RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Jeu 30 Oct - 0:57

Il avait quitté le Sanctuaire Sous-Marin et avait rejoint la Cathédrale d'Hadès. Là-bas, il avait réussi à suivre la trace du Cosmos de Mary. Cela l'avait conduit jusqu'en Italie, où il avait pu apercevoir la demoiselle en compagnie des Spectres. Et maintenant, il l'avait suivi jusqu'en Grèce! Ses doutes se dissipèrent en un instant. Mary Red avait vraiment scellé une alliance avec les Spectres.

Une attaque au Sanctuaire d'Athéna était plus qu'évidente. Le temps orageux qui s'abattait actuellement en Grèce était un signe plus que probant. Mais Haiken refusait de prêter main forte aux Spectres. Il refusait de se voir mêlé à une guerre qui n'était pas la sienne. Il avait déjà donné! Il avait dû se soumettre aux combats il y avait presque dix ans auparavant. Il n'allait pas commettre à nouveau la même erreur.

Mary avait accosté et se trouvait maintenant dans un petit village. Les nuages empêchaient les étoiles de briller et la pluie qui tombait lourdement transformait le sol en une énorme pataugeoire. La visibilité était également extrêmement réduite, mais le Dragon des Mers savait parfaitement où se trouvait la pirate. Son Cosmos, presque identique à celui de sa sœur, ne saurait le tromper.

Ouvrant le Triangle des Bermudes, Haiken posa le pied sur le toit d'une des maisons de l'allée principale du village de Rodorio, faisant exploser son Cosmos, afin d'avertir sa "supérieure" qu'il était présent.

- Tu comptais te joindre aux Spectres sans rien nous dire?

Il observa la jeune femme se tourner brusquement vers lui, levant les yeux au ciel. Il lui serait difficile de pouvoir observer attentivement la silhouette du Dragon des Mers avec cette pluie, mais la voix et le Cosmos qui émanait du Marina ne laisserait aucun doute à la Sirène Maléfique. La cape du Gardien du Pilier de l'Atlantique Nord virevoltait à la saveur du vent violent qui les entourait. Son regard était caché par son casque, ne permettant à personne de lire ce que ses yeux pouvaient dire! Il voulait se montrer énigmatique, au moins jusqu'à ce que Mary révèle ses plans!

- Que t-on promis les Spectres Mary? Si c'est le retour de Callista, soit rassurée, ta soeur est belle et bien vivante et de retour au Sanctuaire Sous-Marin. Partons d'ici! Cette guerre n'est pas la nôtre, nous n'avons rien à y gagner!

Il ouvrit le portail derrière lui, puis tendit sa main vers la jeune femme, l'incitant ainsi à le suivre.

- Elle t'attend Mary!

L'orage grondait terriblement. Les éclairs s'abattaient sur le sol avec violence, laissant, par moment, le Dragon des Mers voir clairement le visage de la Générale. Son regard en disait long sur ses intentions. Ses yeux ne sauraient mentir. L'atlante le savait au fond de lui, mais aurait aimé être dans le tort. Mary Red n'était, à ce moment précis, plus maître de sa raison. Son regard était celui de quelqu'un cherchant à se venger. De quoi au juste? Haiken l'ignorait encore...mais pas pour longtemps!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Mar 4 Nov - 13:23


En route vers la pouponnière

Juin 1755, venant du Sanctuaire

Kappa avait souhaité dire quelques mots en privé à Papy Marina. Soit, ce n'était pas le genre à faire un cake pour ça. Elle avait déjà bien assez à faire en règle générale sans s'embarrasser de ce genre de susceptibilités à la noix de cajou.

Et puis quelque part... ça l'arrangeait de se retrouver un peu seule. Car dès qu'elle eut disparu de leur regard, attendant d'être arrivée aux portes de la ville; le Scorpion se cale rudement contre un mur en retirant le plastron d'or qui couvre sa poitrine d'un mouvement sec.
Malgré tous ses efforts pour la mettre en veilleuse, un grognement refoulé s'extirpe quand même de sa gorge en un borboris mêlant être humain et ours des cavernes.

"Putain de chier de bordel de merde" Lâche-t-elle dans un débit de paroles hallucinant alors qu'elle baisse les yeux vers l'entaille qui balafre son torse de l'aisselle jusqu'au nombril.

Bien que la chemise qu'elle porte, et dont la couleur beige n'est plus qu'un souvenir oublié depuis longtemps, soit partiellement déchirée à cet endroit, quelques morceaux de tissus ont quand même trouvé le moyen de se coller sur la plaie. Evidemment en retirant son plastron avec la délicatesse d'un hippopotame, Ahina a tout arraché, sa peau aussi au passage.

"Bon ça va aller, ça va aller, ça va le faire, j'ai connu pire, allez allez on y va" Souffle-t-elle plusieurs fois pour elle même alors qu'elle prend de lentes inspirations.

La magie de Papy Marina est efficace, sans nul doute, elle le sent. Mais espérons qu'elle sera assez puissante pour remplir son office assez vite auprès du malade récalcitrant. Parce que les petites balafres, les ecchymoses et autres coupures sanguinolentes sont déjà presque guéries grâce à lui. Mais cette saloperie d'entaille là... elle veut rien savoir. Et si Ahi arrache tout comme une sauvage toutes les 10 minutes, il est certain que ça n'arrangera rien du tout.

Il n'est pas très coutumier pour un chevalier de ne porter qu'une partie de son armure, surtout lorsqu'il s'agit d'un haut gradé. Ça fait désordre comme l'on dit hein. Mais là c'est juste pas possible de faire autrement... Rien qu'à l'idée de remettre son plastron elle en pleurerait de rage. C'est bien beau de faire la fière devant Kappa, mais là plus possible. Donc elle le garde à la main tout en attendant le Marina. Au moins ça lui servira au pire de bouclier, au mieux elle mettra des bouffes avec. Toujours moyen de s'arranger.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Jeu 6 Nov - 21:53

=> Observateur - Juin 1755

Sortant de la brume verglacée, Jack se réchauffait les mains en se demandant si quelqu'un avait un poêlon dans le coin. Il ressentait les explosions cosmiques dans la première maison du Zodiaque et se demandait si tout cela allait bien se terminer. Le cosmos du Lion commençait à s'affaiblir... Serrant le poing, il ne changea pas de chemin et chercha un instant la demoiselle avant de la voir en train de râler contre son armure. Le plus étonnant est qu'elle ne portait pas de plastron, le regard un peu plus inquiet, le Général se demandait si cela était une bonne idée dans la situation actuelle.

- Bon ça suffit la comédie ! J'ai fait une promesse et je tiens à éviter un combat inutile dans les heures à venir avec ton prince charmant. Alors... Bordel de merde, tu vas remettre ton plastron après t'être mis cette onguent de ma terre natale ! Je me retourne cinq minutes pour que tu fasses ça et fissa ! Putain, suis pas gâté avec les filles a forte tête en ce moment !

Il jeta sur le sol une étrange flasque de cuir avec un bouchon de cire bleue nuit. Il savait qu'elle serait du genre à râler et pester contre lui, sauf que là c'était pour son bien et aussi éviter de prendre un méchant coup s'ils tombaient sur une escouade de Spectres en éclaireurs. Il se retourna alors pour voir au loin les entrelacs montagneux qui filaient jusqu'à l'horizon. De loin, on pouvait voir des cosmos sombres et violacés qui se rapprochaient des premières marches du Sanctuaire de la déesse de la Sagesse... Soudain, Jack se retourna en oubliant un instant que la jeune femme se changeait mais le problème venait de changer de note.

- Un chevalier d'or vient de... tomber ! Le Bélier je crois... Ahina si tu as fini, on doit y aller rapidement pour arrêter ma fille et lui expliquer que tout cela ne doit pas continuer...

Pour la première fois, la jeune femme venait de voir un côté que Jack montrait en de rares - trop rares - occasions. Il était sérieux et son charisme en gagnait tout autant. Il fit quelques pas en invitant la jeune femme à le suivre, il fallait arrêter rapidement Haiken avant qu'il mette au pas Mary. Les cheveux de papy devenaient peu à peu rouge sang et son cosmos dégageait une aura ensanglantée ou des junes nymphes dansaient autour de lui en attendant leurs proies. Oui, ils allaient devoir agir vite, il leur fallait au moins quinze minutes pour atteindre l'orphelinat et user de la vitesse lumière serait le meilleur moyen.

Cae a écrit:
HRP : je propose à Ahina de répondre maintenant, je répondrai ensuite et après encore Ahina avant l'arrivée devant l'orphelinat. je répondrai assez vite là. C'est plus logique pour exprimer notre arrivée à l'orphelinat ^^

Donc ca fait dans l'ordre :
1 - Ahina
2 - Jack
3 - Ahina
4 - Mary
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Jeu 6 Nov - 23:16


Causes toujours tu m'intéresses

Juin 1755

Non seulement il la fait poireauter mais en plus il se permet de la sermonner comme une gamine de 16 ans. Fusillant Papy marina du regard, la répartie légendaire du Scorpion ne tarde pas à pointer son dard vers le vieillard.

"Eh oh, c'est pas parce que tu gères tes p'tites histoires avec Kappa et que tu m'as aidée à me soigner que tu dois te prendre pour mon paternel hein. J'ai déjà assez du mien merci."

D'un mouvement sec elle récupère le dit onguent, expulse le bouchon tout en râlant qu'il aurait quand même pu lui donner en main propre au lieu de lui balancer comme un os à un clébard. Appliquant l'onguent sur la balafre, la brune pousse un soupir de soulagement. Il faut reconnaître que ça fait du bien son truc.

Lorsque le cosmos du Bélier s'éteint comme la flamme vacillante d'une bougie, les mâchoires du Scorpion se serrent. Cette guerre s'annonce mal, très mal. Mais les chevaliers d'Athéna sont capables de bien des prodiges en tant de crise. Espérons que ce sera encore le cas en cette nuit sombre et tempétueuse.

"Au cas où t'aurais pas remarqué c'est moi qui t'attends depuis t'a l'heure Papy" Lâche-t-elle alors qu'elle se dirige déjà vers la sortie de Rodorio.

Alors qu'ils franchissent les limites du village et s'enfoncent dans la campagne assez verdoyante compte tenu de l'océan tout proche, le Scorpion parle d'une voix plus sévère, à la fois plus sérieuse et plus calme. Un ton qu'on ne lui entend que rarement en somme, à l'instar du super charisme développé par Papy.

"Bon il est temps de me donner des infos maintenant. Parce que j'ai bien compris qu'il y avait quelque chose entre ta fille et Celsius, mais je ne pige rien à tout ce bordel. Tu as l'air de dire que ta fille aurait le pouvoir d'arrêter tout ça, de quoi tu parles et en quoi ta fille est liée à ce déluge de spectres sur le Sanctuaire ? C'est pas une marina ta fille ? Je comprends rien, plus tu m'en diras et plus ça m'aidera. Et comme ça ça me permettra de jauger de la force de la baffe que se prendra les Poissons."

Alors qu'ils s'avancent plus profondément dans les terres de Grèce, les combats faisant rage au Sanctuaire n'étant plus que des petits points lumineux au loin derrière eux, Ahina, qui n'a bien évidemment pas remis son plastron, pose les yeux sur Jack qui marche à ses côtés.

"Une chose, laisses moi parler à Celsius en premier. Je ne sais pas dans quel état d'esprit il est, mais à mon avis et vu ce que Kappa et toi en dites, ça doit pas être terrible. S'il sent une menace il va se barrer et nous filer entre les doigts. Normalement il a confiance en moi. Enfin... normalement." Extirpe-t-elle dans un soupir.

hrp => no souci pour moi


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Ven 7 Nov - 11:52

A toute allure, les deux serviteurs des Dieux discutaient ensemble comme devant un bon vieux cassoulet. Il était clair que cette vitesse de pointe ne leur posait pas de souci et la remarque opportune de la jeune femme fit sourire le vieux. Evidemment qu'elle n'était pas sa fille mais par certaines aspects - disons caractériels - elle leurs ressemblait. Elle en vint rapidement aux faits et c'était là que les choses allaient devenir sérieuses. Il en savait assez pour foutre un bordel monstre dans les relations entre trois puissances divines et mais c'était pas le propos et il valait mieux déjà sortir Mary du guêpier dans laquelle elle s'était fourrée.

- Ma fille était tombée amoureuse de l'un des Chevaliers de ce domaine, Celsius des Poissons. Je n'aimais pas cette relation pour la simple raison que ce dernier avait une certaine réputation concernant l'aura empoisonnée qu'il dégageait en permanence, enfin bref ! Une fois ensemble, ils ont réussi à me coller deux petits enfants et c'est là que ca a dégénéré et que les sbires d'Hadès en ont profité !

Ouais, un salopard de la pire espèce avait profité de l'état de fatigue de sa fille pour la tromper sur tout cela. En effet, sa fille était morte de ce poison que Celsius lui avait refilé, et comme par hasard, ce Juge avait débarqué au moment opportun pour la "sauver" ! Ce qui l'avait fait tiquer à l'époque, c'était que cet homme débarque comme ça en plein milieu de cette histoire !

- Donc reprenons, ma fille malade du sang de Celsius, avec des enfants dans le ventre, elle a douillé et évidemment le jour J est arrivé ! Et c'est là que les "complications" sont arrivées ! Dans un premier temps, un Juge des Enfers se pointe pour faire de la diplomatie et trouve ma fille dans un sale état, comme par hasard, à se demander si le poison ne venait pas d'autres parts.... Je reconnais à ce Juge sa volonté de l'aider dans un premier temps mais voilà qu'ensuite, Celsius débarque avec ses gros sabots et veut défendre son territoire comme un cerf ! Et le Juge réponds ? Alors que ma fille accouche dans le sang ? Mais oui bien sûr, on le fait à côté dans la ruelle pour pas embêter Mary qui crève comme une merde... Heureusement que je suis arrivé à temps.... Donc le combat se passe, Celsius bat le Juge et il revient comme un jeune con plein de foutre qui pense soigner ma fille... avec son sang ! Je l'ai assommé sur le coup, ca été instinctif ! Et là, Mary lui dit de garder les gosses dans un dernier souffle...

Un silence suivit qui montrait une colère contenue.

- Il s'est quand même barré avec mes deux petits enfants sous mes yeux.... alors que le pouls de Mary disparaissait ! Bien que je trouve qu'une chose clochait, elle finit par mourir et voilà que je ressens de nouveau son cosmos dans le lointain ! Voilà qu'un Juge la rappelle à la vie certainement pour conclure cela et d'un coup elle veut butter Celsius.... Donc deux théories : primo, elle est pas morte à cause du poison et elle a été manipulé... segundo, elle en est bien morte et les Enfers ont décidé d'utiliser une affaire de la sorte pour la remonter comme une pendule contre ton frère d'armes ! Donc, qu'importe la théorie, ma fille veut récupérer ses gosses je pense, et aussi tuer Celsius par la même occasion, source de ses malheurs... et les Enfers en sont responsables au premier ou au second degré dans cette histoire.

D'un ton désabusé, il terminait son explication...

- Putain de bordel de merde, elle aurait dû savoir qu'avec ce Chevalier, si on mélange son sang ca peut tourner très très mal ! Lui même aurait dû refuser une telle chose ! Rien que pour elle s'il l'aimait...

Voilà, elle savait tout ! Une affaire compliquée, même pour lui, il en connaissait pas tous les tenants et les aboutissants. Cependant, il n'avait rien caché à la jeune femme sur ses doutes et ses certitudes dans cette histoire, Celsius s'était barré comme un voleur sans chercher à la sauver, le juge de la Wyvern avait montré dans un premier temps de la sollicitude mais il avait tout fait pour exciter Mary contre son ancien amant. Ce dernier élément n'était pas de nature à le calmer, il savait que le Juge était responsable d'une manière ou d'une autre.... Même Celsius ne devait pas être au courant de tout mais cette explication de texte était nécessaire pour sauver tout le monde d'une grosse merde infernale ! A bien réfléchir aux propos d'Ahina, y'aurait ptet moyen de sauver les deux...

Au loin, alors qu'il terminait son explication personnelle, il voyait apparaitre une petite masure avec deux cosmos lourds dans les parages. Mary était déjà là ! Dans un état nerveux pas croyable vu l'odeur de sang dans les parages... Et un autre cosmos était là aussi, sur un toit d'une maison secondaire, c'était le Dragon des Mers ! Il fit signe à Ahina que les choses sérieuses commençaient et d'un bond il atterrissait dans la basse cour de l'orphelinat ! Il fit signe à Ahina d'approcher ! Les choses sérieuses commençaient et ils seraient pas trop de deux pour calmer tout ça, sachant que Haiken ne ferait pas de cadeau dans cette histoire !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Ven 7 Nov - 12:33


Tu parles d'un bordel...

Juin 1755

L'improbable couple poursuit sa route au coeur de l'obscurité environnante agitée de pluie battante, de vent et d'éclairs. On aura connu plus sympa comme ambiance de fond, mais il semble que et l'un et l'autre devront s'en contenter.
Un sourire en coin apparait sur le visage du Scorpion lorsque le récit pointe enfin le bout de son nez. Alors là... Celsius et ses grands airs de "m'approche passssssssss" en prennent un sacré coup. Car si l'on en croit les paroles de Papy, non seulement il a fricoté avec Mary mais en plus ils ont eu deux mouflets.

"Ah bah... faut pas s'absenter deux semaines par ici" Lâche-t-elle d'un air agacé entre deux phrases du Marina.

La suite est nettement moins sympathique, car finalement, que Mary et Celsius aient décidé de se reproduire ne la regarde pas et elle aurait plutôt tendance à trouver ça chouette même.
Mais ça... c'est sans compter l'apparition des spectres dans cette histoire.
Cependant quelque chose cloche dès ses premiers mots.

"Attends attends, minute Papyllon. Tu dis que le sang de Celsius a contaminé Mary ? Mais comment c'est possible ? A moins qu'ils aient des tendances... euh... enfin tu vois quoi, il n'y a aucune raison qu'elle ait été en contact avec son sang; Surtout que je connais la bourrique nommée Celsius et il n'aurait jamais pris un risque pareil." Dit-elle en tournant le visage vers le Marina tout en lui adressant un regard perplexe.

La suite prend une tournure parfaitement dramatique, ou, au choix, parfaitement surréaliste. Un Juge qui débarque de nulle part, Celsius qui lui colle une trempe et se tire ?

"C'est n'importe quoi ! D'une si les Juges étaient bienveillants et près de leur prochain je crois qu'on serait tous au courant depuis un bail ! De deux ce que tu me décris là, c'est pas Celsius. T'as beau pas l'aimer, tout ça, je m'en tamponne royal. C'est ton opinion t'as le droit. Par contre jamais Celsius n'aurait laissé celle qu'il aime dans un tel état pour le fun comme ça. C'est vraiment pas son genre. Il a du se passer autre chose, c'est obligé."

Le Scorpion acquiesce vivement à ses propres mots. Elle est absolument convaincue de ce qu'elle avance semble-t-il. Cette histoire est totalement abracadabrante.

"Celsius fuit les autres depuis toujours, à cause de son sang justement. Depuis des années il a toujours agi comme ça. Qu'ils se soient rapprochés est déjà un miracle en soi, qu'ils aient fait des gosses entre carrément dans le miracle divin. Alors franchement, après avoir passé toutes ces barrières, tu crois vraiment que Celsius l'aurait abandonnée, comme ça, sans rien dire ? Genre ouais c'était sympa, merci pour ce moment, salut ?! Tu soupçonnes les intentions d'un juge à juste titre, mais t'es pas choqué une seconde par le déroulement de cette affaire ? "

Plus elle avance dans sa réflexion et plus Ahina semble s'énerver. Elle ne peut pas croire une connerie pareille, y a autre chose, c'est obligatoire.
En tout cas une chose est sûre, le premier spectre qu'elle croise va prendre cher pour tous les autres.

"Evidemment qu'ils ont été manipulés ! Ca saute aux yeux ! D'autant plus que tu me dis que Cel s'est tiré avec les mômes. Pourquoi à ton avis ? Pour les protéger ! Et s'il s'est barré avec eux et sans Mary, c'est qu'il a du croire qu'elle était morte et il a du faire un choix : s’appesantir sur la mort de sa dulcinée ou mettre ses enfants à l'abri. T'aurais fais quoi à sa place ? Moi j'aurais fait pareil. Et je peux te dire que je suis sûre d'une chose. Cette décision a du être la plus difficile de sa vie. " Dit-elle en serrant poings, mâchoires et finalement tout ce qu'elle est à même de serrer à cet instant.

Les paupières d'Ahina s'abaissent légèrement vers le sol lorsque le Marina reprend la parole. Si elle avait été dans la position de Celsius... et si... Kappa était mort et qu'elle se retrouvait seule avec leurs... enfants (???!!!)... comment aurait-elle réagi...

"Il doit y avoir une explication... C'est obligatoire... Je vais te raconter un truc. La première fois que j'ai rencontré Celsius, c'était y a des années, outre le fait que je l'ai pris pour une gonzesse pendant des heures, nous avons eu un petit... problème. Je vais te la faire courte, le seul truc que t'as besoin de savoir c'est qu'une goutte de son sang est entrée en contact avec ma peau. La balafre que j'arbore aujourd'hui, c'est du pipi de buffle à côté de la douleur que j'ai ressentie ce jour là. Et je peux te dire que Cel n'en ramenait mais vraiment pas large. Et si j'suis vivante aujourd'hui, c'est grâce à lui. Sinon le poison aurait eu raison de ma pauvre carcasse. Alors franchement Papy, s'il a fait ça avec moi qu'il connaissait à peine, comment crois-tu qu'il envisage Mary ? S'il y a eu échange de sang, il doit y avoir une raison très grave qui a poussé Cel à le faire. Je trouve l'implication de ce Juge un peu trop persistante à mon goût. Il débarque pour sauver Mary sur son cheval blanc, se bat contre Cel, la ressuscite. Moi je te dis il pue avec ce mec. "

Enfin ils arrivent à destination. D'un bref hochement de tête elle suit Papy marina, son plastron à la main. Elle reconnait sans peine le cosmos de Mary pour l'avoir déjà contemplé en train d'exploser telle une cocotte minute en Asgard. D'ailleurs si elle a bien repensé à cette fâcheuse histoire par moments, Ahina a préféré taire le fait qu'elle ait assisté à la mort de Ann. Elle aurait sans doute du présenter ses condoléances au Papy, c'est ce qu'il se fait quand on est civilisé... Mais les évènements sont déjà si compliqués qu'elle ne voit pas l'intérêt d'en remettre une épaisse couche avec cette histoire.

Le 3ème cosmos est parfaitement inconnu bien qu'indéniablement puissant. Quant au 2nd... Celsius semble prêt à tout pour passer le plus inaperçu possible. Les choses vont nettement se compliquer, cela est fort probable.

"CELSIUS ! J'suis pas venue te mettre une rouste, je te promets ! Te barres pas, je veux juste te parler ! T'es mon frère d'arme merde et quelque part mon frère tout court, alors fais pas le con ! Moi j'en ai rien à branlé que t'aies lâché ton armure, je sais que t'avais une bonne raison. On va trouver une solution !" Se met-elle à beugler comme un veau à quelques mètres de la large porte de l'orphelinat.

On dirait qu'elle tente de dissuader un homme qui envisagerait de se jeter du haut d'une falaise. On fait ce qu'on peut avec les moyens du bord hein...
Mais les choses ne peuvent se dérouler aussi aisément. Dans un premier temps il faut calmer les Poissons qui, sans un climat de confiance, même relative, prendra la poudre d'escampette sans qu'elle n'ait eu le temps d'apercevoir sa longue chevelure rosette. Dans un second temps... maintenant il faut s'occuper de...

"Allez Mary, montres-toi. Et pas trop énervée de préférence" Lance-t-elle à la cantonade en levant le nez vers la pluie battante qui s'abat du ciel, comme si Mary allait en tomber comme par magie.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Ven 7 Nov - 20:55

Révélation






Au loin, le roulement du tonnerre sonne comme des tambours de guerre. La pluie drue, glisse inlassablement sur ma cape détrempée, et, le visage tourné vers les cieux, je sens très clairement des présences s’amonceler tout autour de moi. Adossée au mur d'une maison, celle où je sentais très nettement la présence des Poissons à l'intérieur, je marquais un temps de pause. Mon père débarquait en fanfare et accompagné en plus ! Putain, qu'est-ce que c'est que ce merdier ? J'ai déjà le droit à un comité d'accueil ? J'ai demandé quelque chose ? Non, alors qu'ils aillent au diable. Résolue à les ignorer et entrer directement dans la baraque en territoire conquis, je fus stoppée net par les paroles qui me parviennent petit à petit, en bribes. C'était nettement suffisant. Sous ma capuche, mon visage se décomposait, prenant dangereusement une teinte cadavérique.

Haiken. Il surgit de l'ombre. Lui aussi me barrait la route ? Je reste interdite face à ses propos. Ann ... Elle était vivante et elle m'attendait. Je regardais le Dragon des Mers avant de hausser les épaules. Que répondre à cela ? Je l'ignore pour le moment, accaparée par les deux autres qui approchaient ...

Quand la demoiselle me demande de sortir de ma cachette, je m'exécute machinalement, mon corps répondant de lui-même. Mon pas était traînant, lourd. Je vacillais presque à chacun de mes pas. Sous le coup de cette terrible révélation que mon paternel venait de me faire sans en avoir conscience, je m'arrêtais à bonne distance d'eux, les bras ballants.

« Quoi ? » fis-je d'un ton éteint, atone. Mort. « Qu'est-ce qu'il a … fait ? Il a quoi ? Il m'a fait QUOI ?! »

Je partis dans un rire nerveux qui grimpa crescendo. Je me pliais en deux sous le coup de cette brusque hilarité, frisant l'hystérie. La foudre illumina les cieux d'or et de pourpre. En un clin d’œil, je m'étais redressée pour tirer sur la capuche de ma capeline, révélant des traits tirés, fatigués. Les yeux rougis, je laissais ceux là glisser sur les deux personnes qui me faisaient face. Jack paraissait tout aussi exténué que je l'étais, et, si je n'expliquais pas sa présence, je notais en revanche que …

« MAIS PUTAIN ESPECE DE CONNARD. RENDS MOI MON ARMURE. » gueulais-je en finissant de briser la distance qui nous séparait l'un de l'autre. Mes mains agrippèrent les épaulières de MON écaille que je retirais vivement comme si je m'étais brûlée. C'était quoi ce merdier ?! « Qu'est-ce que tu as fais bon sang ?! C'est quoi ce bracelet à la con ? »

Je lui mettais le bijou sous le nez, les sourcils froncés. L'air visiblement contrarié. Je finis par pousser un soupir et m'intéresser à la jeune femme. Mes prunelles de jades détaillèrent la large blessure qui barrait son buste. Instinctivement je relevais mon propre haut pour laisser entrevoir une balafre qui n'avait rien à envier celle d'Ahina. Toute boursouflée, ça me faisait un mal de chien. Avisant de la pièce d'armure que le Scorpion se trimbalait, je me mis à chercher machinalement dans ma besace et en ressorti une chemise propre.

« Tiens, mets ça. » lançais-je en dégageant le papounet d'un coup de fesse. « Allez bordel, fait pas ta pudique, j'en ai aussi une paire de nichons. »

D'ordinaire, pendant ce petit jeu, je serais parée d'un immense sourire enjôleur. Pas aujourd'hui. Brusquement je me retournais pour foutre un pain à papa Jack. Je profitais de l'effet de surprise pour le chopper par le col.

« Pourquoi t'es là ?! » je lui hurlais dessus alors que mes yeux se remplissaient de larmes. « Pourquoi ? Pourquoi tu ne l'as pas empêché ? POURQUOI ?! » Je me laissais tomber en avant pour poser mon front contre sa poitrine. Son odeur, étrangement, calmait peu à peu mes pleurs. « J'veux mourir. »

J'étais complètement perdue, partagée entre soit exploser littéralement de colère soit pleurer toutes les larmes de mon corps. « Celsius me croit morte. Il m'a abandonné. Mais je suis là, Arbhaal m'a sauvé et maintenant … maintenant je voudrais … je voudrais … »

En fait, je ne savais foutrement rien ce que je voulais. Disparaître, tout au plus. Mes larmes se mêlaient à l'eau de pluie … je voulais voir mes filles.

« Je suis empoisonnée papa ? »

Je me reculais alors vivement de lui, de peur de le faire souffrir. Je m'écartais d'eux, l'air paniquée, le souffle entrecoupé de sanglots. Perdue. Je m'éloignais de plus en plus …






© Never-Utopia


Dernière édition par Mary le Ven 7 Nov - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Ven 7 Nov - 22:00

Pudeur.

Jack était sonné. Pas d'autres mots. Elle portait ce maudit bracelet, le retour de son Ecaille... Tout prenait un sens au moment où la pluie redoublait d'ardeurs sur les têtes des membres de cette communauté. Silencieux, ses prunelles opalinescentes observaient ceux de sa fille avec cette chaleur humaine qu'il montrait rarement devant les gens. Il l'avait laissé serrer ses mains sur son col, ses mains se levèrent alors machinalement pour se refermer avec tendresse sur les siennes. Dans cette détresse si profonde, le père observait sa fille entre les méandres du déluge qui frappait leurs épaules bien lourdes en ce moment même. Si seulement, oui, si seulement il n'avait pas dû les abandonner à cause des Ases... et de Pséma. Tout cela n'aurait jamais eut lieu. Cet instant, qui devait duré plusieurs secondes pour Ahina, durait des minutes ou des heures pour eux deux.

Mélancolie.

C'était pendant ce moment fugace que le Général laissait ses émotions le trahir. Lui, l'éternel trublion, le type sans Foi ni Loi prêt à tout pour parvenir à ses fins, sombrait dans une étrange dépression psychologique. Voir sa fille dans cet état lui rappelait sa propre femme et mère de ses filles, ce moment où elle allait disparaître dans le néant. Thanatos avait été bien retors ce jour là de lui retirer ce qui lui était le plus cher. Ses souvenirs le ramenaient vingt ans en arrière. Au moment où il payait ses complots contre les Ases et les Chevaliers noirs de la pire des façons. Mais pour leur sécurité, pour la vie en quelque sorte, il avait refusé de dire quoique ce soit, de s'expliquer auprès ses propres filles afin d'éviter une vendetta qui serait à nouveau source de malheur et de destruction.

Monologue.

Il se décidait enfin à lui répondre. Non pas pour lui dire qu'elle ne devait pas chercher à savoir mais plus pour savoir ce qu'elle voulait comme réponse à tout cela. Ses mains libérèrent les siennes pour l'enlacer affectueusement. Il n'avait pas de longs discours ou des choses importantes à lui dire, ses mots seraient simples.

- Mary. Poséidon a choisi sa nouvelle Voix dans ce monde, son porteur d'espoir pour faire entendre le Cycle de la vie. Ce bracelet en est le symbole. Astre comme Ménélaos l'ont porté avant toi... Tu as connu la vie, la douleur de devenir mère et même voyager entre les deux rives. Tu as donc fait ce Cycle et tu es la Seule méritant de le comprendre comme personne... L'empêcher ? T'empêcher d'aimer ? Non, je ne pouvais pas et ceci même si je le refusais du plus profond de mon être, je me voyais pas t'interdire d'aimer. Tu ressembles tellement à ta mère.... Donc je t'ai laissé vivre ces moments sans juger, mais tu en as payé le prix. On ne peut aimer sans en payer le prix à un moment donné.

Vérité.

Il connaissait la verité sur la nature de ce poison. Mais si elle portait ce bracelet... C'est qu'elle était en vie et donc elle devait gardé espoir. Elle avait sa Famille, ses Filles et sa Soeur... Oui, elle devait retrouvé ce sourire enfantin. Alors qu'elle tentait de se libérer, ses mains la libérèrent pour qu'une d'entre elles prenne son bras avec tendresse. D'un signe de la tête, il l'invitait à ne pas partir, à ne pas fuir son destin et aussi ses problèmes. L'aura qu'elle dégageait était si entropique qu'un barde avait dû la maudire pour arriver dans cet état de délabrement mental.

- Mary... Tu veux fuir alors que les tiens sont ici, que Astre t'a donné un héritage sacré... Ce bracelet est le signe que tu n'es plus seule, même ta soeur est revenue d'Asgard pour te voir, elle est en vie ! Même si je soupçonne les Ases de... Il s'interrompit, le vieux renard se réveillant un moment, il fallait redonner Foi à sa Fille dans l'idéal commun. Ne terminant pas sa phrase, il reprit. Oui, elle est vivante ! Tes filles sont vivantes, ton Père est encore vivant même s'il est pas très poli... ce que je vais dire, je l'ai dit rarement... Je t'aime.

Il retirait ses lunettes de son autre main. Il ne voyait plus rien actuellement sous les flots de la pluie qui maculait son visage. Oui, son talent pour travailler pour Poséidon avait repris un seul instant le dessus, un seul instant, mais pour une fois que les Ases allaient unir sa famille et non la détruire... Oui, il voulait enfin, pour la première fois de sa vie, aspirer à une paix intérieure. D'un sourire, et à une vitesse peu naturelle, il l'enlaçait à nouveau. Oui, il pleurait. Cela n'était pas arrivé depuis vingt longues années.

Larmes.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Sam 8 Nov - 20:42

Pendant un bref instant, Haiken se demandait vraiment ce qu'il était venu faire ici! Tout d'abord, ce bon vieux Jack O'Bannon lui avait si solennellement demandé de ramener sa fille et maintenant il se pointait pour faire le "sale" boulot lui-même! Le Dragon des Mers allait devoir faire comprendre à son beau-père qu'il n'aimait pas qu'on se joue de lui! Même si, en toute vérité, Haiken le faisait avant tout pour Ann. Il savait à quel point les deux sœurs étaient liées, même si on ne pouvait pas dire qu'il portait Mary en haute estime.

Ensuite, la jolie demoiselle qui accompagnait le nouveau Général de la Sirène Maléfique. Qu'est-ce qu'elle foutait là? Pourquoi accompagnait-elle le vieil homme? De plus, elle avait l'air plutôt dans un sale état, mais arrivait quand même à gueuler à pleins poumons, respect!

Mais elle n'avait rien à faire ici! Haiken ne voulait pas voir les Saints, où qui que ce soit se mêler de leurs affaires. La raison pour laquelle il ne pouvait laisser Mary agir librement était tout simplement parce que ses actes pourraient créer des tensions avec les autres camps et malheureusement, ou heureusement selon le point de vue, le Sanctuaire Sous-Marin n'était qu'une ombre de lui-même et avait besoin de se reconstruire de l'intérieur. Participer à une guerre qui n'était pas la leur n'était clairement pas le bon chemin à suivre!

Cependant, en les écoutant, oublié de tous dans l'ombre, Haiken commençait à comprendre les raisons qui avait poussé la "rouquine numéro 2" à agir de la sorte. Mais dans son état, elle était plus proche de faire une connerie ou de se faire tuer, que de réussir à accomplir quoique ce soit. Car, et admettant qu'elle disait vrai, si le Chevalier des Poissons l'avait laissé se vider et mourir, la tuer ne serait probablement pas un problème pour lui!

Elle était perdue! C'était un fait. Haiken n'en avait pas le moindre doute. Mais elle n'en avait pas le droit. Cela peut paraître insensible, mais le Dragon des Mers savait faire la part des choses. En combat, on ne pouvait pas laisser ses sentiments interférer. Elle avait anéanti le Sénat, s'était auto-proclamée Prêtresse de Poséidon. Si elle voulait vraiment que les Marinas se battent sous ses ordres, elle ne pouvait pas se montrer aussi faible, et cela même en tenant compte des dures épreuves qu'elle avait dû endurer.

Le moment comique, si on pouvait le considérer ainsi, arriva lorsque Jack O'Bannon commença son discours émouvant et paternaliste. Une première pour un homme qui avait été tout sauf un père au long de sa déjà, trop, longue vie! Haiken ne put se retenir en voyant une telle scène. Il était grand temps de faire tomber son masque! Des applaudissements se firent entendre alors, tandis que Haiken sortait de l'ombre. Il s'approchait de derrière et se tenait à présent à la hauteur du Chevalier d'Or. Un sourire amusé sur les lèvres, tandis qu'il croisa les bras, une fois qu'il avait obtenu ce qu'il voulait, l'attention du père et de la fille.

- Très beau discours! Tu t'es surpassé vieillard! Naturellement, quand on connait l'étendue de tes exploits en tant que "mauvais père", de telles paroles paroles sonnent faux! Surtout quand tu en profites pour détourner les attentions, ce que tu sais faire avec brio!

Haiken s'avançait vers lui, il n'avait pas apprécié son intervention et il allait lui faire comprendre. Actuellement, il était son égal et n'avait donc pas à lui donner des ordres ou lui demander quoique ce soit pour, ensuite, intervenir en personne, aller chercher de l'aide auprès des Saints, alors que cette histoire devait se régler entre eux!

- Tu soupçonnes Asgard de quoi au juste? J'avoue que tu soupçonnes de tout le monde. D'ailleurs j'avoue que je suis étonné de te voir en si belle compagnie! - disait-il en se tournant légèrement vers Ahina. - Tu t'es laissé séduire par la mignonne c'est ça? Je demande parce qu'il n'y a pas si longtemps, tu disais que nous avions une alliance avec les Spectres et que nous devions les soutenir pendant la guerre! J'avoue que je suis troublé? Donc tu nous réserves quoi pour la suite? On doit se battre contre qui au juste?

Haiken ne pouvait masquer un léger sourire mesquin. Il fallait maintenant attendre de voir comment la demoiselle allait réagir. Le Dragon des Mers ne la connaissait pas, mais il en avait vu suffisamment pour comprendre qu'elle ne resterait probablement pas sans réagir!

- Tes petits jeux et tes manigances ne m'intéressent pas vieillard! Je ne tiens pas à y participer. Je suis ici pour ramener Mary à la maison et rien de plus et je ne le ferais pas pour toi, ni pour le Sanctuaire Sous-Marin, mais pour Ann! Alors retournes à tes petits jeux sournois, j'ai pas besoin de toi ici!

Le tonnerre retentit, tandis qu'un éclair illumina les cieux un bref instant, permettant aux protagonistes de voir l'expression les uns des autres. Haiken n'était clairement pas de bonne humeur et n'accepterait pas un non comme réponse. Pour lui, c'était simple, il emmenait Mary avec lui. Si Jack désirait rester ici, c'était son problème. Le Dragon des Mers ne lui faisait pas assez confiance pour le considérer comme l'un des leurs. Il en savait beaucoup mais en partageait très peu. Comment faire confiance à un homme qui en savait plus qu'il ne le laissait transparaître? Cette méfiance donc Haiken faisait preuve, et cela avec tout le monde, lui avait sauvé la vie plus d'une fois. C'était une règle de vie que de ne jamais donné sa confiance à quiconque ne s'en montrerait pas digne. Le vieux O'Bannon avait encore du chemin, tout comme Mary. Et il y avait fort à parier que ce ne serait pas en ces lieux que cela changerait!
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Lun 10 Nov - 2:24


Baisse d'un ton, t'es pas chez toi ici!

Juin 1755

Quand Mary s'extirpe des ombres pour se présenter devant eux, le Scorpion se serait presque dit "putain trop facile !". Mais ça... ça aurait été dans le cas où elle n'aurait jamais croisé la route de Mary, ce qui n'est justement pas le cas. Après avoir eu un échantillon du caractère de la jolie jeune femme, qui n'est pas tellement éloigné du sien pour tout dire, Ahina ne sait que trop bien que la suite ne peut pas être aussi simple.

Pas loupé !

Face à la réaction de Mary il semble évident qu'elle vient d'apprendre quelque chose qu'elle ignorait, et aurait peut être mieux fait d'ignorer encore un peu. Elle avait sans doute du capter les paroles qu'ils s'étaient échangés en arrivant aux abords de l'orphelinat. Purée, et une boulette, une !

Les sourcils de la grecque se froncent lorsque Mary saisit son père en le secouant comme un hochet, mais elle n'intervient pas pour autant. Elle n'est pas là pour lui sauver la mise, à ce vieux Papy Marina. En premier lieu c'est Celsius qui l'intéresse, et Mary en suivant. Le reste elle n'en a mais alors rien à foutre.

"Ah mortel ! Elle est classe la tienne aussi" Lance-t-elle à Mary lorsqu'elle lui dévoile sa propre balafre.

Récupérant la chemise qu'elle lui lance à la volée, Ahina hésite une poignée de secondes, mais pas pour les raisons que Mary semble s'imaginer.

"Ouais clairement, même si les tiens sont carrément plus gros ! M'enfin en tout cas, jusqu'à preuve du contraire, ton père je crois pas qu'il en ait" Dit-elle d'un air dubitatif en fixant Jack en plissant les yeux, comme si elle attendait qu'il prouve qu'effectivement il est dépourvu de poitrine.

D'un geste vif, grognant comme un ours à cause de la douleur qu'elle s'auto provoque, comme d'habitude, la chemise déchirée et ensanglantée d'Ahina tombe sur le sol alors qu'elle colle son plastron entre ses cuisses pour enfiler la propre que vient de lui confier Mary.

"Il va de soi que rien de tout ceci ne s'est produit, sinon Kappa va te découper en rondelles" Lance-t-elle à Jack tout en récupérant son plastron.

Un sourire se dessine sur ses lèvres à ces mots. Si Kappa est au courant de ça... Jack saura réellement ce que le terme fureur signifie. Et s'il l'avait trouvé plutôt dur lors de leurs derniers échanges, là ça serait une toute autre paire de manches. Ah les mecs...

"Bon, quand tout ce bordel sera fini, je te dois une tournée à la taverne de Rodorio" Lance-t-elle à Mary.

BIM

Et un pain, un ! Ahina hausse les épaules, oui clairement... et désormais sans le plus petit doute possible, elles sont pareilles.
Mais ce qui suit brise le sourire amusé qui flotte sur son visage, les mots de Mary la ramenant vers une réalité qu'elle ne peut ignorer.
Elle n'interrompt pas les retrouvailles pour le moins chaotiques du père et de la fille, les laissant se parler sans intervenir. Ses yeux s'écarquillent lorsqu'il mentionne que sa jumelle est encore en vie, en jetant l’opprobre sur le bien fondé des actes des Asgardiens une fois de plus et en plus en rajoutant que désormais Mary est la voix de Poséidon. Wahou le bordel... Enfin c'est une bonne chose pour Ann et cela devrait un peu apaiser la colère de la jeune femme.

Ce n'est que lorsque les larmes dévalent les joues de Papy et que Mary semble un peu plus calmée qu'elle se permet alors d'intervenir.

"Mary écoutes... Je débarque complètement dans votre histoire et je suis larguée je dois dire. Visiblement Celsius a fait de la merde. Mais... même si tu estimes que ça ne me regarde pas, Celsius est mon frère d'arme, mon compagnon depuis des années. Je le connais bien et je ne peux pas croire qu'il t'ait abandonnée de la sorte. Mary... mets toi à sa place un instant. Echanges les rôles juste une minute. Si tu avais été à sa place, si tu le pensais mort, que tu avais tes enfants dans les bras et que tu savais très bien qu'ils risquaient un grand danger. T'aurais fait quoi ?"

La diplomatie c'est pas le fort du Scorpion. Mais là... Celsius a besoin d'aide. Et si elle répète à peu de choses près ce qu'elle venait de dire il y a à peine quelques minutes à Jack, ses mots sont prononcés d'un ton convaincu. Mary ne peut ignorer cela. Si ses enfants avaient été en danger, entre veiller la dépouille de celui qu'elle croyait mort et les sauver... le choix aurait été difficile mais indéniable.

Un applaudissement plutôt mal venu résonne dans les lieux alors qu'un homme apparait. Ahina fronce les sourcils. D'où il sort celui là encore?! En tout cas le cosmos inconnu de tout à l'heure lui appartient sans le moindre doute. Et les premiers mots qu'il adresse au Papy ne vont vraiment pas dans le sens d'une paix quelconque.
Ahina extirpe un soupir en relevant l'épaisse frange qui lui barre le front. Encore un qui va attiser le feu plutôt que de l'apaiser. Mais dans quelle merde elle s'est encore mise...

"He garçon, tu vas te détendre le slip avec tes commentaires à la noix. La mignonne est chevalier d'or et sur ses terres sur lesquelles, jusqu'à preuve du contraire, vous mettez un bordel pas possible. On est là pour arranger les choses, alors commence pas à foutre la merde." L'apostrophe-t-elle d'une voix forte avant de se tourner vers Jack qu'elle pointe du doigt "C'est quoi cette histoire d'alliance avec les spectres ? Tu serais pas en train de te foutre de notre gueule par hasard papy ?! T'as donné ta parole à Kappa et t'as tout intérêt à la tenir. Je te signale que si je viens pour Cel, je suis aussi là à ta demande pour ta fille alors que les miens sont en train de crever. Alors t'as plutôt intérêt à pas essayer de me faire un plan bizarre !" Lance-t-elle d'une voix menaçante avant d'extirper un soupir ressemblant plus à un grognement.

Faisant complètement fit de l'autre empaffé qui arrive comme s'il était en terrain conquis; Ahina fait un pas vers Mary en posant sa paume sur son épaule. Le contact est un peu rude mais sans brusquerie ni animosité.

"Mary, tu peux pas te barrer comme ça. Je suis certaine qu'il y a un gros quiproquos entre Cel et toi. Tu l'aimes plus ? Ok ça arrive. Mais vous avez des mômes ensemble et ça tu peux pas le foutre de côté d'un revers de main. Tu DOIS lui parler ! Il y a une explication à tout ça... je le connais bien... et toi aussi... Tu as oublié comment il est ? Tu as oublié ce qu'il est et comment il s'en protège ? Je ne peux pas croire qu'il ait fait tout ça sans raison. T'es pas conne alors parles lui merde !" Lui dit-elle alors que sa paume revient vers son flanc et qu'une grimace de douleur se dessine sur son visage.

Putain de Katha. Lui non plus il perd rien pour attendre.


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Lun 10 Nov - 13:55


Y'a des jours de pluie...

Alors que tout semblait sur la bonne voie, voilà que le Dragon arrive et souffle pour foutre sa merde. Bon, Jack n'était pas un tendre et avait ses propres objectifs, il n'avait jamais réellement caché ses intentions. Ceci pensé, il lâcha la bras de Mary pour se retourner vers Haiken, sans aucune animosité, il avait l'impression de retourner des années en arrière et c'était pas pour lui plaire, Poséidon avait eut beaucoup de mal à expliquer à ce jeune homme que les choses n'étaient pas si simples dans le meilleur des Mondes. Oui, il avait pris des décisions peu évidentes mais il les avait pris.

- Décidément, j'ai l'impression de parler avec ton père...

Dans un souffle de dépit, Jack sortit son scud dans la gueule du Dragon. En fait, il l'avait peut-être fait sans s'en rendre compte. Ses souvenirs le ramenaient quarante ans en arrière, une jeune femme accouchait et donnait naissance à deux enfants. Mais à la différence de son histoire, le père d'Haiken avait vu des armes à sa disposition. Tout cela avait été complexe et avait déclenché un lourd conflit où le père du Dragon des Mers avait été la jeune Ahès d'une cité engloutie. Il avait trahi tout le monde et ouvert les portes d'Atlantis aux chevaliers noirs qui s'étaient installé lentement dans la cité comme un poison virulent.

- Haiken, putain de bordel de merde, ne vois pas les choses avec autant de simplicité ! Oui, j'ai dit qu'on était allié aux spectres et pourquoi à ton avis ? D'une, si Mary restait là bas, je devais avoir une raison d'y aller... Et de deux, tu devrais te demander comment et pourquoi à été signé l'Alliance avec les Saints ! Temps qu'un acte malveillant n'a pas été commis, le reste n'est que parole... La seule et unique justification de cette "alliance" est devant mes yeux et les tiens, mais j'aurai dû savoir qu'elle resterait pas sagement là bas à comater devant une bière...

Alors qu'il terminait hilare sa dernière phrase, un frisson le parcourait. Son sourire se perdit et il regarda vers les maisons du Zodiaque, les choses étaient en train de se compliquer. Kappa, lui même habituellement calme, dégageait une aura de combat. Si lui aussi était parti dans la bataille, c'est que les choses étaient en train d'empirer plus vite que prévu. Entrant sa main sous sa cape, il en sortit quelque chose, un simple coquillage et fut rassuré de le voir encore tiède. Mais bon... Il ne pouvait se permettre de laisser Haiken foutre le merde. Jack concentra alors une infime parcelle de son cosmos pour envoyer un message mental à ce dernier.

- Haiken... Poséidon n'est plus présent et les choses se compliquent. Je ne suis pas un ange, ça c'est clair, et j'ai des objectifs de longue date contre les Ases, qui ont tué la mère de Ann et Mary il y a vingt ans. Ton père en est aussi responsable, ce connard a aussi butté ta mère et s'est allié à Pséma... Je pense que même si on sera jamais des potes, on reste des Frères d'armes avec certains objectifs communs, même si tu ignores pas mal de choses. En outre, il y a six mois, j'avais ordonné au Général des Lyumnades de se faire passer pour un Ase et de tuer un chevalier d'or... Si j'avais su que ces cons iraient s'allier avec les spectres... Pour terminer, Kappa semble t'accuser d'un truc très grave, je ne sais pas quoi, mais il 'ma donné la sensation que tu avais agi sans honneur. Si tu es un rageux - un peu comme moi -, tu n'es pas ce genre d'hommes et ta présence ici même en est la preuve. Donc, comme avec toi, c'est pas la peine de continuer à cacher ce que je sais... Je suis à ta disposition pour toute explication en détail... après cette guerre ! Les Saints ne doivent pas tomber...

Jack aurait aimé de rien lui dévoiler de tout cela, enfin de ses propres raisons. Pendant des années, il avait oeuvré uniquement dans ce sens : l'anéantissement total d'Odin et de ses femelles qu'il appelle Guerriers Divins. Mais là, entre ses filles ou une part de lumière sur ses intentions, il n'avait pas le choix. Il voulait préserver Mary et Ann d'une raison d'aller guerroyer là bas, c'était son but à lui, sa vendetta, il ne voulait pas qu'elles se salissent dans tout ça. Ceci étant dit, il se retournait alors vers le chevalier du Scorpion avec sérieux.

- Ne t'inquiètes pas petite fille, je n'ai jamais eut l'intention de toucher à un Saint, il me fallait du temps pour sortir ma fille de cette merde... Et si elle doit discuter avec Celsius, c'est son droit mais je lui pose la question à ce ptit con qui se cache là bas. Prenant son inspiration, concentrant son cosmos dans sa voix, elle devint de telles vibrations que même les sourds pouvaient l'entendre dans leur cerveau.

CONNARD ! ON EST LA A T'ATTENDRE COMME DES GRUES SUR LE TROTTOIR ! ALORS SORS DE LA... PUTAIN ! VOUS DEVEZ CAUSER ET TA TERRE CHERIE RISQUE DE CLAMSER A CAUSE DE TOI SI TU TE BOUGES PAS !

Reprenant une intonation normale, il regardait le Scorpion d'un sourire entendu. Tu vois, t'es pas la seule à savoir gueuler !


Enfin, il invitait sa fille à demander des explications et s'adossait sur un pan de mur. La pluie tombait sur ses joues comme des larmes de sang, il se sentait las d'un coup en regardant Haiken. Il était clair que celui-ci ressemblait de plus en plus à son père, sauf sur une chose, l'un était manipulateur, froid et sadique. Usant des techniques de torture acquises dans les terres du Soleil Levant. Haiken, lui, avait au moins Foi en quelque chose et c'était sa propre fille... Les gouttes tombaient de plus belle, les cosmos ennemis approchaient. Ils allaient devoir faire vite dans les minutes à venir.

- Haiken. Ahina. Je propose d'aller de suite aux premières maisons du Zodiaque ! Et promis Haiken, je répondrai à tout ce que tu veux sur ton "passé"... Un Mercere marchande, manipule la vérité pour un objectif mais ne renie jamais le prix une fois fixé. Se tournant vers Mary. Haiken vient de le confirmer à nouveau, ta soeur est vivante, tes filles le sont, toi même tu l'es malgré ce poison et seul Celsius peut te permettre de le contrer ! Le cycle de la vie...

Une fois la proposition faite, il attendit les réponses qu'il espérait favorable. Il fixait intensément le Général de l'Atlantique Nord, après tout, il protégeait le même Océan et ses deux perles. jack avait toujours eut confiance dans l'avenir. Il aurait voulu que les erreurs passées ne retombent pas sur ses filles, ni sur les jumeaux de HiroKaze, ancien Général de Poséidon. Le passé allait refaire surface avec son lot d'imprévus et ca lui plaisait pas des masses, mais c'était la seule solution pour que le teigneux lui fasse au moins confiance. Pourquoi pensait-il cela ? Parce que lui même aurait déjà accepter de discuter pour avoir des informations de la sorte, il n'aurait pas confiance mais au moins, il les aurait. Et si y'avait moyen de préserver Ann et Mary de tout cela...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Lun 10 Nov - 20:02

Aimer






Je ne voulais pas être la Voix de notre Empereur, pas plus que de devenir son bras armé. S'il me connaissait mieux, s'il avait put réellement juger de mes actes sans m'observer au travers du prisme du paternalisme … sans doute m'aurait-il foudroyé pour mes crimes plutôt que de m'élever de la sorte. Je regardais mon bracelet lisse et froid contre mon poignet : symbole de ma nouvelle condition, je sentais son poids m'entraîner en avant. La tristesse et la colère mêlées, m'accablaient plus que l'eau ruisselant sur moi. Je voulais fuir. On ne m'en laissa pas le loisir. Une main ferme me rattrapa, un léger soupir s'extirpa de mes lèvres. Ne comprenaient-ils pas ? Ne comprenaient-ils pas que je ne voulais pas de cette vie là ? Si effectivement Celsius m'avait fait boire son sang, alors j'étais condamnée à un Destin que je ne supporterais pas. Sur le coup, je voulais repousser mon père. Ce père qui jusqu'alors n'avait jamais été présent pour nous. Ô comme ma sœur et moi le détestions à l'époque. De la rancœur subsistait dans mon âme. Seulement, ses paroles m'atteignirent avec une force insoupçonnée. Elles surent trouver directement le chemin à emprunter jusqu'à mon cœur. Je le sentis rater un battement avant de reprendre sa course. Douloureuse.

Mes yeux le détaillèrent un bref instant, et, pantoise, je me laissais faire. Une douce fragrance me titillait les narines. Cette odeur était familière et me rassurait dans un même temps. Il m'aimait. Je comprenais à présent.

« Toi aussi tu as payé le prix pour avoir aimé papa. » Je resserrais mon étreinte sur lui. Voulant le faire prisonnier l'espace de quelques instants : « C'est la seule vérité en ce Monde. Aimer et être aimé en retour. »

Les paroles de la Sainte me parviennent, je me séparais alors de Jack pour rire d'un rire sans joie. Mon visage se figeait dans cette expression grave où flottait l'ombre de la Mort. Si j'ai fais tourner la Roue du Temps, si j'ai survécu au Cycle, alors je pouvais me targuer de posséder quelque chose de fort, un secret. Dont je n'avais pas eu conscience. Et dont je me serais bien passé. D'un geste vif, instinctif, je plaquais ma main contre les yeux de Papy Marina, évitant tout de même de lui écraser ses binocles.

« T'as entendu la Dame ? On reluque pas. » Je fis un clin d’œil à Ahina avant de poser mon index contre ma bouche. « C'est qui Kappa ? C'est ton toy boy ? »

Mais ma légèreté s'évanouit bien vite quand elle commença à me parler de Celsius. Peu à peu mon regard devint dur et froid. Menaçant. Je grognais presque. Ne tenant pas davantage je sifflais à son adresse : « Tu te goures complètement ma belle. Il l'a fait, il m'a laissé tomber ! » Je sens ma respiration s'accélérer. J'explosais. « Il m'a abandonné à la minute où il a attaqué le Juge de La Wyvern qui n'avait rien demandé à personne. Et qui accessoirement était mon ami, là pour m'aider. Et tenter de négocier. Manque de bol, mes filles décidèrent que NON, NON FUCK LA POLITIQUE. Je crevais donc dans mon coin pendant que ces messieurs se tapaient joyeusement sur la gueule. Je le déteste pour ça … Pourquoi n'a t-il pas cherché à comprendre ? Pourquoi n'a t-il pas essayé de me sauver, DE VRAIMENT ME SAUVER ! »

Je beuglais de temps à autre en espérant que le Saint des Poissons – tousse – puisse m'entendre de là où il croupissait.

« Figures-toi Ahina, très chère » fis-je mielleuse, sur le point de friser la crise de nerf. « Que c'est Radamanthe qui s'est sacrifié pour moi et m'a aidé à revenir à la vie. » Je riais jaune à présent en repensant à l'apparition de l'Autre. « Puis, COMME PAR HASARD le Juge du Griffon s'est aussi pointé pour essayer de me faire croire qu'il m'avait ressuscité. Sauf que, pas folle la guêpe, prétextant d'avoir une chose à régler avec la Wyvern, je me pointe aux Enfers pour avoir une discussion avec mon ami. Lui c'est fait, maintenant c'est au tour de Celsius. Distribution de pains maison. Et … »

Je n'ai pas le temps de continuer mon monologue qu'Haiken se pointa en applaudissant des deux mains. Celui-là, j'ai bien faillis l'oublier. Putain … j'ai des envies de meurtres là c'est normal ?

« Oh hey, si je t'emmerde, tu peux le dire Haiken. Trou de balle va, tu vois pas que je suis en train de causer ? Prends un ticket, c'est chacun son tour. »

Perplexe, je croisais les bras sous ma poitrine. Je bouderais presque. Pendant que les deux hommes discutes et se lançaient joyeusement des fions, j'agitais des bras devant eux, en vain. Pff ! Je leur esquissais à chacun un bras d'honneur maison ponctué d'un « Tocards. » pour finalement me concentrer sur Ahina.

« T'en fais pas, on va causer lui et moi. » répliquais-je sèchement. Puis d'un coup, le paternel se met à hurler me brisant dur même coup, mes tympans. Je fis volte face pour crier un ton au dessus. « OHHHHHHHH DU BATEAU TU VAS FERMER UN PEU TA GUEULE OUI ?! TU VIENS DE ME RENDRE SOURDEEEEEEUH. Mais tu as raison sur un point : CELSIUS TU VAS BOUGER TON CUL PARCE QUE JE VIENS ! »

Qu'est ce que je pouvais m'en carrer de leurs messes basses. « Bien, bien allez au Sanctuaire ! Écoutez le papounet. Ah au fait Papa, je te laisse te charger de la politique. Je sens que c'est pas ma tasse de thé. Haiken, tu diras à Ann que je l'aime. Et que je suis désolée. »

Sans attendre de leur part la moindre protestation, je pris la direction du village et plus précisément du bâtiment qui renfermait mon Futur. Je n'attendais pas mes lendemains avec impatience … Brusquement, j'arrêtais mes pas pour lancer au Scorpion.

« Soignes moi cette vilaine blessure. Quand tout ce merdier sera finit, on ira se mettre une murge toutes les deux. Ok ? »

Au loin je ressens la puissance d'Arbhaal déferler sur le Sanctuaire ...

Spoiler:
 






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Mar 11 Nov - 23:50

Le Chevalier du Scorpion avait réagi exactement comme le Dragons des Mers s'y attendait. Envers lui, mais surtout envers Jack! Cette révélation, que Haiken avait bien pris la peine de mettre sous son meilleur jour, était parvenu à exalter le Scorpion, qui demandait déjà des explications au vieillard.

Cela avait porté ses fruits. Devant les réclamations de la jeune femme, Jack O'Bannon perdit instantanément son petit sourire mesquin. Si seulement Haiken connaissait un moyen d'immortaliser ce moment outre que dans son esprit. Lui au contraire, ne pût s’empêcher de laisser un sourire se dessiner sur son visage. Bien entendu, le Marina tentait désespérément de se justifier. S'il parviendrait à convaincre la jeune femme ou non, c'était une toute autre histoire, et qui n'intéressait guère au Dragon des Mers.

Il n'avait pas l'intention de s'allier à qui que ce soit durant cette guerre. Il avait un mauvais pressentiment et cette tempête ne cessait de le renforcer. Néanmoins, et selon le message télépathique, envahissant et sans autorisation du vieux de la vieille, Jack avait déjà un plan bien élaboré. Choquant!? Pas vraiment! Tous ses gestes et paroles avaient un but bien précis. Il était un manipulateur né. Il avait beau préciser à quel point Haiken était ressemblait à son père, le Général du Dragon des Mers ne pouvait s'empêcher de comparer les deux hommes également. Tout deux étaient de très bons manipulateurs, mettant avant tout leurs intérêts en premier plan et ayant, lamentablement, raté leur rôle de père!

Néanmoins, il fallait nuancer légèrement. Après tout, Jack ne tentait pas de tuer ses filles, à l'inverse du père du jeune Atlante qui y avait échappé presque miraculeusement et qui était toujours, ainsi le pensait-il, pris pour cible.

Jack dévoilait alors son plan à Haiken. Toujours mentalement. Le Dragon des Mers aurait pu couper court à cette conversation, mais son interlocuteur savait qu'il n'était pas facile à amadouer et lui présenterait plus de difficultés qu'il ne l'aurait probablement pensé. Aussi, se devait-il d'être le plus sincère possible avec le gardien du Pilier de l'Atlantique Nord, même si rien ne pouvait garantir que Haiken le croirait sur parole. C'était d'ailleurs fort peu probable!

Haiken prit finalement la peine de répondre au Général de la Sirène Maléfique.

- Comme je le pensais, tu laisses au rien au hasard mon salaud! Sauf que t'es trompé dans tes calculs, j'aime pas être manipulé! Tu me demandes de ramener ta fille et en même temps tu demandes de l'aide aux Saints pour la raisonner! Tu espères que je te fasse confiance alors que tu n'es pas capable de faire la même chose envers moi? De plus regarde bien ta fille, prends juste un moment pour l'observer!

Mary leurs montrait le majeur levé et les traitait de tocards, mais pire que cela, ses attitudes étranges, passant des pleurs au rires aux excès de colère, ce regard qui ne demandait qu'une seule chose, du sang. La pirate était mentalement déboussolée, perdue, un peu comme l'avait été il y a quelques années le Dragon des Mers.

- Tu peux t'égosiller à volonté, lui montré tout l'amour inconditionnelle que tu as dissimulé au long des dernières années, ça ne changera rien! Nos paroles ne l'atteindront pas, non tant qu'elle n'aura qu'une envie...tuer! Pars avec la demoiselle, je reste avec Mary! Je vais lui faire retrouver ses esprits de la seule manière que je connaisse. Ne t'inquiètes pas, si tout se passe bien elle n'aura pas une seule égratignure... peut-être deux ou trois, mais elle sera en pleine forme.

Il commença à s'avancer vers la pirate, mais s'arrêta d'un seul coup, se retournant une dernière fois vers Jack O'Bannon.

- Quant à ce que tu m'as dis, tes paroles sonnent creuses et fausses, comme toujours. Cependant, je suis du genre à penser qu'un geste vaut plus que mille paroles. Prouves moi par des gestes que tu dis vrai, et tu m'auras à tes côtés sur le champ de bataille.

Il leur tourna le dos et s'approcha alors de sa belle-soeur. Le regard fermé et sérieux. Il avait été presque ignoré la première fois, il était hors de question que cela se reproduise. Elle aurait la correction qu'elle méritait si elle récidivait de la sorte! Il ne savait pas si Ahina et Jack partirait, mais Mary semblait convaincu que oui. Aussi elle laissait un dernier message à chacun d'entre eux, dans un petit moment de lucidité.

- Haiken, tu diras à Ann que je l'aime. Et que je suis désolée.

- Tu lui diras toi-même! Quel genre de personne ne va pas voir sa soeur tout juste sortie du coma hein? - lui répondait sèchement le Dragon des Mers. Il ne s'arrêta pas en si bon chemin, il décida de continuer son discours, son intention la provoquer, lui montrer à quel point elle était affaiblie et aveuglée. Les conséquences, il les connaissaient et les attendait. Il savait ce qu'il faisait. C'était un peu risqué, il fallait l'admettre, mais qu'est-ce que la vie sans une goutte de risque?

- Je ne fais pas semblant de ne pas comprendre ce que tu as subi, mais qu'est-ce que tu vas faire une fois que tu seras devant Celsius? Foncer sur lui comme une bourrine? C'est le meilleur moyen pour te faire tuer! Celsius est un combattant expérimenté, dans ton état actuel tu ne seras pas capable de lui porter le moindre coup! Et un gars qui te laisse crever comme une moins que rien ne devrait pas avoir de remords à te tuer!

Il s'avançait vers elle, jusqu'à ce que de maigres centimètres les séparent.

- J'irais même plus loin, je te parie que tu sera à cours de Cosmos avant même de pouvoir me blesser sérieusement! Oublies ta vengeance si c'est juste pour te faire tuer à nouveau... Callista ne le supporterait pas!

Haiken ne lui laissait pas le choix. Tant qu'il lui ferait face, Mary ne pourrait pas retrouver Celsius. Mais le Dragon des Mers n'était pas contre le fait qu'elle obtienne vengeance pour l'acte du Chevalier d'Or. Cependant, il savait très bien comment cela se terminerait. Il avait promis de la ramener saine et sauve, il n'allait certainement pas la laisser mourir dans un raid inutile et incontrôlé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité



MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Ven 14 Nov - 12:57


Tu parles d'un bordel...

Juin 1755

Les paupières d'Ahina s'écarquillent si violemment qu'il ne serait presque pas étonnant de voir ses orbites s'en détacher et rouler sur le sol.
Regardant Mary d'un air parfaitement pantois, alors qu'elle enfile la chemise propre, la Sainte se contente de hausser les épaules sans rien lui répondre.
A la base elle n'avait pas du tout l'intention de révéler quoi que ce soit sur sa relation avec le Verseau. Mais entre son état délabré à son retour et le syndrome preux chevalier sur son destrier blanc qui avait pris possession de Kappa face à Jack, l'affaire semble relativement mal barrée.

Alors là... si elle était déjà larguée dans leurs histoires de cul/famille/amis, le terme n'est désormais plus assez fort. Pour un peu, on pourrait presque apercevoir la fumée s'extirper des oreilles du Scorpion qui commence à gesticuler comme si elle était assaillie par une armée de puces mortes vivantes.

Fixant Papy Marina d'un air dubitatif, un léger sourire finit par se dessiner sur son visage quand le vieux s'époumone avec une énergie assez... sonore.

"Ouais pas mal pour un Papy" Lance-t-elle dans un sourire.

Une moue de dépit assombrit ses traits alors que Mary lui adresse quelques mots, abordant le sujet Celsius avec colère et beaucoup de rancoeur.

"Eh dans quel monde tu vis ma poulette. Je veux bien croire que les marinas sont p't'être à l'ouest concernant nos relations avec les spectres, mais imaginer que Cel resterait de marbre face à un juge, c'était assez mal calculé... On n'a pas le monopole de l'acte débile et de la baffe façon mitraillette tu sais..." Lâche-t-elle dans un soupir de lassitude.

Sa paume se resserre un peu sur l'épaule de Mary alors qu'elle la dévisage d'un regard attentif.

"Je peux pas comprendre ce que t'as vécu mais s'il y a bien un truc que je sais, c'est que TOUS les mecs sont bizarres ! Tu me dis que le juge s'est sacrifié ? La belle affaire ! Il peut pas crever le mec, il sera toujours de ce monde grâce à ce bon vieux Hadès. Il est où le sacrifice dans tout ça ? Et deux juges qui débarquent au même moment, ça te parait normal ? Sans déconner Mary, ces mecs veulent te faire tomber du côté obscur comme dit l'autre. Ils veulent te faire basculer vers les Enfers ! Tu vas pas foncer tête baissée dans ce vilain piège quand même !"

Plus elle parle et plus sa voix va crescendo, finissant presque par hurler tellement cette situation l'énerve au plus haut point.
La conclusion de Mary lui tire cependant un sourire.

"Ouais... je suis partisane de la bouffe aussi. Mais fais gaffe quand même. Fais gaffe à ne rien faire que tu regretteras." La prévient-elle alors que sa paume relâche l'épaule de la Marina.

Retourner au Sanctuaire ? Plaît-il ? Qu'est-ce qui n'était pas clair dans la phrase "JE RAMÈNERAI CELSIUS" ?! Grognant de plus belle, Ahina fixe Mary s'en prendre à Haiken puis à Jack avec un certain amusement.
Quel caractère ! Dit l’hôpital qui se fout de la charité.

"T'inquiètes, les mauvaises graines ça crève pas aussi facilement. Mais ok... on fera ça. He Mary, laisses le t'expliquer hein. Lui en colles pas une direct..."

Peine perdue et hautement improbable conseil qu'elle lui donne. Car il est évident que Celsius risque de perdre deux dents avant même d'avoir entrouvert la bouche...
Finalement... ils lui rappellent vraiment les aléas qu'elle a rencontrés avec Kappa. Les situations sont différentes, mais les réactions, l'incompréhension... sont les mêmes en tous points.

Histoire que les compteurs soient à égalité, voilà que l'autre Marina commence à s'en prendre assez violemment à Papy marina. Et si elle ne pipe pas grand chose, l'histoire semblant revêtir des aspects familiaux qu'elle ignore, tout ce bordel commence vraiment à la souler...

"Putain vous êtes lourds les mecs. Vos embrouilles de famille vous verrez ça quand vous serez chez vous sous la flotte hein, pour l'instant y a d'autres chats à fouetter."

A peine a-t-elle achevé sa phrase que Haiken se dirige vers Mary pour tenter de la calmer. Encore une fois le retour au Sanctuaire est abordé.
Et comme si Athéna lui envoyait un signe, voilà qu'elle ressent le cosmos de Kappa qui explose comme un feu de joie au loin. Un combat s'amorce...
Le Scorpion serre les mâchoires. Elle ne peut plus attendre. Elle ne peut plus jouer les consolatrices alors que les siens se battent contre les spectres.

"Bon ok... on y va..." Lâche-t-elle dans un soupir en se tournant vers Jack.

Mais avant qu'ils ne s'éloignent, Ahina pose les yeux sur la masure dans laquelle Celsius s'est reclus. Et ce qui devait advenir advint.

"CELSIUS!!!! T'AS PAS INTÉRÊT A NOUS ABANDONNER JE TE PRÉVIENS !!! TU RÈGLES CA ET TU REVIENS DARE DARE COLLER TON POING SUR LE PIF DE CES PUTAINS DE SPECTRES !"

Un soupir et un grognement plus tard, Ahina replace son plastron sur sa poitrine en esquissant une grimace, puis d'un mouvement de tête elle engage Papy sur le chemin du retour.

-> Sanctuaire


© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Sam 15 Nov - 1:34

Pour une fois, il ne disait rien et opinait de la tête positivement à la remarque d'Haiken. Mary avait besoin de se faire remonter les bretelles mais avec une méthode moins courtoise. Alors que la pluie battait le pavé, Jack regardait sa fille et se demandait comment on en était arrivé là, quand soudain, il ressentit plusieurs vagues de cosmos en plus dans les alentours. Cette fois, l'invasion prenait une ampleur étrange, comme si le noir cosmos de la nuit embrassait la glace... Sa tête se retourna alors vers sa fille, il s'en approcha et lui chuchota quelques mots. Personne n'avait pu les entendre dans la pénombre et les bruits des larmes coulant entre les travées des maisons.

Puis, il s'écarta et se retourna sans dire un mot de plus. Ses pas l'amenèrent près du Chevalier d'or et un sourire s'esquissait sur son visage. Simple envie de donner le change sûrement et aussi un grand besoin de se passer les nerfs sur quelque chose... Et voilà que les Spectres arrivaient comme des légumes pour faire un bon potage ! Une certaine noirceur se propageait dans son regard, ce goût des Sirènes pour des proies visibles et clairs pour elles. D'un signe de la main, il invita la jeune femme à le suivre et regardant derrière lui une dernière fois, il remerciait Haiken ! Non pas qu'il avait une confiance démesurée, mais ce gars avait bon fonds et Ann se trompait rarement sur les gens !

Je te la confie Général...

Il n'avait pas grand chose à dire, sachant que ses pensées allaient vers le Temple du Bélier. Quand... Soudain... Il stoppa net ! Sa tête se levait lentement au fur et à mesure que son teint devenait blafard. Non, pas lui ? Il serra le poing et pendant un bref instant, ses lèvres laissaient passer un souffle de fatigue.

Oh non.... Si lui arrive aussi... Tain, ma famille va me tuer avant la retraite... Ah bah non, suis plus en retraite de toute façon... Et en plus... Ann ets là bas aussi, Nom de Dieu de Bordel de Merde !!!! Si "il" rencontre Ann, suis mort... Ahina, un danger gronde, le Kraken arrive et c'est pas le plus malin ! Mary, à ton retour, faut que je te présente ton frère hein, allez, bonne discussion avec Haiken !

Prenant par la main Ahina, il l'invitait prestement à aller vers le temple du Bélier, ca urgeait vite si ce lascar attaquait un Saint sans le savpor ! Pffff mais pas de bol cette nuit ... ET fallait que Mary n'est pas le temps de dire : Whaaaaaat ?

=> Sanctuaire

HRP : Petit post mais c'est pour faire la transition rapidement ^^



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Sam 15 Nov - 12:02

QUOI?!






Je ne l'avouerais pas à voix haute, mais, quelque part, mon cœur appartenait déjà aux Enfers. Ahina avait tord : Les Spectres pouvaient mourir, les Spectres pouvaient se sacrifier, sacrifier la chose la plus précieuse qu'ils pouvaient parfois encore posséder : leur cœur. Arbhaal l'avait fait pour moi, pas par égoïsme, pas à cause d'une impulsion, il avait écouté son cœur. Si j'étais partie aux Enfers c'était dans le but de le retrouver et constater l'étendue des dégâts occasionnés par Celsius. Je l'avais vu, cette rose se planter dans sa poitrine, transpercer son Surplis ! J'étais venue jusqu'aux Enfers pour réparer ses erreurs, qui, par extension, les miennes. Le regard dans le vague, les paroles prononcées par Haiken auraient dues me faire exploser, seulement ce n'était pas le cas, je restais là, les bras ballants à réfléchir. Je restais là, absente tandis que plus loin, quelque part dans le seconde Temple, « il » combattait. S'étonnait-il de ne pas me trouver ?

Je tressaillis légèrement quand Jack s'approcha de moi pour me chuchoter quelques mots à l'oreille. Relevant vivement la tête comme si il m'avait donné une claque, je le dévisageais les yeux écarquillés. Mon visage peu à peu se décomposait.

Qu'est-ce qu'il … venait de dire là, à l'instant ? Un frère ?! Piquée au vif, je réagis, bien qu'un peu tard aux propos tenus par mon paternel. « QUOOIIIII ?! Comment ça j'ai un frère ?! »

Résolue à le rattraper, je me heurtais à Haiken qui faisait barrage de son corps. De mauvaise humeur, je lui demandais de me laisser, mais, quelque chose me dit qu'il ne le ferait pas. Avisant du Général d'un regard farouche, je penchais tout de même la tête sur le côté pour apercevoir le Scorpion s'en aller. Je lui fis un petit signe de la main, un vague sourire accroché au bord des lèvres. Un jour ou l'autre, je l'espérais, nous serions amenées à nous retrouver toutes les deux. Sous de meilleurs auspices. Si toutefois le Destin ne me jouait pas ENCORE l'un des ses fameux tour dont il avait le secret. Ces temps-ci, j'avais plutôt envie de lui hurler dessus, à cette foutue destinée de mes deux. Je devais faire avec, semblerait-il. Je poussais un profond soupir, les yeux hagards, je finis par passer une main sur mon visage.

« Avoue-le Haiken, toi et moi on n'a jamais vraiment put se blairer, hein ? Faudrait qu'un jour tu m'expliques pourquoi. Je sais que je suis pas parfaite, mais toi non plus. Heureusement que ma sœur est là, sinon j't'en aurais distribué, des pains … » une pensée impromptue me fit rire. « Oh, à moins qu'en fait, on s'apprécie, et on se l'montre de cette manière. Allez, enfoiré, puisqu'il semblerait que je puisse pas y réchapper, j'vais devoir te mettre une trempe maison. »

Ma voix était parfaitement atone. Le Dragon des Mers qui me connaissait à force pour mon tempérament, ma grande gueule et tout, pourrait en être étonné. D'un coup, je fis apparaître deux lames recourbées que je fis tournoyer entre mes mains. Elles brillaient d'un éclat triste, argenté sous ce le ciel morne. Mon cosmos explosa ensuite en une vague gigantesque qui déferla dans les environs. Aussitôt, au contact de ma puissance, la Stella Rubius se réveilla. Mon regard devint acéré, celui d'un chasseur prêt à fondre sur sa proie.

« Je suis parfaitement capable de me défendre, Haiken. Mais, vas-y, attaques moi. Je t'attends. Je te parie que tu te traînes comme une moule asthmatique. »

Le bracelet à mon poignet se manifesta à son tour, m'auréolant toute entière. Cette énergie nouvelle me faisait vibrer... Et sur mon front, commençait à se dessiner un œil clos, de sang. Polyphème se réveillait …






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Ven 21 Nov - 22:23

Les "gêneurs" partaient enfin. Ça n'avait pas été facile de les convaincre que le seul moyen de raisonner Mary, c'était avec la manière forte. Mais le bon vieux Jacky avait encore quelques secrets à révéler. Il semblerait maintenant que les pirates avaient un frère! C'était un choc, même pour Haiken. Fils bâtard? Qui sait! O'Bannon était tout à fait le genre d'hommes à faire la cour à la moindre demoiselle qui pourrait apparaître sur sa route. Quoiqu'il en soit, le Dragon des Mers, plutôt que de penser de manière sérieuse à cette nouvelle révélation, se demandait si le nouveau membre de la famille était aussi déjanté que le reste? Si oui, alors le Sanctuaire Sous-Marin allait mettre du temps à se relever!

"Enjoy with the happy family!"

Quoiqu'il en soit, après cette révélation dont Jack avait le secret, il ne restait plus que Mary et Haiken. Elle le nierait probablement si le Dragon des Mers lui demandait, mais elle semblait être contente que cela puisse être résolu de la manière forte. Et on ne pouvait pas vraiment nier non plus le fait que l'Atlante partageait ce sentiment. Probablement le seul point commun, excepté Ann, qu'ils possédaient.

« Avoue-le Haiken, toi et moi on n'a jamais vraiment put se blairer, hein ? Faudrait qu'un jour tu m'expliques pourquoi. Je sais que je suis pas parfaite, mais toi non plus. Heureusement que ma sœur est là, sinon j't'en aurais distribué, des pains … Oh, à moins qu'en fait, on s'apprécie, et on se l'montre de cette manière. Allez, enfoiré, puisqu'il semblerait que je puisse pas y réchapper, j'vais devoir te mettre une trempe maison. »

Les bras croisés, le regard fermé, Haiken lâchait un petit sourire mesquin. Pouvait-on nier l'évidence? Oui! En faisant preuve de mauvaise foi, mais ce n'était pas un défaut que l'on pouvait lui reprocher.

- C'est probablement la première fois, mais je suis d'accord toi! La fin du monde approche vraisemblablement! - lâcha-t-il tout en laissant échapper un petit rire moqueur. - Cependant, ce sera le seul point sur lequel nous le serons. Je te l'ai dit et je le répète, dans ton état, tu ne seras même pas capable de me blesser ne serait-ce que légèrement!

Il reprenait un air sérieux d'un seul coup. Il était déjà prêt au combat et il espérait que la pirate le soit également. Elle n'avait pas apprécié ses paroles. Pour preuve, la manière comme elle tentait. vainement, de le provoquer. Elle n'avait pas l'avantage en terme de mental, ni en puissance. Et bientôt, elle perdrait l'avantage du terrain. Cette pluie était un fléau pour le Dragon des Mers. Ses techniques de manipulation des dimensions ne seraient pas très efficace avec une pluie battante comme celle-ci, permettant de dévoiler à l'adversaire les distorsions de l'espace!

- Je n'ai pas l'intention de t'attaquer Mary! - disait-il en décroisant les bras sur les côtés, faisant apparaître deux points lumineux. - Je vais juste te montrer que tu ne peux pas me vaincre!

Il unit alors les bras au-dessus de la tête, formant un triangle dorée. Le décor se transforma instantanément, laissant la pluie et le petit village disparaître progressivement, tandis que le corps de Mary était transporté dans les profondeurs de l'océan.

La Marina fût alors privée d'air. Chaque inspiration ne lui permettait que de remplir ses poumons d'eau. Mais cela n'allait pas être son seul problème dans ce lieu lugubre. Des âmes errantes, certaines d'entre elles mi-mortes mi-vivantes, l'entouraient déjà, criant de douleurs, partageant leurs souffrances avec la pirate à son insu.

Mais cela ne dura pas longtemps. Des éclairs les disséminaient. Haiken était intervenu volontairement. Il laissait toujours les âmes errantes du Triangle des Bermudes attaquer ses adversaires, afin de tenter de les affaiblir psychologiquement. Mais, ressentir la mort, la tristesse, la douleur, le desespoir des autres comme notre était un chatiment bien trop sévère pour Mary Red. Le Dragon des Mers ne la détestait pas à ce point. D'ailleurs la détestait-il vraiment?

"Respires Mary!"

Une voix caverneuse retentissait dans la tête de l'ancienne Général de la Sirène Maléfique. Elle se rendait compte que la sensation de noyade n'était qu'une illusion. Elle était au fond de l'océan, entourée d'âmes sans vie et d'épaves. La prison que le Dieu Poséidon réservait à ses pires ennemis.

- Bienvenue dans mon antre, Mary Red!

Haiken était devant elle, à quelques mètres seulement, son bras tendu vers l'avant, lui faisan signe de venir jusqu'à lui avec sa main. Il l'incitait à attaquer. Ce combat ne valait de rien, s'il n'était pas capable de lui prouver que, dans son état actuel, elle serait incapable de vaincre qui que ce soit, ni lui, ni Celsius!
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Sam 22 Nov - 23:13

Un rôle à jouer







D'ordinaire, j'aurais souris à ce trait d'humour narquois, d'ordinaire je serais sortie de mes gongs ou aurais plaisanté à mon tour. D'ordinaire, je me serais conduit de la façon attendue, jouer ce rôle qu'on attendait de moi. Cette « Mary Red » que j'avais imaginé de toute pièce. Seule, et pas tout à fait. Car une deuxième personne se devait de le tenir avec moi : ma sœur. Nos personnages étaient parfaits et nous avaient laissé l'opportunité de devenir ce que nous voulions. Or, au fond, je savais bien que cela n'avait été qu'un subterfuge. L'image de ce que je suis et ce que j'aimerais être se fissurait petit à petit au fil du chemin escarpé que j'empruntais, chaque jour, chaque heure, chaque minute passé ici bas. Perdue dans mes pensées, j'avais baissé ma garde.

Et le Dragon des Mers en avait profité.

Il n'avait peut-être pas tord en me disant trop fragile pour affronter Celsius. Je comprenais trop tardivement ce qu'il s'apprêtait à faire. Ainsi donc, j'allais découvrir la puissance d'Haiken, l'éprouver, pour mieux la comprendre. Je savais plus ou moins ce qui m'attendait, ayant eut vent de quelques rumeurs, mais, j'étais loin de m'imaginer ce qui m'attendait réellement. Jetée dans un autre monde, quand, d'un seul coup mes prunelles se rouvrirent, j'eus la surprise de me sentir dans l'eau. Happée dans un océan gris et hostile, ma bouche s’entrouvrit en voyant naître ça et là des ombres qui glissaient tout à côté de moi, jusqu'à me frôler. À leur contact, j'eus la nette impression que j'allais mourir. Quelques bulles s'envolèrent vers la surface que je ne distinguais même pas. Il faisait si noir … Et mon angoisse grimpait.

J'allais perdre pied, je me sentais suffoquer ! Mes mains et mes pieds battirent furieusement l'eau afin d'échapper – vainement – à mon sort, animée par une volonté de vivre. Je VOULAIS rester en vie. C'était ma seule certitude. Le reste ne comptais plus, le reste s'évanouissait progressivement jusqu'à devenir un lointain souvenir. Je devenais une bête sauvage qui luttait pour sa survie. Et j'avais en face de moi, un prédateur redoutable.

Allez-vous en ! Hurlais-je en repoussant mes assaillants avec la force du désespoir, me débattant comme un beau diable, me privant aussi du peu d'air qui ne restait dans les poumons. Qu'est-ce que je pouvais être bête et naïve. Seulement, cette douleur paraissait si réelle, ces silhouettes indistinctes et familières à la fois si … palpables … en me rendant compte que tout ceci n'était qu'une vaste mise en scène, en plus de me sentir misérable, je me sentais désabusée.

« Respires Mary! » me commanda une voix : et j'ai obéi, sans réfléchir. « Putain ... »

Reprenant mes esprits et mon souffle, je relevais la tête vers mon « hôte » qui devait probablement jubiler de me voir déjà à genoux, haletante. Faible.

« Ne pas m'attaquer hein ? Quoi ? Me dit pas que tu peux pas lever la main sur moi parce que j'ai les mêmes traits qu'Ann ? Je pense bien que ce serait perturbant mais bon … » lâchais-je mi-amusée, mi-moqueuse. En réalité je bouillonnais de rage. « C'est bien, mais j'vais pas me retenir pour autant. J'vais t'prouver que j'en ai plus dans le froc que toi. Ne me sous-estimes pas trop mon chou, oublies pas que je suis Prêtresse désormais. »

Et bon Dieu je ne savais strictement pas ce que cela impliquait. Ni quels étaient mes pouvoirs. Bon sang j'étais mal barrée. Je me redressais tout en ramassant mes deux lames tombées au sol un peu plus tôt : celles-ci se nimbèrent d'un forte lumière rouge sang qui fit s'écarter les âmes encore un peu trop curieuses de me voir ici. Notant au passage les nombreuses épaves échouées au fond des eaux, je finis par me concentrer sur mon adversaire et … brusquement, sans même esquisser un mouvement, j'étais dans son dos. Éclipsée dans son ombre prête à frapper de toutes mes forces, je fis appel à mon cosmos qui explosa devant moi, propulsant au loin le Général. Profitant de cet effet de surprise et de ma vélocité exacerbée par Polyphème, je repartais à l'assaut en hurlant ma colère trop longtemps contenue. Quelque chose brûla mon front, mais, trop focalisée sur mon but, celui de toucher Haiken, je ne m'en préoccupa pas.

« LAISSEZ MOI VIVRE MA VIE COMME JE L'ENTENDS ! »




© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Mer 26 Nov - 0:59

- Trêves de bavardages et attaque!

Un ton imposant et autoritaire, afin le la convaincre à passer à l'attaque. Il était temps de montrer à Mary à quel point elle était faible actuellement. C'était une épreuve qu'elle devait passer, qu'elle devait endurer. Mais cela n'allait pas être facile. Haiken avait beau être sûr de lui, de son pouvoir, de sa force, il savait pertinemment que la puissance de la pirate n'était pas usurpée. Il lui faudrait maintenir sa concentration à son maximum et user de ses capacités pour annihiler la force de la Marina.

Elle se décida finalement à passer à l'attaque. Tout comme sa jumelle, elle utilisait deux lames pour un combat rapproché. Cependant, les épées de Mary viraient au rouge, brillant de milles feux. Un trompe l’œil asses judicieux puisqu'il permettait à la Marina de dissimuler ses mouvements. Apparaissant à travers son ombre, dans son dos, elle frappa une première fois. En un instant, Haiken fit apparaître sa Coral Sword, défendant ainsi la première offensive. Néanmoins, la puissance utilisée par la jeune femme était telle qu'il se sentit obligé de reculer sous cette pression. Il semblerait que son était coléreux lui permette de décupler sa puissance offensive. Le Dragon des Mers avait sous-estimé cet aspect, mais il ne faisait jamais deux fois la même erreur!

Le gardien du Pilier de l'Atlantique Nord parvint finalement à s'immobiliser, à temps de voir Mary foncer sur lui à une vitesse hallucinante.

- LAISSEZ MOI VIVRE MA VIE COMME JE L'ENTENDS !

Une explosion s'en suivit alors. La force destructrice de Mary avait fait des ravages. Mais lorsqu'elle put voir le résultat de son attaque, elle fût probablement frappé de stupeur. En effet, ce qu'elle venait de détruire avec toute cette rage contenue, n'était qu'une des épaves, placés à sa gauche au moment de l'attaque. Haiken lui, avait disparu. Mais ce ne serait pas pour longtemps. En effet, à peine Mary avait remarqué l'absence de son adversaire, elle sentit le fer froid se coller à sa nuque.

Le Dragon des Mers se tenait derrière elle, sans la moindre égratignure, pointant son armure légèrement sur sa peau, la mettant dès le début en échec et mat! Comment avait-il fait? Pour lui il n'y avait rien de plus simple que de déplacer l'espace-temps grâce à son contrôle sur les dimensions. Il avait juste eu besoin de déplacer l'axe, dans lequel Mary attaquait, vers la gauche, pour qu'elle termine son assaut sur l'épave et non sur lui. Il n'avait même pas eu besoin de faire le moindre effort pour esquiver! Mais Mary serait-elle en mesure de se rendre compte de cette technique, dans son état?

- Te laisser vivre ta vie? - répondait-il finalement! - Tu as détruit le Sénat, tu as pris la plus haute place de l'Armée du Sanctuaire Sous-Marin! Personne ne t'y a obligé Mary Red! Et maintenant, après tout le bordel que t'as foutu, tu refuses tes responsabilités?

Il retira son arme de la nuque de la jeune femme, afin qu'elle puisse se retourner vers lui et croiser son regard. Elle pouvait y lire de la détermination dans ses yeux. Il était convaincu que Mary n'était pas le leader dont ils avaient besoin, et il refusait de la suivre dans ses vengeances et quêtes personnels. Pour lui, elle n'avait pas l'étoffe, ni les épaules pour la tâche. Pour lui, tant qu'elle n'aurait pas compris l'importance de son poste pour tous les Marinas, Haiken ne la reconnaîtrait jamais comme chef de leur camp!

- Si tu as choisi de devenir la Prêtresse de Poséidon, nos vies sont ta responsabilité! Alors ne crois pas que je vais te laisser nous mêler à tes querelles privées! Ne crois pas que tu peux agir à ta guise et que nous allons en assumer les conséquences! Quelqu'un d'aussi faible mentalement n'a pas sa place en haut de la hiérarchie!

Haiken fit exploser son Cosmos, provoquant alors de multiples explosions autour de lui. Son regard avait changé, il était bien décidé à annihiler tout espoir de victoire à sa belle-sœur. À ce rythme, le combat n'allait en devenir que de plus en plus violent, laissant alors le destin des deux personnages de plus en plus incertain!
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Mer 26 Nov - 19:15

Famille et responsabilités






J'eus la très mauvaise surprise de sentir un métal glacé contre ma peau de nacre. Je restais immobile, laissant retomber ma colère aussi sec. Haiken ne comprenait pas. Comme le pouvait-il ? Parfaitement stoïque en sentant son souffle chaud contre mon oreille, les traits de mon visage se crispèrent, tout comme mes poings sur la garde de mes lames recourbées. Il me fallut une grande maîtrise de moi-même pour ne pas céder une fois encore, à mon ire. J'observais la silhouette brisée d'une des épaves malmenée par notre joute. Pour l'heure, il semblerait que nos attaques resteraient verbales. Quand il me libéra, je me tournais vers lui, stoïque, prenant soin de camoufler mes émotions derrière un masque de parfaite nonchalance.

Je l'observais en silence, me murant dans un inquiétant mutisme. Il ne me respectait pas, il me voyait comme une faible femme, colérique et stupide. J'étais pourtant loin d'être une imbécile et il le savait. Je l'écoutais sans le couper, sans l'interrompre ne serait-ce qu'une fois. Il n'y eut pas même un soupir. J'en étais pourtant coutumière, quand on m'agaçait.

« Tu n'as rien compris, depuis le début, je n'ai rien choisi du tout, c'est là toute ton erreur, Haiken ! » je rangeais mes lames dans leurs fourreaux situés dans mon dos. Je baissais les yeux, songeant à ma vie, l'espace d'un instant. « C'est vrai, j'ai pris l'initiative de détruire le Sénat. Comme il est vrai que j'ai moi-même orchestré sa chute. Et tu oses appeler ça des querelles personnelles ?! Dois-je te faire deviner la raison de ma vendetta ?! Elle est pourtant évidente, c'est justement pour préserver les marinas, ma famille et, oui, surtout ma sœur, que j'ai fais ça ! »

Le cosmos d'Haiken se libéra en une vague titanesque, s'échouant violemment contre la barrière que j'avais érigé tout autour de moi. Je tenais bon, restant toutefois sur mes gardes.

« Je savais que j'allais mourir, Haiken, pourquoi aurais-je décidé de prendre la tête du Sanctuaire Sous-Marin ? C'est ridicule. Bien que je voulais faire la peau à ces conspirateurs, c'était uniquement dans le but de me venger et de détruire cette souillure qui gangrenait les atlantes. Ne le nie pas. Même si je sais que tu n'entends rien à la politique. Sur ce point encore nous nous accordons, nous sommes des personnes d'actions. Pas de réflexions. Non Haiken, en revenant à la vie, on m'en a imposé une autre, encore. J'ai ma part de responsabilités, oui, et je ne tournerais pas le dos à Poséidon. Si c'est cela que tu veux entendre. »

Cette fois, ce soupir tant attendu s'envola. « Mais voilà, Astre et Poséidon, ainsi que mon paternel, apparemment, en on décidé autrement. Ce sont eux qui m'ont donné ce titre. Je ferais en sorte de ne pas l'usurper, puisque ma vie devra se résumer à ça. Je reconstruirais nos familles, avec ou sans toi ! »

Mais avant je devais me reconstruire.

Portant mon poignet à mes lèvres, j'entaillais profondément la chair jusqu'à ce que mon sang se déverse dans le royaume d'Haiken. Une sensation étrange s'empara de moi et je me sentis d'un coup investie d'un pouvoir immense. D'un seul coup, alors que je m'apprêtais à attaquer Haiken en usant de mes fouets de sang, l’œil unique sur mon front s'ouvrit en grand et tout devint encore incertain. Quand je les rouvris, tout était plongé dans le noir. Je me trouvais en face du Général, comme immobilisé. Les yeux révulsés, je ne me rendis pas compte que ma main avait bougé toute seule. Une goutte de sang, puis une autre, d'elles naquirent des formes sinueuses, jusqu'à ce qu'elles se changent en créatures qui faisaient penser à des chevaux aqueux, à ceci près qu'ils étaient pourvu d'une longue queue écailleuse. Ils poussèrent un hennissement terrible avant d'être lancé au triple galop.

« Haiken ! » ma voix semblait irréelle. Mon autre main se tendit, chargée d'un trident. J'allais le pourfendre, j'étais calme et assurée, nimbée d'un cosmos familier. Le Dieu des Océans était avec nous, posait son regard sur nous. Je souris. Et enfin, je me ruais sur lui, convaincue dans ma foi, mais pas dans ma vie.






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Sam 29 Nov - 0:58

Mary fût choqué de voir son attaque échouer de la sorte. Cela n'allait vraiment pas aider à la calmer. Bien que le Dragon des Mers ne fasse ça que pour lui faire comprendre à quel point elle était faible actuellement, il y avait une forte possibilité que cela ne l'aide qu'à attiser encore plus sa colère.

Elle continuait à lui donner des explications, à se justifier, mais tout ceci ne sonnait que comme une paire d'excuses, afin de justifier ses actes. Tout ce que Mary faisait actuellement n'était autre que de rechercher l'affrontement, calmer sa colère et ses déceptions par la violence! Elle était devenu ce que Haiken était autrefois! Car oui, l'Atlante se revoyait clairement en ce moment même chez la jeune femme. Ils n'étaient pas fait pour s'entendre et pourtant ils se ressemblaient tant! Il était évident que la Sirène était perdue. Ses mots en disait long. Elle ne voulait pas de ce poste, elle ne voulait pas de cette responsabilité, mais semblait accepter le lourd fardeau que cela représentait. Mais serait-ce suffisant? Aurait-elle la volonté nécessaire pour mener à bien sa mission? Et comment le ferait-elle si elle périssait aux mains de son amant?

Haiken l'écoutait en silence et la voyait préparer une autre offensive. Une attaque des plus étrange, mais qui allait si bien à celle que le monde marin connaissait comme "Bloody Mary"! Elle fit apparaître un trident dans sa main, probablement le trident de Poséidon, et se lançait à l'assaut, tentant de pourfendre le corps du Général du Dragon des Mers. Cette fois-ci, Haiken encaissa le coup et fut transpercer par l'arme dorée. Cependant, il fit apparaître un sourire sur ses lèvres alors qu'il attrapait la main de la Marina et la tira vers lui! Leurs visages n'étaient séparer que par quelques centimètres à présent!

- T'as raison je comprends pas! Je comprends pas comment tu peux laisser les autres décider pour toi, que ce soit ton avenir ou tes combats. Je pige pas non plus comment tu as une relation avec un homme qui finirait par ta mort? C'est pour ça que je te dis... t'es faible!

Il concentra son énergie dans la paume de sa main et la libéra sur l'abdomen de la jeune femme qui fût projeter en arrière! Haiken gardait néanmoins le trident planter dans son corps. Il la retira d'un geste vif, étouffant un cri de douleur. Mais le sang n’eût pas le temps de couler de ses plaies. Les coraux effectuaient déjà leur travail avec brio. Il jeta le trident vers son adversaire, se plantant sur le sol à ses pieds.

- Tu gueules comme un homme, menaçant et jouant aux fortes, mais juste pour cacher tes faiblesses! Tu peux jouer aux fortes têtes mais toi et moi savons très bien que tout ça ce n'est que du vent!

Il crois les bras à nouveau, tandis qu'il laissait le temps à la jeune femme de se relever. Pour lui, ce combat n'en était toujours pas un!

- Imagines que je te laisse aller voir Celsius, qu'est-ce que tu comptes faire? Aller lui botter le cul? Pourquoi? Pour ne pas t'avoir tenu la main quant t'as clapsé? Alors que tu l'as dit toi-même t'étais morte d'une manière ou d'une autre! Et maintenant que, par miracle, tu es revenue à la vie, tu cherches juste un prétexte pour crever à nouveau! Dis-moi qu'est-ce que tu comptes faire vraiment au lieu de frapper n'importe comment? Je te signale que j'ai encore pratiquement rien senti, et pour avoir déjà affronter Celsius, je peux te dire qu'il t'en dirait autant! Donc explique-moi quel est ton plan?

Il décroisa les bras, s'approchant lentement de la rouquine, ne quittant pas son regard ne serait-ce qu'une seule seconde.

- Je peux pas te laisser crever. Non pas parce que je me préoccupe avec toi, mais je sais que si tu venais à quitter ce monde pour de bon, je ne récupérerai jamais le sourire de Callista!

Il avait utilisé le vrai nom de sa sœur jumelle afin de donner à sa phrase une connotation sincère et grave. Tout se résumait à cela, Haiken avait promis à Ann de lui ramener sa sœur saine et sauve, raison pour laquelle il refusait de l'attaquer, de peur de la tuer au milieu du processus. La convaincre d'abandonner sa quête de vengeance envers Celsius semblait impossible, Haiken n'aurait jamais renoncé à sa place. Mais elle devait comprendre que la colère et la rage ne suffisent pas. Contre un adversaire tel que le Chevalier des Poissons, la concentration et l'expérience étaient des atouts indispensables!

- Si tu ne combats pas en étant certaine de la raison pour laquelle tu te bats, tout ce que tu comptes entreprendre est inutile, et je serai sur ta route pour t'empêcher de faire à nouveau toutes les conneries que t'as accumulé jusqu'à maintenant! Comme toi, ce n'est pas un rôle que je veux forcément tenir, mais, la différence entre nous, c'est que je sais pourquoi je le fais et pourquoi j'irai jusqu'au bout pour le faire! Peux-tu me regarder dans les yeux et me dire la même chose...Satine! Arrête de te mentir deux minutes et penses vraiment pour qui et pourquoi tu veux te battre? Et surtout si tu en as vraiment besoin!

C'est alors qu'un léger changement dans la pression cosmique du Triangle des Bermudes se fit ressentir. Un message télépathique de ce bon vieil emmerdeur qu'était Jack O'Bannon! À croire qu'il n'était satisfait que lorsqu'il faisait chier son monde. Impossible d'être tranquille avec ce gars là. Si seulement il avait été aussi présent avec ses filles lorsqu'elle étaient gamines, elles auraient été épargnés à beaucoup de souffrances. Cependant, son message laissa le Dragon des Mers perplexes! Ann était au Sanctuaire!? Et elle était blessée?

"Mais c'est quoi ces conneries? Je lui avais dit de rester au Sanctuaire Sous-Marin, elle me l'avait promis! C'est pas vrai!"

Il ressentait la colère et l'incompréhension l'envahir. Mais ce qu'il ressentait le plus n'était autre que de la préoccupation! La savoir, dans son état actuel, au milieu d'une guerre qui n'était pas la leur, sachant qu'elle avait de surcroît combattu et perdu, n'allait pas arranger les choses. Haiken se retrouvait dans la délicate situation de devoir choisir entre aider Mary ou Ann! Le choix serait vite fait, mais il avait fait une promesse. Parfois, il maudissait le destin de l'avoir mis sur le chemin des deux rouquines! Elles n'allaient pas lui faciliter la vie, aussi bien l'une que l'autre!

Ce moment de réflexion était également un moment inattention. Haiken avait complètement baissé sa garde. Il était à la merci d'une attaque de la Prêtresse de Poséidon et rien n'indiquait qu'elle avait réfléchi à ses paroles et qu'elle n'attaquerait pas à nouveau. Une inattention qui pourrait lui coûter cher!
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Dim 30 Nov - 22:25

Mon combat, mes périls à venir






Comment était-il parvenu à encaisser cette attaque ? N'y avais-je pas mis assez de conviction ? Qu'est-ce qui me faisait hésiter ? Ma colère serait-elle en fin de compte un obstacle ? Depuis tout ce temps, me serais-je fourvoyée à l'utiliser de cette manière ? Alimenter mes attaques par ma rage, par mon sang en le faisant bouillonner dans mes veines, croire en elle n'aurait été que fiasco ? Cela ne m'étonnait pas. Chaque combat que j'avais dû mener s'était soldé par un échec. Sans compter les fois où j'avais été impuissante. J'observais Haiken, drapée dans un silence de mort. Mon visage demeurait lisse face à son sourire confiant. D'ordinaire, je serais sortie de mes gongs, d'ordinaire j'aurais éclaté et me serais mise à lui hurler dessus, l'insultant, argumentant avec virulence comme j'avais pu le faire tantôt. C'était finit. Je savais que c'était inutile. Mon combat, mes périls à venir, je devais les affronter la tête haute, en gardant en mémoire les paroles d'Arbhaal. Ma haine envers les Poissons était intacte, mais, il me fallait des réponses.

Repoussée avec violence par le Général, je me rétablis tant bien que mal sans fléchir. Comme lui, je me redressais de toute ma hauteur, pour le toiser, pour l'écouter, pour le comprendre. Quels étaient ces changements qui s'opéraient en moi ? Je me sentais très différente alors que l’œil du Cyclope continuait de s'ouvrir. Déversant en moi un flot débordant d'énergie pure qu'il me fallait contrôler.

Ne serait-il pas étonné de me voir la bouche close, à croiser les bras dans une attitude d'attente alors que mes yeux se fermaient pour s'extirper du Monde ?

« Tu as raison Haiken, je suis faible, je l'ai toujours été. »

Me contentais-je de lâcher après réflexion. Un soupir, encore un, s'envola. « Depuis de trop nombreuses années, je me suis aveuglée toute seule. Tu as raison, Mary Red n'est rien que du vent, un personnage derrière lequel je me dissimule. Ma sœur l'a fait aussi, jusqu'à te rencontrer. Je l'enviais tant, tu sais. Je l'envie toujours. Car moi aussi, j'aimerais bien être Satine, tout simplement Satine. Seulement, comme tu peux le constater, je n'ai pas eu autant de chance que ma jumelle. J'ai mon lot de conneries, nous sommes tout à fait d'accord là dessus, je suis fautive, sur bien des points, mais c'est fini désormais. »

Après une pause dans mon discours, je rouvris les yeux, déterminée. Le regard du Cyclope transperça celui du Général.

« Non. Non je ne ferais pas ça. Je ne le combattrais pas. » Mes bras retombèrent le long de mon corps, comme si, ma lutte s'arrêtait là. « Je vais te le dire Haiken je ... »

Soudain, je fus à mon tour paralysé par une nouvelle qui me laissa bouche bée. Mon masque de parfait stoïcisme se fissura jusqu'à éclater, dévoilant un visage hésitant entre la surprise, la tristesse et la colère la plus pure. Mon cosmos s'intensifia au point que tout ce qui nous entourait, ondula. Comme si, la réalité établie par le Marina du Dragon des Mers était sur le point d'être anéantie. L’œil de Polyphème était grand ouvert, faisant trembler le monde. J'eus du mal à ne pas sombrer à mon tour. L'image de ma sœur blessée me traversa l'esprit. Presque violée, encore une fois … mais par qui ! Je le trouverais, je le traquerais … mais je ne comprenais pas pourquoi elle était là au Sanctuaire. Je retins mon souffle, mes mains n'étaient plus qu'un nœud de phalanges blanchies. Je m'approchais d'Haiken qui paraissait totalement déboussolé. Je l'attrapais alors par le bras, l'emmenant contre moi. Je lui glissais alors à l'oreille.

« Pars retrouver Callista, Haiken, vas, je te rejoindrais. » je levais mon visage vers le sien. Tout à coup, nous nous retrouvions en Grèce, là où nous nous tenions quelques minutes auparavant. Je lui souriais. « Je serais forte, car je sais pourquoi je me bats … pour vous. Pour nos lendemains. Je vais chercher mes filles, je vais chercher des réponses, puis je me détournerais de mon passé et je reviendrais parmi vous. »

Sans crier gare je le serrais contre moi avec toute la force du désespoir. Je pleurais en silence, mais, il put très nettement entendre ce que j'avais à lui dire avant de m'en aller.

« Merci Haiken. »

Toute ma colère s'était évanouie.

Quels changements s'opéraient en moi ? Restaient encore des doutes, mais, ils seraient balayés dans peu de temps.





© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   Ven 5 Déc - 0:23

Il avait réussi. Haiken avait réussi à lui faire comprendre à quel point elle faisait fausse route. Elle comprenait qu'elle se laissait mener par ses sentiments les plus violent et qu'elle empruntait la mauvaise direction. Le Dragon des Mers avait tenté de tout en son pouvoir, et cela avait finalement porté ses fruits.

Elle baissait les bras, et se résignait donc à abandonner. Haiken relâchait alors complètement sa garde. Il était satisfait de voir que ses mots avaient atteint la jeune femme. Elle ressemblait beaucoup à Ann, en bien des aspects. Certes, leur visage était le même, si on oubliait la "jolie" cicatrice ornant le visage de Mary Red, mais le Dragon des Mers avait toujours pensé qu'elles étaient très différentes psychologiquement. Il semblerait qu'il se soit trompé. Mary venait de lui prouver que ses peines, ses faiblesses, étaient similaires à ceux de sa sœur. Ce qui les différenciait à présent n'était autre que la possibilité de pouvoir se réfugier auprès d'une personne de confiance lorsqu'elles en ont besoin.

La voix de Jack O'Bannon avait retenti et cela semblait avoir perturbé la jeune femme également. Elle attrapa Haiken par le bras et lui demanda d'aller retrouver sa sœur. Au même moment, et libérant une quantité de Cosmos qu'elle n'avait encore jamais réussi à libérer pendant leur combat, elle fit voler en éclat la dimension que le Général du Dragon des Mers avait crée. C'était assez incroyable et l'atlante ne put cacher sa stupéfaction. Il est vrai qu'il avait relâché sa garde et n'utilisait pas autant de Cosmos qu'il le devait pour maintenir sa dimension en un seul morceau, mais il fallait avouer que c'était probablement la première fois que quelqu'un la faisait disparaître à l'aide de sa propre puissance et non par manque de ressources du Dragon des Mers.

Ils étaient à nouveau en Grèce. Leur échange se terminait finalement. Ann avait besoin d'aide, il était donc temps que Haiken quitte Rodorio et rejoigne le Sanctuaire d'Athéna. Mary quant à elle, allait retrouver Celsius et tenter de récupérer ses filles. Les idées de vengeances avait quitté son esprit, du moins cest l'impression qu'elle donnait. Elle remercia finalement le Dragon des Mers, qui acquiesça d'un signe de la tête. Néanmoins, ce n'était pas pour elle qu'il avait fait tout ça!

- T'as intérêt à revenir en un seul morceau Mary Red! Sinon je jure que je vais jusqu'en Enfers uniquement pour te botter le cul!

Il lui lâchait un sourire sadique, puis lui tourna le dos. Avant de rejoindre le Sanctuaire, il devait se restaurer. La dernière attaque de Mary l'avait blessé bien plus qu'il ne l'aurait imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Juin 1755 GS] Sonner les cloches ~ Pv Mary & Jack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Rodorio-