RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Arboule


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 50

Feuille de Personnage :
HP:
72/150  (72/150)
CS:
120/207  (120/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 18 Jan - 15:47

Arrow Combat VS Dracul

Eh bien, pour un premier combat, ce dernier avait été particulièrement plaisant et source d'enseignements. A ma grande surprise, mon adversaire avait jugé que la victoire demeurait inaccessible et avait préféré de retirer pour éviter de retourner aux enfers plus tôt que prévu. Je me sentais à la fois flatté et étrangement serein vis à vis de cette décision sage de sa part. Je dissipais donc d'une pensée le dôme qui nous isolait des autres personnes présentes au temple des Gémeaux et réapparu dans une douce explosion de lumière. Mon armure, mon corps et mon cosmos intacts, je portais mon attention sur l'environnement immédiat. Un cosmos obscur, particulièrement dérangeant pour un être tel que moi, venait de laisser la place à une énergie glaciale mais bien plus apaisée. Je déduisis que le chevalier d'or du lion avait réussi son entreprise de purification. Dans le fond, un combat entre un spectre et un saint inconnu faisait encore rage, et je jugeais plus sage d'attendre patiemment le résultat final de cet affrontement. Le spectre impoli et son acolyte étaient déjà en route pour le temple du cancer, et deux nouveaux arrivants, dénués d'hostilité, venaient de se présenter devant nous. Pour couronner le tout le jeune saint de bronze et une femme doté, elle aussi, d'une armure d'or se trouvaient en retrait pour deviser en privé. Étrange situation aux ramifications complexes. Je me tournais donc vers le lion.

Le spectre du vampire s'est enfui mais il est désormais bien trop affaibli pour nous causer du tort. Toutefois, je suis inquiet concernant le serviteur d'Hadès qui a profité de la situation pour prendre la route du quatrième temple. Il serait probablement sage de gagner les hauteurs du Sanctuaire pour rassembler nos forces, dont j'ignore encore la teneur.

Nouveau venu au Sanctuaire en cette période trouble de surcroit, je n'étais pas au fait des défenses de notre camp. Le mieux était donc de faire un point avec calme pour établir ou réévaluer une stratégie. Je laissais le Lion répondre à la jeune femme à la recherche d'une prêtresse de Poséidon, toutes mes pensées se tournant vers l'issue du dernier combat qui faisait rage dans ce temple. Le saint de glace semblait épuisé et se tenait allongé sur le sol froid du temple. Le mieux était de lui laisser le temps de rassembler ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Corell


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 3941
Armure : Lion

Feuille de Personnage :
HP:
173/173  (173/173)
CS:
168/210  (168/210)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 20 Jan - 12:13

Le calme retomba enfin sur le Temple des Gémeaux. Le dernier son qui résonna entre les murs de pierre à moitié brisés fut celui de la Foudre crépitante du Lion d’Or, lorsque celui-ci utilisa son cosmos pour dissimuler à nouveau le Bouclier d’Athéna. Il s’en voulait de n’avoir rien pu faire pour le Chevalier du Cygne. Manipuler un artefact tel que le Bouclier demandait tout son cosmos et toute sa concentration. Il n’avait pu intervenir. Et quand bien même il serait intervenu, il aurait été dans un état pire que celui de Kyros, lui qui ne manipulait pas la glace et le froid.

J’ai confiance en toi, Chevalier du Cygne. Accompagné de la femme que tu aimes, tu ne mourras pas. Je te connais, tu es bien trop tenace pour cela, pensa-t-il en regardant le couple se retirer dans les ombres de la demeure.

Entre temps, le nouveau Chevalier de la Vierge était de retour avec des nouvelles réconfortantes. Il avait suffisamment amoché son adversaire pour que ce dernier ne soit plus une menace. Bien. Il y avait bien trop d’ennemis plus dangereux pour s’occuper d’un piètre survivant.

« Je suis d’accord, Chevalier de la Vierge. De trop nombreux ennemis ont traversé le Temple des Gémeaux. Il nous faut reculer pour améliorer nos défenses. Mais je ne laisserai pas un camarade derrière moi. »

Le Lion d‘Or se dirigea vers le Chevalier du Verseau, inconscient. Mettant un genou à terre, il posa une main sur son dos. Les corps des deux hommes s’illuminèrent alors que le Lion faisait appel à son cosmos, afin de redonner de la force à Kappa, mais également en utilisant la transe curative du Chevalier du Lion, permettant de diminuer les blessures temporairement. Cela ne dura que quelques secondes, avant que Corell ne stoppe sa transe et ne soulève le Chevalier du Verseau, bras dessus –bras dessous. Le Lion infusa du cosmos dans ses muscles, augmentant leur résistance et leur puissance, si bien qu’il put redresses son frère d’armes sans la moindre difficulté.

« Mon cosmos devrait le requinquer rapidement. Allons-y, Gabriel. » dit-il avec un sourire alors qu’il se tournait vers le Saint. Voir cet homme porter l’armure de la Vierge lui fit un pincement au cœur. La dernière fois qu’il avait vu quelqu’un porter cette armure, c’était Mashia, il y a à peine quelques heures plus tôt. Mashia, qui autrefois avait été l’hôte d’Athéna, et avait pleuré pour lui… Mashia, qui l’avait aidé de son cosmos réconfortant durant son combat contre le Bourreau… Le cœur du Lion était serré. Il aurait souhaité pouvoir la sauver. Il aurait tellement souhaité.

Cet instant de faiblesse, il ne le montra pas. Il l’enfouit au plus profond de son être, l’entourant d’une barrière de cosmos d’une neutralité à toute épreuve. Alors que les deux hommes allaient se dirige vers la sortie du Temple, il se tourna une dernière fois vers les trois protagonistes restants.

« Marinas de Poséidon, la femme que vous cherchez se trouve dans mon Temple, celui du Lion. Je vous autorise à vous y rendre. J’espère que votre visite ne consiste pas seulement en un passage, mais en une aide militaire, comme nous l’a promis le Général de la Sirène Maléfique, Jack O’Bannon. »

Son dernier regard en arrière fut pour la lie de l’humanité qui se disait appeler Garuda. Cet homme était étrange. Son maniement des armes du Spectre du Bourreau était parfait. De plus, il avait aidé les deux Saints à sauver le Verseau. Ses intentions étaient des plus floues.

« Juge du Garuda, je te remercie pour ton aide, bien que je l’aie pas comprise. Je ne sais rien de tes intentions, mais si nous suis dans le Temple du Cancer, tu n’y trouveras que la mort. Sauf, bien sûr, si tu renies les restes de Surplis que tu portes, et que tu nous prouves, par ton sang et ton cosmos, que tu souhaites protéger la Déesse Athéna. »

==> Cancer
Revenir en haut Aller en bas
Arboule


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 50

Feuille de Personnage :
HP:
72/150  (72/150)
CS:
120/207  (120/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 20 Jan - 18:00

Je laissais le chevalier d’or du lion prendre soin de notre homologue, tout en étendant mes perceptions de manière à éviter une attaque subite. Nous étions en guerre, et la situation évoluait tellement vite que la prudence demeurait de mise. Adoptant une attitude similaire à la mienne, le cinquième gardien ne sembla pas disposé à interférer dans la discussion que menaient deux autres chevaliers, dans le fond du temple. Ses directives étaient claires et logiques, je ne pouvais donc qu’acquiescer d’un mouvement de la tête. Le plus important demeurait de mettre le blessé à l’abri, le temps qu’il recouvre ses esprits. Dans le pire des cas, je devrais donc faire en sorte de barrer la route à d’éventuels assaillants qui voudraient s’en prendre à lui et au lion. J’ignorais le nombre de spectres qui étaient parvenus à se faufiler vers les hauteurs du Sanctuaire. Je manquais trop d’informations pour donner un avis quelconque sur la marche à suivre. Toutefois, je haussais un sourcil étonné lorsque Corell donna la permission aux marinas de partir à la recherche de leur prêtresse. N’aurait-il pas mieux valu que cette dernière les rejoigne, en descendant de quelques maisons ? Depuis longtemps, j’avais appris que la nature humaine était faible, et les paroles souvent changeantes. Peut-être venions-nous d’autoriser le loup à pénétrer dans la bergerie… La seule chose à faire demeurait de faire confiance à mon homologue du lion, dont les connaissances des pactes, alliances et forces en présence s’avéraient de loin supérieures aux miennes. Je constatais avec une curiosité teinté de satisfaction que Corell se trouvait en mesure de transmettre une part de son cosmos pour hâter la guérison du chevalier inconscient. Même si cela pouvait probablement affaiblir l’auteur de cette prouesse. Combien de chevaliers d’or restaient en état de combattre, ou du moins en vie ? Je l’ignorais mais les rares cosmos que je percevais plus haut n’incitaient guère à l’optimisme.

Les deux individus qui accompagnaient le vampire ne sont pas quantité négligeable. Une énergie malsaine émane particulièrement de l’un d’entre eux. Peut-être faudra-t-il que tu sacrifies un chevalier d’or pour en sauver un autre. Nous avons tous un rôle à jouer dans cette guerre…

C’est sur ces étranges paroles, parées d’un sourire léger, que j’entrepris l’ascension des marches qui allaient nous mener au temple du Cancer.

Arrow Temple du Cancer
Revenir en haut Aller en bas
Eo


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 44
Armure : Faire souffrir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mer 21 Jan - 10:40

[Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !

ft. pas mal de monde


« Enfin des âmes vivantes »

Arrow Entrée du Sanctuaire, vu qu'il n'y personne entre o/
Il avait presque oublié à quel point la montée du Sanctuaire d’Athéna était une véritable corvée, c’était vraiment une torture et Eo n’arrêtait pas de grommeler sous sa cape, se cachant des intempéries qui étaient de plus en plus désagréables pour le général et vouloir s’abriter dans les temples étaient une pure perte de temps, son passage au Bélier avait de quoi lui assurer le fait qu’il y avait des combats et pas des escarmouches, loin de là. Pour tout dire, Eo ne c’était pas vraiment attardé dans les deux premiers temples, ils étaient vides, horriblement vides, enfin cela l’arrangeait, il voulait des réponses et il devait encore monter pour ça, la prochaine maison sera la bonne cela dit, il ressentait des traces de cosmos et il s’arrêta sur le chemin pour regarder les Gémeaux s’imposer dans son champ de vision et il soupira.
Il ressentit alors des décharges de cosmos bien plus virulentes, il y avait un combat là bas et visiblement, un gros combat, Eo hésita un instant sur la marche à suivre, devait il continuer toujours plus haut ? Il ressentait le cosmos aux teintes aqueuses, il aurait sûrement des réponses grâce à ses compatriotes ? Le général se remit alors en marche et après quelques pas il se retrouva devant l’antre ravagée de la maison des Gémeaux, un froid palpable émanait de cette demeure et le marina fit la moue, lui qui détestait le froid, c’était vraiment un enfer cette montée des temples !

Les colonnes étaient gelées, la respiration du général était visible, il sentait sa gorge devenir un glaçon et il resserra sa cape autour de lui, préférant ne pas trop déployer son cosmos, il était pour l’instant neutre jusqu’à preuve du contraire et il savait que les saints étaient tatillons lorsqu’on augmentait son cosmos de façon importante dans leurs temples. Il arriva enfin dans une vaste pièce où il y avait encore des gens bien qu’une grande agitation semblait indiquer que certains allaient monter plus haut. Laissant son cosmos se développer un petit peu plus afin de signaler sa présence. Enfin des âmes vivantes… Je pensais que le Sanctuaire d’Athéna était devenu un sanctuaire du silence à force. Eo sourit légèrement alors qu’il s’approchait des occupants du temple, il allait enfin pouvoir en apprendre un peu plus sur ce qui se passait et il maudit intérieurement son frère d’arme qui avait été terriblement avare en informations. Le marina se planta alors, malgré le combat qui se tramait dans les méandres du bâtiment mais Eo ne semblait pas vraiment attentif à ce qui se tramait entre les deux cosmos hostiles, après tout cela ne le regardait pas.
Attendant de voir comment les autres allaient réagir à son arrivée, le jeune homme posa un oeil distrait sur les piliers, admirant l’architecture malmenées, se souvenant lui même de ses combats ici, un fin sourire de nostalgie illumina son visage, ça avait été tellement stimulant ! Le frisson des combats, la stratégie qui évoluait, cette sensation du cosmos qui s’embrase pour lancer l’ultime technique, il avait encore pas mal de travail à faire avec sa scale d’ailleurs, il sentait qu’il n’avait pas encore la totale harmonie avec elle, il allait devoir s'entraîner pour avoir la chance de pleinement utiliser le potentiel de combat de Scylla.



code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Ven 23 Jan - 17:10



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge




Face aux Ténèbres, l'Ignorance




Tout était enfin terminé. L’engeance noire qui agrippait fermement le cœur de Kappa du Verseau s’était déliée, cet étau envolé, il pourrait reprendre le cours de sa vie. Mais à quel prix ? Il avait échoué, son âme s’était pervertie, laissée corrompre par Pséma du Bélier Noir. Ce nom-là était sur toutes les lèvres, mais pour Gilles, ce n’était pas cet ennemi là le plus dangereux, quelque chose de plus grand étendait son ombre sur le Sanctuaire d’Athéna. Alors qu’il désirait apporter son aide face à cette noirceur, personne ne le comprit, personne ne sut comprendre son geste. S’il en fut peiné, il n’en montra rien. Le chevalier était simplement déçu que personne ne le questionne plus avant, ne l’invite à le faire. Sans doute était-ce mieux ainsi. Laisser les aveugles dans le noir n’était pas digne de ses enseignements, mais, face à la froideur et l’incompréhension, que pouvait-il faire ? Aucunes oreilles attentives. Ce constat le fit pousser un si long soupir, qu’il crut s’être vidé totalement les poumons.

Son regard gris-bleu se porta tout de même vers le couple qui s’éloignait. Un mince sourire illumina ses traits. Ainsi donc, son intuition fut bonne, le Cygne se battait pour une cause juste. Pour ne pas dire la plus juste qui soit.

Le Lion quitta les lieux après avoir délivré quelques informations pour les autres qui étaient là, céans, sans doute tout aussi perdus. Il s’intéressa à eux quelques instants. Des Marinas pour la plupart. Il les salua brièvement en écrasant son poing contre le plastron de son Surplis. Un salut bien militaire, révélant sans le vouloir, son passé de Maréchal. Son attitude laissait clairement transparaître cette prédisposition au commandement, mais, d’un autre côté, son regard lui démontrait une farouche détermination à vouloir agir seul.

Il ne tarda pas à s’éloigner pour se fondre dans les ténèbres.

Une fois seul, agenouillé, Gilles de Rais ferma les yeux. « Seigneur Oneiros, je vous remercie. » après un temps, il continua sa prière, cherchant à atteindre par sa conscience, celle du Dieu des Rêves. « Vous m’avez inspiré sur le champ de bataille, vous avez su réveiller mes rêves ensommeillés. Grâce à vous, j’ai agis de la même façon qu’autrefois, tel un chevalier. J’ai écarté les Ténèbres, mais je n’ai pas su écarté celles de l’Ignorance. Je me sens à la fois incompris et blessé, pourquoi ? Je me sens … si démuni, comme cette fois-là, à Rouen, alors que je contemplais la Mort de Jeanne. »

Il lui sembla soudain entendre le son de sa voix qui criait « Jésus, Jésus, Jésus ! » et cela lui brisa le cœur. Quelques larmes dévalèrent ses joues salies par les batailles. Il se redressa et les chassa.

« Que dois-je faire ? »

Perdu dans ses réflexions, il s’adossa à son pilier cherchant une solution.

Face aux Ténèbres, il fallait peut-être lui en opposer de plus épaisses encore ?



Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 26 Jan - 15:51

Le maître-djinn eut la surprise, à peine dirigé vers le trio Saint-Saint-spectre que formaient Kyros, Corell et Gilles de Rais, d'assister à une scène plutôt insolite. En effet, deux personnes visiblement en train de se battre et dérangées dans leur affrontement étaient apparues à eux. A l'aide d'un bouclier sorti de nulle part, l'un des hommes en armures dorées illumina l'individu en face de lui, portant une protection aussi sombre que la sienne brillait. Un phénomène étrange et vraisemblablement douloureux survint et finalement le Verseau tomba à terre, comme purifié.

Melodias eut un peu de mal à comprendre l'enjeu de ce qui venait d'arriver sous ses yeux, mais le même homme qui avait utilisé le bouclier et relevait à présent son ami - ? - l'interpela, de même que Kiani derrière lui, comme si elle avait aussi formulé la requête de trouver la Grande Prêtresse, pour lui signifier qu'il pourrait trouver la personne voulue dans le Temple du Lion. Renseigné, le capitaine du Djinn marin se permit un sourire et s'inclina brièvement.

"Je vous remercie. Je m'y rends de ce pas."

Et comme Corell s'en allait déjà, Melodias se sentit à la fois soulagé et satisfait de ne pas avoir se justifier sur cette histoire de Poséidon et de marinas. Il ne faisait pas partie d'une armée. Il portait une armure uniquement parce que les djinns s'en vêtaient par tradition. Mais cela, le Lion d'or n'avait pas à le savoir. Il se tourna vers Kiani un peu plus loin.

"Vous avez entendu. Si vous voulez me suivre, c'est l'occasion. Je pars devant, et merci de m'avoir guidé."

Sans attendre de réponse, il suivit les blessés et poursuivit son chemin.

Arrow Cancer


Dernière édition par Melodias le Lun 23 Mar - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eiso


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 506
Armure : Armure d'or du Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 27 Jan - 8:46

Caché dans la pénombre, Dracúl reprit quelques forces, le chevalier de la Vierge avait montré des qualités que le vampire n'aurait jamais pu surmonter, sa pratique du cosmos, sa remarquable résistance faisaient de lui un homme quasie impossible à abattre. Il n'en était pas fier mais le prince noir avait du prendre la fuite et grace à celà il était encore en vie. Dans un sale état mais vivant. Regardant derrière une colonne dorique éffondrée, il vit quelques guerriers qu'il n'avait jamais vu mais ne préfera pas se montrer de suite. L'un d'eux partit au grand soulagement du spectre c'est là qu'il vit le juge du Garuda non loin de lui. Le vampire se releva et alla le rejoindre.


"Juge du Garuda, que comptes tu faire ? Nous sommes dans un sale état, nous ne ferions que gêner tout le monde ici ..."


Le juge n'avait pas l'air de réagir ce qui rendait perplexe le spectre du vampire écarquillant l'un de ses sourcils noirs. Croisant les bras et tapant du pied sous l'impatience, le vampire décida d'avancer, peut être que son supérieur se déciderait à le suivre ...


"Bon si je ne peux pas me battre je dois au moins aller voir ce qu'il se passe, avec ou sans toi juge !"


Dracúl avança ne faisant pas attention à ce qu'il pouvait bien se passer et continua vers la maison suivante, il se demandait si Minos allait l'emporter sur le saint des poissons, il sentait les deux cosmos brûler comme jamais, celà devait être un combat titanesque, il esperait que le chef de camp s'en sorte contre ce terrible adversaire ...


--> Cancer

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kiani


Général
Général
avatar

Messages : 109

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 27 Jan - 17:00

Les chevaliers d'or semblaient avoir du pain sur la planche, l'un des leurs étaient tombé et son homologue du lion faisait son possible pour lui rendre un peu de vigueur tandis qu'un autre chevalier gisait au sol, une femme en larme sur son corps.
C'était la première fois que Kiani assistait à une scène de ce genre et ne comprennait pas les raisons de se mélodrame, l'homme n'était pas mort et même s'il l'était en quoi fallait il le pleurer. Pour la jeune fille qui n'avait jamais connu l'amour y compris celui inconditionnel d'une mère, le raisonnement était normal car l'empathie lui était inconnue. Elle se détourna donc rapidement de la scène pour venir ce placer au centre du temple de manière à en voir l'entrée et la sortie.

Juste avant de quitter cette demeure, le chevalier du lion indiqua aux deux Marinas la position de leur pretresse et leur donna la permission de s'y rendre. Ainsi les défenseurs d'Athéna étaient pour l'instant des alliés, Kiani nota cette information mais tiqua à la suivante, la promesse d'un Général d'une aide militaire. En tant que Général elle même elle n'avait pas à obeir aux ordres d'un de ses pairs, elle ne répondait de ses actes que devant la pretresse aussi ne manqua t'elle pas de le faire comprendre à l'interréssé avant que ce dernier ne quitte le temple.

-La promesse d'un Général n'engage que l'océan qu'il protège Chevalier. Pour ma part je vais rester ici pour sécuriser ce domaine afin d'extraire notre Pretresse de votre guerre. J'empècherais les ennemis de traverser néanmoins, puis tu y trouver ton compte.

Enfin le calme était revenu et dans le temple à moitié déserté ne restaient plus que le couple de pleunicheurs dans un coin et le Juge du Garuda qui semblait bien affaibli. Kiani ne connaissait pas ses intentions et s'en moquait bien, elle se contenterai de barrer la route et d'éliminer les géneurs dangereux, au vu de la situation c'était ce qu'elle estimait le plus judicieux pour assurer la sécuritaire de sa commenditaire, anticiper et sécuriser.

Soudain comme sortant d'une autre dimension le Chevalier de la Vierge qui avait prit pour adversaire une Spectre fit son apparition. Le combat n'avait duré qu'une poignée de seconde et bien que le cosmos du Saint ait protégé l'affrontement des regards, Kiani estimait que le combat était arrivé à son terme prématurément et à en juger par l'état des deux protagonistes, le résultat ne laissait pas l'ombre d'un doute. Aussi lorsque le Vampire sortit pour remonter le Sanctuaire, la jeune fille ne fit rien poure retenir. L'homme n'en était certes pas à son premier combat, mais avoir concédé celui là ne l'avait pas préservé pour un futur duel, son corps comme son cosmos étaient meurtri, aux yeux de Kiani il ne représentait pas un danger.

Se détournant alors du coté sortie du Temple, la jeune femme ferma ses yeux mauves et s'assit en position du lotus afin de se concentrer sur la fluidité de son cosmos et sur ses sensations. Tout en s'exerçant elle serait en mesure de bloquer la progression d'éventuels géneurs, elle fesait d'une pierre deux coups.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 1 Fév - 11:12

J'en faisais probablement de trop. Je ne devrais pas faire comme si de rien n'était, comme si je n'avais souffert aucune attaque presque mortelle. Messalina se faisait du souci et elle avait raison de s'en faire. Concentré sur la protection du Sanctuaire, j'en oubliais ma santé, mais avais-je réellement le choix?

Je ne pouvais pas rester allonger jusqu'à la fin de la Guerre Sainte, et même si les mots que le Chevalier des Gémeaux et moi avions échangé laissaient planer dans mon esprit des idées plus en accord avec nos sentiments l'un pour l'autre, allant même jusqu'à atténuer ma souffrance physique, je ne pouvais pas laisser mes compagnons faire face, seuls, à cette invasion.

Je pouvais encore combattre, je pouvais encore vaincre mes ennemis. Il est vrai que j'avais souffert avec l'attaque de Kappa, mais je m'étais relevé grâce à Messalina, et surtout, je n'étais pas un moribond, attendant simplement que d'autres puissent résoudre le problème. Ma mission en tant que Chevalier d'Athéna ne me permettait pas de m’apitoyer sur mon sort et, n'en déplaise à la jeune femme, je n'allais pas rester immobile à attendre que mon corps cesse de crier à l'agonie. Ce n'était pas la première fois que la mort croisait mon chemin, et jusqu'à présent, j'étais toujours parvenu à fuir ses tentacules cherchant à me tirer jusqu'aux Enfers.

- Je vais bien ne t'en fais pas Messa!

Je laissais échapper un sourire, tout en la prenant dans mes bras, comme pour tenter de la convaincre que mon état n'avait rien de préoccupant. Et j'étais bien décidé, cette fois-ci, à ne rien laisser transparaître! Je lui avais causé assez de soucis comme cela! De plus, maintenant, nous devions prendre soin l'un de l'autre. J'allais tout faire pour ne plus lui causer de torts, ni la faire pleurer. Je lui devais au moins ça, pour toutes ces années où mon silence et ma froideur l'avait blessé!

Nous revenions finalement sur les lieux du drame. Kappa et Corell avaient déjà quitté les lieux, tandis qu'un combat continuait de faire rage. Il n'y avait déjà plus de Saints, juste une Marina qui avait assumé la protection du Temple des Gémeaux. Les Marinas étaient réellement nos alliés alors? Au fond de moi, je savais que cela n'était pas aussi simple. Ça ne l'était jamais!

Je laissais Messa s'occuper de la Marina, après tout, c'était son Temple, tout ce qui touchait, de près ou de loin, à a protection de la troisième Demeure Zodiacale, ne regardait qu'elle. Libre à elle d'accepter de laisser "notre alliée" protéger son Temple ou non. Quant à moi, il me faudrait reculer et rattraper les Spectres qui avaient déjà franchi cette demeure. Mais, il fallait d'abord que je m'occupe d'un autre sous-fifre de Hadès! Un homme que j'avais combattu et qui nous avait prêté main forte. Il se tenait à l'écart, comme s'il désirait se rendre invisible! J'ignorais ce que cet homme voulait réellement. Nous attaquer, puis nous aider? C'était à n'y rien comprendre!

- Gilles de Rais! Tu es encore là? Je pensais que tu aurais quitté ce Temple déjà! Laisse-moi te poser une question! Pourquoi nous as-tu aidé Corell et moi? Qui plus est, nous n'en avions pas besoin, et tu as mis nos compagnons en danger. Donc, dis-moi, que cherchais-tu vraiment en agissant de la sorte?

Il est vrai que sa puissance nous avait permis de briser la paroi de glace. Mais il était également vrai que ce surplus de pouvoir m'avait empêché de contrôler la glace qui se brisait, laissant donc plusieurs débris atteindre Messalina et Kappa, mettant ainsi leur vie en danger. Était-ce ce qu'il recherchait? Ou bien simple maladresse de sa part?
Revenir en haut Aller en bas
Eo


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 44
Armure : Faire souffrir

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 1 Fév - 12:07

[Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !

ft. pas mal de monde


« Enfin des âmes vivantes »


L'ambiance dans ce temple commençait à être détestable pour Eo, des larmes, des blessés se cachant pour lécher leurs plaies, des discours poussifs, non véritablement, le Général de Scylla n'en pouvait plus, s'avançant plus en avant, il était choqué par contre de voir que les Spectres montaient sans problème, comment les saints pouvaient-ils laisser faire ainsi ? Un combat se devait d'être jusqu'à la mort de l'autre, pas donné quelques baffes... Qu'était donc devenu le monde qu'il avait laissé. Il n'y avait plus qu'un autre marina ici même et elle semblait vouloir rester ici afin de protéger la prêtresse qui était plus haute, relevant l'information, il s'approcha toujours plus afin d'être bien visible. Il avait en face de lui un de ses pairs, ce cosmos, il avait l'impression de l'avoir déjà ressentit avant, mais en regardant la femme qui se tenait ici, il secoua la tête, non, il ne l'avait jamais croisé jusqu'à aujourd'hui, en même temps, difficile de recroiser quelqu'un de connu depuis son départ il y a des années. Se plantant devant elle, il s'inclina de façon nonchalante avec un léger sourire. "Bien le bonjour à toi camarade, je suis Eo de Scylla mais je pense que ce n'est pas le lieu pour en apprendre plus sur l'un et l'autre même si je suis vraiment étranger à tout ça et que je n'ai pas beaucoup de renseignements." Il haussa les épaules tout en terminant sa phrase, il avait sûrement l'air d'un parfait débile, mais il s'en fichait.

Il regarda autour d'eux, visiblement, les marinas semblaient réellement protéger les saints... Eo n'était pas forcément enjoué à l'idée, vraiment pas et il avait espéré qu'au final, l'alliance serait rompue, mais non. Oui bon, il devait arrêter avec tout ça, ce ne serait pas très correct d'être désagréable avec l'un des chevaliers d'Athéna, il ferma les yeux de brèves secondes avant de fredonner un petit air et il croisa les bras, essayant de ressentir les cosmos environnant lorsque l'un revint plus fort que les autres, un saint était sortit des ombres et à peine se posa-t-il dans la pièce qu'il questionna le spectre en retrait, vraiment étrange, le général de Scylla regarda tout ça d'un œil curieux, il allait devoir sûrement monter, de toute façon ici, il y avait assez de personnes pour le protéger et puis franchement, rester à ne rien faire non merci. Oui bon, Eo n'était vraiment pas diplomate, il savait que partir comme ça ne serait pas vraiment correct et qu'il allait devoir attendre une autorisation quelconque.
Pendant qu'il attendait de voir ce qui allait se passer, Eo sentit un léger frisson parcourut son échine, un sentiment qu'il n'avait pas connu depuis des années, oui, il y avait quelqu'un dans ce sanctuaire qu'il connaissait, qu'il connaissait très bien même, il fronça les sourcils, cette personne n'était pas là, plus haut visiblement, le jeune général porta alors son attention sur le temple suivant, se déconnectant presque totalement de ce qui se passait ici.



code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 2 Fév - 21:37

La Maison du Taureau, quoiqu'en meilleur état que le Bélier, lui apparut tout aussi vide. Mêmes colonnes grecques, même dallage, même tas de cadavres. Le tour était vite fait et cette fois rien ne le retint plus que le temps de traverser en ligne droite. Il ne savait pas ce que le type censé garder les lieux était parti foutre et ne tenait pas à le découvrir. Si ça se trouve, il gisait au milieu du charnier, comme n'importe lequel des autres clampins massacrés sans un regard. Bien que n'en ayant jamais rencontré personnellement, Eren avait cru comprendre que c'était assez typique des Chevaliers de ce signe... Enjambant sans distinction corps et gravats, Zeta Prime poursuivit sa marche vers les sommets, le souvenir récolté au précédent temple encore à la main.

« Jolie bande de branques qu'on a là. »

Telle fut sa manière de s'annoncer quand la population des Gémeaux entra dans la portée de son oeil solitaire. Son humeur déjà calamiteuse – mais était-ce si inhabituel que cela ? - n'allait pas en s'arrangeant à force de volées de marches interminables. Cela, bien sûr, les personnes présentes ne pouvaient pas le savoir... Il y avait de tout dans cette demeure, si bien que leurs parfums mélangés faillirent lui filer la migraine. Il crut même une seconde durant que l'endroit était dépourvu de Saints avant d'apercevoir dans un coin celui du Canard. Ce dernier était bien connu du dirigeant asgardien pour être l'un de ceux qu'il avait failli jeter hors de chez lui à coups de pompe dans le train.

« Tiens, qu'est-ce que je disais. » fit-il d'ailleurs quand son regard se porta sur lui. « Ta copine est pas avec toi aujourd'hui ? »

Ce fut la seule attention à laquelle le Chevalier de Bronze eut droit de sa part. Il n'en méritait pas davantage. Un coup d'oeil rapide l'informa que les Marinas étaient en majorité numérique entre ces murs. Qu'est-ce qu'ils viennent foutre ici, ceux-là ? Le seul qu'il lui avait été donné de croiser à cette époque était le vieux crevard qui s'était pointé quand il avait rendu visite à Kyro – et on ne pouvait pas dire qu'il lui avait fait très bonne impression. Fallait-il dire que ce n'était de toute façon pas souvent le cas... Sans rien révéler de son rôle ou de son rang, il fit mine de s'adosser au pilier le plus proche, les bras enfouis sous sa cape ne laissait rien deviner de sa morbide cargaison.

« Vous m'en voudrez pas si je m'installe ? Vu que ça a l'air d'être soirée camping... »

Eren se poste en défenseur dans les deux sens.


Pour rappel, dans mon profil, il y a écrit:
Eren n'émet strictement aucun cosmos à première vue. Son armure est invisible la plupart du temps, disparaissant sous une cape noire trop grande même pour son corps massif.
Revenir en haut Aller en bas
Himmel


Nouvel Éveillé
avatar

Messages : 815

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mer 4 Fév - 22:02

Stigmates ~ HimmelxCelsius Arrow

Terminé! Le combat s'était finalement achevé par la victoire du Griffon! Il avait réussi à survivre aux roses blanches du Chevalier des Poissons, un luxe qu'il n'avait pu accomplir lors de leur dernière confrontation. La vie quittait le corps de Celsius, mais ses mots continuaient de résonner dans l'esprit du Juge. Une rancœur éternelle les liant, oui peut-être! Peut-être que Minos avait voulu combattre Celsius pour avant tout pour se venger et non uniquement dans le but de détruire les Saints, même si c'était là son objectif!

Mais la mort serait trop douce pour le Chevalier des Poissons. Devrait-il le laisser reposer en paix? Devrait-il lui donner une raison encore plus valable de détester les Spectres? Himmel réfléchissait à tout ça tandis qu'il regardait la vie quitter le corps de son adversaire. Il était satisfait, il ne pourrait le nier, mais il ressentait comme un léger regret. C'était la deuxième fois qu'il affrontait cet homme et pour la deuxième fois, le combat avait été terriblement difficile, éprouvant! Minos avait la sensation d'avoir trouver son plus grand rivale depuis les temps mythologiques.

Naturellement, ce "titre" ne serait probablement pas du goût du Chevalier d'Or, mais qu'importe. Il avait perdu, il n'avait pas son mot à dire. Le Griffon laissait échapper un léger sourire, tandis qu'il tournait le dos au cadavre de Celsius.

- Garde-moi une place auprès de toi Celsius, fais donc cela! La mort sera plus intéressante que la vie si je peux t'affronter pour l'éternité!

Il s'apprêtait à quitter le Temple des Gémeaux, quand une idée traversa son esprit et s'y plantait comme une graine. Une idée absurde, dangereuse, mais surtout insensé. Et c'est ce qui semblait le faire sourire! Cela pourrait être une bonne manière de conclure ce combat, de faire perdurer cette rivalité!

Mais était-ce vraiment raisonnable? Probablement pas! Son rôle de chef ne lui permettait pas de prendre ce genre de décisions ainsi, sans penser aux conséquences! Mais, la vie était avant tout de l'amusement. Himmel avait passé son enfance et son adolescence à s'amuser au combat. Alors, quelle différence cela pouvait faire? Oui! Il prendrait ce risque, peut-être un peu trop à la légère, mais que cela sera amusant... sans aucun doute!

- Amusons-nous...encore et encore!

Une nouvelle lueur dans ses yeux, puis il quitta le Temple des Gémeaux. La guerre sainte, elle, continuait et il était beaucoup trop tôt pour prévoir son dénouement!

Arrow Temple du Cancer

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Jeu 5 Fév - 23:53

Pas de réponses! À quoi pensait-il? Hésitait-il à me raconter ce qu'il savait réellement? Ou n'y avait-il tout simplement pas d'histoires? J'ignorais toujours la raison de son acte, lui qui était pourtant mon ennemi. Et les réponses devraient attendre. Un autre individu, que j'aurais aimé ne plus croiser à nouveau fit son apparition! Eren, chef des Guerriers Divins d'Asgard! Que faisait-il ici en ces lieux? De tous, il était probablement celui qui, après les Spectres, n'était clairement pas le bienvenu!

De plus, il se permettait de me snober, comme si de rien n'était. Ma seule envie était de lui sauter dessus et lui faire regretter son attitude, mais aussi les paroles qu'il avait adressé à Ahina et moi quand nous étions parti à Asgard. Mais, il n'avait pour le moment pas dégagé une seule once de Cosmos et ne se montrait pas menaçant, à défaut de ne faire preuve de la moindre considération pour les présents. Je pourrais fort bien lui demander de partir, comme je l'avait fait avec ses compagnons auparavant. Mais comme ces derniers, j'avais l'impression que la force était le seul langage qu'il était capable de comprendre. Lui demander de quitter les lieux pacifiquement serait la même chose que de parler à un sourd! Les paroles se perdraient dans le silence...

Mais, et vu qu'il ne semblait pas, pour le moment, avoir la moindre attention de quitter le Temple des Gémeaux, je pouvais le laisser à son aise et rejoindre les Temples supérieurs. Nous avions assez à faire avec les Spectres sans pour autant initier trouver de nouveaux ennemis à combattre. La présence des Ases ne me plaisait guère, je ne pouvais le nier. Mais, il fallait établir des priorités, et au vue de leur nombre, assez réduit pour le moment, repousser les Spectres devaient être la priorité numéro un!

- Si tu veux rester ici Guerrier Divin, à ton aise! J'ai malheureusement mieux à faire que de rester ici! Tes compagnons ont été autorisé à monter jusqu'au Temple des Gémeaux, tant qu'ils ne se seraient pas montrés menaçants à notre égard, cela vaut pour toi également... pour l'instant!

Je me tournais vers Gilles de Rais, afin de le mettre en garde.

- J'ignore tout de tes intentions pour la suite, Gilles de Rais, mais sache que si tu vas plus loin, je te considérai comme un ennemi! Quitte le Sanctuaire, c'est le mieux que tu as à faire!

Enfin des paroles vers nos alliés de fortune, qui allaient assurer, vraisemblablement, la défense du Temple des Gémeaux.

- Merci pour votre aide, Marinas!

Un petit geste du visage, les remerciant pour leur présence. Une aide sans aucun doute temporaire, mais qu'importe. Toute aide obtenue, aussi mince soit-elle, n'était pas à renier, ni même à prendre à la légère! Je leur devais au moins ça. Me tournant finalement vers Messalina, je lui faisais signe de m'accompagner. Il était temps de reprendre les combats!

Arrow Temple du Lion
Revenir en haut Aller en bas
Zira


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 243

Feuille de Personnage :
HP:
102/170  (102/170)
CS:
135/190  (135/190)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Ven 6 Fév - 14:31

(→ Bélier) Sursis.
▬ Il avait été témoin du mal tapit derrière tout ca. Mettant brusquement un terme à sa progression, Zeta s’était laissé devancer par l’envoyé des enfers et le rouge. Face à l’absurdité des altercations, il était resté a l’écart, interloqué en son fort intérieur. Et dans tout ce tumulte, il n’y avait finalement qu’un être, celui qui après l’avoir repoussé lui avait tendu la main puis appelé « femme » qui avait attiré son attention. Malgré son bord, il avait aidé les saints et avait eu pour principale soucis d’exorciser la sombre influence… « Pséma ». Le nom lui était inconnu.
… Qu’était devenu l’enfant ? Depuis qu’il avait endossé une armure sous l’égide d’Odin, le guerrier n’avait pas encore été confronté au fléau de ces autres dieux, dans l’ombre, qui s’amusaient des malheurs de leurs paires. Quand on avait l’éternité devant soit, en s’en distrayais fort de vices et de trahisons, sans doute ? Le dieu qui leur avait ouvert la marche leur avait faussé compagnie pour rejoindre la folie d’usage. Les hommes n’avaient pas grand-chose à voir avec tout ca.


Les rats infestaient toujours les sombres recoins de la montagne sacrée et ses sanctuaires. La pierre du temple avait été profondément imprégnée par le gel, la pluie dense n‘y changeait rien. Le cosmos de Zeta était silencieux.
De sa démarche lente l’Ases se rapprocha du spectre acculé contre l’un des rares piliers encore debout. « Spectre - » Il fut devancé par le saint à l’armure d’Or encore sur pied, l’un de ceux qui avait ramené son pair « a la raison », selon toute vraisemblance.
Il énonça alors des questions qui faisaient écho aux siennes, et auxquelles Zeta accorda immédiatement beaucoup d’attention. Mais ses attentes ne récurent aucune réponse. Sköll tourna la tête. Détournant le Saint de son impulsion, une nouvelle personne achevait l’ascension des marches qui menaient au temple des gémeaux. Lui accordant un regard, Zeta reconnu sans trop de mal la sombre silhouette qu’il avait déjà eu l’occasion d’apercevoir en Asgard. A moins qu’il ne s’agisse d’une simple ressemblance, cet homme lui était connu – pour la simple et bonne raison qu’il devait être l’origine des ordres qu’ils avaient tous reçus avant leur départ pour la Grèce. Ses motivations, les raisons de sa présence ? Va savoir, il n’en avait jamais été plus près au par avant – et tout ce qu’il laissait transparaitre était une nonchalance à toute épreuve et un certain anonymat.
De brefs échanges – le Saint près d’elle prit la décision subite de ne pas s’attarder d’avantage, emboitant le pas au juge infernal qui laissait derrière lui une flaque de sang pourpre. Zira eu un léger mouvement de recul, instinctif. Il partait donc sans attendre de retour ? Sans manquer de signifier qu’il leur était permis, à eux gens d’Asgard, d’avancer sur ses talons s’ils le souhaitaient. Ce qu’il ferait certainement après… Mais d’abord.

« Spectre, répéta-t-il, je suis disposé à entendre vos réponses aux questions de ce Saint… »
Il était très affaibli. « Si vous voulez bien me les accorder, évidemment. » Blessé, et peu dispos à se battre encore. L’homme blond avait été très clair sur son nécessaire départ. Et s’il s’évertuait à avancer, il avait peu de chances de faire long feu. Il prit le temps de le détailler, sommairement pour juger de son état. Quelles étaient exactement les capacités de résurrection des spectres ? Il les connaissait mal, mais celui-ci ne paraissait pas bien « renaissant ». « « J’ai le temps.
Cette guerre n’a pas commencé pour moi, et elle est finie pour vous.
»

Une certaine bienveillance… Transparaissait dans la manière dont elle énonça cette phrase, d’une voix plus base que d’usure, pour ne s’adresser qu’à lui. C’était en quittant ces lieux et cette guerre qu’il éviterait une mise à mort certaine et le moment était parfait pour.
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mar 10 Fév - 11:03

« Monseigneur est trop bon. »

Malgré sa hâte évidente, le Chevalier du Canard avait pris le temps de lui répondre. Et son ton dégoulinait tant de cette morgue si impropre à son rang qu'Eren ne trouva qu'à en rire. Qui pensait-il être pour en décider ? Si bref soit-il, l'échange ne faisait que lui confirmer ce qu'il savait déjà : les Chevaliers d'Athéna avait besoin qu'on les remette à leur place. Et si cette guerre ne le faisait pas, qu'est-ce qui le ferait ? Toujours était-il que s'il voulait monter, il le ferait, en marchant sur le cadavre de ce blondinet prétentieux si nécessaire. Il semblait toutefois qu'il n'aurait pas à le faire puisqu'il s'en allait déjà, accompagné de sa dernière conquête. L'oeil unique du chef de guerre lorgna cette dernière sans vraiment s'y arrêter, ne faisant que lui confirmer ce qu'il avait cru voir au premier regard. Son rictus n'en fut que plus large.

« La dernière aussi était dorée. T'as des goûts de luxe on dirait... »

Parlant d'elle, il n'avait d'ailleurs pas répondu à son sujet. Preuve de plus de son arrogance ou silence volontaire passé sur son sort funeste ? Zeta Prime ne le souhaitait sincèrement pas. Que quelqu'un d'autre ait réglé son compte à Aiakos, passe encore, mais elle, c'était autre chose... Et à ce propos, avant de vider les lieux, le caneton blond s'adressa à ce qui ne pouvait être qu'un Spectre. Et si Eren n'avait aucune idée de qui pouvait être le type à l'intérieur, le Surplis, lui, était évocateur. Ces saloperies se ressemblaient toutes à ses yeux, et même la présence d'ailes n'affinait pas tant la recherche (Hadès avait dû avoir un prix de gros). Mais l'odeur ne ment pas, et ce sombre tas de ferraille portait encore le parfum putride du Garuda.

Avant qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit, une autre forme obscure lui passa sous le nez, captant quant à elle toute son attention. Tiens, il est encore là ce con-là ? Qu'il ne l'ait pas senti plus tôt était déjà étrange, mais qu'il ne l'ait pas vu non plus l'était plus encore : quelle taille pouvait bien faire cette putain de Maison ? Mieux valait laisser ça de côté avant d'être tenté de la démonter pierre par pierre pour le savoir. Se redressant avec une prestance que son gabarit ne laissait pas deviner, il quitta le pilier qui lui servait d'appui. Interdiction d'aller plus haut, hein ? C'était ce qu'on allait voir. Ne lui avait-on jamais appris que le meilleur moyen d'inciter quelqu'un à quelque chose est de lui en refuser le droit ?

« Désolé les filles, on dirait que je vais pas pouvoir rester. »

Le carillon du métal contre le marbre à chacun de ses pas était encore amplifié par l'écho d'un Temple plus vide de seconde en seconde. Comme si son poids n'y suffisait pas. Certains des invités n'ayant pas décroché un mot depuis son arrivée, il lui était difficile de jauger leurs intentions. Puisse-t-il ne pas faire les frais d'un héroïsme inutile. Laisser passer sans encombres le dirigeant spectral pour lui tomber dessus juste après lui semblerait un peu con, mais venant des Saints, il ne s'étonnait plus de rien... Entamant donc à regrets sa traversée de la Troisième Demeure (super, encore des putains d'escaliers...), il prit soin de passer à côté du dénommé Gilles de Rais pour lui adresser quelques mots.

« Tiens, c'est toi qui a crevé l'autre salopard ? Rappelle-moi que je t'en dois une. »

Sans plus d'explications, il lui lança la tête décapitée qu'il gardait sous sa cape d'un geste nonchalant et reprit sa marche. Que Zeta soit sur place ne lui avait pas échappé (les étoiles jumelles s'attirant, il n'aurait pas pu faire autrement), mais il n'avait pas jugé utile de lui dire quoi que ce soit. Eren attendait un minimum d'autonomie de la part des Ases, à la différence de tous les autres qui ne savaient qu'attendre les ordres comme des demeurés. Si elle - l'armure avait encore changé de porteur ; il n'appréciait pas des masses - n'était pas capable de se débrouiler seule, c'était son problème. L'ignorant donc, il continua sa marche vers le sommet.

Désiré comme il l'était, il n'allait quand même pas se faire attendre...

Temple du Cancer, sauf réaction contraire.
Citation :
Messalina || Puisque tu as l'air de vouloir te déplacer quand même, j'ai supposé que tu le faisais en même temps que Kyros (et donc avant que je bouge moi-même), d'où les mentions à ton (votre) départ. Si ça te dérange d'une quelconque manière, fais-le moi savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Mer 11 Fév - 16:13



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge




Foi



Ses prières furent entendues, et cela surprit le nouveau Juge qui tourna son visage vers la créature qui venait de surgir des ombres. Un Griffon, l’une des chimères d’Oneiros. C’était inespéré, inattendu ! Un regain d’espoir anima son cœur qu’il croyait perdu dans les méandres noirs de pensées néfastes et négatives. Il sombrait pour abandonner sa foi, mais une main divine venait de l’en empêcher. Pour entrer en parfaite communion avec Lui, Gilles joignit les mains dans une attitude prude : en fin de compte, Dieu existait. Dommage que celui dont il avait mis son âme entre ses mains ne l’avait point aidé au moment où il en avait le plus besoin. Sans doute ne serait-il pas de ce monde, sans doute sa vie aurait été bien différente. Le passé était le passé : sa vie désormais, était rythmée par tout autre chose. Il était Spectre. Un Juge des Enfers, l’un des Trois qui rendait le Jugement. Seulement, bien que sa Parole de chevalier l’ait engagé auprès d’Himmel et par extension, à Hadès, son cœur lui, appartenait à Perséphone. Il n’oublierait jamais ce qu’avait fait la Dame des Saisons pour lui, et en cette heure, ce que venait de faire l’Oneiroï pour lui.

Le Dieu avait raison, il était inutile de s’apitoyer sur son sort, de garder la tête basse. Il devait se relever et aller de l’avant là où une oreille attentive saurait l’entendre.

Car plus que le Sanctuaire, c’était tout leur Monde qui était en danger ! Des forces invisibles étaient déjà à l’œuvre, la preuve la plus flagrante étant l’apparition de la corruption sur une poignée de chevalier d’Athéna. Relevant son regard gris vers le Créature qui lui indiquait le chemin tout en ayant ce geste rassurant – ce qui ne manqua pas de le troubler, tant il songeait à son père – Gilles lui souffla ces quelques mots emprunts d’une conviction sans borne :

« Vous m’honorez Seigneur Oneiros. Sachez que mon bras est vôtre désormais ! Je ne saurais vous décevoir ! »

Lui qui plaçait des espoirs en lui, comment en serait-il autrement ?

Quand il reprit contenance, Gilles de Rais se rendit compte que cet échange presque silencieux, n’avait pas attiré la moindre attention sur eux. Comme si, pour quelques instants à peine, Oneiros et lui furent seuls au monde. Dommage, car ce fut cet instant là que choisit le Cygne pour demander des explications puis, n’obtenant aucunes réponses de sa part, s’en était allé non sans lui recommander de ne pas aller plus avant. Il aurait voulu lui crier que c’était impossible, que sa mission était d’une importance capitale, complètement désintéressée mais … il ne le put. Sur le point d’abandonner encore, les paroles de la divinité du Rêve resurgirent dans son esprit. En plus de l’apparition d’une jeune femme qu’il avait protégé, elle ainsi que le Lion et le Cygne de l’explosion du Mur. Pourquoi pensaient-ils tous qu’il avait eu un comportement irréfléchi ? Étaient-ils aveugles à ce point qu’ils n’avaient pas remarqué ses Boucliers portés sur eux ?

Gilles de Rais n’avait pas le temps de faire son plaidoyer. Au moins, cette jeune italienne l’avait compris : grâce à ses bons soins, il se redressait de toute sa très grande hauteur, lui octroyant un sourire qui n’avait rien d’inamical, bien au contraire. Touché par cette attention, le visage du Seigneur de Rais s’illumina davantage quand elle lui offrit les rubans qui ornaient sa coiffure. Gêné, l’ancien Maréchal rougit légèrement, baissant la tête tout en portant un poing contre son plastron.

« Je vous remercie ma Dame pour l’attention que vous me portez … Qu’en est-il de vos pairs ? Vous n’avez pas peur d’être vue comme une traîtresse ? Je ne saurais le tolérer ! » Finit-il avec entrain, son regard devenant très sérieux. « Le Spectre du Vampire à raison, je suis dans un sale état, il me faut rapidement gagner les hauteurs. »

Fort de cette nouvelle volonté, il s’appuya contre son épée plantée dans le sol. « Oh c’est vous. »

Il vit l’Asyne de tout à l’heure approcher, et, intrigué, l’écouta, elle aussi voulait des réponses. « J’ai bien peur de ne pouvoir vous répondre dans l’immédiat, mais, suivez-moi si vous êtes tant curieuse, le temps va nous man… »

Gilles de Rais fut interrompu par l’intervention d’un colosse dont les manières étaient forts discutables. Il attrapa par réflexe la tête du décapité et reconnu sans mal le visage de Faust. Son expression était indéchiffrable, mais, abandonnant son épée qui chuta au sol, il fit appel à son cosmos et sans autre forme de procès, carbonisa la tête séparée du corps.

« Faust, j’aurais dû t’accorder une sépulture plus descente, tu m’excuseras, maintenant envoles-toi. » Il souffla sur les cendres. « Bien, Monsieur, je saurais me souvenir que vous m’en … « devez une ».

Accompagnée de la Dame de ces lieux qui lui avait accordé de gravir les marches, il était sur le point de s’en aller quand il fit volte-face, s’adressant à la Marina à l’allure militaire.

« Je ne suis pas votre ennemi, Marina. Aussi, je vous promets de garder un œil sur votre Prêtresse et de vous aider à mener à bien votre mission. Mais si ma seule parole de Chevalier ne vous suffit pas, je vous confie ceci ! »

Il pointa du doigt sa Lame encore à terre. « Ma Lame, Porte-Mort. Sans elle, comment un chevalier digne de ce nom pourrait combattre ? »

C’était surtout symbolique … Mais il pensait sincèrement que cela aurait son effet.

=> Temple du Cancer (Sauf si Kiani (ou autre ?) décide de ne pas le laisser partir)
PS : Je me suis mis d’accord avec Messalina pour ces actions.



Revenir en haut Aller en bas
Kiani


Général
Général
avatar

Messages : 109

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Ven 13 Fév - 15:02

Assise en tailleur et toujours silencieuse, Kiani mettait à profit le temps qu'elle avait devant elle pour se concentrer sur son cosmos, répétant les exercices de méditation appris en Inde. Cela avait le triple avantage de passer le temps, de renforcer sa force de base et de rester consciente de son environnement proche, aussi dans cette position elle ne pouvait manquer un individu traversant le Temple. Le calme qui regnait jusque là aux Gémeaux était propice et familier pour la jeune fille qui avait toujours vécut dans la solitude, néanmoins le silence fut rapidement troublé, d'abord par un membre de sa propre armée qui se contenta de se présenter.

-Je suis Kiani, Générale du Chrysaor et j'occupe actuelement la garde de ce temple selon les ordres de notre prêtresse de ne laisser passer personne.

Elle avait gardé ses yeux mauves afin de bien signifier que la conversation s'arreterait là. Kiani lui avait transmit l'information principale qu'elle avait elle même entendue directement à travers son cosmos, qu'il reste défendre ce temple avec elle ou qu'il monte lui était à présent égal, elle avait tenu son rôle.

Ce fut ensuite le tour d'un géant dont l'allure et le language ne plut guère à Kiani de faire son entrée, mais il ne chercha pas à poursuivre et s'adossa à un pilier avec ce qui semblait être une pique que la jeune femme ne prit pas pour elle. Le Chevalier du Cygne lui notifia que sa liberté de mouvement s'arrètait à ce temple et la Chrysaor en fut satisfaite bien qu'elle n'en montra rien, l'homme dégageait une sensation trop malsaine pour le laisser monter. Avant de partir, Kyros lança un ultime avertissement au Spectre qui restait toujours en retrait comme perdu dans ses pensés, qui même s'il ne se montrait pas aussi bélliqueux que le colosse, était un ennemi avéré.

Tout aurait pu se terminer ainsi, le géant emmitoufflé dans sa cape, le Juge dans l'ombre, Eo debout et Kiani en tailleur, mais ce ne fut pas le choix des deux premiers hommes. Le capé se redressa et en l'ignorant royalement commença à ce diriger vers la sortie, Kiani ne le connaissait pas, ne savait pas pour qui il se battait ou quels étaient ses buts, mais ne lui posa pas la question. Déjà parce qu'il y avait bien plus de probabilité qu'il la gausse plutot que de se dévoiler sur simple demande, mais aussi et surtout parce qu'elle s'en moquait, quelques fussent ses intentions et identités Kiani avait reçu l'ordre de ne laisser passer personne, elle ouvrit donc ses paupières sur ses pupilles mauves et se redressa pour faire face.

Ce fut également le moment que choisit le porteur du surplis du Garuda pour sortir de sa torpeur et lui aussi voulait monter, le visage de Kiani qui n'avait jamais connu le sourire devint encore un peu plus grave. Son devoir l'obligeait à stopper ici l'avancée des deux hommes, mais sa raison elle lui intimait de faire un choix. Elle ne portait peu être pas une Écaille de Général depuis longtemps, mais n'était pas assez sote ou irréfléchie pour espèrer pouvoir retenir par sa seule force deux éveillés au cosmos. D'un côté se trouvait l'homme qu'elle avait détesté dès ses premières paroles et dont le mystère demeurait entier, il n'avait pas été considérer comme un ennemi par le Cygne, mais n'était pas pour autant bienvenu. Pire que cela, Kiani ressentait un malaise visceral à son contact pourtant incapable d'en fournir la raison, mais peu être était-ce dû à son absence de cosmos, moins elle arrivait à lire les compétences d'un guerrier et plus elle le considèrait.
De l'autre le Juge lui avait sortit le laïus du faux ennemi, jurant de "jeter un oeil" sur sa prêtresse, bien sur. Elle n'en croyait pas un mot, à tort peu être mais la pillule était trop grosse, qu'il commette le moindre méfait et la faute lui en incomberait à elle. L'esprit et la conscience de Kiani tournait à plein régime, elle qui avait toujours réglé ses problèmes seules, elle qui n'avait jamais reçu le moindre soutien ne s'apperçevait même pas qu'aujourd'hui elle avait un compagnon à ses côtés. Son impuissance à arreter les deux hommes lui pesait trop.
-Merde.

Elle avait saturé et admit qu'elle ne pouvait résoudre l'insoluble, son esprit se libéra alors et elle vit Eo. Ce qui ressemblait vaguement à un sourrire se dessina fébrilement à la commissure de ses lèvres.

-Nous ne nous sommes pas bien compris messieurs, aucun de vous n'est autorisé à quitter ce temple.

Kiani décrocha le pommeau sans lame qui pendait à sa ceinture et d'une légère impulsion cosmique l'activa. La lame faite de molécules d'eau et de cosmos brillait d'un jaune doré comme le soleil et ondoyait comme les flots de l'océan Indien. La Chrysaor se mit en garde, son épée à la verticale dans son dos et la main libre tendue vers l'avant, elle darda ses yeux mauves sur l'ennemi le plus clair à sa portée, le spectre.

-Laisse ton épée au nom si évocateur ou ramasse la peu m'importe.

Il n'y avait plus qu'à espèrer qu'Eo retiendrait l'autre mystérieux gaillard, mais elle ne le lui demanderait pas. Il était un général au même titre qu'elle et était donc libre de ses choix et de ses actions ainsi qu'ils porteraient tout deux les conséquences de leurs défis ou de leurs actes manqués.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messalina


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 218

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
155/190  (155/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 15 Fév - 10:39

Qu’ils me traitent de traîtresse.


Le cygne me pris dans ses bras. Une ultime fois… Peut-être était-ce la dernière ? La dernière de cette guerre… Comme toutes filles amoureuses, je pensais davantage à la sécurité de l’être aimé, qu’à servir une déesse. J’enfuis mon visage dans son encolure. Qu’importait les guerres, aucune d’elle ne trouverai jamais de justification à mes yeux…

Lorsque nous arrivâmes au centre de la maison des Gémeaux, je ne vis aucune de trace du…
-Leone…
J’avais cette étrange faculté à laisser échapper mes ressentiments à travers un unique mot. Telle une malédiction prête à s’abattre sur le chevalier du Lion. Définitivement, les saints ne valaient vraiment rien ! Pour preuve, je confiais mon temple à l’un d’eux, et où se trouvait-t-il à mon retour ? Disparu… Quand la guerre prendrait fin, je le tuerai de mes mains…

Le spectre ayant aidé à briser le mur de glace, se trouvait encore dans le temple des Gémeaux. D’un mouvement doux je retirai les liens qui retenaient mes cheveux jusque-là. Je me mis à côté du juge et glissai mes rubans dans l’une de ses mains. Il ne comprendrait certainement pas la symbolique de ce geste. Ou peut-être à l’inverse, serait-il le seul capable de ressentir les souvenirs qui se dissimulaient dans les mailles du tissu. Un être à l’apparence étrange conversait avec mon amant. Ce dernier me fit signe de le suivre. Je me trouvai trop loin pour entendre de quoi retournait leur échange, mais cela semblait piquer les nerfs de mon cygne.
J’observai à nouveau l’homme à l’armure sombre devant moi. Mes lèvres dessinant une moue embarrassée alors que l’inquiétude gorgeait à nouveau mon regard.
-Vous semblez trop blessé pour rester ici.
Je lui pris le bras avec délicatesse, avant d’essayer de le remettre sur pied.
-Qu’ils me traitent de traîtresse, si cela leur chante. Je sais que j’ai dû me battre contre le Chevalier du Verseau parce qu’il avait trahi les siens, et que vous… Vous avez aidé Kyros à venir me secourir... J’aide un allier, ou en tout cas, quelqu’un qui s’est montré digne de mériter ma confiance.
Oui… Ce spectre était plus digne de confiance que la plupart des saints. Il aurait pu attaquer Kyros et Corell pendant qu’ils brisaient le mur. Ou il aurait très bien pu en profiter pour passer au prochain temple. Non… À la place, il avait choisi de les aider. Ce n’est pas quelqu’un au cœur gangrené par la haine qui aurait fait une chose pareille. Si Athéna était une réelle déesse de justice, elle comprendrait sans doute, elle…
J’avais supporté Kappa dans sa folie, sauvé Kyros à deux doigts de la mort et maintenant j’allais servir de béquille à un spectre dont je n’étais plus certaine qu’on m’ait donné le nom... Je ne pouvais imaginer qu’autant de péripéties me poursuivraient aujourd’hui. Enfin, la journée n’était pas encore terminée et je n’étais pas à l’abri d’une nouvelle surprise.

Alors que je m’apprêtai à montrer vers le prochain temple, avec le chevalier des enfers, quelqu’un s’interposa. Je regardai d’un air pensif la marina qui se dressa derrière nous. Elle n’était pas le genre de femme qui attirait mon intention en temps normal… Pas assez fine ou élégante… Après tout, elle était une guerrière, pas une poupée, donc la beauté n’était certainement pas l’une ses priorités.
-Je vous remercie. Mais je suis la gardienne de ce temple… Cet homme possède des informations qu’il me faut transmettre au régent.
Je me mordis l’intérieur de la joue. Je détestai mentir… Mais en tant que Sainte, je devais monter pour protéger le sanctuaire et en tant que personne, je ne pouvais abandonner quelqu’un qui m’avait aidé… Mes yeux se plongèrent dans ceux du juge. Je ne pouvais pas l’abandonner…

Code : ©Diabiki Patterns : ©Colourlovers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7183-messalina-della-gru
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 15 Fév - 11:45



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge




La Parole d'un chevalier



Le pas du Spectre se stoppa net. Comme il l'avait pressentit, la Marina qui s'était postée en gardienne de ces lieux lui interdisait le passage et ce, malgré sa bonne foi. Il comprenait bien évidemment les réticences de la guerrière et aurait probablement agi de la même façon à sa place. Ses paroles étaient lourdes de sens. Son regard gris se posa sur sa fidèle lame qui d'ordinaire n'aurait jamais quitté sa main. Porte-Mort, oui, avec un nom si évocateur, comment ne pas lui attribuer quelques réserves ? Il se souvenait pourquoi il l'avait nommé ainsi et ces souvenirs là étaient particulièrement douloureux. C'était Jeanne qui l'avait, dans un élan de colère, attribué ce titre de malheur qu'il avait conservé. Pourquoi ?

Il garderait pour l'heure cette information pour lui.

Revenant sur ses pas, Gilles de Rais se posta devant la bretteuse au moment même ou Messalina intervenait en sa faveur. Ils échangèrent un regard et le chevalier finit de nouer autour de son poignet les rubans qu'elle venait de lui offrir. Avec douceur, il s'interposa entre la véritable gardienne de ce Temple et celle qui, forte de sa mission, lui interdisait la montée des marches.

« Je ne ramasserais pas mon épée, madame. Je n'ai qu'une parole et en tant que chevalier, il en va de mon honneur de la respecter. » Il inclina la tête pour la regarder avec une détermination sans borne. « Si vous me jugez indigne et remettez en cause ma parole, alors, comme le veut le code de la chevalerie, je me dois de répondre en croisant le fer avec vous ... sans épée.»

Un fin sourire amusé ourla son visage. Lui l'ancien Bourreau combattre une femme ? Ce n'était pas dans ses principes mais quelque chose lui disait que cette dame au port militaire, ressemblait quelque peu à sa Jeanne. Homme plus que femme, ses actions étaient dictés non pas par une foi sans borne à son Dieu mais … par autre chose qu'il ne saurait déterminer. Seulement, en sa qualité de Maréchal, lui pouvait comprendre cette nécessité de garder toujours son poste. Les ordres étaient les ordres.

« Si je dois vous montrer ma bonne foi, alors soit ! En garde … » Avant, il observa Messalina à la dérobée. « Je suis navrée ... Montez sans moi, protégez les vôtres. »

Cela lui coûtait de dire une telle chose, surtout que le temps lui manquait … Il faut croire que personne ne voulait l'écouter. Tant pis, les choses étaient ainsi. Lui qui avait quitté son masque, devait bien se rendre à l'évidence qu'il en avait conservé un.

Celui qu'on appelle « Spectre. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Jeu 19 Fév - 9:13

:: Gèle tes Larmes :.

Les étoiles ne sont pas pour moi.

Criblé de ses propres roses, son corps s'écrasa sur le pavé froid du Troisième Palais. Les fleurs ne furent pas longues à disparaître, mais laissèrent derrière elles tant de plaies ouvertes, tant de flots sanglants... S'accrochant à la dernière once de lucidité qu'il lui restait, l'empoisonneur fit en sorte que celles dont il avait décoré Minos ne s'étioleraient pas de sitôt. C'étaient de ses célèbres roses blanches qu'on parlait ; même si ce n'était que pour quelques secondes, ça pouvait tout de même faire une différence. Une fois son cosmos épuisé, il ne pourrait plus rien y faire...

Faible ! Si faible !

À quel moment l'équilibre des forces s'était-il brisé ? Quand les choses avaient-elles changé ? Était-ce Minos qui était devenu plus fort ou lui qui était devenu plus faible encore ? Cela avait-il encore une importance ? C'était trop tard. Il était revenu en pensant pouvoir changer le cours de la bataille et n'avait réussi qu'à se faire massacrer. Pathétique. À quoi était-il bon ? De quoi pouvait-il être fier ? Il n'avait rien accompli. Pire encore, il allait être haï des siens – de ceux qui le furent, néanmoins –... Et tout ça pour quoi ? Qu'avait-il reçu en retour ? Le droit de mourir dans l'indifférence la plus totale. Voilà le résultat.

J'ai fait tomber les étoiles.

Sa conscience basculait. Il ne savait pas s'il était encore vivant ou déjà mort. Son corps semblait ne plus lui appartenir. Peut-être n'avait-il finalement été un pantin au bout des fils. Que du moins c'était ce qu'il aurait dû être – peut-être que comme ça il aurait été utile. Que sa vie n'aurait pas été un immense et grotesque gâchis. Autour de lui, le monde continuait de tourner – de tourbillonner pour mieux l'avaler. Il avait été balayé par le vent comme une fleur qu'arrache la tempête. N'était-il destiné qu'à être piétiné ?

Ses doigts raclèrent le sol sans réussir à s'y agripper, et même s'il pouvait les mouvoir il ne les sentait déjà plus. À moins que ce qu'il perçoive à l'arrière-plan des sens soit son âme tentant désespérément de se raccrocher à son corps ? Il ne savait pas, ne savait plus. Comment est-ce qu'il aurait pu savoir quoi que ce soit alors qu'il n'était lui-même plus rien ? Avait-il été quelque chose un jour, voire même quelqu'un ? De cela, il n'avait aucune certitude : tout était sombre et l'avenir incertain. Qu'importe : ce n'était pas comme s'il en avait encore un.

Ne partez pas sans moi.

Tout n'était qu'ombre. Des ombres mouvantes, vibrantes. Les ténèbres ayant pris vie l'espace d'un instant pour mieux l'avaler. Un spectacle qui ne s'offrait qu'à ceux qui n'avaient plus rien à donner – pour qui la fin avait sonné. Celles du Temples des Gémeaux dansaient autour de lui en un sinistre cortège funéraire, festoyant sur sa dépouille mortelle qui bientôt serait des leurs. Pas encore. Les pleurs de l'Armure des Poissons abandonnée ne s'atténuèrent que pour mieux redoubler. Tant qu'il aurait ce sang pour bouillonner dans ses veines, ce sang par lequel la mort l'avait toujours habité, il n'en aurait pas terminé.

Ruisselante d'un poison vermeil, sa silhouette brisée se redressa, émergeant de la pénombre.

La pagaille de ses mèches écarlates immergeait son visage dans l'inquiétant mystère d'un bain d'obscurité. Sa démarche gauche se fit plus affirmée à mesure qu'il progressait vers une sortie qu'il se devait de traverser, comme toutes celles qui suivraient. Jusque là où il se devait d'aller, jusque là où sa place était. Le totem doré ne le suivit pas. Sa place n'était plus avec lui, il n'en avait pas besoin là où il allait. Tout ce qu'il lui fallait, c'était avancer, ainsi qu'on lui avait ordonné. De ses traits dévorés par l'obscurité n'émanait qu'un seul détail. Le sang avait coulé dans ses yeux, mais cela justifiait-il que le fragment de ciel pur qu'il y gardait prisonnier y ait péri ?

Il portait désormais sur le monde un regard écarlate.
→ Maison du Cancer.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Sam 21 Fév - 3:11

Temple du Bélier Arrow
    Alors que je traversais un Temple qui devait avoir été, naguère, celui du Taureau, une violent mal de tête me prit alors qu'une voix apparaissait dans ma tête. Jack avait déjà usé de télépathie ainsi sur moi, mais jamais avec une telle puissance, à une telle distance, ou en visant ainsi un groupe aussi nombreux. A travers nos écailles, c'était la Prêtresse de Poséidon, sa représentante sur terre, qui nous donnait ses ordres. Comme je le craignais, le sort du Sanctuaire était donc scellé... Il était répugnant de savoir qu'un tel lieu sacré allait être souillé par la présence des ignominies qu'étaient les Spectres, mais il était désormais trop tard pour y remédier. La Prêtresse nous annonça également qu'elle avait autorisé les Saints à se replier vers Atlantis. Un choix peu avisé, selon moi, mais qui étais-je pour remettre en question la parole d'une Prêtresse? Qu'Atlantis se remette encore des affres d'une Guerre Civile était de toute évidence secondaire, dans une telle situation.
    Le message télépathique s'arrêta sur une promesse de préserver nos vies pour nous en retourner "chez nous". Une pensée bien anodine, pour les "marins" que nous étions. Tournant la tête vers Ciaràn, je me contentait de hocher la tête vers lui, comme pour confirmer les paroles de la Prêtresse et la poursuite de notre plan. Rapidement, je repris ma progression. Nous étions surement parmi les dernières personnes en pleine possession de leurs moyens au sein du Sanctuaire. Il était donc de notre devoir d'être aux premières lignes pour s'assurer que personne ne viendrait menacer la vie de nos camarades.

    Mashia avait décidé de rester au Temple du Bélier pour ralentir l'avancée des Spectres. Je connaissais sa puissance pour y avoir goûté de front, mais la laisser derrière ainsi, après lui avoir juré de ne plus la laisser seule, me laissait un goût amer dans la bouche. Je n'avais cependant pas le choix. La mission avant tout. C'était un principe que notre clan avait toujours respecté. Je me rassurais comme je le pouvais, en me disant qu'elle n'osait surement pas gravir à nouveau les marches du Zodiaque d'Or après ce qui lui était arrivé. C'était son choix, et j'ignorais trop de choses encore à son sujet pour envisager de le remettre en question. Je ne pouvais que lui faire confiance.

    La troisième maison du Zodiaque, celle des Gémeaux, se profilait dans le ciel de plus en plus sombre qui semblait asphyxier le Sanctuaire. A l'entrée de celui-ci, un combat était en train de se dérouler. Alors que nous nous en approchions, je parvins à distinguer les formes des armures revêtues par les deux adversaire. L'un était, si j'en croyais les représentations que j'avais lu, l'un des surplis d'Hadès : le Garuda. Il s'agissait du Surplis d'un des trois Juges des Enfers, un adversaire des plus terribles à n'en pas douter. Celui, ou plutôt celle, qui lui faisait face, je n'eu aucun mal à reconnaître sur elle la Scale de Chrysaor, le protecteur de l'Océan Indien. Bien que tenue en respect par les attaques du Spectres, la jeune femme semblait en bien meilleur état que lui, aussi décidai-je de ne pas lui prêter main forte. Le temps nous pressait trop. Ce fut tout juste si je marquais l'arrêt, à l'entrée du Temple, pour m'adresser à elle et la prévenir d'un danger imminent.

      « Chrysaor! Une autre armée de Spectre arrive sur les flancs de la montagne. Hâtez-vous d'achever votre adversaire si vous ne voulez pas être prise au piège. Nous nous chargeons de la protection de la Prêtresse! »

    Sans perdre un instant de plus, ce fut avec la lame tirée au clair et la visière abaissée sur mon visage que je pénétrait à l'intérieur de la demeure du Saint aux deux visages. Si l'extérieur des lieux était en relatif bon état, on ne pouvait en dire autant de l'intérieurs : traces de sang, d'impacts, morceaux de glace un peu partout et même des champs de roses apparus ici et là. De nombreux combats devaient avoir eu lieu dans cette enceinte... Et je n'osais pas imaginer le nombre de ceux qui y étaient passé de vie à trépas.

    Dans la salle principale se trouvaient deux, non, trois personnes dispersées dans la pièce? Bien en évidence, une jeune femme portant l'armure des Gémeaux se tenait là, semblant observer le combat qui se déroulait à l'entrée. Dans un coin, un personnage androgyne et au visage brûlé portant une armure sombre dont je ne parvins pas à déterminer l'origine en raison de l'ombre qui l'entourait. Enfin, adossé à un Pilier, un autre Général de notre armée, celui de Scylla. Visiblement, Ciaràn et moi n'étions pas les seuls à vouloir assurer la retraite des nôtres. Avec deux Généraux en ces lieux, nous pouvions continuer notre route en sachant notre sortie assurée. Mais avant cela...

      « Chevalier, nous souhaiterions poursuivre notre chemin pour retrouver notre Prêtresse et secourir nos camarades Marinas se trouvant surement blessés plus haut. Les armées du sombre monarque approchent. Sachez que trois navires atlantes sont actuellement amarrés au port de Rodorio. Si vous vous dépêchez, vous pourrez les atteindre avant que l'ennemi ne vous barre la route. »

    Alors que je parlai, je m'avançais vers la jeune femme vêtue d'Or. Au même moment, j'avais rengainé mon sabre dans son fourreau, tant comme une marque de respect vis à vis de mon interlocutrice qu'en raison de l'absence manifeste d'ennemis en ces murs. Même si j'ignorais les intention du Guerrier à l'armure sombre, le fait que ni Scylla, ni les Gémeaux ne l'aient attaqué laissait entendre qu'ils ne le considéraient pas comme une menace dans l'immédiat. Ce ne serait de toute manière pas le fait que mon arme soit scellée qui me mettrait en danger, moi qui avait l'habitude de me battre sans même la dégainer...

    Alors que j'attendais la réponde de la gardienne de ces lieux, mon visage à demi masqué par la visière de mon casque se tourna vers le Général de Scylla. Je ne savais pas de qui il s'agissait, mais lui aussi semblait plutôt en assez bon état. Je le considérai ainsi quelques secondes, me demandant s'il était plus sage de le laisser ici pour nous assurer une retraite rapide, ou s'il valait mieux le faire venir avec nous, étant donné le nombre inconnu d'ennemi qui risquait de nous attendre dans les Temples supérieurs. Sachant que je n'avais de toute manière pas à lui donner d'ordres, je décidai de lui poser directement la question.

      « Scylla? Que comptez-vous faire? Nous accompagner ou rester ici pour assurer notre retraite? »
Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 22 Fév - 23:04

Cancer

Premier des rescapés du Lion, Melodias ouvrait la route vers la sortie sans difficultés apparentes. En fait, ne sachant pas qui éliminer en cas de besoin, il ne pouvait pas vraiment déterminer les éventuelles difficultés, mais il avait remarqué que tous les gens portant une armure dorée semblaient appartenir à Athéna. Et les rouquins à Poséidon. Lui qui n'était ni l'un ni l'autre, pouvait-on le reconnaître ? Allez savoir.

Il pénétra dans le Troisième Temple au pas de course, ne vit là non plus pas de difficulté particulière. Enfin un visage connu ! La générale Kiani du Chrysaor affrontait un homme à l'énergie obscure, comme le compagnon de Dame Satine. Et l'étranger qui était arrivé en même temps que lui au Sanctuaire sous-marin n'avait jamais paru par ici. Tant pis. Présents aussi : une femme plutôt peu vêtue mais équipée d'une armure. Une autre call-girl ? Voilà qui ressemblait plus à l'uniforme de travail qu'il avait imaginé. Aussi un homme en armure à l'allure un peu perdue comme lui, qui attendait simplement. Une sorte de... de... en fait il ne savait pas. Un mec avec une armure tellement étendue qu'on voyait à peine ses yeux sous un masque dorée. Et enfin une personne à mi-chemin entre une femme et un homme avec une énorme balafre sur toute une moitié de visage.

Cette fois, fallait pas déconner, il allait pas encore s'arrêter pour demander la permission. Les gens de la maison précédente, ou suivante pour selon qu'on regarde dans le sens inverse, avaient dit qu'il pouvait passer. Il ralentit cependant sa foulée et lança dans la foulée :

"Si vous tenez à la vie, il faut partir d'ici ! Une armée arrive par voie terrestre en plus du vaisseau volant au-dessus de nos têtes !"

Après ce lieu, il n'y aurait presque plus personne pour freiner son chemin, il pourrait rejoindre le Bélier où, prêt à décamper à tout instant conformément aux ordres de sa maîtresse, il pourrait l'attendre et lui assurer une sortie sans danger. Qu'adviendrait-il si par malheur Satine mourait ?

Bélier


Dernière édition par Melodias le Mer 25 Fév - 0:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Dim 22 Fév - 23:48

Arrow Cancer

Monde de merde. Jack avait dévalé les marches du Sanctuaire d'Athéna... enfin d'Hadès. Il suivait le type tout bleu qui s'était mis au service de sa fille sans plus de cérémonie, il le connaissait pas et sa Scale encore moins, mais il s'en cognait froidement le coquillard. Fatigué, éreinté, il entrait enfin dans le troisième temple du Zodiaque en constatant des restes de combat dans tous les sens. Les choses avaient dû être chaudes ici et même froides à regarder des morceaux de glace éparses. Au fond de lui, il se concentrait pour être sûr qu'Ann le suive et c'était le cas, heureusement qu'elle gardait la tête sur les épaules.

Ses pas résonnaient alors que des voix se faisaient entendre dans les environs. Il reconnut cette voix et poussa un ouf de soulagement. Soudain, encore sur ses gardes, il sentit une présence derrière lui et il se retourna pour voir un gros chat à deux queues qui venaient de sortir de l'ombre. Il l'avait suivi ? Non, il semblait le chercher mais a priori sa mission tombait en partie à l'eau comme le porteur du message était dans le même domaine. Caressant la tête de la bête, il la rassurait un peu et l'invitait à le suivre vers son Maître.

- C'est inutile de monter plus haut mon ami ! Actuellement, Mary et Haiken sont au sommet de la montagne et on ne peut pas dire que cela aboutisse dans le bon sens... Ils descendront ici rapidement je pense. Haiken protégera Mary j'en suis sûr. Reste que le tout bleu est arrivé et Ann ne devrait pas tarder.

Il tourna alors le tête pour reconnaître le Général de Scylla. Eo ? Tiens donc, il était de retour celui là, un sourire darda son visage à la vue du retour de l'ancienne garde de Poséidon. D'un signe de la tête, il le saluait et regardait autour de lui, des combats avaient encore lieues dans les recoins de ce temple et des chevaliers d'Athéna étaient encore présents.

- Chevaliers, je vous conseille de ne pas rester ici, des ennemis risquent de débarquer du ciel.

Mais le hic était que Jack n'avait pas conscience que l'entrée même du Sanctuaire était la proie d'une invasion terrestre. Il ne pouvait pas penser que les choses étaient pires que prévues dans les pires moments de cette guerre. Il s'enfermait alors dans un certain silence, le temps n'était pas aux longs discours et il s'asseyait enfin pour récupérer un peu, pour quelques minutes, alors que le monde entrait dans une noirceur sans nom, il allait prendre un peu de temps. Oui, il était loin l'époque où il voyageait de continent en continent...

- Je t'écoute Minato. A part ces trois vaisseaux, on a quoi ? On amène les Saints comment ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 23 Fév - 10:53

==> Cancer

Le Chevalier Déchu arrivant en vue du Temple des Gémeaux. Il avait pris la peine de supprimer sa copie de l’Armure d’Or de la gardienne de ce Temple qu’il avait aperçue quelques temps plus tôt, avant que la situation ne dégénère ainsi en véritable pugilat. Il ne souhaitait pas offusquer la jeune femme et créer des problèmes supplémentaires là où on n’en attendait définitivement pas. Le jeune homme n’avait qu’une idée en tête : ouvrir une porte de sortie aux Saints dévalant les marches du Sanctuaire, quitte à y laisser sa vie. Telle était la voie qu’il avait choisie : servir Athéna et ses armées, et ce même si Athéna ne le reconnaitrait jamais son courage et sa dévotion.

Toute sa vie il avait recherché la reconnaissance. Il n’avait compris que récemment à quel point elle était futile. L’important était de protéger ceux qu’on aimait, et de se battre pour l’Humanité et la Justice. Athéna lui avait ouvert les yeux. Cela lui suffisait. Il n’avait pas besoin d’une armure ou d’un nom qui perdure après sa mort. Il serait peut-être oublié, mais son honneur serait sauf dans l’au-delà.

Arrivé dans le Temple des Gémeaux, le Chevalier Déchu évita soigneusement ses anciens confrères de Poseidon. Ceux-là pouvaient réagir au quart de tour sans réfléchir et oublier leurs priorités, Haiken du Dragon des Mers l’avait prouvé. Aussi, il resta discret et se dirigea directement vers la Sainte des Gémeaux, seule personne en ces lieux dont il souhaitait l’approbation.

« Sainte des Gémeaux, je suis Caedus. Je ne fais pas partie des armées d’Athéna mais suis un ami de Corell du Lion, et suis venu en ces lieux pour vous aider. Je te demande l’autorisation de traverser ton Temple afin de me rendre dans le Temple du Bélier et endiguer l’avancée de l’Armée Sombre, et ainsi offrir une porte de sortie aux Saints. J’ai certaines… Facultés me permettant de faire face à une armée entière sans broncher, et je souhaiterais vous en faire profiter. Ai-je ton consentement ? »

==> Aries (dans 48h si pas d'opposition)
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán


Général
Général
avatar

Messages : 272

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   Lun 23 Fév - 14:45

Le Temple du Taureau était vide, contrairement à l’esprit vagabond du jeune irlandais. Il pensait à tout, sauf à ce qui se passait en ce moment. Il s’agissait là sans doute d’une certaine méthode de défense. S’il se concentrait trop sur un but, sur une peur, sur un concept, il risquait de lui donner de l’importance. Or, l’intrépide rouquin tirait sa principale force de son insouciance. S’il venait à tomber, il tomberait, mais ce serait avec le sourire aux lèvres, et non pas le teint gris et morose. Ce n’était pas lui. Il regarda une fleur, légèrement fanée, qui ornait les débris d’un vase, et il sourit. Son combat ne tarderait pas à venir, et il ne se contenterait pas de rompre quelques assiettes…

Soudainement, une voix puissante s’éleva en lui. C’était l’autre girouette de prêtresse, qui leur demandait de … s’extraire du Sanctuaire ? Ah non ! Hors de question ! Il n’était pas venu jusqu’ici pour passer encore à côté de son combat. Inconcevable ! Le Kraken ferma les poings, très fort. Que les grecs se pointent au sanctuaire sous-marin, honnêtement, il s’en taponnait joyeusement le coquillard. Qu’on lui demande de les escorter, même, il le tolèrerait. Mais pas sans une bonne rixe des familles. Il voulait coller des gnons ! Ce n’était pas trop demander quand même !

Après la traversée du deuxième temple en ruines, et une montée de marches plutôt classique – décidemment, ces Athéniens avaient quelque chose avec les escaliers – le duo arriva sur le parvis du temple des Gémeaux. Ce dernier … ressemblait aux autres temples qu’il avait visité, les architectes s’étant quelque peu foutu de la gueule de la déesse Athéna, apparemment. A une exception. Ce dernier n’était pas aussi abandonné que les précédents. Au contraire, ils furent accueillis par un combat. Le général qu’il avait croisé au sanctuaire croisait le fer avec un spectre, plutôt balaise, d’ailleurs. Ciarán était un peu jaloux. Dire que s’il s’était dépêché c’eut été pour lui …

« RAAAH. Bordel. » se plaint-il en entrant dans la structure.

Des nouvelles têtes les attendaient à l’intérieur. Le marina louche qui l’avait menacé, et un autre qui semblait se toucher les glaouis, en bonne et due forme. Ah, et le pépé marina, aussi. Bref, une belle bande de branle-bites, il fallait avouer. Ignorant l’agressif marina, il se concentra sur les deux autres, … qui lui annonçaient que la montée ne servait plus à rien.

« OH PUTAIN. Minato, tu m’as menti ! Y’a rien à bastonner ici ! Traître ! Fourbe ! Myth… » cria-t-il, en écartant les bras, avant de se reprendre rapidement. Il y avait ici bas quelqu’un qui tentait de se faire la malle. Discrètement. C’était douteux. Plus que ça, c’était carrément suspect.

« Dites, c’est qui ce glandu là ? » lança-t-il à ses deux compagnons d’aventure, en pointant du doigt le traître. « J’peux lui casser la gueule ? » ajouta-t-il avec un sourire carnassier. Il espérait vraiment qu’on lui donne le feu vert. Parce qu’il comptait lui casser la bouche de toutes façons, donc …

Citation :
Ciarán bloque la descente de Caedus en attendant la réponse de Jack et Minato
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Juin 1755] Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple des Gémeaux-