RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Lun 19 Mai - 17:55

Deux semaines s’étaient écoulées depuis la rencontre frontale entre Kappa et ses compagnons et Pséma du Bélier Noir, et le chevalier du Verseau commençait à peine à se remettre de ses blessures, tout du moins physiques. Malheureusement, Il n’en allait pas de même concernant son état mental. Si les nombreuses épreuves qu’il avait rencontrées depuis qu’il était devenu chevalier l’avaient aidé à développer un mental d’acier, cela n’était pas toujours suffisant. Il s’estimait responsable de l’échec cuisant de l’opération de Tenochtitlan, et il doutait sérieusement de ses capacités de commandement, à présent. Ces doutes s’enjoignirent rapidement à une double mauvaise nouvelle qu’il apprit à son réveil après quatre jours de coma : Marcus avait décidé d’abandonner son armure. Il avait souhaité prendre une retraite bien méritée. Si Kappa l’avait déjà entendu plusieurs fois parler de cette vie qu’il pourrait avoir s’il n’était pas chevalier, il n’aurait jamais pensé que l’Aldébaran finirait par s’en aller aussi soudainement. Pire que tout, Mashia avait à présent disparu du sanctuaire et les rapports concernant sa position actuelle étaient contradictoires et peu concluants. Privé de deux de ses plus proches amis, le Verseau faisait face à une lutte intérieure aussi puissante que celle qu’il avait connue sept ans plus tôt.

Un puissant sentiment de lassitude et de solitude l’avait envahi depuis son réveil, et il se remettait sérieusement en question. La seule personne qui l’aidait réellement à maintenir le cap était bien entendu Ahina, mais elle était inquiète de l’état du chevalier. Irritable, distant, et semblant toujours perdu dans ses pensées, Kappa était plus que jamais en proie aux doutes…


Un vent frais et agréable caressait mon visage en cette douce matinée d’avril. A quelques marches devant moi, Leto trottinait doucement tout en s’arrêtant régulièrement pour me fixer d’un air inquiet. Lui aussi avait compris que quelque chose me rongeait, Mais que pouvais-je bien y faire ? Marcus parti, Corell, Dohko et Mashia disparus, il ne restait plus que Shion, Signun et moi pour tenir le cap au sanctuaire parmi les vétérans. Et étais-je seulement capable d’épauler militairement le grand pope ? Si je l’avais cru un bref instant, les évènements de Tenochtitlan m’avaient amèrement prouvé que j’avais tort, de toute évidence. Pséma était fort, très fort. Il avait tout prévu depuis le début, et je n’avais rien vu, absolument rien. J’étais à peine parvenu à sortir mes hommes de là, plus morts que vifs, et soyons clairs, cela était surtout dû à leur incroyable capacité à survivre en milieu hostile, pas à mon intervention. Pourquoi Marcus était il parti si subitement ? Son message était si peu clair. J’aurais donné cher pour prendre un bateau immédiatement et le rejoindre pour exiger des explications plus fournies. Malheureusement, la canne de bois sur laquelle je m’appuyais pour marcher et le bruit mât qu’elle faisait à chacun de mes pas en heurtant le sol de marbre me rappelait que ni mon état de santé, ni mes responsabilités ne me permettaient de m’abandonner à une telle fantaisie.

Couvert de bandages et pansements sur la jambe droite, le front, les joues, l’épaule gauche et les mains, je grimpais lentement et d’un pas mal assuré en suivant Leto d’un regard perdu dans les méandres de mes pensées. J’étais encore très faible, et mon visage encore blâfard et balafré en témoignait largement. Mais plus que tout, c’était mon regard éteint qui inquiétait le plus mon entourage. Enfin, après une montée qui me sembla interminable, nous parvinmes devant le temple du Capricorne, ce qui voulait dire plus de marches pendant un certain temps, et donc me permettre de reprendre mon souffle. Décidément, le chevalier d’or du Verseau faisait bien peine à voir, pensai-je dans un soupir avant d’aller m’assoir sur un banc de pierre à l’ombre d’un olivier d’où la vue dominait toute la vallée, le port et le village de Rodorio. Fatigué par la montée, et ravi que l’occasion se présente, Leto vint se coucher doucement à côté de moi à l’ombre, la langue pendante.

C’est alors que je le vis sortir de son temple, dans un état pire que le mien : Jara du Capricorne. C’était un miracle qu’il soit toujours en vie après les blessures qui lui avaient été infligées. Il était robuste, c’était certain… Et tout ça par mon incompétence. A nouveau, une puissante honte s’insinua en moi. Un sentiment de culpabilité qui me poussa à baisser les yeux au sol pour éviter soigneusement son regard. Peut être ne me verrait il pas et passerait il son chemin. Mais peut être pas. Auquel cas, il me faudrait faire face à mes démons intérieurs et parler de ce qui s’était passé avec lui…
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Mer 21 Mai - 21:45

Deux semaines. Déjà quinze nuits s’étaient écoulées depuis le retour des Chevaliers partis et Mexique et pourtant, la situation ne semblait avoir guère changée si ce n’est que Celsius et Mashia étaient partis. Depuis cette triste journée, le Sanctuaire était devenu bien maussade. Du moins, plus qu’à l’accoutumé. Il est vrai que Jara n’avait jamais été le mieux placé pour juger de l’ambiance générale de ce lieu saint qu’il s’efforçait de ne fréquenter que très peu mais tout de même. Le silence et un étrange deuil trônaient depuis la chambre du Grand Pope jusqu’à la maison du Bélier. Dohko…. lui aussi avait disparu. Le Pope Shion lui avait dit qu’il était en lieu sûr à présent mais jamais plus il ne le reverrait, c’était devenu une certitude pour le Capricorne que jamais plus son sourire n’illuminerait le Temple de la Balance. Il fallait s’y faire. La malédiction de Jara était toujours en route, jamais il ne pourrait connaître la joie de se lier à quelqu’un sans que les ombres des haillons de la Faucheuse ne viennent le lui enlever. Pour un ancien Saint aussi robuste que son maître, c’était différent mais le résultat était le même, encore un visage de moins et plus de place pour se lamenter dans son incompétence.

Tu parles d’un chevalier d’or…

Ces lamentations ne voulaient cesser. Pas si étonnant quand on y repense. Sous cette carapace de rigidité, ce n’était même pas –plus l’altruisme qui résidait mais juste un manque de confiance en soit qui étendait ses chaînes aux fils des heures, des jours, des semaines. Cette mission, cet échec fut un traumatisme pour tous et la situation avait radicalement changé depuis. En effet, aucune nouvelle du Saint des Poissons alors même qu’il partait combattre un ennemi invisible et il en était de même pour Mashia et Kappa… Kappa qui était dans le coma depuis tout ce temps. On dit que cela fait moins d’une journée qu’il s’était réveillé.

Jara avait un message à lui faire passer, une révélation de la plus haute importance selon le Mage des Ronces mais à chaque fois que l’Epéiste voulait enfin se rendre dans la maison du Verseau pour aller y voir son supérieur, un son rauque venu tout droit de sa gorge venait le bloquer. C’était celui de la honte, de la culpabilité. Kappa, qui avait mené cette mission avec brio avait finalement dû se retrouver à faire attention à l’enfant qu’était Jara à la place de compter sur lui comme un chevalier. Et dire que la Vierge s’était plainte d’être un fardeau… Les trois modèles qu’ils étaient avaient agi comme il le fallait alors même que le Roi d’Avalon était tombé.

Il était littéralement tombé puisque c’est durant ce duel contre ce mystérieux personnage qu’il trouva la mort. Ô oui, si les dons de Viviane et Héphaïstos ne l’avaient pas secouru, c’était sans aucun doute son cadavre qu’ils auraient dû ramener au Sanctuaire. Encore une fois, ce n’était même pas sa propre force qui avait réussi à le ramener à la vie. À ce rythme, ce n’était plus de la mélancolie qui jonchait les murs de son temple mais une réelle dépression.

Son œil de fauve se posa quelques secondes sur son bras droit, celui qui portait Excalibur. Il ne pouvait toujours pas le bouger, du moins très difficilement. De l’épaule jusqu’au bout des doigts, pas une parcelle de sa peau basanée n’était visible et pour cause, la flamme de sang qu’il avait dégagé dans le Yomutsu Hirasaka l’avait complètement brûlé. De même pour son flanc, la blessure semblait s’être seulement refermée et les saignements avaient cessés mais la douleur lancinante à chacun de ses pas restaient toujours aussi présente. En comparaison, les diverses coupures au visage et au dos n’étaient que des caresses à côté de ces deux maux les plus omniprésents.

S’il ne boitait pas, c’était bien dans ses yeux d’or devenu ternes que l’on y lisait la souffrance qu’il éprouvait mais chaque jour, il se forçait à marcher et c’est ce qu’il fit en voulant sortir de son temple afin de rejoindre celui du Shion. Quelle fut sa surprise quand il remarqua, du haut des marches séparant sa maison à celle du Verseau, Kappa, également habillé en civil. À ses côtés, il remarque un bâton ne pouvait qu’être une canne.

Ce même son rauque et sec apposa sa marque et une fine goute de sueur s’empressa de perler d’une de ses mèches d’ébène, retombant ébouriffée sur son front. Il ne pouvait plus faire marche arrière, il fallait mettre fin à tous ces mystères, à tous ces démons qui les tourmentaient. De plus, Jara avait fait un serment à Celsius et il se rappelait de chaque mot, de chaque parole qu’il devait dire. Même les noms, inconnus pour l’éphèbe oriental, restaient gravés dans sa mémoire. Et puis… il fallait que l’Elu de Makara sache. Il fallait qu’il sache dans quel état était Kappa et ce qui lui était arrivé. Ca aussi, c’était un devoir. S’il était vrai qu’il était un bien piètre Gold Saint, Jara devait au moins s’efforcer de passer pour un bon.

La mine impassible de toute émotion, il s’avança alors vers le vétéran, n’osant presque pas le regarder, il plongea finalement son regard perçant dans l’azur de Kappa et sans qu’il ne réfléchisse, il ne put prononcer que ces quelques mots, secs.

Tu es donc réveillé.

Le Dixième Gardien s’en mordait les doigts la seconde même où il avait proféré ces paroles. Devenir marbre était donc devenu une habitude si pesante pour lui ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Jeu 22 Mai - 17:03

Bien que fixant le sol, je sus immédiatement que non seulement le Capricorne m’avait vu, mais qu’en plus il avait décidé d’engager la conversation. Que je le veuille ou non, j’allais donc me retrouver confronté à l’un des saints qui avaient failli mourir par ma faute, et cela ne me rassurait pas vraiment. Le bruit de ses bottes métalliques foulant le marbre m’indiqua qu’il se rapprochait, et il n’était pas difficile de constater que son état était pire que le mien. Jara avait vraiment beaucoup souffert lors de notre mission. Je finis par relever la tête et par le fixer, et quelques secondes plus tard, le chevalier aux cornes d’Or plongea son regard de fauve dans le mien :
- Oui, lui répondis-je faiblement. Depuis un peu plus d’une semaine, déjà. Mais je n’ai recommencé à marcher réellement que depuis hier. Je ne quittais pas trop le temple avant ça, ajoutai-je en évitant soigneusement de préciser que je séjournais au temple du scorpion depuis tout ce temps.

Mon regard s’assombrit en balayant les diverses blessures visibles sur les bras et le visage du Capricorne. Je voulais m’excuser auprès de lui, mais aucun son ne franchit la barrière de mes lèvres, je ne pouvais pas.
- Et… et toi ? Finis-je par ajouter d’un ton toujours aussi faible. Comment tu te sens ?

Mon regard plongea dans la vallée qui s’étendait devant, et tandis qu’une légère brise caressait agréablement mon visage, j’ajoutai :
- On s’est bien fait avoir… Pséma avait tout prévu… Et je n’ai rien vu…Le ton, tout comme la forme de mes paroles était inhabituel. Admettre mes torts devant quelqu’un que je connaissais si peu. Mais Jara avait mérité cette marque de respect. C’était sa vie qu’il avait mis en ligne de mire, et je l’avais laissé tomber.
- J’aurais dû savoir que ce n’était pas aussi simple que ça semblait être. J’aurais dû comprendre, mais je n’ai rien compris… J’étais très loin d’imaginer que le Dragon des mers et Urio avaient basculé du côté de Pséma. Je sais qu’on ne peut pas faire confiance aux serviteurs de Poséidon. Je l’ai toujours su. Mais je croyais Haiken… différent… Quelle erreur… ! Conclus-je d’un ton acerbe.

Le temps s’assombrissait, annonciateur de malheurs proches. Cette paix fragile qui durait depuis près de sept ans était sur le point de se briser, j’en avais la conviction :
- Tu ressens ce mauvais pressentiment, Jara ? Lançai-je soudain en fixant toujours l’horizon. La guerre approche. Je le sens à plein nez. Les Ases qui coupent les ponts, les Marinas qui s’allient à Pséma et les spectres qui se font discrets… tout ça, c’est le silence avant la tempête. Un maelstrom va bientôt se former, une nouvelle guerre. Reste à savoir où et quand…S’il avait été là, Marcus aurait su trouver les mots pour me remotiver. Il l’avait toujours fait. Son charisme et sa présence à eux seuls redonnaient confiance. Mais cette fois, le Sanctuaire devrait faire face seul à ses ennemis, car le général des armées du sanctuaire était parti, et il ne reviendrait pas. Comment allions nous gérer une telle crise sans son aide ? Je préférais ne pas y penser, et pourtant… Les signes annonciateurs de mauvaises nouvelles se multipliaient à une vitesse alarmante.
- Ca recommence… murmurai-je en tournant mon regard de saphir vers Jara. Et il vaudrait mieux que nous soyions prêts à nous défendre…


Dernière édition par Kappa le Ven 16 Oct - 1:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Ven 23 Mai - 23:56

Jara but les paroles de Kappa. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas entendu sa voix. Enfin, cela faisait longtemps qu’il n’entendait aucune voix à vrai dire. Aux simples mots du Verseau, le Souverain Perdu comprit qu’il était également très mal en point. Après tout, les deux hommes ne s’étaient pas revus depuis que chacun avait été séparé lors de l’attaque des Marinas au Mexique.

Lorsque Kappa posa son regard coupable sur les plaies du Capricorne, celui-ci détourna instinctivement son corps meurtri de son champ de vision tout en posant sa main sur son bras brûlé. Il lui demanda alors comment il se sentait. Cet élan d’intérêt n’était pas dans les habitudes du cadet des Chevaliers d’Or et il ne sut quoi répondre, bafouillant presque aux premières syllabes prononcés.

Je… Je suis vivant. Conclut-il et remarqua la mine culpabilisatrice du XIème, il se justifia. La plupart de ces blessures viennent de moi. Je n’ai pas su contrôler mon pouvoir. Encore.

Leurs voix étaient si mornes que même elles ne suffisaient pas à éteindre le silence qui régnait dans le domaine sacrée d’Athéna. Jara avait le sentiment de pouvoir se dévoiler devant quelqu’un d’aussi briser que lui et bien qu’il n’en fit rien, quelque part, cette sensation l’apaisa et il se permit alors de s’assoir sur le banc à son tour, aux côtés du chef d’armée, lui répondant alors au quart de tour lorsqu’il proféra d’infâmes mots.

Nous n’avons rien vu. L’épeiste posa ses prunelles d’or sur son Temple, encore jeune. Nos vies nous appartiennent, à nous d’en prendre soin, pas à toi.

Les noms évoqués par Kappa ne lui disaient rien mais l’un d’entre eux sonna à son oreille comme la déchirure de la traitrise et il se remit à penser à son combat. Cet Urio utilisait la même technique des âmes qu’Eidolon, ça il en était sûr. Il avait pu reconnaître ce funeste cosmos lorsqu’il lui arracha la vie pour mieux l’envoyer aux Enfers.

Urio… C’était un Chevalier d’Or, n’est-ce pas ? C’est lui que j’ai combattu. Il m’a tué.

Jara ne donna pas plus de précision mais ses derniers mots n’étaient pas volontaires. Il avait juste dit tout haut ce qu’il pensait tout bas et ce n’était clairement pas dans ses habitudes, lui qui savait si bien se contrôler et tolérer ses manies. Être aux côtés du Verseau avait définitivement une étrange influence sur l’éphèbe d’Orient. Il continua alors dans sa lancée. Au point il en était à se dévoiler de la sorte… Toutefois, sa voix resta toute aussi cassante et tranchante, sûrement un réflexe, encore une fois.

Je me demande si cette armure m’a bien choisi. Cette guerre, je la sens aussi mais je ne serai d’aucune utilité quand le jour arrivera.

Cette armure qui se trouvait dans la Maison du Capricorne. Depuis le Mexique, il n’avait pas osé la reporter une seule fois. Il avait trop peur qu’elle le quitte, montrant son rejet total pour son propriétaire. Même lorsque le Grand Pope et Mü était venu lui rendre visite afin de la lui réparer, il ne l’avait pas réessayée. Cette simple pensée se laissa sinuer le long des ruines qui lui servaient de muscles. Et si ici aussi il n’était pas à sa place alors ? Il pressa la broche en forme de lotus accrochée à sa tunique, comme pour se rappeler qu’il se devait d’être à sa place mais il avait toujours douté, c’était gravé en lui.

Kappa… il y a autre chose.

Il était temps de lui donner le message que Celsius lui avait laissé avant de partir. C’était son devoir et il comptait bien s’y résoudre. Cela ferait au moins un serment de réussi…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Mar 27 Mai - 13:21

- Nos vies nous appartiennent, à nous d’en prendre soin, pas à toi.
- Je ne suis pas d’accord… Mais je te comprends. Il fut un temps où je pensais comme toi, moi aussi. Mais ce n’est plus le cas, à présent. Aussi solitaire que tu sois, dans notre chevalerie, il viendra forcément un moment où tu devras t’allier à tes frères d’armes et veiller les uns sur les autres si tu veux éviter les morts au maximum, lui dis-je en repensant à mon propre parcours.
- Urio… C’était un Chevalier d’Or, n’est-ce pas ?
Me rappelant soudain que Jara était devenu chevalier depuis peu, je lui répondis alors :
- Oui, il a porté l’armure du Cancer durant longtemps avant de disparaître assez brusquement.
- C’est lui que j’ai combattu. Il m’a tué.
- Il… Il quoi ? répondis-je en bloquant sur cette dernière phrase.
- Je me demande si cette armure m’a bien choisi. Cette guerre, je la sens aussi mais je ne serai d’aucune utilité quand le jour arrivera, poursuivit le Capricorne sans prêter attention à ma question.

Mon regard se posa sur lui avant de l’observer intensément durant plusieurs secondes, sans mot dire. Jara était plus fragile émotionnellement que je ne l’aurais pensé, et j’étais en train de me replier sur moi-même, en faisant preuve d’égoïsme. Il fallait que je me fasse violence. Il avait plus besoin de soutien que moi :
- Ne t’inquiète pas pour ça. Lorsque le moment sera venu, ton instinct se réveillera et tu sauras quoi faire. L’armure ne t’aurait pas choisi si elle avait senti que tu n’as pas ce qu’il faut pour être chevalier.
C’était un discours de faux cul, puisque moi-même, je doutais totalement de mes capacités à cet instant même, mais Jara n’avait pas besoin de ça. Il avait besoin d’être rassuré.
- Nos armures érodent leurs propriétaires. Les responsabilités, les combats, la mort omniprésente… ajoutai-je en me remémorant tous les chevaliers d’or qui avaient défilé depuis près de dix ans. Mais il ne faut jamais oublier une chose importante : nous sommes destinés à porter ces fardeaux. Certains d’entre nous craquent, c’est vrai. Ca m’est arrivé même à moi. Mais nous avons ce qu’il faut pour le supporter. C’est parfois difficile, mais c’est ce que nous avons choisi d’être.

Mais qu’est ce que je racontais ? Toutes ces belles paroles… On aurait dit Marcus tentant de me réconforter moi-même. Oui mais voila, Marcus n’était plus là. Il était parti, et ce, définitivement. Si personne ne reprenait son rôle… Non ! Quelqu’un devait reprendre son rôle. Il fallait quelqu’un comme lui au Sanctuaire. Sans un leader militaire, la chevalerie s’effondrerait en l’absence d’Athéna, et ce, malgré la présence de Shion.
- Kappa… il y a autre chose.Le regard de Jara s’était soudain fait beaucoup plus sérieux, et son ton n’annonçait rien de bon. Mes yeux azurs plongèrent dans le regard de fauve du Capricorne, puis :
- Je t’écoute. Qu’est ce qui se passe ?


Dernière édition par Kappa le Sam 10 Jan - 2:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Dim 1 Juin - 3:09

Jara ne prit pas la peine de regarder Kappa. Il ne s’agissait pas d’un manque de respect, loin de là. Il comprenait. Il apprenait. Ce n’était pas nouveau, le Capricorne était tout aussi altruiste que le Verseau et que n’importe quel chevalier à vrai dire mais lorsqu’on ne croit pas –plus- en soi, on a tendance à se recroqueviller sur soi-même et se renfermer et c’était la philosophie du jeune Saint depuis bien des années maintenant. Avait-il besoin d’aide ? Il ne le pensait pas. Il s’en était toujours sorti ainsi et l’issu de son combat contre Urio ne lui avait hélas pas fait plus ouvrir les yeux quoi qu’elle l’ait fait rechuter bien plus bas. Un jour viendra où il mourra vraiment et ce n’était pas la magie d’Avalon ni l’aide miraculeuse d’une divinité disparue qui serait là pour le secourir, encore. Mourir jeune, c’était dans le contrat la nuit où l’armure du Capricorne était venue à lui. Non, le jour même où Excalibur s’est manifestée contre son gré.

Il était un bien piètre menteur. Être froid, c’était son essence même et cela ne changerait pas mais par définition, faire étalage de ses sentiments devait être bien rare et pourtant, Kappa perçait cette coquille. Peut-être était-ce dû à leur âge respectif : l’un était à peine un adulte et l’autre un vétéran aguerri. Pourtant, tout acier a des fissures et celles de Jara semblaient bien plus visibles qu’il ne l’aurait cru. La voix morose du Onzième devenait bien plus chaleureuse, comme celle d’un frère remontant le moral à son cadet. Si à l’instant, cela faisait grand bien au Roi d’Avalon, il ne pouvait s’empêcher de penser que cela signifier aussi étouffer les ressentiments de Kappa qui devait être tout aussi mal en point que lui et pour cause, des semaines durant, lui était resté dans le coma.

Pourtant, il ne s’en rendait peut être pas compte et le Dixième Gardien ne trouvait pas la volonté de lui avouer mais il agissait bien là comme un chef et comme un frère d’arme, bien loin du premier Kappa qu’il eut la malchance de rencontrer dans la Maison de la Balance, six mois auparavant. Bien qu’il ne pensait peut être pas ce qu’il disait, les mots étaient là et étaient réconfortants.

Merci.

Voilà maintenant qu’il fallait avouer une autre mauvaise nouvelle au Mage des Glaces. Posant, son bras meurtri sur son genou, le visage sombre de Jara se tourna alors vers son interlocuteur, près à lui annoncer la triste vérité. D’une voix bien sèche, conformément à la nouvelle, l’Elu de Makara prit la parole.

Avant de partir, Celsius m’a chargé de te remettre à message. À toi et Mashia, il se tut d’abord, laissant Kappa à ses réflexions avant de reprendre. N’étant pas concerné, je n’ai pas bien compris le sens de ce message mais le voici : il y a quelques mois, un marina, un dénommé Yavin s’est rendu au Sanctuaire afin d’y rencontrer Celsius. Il lui aurait avoué quelque chose qui ne devrait pas te plaire… concernant l’armée de Poséidon. Yavin avait une mission. C’était un assassin. Le nouveau prête l’avait chargé d’ôter la vie à un homme dont le nom devrait prendre tout son sens pour toi : Hector.

Voilà, il avait fait parvenir le message, conformément à la volonté du Roi des Ronces. Si déjà la confiance du Verseau envers les Marinas s’était bien étiolée depuis le Mexique, nul doute que cette nouvelle allait sceller la fin de l’alliance entre les deux camps.

C’est tout ce que je sais. Cependant, Celsius s’est rendu au Sanctuaire Sous-Marin pour éclaircir cette histoire et sûrement jouer carte sur table avec la nouvelle politique des Marinas.

Jara se garda d’aborder un autre des raisons du départ des Poissons concernant la femme qu’il aimait. Cela ne ferait que jeter de l’huile sur le feu si tant est que la colère anime bientôt son compagnon.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Mar 3 Juin - 17:07

Soudain, tout prenait un sens : Haiken, Pséma, Yavin. Celui-ci avait donc prévu d’assassiner le père de la conseillère du grand pope, le père de Mashia. Le meilleur ami de mon propre père. Pséma cherchait très probablement à affaiblir le Sanctuaire avant de l’écraser définitivement sous sa botte. A moins que les marinas, en la personne d’Haiken, ne soient liés à cette histoire. Aucune des deux possibilités n’était réjouissante. Pséma aurait il acheté leur aide en promettant la destruction des douze temples ? Mais pourquoi, dans quel intérêt ? Beaucoup de questions restaient sans réponse, tout comme la réapparition d’Urio vêtu d’un écaille Marina. Après m’être lentement relevé d’un pas claudiquant, mon regard perçant se perdit dans la contemplation du port de Rodorio alors que je réfléchissais à toute vitesse pour assimiler au mieux ces nouvelles informations.
- Je vois… murmurai-je d’un ton soudain distant tout en poursuivant ma réflexion.

Pourquoi leur nouveau prêtre avait il cherché à tuer le père du réceptacle d’Athéna ? Avait-il des intentions hostiles envers nous ? Voulait-il provoquer un chaos politique et militaire ? Ou bien était ce personnel ? Non, cela ne pouvait être personnel. Hector n’avait pas de lien particulier avec le monde Atlante. Je le connaissais assez bien pour savoir ça. Il s’agissait donc bien de provoquer Athéna et son armée. Mais Pséma avait pourtant bien utilisé des Marinas comme pions à Tenochtitlan. Quelque chose clochait. Les informations se contredisaient, et mon poing se serra en signe de frustration. La seule option la plus plausible restait qu’Haiken avait doublé à la fois les marinas et les saints pour aider Pséma dans son entreprise dans un but personnel. Mais comment croire une chose pareille venant de la part du Dragon des Mers ? Imperceptiblement, mes mâchoires se tendirent, et ma colère monta. Il fallait que je le retrouve, et que je le confronte. Même si ce serait dangereux… Car j’étais bien placé pour savoir combien le général du Dragon des Mers était fort.

Comme à son habitude, Celsius avait voulu obtenir des réponses immédiates, et malgré son état de santé précaire, était parti pour le sanctuaire sous marin. Une fois encore, il n’était pas des plus prudents mais il était trop tard pour l’arrêter. Il ne restait plus qu’à espérer qu’il ne se précipitait pas dans un piège.
- Les marinas préparent donc quelque chose depuis un bon moment, et nous n’avons rien vu. Mais j’ai du mal à croire qu’ils aient pris le risque de s’allier à Pséma. Après tout, il les a utilisés tout comme nous à Tenochtitlan, alors pourquoi Haiken…Je m’interrompis, réfléchissant à voix haute, puis :
- Plus j’y pense, plus il semblerait qu’il ait doublé ses frères d’armes dans le but de s’allier avec Pséma. Seulement voila, ça ne lui ressemble pas du tout…
Durant de longues secondes, je poursuivis mes réflexions en silence avant d’enfin me tourner vers Jara :
- Quelle est la situation politique actuelle chez les marinas ? Leur prêtre disparu, ça doit être pour le moins instable, j’imagine, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Ven 11 Juil - 22:20

Le vent soufflait de moins en moins fort. La sécheresse habituelle de la Grèce reprenait ses droits alors que le temps défilait, même au mois d’avril. Jara pouvait sentir l’air se raréfier. Tristement, cela lui rappelait l’épisode de Tenochtitlan, alors que le soleil dardait la terre de ses rayons ardents. Ceci n’avait d’ailleurs toujours pas été expliqué. Aussi puissant Pséma soit-il, il restait un homme et aucun humain ne pouvait avoir une capacité si...divine.

Kappa s’était relevé et la révélation que le jeune homme venait de lui faire semblait l’avoir plus fait réfléchir qu’offusquer. Pourtant, bien trop de faits tournaient autour des Marinas. D’abord ce Yavin, ensuite l’enlèvement de leur prêtre ainsi que la traitrise de l’un de leur généraux et maintenant la passation d’un ancien Chevalier d’Or parmi eux, le prédécesseur d’Eidolon. Plus cette conversation avançait, plus Jara avait l’impression que Celsius n’avait fait que foncer droit dans la gueule du loup.

Kappa, ce ne peut être un hasard si généraux de deux de nos factions alliés changent et se retournent contre Athéna. J’ai lu le rapport de la mission diplomatique en Asgard.

À son tour, l’Indien se leva afin de se positionner face à son frère d’arme meurtri. Un léger pincement de douleur ourla les lèvres basanées de l’éphèbe oriental alors qu’il sentit son bras brûlé se mouvoir. Effectivement, la mission en Asgard fut un échec et les Ases se seraient complètement détournés de leur alliés de toujours. À présent, l’Alliance même du Fer et du Sang fut bafoué secrètement lorsque le prêtre de Poséidon envoya un renégat assassiner un pauvre homme sans lien avec la politique militaire du Sanctuaire.

Le Verseau interrogea à nouveau le Roi d’Avalon. Le sujet semblait vraiment le préoccuper mais c’est avec un regard sombre et fin que Jara inspecta les traits du 11ème Gardien. Il n’était pas venu pour parler de ça. Quelque chose au fond de lui le faisait penser que Kappa ne faisait que changer de sujet afin d’éviter d’en aborder un autre bien plus problématique quant à l’état actuel des deux hommes après le Mexique.

Je ne sais pas. Et si les Marinas sont effectivement liés à l’Ordre Noir alors il ne faut pas écarter l’hypothèse que l’enlèvement de leur prêtre ne soit qu’un coup monté, enfin l’Elu de Makara se tut et observa plus longuement le regard perdu de Kappa avant de prononcer des mots sur un ton bien plus froid et sec qu’il ne l’aurait voulu, beaucoup de choses vont changer maintenant. Toi comme chacun de nous devons rester fort. Je ne suis sûrement pas le mieux placer pour dire ça en tant que cadet de l’ordre cependant tu as survécu et j’ai survécu. Ça ne peut vouloir dire qu’une chose, Athéna nous a épaulé durant cette bataille en préparation de celles à venir.

Le ciel s’obscurcit alors. Prophétiquement peut-être, quelques nuées sombres vinrent ternir le tableau de ce printemps qui s’éveillait au Domaine Sacré. Le vent lui-même se laissa tourmenter et fouetta à nouveau les visages au teint maladif des deux Saints dorés. Jara restait persuader que sa vie lui appartenait. Cependant, il avait décidé de vouer celle-ci à la voie de l’épée et du combat. La mort, il s’y était préparé depuis fort longtemps et pourtant, depuis son retour, la simple idée de mourir l’effrayait au plus au point. Il ne voulait pas que cela arrive. S’agissait-il d’une honte pour celui qui s’était jurer de protéger les valeurs d’Avalon et d’Athéna ? Sûrement. Pourtant, cette nouvelle constatation ne voulait le quitter. La voix toujours aussi morne, il sembla s’adresser à l’horizon.

Non, il n’y a plus de hasard. Une guerre se prépare et nous en sommes la cible. Il ne reste plus qu’à survivre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Mar 15 Juil - 18:46

Si jeune, si inexpérimenté, et pourtant… déjà si inquiet et exempt d’innocence. Le pauvre Jara n’avait pas connu des débuts faciles en tant que chevalier. Nous savions tous dans quoi nous nous engagions lorsque nous avions l’honneur d’être choisis pour porter nos armures. Les douze, les élus, les généraux d’Athéna. Mais avant d’y être confronté, personne, absolument PERSONNE ne pouvait imaginer ce qui l’attendait en devenant l’un d’entre nous. Chacun d’entre nous portait ses croix, ses peurs et ses cicatrices. Mais s’il était vrai que nous existions pour protéger le commun des mortels, il était également vrai que nous étions les premiers à encaisser à la place des autres. Nos vies y étaient vouées, et pour la plupart, nous l’avions accepté. Pourtant, voir Jara dans un tel état après si peu de temps en tant que porteur de l’armure du Capricorne ne faisait que me révolter. Un puissant sentiment paternaliste me dominait depuis quelques minutes. Je me savais perdu depuis longtemps, mais lui, Jara, il était si jeune, et pourtant, déjà si loin… Si c’était là tout ce qu’il y avait à espérer de la vie à être chevalier, était ce vraiment une si bonne idée que ça que de vouer sa vie à Athéna ? Notre cause était juste, elle était nécessaire. Mais pourquoi nous ?

Combien de fois avais-je maudit les dieux de jouer avec moi, avec mes sentiments et avec ma famille. Mais à bien y regarder, combien de fois m’avaient ils sauvé là où j’aurais très certainement péri sous les coups adverses et sous la fatigue. Un sentiment paradoxal me tiraillait intérieurement tandis que je ressassais les paroles du jeune indien sans mot dire. Nos vies n’étaient pas simples, pour sûr. Mais si nous ne le faisions pas, qui le ferait… ?
Je sentis subitement la température changer et le vent se lever tandis que Jara achevait ses réflexions à voix haute.
- Survivre… répétai-je d’un air absent pendant que ma chevelure voletait au gré du vent.
Une tâche des plus simples à résumer, mais des plus ardues à réaliser. Si comme je le pensais une guerre totale se préparait, le Sanctuaire en serait très probablement la cible. Tout chevalier est préparé à subir le siège du Sanctuaire. Combien ont déjà eu lieu depuis les temps mythologiques ? Et combien se produiront encore ? Mais cette fois, j’étais en plein cœur du conflit. Et je n’avais plus ni Marcus, ni Ahina, ni Mashia pour me soutenir. L’heure n’était pas à l’optimisme. Les Marinas n’étaient pas les seuls à se préparer au combat. Asgard se comporter d’une manière des plus étranges, et le silence inhabituel des spectres ne laissait rien présager de bon.

Le Capricorne d’Or avait raison. Tôt ou tard, la guerre éclaterait car les tensions étaient trop importantes entre les différentes puissances :
- Je ne crois pas non plus au hasard sur ce coup là, Jara. Les évènements s’imbriquent un peu trop bien ces derniers temps. Une tempête approche. Pséma contrôle tout depuis les ombres, je le sens à plein nez.
Mon regard quitta la contemplation de la vallée pour plonger dans le regard doré du jeune indien :
- Mais tu veux que je te dise ? J’espère vraiment me tromper... Parce qu'autrement... Qu'Athéna nous protège...
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Dim 17 Aoû - 21:16

Un goût amer traversait la gorge de Jara. Les deux hommes étaient peut être les seuls chevaliers d’or présent au Sanctuaire et regardez-lez, abattu, couvert d’autant de bandages que de peau. Ils ne pouvaient rien protéger. Du moins en apparence. Le Capricorne avait choisi le mot exact. En tout cas pour lui. Survivre. Un simple mot qui résumait efficacement son existence. Si jeune. Oui, il l’était. Toutefois, cela faisait bien longtemps qu’il n’était plus un enfant. Recevoir cet armure, autant bénédiction que fardeau avait fini de le faire monter parmi les grands de ce monde. Il n’était plus un enfant, c’était sûr mais il n’était pas sûr non plus d’être un homme.

À vrai dire, à présent il ne savait ce qu’il était. On lui avait attribué tant d’identités mais jamais il n’avait pensé que peut être elles étaient fausses. Fils, frère, orphelin, démon, abomination, apprenti, chevalier, gardien, roi. Perdant. Le Capricorne n’avait pas le choix. Il n’avait pas le temps de choisir. Il devait être tout ça à la fois. Cette raclure de Pséma étendait son ombre bien au-delà des esprits, dans les hommes de chacun. Adversaires comme alliés. Pour qu’un doyen et un homme aussi aguerri que Kappa en vienne à être aussi effrayé que Jara à l’idée qu’il était en marche, c’était que sa dangerosité dépassait de loin les compétences des Chevaliers d’Athéna. Et pourtant, le mot d’ordre était donné. Survivre. Pour cette simple raison, ils gagneraient. Ils avaient un monde à protéger, une déesse à prier et encore tant de veuves et d’orphelins à sauver que même la morsure du Bélier des ténèbres ne seraient en mesure de les arrêter. C’était en tout cas le discours prononcé par la part la plus optimiste de l’Indien.

Alors que Kappa s’exclamait avec éloquence, depuis son banc, Jara l’observait de ses prunelles d’or. Il était égoïste de penser que seul le Souverain d’Avalon était brisée. Chaque homme portait sa croix, en particulier chez les Saints d’Athéna. Pour le plus ancien de tous, la formule ne devait être que plus vraie. Les cicatrices qui ornaient sa chair accompagnée de ce membre de bois sur lequel il se portait en témoignaient. Quoi qu’il en dise, le Mage des Glaces avait montré qu’il n’était plus qu’un Chevalier d’Or parmi l’ordre. Il fut un guide pour les plus perdus d’entre eux. Les yeux de fauve suivaient la longue chevelure azure conduisant jusqu’au paysage où le ciel même s’embrumait. Là-bas, on pouvait y discerner le village de Rodorio à peine reconstruit. Le Sanctuaire avait beau être millénaire, aucune de ses pierres ne l’étaient. Il fut rebâti tant de fois que le temps n’eut jamais pu étendre son étreinte érosive sur les parois des douze temples. Pourtant, au milieu de ce domaine de poussière, Kappa se tenait debout.

Jara baissa la tête, laissant tomber ses quelques mèches ébène dans l’air tout en scrutant ses mains bandées jusqu’aux épaules. Coupant court à la conversation, cette fois-ci , il ne réfléchit pas avant de parler. Il se posait une question et à présent, le Dixième voulait obtenir sa réponse.

Comment es-tu devenu Chevalier ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Mar 16 Sep - 14:24



Pris par surprise, je réagis aussitôt à la question venant de nulle part de Jara en tournant la tête vers lui d’un mouvement de cou sec et rapide. Mon regard azur se posa sur le jeune indien, le détaillant, le jaugeant durant de longues secondes. Sans le savoir, le jeune Capricorne touchait à cet instant à l’un des sujets les plus secrets et les plus sensibles du Verseau. Je ne divulguais pas facilement l’histoire des origines du Verseau. Trop de souvenirs douloureux y étaient rattachés. Mais contrairement au passé, cette fois, je n’étais plus aussi libre de mon choix de réponse. Depuis le départ de Marcus, c’était à présent à moi de veiller sur mes frères et sœurs d’armes. Et m’isoler en refusant de me dévoiler ne les aiderait pas à m’accorder leur confiance. Et qui sait, si j’en avais besoin dans un futur plus ou moins lointain, il se pourrait que je regrette amèrement mes choix et mes accès de paranoïa.
- J’ai été choisi… lançai-je au vent en détournant mes yeux bleus. Fawn m’a choisi à l’époque.

Comprenant que Jara ne se contenterait pas d’une réponse si incomplète, je poursuivis en focalisant à nouveau mon regard sur le propriétaire d’Excalibur :
- Je n’ai pas toujours été chevalier d’Or du Verseau. J’étais porteur de l’armure de Bronze de la Couronne Boréale autrefois. Et en voyant mon potentiel se développer, Fawn, à l’époque lui-même chevalier du Verseau, commença à me surveiller et à me rendre visite régulièrement.
Tout en racontant l’histoire, je me remémorais mon parcours durant toutes ces années. Tant de chemin parcouru, tant de différence entre le jeune garçon terrifié couvert du sang de sa famille et le chevalier d’Or que j’étais aujourd’hui. Une lueur nostalgique brilla dans mes yeux, avant que je ne reprenne :
- Et puis, un jour, C’est Fawn lui-même, qui à l’issue d’un Krusos Sunagein, est devenu le nouveau Grand Pope du Sanctuaire. Quelques temps après, il m’a fait convoquer, et m’a révélé qu’il avait l’intention de me léguer son ancienne armure.

Un sourire naquit tandis que je croisai le regard doré de Jara. Il n’était pas nécessaire d’en dire davantage : l’esprit vif du jeune indien saurait éclaircir de lui-même les zones d’ombre. Ce soudain intérêt de la part du jeune Capricorne me poussa à me demander pourquoi il voulait connaître mes origines, mais je m’abstins de toute remarque. Finalement, je me redressai en prenant appui sur le bâton qui me servait de béquille, non sans que mon visage ne soit déformé par la douleur, puis je fis quelques pas d’une démarche claudicante, avant de faire volte face pour observer Jara une dernière fois.
- Je vais regagner le temple du Verseau. On se reverra bientôt, de toute façon. Les choses vont bouger dans pas longtemps, achevai-je sur un ton mystérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   Dim 21 Sep - 15:12

En tant que benjamin de la fratrie, Jara avait eu tendance à oublier un détail pourtant majeur. Chacun de ses frères et sœurs d’armes avait un passif. Athéna avait choisi méticuleusement ses guerriers. Tous avaient laissé couler sang, sueur et larmes pour être protégé par ses merveilleuses armures et remettre en doute sa volonté divine ne ferait pas avancer le Sanctuaire. Kappa était aujourd’hui le héraut de cette faction et malgré tout, il continuait sans cesse de devoir surmonter maintes épreuves afin de renforcer son devoir de Chevalier. Lui ne baissait pas les bras. Il avait pourtant de quoi et c’était cette lueur d’espoir que le Capricorne avait perçu en lui. C’était seulement maintenant que l’Indien comprenait pourquoi il ne pouvait s’empêcher de scruter le Mage des Glaces. Le fait est que c’est l’ancien Grand Pope lui-même qui avait remarqué le potentiel du Verseau alors que celui-ci n’était que Saint de Bronze.

Jara ne pouvait s’empêcher de se rappeler d’un autre Chevalier des Glaces l’ayant aidé par le passé. Il n’était qu’un enfant perdu -ce qu’il était toujours jusqu’à cet instant. Il l’avait sorti du trou dans lequel il s’était embourbé et à c’était à nouveau le cas. C’était il y a dix années et cette nuit restait mémorable. Apprendre le devoir d’un Saint d’Athéna fut la pierre tournante de son apprentissage et ce rappel à l’ordre ne lui avait fait aucun mal. Peut-être était-ce à cause de son statut d’épéiste de feu que seul le gel pouvait lui redonner raison.

Tu ne devrais jamais remettre en question tes capacités car ce sont elles qui seront là pour te sortir de n’importe quelle situation.

Cet adage, il l’avait reçu très jeune et il le répétait. À vrai dire, l’éphèbe d’orient n’était même pas sûr qu’il était destiné à Kappa mais bien plus à lui-même. Bien que son parcours ait dû être plus difficile que ce qu’il lui avait révélé, une chose était sûre, il avait été choisi. D’abord par Athéna, puis par Fawn et maintenant par Jara. La disparition d’Aldébaran, le général des armées était un coup dur pour tout le Sanctuaire mais à son rétablissement, Kappa saurait reprendre les choses en mains avec l’aide de chacune des mains de ce Domaine.

Moi aussi, j’ai dû tout perdre pour obtenir le droit de siéger sur ces marches mais à présent, il me semble que tout ce qui m’avait été pris me revient, c’est peut être ma récompense plus que ma malédiction. Quoi qu’il en soit, je te remercie Kappa. Tu fais un bon chef, dit-il d’un ton… chaleureux.

À son tour, Jara se releva avec difficulté sans l’usage de ses bras. Kappa s’apprêtait à monter les marches afin de regagner sa maison. L’Enfant d’Excalibur ferait de même et s’apprêta à descendre. Les choses allaient bouger, c’était un fait et chacun devait se tenir prêt lorsque cela arriverait. Jara repensait alors à Dohko et savait qu’il saurait prendre la bonne décision afin de se tenir à ses côtés lorsque tout éclaterait.

Oui, nous nous reverrons très vite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Avril 1755 : PV Jara & Kappa] Démons intérieurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-