RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Le temps est venu ~ Kappa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Le temps est venu ~ Kappa   Lun 4 Nov - 12:03


Respirer, c'est la clé !

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

*BIIIIIIIIIIIIM BAAAM BOUUUUM*

Déchaînée comme si elle se préparait à affronter l'armée d'Arès à elle toute seule, une jeune femme s'applique à transformer un mannequin de bois en un tas de buchettes à grand renfort de coups de pieds et de poings. Haletante, ses cheveux sombres en bataille comme s'ils menaient le combat tout autant qu'elle, Ahina achève l'épouvantail d'un coup de talon bien placé. Dans un fracas de tous les diables, le mannequin se brise en plusieurs morceaux avant de choir sur le sol.

"Faut que je me calme... me calmer, me calmer, me calmer..."

Comme si cela pouvait aider en quoi que ce soit, le Scorpion s'assoit à même la poussière du sol, bras et jambes croisés, paupières closes. Elle prend une profonde inspiration, puis deux, une troisième juste au cas où. Ça ne change pas grand chose il faut bien le reconnaitre... Ses traits sont tant crispés que l'on pourrait sans mal l'imaginer atomisant le champ qui se dessine devant elle si par malheur elle venait à rouvrir les yeux.
Les mâchoires de la brune se crispent à la quatrième inspiration. Pourquoi n'est-elle pas fichue de rester calme ! Tout le monde y arrive, pourquoi pas elle ! Même le combat final, l'ultime examen qui devait sonner le glas de son échec ou lui conférer le statut privilégier de chevalier d'or, même ce jour là elle était moins stressée. En fait... elle n'en avait rien à foutre, disons le clairement.

"Ahina"

Un soupir de lassitude s'extirpe de sa poitrine alors que les prunelles mordorées s'élèvent vers celle qui se tient à ses côtés. Un paisible sourire trône sur le visage de la mère qui s'accroupit auprès de sa fille, posant une main douce sur son épaule.

"Çà va bien se passer... ne sois pas aussi nerveuse." Assure-t-elle en ébouriffant la toison brune déjà fort en pagaille.

"Mouais..." Grommelle-t-elle, visiblement nettement moins convaincue.

D'une cinquantaine d'années, un visage doux mais sévère doté d'une peau aux reflets dorés, une ample chevelure de jais, la mère et la fille se ressemblent presque comme deux gouttes d'eau, si ce n'est les deux prunelles de jade qu'arbore sa mère.

"J'ai fait en sorte de te filer un insidieux coup de main." Lance-t-elle d'un air amusé en esquissant un clin d'oeil alors que le Scorpion la toise d'un air suspicieux.

"T'as fait quoi au juste..."

"Je lui ai préparé les biscuits qu'il adore. Tu te souviens... il en mangeait des tonnes quand vous étiez enfants." Ajoute-t-elle en souriant.

Les paupières du Scorpion s'écarquillent lentement alors que les souvenirs affluent dans son esprit. Oui c'est vrai... il les aimait beaucoup. Mais cela ne suffira pas. Ils n'ont plus 7 ans, ne se goinfrent plus jusqu'à plus faim et surtout de pauvres biscuits, aussi succulents soient-ils, ne changeront pas ce qui est, ce qui a été fait.
Un léger soupir filtre à travers les lèvres d'Ahina au moment pile où une large paume s'abat sans ménagement sur son crâne.

"Écoute donc ta mère ! Elle est la voix de la raison. C'est bien connu, les hommes sont toujours plus attentifs une fois qu'ils ont le ventre plein."

Se relevant d'un bond pour faire face à son père, Ahina plaque ses mains sur ses hanches en le dévisageant sévèrement. Pourquoi faut-il qu'ils prennent les choses aussi légèrement quant elle a l'impression d'avoir à mener la pire bataille du siècle.
Ceci étant... c'est dans un éclat de rire qu'elle finit par ponctuer les mots de son père lorsque celui-ci rajoute qu'étant une goinfre elle devrait saisir facilement ce concept. Reconnaître qu'elle fonctionne de la même façon à de quoi l'amuser sur l'instant.
Mission accomplie pour les parents qui se jettent un regard éloquent.

"Bon maintenant vas te laver, tu ne ressembles à rien ma fille ! Je m'occuperai d'accueillir Kappa."

Sur le moment Ahina hésite. Certes après l'entraînement les ablutions à 45° s'imposent d'elles-mêmes. Mais malgré tout... laisser son père accueillir Kappa... est-ce vraiment une bonne idée. Ils se sont toujours bien entendus, cela est une vérité, mais son père a parfois des côtés façon Naîos et la très mauvaise habitude de la ramener sur des sujets sur lesquels il ferait mieux de se la boucler.
Mais les deux grosses mains plaquées sur ses épaules qui la poussent sans douceur vers l'entrée de la maison achèvent de la convaincre. Pas trop le choix.

"Ahina, tu lui as dit de venir à quel moment ?" Hèle sa mère avant que le Scorpion n'entre dans la maisonnée.

"En fin d'après midi... quand le soleil commence tout juste à décliner" Lance-t-elle d'un air songeur en levant les yeux vers le ciel qui ne tardera plus à entrer dans cette phase de son existence.

La porte claque sur ses talons alors que la brune traverse la maison distraitement, sans réellement prendre garde à la route qu'elle suit. Il est rare qu'elle revienne dormir chez ses parents depuis son ascension au rang de protecteur du Sanctuaire. Généralement elle reste dans sa maison. Mais aujourd'hui est un jour particulier. Aujourd'hui il va lui falloir trouver le courage de dire ce qui doit être dit. Grâce à Ménélaos, à Mashia, même à Dohko quelque part, sans doute du aussi un peu à Shion, à Mü, à Aldébaran. Oui. Toutes ces personnes ont permis qu'elle avance, qu'elle évolue, qu'elle comprenne ce qui est important, ce qui a blessé, ce qui a provoqué tant d'amertume. Ahina restera Ahina, quoi qu'il arrive. Et si rien n'est simple, au moins aujourd'hui a-t-elle réussi à saisir certaines choses qui lui avaient toujours échappé jusqu'alors.

S'enfonçant dans le bain brûlant jusqu'à être complètement immergée, la brune fixe la surface de l'eau qui s'étend au-dessus d'elle en relâchant une fine bulle d'air. Kappa n'a rien du comprendre encore... Elle se revoit frappant à la porte de Naîos et par le plus grand des hasards voilà que le Verseau avait ouvert lui même la porte. Sur le moment elle était restée interdite, figée comme si la moitié de la galaxie venait de lui tomber sur le coin du beignet. Tout ça pour finalement lâcher un tranchant "chez mes parents demain quand le soleil commencera à décliner". Elle avait tourné les talons sans lui laisser le temps de la répartie et avait filé à travers les ruelles de Rodorio. Cela aurait presque pu passer pour une déclaration de duel... tant la scène avait été surréaliste. Et résultat des courses, elle qui n'était absolument pas venue chez Naîos pour ça, repartait sans avoir réalisé ce pour quoi elle était venue.

*Quelle merde... mais pourquoi j'ai dit un truc pareil...* Rumine-t-elle silencieusement alors qu'une nouvelle bulle d'air éclate à la surface de l'eau.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Lun 4 Nov - 13:02



Le soleil déclinait à présent rapidement à l’horizon tandis que je traversais les rues de Rodorio d’un pas nonchalant, mains dans les poches, tout en jouant avec une pierre entre mes pieds. Perdu dans mes pensées, je réfléchissais : qu’est ce que j’avais encore bien pu faire de mal, cette fois ? Depuis le retour de Mashia et l’incident à la source, nous ne nous étions que peu croisés, Ahina et moi. Alors pourquoi cette invitation si tranchante ? Invitation qui ressemblait plus à une convocation qu’autre chose d’ailleurs. J’en étais arrivé à la conclusion incertaine que j’avais encore fait une connerie, et que j’en étais quitte pour une nouvelle crise de mon amie d’enfance. Restait à serrer les dents, baisser les yeux et attendre que la tempête ne passe. Mais pourquoi chez ses parents ? Cela, je ne le comprenais vraiment pas. C’était un mystère pour moi. Et je voyais mal Ahina me convoquer chez ses parents si c’était pour me faire un procès à propos d’une de mes actions.

De plus en plus nerveux, je frappai dans la pierre que je trimballai depuis un moment d’un pied à l’autre avec un coup plus violent que les autres et le projectile alla s’écraser contre un mur un peu plus loin. Je poursuivis ma route tout en observant les badauds qui me saluaient pour la plupart au passage. Vêtu d’une jolie tunique bleue nuit et d’un pantalon assorti, je m’étais préparé aux remarques et autres blagues déplacées du père de la jeune femme que je commençais à connaitre à force d’en être victime.
Enfin, au détour d’une rue, je vis la maison d’enfance du Scorpion d’Or. M’immobilisant devant la porte, j’inspirai un grand coup avant de frapper à la porte. Quelques secondes plus tard, j’entendis quelqu’un approcher, et ce fut son père qui vint m’ouvrir. Un peu surpris, je le saluai :
- Bonjour, Aaron ! Comment allez-vous ? lui dis-je en lui serrant la main. J’espère que je ne suis pas trop en avance. Ahina m’a demandé de venir ici, mais elle n’a pas été très précise, et je ne sais pas si…

Aaron m’interrompit et me fit entrer sans pour autant me donner davantage d’explications. Il me fit entrer dans le salon et assoir dans un confortable fauteuil près d’une cheminée qui dégageait une chaleur des plus agréables. C’est alors que la mère du scorpion entra dans la pièce et me salua chaleureusement en me prenant dans ses bras. Elle m’avait toujours adoré depuis tous petits, et semblait ravie que sa fille et moi recommencions à nous voir. Elle m’offrit ensuite un de ses délicieux gâteaux dont je raffolais étant petit. J’en pris un avec plaisir et me rassis dans mon fauteuil avant de demander lui demander :
- Et votre fille, où se cache-t-elle ? Elle m’a demandé de venir, et ça semblait sérieux, ajoutai-je à mi voix.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Lun 4 Nov - 14:29


Mange !

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

Aaron fixe le jeune homme d'un regard assez étrange. Mi torve mi amusé, Kappa pourrait sans doute croire qu'il s'apprête à lui tendre un vilain piège pour voir à quel moment il se cassera la figure et surtout dans quelle position.

"Elle se pompo..."

ZBAAAAF

La paume de sa femme atterrit sur le crâne de son mari en une grande claque. Telle mère telle fille, pourrait-on dire à cet instant.

"La ferme chéri" Lance-t-elle avec une candeur parfaitement désopilante tout en fourrant un nouveau biscuit dans la main du Verseau.

Adressant un sourire aimable au jeune homme, Enya prend place non loin de lui autour de la table de bois clair. Dans un premier temps elle fixe Kappa de ses yeux de jade, sans prononcer le moindre mot. Elle semble hésiter. Puis finalement elle prend sa main dans la sienne en la tapotant de temps à autre tandis qu'elle parle.

"Je sais que tu aimes beaucoup Ahina et je sais que tu ne lui veux aucun mal. "Entame-t-elle d'une voix douce tandis qu'un grognement rauque se dégage de la gorge d'Aaron. "Je sais que je vais peut être te demander un grand sacrifice... ou peut être pas, tu le sais mieux que moi. Mais..." A cet instant la mine qu'arbore le visage doré de la mère du Scorpion se teint de gravité. "Tu es un homme maintenant, plus le gamin qui se goinfrait d'oeufs au lard ou dormait avec ma fille."

"QUOI !"

On pourrait croire que les années d'expérience et la maturité aidant, la mère d'Ahina aurait pu prendre garde à ses mots. Or il en est tout autre et à cet instant Ahina ne saurait plus ressembler à sa mère.

"Tsss c'est bon détends-toi. Tu le savais pertinemment, t'as juste fait semblant de pas le voir ! Oh et puis c'était des mômes, ça va, ils faisaient rien de mal." Lance-t-elle d'un air amusé en agitant la main distraitement.

"On en reparlera !"

"Mais oui mais oui..." Reposant ses prunelles sur le chevalier d'or, Enya lève légèrement les yeux au ciel. Une silencieuse injonction semblant lui dire de ne pas prêter attention à son mari. "Tout ça pour te dire Kappa, qu'aucun de nous deux ne sait vraiment ce qui a tourné dans la tête d'Ahina ces dernières années. A vrai dire elle ne nous en pas parlé et le sujet était un peu trop..."

"Sensible ! Ouais tu peux le dire !" Achève Aaron en croisant les bras sur sa poitrine.

Extirpant un bref soupir d’acquiescement, Enya esquisse un sourire. Oui, les choses n'ont pas été faciles, c'est le moins que l'on puisse dire.

"Nous ne savons pas vraiment pourquoi elle t'a demandé de venir. Si ça se trouve çà n'a aucun rapport avec le passé..." Bien que j'en doute, se garde-t-elle d'ajouter. "Quoi qu'elle fasse ou te dise, soit gentil avec elle... tu veux bien ?"

Un boucan de tous les diables ponctue les paroles de la mère du Scorpion. Venant de l'étage supérieur, on aurait presque l'impression qu'une armoire entière venait de s'écrouler contre le sol. Pour toute justification, Enya adresse quelques mots à Kappa en lui collant un énième gâteau dans la main.

"Elle ne doit pas savoir quoi porter"

"Pas comme notre protecteur d'Athéna qui s'est fait tout beau hein !" Lance Aaron d'un air moqueur en titillant le tissu bleu nuit de la tunique de Kappa.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Lun 4 Nov - 15:05



Il était étonnant de voir à quel point Aaron me faisait penser à Hector, et Enya à sa propre fille. De toute évidence, Ahina tenait son caractère de feu de sa mère, et malgré son côté des plus doux à mon égard, il était certain que son mari devait en voir de toutes les couleurs. C’était pourtant un couple qui semblait très heureux, et qui n’avait pas changé d’un pouce depuis que j’étais gosse. Quelques rides par ci par là trahissaient le temps qui avait passé, mais en dehors de ça, rien n’avait changé ici.

Plus le temps s’écoulait en compagnie d’Aaron et d’Enya, et plus une certaine angoisse qui pourrait en faire rire certains m’envahissait peu à peu. Bloqué entre le discours maternel énigmatique, et les boutades amicales mais embarrassantes du père, je me sentis comme pris au piège au cœur d’un traquenard mis en place par mon amie d’enfance. Qu’est ce que tout cela voulait dire ? Quel message Enya voulait-elle me faire passer à travers ces mots ? J’étais si concentré sur ce qu’elle voulait me dire que j’entendis à peine l’exclamation au scandale qu’avait lancée Aaron lorsqu’elle avait évoqué l’époque où nous dormions ensemble.

Ce n’est que lorsqu’une question directe me fut posée que je rompis le mutisme dans lequel j’étais resté :
- Mais enfin, bien sûr, Enya ! Vous savez bien que je… que j’essaie, en tout cas, de faire mon possible pour ne pas lui faire de mal, rectifiai-je en pensant à tous les torts que je lui avais causé malgré moi. J’aime beaucoup votre fille ! Elle est ma meilleure amie, où en tout cas l’a été durant longtemps. Je ne crois pas que je puisse prétendre à ce poste encore aujourd’hui. Certains… évènements… nous ont séparés… Rien n’est jamais simple quand on est chevalier d’Athéna, ajoutai-je en leur souriant tristement.

Enya me tendit un autre biscuit tout en m’écoutant parler. Après l’avoir gentiment accepté, je repris :
- Il y a depuis que l’on s’est revus une certaine distance entre nous, et j’avoue que je suis le premier étonné d’avoir été convié à venir ici. Je ne connais pas non plus ses raisons, mais si jamais elle explose à nouveau et se met à crier ou à me gifler, ne vous en étonnez pas trop. Ca arrive tout le temps en ce moment…

La fin de ma phrase fut ponctuée par un fracas venant de l’étage. Un meuble venait sûrement de payer pour une de ses frustrations. Machinalement, je me levai, et pointant l’escalier :
- Voulez vous que j’aille voir si tout va bien ?



Dernière édition par Kappa le Sam 15 Aoû - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Lun 4 Nov - 18:16


Arrondir les angles

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

Enya dévisage Kappa avec attention alors qu'il s'exprime d'une voix bien peu certaine. Il semble convaincu par ses propres mots, ce qu'elle n'irait jamais remettre en cause, et pourtant il ne comprend pas. Peut être refuse-t-il de voir la vérité en face. Allez savoir comment les jeunes de nos jours peuvent entendre ce type de situation...
Elle a beau être sa mère, la connaitre donc mieux que quiconque sans doute, elle est aussi et avant tout une femme. Le trouble et la colère de sa fille sont aussi limpides que de l'eau de roche à ses yeux. C'est donc un regard plus qu'éloquent qu'elle lance à l'attention de son époux qui lève le nez au ciel en sifflotant comme s'il ne s'était aperçu de rien.

"Ne sois pas inquiet Kappa. Tout s'arrangera. N'est-ce pas Aaron !"

Comme si on venait de lui piquer les fesses à l'aide d'un tison rougeoyant, l'homme à l'imposante carrure tressaille en jetant un regard hébété vers le Verseau. Il lui faut 3 secondes pour enfin entendre le sous entendu lancé par Enya. Evidemment... ne s'étaient-ils pas trouvé dans une situation similaire il y a quelques années de cela ? A bien y réfléchir, Aaron se dit brièvement que décidément Ahina marchait bien trop dans les pas de sa mère. Peut être devrait-il avoir une discussion avec Kappa un de ces jours.

"Euh ouais ouais, sans nul doute !" Lâche-t-il d'un air amusé. "Fais profil bas et ça passera tout seul !" Murmure-t-il à voix basse en se penchant par-dessus l'épaule de leur invité.

"Je t'ai entendu Aaron !" Lance Enya, visiblement plus amusée que réellement contrariée.

Un bref sourire se dessine sur les traits mates de la mère du Scorpion. Prendre des baffes ? Non, elle ne le pense pas. Pas aujourd'hui. Peut être demain qui sait...

"ET MERDE !" Rugit Ahina depuis le 1er étage.

"Hum... je pense que tout va bien" Déclare Enya en riant après la frasque verbale de sa tendre fille. "Aaron, veux-tu bien annoncer à notre chère fille que son invité est arrivé ? "

Ni une ni deux l'homme ne se fait pas prier et place ses mains de chaque côté de sa bouche en beuglant au bas de l’escalier.

"AHINA ! Ton amoureux est arrivé !"

"LA FEEEEERME PAPA ! KAPPA MONTE ! ET PRENDS LES BISCUITS AVEC TOI !"

~ Pendant ce temps là au 1er étage ~

"Merde, merde, merde et meeeeerde"

Ruminant comme un ours des cavernes, Ahina retourne une quantité de vêtements parfaitement improbable qui jonche le sol. Faisant voler une tunique, une jupe (oui vous avez bien lu, elle est là par erreur), un pantalon, une veste, une autre tunique, la chambre d'enfance d'Ahina s'est transformée en un véritable bal de fringues virevoltantes.

"Bon bah ça ira comme ça, j'suis vraiment pathétique" Grogne-t-elle en enfilant à la hâte une tunique beige et un pantalon aux couleurs d'automne.

Les pas du Verseau se distinguent dans le couloir. Damned, elle n'a rien rangé ! Se précipitant vers le tas d'habits qui trône sur le sol, Ahina ouvre en grand les portes de son armoire et fourre le tout pèle mêle sans la moindre précaution. Toc toc toc.

"Entre Kappa" Lance-t-elle alors que ses mots sont rapidement suivis d'un son étouffé lorsqu'elle appuie sèchement son dos contre les portes de l'armoire qui refusent de se fermer.

Çà va être pratique tiens. Enfin passons.
Les cheveux complètement en bataille puisqu'elle n'a pas pris le temps de se recoiffer après avoir enfilé sa tunique claire, c'est appuyée d'une manière peu naturelle contre l'imposante armoire que le Verseau la découvre après avoir pénétré dans la chambre.

"Salut"

Dès qu'elle voit les gâteaux de sa mère trônant dans l'assiette qu'il tient en main, le sang d'Ahina ne fait qu'un tour. D'un bond de cabri elle se propulse jusqu'à lui en saisissant un biscuit qu'elle hume avec enthousiasme.

BAM !

Les portes de l'armoire s'ouvrent toutes grandes, déversant une demie tonne de vêtements sur le sol. Le Scorpion esquisse un soupir de lassitude tout en haussant les épaules alors qu'un léger sourire se dessine sur ses traits. Comme si elle disait "bon bah on y peut rien". Légèrement sa main saisit le poignet de Kappa en l'entraînant vers la terrasse que Naîos et Aaron avaient construite ensemble il y a de cela tant d'années.
Avec agilité la jeune femme grimpe sur la rambarde de pierre qui surplombe la vallée, la maison de ses parents étant légèrement excentrée du village, et s'y assoit en croisant les jambes en tailleur. Il est certain que la vue est splendide, surtout avec le soleil déclinant à l'horizon.

"Tu sais pourquoi je t'ai demandé de venir ?"

L'échappatoire ne sera que de courte durée. Il faudra bien se lancer à un moment ou à un autre. Mais au moins ce court laps de temps, même si la réponse risque de n'être guère plus étendue qu'une simple "non", lui permet de souffler un peu avant l'épreuve ultime.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Lun 4 Nov - 18:42



Finalement, la voix impatiente et visiblement agacée d’Ahina se fit entendre depuis le premier étage. Elle était sacrément énervée, et je sentais déjà la tempête déferler sur moi une fois que je serais en face d’elle. La remarque de son père lorsqu’il se pencha par-dessus mon épaule me fit sourire et je ne pus m’empêcher de rétorquer avec un sourire amusé:
- Ca sent le vécu, n’est ce pas, Aaron ?
Pourtant, lorsque ce dernier se rapprocha de l’escalier pour appeler la jeune femme, le mot qu’il prononça pour me désigner me déstabilisa sensiblement. Cette remarque sembla agacer Ahina qui n’avait pas vraiment besoin de ça vu son état de nerfs actuel.

Sans mot dire, je pris les gâteaux, puis après un rapide sourire à ses parents, je grimpai l’escalier. Les souvenirs d’enfance me submergeaient tandis que je parcourais les couloirs de cette maison. Finalement, je fus devant la porte de la chambre de la jeune femme. Après avoir toqué doucement, j’attendis une invitation étouffée venant de la chambre avant d’entrer. Lorsque je vis le Scorpion, toute décoiffée, habillée en toute hâte, et adossée gauchement comme ça contre son armoire qui visiblement cachait quelque chose qu’elle ne voulait pas que je voie, mes sourcils se haussèrent malgré moi, mais je ne fis aucun commentaire. Ce fut encore une fois son estomac qui trahit la jeune femme, puisque lorsqu’elle vit les biscuits, elle ne put s’empêcher de sauter dessus. La sanction fut immédiate : l’armoire s’ouvrir à la volée, dégueulant de vêtements rangés à la va vite. C’était donc ça, pensai-je en souriant doucement.

Décoiffée, habillée à la va vite, Ahina m’attrapa le poignet sans se laisser démonter avant de m’emmener sur la terrasse de la chambre. Elle s’assit sur le mur avec une grâce féline et sa question me fit sourire dans un premier temps :
- Pas pour ranger ta chambre j’espère ?
Puis, reprenant mon sérieux, je m’accoudai à la rambarde à côté du scorpion pour profiter de Rodorio baignée par la lumière du soleil couchant :
- Désolé… Non, je ne sais absolument pas pourquoi tu m’as demandé de venir, à dire vrai. J’ose espérer que je n’ai rien fait de mal, cette fois ci, vu qu’on ne s’est pas beaucoup croisés ces derniers temps. Mais avec moi, rien n’est moins sûr… ajoutai-je à mi voix.

Mon regard se posa au loin sur ma propre maison qui se dressait à quelques centaines de mètres, et je poursuivis :
- Alors, je t’écoute ? Qu’est ce qui se passe, Ahina ? Ca semblait important quand tu m’as dit de venir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Lun 4 Nov - 23:17


Les prémices de la vérité

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

Le père d'Ahina ne répond que par un rictus entre amusement et dépit aux paroles de Kappa. Il lui avait fallu de très nombreuses années pour comprendre Enya finalement. Et s'il ne connaissait pas la situation que traversait actuellement le jeune homme, en avait-il affronté des pas moins évidentes que celle-ci. Finalement et même s'il n'était pas prêt de laisser partir sa fille avec le premier venu, tout chevalier d'or soit-elle cela ne l'empêchera pas de lui en coller une bonne si nécessaire, Kappa n'était sans doute pas le pire d'entre eux.

"Tu crois que ça va aller...?"

Une fois que le Verseau a disparu par les escaliers, la mère du Scorpion se tourne vers son époux qui pose la main sur son épaule en lui adressant un sourire.

"Mais oui ne t'inquiètes pas."

~ Terrasse du 1er étage ~

"Pourtant ça ne lui ferait pas de mal" Lui répond-elle d'une voix distraite alors qu'elle l'entraîne sur la terrasse.

Pour la première fois depuis presque un an, elle a l'impression que leur relation retrouve un petit peu de tout ce qu'elle a perdu ces dernières années. Il reste encore pas mal de chemin à arpenter sans doute, mais au moins l'ambiance est-elle plus sereine bien qu'Ahina semble quelque peu tendue à cet instant.
Serrant ses mains l'une dans l'autre, il est très rare de voir un quelconque signe d'anxiété chez le Scorpion. Or, en cette heure et sur cette large terrasse, entre ses prunelles qui n'arrivent à se fixer sur rien, ses doigts qui se mêlent et s'entremêlent en un ballet incessant, ses jambes qu'elle croise, puis qu'elle décroise en les laissant choir dans le vide, puis qu'elle recroise de nouveau... il est certain que la brune n'est pas vraiment à l'aise.

"Bah... je ne m'attendais pas à ce que tu en comprennes la raison en fait..." Lance-t-elle d'une voix traînante.

Etant donné les relations conflictuelles qu'ils nourrissaient depuis qu'ils s'étaient revus, il était peu probable que Kappa devine les vraies raisons de cette convocation qui était tombée comme un cheveux sur la soupe à vrai dire.
Un léger sourire crispé sur le visage, Ahina pivote légèrement pour se retrouver face au Verseau appuyé contre le rebord de pierre.

"J'ai des choses à te dire. En fait j'ai trop de choses à te dire peut être... " Soupire-t-elle en se frottant le sommet du crâne. "C'est vraiment pas une sinécure pour moi, alors s'il te plaît ne m'interromps pas tant que je n'aurai pas fini ok..."

L'entrée en matière est plutôt détonante et pour le moins inhabituelle. Sourire gêné, politesse un peu trop sucrée. D'ordinaire le Scorpion aurait plus été du genre "Boucle la et écoute" plutôt que d'enrober les choses de la sorte afin de ne pas le froisser.
Le silence ponctue cette phrase alors qu'Ahina toise Kappa de ses prunelles d'automne. Elle semble un peu hésitante, à moins qu'elle ne soit perdue. Seconde option pour le moins véritable car maintenant qu'elle est au pied du mur, elle ne sait vraiment pas par où commencer. Comment dire les choses, comment faire en sorte qu'elles soient comprises... Par quoi, par où commencer...

"Je t'en ai vraiment voulu Kappa"

Autant commencer par ce qui la rongeait depuis si longtemps finalement. La rancoeur, l'un des plus grands fléaux de l'humanité.

"Quand tu es parti. Ce jour là, ce jour où tu m'as annoncé que tu t'en allais, depuis ce jour je n'ai cessé de t'en vouloir. Et ce n'est pas parce que tu t'en allais. Non... en fait même aujourd'hui je crois que j'aurais pu t'attendre toute ma vie s'il avait fallu" En disant ces mots la brune détourne brièvement les yeux pour les poser sur le soleil déclinant alors que ses lèvres se pincent légèrement. "Ce qui m'a blessée c'est que tu me dises que même à ton retour nous ne pourrions plus jamais nous revoir. J'avais 13 ans... tu étais tout pour moi... alors comment as-tu pu imaginer que je comprendrais une telle chose, que je comprendrais que ton rang serait un obstacle, que je pourrais entendre qu'alors que le Sanctuaire et Rodorio sont si proches, nous ne pourrions plus jamais être ensemble"

Sans faire de pause, sentant que le courage va finir par la lâcher si elle n'avance pas pour l'heure, Ahina repose ses prunelles mordorées sur Kappa alors qu'elle poursuit.

"Quand tu es parti j'étais toujours au même endroit que là où tu m'avais laissée... Je t'ai vu monter dans le bateau, comme je t'ai vu en descendre quand Naîos t'a ramené à Rodorio. Et je me suis faite deux promesses. La première était de te prouver que tu avais tort en devenant chevalier. La seconde était que je ne m'attacherais jamais plus à un homme qui ne serait pas beaucoup plus vieux ou beaucoup plus jeune que toi."

Un léger sourire se dessine sur les lèvres du Scorpion à ses mots. Cela lui expliquera sans doute certaines attitudes qu'elle eut pu avoir en sa présence, notamment avec Shion ou Corell, et qu'il avait peut être eu du mal à comprendre.
Sans crier gare son index s'élève dans les airs en s'arrêtant pile au niveau du nez de son ami d'enfance.

"Tu as le droit à une réaction. Si non je continue"


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Mar 5 Nov - 8:20



Il me semblait finalement comprendre pourquoi cette invitation avait eu lieu : Ahina voulait apparemment crever cet abcès qui pourrissait depuis beaucoup trop longtemps. Comme elle me l’avait dit ce jour là, près de la cascade, elle était prête à me parler. Et comme je le lui avais dit, j’étais là pour l’écouter. L’air grave, toujours accoudé, le regard tantôt plongé dans les yeux de la jeune femme tantôt sur la vue imprenable qui s’offrait à nous depuis la terrasse, j’écoutais en silence ce qu’elle avait sur le cœur depuis tant d’années. Cela devait vraiment être important et dur pour elle, pour qu’elle fasse tant de manières pour le dire. Cela ne lui ressemblait pas du tout, et ça ne promettait rien de bon pour la suite. Lorsqu’elle m’intima de ne pas l’interrompre, je répondis par un hochement de la tête silencieux.

Elle entama alors son histoire. Ce qui lui était arrivé après que j’aie disparu de son monde. Ces mots semblaient si lourds pour elle que pour la première fois je me surpris à penser que lorsque nous étions enfants, elle nourrissait peut être les mêmes sentiments que moi. Nous n’avions juste jamais eu le cran et le courage de se l’admettre à nous-mêmes. Mais j’eus beaucoup de mal à rester de marbre lorsque je sus qu’elle était devenue chevalier à cause de moi. C’était pour le moins… inattendu. Quant au fait de ne plus s’attacher à quelqu’un de son âge, cela expliquait pas mal de choses concernant son attitude vis-à-vis des hommes de Rodorio, et pourquoi une jolie femme comme elle était toujours célibataire à son âge.

Soudain, elle pointa un doigt inquisiteur dans ma direction, ce qui me surprit et me déstabilisa légèrement :
- Je… non, je t’en prie, continues plutôt. Je préfère t’entendre jusqu’au bout avant de faire la moindre remarque, lui répondis-je avec un sourire encourageant.
Cela m’éviterait au moins de commettre la moindre erreur qui mettrait fin prématurément à cette confession…

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Mar 5 Nov - 15:45


Quand faut y aller...

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

Aurait-elle préféré s'accorder une pause le temps d'un commentaire, ou est-il mieux de poursuivre sans s'arrêter, avant que le courage ne lui manque...
A cet instant elle n'est pas vraiment capable de répondre à cette question. Il est certain que les choses sont moins difficiles à dire qu'elle ne l'avait imaginé. Peut être qu'il suffisait simplement de se jeter à l'eau... allez savoir. Cependant elle n'en est pas encore à la partie la plus compliquée de son récit. Celle qu'elle s'était répétée en boucle depuis des jours. Celle qui risquait de voir fondre tout son courage comme neige au soleil. Difficile à admettre, mais pourtant flagrante réalité, le Scorpion aurait sans doute préféré affronter l'un des Juges d'Hadès plutôt que d'avoir à affronter son regard.

"Ok... Bon alors je continue..."

D'un bon souple Ahina rejoint le sol de pierre pâle de la terrasse, s'accoudant au rebord en tournant le dos au paysage qui s'étend encore sous les prunelles du Verseau.

"Deux ans après que tu sois parti j'ai demandé au Grand-Pope de me prendre comme apprentie. Je te passe les négociations, mais au final il a accepté. Lorsqu'il est mort Fawn a repris le flambeau et a continué mon enseignement. Entre temps tu es rentré et j'ai su tout de suite que tu étais de retour parce qu'une prêtresse l'a annoncé à Fawn devant moi.
Je crois...
"

Le Scorpion ne termine pas sa phrase tout de suite, son visage se penchant légèrement vers le sol alors que quelques mèches de cheveux bruns occultent une partie de son visage qui fixe les dalles de pierre.

"Je crois que j'y ai cru à ce moment. Que les années t'avaient fait changer d'avis, que tu avais réalisé que nous ne pouvions pas vivre séparés. Et tu n'es jamais venu. Tu n'as jamais essayé. Sans doute à cause de cette Aurora et de celles dont tu m'as parlé à travers la porte de la salle de bain chez Hector... je suppose..."

A ces mots le poing d'Ahina se referme alors que ses mâchoires se crispent presque imperceptiblement.

"J'aurais peut être du faire ce pas moi-même. mais je n'ai pas pu. Jusqu'à ce qu'on se croise par hasard, et la suite tu la connais..."

Un léger sourire se dessine entre les mèches éparses qui tombent le long de son visage. Oui elle aurait du le faire. Peut être que tout aurait pu être réparé si elle avait fait ce pas. Mais elle n'en était pas capable à cette époque, et à bien y regarder, elle n'est même pas certaine qu'elle pourrait le faire aujourd'hui si la situation était similaire.

"Kappa"

Sans poursuivre, le Scorpion fait une nouvelle pause alors que son sourire s'élargit. Elle rejette sa nuque vers l'arrière en plaquant sa main sur son front alors qu'un rire pour le moins étrange s'extirpe de sa poitrine.

"Putain j'aurais jamais cru que ça serait si difficile" Lâche-t-elle d'un air amusé pour masquer sa gêne.

Fermant brièvement les yeux alors qu'elle prend une grande aspiration, ses paupières se rouvrent en laissant ses iris d'automne se perdre dans le ciel déclinant. La jeune femme reprend la parole d'une voix si basse qu'elle en est presque inaudible.

"Je suis désolée Kappa. Je crois que nous ne pourrons plus être amis." Lentement sa nuque bascule de côté alors qu'elle dévisage le Verseau de l'un de ces regards qu'il ne lui avait pas vu depuis ce fameux jour, il y a 14 ans, près d'une certaine cascade. "J'en suis incapable, je ne pourrai pas. Parce que je n'ai jamais aimé que toi et je ne pense pas être capable d'aimer quelqu'un d'autre."


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Mar 5 Nov - 17:28



C’est étrange la vie. A force de voir le destin s’acharner sur soi, on finit par se dire qu’après tout, on ne pourra pas vivre le rêve qu’on avait depuis tout gosse. Les évènements tragiques s’enchainent invariablement, et on se relève avec difficulté, jusqu’à ce que finalement, on n’ait plus ni la force ni l’envie de se relever. Et puis soudain, alors que c’est la dernière chose à laquelle on s’attendait, les évènements prennent une tournure qui laisse à supposer que tout n’est pas perdu. Mais à ce moment précis, une question semble soudain masquer la lumière au bout du tunnel. Le bonheur est à portée de main, et pourtant cette main s’immobilise avant de l’attraper, prise de furieux doutes. Et une seule question demeure : n’est il pas trop tard, à présent ?

Voila ce que je me dis en entendant Ahina déballer avec grande difficulté ce qu’elle avait sur le cœur depuis si longtemps. Alors que sa confession s’achève lentement, mon regard s’agrandit sous l’effet de la surprise, et toutes les pièces du puzzle s’imbriquèrent enfin devant mes yeux, puzzle qui me narguait pour ne pas avoir su décoder les messages à travers le comportement de la jeune femme. Bien sûr, en ayant toutes les données sous les yeux, cela paraissait tellement évident que je me sentis idiot, sans même savoir quoi répondre. Mon cœur sembla rater un battement, et j’inspirai et expirai profondément pour conserver mon calme. Son regard plongea dans le mien et je me sentis plus vulnérable que jamais. Elle m’avait fait venir pour se confesser, et de toute évidence, elle voulait une réponse.

Tiraillé entre l’envie de succomber aux sentiments qui me submergeaient et la peur d’être à nouveau blessé comme je l’avais systématiquement été par le passé, je ne sus que répondre, ni même que faire. Rapidement, je ressentis la moiteur de mes mains et ne sus qu’en faire, entremêlant nerveusement mes doigts tout en me réfugiant dans la contemplation de Rodorio, tout en baissant la tête pour me dissimuler sous une cascade de cheveux.
- Alors, c’était ça la raison de ton invitation… lâchai-je bêtement d’une voix faible sans même m’en rendre compte.
Relevant la tête, je repris d’une voix un peu plus assurée :
- Je… Je dois bien reconnaître que c’était la dernière chose à laquelle je m’attendais. J’ai pensé que tu m’engueulerais, j’ai pensé à une autre volée de baffes, j’ai pensé à des meubles ou des assiettes brisées, mais ça…

Inspirant profondément, je décidai finalement de me lancer :
- Je ne sais pas pourquoi je ne suis jamais venu te voir. Disons qu’il m’a fallu du temps pour m’habituer à ma vie de chevalier. Lorsque j’étais chevalier de bronze, je voyageais constamment, et quand je suis enfin devenu chevalier d’or et suis rentré à Rodorio, les évènements se sont enchaînés, et j’ai perdu coup sur coup Mashia et Aurora, et j’ai plongé dans l’alcool.

Les derniers mots franchirent à peine le seuil de ma gorge. C’était difficile d’en parler, même après tout ce temps. Tandis que je me confiais à mon tour, mon regard se faisait de plus en plus vitreux et une lueur triste y flottait. Fuyant soigneusement le regard d’Ahina en observant le village plongé dans le calme, je poursuivis :
- J’ai connu les profondeurs qu’implique le rôle que tenons toi et moi, et je me suis rapidement rendu compte que je pouvais très facilement amener mes proches à être tués précisément parce que je suis ce que je suis. Je crois qu’inconsciemment je ne suis pas revenu vers toi parce que j’avais peur de tout ce que ça pouvait impliquer, pour toi… comme pour moi, achevai-je avant de faire une nouvelle pause.
Puis, tournant enfin la tête vers le scorpion pour affronter son regard :
- Quand je suis parti, j’étais très amoureux de toi, moi aussi. J’ai voulu te le dire, mais je n’ai pas pu parce que je savais qu’il n’y avait pas d’avenir pour ça dans ma vie. Et maintenant, on est là, treize ans après, et rien n’a changé, ou presque. On est là côte à côte, sur cette terrasse, et j’ai envie de me dire : pourquoi pas ? Maintenant que tu es devant moi à me dire ça, toutes les bonnes résolutions que j’avais prises menacent de voler en éclats en une seconde. Je n’ai plus du tout envie d’être raisonnable. La vérité, c’est que je t’aime aussi, Ahina. Tu as toujours tenu une place à part dans mon cœur. Mais, j… je…

Mon regard changea alors, et Ahina put y déceler une fragilité qu’elle n’avait pas vue depuis bien longtemps :
- J’ai peur, tu vois… Si jamais il t’arrivait quelque chose par ma faute, je… J’ai déjà perdu assez de monde comme ça, mais pas toi… Je m’y refuse… Et j’ai peur qu’il t’arrive malheur si…
Ma voix mourut dans ma gorge au moment où un vent se leva, faisant voleter ma chevelure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Mar 5 Nov - 21:56


P'ti con !

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

Le silence qui s'installe est presque pesant à la longue. Pour une fois, elle a réussi à maintenir un semblant de calme tant bien que mal. Mais s'il continue à s'enterrer dans le silence, le mal aise ne tardera pas à s'installer entre eux. Alors au moment où elle se décide à lui demander qu'il ait l'amabilité d'avoir une réaction moins poulpesque, voila que le Verseau ouvre enfin la bouche, à son plus grand soulagement.

"J'évite de casser la vaisselle. Tu sais comment est maman... Elle est plus terrifiante que moi quand elle veut" Lâche-t-elle en agitant nonchalamment la main histoire de détendre un peu l'atmosphère.

Elle retient sa respiration au moment où elle l'entend prendre la sienne. A cet instant elle regrette instantanément de ne pas avoir poussé plus avant sa réflexion à voix haute. Elle aurait du lui dire qu'elle n'attendait rien de lui. Elle aurait du le rassurer sur le fait que ce n'était pas une mise au pied du mur, simplement l'explication qu'elle avait enfin réussi à mettre à jour il y a peu de temps. Sans doute aurait-il été plus facile pour lui de savoir tout ça avant de réagir à ses mots. Oui mais elle n'avait rien dit. Et dès que les premiers mots s'échappent de ses lèvres, elle n'a plus le coeur de l'interrompre.

Elle ne fait pas la moindre remarque quand il reparle de ses problèmes d'alcool et même si l'évocation de cette Aurora suffit à elle seule à provoquer un certain agacement. Un agacement que, pour une fois, elle ne laisse pas transparaître, se contentant d'écouter Kappa tout en fixant les dalles de la terrasse.

Alors qu'il fait une légère pause, elle se permet une rapide réflexion à haute voix alors qu'un léger sourire se dessine sur ses lèvres.

"Bah tu sais... finalement on est tous destiné à finir de la même manière dès lors que nous sommes entrés au service d'Athéna. Je ne connais pas beaucoup de chevaliers qui ont fait de vieux os, et sûrement pas des chevaliers d'or."

En d'autres termes, et ce qu'elle ne peut clairement dire, c'est que le sacrifice a déjà été consommé quelque part. Si elle est devenue chevalier, c'est pour et à cause de lui. En franchissant ce pas elle avait dès lors sonné le glas de son existence qui ne pourrait jamais plus être paisible ou s'achever dans la quiétude. Finalement... elle avait choisi de mourir pour lui depuis longtemps, simplement en devenant son égale.

Quand il reprend la parole, Ahina lève brusquement le visage en le toisant d'un regard interloqué.

"Quoi..." Murmure-t-elle à demi voix dès la fin de sa première phrase.

Il est évident qu'elle n'en avait jamais eu conscience, ou du moins que la vérité n'avait jamais été entraperçue jusqu'à ce qu'il la lui révèle les yeux dans les yeux. La vérité, c’est que je t’aime aussi, Ahina. A ces mots le Scorpion fier et impétueux manque de voir sa carapace voler en éclat comme un pauvre verre trop fragile chutant sur le sol. Ses grands yeux bruns dévisagent le Verseau avec stupeur alors que ses lèvres s'entrouvrent, légèrement tremblantes.

"T'es sérieux ?"

Ce mot n'est guère prononcé plus forts que les dernières paroles de Kappa qui meurent avec la brise qui se lève. Ahina pivote vers lui en saisissant ses joues entre ses paumes, le forçant à la regarder droit dans les yeux.

"T'es vraiment sérieux ?"

Il semblerait que la réponse qui se distingue dans les iris clairs de Kappa soit on ne peut plus explicite. Une larme perle entre les cils sombres alors que ses paumes se détachent des joues du Verseau et qu'une gifle remplace sèchement leur tendre contact. Ni violente ni forte, elle claque brièvement sur la joue pâle du chevalier d'or. Une gifle vexée, une gifle frustrée, mais pas une gifle qui a pour but de relâcher une colère parfaitement absente de ses traits.
La perle d'eau s'extrait de ses cils pour dévaler la joue de la brune qui dévisage toujours Kappa d'un air profondément stupéfait.

"Abruti... T'aurais pas pu le dire avant... sans déconner..."

Ses poings se referment sur eux-mêmes alors que ses lèvres se pincent.

"Peur ? Tu as peur ? Comment crois-tu que j'ai vécu toutes les années où tu étais absent. Pas un jour je ne redoutais qu'il ne t'arrive quelque chose. Pourquoi crois-tu que je sois devenue aussi aigrie... Tu ne m'as pas toujours connue ainsi. Maintenant on est dans le même bateau Kappa. Je préfère mourir sur le champs de bataille à tes côtés plutôt que d'affronter une vie paisible toute seule !"


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Mer 6 Nov - 11:17



Le Scorpion venait de mettre le doigt sur une triste vérité : je voulais lui éviter les risques qu’impliquait le fait de faire partie de mes proches, mais à présent qu’elle était membre de la chevalerie, il était trop tard pour ça. Malgré moi, je l’avais déjà entraînée depuis bien longtemps dans une voie sans issue heureuse. Et nous en revenions à la question de départ : n’était il pas trop tard ? Sauf que cette fois, la question prenait une tournure différente : n’était il pas trop tard… pour être raisonnable ? Et la réponse était évidente ! Si j’avais voulu être raisonnable, je n’aurais jamais dû me rapprocher autant d’elle étant enfant, parce que je savais que tôt ou tard, cela prendrait fin. Mais tout cela, c’était du passé. A présent, les dés étaient jetés, et elle était en face de moi.

A mon tour, une petite larme s’écoula le long de ma joue alors qu’elle prenait mon visage entre ses paumes et que je réalisais tout cela.
- Je suis très sérieux, Ahina… finis-je par répondre d’une voix redevenue faible.
Une claque à peine plus forte vint ponctuer mes paroles juste après qu’elle ait retiré ses mains, et je lui répondis en souriant faiblement :
- Tu as raison… J’aurais dû… Mais je ne voulais pas te mettre en danger… Je n’avais simplement pas réalisé qu’il était déjà trop tard et que mon départ t’avait impactée à ce point, sinon tout aurait été différent. Je réalise à présent que j’ai mal agi, et par ma faute tu es devenue chevalier. Mais si je ne peux pas changer ça, je peux encore veiller à ce qu’il ne t’arrive rien.

Soudain, sans crier gare, je fis un pas vers elle et mes bras se refermèrent doucement autour d’elle avant que je ne pose ma tête sur ses épaules. Perdu dans ses cheveux, envoûté par son parfum, je me surpris à fermer les yeux quelques instants. Elle m’avait tellement manqué… Et à présent, son cœur battait contre le mien, et je me promis de savourer chaque seconde qui passait.
- Ca va aller, maintenant, lui murmurai-je d’une voix douce en caressant sa chevelure.
A cet instant précis, toutes mes bonnes résolutions volèrent en éclats. Quelle importance que je sois un chevalier ? Les chevaliers n’avaient ils pas droit à un peu de bonheur eux aussi ? Puisque nous étions destinés à mourir jeunes, pourquoi ne pas profiter de chaque jour qui nous restait ?

Détachant enfin mon étreinte, je pris à mon tour délicatement le visage d’Ahina entre mes doigts, lui souris, et :
- Il nous aura fallu treize ans pour nous retrouver, n’est ce pas ?
Et sur ces mots, mes lèvres se posèrent avec une douceur infinie sur les siennes.


Dernière édition par Kappa le Mer 5 Nov - 5:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Mer 6 Nov - 22:22


Céder et s'abandonner

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

Le contact est étrange, désopilant, elle n'aura rien vu venir. Le coeur serré et les lèvres tremblantes, il est certain que le Scorpion ne sait pas vraiment comment elle doit réagir. Alors que Kappa la couve de ses bras, posant son menton sur son épaule alors que ses doigts s'enfouissent dans les cheveux bruns d'Ahina, ses bras s'élèvent dans les airs avant de retomber mollement le long de ses flancs, pour s'élever de nouveau en un ballet perplexe et gauche.
A cet instant et alors que les mots qu'il lui adresse se veulent rassurants et confiants, ce qui habite l'esprit d'Ahina pourrait se résumer en quelques mots : je fais quoi ?!

Le temps de trancher cette épineuse question, le Verseau desserre son étreinte en l'éloignant un peu d'elle. La mine parfaitement déconfite, Ahina le dévisage d'un air totalement perdu. Elle qui est d'ordinaire si pleine d'assurance, se retrouve parfaitement démunie face à cette situation qu'elle n'imaginait jamais pouvoir se produire un jour.
Treize ans... oui. Ce fut long, très long, trop long.

Ses prunelles s'agrandissent toutes rondes lorsque les lèvres de Kappa se posent tendrement contre les siennes. Papillonnant plusieurs fois des cils alors que la sempiternelle rengaine du "je fais quoi !!!!" hurle dans son crâne, les sentiments semblent enfin prendre le pas sur la raison ou l'incompréhension. Il n'y a jamais eu de manuel pour ce genre de choses. Ni pour elle, ni pour personne d'autre. Alors autant suivre les impulsions naturelles qui se dessinent à l'instant présent.

Ses bras s'élèvent une nouvelle fois très lentement, se séparant de son corps pour ne plus reculer cette fois. Avec une infinie précaution, comme si elle craignait de briser quelque chose de trop fragile en cet instant tant espéré sans pour autant l'avoir jamais formulé clairement, les bras de la jeune femme entourent le torse masculin en une étreinte aussi douce que tendre, dont on n'aurait sans doute jamais pu l'estimer capable.
Une larme coule le long de sa joue, puis une seconde. Les pleurs se bousculent, enserrant sa gorge, baignant ses lèvres et celles du Verseau par la même occasion.

"Je peux pas m'arrêter !" Lâche-t-elle d'un air agacé, en pleurs, alors qu'elle éloigne un peu son visage de celui de Kappa.

A peine achève-t-elle son dernier mot qu'elle enfouit son visage dans le cou du chevalier en relâchant des pleurs qui lui rappelleront sans nul doute le lâché prise qu'il ne lui avait vu qu'une fois jusqu'à présent, lorsqu'ils étaient avec Mashia et Lya dans la clairière de leur enfance.

C'est à cet instant que la mère d'Ahina pénètre sur la terrasse. Elle fige son mouvement dès que ses prunelles claires rencontrent les deux jeunes gens dans les bras l'un de l'autre. Un sourire ému s'affiche sur son visage alors qu'elle lève un index qu'elle place devant sa bouche lorsque Kappa tourne les yeux vers elle. Doucement elle dépose un plateau composé de viande séchée et de fromage sur la table de fer forgée qui trône sur la terrasse et fait demi tour en quittant discrètement les lieux.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Ven 8 Nov - 0:13



Le moment était d’une telle fragilité que je n’osais pas faire le moindre mouvement brusque. Deux âmes enlacées totalement inexpérimentées en la matière malgré nos âges respectifs. Mes gestes étaient maladroits et mes mains tremblaient même si je tentais de me donner contenance. Quant à Ahina, c’était encore pire. Il lui fallut du temps avant d’oser ne serait ce que poser les mains sur moi. Mais c’était à prévoir, et je l’avais prévu. Je savais qu’après tout ce temps et connaissant le choc qu’elle avait ressenti lors de mon départ, elle ne pourrait qu’être encore plus fragile que moi dans ce domaine malgré mon passé chargé en malchance.

Finalement, ses nerfs lâchèrent au moment où elle m’enlaça à son tour. Puis, éloignant son visage :
- Je peux pas m’arrêter !
- Aucune importance, lui répondis-je avec une infinie douceur alors qu’elle enfouit son visage au creux de mon cou, je ne te demande pas d’arrêter.
Ce faisant, ma main caressa à nouveau ses cheveux pour la calmer, et c’est alors que mon regard fut attiré par une invitée imprévue qui s’était approchée discrètement. Lorsque je vis son visage et le sourire qui l’illuminait, je répondis par un regard signifiant « vous saviez, n’est ce pas ? », et un « merci » muet franchit la barre de mes lèvres avant qu’Enya ne dépose le plateau et disparaisse aussi discrètement qu’elle était arrivée.

Je restai ainsi enlacé avec le Scorpion un long moment, la berçant et la caressant pour l’aider à calmer ses nerfs. Je savais qu’elle avait besoin de se libérer, que ça sorte. Cela faisait trop longtemps que cela couvait. Treize ans. Treize longues années. Et tout ça par ma faute. Je la comprenais parfaitement à cet instant, et les mots étaient inutiles. En cette nuit, enfin, nous avions retrouvé notre complicité d’antan. Sur cette pensée, mes lèvres se posèrent sur les cheveux de la jeune femme et mon regard se tourna vers la voûte céleste. Déjà, les étoiles apparaissaient un peu partout. Bientôt, notre rôle de chevalier reprendrait le pas et nous allions devoir nous séparer quelques jours ou quelques semaines, voire quelques mois pour cela, nous allions affronter des dangers et mettre nos vie en jeu. Mais pas ce soir. Cette nuit serait à nous. Une nuit de paix et de bonheur rien qu’à nous, avant d’affronter les épreuves qui nous attendaient. Soudain, une étoile filante traversa le ciel et un sourire se dessina sur mes lèvres : le futur pouvait bien attendre. Ce soir, nous n’étions pas des chevaliers…

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Dim 8 Déc - 0:23


Chevalier, job à plein temps

Fin mars 1755 ~ Maison des parents d'Ahina à Rodorio

La vie est étrange... Bateau comme phrase hein ? Et pourtant...
Passer de la violence à l'amour, de la baffe au baiser, de la froideur à la douceur. Et si cela ne s'est certes pas fait en quelques secondes, il n'en aura cependant pas fallu plus d'une dizaine pour que les barrières finissent par céder, une fois l'impulsion inculquée.

Comme dans les contes de fée que les mères se plaisent à lire aux petites filles pour qu'elles s'endorment bercées de jolis rêves, Ahina n'avait pas du tout envie de se réveiller à cet instant. Trouvant un peu de la douceur qui lui faisait tant défaut ces dernières années, c'est avec beaucoup de tendresse et une délicatesse qu'on ne lui connaissait que peu, qu'elle se blottit au creux des bras de celui qui lui a si cruellement manqué. Pourquoi n'avait-elle pas compris tout cela plus tôt... Que de temps perdu pour de si mauvaises raisons.

"Ahem..."

Relevant brusquement le visage, s'extirpant violemment des bras de Kappa en se propulsant presque à l'autre bout de la terrasse comme si le diable en personne venait d'apparaître, la brune fustige du regard le chevalier de bronze qui vient de faire connaître sa présence.
Perché sur le rebord de pierre du large balcon, le jeune garçon rougit jusqu'aux oreilles en baissant la tête face à la mine furieuse du Scorpion.

"Qu'est-ce que tu veux toi ?! On t'a pas appris à passer par la porte quand on va chez quelqu'un !" Lance-t-elle d'un air on ne peut plus contrarié.

Une telle remarque venant de quelqu'un qui ne passe jamais par la porte et qui passe le plus clair de son temps planté au milieu de la route au lieu d'emprunter le trottoir, c'est une réflexion pour le moins amusante.

"Je suis... désolé... Mais j'ai un message urgent pour vous..."

Fixant le jeune garçon qui doit à peu près avoir l'âge de Mü, la puissance en moins, Ahina croise les bras sur sa poitrine en soupirant. Un message urgent... ça pue ça comme nouvelle !

"Et bien vas-y... je t'écoute" Répond-elle d'une voix un peu plus aimable.

"Le Grand-Pope vous demande"

Papillonnant des cils à plusieurs reprises, Ahina dévisage le chevalier de bronze d'un air incrédule. Shion ? Que peut-il bien lui vouloir... Elle n'a pas fait de connerie pourtant... enfin, pas récemment en tout cas.

"Ah bon... Il t'a dit pourquoi ?"

"Non chevalier. Il m'a juste demander de prévenir Ahina du Scorpion qu'il l'attendait et qu'elle le rejoigne dans les plus brefs délais."

Jetant un bref regard étonné vers le Verseau, les prunelles mordorées du Scorpion se reposent sur le jeune homme en hochant silencieusement du visage. Il semble interpréter ce geste comme l'autorisation de partir, mais avant qu'il ne prenne la poudre d'escampette, la main d'Ahina le saisit par le col alors que la brune chuchote à son oreille d'une voix très basse, presque gutturale.

"Si tu souffles mot de ce que tu as vu à quiconque, je te transforme en pâté pour cleps et je ferai le voyage exprès jusqu'en enfer pour te filer à bouffer à Cerbère. Me suis-je bien faite comprendre..."

Déglutissant bruyamment en hochant vivement la tête de haut en bas, la main de la brune consent à le relâcher alors que le bronze disparait sans demander son reste.
Ahina fait volte face en direction de Kappa et saute jusqu'à lui d'un bond de puce, qui n'est pas sans rappeler l'Ahina qu'elle était il y a de cela une dizaine d'années.

"Bon bah le devoir m'appelle... C'est con... mais bon pas trop le choix" Lance-t-elle en souriant.

Ahina tourne les yeux alors que ses narines hument soudainement une bonne odeur de... bouffe !!!! Ses prunelles tombent sur le plateau confectionné par sa mère. Un soupir s'extirpe bruyamment de sa poitrine alors qu'elle repose les yeux sur Kappa.

"Restes ici si t'as envie. Et puis tu sais comment sera maman si tu ne finis pas son assiette !" Lâche-t-elle en éclatant de rire tout en imaginant sa mère coursant Kappa avec un balais, comme au bon vieux temps.

La jeune femme semble hésiter quelques instants, restant plantée face au Verseau comme un piquet. Elle avance sa main, la repose contre son flanc, avance d'un pas, puis s'arrête. Il semble assez évident qu'elle ne sait pas trop comment ni quoi faire. Le temps pressant, Shion n'étant pas homme à convoquer si ça n'est pas urgent ou justifié, le Scorpion finit par esquisser un sourire tout ce qu'il y a de plus niais en se frottant le derrière du crâne.

"Je... hum... tu... enfin... on se voit quand je reviens !"

Faisant volte face d'un bond de cabri, Ahina se retrouve perchée sur le rebord du balcon et s'est après lui avoir adressé un dernier sourire qu'elle saute jusqu'au rez-de-chaussée en filant vers le Sanctuaire.

-> ailleurs

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   Dim 8 Déc - 2:48



Toutes les bonnes choses ont une fin, comme le dit le proverbe. Mais ce que je n’avais pas prévu, c’est la raison qui pousserait le scorpion à bondir comme si elle avait reçu une décharge électrique d’une puissance inouïe à travers le corps. Manquant de sourire face à la réaction disproportionnée mais tellement mignonne d’Ahina qui supportait très mal d’avoir été surprise dans mes bras, je décidai finalement de la laisser gérer la situation comme elle l’entendait, en fixant le jeune chevalier de bronze d’un regard froid tout en conservant le silence. Toutefois, l’annonce de la raison de sa visite en cette heure tardive éveilla immédiatement ma curiosité. Et le regard échangé avec le Scorpion d’Or me confirma que cette curiosité était partagée. Pour que Shion la convoque, et à cette heure ci, encore, c’est que quelque chose de sérieux avait dû se produire. Cela sonnait très probablement comme un brieffing précédant une mission. La séparation prévue et le retour à nos rôles respectifs avait lieu plus tôt que je ne l’avais pensé.

Après s’être assurée du silence du jeune garçon sur ce qu’il avait entrevu par inadvertance malgré lui, Ahina revint vers moi en bondissant avec souplesse. Discrètement, j'encourageai le pauvre garçon à s'enfuir tant qu'il le pouvait d'un signe de tête. Un léger sourire franchit malgré moi la barrière de mes lèvres en voyant le traitement réservé au pauvre messager qui n’avait pas demandé à assister à cette scène qui lui coûtait à présent la colère du scorpion.
- Bon bah le devoir m'appelle... C'est con... mais bon pas trop le choix.
- Oui, on dirait bien que la fête est finie, répondis-je en lui souriant avec douceur.
La jeune femme me proposa ensuite de rester sur place afin de manger le plat confectionné par sa mère. Souriant suite à sa remarque, je rétorquai :
- Oui, tu as raison.

C’est alors que je sentis le malaise et l’hésitation d’Ahina avant qu’elle ne prenne congé. Je compris aussitôt d’où venait son problème. Elle avait décidément beaucoup à apprendre. Mais cela importait peu, je n’étais pas pressé. Attendri par sa gêne, je souris et avec un geste de la tête lui chuchotai soudain après un clin d’œil :
- Allez, files. Shion t’attend.
- Je... hum... tu... enfin... on se voit quand je reviens ! me répondit elle.
- Fais bien attention à toi, ajoutai-je après avoir hoché la tête.

Puis la jeune femme s’évapora dans la nuit en direction du sanctuaire, me laissant seul sur le balcon. Adossé à la rambarde, pensif, je regardai la jeune femme s’éloigner de la maison. Restait à espérer que la raison de sa convocation n’était pas trop grave. Quant à moi, je devrais probablement bientôt affronter à nouveau les chevaliers noirs. Après tout, ils représentaient actuellement notre principale menace…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le temps est venu ~ Kappa   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps est venu ~ Kappa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-