RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mar 20 Mai - 23:57




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Surprise





Quelque part en Sibérie ...

De toute évidence, Hector paraissait heureux. Le sourire qu'il arborait le prouvait plus que largement et Mashia, bien que profondément ravie de sa bonne humeur, était très curieuse d'en connaître la raison. Cela faisait des heures que le bougre chantonnait et ne lui donnait, pour toute réponse à ses interrogations, des haussements d'épaules et des clins d’œil amusés. La jeune adolescente commençait à s'en inquiéter : quand ce vieil ours se montrait d'humeur farceuse, généralement c'était pour l'entraîner dans des périlleuses péripéties. Elle se demandait si il ne voulait pas la faire éprouver ses entraînements en allant inventer Athéna sait quoi à l'embarquer dans ce froid mordant. En effet le climat n'était pas très favorable, pire que tout, la jeune fille ne parvenait pas à se souvenir du moment où elle avait eu aussi froid. Jamais, de toute sa vie, la petite dame avait combattu une telle froideur. Glacée jusqu'aux os, elle grelottait tout en resserrant les pans de sa cape grise tout autour de son corps frêle.

Des volutes d'air chaud s'échappaient par intermittence de leurs deux bouches. Depuis quelques heures maintenant, Mashia Mokushi avait trouvé le moyen de penser à autre chose en s'entraînant à faire jaillir son cosmos et le modeler à sa convenance pour s'en faire un manteau chaleureux. Cela marchait à merveille, mais ses forces s'amoindrissaient vite. Et elle connaissait depuis quelque temps, ses limites.

D'un seul coup, le géant à la peau mordorée s'arrêta et la petite, perdue dans ses pensées n'eut pas le temps de s'arrêter et se retrouva le nez dans les fourrures de son paternel. Des protestations étouffées apprirent à Hector que sa protégée n'en pouvait plus. Il ria de bon cœur de la voir si « irritée », d'ordinaire, elle ne lui aurait plus posé la moindre question dans le simple et unique but de vouloir préserver la bonne humeur du vieil ours qu'il était. La voir sur le point d'exploser lui donnait étrangement du baume au cœur.

« Nous sommes presque arrivés Mashia, regarde là haut. » l'adolescente leva deux grands yeux bleu vers l'endroit tout indiqué. Le gros doigt d'Hector désignait un petit chalet perché en haut d'un promontoire, perdu dans tout ce blanc. En arrière plan, des falaises qui devaient se trouver là depuis des siècles et qui surplombaient une vallée aussi blanche que la peau de la demoiselle. Celle-ci lança un regard interrogateur à l'Ours mais ce dernier, prit d'un sursaut « joueur », commença un petit jeu dont elle était habituée : celui du chat et de la souris. Riant aux éclats, Mashia parti au pas de course mais sa petite taille et la neige, haute, eurent raison de sa vélocité. Avec facilité le père adoptif captura la jeune fillette entre ses gros bras pour la serrer fort contre lui. Elle aimait par dessus tout ces moments de complicités. Plus tard, elle les regretterait encore plus.

« DEVINE QUI EST LÀ VIEILLE BRANCHE ?! » hurla Hector en défonçant presque la porte, faisant entrer une bourrasque de vent qui menaça d'éteindre le feu dans l'âtre. Cachée dans les fourrures de son père, piégée pour ainsi dire comme si au final elle était le dindon de la farce, Mashia se débattait pour au moins mettre le nez dehors et voir enfin, ce que le bougre avait réservé.








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mer 21 Mai - 11:22

Un vent froid et acéré soufflait au dehors tandis que l’homme à la chevelure argentée s’affairait en cuisine. Il n’avait pas besoin de surveiller son jeune disciple : il savait qu’il s’entraînait avec plus d’ardeur que lui-même n’en exigerait jamais de sa part. En un sens cela l’effrayait. Il voyait que quelque chose clochait chez son fils adoptif, et cela ne datait pas d’hier. Cela remontait à son départ du Sanctuaire. Peut être ne s’était il jamais fait à cette nouvelle vie ? Et pourtant, ce n’était pas vraiment logique puisqu’ici, il n’avait plus à souffrir des chaleurs écrasantes de la Grèce, et il vivait au contact du froid qu’il affectionnait tant. Non, le malaise était plus profond que ça. Parfois, lorsqu’il plongeait son regard dans les yeux azurés du futur Verseau, Naios pouvait y lire une peine et une tristesse sans nom, une mélancolie dont le jeune homme n’avait jamais ouvertement fait part à son père adoptif. Ce dernier en était très peiné, mais il n’y pouvait ma foi rien. Chaque fois qu’il avait tenté d’aborder le sujet, la conversation s’était invariablement terminée par un claquement de porte du jeune chevalier après qu’il ait piqué une colère redoutable.

Ces derniers temps, Naios avait donc pris la décision de l’aider à canaliser cette colère et à la contrôler, mais jusqu’à présent, seule la colère née de l’incident tragique qui avait tué sa famille avait fait surface pendant les entraînements. Mais le père adoptif de Kappa n’était pas dupe : il connaissait bien son fils, et savait que quelque chose de bien plus important le rongeait. Quelque chose de suffisamment lourd pour que son subconscient ait posé une dalle de plomb afin que même sous état d’hypnose, il n’en parle pas avec lui. Fort heureusement, cet état de tristesse dans lequel était plongé le chevalier de bronze ne se produisait que par périodes. Mais durant celles-ci, vivre avec lui au chalet était difficile, même pour quelqu’un d’aussi vif d’esprit et positif que Naios.

Soudain, la porte claqua avec la délicatesse d’un Kappa des plus énervés, et son père, tout en poursuivant la préparation du dîner, soupira avant d’entamer :
- Kappa… tu ne pourrais pas faire preuve d’un peu plus de déli…C’est alors qu’une voix de stentor retentit dans l’entrée, une voix qui fit écarquiller les yeux de Naios car il la reconnaitrait entre mille, et que c’était l’une des dernières voix qu’il s’attendait à entendre ici. Abasourdi, il passa la tête par l’entrebaîllement de la porte de la cuisine, et :
- Hector ?Son regard se posa sur le géant et un large sourire naquit sur son visage :
- Mais qu’est ce que tu fais ici, mon vieux ?!Soudain, ses yeux aperçurent la frêle jeune femme qui se tenait au creux des bras de son père, et à nouveau, une lueur de surprise passa dans ses yeux gris :
- Ohh, mais qui est donc cette superbe jeune femme, Hector ? Avança t’il en lui souriant tendrement. En voila une qui plairait sûrement à Kappa, ajouta t’il avec un clin d’œil à l’égard de son vieil ami.

Naios vit soudain Mashia frissonner, et leur fit signe d’approcher de la cheminée :
- Entrez, entrez ! Ne restez pas sur le porche, vous allez prendre froid ! Venez vous réchauffer, Kappa ne va pas tarder à revenir avec des bûches pour alimenter le feu.
Comme pour illustrer la parole de Naios, la porte d’entrée s’ouvrit à nouveau pour laisser enter un jeune homme à la carrure solide pour son âge. Chargé de bûches, il entra franchement avant de refermer la porte d’un coup de pied au bas du chambranle. Il fit quelques pas dans le salon, et s’immobilisa en voyant que son père et maitre avait des invités. Il avait perdu l’habitude de voir d’autres personnes, et son regard quelque peu farouche témoignait de cette solitude à laquelle il était habitué. De surcroit, il était dans une période où il n’allait pas bien. Détaillant les invités de son regard de saphir, une lueur de surprise passe l’espace d’un instant lorsqu’il se posa sur la jeune Mashia. Puis, il s’avança jusqu’à la cheminée et lâcha les bûches au sol avant d’en mettre trois belles dans la cheminée pour raviver le feu. A nouveau, son regard perçant se posa sur la jolie jeune femme, et il la vit grelotter. Il comprit rapidement qu’une partie de ses vêtements était mouillée à cause de la poudreuse. Sans même la regarder, et d’une voix absente, le jeune homme lâcha subitement :
- Tu devrais te changer si tu ne veux pas attraper froid…
Puis, sans rien ajouter, il fit demi tour et se dirigea vers sa chambre, lorsque soudain :
- Kappa ! Tu ne crois pas que tu pourrais au moins te présenter devant nos invités ! Cet homme est mon meilleur ami et je veux que tu le traites avec les égard qu’il mérite.La voix de Naios était subitement devenue dure et sans réplique. Kappa soupira, et commença à pivoter sur lui-même : il connaissait son père. Il savait que la discussion n’était plus permise, à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mer 21 Mai - 12:35




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Embarras




Une tête émergea de l’entrebâillement de la porte, le sourire d'Hector, lui, s'élargit davantage. S'il avait faillit se faire houspiller par son ami de longue date, ce fut parce que celui-ci l'avait prit pour son disciple, Kappa, son fils adoptif. Lui aussi avait recueillit un enfant perdu qu'il avait arraché des griffes d'un Destin trop cruel. Les deux vieux compères partageaient bien plus que ce fardeau qui les rendaient à la fois heureux et plein de perplexités quant à l'avenir de leurs protégés, ils étaient depuis leur première rencontre, inséparables. Ils pouvaient compter l'un sur l'autre, qu'importe les circonstances et maintes fois, les anciens chevaliers d'Athéna s'étaient soutenus et sauvés mutuellement la vie. Une véritable amitié forgée dans la peine et le sang, mais aussi dans l'accomplissement et le bonheur tout relatif, couvés par le regard bienveillant de leur Déesse. Ainsi Hector avait depuis le début cette idée en tête : faire en sorte que Mashia et Kappa puissent aller sur le même chemin qu'eux.

Le vieil Ours avait donc élaboré cette surprise dans ce sens, Naios le comprendrait très vite, ils n'auraient pas à échanger une parole pour que ce stratagème soit comprit. Secrètement le père adoptif de la japonaise espérait qu'une telle complicité soit octroyée aux deux jeunes gens. La jeune femme bien qu'intimidée par la tournure des événements, eut un petit sourire face aux répliques de Naios. Avant qu'elle n'eut le temps de formuler la moindre parole, la porte, à nouveau, grinça et la silhouette d'un jeune homme qui devait avoir à peu près son âge s'engouffra dans la pièce, les bras chargés des dites bûches promise par leur hôte. Aussitôt l'intérêt de la jeune fille fut éveillé : il était rare pour elle de faire la rencontre de qui que ce soit, encore plus d'une personne ayant le même … but de vie pour ainsi dire. Ce genre de personnes pouvaient se compter sur le doigt d'une main. D'ordinaire, il n'y avait qu'elle et Hector.

Là encore, Mashia qui ne quittait plus des yeux le futur Saint, n'eut hélas pas le temps de se présenter, ni même de dire un bonjour que le prénommé Kappa, d'une voix sèche, aussi froide que la neige qui tombait drue au dehors, ne la fasse se rembrunir. Pourquoi se montrer si agressif ? L'adolescente ne comprenait pas, se pourrait-il qu'il ne soit pas heureux de cette visite surprise ? De rencontrer une personne qui pourrait partager sa foi ? Les questions se bousculaient dans sa tête sans quelle ne sache quoi faire. Ce fut Hector qui mit fin à ce silence pesant qui s'installait depuis la dernière réplique de Naios à l'encontre de son disciple.

« Kappa à raison ! Mashia, j'ai justement de quoi te changer. Attends » Toujours prisonnière dans les bras de son père, la jeune Mokushi, en comprenant la suite des événements commença à protester à demi-mots tout en se débattant. Elle savait que c'était inutile. Quelques instants après, il avait ressorti un kimono immaculé qu'il mit dans les bras d'une Mashia devenue écarlate. La mine basse, évitant soigneusement de regarder qui que ce soit et enfin à terre, la demoiselle s'approcha du feu pour s'y réchauffer. « Plus vite que ça jeune fille, je ne voudrais pas que tu attrapes encore une pneumonie. »

Au souvenir de cet épisode, elle s'exécuta à contrecœur. D'un geste lent, hésitant, elle se débarrassa de sa cape qu'elle tendit à Naios qui, avec bienveillance l’accrocha non loin pour qu'elle sèche gentiment. Un simple hochement de la tête pour le remercier et la demoiselle entreprit d'enlever ses habits détrempés. Une fois en sous-vêtements, sa très longue chevelure cachant largement son corps gracile, elle s'assit en position du lotus devant l'âtre. Sans un mot. Une serviette en coton finit par atterrir sur sa tête. Mashia, surprise, s'y cacha, faisant pâle figure.

« Merci pour votre hospitalité. » lâcha t-elle en tournant ses grands yeux turquoises vers Naios puis Kappa. « Mon nom est Mashia, je suis ravie de vous rencontrer, j'espère que mon père ne sera pas une gêne. »

L'intéressé partit dans un rire tonitruant et communicatif : Naios l'accompagna de bon cœur avant d'octroyer à son ami une grande claque dans le dos. Un soupir passa outre la barrière de ses lèvres. Mashia était très gênée. La suite ne l'aiderait pas davantage :

« J'vais t'aider à terminer le repas, j'ai rapporté de l'alcool de prune, tu sais, celle dont tu raffoles vieille carne ! Les enfants, soyez sages ! »

Ni une ni deux, Hector entraîna Naios à sa suite, non sans pour autant oublier de jeter un regard taquin à sa protégée qui, en cet instant aurait désiré plus que tout n'être qu'une petite souris, dissimula son visage dans la serviette.








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Jeu 22 Mai - 12:00

Instinctivement, mon pas s’immobilisa en évaluant le timbre de voix de Naios. S’il pouvait se montrer d’une gentillesse extrême, l’homme à la chevelure d’argent pouvait également faire preuve d’une sévérité bien réelle à laquelle je n’avais pas franchement envie de me frotter en cet instant précis. Un soupir discret, avant que je ne bascule sur moi-même pour faire face aux inconnus.
- Bienvenue chez nous. Je m’appelle Kappa. J’espère que vous vous plairez ici, lâchai-je d’une voix légèrement monocorde qui trahissait que de toute évidence, c’était un texte appris.
Naios soupira lourdement, déplorant de n’avoir pu obtenir meilleur résultat de la part de son fils adoptif. Non, vraiment, il savait que j’étais dans un mauvais jour… Il secoua la tête avec un regard d’excuse en direction d’Hector qui ne sembla pas vraiment s’offusquer, rebondissant sur ma remarque.

Malgré mon état, la scène cocasse qui se joua devant nous parvint à m’arracher quelques instants à mon comportement entropique. Le regard implorant de la pauvre jeune femme me fit presque sourire, mais je n’aurais jamais pensé qu’elle s’exécuterait alors que nous étions présents dans la pièce. N’avait-elle aucune pudeur ? Un flash soudain qui me rappela une autre jeune fille au sens de la pudeur plus que discutable, et une douleur lancinante enserra mon cœur, assombrissant mon regard l’espace d’un bref instant. Ce sentiment fut rapidement remplacé par de l’admiration lorsque la jeune femme à la chevelure de feu commença à se dénuder. Elle était d’une beauté à couper le souffle, et bien que je ne lui montrai pas, j’en fus quelque peu ébranlé. Durant plusieurs secondes, je fus comme hypnotisé, avant de me rendre compte à mon grand embarrassement que je la dévisageais depuis tout ce temps sans la moindre retenue. Je fis aussitôt demi-tour, pour cacher ma gêne et éviter la sienne. Dans la pièce voisine, les voix enjouées des deux compères nous parvenaient tandis que dans le salon, un silence pesant commença à s’installer. Quelques bruissements de tissu plus tard, et après m’être assuré qu’elle était dans un état présentable, je fis à nouveau volte face. Elle était encore plus belle qu’avant dans son kimono immaculé. Je m’effondrai dans un des fauteuils adjacents à la cheminée sans esquisser le moindre mot.

C’est à cet instant qu’un beau husky fit son entrée en trottinant doucement dans la pièce. Il vint directement vers moi et posa ses deux pattes avant sur mes genoux, avant que je ne grogne d’une voix fatiguée :
- Oh, non, Leto… ! Pas maintenant, je me suis entraîné toute la journée ! Laisses moi un peu me reposer.Celui-ci, loin de s’offusquer, reporta son regard bleu pâle sur la timide jeune femme et s’approcha doucement d’elle pour faire connaissance en remuant la queue avec bonne humeur. Enfoncé nonchalamment dans le fauteuil, j’observai en silence la jeune femme : c’était la première et la seule présence féminine que j’avais connu en dehors d’Ahina, surtout dans une tenue aussi… décontractée. On aurait presque dit que je la découvrais, mais je n’en laissais rien paraître. Mon visage restait impassible. Le silence un peu long dans lequel je m’étais enfermé devait mettre male à l’aise notre invitée, et je finis par accepter de briser mon mutisme :
- Alors, tu t’appelles Mashia, c’est ça ? Ton père te force souvent à te déshabiller devant des inconnus ? Lâchai-je soudain avec un sourire mi amusé mi dubitatif.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Jeu 22 Mai - 13:05




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Leto




Il régnait dans la pièce un calme tout relatif : bien que le silence était omniprésent, celui-ci était rythmé par le crépitement du feu dans l'âtre, le froissement du tissu quand la jeune fille entreprit de nouer autour de sa taille, un obi simple pour ceindre son kimono blanc. Il y aurait pu avoir des soupirs, au lieu de cela, ce fut un éclat de rire, un autre, qui résonna jusqu'à eux. Hector était un véritable ours, mais même un tel animal pouvait se révéler sympathique avec ses pairs. Le moins que l'on puisse dire c'était que ces deux là s'entendaient à merveille. L'adolescente jetait de temps à autre des regards vers la cuisine tout en triturant nerveusement les manches de son vêtement typiquement nippon. Un présent d'Hector avant qu'ils ne quitte définitivement le Japon. Il lui avait dit qu'il appartenait à sa mère. À ce souvenir, les yeux de la jeune femme se voilèrent. Elle n'avait jamais connu ses parents et ne les connaîtraient jamais, sauf quand elle pourra les rejoindre, dans l'au-delà.

Elle essayait de trouver quoi dire au garçon qui venait de s'affaler dans un des fauteuil non loin d'elle. Mashia nota tout de même la distance qu'il avait mit entre eux. Comme ces regards qu'il lui lançait de temps à autre et qu'elle ne parvenait pas à identifier. Ce qu'elle prenait pour de l'agressivité était peut-être en fin de compte, un profond ennui de les trouver ici ? Dans tout les cas, il fallait bien l'avouer, Kappa n'était pas des plus chaleureux. Cette idée se confirma quand, venu de nul part, un beau chien entra dans la pièce, visiblement heureux de voir son maître. Mashia détourna le regard, comme embarrassée, se sentant de trop. Par mimétisme elle commença alors à se tresser les cheveux, ce petit jeu l'obligeant à se concentrer et oublier sa timidité. Une coiffure bien compliquée mais qu'elle acheva avec une certaine dextérité. Finissant d'attacher sa natte avec un ruban qu'elle laissa glisser de son épaule jusqu'au sol, elle sursauta légèrement, prise au dépourvue quand l'adolescent s'adressa à elle.

« Je euh ... » commença t-elle en bredouillant, se cachant derrière le chien qui se prénommait Leto, faisant mine de le cajoler. L'animal semblait apprécier et, par jeu, se prit à chahuter. « Non, non ! »

Protesta t-elle tandis que le rouge lui montait définitivement aux joues. « Hector n'est pas vraiment mon père et … il a prit cette fâcheuse habitude. Il n'a jamais eut de fille, ni aucuns enfants d'ailleurs et … on ne peut pas lui dire non, vous comprendrez vite pourquoi. »

En fait, elle n'avait pas de réelles raisons à lui fournir. C'était comme ça. Ils avaient prit l'habitude de vivre que tout les deux la plupart du temps dans la nature. Les questions de pudeurs dans ces cas là n'existaient pas vraiment. Même si d'ordinaire la jeune fille qu'elle était essayait de se créer une sorte d'intimité qu'elle n'aurait que rarement.

« Hector et moi vivons seuls, par nos propres moyens, comment dire … nous sommes un peu comme des animaux sauvages. Si cela vous a gêné, veuillez nous en excuser. Cela ne se reproduira … »

… Plus. C'était ce qu'elle avait essayé de dire mais, au même moment, le Husky eut un geste un peu trop vif et elle se retrouva à terre, les yeux agrandis pas la surprise. Il avait une sacré force ! Immobile, comme si on venait de lui jeter un sort pour la rendre statue, Mashia Mokushi regardait Leto qui, joueur, passa une langue râpeuse sur son visage. La jeune fille éclata de rire.








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Jeu 22 Mai - 16:39

Avachi, le coude posé sur l’accoudoir et la tête appuyée sur ma main, j’observais toujours avec une curiosité dissimulée la jeune étrangère. Elle avait une manière d’être embarrassée qui me faisait sourire intérieurement, car lorsque nous étions plus jeunes Ahina et moi, c’était toujours moi qui finissais dans cet état d’esprit à cause des actions de la jeune fille. C’est alors que son vouvoiement me fit hausser les sourcils : m’avait elle vouvoyé, ou parlait elle de Naios et moi ? Ce n’est que lorsqu’elle s’exécuta à nouveau que je compris que la jeune femme me vouvoyait bel et bien, et un éclat de rire s’extirpa de ma gorge avant même que je m’en aperçoive.
- Tu as dû me confondre avec un seigneur, Mashia ! Il n’est pas nécessaire de me vouvoyer. Tu peux m’appeler par mon prénom et me tutoyer. Je suis quelqu’un de simple.

Un soudain éclat de rires venant de la cuisine nous fit tourner la tête brusquement : à en juger par les bruits de verre, les deux amis avaient commencé à boire avant même de manger, et la bonne humeur était au rendez vous. Les deux compères semblaient avoir beaucoup de choses en commun, et cela ne remontait visiblement pas à hier. Mashia n’était donc pas sa fille biologique, elle non plus.
- Oh, non, moi ça ne me gêne pas spécialement… surtout quand la fille est aussi jolie, pensai-je sans toutefois le dire à voix haute. Mais je pensais surtout à toi…

Peut être chercha t’il à recentrer l’attention sur lui, toujours est il que c’est le moment que choisit Leto pour sauter sur la pauvre Mashia qui s’effondra au sol. D’abord interdite, elle comprit aussitôt que le chien loup l’eut gratifiée d’un coup de langue qu’il n’était pas hostile. Je le laissai profiter quelques secondes avant d’intervenir :
- Allez, Leto, laisses la se relever, la pauvre !Un rapide coup d’œil dehors m’indiqua que le crépuscule s’installerait bientôt. Me redressant soudainement, j’interpellai rapidement mon mentor :
- Papa ! Je vais aller courir avant qu’on mange !
Cette partie de l’entraînement aurait été difficile pour n’importe quel autre chevalier : courir dans la poudreuse au moment où les températures chutent drastiquement sans en souffrir n’était pas donné au premier venu. Pour moi, en revanche, ce n’était rien de plus qu’une promenade aidant à me détendre aussi bien les muscles que l’esprit, et le premier ravi en était Leto, car il adorait ces promenades.

Me redressant de toute ma hauteur, je me tournai brièvement vers Mashia avant d’ajouter :
- Désolé, Mashia, mais nous poursuivrons notre conversation plus tard. Il est l’heure de mon entraînement, à présent, et ce n’est pas comme si c’était le genre d’entraînement où tu peux me suivre.Une lueur de défi passa dans mon regard l’espace d’un instant. Je ne savais pas trop pourquoi mais je voulais la jauger, la tester. Peut être était-ce une conséquence du fait que j’aie été persécuté toutes ces années par les autres apprentis, mais je m’étais enfermé dans une carapace protectrice qui me pousait à être distant avec les gens de mon âge. Mashia n’échappait pas à la règle, du moins pour l’instant…

Me dirigeant rapidement vers la porte d’entrée, je sifflai Leto qui répondit instantanément à mon appel par un aboiement joyeux.
- Allez, viens mon vieux ! C’est l’heure de la balade !



La porte se referma doucement derrière le jeune homme et son chien, laissant seule dans la pièce la jeune femme. Un léger silence s’installa, rompu aussitôt par Naios, qui s’était adossé dans l’entrebâillement de la porte menant à la cuisine. Il offrit un regard désolé à la jeune femme avant de lui dire d’une voix chaleureuse :
- Ne lui en veux pas... Kappa n’est pas comme ça d’habitude. Mais il...
Sa voix se fit hésitante. Devait il en parler à la fille de son meilleur ami ?
- Il traverse une passe particulièrement difficile, et il a déjà connu son lot de malheurs malgré son jeune âge. Ca n’a rien de personnel, ne le prends pas pour toi, surtout. Ce serait une erreur, conclut il en la gratifiant d’un sourire avant de regagner la cuisine.


Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Jeu 22 Mai - 23:55




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Jeu sous la neige




Essuyant les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux, la demoiselle se redressa tranquillement avec un immense sourire aux lèvres. Multipliant les caresses à l'intention de Leto, la jeune femme était visiblement heureuse de ne plus être seule. Il fallait dire que courir la campagne ne lui laissait que très peu d'occasion de fréquenter des enfants de son âge et bien que Kappa n'était apparemment pas du genre à parler librement, les mots qu'il lui avait adressé avaient eu de quoi la tranquilliser un peu. La gêne qui jusque là enserrait sa gorge finit de s'évanouir. Elle voulut s'excuser aussi pour le fait qu'elle le vouvoyait, lui expliquant simplement que c'était une habitude qu'on lui avait inculqué quand, abruptement, le jeune homme se redressa avisant du dehors avec un air dubitatif. Elle avait suivit son regard pour constater que le jour s'effaçait progressivement pour laisser la place aux couleurs du crépuscule.

Quelle fut sa surprise quand Kappa annonça qu'il allait sortir pour courir dans la neige. Relevant ses yeux turquoises vers lui, le détaillant un instant, elle se redressa par automatisme et resta immobile tandis que Leto rejoignait son maître déjà parti.

Seule dans la pièce, il ne s'était pas écoulée deux secondes que Naios fit irruption dans la pièce pour expliquer le comportement de son fils. Loin de s'en offusquer, Mashia y vit une occasion à saisir. Ni une ni deux, adressant un petit signe de tête poli au père adoptif du futur Saints des Glaces, elle ouvrit la porte sans réfléchir et s'élança à la suite du jeune homme. Leto émit un léger aboiement pour avertir l'adolescent qu'une invitée surprise venait de faire irruption dans leur « jeu ». Assez véloce, la jeune femme n'eut pas trop de mal à le rattraper, lui envoyant un petit regard complice tandis qu'elle ouvrait les bras en grand, appréciant le vent qui soulevait ses cheveux de feu.

« Nous pouvons poursuivre notre conversation ! » lança t-elle pleine de défi. « Habituellement je ne courre pas dans la neige, mais les entraînements d'Hector ne sont pas de tout repos pour autant ! Rattrapes moi si tu peux ! »

S'élançant tel un cheval au galop, son cosmos l'enveloppa légèrement pour la protéger d'un froid dont elle n'était pas familière. Si elle savait pertinemment qu'elle n'avait aucunes chances face à Kappa, Mashia voulait tout de même lui monter qu'elle n'était pas aussi fragile qu'elle en avait l'air. Mais soudain, son pied s'enfonça un peu trop dans le manteau blanc et elle chuta, les flocons dansant tout autour d'elle. Elle avait roulé quelques mètres plus loin mais se rétablissait déjà comme si de rien n'était. Ce fut à cet instant, que, aussi vive que l'éclair, elle projeta sur Kappa une boule de neige tout en éclatant de rire.

« Ahah ! Désolée, c'était trop tentant, j'aime trop la neige pour cette raison. Ne m'en voulez … m'en veux pas ! »

Se reprit-elle en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle s'arrêta en plein élan. Comment allait-il réagir ? Après tout, il se pourrait qu'elle ait mal agi et que Kappa s'en offusque. Baissant la tête, elle s'excusa maladroitement.








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Lun 26 Mai - 15:56

Tandis qu’il regagnait la cuisine, un sourire se dessina sur les lèvres de Naios lorsqu’il entendit la porte d’entrée se refermer à nouveau. Il se tourna vers son vieil ami et lui lança d’un ton mystérieux :
- Il se pourrait bien que ta petite protégée accomplisse des miracles dans les prochains jours…


La neige tombait paisiblement alors que le crépuscule laissait peu à peu la place à une nuit claire et étoilée. Marchant rapidement dans la neige, je fus soudain attiré par un aboiement joyeux de Leto, ce qui n’était pas dans ses habitudes, lui qui était d’ordinaire bien silencieux. C’est avec surprise que je vis émerger de l’ombre la jeune femme à la chevelure de feu. Posant les mains sur les hanches, je l’observai d’un air perplexe avant de lui lancer :
- Qu’est ce que tu fais ici, toi ? Tu vas attraper froid si tu continues, surtout dans cette tenue… ajoutai-je en notant que son kimono avait commencé à s’entrouvrir lorsqu’elle avait couru pour me rattraper.
Elle m’interrompit en me défiant, prête à prouver qu’elle était au moins aussi douée que moi. Un sourire malicieux naquit sur mon visage tandis que Mashia s’élançait dans la neige. Elle n’était pas aussi maladroite que je l’aurais pensé, parvenant à éviter de s’enfoncer dans la poudreuse. Toutefois, cette démonstration se solda par une chute. M’avançant jusqu’à elle, je rétorquai avant de sourire l’espace d’un instant:
- Il te faudra encore pas mal d’entraînement avant de pouvoir faire preuve de célérité dans un environnement comme celui là.

En réponse à cette raillerie, ce fut directement une boule de neiges qui vint s’écraser en plein sur mon visage. La neige retomba mollement sur le sol, et je vis que Mashia était déjà partie dans le but de me distancer. Un bref instant, j’eus l’impression qu’une aura cosmique l’enveloppait. Mais comment était ce possible ? Etait elle une apprentie malgré son âge avancé ? Ou bien une porteuse d’armure ? Chassant toutes ces questions de mon esprit, je finis par me prendre au jeu :
- Attends un peu, toi… murmurai-je. Durant un bref instant, mon cosmos se déploya tel un vent glacial arctique. Posant mes mains au sol, je gelais instantanément toute la zone devant moi sur plusieurs dizaines de mètres, la transformant en véritable patinoire si bien que la pauvre jeune femme glissa avant de s’effondrer au sol. Après m’être redressé, je m’avançai lentement vers elle. A mesure que j’allais de l’avant, la neige reprenait son aspect normal et la glace fondait. En arrivant juste devant elle, je posai la main droite sur ma hanche, avant de lui tendre la main pour l’aider à se relever :
- Ne jamais me défier sur mon propre terrain… Tu as perdu d’avance…
Elle se redressa, et je l’évaluai durant un bref instant, puis :
- Où as-tu appris à te déplacer aussi rapidement sur terrain difficile ? Est-ce que par hasard… Tu maîtriserais le cosmos, toi aussi ? Lâchai-je lentement en la fixant intensément.
Elle semblait tellement fragile et innocente qu’il était difficile de l’imaginer en chevalier d’Athéna. Mais après tout, parfois, les apparences sont trompeuses…
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mar 27 Mai - 18:44




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Une gêne




L'intéressé tourna un regard olive et interrogateur vers son ami qui venait de s'adresser à lui. Des miracles, sa protégée ? Mais de quoi parlait-il ? Décroisant ses immenses bras qui quittèrent sa poitrine pour se poser sur les épaules de Naios, Hector lui demanda sans détour : « Tu éveilles ma curiosité mon ami, qu'est-ce que tu veux sous-entendre ? »

La joie toute affichée sur son joli minois s'envola très vite. Cette ivresse ressentie lors de ses déplacements agiles et véloces fut très vite remplacée par une certaine surprise mêlée à une intense frustration. D'un seul coup sans qu'elle puisse rien n'y faire, la jeune fille vit la glace se former sous ses pieds. Ceux-là se dérobèrent sous elle et elle chuta de nouveau, mais cette fois plus durement. Réprimant un petit gémissement, Mashia leva deux grands yeux stupéfaits vers le futur Mage des Glaces. Assez impressionnée par ce tour, l'adolescente ne montra rien de la gêne qu'elle ressentait vis à vis de ce jeune garçon : or, elle devait bien avouer qu'elle n'était pas très fière de sa prouesse. Ce n'était pas dans ses habitudes de se montrer zélée ! Mashia ne savait pas pourquoi elle avait agi ainsi et désormais, elle en payait le prix. Un maigre prix, certes, représenté par de futures ecchymoses, mais une petite blessure dans son orgueil quand même.

Avisant de son compagnon d'un œil désolé, elle accepta sans hésitation cette main qu'il lui tendait. Époussetant son kimono aussi blanc que le rideau de neige sous leurs pieds, la jeune femme accusa la pique sans broncher.

« C'était idiot, je sais. » répondit-elle avec une pointe de déception dans la voix en plongeant ses prunelles dans celles de Kappa. « Oui, je maîtrise le cosmos. C'est Hector qui m'enseigne, à sa manière, à devenir une Sainte convenable. D'habitude notre terrain de jeu se résume à d'épaisses forêt ou des montagnes escarpées, je n'ai pas l'habitude d'évoluer dans la neige, j'aurais mieux fait de m'abstenir sur ce coup là. »

Sa mine était toujours embarrassée, preuve indéniable qu'elle regrettait amèrement son choix de s'être élancée à la suite du protégé de Naios. « Je ne sais pas ce que je cherchais à faire ou à prouver. Toujours est-il que je m'excuse, je te fais perdre ton temps. Je vais rentrer. »

Sur ces mots, la belle fit volte face pour revenir sur ses pas. Ils n'étaient pas encore très éloignés du chalet et, si elle marchait vite, sans doute serait-elle rentrée avant que la nuit ne finisse de tomber. Dommage, songeait-elle, elle aurait bien voulut lui montrer de quoi elle était capable. Cependant, un peu blessée, elle préférait ne pas faire pâle figure aux côtés d'un vrai futur Chevalier d'Athéna. Et accessoirement, d'être un boulet. Cette pensée la fit serrer ses petits poings.









Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mar 3 Juin - 13:30

- Je vois, je comprends mieux, lançai-je en réponse à ses explications sommaires.
Ainsi, cet Hector l’entraînait à devenir futur chevalier. Sans doute avait elle cherché à m’épater en agissant ainsi, mais elle n’avait fait qu’éveiller mon esprit de compétition, et démontrer qu’elle n’était pas au niveau. Visiblement vexée, elle fit demi-tour et se dirigea à grands pas vers le chalet.
- Je ne serai pas long, lâchai-je simplement avant de repartir sans me retourner.
La jeune femme avait sans doute voulu prouver qu’elle était meilleure qu’elle n’en avait l’air. Et elle l’avait prouvé dans un sens. Mais pas suffisamment pour que je le laisse paraître. Je la traitais mal, et je ne savais même pas pourquoi. Accélérant le pas dans le but de me défouler et de me vider l’esprit, je poursuivis ma course durant plus d’une demi heure avant de décider de regagner le chalet.

Pendant ce temps, entre nos vieux amis…
- Eh bien, vois tu, Kappa est un chevalier très solitaire, et pourtant... commença Naios en observant son vieux compagnon avec un brin de tristesse dans le regard, il n’est plus comme avant depuis que nous avons quitté le Sanctuaire.L’homme à la chevelure d’argent fit quelques pas pour aller se servir un verre, puis remplit celui de son invité, et le lui tendit avant de poursuivre :
- Il est facilement irritable, farouche, solitaire. Bien sûr, il n’a jamais été très sociable… Il est français à l’origine, et comme tu le sais, les gosses du Sanctuaire ne se font pas de cadeaux entre eux, surtout les apprentis. Mais là, c’est très différent… Je pense que la présence de Mashia pourrait lui faire beaucoup de bien si elle parvenait à briser la carapace qu’il a créée autour de lui et à découvrir pourquoi surtout…Il acheva sa phrase avant de terminer son verre d’une traite, et releva la tête en entendant la porte s’ouvrir. Il passa une tête curieuse par le chambranle de la porte du salon et constata avec regret que la jeune femme revenait seule. Il soupira largement, et se tourna vers Hector :
- C’est pas gagné… chuchota t’il en se resservant un verre.

Naios passa la demi-heure suivante à tenter de réconforter la jeune Mashia, en se servant de sa gentillesse et de sa jovialité habituelle. Celle-ci n’était pas très difficile à divertir contrairement à son fils adoptif, ce qui ravit le père de Kappa. Enfin, après avoir bu un thé et discuté un bon moment auprès du feu dans le salon, tous trois entendirent à nouveau la porte d’entrée s’ouvrir, et Naios reconnut immédiatement le pas du chevalier de la couronne Boréale. Celui-ci posa sa cape fourrée dans l’entrée tandis que Leto , après s’être ébroué dans l’entrée, venait s’étendre sur la peau d’ours agréablement chauffée par le foyer de cheminée. Agacé et embarrassé par le comportement de son fils, Naios se leva, s’excusa auprès de ses convives et se précipita dans l’entrée avant d’attraper son fis par l’épaule et de lui murmurer d’un ton vindicateur :
- Ca suffit, maintenant ! Arrêtes de faire ta mauvaise tête et sois gentil avec Mashia ! Ca m’a l’air d’une gentille fille et tu as le plus grand besoin de socialisation !
- Je ne vois pas en quoi un chevalier des glaces a besoin de vie sociale, ironisa Kappa avant que Naios ne resserre son étreinte et ne plonge son regard perçant dans celui du garçon.
- Kappa ! Ils vont être parmi nous un certain temps alors tu ferais mieux de t’y habituer.
- Un certain temps ?! Lâcha Kappa soudain arraché à son état léthargique. Mais ils vont dormir où ?!
Le visage de Naios se figea soudain alors qu’un sourire gêné trahissant sa surprise se dessinait sur son visage.
- Ahem… Tiens, c’est une bonne question, ça…Relâchant son étreinte sur l’épaule de son fils sans même s’en rendre compte, Naios regagna le salon et appela son compagnon d’une voix étrangement mielleuse :
- Hector ? Il faut qu’on discute, euh… logistique ! Oui, voila, c’est ça ! Ajouta t’il, visiblement ravi du mot employé.
Et pendant que les deux hommes s’éloignaient dans la cuisine, le jeune homme, trop content d’avoir échappé au courroux de son mentor, disparut dans sa chambre après un bref passage dans le salon où il salua distraitement Mashia.

Lorsqu’il ouvrit la porte de sa chambre, son regard en balaya les lieux : sur la gauche son grand lit était bien fait et soigneusement bordé, et au pied de celui-ci, comme un vieux coffre en bois, se trouvait soigneusement posée la pandora box de la Couronne Boréale. Le signe distinctif de son appartenance à la chevalerie d’Athéna. Sur la droite, un large plan de travail généreusement éclairé le jour par une grande fenêtre s’étalait. Dessus, des centaines de petits objets étaient disposés en désordre : c’était un atelier. Un atelier de maquettes. Kappa s’était épris pour ce passe temps après que son père adoptif le lui ait montré. Il était devenu très fort et le clou de sa collection était en fait une maquette du chalet, possédant des détails impressionnants. Actuellement, le jeune garçon travaillait visiblement sur une maquette du temple du Verseau, qu’il affectionnait particulièrement. Il lui était arrivé de rendre plusieurs fois visite à Fawn depuis qu’il avait remporté son armure au tournoi. Quant au mur du fond, il s’agissait d’un grand placard où étaient rangés les vêtements du jeune chevalier.

Fatigué, le jeune garçon s’effondra sur sa chaise devant son établi, et observa la maquette avant d’entendre la porte de la chambre grincer doucement : c’était Mashia. Elle semblait ne pas oser vouloir rentrer et restait sur le pas de la porte. Hésitant un instant, mal à l’aise, Kappa lui dit soudain :
- Ben, entres ! Tu vas pas rester dehors !Se replongeant dans sa maquette tout en tournant le dos à la jeune femme, il ajouta :
- Assieds toi, lui fit il signe en montrant le lit par dessus son épaule sans se retourner.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mer 4 Juin - 12:46




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Logistiques




Subitement, l'adolescente se sentit mal, comme si ce lieu devenait plus hostile qu'il n'était froid. Cette sensation se dissipa très vite quand elle poussa les portes du chalet et qu'une douce chaleur réconfortante lui offrait ses bras. La tête de Naios apparue, sans doute intrigué de voir si la protégée d'Hector avait déjà réalisé des merveilles. Serait-ce de la déception et une pointe de tristesse qui passa dans ses prunelles claires ? Intriguée, Mashia alla les rejoindre dans la cuisine où, semblerait-il, les deux amis s'y étaient concertés. À en voir les joues et le nez de son père adoptif qui avaient prit une couleur tomate, d'un rouge très prononcé, la belle fit mine de s'en offusquer et mit ses petits poings sur ses hanches, pour parfaire sa petite mise en scène. Seulement voilà, à le voir embarrassé, à tripoter son verre à ne plus savoir qu'en faire, soit continuer à boire soit à tout à fait le délaisser, elle finit par éclater de rire. Son petit rire se communiqua rapidement aux deux autres. Hilares pour une raison qui, au final, leur échappait à tout les trois, ce fut la petite fleur qui se rembrunit la première, au souvenir de l'épisode « course dans la neige. »

Mashia ne savait pas ce qui lui avait traversé l'esprit, que cherchait-elle à faire en fin de compte ? On déposa devant elle un grand verre de lait et, intriguée, elle leva ses yeux turquoises vers un Naios tout sourire. Le remerciant d'un sourire un peu forcé, la jeune Mokushi y trempa les lèvres avant d'avaler le tout goulûment. Un petit soupir passa ses lèvres au moment où elle termina son verre d'une traite.

« Ahaha, elle a une bonne descente la petite, à se demander de qui elle tient ça ! » lâcha de bonne humeur le père adoptif du Mage des Glaces et avisant de son camarade. Ce dernier lui envoya un coup de coude dans les côtes, rien de bien méchant avant que les trois larrons, ne recommencent à plaisanter. Mashia oublia pendant près d'une demie-heure, l'incident ou plutôt, son élan zélé. Jusqu'à ce que, de nouveau, la porte ne grince. « Ah, revoilà ton protégé. »

Installés entre temps au bord du feu, discutant de tout et de rien auprès d'une bonne tasse de thé, cette fois, ils relevèrent la tête de concert dans l'espoir de voir Kappa venir dans le salon. Hélas, ce ne fut que le husky qui se présenta, cherchant lui aussi une place auprès du feu. Naios s'excusa et quitta la pièce un moment. Le silence retomba, comme la bonne humeur. Le nez plongé dans sa tasse, la jeune femme s'efforçait de ne pas écouter les éclats de voix qu'elle pouvait bien discerner. Mais, à n'en point douter, le père passait un savon au fils.

« J'aimerais pas être à la place de Kappa. » la fille releva les yeux vers le père. « C'est qu'il me fait un peu peur quand il se met en colère, le bougre. »

En imaginant la scène, Mashia eut un large sourire. Elle qui pensait que rien ni personne ne serait assez fou ou assez grand pour faire trembler Hector ! Sa surprise était grande ! Il allait continuer à distraire la future Sainte, quand, d'un coup, la voix de son ami résonna.

« Oh m... » les yeux ronds, le visage d'Hector trahissait la gêne, l'embarras. Comme ce le mot était un code connu entre les deux hommes. « C'est vrai ça quel con ! »

Le géant se releva pour aller rejoindre son ami. Mais avant de passer la porte de la cuisine, il lança à sa fille en jetant un œil par dessus son épaule.

« Soyez sages on revient euh … »

Kappa passa rapidement la saluer avant de s'évaporer lui aussi Athéna sait où. Seule avec ses réflexions, la jeune fille contempla un très long moment le feu qui crépitait dans l'âtre. Elle ne savait pas trop quoi faire, et n'aimait pas trop la situation dans laquelle elle évoluait. Deux amis qui parlaient « logistiques », de son avis, ils devaient s'être repliés pour aller boire un coup, et un garçon taciturne qui ne lui prêtait aucunes attentions. Comme si sa seule présence le gênait. Que faire ? En tendant l'oreille, elle crut percevoir des « Nan mais c'est hors de question ! » et des coups de poings sur la table. Qu'est-ce qu'ils faisaient ?

Un soupir, et elle se redressa. Quand il faut y aller, faut y aller.

Ses yeux détaillèrent la chambre de Kappa avec une certaine surprise, et réserve. Le rose aux joues, ne sachant pas trop si elle pouvait se permettre de s'inviter de la sorte dans l'antre du Chevalier, la belle marqua un temps d'arrêt avant de se figer en entendant la voix de Kappa. Il l'invitait à entrer. Le timbre de sa voix trahissait soit sa mauvaise humeur, soit le doute. Finalement, s'en voulait-il de l'avoir traité de la sorte ? Le fait est qu'il ne lui accorda même pas un regard. Docilement, Mashia obtempéra et alla s’asseoir sur le lit. Des longues secondes passèrent qui lui semblèrent être des heures ! Sa présence devait profondément l'ennuyer.

« C'est ton armure ? Elle semble me parler, c'est étrange. » lâcha t-elle en ne la quittant pas des yeux, son aura glacée se manifestant de temps à autre. Que voulait-elle dire par, lui parler ? « Elle semble aussi triste que toi. »

En se rendant compte des mots qu'elle avait prononcé, elle balbutia, agitant vainement des mains. « Ce … ce n'est pas ce que je voulais dire ! »

Quelle idiote. La tête basse, ses mains triturant nerveusement sa chevelure de feu, Mashia, soudainement résolue, s'approcha de Kappa pour jeter un œil à ce qu'il faisait. Ses yeux s'agrandirent, c'était magnifique ! 

« Oh ! Que c'est beau, tu as dû y passer des heures ! Tu es très adroit de tes mains, c'est très impressionnant. Qu'est-ce que ça représente ? Un Temple ? »

Tout sourire, la jeune fille croisa ses bras dans son dos, se balançant légèrement d'avant en arrière. Elle repéra une feuille de papier froissée non loin et timidement, lui demanda si elle pouvait la prendre. Puis, elle retourna sur le lit, sans mot dire, concentrée à plier la feuille, la plier encore et encore. Le temps fila ainsi.








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Jeu 19 Juin - 13:34

La jeune femme entra timidement dans la chambre, et son regard se fixa sur la pandora box durant un long moment. Aussitôt, l’armure lui parla un bref instant et son aura glacée s’éleva autour du métal sacré. Je le ressentis et fis volte face, étonné.
- Oui, répondis-je d’un ton absent en fixant ma propre armure. C’est l’armure de la couronne Boréale, dont je suis le porteur, ajoutai-je en me tournant à nouveau vers mes maquettes.
Ma main s’immobilisa alors que j’allais fixer délicatement une colonne à l’entrée du temple du Verseau. Tournant lentement un regard surpris et étonné vers la jeune femme, je répétai doucement :
- Triste… ?
Immédiatement, le rose monta aux joues de Mashia qui sembla particulièrement embarrassée. Haussant les sourcils, je finis par laisser tomber, et reporter une nouvelle fois mon attention sur l’établi. Je ne l’entendis pas approcher. Elle se pencha par-dessus mon épaule et je sentis se cheveux entrer en contact avec mon dos et mon cou. En un instant, mes doigts et mes épaules se raidirent, et un profond embarras m’envahit tandis qu’elle me complimentait sur mon œuvre. Je n'étais pas habitué à un contact féminin autre que celui d'Ahina, et je n'avais plus été approché par une femme depuis longtemps.

- Oui… répondis-je d’une voix soudain toute faible et gênée. C’est le temple du Verseau, le onzième gardien du Sanctuaire d’Athéna.
Alliant le geste à la parole, j’ajoutai une nouvelle colonne à l’édifice fidèlement reproduit. Soudain, la jeune femme me demanda la permission d’emprunter une feuille de papier. Curieux de voir ce qu’elle en ferait, je lui répondis :
- Oui, bien sûr. Sers-toi…
Visiblement contente, Mashia attrapa une feuille et retourna s’assoir sur le lit. Apparemment, elle s’y connaissait en pliages à l’aide de papiers. Naios m’en avait déjà parlé, mais je ne me souvenais plus du nom de ces pliages.
De brusques éclats de voix m’arrachèrent tout à coup à mes réflexions. Et pour une fois, ce n’était pas la voix puissante d’Hector qui rugissait dans la maison, mais bien le rire de Naios, à mon grand étonnement. Dubitatif, je ne pus qu’échanger un regard avec Mashia qui semblait surprise elle aussi, avant de hausser les épaules silencieusement pour lui faire comprendre que je n’avais aucune idée de ce qui se passait.


- Ne sois pas ridicule, Hector ! Ils n’arrivent même pas à discuter ensemble cinq minutes et tu t’inquiètes de ce qui pourrait arriver s’ils dormaient dans le même lit ?! Sois raisonnable, Kappa a la maturité sexuelle d’un gosse de dix ans. A moins que tu ne préfères dormir avec ta fille… lâcha Naios d’un air innocent tout en se doutant du résultat qu’il obtiendrait.
Le père adoptif du Verseau remplit les verres d’alcool de prune et en tendit un à son vieil ami.
- T’en fais pas, tout ira bien ! Enfin quoi, Kappa n’est même pas capable de la regarder en face, alors je doute qu’il passe à l’acte…
Naios bailla fortement et ajouta :
- Il se fait tard mon vieux. Vas donc en parler aux enfants pendant que je termine la vaisselle. J’aimerais être couché avant que le jour ne se lève…
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mar 24 Juin - 0:29




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Un peu de jaune d’œuf




Je … Attends quoi ?! Mes yeux s'étaient arrondis sous le coup de la surprise. Mais … Naios, t'es pas sérieux ? Avais-je envie de lui beugler aux oreilles tout en le secouant comme un prunier. Chose que je fis sans m'en rendre compte avant de me reculer, tout penaud, la mine basse et l’œil humide. Hors de question bon sang, ma pure et innocente petite fille … DORMIR DANS LE MÊME LIT QU'UN GARS DE SON ÂGE ?! Nan mais il était pas un peu cintré ? Je l'observait, incrédule tout en m'efforçant de contrôler un minimum les mimiques crispées de mon visage. Bon, ça se lisait sur ma trogne que j'étais pas mais pas d'accord DU TOUT. Seulement, au fond, il avait raison le bougre, il n'y avait pas d'autre alternative. Non. Décidément non, je ne pouvais pas me laisser flancher ! Ma précieuse petite fleur ! Je grommelais, tout piqué au vif que j'étais à cette perspective.

Quand Naios me tendit un énième verre d'alcool de prune dont j'étais si friand, je le sifflait d'un trait, le posa sans délicatesse aucune, m'essuya la bouche d'un revers de la main et éructa. Ne soit pas ridicule disait-il, ils se parlaient à peine bla bla bla … Rah. Fait chier tient.

« Va mourir, vieille loque dégarnie. » lâchais-je soudain bougon avant de me redresser sur ma chaise quand je le vis bailler et me dire quoi ?! « Non mais ça va pas la tête ! Pourquoi ce serait à moi … oh puis merde, là. T'es chiant Naios. »

En fait, j'étais bien content d'échapper à la vaisselle. En plus il paraît que je la faisais mal, qu'il restait toujours du blanc d’œuf dessus … quoi comment ça ça ne faisait pas partie intégrante de l'assiette ? Je suis pas une fée du logis, personne ne me cassait les noix avec ça. Si ? Ah si. Je quittais la pièce en traînant des pieds, cherchant mes mots, mes lèvres bougeaient toutes seules, mes mains aussi d'ailleurs. Comment j'allais tourner ça putain ? J'imaginais déjà la tronche de ma petite. À peine avais-je finis d'y songer, que je me trouvais devant la porte, mi-close. Je les entendais pas parler. Et ce silence n'était pas pour me plaire.

« Halte au grabuge ! » criais-je en faisant une entrée fracassante, tordant -presque- la poignée de la porte. Juré, elle était déjà comme ça avant. « Ah euh … salut. Tout va bien ? »

Je me grattais le derrière de la tête, mal à l'aise. Je sentais leurs regards intrigués vers moi et avisait de l'expression de Mashia qui, en me voyant, délaissa une feuille de papier. Assise sur le lit, elle était entourée d'une demi-douzaine de fleurs de lotus pliés soigneusement. Je fis mine de rien, de m'y intéresser tout en sifflotant. L'innocence même vous dis-je, indétectable était ma gêne ! 

« Ah au faite, par manque de place, vous allez partager le lit de Kappa ! Hein quoi ? Ahaha … bonne nuit les jeunes ! Pas de bêtises ! »

Je m'enfuyais tel un coup de vent. Piou, j'ai eu chaud moi ! Sorti de la pièce, je marquais un temps d'arrêt pour pousser un interminable soupir. Puis, l'air de rien, je rejoignais Naios, tout fier de ma prouesse. En voyant ma mine réjouit, je lui balançais en riant.

« C'était pas si difficile ! »
Le bougre me lança un regard emplit de sous entendu. « Ouais … j'ai fais tout dans le feutré l'air de rien et je me suis barré … t'as finit la vaisselle ? Ah, regarde là, des traces de jaune d’œuf ! »

Depuis la fuite de son père, la jeune femme n'avait soufflé mot. Le visage dissimulé par sa longue chevelure carmine, elle désirait ardemment se faire aussi petite qu'une souris. Avec précaution et au bout d'un moment, elle se redressa pour ramasser ses lotus en papier et les apporta à Kappa.

« Je … J'en ai fais peut-être un peu beaucoup, mais je pensais que ça pourrait décorer ta maquette. » elle aussi essayait de faire bonne figure. « Je suis désolée pour … pour … » elle n'acheva pas sa phrase, la laissant en suspend pour se mordre la lèvre inférieure.







Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Ven 27 Juin - 12:56

Des années qu’ils étaient amis, et pourtant Naios parvenait toujours à duper Hector avec la même aisance qu’au premier jour. L’homme à la chevelure argentée ne manquait pas d’intelligence : il avait l’esprit vif, et il savait s’en servir pour retourner la situation à son avantage. Après avoir râlé un bon coup, Hector abandonna et accepta son tragique destin tandis que le père de Kappa, déjà affairé à la vaisselle, ne pouvait s’empêcher de sourire en imaginant la scène. Il aurait payé cher pour être une souris dans les prochaines secondes qui allaient suivre.

Le silence qui régnait dans la chambre était plaisant. Seul, le bruissement de feuilles derrière moi trahissait la présence de Mashia, qui se montrait particulièrement discrète. Peut être avait elle compris que la construction de maquettes nécessitait un calme et une concentration importants, ou bien peut être était elle effrayée par mes manières un peu brusques, difficile à dire. Néanmoins, je ne pus qu’apprécier le geste. C’est alors que je m’apprêtais à poser le toit sur les colonnes des appartements privés du Verseau accolés au temple que la situation… changea. La pose du toit était délicate car la moindre colonne qui tombait pouvait entraîner un effet domino important sur la maquette. Avec un doigté minutieux et une concentration poussée à son paroxysme, j’entamai la phase délicate du procédé. Et il entra ! La porte s’ouvrit à la volée et sa voix rugit dans la pièce en se répercutant en écho. La soudaine arrivée d’Hector me fit sursauter et le toit m’échappa des mains. Le mouvement brusque de ma main fit basculer plusieurs colonnes et l’effet domino tant redouté ne se fit pas attendre. Toute la partie de la maquette représentant les appartements du chevalier du Verseau n’étaient plus qu’un tas de ruines sur ma désormais anciennement fière maquette.
- Ah, euh… salut. Tout va bien ? Lâcha maladroitement Hector alors que le sang bouillait dans mes veines.

Lentement, je fis demi-tour sur ma chaise avant de le fusiller du regard.
- On ne vous a jamais appris à frapper avant d’entrer ? Rétorquai-je d’un ton insolent.
Mais le père de Mashia devait avoir autre chose en tête car il ne s’en offusqua pas. Non, bien pire, l’annonce qu’il fit me fit l’effet d’une bombe et ma mâchoire inférieure sembla se décrocher, laissant apparaître un trou béant en lieu et place de ma bouche. Je voulus répliquer mais le bougre ne m’en laissa pas le temps. Il jeta le sac contenant les affaires de Mashia sur le lit et claqua la porte en disparaissant.
- Quoi… ?! Lâchai-je enfin au bout d’un silence qui sembla durer une éternité.
Mon regard croisa celui de la jeune femme qui semblait aussi embarrassée que moi et qui s’excusa aussitôt.

- Non, ne t’excuses surtout pas, lui dis-je alors. Je parie que c’est encore un coup de mon père, ça ! Ajoutai-je en me remémorant la manière dont Naios se comportait en présence d’Ahina. Ne bouges pas de là, je vais régler ça !
Le pied assuré, sûr de moi, je me dirigeai vers les éclats de voix, provenant de la cuisine. J’entrai franchement, l’air déterminé, avant de lancer :
- Papa ! On peut se parler deux minutes ? Maintenant ?! Insistai-je sur le dernier mot.
- J’arrive, répondit-il, visiblement loin d’être pris par surprise.
Il me suivit dans le salon, et je lui dis aussitôt que nous fûmes seuls :
- C’est quoi ce cirque ?! Je suis vraiment censé partager mon lit avec…
- Avec cette superbe jeune femme que certains tueraient pour avoir dans leur lit, tu veux dire ? Coupa Naios d’un air amusé et pétillant.
Rougissant subitement, je me mis à balbutier en rétorquant :
- Je… Ce n’est pas la question, mais il… il s’agit de mon…
- Tu préfères que je leur raconte certaines histoires embarrassantes et que je m’arrange pour qu’ils restent ici plusieurs mois ? rétorqua Naios d’une voix doucereuse.

Soupirant longuement, je fis demi tour pour regagner la chambre. Avant de quitter le salon, j’entendis mon père ajouter avec triomphe :
- J’aime mieux ça !
Lorsque je regagnai la chambre, Mashia m’accueillit avec un regard plein de curiosité signifiant « comment ça s’est passé ? ».
- Bon, comment on s’organise… ? Lui demandai-je en guise de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Sam 28 Juin - 21:22




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Juste pour rire




Un rire tonitruant accueillit l'arrivée de Kappa dans la cuisine. Hector fit mine de rien, assit devant un verre d'alcool de prune – bien mérité – et, ne leva pas le nez quand le garçon, visiblement de mauvaise humeur, entraîna le pauvre Naios à sa suite. Mais il n'avait put s'empêcher de faire le malin en adressant un petit signe de croix à son plus vieil ami. Ah ah ! Il se croyait plus malin que lui, mais finalement, c'était sur lui que les choses allaient retomber. Il y avait une justice dans ce monde en fin de compte, se disait Hector un large sourire bêta aux lèvres en levant son verre pour trinquer avec l'invisible.

Pousserait-il le vice à aller espionner ? Bien entendu, c'était d'Hector que l'on parlait. Telle une petite souris, le géant se leva de sa chaise avec la plus grande des discrétion possible – très ardu pour lui, notez-le – pour se diriger à pas de loup – de mi-ours, mi éléphant et re-mi ours derrière – vers là d'où provenait les éclats de voix. Oh ça chauffait par ici ! Planqué derrière l'embrasure de la porte de la cuisine, le bougre jeta un coup d’œil pour essayer d’apercevoir le père et le fils. Et tendre l'oreille … Rah, il n’entendait presque rien : peut-être en s'approchant un peu …

« Et merde. » jura t-il entre ses dents en voyant, au dernier moment, un objet tomber sur le sol, produisant un bruit épouvantable. « C'est pas moi. C'est le chien, il a fait tomber un truc ... » Et il sifflota, toujours l'air de rien.

Silence. Silence maintenant. Mince, Kappa n'était pas commode, il avait de qui tenir. Et la répartie de son ami le fit plus que sourire. Mais quand même, il allait un peu loin et il n'aimait pas trop les pratiques de ce dernier. Il lui en ferait part d'ailleurs. Les bras croisés, il fit un pas en avant pour se dévoiler quand Kappa tourna les talons, l'air sérieux qu'il affichait n'augurait rien de bon. Jusqu'à ce qu'il balance sa main dans le dos de l'autre ancien chevalier.

« P'tit canaillou va ! Tu lui as foutu une de ces chasses. J'aurais pas aimé être … Quoi ? Bah oui, j'ai écouté, j'ai pas le droit ? On parle de ma fille un peu, là … ah non ? » une pause. « Allez viens vieux débris, on va aller écouter aux portes, un peu, pour rire. Juste pour rire. »

Il lui lança un regard malicieux, posa un doigt sur ses lèvres et, comiquement, marcha sur la pointe des pieds pour rejoindre la dite porte. Avec sa discrétion habituelle, s'il vous plaît.

« Je … euh ... »
Fis t-elle face à la réplique du futur Verseau. « Je peux m'installer par terre, tu sais. Je sais que je suis une « invitée » - elle hésita sur le mot – mais … je ne veux pas gêner. Puis, ça me dérange pas. »

Quittant le lit sur lequel elle était encore assise, Mashia était prête à mettre en œuvre, sa proposition. Elle lui jeta un bref coup d’œil … s'approcha subitement pour murmurer à l'oreille de Kappa. « Ils sont derrières la porte. »

Comme son père adoptif, elle intima le Saint de Bronze, au silence avant de se diriger à pas feutrés, vers la sortie. Une idée germa dans son esprit. Une idée qui, sur le coup, trouva très drôle, mais qui, en temps normal, ne l'aurait même pas effleuré. La jeune fille pouvait se montrer d'humeur taquine, parfois.

« Kappa ! Je vais me changer, ne regardes pas. »
elle crut entendre des murmures étouffés derrière le bois. Un sourire amusé flotta sur son visage, et elle fit un clin d’œil au jeune homme. L'encourageant à entrer dans son jeu, elle lui fit signe de la rejoindre. « C'est Hector qui me l'a offert lors d'un de nos voyages, quand nous sommes allés à Paris, c'est une belle chemise de nuit, non ? »








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Lun 7 Juil - 18:30

- Non mais tu rigoles ?! Tranchai-je immédiatement lorsque Mashia proposa de dormir par terre. Si quelqu’un doit dormir par terre, ce sera m…
Je fus coupé dans mon élan lorsque la jeune femme se rapprocha subitement de moi avec un regard malicieux. J’eus un mouvement de recul, ne comprenant pas ce qu’elle cherchait. Durant une seconde, l’idée qu’elle veuille m’embrasser me traversa l’esprit, mais cette idée stupide fut bien vite remplacée par la confidence que me fit Mashia. Ainsi, les deux zigotos nous surveillaient à travers la porte. Tel un chat prêt à fondre sur sa proie, la jeune femme s’approcha de la porte à pattes de velours, avant de lâcher une phrase qui éveilla mon intérêt, bien que je sache que ca n’arriverait pas. Ce n’était que pour piéger nos chaperons. Toutefois, une image de Mashia en sous vêtements dans la salle à manger un peu plus tôt dans la soirée me fit monter le rouge aux joues un bref instant, et je n’eus que le temps de me détourner et de me mordre la lèvre pour dissimuler ma gêne. Cependant, ma volonté de faire marcher un peu Naios se réveilla, et je répondis sur le même ton qu’elle :
- Tu ne vas pas faire ta petite prude, voyons ! On va dormir ensemble dans le même lit, je peux bien te voir en petite tenue, tu ne crois pas ?! De toute façon, je dors pratiquement nu, alors bon...
Après avoir lancé ces paroles audacieuses, je me tournai finalement vers elle avant de lui présenter un sourire entendu et de lui faire un clin d’œil. Mais Mashia ne s’arrêta pas là et poursuivit sur sa lancée : c’était vrai, cette chemise de nuit était très belle et j’étais pressé de la voir sur elle, même si je ne le lui dirais jamais.
- Paris ?! Rétorquai-je d’une voix enjouée parfaitement audible depuis le couloir. Enfiles la vite ! Enlèves ce que tu as sur le dos ! Je parie que tu es encore plus jolie avec celle-ci ! Tu sais que tu vas me faire craquer si tu continues ! Achevai-je avant de pouffer de rire et de me plaquer la main contre la bouche.
J’imaginais sans peine ce qui devait se passer derrière la porte…



Les deux hommes s’avancèrent tels deux ninjas de chaque côté de la porte. Cela remontait, mais ils avaient encore de beaux restes de leurs formations respectives de chevaliers.
- C’est une mauvaise idée… grogna Hector qui imaginait les mains baladeuses de Kappa sur sa petite fille bien aimée.
- Chut ! Tais toi, Hector ! Je te dis qu’ils vont être sages, il ne se passera rien, murmura Naios en retour.
C’est alors que la voix de Mashia se fit entendre, et le teint jusque là rosi par la boisson d’Hector pâlit subitement en fixant Naios qui ne put s’empêcher de sourire :
- Eh bien, ta petite fille a bien grandi, on dirait. Elle semble du genre directe, ajouta t’il d’un ton malicieux avant qu’Hector ne tente de lui coller une baffe derrière le crâne.
- Dis donc, toi ! Comment tu parles de ma petite princesse ?!
- Boucle-la ! Coupa Naios qui écoutait toujours attentivement à la porte. Ils vont nou entendre à cause de toi !

C’est alors qu’ils entendirent la voix du futur Verseau, qui était entré dans le jeu de la jeune femme sans que les deux hommes ne voient rien venir. Hector fixa son vieil ami qui pour la première fois depuis longtemps se vit devenir blême à son tour.
- Ton fils est un pervers, Naios ! J’aurais dû savoir que vous étiez les mêmes, tous les deux !
- Je ne sais pas quoi te dire, mon vieux, répliqua Naios, qui semblait désolé. Je ne le reconnais plus, il n’est pas du tout comme ça d’ordinair…Mais Hector commençait déjà à saisir la poignée de la porte, pris de frénésie...
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mar 8 Juil - 0:40




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Jeu dangereux




Malgré le jeu instauré entre eux, la jeune femme ne pouvait s'empêcher d'être mal à l'aise. On ne lui avait jamais dit qu'elle était … jolie ou quelque chose qui s'en reprocherait. Ou tout du moins, n'y avait-elle pas prêté attention. À force d'errer avec Hector, ce vieil ours mal léché, elle en oubliait parfois qu'elle était une femme, et non un homme. Glissant un regard hésitant au jeune homme qui s'était décidé à entrer de lui-même dans son petit manège, la jeune fille retint un sourire mi-amusé, mi-gêné, s'efforçant de trouver quelque chose à ajouter à leur petite comédie. Mais rien ne venait. Ce qu'elle ne savait pas, c'était que parfois, le silence suffisait à lui-même.

En l'entendant rire, son cœur s'emballa quelque peu sans raison apparente. Elle était … heureuse de le voir ainsi. Son regard pers s'attarda plus que de raison, pour se détourner plus vite qu'il n'en fallait pour pousser un soupir.

L'oreille collée contre le porte, elle put entendre sans mal ce qu'il se disait derrière la porte. Décidément ! Les deux gaillards étaient assez paniqués, mais pourquoi ? C'était ce que Mashia se demandait tendit que ses sourcils se froncèrent.

« C'est quoi un pervers ? » demanda t-elle de but en blanc dans un souffle en jetant encore un coup d’œil embarrassé à Kappa. « Et … »

Elle n'eut le temps d'achever sa phrase que la porte s'ouvrit avec fracas, envoyant Mashia et, par effet domino, le pauvre Kappa qui se retrouvèrent dans les bras de l'un et de l'autre dans une position des plus gênantes. Quand elle rouvrit les yeux, le dos endoloris, Mashia put voir le visage de Kappa penché vers le sien. Les traits de son visage paraissaient être quelque peu déformés par une petite douleur. Comme le sien.

« Aoutch. » lâcha t-elle en laissant sa tête s'incliner de côté pour voir, au dernier moment, une masse gigantesque s'étaler de tout son long contre le parquet dans un formidable fracas. « Papa ! »

La simple vue de sa petite princesse dans cette situation avait suffit à mettre KO notre bon vieux bougre d'Hector. Tombant ni plus ni moins dans les pommes, le colosse était vaincu. Mais pas de la manière espérée par la jeune et future Sainte. Naios quant à lui, abasourdit sur le moment, avait éclaté de rire et se tenait les côtes. Des larmes lui montaient même aux yeux.

« Il … il va bien ? » en voulant se redresser, elle rencontra une résistance et, surprise, s'excusa auprès de Kappa. « Je suis désolée, je ne voulais pas … c'était une idée stupide. »

Se mordant la lèvre inférieure, Mashia fit s'élever son cosmos. Naios l'arrêta. « Inutile, ce gros bêta s'est fait peur tout seul. Hm, je veux dire, vous nous avez bien eu les enfants. À vouloir jouer les ninja (ja-ja-ja-ja-ja) … et aux plus intéressants, nous en avons oublié nos manières. Faites pas trop de bruit, j'vais traîner sa vieille carcasse. Bonne nuit. »

Un clin d’œil plus tard, les voici de nouveau seuls avec leur embarras. Triturant la manche de son kimono blanc, la jeune femme fut la première à briser le silence. « Il a mal comprit je crois. Hm … ça va ? Tu n'as pas trop mal ? Hector n'y est pas allé de main morte. Tu me laisses voir ton front ? Il est rouge. »








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mar 15 Juil - 13:13

- C’est quoi un pervers ?
La question était sortie de nulle part, démontrant à nouveau la pureté de Mashia. Elle devait en fait être encore moins expérimentée en la matière que moi, ce qui n’était pas peu dire. Cependant, j’avais été un tantinet initié grâce aux manières sensiblement libertines d’Ahina qui aimait bien se mettre nue devant moi.
- Euh… eh bien, comment dire… commençai-je en me grattant la tête, tout en cherchant les meilleurs mots pour exposer la chose brièvement.
Je n’eus pas à y réfléchir bien longtemps : comme prévu, Hector, n’y tenant plus, ouvrit la porte à la volée, manquant de la défoncer. La pauvre Mashia fut projetée dans mes bras avec violence tandis que son père adoptif faisait irruption dans la pièce comme un taureau en pleine charge. Toutefois, la vue de sa fille si jeune et si pure dans les bras d’un homme, si jeune soit il, eut tôt fait d’envoyer au tapis l’ancien chevalier à la carrure de géant. Et alors que la pauvre Mashia paniquait déjà, Naios, de son côté, éclata d’un rire qui me poussa à le joindre de bon cœur.

Naios rassura aussitôt la jeune femme qui paniquait, et sans m’en rendre compte, ma main se posa sur son épaule alors que je lui souriais pour la rassurer aussi. Mais j’avais oublié un court instant que mon propre père adoptif pouvait se montrer redoutable lorsqu’il s’agissait de me taquiner. Son œil vif observa ma main posée sur l’épaule de Mashia, et un sourire discret naquit tandis qu’il attrapait déjà Hector pour quitter la pièce. Il nous souhaita bonne nuit et referma la porte derrière eux, nous laissant à nouveau seuls.
- Non, il a très bien compris, au contraire, lui répondis-je après avoir retiré ma main discrètement. Mais il joue au naïf…
- Ca va, tu n’as pas trop mal ? Hector n’y est pas allé de main morte.
- Ca va, merci. J’ai l’habitude de ce genre de chocs, m’enquis-je d’un ton rassurant.
- Tu me laisses voir ton front ? Insista-t-elle. Il est rouge.
- Euh, je… commençai-je avec un mouvement de recul.
Mais déjà, la jeune Mashia, s’était avancée, et penchée sur mon front, laissant mon regard libre de plonger au cœur de son kimono blanc. Immédiatement, le rouge dont était marqué mon front fut communiqué à l’intégralité de mon visage. Et cette fois, ni la douleur ni Hector n’y étaient pour quelque chose.

Après quelques secondes à avoir été « hypnotisé » par la poitrine du futur Lotus, je finis par fermer les yeux, par respect pour elle. Puis, après qu’elle ait rapidement examiné mon front, je fis un pas en arrière, gêné, avant de rouvrir les paupières.
- Ca va, ne t’en fais pas. Mais…J’hésitai un instant, posant mon regard sur le lit, puis :
- … Il se fait tard. Nous devrions envisager de nous coucher, ajoutai-je avec un sourire à peine visible.
Les premières secondes furent les plus dures, mais il le fallait bien… Tournant le dos à la jeune femme, je retirai mon haut en lin avant de le poser soigneusement sur une chaise. Puis :
- Si jamais tu as froid durant la nuit, n’hésites pas à me le dire. Il est vrai que mon affinité avec la glace m’a aidé à développer une certaine immunité aux températures froides, alors je pourrais ne pas me rendre compte qu’il fait froid dans la pièce.Je m’assis sur le lit, torse nu, avant d’ajouter :
- Au fait, tu préfères quel côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Jeu 11 Sep - 0:23




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Au lit !




L’incident clos, la jeune Mashia reprenait contenance et assurance : toute absorbée comme elle l’était à inspecter l’ecchymose sur le front du Saint, elle ne remarqua pas son trouble. Un futur bleu tout au plus, rien de bien méchant. Rassurée, elle poussa un petit soupir et offrit un sourire à Kappa qui lui assurait que tout allait bien. Pourquoi ne le croirait-elle pas ? Seulement voilà, au fond, sans doute était-ce une intuition, Mashia se promit intérieurement qu’elle le surveillerait. Kappa était du genre à vraiment très bien cacher ses émotions et ses douleurs, de ça, elle en était presque sûre. Un coup d’œil à la dérobée sur la blessure et la demoiselle finit de se laisser convaincre. Un long silence s’installa entre eux quand il lui annonça qu’il était tard, et qu’il était temps de se mettre au lit. L’adolescente quant à elle, n’avait jamais été très douée pour cacher ses sentiments ! Ce fut à son tour de virer au rouge pivoine et de vite – très vite – se détourner du garçon qui retirait son haut sans autre forme de procès. Elle bafouilla un « tu aurais pu prévenir », mais, n’était même pas certaine que les mots soient parvenus à sortir de sa gorge. Alors elle resta quelques instants à regarder ses pieds, triturant nerveusement la manche de son kimono blanc, avant d’aller farfouiller dans son sac de voyage qu’elle avait délaissé près des maquettes.

« Cette fois Kappa, vraiment, ne te retournes pas, je vais me changer. »
annonça-t-elle avec une évidente timidité alors qu’elle entreprenait de se dévêtir. Histoire de détourner la conversation et accessoirement de briser le silence qui enflait, elle lui dit : « Oh ne t’en fais pas, je n’ai pas l’air aussi fragile que je le laisse paraitre. Hector et moi nous sommes habitués à bien pire que ça. Mais je n’hésiterais pas à te le dire si j’ai froid. Pour le côté du lit ? Je euh … ça m’est égal je suppose, fais comme tu as l’habitude de faire. Je me ferais petite et discrète. Au bout d’un moment, tu ne remarqueras même plus ma présence. »

Elle acheva d’enfiler sa tenue de nuit et se hâta de gagner le lit, évitant soigneusement de croiser le regard du Chevalier. Pourtant, Mashia n’avait pas à rougir, mignonne comme elle l’était dans sa chemise de nuit blanche d’un style typiquement français et qui, étrangement, lui allait à ravir. L’Orient et l’Occident se mariaient bien dans leurs différences. Ni une ni deux, la voici déjà sous les couvertures, son front et ses yeux dépassant à peine. Sa voix, faible à cause du tissu, se manifesta.

« En fait, en dehors du lit il fait froid. »


Son regard pers, accroché sur la silhouette de Kappa, ne traduisaient plus ce malaise qu’elle avait ressenti tantôt. Mashia se souvenait de ces jours passés avec Arbhaal. Ce ne serait pas si différent avec le futur Verseau, non ? Elle se le demandait.

« Je m’excuse d’avance, il m’arrive parfois de bouger un peu. Je fais des cauchemars. » Elle préférait être franche à ce sujet, histoire de ne pas être pris au dépourvu, si cela devait se passer. « Bonne nuit Kappa ! »

Dix minutes plus tard tout au plus, son souffle était déjà devenu régulier, signe qu’elle sommeillait déjà entre les bras de Morphée. Recroquevillée sur le côté, ne prenant que très peu de place, la belle semblait apaisée, en paix. En outre, elle offrait là un spectacle attendrissant. Surtout quand elle se prit à parler dans son sommeil :

« Va-t’en Hector, tu vas encore tout manger … » le reste de ses paroles se perdaient mais le timbre se voulait autoritaire. Les sourcils froncés, la scène s’était muée en comédie.








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Dim 21 Sep - 16:13




De petits sourires furent arrachées à mes lèvres avares, notamment lorsque j’enlevai mon haut, ou bien lorsque la jeune femme me demanda de ne pas me retourner car elle se changeait. Toute cette agitation était inhabituelle, car d’ordinaire, le calme dominait notre chalet. Mais quand Mashia s’allongea à son tour, souffla sa bougie, et que l’obscurité envahit les lieux, mon pire ennemi prit le pas sur tout le reste, et mon léger sourire ainsi que le sentiment de chaleur qui m’avait réchauffé durant toute la soirée s’évaporèrent en un instant. Mes démons intérieurs, mes cauchemars, comme attirés par les ténèbres de la nuit, m’assaillirent en quelques secondes et je dus contrôler ma respiration pour tenter de me calmer. Les visions des cadavres de ma famille recommencèrent à me hanter. Dans l’obscurité, sous les couvertures, mes battements se firent plus lourds, plus difficiles. C’est alors que la voix étouffée de Mashia me parvint : elle rêvait.

Curieux, j’allumai une petite bougie avant de quitter doucement le lit. J’en fis le tour, avant de poser genou à terre pour que mon visage se trouve à peu près à la hauteur de celui de la jeune femme, tournée vers l’extérieur du lit. Elle était mignonne quand elle dormait. Un petit sourire s’esquissa sur mes lèvres l’espace d’un instant. Ma main s’avança vers ses cheveux, mais mon geste s’immobilisa en plein élan. Constatant qu’elle dormait toujours profondément, je sortis d’un placard une couverture avant de quitter la pièce et de refermer délicatement derrière moi. Le froid avait envahi les pièces soudain silencieuses de la bâtisse en bois. Le feu dans la cheminée n’était plus réduit qu’à quelques braises éclairant faiblement le salon et ses fauteuils, et dégageant une faible chaleur. S’en suivit le bruit caractéristique des pattes de Leto sur le parquet. Il s’avança dans le noir et les braises éclairèrent ses deux iris. Content de me voir, il s’approcha en remuant la queue sans toutefois faire du bruit. Il savait qu’à cette heure ci, il ne devait pas aboyer. Habitué à mes insomnies coutumières, il avait lui aussi ses habitudes et savait très bien ce que j’allais faire. Il m’observa en silence approcher de la cheminée et raviver le feu après avoir nourri le foyer avec plusieurs bûches épaisses. Puis, il s’allongea entre la cheminée dont le feu crépitait à nouveau en dégageant à présent une chaleur des plus agréables et le fauteuil le plus proche, celui sur lequel il savait que je m’affalerais dans quelques secondes.

Je ne le déçus pas, me recroquevillant au fond du fauteuil. Etait ce le bruit et la lumière du feu crépitant, ou la présence de Leto qui me rassurait ? Je n’aurais su le dire, mais lorsque j’allais mal, c’était le meilleur remède que j’avais trouvé. Etendant la couverture autour de moi pour ne laisser dépasser que mon visage, je penchai la tête sur le côté et mon regard fixa les flammes durant un long moment. Peu à peu, mes paupières devinrent lourdes, et je finis par céder à la fatigue. Quelque part, dans la pièce voisine, Mashia commença à bouger sous ses couvertures. Peut être se rendrait elle compte que le lit était vide, à présent...

Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mer 24 Sep - 22:38




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Maladresses




L'adolescente se tourna et se retourna encore et encore dans son lit et finit par s'éveiller. Elle émergea rapidement des brumes du sommeil pour se rendre compte qu'elle était seule dans la grande chambre de Kappa. Où était-il ? S'asseyant au bord du lit, elle tendit l'oreille dans le but d'entendre un son, n'importe quoi. Seul le bruit intempestif des pattes du husky sur le plancher était audible pour elle. Mashia se leva alors de sa couche et frôla de ses pieds nus, le bois qui craqua légèrement sous son poids. À pas de loup, la jeune fille quitta la chaleur des draps pour se risquer à jeter un œil en dehors de la pièce. Des ombres l'accueillirent, mouvantes et inquiétantes sur les murs du chalet. Le silence aussi. Le crépitement des flammes apaisa un temps ses craintes, et, résolue, elle s'avança dans la lumière.

Le spectacle du garçon endormit dans son fauteuil, emmitouflé presque comiquement, lui tira un petit sourire attendrit. Désireuse de voir si il n'allait pas attraper froid, l'adolescente fit quelques pas pour s'en assurer. Seulement voilà, à cause de la pénombre, elle n'avait pas vu ce pauvre Leto et faillit bien lui marcher sur la queue, chose qu'elle évita in-extremis en faisant un bond en avant, du bout des orteils. Ce fut une catastrophe.

Se tordant une cheville déjà fragilisée, la japonaise à la longue chevelure écarlate s'étala de tout son long dans un bruit retentissant. Le tout accompagné d'un « ouch » de circonstance. Rouge comme une pivoine suite à sa chute magistrale, la future Sainte du Lotus se recroquevilla presque en se massant la cheville droite. Endolorie, elle était quasiment sûre, après un examen rapide, que celle-ci s'était de nouveau foulée. Étrangement, ni Hector ni Naios ne firent irruption dans la pièce. Ça aurait été le genre de l'Ours du Sanctuaire, s'agitant à droite à gauche, vainement, pestant et grognant à la fois. Fort heureusement pour elle, sa silhouette massive n'immergea pas d'entre les ténèbres.

Leto quant à lui jappa légèrement sans doute dans le but d’interpeller son maître. Profondément gênée par sa maladresse, Mashia tenta de se relever pour s'éloigner en boitillant.

« Non Leto, ne ... » chuchota t-elle, trop tard encore. « Ah ! »

Cette fois, la chute fut sans autre conséquence que celle de lui valoir un petit bleu sur les fesses.








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Jeu 9 Oct - 15:35



Le calme reposant qui avait envahi la pièce et m’avait permis d’enfin trouver le sommeil ne dura malheureusement pas longtemps. Rapidement, mes rêves furent pris d’assauts par des ombres menaçantes, promesses de sombres nouvelles et d’autres tragédies, déjà trop présentes dans ma vie, surtout pour mon jeune âge. Recroquevillé dans mon fauteuil, mon visage jusque là paisible commença à se déformer sous l’effet des cauchemars. Bientôt, les bruits se multiplièrent, mélangeant rêve et réalité, et la scène la plus traumatisante de ma vie déferla une nouvelle fois devant mes yeux : ma famille tombant sous les coups de ces inconnus, de ces pillards, prêts à tout pour récolter quelques pièces. Et pour la énième fois, je la vis tomber au ralenti, succomber aux coups de ces malandrins sans foi ni loi qui m’avaient poussé à endosser à n’importe quel prix une armure pour servir Athéna et pourchasser tous ces êtres vicieux avant de les tuer de mes propres mains. Et lorsque mes yeux terrifiés croisèrent l’effroi de ceux ma mère, un hurlement s’échappa de mes lèvres.

- Maman ! lançai-je en me réveillant brusquement à cause du bruit causé par la chute de la jeune femme.
Mes pensées s’entremêlèrent, et encore à demi endormi, je tentai de calmer ma respiration haletante. Rapidement, je passai une main au coin de mon oeil droit d’où une larme avait perlé. Ces rêves me pourrissaient l’existence, mais ils étaient aussi la source de ma rage, de la force qui m’animait en tant que chevalier. Enfin, après avoir rassemblé mes idées, mon regard se posa sur Mashia, qui m’observait étrangement, assise au sol. Comprenant trop tard qu’elle avait dû assister à mon réveil chaotique, je me levai, et lui tendis la main pour l’aider à se redresser afin de me donner un peu de contenance. Puis, après l’avoir aidée à s’assoir sur un des fauteuils, je me rassis au fond du mien avant de fixer les flammes sans les voir, afin de soigneusement éviter le regard interrogatif de la jeune femme.
- Désolé, tu as dû être réveillée à cause de moi... murmurai-je enfin d’une voix sans timbre.

Je la vis alors grimacer légèrement et compris qu’elle avait dû se faire mal en chutant.
- Attends, lui dis-je en me levant, on va t’arranger ça...
Quittant la pièce quelques secondes, je revins avec des bandes et une bassine d’eau. Posant genou à terre devant ses jambes, je repris:
- C’est la cheville, c’est ça ? J’avais déjà remarqué que ta démarche était un peu faible du côté droit, ajoutai-je en passant de l’eau sur sa cheville qui commençait déjà à gonfler. Tu ferais bien de faire plus attention. Elle semble fragilisée, ajoutai-je en massant doucement pour examiner l’état de la jambe.
Soudain, mon regard croisa l’une des cuisses de la jeune femme qui était au niveau de mes yeux. Nos deux corps pauvrement vêtus étaient faiblement éclairés par les flammes dansantes, donnant à la pièce une ambiance presque intime. Mashia avait relevé les pans pour me permettre de soigner sa jambe, mais elle avait un peu trop remonté celle ci. Rougissant subitement, je ramenai les yeux vers la cheville, bénissant l’obscurité de la pièce, et espérant que cette dernière avait “couvert” l’escapade un peu trop audacieuse de mon regard. Je poursuivis en enroulant méthodiquement la bande autour de sa cheville. L’un des avantages à souvent se blesser, c’est qu’on finit par être doué pour les premiers soins. Finalement, j’achevai soigneusement le bandage avant d’enfin lever les yeux vers ceux de Mashia, que j’avais fui durant tout ce temps, et un léger sourire se dessina sur mes lèvres:
- Et voilà, ça devrait aller mieux, maintenant ! Mais comment as tu fait pour tomber ? Demandai-je subitement en tenant d’imaginer la scène.

Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Sam 14 Fév - 11:56




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Une seconde chance




Pas un seul instant, Mashia ne parut inquiétée ni ne fit mention de la scène qui s'était pourtant déroulée devant ses yeux : Kappa avait été victime d'un cauchemar. Un mauvais rêve qui peuplait parfois aussi ses nuits. Par politesse elle ne le questionna pas, même si elle s'inquiétait du « maman » hurlé dans la pièce silencieuse, seulement perturbée par le crépitement des rares flammes qui subsistaient dans l'âtre. L'expression de son visage était demeurée sereine, même lorsqu'il se proposa d'inspecter sa cheville douloureuse. Elle lui répondit tout de même dans un souffle, pour cacher un vague trouble qui grimpait en elle.

« Oui, elle l'est, je l'ai cassé en chutant dans les bois. Y a quelques années de cela maintenant. Je crois que je vais devoir être plus prudente à l'avenir, surtout si je deviens une Sainte. » elle laissa échapper un léger rire. « Tu vas finir par penser que je suis une vraie catastrophe ambulante, Kappa. »

Maintenant, elle se rendait compte qu'elle était moins timide à ses côtés et ne rougissait plus à tord et à travers. Sauf à cet instant précis où il entreprit de masser sa cheville. Détournant ses yeux pers, Mashia fit mine de rien pour regarder tout autour d'elle et se perdre dans la contemplation de n'importe quel objet qui serait susceptible de capter son attention. Seulement, ce fut pour mieux se rendre compte qu'un silence gênant s'était installé entre eux. Elle tressaillit. N'attendait-il pas une réponse de sa part ?

« Je hm … » fit-elle pour tout prélude en triturant nerveusement les manches de sa chemise de nuit. « Mon pied s'est prit dans le tapis, puis j'ai voulu éviter d'écraser Léto alors … voilà … »

Elle qui désirait ne plus être vue comme une maladroite en puissance, c'était on ne peut plus raté ! Mordillant sa lèvre inférieure, la jeune femme chercha rapidement un sujet de conversation sur lequel rebondir. Et ne trouva rien de mieux à lui narrer ses mésaventures … chevillesque.

« Cette fois là, où je me suis cassée la cheville, j'étais dans les sous bois avec Hector, à vagabonder comme il semble aimer le faire. J'avais crus entendre quelque chose et … je me suis pris le pied dans une grosse racine qui sortait de terre. » ces souvenirs la firent légèrement rire, tant elle s'était montrée imprudente, encore. « J'ai quand même des circonstances atténuantes, j'étais tombée malade et ... »

D'un coup la japonaise mit ses deux mains devant sa bouche avant d'éternuer. N'y avait-il pas meilleur moyen de ponctuer sa phrase ?

« Pardon … tu dois me trouver bien ridicule et fragile, c'est ce que tout le monde pense, je le vois bien. Mais ils se trompent, je suis capable d'être forte moi aussi. » Elle braqua ses yeux clairs dans ceux du garçon. « Acceptes de t'entraîner encore avec moi demain ! Je te promets de ne pas être une gêne … d'accord ? »

Elle avait finit sa phrase d'un ton presque suppliant. En témoigne l'attitude qu'elle venait d'adopter : penchée vers lui, le regard plein de détermination, elle attendait une réponse de sa part.

Accepterait-il de lui donner une seconde chance ?








Design
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Mar 24 Fév - 3:09



Seul sur la véranda, alors que la nuit tombait, Kappa ressassait sa conversation de la nuit dernière avec cette drôle de jeune femme. N’importe qui d’autre aurait trouvé la température glaciale, mais pas le futur Verseau. Il avait toujours eu ce feeling particulier au contact du froid, et c’était la raison pour laquelle il était seul dehors en cet instant. Naios, Hector et Mashia se réchauffaient sans doute auprès du feu tout en observant le jeune homme d’un air perplexe, comme s’il était fou de rester assis sur les marches du péron alors qu’il neigeait et que la température chutait ainsi. Sans doute Naios leur expliquait il qu’il avait toujours été ainsi, et qu’il n’y avait pas à s’en faire pour lui, qu’il ne prendrait pas froid. Du moins, c’était ainsi que Kappa s’imaginait la scène dans sa tête en caressant machinalement le jeune Leto la tête posée sur ses genoux.

Le porteur de la Couronne Boréale avait accepté la demande de Mashia. Elle l’intriguait, de plus en plus. Elle éveillait en lui quelque chose qu’il ne connaissait pas, et il cherchait à présent à percer le mystère qu’elle représentait. Il voulait toutefois opérer en toute discrétion, ne pas se dévoiler lui même. Il n’avait pas l’intention de se laisser approcher trop facilement. Son coeur restait sauvage, en tout cas à cette époque de sa vie. Et il s’était dit qu’un entraînement serait idéal pour forcer la jeune nippone à se dévoiler, et pour en apprendre davantage sur elle. Après la nuit agitée qu’ils avaient tous deux eue, l’entraînement avait été reporté au lendemain, et ils avaient passé la journée chacun de leur côté. Oh, ce n’était pas la volonté de Mashia, mais Kappa avait un peu forcé les choses. Il avait quitté le chalet dans la matinée avec Leto pour courir et s’entraîner un peu en solitaire. Enfin, c’était la raison qu’il avait fournie, la raison officielle. En vérité, il éprouvait simplement le besoin de se retrouver seul. Le regard triste de la jeune femme ne lui avait pas échappé, mais il avait confiance sur le fait que son père adoptif lui ait remonté le moral. Naios le connaissait bien, trop bien même, parfois. Il savait que si Kappa avait donné sa parole, il la tiendrait...

Il était rentré en fin d’après midi et avait assuré à Mashia que dès le lendemain matin, l’entraînement promis démarrerait. Le visage de celle ci s’était éclairé. Puis le chevalier de Bronze s’était changé, avait demandé s’il restait du temps avant de manger, et après une réponse affirmative de son père, était sorti s’assoir sur les marches où il se trouvait actuellement. Sans doute la jeune femme le trouvait elle rude, inatteignable, peut être impoli ou même irrespectueux. Et puis après ? Dans son expérience, s’attacher à quelqu’un ne fournissait que de la peine une fois venue l’heure de la séparation : il ne l’avait que trop bien appris avec ce qui était arrivé lorsqu’il avait annoncé son départ à Ahina. Aujourd’hui encore, elle lui manquait. Mais il n’y pouvait rien... il avait perdu le droit de la voir quand ils s’étaient séparés assez violemment. Depuis cette période, le porteur de la Couronne Boréale était aussi froid et distant que son armure. Il avait enfoui tout ce qu’il pouvait ressentir au fond de lui pour se concentrer sur son entraînement, sur le perfectionnement de ses techniques et sa maîtrise des glaces, comme le lui avait suggéré Fawn.

C’était là l’avantage majeur de mettre de côté tout le reste de sa vie pour se focaliser sur un seul objectif : ici, ses pouvoirs se développaient jour après jour, et sa puissance était déjà effrayante pour son âge, surtout pour un chevalier de bronze. Naios gardait pour lui ces constatations, mais il sentait que son fils adoptif était sur une voie pour maîtriser la glace que même ses puissants ainés comme Fawn n’atteindraient peut être jamais. Cette rage étrange et mystérieuse qui animait Kappa, ce regard mordant quand il s’entraînait, n’avaient pas échappé à son mentor à la chevelure d’argent. Bientôt, le niveau de son fils dépasserait de très loin son niveau d’expertise, et il ne pourrait plus que le conseiller pour l’aider à évoluer. C'était là sa plus grande fierté, mais il n'en parlerait jamais au futur Verseau en ces termes. Il ne voulait pas qu'il devienne arrogant et gâche tout son potentiel. Il se contentait donc de l'observer et de l'admirer en silence, à bonne distance, comme une bonne étoile veillant sur lui.

A l’intérieur du chalet, Naios cuisinait tandis que Mashia et son père étaient confortablement installés dans les fauteuils près du feu. Tous deux avaient une couverture sur les genoux, il faisait particulièrement froid en ce début de soirée. Le père de Kappa rit aux éclats suite à une boutade de son ami d’enfance en tournant ce qui cuisait doucement, puis se tournait vers ses invités, après avoir soupiré en voyant que son fils était toujours planté sur le perron :
- L’un de vous deux veut il bien ramener mon fils par le col, s’il vous plait ? Le repas va bientôt être prêt et j’aimerais qu’il rentre avant de ressembler à un cube de glace...

Revenir en haut Aller en bas
Mashia


Indépendant
avatar

Messages : 1338

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   Sam 28 Mar - 12:37




Mashia Mokushi



Les chroniques d'une fleur de Lotus - Voyage




Bravo Kappa !




Le matin pointant le bout de son nez, Mashia s'était faufilée hors de ses draps pour commencer à se préparer, faisant attention de ne pas réveiller la maisonnée. Ses pas étaient légers sur le plancher, et, une fois habillée, ce n'est qu'à peine qu'elle fit grincer la porte de la chambre. Un immense sourire se dessina sur ses lippes à la perspective de voir leurs mines réjouies en découvrant sa petite surprise au réveil. Mashia se retourna à demi quand, enfin, elle entendit du bruit et qu'elle vit Kappa les yeux encore ensommeillés. Une assiette dans les mains débordant d’œufs et de lards, elle s'apprêta à lui souhaiter le bonjour que le fils de Naios se retira, lui accordant à peine un regard, une vague excuse quant à leur entraînement. Ses gestes se suspendirent, son sourire s'effaça. Et il partit, s'entraîner seul.

La mine sombre, elle délaissa l'assiette et retourna à sa cuisine.

La journée passa, rythmée par les rires des deux vieux amis. Mashia faisait mine d'y participer lançant de temps à autre un trait d'humour afin de ne pas attirer l'attention trop sur elle. Intérieurement, la jeune femme était déçue. Elle croyait que Kappa avait changé d'avis sur elle, qu'il avait sut voir au delà des apparences, trompeuses, qu'elle renvoyait. C'était faux, et injuste. Sa maladresse s'effaçait quand elle était en confiance : mais comment le prouver à un être aussi froid et dur que l'était Kappa ? Elle respectait ses silences, son attitude, elle avait vu dans son regard des choses qu'aucunes personnes de leur âge n'auraient dû contempler. Aucun espoir, aucune innocence. Un enfant obligé de grandir trop vite. Pourquoi ne prenait-il pas le temps de plonger dans ses propres prunelles ?

Non, il ne le ferait pas car il ne le voulait pas.

« J'y vais. » annonça t-elle en se levant, prenant soin de replier la couverture qu'elle avait sur ses genoux avant de se diriger vers le perron. « Kappa ? »

La porte se referma derrière elle et un froid mordant accueillit son entrée. Resserrant ses bras autour d'elle, la jeune femme alla se planter devant le jeune homme, son regard se faisant dur et déterminé.

« Tu sais que je me suis confiée à toi hier soir ? Je pensais sincèrement que tu m'avais écouté. Au lieu de cela, en plus de me laisser tomber, tu m'as évité toute la journée, faisant comme si je n'existais pas ! Je ne suis ni faible, ni transparente ! Mais c'est quoi ton problème ? Tu te crois au dessus de tout ? »

Comme Naios lui avait demandé, elle l'attrapa par le col, ne se rendant pas compte que son cosmos venait d'exploser autour d'eux en un millier de pétales rose vif. Plongeant dans ses prunelles, elle soutenait son regard en grondant légèrement avant de se relever et de le soulever comme si il ne pesait rien. La chose avait de quoi surprendre ! Elle, si frêle et si petite en apparence, porter un jeune homme, qui, avons-le, pesait son poids ! Sous le regard médusé des deux compères, Mashia Mokushi libéra Kappa non sans lui octroyer un dernier regard courroucé. Sans un mot, la jeune fille chassa Naios de la cuisine pour continuer la préparation du repas. Les vieux loups du Sanctuaire n'osaient pas regarder le Saint, pourtant, ils se retenaient à grande peine de laisser éclater leur hilarité.

« Bravo Kappa ... » souffla un Hector amusé à l'oreille du garçon. « Tu as réussi un véritable exploit : la mettre en colère ! Et encore, toi tu t'en sors bien ... » ajouta le vieil Ours au souvenir de sa dernière avoinée. Il désigna une assiette solitaire qui trônait non loin. « Je te conseille d'aller lui dire un petit truc gentil, sinon, elle te fera avaler ton petit déjeuner de force, froid, bien sûr … »

Ça sentait le vécut …








Design
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[1745] Une surprise, une rencontre [PV Kappa / Mashia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-