RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [mai 1755] What is Lost [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [mai 1755] What is Lost [PV]   Jeu 29 Mai - 14:49


Rodorio. Le village qui l'avait abrité lorsqu'on lui avait permit de sortir de cette prison dans laquelle il avait été enfermé de longue semaine suite à son impardonnable geste. Aujourd'hui encore, malgré les mois passés depuis cette sinistre nuit, il ne parvenait à faire taire la culpabilité qui étreignait son âme en silence. Perfide, elle s'était accolée à son cœur, y plantant ses griffes sans jamais lâcher sa prise. Ces mains étaient souillées d'un sang qui lui était bien trop précieux, la vie d'une femme qui avait été seule à lui offrir une lumière dans les ténèbres de cette mémoire disparue. Ce souvenir était celui dont il ne pourrait jamais se défaire, hantant ses nuits et chacun de ses pas. Il lui appartenait, tout comme cet éclat évanescent de deux enfants courant dans une sombre forêt qu'elle lui avait offert une fois son crime commis. Il avait mérité son emprisonnement, cette cage dans laquelle il avait erré des semaines en proie à la tourmente, en proie à son châtiment et à ses sombres démons. Ils y avaient eu des visages inconnus qui s'étaient révélés à lui mais dont il n'avait que de récent souvenir, rien de plus, rien de moins. Et cette appellation sinistre.

Traître.

Au Sanctuaire, voilà ce qu'il était. Il était Dohko chevalier d'or de la balance tout en étant Dohko le traître, chevalier noir de cette même constellation protectrice. Il était Dohko. Pas celui que ceux qui l'avait connu avant connaissait. Il ne pourrait jamais plus l'être, ses souvenirs n'étaient plus, emportés dans le cours du temps dans ce mécanisme implacable. Une erreur. Une faute. Une faiblesse. Aucun mot n'était assez révélateur de ce qu'il s'était passé, chacun se faisant son idée, sa raison mais au fond, qui avait raison ? Même lui ignorait comment tout cela était advenu. Sa mémoire lui avait été arraché en même temps que l'armure dorée qui était sensé recouvrir son corps, à laquelle il était sensé être lié d'après leurs dires mais nulle trace d'elle au loin. Ses étoiles protectrices avaient disparu des cieux, emporté dans les ténèbres comme l'avait été ses souvenirs. Il n'y avait que ce vide.

L'homme secoua la tête pour se défaire de cette réminiscence stérile. Il n'avait eu d'autre choix que de composer avec ce fait, cette absence et il n'était pas seul à en être obligé. Elle l'était également. Son cœur se serra alors qu'un sombre pressentiment faisait accélérer sa marche. Le tigre à ses côtés le dépassa d'un bond gracieux, allant se poster sur un promontoire de roche lui permettant de contempler le paisible village dans lequel il avait élu domicile par la force des choses. Il s'arrêta au côté de l'animal, contemplant de son regard de jade les lieux qu'il avait quitté à la faveur de la nuit plusieurs semaines auparavant. Il n'en avait parlé à personne, s'était échappé de cette prison qu'était devenu ce lieu dès lors qu'on l'avait autorisé à sortir des geôles du Sanctuaire. On ne pouvait pas lui faire confiance mais il le comprenait et l'acceptait. Lui même avait du mal à se faire confiance actuellement quand bien même l'emprise que Pséma avait eu sur lui était sensé ne plus être. Le bélier noir. C'était la raison de son départ, la raison de son retour et il lui semblait qu'aujourd'hui, sa vie tournait autour de cet homme qui lui avait tout arraché.

Pourquoi ?

Il voulait savoir. Il voulait comprendre. Il voulait l'empêcher de nuire et pourquoi pas, lui mettre son poings dans la figure. Il assumait ses propres fautes mais lui aussi devrait le faire. Qu'il soit chevalier de la balance ou non, vêtu d'une armure ou non, tout cela ne changeait rien pour l'enfant tigre. Pour elle surtout. Il avait voulu qu'il la tue.

Lentement, il entreprit de rejoindre le village, espérant que le soleil couchant lui permettrait de plus facilement passer inaperçu. Avec sa cape de voyage qui dissimulait ses vêtements, il l'espérait. Il avait appris que son visage était reconnu par ici, prouvant qu'il avait bel et bien vécu ici par le passé, mais actuellement, cela ne l'arrangeait pas vraiment. Il ignorait si sa disparition subite était passé inaperçue ou non, mais il craignait à juste titre que son départ prompt n'avait pas été en sa faveur. Il était surveillé après tout, il était en parti un danger aussi, il ne s'attendait pas à un accueil chaleureux mais davantage à quelque chose de plus musclé. Un sourire vint dérider ses lèvres. Il les attendait, ne craignant ni les foudres, ni les coups, il voulait juste faire taire ce mauvais pressentiment qui enserrait sa poitrine. Il n'avait rien trouvé sur Pséma. Tout cela n'avait été qu'une perte de temps, à peu de chose près.

Hù, tu devrais passer de l'autre côté, on va nous remarquer.


Le tigre l'observa dédaigneusement, feula bassement avant de contourner le village pour se rendre directement à leur lieu de villégiature. Dohko se laissa aller à un sourire amusé en le suivant plus ou moins. Il devait se rendre à l'orphelinat. C'était là bas qu'était sa place, non pas dans ce septième temple vide et austère dans lequel ne résonnait que le vide d'une pesante absence. Un frisson ébranla son corps à ce souvenir. La maison lui paraissait presque morte. Vide. Un peu à son image. C'était sans doute ce qui l'avait le plus dérouté lorsqu'il avait dû la parcourir pour redescendre jusqu'au village, passant dans chacun de ces temples pour ce qui semblait être, la première fois. Aucune réminiscence. Juste ce vide insoupçonnable. Indiscernable. Ses doigts glissèrent sur sa tempe dans un geste devenu habitude. Mais il avait d'autre souvenir à présent. Il n'y avait plus que ces ténèbres insondables dans lesquelles il avait été englouti... Il y avait également ces éclats de lumières salvateurs.

Il voyait l'orphelinat. Son cœur se gonfla d'une doucereuse joie alors qu'il parcourait les derniers mètres. Il connaissait bien le coin, savait passer inaperçu quand il le fallait et se félicitait d'être revenu à la faveur du crépuscule. Trop occupé par leurs tâches coutumières, les quelques personnes qui auraient pu l'apercevoir n'avaient pas même relevé la tête vers lui.

Dohko !

Une gamine haute comme quatre pommes se jeta littéralement sur lui dès qu'elle le reconnu – ce qui avec le tigre qui l'accompagnait, n'était pas chose difficile. L'homme eut un sourire attendrit alors qu'il rattrapait l'enfant au vol, celle ci riant de joie. Elle s'accrocha au cou de l'ancien chevalier avec un rire doux.

Je le savais que tu reviendrai. Grand frère Genbu me l'avait dit.


Il offrit à la gamine un sourire éclatant. Son frère avait été le seul à l'avoir repéré le jour de son départ.

Bien sur, je n'allais pas vous laisser tout seul, vous me manquiez trop.


Ce qui n'était pas un mensonge, loin s'en fallait. Les orphelins que Mashia avait pris sous son aile lui était autant précieux qu'il ne l'était pour elle. Ils lui avaient offert un trésor inestimable : leur confiance et leurs sourires. Ici, il était Dohko, juste Dohko et cela lui avait fait un bien fou lorsque enfin, il avait été autorisé à quitter sa cage. On ne lui demandait pas d'être quelqu'un qu'il n'était plus, on ne le comparait pas avec cet autre devenu un inconnu à ses yeux, on ne le regardait pas avec méfiance ou froideur, avec tristesse ou culpabilité. Ces sentiments lui pesaient quand bien même les avait il acceptés. Tout n'était pas parfait, loin s'en fallait mais il s'était plut à jouer le rôle du grand frère voir du maître pour certain. Il aimait partager et qui mieux que des enfants pouvaient accepter ce qu'il avait à leur offrir ?

Où est Mashia ?

Parmi la horde d'enfant qui sillonnait le coin, il n'avait pas aperçu la jeune femme, ne ressentait pas même son cosmos. Son cœur se serra à cette constatation dont il ne prenait toute l'ampleur qu'à cet instant. La fillette dans ses bras baissa la tête, penaude, haussant les épaules pour marquer son incompréhension.

Elle a disparu. Un peu après toi.


L'homme se détourna sur l'adolescent qui l'observait de son regard outremer. Genbu, l'un des orphelin avec lequel il avait eu une affinité particulière. Un jeune éveillé qui le cachait autant que faire ce peu afin de pouvoir continuer à veiller sur son unique petite sœur. Un gamin débrouillard et intelligent, ne manquant guère d'aptitude et qui ferait sans doute un excellent chevalier avec un peu plus d’entraînement, mais Dohko pas plus que Mashia ne l'avait entraîné dans cette voie. C'était clair pour lui, il préférait veiller sur sa sœur plutôt que sur la divinité des lieux et qui l'en aurait blâmé ?
Le chinois fronça les sourcils à cette réponse sans concession aucune. Genbu était franc et il n'était pas le genre à mentir dans ce genre de situation.

Comment ça ?


Il sentait son cœur se tordre et ce mauvais pressentiment prendre plus d'ampleur encore. Ses mâchoires se crispèrent. L'adolescent haussa les épaules.

Je ne sais pas, elle est partie un jour et on ne l'a pas revu depuis. On a fait de notre mieux pour gérer avec Lya en votre absence. Enfin, y avait Hector aussi.


Sur son visage, il n'y avait plus que cette mine sérieuse, ce regard incisif, presque sauvage à l'image de son animal totem. Que c'était il passé ? Pourquoi était il parti ? Son regard se perdit un instant sur les maisons zodiacales.

Où es tu Mashia ?


Ce qu'il s'est passé pour Dohko en quelques phrases courtes bienvenues pour les flemmards:
 


Dernière édition par Dohko le Mar 17 Juin - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Lun 9 Juin - 9:42

Arrow Death Queen Island.

Rodorio ... Ishiro était enfin arrivé dans ce village emblêmatique, seul point de passage avant d'entrer au sanctuaire de son ancienne déesse, Athéna ... Arrivé au petit port, l'homme avança, il était vétu d'un pantalon noir, pull moulant de la même couleur, seule sa vieille veste d'étudiant japonais recouvrait le tout. Marchant d'un pas lent mais sûr, ses vieilles bottes qu'il n'avait jamais quitté l'avait mené au dernière endroit où il était avant d'arriver sur Death Queen Island pour y terminer sa transformation. Le chevalier noit conscient qu'il allait donner l'alerte à la seule vue de son rmure, ne la portait pas. Il avait aussi pris soin de cacher son armure dans une autre dimension, celle du Phoenix noir son nouveau totem, celui qu'il avait dompté lors de l'obtention de sa nouvelle protection maudite par les dieux. Seule sa chevelure aurait pu donner des questions aux villageois mais la plupart n'y prêta pas attention. En effet Ishiro avait toujours la même tignasse mais elle était d'un noir immaculé, plus profond que la nuit, plus sombre que l'ombre elle même. Les passants le saluèrent même, le chevalier noir avait réussi son pari de passer incognito. Seul les saints lesp lus avisés se rendraient compte du changement surtout Kyros le chevalier du Cygne qui l'avait vaincu il y a quelques mois. Ishiro parcourait les rues du village s'arrêtant à une taverne ou il fut acceuilli presque comme un roi. En effet combien de fois le black saint n'avait il pas défendu ce village au péril de sa vie ? Ishiro but son alcool fort que le tenancier lui avait offert de bon coeur, lequel lui parla:

"Les affaires ne marchent plus fort depuis que cette catin de Claudia n'est plus là, elle attirait plus de monde au moins."

Ishiro clapa le verre contre le bar qui se fendit, le tavernier recula d'un bond de frayeur.

"Ne l'insulte surtout pas tavernier. tu pourras trouver ton compte avec d'autres femmes. Claudia est sous ma protection maintenant compris ?"

Le tavernier hocha la tête, suant à grandes gouttes se contentant de répondre en tremblottant:

"Oui oui monsieur le ... chev ... le chevalier ! Pui ... puis je vous servie un autre verre ?"

Ishiro eut à peine le temps de répondre qu'un nouveau verre lui était servi.

"Où est votre armure mon seigneur ?"

Le black saint finit son verre en une gorgée et lui parla:

"Je suis sorti sans elle, je n'en ai pas besoin pour venir boire un verre dans ta bicoque !"

Ishiro se releva de son siège et partit sans payer bien sûr ce qui l'arrangeait car il n'avait pas un sous sur lui. Puis ses verres avaient été offert non ? Le Phoenix noir arpenta les rues mal famées, les mains en poche, il frappa une pierre au sol de son pied qui alla atterrir devant les pieds d'autres personnes qui apparemment l'attendaient. C'étaient des brigands portant foulards et autres couteaux. Ishiro sourit en coin les dévisageant.

"Laissez moi deviner, le tenancier du bar veut me faire payer pour ce que j'ai fait tout à l'heure ?"


Le plus costaud des trois brigands sourit à son tour et lui répondit:

"Pas seulement ça, à cause de toi il n'a plus sa mine d'or et il veut te le faire payer. Tu es peut être un saint mais tu ne portes pas d'armure, ça sera un jeu d'enfant de te tuer, à l'attaque !!!"

Les trois minables foncèrent vers le black saint qui ne bougea pas.

"Pauvres fous, même un saint sans armure ne fera de vous qu'un tas de chair et d'os, crevez !!!"

Sans qu'ils ne puissent le toucher, les brigands tombèrent au sol remplis de coups, en sang, les os cassés et les organes sortant de leur bide. Ishiro avait fait un massacre, il s'était à peine retenu porutant. D'un geste vif i brûla les restes des cadavre, couvrant ainsi ses traces mais qui viendrait enquêter lur le meurtre de trois pauvres brutes comme eux ? Les saints ? Ils n'étaient déjà pas venus secourir els asgardiens en guerre don eux ? Il voulut aussi brûler la taverne mais s'abstint de le faire histoire qu'on ne le remarque pas trop. Le black saint continua donc sa route pendant que le soleil se couchait à l'horizon ne laissant à l'horizon qu'une simple couche de rouge sur la nuit qui tombait. Les gens continuaient à le saluer, l'alerte n'avait pas encore été donnée suite à sa présence. Il avança vers la grand place du village, elle avait été entièrement reconstruite depuis la dernière bataille. Il sentit alors un cosmos non loin de lui, il était faible mais sentait qu'il pouvait augmenter encore, qui était ce ? Il avait déjà ressenti ce cosmos il y a très longtemps, il lui était familier mais plus moyen de mettre un nom ou un visage dessus. Ishiro avança vers cette présence, la curiosité l'y poussait, l'autre homme ne tarderait sûrement pas à ressentir la sienne aussi. Le chevalier noir continua quand même à jouer la carte de la discrétion ne voulant surtout pas sortir son armure, du moins pas dans l'immédiat. Avançant à pas de loup il arriva devant une grande maison où il entra. Il y avait des tonnes d'enfants qui ne dormaient pas encore malgré l'heure tardive. Les enfants le saluèrent certains le touchèrent, tirant sa veste. Les saints sont de vrai star même certains enfants le nommaient le chevalier de feu balafré. Apparemment la nouvelle de son changement d'état ne s'était pas encore répandue dans le village. Qui se soucierait d'avertir des orphelins d'ailleurs ? Ishiro se mit accroupi accueillant les enfants dans ses bras, il releva frottant la tignasse d'un des gamins venus le saluer et là il vit celui dont il avait senti le cosmos. Sûrement que d'autres marmots lui avaient annoncé sa venue. Ishiro avait déjà vu ce visage auparavant mais ne parvenait plus à savoir qui c'était, seuls quelques mots sortirent de sa bouche.

"Je ... je t'ai déjà vu ... non ?"


Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Lun 9 Juin - 21:25

Son mauvais pressentiment se confirmait de par les paroles même de l'adolescent qui l'avait accueillit avec sa jeune sœur. Un frisson d'appréhension dégringola le long de sa colonne vertébrale alors que son cœur lui, se tordait face à cette réponse sans concession aucune. Disparue. Amèrement, l'ancienne Balance sentait cette angoisse tapie se faire plus prégnante, étreignant son âme de plus belle alors que la culpabilité couvrait son corps de son voile obscur. Un regret indiscernable lécha son cœur alors que Genbu lui faisait face dans ce silence presque pesant. Reproche. Ses paupières se fermèrent l'espace d'un instant comme pour briser une illusion perfide mais lorsqu'il rouvrit les yeux, la situation était la même.

Dohko ?

Inquiète, la gamine dans ses bras resserra son étreinte sur lui, consciente que quelque chose n'allait pas avec l'adulte. Un sourire de façade s'insinua sur ses traits afin de rassurer la demoiselle. Il n'était pas utile que cette dernière ne s'angoisse pour une faute qui ne lui incombait pas et il n'était pas là pour leur donner du soucis. Après tout, il était parti du domaine sacré d'Athéna de son propre chef, au nez et à la barbe de ses défenseurs zélé, sans même prévenir la belle de son départ. Comment aurait il pu ? Malgré tout, elle demeurait une sainte de la déesse aussi, lui faire part de son escapade l'aurait forcément mise en porte à faux : soit elle le laissait faire en s'attirant encore plus d'ennui si cela parvenait à des oreilles indiscrètes, soit elle faisait son devoir en l'obligeant à demeurer en ces terres. L'amnésique avait longuement hésité sur la marche à suivre, ne pouvant tolérer de faire porter à la Vierge un poids supplémentaire, il n'avait rien trouvé de mieux que de s'échapper sans rien dire. C'était sans nul doute stupide mais il avait besoin de faire quelque chose. Attendre ici lui devenait de plus en plus insupportable et les cauchemars récurrents qui hantaient ses nuits n'avaient fait que précipiter sa décision.

Le guerrier relâcha la fillette qui emprisonna sa main dans la sienne, son inquiétude pas vraiment apaisé par son sourire. Trop sensible, songea t-il en glissant un regard à son frère aîné, il glissa sa main libre dans la chevelure de la gamine avec un rien de tendresse.

Ne t'inquiète pas. Je la retrouverai.

Qu'Athéna et que tous les dieux de l'Olympe lui en soient témoin. Dans ses prunelles de jade ne brillaient plus que cette détermination sans faille qui était, aujourd'hui encore, sa marque de fabrique. Il demeurait Dohko, même dépossédé de ses souvenirs d'antan. La fillette acquiesça vivement, visiblement moins inquiète, elle vint offrir au félin tigré une caresse en abandonnant la main de son mentor. Un sourire avant qu'il ne s'approche du jeune éveillé à la tignasse rousse.

Hector sait peut être quelque chose. Enfin, il a rien dit mais je sais pas, il avait l'air de savoir quelque chose sans trop le dire. L'adolescent haussa les épaules. Enfin, c'est ce que je pense, Lya lui fait confiance donc je pense qu'il doit savoir quelque chose qui fait qu'il est pas trop inquiet. Même si avec lui, ça veut pas toujours dire grand chose.

Dohko lui offrit une tape amicale sur l'épaule, saluant ses retrouvailles avec le garçon qui se renfrogna un peu, baissant la tête.

Merci Genbu.

Tu vas partir à sa recherche, hein ?

La pointe de chagrin qu'il perçu dans son ton serra son cœur troublé. L'abandon était un sentiment que le jeune ne connaissait que trop bien mais il le dissimulait habillement derrière un soupir un rien exaspéré. La main de l'ancien saint raffermit sa prise sur l'épaule de ce dernier alors que sa voix se faisait plus douce.

Je reviendrai. C'est ici qu'est ma place, mais je ne peux pas abandonner ceux qui me sont chers. Tu comprends ça, non ?

Un regard pour la fillette qui s'approchait avec Hù vint étayer le plaidoyer de l'ancienne Balance auprès de son disciple officieux, bien forcer d'acquiescer à ses propos. Son sourire doucereux s'envola bien vite pourtant quant il perçu à l’orée de ses sens une nouvelle présence inconnue s'approchant des lieux. Le tigre gronda bassement, ses prunelles s’étrécissant face à une odeur fugace qu'il percevait déjà. Dohko en oublia un instant la belle qui pourtant, occupait trop souvent ses pensées, s'avançant plus en avant dans l'orphelinat alors que des gamins trop heureux de l'apercevoir, courraient vers lui en bataillon désordonné. Il leur offrit un sourire fugace et des paroles agréables alors que son esprit et son corps tout entier demeuraient concentrés sur cette présence proche, tendu. La réaction du tigre n'était pas de bon augure aussi quant il aperçu l'homme prendre dans ses bras des enfants et leur prodiguer des gestes réconfortant, l'ancienne balance ne put s'empêcher d'en être quelque peu surpris. Genbu suivait de près son mentor, les sourcils froncés, sa sœur sur les talons visiblement ravie de toute cette agitation provoquée par le saint du phénix – ce que Dohko ignorait pour l'heure quand bien même le babillement des enfants laissaient entendre qu'il était un saint.

L'homme lui paraissait sombre. Pas seulement physiquement avec ses cheveux d'obsidienne et son regard écarlate presque dérangeant, c'était quelque chose de plus subtile, alchimie délicate qui l'auréolait subrepticement d'une sombre présence. Le tigre à son côté s'avança de quelques pas, se plaçant au côté de son maître en détaillant l'homme, méfiant et intrigué. Dohko lui adressa un regard interrogateur avant de se détourner sur cet inconnu qui...semblait le connaître. Son soupir s'échappa de ses lèvres avant même qu'il ne s'en rende compte. C'était là une question à laquelle il lui serait difficile de répondre, comme de coutume. L'amnésie n'aidait en général pas.

Navré, mais je n'ai aucun souvenir de toi.


Ce qui n'avait rien d'étonnant en soit si ce jeune homme l'avait connu avant que Pséma ne lui mette la main dessus.

Dohko ?


L'homme fauve se détourna sur l'adolescent à la tignasse rousse, visiblement mal à l'aise. Le fait que l'aura de son mentor ne se fasse plus prégnante ne devait pas être indifférent à ce frissonnement imperceptible qui contractait ses épaules. Il était le seul ici à pouvoir voir son aura. Pour toute réponse, le fauve de jade lui offrit un sourire qui se voulait rassurant en diminuant l'intensité de son cosmos alors qu'il s'approchait du saint.

Ça ne te déranges pas qu'on aille discuter un peu plus loin ? Nous nous comprendrons mieux sans les enfants. Genbu, occupe toi d'eux, je reviens.


Il n'attendit pas vraiment la réponse du saint pour l’entraîner à l'extérieur, profitant de son assurance et de la présence de Hù pour l'y aider. Il entendit les enfants déçu mais l'autorité naturelle de l'adolescent parvint à faire taire les récalcitrants qui se laissèrent faire. Bien. C'était préférable.

La nuit commençait à tomber, un croissant de lune d'argent marquant les cieux comme un sourire rieur. Il savoura l'air frais un instant avant de se détourner sur son sombre interlocuteur. Ce visage n'éveillait rien en lui. Pas la moindre parcelle de souvenir et il ne put s'empêcher d'en être quelque peu frustré. Encore. Sa mémoire demeurait vide. Même si il s'y était habitué, il ne pouvait pas s'empêcher de garder l'espoir.

Je suis Dohko. Juste Dohko, sans grade, sans armure, rien. Il n'allait pas dire que la seule armure qu'il pouvait revêtir était d'obsidienne. Et tu es ? Ma mémoire à tendance à me jouer des tours ces derniers temps.

Un sourire un brin ironique vint ponctuer sa phrase. C'était là un bel euphémisme qu'il venait de prononcer à cet inconnu. Son regard se fit un peu plus dur. Cet homme sentait la cendre...et la mort. Le tigre à son côté le sentait, le détaillant à quelque pas derrière lui, plus proche de l'orphelinat. Presque méfiant. Intrigué. Ce n'était pas pour Dohko qu'il venait, tout du moins, pas pour le punir de son absence de plusieurs semaines - était elle passée inaperçue finalement dans l'agitation du Sanctuaire ? - alors pour quoi ?


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Mer 11 Juin - 9:54

Ishiro n'avait pas trop fait attention à la bestiole qui le fixait avec méfiance, l'homme en face de lui le regardait avec interrogation, et lui dit qu'il n'avait aucun souvenir du black saint. Ishiro cilla des yeux, mais il faut dire que ça faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas vu ce chevalier, même le saint du Phoenix noir avait une mémoire qu'il lui jouait des tours. L'homme s'approcha du black saint qui ne bougeait pas lui demandant de le suivre dehors pour une meilleure discussion sans les enfants. Le chevalier noir eut un léger rictus, le saint avait il peur qu'il fasse du mal aux enfants ? Il se moquait bien des orphelins en réalité et suivit sans mots dire le chevalier d'Athéna. Une fois sorti, Ishiro contemplait la nuit tombée, l'air était plus frais aussi. Le chevalier était toujours accompagné de la bête qui se méfiait, grognant. L'ex saint d'Athéna se rappelait avoir tuer des bêtes sauvages de ce genre lors de son périple dans le monde, surtotu une bestiole mythologique qui lui avait gagné le fait de perdre son oeil droit. Ses souvenirs étaient loin aujourd'hui mais il sentait que la créature ici présente n'était pas comme les autres. Le chevalier noir ne ferait rien contre eux deux, le saint était bizarre, amnésique peut être et soulevait quelques questions. Ishiro sortit deux cigares de sa poche. Il en proposa un au chevalier s'attendant bien à ce qu'il refuse. Il garda néanmoins l'autre cigare en main et s'alluma le sien avec une petite flammèche sortant de son doigt. L'homme en face de lui finit par se présenter, c'était Dohko. Le saint noir se frotta le menton, cherchant dans ses souvenirs et cigare en bouche il tapa du poing sur la paume de sa main.

"Ha mais oui je vois qui tu es maintenant, tu es le chevalier d'or de la balance si je ne m'abuse, nous combattions côte à côte en enfer où nous avions gagné la guerre. Haaa les enfers, mon premier combat à l'époque ou je n'étais que simple chevalier de bronze et où j'avais vaincu un juge blessé trop sûr de lui. Je revois encore sa tête avant de mourir ! Ha ! Ha ! Ha !"

Un rire noir et narquois qui hérissa les poils du tigre. Dohko, l'un des plus puissants chevaliers d'or était ici présent, pas étonnant qu'il soit adulé par tous ses enfants. Ishiro ne l'avait que brièvement croisé mais cet homme était vertueux, brave et puissant. Portant sur lui les armes de la justice, les seules autorisées par Athéna, du moins de ce qu'il se souvenait de ça. Malgré tout, le black saint sentit quelque chose d'étrange dans le cosmos du saint. Il ne e se rappelait pas avoir senti pareille chose la première fois qu'il l'avait croisé mais ça remonte à si longtemps. Ishiro tira un bouffée de son cigare et souffla la fumée vers le ciel pour ne pas enfumer le chevalier. L'heure était venue au black saint de se présenter, il savait qu'avec un tel guerrier et aussi le flaire de son tigre que son identité serait vite mise à nue.

"Je suis Ishiro, chevalier du Phoenix ... (il marqua une hésitation) noir."

Pour la première fois le japonais se présenta sous sa vraie identité. Il regarda le chevalier d'or droit dans les yeux toujours en souriant.

"Que vas tu faire à cette annonce Dohko ? Me tuer ? Sonner l'alarme ? Mais quelque chose me dit que tu ne feras rien de tout ça, que tu n'es plus le même toi non plus, me trompais je ?"

Ishiro continua à fumer son cigare avec envie, il adorait ça.

"Pour ma part, n'aie crainte je ne vous ferai aucun mal à moins de me défendre bien sûr."

Le black saint regarda le chevalier d'or avec un large sourire continuant de fumer son cigare. Il attendait la réaction de son interlocuteur avec envie aussi ... Les dés étaient lancés, qu'allait il advenir du chevalier noir du Phoenix ?


Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Mer 11 Juin - 20:17

Pourquoi ? Cette question se répercutait dans son esprit troublé alors qu'il contemplait l'homme de ce regard dur qu'il ne parvenait à apaiser. Hù appelait à la méfiance et le lien qui unissait Dohko au tigre le poussait à une réaction commune, semblable si ce n'était l'émotion subtile qui animait la bête à la vue de ce saint. Un détail vague et indiscernable pour l'ancien saint de la balance qui n'avait pourtant nullement pris une position défensive. Tout était là, dans la tension discrète qui contractait les muscles de ses épaules, dans ses prunelles de jade à la dureté révélée par l'absence de cet éclat de malice qui de coutume l'animait. Tout n'était que détail dans sa physionomie. Le traître haussa un sourcil face au présent que lui tendit son interlocuteur inconnu, refusant poliment le cigare d'un signe de tête négatif et d'un geste de la main.

Merci, mais non merci. Je préfère l'air pur.

Cette situation lui paraissait de plus en plus étrange. L'habitude faisait que le fauve du Rozan n'éprouvait plus autant de malaise face aux personnes qui le connaissaient et dont il n'avait aucun souvenir, pourtant sa frustration demeurait ainsi que ce vide immense qui ne faisait que se révéler davantage à chaque nouvelle rencontre. C'était éprouvant, bien plus qu'il n'aurait pu l'exprimer avec de simple mot, bien plus encore que ne pouvait l'imaginer les êtres qui lui faisait face, ignorant tout de son manque, de son vide. Il fallait dire qu'il n'en parlait pas, ou rarement, du bout des lèvres ou en plaisantant plus ou moins faussement. Il s'habituait. Et ce saint qui lui faisait face n'avait pas le même problème. L'ancienne balance récupéra les informations fournies avec attention avant que les paroles de son interlocuteur se fassent moins amènes. Un froncement de sourcil vint assombrir ses prunelles de jade à son rire narquois sans pour autant avoir une réaction plus prégnante. Le tigre se rapprocha de son maître, soutien inébranlable en cette heure qui semblait de plus en plus sombre – et cela n'avait rien à voir avec la disparition de l'astre solaire.

Chevalier d'or de la balance. Non. C'était faux. Il n'était pas cet homme que le saint en face de lui avait vu dans les enfers, tout du moins, ce n'était plus lui. Dohko n'était plus chevalier d'or. Il n'était plus en proie aux mêmes doutes qu'à son retour au Sanctuaire aussi avait il finit par accepté le fait qu'il avait très probablement été ce saint d'or que tous le monde connaissait mais il ne l'était plus. Cette époque était révolue. L'armure d'or de la balance avait disparu, ne laissant derrière elle qu'un vide aussi prégnant que ne l'était celui de sa propre mémoire et un temple déserté par la vie.

C'était inhabituel que l'ancien saint ne demeure silencieux aussi longtemps pourtant, il le resta, digérant les paroles de celui dont l'armure était devenue d'obsidienne...Comme ne l'était la sienne. Une crispation nouvelle s'insinua dans ses épaules et dans tous les muscles de son corps, visiblement plus proche de la vive méfiance que de la sympathie à voir un possible pair. Dohko ne faisait pas parti de cette caste, il se le répétait à corps et à cri, refusant l'idée même d'appartenir à ce groupuscule qui, par l'entremise de Pséma, lui avait tout pris. Pourtant, c'était ce qu'il était aujourd'hui. Une part de lui s'était assombrie. C'était le sentiment qu'il avait, hantant ses rêves se transformant en cauchemars maculés d'écarlates. Le fait que cet illustre inconnu – car s'en était un pour lui, quand bien même auraient ils partagés un souvenir d'une guerre dont il n'avait nulle souvenir – ne puisse entrapercevoir un changement dans son aura ne faisait que lui confirmer ce qu'il essayait de nier, ce contre quoi il luttait.

Qu'allait il faire ? La mâchoire crispée, le tigre de jade devait bien avouer qu'il n'en avait pour l'heure, aucune idée. Les saints noirs étaient des dangers – comme lui. Pourtant...Il avait devant lui une possibilité, peut être infime mais non moins réelle qu'il se devait de saisir. Mais avant cela, il devait remettre les choses au point, par honnêteté. Après tout, cet Ishiro avait raison quand bien même cela ne lui était pas agréable.

Je ne suis pas un chevalier d'or. Pas aujourd'hui. Je suis seulement Dohko. Je ne suis plus la personne que tu as probablement connu, je ne le serai plus jamais.

C'était douloureux et il sentit son cœur se serrer dans une étreinte presque glaçante. Ses paroles lui coûtaient mais il ignora cette souffrance insidieuse qui transperçait ses chairs. Il n'était pas l'heure d'un tel apitoiement. Le tigre l'observa de son regard ambré, un court instant, semblant sur le même diapason que son allié avant de se tourner de nouveau vers ce sombre interlocuteur. Ennemi ? Un éclat de tristesse sembla étreindre les iris ambrées du fauve.

Tu étais le phénix autrefois, n'est ce pas ? Juste le phénix. Alors pourquoi avoir changé d'allégeance ? Est ce Pséma qui t'a poussé dans cette voie ?

Ses poings se crispèrent alors que le tigre à ses côtés grondait, l'aura de l'ancienne balance se faisant plus prégnante, visible, son cosmos l'auréolait d'une pâle lueur verdoyante, presque chatoyante. Parler de cet homme avait un effet particulier sur Dohko, entre rage et peine, entre froideur et noirceur, il ne savait comment interpréter les émotions qui tempêtaient en lui. Il y avait la trahison, l'appréhension, la peine, la colère...Tant de sentiments incontrôlables qui tapissait son âme d'un amas de cendre désincarnée. Il devait savoir. Pourquoi ? Lui même l'ignorait sans nul doute, mais c'était là un sentiment impérieux sur lequel il n'avait aucun contrôle. Si les choses dérapaient, il n'hésiterait pas à frapper lui non plus mais pour l'heure, il voulait des réponses à ses questions. Qu'en ferait il ? Cela, il était seul à le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Jeu 12 Juin - 13:44

Ne plus jamais être ce qu'il était ? Ishiro fut étonné par les propose de Dohko, oui il n'était plus que Dohko ... Serait il possible que lui aussi aurait été chatié par Athéna ? Ishiro n'aurait jamais cru tomber sur un tel chevalier, surtout un chevalier d'or même si ça n'est que son ancien grade aujourd'hui. Le black saint pouvait ressentir le chagrin et la souffrance de Dohko, il en resta indifférent mais quelque chose de grave a du se produire pour que cet homme transpire la tristesse et le mal être qu'il dégageait. Ishiro continua de fumer son cigare, lorsque l'ancien chevalier d'or lui posa une question assez inattendue que bizarre. Il lui demanda pourquoi il avait changé du Phoenix au Phoenix noire, si une certaine personne du nom de Pséma l'avait poussé sur cette voie. Ishiro écarquila les yeux de questionnement. Pséma ? Il n'avait jamais entendu ce nom de sa vie même sur l'île de la reine morte, Claudia non plus ne lui en avait pas parlé.

"Pséma ? Qui est cette personne ? On dirait bien qu'elle est l'oeuvre de ton changement Dohko, je ne la connais pas non, parle moi de cette personne, je serais curieux d'en apprendre plus."

Puis Ishiro allait parlé de son changement, un changement dont il était fier aujourd'hui. Personne ne le ferait revenir en arrière, pas même Athéna.

"Je suis devenu ce que je suis vraiment Dohko, par ma seule volonté. J'ai renié les saints et Athéna. Pendant qu'il pleuraient la mort de leur déesse, j'étais en Asgard à me battre contre les spectres, à brûler les cadavres de leurs victimes, hommes, femmes, enfants, bébés ..."

Ishiro cracha un bout de son cigare par terre mais aussi pour chasser ce lointain souvenir. Il se retourna pour être dos aux autres et mis les mains dans ses poches. Il regarda le ciel étoilée de Grèce et continua son récit.

"Athéna même morte aurait refusé que l'on s’apitoie sur son sort mais qu'on protège les démunis en premiers. Les saints n'ont rien compris et n'ont pas bougé. La guerre en Asgard avait heureusement pris fin mais au prix de centaines de victimes."

Le saint se retourna de nouveau devant ses deux interlocuteurs, il ne savait pas si la bête le comprenait mais il continua son récit.

"De retour en Grèce, j'allais faire mon rapport au sanctuaire du grand merci de la représentante d'Asgard. Mais j'avais tellement la haine que je voulais foutre une baffe à chacun des chevaliers ici présent. Je tombai sur Kyros qui s'en mordit les doigts, nous nous bâtâmes de toutes nos forces mais le Cygne fut le vainqueur de peu. Si je n'avais pas eu les flammes du Phoenix en moi je ne serais pas ici en train de te parler chevalier."

Ishiro alluma le second cigare que Dohko avait refusé.

"Doucement je repris des forces sur Death Queen Island et je fis mon entraînement pour m'emparer de la seule armure noire qui n'avait jamais été porté, celle du Phoenix noir. J'ai dompté l'oiseau de feu noir et me voici."

Ishiro s'appuya contre l'un des murs des habitations de Rodorio, se croisa les bras et ferma les yeux.

"Aujourd'hui je n'agis plus qu'en mon nom, je n'ai ni dieu ni maître, j'agis selon ma propre volonté. Être un saint m'empêchait d'être moi même, toujours suivre les autres, bien faire les choses comme il se doit ce n'était pas moi. L'armure du Phoenix m'a quitté, les saints veulent sûrement ma mort, mais j'agirai selon toujours mon bon vouloir, la liberté !"

Ishiro tira une grande bouffée de son cigare crachant une bonne dose de fumé vers le ciel qui prit la forme d'un Phoenix. Il regarda Dohko.

"Mais assez parlé de moi, dis m'en plus sur cette Pséma, je suis vraiment curieux de savoir qui est cette personne assez puissante pour déstabiliser un chevalier d'or !"

Le black saint avait remarqué que c'était pénible pour l'ancienne balance de parler de son passé. Ishiro le savait et s'attendait à ne pas avoir les réponses qu'il recherchait sur cette mystérieuse Pséma.

"J'ai peut être aussi un moyen qui pourrait te faire regagner la mémoire si tu le désires ..."

Ishiro pensa à l'illusion du Poenix ... noir.


Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Sam 14 Juin - 10:54

Déception. Malgré lui, l'ancienne balance sentit ce sentiment étreindre son âme alors que le phénix noir révélait sa triste vérité. Il ne connaissait pas le bélier noir. L'once d'espoir s'éteignit aussi brutalement que cette dernière ne fut apparu, ne laissant derrière elle que l'amertume la plus complète. Un vide. Toujours ce même vide. Dohko demeura silencieux, digérant les paroles de cet homme à l'armure noire qui finit par expliquer son propre cas, sa propre histoire face au silence résigné du fauve. Il l'écouta, d'une oreille attentive, demeurant droit au côté du noble félin. La bête observait le renégat avec une attention aussi grande que ce n'était le cas pour son maître et si son cosmos semblait s'être calmé, il demeurait pourtant à fleur de peau, près à s'échapper sous une infime impulsion. Il était un chevalier noir – comme lui. Encore une fois, cette même réflexion qui ne signifiait rien. Il était lui. Juste lui. Et l'histoire que lui conta Ishiro le lui confirmait bien.

Un choix. Son choix. Celui de ce jeune homme qui, blessé par le comportement de ses propres pairs, avait fini par changer de voie, s'accepter et se transformer. En mal ou en bien ? Il avait violé son serment d'allégeance envers la divinité de la Sagesse, l'armure du Phénix l'ayant visiblement abandonnée pourtant, il y avait quelque chose dans cette histoire qui lui paraissait étrange. Ou tout du moins, particulier. Était il aussi insensible qu'il voulait bien le faire croire ? Aussi dénué de scrupule que ce que ses paroles précédents avaient bien pu le laisser deviner ?

Au fond, peut être que le plus déstabilisant pour le traître, s'était qu'il comprenait cet homme en face de lui. En partie tout du moins, il n'avait pas l'orgueil de se croire aussi empathique. Mais ils avaient des points communs, quand bien même n'étaient ils pas voulu de la part de l'ancienne balance. Non, ce n'était pas sa volonté dans son cas. Ce n'était pas son choix. C'était un choix qu'on lui avait dicté et qu'il devait à présent assumé. Qu'il assumerait malgré lui. Après tout, n'avait il pas assez fuit ? Un éclat de surprise. Un éclat de tristesse teinté d'une douce résignation. Le phénix noir avait répondu à ses questions, sans détours, sans peine, avec sincérité et presque droiture aurait il songé en d'autre circonstance. Peut être enviait il un peu cet être qui s'avouait sans frayeur aux regards extérieurs, assumant ses choix même face à un être qui aurait dû être un ennemi. En était il capable lui ?

Son regard se perdit dans le ciel obscur, détaillant les étoiles qui doucement s’éveillaient, s'illuminant au rythme d'une musique inaudible. Un chant cosmique.

Tu n'as peut être ni dieu, ni maître à l'heure actuelle...Mais j'ai l'impression que tu suis toujours les préceptes de la déesse Athéna, malgré ton armure noire. Même si peut être à ta manière.

Ses paroles s'écoulèrent de sa bouche avec une familiarité presque intrigante, dérangeante. Ses prunelles de jade demeurèrent à ainsi contempler ces cieux voilés, enténébrés mais pourtant...brillant. Scintillant d'un millier d'éclats évanescents. Sans doute était ce sa vérité, dissimulée dans les recoins obscurs de cette mémoire disparue. Ou bien sa propre volonté ?

Ce n'est pas l'armure qui fait le saint, mais notre cœur et notre foi.


Un murmure évasif. Dans ces mots, il y avait une foi, un détail qui perturbait ses pensées éparses et qui troublèrent son cœur. Il n'aurait su dire quoi. Mais ce détail le troubla suffisamment pour qu'il ne mette fin à sa contemplation passive, son regard se posant de nouveau sur son interlocuteur. Il avait été honnête. Il le serait également.

Pséma. Le bélier noir.


Dans ses prunelles s'insinuèrent des émotions aussi troubles que violentes, pourtant, ce fut une certaine lassitude qui vint étreindre sa voix, comme si il en avait trop parlé, déjà trop dit. Cet homme occupait bien trop souvent ses pensées et il commençait à peine à s'en rendre compte. Un sourire désabusé vint couvrir ses lèvres alors que l'ancienne balance s'avançait de quelque pas sur un chemin qui l'éloignait de l'orphelinat et l'aurait entraîné plus en avant dans les terres désolées du Sanctuaire si il avait continué plus avant. Il faisait presque dos au phénix. Ce n'était pas là de l'arrogance de sa part, juste un besoin de s'isoler un instant du regard de son interlocuteur. Pour réfléchir un instant sur cet homme qui lui avait tant pris et qu'il ne connaissait au final, pas. S'en était presque détestable, lui qui, sous son emprise, avait tant cru en lui, en ses paroles, seuls échos qui s'éveillaient en lui dans cette âme vide qui était la sienne à son éveil.

Si seulement je pouvais davantage répondre à ta question. Mais même pour moi, cet homme est un mystère. Il haussa vaguement les épaules en se détournant de nouveau sur Ishiro, Hù demeurant au même endroit, face au phénix noir. Ce que je sais par contre, c'est qu'il est responsable de grand désordre dans l'ordre des choses et que c'est suite à ma rencontre avec lui que je suis devenu comme ça. Il a...effacé mes souvenirs. L'armure d'or de la balance a disparu depuis.

Il ne devait plus être son élu, comme cela avait été le cas pour Ishiro du phénix. Et il y avait eu ce moment. Cet instant. Ses iris de jade se voilèrent avant de s'éteindre.

Je n'ai plus rien à voir avec cet homme que tu as connu. Tout comme tu as changé toi aussi, sans l'ombre d'un doute.


Un silence. Ishiro avait été honnête aussi faisait il de même, quand bien même gardait il pour lui d'autres informations. Pourquoi ? Peut être par honte. Par faiblesse. Par souffrance.

Mais il est puissant. Bien plus qu'un simple chevalier d'or. Il a l'air d'avoir...traversé les siècles...

Son flegme. Son attitude même semblait décalée avec cette réalité, évasive comme un songe, une illusion éthérée... De cela, il s'en souvenait. Ce souvenir là marquait sa chair d'une marque indélébile, cicatrice ardente qui barrait son âme et son cœur en des traînés brûlantes. Les poings du traître se crispèrent, ses prunelles s’étrécissant. Ce qui ne l'empêchera nullement de lui remettre les idées en place quant il le reverra, car de cela, il en a la certitude. Il le devait.

L'aider. Cette proposition ne ressemblait pas vraiment à celle d'un ennemi, pourtant...

Quel genre de moyen ?

Intrigué, il l'était bien évidement. Dohko avait fini par laisser de côté cette volonté, recouvrer la mémoire n'était plus vraiment dans ses priorités pour une raison assez obscur qu'il avait accepté aujourd'hui. A quoi bon chercher à tout prix à redevenir celui qu'il ne serait jamais plus ? Il y avait trop d'erreur, trop de différence aujourd'hui pour que cela change quoi que ce soit mais par moment ils se disait qu'au moins...Il ne les blessera plus. Pour eux, pas pour lui.

Non, lui, il appréhendait cette confrontation avec cet homme, ce saint semblant si parfait qu'il n'était plus. Ne pourrait plus jamais être. Pourtant...Ne le voulait il pas aussi, retrouver ce passé qui lui faisait défaut et remplir ce vide qui emplissait son âme ?
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Jeu 19 Juin - 14:04

"Tu te trompes Dohko ..."

Dit Ishiro écoutant l'ancien chevalier de la balance avec attention lui parlant de la foi et du fait que l'armure ne faisait pas le chevalier.

"Je n'ai plus foi en Athéna ou n'importe quel dieu sur cette terre, je n'ai foi qu'en moi même. Ma destinée était d'être le Phoenix noir, le fait que j'avais un coeur juste et voulait rendre justice à ma mère tuée par les anciens black saints a sûrement fait en sorte que j'endosse l'armure de bronze du Phoenix. Ce n'est qu'en grandissant, en combattant, en côtoyant les humains qu'il fallait que ça finisse ainsi, que je prenne un nouveau chemin et tel fut le cas en ayant ma black cloth aujourd'hui. Je n'ai plus personne pour me faire des remontrances si j'attaque un marina aujourd'hui pour lui faire soutirer des réponses et ainsi avoir la colère de leur représentant."

Ishiro se rappela de ce moment ou il avait fait parler le Kraken, il ne se souvenait plus de son nom, on dit qu'il avait fini par devenir spectre par après. Il se souvenait de cette vengeance auprès de Astre qui l'avait humilié alors que les marinas s'étaient joués des saints par la suite. Saints qui ne l'avaient pas écoutés, préférant faire la courbette devant lui. Pendant des années Ishiro l'avait recherché pour se venger à faire le tour du monde perdant ainsi son oeil mais en vain, il ne retrouva plus jamais Astre. Était il mort ? Aujourd'hui il s'en fichait. Dohko le fit sortir de ses pensées quand il parla de Pséma qui n'était autre en fait que le Bélier noir. Ainsi les forgerons avaient réussi à copier les armures d'or, de ça aussi il n'était pas au courant. Ishiro se frotta le menton cherchant le moindre indice qu'il aurait vu sur Death Queen Island mais rien de rien. Mais cet individu devait être très puissant pour avoir fait changé un aussi puissant chevalier d'or. Il avait chamboulé pas mal de choses apparement, faisait il partie de ces chevaliers noirs qui étaient venus attaquer ce village il n'y a pas si longtemps, il se rappela alors de quelque chose. Lors de son combat contre le loup noir, celui ci avait jeté quelque chose contre l'ex saint mais en vain, quelque chose de puissant qui ne provenait pas de ce chevalier noir, quelque chose qui l'avait désorienté quelques secondes avant que ça ne se dissipe.

"Est ce un sort que l'on t'aurait lancé Dohko ? Car lors de mon combat contre le loup noir, il m'avait été comme un sortilège qui aurait bien failli me faire changer bien avant l'heure, est ce ça ?"

Malgré sa question, l'ex chevalier d'or lui posa une question demandant ce que Ishiro avait en tête pour lui rendre la mémoire.

"Il s'agit ni plus ni moins du Gemma ken, l'illusion du Phoenix si tu préfères."

Ishiro avança d'un pas vers les deux protagoniste levant uniquement son bras, le doigt pointé vers le front de l'ancien saint doré.

"L'illusion du Phoenix traverse le cerveau de mon adversaire touchant ses nerfs, le paralysant. Cette attaque est telle qu'elle fournit un choc cérébral créant ainsi des illusions dont mon ennemi s'y croit tellement en être influencé que elà semble réel pour lui."

Ishiro baissa le bras et continua son récit:

"Rien ne dit que ça marchera, tu pourrais mlême en avoir des séquelles mais chevalier d'or que tu étais tu pourrais t'en tirer je pense mais le choc cérébral pourrait très bien faire revenir les souvenir enfouis en toi et ainsi te faire reprendre la mémoire. Bien sûr je ne la lancerais pas avec toute ma puissance, tu pourrais en mourrir mais assez pour créer le choc."

Ishiro hésita quand même si Dohko accepterait, s'il retrouverait la mémoire, il pourrait vouloir éliminer Ishiro de part sa condition de black saint. C'était un pari risqué mais en même temps Ishiro en avait envie voir ce qu'il se passerait et ainsi sauver le chevalier. Qui sait peut être aussi que Dohko deviendrait un allié de taille sachant que l'on pouvait copier les armures d'or aujourd'hui.

"Alors que penses tu de ma proposition chevalier ?"


Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Ven 20 Juin - 21:38

Peut être se trompait il. Peut être ce qu'il percevait dans les paroles du phénix noir n'était pas ce qui était véridique et clair. Soit. L'ancienne balance laissa le jeune homme se prononcer clairement sur la question alors que lui demeura silencieux, attentif. Il n'avait pas le pouvoir de comprendre tout les dires de son interlocuteur, pas plus qu'il n'avait l'empathie nécessaire pour mais à ses yeux, en parti du moins, il ne semblait pas habiter par le mal. Sans nul doute était ce un jugement quelque peu arbitraire, peut être même subjectif et en cela, peu révélateur d'une vérité universelle, éloignée de la notion même de justice pourtant... C'était ce qu'il ressentait lui. En parti seulement. L'ombre du phénix noir était épaisse et trouble, non moins habitée par des ténèbres rampantes, peut être même dévorée par ses propres flammes. Le phénix brûlait, se consumant en détruisant ce qui l'entourait dans le seul but de renaître à nouveau. Encore et toujours. Ishiro s'était consumé. Son cœur et sa foi s'étaient embrasés pour revivre sous cette sombre forme. C'était son choix, peut être pas le bon, mais il était le sien. Il avait acheter sa liberté au prix de cette armure.

Dohko ne savait réellement que penser pour tout avouer de la défection du Phénix. En tant que saint, bien sur, un traître demeurait un être à abattre, il ne l'ignorait pas malgré sa mémoire tronquée. Le guerrier ferma un instant les yeux en proie à ses propres réflexions. Quelle ironie. Lui qui à présent, était tout aussi associé à ces armures noires que ne l'était son interlocuteur inconscient de sa présente nature. Son regard dériva un instant sur les temples zodiacaux qu'il ne parvenait qu'à apercevoir d'ici. Les dieux étaient facétieux.

Le phénix vit et meurt seul. Il paraît que c'est le destin de ces créatures...Une vie de solitude.


Une vie cruelle à son sens. Seul, il aurait tout perdu. Seul, il n'aurait été qu'une ombre errant parmi les ombres, sans mémoire, sans avenir. Mais finalement ici, il avait compris. On lui avait ouvert les yeux, offert une aide et un soutien, un avenir et une lumière. La solitude était pesante, il ne le savait que trop bien, avait eu largement le temps de s'en rendre compte enfermé dans ces geôles.

Tu as fait ton choix Ishiro, mais je pense vraiment que tu te trompes. Les humains sont faillibles, nous sommes faibles, nous nous perdons...Nous chutons. Parfois si profondément qu'on ne parvient plus à voir la lumière. C'est ce qui m'est arrivé. J'ai fait des choses dont je ne suis pas fier, que je regrette, que je ne peux pas réparer pourtant, malgré que je ne me souvenais pas d'eux, des amis m'ont aidé. Alors que je les rejetais. Tu n'as pas à être seul pour être fort, bien au contraire.


Un sourire doux couvrait ses lèvres alors que son regard se fit nettement plus assuré. Pséma ne l'avait pas brisé irrémédiablement. Bien sur, il l'avait blessé et cette plaie continuait d'élancer son corps pourtant...Il avançait. Avec cette armure noire si il le fallait, cette dernière ne le définissait pas. Une nouvelle demande vint mettre fin un instant à son plaidoyer, surpris, la sombre balance haussa un sourcil.

Je l'ignore. Je me suis éveillé ainsi, je n'ai aucun souvenir du moment où ma mémoire a été altéré. Certains chevaliers d'ors ont essayés de l'éveiller sans trop de succès jusque là.


Kappa, Jara, Mashia, Celsius et d'autres...Chacun avait un peu essayé à sa manière, si certain était parvenu à éveiller en lui des émotions indistinctes ou de vague impression, cela n'avait jamais été bien plus loin. Peut être que les fragments de sa mémoire avait été détruit ?

L'illusion du Phénix.


Son aide. Dohko laissa un instant le silence s'étirer en analysant la proposition du saint noir qui lui faisait face. Évidemment, il n'avait aucun moyen de savoir si ce dernier bluffait ou non, voir si il n'en profiterait pas simplement pour lui porter une attaque et le tuer. Il pouvait également mentir.

C'est intéressant, comme technique.


Le tigre revenu à ses côtés feula à son adresse, comme si il communiquait avec son allié, presque inquiet. Ce dernier se pencha sur lui et lui offrit une caresse apaisante.

Tu sais, ce n'est pas tous les jours faciles de vivre dans l'ombre d'un homme qu'on ne connaît pas. Ce chevalier d'or avec lequel on me compare, ce n'est pas moi. Plus vraiment tout du moins. Dans les regards des autres, je voyais sans cesse cet autre que je n'étais plus, c'était frustrant et assez...pesant à force.

L'homme se redressa pour faire face à son interlocuteur, sans peine, sans lassitude, juste un regard étonnement clair pour celui qui quelques instants plus tôt, avait éprouvé cette vive colère.

Mais j'ai compris quelque chose.


Ce n'était pas par châtiment ou rédemption.

Ta proposition est alléchante et plutôt étonnante de la part d'un saint noir.
Un sourire amusé se perdit un instant sur ses lèvres avant qu'il n’enchaîne. Mais je vais la décliner.

Après ses précédentes paroles, sa réponse devait surprendre mais il assuma avec un léger rire.

J'ai dit à un être cher que je voulais apprendre à le connaître aujourd'hui, comme je suis à présent et même si je n'ai plus grand chose. Ça m'a fait plaisir qu'il accepte malgré tout. Je ne suis plus Dohko, le chevalier d'or de la balance, je suis juste Dohko et si ça leur va, si ils m'acceptent comme ça, je n'ai pas de raison de revenir en arrière. Je vais avancer comme ça.

Il l'avait décidé ainsi. Avancer toujours, aussi loin que possible, pas en ignorant le passé, mais simplement en assumant ses erreurs, ses failles et même cette mémoire tronquée. Ce n'était pas toujours facile, ça ne le serait sans doute jamais mais il allait aller à son rythme.

Dis moi Ishiro, quel est ton but à présent que tu possèdes cette armure ? Qu'est ce qui anime ton poing aujourd'hui ?

L'attitude de l'ancien saint changea subtilement. Sa posture n'était nullement agressive pourtant, elle se faisait plus sûr, presque plus dur mais non moins concerné. Le tigre feula.
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Mar 24 Juin - 11:11

Ainsi Dohko préférait ne pas subir l'illusion du Phoenix et garder tel quelle sa mémoire. Le black saint respecta son choix se contentant de lui sourire. Ainsi le saint avait eu de l'aide pour pouvoir continuer ainsi dans sa vie, de s'accepter tel qu'il est aujourd'hui. Ishiro l'enviait un peu d'avoir eu de l'aide. Lui qui n'en avait pas eu lors de la bataille d'Asgard, seul dans le froid mordant du nord ou seuls les cadavres jonchaient les recoins de cette région. L'ancien saint de la balance ne se rappela pas de ce qu'il avait subit comme lavage de cerveau s'il s'agissait d'un sort qu'on lui avait donné. Le black saint se félicita alors d'avoir changé de lui même sans que personne ne lui force la main, un choix auquel il ne renoncerait jamais aujourd'hui. Être un saint était pour lui du passé, un passé qu'il avait rangé de côté pour ne plus combattre que pas sa propre volonté et non sous ceux de chevaliers d'or ou autres déesses. Contrairement à ce que pensait Dohko, la solitude était sa force et encore plus aujourd'hui, compter sur les autres il l'avait fait et pourtant personne ne l'avait suivi dans ses choix qu'il le poussa à la révolte et à un combat presque mortel contre le chevalier du Cygne. L'ancien saint d'or lui demanda alors qu'elles seraient ses motivations aujourd'hui, ce qui animait son poing. Ishiro voyait la détermination de l'ex balance à lui poser cette question, le chevalier noir ferma les yeux et sourit.

"Au départ pour être franc avec toi je voulais tuer tous les saints ici présent mais ... J'ai changé d'avis. Ta rencontre m'a fait comprendre pas mal de choses aujourd'hui."

Le saint fit demi tour faisant signe au chevalier.

"Je vais je pense, m'amuser à traverser les maisons du zodiaque, je veux voir la dépouille d'Athéna ou ne fut ce que ressentir ce qu'il s'est passé là bas, voir pourquoi ses saints ont refusé de me venir en aide en Asgard. Voir leurs attitudes choquée à voir ma transformation m'amuserait assez ..."

Il s'arrêta net et lança un dernier regard au tigre et son maître avec un léger sourire.

"Je vais voir si nos anciens camarades auront la même volonté que tes amis à vouloir m'aider, voir leur pitié. Les voir me juger au nom de leur justice de leur égoïsme voir leur visage haineux, vouloir m'arrêter à tous prix. Voir s'ils sont tellement ouverts à accepter ce qui n'est pas des leurs. Mais ne t'inquiète pas, je ne les attaquerai pas mais je serai prêt à me défendre si nécessaire, chose à laquelle je suis sûr que ça arrivera."

Il se retourna de nouveau, les mains dans les poches continuant son petit bonhomme de chemin, il parla une dernière fois au chevalier.

"Tu peux me suivre si tu veux mais si tu ne le désires point, tu seras le bienvenu sur Death Queen Island et rejoindre mes rangs Dohko. Une armure t'y attendra mais elle sera noire ..."

Tel était la dernière proposition d'Ishiro à cet homme si perdu, il ne s'attendait pas à une réponse positive mais c'était peut être un appel à l'aide de sa part, car même si la solitude était son art de vivre, la présence de compagnons n'était pas si mal ... à petite dose ... Le Phoenix noir était pourtant trop fier de le dire à Dohko, il ne voulait pas de sa pitié, il avait horreur de ça. Le chevalier noir tendit sa main entourée de cosmos vers sa gauche, un cercle de cosmos noire s'ouvrit, un Phoenix noir en sortit pour aller recouvrir le corps du japonais. Ishiro revêtit son armure noire, il savait qu'il ne serait certainement pas le bienvenu au sanctuaire mais il n'attendait que ça. Il voulait voir l'attitude de ses saints être l'étranger, les rôles étaient inversés. Mais peut être que l'ex saint de la balance l'arrêterait mais son instinct lui disait le contraire ... Ishiro se moqua bien des passants qui remarquèrent à peine sa présence dans l'obscurité, aujourd'hui il acceptait son changement et il ne changerait plus.




Dernière édition par Ishiro le Mer 25 Juin - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Mer 25 Juin - 21:58

Dohko avait révélé ce qu'il avait sur le cœur, espérant de tout cœur que ses propres émotions et son propre vécu ne puisse, même un peu, faire réfléchir Ishiro. Il ne pensait guère pouvoir faire davantage, on ne changeait pas une façon d'être avec de simple parole, il ne l'ignorait mais parfois, cela permettait de planter une petite graine dans un esprit clairsemé. Peut être que cela prendrait du temps avant que cette dernière ne prenne de l'importance, et ne lui fasse comprendre quelque chose de crucial. Mais elle grandirait probablement, entraînant ce qu'il espérait être un peu de considération pour son ancienne vie. Non. Ce n'était pas une ancienne vie mais seulement le prolongement, différent certes, mais lui appartenant malgré tout. L'étonnement s'afficha un instant sur le faciès de l'ancien chevalier de la balance avant que ce dernier ne se trouble pour s'assombrir. De la lassitude s'égara sur son visage mais le soulagement fut probablement le plus prégnant dans son cœur. Un soupir franchit la barrière de ses lèvres avant qu'il ne marmonne quelques mots à son attention :

Je ne sais pas si ça doit me rassurer ou non,
avoua t-il, perplexe. On va dire que ça me fait plaisir si je t'ai empêché de faire cela...

Après tout, ici, il n'avait nullement l'avantage du nombre, et si il se faisait attaquer par un chevalier d'or, nul doute que ce dernier finirait par le bouter hors des lieux, vivant ou non. Cette perspective ne l'enchantait guère, même si au final, il ne connaissait pas le phénix noir – ou plus. Il avait été un saint, même si il avait trahit et malgré lui, même si leur histoire était bien différente, il ne pouvait s'empêcher de se sentir plus proche du saint noir en cette heure.
Il ne voulait pas le laisser s'éloigner : le laisser sombrer plus profondément encore. Les similitudes lui paraissaient trop flagrante pour et son cœur se refusait à ce genre de concession facile.

Ishiro !

Dohko s'avança vers lui alors que Hù s'était déjà placé devant l'ancien saint pour empêcher sa retraite. Le fauve ne recula pas lorsque ce dernier fit apparaître son armure noire qui recouvrit son corps dans un brasier ardent. Un frisson ébranla l'échine de l'ancien chevalier d'or mais il se rapprocha sans hésitation aucune de cet homme qui se disait ennemi.

Un véritable ami n'éprouve pas de pitié ! De la colère, de la rage, de la tristesse, de l'incompréhension, de la compassion tout cela, ce sont les sentiments d'amis, justement, d'amis qui ne savent pas, d'amis qui essayent de tendre la main vers celui qui à sombré, Ishiro ! Si tu veux vraiment les affronter, alors ne t'aveugle pas sur leurs raisons. Met toi aussi à leur place, Ishiro. A la place de ceux qui ne comprennent pas les raisons de ce qu'ils vont considéré comme une trahison.


Sa voix était d'une fermeté à tout épreuve, assurée, comme le chevalier d'or qu'il était dans le passé. L'armure était d'obsidienne aujourd'hui mais cela n'empêchait pas de demeurer le même.

Je ne suis pas le mieux placer pour te défendre auprès de mes anciens pairs, et je pense que ma présence n'arrangerait sans doute pas ton cas vu que je possède déjà une armure noire. Sauf que contrairement à toi, ce n'est pas mon choix. Mais je reste en parti un traître ici, cependant, je veux te dire une dernière chose Ishiro, et j'aimerai que tu réfléchisses vraiment à ce que tu vas faire à compter d'aujourd'hui. Tuer les saints ne t'apportera rien, en plus de risquer simplement ta vie pour peu de chose, tu sais qu'ici, contre tous les saints, tu finiras forcément désavantagé, aussi puissant sois tu. La vengeance ne te mènera nulle part, alors pense bien à cela : Que veux tu laisser derrière toi, Phénix ? La destruction ou la renaissance ? L'armure ne fait pas le guerrier, mais c'est à toi, et à toi seul de décider. Elle n'est qu'un moyen.

Il ôta la cape de voyage qui couvrait son corps, laissant dévoiler de simple vêtement chinois dont il était coutumier. Même sa mémoire tronqué ne lui avait pas ôté ce goût là. D'un geste ample, il plaça cette dernière sur la cuirasse de son interlocuteur. Ishiro pouvait l'enlevé facilement, il ne l'obligeait par ailleurs nullement à la garder mais il songeait que ce dernier en aurait plus besoin que lui.

Je vais rester ici pour l'heure, mais je garderai un œil sur ton cosmos. Ne prend pas de risque inconsidéré Ishiro, tout phénix que tu sois, la mort aussi te guette.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Mer 2 Juil - 11:15

Ishiro ayant revêtu son armure noire était prêt à avancer au sain du sanctuaire lorsqu'il remarqua que la bête de Dohko lui barrait la route. Il entendit ainsi son propriétaire l'appeler. Est ce que Dohko avait l'intention de le stopper malgré tout et se battre contre lui ? Ishiro ne pouvait y croire mais sait on jamais. Pourtant le tigre n'avait pas l'air de vouloir l'attaque, méfiant certes mais pas en position de bondir sur l'oiseau noir et en faire son petit déjeuner. Le chevalier d'or le rejoint et commença à lui parler. Se mettre à la place des saints ? Comprendre pourquoi ils agiraient ainsi ? Que raconte t'il ? Ishiro en connaissait la réponse.

"Ils m'attaqueraient sans hésitations car ils sont aveuglés par leur foi. Spectres, marinas, saints, ils sont tous pareils. Endoctrinés par leurs dieux. Hadès avec son utopie, Athéna avec sa justice et sa paix aveugle et Poséidon ... Je n'en sais même rien mais une chose est sûre, ce qu'il ne connaissent pas, il s'en méfient et tuent la plupart du temps. Ne comprends tu pas que l'avantage à être ce que nous sommes c'est que nous servons notre propres idéaux, c'est ça la liberté chevalier Dohko. La liberté de penser, d'agir ! D'être soi même ! Et tu t'en rapproches tout doucement."

Tuer les saints ? Il y avait songer sans se mentir mais aujourd'hui il ne voulait pas de cela et ce peut être grâce au raisonnement de l'ancien chevalier de la balance. Ancien chevalier de la balance qui avait pris une décision de son propre chef à ne pas vouloir le suivre en tant que compagnon noir. Ishiro ne lui en voulait pas, être libre d'agir à sa guise était ce qu'il aimait et qu'un saint en fasse autant ne pouvait que le réjouir à moins que l'ancien chevalier commence à ressentir ce qu'est d'être un chevalier noir.

"Comme je te l'ai dit, je ne souhaite pas tuer les saints mais me défendrai à coup sûr s'ils m'attaquent. Mais tu n'as pas tort, y aller serait du suicide pur et simple. Et même si je pue la mort, je ne suis pas au point de mettre un terme à ma propre vie."

C'est alors qu'l sentit un vêtement envelopper sa cuirasse noire. Dohko le recouvrit, était ce pour pouvoir le cacher aux passants ou aux saints qui pourraient traîner ? Fort possible mais il fut étonné par le geste de ce chevalier. Ishiro eut un léger rictus fermant ses yeux. Il rendit la cape à son propriétaire.

"Chevalier je n'ai plus aucune gêne à montrer qui je suis aujourd'hui mais ..."

Ishiro rouvrit l'espace temps, un léger cercle de cosmos s'ouvrit, des plumes du Phoenix noir en sortirent et retirèrent l'armure d’obsidienne allant s'engouffrer dans une autre petite dimension là ou dormait l'oiseau de feu noir.

"Le mieux pour le moment est de rester le plus discret possible."

Ishiro était de nouveau vêtu de ses vêtements noirs et sa vieille veste d'étudiant japonais qu'il avait même du temps d'Athéna. Ishiro se retourna vers son interlocuteur.

"Je vais rester ici un temps mais ne penses tu pas que nous devrions retrouver ce fameux bélier noir ? J'ai surtout envie d'action et rien ne se passe, pourtant le sanctuaire est un vrai aimant à problèmes."

Pourtant il sentait au loin d'autres cosmos dont un plus ténébreux, autant que le sien vers les maisons du zodiaque. Ishiro s'appuya contre un mur et regarda l'ancien chevalier d'or avec attention ...


Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Jeu 10 Juil - 13:35

Était ce une cause perdue d'avance ? Dohko n'aurait su le dire mais son caractère entier le poussait malgré tout à continuer d'insister, quand bien même les probabilités même étaient contre lui. Qu'importait ! Ce jeune homme ne lui paraissait pas aussi noir que cette armure qu'il avait revêtu, alors, pourquoi l'abandonnerait il ainsi à un sort pour le moins peu enviable ? L'ancien saint demeura attentif à son interlocuteur, quand bien même n'était il pas forcément d'accord avec ses dires. N'était ce pas réducteur d'ainsi s'avancer sur les réactions des divers guerriers composant une même armée ? Certes, il ne pouvait pas ignorer que tous étaient regroupés sous une même bannière pour une raison souvent commune, mais ce n'était pas aussi facile à analyser, tout du moins le songeait il. Même si ils étaient un en tant que groupe, ils demeuraient chacun avec leurs individualités propre, l'ignorer était quelque peu mesquin. Mais au moins, il avait visiblement accepter de se détourner de cette voie sur laquelle il s'était engagé. Le tigre du Rozan s'en sentait rassuré.

Je pense que c'est assez réducteur de penser ainsi. Chaque guerrier a des raisons de combattre qui sont différentes de celui de son camarade, aussi proche soit il. Et puis, posséder une armure, quel qu'elle soit, n'empêche pas d'être soi même. L'armure ne fait pas le saint ou le marina, c'est lui qui entre en harmonie avec cette dernière et qui lui permet d'écrire son histoire.


Libre. Était ce vraiment le cas ? Le guerrier ne put empêcher son regard de détailler un instant les lieux, emprunt à une nostalgie troublante qu'il avait à présent accepté. Libre. L'était il réellement ? Être libre ne signifiait il pas n'avoir aucune attache dans ce monde ? Or, si tel était vraiment le cas, il avouait sans honte aucune qu'il ne l'était pas. Et cela lui convenait parfaitement.
Il ne put s'empêcher de secouer la tête à la fin des paroles du noir phénix afin d'appuyer ses dires avec une douce détermination. Son regard était clair.

Je ne suis peut être pas aussi libre que toi Ishiro, c'est vrai. Je suis attaché à ce lieu qui rappelle en moi des impressions familières, je suis attaché à ces personnes qui le composent également. Ils sont mon univers aujourd'hui. Si être libre signifie abandonner tout ça, alors je préfère être un prisonnier. Mais ce n'est pas comme cela que je le vois. On ne souhaite sans doute pas la même chose, tout simplement. Moi, je veux protéger cet endroit, les personnes qui s'y trouvent...Et d'autres encore. C'est pour cela que je me battrais aujourd'hui, que je porte une armure noire ne change rien à cela.

Il ignorait si cela avait été le cas avant, mais si il se fiait aux quelques paroles prononcés à son égard, il fallait croire qu'il n'avait pas tant changé que cela. Au fond, armure noire ou dorée, il demeurait un chevalier protecteur, un tigre fougueux et déterminé à tourner ses crocs vers ceux apportant mort et désolation. Il était un gardien. Un défenseur. Il restait Dohko, juste Dohko. Un sourire s'insinua sur ses lèvres à cette pensée avant que son visage n'affiche une mine un peu plus circonspecte quand ce dernier lui rendit la cape qui lui avait confié. Nullement blessé par ce geste, il fut cependant ravi de voir le phénix noir abandonner le corps de son compagnon pour le laisser avec des vêtement plus usuel. C'était une victoire, sans aucun doute. Hù même accueillit cette décision avec un feulement presque doux en se replaçant auprès de son allié, rassuré. Le sourire du guerrier quant à lui se fit plus assuré, presque fraternel.

C'est une bonne chose. La vie est trop précieuse pour la jeter négligemment à la première occasion.


Peut être était ce une erreur de sa part d'ainsi se comporter avec le chevalier noir. Peut être...Mieux vaut demander pardon que permission, songea-t-il un instant avant de se détourner des maisons zodiacales pour détailler son interlocuteur. Mais dès lors que ce dernier enchaîna sur le bélier noir, Dohko ne put empêcher un soupir de passer la barrière de ses lèvres. Il avait l'air quelque peu dépité, si ce n'était consterné – peut être même gêné. Ses doigts vinrent un instant se perdre dans sa chevelure brune avant qu'il ne fasse quelque pas pour l'éloigner de l'orphelinat – et de possible oreille indiscrète.

A vrai dire, ce n'est pas aussi simple que ça de trouver sa trace. Ça doit faire un mois que je le cherche, en vain, trouver des indices sur sa présence quelque part m'a souvent amené à des fausses pistes. Je suis revenue au Sanctuaire parce que j'avais un mauvais pressentiment, avoua-t-il en se détournant de nouveau sur lui, le regard quelque peu assombri par cette sourde inquiétude. Et également parce qu'il s'inquiétait et que son départ n'avait pas été aussi tranquille qu'il le laissait croire. Il n'aurait pas été jusqu'à lui dire la raison principale de son inquiétude – cela, il préférait le garder pour lui – mais il n'avait aucun problème à signifier plus ou moins le reste.

Il ne se souvenait pas de ses années dans le Sanctuaire, mais il avait la même impression que son comparse, ne serait ce parce que par les histoires qui lui avait parfois été conté. Ce qui rendait son pressentiment que plus vivace encore. Et le fait que Mashia est disparue quelques jours après lui ne lui disait rien de bon. Était ce par sa faute ? Le plus simple aurait sans nul doute été de voir Kappa ou Jara dont il ressentait la présence, mais peut être que Hector était la personne la plus disposée à lui répondre, d'après Genbu tout du moins.

Peut être que ton besoin d'action va se réaliser d'ici peu... Même si très sincèrement, je préférerai que ce ne soit pas le cas.

L'homme secoua la tête, n’appréciant que peu ses propres pensées. Une bataille ici signifiait mettre en danger des personnes innocentes, ne pouvant lutter dans une guerre qui ne les concernaient pas. Peut être était ce même la raison de son retour. Est ce Athéna elle même qui lui avait soufflé son inquiétude ?
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Ven 11 Juil - 10:21

Ishiro écouta les paroles de Dohko concernant les saints et i ne put laisser échapper un petit pouffement de rire.

"Pfu ! D'être soi même peut être mais aucun d'eux n'iront à l'encontre de leurs dieux. Combien de fois ai je dû mordre sur mes lèvres car je ne voulais pas suivre ce que nous dictait Athéna ou encore ce que nous ordonnait les chevaliers d'or ? En tous du moins si tu ne suis plus Athéna, les saints finissent par devenir des déchets ou à être reniés par leurs armures ou leurs dieux et devenir ce que nous sommes. Je ne regrette pas d'être celui que je suis maintenant. Suivre sa propre voie, rien de tel Dohko."

L'ancien saint d'or continua ses explications, son attachement à cet endroit, l'attachement qu'il a pour ses orphelins. Ishiro quitta le mur dont il s'était appuyé pour s'approcher de l'ancienne balance d'or, il mit une main sur son épaule.

"Mais tu fais ça car tu l'as choisi chevalier donc tu es libre. Je pense peut être de manière simpliste pour toi mais rien de tel que de penser et agir selon notre propre volonté et ne plus être enchaîné à suivre les ordres ou suivre une voie qu'un dieu nous dicte de suivre. Même si nous sommes différents toi et moi, nous suivons notre propre volonté."

Il expliqua aussi qu'il n'était pas évident de retrouver la trace du chevalier noir qui lui avait fait ça. Ishiro se frotta le menton, réfléchissant.

"Alors c'est lui qui viendra sûrement à nous. Je n'i jamais entendu parler de lui sur Death Queen Island, donc ça m'étonnerait que je le trouverai là bas de toutes manières. Je ne vais pas m'amuser à le chercher dans le monde entier."

Dohko parlait d'action, aurait il une intuition sur ce qui allait se passer par la suite, il faisait confiance assez à ce chevalier pour dire que c'était vrai, Ishiro ne pouvait qu'être content, le fait de parler à cet homme lui avait fait du bien et le Phoenix noir voyait plus clairement les choses désormais. Il regarda l'ex saint d'un regard franc et lui répondit de la manière la plus franche comme il l'avait toujours fait.

"Je préfère te le dire directement, je ne sais pas qui je suivrai si une nouvelle guerre devrait arriver mais ..."

Ishiro regarda l'orphlinat avec attention et le tigre qui avait l'air plus rassuré en la présence du saint noir. Il prit une petit flasque dans sa veste et but une gorgée d'alcool fort, il ne proposa pas à Dohko d'en boire une gorgée sachant qu'il n'aimerait sans doute pas.

"Je protégerai cet endroit avec toi s'il le faut chevalier."

Il regardait à nouveau l'ex saint d'or avec un regard empli de détermination, il pouvait voir l'inquiétude en lui.

"De plus tu ne possèdes pas d'armure et rechigne à en avoir une. Même si l'armure ne fait pas le chevalier et sachant que tu as un cosmos extraordinaire, tu ne feras pas long feu sans protection. Si des éveillés de haut niveaux arrivent et nous attaquent, nous aurons peu de chance d'en sortir vivants. J'ai acquis une puissance suffisante pour atteindre celle des chevaliers d'or certes mais cela va s'en dire que ce sera une bataille périlleuse qui nous attendra chevalier."

Le black saint sortit un nouveau cigare de son fourreau et l'alluma. Il tira une longue bouffée et souffla vers le ciel étoilé. Un petit nuage noire de fumée de cigare s'évapora vers les cieux. Il avait tapé dans le mille avec sa franchise mais ne voulait pas voir le chevalier de la balance en difficulté si guerre il y aurait. Après tout ils étaient en quelque sorte frère d'arme aujourd'hui ...


Revenir en haut Aller en bas
Saikhan


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 518
Armure : Armure de Sleipnir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Dim 27 Juil - 12:04

Les deux anciens saints ne pensaient pas tout à fait de la même manière. Leurs expériences, sans nul doute, les avaient façonné différemment tant et si bien qu'aujourd'hui, ils ne pouvaient qu’émettre des avis opposés sur une même idée. Rien n'était universel, même au sein d'un groupe tel que les saints d'Athéna. Pour le meilleur et parfois pour le pire, probablement. Continuer à ainsi énoncer ses propres points de vues seraient superflu, aussi Dohko se fit il une raison : Ishiro, pas plus que lui, ne reviendrait sur leur décisions respectives. L'ancien saint de la balance demeurerait dans l'ombre des chevaliers d'ors, anciens frères d'armes, non plus en tant que saint d'or mais juste en son nom propre et avec cette armure noire. L'armure ne faisait pas l'être, n'obligeait pas à suivre une voie plus qu'une autre, il l'avait bien comprit. C'était son choix, sa liberté, comme le phénix lui signifiait si bien.

Nous sommes libres de nos choix, même si cela signifie parfois ne plus suivre la même voie.

Tout simplement, et ce fut là ce qui vint clôturer – pour lui tout du moins – cette partie de la discussion. Après tout, il n'était pas à proprement parlé le plus indiqué pour en dire davantage, c'était également une manière de dire qu'il respectait cela. Tant que le Phénix ne ferait pas le mal, il n'aurait pas de raison de l'attaquer... Et en ce qui concernait sa désertion – car c'était bien cela qui posait problème – et bien, ce n'était pas à lui de le juger. Il n'était lui même plus un chevalier d'Athéna, alors en quoi son jugement aurait il eut une quelconque valeur ?

Et en ce qui concernait Pséma...L'ancienne balance ne put s'empêcher de lui offrir un éclat de rire quelque peu désabusé.

Tu as raison, ne fait pas la même erreur que moi.


Erreur. En était ce vraiment une ? Il n'aurait su le dire réellement, mais il en avait eu besoin, de cela il n'en doutait pas, quand bien même regrettait il en parti. Davantage pour les répercussions pour les autres que pour lui même à dire vrai. Avant d'ainsi enchaîné sur les risques d'attaques. Il préférait ne pas y penser pour tout avouer même si il n'était pas dupe. Le village de Rodorio était faible et sa localisation le rendait particulièrement vulnérable à n'importe quelle attaque extérieur. Après tout, ce n'était que des mortels sans pouvoir, qui ne devait leur salut qu'à la présence des Saints non loin... Leurs protecteurs et en même temps, la cause de tout leurs maux. Dohko se détourna sur Ishiro quand ce dernier reprit, ne pouvant s'empêcher de placer les poings sur ses hanches à ses mots. Avec un sourire léger, il se permit une petite correction à ses propos.

Je ne rechigne pas à utiliser l'armure noire que je possède. Si il le faut, je le ferais, n'ai pas de crainte à ce sujet et par ailleurs, je te remercie pour ton soutien si cela devait arriver.

Qui plus est, il était flatteur quand bien même Dohko ne pouvait donner plus de crédit à ses compliments. Il ne s'était pas battu à fond depuis de long mois, et suite à son emprisonnement, avait frôler un affaiblissement dégradant.

Par contre, ce qui me déplaît serait de risquer la vie des villageois de Rodorio. Le problème des guerres, c'est qu'elles ont tendances à faire plus de victimes innocentes que de soldats vraiment préparés pour la bataille. A plus forte raison dans ce genre de bataille.

Il était difficile pour lui de tolérer pareil échec.

Enfin, là n'est pas la question pour le moment, ne nous précipitons pas.


Hù gronda alors qu'il s'écartait des deux hommes pour retourner à l'orphelinat. Le regard de Dohko l'accompagna alors qu'il repérait dans le jardin de la bâtisse la présence d'un adolescent rouquin qui, visiblement, n'avait pas grande confiance dans le saint noir. Un sourire amusé vint étirer les lèvres de l'ancienne Balance devant ce regard turquoise pour le moins douteux. Il se détourna vers Ishiro sans plus de cérémonie.

Je dois me rendre auprès d'un ami. J'ai des questions importantes à lui poser, d'ordre plus personnel. Je te dirai bien de m'accompagner, mais je ne pense pas qu'il parlera ouvertement devant un autre.

Un sourire d'excuse vint couvrir ses lippes. Qui plus est, même lui ne voulait pas forcément parlé de Mashia devant Ishiro, peut être par dignité ou humilité. Cette inquiétude se faisait trop vivace en lui pour qu'il ne la laisse davantage de côté, Hù avait bien raison. Et puis, ce n'était déjà même pas sur que Hector ne lui parle ouvertement en seul à seul, déjà. Mais il n'avait pas le choix, c'était son interlocuteur privilégié aujourd'hui. Il sentait déjà gronder le vieil ours et malgré lui, un soupir d'appréhension passa la barrière de ses lèvres. Oui, ça risquait de prendre un peu de temps.

Je ne sais pas pour combien de temps j'en ai, mais évite de faire des choses inconsidérés, hein, ou qui soit contre la bienséances. Et de te montrer tout de suite dans ta nouvelle armure.

Un clin d’œil vint ponctuer sa phrase alors qu'il rejoignit le tigre et l'adolescent méfiant. Un jour, ça lui retomberait peut être dessus mais après tout...

~> Royaume d'Asgard


Dernière édition par Dohko le Mar 19 Aoû - 10:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   Lun 4 Aoû - 11:30

Ishiro était soulagé par les mots de l'ancienne Balance d'or, il combattrait s'il le fallait. Cet homme avait tou à fait raison, ce village était la pire place qui pouvait être en cas d'attaque d'ennemis. il se rappelait des attaques des chevaliers noirs il y a peu alors qu'il était encore saint d'Athéna, il se rappelait des blessés, des morts causés par ces chevaliers, aujourd'hui il ne cuationnait toujours pas ce qu'ils avaient fait malgré son changement d'armure. Il se disait que ces saints noirs avaient dûs être engagés par plus offrant. Les blacks saints étaient des mercenaires, mais ils ne faisaient rien gratuitement ... D'ennemis ? Cette pensée le fit sourire, aujourd'hui le saint noir n'avait ni ennemis ni allliés, Dohko était peut être l'exception car il ne pouvait qu'apprécier son aide lorsqu'il voulut aller plus loin dans le sanctuaire, c'était pûrement suicidaire et l'ancien saint d'or l'en avait empeché. Donc ce chevalier avait une armure noire, Ishiro se demanda quelle armure il devait posséder mais si Pséma avait une armure noire du Bélier, il n'y avait aucun doute à ce que ce chevalier possède l'armure noire de la balance. L'ex chevalier d'or regarda soudain son tigre s'écarter pour rejoindre une petite présence non loin. C'était l'adolescent de tantôt qui se méfiait du saint noir. Ishiro sourit en coin devant autant de méfiance et le jeune garçon n'avait pas tort. Néanmoins, Dohko s'excusa en s'éloignant lui aussi voulant discuter de choses personnelles avec le rouquin si méfiant. L'ex chevalier d'or lui conseilla de ne pas se fire trop remarquer avec son armure noire et de faire des choses inconsidérées. Le Phoenix noir n'avait envie que d'une chose, faire tout le contraire de ce qu'on lui disait mais il se contenta de s'appuyer contre un mur d'une des bâtisses du village s'allumant un nouveau cigare. Puis après tout les histoires personnelles de ce chevlier n'était pas ses affaires. Il regarda Dohko s'éloigner et lui répondit. Il n'était pas encore assez éloigné pour ne pas entendre ce qu'il avait à lui dire:

"N'aie crainte, je ne la sortirai qu'en cas de danger extrême ..."

Telles furent les paroles du black saint qui, par respect envers ce chevalier, ne feraient pas des choses qui risqueraient de condamner tout un village, des choses inconsidérées ... Mais c'était surtout pour rassurer Dohko qu'il disait ça. Ishiro en profita donc pour partir en douce, il sentait que sa place n'était plus ici ... Mains dans les poches, il erra dans les rues de Rodorio ...


Arrow ...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [mai 1755] What is Lost [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[mai 1755] What is Lost [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-