RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Un regard en arrière. Un pas en avant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noir


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 28

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Un regard en arrière. Un pas en avant    Sam 10 Mai - 3:29

Il y arrivait enfin, vers cette terre que son père ne lui avait que trop longtemps promise. Elle s'étendait devant lui, puissante et fière, ardente et violente, semblable aux guerriers qui vivaient en son sein. Défenseurs de la justice, et de la paix. Pour les conservaient toutes les deux, ils n'hésitaient pas à tuer. Paradoxe. Tout n'était que paradoxe. Un frisson d'excitation parcourut son échine, remontant le long de son dos jusque dans son cou. Il frissonna légèrement, secouant la tête pour se débarrasser de cette sensation étrange. Il n'aurait su si s'était lui ou son jumeau qui avait ressenti ce sentiment...

Sa Cloth Box sanglé dans le dos, il arrivait en vue des premiers faubourgs de Rodorio, le dernier village avant le Sanctuaire, la dernière barrière entre les hommes vénérant les Dieux, et ceux possédant leurs pouvoirs. Il formait un peuple farouche, et qui malgré les attaques constantes des ennemis d'Athéna contre lui, il n'avait jamais abandonné sa Déesse protectrice et tutélaire. Il eut un rictus de mépris. Le voilà en train de ressortir les leçons de son père...Il fit encore quelques pas, puis finit par s'arrêter. Il se souvenait d'une chose. Tout Chevalier pénétrant au Sanctuaire se devait de porter son Armure.

Il déposa sa Cloth Box sur le sol, se débarrassant des effets superflus qui lui avaient été nécessaire pour son long voyage depuis son Angleterre natale, depuis sa lointaine Albion. Peut-être retournerait-il un jour en ces terres, mais il n'en ressentait nullement l'envie pour l'instant. Il n'avait plus aucune attache là-bas, hormis celle du sang et des cris. Raison supplémentaire pour lui de ne jamais y retourner. Revenant au présent, il donna un léger coup de pied à la boite posée devant lui, en faisant tomber les rabats qui renfermaient son Armure.

Il l'observa un moment, scintillante sous la lumière du soleil couchant, ses deux visages aux expressions différentes mais également si semblables. Il tendit une main vers elle, l'effleurant du bout des doigts. Elle semblait si froide et si brûlante à la fois. Si ténébreuse et si lumineuse...

Viens à moi...Viens à nous...


L'Armure vibra, alors que les pièces se détachaient avant d'épouser la forme du corps de Noir. A mesure qu'elle l'habillait, à mesure qu'il la faisait sienne une nouvelle fois, il sentait sa puissance endormie se réveillait, son Cosmos ensommeillé se répandre de nouveau dans chaque fibre de son corps. Il serra ses poings gantés, appréciant leurs forces, appréciant ce qu'ils lui permettraient de faire à l'avenir. Le sourire qui se dessinait alors sur son visage se figea soudainement. Il ferma les yeux, se prenant la tête entre les mains. Sa volonté faiblissait alors que l'autre prenait place. Comment avait-il pu être si stupide ? Lui qui d'habitude repoussait toute forme d'émotions, lui qui pensait avoir le contrôle de sa psyché...

Un dernier tremblement, et il s'évanouit...

Quelle délicieuse sensation ! Cette place qui était la sienne ne lui avait jamais convenu. Il avait toujours vécu dans l'ombre de son frère, depuis que son idiote de mère l'avait tué en voulant le mettre au monde. Il avait vu son jumeau gagner en force, se nourrissant de son Cosmos en développement pour lui aussi goûter à cette toute puissance. Il savait qu'il aurait encore besoin de lui pendant un certain temps, mais un jour, ce corps n'appartiendra qu'à lui et à lui seul. Et il en serait de même pour cette armure.

Alors qu'il pensait l'avoir repoussé, il sentait déjà l'esprit de Noir revenir. Il eut un rire moqueur devant la colère qu'il ressentait chez son autre lui.

Tu es si colérique...Mère ne t'a jamais appris qu'il fallait partager ses jouets ?


Pour toute réponse, une vive douleur transperça son crâne. Il devait bien se résoudre à l'admettre, la volonté de son frère était impressionnante, et la sienne, beaucoup trop fragile. Pour l'instant. Il sentait qu'il perdait de plus en plus le contrôle, alors que ses bras retombaient mollement le long de ses flancs. Sa vue se troublait, mais quitte à s'endormir une fois de plus, il n'allait rien faire pour lui faciliter la tâche.

Tu ne pourras pas éternellement me repousser, Noir. Une nouvelle secousse le fit mettre un genou au sol. Je serais toujours là, toujours. Tant que tu aurais besoin de moi, autant que j'aurai besoin de toi.
Raaah !


Le cri de son frère résonna, alors qu'une légère explosion de Cosmos retentit. Aussi infime soit-elle, elle ne passerait sans doute pas inaperçue pour les autres Chevaliers. Noir revenait à lui, se relevant doucement, un rictus de colère déformant ses traits. Il posa une main sur son cœur pour en calmer les battements, faisant retrouver à sa respiration un rythme plus régulier.

Tss...Tu me le paieras...


Il finit de se relever, calmant son Cosmos, alors qu'une silhouette apparaissait déjà au loin. Et vu l'éclat de son armure, il devait sans doute s'agir d'un Chevalier d'Or...
Revenir en haut Aller en bas
Signun


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 1023

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un regard en arrière. Un pas en avant    Mar 20 Mai - 17:44


N'ayant pas vraiment le cœur à ça, pourtant, il s'exécuta. Éléonore avait finit par faire pression sur lui et il fut contraint de s’exécuter. Le chantage était énorme, surtout qu'il n'y avait nul échappatoire : non seulement la femme refuserait catégoriquement de lui faire à manger, mais en plus elle limiterait sa bourse pour l'empêcher de se faire un festin au village. Comme quoi, quand une femme veut forcer son maris à faire quelque chose, il suffit de le prendre par les sentiments et nul dieux ou déesses ne peut s'y interposer.

Signun n'est pas spécialement un homme gourmand, c'est juste qu'il aime bien manger. De ce fait, le saint ailé n'eut d'autre choix que de tenir sa promesse en allant raconter aux orphelins de Rodorio une de ses aventures ainsi vêtu de son armure. Car oui, il portant la resplendissante armure aux ailes d'or, la seule parmi les 88 d’origine à posséder cet artifice la rendant ainsi unique à plus d'un titre. Seul le saint de l'Adamantine possédait également des ailes à son armure, mais ses origines en sont douteuse et l'habit n'est pas répertorié dans les archives du sanctuaire.

Terminant le récit d'une de ses aventure, une de celles qu'il avait vécu en Asgard et qu'il fut confronté au terrible guerrier de Poséidon répondant au nom de Haïken, Signun ressentit une explosion de cosmos. Ce n'était pas loin, au sein même du village. Il y avait de la violence, mais pas assez puissante pour vraiment être le signe d'une attaque. Nul doute que le reste de la chevalerie aurait ressenti cette aura, mais étant le plus proche et se targuant d'être le saint le plus rapide du sanctuaire, le sagittaire se décida d'aller voir de quoi il en retournait.

Alors il sortit de l'orphelinat créé par les soins de Hiro, se dirigeant là où il avait ressenti une puissance inconnue. Ce qu'il trouva là bas valait bien le détour, une surprise qui laissa Signun un moment stupéfait, avant qu'un sourire chaleureux le vient se dessiner sur son visage. Visiblement, il avait à faire à un confrère chevalier d'or, celui du gémeaux à en juger par le design de l'armure. Le protecteur de la neuvième maison alla accueillir son homologue de la troisième maison.

    " - Salut à toi, chevalier des gémeaux. Je me nomme Signun, je suis le chevalier du sagittaire, je suis heureux de voir un nouveau visage parmi mes compagnon d'arme. "


Lui fit-il en lui tendant la main afin de le saluer comme il se doit. Le saint ailé connaissait la réputations des chevaliers des gémeaux pour une tendance légèrement schizophrénique, mais il savait que ce ne serait pas trop le cas pour celui là même s'il semblait à première vue légèrement lunatique. Cependant il fit en sorte d'écarter les à priori, espérant que ce dernier serait bien plus sociables que la plupart des chevaliers d'or actuels.
Revenir en haut Aller en bas
Noir


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 28

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Un regard en arrière. Un pas en avant    Mer 28 Mai - 1:44

Il se releva en attendant, scrutant l'horizon, scrutant la silhouette dorée qui s'y dessinait. Fronçant les sourcils sans réel raison hormis un reste de colère, il perçut une paire d'aire angélique qui se rapprochait de lui. Restant immobile, il laissa le nouveau venu venir jusqu'à lui, s'assurant que son frère avait retrouvé la place qui était la sienne, celle tapis au plus profond de son âme, et que seule sa voix, distante et vaine, serait en mesure de se faire entendre par lui seul. Il ne pouvait se permettre de perdre ainsi le contrôle devant un autre Chevalier d'Or.

L'inconnu finit par se dévoiler à ses yeux, paré de son armure complète. Un sourire chaleureux était dessiné sur ses lèvres, et Noir fit de son mieux pour paraître le plus amical possible. Il n'était pas quelqu'un de très sociable, et sa solitude de ses dernières années n'avait pas arrangé cet état de fait. Néanmoins, il ne serait plus seul désormais. Il avait des compagnons, des frères d'armes aux côtés de qui combattre. Ils verseraient leur sang ensemble. Et il les regarderait mourir. Les liens n'étaient riens pour lui, seulement un moyen, un outil, pour atteindre son but. Le seul qu'il possédait était la haine et l'amour qu'il éprouvait pour son frère. Tout le reste était inutile.

Le Chevalier se présenta à lui. Puis lui tendit une main amicale. Alors, doucement, avec une légère tension dans le geste, il serra sa main dans la sienne. La retirant un peu trop vite, comme-ci ce contact fugace l'avait dégoûté, Noir retrouva vite sa contenance, fixant de son regard bleu les yeux du Sagittaire.

Je m'appelle Noir. Et comme tu l'as remarqué...Chevalier d'Or des Gémeaux.


Il marqua une pause. Il avait une multitude de questions à lui poser, et il était presque heureux d'avoir rencontré un Chevalier avant d'entrer à promptement parlé dans le Sanctuaire. L'inconnu avait sa part d'attrait, mais ce lieu n'en faisait pas parti. Il voulait en apprendre le plus possible. Évaluer une première fois les obstacles qui se dresseraient à l'avenir sur sa route.

Dis-moi...Signun, c'est bien cela ? Qu'en est-il de la situation au Sanctuaire ?


Il fit en sorte que sa voix paraisse la plus courtoise possible, ne forçant pas non plus son ton, pour éviter que celui-ci ait l'air tout sauf naturel. Il dépassa le Sagittaire de quelques pas, regardant la Statue d'Athéna qui se dressait au loin, magnifique et solitaire, un phare de lumière dans un océan de ténèbres.

Athéna est-elle parmi nous ? Continua-t-il en se retournant légèrement vers son nouveau frère. Le Sanctuaire me semble...vide.


Il ne serait expliquer pourquoi il ressentait cela. Un abîme était née dans son cœur, quelque chose de noir, une tâche de néant. Le vide qu'il ressentait en regardant le Sanctuaire était l'écho de celui qu'il avait ressenti dans son cœur à mesure qu'il s'était approché de cette terre. Peut-être se trompait-il ? Il n'en savait rien. Il serra légèrement le poing, ré-assurant sa prise sur son fort intérieur, pour que le trouble qu'il ressentait ne se transforme pas en point d'ancrage pour son jumeau. Il se détourna du Sagittaire, reportant son regard sur la Statue de sa Déesse tutélaire.

Son père lui avait parlé de la résonance que les Chevaliers percevaient dans leurs armures quand leur Déesse les appelait à elle. Il ne se souvenait pas d'avoir ressenti une telle chose lorsque celle qui avait quitté son père était devenue sienne. Du moins, s'il résonance il y avait eu, son esprit était alors si embrouillé qu'il ne l'avait sans doute pas remarqué. A moins que cela ne soit le fait de son frère, mais il en doutait. Il s'était tenu tranquille depuis leur départ d'Angleterre. Du moins, jusqu'à aujourd'hui.

Finissant par détacher son regard du Sanctuaire, il reporta son attention sur le Sagittaire.

Je te prie de m'excuser. Ces réponses peuvent attendre. Et décidant de faire preuve de bonne volonté, il continua sur un ton qui se voulait plus...amical. Tu as peut-être plus de questions sur mon compte que je ne pourrai en avoir sur toi en ce moment.


Il lui adressa un signe respectueux de la tête, fermant furtivement les yeux, avant de le fixer de nouveau. Il se rendit alors compte qu'il avait inconsciemment relâché son attention,et ces secondes si infimes avait suffis à un murmure redondant de refaire son apparition. Il put presque voir un sourire mauvais se dessinait sur les lèvres de son frère, alors que ce dernier savourait la faiblesse de son jumeau.

Mon pauvre frère...Tu me déçois de plus en plus, tu sais ?


Noir l'ignora, restant concentré sur Signun tout en s'éforçant de renvoyer son jumeau dans les limbes de son esprit.

Tu ne pourras m'ignorer éternellement. Encore moins en étant aussi faible. Tu ne peux composer sans moi. Tu ne peux te déplacer, te battre sans moi. Tu ne peux vivre sans moi. Tu ne peux mourir sans moi.


Sa lèvre inférieure se pinça légèrement, alors qu'il finit par détourner une nouvelle fois le regard. Il espérait, qu'hormis un comportement quelque peu étrange, que Signun ne remarquerait rien de plus, laissant parler pour lui la réputation des Gardiens de la Troisième Maison. Mais il ne put empêcher que son regard ne soit envahi par la noirceur caractéristique de sa colère.

Pourquoi lui parles-tu ? Il n'est rien. Juste un obstacle sur notre chemin. Une simple pierre que l'on écartera d'un coup de pied. Il porta une main à son visage, feignant d'en enlever la poussière, alors qu'un mal de tête terrifiant s'emparait de lui. Ferme-là, prononça-t-il dans un murmure transpirant de haine. Un silence. Puis...Je t'aurai prévenu.


Et la voix disparut. Il ne savait pas encore pendant combien de temps il parviendrait à le maîtriser. Mais tant que sa colère restait la plus forte, son sursis se prolongeait.


Spoiler:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un regard en arrière. Un pas en avant    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un regard en arrière. Un pas en avant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-