RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Mar 10 Déc - 23:15

[url=Pr%C3%A9c%C3%A9dent : Chronique]Précédent : Chronique[/url]

Curieux. Étrange. Inattendu. Pas si inattendu en fait.

Oneiros ne savait que penser de la dernière invitation -convocation serait un terme plus juste- adressée par Minos. Le régent d'Hadès avait envoyé un spectre sillonner tout le royaume de morts pour retrouver le dieu des rêves en pleine méditation. Il avait d'ailleurs eu la chance de tomber sur son auguste personne alors qu'il était à peine sorti de Morphia rendre visite à quelques sommeils de longues dates, sans quoi l'invitation aurait pu tomber dans le Phlégéton et brûler sans jamais arriver à son destinataire.

Le pli était sobre, formel, froid. Même à travers les lignes, Oneiros pouvait sentir le juge méfiant et tentant vainement d'imposer son autorité par l'intimidation. Peine perdue. Quand comprendrait-il ? Néanmoins, il demandait un entretien privé, donc pas une séance de psychanalyse collective où il aurait à répondre de son statut de dieu devant toute l'armée.

Bien joué de sa part : la curiosité du Rêve était piquée, et l'humiliation évitée avait préservé le peu d'estime qu'il conservait encore pour le griffon.

C'est ainsi que la grand-salle de Giudecca, rendue déserte par la présence de deux gardes solides à l'entrée, accueillit le maître des illusions et des oracles. Le juge était déjà là, debout, attendant sa "recrue". Pour tout salut, Oneiros se contenta d'un signe de tête, ce qui était déjà une grande faveur de sa part pour un mortel arrogant.


"Me voilà, régent. Le temps est écoulé depuis votre dernier ultimatum. Attendez-vous un compte-rendu de ma mission, allez-vous me renouveler votre souhait de me voir former vos petites ouailles ? Ou peut-être avez-vous changé d'avis à mon sujet ? A moins que vous ne désiriez me forcer à quoi que ce soit d'autre. Je vous écoute, convainquez-moi."

En apparence, le dieu ne prenait pas du tout au sérieux cette entrevue. D'un claquement de doigts il se fit apparaître un trône dans lequel il s'assit nonchalamment, une coupe de nectar à la main et le regard brillant d'un serpent attendant qu'une proie passe à proximité de ses crochets. Il leva son verre à la santé du griffon avant de boire une gorgée de son breuvage, puis attendit le lever de rideau.
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Himmel


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 815

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Mer 11 Déc - 0:47

Entouré de plusieurs personnes fortement liés à Hadès, Himmel tournait en rond. Les nouvelles qu'il venait de recevoir étaient loin de lui plaire. Un nouveau problème se soulevait, mais contrairement à tout ce qu'il avait pu connaitre jusqu'à maintenant, l'ennemi était encore inconnu.

Une enquête était nécessaire. Le Griffon avait déjà entamé cette démarche, mais les Spectres qu'il avait envoyé avait été tué. Il ne pouvait plus se permettre la moindre erreur. Aussi, il avait décidé d'appeler quelqu'un de plus puissant, qui pourrait très certainement mené à bien cette enquête. La seule chose qu'il ignorait, était comment se déroulerait leur retrouvaille après leur "houleuse" discussion six mois auparavant.

C'est alors que Oneiros entra, s'approchant de Himmel et de ses conseillers, alors que ce dernier était pensif à regarder des documents. Il ne prit pas la peine de se retourner. Le Dieu des Rêves ne lui donnait même pas la moindre chance d'esquisser le moindre mouvement. Il prenait la parole et ne se montrait pas des plus tendres.

- Me voilà, régent. Le temps est écoulé depuis votre dernier ultimatum. Attendez-vous un compte-rendu de ma mission, allez-vous me renouveler votre souhait de me voir former vos petites ouailles ? Ou peut-être avez-vous changé d'avis à mon sujet ? A moins que vous ne désiriez me forcer à quoi que ce soit d'autre. Je vous écoute, convainquez-moi.

Prenant les documents dans sa main, ne croisant pas une seule fois son regard, il lui répondit aussitôt.

- Mon avis à votre sujet n'a pas changé, tout comme le vôtre à mon sujet se maintient vraisemblablement inchangé. Quant à vous forcer à faire quoique ce soit, encore faudrait-il que je puisse avoir le temps de le faire! Malheureusement, nous avons mieux à faire Dieu des Rêves!

Il s'approcha de lui, et lui tendit les documents qu'il tenait à la main. Un rapport sur les événements qui s'était déroulé en Germanie. La mystérieuse disparition des plusieurs personnes, l'enlèvement d'enfants tout comme l'assassinat des Spectres envoyés auparavant enquêtés. Tout cela ne laissait présager rien de bon pour eux.

- Des phénomènes étranges ont lieu non loin de la Cathédrale d'Hadès. Des enfants, étant de parfaits réceptacles pour notre Seigneur Hadès sont enlevés chaque jour. Il y a fort à parier qu'un ennemi nous attaque dans l'ombre. J'ai envoyé des Spectres enquêtés, mais, ils ne sont plus là pour nous dire ce qu'ils ont pu éventuellement apprendre. Ce qui me laisse penser que l'ennemi est dangereux. Aussi, je me dois confier cette mission à quelqu'un qui aura les moyens d'en apprendre plus à ce sujet et détruire toute menace.

Il le regardait fixement. Il n'y avait pas d'animosité dans ses yeux, juste la préoccupation qu'un leader pouvait sentir quand attaquer par une force obscure dissimulée.

- Vous voulez que je vous accorde ma confiance n'est-ce pas? Que dîtes vous de remplir cette mission? Si vous la réussissez, j'accepterai de revoir mon jugement sur votre personne, et tenter d'oublier que vous ne désirez pas me voir occuper la place de Régent des Enfers, il est inutile de le cacher. Cependant, tant que nos objectifs restent les mêmes, œuvrer pour le bien du Seigneur Hadès, alors, je suis prêt à vous accorder ma confiance et vous donner la place que vous désirez au sein de l'Armée Spectrale. Acceptez-vous cette mission Seigneur Oneiros? Ou bien dois-je la confier à quelqu'un d'autre?

Lui demander d'accepter une mission? voilà bien quelque chose que Himmel aurait désiré éviter. Mais, dans un moment comme celui-ci, et n'ayant personne d'autres, capables de mener à bien une telle mission, sous la main, étant donné que Aiakos n'était toujours pas de retour, le Griffon n'avait pas le choix. Il savait pertinemment qu'il ne pourrait avoir une confiance absolue en Oneiros, après tout, rien lui garantissait qu'il ne tenterait rien pour le "détrôner". Mais, Himmel serait sur ses gardes et si le Dieu des Rêves n'avait rien tenter pour le moment, c'était peut-être parce qu'il savait qu'il aurait plus à perdre qu'autre chose. Mais, dans un combat contre Oneiros, il y avait fort à parier que Minos referait surface. Himmel risquerait gros lui aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Mer 11 Déc - 9:32

Voir tourner Minos comme un fauve ou un oiseau en cage -il était les deux après tout- avait quelque chose de pathétique qui évinça toute pensée ironique de l'esprit du dieu. Il semblait s'inquiéter pour ses petits spectres, comme c'était mignon.

Ce qui étonna plus Oneiros fut de se voir tendre plusieurs feuilles comme à un secrétaire, sans explications. Il fit disparaître son nectar et se prêta au jeu. Ne souhaitant pas perdre de temps, il changea les signes modernes en écriture grecque ancienne puis commença à parcourir les feuilles noircies.

Par habitude, il lança d'un ton badin :


"Les spectres meurent tous les jours. Ressuscitez-les. Vous avez les pouvoirs d'Hadès entre les mains, non ?"

Une fois les derniers mots lus, Oneiros triomphant leva des yeux d'un sérieux absolu et croisa le regard d'acier de son égal. L'espace d'une seconde, ils furent seuls, nageant dans les prunelles de l'autre, sondant les moindres recoins perceptibles d'un esprit compliqué. Pourtant, aucun n'était agressif, tous deux gardaient la dignité due à leur rang. Les conseillers dans la salle furent subjugués par la puissance de ce simple échange visuel.

"Le Saint-Empire romain germanique... Un territoire depuis longtemps acquis à la cause d'Hadès, qui a su fournir d'excellents hôtes. Avec la succession récente des Habsbourg, je ne suis guère étonné qu'un profiteur y sème le trouble."

Hiératique, Oneiros se leva de son trône, qui disparut derrière lui. Il roula les quelques feuilles et les glissa entre deux plaques de son surplis d'un air entendu.

"Je préfère vous voir au pouvoir plutôt qu'un irresponsable qui aurait tôt fait de s'attirer mon ire. Je ne garantis pas la survie des personnes qui m'accompagneront, car j'imagine que vous prendrez bien la précaution de me faire surveiller, ou épauler si vous préférez, de peur que ce soit moi qui kidnappe tous ces frêles enfants."

Comme six mois auparavant, le dieu s'inclina à 45 degrés. Cela devait rappeler certains souvenirs au juge, qui avait su en prendre compte au moins un peu.

"Y a-t-il autre chose que je doive savoir pour remplir mon rôle, seigneur Minos ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Himmel


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 815

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Jeu 12 Déc - 22:31

- Les ressusciter? Là n'est pas le problème!

En effet! Himmel pourrait utiliser le pouvoir du Dieu des Enfers pour ramener les Spectres à la vie, mais cela consommait énormément d'énergie, chose qu'il ne pouvait se permettre de réaliser sans y penser convenablement. Mais le vrai problème n'était pas les combattants morts en soi, mais qu'il y est des guerriers assez forts pour s'en débarrasser. Et c'est cela qui le préoccupait le plus. Si réellement il s'agissait d'ennemis qui tentait d'empêcher la résurrection d'Hadès, alors il faudrait les prendre au sérieux et envoyer les meilleurs combattants disponibles, afin d'éradiquer le plus vite possible cette potentielle menace.

- Je préfère vous voir au pouvoir plutôt qu'un irresponsable qui aurait tôt fait de s'attirer mon ire. Je ne garantis pas la survie des personnes qui m'accompagneront, car j'imagine que vous prendrez bien la précaution de me faire surveiller, ou épauler si vous préférez, de peur que ce soit moi qui kidnappe tous ces frêles enfants.

Himmel esquissa un léger sourire. Visiblement, les préliminaires entre eux étaient terminés. Ils pouvaient à présent s'en donner à coeur joie et déballer toute leur méfiance, pour ne pas dire plus, l'un sur l'autre.

- En effet, vous serez accompagnés. C'est une situation que je veux voir résolue le plus rapidement possible. De plus, nous ne savons pas exactement qui est derrière tout cela, ni combien sont-ils. Il est donc préférable d'emmener avec vous trois spectres, qui seront directement mis sous vos ordres pour cette mission. Libre à vous de penser ce que vous désirez!

Qui plus est, Oneiros sous-estimait quelque peu les Spectres. En six mois, ils avaient eu le temps de s’entraîner et de progresser. Himmel en était certain, ils n'y allaient pas pour faire de la figuration, tant que, bien entendu, Oneiros sache les diriger. Il était temps pour le Griffon de savoir à quel point il pouvait compter sur le Dieu des Rêves sur le champ de bataille. Être une divinité ne signifiait pas obligatoirement être un leader!

Himmel fit un geste de la main, et trois hommes quittèrent les lieux. Ils allaient appeler les Spectres choisis pour cette mission. Ils seraient bientôt réunis ici-même.

- Il n'y a rien de plus concernant cette mission. Je vous ai dit tout ce que je savais, les documents que je vous ai remis contiennent toutes les informations recueillies jusqu'à présent. Identifiez la cause de ces meurtres et enlèvement, et éradiquez la menace si réellement il y en a une. Ce sera tout Seigneur Oneiros!
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Ven 13 Déc - 16:22



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques





Retour




=> Chroniques

Château de Tiffauges, France, Avril 1755

« Dame Callan ? C'est encore moi, Gilles... »

Pas de réponse. Encore. Un bref soupir s'extirpe de ses lèvres entrouvertes, désenchanté, le Spectre du Bourreau ne savait plus quoi faire. Son poing est sur le point de tambouriner encore contre cette maudite porte qui donnait sur les appartements de la belle jeune femme et ancienne hôte de Perséphone. Mais son geste se suspendit, le cœur n'y était plus. Son front, lentement alla se poser contre le bois, et cette froideur finit de lui faire perdre espoir. Dès lors que le Commencement était établit sur un Mensonge, le reste ne pouvait que finir par vaciller. Malgré les bons moments passés entre eux, les confidences, leur lien venait sans doute de se briser net. Tant de fois le Bourreau avait voulut lui révéler cette funeste vérité, tant de fois qu'il n'était plus possible pour lui de compter. Ô mais il avait fait une promesse – certes bien dérisoire en comparaison de tout ce qu'il s'était passé lors de ces six mois – et toutes promesses dans la bouche d'un chevalier devait prévaloir sur le reste. La gorge nouée, Gilles de Rais était abattu, mais ne devait s'en prendre qu'à lui-même. En fin de compte, n'était-elle pas plus importante que le Code ? Ses mains se crispèrent jusqu'à ce que ses phalanges blanchissent, la rose qu'il tenait entre ses doigts perdit trois des quatre pétales qui lui restait. Cette même rose noire offerte par Callan il y a de cela une semaine jour pour jour et qui représentait à elle seule, le moment de sa déchéance. Accablé par la culpabilité, il lui avait tout avoué sur ce banc, sous l'ombrage de ce chêne vieux de plusieurs centaines d'années et qui l'avait vu grandir, mourir puis revivre.

Ce n'était pas juste, le Destin resterait à jamais capricieux avec lui, lui qui pensait avoir enfin effleuré le bonheur... de connaître, un peu du repos qu'il recherchait tant lorsqu'il était encore Maréchal de France.

C'était cela, il en demandait trop. Peut-être n'était-il tout simplement pas fait pour être heureux ? Cette pensée le fit fermer les yeux. Qu'il rouvrit instinctivement quand une présence se dessina derrière lui. Porte-Mort matérialisée, il était prêt à pourfendre l'inconnu de son épée mais là encore, suspendit son geste quand il identifia clairement le messager comme faisant parti de l'Armée Infernale. Les Enfers. Ainsi donc, Minos du Griffon lui demandait de revenir séance tenante … cela faisait déjà six mois qu'il était ici, à la surface ? Il fallait sans doute que la Dame l'accompagne aussi, non ? Rien n'était réellement stipulé. De toute façon, elle n'était pas encore prête à faire son retour et Gilles ne le permettrait pas tant qu'il n'était pas assuré de son avenir, et de sa sécurité. En vu des derniers événements, la prudence était de mise.

« J-je dois m'en aller Dame Callan, une mission m'oblige à vous quitter pour quelques temps. Je reviendrais vite vous voir et... nous... enfin... nous pourrons parler si toutefois... » il laissa sa phrase en suspend avant d'ajouter, vaincu. « Au revoir ma douce amie. »

Et il s'en fut dans un claquement de cape. Le messager spectral sur les talons, le Seigneur de Rais s'engouffra dans son labo pour y rechercher ce qui lui fallait et dans un même temps, prévenir son vieil ami Nicolas de Flamel de ses prochains mouvements. À son entrée, un homme grand au port altier et aux cheveux bruns coupés court le salua par un sourire bienveillant. Sourire qui s'évanouit de sa figure quand il vit la seconde personne qui l'accompagnait. Pas besoin de grand discours, un seul regard échangé entre les deux partenaires suffit pour qu'ils se comprennent. Il fit signe au porteur de la missive de l'attendre quelques instants le temps qu'il se prépare. Revêtant sa tenue de Bourreau, Gilles de Rais était pareil à ce qu'il fut autrefois lors du Tournoi l'ayant confronté à Caedus, adversaire remarquable dont il n'avait pas perdu l'objectif de prendre sa revanche à son endroit. Une promesse faite à lui-même en quelque sorte. Sa mise était donc minutieusement étudiée à la fois sobre et élégante, où dominait le pourpre, le noir et le rouge. Il finit d'enfiler ses gants pour parfaire son apparence, et marqua un temps d'arrêt quand fut le tour de ganter, cette main mécanique, sa main gauche qu'il avait dû sacrifier pour faire renaître Callan. Ses yeux gris détaillèrent le travail d'orfèvre de son ami Nicolas qui, avec brio et ingéniosité s'était improvisé ingénieur pour créer ce remarquable chef d’œuvre. Grâce à lui il pouvait désormais remanier son épée de sa « vraie » main sans ressentir aucunes gênes. Perdu dans ses pensées et rêveusement en train de jouer avec le mécanisme qui restera à jamais le secret de son ami – même si il suspectait que l'alchimie était une part importante à ce prodige -  Gilles sursauta légèrement quand le Seigneur de Flamel lui demanda si il était prêt. Presque.

« Il ne manque plus que le Masque du Bourreau... »

Il prit avec précaution l'objet en question pour le placer sur son visage. Lisse, glacé et aussi blanc que la neige, son masque était surmonté d'un point rouge. L'Héautontimorouménos‎, le Bourreau de soi-même. Un temps il se regarda dans la surface du miroir qui lui renvoyait sa propre image, avant de faire volte face et disparaître avec le messager non sans avoir dit ces quelques mots à son ami avant de partir pour le Pandémonium.

« Veille sur elle mon ami. »

Les Enfers, Giudecca, quelques instants après l'envoi du messager ...

Une faille plus grande qu'un homme, déchira le temps et l'espace sans un bruit. Les ténèbres enveloppèrent une silhouette grande, si grande et élancée. Du haut de ses deux mètres trente, le Spectre qui se présentait là était empreint d'une drôle d'aura pourvue d'une certaine noblesse. Vu sous ce jour, Gilles n'avait plus rien à voir avec l'être hideux qui s'était présenté devant le Griffon. Quand il l'aperçut il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire narquois : leur dernière qui s'avérait aussi être leur première rencontre ne c'était pas déroulée de la meilleure des manières qui soit mais, en fin de compte Gilles avait obtenu gain de cause. Donnée qui ne fut pas sans l’enorgueillir. Lui comme son confrère du Garuda, étaient logés à la même enseigne, jamais il ne leur ferait confiance et plierait l'échine devant eux.

Jamais.

Ce fut donc sciemment qu'il mit un moment, faisant courir les secondes, pour s'incliner avec grâce et se présenter comme les convenances l'exigeaient. « Gilles de  de Montmorency-Laval Rais, Spectre du Bourreau de l'étoile Terrestre de l'Exécution, au rapport Seigneur Minos. »Finalement, son regard sous son masque changea quand il vit la seconde personne aux côtés de Minos. « Ô je suis navré, est-ce que je vous dérange ? »

La puissance de cet être était écrasante, alors, intrigué, Gilles pencha légèrement la tête sur le côté avant d'esquisser une autre révérence, plus formelle que la précédente à l'adresse de l'inconnu. Se pourrait-il que lui aussi ait été appelé par Minos pour cette intrigante mission ?

« Je suis enchanté de faire votre connaissance, monsieur ? ... »






Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Ven 13 Déc - 21:55

Trois spectres ? Voilà qui était raisonnable sans virer à l'ostentatoire. La satisfaction d'Oneiros se résuma à un discret hochement de tête. Et ce fut avec une certaine curiosité qu'il accueillit du regard le premier valet quelques minutes à peine après qu'on ait envoyé un messager à sa rencontre. Un maître des dimensions ? Voilà qui était plutôt intéressant.

L'homme était un géant, dépassant de deux bonnes têtes le chétif dieu des rêves et son interlocuteur. Mais quelle distinction ! Son habillage ne se laissait aucun doute sur ses prétentions : c'était un tueur charismatique. Un frisson de plaisir parcourut l'échine d'Oneiros lorsque ce nouvel arrivant s'inclina et salua ses maîtres avec l'élégance d'un ancien seigneur déchu...


"Hum... Quel goût."

Avec son habituel sens de la mise en scène, le dieu répondit à la révérence par une autre, plus ample, montrant par là l'étendue de son rang et de sa connaissance des convenances. Dans son mouvement, il avait fait apparaître une série d'insignes de haute distinction qui semblaient correspondre à l'époque du seigneur De Rais, et même à d'autres antérieures mais non moins glorieuses : une rapière passée à une ceinture d'un cuir de la meilleure facture, une couronne d'argent et de lapis-lazuli, d'émeraudes, de rubis, de multiples bagues en or et serties des mêmes pierres précieuses, une canne à la tête sculptée d'un lion, des bracelets de poignets, d'épaules et de pieds, une cape armée aux couleurs des lys de France, des léopards d'Angleterre, des aigles de Rome, de la croix de l'Ordre de Sainte-Marie des Teutons, de divers armoiries égyptiennes, chinoises, japonaises, incas, mayas, aztèques, mongoles et autres puissants empires déchus ou en cours d'affaissement. Mais le symbole le plus évident était bien sûr pouvoir divin, le pouvoir du Rêve qui lui permettait d'accomplir tout cela le temps de quelques secondes bien pensées.

Une fois redressé, Oneiros récupéra la simplicité de son surplis des rêves.


"Je suis le dieu Oneiros, fils du puissant Hypnos, aîné des Oneiroi, maître des rêves et des cauchemars, gardien des oracles et des dimensions oniriques dans leur ensemble. Nous en avions terminé semble-t-il, seigneur Minos ? Vous ne dérangez donc nullement."

Son regard détailla la stature colossale du spectre avec un intérêt glissé sous un visage impassible. Il se reporta à Minos, fit le contour de ses ailes, de ses cheveux d'argent. La prestance de ces deux-là n'avait rien en commun mais pourtant ils dégageaient tous deux quelque chose digne de figurer sur une scène, dans les fils d'un marionnettiste virtuose.

"Si je puis me permettre, de quelle époque exacte venez-nous, sieur De Montmorency-Laval Rais ? Je crois reconnaître là les manières d'un gentilhomme."
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Himmel


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 815

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Dim 15 Déc - 12:22

Il n'y avait rien d'autre à ajouter, leur petite réunion allait se terminer et Oneiros pourrait, en compagnie des Spectres que Himmel avait désigné pour l'accompagner, partir en mission.

Mais, la rapidité de certains Spectres ne cesserait jamais de le surprendre. En effet, à peine avait-il envoyé ses émissaires appeler les combattants concernés, que déjà l'un d'entre eux apparaissait à Giudecca. Gilles de Rais! Son apparence était différente de ce que le Griffon avait pu apercevoir la dernière fois, mais malgré cela, le Cosmos était identique. Mais pourquoi était-il apparu aussi vite? Désirait-il le voir? Le mettre au courant de "sa" mission, lui dire que le résurection de Callan était enfin terminé?

Gilles savait pertinemment que l'échec lui vaudrait un aller simple au Cocyte! Après avoir imploré le Juge des Enfers pour lui laisser la tâche de la ramener à la vie, Himmel ne lui pardonnerait jamais si jamais Callan n'avait pas bel et bien retrouvé la vie.

À sa question, Oneiros fût le plus prompt à répondre, se présentant aussitôt. Il semblerait que le Dieu des Rêves aimait vraiment que quelqu'un prenne la peine de lui parler avec un ton délicat et respectueux.

Himmel ne perdait pas de temps avec ce genre de banalité. Après tout, sur le champ de bataille, la seule différence qu'il peut y avoir entre un commandant et ses soldats, c'est que l'un donne les ordres pour avoir un sens plus poussé des tactiques et stratégies militaires. Rien de plus! Mais soit, à quoi bon remuer ce genre de choses à présent. C'était mieux ainsi, car dans le cas contraire le Griffon se ferait du soucis sur la réussite de cette mission.

- Oui! Nous en avons terminé. Gilles de Rais, tu accompagneras le Seigneur Oneiros en mission, il t'expliquera tout en chemin. C'est lui qui est à la tête du groupe que j'envoie enquêter, veuillez suivre ses ordres!

Il se retourna alors, commençant à marcher lentement. N'ayant rien de plus à dire, Oneiros et Gilles pouvaient quitter les lieux et rejoindre la Cathédrale, lieu de rendez-vous des Spectres désignés pour cette expédition. Mais avant cela, Himmel s'arrêtait et se tournait légèrement vers Gilles, une dernière fois.

- J'attends ton retour ici-même Gilles de Rais! Tu as un rapport à faire ne l'oublies pas, et j'espère que ce que tu as à me dire corresponde à ce que j'attendais de toi! Maintenant pars!

Himmel aurait préféré le laisser ici, afin d'en savoir plus sur Callan, mais il manquait d'hommes et ne pouvait se permettre d'envoyer si peu de monde enquêter sur une affaire qui commençait à prendre des proportions inquiétantes.
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Dim 15 Déc - 17:11



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Ce qu'il fut





Quelle drôle de surprise. Vraiment, le Seigneur de Rais ne s'attendait vraiment pas à cet accueil. Encore moins être l'objet de tant d'attentions à son endroit, c'était une première. La première fois qu'il se voyait être considéré comme … quelqu'un, ou tout du moins autre chose qu'un insecte indésirable sous la botte d'un Juge. Dès son arrivée aux Enfers, le Seigneur de Rais n'avait su trouver sa place au sein de cette sombre caste. Tout de suite il ne s'y était pas senti à sa place, les rencontres qu'il avait pu faire, l'ayant conforté dans cette idée, ne lui avaient somme toute pas donné envie de s'impliquer à la cause du Sombre Monarque. Non, celle à qui il devait une obéissance absolue, celle à qui il offrirait sa vie, son âme, sa foi et son honneur de chevalier déchu ne revenait qu'à la Reine, Perséphone. C'était elle qui l'avait couvé d'un regard bienveillant quand finalement il était tombé, c'était elle encore qui lui avait donné une seconde chance, touchée par son histoire, son cœur encore capable de ressentir malgré la fatalité qui l'avait frappé dès sa naissance. Perdu, la douce Dame des Saisons fut son phare dans la nuit, une main secourable pour lui. L'unique personne sur laquelle il pouvait compter, c'était elle, et elle seule. Si il avait été nommé Gardien du Printemps, Gilles n'en était pas peu fier et se targuait même d'être le plus fidèle serviteur de Perséphone. Mais maintenant qu'elle n'était plus réellement là, où allait son allégeance ? Son cœur s'était raccroché, tout malheureux qu'il était, à Callan qu'il voyait – aveuglément – comme était encore celle à qui il avait juré de protéger au péril de sa vie. De sa condition de Spectre, il ne subsistait qu'un mince fil prêt à se briser.

Cependant, la seconde personne qui se tenait aux côtés du Griffon eut de quoi l'ébranler. Et la surprise n'en fut que plus grande lors de la démonstration saisissante qu'il lui fit. La bouche sèche, les yeux largement écarquillés, le Seigneur de Rais se félicitait d'avoir revêtu son Masque du Bourreau. Un Dieu. Cela lui fit l'effet d'une claque tant cette pensée le surprit lui-même : se pourrait-il qu'il ne puisse s'entendre qu'avec des êtres capables de le sonder ? De le comprendre sans réellement le juger avec mépris ? Ou … jalousie ? Non, non, comment pourraient-ils l'être ? Bien que l’arrogance et la virulence d'Aiakos à son sujet soit sans doute synonyme d'une peur sous-jacente – celle qu'il le surpasse un jour, chose qui avait faillit se produire déjà lors de leur combat – Gilles ne représentait pas selon lui une menace. Mais le fait est qu'il avait été trahi par son ancien « compagnon » Faust, désireux d'obtenir la toute puissance aux dépends de ses principes originels l'avait rendu sauvage. En cela, Gilles lui en voulait beaucoup. Tout homme n'avait qu'une Parole. À présent qu'il se retrouvait là, face à une divinité curieuse d'en connaître davantage à son sujet, Gilles ne sut quoi répondre sur le moment, laissant le temps à Minos d'intervenir. Pour toute réponse, un simple hochement de tête et quelques paroles de connivences.

« Tout sera mit en oeuvre selon vos désirs Seigneur Juge. Je ferais mon rapport à mon retour, comme je vous en avais fait la promesse déjà. Et n'oubliez pas, je tiens toujours parole, c'est un principe chez moi auquel vous pouvez avoir toute confiance. Malgré la méfiance que vous pouvez me porter. - il se signa élégamment avant de sortir quelque chose d'entre les replis de sa courte cape : une rose noire pourvue d'une pétale qu'il fit léviter avec une douceur calculée jusqu'au Griffon – Une preuve Monseigneur, de ma bonne foi. Vous pourrez vous-même vous rendre compte de ce cosmos familier qui s'y dégage certes faiblement, mais qui est là la signature de la belle Callan que je protège, et continuerais de protéger. À jamais. »

S'il faisait preuve de zèle, qu'il démontrait toute sa ferveur envers sa douce Dame, Gilles ne s'en rendait même pas compte. Finalement, le Seigneur tourna son visage figé vers Oneiros. Sous les fentes qui lui permettait de voir, brillait un regard emplit de cette fièvre si caractéristique des hommes – qu'ils soient morts, vivants ou bien dans son cas, un peu des deux – emportés par leur curiosité. Soif que lui-même n'avait jamais su étancher. Car tel était sa nature. Là encore il prit la peine de rejeter dans son dos l'étoffe soyeuse recouvrant son bras et, dans des gestes emplit de cette noblesse qu'il n'avait jamais réellement perdu, Gilles démontra par quelques signes subtils, qu'il était certes bien inférieur à lui, mais qu'il était aussi enchanté d'être un sujet d'attention.

« Seigneur Oneiros je suis touché par l'intérêt que vous me portez et sachez que vous pouvez vous permettre toutes les questions qu'il vous plaira de poser. - il marqua un court temps d'arrêt – Si j'ai autrefois été un gentilhomme, cette époque remonte à très longtemps et est désormais révolue. Pour vous répondre, je viens des Temps de troubles où la France fut secouée, éprouvée même par la Guerre de Cent Ans. Je fus acteur tout comme spectateur de la Prophétie, oui, j'ai combattu auprès de Jeanne d'Arc, la « Pucelle » et nous avons ensemble libéré Orléans. - des images se bousculaient dans sa tête, des souvenirs heureux comme malheureux et sans s'en rendre compte, il avait baissé la tête. Ces songes revenaient le hanter de plus en plus souvent, faisant naître en lui la culpabilité d'avoir choisit Callan plutôt que sa précieuse Jeanne. Tourment qu'il balayait d'un revers de main. - Comme je vous l'ai dis, et le savez déjà, ce pan de ma vie est loin, très loin derrière moi sans pour autant que les ombres ne s'évanouissent. Je fus le second Maréchal de France au service de sa Majesté, un fier et talentueux stratège et combattant. Je fus un homme comme les autres avant de devenir un Monstre aveuglé par son ire, sa folie. Je fus un alchimiste, un damné, un assassin, on me connaît plus que sous le nom de « Barbe-bleue ». Aujourd’hui je suis Gilles de Rais, un … Spectre, le Gardien du Printemps de Dame Perséphone. »

Son maniement du verbe était indéniable. Mais complètement dénué de sous-entendus, de venin ou autre forme de fausse modestie, de faux-semblants. Non, si on devait accorder sa confiance sur ce point à un Spectre, c'était bien à Gilles de Rais. Il était honnête, au delà de toute raison et cela lui avait valut d'être haï par les autres démons hantant le Pandémonium. Mais il était aussi un être intelligent, un « fou-intelligent » comme l'avait fait remarqué Caedus. Les êtres les plus dangereux qui soient. Un fin sourire ourla ses lèvres. Il n'était pas un idiot, ni un être qui pourrait être aisément manipulé. Si on lui laissait sa chance, Gilles était tout à fait disposé à démontrer qu'il pouvait être une carte de choix pour les Enfers. Mais jusque là, personne ne l'avait comprit … à part... elle.

« Seigneur Minos, ce fut un plaisir, nous nous efforcerons que cette mission soit une réussite totale. En attendant, je vous présente mes respects. Monseigneur Oneiros ? Si je puis me permettre …  »

Sur ces dernières paroles, il fit apparaître son épée immense qu'il mania avec une dextérité propre au chevalier qu'il fut, afin d'une nouvelle fois déchirer le voile de la réalité. Les ténèbres commencèrent à l'envelopper comme un manteau avant qu'il ne se retourne vers le Dieu et lui intimer d'un geste poli, à le suivre jusqu'à la Cathédrale.



=> Cathédrale




Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Dim 15 Déc - 18:55

Le dieu onirique observa et écouta avec intérêt l'échange entre Minos et son subalterne. Une tension entre eux était perceptible, et la rose possédait un cosmos qu'Oneiros grava dans sa mémoire, juste au cas où il en aurait besoin. Barbe Bleue devait sans doute avoir pour mission permanente de protéger quelqu'un ou quelque chose de précieux, mission pour laquelle l'échec n'était pas permis. Un fil venait de se tendre dans le décor et le rideau tomba momentanément pour accueillir la scène suivante.

Le maréchal, puisque tel était son titre, expliqua brièvement ses origines à l'illusionniste. Celui-ci ferma les yeux, et usa de son pouvoir d'oracle pour tout voir et tout entendre, comme s'il s'y était trouvé lui-même. Il aperçut Jeanne et cette ombre près de lui. L'ombre d'un géant armé de fer et d'amour. La Pucelle d'Orléans tomba aux mains de l'ennemi, fut brûlée vive sur le bûcher des hérétiques, l'ombre erra, dégénéra, chuta.
Un bref instant l'image de la reine Perséphone apparut, suivit d'une cohorte de spectres au milieu desquels se trouvait le chevalier ressuscité, prêt à servir sans arrière-pensées ni limites. Ainsi, déçu par l'amour vivant, il avait préféré se relever pour croire en une chimère, en une femme qui lui ressemblait tant... Peut-être cela avait-il un rapport avec la rose noire ?


"Quelle tristesse, quelle tendresse... Quel cauchemar cela a dû être..."

Oneiros posa un regard indéchiffrable sur le spectre à ses ordres. Au plus profond de son âme il était mort avec l'esprit combattif d'un honnête chevalier dévolu à sa Dame. Un merveilleux fou sur l'échiquier du destin.

C'est alors que, poussant l'audace, il déchira l'espace et invita le dieu des rêves à le suivre à travers une autre dimension jusqu'à un lieu qu'Oneiros reconnut être la cathédrale, l'une des bases les plus connues du monde spectral, stratégiquement irremplaçable. L'illusionniste fut plutôt satisfait de ne pas avoir à emmener un mortel avec lui à travers les mondes oniriques pour atteindre la même destination. Il salua donc Minos d'un hochement de tête et s'engouffra sans crainte dans l'ouverture.


Suivant : Odyssée des spectres


Dernière édition par Oneiros le Mar 25 Fév - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Ikelos


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 42

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Sam 11 Jan - 21:31

Ha les Enfers ! Un lieu si paisible, si reposant ! Ces cris d'âmes torturées, ces corps frêles se dirigeant vers leurs morts définitives. Ces différents lieux à arpenter, un meurtre pouvait se dérouler si facilement ici....à condition qu'un vivant vienne faire un détour... pourquoi le monde de ces stupides sacs à viandes ne ressemble pas à ça ? Pourquoi il faut qu'il y ai des fleurs, de la lumière et pire que tout de l'amour ! Bref je n'étais pas là pour m'amuser avec ces âmes en peines... Hé oui ! Vous reverrez plus vos familles, vos amis, en fait vous ne verrez rien, juste le noir absolu ! Oh je m'égare encore, on m'a convoqué à la Guidecca, ce n'était pas pour rigoler je pense, ça me donneras l'occasion de voir le nouveau dirigeant de cette marmite à souffrance. D'après quelques âmes que j'ai un peu torturées, très légèrement ne vous en faites pas, c'est un homme d'une grande sévérité et d'une grande puissance, quand j'ai entendu ça, j'ai pas pût m'empêcher d'être un peu excité, ma bestialité me chauffait à chaque pas qui me rapprochait du nouveau dirigeant.

Je rentrai enfin dans cette imposante salle, elle était comme dans mes souvenirs, magnifique, ses sculptures aussi horribles qu'adorables, le fameux voile cachant le trône du grand manitou et en haut des marches un homme aux cheveux blancs, il le voyait un peu concentré pour une raison inconnue. Quoi qu'après étude, je sentis le cosmos de mon frérot, le grand rêveur, celui qui avait la tête ailleurs pendant que moi je m'étais celle des autres ailleurs... Quoi qu'il en soit, ce cosmos n'était qu'un résidu, il était parti depuis un petit moment. Maintenant il faut savoir pourquoi ce grand aux cheveux blancs et aux...mais attendez...je le connais ce type ! C'est cet emplumé de Minos ! Le juge des pigeons ! Je pourrais vous donner son vrai nom aimables lecteurs, mais ça m'ennuie et ça ne me rapporte rien donc je dirais débrouillez-vous comme des grandes personnes que vous êtes. Je m'approcha un peu plus et décida de sortir ce substitut de sa rêverie :


"Tiens, si je m’attendais à vous voir, vous, à la place du grand patron… Je voyais une personne plus imposante, plus musclé, charismatique, sanglante, ouais un bon gars de chez nous quoi ! Bon pourquoi vous m’avez convoqué ? Si c’est bien vous…car après avoir pris plaisir à torturer le sac à viande que vous avez envoyé pour me trouver…je ne crois vraiment pas qu’il pourra reparler de sitôt pour me dire qui c’était… Ça manque toujours de fauteuil ici…mais bon s’asseoir reste inutile, on en aura pas pour longtemps je suppose."

Comme vous aurez remarqué adorables lecteurs, j'ai aussi fait preuve de politesse envers le spectre du pigeon, un peu de diplomatie fait toujours du bien et flatte toujours l’ego du destinataire, il est quand même à la place du boss et à certains pouvoirs qui vont avec ce poste.
Je me mis donc à attendre, voyons comment cet emplumé va vouloir m'utiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Himmel


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 815

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Mar 14 Jan - 23:12

Oneiros avait quitté la salle depuis peu que déjà l'un de ses frère apparaissaient déjà. Et si la situation avec le Dieu des Rêves était déjà assez compliqué, devoir maintenant s'entretenir avec celui de l'Illusion.

Ikelos était connu pour être le plus brutale et le plus violent des Dieux des Rêves. Tandis que Oneiros optait pour une posture plus éloquente et distingué, sachant donné à chacun de ses mots un sens précis. Ikelos ne perdait pas de temps avec ce genre de chose, optant pour entrer dans le vif du sujet et de manière peu commode. Si il est vrai que Oneiros avait refusé un combat contre Himmel, il y avait fort à parier que son frère accepte le défi, étant donné sa soif de combat.

Malheureusement, il n'y avait pas de temps pour ce genre de "plaisir". Avec une partie des troupes en mission, ce n'était clairement pas le moment de se battre entre "compagnons"!

- Tiens, si je m’attendais à vous voir, vous, à la place du grand patron… Je voyais une personne plus imposante, plus musclé, charismatique, sanglante, ouais un bon gars de chez nous quoi ! Bon pourquoi vous m’avez convoqué ? Si c’est bien vous…car après avoir pris plaisir à torturer le sac à viande que vous avez envoyé pour me trouver…je ne crois vraiment pas qu’il pourra reparler de sitôt pour me dire qui c’était… Ça manque toujours de fauteuil ici…mais bon s’asseoir reste inutile, on en aura pas pour longtemps je suppose.

Le Juge du Griffon se tournait vers le nouvel arrivant. Vraiment, l'exact opposé de son frère, mais probablement moins sournois que lui, ce qui n'était pas un mal, loin de là. Himmel savait que sa position ne plaisait pas à tous, et encore moins aux divinités qu'étaient les Fils d'Hypnos. Oneiros le lui avait déjà bien fait comprendre.

- Si vous n'êtes pas content avec le choix du Seigneur Hadès, pourquoi ne pas réclamer auprès de lui?

Himmel n'était pas d'humeur à perdre son temps avec ce genre discussions qui ne les mèneraient nulle part. Il enchaînait alors très rapidement, afin de montrer à son interlocuteur qu'il ne voulait pas perdre de temps inutilement.

- Si je vous ai fait venir c'est avant tout pour vous informer de la disparition d'Hadès. Il ne peut quitter Elysion pour le moment. Il m'a nommé à la tête de l'armée Spectrale pendant son absence.

Il marquait une légère pose, avant de reprendre.

- Et je désire également tirer profit de vos capacités à créer des visions Ikelos! J'aimerais, qu'en compagnie d'un autre Spectre, vous puissiez infiltrer Asgard, en cachant vos réelles identités. La mission est simple, tenter d'obtenir toutes les informations possibles à leur sujet. Surtout le nombre de Guerriers Divins à leur disposition et l'état de leur troupe après la dernière guerre d'il y a six mois. Naturellement, et ne vous en déplaise, évitez tout affrontement pour le moment. Notre principal objectif à présent et de savoir dans quel était ils se trouvent.

Savoir si Asgard était en mesure de les attaquer comme représailles de leur précédente invasion était l'un des objectifs. Mais Himmel n'excluait pas non plus l'opportunité d'attaquer et de terminer ce qu'ils avaient commencé il y a six mois.
Revenir en haut Aller en bas
Shizuo


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 1196
Armure : Sagittaire

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Dim 26 Jan - 19:03

Ma disparition n'était pas passée inaperçue aux yeux des spectres et Skan en était la preuve, ce spectre perspicace mais pas des moins audacieux était venu à ma rencontre mais tout cela ne faisait parti que du passé. Je m'étais enfin décidé à me rendre auprès de Hadès. Malheureusement, je ne pouvais distinguer son cosmos sur Terre ou dans les Enfers... seulement au-delà de ces deux mondes...à Elysion. Monseigneur s'était retiré...Que s'était-il donc passé durant mon absence ? Peu importe, je n'avais guère le temps de me poser des questions.

Giudecca était ma destination et à peine avis-je poser le pied sur le sol froid des Enfers que je repris mon envol rapidement et traversa rapidement les lieux avant d'arriver sur les marches menant à l'entrée de la 4ème sphère des Enfers. Je gravis les marches rapidement, je pouvais sentir le vent froid du Cocyte qui arrivait jusqu'ici et une fois en haut des marches, je me retourna afin d'avoir une meilleure vue sur les Enfers. Que ce royaume était beau, sinistrement attractif ! Les combats menés ici me revinrent alors en mémoire, la mort des spectres que j'avais regardé périr ou que j'avais sauvé de la mort qui était pourtant une délivrance... les géants que nous avions anéantis, eux qui avaient eu la possibilité de souffrir éternellement mais qui ont préféré se faire tuer corps et âmes.

Trève de nostalgie ! Je me retourna et vêtu de mon surplis du Bénou, je me dirigea dans la sphère en poussant les portes qui n'étaient pas totalement closes. Probablement que quelqu'un venait d'arriver quelques minutes avant moi. Je ne pouvais sentir que deux cosmos dont un que je connaissais déjà et l'autre qui avait une allure de cosmos divin mais seulement l'allure. Les portes grincèrent avant de   s'ouvrir complètement dans un fracas qui sembla faire trembler toute la sphère.

Les ténèbres d'abord...puis je finis par distinguer deux formes spectrales donc l'une qui portait une armure impressionnante et l'autre qui n'attira pas spécialement mon attention. Je me trouvais alors face au Griffon qui était à la place réservée à Hadès. Je n'avais pas eu à demander ce qu'il faisait là car il était d'une évidence troublante que le commandement des spectres lui avait été donné. Enfin bon, je ne me trouvais pas en face de Hadès donc pas de cérémonies !

Je le regardais droit dans les yeux et me rappela qu'avant  ma disparition mystérieuse je n'étais pas de la sorte, mes yeux avaient changé tout comme mes cheveux qui étaient passés du noir au rouge mais probablement qu'il ne le remarquerait pas. Je baissa légèrement la tête pour montrer que je le respectait malgré tout mais je ne l'avais pas lâché du regard. Ses cheveux blancs visibles dans la pénombre lui allaient tellement bien tout comme les immenses ailes qui faisaient fièrement partie intégrante de son armure.

J'étais donc arrivé en plein milieu de leur conversation et j'avais donc entendu les instructions qu'il avait donné à l'autre personne présente. Je porta mon regarde sur ladite personne et je compris à l'instant qu'il s'agissait là d'un des dieux du rêves. Je fronçais les sourcils avant de finalement détourner le regard pour le poser une nouvelle fois sur le juge.


- Je l'accompagnerais dans ce cas.

Allait-il me laisser l'accompagner ou serait-il réticent ? Je n'avais pas pour habitude d'être pacifiste loin de là mais il fallait tout de même accompagner un dieu du rêve. Quand bien même il ne me laisserait pas l'accompagner, je serais prêt à braver cet ordre pour accomplir ce que je n'avais pas pu accomplir il y a quelques temps...
Revenir en haut Aller en bas
Ikelos


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 42

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Lun 10 Fév - 20:36

Oh ! Le petit emplumé répliquait bien dit donc, ça me démangeait de lui rabattre son caquet de pigeon, pourtant il arrivait à dégager quelque chose, une chose qui voulait me forcer à le respecter...Bah ! Je n'ai pas de temps à perdre avec ce genre de pseudo aura, la seul aura démoniaque ici était la mienne.
Quoi qu'il en soit, il eut la politesse, surement obligatoire, de me tenir au courant dans quel pétrin s'était fourré notre Dieu de ce royaume. Il était apparemment coincé derrière son trône, là où se trouve la porte pour Elysion. Il enchaîna ensuite, ne me laissant pas ouvrir la bouche pour répliquer, en me proposant une mission. Malheureusement ce n'était pas une mission comme je les aimais, à savoir tout tué, femmes et enfants, faire souffrir les hommes, les rejoindre en Enfers pour les torturer à nouveau...Oh attendez ! Pardonnez-moi adorables lecteurs, ça ce n'est pas des missions, mais mon simple passe-temps favoris. Quoi qu'il en soit cette mission avait l'air des plus importantes, vue l'air qu'il prenait pour m'en parler.
En effet cette mission était très importante...Pour un planquer de service qui refuse de combattre ! Il voulait que je joue les pleutre en me servant de mes pouvoirs innés de Demi-Dieux pour revêtir l'apparence d'un foutu asgardien et qu'en plus je m'introduise chez eux, me peler l'arrière-train chez ces glaçons pour savoir combien ont résisté au dernier Hiver ! Je commençais à croire qu'il prenais un malin plaisir à m'envoyer dans ces déserts gelés où y avait tellement peu de personnes à torturés que ceux qui restaient était sois sur le point de mourir, soit venaient juste de naître et ce n'était pas drôle...Ils doivent les enfermer pendant qu'ils grandissent dans l'ombre ou alors pour les protéger du froid, auquel cas pour une fois je comprendrais les sacs à viandes. Le coup de grâce fût quand il me demanda d'éviter tous types d'affrontements, il sait que j'ai des besoins primaires à assouvir ? On dirait bien que non vue le caractère sérieux de la scène. Je décidai donc de prendre la parole.


" Eh bien ! Il n'a pas de bol notre pauvre Hadès... Coincé pas loin de son trône, ça doit le gonfler à mort... Je me demande ce qu'il fait en ce moment, probablement en train de rêver à son empire qui se débrouille sans lui, mais quand même, il me manque avec son petit air... Bref un boss reste un boss donc je t'écouterais le temps de ta régence, mais je t'avertis, au moindre faux pas ou que j'estime que ton ordre est contradictoire aux convictions d'Hadès, je n'hésiterais pas à détacher cette jolie tête de son corps. Ce n'est pas une menace ou un avertissement ou un serment d'allégeance, ça c'est pour les sacs à viandes encore là-haut. Ce sont juste mes conditions pour que tout se passe bien dans le plus sanglant des mondes. Ensuite, par rapport à ta demande, qui n'est pas de celles que j'affectionne, je pourrais le faire, mais ce sera bien une des rares fois où tu m'envoie faire l'éclaireur qui se planque dans les buissons ! Je promets rien pour les affrontements, ça dépendra de comment eux me traitent, s'ils me gonflent trop, ce sera un bain de sang pour eux. Pour les informations, je vais me faire un plaisir de les trouver, si je peux recourir à la force, car si c'est encore en partageant une bière autour d'un feu, je sens que je ne vais pas me contrôler longtemps."

C’était mes conditions pour partir en solo pour la mission, car si je devais tout faire tout seul,  je n’étais pas certain de ne pas parvenir à ne pas en tuer deux, trois, histoire de me réchauffer.
Puis la porte s’ouvrit derrière nous, et une voix d’homme se fit entendre, il avait sûrement entendu notre conversation car il proclama qu’il allait m’accompagner. Je me retournai pour voir qui avait l’audace de vouloir me suivre. Ce que je vis me laissa pantois, encore un autre pigeon ! A croire que c’était la mode en ce moment les plumes… Ils avaient quoi avec ? Je me ferais un plaisir de les lui arracher quand le moment sera venu.


" Toi tu veux me suivre ? Oh pitié Minos ! Pas avec un autre empaffé d’emplumé ! "
Revenir en haut Aller en bas
Himmel


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 815

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   Lun 10 Fév - 23:31

La réaction d'Ikelos n'était pas si différente de celle de son frère, ou bien même de celle d'Aiakos. Visiblement, tous se sentaient obligés de lui rappeler que si le Griffon tentait d'abuser de son post pour ses intérêts personnels, ils lui tomberaient dessus, lui faisant regretter amèrement.

Minos ne pouvait éviter de sentir un certain amusement face à cela. Pourquoi pensaient-ils qu'il ferait un telle chose? Était-ce parce que s'ils avaient été à sa place, c'est ce qu'ils tenteraient de faire? Ou bien, était-ce juste un moyen de tenter de l'intimider, afin de s'assurer que le Juge ne tenterait pas de les manipuler? Hadès ne lui permettrait même pas une telle chose, alors comment pouvaient-ils ne pas avoir confiance en leur Dieu?

Lorsque l'on se penche sur la question, il n'était pas difficile de voir que les Dieux et les humains se ressemblent. Quoique en disent les divinités qui se jugent omniprésentes et intouchables. Et même si Ikelos réteirait qu'il ne le menaçait pas, l'impression que Himmel avait était bien différente.

- Gardez vos menaces Seigneur Ikelos. Après tout, vous devriez probablement attendre votre tour si cela arrivait. Mais je peux vous assurer que tant que je serai le régent des Enfers, tous les ordres que je donnerai seront ceux du Seigneur Hadès.

Finalement, le Spectre du Bénou arrivait à Giudecca. Il pourrait alors accompagner le Dieu de l'Iréel. Himmel ne voulait pas le laisser partir seul. Il n'avait aucune intention de donner sa confiance à quelqu'un qui ne se gênait pas de lui montrer qu'il n'en avait pas à son égard.

- Je l'accompagnerais dans ce cas.

Un sourire parcourait le visage du Juge du Griffon, avant que Ikelos n'ouvre la bouche afin de pester face à cette possibilité.

- Toi tu veux me suivre ? Oh pitié Minos ! Pas avec un autre empaffé d’emplumé !

Cela allait l'amuser encore plus, de savoir que le Dieu ne voulait pas être accompagné. Mais Himmel ne pouvait céder à ce moment précis au "caprice" d'Ikelos. Cela lui donnerait un atout considérable pour la suite s'il prenait conscience qu'il pouvait influencer les décisions du régent des Enfers.

- Au contraire! C'est parfait. Cela sera plus facile de vous dissimuler en étant deux, que si vous vous déplaciez seul. Cependant, faites attention, je ne veux pas de combats. Vous partez en éclaireurs et même si je peux concevoir que vous êtes réticents quant à une telle mission, elle est extrêmement importante. Je veux absolument savoir ce que nous pouvons utiliser contre les Guerriers Divins pour mieux les dominer, aussi bien physiquement que psychologiquement. J'espère pouvoir vous faire confiance!

Il affichait un regard fermé et sérieux. Cette mission n'était pas une simple mission de reconnaissance. La suite de son plan dépendait grandement des informations que les Spectres pourraient glaner. Voilà pourquoi il envoyait deux de ses meilleurs guerriers et en particulier l'un des Dieux des Rêves, pouvant manipuler les dimensions et la réalité.

- Allez-y et revenez me voir dès que vous jugerez avoir assez d'informations sur eux, leurs effectifs, leurs alliances, leurs ennemis, leurs points forts et faibles. Je compte sur vous! Et ne soyez pas pressé de vous battre contre eux, ce moment ne saurait trop tarder!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Février 1755 - Pré-Odyssée] Premier ordre de mission ! Le dieu des rêves à l'épreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Enfers :: Giudecca-