RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Dim 6 Avr - 23:45

Citation :
HRP : je ne donne pas de mois de cette année pour laisser une certaine liberté de part et d'autre pour chacun dans sa ligne chronologique. Pour rappel, je ne porte pas d'armure et à part mon visage (les deux points sur mon front), on peut seulement en déduire mon affiliation avec Jamir !

Un homme en redingote bleue avançait dans les décombres d'un village en ruines. Au loin, sur un pic montagneux, la terrible cathédrale des Enfers gardait ce territoire d'un oeil morbide. Ses cheveux blonds passé à un violet améthyste, son regard bleu saphir, tout témoignait d'un cosmos sombre et noble en même temps. L'homme avançait comme un automate vers la cathédrale des Enfers, à la sortie du village, des insectes entraient dans les interstices des cadavres pour les faire relever. Défense primaire du monde des morts, les insectes étaient là pour repousser les simples d'esprit. Un sourire aux lèvres, ses lipes commencèrent à psalmodier des paroles antiques et anciennes dans différentes langues.

Le corps d'une des femmes prit alors une teinte nouvelle, comme si elle reprenait vie et les lettres sacrées terminèrent leur office en tuant les mouches qui l'avaient envouté. Dérisoire certes, mais l'aura de cet homme fit aussi chuter les cadavres qui ne cherchèrent pas à combattre cette force. Il entrait alors dans la forêt morte... Une heure plus tard, il arrivait aux abords du pic rocheux. Certains squelettes étaient ici et vaquaient à leur tour de garde quand ils sentirent la présence de l'étranger.

- Halte ! Au nom du Sombre Monarque, tu aurais pas du venir ici pour passer le temps !

- Je ne veux pas vous tuer Squelettes, vous ne faites que votre devoir mais vous oubliez qui je suis...

- Attends Mercutio, cet homme... cette aura... non c'est impossible, il avait disparu depuis des années... Il aurait pris possession de ce corps...

- Enfin quelqu'un qui réfléchit ! Laisses moi passer !

- ... Désolé mais non, je ne peux vous laisser passer, Squelettes ! Arrêtez cet homme ! C'est un ordre !

- Puérile.

Ordo Novo Seclorum !


Les choses ont bien changé dans les terres infernales. Avançant au devant des Squelettes, l'antique magie des Psaumes faisait son office et les faisaient tomber en les paralysant d'effroi. Ils tombaient dans un râle de douleurs et le regard de l'homme se relevait vers la Cathédrale. D'un geste, il fit apparaître dans sa main droite une rapière qui ne l'avait jamais vraiment quitter, partie peut-être de son âme en temps que Spectre du Commandement ! Il s'apprêtait à avancer de plus belle quand il ressentit quelque chose dans la pénombre.

Une force se tapissait dans l'ombre. L'aura le regardait depuis quelques secondes et sa violence n'était qu'à peine cachée en fin de compte. Une chose faisait quand même se retourner l'homme, ce cosmos n'était pas celui d'un simple serviteur d'Hadès, non, il avait une force mentale qui était proche du sien. Seuls quelques spectres émettaient cela et il devenait clair que chercher ici les traces de la Dame des saisons ne seraient pas si simples.

- A qui ai-je l'honneur ?

Quelque part au plus profond de lui même, une pointe de cosmos doré avait tout aussi réagit à ce cosmos agressif dans la lisière de la Forêt.

" Père, vous ne devez pas continuer sur cette voie, je ne peux par mon serment vous permettre d'agir comme vous le voudriez ! "

Simple fulgurance dans les pensées de l'étranger ! Mais cette fulgurance était telle une flèche de cristal créatrice des Etoiles ! L'ancien gardien de l'Etoile maléfique de Garuda le ressentit et répondit à cela par un simple sourire. Son fils revenait enfin à lui et il allait devoir l'éveiller à son cosmos solaire qui attendait depuis longtemps son éveil dans les ténèbres les plus noires ! Ténèbres et noblesse avaient été les maîtres mots de l'ancien Juge, il comptait bien que les premières soient combattus par le corps qu'il possédait et cette aura violente allait l'y aider très certainement...
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Lun 7 Avr - 18:32

Citation :
HRP : C'est parfait pour la date. Je tiendrais donc compte du fait de ton anonymat. Je précise également que je suis en "civil" au début du Fb et donc sans surplis.

Mes errances m’avaient fait parcourir l’Europe de long en large, et en travers sans trouver un foyer, ou un endroit susceptible de le devenir. Etais-je voué à demeurer apatride ? Seul ? Je commençais à m’y résigner. J’avais alors découvert cet endroit. Un dieu adepte de l’ironie avait dû me guider en ce lieu au moment où je perdais tout espoir de le trouver. Les insectes, les chiens affamés, puis les squelettes avaient d’abord tenté de me barrer la route. Les flammes de mon cosmos m’avaient vite déblayé un chemin sans embuches. J’avançais sans hâte et pourtant, mon cœur avait battu comme jamais auparavant dans ma poitrine. A la vue de cet imposant et majestueux édifice, j’avais compris : j’étais au bon endroit, dans un lieu qui m’attendait, au bout d’une route définie d’avance. Pour la première fois de mon existence, j’avais posé genou à terre et prié. Longuement. Des heures, des jours peut-être. Aussi immobile qu’une statue. Lorsque ma pleine conscience avait de nouveau surgit, j’avais gagné la nef pour ouvrir avec la plus grande délicatesse l’ample volume qui trônait sur un pupitre en ébène. Chaque mot possédait une signification qui s’était gravé en mon for intérieur. Un voile d’ignorance s’était déchiré lorsque j’avais relevé la tête de l’ouvrage divin. Le but que je recherchais, la nature du pouvoir que le destin m’avait offert, tout avait désormais un sens. Ce monde était voué à recevoir la paix. Je l’avais toujours su mais désormais le sauveur avait non seulement obtenu une réalité tangible à mes yeux, mais également un nom : Hadès.
Le souverain des enfers avait lui aussi compris que la mort n’était pas un châtiment, mais une délivrance. Que la douleur, la souffrance inhérentes à une existence piétinée, ravagée par les affres de la mortalité étaient inutiles. L’arrogance de l’Homme, sa tendance viscérale à faire fi de ses erreurs, malgré leur récurrence, le rendait inapte à vivre sur cette Terre, don des dieux. Or, pour réaliser ses visées au grand dam des immortels aveugles ou égoïstes, Hadès avait besoin de serviteurs implacables et fiables. Je serais de ceux-là, car tel était mon destin. Telle était la raison de ma survie lorsque les flammes du bûcher m’avaient épargnées. En tournant la dernière page de l’ouvrage, j’avais senti une conviction, une volonté étrangère, mais vite familière m’envahir. Tout devenait enfin clair, si simple. Un instinct primal venu des âges mythologiques venait de s’imposer à moi. Je hurlais. Un cri humain qui se mua en rugissement bestial, reptilien.
Lorsque je sortis enfin de la cathédrale, mon regard se posa sur le ciel voilé de nuages sombres. Je pris une profonde inspiration et savourais pleinement l’instant présent. Ma liberté, mon pouvoir, ma vérité. Je connaissais désormais mon identité et le chemin à prendre. Je perçus alors une énergie étrange. Puissante. Quel autre individu avait pu gagner ce lieu maudit ? Poussé par la curiosité, je gagnais le bois sombre et tombais sur une scène atypique. Un inconnu proche de mon âge venait de mettre à mal les gardiens de ce lieu avec autant d’aisance que j’en avais eu moi-même. Son aura atypique m’intrigua. Mais je n’eus pas le temps de l’observer davantage car il avait ressenti ma présence. L'espace d'un instant, je m'interrogeais toutefois : s'adressait-il véritablement à moi ?

Un ami… Ou un ennemi selon ta propre identité, voyageur. Il n’est pas commun de croisé un être vivant en ce lieu maudit. Viens-tu te repentir au sein de la cathédrale du seigneur Hadès ? Lui prêter allégeance peut être ?

Je m’avançais hors du couvert des arbres pour qu’il puisse entrevoir les traits de mon visage. Je n’avais rien à cacher. Et jusqu’à présent, rien à craindre.
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Lun 7 Avr - 22:23

Lieu maudit. Oui ce lieu était maléfique et la Mort était maîtresse de ce Monde. Alors trouver un homme sur le chemin avec un cosmos égal au sien ne fut pas pour le surprendre, sauf... Sauf que sa question était un signe qu'il était un nouveau venu lui aussi ! Ami ou ennemi ? La question ne manquait pas de sel à son sens, il n'avait jamais eut de bonnes intentions vis-à-vis du Sombre Monarque, mais, il était un sujet dévoué de la Dame des Saisons. Il avançait à son tour pour bien reconnaître les traits de son interlocuteur, ses pensées percutèrent à la vue de ce visage. Il l'avait déjà vu dans le passé sous une autre forme, ce sentiment était solide en lui et ses lèvres émirent un rictus en le regardant.

- Ennemi ou ami ? Je ne le sais encore... Je suis Caeron de Fragrance, Juge de l'étoile maléfique de la Noblesse, sous l'impulsion du Garuda des Hindoues ! Enfin... je devrai plutôt dire "étais"... Et toi, qui es tu Spectre ? Si tu peux te cacher aux simples Mortels, il n'en est pas de même pour moi... Je te laisse donc DIX secondes ! Dix...

Le compte à rebours était lancé. Caeron n'était pas ici pour tenter de jouer finement et allait directement aux affaires qui le concernaient ici bas. Dans le vent, dans une plaine où le soleil et la lune se côtoyaient au-dessus d'une aurore boréale. Un jeune homme aux longs cheveux blonds était assis sur un trône d'or à regarder les événements qui se passaient dans les abords du Mondes des Morts. Le regard encore vide, ses prunelles éclataient soudainement d'une lueur solaire, d'un cosmos doré évanescent. Père. Il regardait cela et voyait des lettres violacées parcourir son corps pour l'obliger à regarder cela, mais, c'est alors que certaines lettres prirent une lumière cosmique bien différente.

Neuf...

De l'autre côté de ce miroir, le regard de Caeron se fit un instant plus distant, comme regardant ailleurs. Il souriait et comprenait qu'enfin il se réveillait, sa main droite se leva alors lentement et se tendit en direction de l'étranger. Il fallait pousser le Spectre à se dévoiler, à donner son identité et même si Caeron avait quelques idées de qui il était exactement. Dans le doute, il valait mieux se tenir prêt à réagir rapidement ! Voici le premier psaume mon fils, apprends le. Marmonnant entre ses lèvres, il propageait des mots dans tout son cosmos jusqu'au plus profond de son âme.

- Spectre, je te conseille de me dire où se trouve la Dame des Saisons, la Grande Perséphone ! Sinon, je pense que je serai contraint de me débarrasser d'un jeune curieux qui omet de se présenter quand il arrive devant un étranger. Ce serait dommage, tu m'as l'air bien jeune pour te promener ici sans t'annoncer... Hadès a perdu bien des forces pour envoyer des jeunots devant moi ! Ou alors, tu es trop timoré pour parler avec franchise ? Décidément...

Direct et agressif, il espérait pousser le Spectre à passer aux choses sérieuses. Plus l'algarade serait violente, plus le jeune Mu sortirait du bois et prendrait sa place dans le concert des douze signes du Zodiaque. Fils ! Si tu es fidèle à tes serments, il va te falloir agir et vaincre mes propres pièges cosmiques !

Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Mar 8 Avr - 18:08

Je ne m’attendais pas à un tel accueil. L’homme étrange qui me faisait face semblait désireux de me provoquer, de me défier. Mon âge lui procurait un sentiment de mépris. Il me sous-estimait, consciemment ou non. Mais je fus aussitôt sur mes gardes. Selon ses dires, cet individu n’était pas n’importe qui. De manière factuelle, je devais bien admettre que l’intensité de son cosmos avait de quoi en remontrer à plus d’un. Mais j’étais bien incapable de prédire lequel de nous deux pourrait l’emporter dans un duel à venir. Le dénommé Caeron souhaitait donc connaitre mon identité. Pourquoi un tel acharnement ? Mon nom lui était donc aussi important ? Etrange… Je n’eus pas vraiment l’occasion de m’interroger plus avant. Le nouveau venu débuta un compte à rebours qui laissait bien peu de place à la surprise concernant ses intentions. J’étais en danger et nous le savions tout les deux. Sur mes gardes, prêt à tout mais encore hésitant, je l’entendis exiger que je lui révèle des informations concernant la reine des enfers : Perséphone. Je n’eus pas le temps de reconnaitre ne rien savoir concernant la divinité. Caeron franchit une limite qui me poussa à l’action. Les menaces, les bravades, les insultes, les moqueries sur mon âge ou mon apparence juvénile, je pouvais sans mal les entendre et en faire fi. Mais mettre en doute la réputation du seigneur Hadès, l’étoile qui avait guidé ma foi, mes pas, ma rédemption… Cela JE NE POUVAIS LE TOLERER !
Bondissant à la vitesse de la lumière, je réapparu à quelques centimètres du visage de Caeron. Mon souffle sur sa peau, je plongeais un regard glacial dans le sien. La plaisanterie était finie.

Misérable… Penses-tu m’effrayer avec ton décompte ridicule ? Tu insultes le seigneur Hadès devant moi et tu penses que je vais laisser passer cet outrage ? J’espère pour toi que tes rodomontades sont à la hauteur de tes capacités réelles car, dans le cas contraire, tu ne sortiras pas vivant de ce bois maudit.

Je concentrais toute ma force physique dans un seul coup de poing qui heurta son estomac avec une violence que je ne cherchais pas à retenir. Prenant appui sur mes jambes puissantes, je m’élançais pour le déséquilibrer et m’éloignais de quelques mètres. Pour ne lui laisser nul doute sur mes intentions, je me retournais grâce à mon élan tout en nimbant mes bras de flammes sombres, que je propulsais vers lui. La clairière fut aussitôt noyée par un brasier digne des pires cercles des enfers.

J’espère que cet assaut n’est pas trop timoré à ton gout, mécréant. J’ignore où se trouve dame Perséphone, mais tu ne devrais pas tarder à pouvoir demander davantage d’informations la concernant au passeur du Styx.

Je me doutais bien que cette offensive ne suffirait pas à me débarrasser de cet individu, mais je comptais lui faire ravaler ses insultes. Quitte à reprendre une discussion plus civilisée, s’il montrait la présence d’esprit de revenir sur ses propos outranciers à mon égard, mais surtout envers le seigneur Hadès.
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Mar 8 Avr - 20:48


Père, vous l'avez bien cherché...

Dans un océan de flammes noires, des morceaux de bois brûlé se relevaient en même temps qu'un pantin d'un temps passé. L'homme souriait en se tenant l'estomac, un trait de sang coulait de ses lèvres mais il n'était pas si affolé que cela malgré la situation. Son regard vide, une légère lueur cosmique aussi doré que le soleil à son zénith resplendissait mais l'homme se frappa étrangement sur la blessure qu'il venait de recevoir pour reprendre ses pensées. Son cosmos violacé et sombre resplendissait de plus en plus et il levait lentement sa rapière en direction de son adversaire du jour.

Quand un malheureux crie, l'Eternel entend,
Et il le sauve de toutes ses détresses.
L'ange de l'Eternel campe autour de ceux qui le craignent,
Et il les arrache au danger.
Sentez et voyez combien l'Eternel est bon!
Heureux l'homme qui cherche en lui son refuge!…
Des lettres de sang se formaient lentement sur la lame de la rapière, formant un psaume qui sortait de la lame pour s'enfoncer sur le sol. Telles des tentacules filiformes, les psaumes se propageaient dans le bois pour vivifier les flammes et leur donner une lumière vive et bleutée, une fragrance de l'océan se répandait même dans le bois à travers une légère brume qui se levait. Caeron s'approcha alors en prenant de son sang sur la plaie infligée par l'inconnu et il le transforma en serpents qui se lovèrent vers lui à grande vitesse.

Les psaumes entourèrent alors les serpents pour enserrer le Spectre dans leurs constrictions. Un froid rapide commençait déjà à limiter ses mouvements et il ne ferait pas les mêmes gestes sans connaître de lourdes douleurs à chaque pas, les psaumes suivaient la loi divine et personne ne pouvait les contrarier, ils étaient la voix des Dieux. Pliant les genoux à une vitesse incroyable, l'ancien Juge des Enfers bondissait à son tour sur lui pour le transpercer de sa lame dans l'épaule. Quelque chose avait dévié manifestément son coup et il ne s'était fallu que de quelques centimètres pour éviter une mort rapide et sans douleur...

C'est à ce moment là que le regard de Caeron se fit plus doux, plus protecteur. Ce regard doré et intense observait la plaie qu'il venait d'infliger et retira la lame rapidement pour s'écarter de quelques mètres. Pendant un bref instant, l'ancien Spectre n'avait plus été présent, laissant la place à son fils sans qu'il ne s'en rende compte lui même. Dans son âme, le cosmos de son hôte avait détruit les chaînes psalmodiques pour agir afin de sauver cet inconnu. Mais il était encore trop faible pour agir véritablement sur le cosmos de son père qui était encore maître du futur chevalier d'or du Bélier.

Huit...

La parole suivante ne laissait plus de doutes. Le compte à rebours continuait implacablement son office. Les serpents d'ombre mordirent alors la chaire du Spectre pour inoculer du Vif Argent, une sorte de mercure au propriété alchimique crainte par bien des ennemis de l'ancien Juge. Son cosmos retrouvait toute sa vigueur. Concentrant les flammes encore éparses du Spectre, il projeta une sphère enflammée sur lui en sachant que cela ne fera pas de dégâts vu la chaleur de son cosmos.

Spectre ! Je ne vais pas retirer le moindre mot ! Si tu estimes que Hadès est juste et bon, ainsi soit-il, mais sa vertu est-elle rédemptrice ? Je ne le crois pas, la seule chose qui vaille est de permettre à la vie de continuer son cours selon les temps de l'histoire... Le passeur du Styx ? je peux te retourner le compliment ! Tu dois savoir que je le connais certainement mieux que toi... Alors dis moi Spectre, quelle est ta voie ?

La question était posée !

Sept...
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Mer 9 Avr - 18:12

La situation prenait un tour dangereux. Je venais de me faire prendre de vitesse comme le premier squelette venu et le prix risquait d’être à la hauteur de mon insouciance… Ce Caeron n’était pas n’importe qui. Mon coup l’avait blessé, sans aucun doute, mais cela ne m’empêcha pas de se ruer sur moi, avec sa maudite rapière braqué sur mon cœur. Il s’était arrangé pour que je ne sois pas en mesure d’esquiver. Je sentis le temps se figer en une certitude : je n’aurais pas le temps de détruire les entraves qui m’enchevêtraient et d’esquiver son assaut mortel. Alors que je me préparais déjà à rejoindre le seigneur Hadès pour un aller simple, Caeron manqua sa cible de façon totalement inattendue. Certes, entre la pression que mon corps subissait et la morsure de sa lame, la douleur me submergeait dans une étreinte à peine supportable, mais j’étais bien vivant. Je ne perdis pas longtemps à m’interroger sur ma bonne fortune. Ce mécréant allait vite regretter sa maladresse. Les flammes qui coulaient dans mes veines commençaient déjà leur sinistre office en stoppant les effets du poison que Caeron m’avait inoculé. Pour combien de temps ? Je n’en savais rien mais cela n’avait aucune importance. Le feu que l'impudent me projeta me blessa mais dans mon orgueil. Le regard combatif, je rassemblais mes forces et bandais mes muscles avant de laisser exploser mon cosmos et mon désir de vaincre.

Un hurlement reptilien jaillit de ma gorge et balaya les entraves en même temps que les arbres aux alentours. Des gerbes de flammes commençaient déjà à dévorer la végétation proche alors que je reportais mon attention sur mon adversaire.

Le monde des hommes est profondément injuste. Les pires individus écrasent les faibles, dont l’existence n’est que souffrance. La mort seule apporte l’égalité entre chaque homme. Qui d’autre que le seigneur Hadès peut engendrer une paix universelle ? Oui, pour moi, mon dieu représente la bonté et la justice, ne t’en déplaises. Ton avis m’indiffère. Je n’ai nulle envie de parler philosophie avec un être tel que toi…

Sans même y prendre consciemment part, je sentis une paire d’ailes enflammées se déployait dans mon dos. Par un claquement sec dans l’air, je me propulsais à toute vitesse sur mon adversaire, tel un oiseau de proie ou un phénix des temps jadis. Je le heurtais à chacun de mes passages en me régalant de la montée de pouvoir qui commençait à saturer mes sens. Je perdrais totalement le contrôle si je ne bridais pas mes capacités innées. Lorsque je me décidais enfin à poser de nouveau pied à terre, je pris le temps de dévisager Caeron. Que me couter le fait de lui dévoiler mon nom ? Rien. Mais une voix dans mon esprit en faisait une question d’honneur.

Ma voie… est celle de la victoire… Par la violence lorsqu’on me pousse à bout, comme tu es en train de le faire ! Je te le répète donc. J’ignore où se trouve dame Perséphone, je ne peux donc te le révéler. Retires toi bien gentiment ou je ne retiendrais plus mes coups.

De manière instinctive, je percevais cet individu comme un défi à surmonter, et non comme un véritable ennemi. Je souhaitais presque qu’il ignore mon avertissement. Pour pouvoir lui dévoiler ma nature. Ce qu’il semblait désirer lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Mer 16 Avr - 17:35

Les coups pleuvaient comme des bombes explosant autour de lui. Il chancelait et courbait l'échine pour ne pas tomber, son corps ne tenaient plus qu'à un fil mais quelque chose émanait de lui. A chaque charge de son ennemi, il fit quelques pas en avant la tête baissée. Sa longue chevelure blonde changeait de couleur, le mauve se répandait dans chaque cheveu comme si quelque chose s'inscrivait dans chacun pour l'éternité. Alors qu'il ouvrait les yeux, ses prunelles avaient retrouvé leur éclat bleu ciel et mélancolique. Le cosmos de caeron n'avait plus de place, comme si l'homme qui était venu cherché Perséphone n'était plus là. Seul le corps semblait dégagé une faible lueur de vie, quelques gouttes de sueur perlaient sur son front comme un signe de survivance face à la fournaise.

Sa main se levait lentement tel un automate pour effleurer le sang qui coulait à ses lèvres. Il le prit et en levant sa rapière écrivit quelques mots en latin :

HOMO OPTARES
La rapière se fissura comme du cristal doré et voletait au dessus de sa paume de la main comme des planètes autour d'une orbite. Dans le regard du jeune homme, des lettres violacées disparaissaient lentement pour laisser cette lueur solaire illuminée ses iris. Ils se levèrent alors sur son ennemi et sa mélancolie laissait place à un certain respect.

Je ne te pousserai pas à bout Spectre ! Tu m'as permis de trouver ma voie en quelque sorte, l'héritage de mon père est dans cet amas cristallin qui est suspendu au-dessus de ma main... L'ancien Juge des Enfers, Caeron de Fragrance, est désormais dans mon âme. Par ses mots, il m'a donné le dernier souffle de ce qu'il savait de son art psalmodique ! Je suis déçu que tu ne te sois pas présenté mais il est vrai qu'on se connait pas, enfin que tu ne me connais pas serait plus exact...

Levant sa main au ciel, les fragments cristallins de sa rapière partir vers le ciel à très grande vitesse. Rapprochant les paumes pour les mettre face à face devant son torse, un cosmos doré s'échappa de ses doigts pour former un amas stellaire semblable à la naissance d'une étoile. Le monde semblait naître entre ses paumes et il leva les mains au ciel pour envoyer cet amas d'étoiles naissant dans un endroit inconnu. Alors que les flammes tentaient de le frapper et de le lui lécher la peau, son regard les fit ralentir et repousser subitement.

Je me nomme Mu de Fragrance, fils de l'homme que tu vies d'affronter et aussi fils des Atlantes, je n'ai pas de violence à te répondre... Juste que le temps n'est pas venu pour nous de nous affronter... Toutefois, j'aimerai connaître ton nom ? Entre hommes d'honneur, je pense que l'on peut dévoiler cette information... Sauf si les Spectres ont perdu même cela depuis les années passées...

Il fit quelques pas dans sa direction en laissant filtrer lentement un cosmos doré et incandescent, telle une étoile incandescente, elle brillait de toute sa splendeur et retrouvait une puissance nouvelle. Deux yeux apparurent peu à peu dans son aura pour laisser apparaître un Bélier d'or avec dans ses pupilles les lettres H;O. Le temps allait dire si le Spectre allait enfin baisser cette violence qui l'excitait, le temps viendrait où les deux hommes auraient une raison divine pour se battre sans craindre quoique que ce soit pour la paix précaire du monde occulte.
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Jeu 17 Avr - 18:13

J’écarquillais les yeux devant l’inefficacité de mes flammes sur mon damné adversaire. Sans réel mal, ce dernier rendit inopérant mon assaut. Je me préparais déjà à une fulgurante contre-attaque de sa part mais un changement physique me laissa perplexe. La chevelure de Caeron changea de teinte sans raison en un instant. Son cosmos même se mua en une toute autre énergie. Je n’avais plus du tout le même homme en face de moi. Etais-ce une ruse ?! Au vu des explications de mon interlocuteur, ce n’était pas le cas. Ainsi donc, je me trouvais face au fils de l’ancien juge. Un héritier des antiques Atlantes… A la vue du bélier doré qui jaillit de son aura, je pus me faire une idée de sa nature. Quelle folle ironie. J’aurais probablement dû poursuivre ce combat, uniquement en raison de nos divinités respectives et du conflit éternel qui les opposaient. Et pourtant, mon cosmos retrouva une certaine retenue. Toute violence ou colère s’évapora de mon regard. Le fils n’avait pas a payer pour les provocations de son père.

Je dois dire qu’on ne croise pas tous les jours un homme à l’identité changeante. Mais tu n’as pas à subir ma rivalité instinctive avec ton géniteur. Entre juges des enfers, nous sommes rarement tendres. Tu l’auras peut être deviné, chevalier d’or du bélier, je suis Rhadamanthe de l’étoile céleste de la violence.

J'espérais ne pas me fourvoyer en le gratifiant de ce titre. Mais de ce que je savais des douze protecteurs d'Athéna, l'identité de ce Mü ne faisait que peu de doutes. Faisant fi de mon titre, annonciateur d’une éventuelle poursuite de l’affrontement, je m’avançais d’un pas lent vers le bélier et lui tendit la main dans un souci d’apaisement. Je ne saisissais pas tous les tenants et aboutissants de la situation que je venais d’observer, mais si comme je le pensais, le Saint était parvenu à vaincre l’esprit obscur de son père, je ne pouvais que lui témoigner un certain respect. Nous aurons tout le loisir de nous affronter dans des circonstances différentes et indépendantes de notre mutuelle volonté.

Appelle-moi par mon véritable prénom, si tu le souhaites. Je suis Arbhaal. Une jeune femme farouche m’a un jour appris à faire la différence entre les hommes d’honneur et les serviteurs des dieux que nous sommes. Même si notre devoir et notre destin passeront avant tout, il n’est pas interdit de se rappeler de notre statut d’humain. Le respect, l’amitié même, ne sont pas proscris entre adversaires.

Tout est étant sincère dans mes propos, je brûlais de curiosité sur la réelle raison de la présence de ce Saint en un tel lieu. L’esprit de son géniteur cherchait-il dame Perséphone dans l’espoir qu’elle lui permette de garder le contrôle du corps de son fils dévoué à Athéna ?

J’aimerais comprendre… Caeron est-il définitivement mort ? S’était-il emparé de ton corps ?
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Jeu 17 Avr - 18:58

Un sourire bienveillant aux lèvres, Mu acceptait avec plaisir la main tendue. Le juge de la Wyvern, son père l'avait rapidement deviné par l'atavisme des héros des grandes factions de ce monde, des traits caractéristiques apparaissaient alors aussi bien dans le comportement que dans l'apparence. Il était si vrai que l'Humanité des combattants ne devaient pas s'oublier, malgré les errements des devoirs et des charges qui incombaient aux gardiens séculaires de leur sanctuaire respectif. Les questions du Juge étaient légitimes d'une certaine manière et il entrait dans un cercle restreint de personnes connaissant son secret... Ses pensées une fois plus en ordre, il prit la décision de lui répondre sans faux semblant.

Hmmm... Par ou commencer ? Premièrement je suis enchanté de te connaître et tu as raison, comme mon père, je pense que l'honneur de notre rang nous demande un certain respect, et même si on ne suit pas du tout la même philosophie ou paradigme si on veut aussi... Donc enchanté cher Arbhaal, ton nom me fait rappeler ce dieu ancien que les antiques vénéraient dans tous les ports de la Mare Nostrum !

La dernière question était plus difficile. En fait, le chevalier d'or n'avait aucune réponse adéquate, Caeron était bien là mais faisait en même temps parti de lui. Son âme n'était plus comme avant, il avait gagné les connaissances et une partie des pensées de l'ancien Juge et le cosmos violacé de son père avait pris possession de lui au point de changer la couleur de ses cheveux. Silencieux un moment avant de répondre, ses doigts enroulaient quelques cheveux en les fixant dans le vague.

Mon Père... Il est mort depuis longtemps, seule son âme voyageait entre deux mondes depuis que l'orbe de l'automne, cadeau de dame Perséphone, avait influencé son destin. Il a donc été mon autre mentor avec le chevalier Shion ces dernières années, j'ai appris toutes ses techniques et ses pensées... Donc oui il est définitivement mort depuis que mon âme a "absorbé" son esprit. Je n'ai pas changé... Disons que mon père m'a donné son ultime héritage en prenant mon corps pendant ces deux derniers mois, j'étais juste le témoin des événements... Son cosmos est désormais une partie de moi même...

Hésitant, le regard un temps fuyant, il ressentait la chaleur de son père dans son coeur. Il avait posé la main sur sa poitrine en pensant à lui. Dans un sens, son père vivait à travers lui. Ses yeux reprirent leur teinte mélancolique et fière, ils fixaient le regard du Juge en tentant de comprendre pourquoi un homme d'une telle valeur avait rejoint les Enfers... Les dieux étaient parfois bien moqueurs.



Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Jeu 17 Avr - 20:49

J'écoutais cet homme avec la plus grande attention. De par son physique, son cosmos ou ses traits, il semblait un être bienveillant, et ce constat me fit mal. J'avais été ainsi moi aussi... Voilà encore peu de temps. Mais le destin m'avait tiré vers une autre direction que la lumière. Machinalement, mon poing se crispa. Non. Je ne devais pas faiblir. Pas maintenant. Par souci de donner une apparence de décontraction, je passais ma main dans mes cheveux avant de rendre un sourire compréhensif à mon interlocuteur.

Enchanté également de rencontrer un homme tel que toi, Mü de Fragrance. Au vu de l'héritage que tu portes, je suis admiratif devant le chemin que tu as su prendre. Ce choix témoigne d'une grande force d'esprit et de conviction.

A la mention des origines de son propre prénom, Arbhaal se laissa brièvement replonger loin en arrière. Son regard se perdit dans les brumes d'un passé révolu.

Ma famille portait le fardeau d'une longue, très longue histoire. Nos origines se sont perdus dans la nuit des temps mais nous possédions certains repères nés des générations précédentes qui avaient connu des jours meilleurs. Selon nos légendes tout du moins...

Assez. Inutile de tâter une plaie refermée mais encore douloureuse. Plus de famille, plus de racines. Juste mon avenir.

Je suppose donc que l'amour d'un père peut surmonter les différences fondamentales de point de vue. Ton géniteur n'était pas un tendre, au vu de ses coups. Mais pourtant s'il a été capable de vouloir te léguer une partie de sa force, il devait sincèrement tenir à toi.

Mon regard se voila d'une sévérité, d'un sérieux susceptible de mettre mon vis à vis sur la défensive. Je tenais à ce qu'il comprenne un élément important auquel il n'avais probablement pas porter attention. Je sentais bien qu'en agissant de la sorte, j'outrepassais mes droits et qu'un sévère rappel à l'ordre pouvait s'abattre sur ma personne mais qu'importe. Devenir juge n'avait pas fait de moi un monstre sans coeur pour autant.

Je tiens à te mettre en garde. Si tu recèles en toi l'âme ou une part du cosmos de Caeron, le seigneur Hadès ou le nouveau juge du Garuda ne pourront te laisser en paix. Tu seras traqué et mis à l'épreuve jusqu'à ce que tu en viennes à renier ta déesse et tes idéaux. Et si tu t'obstines, le Cocyte deviendra ta dernière demeure.

Je détournerais alors le regard pour observer les frontières obscures de la forêt des morts. Ma voix devint un simple murmure.

Je ne trahirais pas ton secret. Crois le ou non, c'est par amour que je me suis damné. Je respecterais donc la chance que t'a offerte ton père. Qu'il l'ai fait de bonne volonté ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Ven 18 Avr - 1:03

Ecoutant "religieusement" les paroles de la Wyvern, Mu ne l'interrompit pas et prit note de quelques éléments pour le futur. C'est vrai que si son père était en lui, il possédait de fait des informations et aussi des savoirs que les Spectres n'apprécieraient pas dans des mains ennemies, surtout qu'il connaissait la magie des Psaumes ! Cet art était contenu dans le livre même qui avait permis de tout apprendre sur le pouvoir des mots... Mais... Si une personne avait du hériter de ce Livre, c'était certainement le nouveau Garuda mais cela il le savait pertinemment ! En effet, Caeron avait été le voir peu de temps avant de venir ici pour mettre les choses au point. Silencieux, le jeune chevalier gardait cette donnée dans un coin de sa tête, il avait promis de garder cette discussion secrète. Cela n'empêchait pas d'apprécier le nouveau Juge des Enfers, mauvais comme une brique, aussi violent que les flammes des Enfers mais Droit et Honnête dans son tempérament. Loyal à son maître par dessus tout.

Une chose avait aussi attiré son attention. Le Juge semblait avoir aussi un héritage compliqué à gérer et cela les rapprochait sur ce point. Chacun avait eut son lot de pain noir et il fallait parfois dépasser les querelles antiques pour savourer un bref instant un moment de quiétude. Cela était donc un plaisir de voir que l'on pouvait au moins discuter, même si c'était le plus discrètement du monde...

Je te remercie Juge pour tes conseils... Je reconnais bien là ta valeur et ta droiture, mon père tout comme moi suivons un chemin semblable en quelque sorte ! Reste que je sais parfaitement que les Enfers pourraient me tomber dessus quand il sauront cette information, - ils le savent peut-être déjà - et je veillerai à me défendre des attaques de mes ennemis pour la gloire de ma Déesse. Et pour finir, n'oublies pas que mes souvenirs sont aussi ceux de mon Père, je connais les Enfers mieux que quiconque...

La gorge de Mü se libéra d'un rire salvateur à la fin de sa dernière phrase. Il devait s'avouer du côté cocasse de la situation. Personne n'avait à rougir de cela mais cela le faisait rire de bon coeur. L'esprit serein, il ferma les yeux en se reprenant et posait une question qui lui trottait dans la tête...

Hmmmm... Tu viens de te réveiller n'est ce pas ? Comme tu ne portes pas ton surplis si proche de l'entrée des Enfers, je vois que ça... Si je peux te donner un conseil en contrepartie, tu dois te méfier de tes congénères... En effet, mon père s'était énormément pris la tête avec des Spectres qui n'avaient d'honneur que le mot... Je pense que tu risques souvent de te prendre la tête avec eux mais une chose est sûre, ne baisses jamais la tête ! Les Enfers te forceront à douter de ta voie, c'est ainsi et crois moi que j'en connais quelque chose...

Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Ven 18 Avr - 21:05

Un avertissement en appelle un autre. Mû ne sembla pas particulièrement étonné par la teneur de ma mise en garde. Hérité des connaissances, des sentiments, des souvenirs d’un juge des enfers revenait à se placer une cible sur le front et le chevalier d’or du bélier en avait conscience. Je savais que ma prévenance pouvait me desservir si un spectre venait à l’apprendre. Le seigneur Hadès pouvait me punir pour trahison. Mais je ne regrettais en rien mes paroles. En écho à mes pensées, Mû m’adressa un avertissement concernant la dure loi des enfers et des rivalités entre spectres. Je lui répondis par un sourire désabusé.

L’amitié ou la confiance n’ont aucune place en Enfers. Nous sommes des prédateurs et bien peu de spectres connaissent la notion même de pitié. Mais je ne compte pas perdre mon âme pour autant. Effectivement, mon éveil en tant que juge des enfers est très récent mais je pense savoir ce qui m’attend.

La découverte de ma véritable identité avait été un choc profond. Mais pas une réelle surprise. J’étais l’un des trois légendaires juges, connus et craints par tous les mortels. Nul ne pouvait échapper à notre influence car tous finissaient par périr, qu’ils soient humble paysan ou puissant chevalier d’or. Je ne percevais pas mon rang comme un fardeau ou une source d’inquiétude. Bien au contraire, j’étais gagné par une certaine sérénité. Je savais où j’allais et je comptais bien préserver mon but ultime. Qu’importe la damnation. Qu’importe si je devais évoluer dans un nid de serpents.

Que vas-tu faire maintenant que tu as retrouvé la pleine maitrise de ton corps ? Regagner le sanctuaire d’Athéna je présume ? Si j’en crois mes lectures, tu es le premier des gardiens. C’est un rôle difficile et périlleux.


J’ignorais encore l’ampleur des forces des Enfers et du Sanctuaire d’Athéna. Mais en cas de guerre sainte, Mû serait le premier à tenter de stopper l’assaut des envahisseurs. J’imaginais ce jeune homme sur le parvis de son temple, attendant notre arrivée. Je devrais alors le combattre. Et cette idée me peina même si je savais que nos destins étaient ainsi figés.
Revenir en haut Aller en bas
Beshter


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 298

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
166/180  (166/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   Ven 18 Avr - 23:19

Retourner au Sanctuaire. Cela laissait songeur le jeune homme et il n'avait même pas de réponse sur le sujet. Il avait rencontré trois chevaliers d'or aujourd'hui disparus, il avait disparu pendant près de deux mois de façon inexplicable après les affaires de l'Ile de la Reine Morte. Néanmoins, cela n'allait pas l'empêcher d'aller vers là ou les Etoiles le guideraient et le plus sûr chemin était celui du premier temple du Zodiaque. Là bas, une armure d'or l'attendait et son cosmos solaire était un signe qu'elle l'avait adoubé en quelque sorte. Il ne répondit pas immédiatement et regardait autour de lui en se rendant compte qu'il était pas dans le meilleur pays du monde en ce moment. Des cadavres en putréfaction, des odeurs nauséabondes, des mouches en train de se nourrir sur les quelques restes... Ouais, il allait pas rester ici longtemps de toute façon.

En effet Arbhaal, je vais partir pour mon temple et prendre en main mon devoir, tout comme toi je suppose ! Sache que si nous nous revoyons, pour nous préserver de questions indiscrètes, je t'appellerai simplement par ton nom d'origine : Radamanthe. Je te souhaite tout de même de garder cette part d'Humanité, crois moi que tu vas être tenté de tomber de plus en plus dans la sauvagerie ou le pire des sadismes... Je ne te dis pas Adieu mais simplement Au Revoir !

D'un geste de la tête, Mu le remerciait pour cette rencontre et aussi pour son esprit honorable et chevaleresque face à son "ennemi". Là, un bref instant, un cosmos noir et violacé se montrait dans son regard et le remerciait aussi à son tour. Oui, Caeron continuait de veiller sur son fils mais de l'intérieur si on pouvait dire. Autour du poignet du Juge, une série de psaumes se marquèrent tel un tatouage mystique. Pour la dernière fois peut-être, il reprenait la parole face au Juge !

Adieu Juge de la Violence ! Ton honneur et ce que tu as dit me plait, mon fils tout comme moi on ne t'oubliera pas... je vais m'endormir pour toujours, face que je ne doive pas me réveiller lors de notre prochaine rencontre. Je viens de te marquer de mon psaume, tu n'auras qu'à le déchirer par ton cosmos si tu souhaites me revoir en terrain neutre, mon fils entends cela de même et se fera un honneur de me laisser combattre si tu le désires.... je suis un fantôme d'un passé pas si lointain mais j'aime revoir - parfois - des gens de ta trempe...

Se retournant avec le regard à nouveau mélancolique, le cosmos doré prenait une certaine force avant de disparaitre ! Caeron s'était endormi dans son âme pour toujours, enfin il se réveillerai seulement pour des hommes qui ne valent la peine !

Adieu Juge !



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1755] Naissance et mort des étoiles ! (Arbhaal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-