RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]   Sam 12 Juil - 4:16

La suave mélodie d’Excalibur semblait s’intensifier en même temps que l’éclat ardent du bras de Jara. À mesure qu’ils approchaient de la berge, sa Lame répondait à son appel et lui indiquait la voie. Pourtant, entouré de sons, d’autres venaient s’ajouter et ternir le tableau de leur étreinte. Quelques ombres fantomatiques dansaient autour de la barque alors que la terre était enfin visible derrière le manteau brumeux. Copiant les gestes d’Eidolon, le Capricorne sut rester sur ses gardes, sa main brillante droite et fine comme son glaive, en position de garde. Durant son élan, il ne put s’empêcher de remarquer le doigt du Cancer. Celui-ci scintillait d’une glauque étincelle semblant ne faire qu’un avec l’atmosphère générale. Il devait s’agir de la technique de nécromancie du Quatrième Gardien. Eidolon en avait fait l’essai lors des funérailles d’Athéna lorsqu’il tenta de la faire revenir à la vie, en échouant hélas.

Bien moins concentré sur la scène présente, Jara toisa d’un regard inquisiteur son frère d’arme. Celui-ci devait sûrement l’avoir remarqué mais l’Elu de Makara ne pouvait s’empêcher de constater que le destin des deux hommes étaient étrangement bien plus liés qu’il n’aurait du l’être. D’abord ceux-ci devinrent Chevalier d’Or durant la même nuit et maintenant voilà qu’ils étaient tous les deux en lien avec le royaume perdu d’Avalon. La Fatalité semblait vouloir attaché de son rouge fil les deux Saints, qu’ils le veuillent ou non. Toutefois, conscient de la situation actuelle plus que tendue, le Souverain ne s’y attarda pas plus et reposa ses pupilles de fauve sur l’étendue sous-marine tout en disant d’un ton presque menaçant.

Reste sur tes gardes, ils arrivent.

Et effectivement, pas moins d’une seconde plus tard, ces esprits frappeurs surgissaient hors de l’eau afin d’attaquer les émissaires d’Athéna. Près à réagir, le cosmos de Jara s’enflamma et pris sa forme très caractéristique de l’Indien en un épais manteau de flammes d’or si pures que la chaleur ne tarda pas d’enflammer la barque elle-même. Il se tenait prêt à dégainer sa lame, lui qui avait choisi la voie de l’épée.

Soudain, sortie de nulle part, un feu complètement antithétique à celui de l’éphèbe orientale se déclara et embourba les étranges créatures de son pouvoir létal. Très étonné, le Onzième se retourna en suivant la source de ce cosmos aux antipodes parfaites du sien en y découvrant une large silhouette. À cette simple vue, sa mine s’obscurcit et ses traits, déjà austères, devinrent bien plus sévères qu’à l'accoutumer.

Qu’est-ce que...

Jara venait de rencontré sa némésis. Lorsqu’il sortit de l’ombre, avec sa vieille cape usée par le temps et camouflant son armure d’or, il ne pouvait qu’admirer la protection divine de l’autre “élu”. L’éclat d’obsidienne de ce métal, les formes agressives et pourtant si hypnotiques du fer noir ne laissait aucun doute quant à l’origine de son porteur, même pour un néophyte comme le Capricorne: un spectre. Les deux possédaient un pouvoir lié au feu. L’un fait de lumière pure, l’autre bien plus sombre que son surplis. L’un était un Saint, l’autre un Spectre. L’un restait marbre, l’autre ne pouvait s’empêcher d’être plus tempétueux que les ombres qu’il venait d’abattre. Au fond de lui, le Porteur d’Excalibur espérait qu’Eidolon serait là pour calmer le jeu. Il n’y avait aucun moyen que ces autres élus annoncés par Aalanna soient des Spectres et encore moins un Juge des Enfers. Lorsque le Grand Oiseau s’inclina avec cynisme, Jara laissa son cosmos s’estomper et laissa avec plaisir son compagnon tempérer la “discussion” qui aurait pu se profiler sans son intervention car avant qu’il n’intervienne, Jara avait répondu à Aiakos avec le plus grand dédain morose:

Ton aide n’avait pas été réquisitionnée.

Pourtant, aussi ennuyeux cela soit-il à avouer, les deux soldats d’Hadès semblait en savoir bien plus que les Chevaliers quant à leur situation ici, et pour cause, ils avaient même évoqué une conversation qu’ils auraient eu avec l’enchanteur Merlin.

Vous deux. Vous avez été choisi, soit mais quel est votre rôle dans tout ça ?

Qu’on soit bien clair, contrairement à ce qu’Eidolon venait de déclarer, en cas de problème, Jara n’irait aucunement aider ces deux cadavres ambulants. Ils ne devaient oublier leur position de Servant d’Athéna et l’occasion d’anéantir Juge, l’une des plus grande force de frappe des Enfers étaient bien trop belle. Tout ce qui les liait, c’était la route qu’ils devaient emprunter mais c’est bien seul que le Capricorne comptait la prendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 487
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]   Lun 14 Juil - 13:21



Gilles de Rais



Le Bourreau aux Cents Masques






Tirer les cartes du Destin




Comme il s'y était attendu, la rencontre entre les élus ne se ferait pas sans rancœur, ni questionnement. Comme il s'y était attendu, de leurs réactions respectives, transparaissaient une vieille querelle entre vivants, et non vivants. Saints et Spectres, ombres et lumières. Mais à quoi bon cette plaie béante ? À quoi bon montrer les dents ? Prêts à mordre, à n'en pas démordre, ils étaient sur le point de laisser libre cours à leurs colères. À juger des actes passés, ou des idées que prônaient leurs Dieux respectifs. Tous, sauf une personne qui se tenait à l'écart de tout ceci, observateur de cette scène qui le désolait, mais qu'il comprenait, bien sûr. Gilles était un Spectre, il était même le Bourreau. Peut-être était-ce parce qu'il n'avait pas d'identité, qu'il revêtait le masque immaculé, qu'il pouvait se permettre ces pensées ? Pourtant, tout comme les autres, et plus encore, il était coupable. Coupable d'être un humain, ou de l'avoir été. Un jour, il y a des centaines d'années de cela, quand il avait encore cet éclat de lumière à préserver, cette Jeanne dans son cœur, à aimer.

Dans ses mains, un jeu de carte. Il en tira une, au hasard, comme toujours, pour tomber sur le même résultat : L’Hermite. Encore.

Un soupir plus tard, et le revoilà à contempler ces hommes, en silence. Intervenir maintenant n'aurait pas de sens. Or, il fut très vite perturbé par l'intervention d'Aalanna qui, en silence, l'avait rejoint, ses doigts frôlant l'une des cartes, un sourire taquin aux lèvres. Sous l'ombre de son masque, un air paniqué se dessina. D'instinct il recula d'un pas, comme si, le Bourreau avait peur de faire du mal à la jeune femme. Là encore, suivant la voix de son cœur, il s'agenouilla à même le sol, l'un de ses genoux foulant l'herbe tendre et verte d'Avalon.

« Ma mie, gente Dame Aalanna, vous savez vous, qui vous êtes. Je le sais aussi, comme je sais que vous me tenez aucun ressentiment pour ce que j'ai pu faire. Pas comme … eux, qui se détestent et cherchent à s'entre déchirer pour la seule et unique raison qu'ils « sont » des ennemis naturels. Si nous sommes ici … » là où ses premières paroles n'étaient qu'un murmure à elle et à elle seule, Gilles, se redressant de toute sa hauteur pour tourner son visage masqué vers les autres élus, clama presque avec zèle : « … c'est pour œuvrer dans un but commun, répondre à un appel à l'aide. »

Il marqua une courte pause tandis que la main de la Fée se posa sur l'une de ses épaules, le gênant presque dans sa bravade verbale. « Je sais que vous n'aurez que faire de mes paroles, mais, pour répondre à votre question, Seigneur Jara, je suis ici pour la rédemption, pour laver mes pêchers envers cette Dame, et son enfant que j'ai autrefois tenté de nuire, puis de préserver. »

Se souviendrait-il de lui ? De cet épisode dramatique où, malgré lui, le Capricorne en avait été témoin ? Se souviendrait-il ? Ou comme les autres, avait-il oublié son existence risible, celle d'un être qui se cherchait et qui s'était finalement trouvé ? Son œil glissa vers son homologue : il avait fait exprès de ne pas révéler pourquoi, lui, avait été choisit. Il l'ignorait en fait, même s'il connaissait les termes du contrat entre lui, et la Dame de l'Aube.

Il s'approcha de l'assemblé pour s'immobiliser, ouvrant son jeu de carte faces cachées. Sa main s'avança vers Jara.

« Piochez une carte. Nous saurons alors quelle voie emprunter. »

Un sourire énigmatique flottait sur les lèvres d'une Aalanna bien silencieuse …



Revenir en haut Aller en bas
Aiakos


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 214

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]   Mar 15 Juil - 11:18

Les avait-il sauver pour satisfaire une envie morbide? Pour contenter sa curiosité? À vrai dire, Aiakos n'aurait su l'expliquer, quand bien même les raisons étaient légions! Devoir faire équipe avec Gilles était déjà suffisamment difficile, l'envie de lui faire perdre la face, de lui faire payer ce regard en partie caché par son masque d'un blanc immaculé, pour qu'un rien de la part de ces chevaliers de la paix ne l'agace plus encore! Il ne les portait pas dans son coeur, si tant est qu'il en ait un, c'était inscrit dans ses gênes, comme si à chaque apparition de ces êtres, son métabolisme ne pouvait s'empêcher de rejeter sa désapprobation! En somme, quelque chose de banal si l'on s'intéresse un peu plus aux antécédents de ces deux camps, car de tous temps, les guerres les opposaient, à chaque conflit un spectre était opposé à un Saint!

Comme un et un font deux, là où il y avait un Saint il y avait de fortes chances pour qu'un membre du sombre royaume s'y trouve aussi! Ce qui était d'autant plus frappant chez ces protagonistes, était sans doute leurs apparats qu'ils portaient fièrement! À l'instar du teint de leurs peaux qui était diamétralement opposé, leurs armures elles aussi ne brillaient pas du même éclat! Tel le jour et la nuit, leurs surplis et leurs cloth s'opposaient mutuellement. Les unes d'un violet et d'un noir de jais scintillaient bien moins que celles que l'on disait provenir de l'astre solaire lui-même. Malgré la pénombre engendrée par la zone dans laquelle ils se trouvaient, au grand jamais les apparats de ces chevaliers de l'espoir n'avaient été aussi étincelant. Réagissaient-elles en présence de leurs homologues de l'empire infernal? Personne n'était en mesure de l'affirmer, cependant, tout portait à croire que leur antagonisme d'antan était sur le point d'éclater à nouveau!

D'ailleurs, les propos et le comportement de l'un de ces chevaliers vinrent le confirmer! Tout comme lui, il n'était guère emballé à l'idée de mener cette quête en compagnie de leurs ennemis héréditaires. À défaut d'appartenir à la même caste, leurs apparats les différenciant, il faut dire que le juge du Garuda venait de trouver son pendant en la personne de ce chevalier égocentrique! À coup sûr, cette quête risquait d'être animée, mais aussi grand était le fossé qui les séparaient, demeurait tout de même quelques points communs. Un franc sourire ourla ses lippes quand il écouta son homologue Saint s'exprimer, un regard empli de défiance avait gagné ses prunelles, de quoi jeter les bases de leur future collaboration! Son brasier ne s'était d'ailleurs pas calmé pour autant, en le gardant si précieusement à ses côtés, il donnait un peu plus d'ampleur à son regard et par voie de conséquence à ses prunelles qui scintillaient de mille feux!
    « Rien ne nous oblige à vous manger dans la main! » Cette phrase était adressée aussi bien au chevalier à la barbe éparse, qu'à son compagnon qui leur avait demandé les raisons qui les avaient poussés à rallier cette contrée! « Si mon ami consent à vous donner les motifs qui l'ont mené à se rendre ici, il n'en est pas de même pour moi, du moins pas à vous! »
Personne n'était en droit de connaitre ses intentions, il lui en coutait déjà suffisamment que Gilles soit au courant pour qu'il se livre corps et âme aux premiers venus! D'autant plus, qu'en révélant ce secret qui n'en était plus un, il ne ferait que donner un peu plus de confiance à ses ennemis du jour! Non pour le bien de son royaume et son égo, mieux valait qu'il se garde de le mentionner! C'est pourquoi, il se livra à un jeu dangereux, celui de gonfler le torse, de montrer sa supériorité à tout prix! Seul Gilles comprendrait son petit manège, mais qu'importe, tant qu'il ne ferait aucune allusion à ce sujet, il pouvait bien lui laisser le privilège de connaitre ce secret!
    « Mais une chose est sûre, nous devons avancer main dans la main! » Un certain cynisme l'envahit dès lors et bien plus encore quand il leur adressa ces quelques mots « Un conseil toutefois, tâchez de ne pas vous brûler, car on ne sait jamais quand le feu peut frapper, il est imprévisible! »
Un rire sournois pour ne pas dire carnassier s'envola par-delà les cieux, un rire que le juge ne sut contenir en son for intérieur, tellement les sous-entendus qu'il venait d'énoncer étaient on ne peut plus clair! Le timbre de sa voix n'avait pas changé d'un iota, mais ça c'était avant qu'il s'adresse à Gilles, agacé au plus haut point par sa nostalgie et ses regrets!
    « Allons Gilles cesse-donc de t'excuser pour si peu! Il ne sert à rien de vivre dans le passé, ce qui est fait est fait! » son regard se tourna en direction de la magnifique elfe qui venait de réapparaitre! « Vois cela comme un cadeau des dieux, elle est encore plus belle que ce qu'elle l'était auparavant! »
Là encore une pointe d'ironie pouvait se lire sur son visage suite à ces derniers mots, il ne faut pas oublier qu'il était fautif dans la mort d'Aalanna et il s'en targuait subtilement! Seul Gilles parviendrait à comprendre son message, mais mettre un peu plus d'ambiance dans cette joyeuse rencontre leur ferait le plus grand bien!
Revenir en haut Aller en bas
Eidolon


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 120

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]   Sam 16 Aoû - 17:10

La présence du Capricorne n'étonnait personne. Porteur d'Excalibur, ce dernier devait sans aucun doute s'être préparé depuis des lustres pour cette quête. Le moment de son couronnement était venu et cela n'était pas une surprise, mais le compagnon désigné pour l'accompagner en revanche, oui. Pourquoi quelqu'un d'aussi peu motivé, fluctuant, énervant et agaçant que le gardien de la 4ème Maison du zodiaque ? Pourquoi lui ? Il avait dû se poser la question au moins un milliard de fois ! Pourquoi lui et pas un autre ? Peut-être était-ce dû au fait que tout deux partageaient quelques points communs, à commencer par leurs tempéraments de solistes. Peut-être était-ce dû aussi au fait que tout deux aient été promus au rang de Chevalier d'Or quasiment au même moment... Ou alors, il ne s'agissait de rien de tout cela, mais de tout autre chose... Mais cela, ils ne pouvaient l'un comme l'autre pas le savoir pour le moment. L'un comme l'autre ne pouvaient de plus espérer avoir un quelconque début d'éclaircissement... Du moins la réponse à cette question ne viendrait pas avant que tous ici présents aient rempli la mission pour laquelle ils avaient été choisis.

Lorsque les deux Saints protecteurs de la Déesse Athéna et porteurs de deux des douze armures les plus prestigieuses de leur Ordre arrivèrent sur la berge et découvrirent l'identité de leur « sauveur », une fois encore la question fut : « pourquoi ? »... En s'embarquant dans une telle épopée, Jara comme Eidolon ne pouvaient s'attendre à en ressortir indemnes ! L'amérindien pour sa part s'était attendu dès le départ à croiser pas mal d'embûches en chemin ! Mais jamais, ô grand jamais, il ne se serait attendu à croiser la route de leurs ennemis héréditaires et encore moins à devoir copiner avec ces derniers pour la réussite de cette quête... Si les propos d'Eidolon s'étaient voulus durs, mais au combien francs à l'encontre de leurs opposants, en revanche ce dernier ne semblait pas fermé à toute possibilité de coopération entre les deux factions. Ce qui n'était visiblement pas le cas de Jara, hostile même à l'idée d'un quelconque dialogue avec ces derniers... Qui pouvait le lui reprocher ? Pas Eidolon en tout cas.

Se penchant sur le cas des deux Spectres, le métisse natif d'Amérique eut alors tout loisir de les observer. Leur « sauveur », celui qui avait usé de flammes noires pour les tirer de leur mauvais pas, était à l'image de son attaque : aussi désagréable qu'une grosse chaleur et aussi obscur que la couleur de ses flammes... Son comportement moqueur et vantard n'était pas sans rappeler celui d'Eidolon, à la différence près que ce dernier semblait vouer une haine féroce à toute chose se trouvant dans son entourage ! Un peu comme si cet homme au surplis ébène représentant un immense oiseau n'était que pure haine... Ce coléreux ne manqua d'ailleurs pas de leur adresser quelques avertissements, histoire qu'ils n'oublient pas à qui ils avaient à faire... Cette grande gueule ne plaisait décidément pas à Eidolon ! Le second Spectre quant à lui, portait un masque... Il était de ce fait assez difficile de se faire une idée de ce singulier personnage... Néanmoins, le Chevalier d'Or au sang-mêlé ne manqua pas de remarquer sa détresse au moment de s'adresser à leur bienveillante guide, Dame Aalanna. Ce dernier semblait la connaître... Répondant à Jara, ses dires ne vinrent que confirmer le fait qu'il la connaissait ou plutôt qu'il l'avait connu jadis, dans une autre vie... Lorsqu'elle était encore humaine... Il ne cacha pas non plus le fait qu'il avait par le passé tenté de lui nuire et aux yeux d'Eidolon toute la tristesse que ce Spectre masqué exprimait en cet instant, ne parvenait pas à dissimuler le monstre qu'il était en réalité... Le Cancer en vint même à serrer ses canines et refouler un grognement de rage tellement cet individu lui déplaisait ! Bien qu'aucun des deux sous-fifres d'Hadès ne lui inspire confiance, il était clair pour lui que le plus imprévisible, le plus fourbe et le plus dangereux de ce fait, n'était autre que cet odieux être masqué...

Ayant dévoilé ses intentions à qui voulait bien l'entendre, cette créature perfide en profita pour changer de sujet et demander quelque chose d'assez extravagant au futur Roi d'Avalon, à savoir tirer une carte au sein de son jeu de carte... Comment une carte pouvait-elle influer sur la suite des évènements ? En temps normal, personne n'y aurait cru, mais tous ici présents avaient été témoins et acteurs par le passé de choses improbables voire impossibles, de véritables miracles! Aussi et d'autant plus en cet endroit, il n'était pas impossible qu'une carte ait un tel pouvoir et puisse les guider quant à la marche à suivre. C'est à ce moment que le Spectre aux ailes noires et à la mentalité exécrable reprit la parole pour lancer à nouveau des pics à l'attention de ses interlocuteurs... Il en profita également pour imiter quelque peu le Cancer, indiquant lui aussi qu'il ne souhaitait pas leur révéler la raison de sa présence en ces lieux... Qu'à cela ne tienne, il n'était pas dans l'intention d'Eidolon ni même de Jara, sans doute, de leur révéler quoi que ce soit! Le suppôt d'Hadès aux paroles agressives et emplies d'autorité, ne manqua pas d'adresser un dernier pic plein d'ironie à l'attention de Dame Aalanna... Pour Eidolon c'en était trop ! Faisant exploser son cosmos un bref instant, ce dernier capta enfin l'attention de tout son monde ! Serrant le poing gauche avant de fixer le Spectre à la langue bien pendue de son index, le Saint à la peau mate ne manqua d'adresser à son tour, quelques représailles à leurs interlocuteurs :
    « Même morts, vous avez encore la langue bien pendue à ce que je vois ! Si nous avons l'obligation de coopérer, en revanche il n'y a rien qui nous oblige à vous écouter et encore moins à vous révéler quoi que ce soit ! Je n'ai que faire de vos palabres ! En revanche sachez une chose... » Dit-il, se calmant un instant, reprenant son souffle, pour ensuite poursuivre à nouveau « Par le passé vous avez sans doute commis de nombreux méfaits et d'innombrables atrocités, des innocents en ont sans doute soufferts... Mais ici et maintenant, en ma présence, je vous empêcherai de nuire à quiconque ! Je protégerai mon compagnon ainsi que Dame Aalanna de vos odieuses machinations ! Tentez quoi que ce soit et vous le regretterez amèrement... Ceci était mon dernier avertissement. » Relâchant la pression et sa cosmo-énergie par la même occasion, le calme revint soudain. Mais la sensation d'apaisement ne vint véritablement qu'à partir du moment où Eidolon cessa de pointer le Spectre de son index... À croire qu'il s'agissait d'une véritable arme ! Ridicule n'est-il pas ? Pourtant la vérité n'était pas loin... Non moins ferme dans ses propos, c'est à son compagnon qu'Eidolon prit désormais la peine de s'adresser : « Jara tire donc une carte qu'on en finisse ! Cela peut te paraître sans doute ridicule, mais pour la suite des évènements... » Les mots fatidiques avaient bien du mal à passer dans sa gorge et se faufiler jusqu'à sa bouche... « Il nous faut nous en remettre à eux... »
Le simple fait de prononcer ces quelques mots avait laissé un goût amer dans la bouche du quatrième gardien du zodiaque... Pourtant, il ne s'agissait là que de la stricte vérité. S'ils ne coopéraient pas comme l'attendait Dame Aalanna, leur quête serait un échec et les aspirations de chacun seraient réduites à néant... Pire encore, la fin d'Avalon et des contrées alentours, du monde peut-être, pourrait bien avoir lieu dans la foulée ! Leur sort et celui du monde reposait à présent entre les mains de Jara...
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]   Mer 8 Oct - 19:17

Lui qui s’était accoutumé à son rôle d’observateur, Jara allait devoir apprendre à ses dépends que cette époque était révolue. Il était à présent un acteur et pas des moindres, il se trouvait en première ligne. Chacun avait parlé, chaque esprit avait été sondé et chaque opinion jugée. Or, elles étaient toutes fausses. Le Capricorne s’en était rendu compte lorsque qu’Aalanna posa sa main sur l’énigmatique Spectre masqué.

Pourtant, avant cette observation, le jeune Saint avait d’abord reconnu le Surplis enveloppant le corps pourrissant du Spectre. Les courbes sinueuses de ce métal à la brillance d’un métal brute ne rivalisaient certes aucunement avec l’oiseau de mauvais augure que symbolisait le Garuda et pourtant, allié à cette aura de neutralité pure, le Souverain en devenir en vint à finalement porter son regard sur cet être dont l’humanité ne semblait que potentiel derrière cette couche de marbre et d’obsidienne.

Le temps s’était comme arrêté lorsque la silhouette elfique apparut de nulle part. En effet, le lien se fit immédiatement dans le cerveau de Jara, comme une succession d’électrochocs qui eurent comme effet de lui écarquiller ses yeux fauves sans qu’il ne bouge pourtant un muscle. Ce fut lors de cette journée, aussi macabre que mystérieuse qu’il vit pour la première fois Aalanna. Morte. Son cadavre gisait au milieu de ruines et décombres et le responsable n’était autre que ce meurtrier à la parole chevaleresque. Comment osait-il s présenter ainsi devant Jara alors même qu’il avait assassinée cette pauvre femme par la sorcellerie et la fourberie ?

Alors qu’Eidolon et Aiakos continuait leur querelle, Jara ne regardait que lui. Pourquoi la Fée lui tournait-elle autour ? Comment pouvait-elle ne pas maudire cet être qui lui avait ôté la vie avec tant de violence ? La réponse était simple : elle l’avait choisi. Il n’était pas là pour rien. Jara ne lui pardonnerait sûrement pas de si tôt le mal qu’il était capable et qu’il avait comis mais le fait est que tout comme Aiakos, il ait été choisi par l’Oracle d’Avalon était suffisant. En tant que souverain, il lui fallait en apprendre les valeurs. L’une d’elle était la concession. Son rôle n’était pas de prendre les décisions. Du moins pas pour l’instant.

L’Elu d’Excalibur ne savait même pas si l’homme masqué l’avait reconnu également mais en attendant, il arrêta Eidolon en lui posant la main sur l’épaule. Ni l’un, ni l’autre ne savait pourquoi le Cancer était présent mais ce n’était aucunement un hasard. Athéna elle-même posa son doigt sur ces deux hommes lors de la même nuit.

Ne nous attardons pas là-dessus. L’important est que nous soyons arrivés, son ton, bien que toujours froid était réchauffé par cette proximité qui s’était crée entre les deux hommes. Ils ne pouvaient nier un lien mystique les unissant, comme tu dis, finissons-en donc.

Très calmement, Jara s’approcha alors, brisant la distance qui s’était crée entre les deux factions et se présenta, faisait ainsi honneur à son statut de Chevalier d’Athéna.

Je suis Jara, Chevalier d’Or du Capricorne. Je ne sais pas pourquoi vous êtes ici mais comme vous le dites, nous allons être obligé de nous côtoyer, et ceci dans un but commun. Quant à toi… son regard de braise se posa sur le Spectre au Masque immaculé, ce péché, je te souhaite de pouvoir le laver si Aalanna est suffisamment douce pour t’accorder son pardon.

Il posa alors sa main sur le paquet de carte sans même demander quel était le but de la manœuvre. Ce n’était en aucun cas une preuve de confiance envers les Spectres mais bien envers le peuple d’Avalon. Ils ne devaient pas oublier que le temps leur était compté, l’avenir d’une enfant et d’un royaume était en jeu et l’origine de ce mal restait toujours inconnue. L’Epéiste tira donc une carte qui semblait comme insufflée d’une âme jumelée à la sienne. Il la tourna.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Novembre 1754] La prophétie de Merlin [Pv: Jara / Eidolon / Gilles de Rais / Callan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-