RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Odyssée] Suoh VS Mashia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Mer 12 Fév - 3:13

Une lumière blanche vous a aveuglés. Maintenant, vous errez dans la pénombre. Que vous ayez déjà pénétré dans l'enceinte du temple où que vous vous trouviez dans un tout autre endroit, une chose est sûre maintenant : vous êtes à l'intérieur. Toutefois, vous ignorer où vous vous trouvez : vous et vos compagnons avez été séparés. La pièce dans laquelle vous vous trouvez est étriquée et semble à première vue être sans issue, mais celle-ci vous apparaît très clairement être gardée par un personnage tout vêtu de noir dès que vous remarquez la présence de ce dernier. Celui qui vous fait face est un Black Saint, aucun doute là-dessus, de même qu'il est certain qu'il n'y a aucune chance pour qu'il vous laisse passer avant que son corps ne repose dans la poussière qui recouvre ce sol depuis des milliers d'années.

Vous êtes tous les deux frappés par une illusion vous faisant croire que c'est un Black Saint que vous avez en face de vous. Celui-ci vous apparaît très clairement comme hostile et vous êtes certains que vous devez le vaincre pour pouvoir poursuivre votre route. Vous pouvez dialoguer librement mais toute parole prononcée dans l'intention d'informer votre adversaire de votre véritable identité sera réduite au silence sans autre forme de procès. Que le meilleur gagne !

Quelques petites règles:
 
Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Sam 15 Fév - 0:46

Séparés par une simple lumière aveuglante. Une lumière douce qui brûlait la rétine de mes yeux. Tout ça semblait tellement insignifiant, la perte de mon compagnon me semblait n'être qu'une simple farce, une comédie orchestrée par un seul homme. Je ne le connaissais pas, et je ne voulais pas le connaître, cet être épouvantable, qui détruit les vies qui passent à ses côtés. Un être misérable qui ne méritait pas de vivre ni de recevoir le don de résurrection. Le ciel ne m'était plus perceptible à l'intérieur du temple démoniaque, en revanche, l'écho de mes propres pas lui, était bien audible. La vue que l'on m'avait enlevée par un quelconque tour de magie ne me dérangeait guère, je possédais d'autres atouts pour me repérer dans un labyrinthe de lumière. J'avançais sans perdre en tête la principale quête de ce voyage, bien entendu, le sauvetage du prêtre de Poséidon n'était que facultatif, détruire les hommes qui s'en prenaient aux Dieux et aux hommes était bien plus importants que la vie d'un seul. L'écho répandu par ma voix se propageait dans l'air claquant les différentes parois avant de revenir sur moi. L'effet sonar était utile, mais, la complexité de cette technique ne pouvait pas être utilisée tout le temps. J'avançais profondément dans la brume aveuglante tel un coucher de soleil. Mon coeur se réchauffait de l'ambiance émise par les chevaliers noirs, cela ne pouvait qu'annoncer de nouvelle rencontre qu'elle soit bonne ou mauvaise, le sourire allait s'ancrer sur mon visage aussi bien dans la mort que dans la vie.

Je me délectais de la situation. Rencontrer des hommes forts était toujours une position intéressante. Le commun des mortels ne pouvait imaginer la joie de pouvoir devenir quelqu'un, devenir Némésis elle-même. Je poursuivais mon chemin, brisant au passage des piliers, des poutres ou des morceaux de roches, en vain, plus je frappais, plus elle se reconstituait, une étrange découverte sauf si j'étais encore épris d'une douce et belle illusion. Je n'étais guère loquace dans ce genre d'évènement, je préférais me battre en face à face, comme le faisaient les lions de la jungle. La force dominante d'un corps conçu pour déchiqueter ses ennemis d'une simple griffe, ou bien d'une morsure royale. Dans une guerre de survie, il fallait chassez les faibles pour survivre, et chassez les forts pour vivre.
Perdre n'était pas permis et si un jour, je devais perdre alors la mort ne serait qu'un doux euphémisme. Le néant pouvait tout emporter dans un bruyant vacarme, seule ma force était réelle dans ce temple poussiéreux. Je prenais la tangente devant moi, pousser par des semblants d'onirismes. Les cadavres jonchaient le sol, remué par des courants d'air incertains ébouriffant les poils des bêtes qui passaient par là. J'arrivais à le ressentir, la fin, l'aboutissement du tunnel. Le crépuscule blanchâtre se couchait pour laisser place à l'orée colorée d'un monde vivant. Mes yeux se rouvrirent sans peine à la lumière brûlante des torches à moitié consumées par l'ardente passion dans la pièce. La fin d'un tourment me laissait sans question, enfermée après plusieurs minutes, d'heures de marches à travers ce labyrinthe. Ce n'était pas une coïncidence, mais je ne pouvais pas me soucier de ce qui se passait, je devais seulement survivre, avancer et détruire dussé-je y laisser la vie. Explorant la pièce millimètre par millimètre, mon regard s'arrêta sans arabesque devant un autel au milieu de la pièce, sûrement une personne importante, pensais-je. Je me suis rapproché de celui-ci, brisant le couvercle qui lui servait de fermeture avant d'attraper la dépouille d'une poigne ferme. Ce n'était qu'une vielle poupée de bois en forme de serpent, rien de bien alarmant. Déceler des indices n'était qu'une perte de temps dans ce genre de circonstance. La porte qui m'avait amené ici avait disparu dans le vide. Les murs n'abritaient aucun mécanisme plus ou moins complexe me permettant de sortir de cette pièce humide.

Je patientais comme un enfant devant son cadeau ayant eu l'interdiction de ne l'ouvrir sous aucun prétexte. J'économisais mes forces pour avancer si je me trouvais dans une situation qui me permettrait de me sortir de ce guêpier. Mon coeur battait au rythme lent que je lui donnais. La pression du lieu ne m'inquiétait nullement. D'un seul coup, un immense cosmos apparu d'un seul coup sans même se présenter. L'odeur me révélait une unique chose, que ce chevalier était de sexe féminin. Si on l'avait envoyée ici, pour m'attaquer, elle devait être un adversaire redoutable. Que ce soit sur sa manière de combattre ou de ses véritables atouts physiques.

Le noir qu'elle portait était une indication suffisante pour combattre. Mon instinct réveillé allait être confronté à la puissance d'un de ses chevaliers noirs, qui mettait le monde en déroute. J'allais pouvoir montrer à la face de la galaxie, la force du nouveau général de Chrysaor, le flamboyant général aux yeux d'or.
Portée à la vitesse de la lumière et sans même émettre un seul son, ma première attaque semblait ressembler à une griffe spectrale. Un tranchant bestial détruisant sur son passage la pierre posée ici des années avant sa naissance. Certaines des torches s'arrêtèrent complètement sous le froid de mon attaque. Continuant dans ma lancée et regroupant mes deux mains deux autres morsures prirent la direction du chevalier noir. J'avais complètement retrouvé mes forces. Elle pouvait bien être une femme, une vielle femme, ou bien une enfant. Sa défaite était inéluctable. Ma force ne pouvait pas être arrêtée. Mon cosmos augmentait, explosant l'autel et la poupée de la pièce. Je fis une révérence simple et modeste avant de réattaquer.

« Bien le bonjour, chevalier... Cet ancien temple signera ta défaite !  » 

Ma puissance était à son paroxysme, commencer avec sa plus puissante technique était une stratégie pour finir le combat au plus vite, je devais me dépêcher de retrouver Haiken, et le prêtre, je ne me pensais pas capable d'affronter une horde d'adversaires aussi coriaces que ce Pséma. Quand je poussais ma cosmo-énergie à son apogée, mon corps couleur d'ébène me différenciait des humains et représentait l'existence de ma vie. Celle d'un homme tiraillé entre le monde des hommes et des bêtes. Je maitrisais la fougue en moi, mais la puissance de mon attaque ne pouvait pas être contrôlée.

« Ressenga !  » 
 
Je l'espérais seulement. Je pointais la femme qui se trouvait devant mes yeux ébahis. J'espérais au fond de moi que ce combat continuerait un peu plus longtemps, et que sa mort ne serait pas immédiate. Envoyant une bonne partie de mon cosmos à travers mes doigts, une accumulation de vide se dirigea directement sur elle. La force centrale ressemblait à un éclair foudroyant tous ceux qui passaient à l'intérieur. Le cercle extérieur était quant à lui, le moyen de renvoyer toute la puissance intermédiaire créant ainsi un piège sur deux plans distincts mélangeant le vide comme force destructrice. La deuxième couche pouvait briser les os. Une attaque imparable ? Je ne m'avançais pas trop, mais, si sa force était bien supérieure à la mienne, elle avait du esquivé sans mal, ma plus puissante technique. Si ce n'était pas le cas, alors, je pouvais l'achever en reprenant mon souffle et réduire cette chaleur que mon corps produisait.

Je jouissais d'une extrême reconnaissance envers cette femme.






Je pense que je suis bon pour une reprise avec le système. Si tu vois quelque chose qui cloche, tu me le dis, j'ai peut-être fais des erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Sam 15 Fév - 20:04




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Désillusions




Entre bêtes





Au devant de ses compagnons chevaliers, Mashia de la Vierge cheminait à une vitesse folle vers le Temple, là où son cœur, bien avant sa conscience, se trouvait et lui criait de se hâter. Menelaos était en danger de mort. Pire que tout, il se pourrait bien que Pséma, le Bélier Noir n'ait déjà accomplit ses sombres desseins. Le trépas du Prêtre de Poséidon, son ami, serait pour elle un énième couteau dans son âme déjà bien assez tourmentée. Trop nombreuses étaient ses blessures. Le rouge, bien qu'il marquait sa vie depuis le jour de sa naissance, était à son goût un peu trop présent ces temps-ci. Le rouge et le noir. Ses yeux de louve, dorés, striés d'argent, se posèrent sur une imposante silhouette qui se dessinait devant elle. Puis, le néant. Aveuglée par un éclat lumineux, la jeune femme porta ses bras devant son visage pour s'en protéger et, quand enfin la lumière se fit plus clémente, la belle eut la surprise de se retrouver au milieu d'une pièce mal éclairée. Des bougies brûlaient faiblement parmi toute cette noirceur, mais, en dépit de cela, la jeune femme voyait parfaitement les pourtours de ce qui devait être son futur adversaire. Sa vue aiguisée alliée à son ouïe perçante, l'informèrent que le Black Saint était sur le point de passer à l'action.

La quantité de cosmos libérée la surprit grandement, et, faute de s'y être préparée, l'attaque fut pour elle, dévastatrice. Où était donc passé l'honneur ? Oublié ? Perdu dans cette soif de sang ? Happée par cette parfaite bestialité, la jeune Mokushi eut le sentiment que son esprit quitta son corps pour quelques secondes. La sensation la laissa toute pantoise quand, étendue sur le sol, elle put enfin rouvrir les yeux. Déjà tout son corps la faisait horriblement souffrir. Ses muscles protestèrent quand Mashia tenta de se redresser sur un bras. Crachant un peu au sol un liquide visqueux et vermillon, elle eut la désagréable surprise de sentir que sa terrible blessure occasionnée par son ami Dohko, s'était rouverte. Déjà.

Clairement, on cherchait à l'anéantir. Pourtant, quand ses claires prunelles tombèrent sur son assaillant, ce fut pour le voir s'incliner brièvement vers elle puis lui adresser quelques mots. Et repasser immédiatement à l'attaque. Cette fois, elle eut tout juste le temps de se rétablir pour opter pour une position défensive, or, la hargne avec laquelle l'homme distribuait ses coups brisa sa défense. Pour autant, la jeune Sainte tint bon. La Dame écarlate n'avait pas dis son dernier mot : un grondement animal se fit entendre. À l'instar du roulement du tonnerre, la demoiselle grondait comme le ferait un chat sur son adversaire. Mais il s'agissait bel et bien d'un louve, qui, fièrement se redressait de toute sa hauteur. Mi-femme, mi-louve, sous cette apparence étrange, la demoiselle dévoilait d'emblée une capacité étrange. En sa qualité de mère des « monstres », des «  akuma », la Chantre qu'elle était depuis peu, faisait montre d'une volonté tout aussi redoutable que celle du Black Saint !

Toute auréolée d'une énergie carmine, Mashia en appela aux forces cosmiques, aux esprits. D'ailleurs, très vite, deux formes intangibles surgirent du néant pour attaquer le pauvre hère qui n'aurait, normalement, aucunes chances de s'en sortir. L'un était un chien-esprit, un Inugami qui, stratégiquement, ouvrait la voie à une deuxième entité complètement faite d'eau et qui sentait une odeur étrange, capiteuse mais nullement désagréable. Quant à Mashia, elle tentait vainement de réveiller son corps qui, en proie à un froid polaire, était tout engourdi. Mais la présence de ses amis fantomatiques l'aidait à reprendre le dessus sur cette condition inconfortable.

~°- Qui êtes-vous ?
Tenta t-elle de dire par voie de la pensée, sans grand résultat car sa phrase se déforma sans qu'elle s'en rende compte.

Le temps était une denrée précieuse dont la jeune Mokushi ne disposait pas, hélas. Elle ne perdait pas de vue la porte grande ouverte, cette bouche noire qui se trouvait derrière ce rempart virulent. Car derrière celle-ci, peut-être se trouverait Menelaos.

Combien de temps disposait-elle encore ? Les Dieux seuls sauraient le dire …

... C'étaient deux bêtes qui étaient en train de s'affronter.








Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Dim 16 Fév - 1:22

Elle tenait bon. Mes coups n'étaient pas assez forts pour briser une femme de son gabarit, les chevaliers noirs devaient avoir des membres de puissances équivalentes. Je le savais au fond de moi, que cette puissante n'était pas suffisante pour annihiler un adversaire dès le premier tour. Je commençais à perdre en puissant au fur et à mesure que le temps passait. J'esquissais des rictus peu révélateurs sur mes capacités de combat. J'éprouvais de la peine à ne pas savoir l'attribution de la personne qui se trouvait en face de moi. Toute demande était vaine. Seules des bribes de paroles pouvaient être comprises entre elle et moi. J'exécrais les méthodes de ce genre qui parasitait l'honneur de ceux qui se battaient avec conviction pour quelqu'un, une personne chère, ou bien pour un monde meilleur. Je n'avais plus de personne chère à protéger à part Poséidon, secourir le prêtre n'était qu'une mission secondaire, un encas sur la route du dimanche afin de pouvoir continuer sur ce long désert qui nous encerclait. Je plissais des yeux pour essayer de reconnaitre mon opposant, mais, là encore, un voile ne me permettait pas de distinguer la femme devant moi. Mon coeur pleurait, les larmes glissaient tout le long des différentes artères de mon corps tombant au sol comme la pluie dévastant un pan de mur. Un mur nullement résistant à l'érosion, une digue qui laissait place à un raz de marée, un volcan qui recrachait goulument et avec intensité son repas volcanique. Je voulais faire vibrer ce sentiment qui n'appartenait qu'à ceux possédant une once d'honneur. Je devais me battre pour ma survie comme un ouragan, aussi violent qu'un fauve acculé par de multiples prédateurs.
Guerroyer pour de l'honneur ou pour la gloire importait peu. On pouvait tout aussi bien se battre pour le plaisir ou par obligation. Je portais en moi une dette de vie au monarque des Océans et des Mers.

Le géant des mers m'avait sauvé d'une vie pitoyable, d'une désillusion enfantine qui faisait de moi un enfant crédule, hébété par ce Nouveau Monde que j'arpentais. Mais, aujourd'hui, je lui rendais la pareille à ma manière. À la façon d'une bête chassant indubitablement sa proie à travers le lys et les ronces afin de se nourrir de cette chair fraîche qui ferait jouir les civilisations sacrificatrices. Les offrandes humaines n'étaient que peu répandues dans le monde, mais je n'avais nullement l'attention de dépouiller une femme de sa peau ou de ses organes vitaux. Je n'étais pas devin, mais je possédais encore quelques tours en main pour affronter et détruire l'adversaire qui portait une armure noire.

Deux formes immatérielles arpentaient la longue voix éclairée par quelques torches de bois afin de protéger leur maitresse. Me dérobant aux nombreux coups du premier automate, le deuxième me faisait reculer. Riposter aurait pu être une bonne idée, mais, je devais temporiser le bon moment à dessein de surpasser mon contestataire. Acculer près d'un mur, je pouvais enfin déployer la puissance que j'avais conservée. Le froid projeté de mes poings gela complètement à cette conscience remplie d'eau. La glace n'allait pas suffire pour emprisonner cette chose, mais la ralentir était déjà un moyen pour combattre sans préjudice ce chevalier.

J'avais parcouru assez de champs de bataille pour reconnaître mes propres faiblesses. Si je voulais vaincre, prendre des coups n'était pas une possibilité, je devais le faire sur un maximum afin de rendre le combat beaucoup plus captivant permettant de leurrer la combattante. Un jeu d'acteur qui pouvait réussir là où ma puissance avait échoué. Peut-être... Imprévisible était mon principal moteur. Chuchotant le mot '' Zekku '' de nombreuses sphères de vide apparu sur la courbe de mes bras. Je m'amusais à faire tournoyer les gouttes de cosmos que j'avais formé avant de les envoyer à l'unisson. Elles étaient petites, mais je pouvais en envoyer comme des boulets de canon. Certaines d'entre elles détruisaient complètement l'aire de jeu.
Je me servais de mes sphères pour créer des zones d'ombres. La largeur des balles était inhabituelle, elle me permettait de briser la garde de mon ennemi avec des coups de griffes gelées. Disparu derrière ma technique, la dimension du vide, '' Kûhaku no Jigen '' m'avait permit de passer dans le dos de Mashia et de lui mettre une boule en pleine face. Ecarter sans perdre de temps, je me laissais quelques secondes pour reprendre mon souffle afin de continuer le combat si nécessaire.

Le monde est si petit...



[hide]

Stats : 


HP : 170 - 20 (Moyenne eau) - 3 (Chevalier de lumière) - (Erosion)  = 145
CS : 167 - 3 (chevalier de lumière) - 30 = 134
PA : 42 - 5 (5 coups portés) - 3 (Maladie) - 3 (Chevalier de lumière) = 31
PP : 50 - 3 (chevalier de lumière) = 47






Atouts (Pas de changements:
 
Handicaps:
 
Attaque:
 
Capacité:
 
[/hide]


Dernière édition par Suoh le Dim 16 Fév - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Dim 16 Fév - 17:56




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Désillusions




Stand up be strong





Non, plus jamais. Plus jamais elle ne baisserait l'échine ou ne ferait montre de sa faiblesse devant un adversaire. Faire semblant restait pour elle la meilleure des options : après tout, n'était-ce pas ce que la jeune Mokushi faisait depuis son retour au Sanctuaire d'Athéna ? Se mentir, pourtant, n'était pas la solution. Si Mashia en avait conscience, elle en avait cure. Si elle était venue ici en mission en occultant sa faiblesse maladive encore bien présente, c'était dans l'unique but de prouver aux autres plus qu'à soi-même, qu'elle n'était plus un boulet. Qu'elle était capable de se relever seule, de combattre, d'aider et plus encore, soutenir ceux qu'elle aimait. Seulement, la jeune japonaise n'était pas aveugle en plus d'être muette : les regards de ses compagnons, inquiets, n'avaient eu de cesse de se poser sur elle. Par égard sans doute pour la demoiselle, ceux-là n'avaient pas montré plus d'attention pour elle en la choyant telle une enfant trop fragile. Pour cela, Mashia Mokushi les remerciait. À présent qu'elle était séparée d'eux, tout était différent. Son duel contre Jara du Capricorne, au delà des vérités qu'elle avait voulut lui dévoiler, avait eu pour but de se prouver un peu à elle-même, qu'elle était capable de tenir des assauts répétés. Cependant, bien que la force de Jara soit grande, celle de l'ennemi qui lui faisait face était empreinte d'une violence telle qu'elle n'en avait jamais connu. Sa mémoire vacillante d'ailleurs, ne lui permettait pas de confirmer ses pensées.

Cet être avait quelque chose de … bestial en lui. Une fragrance de sang l'auréolait et excitait ses sens. Mashia n'était-elle pas un monstre, une gardienne de leur monde après tout ? Quelque chose de familier se dégageait de lui, un sentiment étrange s'emparait de Mashia sans qu'elle ne se l'explique. Qui était-il ? Et pourquoi de ses lèvres qui remuaient, ne sortaient aucuns sons ? Un peu perdue, la jeune femme se rétablissait comme elle le pouvait, sentant que la froideur qui parcourait ses membres, se dissipait peu à peu. Une très bonne nouvelle. Ses yeux d'un doré étrange, virèrent au rouge sang. Un lien télépathique venait de se créer entre elle et son protecteur Aki, ce chien spectral qui avait ouvert subtilement la voie au second monstre fait d'eau.

~° Il va falloir user de ma force, ma fille. À ce rythme, tu vas te faire anéantir. Laisse moi agir ! La pressa la voix du canidé dans sa tête alors que l'homme en face d'elle se remettait en mouvement. Vite !

Un pressentiment l'obligea à réagir promptement. Ses paupières se fermèrent, voiles qui obscurcirent sa vision l'espace de quelques instant. Un battement de cils, et son corps se mua de nouveau. Ce n'était plus une femme qui se tenait là, mais un homme qui peu à peu, prenait possession de ce corps malingre : les cheveux rouges qui dansaient au gré de ses mouvements furent réunit en une queue-de-cheval d'un noir de jais, ses yeux, eux, prirent une teinte glaciale qui faisait penser aux premières neiges. Son aura avait changé aussi. Le chien spectral avait bondit en elle dans un éclat iridescent, sans douleur, apportant au contraire, une once de cette chaleur qui lui faisait défaut. Au moment où l'attaque pernicieuse et vive allait toucher au but, ces iris claires s'ouvrirent et une avalanche d'énergie pure se déversa. Les griffes et les crocs le transpercèrent, le traversèrent sans occasionner le moindre mal.

Ce visage, ressemblait à s'y méprendre à une statue de marbre : aucunes émotions n'y était dépeinte, cette froideur qui le caractérisait s'élargit au moment où le mystérieux personnage fit crisser le fer de son katana contre son fourreau et, d'un coup astucieux, renvoya l'ennemi quelques mètres plus loin. L'éloigner, à tout prix, cette bête dangereuse.

~° Tu es très fort, Black Saint, mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Je m'appelle Hiro Mokushi, et ma lame transpercera tes mensonges.









Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Lun 17 Fév - 23:46

Sans voix. Ce fut ma réaction sans attente envers la capacité de cette Black-Sainte. Aporétique était le meilleur des mots pour ce paradoxe. Je ne pouvais point parler de moi, et en même temps, je n'arrivais plus à penser face à mon adversaire qui avait mué tel un serpent, corrigeant ses faiblesses pour augmenter sa force ne serait-ce qu'un court instant. Les hommes, des êtres délicats, possédant de nombreuses faiblesses. Ces lacunes étaient aussi un atout. Bien des hommes ce sont améliorée suite à des pertes ou de cette médiocrité qui les indignaient. J'étais un de ces hommes. Ces hommes qui se sont battus pour vaincre l'adversité. Faire face au cours du destin et attraper l'espoir d'une vie, du monde entier.

Je scrutais sans borgne la transformation et restait stupéfait. Il me restait de nombreuses choses à apprendre sur cet univers. La motivation pouvait être ressentie. Mon cosmos revenait à son point de départ, celui d'un être qui a encore des choses à faire et réaliser sur Terre.

Je reprenais conscience de ma force, celle que je possède sans énervement, sans besoin de détruire ou de procréation. Je retournais à la source originelle des hommes. L'homme sage réaliste ayant le pouvoir de dissiper les doutes et les ombres de ce temple en ruine. Je prenais conscience de mes erreurs et surtout celle de mon ennemi. L'acquisition d'un troisième oeil m'avait permis de percevoir une autre réalité. Un monde dans lequel j'évoluais quand mon cosmos était à son paroxysme. Un calme olympien fut instauré pour de nombreuses secondes. Mes yeux fermés, je pouvais ressentir les fluctuations des ondes du Black-Saint à travers ces mouvements désordonnés. Des impulsions grossières désavantageant énormément ce très bon combattant. Cependant, cette mutation avait permis de résister à mes griffes de glaces. Les pupilles toujours fermées, je visualisais en avance chaque action de ce dernier. L'onde de choc créer par un simple frottement me transperça en plein centre sans pour autant détériorer mon armure. Ce coup avait-il été porté pour blesser voir me tuer ? Je ne pensais pas... Mais, les pensées comme celle-ci disparaissaient aussi vite qu'elles étaient entrées. Comme la terre et le ciel, j'harmonisais mon cosmos à mon adversaire et répercutait la source de toute vie entre nous deux.

L'ondulation qui m'avait éjecté aurait pu être maitrisée si j'avais réagi beaucoup plus vite. Mais, je n'avais pas assez médité pour contrôler toutes les informations qui me parvenaient et mon cerveau n'était pas assez développé pour recevoir celles-ci. J'avais déployé assez d'énergie pour dépasser le stade de simple humain, ou de simple bête. Je n'étais déjà plus le même qui était entré dans le temple, et surtout, je n'étais plus celui qui était là quelques minutes avant.

« Je dois te remercier. Grâce à notre combat, tu m'as permis d'évoluer et de me surpasser. Ma nouvelle transformation débutera au moment où je t'aurais battu et que tu ne puisses plus te relever. En soi, je n'ai rien contre toi, mais mon devoir est de t'arrêter ici, surtout qu'en plus, je dois retrouver une certaine personne.  » 

Je ressentais un goût amer dans la bouche. Cette femme qui m'affrontait n'était pas là pour me tuer. Elle n'avait aucune envie de meurtre et je le ressentais. Elle se défendait, car elle devait pour survivre et c'était tout à fait réciproque. Je n'avais cure de ce combat, il fallait juste que je me dépêche pour retrouver le porteur de l'armure de Polyphème. J'avais refréné la bête qui dormait en moi. Je pouvais de nouveau utiliser cette attaque qui pouvait tout changer, me permettre d'avancer dans ce maudit temple. « Kongen no Munashii  »  était ma technique. Mon attaque était tirée de la légende de Shiva, le Dieu de la destruction et de la création. J'utilisais ma concentration pour former une cage autour de mon adversaire afin de l'immobiliser et éroder son armure avec de puissantes morsures de cobra et de tigre.

« Si ma précédente attaque était un échec alors, il suffit de t'immobiliser et d'envoyer un magnifique cadeau qui ne te laissera pas sans voix. Reçois mon présent ! Kongen no Munashii ! Le Tourbillon Illusoire !  » 

Un amas de cosmos se concentra tout autour de Hiro avant de former une cage tout autour de lui. Au moment où le cercle atteignait son apogée, j'envoyais délicatement un baiser perlé qui représentait le Kundalini, un autre symbole de Shiva. Mon énergie fondit sans aucune altération sur la position exacte du Black-Saint. Deux immenses bêtes fondirent sur la cible afin de déchirer l'armure et la chair de celle-ci. Généralement, je me servais de cette technique sur des hommes peu rapides et à qui je devais torturer. Ici, j'utilisais de mon habilité à maitriser le vide pour accélérer les deux ammophiles. Bien entendu, ça représentait une carte que je ne devais pas louper. En tout cas, elle était servie sur un plateau d'argent. La technicité de l'attaque ne pouvait pas être déjouée.


Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Mar 18 Fév - 1:09




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Désillusions




Se relever





Indubitablement, le japonais avait en face de lui, un combattant redoutable. Si pourtant ce dernier le remercia pour « l'expérience » et l'évolution de sa personne dans cette lutte intestine, Hiro n'en portait aucune fierté. D'ordinaire, le Saint se serait permis de mener plus avant la leçon, mais, force était de constater qu'il n'en avait pas le pouvoir, en plus de se trouver dans une position fort fâcheuse pour cela. Conscient que ce combat pourrait très bien lui coûter la vie de sa fille dont il avait prit possession du corps pour l'aider, le père ne pouvait se permettre le moindre faux pas. La bête ou l'homme qui était en face de lui ne laisserait pas le droit à l'erreur. Que cachait donc cette violence, ce parfum âpre ? Car, malgré tout, les techniques utilisées à son encontre avaient quelque chose de subtil, de raffiné.

Là encore, la curiosité et le questionnement n'avaient pas leur place céans.

~° Retrouver quelqu'un ? Vous, un Black Saint ? Ne vous moquez pas de moi. Mais cela m'intrigue, car moi aussi, je suis ici pour aider une personne, un ami. Et je ne peux pas me permettre de perdre, pas encore.

Son corps tout entier était secoué par des spasmes incontrôlables. La douleur arriverait tôt ou tard à son paroxysme, alors, il était temps pour l'ancien samouraï, de faire appel à l'esprit de l'eau, un allié qui lui serait précieux. La gardienne aqueuse apparut à ses côtés pour danser gracieusement autour de lui. Chaque effleurement de ces mains délicates étaient pareils à des baumes cicatrisant. D'ailleurs, les quelques égratignures sur son visage de marbre furent lentement effacées. Cependant, l'apaisement fut de courte durée que, déjà, l'homme à la noire armure se remit en mouvement. Transformation ? Hiro, comme sa chère Mashia étaient bien placés pour connaître ce terme. Adoptant sans plus attendre une posture défensive, katana au clair, le guerrier nippon se tenait prêt. La lame chichement éclairée par la lumière de ces quelques bougies, brillait d'un éclat bleutée, si beau à voir … Personne n'aurait l'occasion pourtant de le remarquer dans toute cette effervescence.

Concentré, prêt à esquiver la nouvelle salve sur le point de lui être administrée, La Vierge entrait en communion avec son environnement : les yeux clos, il voyait tout de même bien au delà des choses matérielles. Hiro comprit seulement bien vite qu'il ne pourrait une nouvelle fois échapper aux serres de son adversaire. Surpris encore par l'offensive adverse, il se retrouva coincé entre des barrières, une cage mordorée qui eut tôt fait d'absorber l'énergie qu'il était sur le point de libérer. Un prisonnier. Impuissant, désœuvré. La souffrance devenait pour eux, le père et la fille, une chimère bien trop proche à leur goût.

Un cri muet passa la barrière de ses lèvres. Un étau paraissait se refermer sur sa poitrine d'un coup, son corps se voûta et il cracha un peu de bile ensanglantée. À bout de souffle, la respiration sifflante, le japonais tentait de contrôler les battements erratique de son cœur. Il tenait bon. Il tiendrait, il continuerait de lutter. Ils n'avaient pas le choix. Menelaos était en danger. Cette même froidure l'envahissait, pernicieuse, telle un poison … Comment pourrait-il s'en sortir ? Les poings du guerrier étaient serrés à l'extrême, les articulations de ses doigts, blanchis témoignaient de sa souffrance.

Puis, le démon rouge brisa ses chaînes. Volant à une vitesse folle vers son adversaire qui n'aurait rien vu venir, Hiro disparut de sa vue une fraction de seconde pour réapparaître à quelques centimètres de lui. Leurs visages étaient si proches que, respectivement, les deux hommes pouvaient sentir le souffle tiède, de l'autre. Deux yeux sibyllin s'ouvrirent pour contempler l'homme qui lui faisait face. Pour la première fois, un éclat d'inquiétude passa dans ce regard étrange. Une drôle d'impression, mais un doute qu'il ne pouvait se permettre. Sa mémoire devait lui jouer des tours. Plaquant sans douceur, l'une de ses mains contre le front de la bête assoiffée, le Saint de la Vierge laissa son cosmos exploser et atteindre le septième sens.

~° Vous allez revivre vos plus pénibles cauchemars, Black Saint, les meurtres que vous avez perpétué … et que je ne saurais tolérer. Vous avez fait trop de mal …

Le noir s'installa, un rideau qui, lourdement clôturait ce premier Acte de cette pièce insensée.

Le Monde était un théâtre, non ?








Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Mer 19 Fév - 23:16

Je souriais et dévoilais mes crocs et mes dents effilés comme des lames de couteaux. L'angoisse avait quitté la peur depuis longtemps. La fragrance des bougies apaisait sans mal mon esprit. La méditation était devenue l'un de mes points forts sous cette forme. Se concentrer était la base pour un homme, surtout si celui-ci pouvait réduire ses faiblesses.

«  Moi aussi je ne veux plus perdre... En tout cas, pas avant d'avoir tout tenté. Et si je dois en mourir alors, soit, mes actions et mon destin ne pouvaient pas être évités. » 

La puissance de mon adversaire était fabuleuse. Ce guerrier, mais aussi l'autre Saint pouvait reconstituer les tissus organiques défectueux, une compétence utile et captivante. Je pouvais me rétablir assez vite d'un combat dangereux, mais je n'avais nullement une capacité de ce genre qui pouvait me permettre de me régénérer en plein combat. Elle devait avoir un maître spectaculaire dans la régénération des tissus. Je prenais note dans un coin de mon cerveau, sans perdre une miette. Survivre à ce combat avant de penser à développer une capacité pareille si j'en avais les moyens évidemment. Mon attaque avait touché de pleins fouets, mais ce n'était pas encore suffisant. L'homme animal que j'étais avait encore failli à sa tâche, celle d'abattre son adversaire afin d'avancer dans la pénombre des bougies. Je fermais à nouveau mes yeux dorés afin de ressentir le monde qui m'entourait. Mes pupilles se levèrent bien trop tard. Mon ennemi avait disparu. Il était devenu lumière avant de réapparaitre devant moi. La pestilence de son haleine ne me sied guère. Mais, sa puissance ne m'avait laissé pantois. Je buvais les paroles du Saint. Revivre mes cauchemars ? Cela me faisait bien rire. Si je devais revivre ma vie, alors passons à nouveau le film de mon existence, je l'acceptais volontiers de tout coeur, sans rechigner.

Je me revoyais à l'époque. Je me le rappelais comme si c'était hier. Difficile à croire, mais son cosmos avait réussi cet exploit. Je regardais la personne qui avait blessé mon âme soeur. La personne que j'aimais pendant ma captivité. Celui qui avait détruit une partie de ma vie derrière des barreaux de fers. Je ressentais la paille froide sur laquelle mon corps s'endormait jour après jour. Le son des barreaux m'interpellait. J'avais complètement oublié ce son atroce qui sonnait encore et encore. Le pire dans tout ça, c'était la voix du père de celle que j'aimais. Les meurtres commis étaient-ils tous légitimes ? Je le pensais du fond de mon coeur. Je n'avais aucun doute dessus. Si je devais le tuer à nouveau, je le referais.

Un sentiment de déchirement passa rapidement, et se volatilisa à la vitesse de la lumière. Attrapant de mes deux mains, les portes du cauchemar, j'utilisais mon cosmos mon briser l'irréalité du monde réel. Le retour à la réalité fut instantané. Mon énergie spirituelle grimpa en flèche. Le rugissement qui menait à mon âme se déployait dans toute la salle sans rien laisser à découvert.

«  J'ai vécu ma vie pour survivre... Je n'ai jamais compté le nombre de morts par ma faute, mais... C'était seulement parce que je le devais. Dis-je d'un ton trempé de sincérité. » 

L'exultation de ma vie ? Sûrement... Sans même parler, je lançais à nouveau une de mes attaques qui avait échoué quelques minutes plus tôt. « Zekku »  Deux énormes sphères de vides se créèrent et foncèrent en direction du Black-Saint. Mais, ça ce n'était rien, les boules ornées de froid allaient sûrement rendre l'atmosphère plus chaleureuse. Cette technique aurait pu s'appeler : «  Zekku no Koori. [Vide de Glace] » 

«  Mon temps ne peut pas être figé, illusionniste. » 



Dernière édition par Suoh le Ven 21 Fév - 23:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Jeu 20 Fév - 0:24




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Désillusions


Tel le Serpent





Le monstre rouge marqua un temps d'arrêt, songeur, face aux propos de son adversaire. Ce Black Saint étrange qui désirais survivre lui aussi, pour quoi ? Sauver un ami. Lui et la bête vermillon n'étaient pas si différents, ils étaient des hommes tout compte fait, des hommes possédant un cœur, une volonté propre, des buts, un destin. Les deux guerriers ne pouvaient perdre, ils devaient défendre leurs idéaux, tous deux avaient une mission bien précise et similaire dans un sens. Ironiquement plus proches que ce qu'ils soupçonnaient. Le voile du mensonge finirait par se déchirer. Une percée lumineuse en résulterait alors, chassant les ténèbres. Les nuits sont noires et pleines de terreurs tandis que le jour, de promesses à portée de doigts. Ô le père comme la fille en avaient tellement effleuré …

Éloigné, l'homme à l'armure d’obsidienne paraissait être aux prises avec son Arcane la plus puissante. Chaque fois qu'Hiro l'utilisait, il devenait alors spectateur des douleurs. Des peines, des songes maculés de sang. Cette fois encore, ce fut le cas. Les hommes étaient des Sisyphes en puissance, naviguant en eaux troubles. On le surnommait « L'Aka Akuma » , mais le jeune homme enfermé là dans une cage, en était un aussi, à sa manière. Un enfant sauvage aux yeux mordorés. Ce visage, il lui semblait l'avoir déjà vu, mais où ? Encore un effet de sa mémoire vacillante, non ? Pourtant, quel était ce parfum étrange, embruns de l'océan ? Une ultime et douce caresse invisible, et l'éclat faible des bougies revint. Pour de nouveau danser, être menacé d'extinction.

~° Illusionniste ? Ce mot ne pourrait pas mieux me qualifier guerrier sans nom, mais, comme toi, c'est quelque chose de nécessaire, je le dois, pour survivre. Je en suis pas exempt de tout pêchés, il est vrai, je le confesse, le conçois, mais quelle importance ? Je ne fais pas de mal à mes amis, jamais, je ne le ferais.

Les deux sphères faites de vide qui fonçaient à une vitesse folle vers le chevalier d'Or de la Vierge se figèrent instantanément quand il leva une main vers elles. Le temps parut se suspendre pour quelques secondes. Quand le sablier reprit sa course immuable, les gouttes jumelles se crevèrent pour finalement fusionner dans un tumulte innommable. Pas un sourire n'orna le visage du japonais quand, soudain, le propre assaut du Black Saint lui fut retourné. Les billes de cosmos tourbillonnantes allèrent éclater sur leur maître désabusé.

~° Tel un serpent, je me régénère, oui, mais astucieux, je peux l'être tout autant. Mais comme le dis l'adage, le poisson sur la berge remue plus que celui qui est dans l'eau. Tu es un adversaire admirable, jeune homme. Pourtant, je ne peux pas te permettre de blesser ma fille davantage.

Un filet de sang glissa le long de sa mâchoire, témoignage de ses dires. À ce rythme, il ne pourrait pas tenir encore bien longtemps. Cela lui en coûtait beaucoup. ~° Mon ami m'attends au bout de ce chemin obscur – fit t-il en montrant la gueule noire et béante qui se dressait non loin, porte moqueuse. - Il a besoin de mon aide. Or comme vous le dites, seul le Destin décidera. Allez, je vous attends.








Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Sam 22 Fév - 0:19

« Semer le doute dans l'esprit de ses adversaires... Vous êtes un ennemi redoutable, Hiro Mokushi. » Malheureusement pour moi, je ne connaissais pas sa signification.

S’il servait un Dieu, il devait être un très bon gardien. Mais de quel camp ? Cependant la malice que je pouvais décerner chez cet homme m'intriguait. Prenait-il une quelconque allégresse à la vue de souvenirs douloureux ? Du plaisir dans le malheur des autres ? Je ne ressentais pas cet énergie si maléfique dans son cosmos. Faire de mal à vos amis ? ... Je le regardais, je ne pouvais comprendre ce terme d'amis. Pas encore... Que devais penser de cette étymologie ?

« Des amis ? » J'aimerais vous croire... Mais qu'appelez-vous amis ? Aurais-je voulu dire. Ces paroles pouvaient être un piège. Je gardais mes positions laissant échapper une légère gerbe de sang sur le sol. Je n'avais pas encore atteint mon plein potentiel, et je le ressentais en ce moment. Je n'avais pas encore de problème de cosmos, bien qu'il soit moindre. Mon corps ressentait le manque d'entraînement. Je n'avais que peu utilisé ces techniques. La chaleur à l'intérieur du temple me rendait nerveux en même temps que l'assèchement. Ma gorge déshydrater se languissait de ce long combat. En plus, je devais retrouver au plus vite, mes compagnons de route. Je voulais économiser mes forces pour de futur combat, mais cet adversaire était coriace. Le destin ne m'avait pas gâté, en revanche cela n'avait aucune importance.

Le combat continuait, et ce chevalier avait encore des arcanes sous sa botte. Mes sphères de vide me percutèrent en plein ventre me laissant deux immenses contusions. Ce n'était pas qu'une gerbe, mais, bien une mare de sang qui coulait de ma bouche.

« Blesser votre fille ? Étrange métamorphose vieillard. Je ne peux rivaliser avec vous en terme de protection, mais, celui qui aura la plus forte volonté sortira vainqueur de ce combat, n'est-ce pas ? Et dans ce combat, mes chances ne sont pas vaines. »

Je ne savais pas le temps qu'il me restait avant de tomber de fatigue. Une attaque ? Deux attaques ? Mes articulations me faisaient mal, sa lame ne m'avait que peu touché. Je combattais contre la décadence qui viendrait sûrement après le combat, à la toute fin désignant une victoire ou une mort lente.

Il désignait le chemin, ce chemin ténébreux. Était-ce la sortie ? Peut-être, en tout cas, j'arpenterais à nouveau le sentier le plus dangereux pour avancer. C'était ma façon de faire, et je vivais encore pour le raconter. Vivre pour mourir ? Ou bien, vivre pour survivre, je me le demandais maintenant...

Je redressais les cheveux, en fit un chignon grâce à un bout de tissu qui se trouvait sur le sol. En concentrant la poussière sous mes pieds, je n'avais qu'à bouger à une vitesse supérieure à celle du vent pour accélérer les particules afin de les envoyer sur le samouraï. Son champ de vision avait-il coupé ? Sûrement, et je l'espérais.

« Allons-y une nouvelle fois.  »

Enflammant mon cosmos une nouvelle fois, je relançais encore une de mes arcanes, la plus puissante avant de perdre la majorité de cosmos qui me restait. « RESSENGA !  » Le nom de l'attaque venait du fond du coeur. Elle désignait la rage intense qui s'amplifiait. Si elle touchait, j'avais peut-être une chance de gagner, dans le pire des cas, je n'aurais qu'à combattre dans le royaume des morts si ma vie me quittait là-dessus.
 
 

Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Sam 22 Fév - 12:38




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Désillusions


Comment t'appelles tu ?





L'expérience prévaudrait-elle encore sur la fougue de la jeunesse ? En voyant son subterfuge marcher plus qu'il ne l'aurait soupçonné, Hiro se laissa envahir par la mélancolie de sa fille lorsque qu'elle avait, ou ils avaient combattu le Saint d'or du Capricorne. Se pourrait-il que la même chose se reproduise ? Mais plus encore, ce qui intriguait davantage l'ancien samouraï était le ton adopté précédemment par le jeune homme. « Amis ». Ce simple terme avait une force réelle à ses yeux, tandis que son adversaire paraissait troublé, avoir peine à le reconnaître. Le connaissait-il de surcroît ? Mashia était peinée de ce constat, tout comme Hiro, son gardien. Malgré le fait que cet être violent, animé par une soif de sang insatiable soit leur ennemi juré, un Black Saint, la jeune femme ensommeillée mais consciente, ne pouvait s'empêcher de ressentir une tristesse immense. Cependant, n'avait-il pas aimé ? Cette femme qu'il avait vu mourir sous ses yeux sans pouvoir l'aider, ne représentait-elle rien ? Une amie, au moins ?

~° Je le ressens jeune homme, sous vos airs de parfait animal solitaire, de lion puissant, vous êtes capable d'aimer, cette jeune femme … puis, oui … je vois autre chose. C'est ce que j'appelle une amie. - il marqua un temps d'arrêt en le voyant vomir du sang, sa main se levant légèrement, tremblotante. - Tout au long de ma longue vie, je n'ai fais que servir et protéger, c'est la voie du guerrier que j'ai emprunté, mon honneur et plus qu'une métamorphose, c'est par amour pour elle, pour ma fille que je me bat désormais.

L’œil attentif du nippon remarquait à quel point le Black Saint était à bout de souffle, sur le point de défaillir. Son état à lui était peu enviable, son corps, sous son armure d'or devait être constellé d'ecchymose. Il devait aussi avoir quelques côtes cassées, des contusions sévères et, une hémorragie qu'Hiro tentait d'endiguer peu à peu. Oui, sa capacité de régénération était indiscutablement brillante, mais, elle avait ses limites. Son bras droit pendait mollement à son côté et la douleur irradiait partout tel un poison pernicieux. Le guerrier sans nom se murait dans un étrange mutisme, et, tout autour d'eux, l'air se raréfia. Que préparait-il ? Un franc sourire alla ourler ses lèvres quand, finalement, le Saint noir improvisa une coiffure à l'air d'un bout d'étoffe qui traînait là, au sol. Ainsi, il ressemblerait presque à un samouraï. Déchirant un propre pan de sa cape blanche toute poussiéreuse, Hiro imita le jeune homme, ce sourire espiègle ne le quittant plus.

~° Je suis curieux de voir se que vous me réservez. Mais essayer de m'aveugler ne changera pas grand chose, je suis capable de percer ce voile de poussière. Mais c'est ingénieux, oui, ingénieux ….

Seulement, au fur et à mesure que leurs cosmos grandissaient, le doute dans le cœur de la fille croissait également. La Chantre des Esprits distinguait quelque chose dans les méandres sinueux de son esprit. Un bateau, une tempête, deux chevelures rouges. Interdite, elle laissa son père agir et contenir une partie de l'attaque. Son katana fendit l'air dans un bruit étrange mais ses muscles protestèrent, certains se déchirèrent même mais, il resta debout, parmi la poussière qui dansait autour de lui. De nombreuses ombres se rassemblaient ouvrant leurs yeux rouges sur le monde réel. Plusieurs dizaines de monstres appelés aussi Akuma, s'amassaient autour de leur maître. Les esprits étaient là pour les secourir. Ils avaient ressenti l'appel de leur Mère. Les traits d'Hiro se muèrent encore en cette créature mi-humaine, mi-lupine. Il lui restait peu de temps. Se concentrant, il leva sa main armée vers le guerrier et projeta sa conscience vers lui.

~° Comment vous nommez-vous ?

Il usait de la même technique, celle qui lui ferait revivre un cauchemars. Mais cette fois-ci, il n'en fut rien. Tout devint noir. Une silhouette fragile et immaculée se dressa devant le Black Saint. C'était la jeune femme de tout à l'heure, Mashia qui, se déplaçant avec lenteur et grâce, se posta devant lui pour porter ses mains à ce visage souillé par tant de vermillon. Cette douceur dans ses yeux … une larme perla au coin de son œil avant de rouler sur sa joue pâle.

~ Mary, c'est ainsi que ton amie s'appelle, non ? Comment t'appelles tu ?

Comment t'appelles tu ?








Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Dim 23 Fév - 20:59

« De si belles paroles pour un adversaire de votre rang. » Ce chevalier noir avait au fond de lui, un honneur honorifique. Même si ce guerrier se trouvait dans le camp adverse, les remords naissaient en moi comme la pluie sanguinolente de mes larmes pourpres. Il croyait fermement en sa cause, sa propre cause... Il tenait en son sein ce qu'on pouvait appeler '' amour ''. J'avais une impression de déjà vu, cet homme devait être un Saint d'Athéna, enfin plutôt un ancien Saint vu l'état de son armure. L'ébène de sa cloth gâchait totalement son teint, pourtant si écarlate à travers sa bravoure.

« J'aurais aimé vous connaître différemment, Hiro Mokushi. Si ce n'était pas dans une stupide bataille, je pense que l'on aurait pu devenir '' ami '' comme vous le dites. Mais, vous et moi, le savez très bien. Seule la défaite de l'un ou de l'autre permettra d'ouvrir les portes du temple. Une porte qui ne restera que momentanément ouverte. »

Je le savais que la poussière n'était qu'un léger subterfuge qui ne servait pratiquement à rien. Un homme d'une telle envergure n'allait pas se disperser avec une astuce bon marché. Ce n'était que la partie émergente de l'iceberg. Ma cosmo-énegie diminuait comme si elle était absorbée par un quelconque phénomène. Haletant sans équivaut, je ne riais plus. Le regard ancré sur les gestes du chevalier noir. J'essayais à nouveau de bloquer ses mouvements.

« Je suis... Suoh...  le Général aux yeux d'or, gardien du pilier de l'Océan Indien, protecteur de Poséidon. » Dis-je fermement sans perdre ma vivacité.

Quelques secondes après ma phrase, le monde était devenu noir. Ou bien mon esprit était tombé dans les méandres du temps, dans un lieu si infiniment petit ou les êtres comme moi, n'avait que peu de place. L'illusion était bien plus faible. Bien qu'assez puissante pour me coller au sol du temple. Genoux au sol, j'attendais mon heure. Je récoltais encore de l'énergie à travers mes bras ballants, c'était les seuls membres encore vivants. Vivant, mais pour combien de temps ? Je me le demandais vivement. Mon adversaire avait-il assez de cosmos pour me finir ? Je ne le savais pas, mais dans le doute, cette énergie qui entrait en moi était mon seul espoir or, si cela n'avait pas suffi, je mourais en homme et n'avait qu'à augmenter mes compétences à ma prochaine résurrection, s'il en avait une.

« J'espère que vous réussirez à retrouver votre ami. » Articulais-je faiblement.

Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Dim 23 Fév - 21:23



▬ Eren
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Dim 23 Fév - 22:17




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Désillusions


Venez avec moi





Les mains douces, délicates de la jeune femme diaphane glissèrent sur ses joues comme la caresse de la soie sur cette peau abîmée. « Suoh » murmurèrent les lèvres de Mashia en se reculant de quelques pas, visiblement … surprise. Les pans du monde qu'elle avait créé pour eux commençait à se mettre en branle : de large fissures se formaient, révélant une forte lumière bénéfique. Avalée par cette éclatante lueur, la Sainte de la Vierge disparut de la vue du jeune homme. Quand il put rouvrir les yeux sur le monde, le Général du Chrysaor se retrouvait dans cette même pièce, chichement éclairée par les flammes des quelques bougies restantes. Hiro se tenait à une distance respectable de son adversaire, la lame de son katana brillant d'un éclat de pur argent. Il ressentait en son sein, la détresse de sa fille, mais ne parvenait pas à en comprendre la raison. Ses mots lui parvenaient d'une manière déformée, comme si quelque chose ou quelqu'un tentait de l'évincer de l'intérieur. Se pourrait-il que ? Ses prunelles devinrent glaciales en se posant sur le Black Saint prostré. Attendrait-il sa sentence ? Malgré la peur qui venait de l'assaillir un court instant, le Saint se radoucit. Non, non il ne pourrait pas être le Bourreau. Pas plus que le Juge. Il avait comprit.

Il devait y avoir un vaincu pour que l'un ou l'autre puisse continuer leur progression. Son sens de l'honneur lui interdisait ce que le samouraï devait pourtant accomplir. La mâchoire crispée, les poings serrés, il arracha par dépit, le morceau d’étoffe qui maintenait sa chevelure d'ébène. Celle-ci, en se libérant, tomba en cascade dans son dos. Le regard résolu, il leva sa lame vers Suoh.

Suoh, c'était un nom qui sonnait glorieusement à ses oreilles. ~° Je ne le permettrais pas, Suoh. Je ne vais pas vous sacrifier.

Soudain, une énergie formidable fut dégagée par l'ancien guerrier japonais. Nimbé d'un halo vermillon, le Saint de la Vierge puisa dans ses réserves, dans ses dernières ressources pour tenter de percer complètement le voile du mensonge. Ils étaient victimes d'un odieux subterfuge, depuis le début, les illusions étaient les maîtresses de ces lieux. Pséma, ce ne pouvait être que lui. Tandis que le père s'évertuait à faire appel à une autre des ses plus puissantes arcanes, la fille sous forme spectrale, apparut à ses côtés. Elle paraissait regarder quelque chose accroché à son poignet, un bracelet de fleurs, de minuscules roses … Kappa, il devait prendre garde, et ne pas s'inquiéter pour elle, car tout irait bien. La jeune Mokushi se mettrait en route, et arrêterait Pséma, quoiqu'il lui en coûte. Une brève image au travers de ses yeux, une onde de cosmos pure qui indiquerait à ses amis l'étendue de sa souffrance, mais de sa confiance aussi, et elle arracha le bijou floral qui était en train de se désagréger.

Puis, ses deux prunelles turquoises se posèrent sur Suoh. ~ Tout ira bien … Je sauverais Menelaos. Nous le sauverons.

Un léger vent frais s'engouffra dans toute la salle. Peu à peu, cette légère brise se mua en un véritable cataclysme. Des pétales, blancs, contrastant avec ces ténèbres, tombaient, un à un pour finalement entamer une danse folle. Le visage d'Hiro était crispé par la douleur : du sang s'écoulait de ses yeux, de la commissure des ses lèvres. Mashia s'évapora pour reprendre sa place, et aider son père. Il s'en voulait terriblement, mais, ils n'avaient pas d'autres choix. Le décor vacilla, les mensonges s'évanouissaient. La technique la plus secrète d'Hiro faisait son office avec un trop plein d'efficacité, mais cette attaque lui coûtait beaucoup, car était normalement très difficile à contrôler. Sa précarité physique, sa convalescence encore loin d'être terminée, le Saint de la Vierge devait se laisser happer par l'Aka Akuma, le monstre rouge. La contenir plus longtemps lui était tout bonnement impossible, et ce, malgré toute la volonté de sa pauvre Mashia à bout de souffle. Le Démon décida de faire surface dans sa forme la plus parfaite, un loup gigantesque au pelage immaculé, aux tatouages rouges, tribaux, aux yeux aussi rouges que l'était la chevelure de la demoiselle … un être sanguinaire et dangereux. Un hurlement terrible retentit et la bête, folle, bondit pour finir de tout déchirer. Il traversa le corps de Suoh. Et, à cet instant, une présence ne le quitterait plus.

Cette même jeune femme se tenait à ses côtés, à genoux, les yeux pleins de cette inquiétude qui la quittait rarement. Le jeune homme ne reconnaissait-il pas la demoiselle ? Elle qui fut l'hôte d'Athéna ? Elle tentait de le soigner, d'utiliser ses dernières forces pour le sauver du trépas. Dans la tête du Général, une douce mélopée s'élevait. L'eau était la clef, l'élément curatif … Un vague sourire flotta sur son visage de porcelaine, et, ce fut de nouveau Hiro qui se tint au dessus de lui.

~° Venez avec nous … survivez et poursuivez votre route à nos côtés. Ou bien ... aidez-nous ... L'or se révélait peu à peu, sur leurs armures ...








Revenir en haut Aller en bas
Suoh


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 978

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Mer 26 Fév - 17:46

J'avais perdu. Certes, des erreurs de jugements et de stratégie. Consommer autant de cosmos pour abattre un adversaire que je ne connaissais pas était une erreur, une terrible erreur que je ne referais plus. L'heure avait sonné, la mort était inévitable malgré ma force de vaincre. Il me manquait des compétences, un savoir, de l'expérience. Une amère analyse de ma vie.

Je lui étais reconnaissant de m'avoir donné la chance de m'améliorer.
Je payerais mes délits quoi qu'il advienne. Je vouerais mes nuits à la création d'un homme, un autre homme. Celui d'une personne mature et rigoureuse dans sa cause. Maudire mon ennemi n'existait nullement dans ma nature. Je ne pouvais qu'être en colère contre moi-même. La lumière me brûlait la rétine. J'entrevoyais le ciel en avance, bien que l'enfer m'attendait de pied ferme pour les atrocités que j'avais commis, légitime, évidemment. Je n'avais aucun regret, j'avais vécu ma vie comme je le souhaitais, du moins, comme je l'imaginais.

Attendre la sentence de mort était bien plus long que ce que je pensais. L'honneur d'un samouraï résonnait dans mon esprit. J'avais appris ça sur le tas, mais cet homme possédait des valeurs bien différentes de ce que j'avais lu dans les livres ou recueilli dans les marchés.

« Ne pas me sacrifier ? Je vous suis reconnaissant du plus profond de mon âme, samouraï... Hiro Mokushi. Je n'ai rien à vous donné, en revanche, je peux contracter une dette de vie à votre égard et de vous jurer fidélité après le Dieu que je sers. » Dis-je faiblement. Une effusion de sang s'éparpilla sur le sol.

Ma vie ne m'appartenait plus, tout du moins, tant que le samouraï ne l'avait pas décidé. Dédié ma vie à un homme de cette envergure pouvait être bénéfique. Je ressentais encore la cosmos de ce puissant guerrier, brisant la malédiction qui nous tenait enchainés entre quatre murs. Ce n'était pas un chevalier noir comme je l'avais pressenti. Les chevaliers d'Athéna encore une fois. Le destin me jouait à nouveau des tours. Je regardais longuement la forme spectrale de la Vierge. Elle possédait un niveau spirituel développé. Réussir cet exploit, j'avais de nombreuses choses à apprendre de par le monde, surtout de ses guerriers que je ne connaissais pas. La seule que je pouvais exhiber aux yeux de tous était ma combattivité, mais un jour viendra où je me tiendrais tout au bout de ce monde, sur la plus haute des tours attrapant d'une main ferme le ciel et de montrer à la face de la lune l'étendu du pouvoir engrangé.

On n’allait pas me tuer, néanmoins je risquais seulement de mourir à cause de la perte de sang, une mort honteuse n'apportant que le déshonneur. Je ne pouvais qu'observer tel un enfant émerveillé par ce qui l'entoure. La rage de ce démon me transperça en pleine poitrine. Sur le coup, je n'avais rien ressenti... Ce monstre allait-il emporter mon âme ? Je ne le savais. Je perdais ma voix peu à peu. Il me fallait reprendre des forces avant de pouvoir reprendre une discussion convenable.

J'avais appris grâce à mon long périple à ressentir l'énergie de toute chose. L'environnement ne pouvait être hostile. Je pouvais arpentais le monde sans réellement sentir de danger avec la nature. Comme le caméléon, en fonction de la nature ambiante, je pouvais devenir un homme différent. L'eau me redonnait vie, comme le ferait mon Dieu. Je lui étais redevable de m'avoir soigné et de m'être épargné. Quelques minutes plus tard, reprenant assez de force pour reprendre la parole.

« Oui... Sauvez-le prêtre, je le dois, nous le devons... Pour le bien de nos deux camps, je suppose. Je viens avec vous. »

Je me relevais péniblement, et prirent les devants. Je ne pouvais pas rester là à me morfondre d'une défaite. Le seul moyen de laver cette défaite était de sauver Menealos de ce Psméma et de me sacrifier si, je le devais. Je l'avais déjà vu, cette femme... Sûrement quand je suis rentré dans le sanctuaire sous-marin. Je n'avais vu que peu de femmes ce jour-là, à part les ondines. J'essayais de me rappeler avec mal, son nom. Mais rien ne me venait en tête. Mes souvenirs étaient flous.
Sans même le remarquer, le mot
« '' Athéna '' » sortit de ma bouche. Le son était faible, mais perceptible. Je continuais sur la route sinueuse qui nous attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Panthéon


Maître du Jeu
avatar

Messages : 2977

Feuille de Personnage :
HP:
0/0  (0/0)
CS:
0/0  (0/0)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   Jeu 27 Fév - 17:03

Suoh, Mashia a déjà du te le dire par MP mais ce n'est pas parce que la règle de la mort n'a plus cours que c'est la porte ouverte aux guérisons miraculeuses.

Même si elle te soigne à la fin de son post, c'est un geste RP et purement RP, ça ne change strictement rien au fait que tu sois KO et dans l'incapacité de poursuivre. Je te laisse donc éditer en ce sens puisque la fin actuelle de ton post n'est pas valide (quitte à ce que ce soit pour le prolonger et dire que tu t'écroules quand même finalement).

Plus que spécifiquement pour le cas présent, je préfère faire la remarque de façon claire et nette puisque c'est justement le genre d'abus décrit dans les règles inhérentes à la logique RP. On va dire que tu ne pouvais pas savoir donc ce n'est pas grave mais évite de remettre ça à l'avenir.

Du reste, victoire de Mashia.

▬ Eren
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Odyssée] Suoh VS Mashia   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Odyssée] Suoh VS Mashia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Le Monde :: Amérique-