RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Odyssée] Kinderheim 511

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: [Odyssée] Kinderheim 511    Dim 15 Déc - 21:42

Bonjour,

Voici le rappel des points a se souvenir :

- On poste dans un délai de 48 heures.
- L'odyssée se déroule en 3 phases : la première concerne la réunion du groupe et la mise en place d'une stratégie (2 posts au minimum par joueur), la seconde concerne l'arrivée en Allemagne (4 posts au minimum par joueur et le staff donnera des indices selon vos recherches), et la dernière concerne l'arrivée au but (très certainement un combat).

Rappel de la mission :

Citation :
But : Trouver la maison des horreurs et ce qu'il s'est passé dedans !

Cibles : Faire prisonnier Helmut Wolf !

Informations : Dans la ville de Neuschwanstein, un vieux château du XIIIème siècle trône au-dessus des immenses forets. Perdu dans l'ancienne Bavière sous la douce protection d'un seigneur local. C'est alors qu'une série de meurtres commencent dans la région, le seigneur Himmel apprends cela et surtout que c'est proche de l'une des résidences secrètes des Enfers sur Terre, en dehors de la Cathédrale.

Hors, aucune opération de nettoyage n'a été mise en place. On note aussi que des enfants réputés pour une bonté naturelle (proche de la pureté) sont enlevés. Si on voulait empêcher le retour d'Hadès, ce serait une méthode inhumaine mais s'en est une. Himmel envoya secrètement quelques agents enquêter mais on retrouva simplement leurs cadavres avec un trou dans la tête, mais sans poudres ni balles de plomb, les rumeurs parlaient de démon dans les rues.... Que se passait-il ?

Rappel de l'ordre des posts :
Oneiros
Skan
Gilles de Rais
Lancelot du Lac
La quête commence dès ce soir 22 heures, merci de respecter l'ouverture.

Bon jeu !

Toute question doit se poser a Mashia pour rappel !
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Dim 15 Déc - 22:04

Précédent : Pré-Odyssée

La déchirure spatiale créée par le chevalier De Rais s'ouvrit juste devant les grandes portes de la cathédrale, à l'intérieur de celle-ci. Le dieu des rêves en sortit avec élégance et mesure, comme tout seigneur se devait. Il attendit que le spectre le suivant en ait refermé l'ouverture pour observer minutieusement les lieux.

"Voilà bien longtemps que je n'avais pas foulé ce sol... Votre maîtrise du déplacement dimensionnel est très fine pour un mortel, c'est encourageant. Vous m'avez l'air d'être une personne compétente, chevalier."

Oneiros s'abstint de parler de la rose, de la Pucelle d'Orléans ou des autres détails qu'il avait entendus lors de son échange avec Minos. Trop tôt encore, et surtout superflu. Il serait stupide d'instaurer un conflit ou un malaise avant même le début de la mission demandée. Le dieu matérialisa donc deux sièges des plus simples, contrastant avec la démonstration de noblesse exécutée à Giudecca. Il s'assit dans le sien et fit signe au spectre du bourreau d'en faire de même.

"Comme je vous l'ai expliqué en chemin, le juge du Griffon a placé trois hommes sous mes ordres, dont vous. Dans les circonstances actuelles, je pense que le mieux à faire pour ne pas disperser nos efforts inutilement est de les attendre. J'espère qu'ils seront de votre trempe, vous m'avez l'air d'un farouche guerrier. Nous en aurons certainement besoin. Les Habsbourg ont eu quelques légers problèmes de succession il y a une dizaine d'années, d'après ce que j'ai appris. Si l'on enlève de jeunes enfants purs et si l'on tue nos spectres censés enquêter comme de vulgaires mouches, alors il y a fort à parier qu'un groupe tel que le nôtre ne manquera pas d'attirer l'attention. Mieux vaudra rester ensemble. Qu'en pensez-vous messire ? Après tout, vous avez fait tomber Orléans et vous vous dites grand stratège. Je veux votre opinion."

L'attitude du dieu pouvait paraître désinvolte, décontractée même, comme s'il s'amusait dans un jeu de rôle où les pièces n'étaient autres que lui-même et ses alliés de circonstances. Pourtant, la curiosité aidant, il avait déjà élaboré quelques idées de mouvements futurs. D'après les documents fournis par Minos, la zone couverte par les enlèvements se concentrait autour d'un vieil édifice de Bavière. Un château que les habitants pouvaient croire hanté à force de ne plus voir en revenir leurs enfants. Quoi de mieux pour se terrer ? Le problème était de savoir de quelle manière y entrer : soit sous couvert d'une ruse, soit d'une façon brutale et directe, en passant par les grandes portes. Oneiros préférait la première option, qui leur laisserait plus de temps pour observer, mais le caractère de ses subalternes allaient grandement influencer ses plans. Si on ne pouvait les tenir en laisse, il était complètement inutile de chercher à cacher sa présence.


Dernière édition par Oneiros le Mar 25 Fév - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Skan


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 358
Armure : Étoile Céleste de l'Illusion

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Lun 16 Déc - 12:58

Skan avait eu vent de rumeurs concernant un groupe voulant empêcher une nouvelle résurrection du dieu des enfers.Voulant à tout prix cette dernière, Skan se mît directement en route pour savoir de quoi il en retourner. Il se dirigea donc vers la cathédrale des enfers pour avoir plus d'information sur cette bande d’empêcheurs de tourner en rond.

Sur la route, il avait senti des cosmos très puissants se diriger vers ici. Il s'agissait sans doutes d'autres spectres à la recherche d'informations comme la chimère infernale. Soudain, devant l'entrée de la demeure sainte des enfers, Skan vît une brèche s'ouvrir et un homme sorti de cette dernière. Qui cela pouvais être ? ... A peine le soldat des enfers se posa la question qu'il eût la réponse. Il s'agissait d'Oneiros, le dieu des rêves. Ce dernier pourrait peut-être le renseigner sur tout ça.

"- Salutation seigneur Oneiros. Skan, Spectre de la chimère de l'étoile céleste de l'illusion, enchanté "

L'illusionniste mortel avait en fait déjà rencontré le blond mais bon, être poli serais sans doutes le moyen parfait d'avoir des information de la part d'un dieu aussi vaniteux que ce dernier.

"- J'ai entendu des rumeurs sur un groupe de personnes qui auraient l'audace de vouloir empêcher la résurrection de sa majesté Hadès. Auriez-vous des informations la-dessus ? Et si oui, permettez-moi d'aller châtier moi-même ces impudents "

S'inclinant légèrement, l'homme aux yeux rouges voulaient s'attiré les faveurs du dieu. Après tout, participer à une mission de cette ampleur se serait que bon pour lui. Qu'importe de passer pour un lèche-botte, tout les moyens étaient bons pour arriver à ses fins. Il fallait maintenant savoir ce qu'il en était de tout cela et établir une stratégie.

La chimère du monde des morts était étrangement calme et concentrer sur son objectif mais bon, l'enjeu était beaucoup trop important pour se laisser aller. Il était temps de passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Lun 16 Déc - 14:10



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Table Ronde




=> Pré-Odyssée

Sans heurts, le voyage se déroula plus vite qu'un clignement de paupière. D'un simple claquement de doigts, Oneiros et Gilles se retrouvèrent au sein même de la Cathédrale qui avait vu se dérouler son affrontement contre Aiakos. En cette occasion, les fondations de l'édifice furent ébranlées par leur ire respective, leur lutte qui fut marquée par le sang et les cendres. Le rouge et le noir. Au souvenir de cet épisode, le Seigneur de Rais eut un sourire mauvais sous le couvert de son masque de nacre. Aux premières paroles de la divinité, Gilles hocha gracieusement de la tête en guise de remerciement. Le compliment fut fort apprécié et ne manqua pas de ranimer l'esprit vif du chevalier déchu.

« Je vous remercie Seigneur, ce fut un honneur de vous montrer l'étendue de mes minces talents en terme de voyage dimensionnel. - une petite pause où il fit un tour sur lui même pour mieux apprécier l'architecture de la Cathédrale d'Hadès. - Pour ma part, cela fait six mois jour pour jour que je ne m'étais plus aventuré en ces terres. J'ai honte de l'avouer, mais la dernière fois que je suis venu ici, ce fut aveuglé par une sourde colère. Dire que j'ai été amené à combattre Aiakos ici-même et que notre idiotie nous a mené à détruire ce lieu sacré. »

Cela ne pouvait échapper à personne que Gilles de Rais ne portait pas le Garuda dans son cœur, en témoignait l'absence de « titre » qui devrait habituellement précéder le nom de la personne nommée. Ce n'était nullement un manquement au code de politesse, tout juste une façon bien à lui de faire savoir son avis sur son ancien compagnon. Ils firent quelques pas ensemble sans que le Spectre du Bourreau ne se manifeste. À la fin des réflexions d'Oneiros, l'étoile de l'Exécution n'eut pas le temps de faire part de son avis qu'une présence se fit ressentir. Sans un mot, Gilles laissa l'inconnu se présenter comme il se doit, notant au passage la puissance de son aura, sa manière de se comporter et de s'exprimer à la divinité. Sans doute devait-il être une ombre, mais Gilles était forcé de constater que la Chimère ne l'avait pas remarqué. Assis donc aux côtés du Roi du Rêve, l'ancien Maréchal de France laissa sa tête s'appuyer contre son poing d'une manière nonchalante. Avant qu'il ne fasse un signe avec sa main libre. De ses doigts, naquirent un flux diffus d'un cosmos verdâtre qui eut tôt fait de s'assembler en une petite sphère fantomatique. L'esprit du Printemps se manifestait, faisant croître fleurs et plantes devant les Spectres, au milieu du bâtiment. Une drôle de table ronde végétale finissait de s'épanouir quand le Bourreau prit la parole. Sous son Masque, une voix retentissante éclata.

«  Bien le bonjour Spectre de la Chimère ! Mon nom est Gilles de Rais, Spectre du Bourreau placé sous l'étoile terrestre de l'Exécution et Gardien de sa Majesté Perséphone en tant que Gardien du Printemps. Prends place parmi nous. - sa tête pivota vers Oneiros – ce serait avec un grand plaisir que je ferais part de mon point de vue à votre Imminence, ayant moi-même quelques idées en tête … mais je suggère d'attendre notre dernier invité qui … arrive. Ô quelle drôle de coïncidence, il semblerait que je connaisse déjà. » fit-il, un rien amusé tandis que l'esprit du Printemps regagna sa place auprès de son maître.








Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 793

Feuille de Personnage :
HP:
39/150  (39/150)
CS:
74/180  (74/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Lun 16 Déc - 16:51

=>> Chroniques


S'il y avait un lieu qu'il détestait particulièrement, c'était le royaume des morts. Un lieu qui était surtout un enfer pour la plupart des humains, une prison éternelle ou nul rédemption était possible. En fait, pour un Royaume des morts, Lancelot le trouvait incomplet. S'il y avait des enfers, il n'y avait pas un seul paradis. Si, il existait au plus profond de ce monde un domaine appelé Elyssion. Mais ce lieu était avant tout la demeure du dieu Hadès, de sa femme et de très rare privilégier. De trop rare même, en comparaison du trop grand nombre de personne déclarées coupables même du plus mineur des délits.

L'ancien chevalier de la table ronde ne se rendait donc dans le royaume des mort uniquement s'il était convoqué. Autrement il restait non loin de la cathédrale, errant sans but précis à regarder les allées et venues des autres spectres qui allaient et venaient. Certains crurent même un moment qu'il avait été posté là pour monter la garde. Soudain, un individu vint vers lui. Pas parce que Lancelot était sur son chemin, mais bien pour s'adresser directement à lui.

C'était un messager qui venait lui adresser un ordre de mission de la part de Minos, régent des enfers. Il ne savait pas grand chose, il se contentait juste de faire son rôle de messager. Il finit quand même par lui dire qu'il serait sous les ordres d'Oneiros qui l'attendrait certainement dans la Cathédrale. Soit, c'était une bonne chose, l'hippogriffe n'en était pas loin.

Sans se faire attendre, l'homme pénétra dans la bâtisse via la grande porte de bois d''ébène. Il était toujours égal à lui même, portant une cape blanche par dessus son armure. La particularité de cette dernière était qu'elle arborait ses armoiries personnelles à l'époque où il était chevalier de la table ronde, représentant un bouclier blanc rayé de rouge. Il l'avait récupéré quand il s'était rendu dans son Armorique natale, quelques temps plus tôt.

Visiblement, il était le dernier arrivé. Il reconnu Skan de la chimère ainsi que Gilles de Rais, deux spectres qu'il avait appris à apprécier. Mais la troisième personne lui était inconnue, néanmoins il put en déduire qu'il s'agissait bien de Oneiros. Son surplis et son cosmos étaient tellement identique à Morphée, l'être qui était venu le sortir de son "rêve" afin qu'il puisse s'incarner en tant que Spectre de l'hippogriffe.

Lancelot s'approcha du demi dieu et tira son épée de son fourreau. Cependant il posa un genoux au sol et dirigea la pointe de l'arme vers les dalles qui pavent la cathédrale.


    " - Je me nomme Lancelot du Lac, spectre de l'hippogriffe place sous l'étoile céleste du mélange. Quelque soit la mission, je mettrai tout en oeuvre pour qu'elle soit un succès. "


Avec son genou au sol, les deux mains sur la poignée de son épée et sa tête baissée, on pourrait presque croire qu'il se la jouait lèche botte. Mais ceux qui n'était pas incultes et qui associaient bien son nom aux Chevaliers de la Table Ronde se rendraient compte qu'il s'agissait simplement la ma manière qu'ont les chevalier de prêter serment d'allégeance. Lancelot se releva avant de finalement saluer les deux autres spectres présents.

    " - Skan de la chimère, Je suis ravis de te revoir. Il en va de même pour vous, Gilles de Montmorency-Laval Rais. "


Quand il salua Gilles, il appuya ses paroles en baissant légèrement la tête, montrant le respect qu'il avait pour celui qui fut lui aussi chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Lun 16 Déc - 22:40

Le décor était à présent planté et les acteurs désignés entraient en scène. Il était temps de tirer les ficelles de manière à aboutir à un dénouement satisfaisant.

D'un geste nonchalant, Oneiros fit apparaître deux sièges supplémentaires autour de la table -ronde, quelle heureuse coïncidence pour Lancelot !- alors que les derniers arrivants se présentaient.


"Bien, bien. Deux chevaliers, car votre noblesse passée transpire de vos gestes messire Lancelot, et deux illusionnistes. J'espère, spectre de la chimère, que vous saurez faire honneur à notre discipline. Prenez place sans tarder. A l'heure où nous parlons, un nouvel hôte potentiel peut très bien se faire enlever..."

Le dieu des rêves laissa le temps aux retardataires de s'installer puis profita de l'appui offert par le sieur De Rais pour faire apparaître en trois dimensions une carte de la région dans laquelle ils se trouvaient. La cathédrale en marquait le centre, les villages alentours étaient plutôt de taille moyenne, régulièrement implantés. D'un geste, il fit briller plusieurs points rouges à des endroits éparpillés.

"Voici les endroits où, vraisemblablement, les enfants ont pu être enlevés. Leur point commun : la forêt offre un lieu de repli idéal, la présence de rivières accentue également les possibilités de fuite, avec un cheval par exemple. Les villages sont assez proches les uns des autres, donc des rafles sont opérables en plusieurs jours consécutifs, et surtout..."

Il modifia la carte de façon à mettre en évidence un château ancien, que l'architecture serait assurément en mesure d'inspirer les deux chevaliers médiévaux.

"Le périmètre couvert par les attaques se concentre autour de ce lieu. Le château de Neuschwanstein domine un village dense qui permet sans doute de se cacher parmi la foule. Cette configuration me laisse à penser que les vassaux du seigneur local sont soit des imbéciles, soit des complices de ces événements. Ne rien pouvoir faire contre une série d'enlèvements pareils relève de l'incompétence."

Nouveau silence. Comme un rêve, l'illusion se dissipa en un nuage de sable qui regagna les mains de son propriétaires avant de s'y fondre. Oneiros croisa alors les mains sur la table et scruta les visages de ses interlocuteurs.

"Une approche directe serait une erreur. Nous sommes des étrangers, on nous repèrera tout de suite, on nous accusera probablement d'être les coupables et nous fournirions alors une couverture parfaite aux vrais malandrins qui se cachent derrière tout cela. Il nous faut arriver séparément en ville, déguisés et décontractés. Chaque illusionniste pourrait fournir un habillement convaincant à son binôme -des groupes de deux personnes sont donc à prévoir- tandis que le chevalier s'occuperait de vendre son épée aux plus puissants. En somme, nous serions vos écuyers. Le but de cette première prise de contact sera d'établir en lien concret entre ce village et ces enlèvements, rien de plus, pas d'initiatives hasardeuses."

S'appuyant bien au fond de son siège, les bras sur les accoudoirs de son siège, le dieu des rêves parlait d'un ton calme, sans donner l'impression d'ordonner, bien que son regard se faisait plus insistant à ce sujet. Surtout Skan, en qui il avait reconnu l'un des rustres qui se battaient pour une vulgaire bouteille d'alcool lors de son arrivée... Cet homme serait à surveiller, tandis que les deux autres, issus des anciens Ordres, obéissaient sans conteste aux règles de l'honneur, la loyauté et l'idéal chevaleresque de leur temps.
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Skan


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 358
Armure : Étoile Céleste de l'Illusion

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Mar 17 Déc - 10:21

Skan attendait une réponse d'Oneiros quand soudain, il remarque un homme assis à côté de ce dernier qui se présenta. Cette homme était tellement "dans le décor" que la chimère ne l'avait même pas vu. L'homme se présentant au nom de Gilles de Rais fît ensuite poussé des fleurs et un table par terre. De part ses connaissances historique et par le fait qu'il sois lui-même français, l'illusionniste infernal éprouva un certain respect pour le vieil homme. En temps normal, l'homme aux yeux de sang aurait juste tout cramé pour se faire taire un homme tel que lui mais bon ce coup-ci s'était différent.

Soudain, un autre homme ayant tout son respect se présenta. Il s'agissait de Lancelot du Lac, le chevalier de Kamelot qu'il avait rencontré il y a quelques temps déjà. D'un geste poli de la main il salua ce dernier.

"- Ravi de te revoir Lancelot, il y avait longtemps"

Ce dernier s'agenouilla ensuite vers le dieu des rêves. C'était tellement ... chevaleresque ce genre de comportement, ça amusait beaucoup le spectre illusionniste. Mais trêves de presentations, tout le monde s'assit autour de la table et Oneiros expliqua le plan pour se débarrasser de ce fléau. C'était enfantin et reposait beaucoup sur les talents d'illusionnistes de Skan et d'Oneiros qui, dans son profond narcissisme, ne manqua pas de rappeler qu'à côté de ce dernier, Skan pouvais facilement passer pour un amateur malgré qu'il puisse aussi modéliser ses illusions avec une facilité déconcertante. Enfin bon, dans ce cas la, c'était l'armure qui faisait décider que Oneiros était "plus fort".

Enfin, Skan réglerais ça plus tard, il fallait d'abord régler l'affaire en cours, et le plus vite possible. La marche des spectres allait commencer ...
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Mar 17 Déc - 22:35



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Barbe-Bleue




Parfois les premières impressions ne sont point les bonnes, le plus souvent conditionnées par nos propres humeurs du moment, nos pensées pouvant parfois trahir un état instable. Ce fut hélas le cas pour Lancelot du Lac qui n'avait pas fait sensation auprès d'un Gilles malmené par ses supérieurs. Et surtout le Juge Aiakos qui avait prit un malin plaisir à le torturer encore plus, lui, tout victorieux qu'il fut. Cet être sadique s'en était prit à son seul véritable ami et appuyé par le Griffon, Gilles avait eu un espoir, un bien mince, que le preux chevalier lui aurait porté assistance à cette époque. Le code de la chevalerie les obligeant à porter secours aux opprimés, ou toutes personnes susceptibles d'avoir besoin d'un quelconque secours. Les convenances étaient ainsi faites et, le Seigneur de Rais, forcé de constater que Lancelot n'avait pas levé le petit doigt, s'était aussitôt fait une mauvaise opinion de lui. Heureusement, certains événements avaient effacé ces malentendus et le temps avait tissé entre eux, les premiers balbutiements d'une amitié. Tout du moins, c'était le ressenti du Bourreau qui eut le plaisir de le voir apparaître. Aux paroles de l'illustre fils de Ban, le Spectre de l'Exécution ne put qu'y répondre de la même manière, lui prouvant par là qu'il lui retournait ses politesses avec une distinction courtoise et mesurée. Quand le Dieu des Rêves invita les deux autres à prendre place, Gilles de Rais se leva prestement non sans grâce comme le voulait la coutume à l'époque Arthurienne pour les accueillir au sein de cette Table Ronde qu'il avait lui-même créé quelques instants plutôt. Le Seigneur Lancelot avait-il noté sa petite attention ?

D'un petit geste de la main, il désigna aux derniers venus de prendre place à leur côtés, Skan à la gauche – avec toute la symbolique s'y reportant, une place de choix donc – auprès du maître de cette future expédition, et le Seigneur Lancelot, à sa propre droite.

« Soyez les bienvenues Messires Skan et Lancelot, prenez place à cette Table Ronde ! Ronde car il serait dommage que l'un d'entre nous se retrouve dans un coin, n'est-ce pas ? » à ces derniers mots qu'il appuya davantage, son visage masqué se tourna vers Lancelot qu'il gratifia d'un hochement de tête. « Et pour présider cette assemblée le Dieu du Rêve et du Cauchemar, Oneiros, fils du Dieu des Rêves Hypnos et aîné des Oneirois ! »

Là encore comme le voulait la tradition, Gilles de Rais eut la présence d'esprit de présenter la divinité comme il se doit avant que s'ouvrent les « festivités ». Peut-être était-ce un peu trop pompeux, surtout en vue des circonstances, mais c'était un principe immuable chez lui. Au temps où il était Maréchal de France, les Conseils s'ouvraient ainsi. Protocole oblige. Un signe de la part d'Oneiros et Gilles d'un claquement de doigt, le seconda pour faire apparaître une carte de la région qui peu à peu, se dressa littéralement devant leurs yeux. Le cosmos était, en plus d'être pratique, une source infinie de création... Attentif au discours il secouait de temps en temps la tête pour signifier par là son accord : le raisonnement de la déité était on ne peut plus juste. Pourquoi voulait-il des conseils, tout fin stratège que Gilles fut en d'autres temps ?

« Votre plan me semble fort habile Seigneur Oneiros et je partage votre avis, la discrétion est de mise pour notre entreprise ! - il se redressa quelque peu sur son siège, mettant une main sous son menton pour faire mine de réfléchir – C'est une évidence, le coupable n'est pas seul, il a probablement des complices, c'est même pour moi une certitude. Vous savez, il faut être extrêmement secret et calculateur pour arriver à un tel résultat. Celui qui est derrière tout cela doit aussi tiré profit de la misère de ses gens, donner des pots de vin pour les faire « oublier » la peine de perdre un enfant. Il se pourrait même qu'il ait fait supprimé quelques témoins … ô... c'est si simple de faire parler les personnes, même pour des inconnus totalement innocents qui pourraient se faire passer pour des sauveurs. Mais ne nous précipitons pas, avant de prendre toute décision, nous devront recueillir des informations auprès de la populace. Investiguer ! »

Le Seigneur Gilles de Rais se releva, appuyant ses poings sur la table. Quelques lierres virent envelopper ses poignets. Il garda le silence quelques instants, le passé l'assaillant de nouveau. De nombreuses images défilaient devant ses yeux. Des images sordides et glauques. Il se voyait au milieu de centaines de cadavres d'enfants, leur sang sur les mains, à regarder leurs petits visages tordus dans d'affreux rictus. Tout cela pour mener à bien ses petites expériences. Oui, il était tombé bien bas, lui aussi fut un assassin. Un Bourreau, et il pourrait aisément recommencer si les circonstances l'y obligeaient. Mais pas devant sa Dame, se n'était pas digne. Dans un souffle il confia ces quelques mots à ses compagnons.

« … Après tout, autrefois moi aussi j'ai agi de la même manière … J'étais Barbe-Bleue, et je le suis encore un peu, même aujourd'hui. Je sais comment ce genre de personne fonctionne. Je connais toutes les méthodes, les astuces, je pense... oui je pense que je pourrais être un atout dans cette aventure. Quitte, en dernier recours, à m'infiltrer dans le château en clamant ce « titre » mais... ce pourrait être à double tranchant. Je ne suis pas très connu en tant que Spectre donc... je ne sais pas... »

Il laissa courir sa dernière pensée et se tut, attendant la réaction des autres. Avec une certaine appréhension. Oui, le Bourreau n'aimait pas être Jugé !  






Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 793

Feuille de Personnage :
HP:
39/150  (39/150)
CS:
74/180  (74/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Mer 18 Déc - 18:30


Il était visible, même par un profane, que le spectre de Bourreau mettait un point d'honneur à se montrer le plus révérencieux possible à l'égard des deux nouveaux venus. Notamment la table ronde qui sied bien à la présence de Lancelot, ainsi que le simple acte de se lever pour les accueillir. L'hippogriffe se serait presque senti revenir à l'époque de la chevalerie d'Arthur, seul les sombres armures des intervenants dénotait par rapport aux nobles réunions d'antan.

    " - Je vous suis reconnaissant de ces attentions, je n'en attendais pas moins d'un ancien chevalier. "


Fit-il alors qu'il s'installait à la droite de Gilles de Rais. Il posa ses mains sur la table, histoire de montrer qu'il ne tentait pas de sortir son épée. Certes, cette manière de faire était désuète pour des utilisateurs du cosmos, mais c'était là encore une coutume gardée de son vivant.

C'est alors que Oneiros commença à dévoiler les raisons de cette réunion. Utilisant ses pouvoirs afin de matérialiser un plan de la région, ainsi que leur destination. Il évoqua aussi plusieurs disparition d'enfants, uniquement ceux qui se rapprochaient le plus possible de l’innocence, de la pureté. Lancelot avait entendu parlé qu'il fallait une personne pur à l'extrême afin de servir d'hôte au Dieu des morts, Hadès. Soit, celui ou ceux qui accomplissaient ces enlèvements étaient soit, inconscient, soit parfaitement au courant de ce qu'ils faisaient.

Après mure réflexion, Lancelot ne voyait pas quoi à redire au plan du demi dieu. Rester discret semblait logique surtout dans une région en proie certainement à la panique où des étrangers feraient de parfait bouc émissaire.


    " - Donc, si je récapitule bien, le plan est de se faire passer pour des mercenaires et se mettre "au service" des individus les mieux placés possible. Est-ce bien cela ? "


Fit-il a l'attention de Oneiros.

    " - Il nous faudra donc une couverture convenable pour réussir cette infiltration. Il serait bien de savoir quels sont les éventuels troubles qui pourraient nécessiter l'affluence de personnes louant leur arme aux plus offrants. "


Ce qu'il essayait de dire et espérait qu'on le comprenne, c'est qu'il fallait qu'il y aie des conflits pour justifier la présence de mercenaires. Il fallait donc ce qui agitaient la région, ou celle avoisinante, afin qu'ils puissent trouver une histoire crédible à raconter afin de duper les ennemis à qui ils allaient devoir faire face.

C'est alors que Gilles expliqua qu'il avaient commis des crimes odieux, expliquant qu'il avaient de bonne connaissances concernant dans ce domaine. Cependant l'ancien chevalier de la table ronde se rendit compte que son homologue se sentait mal à l'aise de déballer cette partie sombre de son passé. Lancelot ne voulait pas le juger, mais il ne put s'empêcher de trouver ça absurde, presque contre nature qu'un chevalier aie ce genre de connaissance. Néanmoins il ne connaissait pas toute l'étendue de la noirceur tapie dans l'âme de l'ancien noble, il ne pouvait qu'appréhender. Toutefois, il tenta de relativiser :


    " - Vos connaissance pourrait être utile, mais de là à vous dévoiler au grand jour auprès de nos ennemis, je pense que ce serait une erreur. Après tout, nous ne savons pas ce que ces gens font des enfants, si ça se trouve, ils sont peut-être toujours vivants et en bonne santé. Néanmoins, si vous voulez nous faire profiter de votre savoir dans ce domaine, cela pourra peut-être nous aider à restreindre nos recherches. "


Il évoqua la possibilité que les enfants puissent encore être vivant pour inciter Gilles à dire ce qu'il savait. Dévoiler une partie de ses sombres secrets pour peut-être sauver des gens innocents et ainsi racheter une partie de ses péchés.
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Mer 18 Déc - 21:52

Le dieu sourit intérieurement devant la docilité de ses troupes. Soit il avait fait montre de trop d'astuce dès le début, soit ils n'avaient aucun sens de la stratégie. Les deux étaient probables, mais en faisant preuve de logique, il ne pouvait pas y avoir tant à redire que cela. Il écouta attentivement chaque proposition, étudiant le chemin à parcourir.

"Je pensais avoir déjà apporté réponse à votre remarque messire Lancelot. Les rumeurs circulent très vite dans ce genre de communauté réduite. Savoir qu'un certain nombre d'enfants disparaît peut motiver une famille à engager un chevalier pour protéger le sien, et ainsi encourager les chevaliers à venir dans le village offrir leurs services, tout simplement. Mais si vous préférez autre chose..."

Le dieu des rêves se leva avec lenteur, s'écarta de son siège et fit un tour sur lui-même. Le changement ne prit que le temps d'une ronde et fut saisissant : les traits d'Oneiros s'étaient transformés, affinés, son surplis remplacé par une somptueuse robe de soie, son torse aminci au profit de ses hanches et de sa poitrine :



"Je peux aussi devenir une dame de haute naissance en voyage dans notre charmante Bavière pour se dépayser et prendre du repos dans une résidence de campagne. Nous utiliserions des chemins détournés pour éviter de nous faire surprendre par ces brigands qui sévissent régulièrement... et plus tard, une fois installée en ville, je pourrais requérir les services d'un mercenaires, ou d'un éclaireur."

La voix était exactement celle d'une femme, les manières celles d'une princesse, la délicatesse et la lenteur du timbre distinctif d'une personne de la Cour. Même le regard timide qu'Oneiros jeta aux spectres avait quelque chose de typiquement féminin. "Elle" vint prendre les mains de Lancelot pour faire tomber ses dernières réticences.

"Chevalier, de grâce ! Laisseriez-vous une jeune femme comme moi sans défense ?! Je saurais me montrer généreuse envers vous. J'ai si peur, je ne sors pas souvent de mon palais de Salzbourg vous savez... On dit que des idées de Révolution circulent en Prusse ! La monarchie serait en péril ! J'ai besoin de me faire oublier quelques temps, comprenez-vous ?"

Un silence s'installa, pendant lequel le regard inquiet de "la demoiselle" resta fiché dans celui du chevalier dont elle tenait toujours les mains. Gilles et Skan avaient normalement déjà été convaincus mais le moindre signe de faiblesse de leur part et Oneiros ajouterait encore un peu à sa comédie. Le dieu des illusions maniait avec perfection et une aisance évidente son rôle d'acteur, en quelques secondes il s'était fondu dans la peau d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Skan


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 358
Armure : Étoile Céleste de l'Illusion

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Jeu 19 Déc - 9:37

La chimère observait simplement la scène avec intérêt sans dire un mot. La stratégie d'Oneiros était très simple mais efficace, c'était juste pour cette raison que malgré son intelligence incroyable, Skan ne rétorqua rien. Seulement le dieu des illusions commençait un peu à lui taper sur le système. La seule raison pour laquelle ce dernier restait de marbre, c'était pour rendre grâce aux personnages légendaire qui lui faisait face. Non seulement les deux anciens chevaliers de la table ronde étaient français mais en plus, pour Gilles de Rais, sa zone d'influence était anciennement très proche du lieu de naissance du manieur d'illusions et quand à Lancelot, c'était grâce à lui que la chimère infernale avait plus ou moins réussit à commencer a se séparé de la folie qui rongeait petit à petit son âme. Il fallait donc ce montrait digne de ces grands hommes.

"- Bien, tout est dis je crois, j'aimerais si vous le permettez, être en binôme avec Lancelot. Non pas que je mettent vos forces en Seigneur de Rais, mais je préfère faire un binôme avec un homme dont la légende le décrivait comme un homme aussi fort au combat. Et puis j'ai déjà vu le Seigneur Lancelot se battre et j'avoue être intriguer par son pouvoir et aimerais en savoir un peu plus sur ses capacités, si bien sur vous le permettez seigneur Lancelot du Lac."

Parler avec une telle politesse n'était absolument pas commun pour un être tel que l'homme aux yeux rouges mais les hommes devant lui avaient vraiment son total respect. Et au moins comme ça, le fils d'Hypnos serais le seul à paraître comme un être narcissique et imbu de sa personne.

Ce dernier s'était d'ailleurs transformé en une belle jeune femme et tenta un numéro de charme. Ça étonnerais vraiment que l'un des deux autres spectres présent tombe dans le panneau, c'était plutôt pathétique ...

Sans trop perdre de temps, Skan se transforma à son tour en un homme d'une taille moyenne, assez sculpté habiller avec une sorte de costume bavarois rouge très élégant et changea son visage en se mettant des traits doux et compréhensifs exprimé dans un regard vert intense et des cheveux châtains clairs assez courts coiffé de manière très noble. Il transforma en suite les deux anciens soldats de la table ronde en modélisant l'apparence que les deux hommes avaient choisit, se sachant pas trop s'ils était capable de changer leurs apparence ou pas. Il fallait maintenant voir si tout les préparatifs étaient prêt pour enfin y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Jeu 19 Déc - 14:53



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Jeu




Gilles de Rais s'attendait à une quelconque réaction de la part des autres suite à son petit discours. Il n'en fut rien. Peut-être que ce n'était pas étonnant après tout ? Pour eux, Spectres habitués à perpétuer le mal, ses propos étaient tout bonnement anodins ? Seul Lancelot, le preux Chevalier avait semblerait-il relevé ces dires au demeurant ignobles ! Pourtant, il ne lui avait fait aucunes remarques négatives, bien au contraire. Oui, ses connaissances pourraient être utiles, à un moment ou un autre. Le Seigneur de Rais se mura dans un mutisme inquiétant, ses pensées, s'envolant vers cette future mission qu'il voyait d'un très mauvais œil. Une force inconnue œuvrait contre eux, contre la probable renaissance d'Hadès, et ce d'une manière vile, sournoise. Le sort de ces enfants enlevés aux girons de leurs mères préoccupait le Bourreau. Ironique n'est-ce pas ? Après tout, cet inconnu ne procédait-il pas de la même manière que lui autrefois ? Un passé pas si éloigné. Pensif, il ne prit pas part tout de suite au petit manège d'Oneiros qui, pour finir de convaincre Lancelot, s'était métamorphosé en une belle et fragile demoiselle. Sous son masque, un de ses sourcils se releva. Était-ce nécessaire de procéder ainsi ? Sur le point de faire part de cette pensée, Gilles fut arrêté par Skan de la Chimère qui formula une demande curieuse, mais qui eut le loisir de faire sourire l'ancien Maréchal de France. Clairement, ce Spectre ne portait pas le Dieu du rêve en grande estime. Il se demandait d'ailleurs bien pourquoi … peut-être ses méthodes ne lui plaisaient-ils guère? Quoiqu'il en soit, quand ce dernier eut finit, il ne put s'empêcher d'incliner la tête vers lui. Lui signifiant par là qu'aucuns mal n'avaient été fait ou dit.

« Rassurez-vous Seigneur Skan, je ne m'en formalise pas. Pas pour si peu en tout cas. Une autre fois peut-être ? Quand j'aurais fait preuve de ma force et de ma valeur à vos yeux comme il semblerait que Sieur Lancelot l'ait fait tantôt. »

Sur ces paroles, il regarda le maître illusionniste se transformer en un jeune homme élégant tout drapé dans un costume élaboré. Ainsi grimé, il était difficile de reconnaître l'homme aux yeux rouges. Un petit rire s'extirpa de sa gorge quand il senti l'énergie de la Chimère le toucher, le spectacle était saisissant, l'expérience intrigante. Ses habits et son masque de nacre furent remplacés, effacés par ce cosmos habile : qu'allait choisir Gilles ? Quelque chose de similaire à son homologue sans doute. Ne souhaitant prendre aucuns risques à reprendre ses traits d'antan, le Seigneur de Montmorency opta pour une apparence qui ferait écho à celle d'Oneiros. Leur future collaboration oblige ! Habillé richement d'une redingote pourpre parsemés de fils d'or qui dessinaient des motifs complexes, d'une chemise à jabot immaculée et d'un long et lourd manteau noir en velours, il ne manquait plus que la touche finale à ce déguisement. D'un claquement de doigt, le Seigneur de Rais fit apparaître sur sa tête, un chapeau de la même couleur que sa redingote surmonté par une plume d'un vert sombre. Des prunelles ambrés brillaient malicieusement sous l'ombre de ce grand chapeau et, quand il s'inclina devant l'assemblée, sa queue-de-cheval qui retenait une longue chevelure blonde presque blanche, suivit le mouvement jusqu'à glisser sur son épaule. Rajustant le ruban émeraude dans ses cheveux, il eut un sourire complice pour Skan.

« Je n'ai jamais été aussi beau ! Merci Monseigneur Skan » le beau jeune homme qu'il était devenu tourna sur ses talons d'une manière gracieuse pour se poster devant le Dieu métamorphosé. Là, il s'approcha avec toute la prestance dont il était capable pour se signer avec une lenteur calculée devant la demoiselle. Avec une infinie précaution, Gilles se saisit de l'une de ses mains pour la porter à ses lèvres. Juste un effleurement, comme la mode le voulait à cette époque. Un regard malicieux, par jeu plus que pour autre chose, destiné à la divinité avant qu'il ne s'incline davantage. « Je serais donc votre obligé ma Dame, me permettez-vous de faire de mon bras, votre Lame ? »

Son visage redevint sérieux quand il fit apparaître Porte-Mort, son épée dans sa main gauche. D'un geste vif, il trancha l'air comme s'il s'agissait d'une chair facile à découper. Une faille se forma peu à peu, libérant des ténèbres éparses. Présentant son bras à sa Dame, toujours dans son rôle qui l'amusait beaucoup, Gilles intima d'un regard aux deux autres, de s'engouffrer dans ce passage.

« Je pense que nous pouvons y aller, non ? »
Un autre coup d’œil à la déité pour s'en assurer et ils disparurent, laissant la Cathédrale vide, bien silencieuse...



=> Allemagne




Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 793

Feuille de Personnage :
HP:
39/150  (39/150)
CS:
74/180  (74/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Ven 20 Déc - 15:41


Devant la subite métamorphose d'Oneiros ainsi que sa réaction envers l'ancien chevalier de la Table Ronde, Lancelot haussa un sourcil de surprise. Voir un homme se changer en femme, même si ce n'était qu'une illusion, restait fort perturbant malgré le fait qu'il avait déjà été témoin d'une telle scène de son vivant. Néanmoins, il se reprit bien vite, remontrant un visage impassible qu'il montre habituellement tel un masque qu'on porterait pour cacher ses émotions.

    " - Ma foi, cela me parait être une couverture fort convenable. N'importe qui n'y verrait que du feu. "


C'est alors que Skan de la chimère fit une demande surprenante de sa part. Il demanda à se mettre en équipe avec lui, disant qu'il avait plus confiance en ses capacités de combattant et se disant intrigué. Gilles ne s'en montra pas réticent, mais Lancelot crut ressentir une certaine amertume dans sa voie, mais il ne pouvait pas totalement en être sur. Il répondit néanmoins favorablement à l'homme aux yeux écarlates :

    " - Je suis honoré que vous demandez expressément à m'accompagner. Néanmoins, je tiens à vous signaler que Sieur Gilles de Rais ici présent à combattu aux côté de Jeanne d'Arc, sa réputation de guerrier n'est nullement plus à faire de ce côté là. "


Dit-il pour rétablir une certaine justice vis à vis du statut de chevalier de Gilles qui semblait trop fier, ou trop humble pour relever le mot plus que ça. Si une personne lambda aurait mis en doute de la sorte ses capacités, nul doute que Lancelot se serait légèrement emporté en provoquant en duel le maraud qui ose parler mal de sa personne.

Cet incident semblant clos, le spectre de la chimère proposa d'utiliser ses illusion pour modifier l'apparence des deux anciens chevaliers fortement dépourvu, du moins pour sa part, de ce genre de pouvoir. Lancelot pouvait modifier l'apparence de son armure pour qu'il puisse apparaître tel qu'il fut de son vivant, mais c'était pour un temps limité. De plus, il avait remarqué que ce style d'équipement n'était plus très utilisé à l'époque. Alors il opta pour une tenue plus légère, en grande partie bleue marine agrémentée de blanc et de rouge, couleur de ses armoiries qu'il ne voulait dissocier de son apparence. Il avait troqué son harnois de guerre contre un plastron argenté. La face avant était décorée d'une armoiries sortie de son imagination, un écu divisé en quatre partie, avec un loup dans le quart inférieur droit et une colombe dans le quart supérieur gauche. Chaque quart contenant un animal était rouge, les autres étaient blanc, les contours et les animaux étaient doré. Quant à son épée, celle ci s'était désormais changée en une rapière argentée dont la garde semblait faite d'épais fils d'or s'enchevêtrant autour de la poignée qui elle même présentait un fil d'air s'enroulant tout autour.

Quant à son physique, Lancelot ne changea que la couleur de ses yeux pour leur rendre leur bleu originel. Il attacha ses longs cheveux noirs de jais en une queue de cheval, laissant deux mèches pendre de chaque côté du visage. Ce choix de ne pas changer d'apparence était du au fait que contrairement à Gilles de Rais, cela faisait plus de mille ans qu'il n'était plus de ce monde, le risque de croiser quelqu'un pouvant le reconnaître était fort mince, voir inexistant. D'autant plus que sa description physique change d'un livre à l'autre, le décrivant tantôt blond, tantôt avec des cheveux courts.

Ainsi habillé, il pouvait très bien être une jeune soldat issue de noble famille, voir, un noble en quête d'aventure à raconter plus tard. Avec Skan, ce dernier pourrait très bien se faire passer pour son chambellan.


    " - Bien, je pense que les préparatifs sont terminés de mon côté aussi. "


Fit-il alors que Gilles de Rais fit apparaître une sorte de vortex qui les mènerait directement à la destination voulue.


=>> Alemagne
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Ven 20 Déc - 22:55

Oneiros observa avec attention les préparatifs. Il avait réussi à faire son petit effet et regarda avec curiosité les métamorphoses choisies par les deux chevaliers. Des êtres dotés d'une mentalité aussi éloignée que celle de leur époque actuelle pourraient avoir quelques difficultés à se fondre dans la population locale. Pourtant leur choix fut avisé et il acquiesça devant chacun d'eux.

"Un petit instant ! Ceci pourrait nous éviter quelques déconvenues."

D'un claquement de doigts, il ajouta aux armoiries de chacun un écu d'or, à l'aigle bicéphale de sable, membrée, becquée et liée de gueules, symbole du Saint-Empire romain germanique. On ne les prendrait pas pour des Bavarois mais pour une princesse autrichienne, cela était d'autant plus logique d'engager des soldats issus de sa patrie.


"Ces armoiries démontrent notre appartenance à l'empire des Habsbourg et à l'Autriche. Traitez-les avec respect. Vous êtes officiellement les descendants des preux chevaliers de l'Ordre de Sainte-Marie des Teutoniques, qui ont vaillamment mené neuf longues croisades en Terre sainte de Jérusalem, ainsi que d'autres intestines, contre les pays slaves de l'est notamment. Tâchez de ne pas commettre d'impair en oubliant l'histoire de ce pays."

Relevant les pans de sa robe d'une main, la jeune dame saisit le bras galamment tendu par le chevalier De Rais.

"Évitons d'éveiller les soupçons messire. Skan et Lancelot partiront les premiers, nous attendrons une heure avant de les rejoindre. Je vais orienter notre destination près du château pendant qu'ils arriveront par les faubourgs du village."

Ce faisant, le dieu fit signe aux autres de partir, d'un regard de reine. Une fois le premier binôme ayant passé le portail, il en modifia la courbe et s'y engouffra de concert avec son chevalier.



=> Si tout le monde est d'accord, nous atterrissons à deux endroits différents près du château ou du village, à une heure d'intervalle, selon les binômes convenus.
Allemagne
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Skan


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 358
Armure : Étoile Céleste de l'Illusion

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    Lun 6 Jan - 14:35

Skan fût assez mitigé par les réactions qu'il y avait eût par sa demande de faire équipe avec l'ancien chevalier de la table ronde. Il était vrai que Gilles de Rais était aussi un vaillant combattant historique mais bon ... enfin, il se devait quand même de réparé l'injustice de ses paroles par égard pour l'ancien noble.

"- Ne vous inquiétez pas seigneur de Rais, J'ai une confiance aveugle en votre force qui à jadis bercé mon enfance. Vous êtes une sorte de légende dans mon lieu de naissance, votre ancien domaine. Seulement, malgré le respect que j'ai pour vous, j'ai déjà fais connaissance avec le sieur Lancelot  par le passé et je veux donc mettre à profit la certaine entente qu'est déjà la notre. Cependant, si un jour nous avons la possibilité de partir en croisade contre les ennemis du royaume sous-terrain, ce sera un honneur pour moi de faire équipe avec vous. "

Parler d'un personnage historique avec autant d'égard était très rare, c'était même sans doutes une première pour la chimère du monde des morts mais c'était important pour lui d'allait au fond de sa pensée.

Lorsque le seigneur Montmorency remercia l'homme aux yeux rouges, ce dernier ne fît qu’acquiescer avec un certain sourire moqueur. C'était assez drôle comme situation. De tous, Skan était le seul à n'avoir aucune ascendance divine ou de légende sur lui pourtant ce dernier était bien utile au final. L'illusionniste écouta ensuite les divines bêtises du divin chieur qu'était Oneiros  puis passa ensuite par la faille créer par le spectre du bourreau. Non mais qu'écouter le fils d'Hypnos l’embêter mais un peu quand même ...  C'était vraiment une aubaine que les groupes soient séparés. La chimère souhaiter bien du plaisir a son compère de l'armée des morts pour supporter un homme aussi désagréable. Enfin, il était temps de passer aux choses sérieuses maintenant, c'était plus trop l'heure de ce genre de futilités. Le spectacle allait commencer.


=> Allemagne
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Odyssée] Kinderheim 511

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Royaume des Morts :: Cathédrale-