RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Sam 28 Déc - 9:49

Précédent : Cathédrale

(Hrp : Désolée pour le retard, il a fallu m'expliquer patiemment par MP que je devais créer un nouveau sujet pour tout le monde ^^" On utilise donc le nouvel ordre convenu par MP, c'est au tour de Gilles !)

Les spectres ne mirent qu'une poignée de minutes à se rendre aux lieux indiqués, grâce aux portails ouverts par le Gilles. Comme convenu, Skan et Lancelot avaient terminé leur parcours en plein dans les faubourgs du village, sous la forme de deux lames errantes prête à louer leurs épées aux plus offrants pour les protéger des brigands et des enleveurs d'enfants. De leur côté, Oneiros féminisé et Gilles se matérialisèrent, une heure plus tard. Pour plus de sûreté quant à leur lieu d'apparition dans un quartier bondé, le dieu des illusions les avait tout d'abord couverts d'un voile invisible. Ils avaient ensuite trouvé une ruelle étroite, peu empruntée, et s'étaient vus naître aux regards là.

Sous son déguisement de jeune princesse, l'Oneiroi attrapa délicatement le bras tendu par son chevalier servant de circonstance et ils engagèrent leurs pas dans l'avenue la plus commerçante de la ville. Les jeunes dames qui s'y promenaient rivalisaient d'élégance dans leurs toilettes soutenues et somptueuses. Contrairement à elles, la fausse Autrichienne avait opté pour quelque chose de simple : une robe à peine dentelée qui mettait en valeur la couleur de ses yeux. Et étonnamment ce mélange plut à beaucoup de marchands qui la suivirent de leurs regards insistants.


"Je crois que l'approche de ces gens sera encore plus aisée que je ne l'avais prévu, murmura-t-elle à Barbe-Bleue. Je suggère de nous pencher sur les étals, d'acheter quelques objets sans intérêt, puis de nous rapprocher du château et des personnes qui affichent la plus grande puissance par leurs ornements."

Elle se composa un sourire joyeux et laissa fureter son regard à la manière d'une personne curieuse de découvrir le monde, mais en cherchant en fait quelqu'un qui arborait les plus beaux et nobles insignes. A coup sûr s'il y avait des complices dans cette histoire, ils avaient dû être payer cher et devenir puissants. Les plus intelligents se seraient entouré de gardes du corps et camoufleraient ce nouveau statut. Mais il devait bien y avoir quelques sots dans le lot pour montrer ouvertement leur soudaine ascension sociale sans pouvoir le justifier d'aucune autre manière crédible que la chance et le dur labeur.
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Dim 29 Déc - 17:54



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Un présent



=> Cathédrale d'Hadès


Il y avait cette odeur persistante qui lui avait agressé les narines à peine eurent-ils posés le pied dans cette ville, une fragrance étrange que le Seigneur de Rais ne parvenait pas à identifier avec exactitude. Sous le couvert d'un voile invisible, Gilles s'était permis de jeter des coups d’œil perçants aux alentours afin, peut-être, de trouver la source de ce brusque pressentiment. À moins que celui-ci ne provienne d'un sombre pan de son passé ? Autrefois familier de ce mouvement perpétuel de la foule, de ces bousculades incessantes et de cette cacophonie assourdissante, ce n'était plus aujourd'hui le cas. Bien qu'à la vue de tous il s'était composé un masque parfaitement jovial et assuré, le ténébreux Seigneur n'en menait pas large. Cette cohue l'irritait, ce fourmillement l'agaçait à un point inimaginable. Fort heureusement, la pression sur son bras lui rappelait qu'il était en train de mener une mission d'importance pour les Enfers. Bien qu'il en ait cure, son objectif à lui était suffisant pour mener à bien l'ordre du Griffon. La sécurité de la douce Callan en dépendait. Ses pensées s'envolèrent vers elle et son âme se calma. Arborant un sourire angélique, Gilles de Rais finit par remarquer que les demoiselles parées de leurs plus beaux atours lançaient parfois à son adresse, quelques œillades timides. Par pure courtoisie, il y répondait d'un hochement léger de la tête, d'un très léger sourire énigmatique. De quoi attiser leur curiosité somme toute. La dame à son bras se rendrait-elle compte de son petit manège ? La langue des femmes pouvait être dans ce cas précis, une arme de choix, un atout ! Content de sa petite mise en scène, il nota que le Dieu en faisait de même, jouant avec son apparence de pure innocence.  

Quelques regards à la dérobés parfois des plus insistants ! Cela avait le don de raviver son agacement ! À ceux là, il leur octroya un regard assassin, faisant mine d'être le parfait chevalier servant, son protecteur, son gardien. Finalement, quand Oneiros lui glissa quelques mots à son oreille, son sourire s'élargit, inclinant sa tête d'une manière complice pour les faire paraître proches et susciter jalousie et envie.

« Je ne pensais pas que l'être et le paraître avait encore une telle importance en ce temps. Il semblerait que je sois resté trop longtemps dans ma tanière. - il se gaussa en portant une main gantée à sa bouche – Très bien, je vous suis, allons donc jeter un œil à cet étale, quelques bijoux attirent mon attention ... »

Il fit signe de désigner le dit-endroit d'un geste théâtral se voulant empreint de curiosité. Dans ce mouvement, sa cape claqua dans l'air et, prenant gracieusement la main de sa Dame dans la sienne, Gilles l'aida à se faire un chemin dans toute cette masse grouillante et bruyante. La plupart du temps, on les laissait passer mais, d'autres fois le chevalier déchu devait user de ses épaules ou de son bras libre pour chasser un opportun un peu trop pressé ou discourtois. Il n'y avait pas fait attention, mais le Seigneur de Rais avait présenté à Oneiros, sa main mécanique qui, sous le tissu du gant, devait sembler bien étrange au toucher. Un regard contrit en guise d'excuse, et Gilles porta son attention sur les objets. Il ne voulait pas en parler et s'était tut délibérément. Il ne parlerait à personne de ce sacrifice, à personne ! Car il voyait cela comme une faiblesse que l'on pourrait exploiter contre lui. Une ombre passa dans ses prunelles claires : il espérait secrètement que la déité ne relèverait pas qu'il lui manquait une main, la main avec laquelle il se battait …

« Très chère ! Venez jeter un œil à ces somptueux trésors, il y a vraiment de très belles pièces, oui, vraiment ! » dit-il un peu plus fort qu'il le devrait pour flatter l’ego du marchand bedonnant qui s'extirpa de son ennui à l'entente de ces compliments. Il ne manqua pas de commencer à glorifier sa marchandise. Satisfait, le Seigneur de Rais le laissa déblatérer son laïus « Magnifique, qu'en pensez-vous ? »

Soudain, son regard fut attiré par un collier en argent qui, moins tape à l’œil que le reste des bijoux, faillit passer inaperçu. Ça aurait été fort dommage, car, en le prenant avec précaution entre ses doigts, il s'avéra que le pendentif composé en majeure partie en cristal légèrement bleu, prenait une forme à la fois complexe et raffinée : une rose parfaitement épanouie, enroulait sa tige autour d'un croissant de lune argenté surmonté d'un unique saphir. D'autres branches venaient parfaire l'ornement de cette pièce unique – comme l'expliqua le commerçant en ayant remarqué l'intérêt de Gilles pour cet objet – où quelques boutons de roses étaient sur le point de s'ouvrir. Le beau jeune homme qu'il était devenu grâce aux soins de Skan, paraissait absorbé dans sa contemplation. Ce qui était effectivement le cas. Ses prunelles aussi, s'étaient adoucies. Un présent pour sa douce amie Callan … Sursautant très légèrement quand il comprit qu'on le regardait, Gilles reprit contenance et tendit le collier au marchand avant de glisser quelques pièces à ce dernier. Quand il étudia la monnaie, des yeux ronds se levèrent vers lui. C'était de l'or pur que Gilles venait de lui donner !

Encore un moyen d'éveiller les esprits. Tandis qu'il s'éloignait avec la divinité, il rangea dans la poche intérieure de son veston, le précieux cadeau.

« En un claquement de doigt, je pourrais, si je le désirais, acheter le pays tout entier ! Voyez-vous, j'ai découvert avec un très vieil ami, un moyen de changer le plomb en or …
- une petite pause – et désolé pour tout à l'heure. Où voulez-vous vous rendre à présent ? »






Revenir en haut Aller en bas
Skan


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 358
Armure : Étoile Céleste de l'Illusion

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Mar 7 Jan - 13:22

=> Cathédrale D'Hadès

Skan venait à peine de passer le portail de barbe bleue qu'il se retrouva devant le village, exactement dans les faubourgs au sud de ce dernier. C'était un lieu très calme. Le spectre du bourreau avait eût une idée brillante de choisir ce lieu pour être sur que la chimère et l'ancien chevalier ne soient pas vus.

Soudain, l'homme aux yeux désormais verts grâce à sa transformation remarqua que justement, Lancelot n'était pas là ... sans doutes son lieu d’atterrissage était différent de celui du sien. Il fallait donc se mettre à sa recherche maintenant ... C'était assez embêtant mais bon, il fallait bien retrouver la trace du chevalier Arthurien pour mener à bien la mission.

L'illusionniste se mit donc en route pour retrouver son compère dans la plaine qui entouré la zone. La végétation était plutôt luxuriante, c'était incroyablement paisible, comme une sorte de petit paradis dans l'enfer qu'était ce monde pourri.  C'était même assez incroyable de penser que c'était autour de ce genre d'atmosphère que des cambriolages d'enfants se passaient ... enfin bon, c'était pas trop le temps de penser à ça, il fallait d'abord retrouver le spectre de l’hippogriffe.

Après quelques minutes de recherches, Skan le retrouva finalement pas trop loin de là, se tenant apparemment prêt à accomplir sa tache.

"- Te voila enfin Lancelot ... d'ailleurs, il nous faut des nouveaux noms pour cette mission .. tu choisit lequel toi ? "

C'était une question simple mais pourtant capitale pour la réussite de cette mission. Quel que serais le nom que choisirait Lancelot, de manière assez logique, Skan se ferais passer pour son frère ou un membre de sa famille pour paraître plus crédible mais bon avant d'exposé tout ça, il fallait d'abord attendre de savoir le choix de l'étoile céleste du mélange.
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 793

Feuille de Personnage :
HP:
39/150  (39/150)
CS:
74/180  (74/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Jeu 9 Jan - 11:59


Le spectre de l’Hippogriffe était là, à un ou deux kilomètres du village, son arrivée cachée par un bosquet afin d'éviter qu'il ne soit vu par une personne inopportune. Cependant, son compagnon d'arme semblait ne pas être avec lui et ils durent se chercher mutuellement avant de commencer véritablement sa mission. Lancelot se dit en son fort intérieur que cette investigation commençait très mal si dé le début ils se perdaient tout les deux. Skan lui posa la question du changement de nom et il du bien admettre qu'il n'y avait pas spécialement pensé avant cet instant.

    " - Alexander, je pense que se sera un bon prénom convenable pour la région. Et toi, en a tu choisis un ? "


Il attendit la réponse de son compère avant de reprendre la route vers le village où leur enquête allait commencer. Il fallait dire que la présence de deux personnes étrangères aussi bien habillée dénotaient totalement dans ce lieu de petites gens. Lancelot regardait de chaque côté pour voir dans quel endroit les gens se rassemblaient le plus. Il y avait une église, mais ce n'était déjà plus l'heure de la messe. Il restait alors la taverne, mais là encore ce n'était pas le moment où les travailleurs s'y rassemblait après une dure journée de labeur.

Alors tant pis, l'ancien chevalier de la table ronde proposa à son confrère de se rendre dans la taverne où leur arrivée fut malgré tout remarquée. Contrairement à ses estimations, il y avait plus de monde qu'il ne l'aurait cru. Voyant les nouveaux client et les ornementation sur leurs vêtements, le tavernier vint directement leur proposer sa meilleur table, se disant honoré par leur présence. Lancelot demanda sa meilleur bouteille d'alcool, ce que l'homme s'exécuta presque immédiatement.

Quand certain des clients lui demandèrent ce que deux nobles faisaient en ce lieu, Lancelot prétendit qu'ils étaient de passage et que leur père respectif leur avait imposé un voyage initiatique pour prouver qu'ils étaient des hommes. Durant ses discutions, le spectre narra quelques un de ses anciens exploits, modifiant la date, le lieu et les intervenants afin de ne pas se démasquer trop vite. Il parla surtout de moment où il ne dut pas utiliser de compétences surhumaine. Surtout, il fit attention à ne pas trop en dire, histoire que sa couverture de jeune noble ne soit pas trop vite démasquée.

Quand finalement , l'homme à la longue chevelure d'ébène se dirigea vers le comptoir et s'adressa au tavernier.


    " - Dites moi mon brave. Etant donné que mon frère et moi somme de passage dans la région. Y a t-il quoi que se soit que nous devons savoir et qui pourrait nous mettre en danger ? Ou bien Quelque chose que nous pourrions faire pour aider. "


Lancelot espérait que ses histoires, pour peux que quelqu'un y aie vraiment cru, puisse délier la langue des personnes présente au sujet des enlèvements d'enfants. Qu'on lui demande son aide, ou bien qu'on le mette sur la bonne voie.
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Jeu 9 Jan - 20:32

(Désolée, ça va être nul, j'ai perdu mon premier jet ce midi suite à une coupure internet T_T)

"Oh ! Pour votre petite sœur ! Comme c'est attendrissant ! S'exclama la fausse princesse."

S'abandonnant un instant à son rôle, Oneiros se rapprocha de son chevalier-servant et posa sa tête sur son épaule.

"Le paraître n'a jamais été aussi important qu'à cette époque d'après ce que ma petite enquête a donné. Les apparences laissent penser que nous sommes plus qu'un simple chevalier et sa maîtresse. Vous auriez dû m'offrir le collier que vous avez acheté tout de suite, chevalier, mais j'ose imaginer que vous ne le ferez pas, votre empressement à le glisser dans votre poche me laissant penser qu'il était plutôt réservé à une autre femme... Celle dont vous avez mentionné le nom à Giudecca, par exemple, cette dame Callan à la rose noire. Ainsi donc je viens de sauver votre mise aux regards qui nous scrutent."

Sans se départir d'un sourire jovial et émerveillé, la fausse princesse s'arrêta au sommet d'une colline pour contempler la vue, étendre ses bras au vent et s'écarter un instant de l'autre spectre pour tourbillonner sur elle-même. Et c'est là qu'elle confirma ses soupçons : cinq hommes en armure les suivaient depuis un certain temps. Quelqu'un les avait donc remarqués et les faisait surveiller, probablement pour les mener à leur maître et leur faire payer une quelconque taxe. Ce village était trop petit pour être aussi luxueux, le seigneur local devait donc se gaver allègrement d'or - voire d'enfants - sur les nobles de passage, et les pépites d'or de Barbe-Bleue n'avaient échappé à personne.

"Nous sommes suivis messire. Si vous voulez bien me suivre, nous allons hâter la rencontre."

Clamant à haute voix des compliments sur la beauté du pays et du village, la "jeune femme" remarqua une boulangerie au coin de la rue et entraîna en courant comme une enfant son brave serviteur vers les odeurs délicieuses qui en sortaient. Les soldats ne manqueraient pas de les encercler dans l'espace exigu du bâtiment, leur coupant toute retraite. Ainsi les croyaient-ils en leur pouvoir et c'est exactement ce que pouvaient rêver Oneiros et Gilles. S'ils parvenaient à se faire conduire au cœur même du château, ils pourraient accéder à des endroits que leur statut de spectres les aurait forcé à démolir autrement, ruinant toute couverture.
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Jeu 9 Jan - 23:00



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Être et Paraître




C'était vrai, le Seigneur de Rais avait commis une erreur, une bien grossière erreur. En n'offrant pas sa trouvaille à sa « princesse », il laissait les yeux des autres devenir soupçonneux à son endroit. Quelle honte pour un gentilhomme de ne pas avoir fait attention à ce détail, à cette grande Règle qu'était l'Être et le Paraître. En son temps, cette notion était peut-être un peu moins scrupuleusement suivie, mais tout de même, Gilles se sentait quelque peu honteux. Profitant de l'éclat du Roi des Rêves et de son petit manège pour sauver les apparences, il lui glissa quelques mots d'excuses :

« Veuillez m'excusez … comme le dit l'adage, « le cœur à ses raisons, que la raison ignore ! » je me suis laissé à rêvasser comme un jouvenceau, pardonnez-moi. - un fin sourire ourla ses lèvres quand ses pensées s'envolèrent pour sa Dame Callan. - C'est à elle en effet qu'est destiné ce cadeau. Pour tout vous dire, nous nous sommes quittés en très mauvais termes et … je voyais une occasion de enfin … vous me comprenez. »

Balbutia t-il en lui offrant son plus beau sourire et replaçant d'un geste subtil, une mèche de ces beaux cheveux d'or que la demoiselle arboraient. Cette démonstration un rien tendre, finirait sans nul doute d'évincer les derniers soupçons. Ils continuèrent leur chemin, grimpant au sommet d'un colline pour que le couple s'émerveillent de la vue imprenable. Si le paysage était certes de toute beauté, Gilles ne s'en préoccupait guère, scrutant discrètement leurs « poursuivants » d'un œil expert. S'ils étaient suivis comme l'avait dit tantôt Oneiros sous son masque d'albâtre, le Seigneur de Rais l'avait remarqué depuis quelques temps déjà. Sans doute l'expérience parlait-elle. Quand la Dame s'écarta de lui pour tourbillonner avec grâce dans le vent, ses prunelles calculaient le moindre risque, la moindre donnée susceptible de les aider dans leur quête. Le Spectre du Bourreau était assez satisfait de son petit stratagème avec les pépites. Inéluctablement il avait fait en sorte qu'on les remarque, et mieux, qu'on s'intéresse à eux.

Il ne restait plus qu'à attendre.

Conservant son masque parfait de stoïcisme, le Seigneur Barbe-Bleue offrit de nouveau son bras pour être entraîné sans autre forme de procès, par les envies de la jeune femme désireuse de se rendre dans une échoppe où l'on vendait pâtisseries et bon nombre de petits pains croustillants, dorés, et moelleux à souhait. Bien évidemment, cela rappelait des souvenirs à Gilles qui eut un air mélancolique.

« C'est une très bonne idée, ma Dame … » signifia t-il en carrant des épaules et en faisant soudainement volte face pour faire face à ces curieux personnages. Sa cape courte et de belle facture claqua dans l'air et sa mine se fit plus sérieuse, plus dure aussi. Il avait avancé d'un pas, écarté le bras pour faire mine de protéger la demoiselle. Ce qui faisait en apparence, bien sûr. En parfait chevalier servant, il avait dégagé le bout d'étoffe qui recouvrait son bras pour montrer aux ravisseurs qu'il se tenait prêt à dégainer sa lame.

« Halte là messieurs … déclinez votre identité sans détour ou il vous en cuira ! Dites nous ce que vous nous voulez. »






Revenir en haut Aller en bas
Skan


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 358
Armure : Étoile Céleste de l'Illusion

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
176/176  (176/176)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Ven 10 Jan - 9:41

Après la réponse de Lancelot, Skan n'eût à peine à réfléchir que quelques secondes pour répondre, son nom était déjà tout trouver.

"- Je serais Tobias, ton frère. Il me semble qu'avoir un faux lien familiale nous rendra encore moins suspect si tu le permet bien sur."

De toute évidence, l'ancien chevalier de la table ronde avait acquiescer car une fois au village, il les avaient bel et bien présenter comme frère devant les gens a la taverne où ils s'étaient arrêtés. Dans cette bâtisse, l'étoile céleste du mélange avait même d'ailleurs feinté pour demander s'il existait quelconque danger dans les parages, voulant sans doutes en venir aux kidnappings répétés dans la région. C'était une très jolie feinte qui semblait mettre mal à l'aise absolument tout le monde dans cet endroit pourtant de détente. Il était donc maintenant à la chimère d'accomplir le coup de grâce.

"- Ah ... tu as l'air d'avoir fait mouche mon frère. Personne n'ose te répondre."

Skan se plaça donc ensuite contre un mur ou il s'appuya avec l'aide de son pied droit et croisa les bras tout en fermant les yeux, lui donnant presque un air de héro désigné.

"- Mon frère et moi sommes connus de part le monde entier de par notre notre dextérité à l'épée. Dites-nous ce qui se passe ici et nous châtieront les êtres mauvais par nos lames."

Malgré que cette phrase faisait un peu prétentieux, elle avait l'air d'avoir fonctionné et c'était tant mieux. Les gens se mirent à regarder leurs deux "héros" avec des yeux remplis d'étoiles ... c'était vraiment trop facile. Une homme se leva donc et prit la parole.

"- Messeigneurs, en vérité, nos enfants se font enlevés presque chaque semaines par une bande d'ignobles bandits ... nous ne pouvons rien contre eux mais si vous arriver à les chasser, nous vous en seront éternellement redevable et nous vous récompenseront ... "

Ça, c'était fait. L'humain est un être tellement manipulable lorsqu'il est désespéré que ça en était presque navrant pour le coup. D'un air presque questionneur, le faux noble tourna la tête vers l'homme aux cheveux d’ébène, comme pour que ce dernier accepte la requête des pauvres esprits qui croyaient inconsciemment avoir trouvés leurs sauveurs. Lancelot n'avait désormais plus qu'a retrouver son charisme et son assurance qui était sienne autrefois et le tour était joué.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Dim 19 Jan - 4:24

Le temps imparti étant expiré, Lancelot perd son tour.

À Oneiros de poster.
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Dim 19 Jan - 12:07

Comme prévu, les soldats entrèrent tout à coup dans la boulangerie sans crier gare. Le boulanger lui par contre ne s'en priva et se réfugia derrière son comptoir.

"Pitié mes bons seigneurs ! Mon modeste établissement est en règles, j'ai payé l'impôt mensuel ! J'ai une femme malade à nourrir et bientôt un enfant !
-Tout doux, l'artisan ! Nous ne venons pas pour toi."

Faisant montre d'une volonté de reine, la princesse avait retenu un cri de surprise - ce n'était pas élégant - et s'était rangée derrière son protecteur, qui déjà présentait sa lame à qui voudrait en tâter le tranchant. Elle posa une main sur son bras tenu en signe d'apaisement.

"Allons mes sires, il doit y avoir malentendu... Aurions-nous enfreint quelque règle de votre paisible village ?
-Tous les nobles doivent se présenter au château avant de visiter le village.
-Cet endroit est un vrai labyrinthe, nous nous y sommes sans doute perdus et ses beautés nous ont fait oublier le chemin par lequel nous étions arrivés... De plus, là d'où je viens on ne dérange pas le seigneur pour quelques taxes de passage, il a bien trop d'autres choses à gérer. Les problèmes de révolte, les privilèges clercs qui revendiquent les terres abandonnés, les salaires des soldats..."

L'argument fit rougir la petite troupe de soldats, suggérant qu'elle venait d'un endroit bien plus important que leur propre village et qu'ils s'en prenaient donc à quelqu'un de haut placé. Néanmoins, les ordres étaient les ordres. Ils vinrent encadrer le couple improvisé et celui qui faisait office de capitaine s'inclina respectueusement.

"Navré de vous déranger avec ces formalités, mais il me faut tout de même vous demander de me suivre sans hostilité."

La fausse princesse se rapprocha de son chevalier dont elle serra le bras et attendit la réaction. De son attitude dépendrait peut-être leur insertion au cœur du village, là où peut-être se trouverait la personne responsable du trafic d'enfants...
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Lun 20 Jan - 19:34



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Illusions




Les illusions préservées, le Seigneur Gilles de Rais se faisait un plaisir de jouer son rôle à la perfection, et, nota avec un certain amusement que les talents d'Oneiros pour la comédie étaient sans équivoques. Ce mince sourire ne trompait pas seulement : il se méfiait énormément des gaillards en face d'eux. Si ces hommes paraissaient vouloir en venir aux mains, leur humeur belliqueuse fut stoppée par l'intervention de cette princesse au teint de porcelaine. L'éclat dans la boulangerie s'effaça progressivement, la tension se relâchant grâce à l’ingéniosité du verbe de la divinité du Pandémonium. Le Spectre qu'il était ne pouvait qu'être impressionné, l'estime qu'il commençait à porter en cette entité ne fit qu'augmenter et un profond respect accompagnerait sans nul doute, cette impression. Le Maréchal de France était très curieux de connaître la suite des événements aux côtés du Roi du Rêve, d'évoluer avec lui … cela ne pourrait être qu'enrichissant. Il entendit un profond soupir de soulagement quand il rengaina sa Lame, jetant un bref coup d’œil derrière lui pour voir le boulanger éponger son front qui suait à grosses gouttes.

L'un des gardes, peut-être le « chef » des autres, ou tout du moins celui doté d'un minimum de bon sens, fit un pas pour leur demander de le suivre pour … cette formalité. Sans hostilité, bien entendu. La remarque fit rire le Bourreau : n'était-ce point eux qui leur avaient cherché querelle et suivit pendant leur pérégrination ?  

« Paix soldats, je ne faisais que mon devoir, comme vous. » annonça un Gilles tout sourire, se voulant amical. Il eut un geste vers sa Dame comme pour la rassurer avant de lui offrir son bras d'une manière plus chevaleresque. Illusions … « Venez ma Mie, suivons ces gentilshommes … je ne voudrais pas troubler plus encore, la tranquillité de cette échoppe. »

Il salua galamment le propriétaire de la boutique avant d'emboîter le pas à ces malandrins. Quelque chose parcourait son échine d'une manière désagréable. Serait-ce un mauvais pressentiment ? Quoi qu'il en soit, le Chevalier Déchu qu'il était ne montrait rien de son appréhension mais en fit tout de même par à sa compagne en lui lançant un regard lourd de sous entendu. Accompagné d'un sourire éclatant, bien sûr !  






Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Ven 24 Jan - 17:21

Alors que Gilles demande aux soldats de rester en paix, un enfant sort de l'auberge en pleurant. Soudain, il tient sa poitrine et son coeur explose violemment. Un autre enfant vient de mourir et les habitants vous regardent etrangement, comme etrangers evidemment, donc potentiel coupables.

Un jeune homme en redingote rouge, aux cheveux blonds et aux yeux verts, marche alors dans la rue en vous regardant. Ses doigts forment alors un geste Hindoue, le son "HOOOOOM" sort de sa bouche et vous expedie dans les mondes de la metempsychose.

Oneiros a juste le temps d'entendre l'homme se presenter alors que son ame divine est propulsé dans le paradis. Le plus violent des 6 enfers.

" Je suis Johann Von Habsbourg, Chevalier d'or de la Vierge et disciple du chevalier Asmita, rejoignez l'enfer Spectres "

[***]

Soudain une voix retentit dans le crâne de Lancelot et Skan, comme un lointain et mystérieux appel. Vos membres ne vous obéissent plus, comme si vous étiez attirés ailleurs. Quelques instants, vos yeux se ferment. Quand vous les rouvrez, vous voyez Oneiros et Gilles sous leurs déguisements se faire happer par cette force que vous avez ressenti ... Tous vous êtes aspirés par cette arcane ...

Comment allez-vous réagir ?
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Mar 28 Jan - 13:11

Skan a dépassé son délai, son tour est donc sauté.

À Lancelot de poster.
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 793

Feuille de Personnage :
HP:
39/150  (39/150)
CS:
74/180  (74/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Ven 31 Jan - 23:29


Après que Lancelot se soit levé et eut discuté avec le barman, ce fut Skan qui fit étalage de ses talents d'orateur. Le spectre fit dans la surenchère qui ne plut pas trop à l'ancien chevalier de la table ronde, qui aurait préféré malgré ses belles histoire narrées plus tôt une approche plus subtile. Il l'aurait volontiers traité d'imbécile, mais malgré tout des gens vinrent se confier.

Plusieurs personnes virent parler des enlèvements d'enfants, la plupart étaient des parents effrayés et désespérés. L'hippogriffe tenta de les calmer afin de mieux cerner les informations, tentant même de les réconforter et de les rassurer. Il leur fit la promesse qu'ils retrouveront leur enfants. Promesse qu'il fait honnêtement, mais s'il y avait une risque que les victimes soient déjà passer de vie à trépas depuis bien longtemps.

Lancelot s'approcha du tavernier pour lui régler leur consommation, il entendit juste après une voie dans sa tête, puissante et oppressive. Il ne put en comprendre la teneur, c'était parlé dans une langue qu'il ne connaissait pas. A ce moment là, il se sentit partir, comme attiré par une force inconnue. En fait, il perdit littéralement conscience de ses actes, tombant dans un état second où il se déplaça bien malgré lui.

Quand finalement l'ancien chevalier de la Table Ronde repris ses esprits, il était dans la ville en compagnie de Oneiros et de Gilles toujours sous leur déguisement. Mais pas que eux : un autre utilisateur du cosmos était présent, il était très puissant si bien qu'il était certainement la source de sa perte de conscience quelques instants plus tôt. Les deux autres spectres avaient été plus que certainement prit par surprise, ce qui signifiait que leur mission d'infiltration était tout simplement un échec.


    " - Bon sang, mais c'est qui ce type ? "


Quoi que fut la technique utilisée contre le demi dieu et celui qui fut appelé Barbe Bleu, Lancelot en était lui aussi victime. C'était comme si on voulait l'expulser de cette réalité. C'était vraiment puissant, mais le spectre pensait pouvoir tenter d'y résister. Il concentra son cosmos autour de lui, comme une ancre dans ce monde, un moyen peut-être dérisoire pour résister à une telle attaque. L'aura du spectre de l’Hippogriffe n'était pas perceptible par le commun des mortels, pourtant, elle était là.

    " - Fi,... Fini la comédie. Je te provoque en duel ! "


Malgré son stratagème, il avait du mal à parler, respirer, rester. Mais cela ne l'empêcha pas de défier leur adversaire. Leur couverture était de toute manière grillée, autant utiliser la manière forte. Ce qu'espérait Lancelot, c'était que l'ennemi accepte de l'affronter, mais ailleurs, pas devant toute cette foule et risquer de blesser des innocents.


Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Sam 1 Fév - 22:10

Tout semblait se dérouler à merveille, jusqu'à ce qu'un enfant d'apparence pure et innocente surgisse tout à coup d'une auberge puis... meurt sous leurs yeux. Mais bien évidemment ce fait n'est pas sans conséquence : toute la populace l'a remarqué. Le contraire n'aurait pas été bien amusant. Oneiros eut juste le temps de réagir et d'amplifier le sort d'illusion lancé précédemment par Skan, afin de "verrouiller" leur fausse apparence. Et quelle bonne initiative puisque peu de temps plus tard, un homme énigmatique se dirige droit vers eux et les expédie tout droit dans son arcane le plus terrible. Grâce à sa prévoyance, Oneiros était parvenu à sauvegarder son corps de jeune fille qui s'écroula lourdement. Ainsi, même si son âme se mit à voguer vers d'autres cieux, Léonard ne s'éveillerait pas sans comprendre la situation, et aux yeux de la populace le saint venait tout bonnement d'agresser une frêle jeune femme sans défense sous leurs yeux. Étrangers ou pas, il avait commis là un grave manquement à la diplomatie ! Avec un peu de chance, le peuple local serait suffisamment vaniteux pour ne pas pardonner cela.

Donc, pendant que son enveloppe charnelle temporaire perdait connaissance, le dieu onirique se retrouva balloté entre les dimensions. Il reconnaissait bien là la technique de la Vierge...

*Illusion... Ceci n'est qu'illusion... Croît-il pouvoir berner le maître des rêves et des cauchemars ?*

Peu à peu, les dimensions ralentirent et le dieu se retrouva catapulté sur une terre en fleurs, à perte de vue, verdoyante, pleine d'odeurs délicieuses. On pouvait y voir des silhouettes charmantes de nymphes y marcher, certaines l'ayant certainement remarqué pendant qu'il gisait au sol, à demi-conscient.

*Si j'en crois mes précédentes incarnations... La Vierge a choisi pour moi le Paradis. Quelle coïncidence, j'ai toujours voulu voir le monde dans lequel la moindre pensée malveillante envoie en Enfer.*

Vêtu uniquement d'une toge d'un bleu sombre dans cette dimension où la violence n'existait pas, il se redressa en position assise. Voyant les nymphes accourir pour voir s'il allait bien, il laissa un léger sourire de façade se graver sur ses traits tandis qu'il réfléchissait.

*Cet homme... Ce saint possédait la flûte de la sirène maléfique... Le dieu marin et la déesse terrestre seraient-ils les responsables de la disparition de ces enfants ? Pour Poséidon, cela semble plausible. Mais Athéna n'a jamais usé de moyens aussi vils et détournés pour empêcher son oncle de revenir. De plus, ce même oncle a récemment regagné Elysion, pourquoi alors ôter la vie à de jeunes âmes innocentes alors qu'il ne doit pas se réincarner théoriquement avant quelques 200 années au moins ?*

Un soudain sentiment de plénitude l'envahit alors que les nymphes arrivent à a hauteur, saisissent son visage pour voir s'il est encore conscient. Le dieu les laisse parler, ne répond pas, sourd à leur appel. Et s'il restait prendre un peu de bon temps ici après tout ? L'endroit ne valait peut-être pas Elysion, mais il pouvait y avoir quelques douceurs à savourer. Maintenant qu'il était là, autant en profiter. La Vierge le rappellerait assez tôt si elle voyait que son attaque n'avais que pour effet de procurer du bon temps à son adversaire. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Dim 2 Fév - 21:32



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques


Seul




La volonté de Gilles était mise à mal depuis l'apparition de ce nouvel acteur. Le Monde est un théâtre, et eux, des acteurs d'une drôle de Comédie. À moins que ce ne soit une Tragédie ? Soucieux, le chevalier déchu resserra son étreinte sur la poignée de son épée, mais, déjà, son esprit s'embrumait. Le pouvoir de cet être étrange qui se disait être le chevalier d'or de la Vierge était plein de mystères et d'une rare puissance. Jamais le Spectre du Bourreau avait connu chose semblable au cours de sa très longue vie. Ses muscles ne l’obéissant plus, il se vit lâcher sa lame qui chuta pour se planter au sol sans un bruit. Tétanisé, il devait faire face à des assauts de plus en plus pressants contre la barrière de son esprit. Clairement, on cherchait à fouiller dans ses souvenirs et le Seigneur de Rais n'aimait pas cela. Pire que tout, se dire que l'on pourrait atteindre Callan à travers lui l'horrifia, tant et si bien qu'il tenta de libérer son cosmos.

Ses yeux se plissèrent sous le coup de la douleur engendrée. Ses défenses s'amoindrissaient à vu d’œil, même Oneiros ne paraissait pas épargné par le phénomène. Donc, ils étaient impuissants. Au dernier moment, il vit Lancelot et Skan apparaître comme par magie, muent par cette même magie qu'on ne pouvait ignorer. Puis, le noir.

Quand il rouvrit les yeux, Gilles de Rais était seul. Irrémédiablement seul, comme autrefois. Un sentiment dévastateur grimpait en lui comme une vieille chimère d'un passé qu'il désirait oublier avec ardeur. La solitude. Il se revoyait au milieu d'une pièce vide mais familière, sa chambre, son chez lui, quand il était Maréchal de France. Des centaines d'années s'étaient écoulées, et, il avait vu son monde s'écrouler peu à peu : ses amis s'éloigner, son humanité même vaciller. Il devenait peu à peu un monstre, certes, mais qu'on avait oublié. Il avait toujours eut la main mise sur ce petit village de France, jouant aux Inquisiteurs, seulement, il avait toujours erré seul dans ces grands corridors. La vie qui y régnait était revenue peu à peu depuis l'arrivée de sa Dame dans sa vie. Un nouveau souffle que Gilles désirait préserver à tout prix.

Or, maintenant qu'il faisait face à cette même situation, le Bourreau se sentait désœuvré. Il se prit à courir partout, ouvrant toutes les portes à la volée dans l'espoir de voir apparaître une silhouette connue. À chaque fois, il se heurtait à un échec cuisant. Une énième porte ouverte à la dérobée, un grincement sinistre et l'homme resta planté là, les bras ballants. Impuissant.

« Je ne veux pas que ça recommence. » Ses poings se serrèrent, il cria presque sa frustration : « Callan ! Où êtes-vous ? »

Mais il n'y eut aucunes réponses et, face à cette immensité qui commençait à s'étendre sous ses pieds, le Seigneur de Rais capitula et s'enferma dans son mutisme.Comme une statue de sel, il baissa la tête pour fermer ses paupières.





Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Mar 4 Fév - 21:33

Skan a dépassé son délai. S'agissant de la deuxième fois, il est malheureusement exclu de l'Odyssée.

À Lancelot de poster.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2980

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   Sam 8 Fév - 22:35

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Odyssée] Kinderheim 511 - partie II   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Odyssée] Kinderheim 511 - partie II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Europe-