.
Ses muscles commençaient déjà à protester quand il effectua quelques mouvements pour se remettre dans sa posture de défense. Loin d'être épuisé pour autant, la présence bénéfique de la femme-esprit lui laissait un peu de répit. Projetant sa conscience vers Aki, ce dernier obéit immédiatement à son ordre en disparaissant de leur vue. Pour l'heure, l'Inugami resterait en retrait. Alors, observant avec un intérêt renouvelé son adversaire, Hiro de la Vierge reprit le fil de sa pensée.

~° Je ne vous ai pas présenté Aki comme il se doit. Voyez vous, ce chien n'est pas ordinaire, comme vous l'aurez remarqué sans doute. Hiro marqua une courte pause en levant ses yeux rouges vers les nues. Il m'a autrefois sauvé de la mort, combattant pour moi, les affres de cette dernière. J'ai survécut grâce à sa force, à sa nature même. Il est un « Akuma » un Démon comme vous les appelez dans votre langue.

Il se souvenait. Oui, le samouraï se souvenait de son passé. De son lointain passé marqué par l'horreur et le sang. Carmin, qui persistait encore dans son regard, séquelle d'un épisode qu'il n'avait pu et ne pourrait oublier. Jamais. Les flammes dansaient encore parfois devant ses pupilles quand il songeait à ce tragique épisode de sa vie. Sa poigne se resserra sur la garde de son katana. Baissant la tête, il cacha ainsi une larme dévalant sur sa joue pâle. Une petite voix dans sa tête lui intima de ne pas être triste. De ne plus pleurer sur les défunts. Un voile rouge l'entourait, comme deux bras venant l'enlacer d'une douce quiétude. Un éclat doré fila au dessus de leurs têtes. Le chant des oiseaux jusque là muet, s'intensifia d'un seul coup, comme si... le Printemps était parmi eux. Une à une, les pièces d'une armure allèrent se poser sur le corps du chevalier. Tant elle était éclatante, on aurait dit que cette dernière avait été façonnée par l'Astre du Jour. Il n'en était rien, celle-ci étant bénite par Athéna en personne. La dernière pièce -le casque- finissait sa course à l'instant même où la seconde Arcane et, pas des moindres, du Capricorne allait le toucher. Excalibur... l'épée des Rois ! L'artefact de légende ! Ainsi, on ne lui avait pas menti. Tout sourire, le Japonais fit le vide dans son esprit et esquiva comme il l'avait fait précédemment avec le dernier assaut sauvage de Jara.

Des particules d'or voletaient tout autour de sa silhouette. Toujours debout, Hiro Mokushi avait avancé une main vers son visage : il plaçait sur son visage de marbre, une pièce froide et lisse. Un masque. Un masque aux allures tribales, un masque qui traduisait toute sa bestialité, sa nature profonde, liée aux « Akumas », aux Démons. Son cosmos dès lors qu'il ait placé cet objet sur son faciès, devint plus incisif, plus agressif.

~° Je fais partis d'un Monde particulier, crains de beaucoup. J'incarne les peurs les plus brutes, les superstitions de tout temps. Je suis moi-même un démon. L'Aka Akuma. Voilà qui je suis en réalité, Jara du Capricorne. Me craignez-vous vous aussi ?

Pourvu de crocs acérés, d'une peinture de sang, il était vrai qu'Hiro revêtait en cet instant, un visage bien effrayant. Un aspect démoniaque, mais étrangement captivant. Quelques pétales de lotus blancs apparurent pour tomber gracieusement sans discontinuer. Puis, d'un claquement de doigt retentissant, l'attaque survint. Hiro, l'épée au claire, se rua à une vitesse folle sur le jeune Indien, ne lui laissant pas l'opportunité de réagir. Aki, le chien-démon se matérialisa aussi pour acculer le Saint dans ses retranchements. Comment réagirait-il ? L'esprit de l'eau, quant à lui, se contentait de suivre son créateur, sans rien faire d'autre que de glisser sur le marbre.

~° Battons nous Jara du Capricorne ! Croisons le fer ! Je veux éprouver la force d'Excalibur ! Les Autres te regardent ! Fait leur honneur ! L'eau est la clef, souviens t-en ! Et il est mon élément ! Voilà pourquoi, voici la réponse !


Et un millier de pétales immaculés allèrent porter assistance à la Vierge. Autant de lames acérés qui auraient tôt fait de briser toutes les défenses. Toutes les murailles.
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Jeu 28 Nov - 0:37


Jara était aux aguets. Il prévoyait pour l’instant chaque mouvement adverse avec une précision surnaturelle. Soudain, le temps sembla comme figé. Le son aqueux de la fontaine n’était plus. Les aromates eux-mêmes ne taquinaient plus les narines de l’Indien. Il ne sentait plus son environnement. Il le voyait, il voyait la lame incendiaire comme stoppée dans sa course. Il voyait le sol sous ses pieds bien qu’il avait l’impression de se tenir dans le vide. Il voyait Hiro, face à lui. Son visage, d’ordinaire inexpressif affichait là un sourire sibyllin des plus étranges. En revanche, il ne voyait plus les couleurs. Cette dimension figée était monochrome. Tout n’était que vide. Jusqu’à ce qu’une voix atteigne le cerveau de l’Héritier d’Excalibur. Elle lui demandait de chercher dans son cœur mais trois mots restaient ancrés :

Mokushi, comme Mashia.

Comment ? Ce nom évoquait quelque chose aux yeux du jeune homme. Une image diaphane traversa son esprit puis du rouge. Un voile carmin se confondant en une multitude de fils. Une chevelure. Comment pouvait-il oublier une information si capitale ? Cette seule dénomination créait un écho qui ne voulait trouver de fin. Les yeux de fauve de Jara étaient alors ceux d’un enfant. Un enfant à la recherche de l’inconnu. Un jeune candide innocent qui cachait son visage.

Le monde monochrome, pendant ce temps, continuait sa ronde silencieuse et statique. Coincé dans sa torpeur, l’éphèbe n’avait pas remarqué la lueur or. Des pétales iridescents nageaient autour de lui. Ils dansaient sur un lac gris et blanc avant que l’un d’eux ne se pose sur l’épaulette cornue du Gardien de ces lieux. Lorsqu’il enleva une de ses mains afin d’examiner les lieux, celui-ci étaient revenu à sa normal mais c’est à nouveau cette couleur sanguine qui fut sa première vision. Il était déjà trop tard. Collé à son visage, celui d’un démon écarlate fit présence. Le Saint écarquilla ses pupilles de peur mais il savait pourtant que la peur tranchait bien plus profondément que l’épée et le coup net le réveilla complètement. Son liquide vital s’échauffa sur son armure alors qu’une entaille s’était dessinée sur sa joue. C’est alors que lorsqu’il abaissait son regard sur la créature infernale, il reconnut là une amure d’Or. Celle de la Vierge, celle d’Hiro.

Mashia.

Cette adversaire était terrible. Il avait pénétré son esprit, n’est-ce pas ? Ou alors… Il n’eut pas le temps d’étoffer sa réflexion car le fidèle compagnon du Chevalier continuait son offensive alors même que les adverses étaient presque collés. Parant chacun des coups, il n’eut pas le temps d’en assenez le même nombre jusqu’à ce que sa vision redevint celle du Capricorne qu’il était. En effet, il devait reprendre contrôle de ses moyens et lorsque son regarde se fit de nouveau aussi perso que le tigre sacré du Bengale, il finit sa parade défensive en agrippant les deux mains de son compagnon d’arme.

Assez !

Le cosmos blond, caractéristique de Jara avala les deux hommes avant de prendre la forme de son animal totem. Ce bouc à queue de poisson et aux cornes acérées possédait en son cœur les rivaux. Il était formé de pur cosmo-énergie et lorsqu’aucune échappatoire n’était possible pour l’un comme pour l’autre, la bête mythique prit une nouvelle forme, celle de millier et millier d’aiguilles dorées qui traversaient de part en part l’armure et la chair du duo. Bien que largement épargné de par sa connaissance en sa lame, il ne pouvait en dire de même de la Vierge. À la place d’emmagasiner toute la puissance d’Excalibur en un point, le jeune à la peau ambrée avait décidé de séparer chaque particule cosmique de son pouvoir afin d’attendre chaque point du corps de son adversaire. Cela lui demandait en parti un sacrifice de sa part mais n’en valait-il pas la peine ?

Lorsque le sang avait coulé, Jara fit un bond en arrière afin de garder une distance entre eux. Il haletait. Ce combat était des plus glorieux. Jamais il n’aurait cru qu’il prendrait une telle tournure. Son souffle était tellement bruyant, il passa sa main sur ses lèvres afin d’en essuyer le contenu écarlate. Son regard sévère et impartial était toujours présent mais dans un geste solennel, il le clôt.

Je n’ai pas peur. Je n’ai pas peur de l’Enfer, je n’ai pas peur des démons.

Il était un démon.

Jamais je n’en aurai peur. J’ai vécu démon moi aussi.

Il était Burā'ī kī Jara. Les racines du mal. Sa terre natale avait rejeté sa nature.

Enlève ton masque Vierge. Découvre-toi et respecte l’adversaire qui te fait face Hiro, Athéna… Mashia.

Le ton donné était aussi tranchant et sec que sa lame. Il ne laissait passer aucun autre sentiment que la sévérité d'un homme face à la vérité. À ce dernier mot, les prunelles dorées de l’adolescent se rouvrirent, plus intense que jamais, elle regardait le masque d’Akuma alors que les racines de l'Âbha brillait toujours plus. Il se souvenait. Il ne savait pas comment ni pourquoi mais il se souvenait. Il ne comprenait pas, certes mais la mémoire lui était revenue.

La confrontation entre deux démons laissait place à un revenant.






Dernière édition par Jara le Ven 27 Déc - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Mar 3 Déc - 20:30





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu


Superstition et voile du Mensonge



Sugishi Hi No Hikari by Yasuharu Takanashi on Grooveshark



En revêtant le Masque, en énonçant son nom, il venait de dévoiler une vérité. Sauf que celle-ci n'était pas la seule, il n'en existe pas une unique dans ce cas présent. Contrairement à ce que Hiro de la Vierge avait semblé annoncé de prime abord. Quoi qu'il en soit, sa manœuvre était parfaitement orchestrée, non pas qu'il désirait jouer avec les sentiments de ce jeune homme. Aucunement. En réalité, il cherchait surtout à lui faire ouvrir les yeux sur certaines choses. Mais tout viendrait en son temps. Tout arriverait à point nommé pour celui qui aurait la patience, le courage d'endurer cette drôle, cette singulière épreuve. La Vierge était connue pour ses mystères, c'était là un trait caractéristique des porteurs de cette Armure. Il ne faisait que commencer à entrevoir, à effleurer les choses. Son attaque était survenue de la plus belle des manières qui soit, preuve encore qu'il fallait se méfier des apparences. Souvent trompeuses, il fallait s'efforcer d'aller au delà de ce que nos yeux nous disent. Écouter, interpréter, ce n'était pas réellement voir au sens où Hiro l'entendait !

En revêtant son Masque, en énonçant son nom, il venait de s'éveiller lui-même à sa propre vérité, à sa propre nature. Qu'était-il ? Qu'était-elle en définitive ? Un Démon écarlate. Une créature issue d'un Monde remplit d'esprits, de monstres mystiques façonnés par la superstition des japonais. Des pleurs des milliers d'enfants à qui ont racontait leurs terribles histoires, leurs vilenies qui faisaient naître leurs craintes, leurs cauchemars, leur peur du noir, de l'inconnu. Autant de stratagèmes pour les dérouter. Combien d'enfants innocents, jetaient par instinct, des coups d’œil autour d'eux pendant le crépuscule, moment où ils étaient les plus forts ? Guettaient le moindre mouvement dans la nuit ? Ou conservaient le feu près d'eux, arme sensée éloigner les monstres horribles ? C'était faux. Ces histoires, ces mythes, un tissu illusoire tellement facile à déchirer ! Les croyances s'arrêtent à la limite de la Peur. La vraie. Ce bout d'étoffe si simple à détruire, était les fils du Mensonge.

~ Jara … susurra une voix avant de s'évanouir. Une voix si douce, si familière, qui n'avait plus rien à voir avec celle, si froide et détachée d'Hiro Mokushi.

Puis le Capricorne, brisant la distance qui pouvait bien les séparer encore, attrapa vivement les mains de son homologue, l'immobilisant ainsi. Ô n'allez pas croire que cela n'aurait pas été facile pour Hiro de se libérer de l'emprise du jeune Indien ! Cependant, et étrangement, ce dernier ne cilla pas. Pas plus lorsqu'une intense lumière d'or le traversa de part en part, autant de petite aiguilles qui eurent tôt fait de se frayer un chemin dans son armure. Du moins c'était ce qui aurait dû se produire si le Saint de la Vierge n'avait pas utilisé un autre de ses subterfuges ! Ses doigts enlacèrent plus fortement ceux de son compagnon. Il ne pouvait le voir sous ce Masque, mais l'Akuma lui souriait.

Finalement, le laissant s'en aller dans un bond gracieux, le jeune nippon ne fit aucuns gestes, il se contenta de le regarder. Aki, le chien spectral se replaça à ses côtés tandis que la créature aqueuse prodigua ses soins avant de s'effacer petit à petit. Il y avait encore dans l'air, ce parfum étrange, doux et sucré, des pétales blancs aussi qui dansaient au rythme lancinant du vent.

~ Le respect ? Il est vrai que tu en as fait preuve lors de ma Mort. - s'élevait cette même voix, ce même timbre douceâtre, délicat et bienveillant. - Si tu te souviens de moi, j'en suis ravie Jara du Capricorne, car pour moi, tu es l'un des seuls qui... qui fait encore parti de moi, de ma mémoire. - une pause. - Si tu désires connaître la suite de mon histoire, tu sais ce qu'il te reste à faire. Je ne puis enlever mon Masque chevalier, tu comprendras bientôt pourquoi... mais pas maintenant. Soit patient... soit patient...

Le Saint doré reprit sa posture initiale. Sur la défensive, la main prête à dégainer son arme, le Démon écarlate attendait.




Dernière édition par Mashia le Dim 5 Jan - 19:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Jeu 2 Jan - 3:38

Au-delà du masque existait un visage. Pourtant, Jara n’était plus sûr du quel. Il avait vu Virgo endosser cet objet illusoire et pourtant, à travers cette matière écarlate, un souffle, un son étouffé se faisait entendre, bien loin de la complainte et de la sécheresse des deux chevaliers, un troisième protagoniste entrait.

Jara…

Il avait donc vu juste. Athéna… Non, feu son hôte, Mashia se cachait derrière ce subterfuge. Mais pourquoi ? Pourquoi Jara se sentait-il inlassablement liée à cette femme ? Il ne l’avait vu qu’une fois, aux portes d’Elysion et, sans même la connaître, il préféra porter sa prière à cette jeune femme plutôt qu’à sa déesse avait disparu au même instant. Pourquoi elle ? Il voulait que ça n’est aucune importance, il voulait continuer ce duel sans y repenser et pourtant, continuer signifiait prendre part au mystère et Hiro en détenait la clef. Cette clef n’était plus de découvrir artefact caché derrière tout ceci mais bien de détenir la vérité. Le Capricorne ne savait s’il en existait une ou si la Vierge en était le possesseur mais il fallait tenter le tout pour le tout.

Je vois. J’ai donc vu juste. Je suis tellement désolée pour vous…

Oui, il était désolé. Quand bien même elle se trouvait à présent face à lui, Mashia était morte. Il ne s’agissait peut être que d’une manifestation intangible ayant pris possession du Japonais. Mais elle avait tout de même été témoin des limbes du néant. L’Elu de Makara se sentait véritablement désolé, il avait l’impression d’avoir échoué. Malgré un lien à l’origine inexistant entre les deux chevaliers d’Or, il avait tenté de la libérer de ce douloureux cycles de vie et de mort lors de ses funérailles et pourtant, elle se tenait à présent face à lui. Peut-être souffrait-elle.

Je ne vous demanderai pas comment. Vous êtes libre d’énoncer vos raisons quand bon vous semblera. En attendant…

L'Épéiste déposa sa main gauche dans sa main droite, comme prêt à recevoir en leurs creux une goutte de pluie. De la même façon que Mashia, sa voix tranchante semblait tout à coup voluptueuse… Elle résonnait dans ce jardin. L’éphèbe indien prononçait une série de mantras dont il était le seul à connaître le secret. Tout à coup, une orbe d’or apparu dans ses mains. Celle-ci, comme l’eau revitalisante affluait de ses bras jusqu’à chacun de ses membres et faisait prospérer les racines cosmiques de l’Âbha toujours présente. L’eau est la clef, Hiro en avait fait mention.

Son regard perçant mitrailla alors la concernée et après un battement de cil de cette dernière Jara disparu de son champ de vision. Il était juste derrière elle. En position de garde, il lui asséna un puissant coup de coude dans le dos. Secrètement, il espérait ne pas l’avoir trop amoché mais le prix de ce combat était bien trop grand pour y faire des états d’âme. Alors que Mashia était repoussée, son assaut prit une toute autre tournure. Les mantras du Capricorne prirent leur véritable forme à présent. Non content d’avoir fait prospérer ses racines dorées, ceci n’était que dans ce seul et unique but. L’Âbha allait évoluer. Les constructions cosmiques entourant son corps furent comme aspiré par les yeux ciselés du jeune homme. Ne laissant que des globes oculaires complètement luminescents. Il pouvait briser ses chaînes. Jara savait qu’il en était capable. Et ce cosmos…son cosmos déferla comme une marrée tempétueuse.

Vijayi Âbha !

Le glaive du Roi d’Avalon était à nouveau levé. Cette posture originellement destinée aux exécutions allait connaître une bien plus grande portée.

Que la Danse Violente d’Excalibur nous montre la vérité !

La guillotine abaissée, la vitesse de Jara était telle que ce n’était pas un tranchant d’Excalibur qui venait d’être lancé mais bien une dizaine, une vingtaine peut être même plus. Ces lames cosmiques déferlaient sur l’ennemi sous la forme d’un quadrillage qui englobait toute la vision du Capricorne. Cette attaque était conçue pour être imparable. D’ordinaire capable de trancher même les artefacts divins, il savait que Mashia serait capable d’y résister.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Dim 5 Jan - 23:35





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu


Le prix de la Renaissance



Champion of Magic by Yasuharu Takanashi on Grooveshark

L'esprit aqueux s'en alla, il s'effaça emporté par le vent. L'eau, le vent, le feu et la terre, tous réunis pour faire éclater l'harmonie. L'eau était la clef avait annoncé Hiro de la Vierge. Aussi, le voir changer d'attitude laissait à penser qu'il avait comprit. Sous l'ombrage de son masque, Mashia ou Hiro, nul ne le savait, eut un franc sourire. Ces paroles trahissaient certes une certaine tristesse, mais le Saint d'or savait qu'il continuerait ce duel, quoi qu'il arrive. C'était d'ailleurs ce qu'elle voulait. Il le fallait, c'était ainsi, c'était dans l'ordre des choses. La Roue tourne, c'était là un fait immuable.

Prête à encaisser les prochains coups qui seraient portés à son encontre, la Vierge prit une grande inspiration, fermant les yeux pour se concentrer davantage sur son cosmos. Un exercice encore ardu pour elle, et Jara le comprendrait bien assez tôt. Toute Renaissance avait un prix. Celui du sang. Le coup qui avait pour but de la repoussée fit son effet. Écartée de sa position, les pieds profondément ancrés dans le sol, cet éloignement souleva un nuage de poussière. Celui-ci, avec les rayons du soleil, créa des petites particules dorées qui flottaient dans l'air. Un fait assez beau et saisissant. Mais le plus étonnant venait d'ailleurs. Captivée par la puissance dégagée de son adversaire, la Sainte en resta toute pantoise.

Comme un avant-goût de la douleur qui était sur le point de déferler en elle, une blessure qui ne pourrait jamais se refermer totalement se rappela à son bon souvenir. D'instinct, car pensant à Dohko, Mashia porta une main à son flanc. Ses yeux ensuite, tombèrent sur la silhouette d'un Jara tout auréolé d'or.

~° Ta force est grande, Jara du Capricorne. - étrangement, la silhouette fine et élancée de la jeune femme adopta une toute autre posture. Paumes tournées vers les cieux, pieds joints, un grondement commençait à se faire entendre. Viens, je t'attends Excalibur, l'épée des Rois !

Avalée par l'excès de lumière, la jeune femme fut emportée par ce flot impétueux, cette mer plus violente encore que dans les pires tempêtes. De la lumière, naît l'ombre. La vérité hélas, serait bien amère, bien étrange aussi. En une occasion, elle dû y faire face et l'appréhender, sa nature. Car oui, toute Renaissance avait un prix. La souffrance était … inimaginable. Ainsi c'était cela le pouvoir du Roi d'Avalon ? Parmi les décombres, se dessinait une silhouette immobile, telle une statue, elle trônait là, illuminée par l'astre du Jour qui la saluait. En guise de salutation, un sourire. Dans la main de cette jeune femme, un morceau de son masque rouge : d'une beauté peu commune, la demoiselle arborait des traits plus fins, plus doux qui n'étaient pas sans rappeler ceux d'une poupée de porcelaine. Fragilité chez elle, qui était des plus fragrante ! Sous son vrai jour, non plus soutenue par les pouvoirs de son père, Mashia apparaissait telle qu'elle était. Sa longue chevelure libérée, virevoltait au gré d'une brise légère. Calme avant la tempête. Ses yeux turquoises se tournèrent vers le jeune Indien.

Ce regard le transperça, non pas comme on pouvait s'y attendre, mais de la plus douce et tendre des manières qui soient. Son armure était très abîmée, son sang même s'écoulait de plusieurs plaies occasionnée par l'arme divine.

Aki prit peu à peu une toute autre forme maintenant qu'il pouvait de nouveau accueillir son maître. Mi-renard mi-homme, il avança avec une grâce animale jusqu'à se poster entre les deux duellistes. Ce roulement, proche de celui du tonnerre, se répéta, provenant de la jeune Mashia.

~° Watashi wa …

Telle un éclair, la jeune femme fondit sur sa proie en même temps que son familier se mit en mouvement. Les deux portèrent des coups de plus en plus vifs, de plus en plus précis. Un ballet harmonieux se mettait en place, une chorégraphie qu'ils semblaient avoir mit au point minutieusement. Une énergie obscure se libérait de la jeune femme. L'ombre et la lumière ensemble, dans un parfait équilibre. En une seule occasion elle était devenue comme sa mère, un Fléau, un Chantre des Esprits. Sauvage, Mashia Mokushi montrait une partie nettement plus sombre d'elle-même. Une partie qui faisait partie intégrante d'elle. C'était sa Vérité, et elle avait dû l'accepter. Ses canines et ses griffes s'allongèrent, son corps même prit des caractéristiques lupin, une créature de la nuit.

Deux yeux rouges et fendus se plantèrent dans le regard mordoré de Jara. Sans s'en rendre compte, une vision d'horreur s'était installé dans son esprit. Il ne bougeait plus, absorbé par un cauchemar, une illusion que la demoiselle avait créé.

~° Aka Akuma !

Tout n'était plus que noirceur, là où quelques instants auparavant, tout ne fut que lumière iridescentes. Excalibur parviendrait-elle a déchirer le voile des illusions ? Des âmes tourbillonnaient tout autour du pauvre hère. Des souvenirs douloureux, tristes. Et, dans tout ce noir, naquit une ombre blanche qui se mouvait avec grâce devant lui. Elle disparaissait tantôt pour réapparaître ensuite à ses côtés. Ce petit jeu dura un moment. Immaculée, la jeune femme était devenue Celle-qui-danse-avec-les-Esprits. Les Démons. Derrière elle, se forma une masse grouillante d'être plus hideux les uns que les autres. Des visages déformés, peints, de monstres que l'on maudissaient sans essayer de les comprendre.

~° Ils sont mes enfants. - expliqua Mashia en se plantant devant le jeune homme, une de ces créatures dans les bras. À mieux y regarder … celle-ci prit une autre forme, plus douce, larmoyante car on le maltraitait sans raison. - Et je suis leur mère. Voici ma Vérité Jara …

La douleur tant psychique que physique, devait tiraillé un Jara perdu dans les ténèbres. Silencieuse, la créature-mère s'arma de son katana et le leva devant son visage. Prête. Maintenant, il fallait que le jeune homme trouve une échappatoire, sinon, son énergie continuerait d'être absorbée dans ce Monde étrange dont Mashia était la maîtresse.

~° Vas-tu encore me juger Monarque de l'Île Perdue ?  

Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Mar 7 Jan - 23:25


Au milieu du champ de ruines qu’était jadis son jardin, Jara tremblait, épuisé par sa dernière attaque. L’auréole d’or qui avait entouré son corps disparu aux profits des racines cosmiques de l’Âbha. Il aurait pu se réjouir de voir son offensive porter ses fruits et pourtant, quelque chose n’allait pas. Le Capricorne avait remarqué au dernier moment la mine désabusée de la Vierge. Ceci semblait être le fruit d’une blessure grave. Il espérait ne pas en être la cause et de ce fait, une partie de son esprit s’évertuait à lui jurer que tout ceci allait bien au-delà de ce qu’il pensait. Après tout, ce combat semblait être une pièce théâtrale. Tout n’était qu’illusion et l’Oriental était le membre du public choisi pour monter sur scène. Il apprenait au fur et à mesure sans jamais questionner le Sphynx. Non,  l’honneur et la politesse qui lui étaient dus seraient bien au-dessus de tout ça. Alors, lorsqu’il vit une longue silhouette écarlate sortir des décombres, le Chevalier d’Or ne pensa qu’à la vision ensanglantée d’Hiro et pourtant, sans qu’il ne s’en rende compte, le tour de magie avait cessé.  Mashia. Enfin elle était là, son teint marmoréen, ses prunelles japonaises et ses cheveux. Oui, ses cheveux marqués du fluide vital de tout être humain. La frontière entre chimère et réalité s’estompait donc.

Elle semblait être une statue de marbre brisée au fil des siècles tant son armure était coupée de part en part. C’était donc son pouvoir ? Jara s’en étonnait lui-même à vrai dire. Jamais il n’avait autant libéré Excalibur depuis son couronnement et c’est ainsi qu’il voyait la différence entre la véritable épée et le fourreau brûlant dont il avait toujours donné le nom du glaive arthurien, bien vulgairement hélas.

Je vois…  Ravi de te revoir Mashia. Ces traits m’ont étrangement manqué.

Pourtant, le Roi d’Avalon se tut très vite. L’illusion n’avait donc pas prit fin… Alors que le faciès angélique de la Mokushi était enfin de retour, cette voix…était démoniaque.  Hadès lui-même n’aurait pas eu pareil charisme devant un ton aussi singulier.

La Vérité. Il s’agissait du thème primordial de cette rencontre et en effet, lorsque la bête fondit sur le jeune Saint, même sa vivacité naturelle ne put le protéger et cette dernière vision, cette vérité…sa vérité était celle d’un démon aux yeux ensanglanté. Cette aura de désolation effraya pendant une fraction de seconde le stoïque Capricorne et portant, lorsqu’il fut laisser presque pour mort, agonisant de la même manière que Mashia à présent, c’est après avoir craché quelques gouttes de l’élixir de vie qu’il comprit cette vérité qui semblait n’être que fléau et discorde.

Je te jugerai, oui. Ta…ta vérité. Tu prétends qu’elle n’est qu’horreur et pourtant… elle n’est qu’amour. Maladroitement, il se releva, les genoux tremblant. Cette appellation d’Akuma te plait-elle ?! Tout ce que je vois, c’est une mère. Il est temps de te le faire comprendre avant même de te montrer ce qui me définit.

S’agissait-il de bluff ? Très franchement, l’Elu de Makara ne le savait même pas. Il ne savait pas s’il lui restait suffisamment  d’énergie pour tenter une quelconque forme de provocation mais il se devait de puiser dans ses dernières ressources. La défaite n’était pas envisageable, encore moins dans ces conditions.

La bête cornue refit son apparition. Celle-ci était le démon personnel de Jara, ses racines du mal. Englobant à nouveau les deux êtres comme quelques minutes avant, d’un coup de main, il balaya les blessures de son visage.

Une attaque fonctionne-t-elle deux fois sur un Chevalier ? Je te défie de l’éviter à nouveau.

Un  soupir sorti tout droit des ténèbres exerça sa pression sur les deux êtres comme pour les corrompre et pourtant, à une distance moyennant à peine les dix centimètres, le Dixième Gardien fendit l’air de sa main, dégainant Excalibur à nouveau. Ce glaive n’était peut être pas sa vérité mais il était tout ce qu’il avait à lui montrer. Pourtant, il ne lâcha pas Mashia alors même que la lame avait sûrement déjà déchiré son esprit. Toujours à une proximité intrusive d’elle, il approcha son visage lentement du sien avant de frapper violemment son front sur son homologue. Il aurait presque voulu se reposer dessus tant son esprit le tiraillait depuis la dernière offensive de Virgo.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Mar 14 Jan - 23:41





Hiro Mokushi




Les Chroniques d'une fleur de Hasu


Tu es mon Frère



Sorrow by 梶浦由記 on Grooveshark

Le Roi d'Avalon était sans aucuns doutes, un grand et glorieux Monarque. Malgré son jeune âge, il détenait une sagesse et une sagacité digne des plus vieux érudits. À moins que l'on mette cela sur le compte de sa vue perçante, de sa fine capacité à analyser toutes sortes de situations ? Dans tous les cas, c'étaient des qualités qu'il pourrait dignement porter tout à long de son existence. Et cela, la Vierge le notait avec une certaine fierté dans le regard. Des yeux d'une mère louve couvant ses petits protégés. La Métamorphose s'était arrêtée là, ne désirant pas outre passer ses limites pour le moment. En effet, et ce malgré sa prudence, Mashia était déjà allée trop loin. Sa blessure, si familière, si douloureuse que son esprit ne pourrait jamais totalement l'effacer, elle ne la quittera jamais. C'était là sa malédiction qu'elle portait depuis sa Renaissance. Dohko n'avait pas à s'en blâmer, ce n'était pas de sa faute.

Ce n'était pas de sa faute, ne cessait de répéter son cœur et son esprit.

Autour des jeunes gens, n'existait qu'un chaos innommable, preuve de leur lutte. Combien de temps venait-il de s'écouler depuis leur tout premier assaut ? La jeune Mokushi n'aurait sut le dire, surtout maintenant qu'ils étaient enfermés dans son monde emplit d'une épaisse noirceur, d'une insondable obscurité que seule, peut-être, Excalibur pourrait transpercer. Seulement, cet univers, son univers, était une cage pas réellement dangereuse pour celui ou celle qui serait attentif aux fluctuation du cosmos. Son pouvoir à elle, bien que redoutable, présentait des failles, de nombreuses failles. Saurait-il percer ce rideau illusoire ? Ce voile si mince, si facile à déchirer ? Rouge.

La peur était la maîtresse de ces lieux, et Mashia n'était qu'un objet de celle-ci, et bien plus encore. Elle était un Chantre dans ce vaste pays chimérique peuplé de démons, de monstres horribles. Eux aussi étaient des illusions, eux aussi étaient pareils qu'elle, quand on voulait bien aller au delà des apparences. Aussi, les mots de Jara eurent tôt fait de la toucher en plein cœur. Debout devant lui, à le juger d'un regard mi-froid, mi-protecteur, la demoiselle pâle eut un léger geste de recul. La surprise était grande. Les nombreuses silhouettes cachées dans les ténèbres et qui se mouvaient avec frénésie, se retiraient peu à peu, certains restant tout de même pour assister au spectacle. Jara avait réussi à toucher leurs consciences. Les plus téméraires des bêtes continuaient donc de les entourer, non sans se balancer d'un pied sur l'autre, quelque peu stressés. Cette agitation redoubla quand le Capricorne reprit l'offensive, faisant vaciller leur maîtresse.

Quelques cris de protestation s'élevèrent. Mais une main leur empêcha tout mouvement, toutes attaques spontanées. La belle se redressait avec raideur, mais se remettait sur ses deux pieds tout de même. Son armure l'avait quitté à sa demande silencieuse … qu'est-ce que cela pouvait-il bien signifier ? Cette intrigante créature mi femme, mi louve dardait ses prunelles froides et sauvages sur ce Chevalier, sur cet homme, sur ce Roi. Interdite, une larme roula sur sa joue maculée de son sang. De nombreuses ecchymoses  constellaient son corps, de multiples blessures aussi, mais pas aussi graves et importantes que celle à son flanc … Elle vacilla d'ailleurs un bref instant avant de se ressaisir. Là, avec un calme impérieux, la belle demoiselle finit de rompre la distance qu'il pouvait encore exister entre eux deux. Ses yeux plongeaient dans les siens sans faillir, ses mains se portèrent à son visage en une tendre caresse maternelle. Elle prit même la peine de replacer une de ces mèches noire et rebelle qui couvrait le front de l'Indien. Un fin sourire.

~° Tu as raison Jara, je suis une mère et ce sont mes enfants … et la pensée des autres ? Je ne m'en préoccupe guère car ceux qui ne comprennent pas, ceux là je suis bien triste pour eux. Mais toi … oui mais toi tu es différent … si différent. Tu es fort Jara du Capricorne, très fort. Je comprends pourquoi la Dame d'Avalon t'ai désigné comme élu … Je suis si fière d'avoir un frère tel que toi. Maintenant, finissons-en, veux-tu ? Et qu'importe l'issue de ce combat … dans mon cœur, tu as mérité ton présent, ma Vérité … non, la tienne …

Pendant ce discours, un léger flux de cosmos s'était libéré d'elle, faisant se lever un vent étrange, mystique aux senteurs subtiles. Un mélange atypique qui ne serait pas sans lui rappeler sa terre natale. C'était ainsi, et elle ferma les yeux pour projeter dans l'esprit de son allié, l'image glorieuse d'un ciel d'été, d'un soleil resplendissant et enfin … les collines de son enfance.

Les ombres commençaient déjà à se dissiper suite aux attaques de la lumière. Mais le dernier assaut de la Vierge aura t-il raison de lui ? Car, dans l'esprit de Jara, les images, les sons, les couleurs … tout, se fissuraient, tout s'envolaient pour devenir un cauchemar brutal. Une dernière morsure et la jeune femme reprit progressivement ses traits d'antan … Elle se laissa choir dans la poussière, son visage fatigué, tourné vers les nues chatoyantes.  

Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Ven 24 Jan - 0:14


Tout semblait vide. Son Temple était en ruines mais ce n’était rien. Non, ce qui était en ruines, c’était leurs corps. La dernière offensive de Jara semblait avoir été de trop. Mêle l’armure de la Vierge l’avait quittée et à présent, les deux êtres étaient maculés de sang. Tailladés sur chaque membre, ils étaient difficile de percevoir la couleur d’origine de leurs peaux tant il y avait d’ecchymose. Mais cela en valait la peine. Tellement la peine.

Les deux êtres étaient debout, à quelques centimètres d’écart. Intérieurement, le Capricorne s’amusait de constater à quel point il avait grandi. Il était encore bien jeune et pourtant, il était obligé de baisser ses yeux pour apercevoir ceux de Mashia. Mais la sensation qui en ressortait était inverse. Il était celui qui levait les yeux vers elle. Lorsque sa main se posa sur la joue du jeune Indien, il ne réagit pas. De même lorsque sa fine chevelure d’ébène fut remise en place. Mais sa main gauche réagit soudain. Ses doigts hâlés tremblotaient comme se forçant à bouger. Il était à bout de force, plus rien ne pouvait émaner de son corps. Il se tuait à le penser. Pourtant, son biceps se contracta car il levait son bras. L’armure qui recouvrait cette partie disparue au fond de la Dixième Maison laissant son membre nu se poser sur celle de Mashia. Quelle peau douce… Même écorchée, il lui était impossible de lui trouver une imperfection. Le regard maternel de la Vierge était si intense. Il ne pouvait le supporter. Lui qui s’était juré de tout éteindre, de faire fi de tout derrière ce masque marmoréen. Maman. Maman. Son visage ne changea guère et pourtant, sur les mots de l’Ange Ecarlate, son œil se mit à luire. Non pas d’une lumière cosmique. Il s’agissait de celle d’un homme. Non. Celle d’un enfant en proie à la peur. Un enfant qui a perdu sa mère. Il brillait d’un éclat aqueux avant de briser sa barrière et de laisser fuir cette unique larme sur sa joue.

Non… Non Mashia. Je ne suis pas fort. Il est temps de t’annoncer ma vérité.

Les visions parcouraient le crâne de l’éphèbe oriental. Elles se voulaient sûrement apaisantes, elles ressemblaient tant à celle de son enfance. C’est ce qui le tua. Il s’agissait exactement de ce qu’il ne fallait pas montrer au pauvre garçon abandonné. Ces beaux paysages se transformèrent vite en incendie, en ruines, en tombe dans le crâne du Capricorne avant de se fondre dans la lumière stellaire de la nuit. Ce même crâne s’écroula sur l’épaule de sa sœur sous le coup des dégâts physiques et psychologies. Il ne semblait rester plus rien de lui à cet instant. Il n’avait même pas l’impression de pouvoir guérir. Les Racines du Mal avaient envie d’abandonner. Même l’Âbha cessait, montrant que les dernières forces du Chevalier le quittaient dans la défaite.

Jara ! Jara réveille-toi ! Allez, feignant ! Maman et Asha ont réussi à avoir à manger. Cours avant qu’il ne reste plus rien !

Un souvenir. Parmi ceux que Mashia avait réuni dans l’inconscient de l’Indien aux yeux de fauve, il en subsistait un bon. Les gravas autour d’eux voltigèrent, muent d’une force surnaturelle. Même l’eau chancelait dans des ondes élégantes.

Je suis le démon.

Comme brisant des chaînes au-delà de la force d’un homme, une énergie fulgurante déferlant telle une marée hors du corps de l’hôte. Il ne pouvait s’agir du cosmos humain. Il l’aurait totalement épuisé. Il s’agissait des ressources du démon.

Comme ne reconnaissant plus son propriétaire pendant cet instant, l’intégralité de son armure d’or le quitta comme elle l’aurait fait à un félon. Telles des tentacules tranchants, la cosmo-énergie de Jara ressortait sous la forme de dizaine et dizaine de racines de son corps détruisant le peu de paysage restant. Tout disparaissait, comme ce jour-là.

Pourtant, il fallait qu’il contrôle. Il ne devait pas reproduire la même erreur et dans un cri horrible, il s’agenouilla et aspira tout ce potentiel destructeur qui ne devait être sorti de sa cage avant d’en avoir maîtrisé la clef.

Il haletait tellement que par moment, son souffle en était coupé, ne pouvant suivre le rythme. Son torse –à présent découvert- se gonflait et se dégonflait sans suivre de métronome. Les plaies qui le parsemaient n’aidaient pas. Pourtant, il avait échoué. Lui qui voulait en finir avec cette force démoniaque, cela ne semblait toujours pas possible, même après quatorze ans. Ainsi, l’expérience de Mashia l’avait emporté sur la fougue de Jara.

Il s’allongea alors au milieu des décombres, sur le dos.

Tu as gagné.



Dernière édition par Jara le Lun 17 Fév - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2976

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Ven 24 Jan - 0:28

Victoire de Mashia

Vous pouvez faire vos posts de récupération et demander vos points de récompenses.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Dim 16 Fév - 23:04




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Récupération




Libérée, délivrée






Délivrée, libérée. Désormais, Mashia n'avait plus besoin de mentir. Mais ce constat lui brisait le cœur. Jamais, elle n'avait voulut de ça. Jamais. Non, jamais elle n'avait voulut faire revivre au jeune homme, des souvenirs pénibles issus d'une enfance malheureuse. Car si Jara revivait son passé sanglant, Mashia aussi, le voyait. Attristée face à toute cette douleur, la demoiselle ne sut détourner les yeux. Une drôle de chose faisait échos en elle, comme si, elle aussi, avait vécut quelque chose de similaire. Ce qui était tout à fait le cas. Les flammes qui dévoraient tout, engloutissaient les êtres chers … le sang, les cris, les pleurs, c'en était trop, trop pour elle. Extirpée de ce cauchemars, les mains plaquées de chaque côté de sa tête, elle poussa un hurlement muet à la face de ce ciel toujours aussi bleu. Combien de temps s'était déroulé depuis le commencement de leur folie ? De sa folie. Ce duel était un mensonge pour dévoiler des vérités trop lourdes. Désormais, la japonaise se maudissait, se haïssait. Des larmes tièdes coulaient inlassablement le longs de ses joues pâles : le remord ? Non, il ne fallait pas. Quand ses pleurs se tarirent, enfin, la jeune femme à la longue chevelure carmine pu ouvrir ses yeux redevenus turquoises, leur couleur d'origine, sur le monde véritable. Sa réalité qui lui ferait du mal, elle le savait pertinemment.

L'eau du bassin lui renvoyait une image d'elle que la Chantre des akuma eut bien du mal à supporter : Dans ses prunelles existaient encore la trace de ce qu'elle était vraiment : un démon, une mère pour les monstres peuplant l'imaginaire de nombreuses personnes. Si elle était une mère, la Vierge était aussi une protectrice aussi hargneuse que la louve. L'animal de la nuit représentait à merveille le pan sombre que la nippone possédait en son sein. Silencieuse, essuyant distraitement la poussière qui maculait son visage d'albâtre, inconsciemment Mashia essayait d'effacer ce qu'elle était.

Hélas, c'était bien impossible. L'eau était la clef. Quand enfin elle prit conscience de cette pensée, la demoiselle se releva avec, certes, de la difficulté tant ses muscles hurlaient leur protestation, mais y parvint finalement avant que le dernier rayon du soleil ne vienne frapper le Temple du Capricorne. Quel beau bazar il y régnait ! Cette même odeur d'encens qui l'avait accueillit flottait encore agréablement dans l'air, mais n’ôtait rien à la gravité du spectacle qui s'étalait devant son regard voilé de tristesse.

~° Jara … tenta t-elle de lancer par la pensée, ne rencontrant finalement qu'une barrière invisible. Le Saint était-il inconscient ? Ou pire ? Jara !

Comme soudainement tirée d'un mauvais songe, la Sainte d'or se hâta pour se jeter à genoux, à ses côtés. Aussitôt, elle prit le pouls du jeune homme et constata avec soulagement qu'il était toujours en vie. Fort heureusement, ses connaissances et ses compétences en médecine étaient désormais grandes, et, sans perdre un instant, Mashia s'occupa des premiers soins. Une fois cela fait et demandant de l'aide à son esprit-gardien, elle le porta jusque l'intérieur de son Temple, à la recherche d'une chambre. Finalement déposé en travers une couche improvisée de coussins plus moelleux les uns que les autres, la guérisseuse entrepris d'aller chauffer de l'eau et de préparer des bandages propres afin de panser ces nombreuses blessures, faisant fi par la même occasion, des siennes.

~° Jara ? Jara ?
Appelait-elle faiblement, tentant d'entrer en contact avec sa conscience. Pas de réponses. Un léger soupir passa outre la barrière de ses lèvres, d'un coup, elle se sentit bien lasse, bien fatiguée. Ja …

Elle tomba en avant, trop faible pour lutter plus encore. Profondément endormie, la jeune femme roulée en boule à une longueur de bras du jeune Indien, paraissait sereine. Un sourire ornait son visage de poupée. Apaisée, délivrée. ~° Nous devons apprendre à vivre tel que nous sommes, Jara …


=> Odyssée






Design
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   Lun 17 Fév - 18:01


Agé de seulement sept ans, le petit Indien suivait au pas sa mère à travers le bazar de Calcutta. Il affichait un grand sourire : ce mois-ci, son père avait gagné assez d’argent pour faire des réserves de nourriture d’au moins trois semaines ! Il avait donc accompagné sa pauvre maman jusqu’au marché pendant qu’Asha s’occupait de Rajiv. Certes, le jeune Jara était encore un enfant mais il voulait déjà être fort. Assez fort pour travailler lui aussi et aider son père, sa mère et sa sœur. Pour aider Rajiv. Enfin, ils passaient devant la rue des épices. Un des endroits les plus appréciés de la ville. Sûrement parce qu’il s’agissait du plus coloré. Chaque étale affichait un camaïeu chaud et dans l’air flottait toujours une gamme agressive au nez du non-initié.

Jara, prends du curcuma. Je risque de faire du masala pour la semaine.

Après avoir donné deux pièces de cette nouvelle monnaie au marchant, le petit tigre attrapa le pot rempli d’épice et le posa sur sa tête tout en gardant une main dessus afin d’imiter sa mère. Tout concentré, il tentait d’éviter tous les passants et lorsqu’il sortit enfin du quartier, il ne put s’empêcher de poser les yeux sur ces mystérieux hommes à la peau blanche et au manteau de sang. Jara les avait toujours connus et pourtant, jamais il ne leur avait parlé et pour cause, cela lui était interdit.

Ne les regarde pas comme ça Jara ! cria sa mère alors qu’il les fixait.

Oui… oui, désolé.

Ils avaient tous de grandes armes, mi épée, mi canon. Ils devraient être comme une police pour l’Inde et pourtant, ils étaient craints de toute la population –la pauvre du moins. On les appelait les « Anglais ». Lorsque la maternelle fatiguée passa derrière eux, la tête baissée, l’un des soldats rouges se retourna et, à cause de sa baïonnette, fit tomber le pot d’épice de la femme, la faisant trébucher avec.

Regarde où tu vas paysanne ! Scanda l’Anglais tout en lançant du pied quelques morceaux de terre sur sa robe déjà bien salie après quoi, il ria avec son collègue.

Pardon mon bon seigneur, cela ne se reproduira plus.

Elle avait encore les yeux fermés et la tête baissée. Ils faisaient si peur qu’il ne fallait pas les voir.

Maman !

L’enfant se jeta sur sa mère abattue afin de l’aider à se relever et quand ce fut fait, les soldats de l’autre continent se moquèrent si fort de celle qui se faisait soulever par un enfant que Jara se retourna sur eux et les fixa du regard le plus meurtrier qui soit. Ses pupilles d’or s’étaient rétractées, comme celles du fauve et elles avaient l’apparence de fenêtre protégeant un feu brûlant et vengeur. À la vue des yeux du démon, les Européens se turent avant de ravaler leur salive. Il devait vire tel qu’il était lui murmurait son esprit. Mais… mais… De la lumière, comme celle du soleil et tout devint flou…

Il était allongé seul, sur un matelas de fortune. Il reconnut le plafond de son temple. Oui, Mashia, le combat… sa perte de contrôle : sa défaite. Il tenta de se relever, au moins sur les avant-bras mais son corps lui faisait atrocement mal et pour cause, son torse nu était couvert de bandages en tout genre, sur ses côtes, son pectoral gauche. De même, ses biceps étaient également enroulés de ce ruban blanc et les blessures étaient encore bien trop fraîches pour tenter tout geste brusque. Toutefois, il s’assit tout de même et posa ses pieds nus sur le pavé froid de la Maison du Capricorne et s’aperçut que même ses jambes étaient couvertes d’ecchymoses. Mashia devait être dans un état similaire. Il espérait qu’elle aussi avait été bien soignée surtout qu’il devait lui parler de ce qu’il avait vu. De ce qu’il avait vu à son flanc…

Ce duel avait dérapé. Trop de vérités avaient été annoncées et ce, sans prendre conscience de leur ampleur. Le Capricorne enfouit sa tête entre ses mains avant de lancer un long soupir. Il avait été inconscient la nuit entière de toute évidence car il était déjà le bon matin et son jardin d’Eden était en reconstruction, il pouvait entendre les ouvriers du Sanctuaire s’afférer à cette tâche. Elle aussi avait dû veiller ici, il le sentait. Les draps étaient aussi couverts de sang et pas seulement du sien. Le voile rouge devenait translucide.

Apprenons à être qui nous sommes, oui.

    → Odyssée


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Avril 1755] ~ Le voile rouge [PV Jara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple du Capricorne-