RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 24 Fév - 0:30

    Alors que je venais d'entrer au centre du Temple des Gémeaux et de m'adresser à la gardienne des lieux, un individu tomba su ciel pour pénétrer dans l'enceinte de la Maison. Il portait ce qui me semblait être une Scale, manipulait les vents pour léviter, et je compris également bien vite qu'il n'était pas humain. Une sorte d'esprit? Pas tout à fait. Je ne connaissais pas bien les Djinns, pensant ses entités disparues depuis des siècles. Finalement, l'être étrange ralentit à peine pour nous prévenir de la présence des troupes terrestres du Sombre Monarque et continua sa course vers la sortie. Je ne me penchais pas d'avantage sur son cas, tout comme il ne se pencha pas plus sur le notre.

    Alors que je le suivais des yeux, une voix dans mon dos m'arrache un sourire en coin. Jack était en train de descendre les marches en provenance du Temple du Cancer. Le vieux forban avait sa tête des mauvais jours : la mine sombre, le dos voûté et l'air bougon, il semblait pourtant quelque peu apaisé de voir autant de Marinas réunis en un même endroit. Il me signifia qu'il n'était plus nécessaire de monter d'avantage, les seuls Marinas restants dans les Temples supérieurs étant Mary et Haiken.
    Ce qui m'interpella furent tout d'abord ces blessures : des brûlures et marques de coups d'épées qui avaient excédé sa capacité naturelle de régénération que je savais exceptionnelle. Puis il y eu l'armure, cette Scale de la Sirène Maléfique dont il avait été autrefois le porteur, mais qu'il avait abandonné depuis... Depuis bien avant ma naissance, en réalité. Et s'il la portait à présent, cela ne pouvait signifier qu'une seule chose...

      « Jack! Tu es dans un sale état. Laisse-moi deviner, tu as trébuché dans les escaliers? Attends, cette armure... Tu as repris du service? Mary est donc... C'est elle, la nouvelle Prêtresse de Poséidon? »

    C'était difficile à croire, mais la déduction était pourtant simple. La Scale n'était pas du genre à abandonner si facilement ses porteurs. Mary n'était pas morte, et je me doutais qu'elle se soit montrée indigne de la bénédiction du Dieu des Mers. L'apparition de cette nouvelle Prêtresse, si prompte à donner des ordres contraires à ceux de Jack, ne laissait qu'une seule évidence s'imposer. Mary Red était le nouvelle représentante de Poséidon. Pas étonnant que Ciaràn se soit retrouvé désorienté...
    Jack me demanda ensuite quels étaient les forces que nous avions sur place. Je tournais la tête autour en pinçant les lèvres. J'aurais sincèrement aimé pouvoir lui donner de bonnes nouvelles, mais malheureusement les seules Marinas aptes à combattre se trouvaient tous déjà réunis ici. Quant aux moyens d'extraction, vu le nombre des Spectres qui entouraient déjà la forteresse d'Athéna, ceux-ci s'en trouvaient drastiquement limités.

      « Deux des navires sont ceux de tes filles. Leurs équipages, ainsi que celui du navire atlante qui m'a conduit jusqu'ici, devraient pouvoir tenir Rodorio le temps que nous puissions évacuer. Il y a également... quelqu'un qui va retenir l'armée d'Hadès à l'entrée. Il faudra passer la récupérer sur le chemin du retour. En dehors de ça, j'ai bien peur que tu aies sous les yeux les seuls renforts disponibles. Nous pourrons faire une percée jusqu'au port, mais guère plus. »

    Alors que je parlais avec Jack, une ombre s'était faufilée dans le dos de la Sainte des Gémeaux, pensant passer inaperçu alors que nous n'étions guère qu'à quelques mètres. Il ne me fallut pas longtemps pour le reconnaitre, car j'étais déjà l'homme de main de Jack à l'époque où il était en fonction. Caedus du Kraken, ou plutôt, ex-Général du Kraken. Ancien Ase, déserteur... Son portrait figurait parmi les cibles à abattre du Royaume. J'avais longtemps enquêté sur sa disparition, avant de perdre sa trace dans un ancien temple en Amérique du Sud. Et voilà qu'à présent il surgissait du passé et se prétendait l'allié d'Athéna en espérant passer devant quatre Généraux de Poséidon sans se faire remarquer. Son manque de bon sens allait causer sa perte.

      « Caedus... Par deux fois tu as trahis les tiens en changeant d'allégeance et tu prétends aujourd'hui défendre Athéna? Toi qui n'a jamais pu tenir parole? Ridicule. Cela ne me dérangerait pas de te laisser passer pour que tu te fasses tailler en pièces, si je n'étais pas certain de te voir prendre tes jambes à ton cou dès que l'occasion t'en sera offerte... »

    Je n'avais pas dégainé mon katana, mais je pointais malgré tout la lame rengainée vers Caedus alors que je lui adressais la parole. Jack l'avait remarqué, et je connaissais sa politique concernant les traîtres. Même Ciaràn l'avait remarqué, lui qui ne faisait pourtant jamais de grands efforts pour rester vigilant de son environnement en préférant se reposer sur ses instincts. C'était donc dire si le déserteur avait surestimé ses compétences de discrétion. Il aurait mieux fait de poursuivre sa route sans s'adresser à personne. Le rat serait peut-être ainsi parvenu à s'échapper sans attirer l'attention...
    Ciaràn semblait vouloir en découdre avec le traître. Je m'inquiétais pour lui de le voir affronter quelqu'un avec le niveau d'un Général, mais comme il l'avait prouvé un peu plus tôt son niveau de puissance n'était plus le même qu'il y a deux ans. Caedus ne semblant pas porter d'armure, ils seraient donc à armes égales en cas d'affrontement. Ce serait une bonne occasion de voir si mon élève avait enfin obtenu ce qu'il fallait pour porter une Scale. Considérant un instant le jeune rouquin, je hochais finalement de la tête en lui exposant la situation.

      « Ciaràn, je te présente Caedus. Ancien porteur de la Scale du Kraken. Déserteur des armées de Poséidon et d'Odin. Si tu veux lui régler son compte, il est tout à toi. »

    J'écartais mon bras pour faire signe à Ciaràn qu'il était libre de ses mouvements. Lui qui voulait à ce point affronter quelqu'un venait de tomber sur une proie de choix. Ramener la tête de ce traître lui vaudrait surement une belle renommée au sein de l'Empire Sous-Marin. En tant normal, l'exécuter aurait été ma mission, mais je ne pouvais pas priver mon élève d'une telle occasion, surtout en sachant qu'il me fallait protéger la Prêtresse dans les Temples supérieurs. Avant de m'élancer dans les escaliers menant au Temple du Cancer, je me tournai une dernière fois vers le vieux forban.

      « Jack, je te laisse t'occuper de la retraite d'ici. J'ai toute confiance en Haiken, mais par précaution et pour éviter que lui et Mary soient submergés, je préfère aller les rejoindre. »

Arrow Temple du Cancer (sous 48h)
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 24 Fév - 14:05

Ombre au repos !


" Oui, Mary est la nouvelle Prêtresse de Poséidon, sa voix et ses oreilles dans ce monde ! Désormais, tu es sous ses ordres et tu lui dois ta vie ! Ce sera ma dernière recommandation en temps que chef... Pour le reste... Fais au mieux. "

Il terminait sa phrase qu'un nouvel individu entrait en scène. Voici donc l'ancien Général du Kraken qui essayait de passer les mailles du filet... Minato n'avait pas eut le temps d'esquisser le moindre mot que Ciaran entrait en beuglant et son silence soudain avait permis que tous les regards convergeassent vers l'ancien Marina. Si une chose fatiguait actuellement Jack, c'était cette volonté permanente de faire passer ses intérêts personnels avant le bien commun. Cependant, il devait aussi admettre qu'il était pas de leur temps, que les choses avaient changé sans qu'il le voit. Lui même avait été aveuglé par sa haine avant qu'un jeune loup ne lui prouvasse que tout cela était bien secondaire, Eren et lui devaient se voir dans les prochaines heures pour clore ces vieilles histoires une fois pour toute.


Se retournant vers Minato pour l'écouter, il sentit son pouvoir bouillonner. Il en avait marre mais il ne laissait pas un seul mot de plus sortir de sa bouche. Plus un mot plus haut que l'autre, il était déjà en train de changer. Où plutôt non, il redevenait un animal à sang froid qu'il fut jadis, il avait laissé ses sentiments le guider pour sauver Mary et lui avait témoigner son amour. Faiblesse de sa part à ce moment là, il en avait perdu sa raison d'être ! Par cette action, il avait lui même permis à Arbhaal de monter les marches tranquillement. Oui, il se sentait responsable car il avait obéi à ses sentiments une seule fois. On ne le prendrait plus à ce petit jeu et son regard bleutée et joviale laissait place à un regard beaucoup plus froid dans un violet parme assez dérangeant.

Fixant les interactions entre Ciaran, Minato et Caedus, il laissait à ses homologues le soin de gérer tout cela. Ils étaient égaux de toute façon en titre et en fonction, inutile donc de dire ce qu'ils avaient à faire. Soudain, il se relevait en époussetant sa cape, toujours dans ce silence qu'il commençait à affectionner. Il sentait qu'Ann approchait et se demandait ce qui avait pu la retenir, les bateaux les attendaient mais lui même se demandait s'il allait suivre ce chemin ? Il doutait encore de ce qu'il voulait. Alors que le Général de Lyumnades s'apprêtait à se retirer, sa tête se tournait vers lui en hochant positivement à sa dernière remarque. De toute façon, il n'avait pas grand chose à faire ou à dire. Il convergeait donc à son tour vers le Temple du Bélier.

Arrow Temple du Bélier (sous 48 heures)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 24 Fév - 23:00

Arrow Temple du Cancer

Dévalant les escaliers, je continue d'escorter tout en suivant les vas et viens des cosmos nous entourant. Certains descendent comme nous, en l’occurrence Jack et Caedus mais il y en a qui remontent. Nous croisons d'ailleurs un marina qui se hâte de monter vers le temple du Cancer. Pas le temps pour les questions. Il me faut les mettre à l'abri tant qu'il en est encore temps. L'armée des Ténèbres se fait de plus en plus menaçante et bientôt il sera trop tard. Mais étrangement, je me sens nettement plus rassuré quoique...

Non ce n'est pas étonnant vu que l'on pénètre dans ce temple qui m'est si familier. Où j'ai vécu tant de choses et où autant de choses m'arriveront. Ce temple où je me sens vraiment comme chez moi car c'est celui que protègera mon père. En réponse à ce sentiment qui m'assaille, mon armure se met à raisonner de manière... joyeuse on peut dire. Voyant les regards surpris et inquiets des prêtresses et du garde, je leurs fais comprendre que tout va bien.


Continuant dans le temple, je vois nos prédécesseurs qui s’apprêtent à descendre vers le Taureau et Messalina... Malgré le fait qu'elle soit la nouvelle gardienne, j'ai toujours un peu de mal à m'y faire. Sans doute mon lien très serré avec l'armure qu'elle porte et ses anciens possesseurs.

Cela me fait plaisir de te revoir Messalina bien que j'aurais préféré en d'autres circonstances.

A ses côtés, Caedus ainsi qu'un Marina qui ne semble pas vouloir le laisser passer. Qu'est-ce qui peux bien lui prendre surtout que ce n'est pas le moment. Faisant passer devant moi les prêtresses et le garde, je les salue d'un signe de la tête et nous continuons notre route.

Arrow Temple du Bélier (d'ici 48 h)
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Jeu 26 Fév - 1:43

Ce bourdonnement fou qui ne voulait cesser. Il brouillait son ouïe, ses pensées, sa vue. Il ne comprenait pas parce qu’il ne voyait pas. À mesure que ses yeux s’ouvraient, il lui semblait percevoir son environnement de moins en moins. Seuls des formes abstraites subsistaient dans cet amas d’ombres. Le bourdonnement devint localisé, il faisait vibrer tout le côté gauche de son corps comme un millier de dards sur sa peau. Allongé dans la boue après la tempête, Jara tenta de se lever. Il se sentait si faible qu’il ne put d’abord que redresser son dos, tenant sur un bras tremblant. Une grimace teinta le visage de l’Indien. Alors que son autre main venait s’aplatir sur son faciès.

Il poussa soudain un cri de douleur. Sa vue toujours trouble ne lui permettait pas de distinguer ses mains de la terre mais il reconnut l’origine de cette douleur sur son visage. Les doigts encore plus tremblants, il sentit les battements de son cœur s’accélérer alors qu’il les approchait de sa joue. Il ne sentit que sa chair cramoisie, encore chaude et fumante. Une boule se forma dans sa gorge paralysant même la douleur du contact entre ses doigts et sa chair à nu.

Il ne comprenait pas.

Son visage était brûlé et une balafre circulait à travers sa peau. Le sang qui s’en écoulait s’imbibait dans le tissu blanc de sa tunique. Comment était-ce possible ? Comment ses flammes avaient-elles pu lui faire du mal ? Jara se redressa un peu plus, les coudes posés sur les genoux. Il avait été victime de son propre pouvoir alors même qu’il portait son assaut final sur ce vampire. Les mollets tremblants, il tenta une dernière fois de se relevé évitant de justesse une glissade alors que ses pieds nus s’étaient embourbés dans la boue. Il se souvenait être loin du Temple des Gémeaux. Son adversaire et lui s’en étaient éloignés pour livrer ce combat. Il pensait l’avoir remporté mais son état actuel le laissait perplexe quant à la situation. Il lui fallait rejoindre les autres au plus vite.
À présent debout, il cligna de ses yeux de fauve plusieurs fois afin de retrouver la vue. Dans ce monde aux formes distordues, seule une lumière d’or face à lui semblait claire. Lorsque sa vue s’accommoda, Jara la crut encore trop trouble puisqu’il reconnue la lumière en face de lui. Il s’agissait de l’armure d’or du Capricorne. Il était vrai qu’il ne s’était pas rendu compte depuis son réveil que celle-ci n’était plus sur son corps.

Qu’est-ce que tu fais là ?

Sa voix fébrile semblait peiner à sortir de sa gorge. À nouveau, le jeune homme serra des dents, nageant dans l’incompréhension totale. D’abord ses cicatrices au visage et maintenant son armure qui le quitte sans qu’il ne lui en ait donné l’ordre. Lui qui ne réussit jamais à avoir confiance en ses capacité se vit d’autant plus inquiet. Il s’approcha de pas lourds vers la Cloth. Tout son poids ne réussissait pas à se répartir sur chacune de ses jambes si bien qu’il boita jusqu’à celle-ci. Le regard empli de peur, il perdait même de son éclat doré alors que sa main s’apprêtait à toucher le métal du totem. Il n’eut pas le temps de la frôler que déjà, l’armure réagit à son approche et se désassembla. Jara perçut très bien les derniers sentiments de l’armure. Elle ne cherchait pas à revenir à lui, elle le fuyait. Il n’était plus digne de la porter. Dans un éclair de lumière, l’armure disparue vers le haut du Sanctuaire, vers le Dixième temple du Zodiaque.

Ce n’est pas possible…

L’ancien chevalier recula inconsciemment, incrédule devant la scène qui venait de se dérouler. Il avait été rejeté par l’armure. Non. Elle ne le reconnaissait pas. Comment pouvait-elle l’oublier, lui qui l’avait porté depuis presque un an.

Il était vide.

Les yeux écarquillés, il s’arrêta net tout en baissant la tête vers ses mains. Le sang coagulé dans ses cheveux laissait encore quelques gouttes s’écraser sur ses paumes, filant le long des lignes de ses mains. Il ne ressentait rien, plus aucun cosmos n’émanait de lui. Il avait disparu. Il avait beau forcer, serrer les poings à en saigner, il n’était pas en mesure de faire étinceler une once d’énergie. Il était devenu étranger à lui-même, étranger à son armure. Son cœur faillit rompre sa cage thoracique à mesure qu’il se rendait compte de la situation. Il n’était plus chevalier, il n’était plus éveillé. Juste un homme, une coquille vide parmi tant d’autres. Il était obligé de respirer par la bouche, d’haleter tant son cœur s’emballait. Jara se mit à courir, presque conscient de ses actes, vers la Maison des Gémeaux, à la recherche de survivant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Jeu 26 Fév - 11:55



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge




Retour




=>Combat contre Kiani

« Tu croyais en moi petite fleur, t'ai-je déçu ? » l'homme se pencha en avant pour entendre la réponse de la dite petite fleur. L'ombre sourit. « Un jour tu 'as dis que le gris était ma couleur, je comprends désormais pourquoi. Le gris, tout le monde pense que c'est une teinte triste, terne, pas comme le rouge ou le jaune, mais le gris, c'est aussi la couleur de le triste loi de l'humanité. Ai-je raison, Lily ? »

La haute silhouette sombre contempla le corps sans vie de cette petite dame blanche, toute emmaillotée dans sa cape pleine d'obscurité. Avec une infinie douceur, son gardien caressa sa chevelure rosée et déjà si ternit par le souffle de la Mort. Même ainsi, toute drapée de ses habits mortuaires, la Furie demeurait belle, douce et fragile à la fois. Sa main gantée rencontra l'écarlate et son sourire disparut. La pluie ruisselait pour laver toutes traces de ce crime odieux, acte abominable que lui-même avait bien faillit orchestré. Son étreinte se raffermit et le nouveau Juge pleura à chaudes larmes au creux de ce petit cou désarticulé. Il se haïssait tant pour ce qu'il était, un fou éperdu de vengeance et de détermination vaine, un être grotesque et pathétique, animé non pas par la soif de pouvoir, mais celle de braver l'Inévitable. Non, non, tout ceci n'était qu'une chimère, cela il se l'était inventé pour se donner du crédit, faire croire à lui-même qu'il était bon, que ses actions …

… L'homme gris arrêta de pleurer. Les monstres ne pleuraient pas, les démons se dressaient contre la lumière.

« Brûles, petite fleur. »

Avalée par les flammes, le corps de Lily ne fut bientôt plus qu'un amas de cendres qui fut emporté par le vent.

~°~~°~~°~

Une main stoppa la course du Porteur d'Excalibur. Une main issue du néant qui bientôt, s'étendit à un bras, une épaule … Gilles de Rais sortit de son manteau noirâtre pour confronter Jara. Qui n'était plus que l'ombre de lui-même. S'il devait en être surprit, le Bourreau devenu Juge n'en montra rien. Au contraire, ses yeux étaient d'une froideur sans pareille, durs et teintés de reproches silencieux. Sa poigne devint serre de faucon, sa voix, grondement animal.

« Jara, te voici déchu ! » Il le considéra encore un moment avec de le lâcher, sans douceur. « Excalibur t'as t-elle elle aussi repoussée ? »

Visage à découvert, reconnaîtrait-il en lui l'ancien Bourreau ? « Tu n'es plus qu'un simple humain désormais … »

Une lueur dangereuse flotta dans ses prunelles grises, d'un coup, apparut dans ses mains Porte-Mort, sa lame aux dimensions gigantesques qu'il manipula comme si elle ne pesait rien. « Suis-je pourtant bien placé pour juger de ton crime ? Est-ce toi qui as tué Lily ? Ma précieuse petite fleur … »

Derrière lui, des voix commençaient à s'élever sans que pourtant on puisse en déterminer la source. Elles étaient partout et nulles part à la fois. Gilles de Rais ne paraissait pas troublé d'entendre des voix d'enfants clamer leur amour au Dieu unique.

Soudain, une autre présence se fit ressentir. Un être tout encapuchonné surgit d'entre les ombres des colonnades encore debout et, de son manteau pourpre, une autre forme se dessinait, celle d'une enfant aux lourdes boucles dorées, au regard azur et qui répondait au nom …

« Eilaine. » cette fois, la surprise bouscula les traits de son visage. « Mon ami, qu'est-ce que cela veut dire ? »

N.F poussa l'enfant qui chuta au sol, s'écorchant les genoux. « Qu'il est temps de reprendre nos travaux, Gilles. »


Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Ven 27 Fév - 18:00

Il avait eu deux espérances. La première, que ces Marinas soient assez intelligents pour ne pas faire comme le Dragon des Mers et ressasser le passé en plein milieu d’une guerre, où leurs soi-disant alliés les Saints étaient en mauvaise posture… Terme qui, au fil du temps, ne décrivait plus tellement la situation tellement celle-ci avait dégénéré. La seconde, que le Saint des Gémeaux le laisse passer et se rendre dans la Maison du Bélier. Il avait le pouvoir de contenir l’Armée d’Hadès tout entière, ce qui était une véritable aubaine pour les Saints. Pas très longtemps, mais en ces temps de chaos, quelques minute seulement pouvaient leur garantir une retraite efficace. Et cela valait aussi pour ces empotés de Marinas.

Mais non, il fallait qu’ils soient tous plus cons les uns que les autres. Le nouveau Kraken semblait même dépasser ses congénères. Incroyable. Du coup, Gemini était restée interdite. On la comprenait.

« Si je comprends bien, je suis un allié des Saints, vous êtes des alliés des Saints, vous avez même engagé votre honneur de défendre le Sanctuaire d’Athéna… Et en plein cœur de la Guerre, au moment unique de l’Histoire où les Spectres arrivent à envahir le Sanctuaire, forçant les Saints à fuir, vous osez me défier, vouloir corriger ma traîtrise ? »

Caedus poussa un long soupir en se tournant vers le Kraken et ses copains.

« Vous faites la même connerie que le Dragon des Mers. Sérieux, Poséidon vous a tous choisi sans le moindre neurone ou quoi ??? Pas étonnant que j’aie finalement décidé de ne pas vous suivre. Vous n’hésitez pas à déshonorer votre dette et vous en prendre à moi plutôt que d’aider les Saints, auprès de qui vous avez juré allégeance !!!! »

Le Chevalier Déchu resta interdit quelques secondes, observant cet homme qui portait les Ecailles qu’il avait détenu autrefois. Il hésitait entre dégommer l’homme, ou s’en aller. Jusqu’à maintenant il n’avait rien contre les Marinas. Il s’était même montré patient. Mais trop, c’était trop. Il se tourna vers le Chevalier des Gémeaux et interpella un Garde posté à quelques mètres.

« Puissiez-vous en être témoin, Chevalier des Gémeaux. J’espérais réellement éviter une telle altercation. C’est un échec. Mon seul souhait est de porter main forte aux Saints. Mais je n’ai plus le choix. Je vais devoir corriger cet homme. Je vous prie de m’en excuser, et déclare que je vais combattre en mon nom seul. Je ne souhaite pas remettre en question votre alliance, bien que les Marinas semblent s’en contrebalancer infiniment, vu le manque de respect qu’ils vous présentent. Garde, apporte mes mots au Chevalier d’Or du Lion, avec mes salutations et mes excuses. Il comprendra. »

Se retournant vers le Kraken, il croisa les bras.

« Si je comprends bien, je vais devoir donc passer en force. Mais vu que ton pote qui m’a traité de traître s’est cassé la queue entre les jambes, je vais devoir te corriger toi mon gars… »

Citation :
Caedus défie Ciaran (pas le choix vu que tu me bloques).




Revenir en haut Aller en bas
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Ven 27 Fév - 22:22

Précédent : Maison du Cancer

Interrompant la joyeuse réunion multi-ethnique, un courant glacial -encore un ! - se fit sentir dans le temple des Gémeaux. Les escaliers déjà partiellement recouverts par les gels précédents de Kappa et Kyros reprirent une nouvelle fois la texture de l'hiver, mais cette fois sous l'impulsion d'un troisième guerrier du froid. Dévalant les marches ainsi changées en plateforme de bobsleigh, le corps mutilé du Grand Loup du nord arriva comme un colis à la Poste. Il perdit ce qui lui restait d'élan sur le sol plat du temple, en douceur pour changer.

De nouveau il fit une pause pour reprendre quelques forces, priant pour qu'aucun ennemi ne se trouve ici. En vérité il n'arrivait plus à ressentir les cosmos ou les présences autour de lui. Il aurait pu se trouver au milieu d'une horde de spectres prêts à lui fondre dessus, cela n'aurait rien changé à l'affaire. Heureusement, plus il descendait et moins cela devenait probable.

Armant encore son bras valide, il le tendit devant lui, se remit à ramper avant de ne plus en trouver le courage. Plus que deux temples, trois volées de marches à franchir et il se retrouverait hors du Sanctuaire, là où les Saints et les marinas se regroupaient dans l'attente de navires ou d'autres moyens de locomotion, direction le Sanctuaire sous-marin de Poséidon.

Il ignorait encore l'avancée de l'armée spectrale terrestre au-devant du premier temple,le contre-ordre donné aux Saints par Shion leur ordonnant de se replier sur Jamir, et les multiples altercations ayant lieu dans ce temple où il était voué à avancer face contre terre, repoussant toujours plus longtemps ses limites. Pourvu qu'Eren ne freine pas cette mécanique déjà malaisée, pourvu que tous s'en sortent !
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán


Général
Général
avatar

Messages : 272

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 2 Mar - 10:31

Un élan de plaisir parcourut son corps alors que son ancien mentor parlait. Il lui donnait plus ou moins la permission d’aller dérouiller l’autre clampin qui se faufilait comme un rat. D’un autre côté, il avait déjà pris la décision de lui coller une peignée en bonne ou due forme. Après tout, le rouquin s’était déplacé pas une mais deux fois jusqu’à ce coin de merde, il avait monté ces marches maudites plusieurs fois, et tout ça pour que dalle. Il n’allait pas rentrer bredouille une deuxième fois. Il gagnerait ou se ferait dérouiller comme il se doit, mais en tout cas, il n’aller pas se casser sans ce combat qu’on lui avait promis. Bien plus que la victoire, le Kraken recherchait l’extase de la mêlée. Il se gratta le menton et cracha au sol. Il restait un problème à régler avant cette petite passe d’armes : il n’avait pas spécialement envie de s’attaquer à ce traitre sans porter son écaille.

Ciarán claqua des doigts et pallia cet inconvénient. Si jusqu’alors il s’était baladé dans les différents quartiers de Rodorio et dans les différents temples sous un déguisement involontaire, celui d’un clodo alcoolique, ce n’était plus vraiment le cas. Son Ecaille, surgissant de nulle part, venait pièce par pièce s’ajuster sur son corps, le tout agrémenté d’effets lumineux du plus bel acabit. Bon, à vrai dire c’était un peu kitch, ne manquait qu’une musique un peu japonaise pour compléter le tableau, musique qui, heureusement, ne vit jamais le jour. Cette étape terminée, il fut happé par une drôle de sensation. L’écaille du Kraken était passablement énervée, et pour une fois, pas contre lui. Non, c’était le traître qui attirait la rancœur du monstre marin. Et, pour ne rien arranger, son adversaire, ce Caedus, n’arrêtait pas de jacasser.

Il ne pouvait cesser ses jérémiades ? Quelle pie ! Très vite, il cessa de l’écouter. En plus, il parlait d’un certain Dragon des Mamans, ou quelque chose comme ça. C’était complètement con. Et il leur disait que c’était eux les traitres. L’irlandais ne put s’éviter un soupir, avant de lui demander de manière tout à fait diplomatique…

« Ferme ta gueule, tu causes trop. »

Mais rien à faire, ce mal-élevé avait décidé de rien lui épargner. Il continua son monologue sans sourciller, malgré le peu d’intérêt que lui portait l’assemblée.
« Ecoute mon pote, je m’en cogne de tes raisons. Viens prendre ta branlée. »

Citation :
Défi accepté !
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 2 Mar - 23:32

Arrow Cancer

Le Phoenix arriva enfin dans le temple des Gémeaux. Il regarda autour de lui, il vit bon nombre de ce qu'ils semblaient être des marinas au vu de leurs armures. Ishiro ne montrait aucun signe d'inquiétude en les voyant, pourtant dieu sait s'il les avait détesté à l'époque de sa recherche d'Astre. Ann, pourtant, lui avait calmé cette haine féroce et non pas grâce à sa dernière gifle mais lors de leur combat un temple plus bas. Les marinas discutaient entre eux et l'un d'eux voulut se débarrasser d'un homme qu'il n'avait jamais vu. Ils étaient prêts à combattre. En temps normal il leur aurait dit que ce n'était ni le lieu ni le moment de combattre surtout dans un endroit ou ils n'avaient aucune loi. C'est l qu'il vit alors Yül en train de ramper comme il le pouvait pour passer le prochain temple.


"Allez debout le gamin, notre périple vers la sortie n'est pas encore fini. Ne nous occupons pas de ces marinas, ce ne sont pas nos affaires."


Ishiro releva le guerrier divin, le remettant debout, il touche l'un de ses poings vitaux qui lui permettrait du moins de marcher normalement. Le saint avança d'un air déterminé quand il vit soudain un homme blessé portant un surplis. Que faisait il ici ? Il y avait encore des spectres dans les temples inférieurs. LE saint devait faire un choix vu que les marinas se disputait un homme inconnu au bataillon pour le Phoenix. C'est alors qu'il se rapprocha du mystérieux personnage, ne pouvant deviner son vidage.


"Hé toi le spectre, tu vas rester là à nous laisser passer ou tu vas faire ton boulot de nous en empêcher. Si c'est le cas je serai contraint et forcé de t'affronter."


Il se retourna vers le loup d’Asgard et lui parla.


"Tu n'es plus en état de faire quoique ce soit, contente toi d'avancer gamin, ne meurs pas."


Ishiro émit un léger sourire regardant le spectre à nouveau, les poings fermés.


"Je ne voudrais pas recevoir une nouvelle gifle magistrale de la rouquine ..."


Son sourire s'effaça faisant signe au guerrier divin d'avancer et parla une dernière fois au spectre.


"Alors ? Quels sont tes motivations spectre ?"


Ce serviteur d'Hadès ne ressemblait pas aux autres, Ishiro ne savait que penser, que ce que cet individu allait faire c'est pour cela qu'il préférait questionner le spectre au lieu de foncer tête baissée à lui taper dessus ...


Revenir en haut Aller en bas
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 3 Mar - 11:01

Lorsqu'une poigne ferme le saisit pour le soulever de terre, Yül crut mourir pour de bon. Un son qui ressemblait plus à un râle prolongé qu'à un cri de douleur franchit ses lèvres tandis qu'il était redressé comme un pantin désarticulé. Ishiro avait-il seulement conscience des angles peu naturels dans lesquels pendaient sa jambe gauche ? De l'affaissement total de son épaule droite sur elle-même ? Et encore il s'agissait là des blessures les plus visibles...

Sur le coup, le guerrier divin avait songé à un spectre. Qui d'autre aurait pu le bouger ainsi avec si peu de précautions ? Il s'était vu achevé d'un coup bien senti en plein cœur, ou à la gorge, sans même distinguer le visage ou la voix de son agresseur. Pourtant non. Il était toujours là. Il tint debout quelques secondes, stabilisé sur sa jambe valide, mais dès que son centre de gravité se déplaça, il retomba lourdement vers le sol. Le réflexe naturel de tendre le bras devant pour atténuer la chute l'empêcha de subir un choc supplémentaire au niveau de la tête, mais tout le reste de son corps fut sévèrement secoué.

Cependant, et ce fut la seule amélioration de la situation depuis des heures, il lui semblait que les poisons s'étaient stoppés d'un coup. Comme s'ils s'étaient soudain taris dans ses veines. Était-ce l'effet de la cape sur ses épaules ? Il avait fini par comprendre qu'elle le guérissait patiemment, et que c'était sans doute pour cette raison que Ceridwen la lui avait donnée. La même qui avait un peu soigné ses plaies les plus urgentes dans le temple précédent. Mais alors... si elle était là... pourquoi laisser avancer seul ? Non ce devait être quelqu'un d'autre. La jeune femme avait montré à plusieurs reprises qu'elle était plus délicate dans ses attentions pour les autres.

Tant pis. Encore une fois tant pis.

**Je dois sortir de là.**

Cette halte, aussi courte fut-elle, lui avait donné un regain d'énergie. Sans ce poids à l'intérieur même de son corps, il se sentait capable d'arriver enfin jusqu'en bas, de quitter ce lieu maudit pour aller lécher ses blessures à l'abri. Il reviendrait plus tard, avec les Saints peut-être, quand il se serait endurci, quand il aurait la force nécessaire pour crier fièrement le nom d'Asgard face à ses adversaires et les terrasser sans merci.

Une fois encore, la dernière il l'espérait, il s'aida de son bras valide pour se hisser vers l'avant, poussa également de sa jambe droite en renfort, avança en rampant. De la dignité ou la survie, il avait déjà fait son choix de priorité. Ne voyant pas assez loin devant lui, il partit un peu trop sur la gauche et rencontra un pan de mur. Il ne se démonta pas, le longea jusqu'à sentir les marches sous sa main. Comme précédemment, il en gela suffisamment la surface pour pouvoir glisser dessus, jusqu'en bas. Et cette fois il décida de ne pas s'arrêter dans le temple suivant, de continuer l'effort jusqu'à la sortie. Comment la reconnaître ? Quand il cesserait de descendre en pente peut-être, que tout serait plat. Oui voilà. Quand il glisserait sans prendre de vitesse.

**Un dernier effort !**


Suivant : Temple du Bélier (I will surviiiiiive ! è_é)
Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 3 Mar - 22:17

Temple du Cancer Arrow

Le Temple des Gémeaux, enfin! J'avais mis plus de temps que je ne l'aurais pensé à atteindre la troisième demeure zodiacale. Peut-être bien que l'attaque de Kappa faisait encore son effet. Je me sentais bien, mais plus lent visiblement. Si un spectre me barrait le passage à présent, serais-je capable de lui faire face?

Mais j'avais une autre préoccupation, bien plus importante. Savoir si Messalina allait bien. Elle ne m'avait pas suivi jusqu'au Temple du Cancer, je me demandais bien pour quelles raisons! Je n'allais probablement pas tarder à le savoir. Je pénétrais enfin à l'intérieur du Temple, rejoignant ainsi mes compagnons qui étaient descendus avant moi!

Mattheus allait suivre son chemin, tandis qu'un Marina s'apprêtait à affronter ce renégat qui nous avait prêté main forte. J'ignorais les raisons d'un tel combat, et même si cela me faisait mal de laisser un combattant qui s'était rallié à nous en difficulté, m'interposer pourrait entraîner les autres Marinas présents à intervenir à leur tour. De plus, les Spectres s'approchaient de plus en plus du Sanctuaire. Si nous ne fuyions pas avant, alors nous serions pris au piège. D'ailleurs, en les observant, était-ce vraiment le meilleur moment pour s'affronter?

Ishiro semblait se préparer aussi à combattre. Le Spectre du Garuda lui faisait face, même si ce dernier ne semblait pas enclin à les stopper. Cela pouvait s'agir d'une manœuvre, ou bien était-il trop blessé pour cela? Nous devions nous méfier. Mais le Phoenix avait-il besoin de le provoquer de la sorte?

- Fais attention à toi Ishiro! N'oublies pas quelle est notre priorité!

Je lui jetais un regard confiant. Il ne ferait rien de stupide, du moins, ainsi le croyais-je. Si le Spectre décidait de nous intercepter, je savais que je pourrais compter sur le Phoenix pour l'arrêter. Je tournais la tête, croisant finalement le regard de Messalina. Je m'approchais d'elle et la prenait dans mes bras, soulagé de la voir indemne.

- Qu'est-ce que tu faisais? Pourquoi ne m'as-tu pas suivi?

Pas d'animosité dans ma voix, juste de la préoccupation, même si avec son caractère il y avait des chances qu'elle prenne ses mots pour des reproches. Une facette que j'allais devoir apprendre à ... maîtriser!

- Qu'importe, dépêchons-nous. L'armée spectrale va bientôt arriver. Si nous ne voulons pas finir bêtement prisonnier, nous devons faire vite. Nous reviendrons réclamer ce qui nous appartient!

Ishiro restait en arrière, tandis que Messa et moi allions prendre le chemin de l'entrée du Sanctuaire. En sortant, j'apercevais la silhouette du Guerrier Divin qui avait combattu à nos côtés. À bout de force, il gelait les marches menant du temple, afin de se laisser glisser. C'était assez original! Mais irait-il bien loin? Je décidais de me dépêcher et de le rattraper, afin de l'aider. C'était la moindre des choses. Après tout, il était la preuve que l'honneur d'Asgard n'était pas tombé dans l'oubli!

Arrow Temple du Bélier (si pas intercepté au bout de 48H)
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mer 4 Mar - 11:43

~ Organiser le départ ~

Arrow Lion

Une comète atterrissait dans le temple des Gémeaux en détruisant le toit. Le sagittaire était dans un bien triste état et les traces de ses précédents combats n'en faisaient pas mystère de la cause. Il se relevait en tremblant et il regardait autour de lui. Bien des gens avaient fuis et ils avaient eut raison. Soudain, ses pupilles s'arrêtèrent sur un chevalier encore en garde pour aider les soldats à fuir avec le plus de sérénité. Il s'approchait de lui lentement et ses ailes laissaient quelques plumes volées derrière lui. D'un signe de la tête, il le saluait et voyait que lui aussi était dans un sale état.

- Chevalier, tu dois partir ! C'est un ordre direct du Pope et des chevaliers d'or sont en haut pour aider le Grand Pope. Notre devoir ici même est de partir pour préparer la seconde manche... Athéna est la déesse de la stratégie militaire, une défaite, la perte de sa propre terre, ne veut pas dire qu'on va pas revenir pour les ravager !

Le ton était offensif, même assez optimiste malgré la pluie qui frappait les dalles pour rappeler la chute du sanctuaire. Des liserets de sang parcouraient les dalles au rythme des rigoles d'eau, tout cela était assez triste, tous ces morts, mais on était en guerre ! Sylphe savait mieux que quiconque le prix de la guerre et il l'avait constaté sur Alfheim. Il avait été défait assez souvent mais garder le moral et persévérer étaient les cartes maîtresses de Chevaliers. Selon lui, il fallait déjà penser à l'après et organiser la contre attaque en masse. Pour l'instant, c'était inutile, il fallait rejoindre Jamir et compte ses forces. D''un signe de la main, il invitait le Phénix à le suivre.

Soudain, comme pétrifié par un vent glacial, le chevalier d'or s'arrêtait pour voir derrière un pilier un Spectre. Il l'observait un bref instant et s'en éloignait sans dire un mot, c'était inutile de combattre et vu l'état du serviteur d'Hadès, il n'irait pas loin. Il continua son chemin et vit quelques Marinas en train de parler, il les ignorait froidement, aucune envie de parler avec ces gens là. Le souvenir de leur Prêtresse en train de tendre la main à Leila restait gravé dans sa mémoire et il sentait encore le "crachat" dans la gueule et la fin de l'alliance à ce moment là. Il partit pour le temple suivant en invitant Ishiro.

- Chevalier, suis moi, on doit assurer la retraite vers Jamir au temple du Bélier !

Arrow Bélier (Sauf interception sous 48 h)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Messalina


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 218

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
155/190  (155/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mer 4 Mar - 18:51

Peut-être...


Mon cœur s’arrêta de battre quand le spectre ayant aidé Kyros accepta le défi de la marina. Il m’était impossible de comprendre les raisons de son choix. Il était déjà en mauvaise posture… Mais il était un homme… Les hommes ont toujours eu besoin de repousser leurs limites, n’est-ce pas ? Mon cygne était parti avant que j’eu le temps de le suivre.

Une nouvelle douleur me poignarda. Enfin, pas moi exactement… Mais je crus sentir le désespoir de mon armure. Je posais ma main sur mon plastron comme pour apaiser ses peines. Il ne me fallut pas longtemps pour comprendre ce qui se passait. Le temple des gémeaux se transforma en carrefour entre quelques marinas qui voulaient monter, et d’autres chevaliers de tous camps ou presque, courant à toute hâte pour quitter les lieux. Plusieurs s’arrêtèrent pour me demander de les laisser passer ou de fuir. Il était impossible de fuir, pas sans lui... À la place je restai là, sur mes escaliers, impuissante, immobile. Mes deux compagnons de guerre n’étaient plus… Dohko nous avait quittés… Et Jara… Jara ? Je ne l’avais pas revu depuis que Kappa m’avait séquestré dans mon propre temple.
Je fermai les yeux quelques secondes afin de me concentrer et retrouver son cosmo. Occultant tous ceux qui attendaient une réponse de ma part, ou une quel qu’onc action. Il m’était impossible de le percevoir à travers tout ce chaos.
Le juge que je voulais aider précédemment avait terminé son combat. Ses yeux si tristes se posèrent sur le corps d’une jeune fille délicate, ou plutôt du corps de la fragile petite chose qu’elle eut été. J’avais envie d’aller le soutenir quand je crus reconnaitre le Capricorne, blessé et sans armure. Je m’apprêtai à le rejoindre, quand le nommé Caedus me stoppa pour me prendre à partie dans sa querelle sans intérêt avec un marina. Je me mordis la lèvre pour m’empêcher de l’injurier dans ma langue natale. Dans tous les cas, ils partirent régler leur querelle plus loin.

Me remettant à la recherche de Jara, je fus prise dans les bras de quelqu’un. M’apprêtant à frapper celui qui avait osé me toucher de la sorte, je m’arrêtai net dans mon mouvement en retrouvant les traits de mon beau blond. Soulagée de le retrouver en un morceau je le serai un peu plus fort. Alors que j’allais lui répondre, il me rabattit le caquet ce qui lui valut un regard désapprobateur de ma part. Mon visage se radoucit en comprenant ses paroles. Il tentait de me rassurer… À sa manière dirais-je.
J’avançais aux côtés de Kyros pour quitter « mon » « temple ». L’armure dorée qui me conférait un droit de propriété sur ce lieu, était toujours sur mes épaules. M’avait-elle réellement acceptée comme sainte des gémeaux ? Jamais plus je ne porterai la grue d’argent ? Je repensai à mon armure… À Cinna… Il ma haïrait sans doute, en me voyant porter cette armure… Je l’avais trahi d’une certaine manière en revêtant le double masque des Gémeaux… Me pardonnerait-il ?

Kyros s’en alla aider un homme en bien mauvaise posture me laisse seule face au saint du Sagittaire. Enfin face… Il parlait à quelqu’un, mais je n’étais pas certaine qu’il s’agissait bien de moi. Revenir pour les ravager… Les spectres avaient gagnés à cause de notre incompétence… Si nous avions était une armée plus soudée, tout aurait été différent… Si Kappa, Mashia et les deux autres saints n’avait pas sombré face à la noirceur de leur cœur, peut-être que tout aurait été différent ? Peut-être…

~> Temple du Bélier sous 48h sauf interception

Code : ©Diabiki Patterns : ©Colourlovers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7183-messalina-della-gru
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Jeu 5 Mar - 0:15

Un champ de désolation. Partout, l’odeur de la boue et du sang se mêlait rendant l’air toujours plus putride à mesure qu’il se rapprochait des temples. Le spectacle arrêta net l’Indien. Il ne savait où porter son regard. Partout, il voyait Saints et Spectres se combattre. Par moment, il était difficile de savoir à quel camp appartenait les dépouilles tant leurs armures étaient brisées. Les pupilles d’or de Jara se cognaient contre les parois de ses orbites à force de les traverser d’angle en angle à la recherche de visage reconnaissable. Son cerveau même semblait s’éteindre. Il ne savait pas quoi faire. Quand bien même il trouvait quelqu’un, il n’était plus utile à rien. Sans armure, sans cosmos il n’était plus un Chevalier. Rien qu’un homme qui s’était perdu dans la guerre.

Sorti de l’ombre, dans un angle mort, un poids apparut sur son épaule. Les yeux humides du Déchu se tournèrent vers cette forme abstraite. Lentement, si lentement que sa tignasse de jaie ne bougea même pas. Ne voyant toujours pas claire, il ne reconnut d’abord pas la personne. De la même façon, il ne ressentait rien. Rien de plus que le néant. Aucun ressentiment vis-à-vis de cette personne. Jara n’était même plus en mesure de ressentir le cosmos d’autrui. Non, rien qu’un homme face à un autre.
Vêtu de pluie, chaussé de terre, coiffé de nuit, garderas-tu cet éclat qui te bâillonne ?

La sentence de cet intru tomba. Sa simple voix suffit à l’Epéiste pour savoir, pour comprendre.

Gilles de Rais…

« Déchu », « repoussé ». Non, il ne voulait se l’avouer, il ne pouvait pas. Comment Excalibur aurait-elle pu le quitter ? Elle fait partie de lui, Jara et sa lame ne font qu’un et n’ont toujours fait qu’un.

Excalibur ne peut pas m’avoir quitté. Elle est quelque part , il baissa la tête. Il avait dépassé ce stade, celui dans lequel il se devait d’être outré par lui-même pour se confier à un Spectre, un ennemi du Sanctuaire, d’Athéna. Gilles… Que se passe-t-il ? Comment en suis-je arrivé là ?

Alors que c’était le Bourreau qui se tenait à lui, Jara sembla presque tomber à la renverse, laissant son poids graviter sur celui du nouveau Juge. Sa brûlure lui faisait encore atrocement mal. Nul doute qu’elle laisserait une cicatrice sur son visage mais sera-t-il encore là pour la voir ? Il ne savait pas, il ne savait plus et il ne souhaitait jamais la voir si sa vie devait continuer ainsi. Il avait peur, si peur. Gilles devait le sentir trembler. Que faire ? Il avait tant de monde à protéger, un peuple à guider. Il en avait fait la promesse. Le serment s’était inscrit dans son âme le jour même où cette couronne fut posée sur sa tête.

Un simple humain… sa voix n’était plus qu’un soupir que le vent peinait à faire parvenir jusqu’à son interlocuteur. Humain. Je ne suis plus qu’un pantin de chair auquel on a coupé les fils.

Alors que des larmes lui tranchaient la peau en s’écoulant le long de ses joues, Jara eut l’impression d’être redevenu cette enfant de neuf ans auquel tant de responsabilités lui étaient attribuées sans qu’il ne puisse en porter une seule. Les yeux dirigés vers le sol, une large lame apparut de nulle part s’y entrechoqua. Remontant jusqu’à elle, il reconnut bien là le bourreau, prêt à donner sa sentence. Jara ne se sentait pas la force de lutter. Si son crime avait été d’abandonner, d’avoir tout perdu alors soit, qu’il abandonne, qu’il perde la vie.

Ces simples mots.

Il se redressa. Tétanisé, il devint marmoréen, aussi blanc que les colonnes du temple des Gémeaux. Son allure semblait être celle d’un cadavre en concordance avec tous ceux étendus. Avec difficulté, ses lèvres écorchées se muèrent.

Lily.. Morte ? Pas elle, pitié pas elle.

Il voulut s’appitoyer, fondre, s’abattre contre le sol, genoux à terre mais à la place, ses mains s’accrochèrent à son visage ? Fusionnant presque avec la chair à vif des cicatrices qui décorait à présent sa joue. Il rejetait même son identité. Comment ? Pourquoi ? Cela n’avait plus d’importance. Son réveil dans cette guerre ne semblait être qu’un amas de pertes. Son cœur se remit à battre si fort que son souffle en fut coupé. Il sentit ses muscles, son cerveau être tant irrigué en oxygène qu’il faillit défaillir à l’annonce de la perte de Lily. Sa Lily. Il revoyait encore cette écharpe autour de son cou, son odeur, ses cheveux. Pas elle.

Aussitôt, il ne sut s’il hallucinait du fait de sa condition mais l’apparition d’Eilaine semblait providentielle. Elle était sa promesse, son serment. L’unique fil qui liait encore son corps de pantin à la vie. Sans réfléchir au fait qu’elle pouvait être une illusion ou non, lorsqu’elle fut poussée, Jara sauta la récupérer à son tour. S’il n’était qu’un homme, il agirait ainsi mais il agirait. Elle était le dernier rempart entre la vie et la mort.

Eilaine !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Jeu 5 Mar - 17:14



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge




Le poids du Monde




On aurait dit que tout le poids des maux des hommes venait de s'abattre sur les épaules de Jara, le porteur d'Excalibur. Ce poids-là, Gilles le partageait autrefois, le comprenait encore même maintenant. Comment l'ancien Bourreau aurait-il put rester insensible face au malheur du jeune homme ? Car en lui, il se retrouvait, bien des années en arrière, capitulant, vacillant devant la triste réalité de la vie : il perdait tout, jusqu'à son titre.

« Mais tu restes humain. » s'entendit-il lui dire à demi-mot alors que ses bras le retenaient. « Je ne sais pas Jara … je ne sais pas ce qu'il t'arrive … ce qu'il nous arrive ... »

En le contemplant, Gilles avait comprit que ses yeux étaient presque aveugles, si ternes, si tristes face à ce constat. Mais il n'évoluerait pas seul, le Juge du Garuda se faisait cette promesse tandis que l'ancien Capricorne accusait la nouvelle de la mort de sa chère Lily. Ainsi donc, ce n'était pas de sa main qu'elle avait périt, mais alors, qui ? Qui avait osé tâcher cette fleur immaculée, d'une odieuse couleur vermeille ? L'apparition de son vieil ami, et avec lui celle plus surprenante de la petite Eilaine, fille d'Aalanna, l'avait arraché à ses réflexions.

L'homme drapé de noir et au regard grisâtre n'eut le temps de questionner Nicolas Flamel, car un autre homme, un Saint sans doute, s'approchait de lui pour lui demander ses intentions. Un bref instant, l'incompréhension gravita dans ses prunelles. Il en avait presque oublié la guerre. Un bruit de cor dans le lointain, l'arracha encore à ses rêveries. Un sourire las se dessina sur son faciès. Le Spectre s'écarta pour laisser le Phénix passer, l'encourageant d'un geste de la main.

« J'ai fais couler suffisamment de sang, la guerre est terminée, vous avez perdu. Partez, tant que vous le pouvez encore. Il y a quelques heures, j'ai voulu vous apporter mon aide. Je saurais me souvenir qu'aucuns de vous, ou presque, ne m'a prêté oreille attentive, ou s'est détourné. La parole d'un Spectre n'a que peu de crédit à vos yeux, tant pis, peut-être en tirerez-vous des leçons, Saints. Maintenant, je vais aider le seul pour qui, l'Honneur, n'est pas juste un mot. »

La petite fille du matin ouvrit les yeux, offrant au monde son regard azuréen qui paraissait voir bien au delà de la réalité. L'enfant voyait sa mère penchée sur elle, un sourire éclatant sur les lèvres. Elle lui murmurait que tout irait bien, que la Roue continuerait de tourner, qu'un jour, elle aussi connaîtrait sa place. Mais qu'il était temps pour elle de suivre le même chemin qu'elle avait emprunté. Ses souvenirs seraient encore une fois effacés et avec eux, la promesse d'un bonheur d'enfant.

« Où suis-je ? Je ne vois rien … »

Quelle ironie. Quel tour affreux du Destin qui se jouait d'eux, pauvres pantins ! Jara avait raison, ils n'étaient rien de plus que des jouets dans les mains des Dieux. Le Juge serra les poings et rengaina son arme en faisant crisser le fer contre le fourreau. Il tendit sa main vers Jara qui tenait Eilaine fermement entre ses bras. Celle-ci avait refermé ses yeux clairs avant de s'endormir contre la poitrine de son Roi.

« Jara, il faut que tu me suives, que tu me fasses confiance. Le Sanctuaire est tombé, que vas-tu faire ? Tu n'as pas d'autres alternatives. L'endroit n'est pas sûr, il faut partir. Mais … j'ai encore des choses à faire ici, je ne suis plus le Bourreau, je suis le Juge du Garuda. Emportes Eilaine avec toi, loin, aussi loin que possible, je saurais vous retrouver. »

Il y eut un échange silencieux entre lui et son compagnon tout encapuchonné. Ce dernier hocha la tête avant de murmurer des incantations, sa main gauche levée au dessus de Jara et Eilaine. Sur le dos de leur main droite, un unique cercle rouge se dessina.

« C'est fait. » annonça t-il pour disparaître ensuite dans l'ombre. « Je te la confie … je te la confie … Maintenant partez ! »


Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1761
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Ven 6 Mar - 13:34

Le Phoenix commençait à bouillonner de rage, il devenait impatient et en avait assez qu'on lui dise quoi faire. D'abord avec Kyros lui rappelant leur priorité, chose qu'il savait déjà et un chevalier d'or qui venait lui dire qu'il fallait bouger. Non mais le saint le savait tout ça mais ne voyaient ils pas qu'il y avait un juge dans le temple ou l’œil du saint ne voyait pas encore très bien depuis sa guérison du Phoenix. Ishiro ne bougea pas et ce malgré un ordre du pope ou non.

"Je suis justement là pour que vous avancez, ne vous occupez pas de moi je vous rejoindrai, je sais ce que j'ai à faire et je n'obéis qu'à Kappa."


Les choses étaient claires, nettes et limpides et si les autre ne le comprenaient pas, tan-pis. C'est alors qu'il vit pas loin de lui un autre saint mais il ne dégageait rien, pourtant Ishiro était sûr de l'avoir croisé quelque part mais cet homme avait l'air de se poser pas mal de questions. La preuve qu'il fut un saint était claire lorsqu’il marmonna Excalibur. Cet homme était don le chevalier du Capricorne. Qu'attendait il pour avancer lui aussi ? Il y avait quelqu'un auprès de lui il ne comprenait pas bien mais le saint s'en moquait, seul le juge lui importait et sa réaction ne se fit pas attendre parlant d'honneur des saints alors qu'il les avait aidé il y a peu. Il s'éloigna même laissant à Ishiro de le laisser passer.

"Quelle chance ! Quelle aubaine ! Merci monsieur le juge ! Avant de parler et dire des imbécillités, je suis la preuve que les saints font confiance. Alors oui tu n'es qu'un spectre et si tu étais si honnête, tu ne porterais pas ce surplis à l'heure actuelle. Bref je te laisse avec ce résidu de saint. Tu n'es même pas un adversaire intéressant."


Ishiro, les mains sur les hanches continua donc son chemin vers les temples suivants. Il ne se réjouissait que d'une chose, revenir ici et de tous s'en débarrasser, il tourna la tête vers Gilles et parla une dernière fois.

"Nous avons certes perdu la bataille mais pas la guerre, l'espoir viendra encore vous ennuyer et j'en ferai partie. Adieu !"


Arrow Bélier


Revenir en haut Aller en bas
Ann


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 168
Armure : Chanter, Saborder

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Sam 7 Mar - 0:43

~> Temple du Cancer

C'était réellement la débandade. Rien n'allait plus. Les Saints fuyaient les lieux. Qui pouvait les blâmer. Ils avaient perdu beaucoup dans cette bataille, mais j'étais certaine que ce ne serait pas la fin. Les Spectres en s'en prenant à Athéna, allaient très certainement engendrer un ras de marée de la part des chevaliers. Car si j'étais bien certaine d'une chose, c'est que ceux-ci ne manqueraient pas de revenir et de faire leur fêtes aux macchabées. Tel le Phoenix, ils renaîtraient de leurs cendres.

En parlant de volatile ayant le feu au cul, j'observais le saint qui m'avait défoncé la tronche, fanfaronner face au pauvre Saint qui venait de perdre son armure. A n'en point douter, le Saint de Bronze put sentir un regard chargé de colère peser sur ses épaules.

"- Venant de la part de quelqu'un qui a trahi son camp je trouve ces propos terriblement mal venus Ishiro."

Autant dire que la remarque de mon ancien adversaire était on ne peut plus déplacée à mes yeux. Comment pouvait-on tenir ce genre de paroles face à quelqu'un d'aussi désemparé? De perdu? Comment pouvait-il si rapidement oublier que lui-même, quelques heures plus tôt, était un traître à son camp? Et ensuite ça se permettait de faire la morale? Non mais à d'autre quoi! Puis me tournant vers les autres personnes, j'inclinais respectueusement la tête en leur direction avant de poursuivre.

"- Vous devriez partir sans plus attendre. Il n'y a malheureusement rien de plus que vous puissiez faire pour le moment. Je vous conseille donc de suivre le mouvement de foule sans perdre un instant de plus. Je vous en prie, suivez nous. Davantage de pertes sont inutiles."

Puis, sans rien ajouter de plus je m'éloignais en direction de l'entrée. Plus que deux maisons et c'était bon, nous sortirions de cet Enfer. Je devais quitter les lieux, mais déjà, dans mon esprit, il ne faisait aucun doute que je participerai à la reconquête de ce Sanctuaire.

~> Temple du Bélier
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Sam 7 Mar - 12:45


Arrow Temple du Lion

Finalement, le Verseau n’eut pas de problèmes pour passer la maison du Cancer : le spectre du Vampire, devant une démonstration de courage et de bravoure infinis, l’avait laissé passer sans faire d’histoires. Kappa l’aurait bien tué de sang froid à la seconde, mais il n’avait pas le temps pour ça. Les évènements qui avaient lieu au somment le lui rappelaient sans arrêt. Il dévala donc les escaliers le séparant de la troisième demeure zodiacale : le Temple des Gémeaux ! Rapidement, il entra dans la pièce et balaya les lieux. Il resta alors comme bloqué sur ce qu’il vit : Jara était là, mais il ne portait pas son armure, et il était comme perdu. Quelque chose n’allait pas avec lui. Non loin de lui se tenait l’un des trois juges des Enfers. Il n’en fallut pas davantage pour que le chevalier des Glaces agisse. Déployant son cosmos pour que tout le monde ici le voie arriver, il vint se positionner entre l’inconnu et le Capricorne.
- Bon sang, Jara, tout va bien ? Où est ton armure ? Et que fais tu encore là ? Demanda t’il sans quitter le juge des yeux.

Il le détailla rapidement : le juge du Garuda. Il était immense, même Marcus aurait fait petit à côté de lui. Il en était d’autant plus repoussant d’apparence. Kappa fut néanmoins surtout étonné par le fait qu’il soit en bas du Sanctuaire alors que sa flotte était au sommet. Lui aussi, il le terrasserait bien, mais il n’avait vraiment pas le temps pour ça.
- Qu’est ce que tu fais encore là, juge ? Tu devrais déjà être au sommet auprès de Minos pour fêter ta victoire. A ta place, je ne m’attarderais pas ici ! Je n’ai que peu de temps devant moi, mais rien ne dit que je ne finirai pas par employer ce temps à mettre fin à ton existence. Quitte les lieux, ou je me chargerai de toi sans attendre...

Sa voix était menaçante, et son regard en disait long sur ses intentions. Minos lui avait échappé, il n’avait donc pas pu se défouler sur lui. Mais si le Garuda jouait trop avec sa patience, il le paierait de sa vie...
Faisant volte face, il détailla Jara et son regard inquiéta le régent au plus haut point. Avait il lui aussi connu le même sort qu’Ahina ? Ou tout du moins quelque chose de similaire ? Kappa alla même jusqu’à se demander s’il le voyait. Pour le vérifier, il lui donna un ordre direct :
- Rejoins les autres à l’entrée du Sanctuaire, Jara ! Maintenant ! Je te rejoins dès que j’en aurai fini avec...
Le Verseau se tourna vers Gilles et le dévisagea sans la moindre gêne. Quelque chose en lui le dégoûtait clairement. Etait ce son physique ou autre chose ? Il n’aurait su le dire. Et peu importait.
- ... avec ce spectre, acheva Kappa après avoir tenté en vain de chercher un mot qui convenait mieux à la personne qui lui faisait face.

Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 8 Mar - 19:26

Caché depuis le début dans un coin du temple, le jeune homme ne savait plus vraiment ce qu'il se passait par ici. Sa Maîtresse lui avait ordonné de le rejoindre au plus vite.
Mais apparemment un curieux pouvoir l'avait vaincu; il ne se souvenat de pas grand chose. Si ce n'est qu'il se sentait finalement incapable d'assumer les ordres de sa supérieure. Du moins pour l'instant. Essayant de fouiner dans ses souvenirs, il ne put revoir qu'un combat lamentablement perdu contre une silhouette curieuse, il tenta de resister mais en vain. Et puis il y eut le pouvoir de Mary, cette répétition avait sans doute fini par le rendre inconscient. S'éveillant au milieu de batailles, et autres passages, le marina se demandait ce qu'il devait faire. Son instinct lui disait que la situation avait fort changée depuis.

L'ambiance, la sensation. Mais que s'était-il passé ? Pensa-t-il en se disant que son comportement, et l'échec dans l'exécution d'un ordre allait surement lui valoir un mauvais moment à la fin de cette aventure.
- Pauvre de moi ! Se disait Ezequiel en soupirant
- J'ai encore beaucoup de travail à faire ! Poursuivit-il en balayant discrètement de son regard le lieu. Tant de monde.
Et lui qui semblait ailleurs, il ne se sentait pas très bien. Un mal de tête curieux, et un coeur qui semblait battre plus fort en distillant sans ses veines une sensation de panique, et de bien être à la fois.

Il posa sa main sur front. Le serviteur de la Prêtresse de Poséidon essuya quelques gouttes de sueur. Soudain dans son crâne raisonna la voix de sa Maîtresse !
Elle ordonna de rentrer au plus vite et de sortir d'ici. Les spectres venaient de remporter la guerre.
Cette fois il n'avait guère le droit de s'endormir. Ni de se rater. Ce message lui permit de comprendre pourquoi il y avait tant de mondes qui passaient et descendaient les marches du sanctuaire.

Encore plus étrange, un cosmos rougeâtre l'entoura, un cosmos qui n'était pas du tout le sien, tant il était largement bien plus puissant. Il était écrasant. Ezequiel posa un genou au sol. Ses mains crispaient se posèrent sur son visage.
Que se passait-il encore ? C'était comme si son esprit changeait, comme si un pouvoir prenait place dans sa tête.

Bref, il ne devait pas tarder et devant se presser de quitter cet endroit et de descendre les marches du sanctuaire. En attendant il remarqua qu'un saint allait s'en prendre à un spectre; il se devait de rester cacher. Il était hors de question pour lui de commettre une imprudence.

Citation :
-- Temple du Belier si pas d'opposition au bout de 48h !


Dernière édition par Ezequiel le Sam 14 Mar - 11:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liana


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 411

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 8 Mar - 22:48

~> Temple du Cancer

Sans difficultés, la Sainte était parvenue au Temple des Gémeaux. Cependant, son visage était masqué par l'inquiétude. Oui la jeune femme était particulièrement inquiète pour les gens qui lui étaient proches. En approchant de la troisième maison, elle avait pu ressentir le cosmos de Caedus. Nul doute que son jumeau combattait.

Jacen qui s'en était allé au sommet du Sanctuaire pour combattre les Spectres. Qu'est-ce qui le poussait à agir de la sorte? Cherchait-il la mort? Elle comprenait son désir de vouloir protéger Athéna. Mais mort il ne leur servirait à rien, alors qu'en vie il serait tellement plus utile. Au fond d'elle même la Louve se demandait si le Saint du Lion, dans sa mission suicide, ne cherchait tout simplement pas à ler faire gagner du temps dans leur fuite. S'il devait lui arriver quoique se soit, la Sainte ne le pardonnerait pas. Même si ses sentiments pour lui avaient changés, il n'en demeurait pas moins que le Lion restait quelqu'un d'important pour elle.

Toute l'heure, au Cancer, il lui avait semblé ressentir comme un appel. elle ne savait si cela était le fruit de son imagination ou non, et elle s'en moquait. Ce qu'elle savait, c'était qu'elle se fiait à son instinct, et en cet instant, il lui avait sembler percevoir un adieu de la part de son ancien compagnon. Des larmes montèrent, mais elle les chassa bien rapidement. Elle ne voulait pas pleurer, non pas encore.

Lorsqu'elle parvint au temple des Gémeaux, immédiatement, elle porta son attention en direction de son frère, avant de regarder les différents protagonistes présents, parmis lesquels se trouvait Kappa. elle était heureuse de voir celui-ci, et lui adressa un sourire, avant de regarder le spectre qui se trouvait là ainsi que le chevalier d'or du Capricorne.

Enfin, ancien chevalier d'or serait plus juste. Liana s'interrogeait: pour quelles raisons l'armure d'or avait-elle quitté son propriétaire? Lui-même semblait ne pas comprendre et était perdu.

"- Je suis sincèrement désolée pour vous chevalier. venez, nous devrions gagner l'entrée ensemble sans perdre un instant de plus."

La Louve porta son regard sur le Juge, se demandant quelles étaient les intentions de ce dernier, mais visiblement, il ne semblait pas vouloir leur barrer la route. Aussi, s'éloigna-t-elle en direction de l'entrée du Temple, non sans tourner une dernière fois la tête en direction de là où combattait Caedus, tout en songeant: " Reviens moi mon frère, je t'en prie."


~> Temple du Bélier
Revenir en haut Aller en bas
Arboule


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 50

Feuille de Personnage :
HP:
72/150  (72/150)
CS:
120/207  (120/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 9 Mar - 19:24

Arrow Temple du lion

Bien plus vite que je ne l’avais prévu, je foulais de nouveau le sol du temple des Gémeaux. Sans grand mal, j'avais traversé la quatrième maison, sans m'attarder outre mesure. Dans les hauteurs du Sanctuaire, le cosmos si particulier du Grand Pope continuait à luire de son éclat, me rassurant sur son sort. Mais je n’en oubliais pas pour autant la présence des deux sinistres individus, assassins impitoyables, qui continuaient à rôder dans les temples plus élevés. Shion ne trouverait son salut que dans la fuite. J’espérais au fond que Corell le comprenne et se décide à écouter les sages paroles du chevalier d’or du Verseau. Le lion devait se trouver également au niveau du temple d'Athéna. Puisse t-il survivre... Pour ma part, je comptais bien prendre un peu d’avance sur mes deux pairs dans le cas où des spectres se décideraient à freiner notre descente. Je n’hésiterais alors pas un instant à couvrir la fuite de mes compagnons d’armes. C’est alors que je ressentis la présence discrète d’un cosmos grandement affaibli. Un spectre se tenait non loin, en compagnie du Verseau qui m'avait précédé de peu. Au vu de la mine du onzième gardien, je me doutais que cette présence ne lui plaisait guère mais tant qu'il ne nous barrait pas la route... Non loin, un chevalier que je ne connaissais pas demeurait silencieux.

Chevalier du Verseau, nous ne devrions pas stopper notre avancée. Si les armées d'hadès parviennent avant nous au temple du Bélier, nous serons pris au piège. Ainsi que nos compagnons restés en arrière.

Je souffrais assez de ne pouvoir venir en aide au Grand Pope, il était donc hors de question d’abandonner l’un des autres chevaliers d’or derrière moi. Petit nouveau au Sanctuaire, je me sentais pourtant responsable au même titre que mes autres pairs de notre défaite. Pire encore, si j’avais eu la force de vaincre Inferno, le Sagittaire ne serait pas dans un tel état physique. Mais l’heure n’était pas à l’expectative. Nous avions une longue route à suivre avant d’être en sécurité.
Je percevais d'autres cosmos en déplacement entre le troisième temple et le second. Voilà qui me rassurait.
Mes pensées se tournèrent brièvement vers la Grande Prêtresse de Poséidon qui venait de défier un homme que je ne connaissais pas. J’espérais que la jeune femme, de caractère colérique, s’en sortirait indemne assez vite pour quitter les lieux en toute sécurité. Trop de sang avait couler cette nuit…

Arrow Temple du taureau sous 48h


Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 9 Mar - 23:23

Temple du Lion Arrow

Haiken aurait pourtant juré avoir ressenti la présence de la Sirène des récifs, mais en arrivant au Temple des Gémeaux, il n'y avait plus aucune trace d'elle. Probablement avait-elle déjà entamé le pas vers l'Entrée du Sanctuaire. Dans ce cas, le Dragon des Mers n'avait pas le choix, il fallait qu'il la rejoigne au plus vite. Il se préparait aussi à quitter le Temple, comme tous les Saints qu'il croisait, quand il se retrouva nez à nez avec... Kappa du Verseau!

Voilà une rencontre qui arrivait au plus mauvais moment. Encore un coup du destin? Comme si Haiken n'avait pas eu suffisamment d'ennuis jusqu’à maintenant. Car oui, rencontrer le Chevalier d'Or maintenant n'allait pas lui permettre de rejoindre Ann aussi vite qu'il ne l'aurait pensé et désiré. Il y avait fort à parier que leur dernière rencontre avait laissé un souvenir amère au Verseau. Connaissant cet homme comme il le connaissait, le Général Marina pouvait facilement deviner qu'il n'allait pas lui laisser quitter les lieux sans obtenir avant une explication sur les événements d'Amérique!

Mais il y avait-il une justification à ce que Kappa avait vu? Il y en avait une en effet, la vérité, la grande question ici était de savoir si le Saint croirait à la version du Dragon des Mers. Pséma s'était bien joué de lui, cherchant sans nul doute à retourner Saints et Marinas les uns contre les autres. Il avait échoué, même si les Spectres avaient fait le sale boulot par la suite. Cependant, Kappa le laisserait-il partir? Sachant qu'en plus il détenait en sa possession l'une des Armes de la Balance?

Afin d'éviter tout mal entendu, du moins, encore plus, Haiken ne tenta pas de fuir. Il allait lui faire face et agirait en conséquence. Après tout, peut-être que les derniers événements auraient convaincu Kappa que le Dragon des Mers n'était peut-être pas si coupable qu'il semblait l'être. Le regard fermé, sérieux, analysant chaque geste du Saint, Haiken prit finalement la parole.

- Cela faisait un bail... Kappa!

Le silence reprit place, attendant simplement que le Chevalier du Verseau le brise à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán


Général
Général
avatar

Messages : 272

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 10 Mar - 12:25

Son armure disparut sans demander son reste. Les mains dans les poches de son ersatz de pantalon, il s’éloigna lentement vers la sortie du temple. Il n’avait, à vrai dire, pas grand-chose à faire là. A la base, il était venu pour boire un coup, et si possible, se toper une nana ou deux. Et il s’était retrouvé à prendre des gnons d’un traitre. Traitre qui, à son grand désarroi, semblait maîtriser le cosmos mieux que lui. Son armure était-elle la seule raison qui l’avait poussé à laisser de côté le combat ? Probablement pas.

« P’tite nature va. »

L’insulte était pour lui. Après tout ce temps à courir derrière son armure, tel un Achab en puissance, il n’était pas encore au dessus des autres. Bon, contrairement au capitaine, il avait réussi à attraper sa baleine, et n’en était pas mort, mais … Maintenant il avait besoin d’un nouveau but. Il se gratta la barbe mal rasée qu’il arborait. Il n’avait pas eu le loisir de passer par la case décrottage depuis un bail. Ce n’était pas franchement problématique en général, mais là, ça le grattait. Et ceci l’empêchait de ‘penser’. S’il devait se remettre en question, autant que ce soit dans la meilleure des situations !

Il cracha au sol, et lâcha un rire inopiné. Depuis quand il réfléchissait autant, d’ailleurs ? Ce con de Minato avait une mauvaise influence sur lui. Il fallait qu’il trouve une bouteille, et vite. Cela faisait quoi, presque six heures qu’il n’avait pas ingéré d’alcool. C’était bien trop pour lui. Il lança un regard autour de lui. Il ne restait plus grand monde. Deux grands mecs avec des cheveux de couleurs improbables. Bon, ok, lui était roux, mais quand même, bleus et verts ? L’un des deux semblait porter une écaille, mais il ne s’attarda pas sur ce dernier.

« A quoi bon s’attarder dans l’coin ? » murmura-t-il, en esquissant un sourire, alors qu’il s’éloignait, toujours torse-nu, à la recherche d’une bouteille qui le sustente.

--> Bélier.
Revenir en haut Aller en bas
Jara


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 467
Armure : Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 10 Mar - 23:29

Humain, l’était-il encore ? Il y a quelques heures encore, Jara en était persuadé. Il se battait pour une cause qui lui semblait juste, il incarnait cette justice. Il avait fait tant de vœux et un à un, ils s’étaient brisés. Il n’avait réussi à protéger le Sanctuaire ni Avalon ni… Lily. En pensant à sa douce Lily, son souffle se mit à ralentir, comme envouté par la seule image de sa belle nageant dans les méandres fumants de son esprit. Sa silhouette gracile s’enflammait jusqu’à disparaître. Pas elle, il ne pouvait avoir perdu Lily. Cela faisait si longtemps qu’il la cherchait. Quelle terrible malédiction avait pu s’abattre sur lui pour en arriver à de telles extrémités ? Pas même Gilles de Rais ne semblait trouver la réponse.

Lorsqu’il leva les yeux vers la haute figure du Juge, Jara se perdit dans le regard grisâtre de ce dernier. Il lui semblait si familier. Il ne le savait pas mais à cet instant précis, son regard, originellement d’un or étoilé avait terni. Les deux avaient vécu la même chose, les mêmes pertes. L’histoire se répétait et le roi en faisait les frais. Aucun des deux ne semblait se rendre compte de l’ironie de cette situation au milieu de ces champs de cadavres.

Perdu, Jara portait cette chose fragile dans ses bras. Qu’allait-il faire maintenant ? Abandonner ? Cela semblait être une solution. Et d’ailleurs, qu’avait-il seulement à abandonner maintenant qu’il avait tout perdu ? Il se sentait bien plus ombre, qu’homme. L’ancien Capricorne n’était même plus effrayait par son cœur, plongeant dans des abysses toujours plus insondables à mesure de son introspection.

Soudain, une petite voix cristalline le réveilla. Baisser les yeux vers la petite poupée dans ses bras, il fut surpris par le radieux visage d’Eilaine. L’espace d’une seconde, un sourire ourla le visage de Jara lorsqu’il vit la peau de porcelaine de sa petite princesse tandis que lui était couvert de terre et de sang. Il devait faire peur à voir et pourtant, Eilaine ne le voyait pas. La jeune Prêtresse était aveugle ou peut-être n’avait-elle pas besoin de le voir. Mais dans ce cas, pourquoi Jara la gardait il si fermement dans ses bras ? Inconsciemment, sa main s’était posée sur sa tête, comme un geste protecteur. Elle était si jeune. Aussi jeune que lui ce jour-là. Comment pouvait-il seulement penser à tout laisser tomber ? Comment avait-il pu oublier cet ultime serment ? Eilaine était à ce jour le seul lien entre Jara et son humanité. Elle était cette éclat qui le bâillonnait sur terre, l’empêcher de sombrer dans la demeure d’Hadès. Lorsqu’on a les mains vides, le moindre grain de poussière devient le plus précieux d’entre eux.

Je suis là, n’ait pas peur…

Sa voix était si douce. Il avait eu l’impression d’avoir retrouvé cette intonation de l’enfance et rapidement, il se surprit à la bercer si bien qu’à nouveaux, son regard se rompit contre sa poitrine. Levant à nouveau la tête vers l’Hermite, le regard de Jara semblait avoir repris légèrement sa carnation si singulière mais ça n’était pas assez, même lui ne pouvait se rendre compte du léger espoir que représentait Eilaine. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il devait honorer son dernier devoir jusqu’à la mort.

Je dois rester avec elle Gilles, je dois la protéger.

Il attrapa la main du Juge, refroidie par le gant de métal sur celle-ci.

Je sais où aller. Je connais ma route, ma seule route.

L’Indien avait l’esprit complètement désabusé à constater à quel point il pouvait être déterminé… déterminé à quitter le Sanctuaire, à le laisser pour mort. Mais il avait raison, il savait où aller, là où tout avait commencé.

Si Jara lui faisait confiance ? Il en avait bien l’impression. Il ne semblait plus troublé. Bien qu’à présent Déchu, son couronnement avait comme révélé Gilles de Rais ou plutôt, le couronnement avait permis de de-obscurcir le regard de Jara si bien que lui, d’ordinaire juge impartial, épée de la sentence, Bourreau au même titre que son homologue se rendit compte de la difficulté de juger le monde de façon si manichéenne, de juger un être par la couleur du fer qu’il porte comme armure. Saints, Spectres, Marinas… À cet instant précis, ce combat ne semblait plus être le sien. Il lui faudrait d’abord se battre pour Eilaine… et pour lui-même avant de pouvoir revenir rejoindre ses frères et sœurs.

Et justement, ayant perdu tous ses pouvoirs, il ne ressentit pas le cosmos de Kappa s’approcher si bien qu’il fut surpris par la voix du Régent. Durant toute cette bataille, les deux hommes ne s’étaient pas aperçus ni même parlés. Tenant la pauvre créature dans ses bras, il ne sut comment répondre à sa première question.

Elle est… Elle est partie Kappa. L’armure du Capricorne m’a quitté, effleurant d’un de ses doigts la lourde balafre de brûlure dessinée sur son visage, il n’en ressentit même pas la douleur. On dirait que je n’en suis plus digne. Plus maintenant ou peut-être pas maintenant Kappa. Quant à ce Spectre… Il est venu pour moi. Je lui fais confiance. Je sais que c’est très difficile à croire mais c’est le cas. J’ai beaucoup perdu durant cette guerre, beaucoup, beaucoup trop…

Jara plaça le lange d’Eilaine tout autour de son petit visage pour qu’elle n’ait plus à entendre les derniers cris des combats tout en remarquant le cercle rouge qui s’était inscrit sur paume.

Kappa je… Je ne peux pas les rejoindre. Je ne suis plus un Saint. Ca n’est pas seulement mon armure… Athéna elle-même m’a rejetée, je n’ai plus rien, plus rien qu’elle , son regard en direction de l’enfant s’intensifia. Il me faut accomplir ma quête personnelle. Tu m’as toujours dit que j’étais si jeune pour devoir enduré un tel fardeau, et bien aujourd’hui il est temps pour moi de m’accomplir. Je pars. Je ne sais pas si j’aurai la force de revenir mais crois moi, j’y compte bien. Si avant je n’étais pas complet, aujourd’hui je ne suis rien de plus qu’une statue de chair. À moi et à moi seul de m’insuffler le souffle de vie.
Tu as fait du bon travail, tout ce que tu as pu même pour tous nous sauver et pour sauver le Sanctuaire alors ne culpabilise pas. Même moi, simple humain je t’en donne l’ordre, Régent. S’il te plait, ne t’interpose pas.


A ce dernier discours, Jara attrapa une longue cape pleine de boue dont il se recouvrit avant d’avancer, croisant le Verseau sans même le regarder. Lorsque le Souverain d’Avalon passa devant lui, nul doute que le Mage des Glaces avait dû ressentir ce vide chez l’Indien. Plus de cosmos, plus de feu en lui. Seulement des braises sur le point de s’éteindre que Jara espérait pouvoir rallumer avant qu’il ne soit trop tard.

Oh… une dernière chose. Pourras-tu dire à Dohko que je suis désolé de m’absenter alors qu’il était enfin revenu ?

Citation :
En Inde avec Eilaine.


Dernière édition par Jara le Mer 11 Mar - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t6652-jara-chevalier-d-or-du-ca
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mer 11 Mar - 19:01



Gabriel s’impatienta, et il prit finalement les devants en descendant le premier. Mais Kappa voulait s’assurer qu’un maximum de ses frères d’armes puisse se replier sans encombres, il ne traînait pas par hasard. Il traînait parce que c’était son devoir en cet instant. C’était sa responsabilité.
- Vas y, je te rejoins, répondit il simplement à la Vierge qui acquiesça avant de disparaître, avalé par les ombres de la nuit.

Puis, reportant son attention sur son ami gardien de la dixième maison, il écouta ce qu’il avait à lui dire. Tétanisé par le désespoir et le regard éteint de Jara, le régent perdit pied et l’écouta parler sans rien dire. Mais il semblait loin, si loin, comme si son cerveau refusait la responsabilité qu’un autre de ses hommes soit ressorti détruit de cette nuit infernale. Peiné, Kappa fixait intensément le visage de son protégé, sans même faire attention à ce qu’il tenait au creux de ses bras : cela le dépassait. Lui même avait tellement perdu durant cette bataille, et pourtant, il ne devait pas flancher, il ne devait pas laisser paraître les immenses fissures qui s’étaient creusées dans son coeur. Marcus voudrait qu’il reste maître de ses émotions au moins en face de ses hommes, et qu’il les guide jusqu’à Jamir. Le Verseau le savait pertinemment. Aussi se ressaisit il rapidement, après un long et profond soupir.

Se détacher, s’éloigner de toute émotion. C’est tout ce que Kappa trouva sur le moment pour ne pas dévoiler ses faiblesses à un Jara abattu par tout ce qu’il avait vécu et perdu ces dernières heures. Pour une fois, sa réputation était fidèle à ce qu’il se forçait à ressentir en face de celui qui de toute évidence était désormais “l’ancien capricorne”. En temps normal, il n’aurait jamais laissé quelqu’un déserter le sanctuaire ainsi. Comme Celsius ou Serafim avant lui, Jara aurait connu le courroux glacial du Verseau. Mais pas cette fois, pas avec lui. Il était si désemparé, et en un sens si proche de ce que venait de vivre le régent lui même, qu’il en fût touché, et ne put se résoudre à l’empêcher de partir.
- Si c’est ce que tu veux... Je ne t’en empêcherai pas... Mais j’attendrai ton retour avec espoir et impatience, ajouta t’il en souriant difficilement.

Mais ce sourire se volatilisa à l’instant même où Jara mentionnait Dohko. Il ne savait pas pour la Balance ? Et il compris en un clin d’oeil ce qui venait d’arriver à son fidèle Capricorne. Les yeux écarquillés et emplis de surprise, il sut : il sut pourquoi l’armure l’avait quitté, pourquoi il ne savait pas pour Dohko, pourquoi il semblait si vide. Il avait perdu son cosmos. Plus aucune aura n’émanait de lui. Kappa ne put alors se résoudre à lui dire pour son ami de la Balance. D’un air éteint et d’une voix absente, sans se retourner vers lui afin de dissimuler la larme qui coulait sur son visage déformé par la douleur, il répondit:
- Entendu, je lui dirai...
Seul, le Juge avait pu entrevoir le mal qui avait transpercé Kappa l’espace d’un instant. Kappa lui lança un regard meurtrier comme pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas intérêt à le crier sur les toits. Mais cela fut très bref, car le visage du Mage des glaces reprit une apparence de marbre à l’instant où il entendit la voix d’un marina qu’il attendait au tournant depuis un bon bout de temps.

Se tournant vers le Dragon des mers qui surgit des ombres, il répondit :
- Haiken...
Aussitôt, le regard azuré du régent se fixa sur l’arme achetée avec le prix du sang auprès de Pséma par le général marina. Il plissa les yeux, mais aucune remarque cinglante ne sortit. S’ils devaient s’expliquer, ce serait seul à seul. Kappa respectait Haiken, et il lui devait au moins cette marque de respect. Il s’avança rapidement jusqu’à lui et s’arrêta, face à face. Après tout ce temps, les deux combattants se faisaient face à nouveau.
- Toi et moi, nous avons des choses à nous dire. Mais ce n’est ni le lieu ni le moment pour ça. Les spectres seront là dans peu de temps. Mais nous avons des choses à régler, tu le sais aussi bien que moi ! Le temps viendra, Haiken... Je crois avoir droit à certaines réponses... Mais pas aujourd’hui, pas maintenant, pas ici... Mes hommes m’attendent, je dois te laisser. Mais de toute façon, nous sommes appelés à nous revoir très vite, général... acheva Kappa en appuyant volontairement sur le dernier mot en lui souriant faiblement.

Alors qu’il allait faire demi tour et quitter la pièce, Kappa fut distrait par un flocon brillant qui se dirigeait vers lui à vive allure. Il ouvrit la paume de sa main et le flocon lui dévoila la vérité des évènements. Un large sourire éclaira son visage et il redressa la tête vers le Dragon des Mers. Celui ci sembla perplexe face à une telle expression de joie, mais Kappa n’ajouta rien. Il fit demi tour et quitta la pièce : il était plus que temps de rejoindre Jamir.

Arrow Jamir
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple des Gémeaux-