RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]   Lun 3 Fév - 0:25

L'oeil unique du chef de guerre passa de Sören à Liv et inversement. Un horrible sentiment de déjà vu l'assaillait, le prenait aux tripes, et ne lui donnait nulle autre envie que celle de tout détruire sur son passage face à ce destin appelé à se répéter. Au moins comprenait-il maintenant pourquoi Eingana était si certaine qu'il ne pourrait se soustraire au fil de la fatalité. L'énorme plaque d'acier dressée entre eux semblait être le dernier lien les unissant sur le point de se rompre. Un chemin en métal forgé qui bientôt s'écroulerait sous leurs pieds à tous les deux pour les mener à une mort inévitable. C'était eux où lui, et il n'avait pas encore accompli ce pourquoi il était venu. L'idée que tout ait été écrit à l'avance au point que même sa mission en soit compromise le révulsait, mais il ne pouvait à présent plus faire autrement que de se prêter au jeu.

Un jeu pervers et malsain qui ne saurait finir autrement que dans le sang, la mort et les ténèbres. Et qui l'enfoncerait un peu plus loin dans sa propre noirceur – les ombres de son coeur. Elle qui était censée se dévouer corps et âme pour l'aider à les combattre n'aurait finalement d'autre utilité que de les exacerber, et c'eut été peu dire que d'avancer qu'il n'appréciait pas l'ironie de la situation. Mais ce n'était hélas point la première fois qu'il en était réduit à cette extrémité, et il s'y plierait s'il le fallait. Même s'il devait être le dernier encore debout, alors il en serait ainsi. Au moins jusqu'à ce qu'il ait accompli l'objectif qu'il s'était fixé. Jusqu'à ce qu'il ait gagné à la force de ses poings, à la pointe de l'épée le droit de reposer en paix – de laver ses péchés.

Le poids des âmes avait rarement pesé aussi lourd sur ses épaules qu'à cet instant mais ce n'était pas ce qui entraverait sa lame. Celle-ci abattrait sa sentence, implacable. Car c'est à celui qui rend le verdict de l'exécuter. N'était-il en définitive qu'un bourreau, lui qui depuis le jour de sa naissance n'avait d'autre force que celle de frapper encore et encore jusqu'à ce que le monde s'arrête enfin de tourner ? Un imperceptible soupir échappa à ses lèvres, faisant s'élever un panache de fumée dont son visage ne tarda pas à se nimber. Impassible, pour ne pas changer. À quoi lui servirait-il de s'en émouvoir ? Il savait comment cela avait commencé. Il savait comment cela finirait... Après un moment qui parut durer une éternité, il se décida à répondre, rompant aussi le silence de son côté.

« Cause toujours. M'oblige pas à te sortir des gamineries comme « c'est pas moi qui ai commencé », mais l'idée y est. Remarque, c'est ma faute. J'aurais du m'en douter. Vu ta gueule de faux jeton, ça aurait forcément fini par arriver. Maintenant ou plus tard... Mais c'est plus facile à trois contre un, pas vrai ? »

Il paraissait s'être totalement désintéressé de Liv. Son heure viendrait aussi. Maintenant que leurs véritables intentions avaient été révélées ce ne serait que pure folie de l'épargner. Mais il ne pouvait se résoudre à commencer par elle – peut-être fallait-il y voir un dernier sursaut d'humanité. Si cela ne lui serait pas plus facile une fois que le Guerrier d'Eta aurait été terrassé, au moins serait-il pris par l'ivresse de la guerre. Quand l'on a déjà du sang sur les mains, que cela change-t-il qu'il y en ait un peu plus ou un peu moins ? Saisissant un pan de sa cape, il la rejeta par-dessus son épaule et se redressa, mettant en exergue toute l'envergure de son gabarit. Un rictus mauvais, forcé, féroce déforma ses lèvres en une grimace de colère. Mais contre qui était-elle tournée ?

« Amène-toi, j'ai pas toute la journée. »
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]   Ven 7 Fév - 6:43

Pas de réponse. Tant pis.

« J'ai assez attendu. »

Dire qu'il connaissait Sören aurait été beaucoup s'avancer. Mais il en savait assez long à son sujet pour que son silence n'ait pas de quoi l'étonner. Ainsi l'idée qu'il soit dans l'incapacité de répondre pour une raison ou pour une autre ne l'aurait-elle pas effleuré. Sa passivité quant à elle était déjà plus étonnante dans la mesure où il s'était lui-même porté volontaire pour protéger sa soeur. Candidat à l'exécution sommaire. On aura tout vu. En d'autres circonstances, pour un autre que lui, la scène aurait pu être touchante. Mais tout ce que voyait Eren était un traître en couvrant une autre. Qu'espérait-il ainsi ? Lui donner le temps de pénétrer dans son esprit ? Inutile. Car n'y entreraient que ceux qui l'y autoriseraient. Il avait déjà commis l'erreur de l'y laisser entrer. Voilà comment il en était aujourd'hui récompensé. Une erreur à ne pas renouveler.

Non, ça n'arriverait plus, parce qu'ils allaient mourir ici. Qu'est-ce qu'Eta essayait de faire ? Cela ne changerait rien à la sentence à laquelle ils avaient eux-même choisi de s'exposer. Ce n'était pas lui qui les avait forcés à  lui faire obstacle. À se retourner contre lui au moment où il avait le plus besoin d'eux. Ils étaient les seuls fautifs de leur propre perfidie. Ils en seraient aussi les seules victimes. Zeta Prime ne comptait pas mourir ici. Encore trop de chemin à parcourir. Trop de choses à faire. Une fois acquitté de sa tâche, celle qu'il s'était donné, il serait ravi de reposer en paix. Il ne l'aurait que trop mérité. Mais en attendant, il faudrait se lever de bonne heure pour le faire tomber. Et à défaut d'y être arrivés, c'était eux qu'il allait plonger dans un sommeil éternel. Un cauchemar de sang et de mort né de leurs propres corps.

Et il deviendrait la bête qui dévorera le monde.

Cette phrase retentit dans son esprit comme une mise en garde. Mais il savait ce qu'il risquait. Il s'y était déjà brûlé les ailes. Ce n'était pas sa faute. Pas cette fois en tout cas. Il n'avait jamais demandé à ce que tout ça recommence. Ils l'y avaient obligés. C'étaient eux qui le forçaient à lever l'épée, à la tourner vers eux. C'était leur sang qui coulerait, pas le sien. L'histoire allait se répéter avant même d'avoir existé. Cruelle fatalité d'un destin acharné. L'animal en lui secouait ses chaînes. Comme un rythme endiablé. Comme le son d'un tambour de guerre alors que les guerriers montent au front. Ne sait quand reviendra. Ne sait si reviendra. Pourquoi se prendre la tête ? C'était ainsi qu'il avait toujours vécu. Avant même de savoir marcher. Avant même son premier mot.

C'était écrit dans son sang. Un sang qui se mettait à bouillir dès que résonnait l'appel à la violence. C'était cette passion sombre qu'il lui fallait nourrir. Cette rage sanguinaire inscrite au plus profond de lui. Il était l'un de ces chiens perdants qui rampent dans la boue et le sang sans jamais pouvoir se relever. Si grande et si lourde que soit son épée, elle n'était pas la béquille qu'il lui fallait. Ce n'était pas en la plantant dans le sol qu'il se redresserait. Car ce n'était que sur un trône de crânes, au plus haut d'un empire de corps déchiquetés qu'il pourrait enfin s'ériger. Oui... Il était temps de cesser de penser. De ne plus garder en tête que cette idée. Que la Mort guidait son bras. Que c'était elle qui l'avait conduit jusqu'ici et que c'était par elle qu'il devait se laisser porter. Qu'importe si cela faisait de lui l'artisan de sa propre destruction.

« J'arrive. »

S'il avait pris la peine de prévenir, ce n'était pas par égard pour lui. Il n'avait aucun respect à avoir envers les tourne-casaques. C'était parce que ça ne le sauverait pas. Il le savait. Si fort qu'il puisse être, il n'était encore qu'un Guerrier Divin débutant. Et la forme physique n'était de toute évidence pas sa spécialité. Sans être négligé en la matière, on ne pouvait pas dire non plus qu'il soit de taille à lutter. Cela rendait d'autant plus futile sa volonté de se dresser en bouclier. Ce n'était pas comme si son corps était assez épais pour constituer un rempart digne de ce nom, peu importe combien il le voulait. Il ne sauverait personne. Pas même lui. Surtout pas lui. Oscillant sur place comme sous le poids considérable de son épée, Eren fondit soudain sur lui comme une ombre dans la nuit.

En dépit de son gabarit, le chef de guerre démontrait des mouvements vifs et précis. Des gestes de chirurgien, même si on ne pouvait pas dire que l'instrument choisi s'y prête. Car à peine eut-il fait mine de la manier que la lame rafla le sol, soulevant un déluge de terre, neige et poussière dans son sillage. Sans en tenir compte un seul instant, comme si cela n'avait pas pesé davantage pour lui que le souffle du vent, le Guerrier Noir frappa le premier. Campant son pied d'appui sur le sol à moins d'un mètre de lui, il laissa sa lame s'élancer vers l'avant, comme si sa propre masse était seule à la porter. Un coup en arc-de-cercle. Facile à éviter. Un moyen comme un autre de le jauger. Du peu qu'il savait des porteurs successifs de cette armure, c'était à distance que leur art s'exprimait le mieux. Manque de chance, il ne lui en laisserait aucune.

Les coups s'enchaînèrent sur un tempo endiablé. Pas le temps de penser. Pas le temps de souffler.  Juste celui de se battre. D'entretenir cette correspondance périlleuse dans l'étroit espace qui sépare la vie et la mort. Si son expression avait été incertaine dans un premier temps, c'était un masque de concentration qu'il portait désormais. Ses attaques se poursuivaient sans coup férir. Il tenait à lui faire comprendre d'entrée de jeu que le laisser s'épuiser n'était pas une option. Qu'il pouvait agiter cette lame pendant des heures sans fatiguer. Qu'il touche sa cible ou pas n'avait pas d'importance. Tout ce qui en avait était de le mettre dos au mur. De l'obliger à rendre les coups. Qu'il entre avec lui dans cette danse infernale. Jusqu'à ce que l'un d'eux rende son dernier souffle. Il n'avait pas de temps à perdre en fioritures. L'abattre, et passer à la suite. Jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un. Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que lui. Voilà tout ce qui comptait.

« Tu as cru que tu pourrais te permettre de rêvasser ? »

Soudain, la tension dans l'air se fit plus dense. Comme si l'atmosphère se solidifiait autour de lui à mesure que son cosmos se rassemblait. Pourtant, pas une goutte ne filtrait vers l'extérieur. Pas plus qu'il n'en avait expulsé la moindre depuis qu'il avait commencé à lutter. Mais l'on pouvait sentir venir de lui une intense pression. Quelque chose de sombre. D'ancien et de sauvage. L'impression de danger que l'on ressent en présence d'une bête féroce. Le sentiment d'une proie qui découvre les crocs de son prédateur pour la première fois.

Si ses coups avaient paru jusqu'alors n'être que des rafales de vent, exception faite du danger mortel de chaque instant qu'elles représentaient, Eren fit cette fois l'effort de s'immobiliser pour concentrer sa force dans un coup unique – mais qui valait à lui seul au moins autant que tous ceux délivrés jusqu'à maintenant. Une charge si dévastatrice que la rumeur aurait autrefois volontiers prêté le pouvoir de détruire un pays tout entier. Bandant les muscles autant que les limites de la chair le lui permettaient, Eren s'apprêta à frapper... À le fendre en deux sur place s'il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Sören


Indépendant
avatar

Messages : 422

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
197/197  (197/197)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]   Lun 10 Fév - 11:16

« Tu parles trop. » lui lança l’Ase d’Eta, nonchalamment.

Il ne comprenait pas où cela les menait, et n’avait pas compris ce retournement de situation. L’œuf en était plus que probablement la cause, mais il n’en restait pas moins vrai que son chef avait retourné sa lame contre lui. Impardonnable. Se laisser manipuler de la sorte, il ne suffisait pas d’être aveugle ou sot pour ne pas s’en rendre compte. Ce sentiment qui le poussait à se battre devait surement naître au fond de lui, et ce cosmos noir ne lui avait, au final, que donné un prétexte, une raison, pour se munir de son arme.
Sans attendre, l’Ase de Zeta prime se jeta corps perdu dans la bataille. Les coups, les frappes et autres contre taillades s’enchaînaient comme un tourbillon de lames. Tourbillon futile, car il ne cherchait probablement pas à le toucher, tout au plus à le jauger. Sans aucune raison apparente, le musicien encaissait toutes les frappes, faisant confiance à son armure. Il lui avait laissé l’initiative car aussi désorienté qu’il pouvait être, il  n’avait aucune envie de le tuer. C’était peine perdue. Il ne l’avait pas méjugé, mais il avait sous-estimé son envie d’en découdre.

L’attaque suivante fut un éclair. Enfin Eren utilisait son potentiel à sa juste mesure. L’onde de choc l’impacta au niveau de l’épaule. Il avait évidemment été visé à la tête, et un léger mouvement l’avait fait dévier. S’il pouvait se permettre de ne pas esquiver les coups précédents, il dut dévier cette lame. Sa protection divine avait conclu le travail. C’était un alliage résistant, même face aux coups les plus brutaux de ses adversaires. Le style de combat du héraut de Skald n’avait jamais été très conventionnel. L’esquive n’était pas dans son habitude, il préférait surprendre en encaissant le coup (ce qui semblait en général impossible compte tenu de son physique fluet) pour contre attaquer derrière. Il reconnut un peu d’étonnement dans l’œil unique d’Eren, ou quelque chose qui y ressemblait. Peut-être que sans cette Robe Divine, il aurait été tranché en deux, mais …

Dans un premier temps il avait pensé éviter d’attaquer jusqu’à tenter de raisonner son supérieur, mais désormais ce n’était plus possible. Alors que le sang coulait le son bras, il intensifia son cosmos. S’il devait se battre, autant le faire avec toutes ses armes. Il se dégagea de son chef d'un coup de pied en plein torse et, pendant ses quelques pas en arrière, il s'arma de son instrument.

« Tu retournes ton arme contre tes alliés et je suis le traître ? Ton esprit est troublé. Je vais t’aider à y voir plus clair. »

Pinçant quelques cordes de sa lyre, un son mélodieux s’en échappa. Puis un deuxième. Et encore un troisième. Une mélopée mortelle s’élevait dans l’air froid islandais, formant un maelstrom de sons, qui frappèrent Eren sous la forme d’une onde de choc inopinée.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6831-soren-guerrier-divin-d-et
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]   Mer 12 Fév - 8:04

« Je t'ai pas demandé ton avis. »

Féroce, Eren l'était sans aucun doute. Sur une poignée de minutes, Sören était passé du titre d'allié à celui d'ennemi à abattre. Sans transition, d'un extrême à l'autre – ce qui d'ailleurs ne faisait que renforcer l'animosité du chef de guerre à son égard. Ce n'était pas la première fois qu'on lui plantait un couteau dans le dos et ce n'était certainement pas la dernière. Pourtant, il aurait espéré avoir au moins quelques années devant lui avant que ça ne commence - recommence. Mais ce n'était pas comme s'il avait son mot à dire sur la question. Ce n'avait jamais été le cas. Ou du moins la divine providence ne lui en donnait-elle pas l'impression. Zeta Prime fit craquer sa nuque. Il avait manqué sa cible. Ça ne lui ressemblait pas. Ou alors son vis-à-vis était plus doué qu'il ne l'avait imaginé, ou alors c'était lui qui s'était ramolli.

Dans le doute, il préféra penser de la sorte pour se motiver à faire en sorte de retrouver un meilleur niveau – d'affûter cette lame qui n'avait plus dégusté depuis bien trop longtemps son litron de sang. L'agitant vaguement, le Guerrier Divin la débarrassa des éclats qui y étaient restés fichés. Mauvais, ça. Pas pour son épée. Elle ne craignait rien, il le savait depuis le temps, et ne redoutais plus vraiment de la voir brisée – ça n'arriverait pas, du moins pas avant des années. Des décennies. Elle ne partirait pas avant lui. Mais pour la protection. Ce n'était pas parce qu'elle était pour le moment sur le dos d'un connard de traître qu'il devait pour autant se réserver le droit de la foutre en l'air. Il se voyait mal expliqué à celui qui viendrait ensuite pourquoi son héritage tenait plus du puzzle grand format – voire du sachet de confettis - que de l'armure sacrée.

Ouais enfin ça, j'aurais peut-être du y penser avant d'essayer de le fendre en deux assez proprement pour que sa moitié droite puisse regarde la gauche. Bah, rien à foutre. J'y penserai après l'avoir crevé. Après tout, avec la saloperie que l'autre vieux gâteux lui avait refilé, il devrait bien y avoir moyen de faire quelque chose pour la retaper une fois que le mec à l'intérieur aurait été transformé en pastrami par l'opération du Saint-Esprit – même si l'esprit d'Eren était loin d'être sain(t), lui, il en avait bien peur. Parlant de Saint, il en connaissait d'ailleurs un qui ne perdait rien pour attendre, et s'étonnait lui-même de n'en avoir pas fait une priorité. À croire que punir les traîtres était viscéral, même si maintenant au moins il avait toutes les raisons d'envoyer le Sanctuaire se foutre au cul sa manière de se croire chez eux en territoire conquis. Si c'était la guerre qu'ils voulaient, ils l'auraient.

Mais chaque chose en son temps.

Le Guerrier Noir se laissa repousser en arrière. Le coup de pied ne lui avait fait ni chaud ni froid. Si cela ne changerait de toute façon rien au temps qu'il lui restait à vivre, il souhaitait tout de même sincèrement à Sören de ne s'être pas imaginé une seule seconde que ce genre d'attaque puisse avoir sur lui le moindre effet. Le sabreur était une force de la nature là où son parjure d'adversaire devait quant à lui être d'ascendant cure-dent, voire brindille. Ce qui ne l'empêchait pas d'en apprécier la souplesse : il ployait, mais ne se brisait pas. Un talent qui aurait pu lui être utile, si seulement il n'avait pas retourné sa veste, scellant ainsi son arrêt de mort. Car à présent, c'était le Dévoreur de Lune lui-même qui se faisait fort de voir jusqu'où il pourrait se tendre avant de finir cassé en deux, et inutile de dire qu'il n'arrêterait pas avant d'avoir trouvé le point de rupture.

« Tu sais, j'ai déjà assez de raisons de te briser la gueule sans que t'aies besoin de te foutre de la mienne... »

L'onde de choc le heurta de plein fouet et il l'accueillit à bras ouverts. L'attaque était puissante mais son corps robuste, et il voulait faire une première de ce dont était capable le cadavre en sursis. S'il avait connu mieux, il aurait aussi pu s'attendre à largement pire. Quel dommage. Si seulement ils n'avaient pas du en arriver là... Mais c'était lui et lui seul qui en avait décidé. En conséquence, c'était lui et lui seul qui en paierait le prix. La douleur qui le cingla à travers l'armure, ignorant tant la solidité de cette dernière que celle de sa peau, eut sur lui un effet revigorant. S'il n'était déjà touché par le froid qu'avec parcimonie, il ne le ressentait plus du tout désormais... Et ce n'était pas sa cape qui faisait toute la différence.

Il n'aurait nullement su dire si le lyriste était très familier des légendes asgardiennes, mais s'il avait déjà entendu parler de celle des berserkers, il devait déjà savoir que ceux-ci ne reculaient devant rien – et certainement pas devant la douleur. Passant outre la secousse qui l'avait traversé de part en part sans pour autant l'amoindrir, Eren y répondit dans un premier temps en... Se servant de son épée comme d'une pelle surdimensionnée pour lui expédier de la neige en plein visage. Sans attendre que celle-ci retombe – où serait l'intérêt ? -, il se porta à l'assaut de son antagoniste d'une charge de l'épaule qu'il destinait à son plexus solaire. Avec un peu de chance, il en aurait le souffle coupé – s'il n'était pas lui-même réduit en fines lamelles avant d'avoir pu s'en apercevoir.

« ...Alors écrase, tu veux ? »

Maniant son épée aussi naturellement que si c'était un simple outil du quotidien, il la souleva cette fois au-dessus de sa tête... Avant de la faire pivoter d'un quart de cercle pour la laisser retomber de tout son poids sur le pauvre paria. Ce devait être ce que l'on appelait le poids des mots...
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]   Lun 24 Fév - 21:37

Sören ayant largement dépassé son délai, il est déclaré perdant par forfait.

La suite se fera ainsi:
- Sören ne peut résister à la violence d'Eren et tombe rapidement sous ses coups. Son corps étendu dans la neige est bien blessé;
- À ce même moment, Eren retrouve ses esprits et se rend compte qu'il a presque tué l'un des ses Guerriers Divins.

À Eren de poster.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Odyssée] La musique adoucit les moeurs [Eren - Sören]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Amérique-