RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]   Sam 2 Nov - 20:02

Le soleil matinal dardait ses rayons ardents sur les pierres séculaires de ce lieu chargé de cette secrète histoire. Les ruines antiques s'élevaient de part et d'autres, vestige d'une magnificence antique qui ne disparaîtrait jamais vraiment – tout du moins était-ce sa conviction profonde. Ici, au cœur de la Grèce, des hommes que l'on appelaient chevaliers se battaient dans l'ombre du monde, silencieux à la gloire, aveugle aux sacrifices. Dans ce lieu retiré de tout, ils existaient, protéger par la bénédiction d'Athéna des regards trop curieux. Sous son égide, ils protégeaient cette humanité aveugle à leur présence.

Il connaissait ces histoires. Aaron lui en avait conté certaines, avide qu'était le jeune garçon à en apprendre davantage sur ce lieu hantant son cœur. Depuis les confins de sa Chine natale jusqu'à ce lieu oublié des hommes, son esprit avait été happé par ses mythes et légendes de ce Sanctuaire Sacré, seul à apaiser la cruelle morsure qu'était la perte de son maître. Songer à lui était toujours aussi difficile pourtant, ici, son chagrin lui semblait moins pesant. Dans ce monde à l'écart, si différent de celui de son pays dans lequel il avait tant vécu.

L'apprenti qu'il était alors contemplait ce vaste monde qui était le sien aujourd'hui. A la lumière de l'astre diurne, celui ci rayonnait d'un éclat mirifique, protecteur, auréolé du cosmos de la sage déesse. Cette énergie apaisait son cœur malmené par les changements d'une vie d'enfant empruntant la voie de l'âge adulte. Ici, il se sentait bien. Quand bien même ce paysage aride différait tant de celui des chutes du Rozan, l'énergie qui y résidait lui paraissait semblable.

Un foyer. Probablement.

L'adolescent étira ses muscles endoloris par sa position trop longtemps conservée, un sourire aux lèvres. Une nouvelle journée qui commençait. Du haut de son promontoire de roche trouvé quelques jours auparavant, il observait son nouveau monde s'éveiller avec cette vive curiosité éclairant le jade de ses prunelles. Il appréciait contempler cette nouvelle danse, si différente de celle bien plus calme du monastère dans lequel il avait vécu ! Tout y était plus bruyant, plus vivant. Lui aussi alla se mêler à tout ce bruit, toute cette folle agitation.

Même si il était quelque peu différent. Il ne s'en offusquait guère auprès de ceux le traitant avec une réserve certaine, si ce n'était de la méfiance, trop habitué qu'il était à en voir les effets. Dans son pays, les étrangers étaient mal vu, rejeté, leurs présences étaient associé au malheur. Alors il comprenait quand bien même ne l'acceptait il pas vraiment. Lui aussi se battait pour une armure tout comme eux aussi le chinois ignora les messes basses, les regards, préférant garder son sourire à ceux ayant accepter sa présence plus volontiers.

Il était tout nouveau ici, mais déjà, sa réputation commençait lentement à se faire dès lors qu'il s’entraînait avec les autres. Le cosmos, il le connaissait depuis des années depuis ce jour où il avait pour la première fois, rencontré son maître. Une éternité presque ! L'étranger était plus fort qu'il n'y paraissait, et derrière son sourire et son regard de jade, se révélait un guerrier indomptable. Sauvage.

Mais pour l'heure, il n'était rien de tout ça. Juste un étranger perdu.

« J'étais pourtant sur que c'était par ici. » Marmonna-t-il tout haut.

Il contempla la rue dans laquelle il s'était engouffrée, semblable à toutes les autres qu'il avait parcourut pour l'heure sans parvenir à savoir d'où il venait. Rodorio était un vrai labyrinthe à ses yeux néophytes. Le village dans sa campagne chinoise était beaucoup plus petit que celui-ci. Là bas, il connaissait tout le monde et savait parfaitement où était quoi. Alors qu'ici...Tout se ressemblait. Il essaya de se souvenir des vagues indications qu'on lui avait fournit sur la direction à prendre pour trouver un herboriste, mais ne sut réellement où il s'était trompé de chemin. Planté au milieu du chemin, la mine perplexe, le chinois ne devait guère paraître à sa place ! Il fallait avouer que peu de ses concitoyens prenaient la peine de venir se perdre jusqu'en Grèce, autarcique qu'ils étaient.

Peut être que si il demandait à quelqu'un... L'adolescent dans sa tunique traditionnel chinoise chercha du regard assistance, demandant à la première personne qui croisait son chemin où pouvait bien trouver ce fameux herboriste.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]   Lun 4 Nov - 13:52


Déjà à cette époque... les Taureaux !

1742 ~ Rodorio

Oups !
C'est ce que l'adolescente lâche au moment où la barrière cède. Mais quelle idée franchement... Et Kappa, où il est celui-là encore ! Jamais là quand on a besoin de lui... Il doit probablement s'entraîner.

"Chaud devant !!! Ecartez-vous non d'un chien !!!!"

Courant comme une dératée à s'en faire sauter les poumons, une petite brune à la longue chevelure noire détale tel un petit lapin noir pressé au sein des rues de Rodorio. Un grondement semble collé à ses talons, la terre tremblant légèrement à son passage. Impossible qu'une gamine de 20 kilos toute mouillée puisse être l'auteur d'un tel phénomène... non...

"Mais dégagez je vous diiiiis !"

Passant sous les fenêtres de l'ancêtre du village, la vieille dame esquisse un sourire amusé tout en se demandant ce que l'adolescente a bien pu faire encore. Car il est de notoriété publique qu'Ahina est une casse cou infernale.
Un sourire qui meurt bien vite sur ses lèvres lorsqu'un énorme taureau brun passe sous ses fenêtres à son tour, visiblement bien décidé à rattraper la jeune fille pour éventuellement la découper en plusieurs rondelles.

L'animal parait furieux et c'est bien grâce à ses incessants zigzag au coeur des ruelles, Ahina connaissant Rodorio comme sa poche, que la brune arrive à maintenir une vague distance de sécurité entre elle et le bestiau mécontent.
Débouchant sur une nouvelle ruelle un peu plus étroite que les autres (manque de chance le taureau n'est pas encore assez large pour s'y retrouver coincé) les paupières d'Ahina s'écarquillent quand elle tombe sur un jeune garçon planté en plein milieu de la rue. Le nez en l'air, semblant perplexe, il ne bouge pas d'un centimètre.

"Ohhhh mais qu'est-ce que tu fous toi !!! Bouges !!!"

Trop tard, la brune est déjà sur le jeune garçon étrangement accoutré. Il n'a plus le temps de rien, le taureau étant sur les talons d'Ahina, alors dans un élan qui ne pouvait être autre à cette seconde, la brune choppe son poignet alors qu'elle passe devient lui. L'entraînant à sa suite et l'obligeant bien malgré lui à courir pour échapper à l'animal, Ahina éclate de rire alors que rien ne semble se prêter vraiment à la rigolade.
Elle imagine la tête de Kappa quand elle lui racontera ça, pour peu qu'elle ne finisse pas embrochée jusqu'au trognon.

"Moi c'est Ahina, enchanté !" Lance-t-elle d'un air joyeux alors que les deux jeunes gens courent aussi vite que possible. "Si t'as une idée pour nous débarrasser du gros j'suis preneuse !"


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]   Sam 9 Nov - 9:40

Un cri virulent vint un instant troubler son esprit tout concentré qu'il était à retrouver un chemin perdu. Une voix de femme sans nul doute, auquel il n'apporta pas une trop grande importance, persuadé qu'elle ne s'adressait nullement à lui. Ce qui était totalement faux.

Bouger ?

L'adolescent surpris et perplexe n'eut guère le temps de contempler quoi que ce soit de bien précis avant qu'une tornade brune ne déboule devant son champ de vision, le contraignant à s'échapper et la suivre en l'attrapant par son poignet. Dohko se laissa entraîner sans réellement comprendre mais comptant sur son instinct pour suivre la demoiselle en pleine course, poursuivie. Car aussi surpris demeurait il, il avait put vaguement contempler l'animal qui la poursuivait dans les villes. Incrédule, il n'avait d'autre choix que de courir également pour ne pas finir en tapis de sol, écrasé par les sabots furieux du quadrupède visiblement peu enclin à cesser sa charge.

Mais quel drôle d'endroit était Rodorio !

Entraîné à la suite de l'adolescente, le chinois fut un instant surpris d'entendre son éclat de rire pour le moins incongru dans telle situation, pourtant, il ne s'en offusqua pas, bien au contraire, ses lèvres s'ourlant d'un sourire amusé. Cette course ne se prêtait pourtant pas à l'amusement, demeurant même dangereuse sur de nombreux point mais aucun des deux ne semblait vraiment y prendre garde.

« Dohko ! Je m'appelle Dohko. » Lui répondit-il du même ton.

Il jeta un œil au taureau qui les talonnait, furieux, sans s'arrêter de courir ni même ralentir un instant. Il n'aurait jamais imaginé vivre une telle scène au cœur même du village protégé par les chevaliers d'Athéna. Cela lui semblait si incongru !

« Ça arrive souvent ce genre de rencontre à Rodorio ou c'est exceptionnel ? »
demanda l'adolescent avec un rien d'amusement. Après tout, peut être n'était ce pas si rare, ce n'était pas comme si il était arrivé ici depuis des lustres, bien au contraire. Dohko suivait la jeune fille s'y connaissant davantage, les entraînant dans des rues et ruelles semblant les moins habité pour, sans nul doute, éviter un malencontreux accident. Tout le monde ne pouvait pas suivre cette cadence indéfiniment – pas même eux pour tout avouer.

« Je ne connais pas bien le village, mais si tu savais où y a un coin dégagé, je pourrai peut être faire quelque chose. »

Peut être était un point à bien noter. Après tout, il était un apprenti et quand bien même n'était il pas ici depuis longtemps, il n'arrivait guère les mains vides, au contraire. Même si il ne s'était jamais réellement retrouvé dans une situation semblable.

« Dans tous les cas, il faut l'éloigner des gens ! »

Les autres il entendait, et quand bien même la demoiselle l'avait entraîné à sa suite, il ne lui en portait aucunement rigueur. Il n'était pas près de retrouver l'herboriste mais après tout, que pouvait-il y faire ? Chaque chose en son temps et en cette heure, il y avait bien plus urgent !
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]   Jeu 14 Nov - 11:23


Prémices d'une amitié percutante !


La course effrénée ne semble guère pouvoir se calmer. Enfin... si Ahina ne demanderait pas mieux que de s'écrouler comme un tas sur le sol en soufflant presque aussi fort que la bête qui les poursuit, il est vraisemblable d'imaginer que ça n'est pas tout à fait ce que compte faire le taureau d'ébène qui les poursuit. Dommage... un petit jus d'orange frais ça n'aurait pas été de refus !

"Dohko ??? Vu ta tête je suppose que te souhaiter la bienvenue à Rodorio s'impose !"

Ce qui aurait pu paraître diffamant, cynique, voire insultant entre les lèvres de quelqu'un d'autre, ne l'était certes pas dans la bouche de l'adolescente. De type brute de décoffrage, langue bien pendue et autres adjectifs du même acabit, le sourire qui illumine brièvement le visage qu'elle tourne vers lui ne saurait mentir. Ses traits particuliers, son nom, ajouté au fait qu'elle ne l'ait jamais vu avant, suffisent à lui indiquer qu'il est nouveau par ici, cela est tout et pas plus malsain que ce simple constat.

"Euh pas vraiment ! Mais si tu demandes aux habitants ils te répondront sans doute que ce genre de choses arrivent souvent par ma faute ! Purée dommage que Kappa ne soit pas là !" Lance-t-elle en éclatant de rire, visiblement très amusée par la situation.

Haletante et couverte de poussière, Ahina agrippe un peu plus fermement la main de son jeune camarade d'infortune tout en bifurquant dans une petite ruelle d'un mouvement prompt. Jetant un bref coup d'oeil vers le bestiau qui n'a toujours pas lâché l'affaire, un juron relativement grossier s'extirpe de sa gorge lorsqu'elle constate que l'étroitesse de la rue ne suffit pas encore à coincer le taureau entre ses murs.

"'Tain mais il va pas nous lâcher le gros !"

Coin dégagé ? Ok ! Répond-elle d'une voix forte alors qu'elle bifurque de nouveau dans une autre rue en manquant de déraper sur le sol de dalles de pierre couvert de poussière. Un coin dégagé, un coin dégagé... Il y en a bien un non loin... mais bon...
Tant pis ! Pressant le pas alors qu'elle est au bord de l'évanouissement tant elle n'en peut plus, Ahina tourne un regard épuisé mais amusé vers le jeune garçon qu'elle a entraîné bien malgré lui.

"J'espère que ton peut être va se transformer en réalité parce que le seul endroit dégagé où on peut aller avant que je ne m'écroule c'est chez mes parents !"

A peine a-t-elle terminé ces mots que les deux jeunes gens déboulent devant une petite maison de pierre blanche à côté de laquelle se trouve un grand enclos encerclé par une maigre barrière de bois.

"Typhon dégage de là !!!"

Le dénommé tourne ses yeux pers vers l'adolescente qui agite son bras libre dans tous les sens pour attirer l'attention du cheval qui trône au centre de l'enclos. Lorsque l'animal aperçoit ce qui poursuit sa maîtresse, un puissant hennissement résonne dans l'air alors que ses oreilles se couchent vers l'arrière en une expression pour le moins agressive.
Au lieu d'écouter ce qu'on lui dit, le voilà qui racle la terre de son sabot comme s'il s'apprêtait à charger le taureau de "juste" 300 kilos de plus que lui.

"Nan mais nan là oh ! Qu'est-ce tu fous ! Il va te laminer ! Dégage de là je te dissssssss"

Se tournant rapidement vers Dohko dont elle relâche enfin la main, il semblerait que l'appréhension ait enfin repris ses droits au fond des yeux de la jeune fille. Là elle ne rit clairement plus du tout. C'est qu'elle y tient à sa bourrique ! Un cadeau de son père il y a de cela pas mal d'années. Le pauvre Aaron s'était saigné aux quatre veines pour offrir ce canasson à sa progéniture et outre l'affection qu'elle porte à l'animal, Ahina mourrait de honte si quelque chose lui arrivait par sa faute.

"Je m'occupe de Typhon ! Bonne chance !"

Et sur ses mots elle ouvre en grand la porte de l'enclos d'un coup de pied peu délicat et après avoir sauté sur le haut de la barrière comme une puce, elle bondit sur le dos de son cheval en l'obligeant à sortir de l'enclos.
C'est à ce moment que les parents de la brune sortent en trombe de la maison, alertés par tout ce tapage. Pâle comme un linge, Enya fixe le taureau furibond courser un jeune garçon qu'elle ne connait pas, tandis que le père hurle sur sa fille.

"AHINA ! QU'EST CE QUE T'AS ENCORE FOUTU BORDEL ?!"


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]   Dim 17 Nov - 15:47

Il riait bien malgré lui à cette drôle d'escapade qui était en train de virer au plus étrange. Il n'aurait jamais songé que telle situation pouvait advenir par ici, et il fut bien surprit lorsque l'adolescente qui l'avait entraîné dans toute cette affaire lui avouait qu'elle était visiblement habitué de ce genre d'aléas.

« Tu ne dois pas t'ennuyer bien souvent alors ! Tes amis aussi d'ailleurs. »

Il ponctua sa phrase d'un léger rire qui pourtant, n'aurait toujours pas dût être. Il ne pouvait s'en empêcher, et il était toujours plus appréciable de sourire plutôt que de pleurer et de s’énerver inutilement. A présent, il attendait que sa comparse de galère ne lui indique un endroit où il pourrait éventuellement agir. Il ne savait pas si réellement, il allait pouvoir arrêter le puissant animal peu désireux d'abandonner sa charge mais il ferait son possible pour. Et devant le fait accomplit, il n'avait guère d'autre choix que d'y parvenir au vu des paroles de Ahina.

Chez elle ?

Il ne considérait pas vraiment cela comme étant un coin dégagé et le jeune homme se retrouva un peu pris au dépourvu face au sérieux de la demoiselle à les diriger – eux deux et surtout, l'énorme monstre sur leur talons – vers son précieux lieu de vie. Cela rendait le challenge bien plus tendu. Et tout allait bien vite, il devait bien l'avouer mais il n'avait d'autre choix que d'assumer ses dires et de réussir. N'était ce pas le rôle des saints que de faire briller l'espoir dans les ténèbres les plus noires ? Alors il allait faire en sorte que le désir devienne réalité. Tout simplement et quand bien même il n'était pas encore un saint, dans son cœur brillait cette même volonté.

Ce n'était pas de chance qu'il allait avoir besoin – quoi que un peu tout de même – mais alors que la jeune fille se dirigeait vers son cheval, l'adolescent appela à lui la force tapie dans son âme. Il savait déjà l'utiliser quand bien même il demeurait jeune. Son maître n'était pas mort pour rien, il l'avait laissé derrière lui, symbole d'un héritage. Une aura de jade étreignit sa silhouette, elle manquait encore de force mais elle était là, à fleur de peau. Il devait être rapide et il avait de la chance, cela avait toujours été une de ses principales aptitudes. Une inspiration. Son cœur tambourinait dans sa poitrine.

Allez!

Le chinois se retourna vivement pour faire face à l'animal, son aura se matérialisant un peu plus autour de lui, elle parut éclatante un instant puis disparue brutalement lorsqu'il s'écarta de la course du taureau. Dohko roula sur le sol sur quelques mètres alors que la créature sembla perdre l’équilibre et tomber brutalement sur les pavés du village, visiblement étonné d'en être arrivé là. Il glissa lui aussi pour finalement buter contre la clôture qui craqua sous le choc. Le souffle aussi court pour l'adolescent et son adversaire, le garçon sentit ses forces l'abandonner lorsqu'il tenta vainement de se relever.

Ça avait marché. Il avait réussit à l'atteindre et à le déséquilibrer avant qu'il ne fasse plus de dégât. Enfin, de dégât humain pour tout avouer. Il rit malgré lui de cette réussite en demi-teinte il n'avait pas sauvé la barrière et surtout était tellement épuisé qu'il ne parvenait même pas à se redresser !

« Le peut être s'est réalisé mais je crois que je ne vais pas réussir à me lever dans l'immédiat ! »

Son cœur battait la chamade et son souffle difficile, saccadée par la course et l'effort qu'il aurait cru moindre. Il avait encore tant à apprendre !
Mais pour l'heure, ce n'était pas encore d'actualité, et il y avait autre chose à affronter. Des parents en colère !

« Désolé pour la barrière. »

Il était un peu stupide de dire cela ainsi, à genoux sur le sol, incapable de se redresser mais c'était la seule chose qu'il pouvait faire pour l'instant, entre deux inspirations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]   Jeu 5 Déc - 14:32


Chinois vs Taureau, Chinois win !


La brune esquisse un bref sourire alors que leur course endiablée se poursuit au sein des ruelles de Rodorio. Certes il est rare de s'ennuyer quand elle est dans les parages. Mais cela n'est pas forcément au goût de tout le monde...

Alors qu'ils arrivent enfin aux abords de l'habitation natale d'Ahina et que celle-ci réussit tant bien que mal à faire sortir le cheval de son enclos, la jeune fille descend de sa monture en trombe. Faisant fit de la voix rageuse d'Aaron qui rugit comme un lion depuis le perron de la maisonnée, la brune observe attentivement la scène qui se déroule à quelques pas de là.

A-t-elle craint un seul instant pour la vie du jeune homme ? En réalité pas vraiment. S'en fiche-t-elle ? Non plus. A vrai dire elle a confiance, même si elle ne sait pas vraiment trop pourquoi finalement. Elle ne le connait pas. Pas du tout même. Et pourtant la force tranquille qui se dégage de lui la rend sereine. Ses prunelles mordorées s'écarquillent alors qu'une aura scintillante embrase le corps de l'adolescent. Un chevalier ! Ou un apprenti ! Elle le savait !!!!

"Trop foooooort !!!!"

Se précipitant vers Dohko qui s'écroule sur le sol comme un vieux sac de pommes de terre, Ahina saisit ses mains dans les siennes en les agitant de haut en bas en un mouvement surexcité.

"C'était juste génial !!! Comment t'as fait ça ?? T'es apprenti ? Chevalier ? Purée faut que je te présente Kappa absolument ! Il va être VERT !" Lâche-t-elle dans un débit pour le moins surprenant.

N'ayant rien vu venir, trop extasiée qu'elle l'est à féliciter son nouveau copain, une main s'abat sur son col et la soulève soudainement dans les airs. Comme si la jeune fille ne pesait pas plus lourd qu'un haricot (blanc, comme dirait Aldébaran), Ahina se trouve à un bon mètre du sol alors qu'un sourire presque niais se dessine sur ses lèvres.

"Papa chéri !! Je te présente Dohko ♥"

L'homme de haute stature au visage hâlé toise le jeune garçon d'un regard attentif, sa main agrippant sa fille ne relâchant son étreinte à aucun moment.

"Ahina....... tu es pénible ! En d'autres circonstances j'aurais été enchanté jeune homme mais là tu m'excuseras, je dois dérouiller ma tendre progéniture" Lance-t-il d'une voix tout d'abord gutturale puis plus douce quand il s'adresse à Dohko.

A ces mots le visage d'Ahina devient aussi blême qu'un linge. Il ne va quand même pas lui mettre une fessée devant lui... ah non là ça craint ! La honte, vous imaginez... Non non pas possible. Trouvons une parade... une parade... et puis d'un coup un sourire amusé, puis une hilarité incontrôlée s'extirpe des lèvres de la brune.

"Menteur !!! Tu m'as jamais frappée de ta vie !"

Mais sur le moment il faut bien reconnaître qu'elle avait bien cru s'en prendre une sur ce coup là.

"Ouais pas faux" Lance-t-il en reposant la créature gigotante sur le sol tandis que son autre paume agrippe le col de la chemise de Dohko en lui faisant subir le même sort que sa fille.

Alors qu'il le dépose sur son épaule comme un sac, le père d'Ahina indique le taureau ko technique d'un mouvement de menton.

"Il va rester comme ça assez longtemps pour me laisser le temps d'aller chercher Naîos. En attendant attaches Typhon de l'autre côté de la maison"

"Ui d'accord !"

Filant comme l'éclair vers le cheval qui a observé la scène d'un regard pantois, Ahina le saisit par la crinière tout en flattant son encolure de la paume de sa main. Elle s'éloigne, sa voix devenant presque murmure alors qu'elle semble en pleine conversation avec son compagnon. Monologue, plus que conversation d'ailleurs... Parce que les chevaux ça ne parlent pas hein ! Bref !

"T'inquiètes pas pour la barrière Dohko. Avec une fille pareille je passe le plus clair de mon temps à la réparer, ça et le reste..." Dit-il d'un air amusé en relâchant un léger soupir.

Portant Dohko sur l'épaule alors qu'il pénètre le seuil de la maison, une bonne odeur de lard grillé se répand jusqu'à leurs narines, la mère d'Ahina, rassurée une fois le taureau mis hors jeu, étant rentrée pour leur préparer un "petit" quelque chose à manger.
Reposant l'adolescent sur une large chaise jouxtant une table de bois sombre, le père lui adresse un franc sourire alors qu'Enya revient de la cuisine. Une minute plus tard une assiette en terre cuite débordante de lards grillés, d'oeufs au plat et de fromage frais est déposée face à lui.

"Je m'appelle Enya et le bourru là c'est Aaron" Lui dit-elle d'une voix douce en esquissant un sourire "Maintenant manges. Ça te fera du bien. Tu veux du lait ?"

"Erk du lait"

Fermant la porte derrière elle sans réel ménagement, Ahina s'assoit lourdement sur une chaise près de Dohko. Ses yeux s'écarquillent en voyant l'assiette remplit de tout ce qu'elle aime le plus en ce monde. Parce que Ahina et la bouffe... comment dire... belle et passionnante histoire d'amour.
Pas le temps de chouiner qu'une seconde assiette se pose sur la table devant elle. Applaudissant des deux mains, la jeune fille se met à engloutir les différents mets avec une voracité presque effrayante.

"Alors on fait des infidélités à Kappa. C'est pas bien ça ma fille"

Un doigt tapote son dos tandis que ces mots sont prononcés d'une voix moqueuse. S'étouffant avec le morceaux de lard qu'elle était en train de mâcher, la brune devient aussi rouge qu'une braise ardente.
Elle n'aura cependant pas le temps de formuler la moindre objection que le père a déjà tourné les talons en annonçant qu'il allait chercher Naîos pour s'occuper du bestiau à l'extérieur.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1742] L'aube d'une nouvelle vie [PV Ahina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-