RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Mer 3 Déc - 18:25

La chanson des grillons dans la plaine surplombant la mer donnait à la région un côté paisible et charmant. Un petit village au sud d'Athènes s'était installé depuis de nombreuses années sous l'hospitalité du seigneur local. A quelques distances de lui, on pouvait voir les ruines d'une ancienne structure de l'Antiquité. Ces pierres et restes de piliers formaient un ensemble si on prenait la peine de l'observer avec attention. Il était à quelques mètres de la falaise plongeant directement dans les entrailles de la Mer d'Attique. Il devait être quelques heures avant l'aube, un Homme marchait dans cette semi-pénombre. Personne ne le connaissait et il se drapait dans un linceul de tissus de toute sorte. A ses côtés, quelques hommes étaient là... D'un geste de la main, le premier montrait du doigt le village en leur chuchotant ses dernières recommandations. Personne ne savait ce qui allait être dit, personne ne se doutait de ses desseins mais une lueur sombre brillait dans l'obscurité. Il termina sa phrase par un :

- Allez-y !

~~0°°0~~

Posant le pied dans le sable encore froid de la nuit passée, l'homme grommela quelques insultes en voyant que sa chaussette était trouée. Il aurait bien voulu se cogner la tête contre un des piliers mais il n'était pas là pour cela. En effet, dernièrement, une rumeur s'était répandue chez les Marins, des équipages avaient disparu étrangement ou avaient été victimes de pillages. Une femme, une épouse d'un des Marins, avait alors prié l'ancien Dieu du temple du Cap Sounion pour la venger de la mort de son Mari. Le vieux Dieu, entendant son appel, avait prévenu le vieux forban que leurs ennemis avaient dû agir dans le coin. Ses yeux fixaient les rameurs de son embarcation derrière lui, et d'un geste de la main, il leur intimait de retourner vers le vaisseau de guerre qui était stationné au large de la Mer de Pontos.

Il réajusta sa cape. Ses cheveux blonds remis en arrière, ses lunettes bien posées sur son nez, il s'avançait vers un chemin escarpée qui montait vers le Temple de Poséidon au dessus de la falaise. Après quelques minutes, il y parvint et vit une jeune femme, la trentaine d'années sûrement, pas très belle et un peu laideron même, qui priait encore le Dieu avec une Foi assez rare dans un monde uniformisé par ce Dieu Unique. Ses cheveux noirs et bouclés s'échappaient de son châle sur sa tête, ouais, elle était en deuil et il fallait faire avec. Putain, même pas baisable en plus pour changer... Pas satisfait de cette découverte, Jack allait repartir quand il ressentit quelque chose d'infime. C'était très faible mais cette veuve joyeuse avait un cosmos ! Non ! Pas un cosmos mais une Foi lourde qui le faisait trembler lui même.

Surpris par autant de fanatisme, le vieux forban vint alors à elle en la fixant. Pour faire bien, il fit exploser son cosmos ! Elle ne pouvait pas le louper et faillit avoir une attaque cardiaque, ca aurait été balot ! D'un bond, il atterrissait devant elle ! Elle avait les pupilles dilatées par la peur et l'angoisse, mais le symbole de Poséidon sur la fibule de sa cape la fit changer d'attitude. Il la prit alors par la gorge sans trop serrer - bah ouais, on représente Poséidon ou on le fait pas - et lui chuchota dans un grondement sourd.

- Le Seigneur Poséidon a entendu ton appel ! T'as intérêt à avoir une putain de bonne raison ou je t'explose sur le sol, et après je viole tes filles et ca va durer un moment, suis endurant pour ça !

- Seigneur... Nooooooooon, mon mari a été tué...

- Et alors ? Rien à foutre ! C'est la loi de la Mer ma bonne dame !

- Les brigands et l'homme aux yeux de lumière violette...

- Quoi ? bah causes !

- Peux plus... kof kof kof


Merde ! Elle s'étouffait la conne ! Lâchant la femelle, il la laissait récupérer un peu et elle en vint lentement à reprendre son souffle. Une fois fait, elle se mit à parler de la situation de la région : Un groupe de brigands avait attaqué le village, sans raison, ils cherchaient des informations sur l'endroit ou se trouvait l'Olivier d'Athéna et la source d'eau de Poséidon, mais seul le Scribe du village le savait. Et elle avait vu un Homme à leur tête, il dégageait quelque chose de terrible et elle ne pouvait même pas s'en approcher. Après la première attaque, le bourgmestre avait envoyé une missive au Sanctuaire terrestre pour les aider mais aucune réaction... La Femme avait alors décidé d'appeler le Dieu des Mers pour les venger ! Ces derniers attaquaient régulièrement le village pour pousser le Scribe à sortir de sa cachette.

Les informations qui se succédaient à bâton rompu laissaient songeur l'ancien Général de Poséidon. Un inconnu avait donc payé des forbans pour rechercher les endroits des anciennes reliques mythologiques de la région. Pourquoi ? Il en savait rien mais la description de cette femme laissait aussi penser à une force liée à Hadès ou aux Chevaliers noirs. Un Saint n'aurait pas agi de la sorte et parlons pas des Ases... Un Marina ? Il n'avait pas d'information corroborant l'activité des siens ici même. Mouais, ca puait donc ! Il informait le laideron qu'il allait prendre les choses en main. Mais il avait besoin d'un peu plus et elle allait servir d'espion un certain temps. Qui était le type derrière tout ça ? Il en savait rien mais son instinct lui commandait de se méfier plus grandement que d'habitude ! Il ne savait pas encore comment agir mais si c'était un de ses sbires de son vieil ennemi, son petit numéro à l'instant avait dû éveiller l'attention... Quel con !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Mer 3 Déc - 19:07



La lune éclairait doucement le chemin de sa lumière diaphane en cette nuit de juillet. Sur la route, deux voyageurs se disputaient allègrement sur leurs montures. Un jeune adolescent en armure avançait, l’air résolu, tandis que son tuteur tentait de le raisonner :
- Kappa, ça suffit ! Ne fais pas l’enfant ! Tu es censé apprendre à maîtriser le zéro absolu comme te l’a demandé Fawn ! Nous n’avons pas le temps pour ça !
Sans répondre, le chevalier de bronze accéléra légèrement la cadence en regardant droit devant lui. Il ne voulait pas écouter son père. Agacé, énervé de ne pas parvenir à contrôler mieux les pulsions colériques de son fils depuis qu’ils avaient quitté Rodorio pour la Sibérie, Naios dépassa la monture de Kappa et se mit en travers de sa route pour le bloquer. Celui ci s’immobilisa, et son regard déterminé se posa sur l’homme à la chevelure d’argent:
- Laisses moi passer, papa ! Je n’en aurai pas pour longtemps ! Nous serons de retour au chalet avant même que tu ne t’en sois rendu compte ! Je n’ai besoin que de quelques heures !
- Sauf si tu tombes sur plus fort que toi, comme la dernière fois ! Rétorqua subitement son père d’un ton inquiet. Je ne veux pas avoir à revivre l’angoisse de te voir revenir dans cet état !
- Alors, démissionnes ! Je suis un chevalier, et tu en as été un avant moi ! Tu t’attendais à quoi ?! C’est ma vie ! Je n’ai pas abandonné Ahina pour me planquer comme un lâche ! Répliqua vivement l’adolescent.
- Mais tu n’es pas prêt... Laisses moi t’aider à maîtriser ton cosmos ! Après, tu feras ce que tu voudras pour la chevalerie et pour Athéna ! Mais si tu meurs avant, tout ce travail depuis que tu es arrivé à Rodorio ne servira à rien !
- Et ces gens qui ont demandé de l’aide ?! Je dois les laisser crever sans réagir ?! Lâcha soudain Kappa d’une voix forte.

Naios baissa la tête, semblant réfléchir un instant: son fils marquait un point, mais il avait un mauvais pressentiment sur toute cette histoire. Il ne savait pas pourquoi, mais la dernière fois qu’une telle angoisse l’avait pris aux tripes, il avait failli perdre son fils adoptif.
- Demandons au moins des renforts au Sanctuaire, dans ce cas ! Ce n’est qu’à quelques heures de route ! Si nous nous dépechons, nous...
- Et si tout se décidait cette nuit ? Ce n’est pas quand ces gens seront transformés en cadavres qu’ils auront besoin de notre aide ! Rétorqua le jeune chevalier.
- Mais tu...
- Non ! J’en ai marre de discuter, Naios ! Rentres à Rodorio, et attends mon retour ! Trancha Kappa d’un ton qui ne souffrait aucune réplique.
Comprenant qu’il ne parviendrait pas à convaincre son fils, Naios fit démarrer son cheval qui s’écarta lentement du chemin. Le futur Verseau hocha de la tête en posant un regard grave sur son père pour le remercier, puis il démarra au galop, en direction du Cap Sounion.

Environ une heure s’écoula avant qu’il n’atteigne les abords du petit village qui occupait les lieux. L’heure de la nuit était avancée, et personne n’était debout à une heure si tardive. Kappa ordonna à sa fidèle monture de ralentir l’allure et il entra lentement dans le village. Seuls, les sabots d’Hector venaient rompre le silence de cette belle nuit d’été. Soudain, le jeune homme s’immobilisa, croyant avoir entendu quelque chose. Il balaya les lieux du regard, mais ne vit rien. Le village était désert. Son regard fut alors attiré par une auberge construite sur un plateau dominant les lieux. C’était le seul bâtiment éclairé par des torches. Elle semblait ouverte. S’il devait se renseigner, ou même passer la nuit ici, c’était un bon point de départ. Kappa tira ses rênes et Hector repartit doucement en suivant la route montant jusqu’à l’auberge. Mais soudain, la main du jeune homme se crispa sur la sangle en cuir et sa monture s’immobilisa sous la pression. Surgissant des ombres, plusieurs hommes encapuchonnés et vêtus de noir barrèrent la route au chevalier de la Couronne boréale, qui n’esquissa pas le moindre geste. Il avait trouvé ce qu’il était venu chercher.

Rapidement, la bande entoura la monture de l’adolescent qui les toisa d’un regard mauvais. Il les observa un à un, avant de lancer:
- Vous tombez bien, messieurs... C’est vous que je cherchais...

Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Jeu 4 Déc - 13:53

Les cinq hommes entouraient lentement le nouveau venu. Chacun sur ses gardes, ils observaient le jeune homme avec un sourire carnassier, la nuit était belle pour faire couler le sang des curieux comme lui. Le trait commun de ses gus était de porter une étrange fleur à la boutonnière, une magnifique rose noire. On aurait presque dit qu'une étrange lueur violacée s'en échappait à travers les faisceaux lunaires. Le teint méditerranéen, ils portaient des frusques sans signe de richesse. Un avait une dague, un autre une épée ou un cimeterre... Pas des armes de choix et ils chargèrent le Chevalier sans coup férir, à une vitesse qui surpassait même certaines qualités humaines. Leurs coups portaient dans sa direction avec une grande précision. Etrangement, ce petit groupe tenait ses distances ! Ils avaient l'air de savoir qui était en face d'eux et certains regards furtifs ne cachaient pas qu'ils regardaient l'armure de Kappa.

- Bon, passons aux choses sérieuses !

Un d'entre eux tira la rose de sa boutonnière pour la lancer avec vélocité dans la direction du Chevalier. Les autres se préparaient à faire de même, la rose noire percuta son bras gauche de plein fouet. Kappa avait la sensation que la rose venait de traverser son bras en lui déchirant ses muscles, en un regard, il pouvait se rendre compte de l'énorme estafilade sur le côté. Si ce brigand savait visé, il lui aurait certainement arraché le bras. La suite serait certainement moins sympa, quatre autres roses noires fonçaient vers lui désormais...

~~0°°0~~

Jack laissait le laideron repartir quand ses yeux se relevèrent vers le village. Ajustant ses lunettes sur son nez, il devait se rendre à l'évidence que quelque chose d'anormal avait lieu là bas en ce moment. Il se décidait à aller voir de plus près, il s'essoufflait vite, il n'avait jamais été un fan des courses longues. Avec un bon rythme quand même, il parvint en quelques minutes dans les abords du village ! Des bruits de combat étaient parfaitement audibles près de la rue principale. Il s'apprêtait à y aller quand il sentit quelque chose glisser sur sa nuque, un légère brise fraîche. Immobile, il sentait son corps se raidir, quelque chose coulait dans son dos, du sang ? Son sang même ! Putain ! Il avait été frappé dans le dos sans même s'en apercevoir. Une seconde brise fut ressentie mais pas deux fois !

Un roulez-bouler sur le côté permit d'éviter l'attaque ennemie. D'où qu'elle vienne, son responsable savait parfaitement cacher sa présence dans un petit périmètre. Il entendit de nouveau ce léger sifflement et il recula d'un pas à temps pour voir une rose rouge se planter sur le pilier adjacent. Surpris ! Ouais, il se demandait bien ce que foutait ici le Chevalier d'or des Poissons et pourquoi il l'agressait de la sorte sans se présenter ! Sa mâchoire allait se libérer pour gueuler quand deux de ses neurones se mirent en marche. Cela ne pouvait pas être le chevalier d'or, en effet, les gens de ce grade et surtout lui ne se déplacent que pour des missions spéciales et sont pas du genre à se cacher. Il ne restait qu'une seule alternative et elle ne lui plaisait pas des masses ! Pensif et aux aguets, il vit le sol trembler légèrement alors que des centaines de roses rouges poussait à une vitesse folle. Pivotant sur lui même, se créa dans sa main une orbe d'eau qui frappa le sol. Une vague d'énergie pure se libérait alors pour balayer le jardin en train de se constituer ! Il ne comptait pas se laisser enfermer là dedans !

- Sors de ta cachette connard !

Aucune réponse. Une explosion s'entendit derrière, quelqu'un se battait derrière et du cosmos était libéré. Jack créa alors une brume sanguine pour se libérer de la vue de son ennemi et partit en courant vers ce qui se passait. De toit en toit, il parvint dans une ruelle où un jeune homme se battait contre des types genre mauvais pirates ! Mais ce qui l'intriguait, c'était des roses noires sur le sol ou plantées dans différents endroits. Seul, Jack ne pourrait rien contre cet ennemi invisible mais ce jeunot semblait être un Chevalier des Glaces. Hmmmm, ca pouvait faire l'affaire, ils ne seraient pas trop de deux ! Alors qu'un brigand sortait de l'ombre pour frapper le jeune homme dans le dos, d'un bond, il lui tomba dessus pour l'assommer. D'un regard carnassier, son cosmos déployé au point de faire voler de la poussière dans les airs. Il apostropha le jeune gars en lui jetant un étrange châle noire trempé !

- Faut qu'on cause ! On a le même problème et mets toi ça sur la bouche et le nez ! Au moins ca bloquera le poison dans l'air ! Je m'appelle Arghyle, serviteur de Poséidon !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Sam 6 Déc - 8:37



L’attitude de défi du garçon à l’égard de ses assaillants agaça immédiatement l’un d’entre eux : seul contre cinq adultes, qu’espérait il pouvoir faire ?! Mais il allait lui apprendre à vivre à ce morveux ! D’un geste vif, il tira la rose à sa boutonnière, et la jeta sur le jeune homme en visant le coeur. Kappa eut le temps d’exécuter un mouvement du bassin pour tenter de l’esquiver, mais la rose se planta malgré tout vivement dans son bras gauche. Serrant les dents pour étouffer un cri de douleur, le chevalier de bronze arracha la rose de son bras désormais en sang et sauta à terre. Son cosmos se déploya rapidement et une aura bleutée apparut autour de lui tandis que la température s’abaissait rapidement. Il jeta la rose au sol et l’écrasa avec son pied avant de se tourner vers son agresseur :
- Ca, tu vas me le payer...
Puis il leva la main, et une épée de Givre superbement taillée apparut entre ses doigts. Fraternité, l’Epée des Glaces !

Un instant plus tard, Kappa chargeait sur son assaillant, et dans un geste d’une rapidité et d’une précision violentes, Fraternité fendit la chair de l’ennemi, qui s’effondra au sol, la poitrine totalement ouverte.
- Au suivant ! Provoqua le jeune garçon d’un ton empli de confiance.
Déjà, ses quatre autres assaillants avaient attrapé leur rose, et la lançaient sur le jeune chevalier. Celui ci planta son épée au sol devant lui et ferma les yeux.
- Oh non, pas deux fois...
L’aura bleutée s’intensifia subitement et les roses furent comme gelées en plein vol avant de retomber lourdement sur le sol. Satisfait de son tour de passe passe, Kappa dégagea son épée du sol et se prépara à une nouvelle contre attaque. Dégainant deux dagues, un des hommes en noirs situé derrière lui tenta de le suriner en profitant de sa position, dans son dos. Instinctivement, Kappa fit pivoter son épée, et la fit passer sous son aisselle pour qu’elle aille se planter dans le ventre de l’ennemi. D’un geste sec, il tourna le manche pour s’assurer que la plaie reste ouverte, et retira Fraternité, désormais dégoulinante de sang, tandis que l’assassin s’effondrait au sol, mort.

Comprenant que leur proie n’était peut être pas si faible qu’ils l’avaient pensé au départ, les trois hommes encore en vie reculèrent de quelques pas pour se regrouper. Ils échangèrent quelques regards, hésitant sur la marche à suivre, pendant que le garçon les toisait d’un regard glacial. Et soudain, quatre nouveaux hommes surgirent dans la ruelle, derrière Kappa. A sept contre un, les choses se compliquaient sensiblement. C’est alors qu’un assaillant tenta d’attaquer dans le dos du chevalier de bronze à nouveau, mais celui ci s’effondra avant d’avoir pu l’approcher. Surpris, Kappa tourna ses yeux vers le responsable de cet évènement imprévu : un serviteur de Poséidon ?!
Sans trop chercher à comprendre, conscient que le temps pressait et que ce n’était pas le moment pour des explications, il s’enroula le châle autour du visage pour se protéger, tandis que les six hommes restants s’approchaient peu à peu, resserrant leur étau. Dos à dos avec son allié improvisé, Kappa brisa le silence après s’être mis en garde :
- D’accord, Arghyle ! Et maintenant... ? Lança t’il en fixant intensément les trois hommes qui se préparaient à lancer un assaut combiné face à lui

Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Dim 7 Déc - 2:32

"Hmmmm T'as du cran bonhomme ! Bon, bah le plan est simple, on fonce, on enfonce, on défonce ! "

Si une chose ne lui plaisait pas, c'était mené un jeune Chevalier dans ce combat là. Habituellement, il chassait les ennemis de son Peuple, accessoirement ceux d'Athéna, sans se soucier des morts que cela pouvait engendrer mais putain ! Ce guerrier était à peine un gosse sorti de l'école ! Pestant intérieurement contre cette situation imprévue, il concentrait dans ses deux mains deux orbes aqueuses et les projetait sur deux d'entre eux. Dans quelques craquements sourds, deux brigands se prirent de plein fouet les orbes dans la poitrine, pénétrant leurs peaux, leurs omoplates éclatèrent comme des oeufs. Ces gerbes de sang auraient dues éclabousser le sol mais non, cela devenait une étrange brume écarlate. Grognant, l'ancien Général sentit à nouveau le vent dans l'air qui se levait.

Pivotant sur lui même, il laissait le jeune homme se débrouiller avec le dernier. Ses bras s'écartèrent brusquement pour créer un rempart de son propre corps. Trois roses noires se fichèrent dans son dos, plusieurs filets de sang en sortirent pour s'égoutter sur le sol boueux. Bordel de merde ! Ca faisait mal quand même ! Mais, on était sur la terre à la limite entre le Royaume marin et le domaine d'Athéna. Si le gosse mourrait, ses espoirs pour ses plans futurs tombaient à l'eau comme de la merde de poule dans un poulailler. Il serra les fe... les dents pour contracter les muscles dorsaux afin de rejeter ces trois fleurs infernales. Le gosse se battait comme un petit diable et la vue de deux nouveaux adversaires ne semblait pas l'inquiéter mais une chose, plus sinistre, n'était pas du même niveau et allait les pourir rapidement sans réaction de sa part.

- Désolé gamin ! Mais si on reste ici, on est mort avant de pouvoir causer, on se barre ! Mais crois moi.... Ils vont le payer !

Prenant son bras, un cosmos rouge sang les enveloppait à la vitesse de la lumière. Des lèvres du vieux sortirent un chant digne des anciennes sirènes de la mythologie, les bandits semblaient paralysés et c'est en profitant de cette opportunité qu'ils disparurent dans une étrange dimension. Tout autour d'eux, tout était sombre, une odeur salée et iodée prenait les tripes rapidement et d'un geste, le vieux renard poussa le Chevalier pour éviter la chute d'un vieux galion qui était tombé du ciel ! Une fois la surprise passée, il lui souriait quelques instants et concentra son cosmos dans ses plaies pour les refermer !

- Toujours aussi intéressante la technique de ce vieux Dragon ! Bon, ... euh... Tu t'appelles comment gamin ? Nom et grade ? Pour information, je ne sais pas qui t'envoie ici, mais tu t'es fourré dans un sacré guêpier, car cette mission, suivant l'échelle de l'Empire des Sept Mers, est de classe A. C'est à dire pour les Généraux en personne, l'équivalent des Chevaliers d'or chez vous ! Laissant passer quelques secondes, il reprit la parole. J'aurai préféré avoir un d'entre eux tiens... Car, saches que le type que nous allons combattre est d'un niveau certainement supérieur au mien et donc au tiens, à deux on a une chance mais je dois pouvoir te faire confiance... De toute façon, je contrôle mal cette technique, le Triangle des Bermudes va nous renvoyer dans peu de temps au même point ! Bon, donc, on a quelques minutes quand même, reposes toi un peu et prends de ceci pour te soigner !

Sortant de sa besace, Jack lança un rouleau de bandage en soie. De runes atlantes y étaient écrites avec soin, puis, alors que le gamin reprenait ses esprits pour se rendre compte de la merde où il s'était fourré, il allumait une vieille pipe toute pourrie. Putain, mais pas de bol ! Ce connard avait planté une de ses fleurs de merde dans le sachet de cuir pour le tabac. Fronçant les sourcils, il regardait le tabac se vider comme une mort rampante. Il grommela un peu et jeta sa pipe pour s'approcher du gamin, il prit son bras sans ménagement et vit la plaie. Elle était empoisonnée évidemment et si le gamin survivrait à la blessure, pas au poison... Ses pupilles prirent une teinte d'interrogation avant de prendre un air décidé, il laissa un cosmos particulier s'échapper de ses doigts pour extirper le poison. Ce cosmos était d'une puissance que le jeune n'avait jamais connue mais il devait le sauver de cette merde ! Pas envie de voir ensuite les Saints venir poser des questions !

- Avec ça, le poison sera neutralisé ! Pendant le combat à venir, nous risquerons nos vies, tu es sûr de vouloir rester... Une fois que nous serons expulsé d'ici, je pourrai te téléporter plus loin et tu auras.... peut-être une chance de survivre !

Putain mais il croyait rêver, le vieux Jack qui sauve un gamin !!! Non, pas trop en fait, ce gosse lui rappelait ce que lui même avait sacrifié il y a neuf années de ça... Il se retira ensuite pour le laisser récupérer et répondre à ses questions...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Dim 7 Déc - 9:07



Sentant que ses arrières étaient efficacement couverts par son allié improvisé, le jeune garçon reporta toute son attention sur les nouveaux venus face à lui. Et tandis que deux ennemis tentaient d’attaquer Arghyle dans son dos, Kappa vit deux autres hommes foncer droit sur lui. Son épée fendit l’air deux fois et les corps des pauvres malheureux s’effondrèrent au sol, lacérés sur une bonne partie de la poitrine. Ils avaient eu leur compte. Mais l’assaut se poursuivait : esquivant un projectile d’un pas de côté, le chevalier de la couronne Boréale se prépara à contre attaquer lorsqu’il vit le Marina surgir devant lui tel un mur ! Il serra les dents, et le garçon comprit aussitôt qu’il s’était interposé pour encaisser des projectiles. De toute évidence, Arghyle le sous estimait à cause de son âge, mais il lui était tout de même reconnaissant pour son geste. Calmement, Kappa se prépara à la manche suivante, mais son nouvel allié ne lui en donna pas l’occasion : tout se passa très vite, et quelques secondes plus tard, ils se retrouvèrent téléportés dans un lieu bien étrange que le chevalier de bronze ne connaissait pas.

Il écouta Arghyle parler, et fronça légèrement les sourcils : sa condescendance commençait sérieusement à l’agacer :
- Je suis le chevalier de bronze de la Couronne Boréale ! Et personne ne m’envoie ici, j’ai répondu à l’appel de détresse des habitants ! Et cesses de m’appeler gamin, Arghyle ! Je suis peut être jeune, mais je suis aussi le disciple du chevalier d’Or du Verseau ! Alors si tu ne respectes pas mon armure, respectes au moins celle de mon maître !
Une fois encore, Kappa ne s’illustrait pas par ses talents de diplomate, et une certaine lueur de défi planait dans ses yeux alors qu’il fixait le Marina les yeux dans les yeux. Jeune, il l’était ! Mais il estimait être largement digne de cette mission, peu importait son niveau ! Il avait combattu à de nombreuses reprises depuis qu’il portait son armure, et il ne se laisserait pas ridiculiser sans rien dire.

Il attrapa au vol le rouleau de bandages que son allié lui lança et le remercia d’un signe de tête avant d’observer sa blessure au bras : elle saignait beaucoup, et lançait. Un poison était probablement déjà à l’oeuvre. Il soupira légèrement, avant que le Marina n’attrape son bras :
- Hé, mais qu’est ce que... ?! Protesta t’il au début avant de se taire, voyant le regard concentré d’Arghyle.
Il libéra une énergie cosmique qui s’engouffra dans la plaie, et aussitôt, celle ci cessa de le lancer. Embarrassé, Kappa retira son bras d’un coup sec et s’éloigna pour aller s’assoir plus loin après avoir remercié le Marina à mi voix. Il entoura son bras d’un bandage solidement fixé, et souffla quelques secondes. Il redressa brusquement la tête vers le général de Poséidon avant de lui lancer un regard foudroyant :
- Il me semblait avoir été clair, là dessus ! Je n’irai nul part avant que ces enfoirés n’aient eu leur compte ! Lança t’il d’un ton agressif en bougeant son bras blessé pour en vérifier la mobilité.
Il se releva pour faire face au Marina, et poursuivit :
- Il en faudra plus que ça pour me faire mordre la poussière ! Je veux la tête de ces hommes, et je l’aurai avec ou sans ton aide ! Alors, cesses de me prendre pour un gamin et balances ton plan ! Si on a effectivement peu de temps avant d’être renvoyés là bas, autant l’employer efficacement...
Sa voix ne tremblait pas, il n’hésitait pas. Jeune, il l’était, oui. Mais courageux, sans aucun doute !
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Dim 7 Déc - 11:09

Un gros sourire aux lèvres naquit lors de la réponse du gamin. Déjà il avait pas donné son nom, donc en attendant, ce sera par ce pseudonyme qu'il le nommerait. Les informations suivirent et apprendre qu'il n'était qu'un chevalier de Bronze le fit tiquer. Il ne laissa rien paraître pour ne pas en rajouter, son esprit était plus concentré sur les paroles de ce jeune idiot plein de foutre ! Non mais quoi, on lui avait pas appris que la vie est précieuse et qu'il faut réfléchir avant de foncer dans le tas ! Il allait devoir mettre une chose au clair avant d'aller plus loin. En effet, il était le disciple du Chevalier d'or du Verseau, un certain Fawn selon ce qu'il savait... Il devait au moins le prouver par son sang froid.

- Chevalier ! Tu veux qu'on parle d'égal à égal, ça me dérange pas, j'ai jamais été ravi de ce genre de protocole militaire mais c'est notre vie qui veut qu'on en est dans le pantalon ! Donc... Laisses moi te dire une chose, il faut agir froidement et calculer chaque coup à l'avance. Ton tempérament pourrait faire bander une mignonne à Rodorio, ici c'est pas le cas, je veux un Chevalier qui en veut certes mais qui n'obéit pas à sa colère. Fawn du Verseau a du te l'apprendre non ? Tu vas alors baisser d'un ton !

Le cosmos d'Arghyle montait en gamme au fur et à mesure qu'il discourait. L'ambiance devenait lourde et électrique, à cet instant, l'ancien Marina paralysait toute force autour de lui. Kappa devait avoir du mal à respirer, chaque muscle tressaillait sous l'impact de cette vague cosmique qui venait d'atteindre le sens ultime. Le regard mauvais, il disparut à la vue de la Couronne Boréale pour réapparaître dans son dos. Un doigt touchait doucement la nuque du gamin.

- Là tu es mort ! Ton Maître a du t'enseigner les principes mêmes du Cosmos, à un certain niveau, on atteint le Septième sens, celui qui unit les six premiers dans un tout parfait et redoutable. Actuellement, ton cosmos a un potentiel mais tu le perturbes avec cette colère en toi, notre ennemi va en profiter pour te tuer si tu perds ton sang froid ! Car ton art, à ce que j'ai vu tout à l'heure, est une des clés de notre Victoire ! Donc, je ne veux pas voir la moindre colère, tu dois être aussi calme que la constellation que tu représentes...

Alors que Kappa se retournait, jack lui expliqua que les roses venaient d'un ancien chevalier d'or des Poissons. Une vraie plaie ! Et ses pouvoirs pouvaient se rapprocher de deux chevaliers d'or. Le danger était immense et il ne fallait pas qu'il mette la main sur l'Olivier de la Déesse de la Sagesse ni sur la Source d'eau sacrée de Poséidon. Avec cela, il pourrait donner à ses roses un pouvoir proche du divin ! Ce village était la clé et donc, il fallait vaincre ce chevalier noir qui se tapissait dans l'ombre. Il lui apprit pendant les minutes suivantes les dangers du parfum des roses, le poison qui s'y trouvait ainsi que dans les épines. Toute blessure pouvait devenir mortelle. Et si le jeune chevalier avait une qualité, c'était qu'il était un guerrier des Glaces. Sa capacité de générer du vent glaciaire et de geler étaient le meilleur moyen de contrer l'ennemi. Mais il allait devoir ne pas perdre son sang froid. En effet, leur ennemi risquait d'user des moyens les plus déloyaux et sales pour les déstabiliser, la mort est une chose coutumière dans ce monde et il faut l'accepter froidement. C'est pour cela que Jack avait abandonné ses filles, avait abandonné son rêve d'un vie douce auprès de sa femme parce que la guerre s'était rappelé à lui de la pire des façons !

- J'espère que tu as compris, moi je porterai les attaques les plus lourdes ! Je pourrai parer les attaques portées à une certaine vélocité mais toi, tu dois contrer ses attaques végétales et paralyser son vent empoisonnée... Je suis sûr que tu t'en sens capable mais tu risques de souffrir là !

Il pointait le coeur du jeune homme. Un sourire amical, il attendait ses remarques, mais, déjà, la réalité du Triangle des Bermudes se distordait. Ils allaient bientôt être chassé et Jack voulait être sûr qu'il était d'accord avec ce plan, simple mais efficace !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Mar 9 Déc - 19:03



La coopération improbable entre les deux individus commençait mal. Autant l’un que l’autre n’étaient pas du genre à se soumettre. Et bien qu’il n’ait rien dit pendant le petit discours d’Arghyle, les traits de Kappa se tirèrent au fur et à mesure de celui ci. Il avait beau être jeune, le garçon avait l’habitude de s’imposer par la force. Etant français d’origine, sa présence au Sanctuaire avait bien souvent dérangé les autres apprentis qui le lui avaient très clairement fait comprendre à coups de pieds et poings. Après avoir été tabassé à de multiples reprises, le futur Verseau s’était entraîné sans relâche, et rapidement, le fruit de son entraînement avait poussé les autres apprentis à se méfier de lui, et à ne plus l’approcher. Il avait fallu du temps, mais le chevalier des glaces s’était taillé une réputation de dangereux apprenti. Seule, Ahina connaissait son véritable visage. Devant les autres, il jouait les méchants. Un prêté pour un rendu. Effrayer pour être laissé en paix.

Le général marina fit la démonstration de sa vitesse sans que Kappa n’esquisse un seul mouvement. Il était rapide, c’était un fait. Comme on pouvait s’y attendre de la part d’un général de Poséidon. Mais la rapidité ne suffit pas à remporter un combat. Loin d’être intimidé par la démonstration de son allié improvisé, Kappa pivota lentement sur lui même avant de poser ses yeux azurés sur lui. Il était habitué à ce genre de comportement depuis longtemps...

Et si aujourd’hui, le général Marina pensait pouvoir assoir une autorité sur lui parce qu’il était plus âgé ou gradé (en théorie) que lui, c’était raté. Le chevalier de Bronze se redressa, et se posta face à Arghyle. Il leva les yeux pour plonger son regard dans le sien et le toisa du regard, avant de répliquer sans la moindre teinte d’hésitation dans la voix :
- Saches que je ne suis pas là pour faire tes quatre volontés, général ! Je suis là pour ces gens, et pour rien d’autre ! Je te suis reconnaissant pour ton aide, et si tu veux m’aider à arrêter ces pourris, tant mieux ! Mais il faut que tu comprennes une chose : j’agis comme je l’entends et comme je le souhaite ! Tu es peut être un général au Sanctuaire sous Marin mais pour moi, tu n’es qu’un étranger, ne te méprends pas !
Kappa fit une pause, soutenant le regard du marina sans ciller un seul instant, puis il poursuivit :
- La colère que j’ai en moi m’a sauvé la vie plus d’une fois ! Je ne serais plus en vie sans elle ! Je me fous que tu puisses comprendre ça ou non. Mais si je veux l’utiliser, je le ferai ! Et je me passerai de ta permission ! Je ne te dis pas comment combattre, et j’attends la même chose de ta part !

Ses traits se détendirent légèrement, et il détourna son regard pour observer la dimension dans laquelle ils se trouvaient : elle commençait déjà à disparaitre. D’ici quelques secondes, ils seraient à nouveau confrontés à leurs assaillants. Plongeant à nouveau son regard dans celui d’Arghyle, il soutint son regard en l’écoutant lui donner ses instructions puis il posa ses yeux sur le doigt qui le pointait, et rétorqua froidement :
- Ne t’inquiètes pas pour moi... Je n’ai pas l’habitude qu’on me materne... Prépares toi plutôt à faire ta part, et j’en ferai autant. Il ne nous reste plus beaucoup de temps avant que le combat reprenne...
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Mer 10 Déc - 21:47

Près de la fontaine, un homme assis regardait des enfants qui sortaient des maisons pour s'amuser. Un sourire amusé, il se mordit le bord du pouce pour laisser filer une goutte de sang. Elle s'envola dans l'air dans un souffle vermeille et cette petite brume se faufila dans les vents pour atteindre les garnements. Ils tombèrent les uns après les autres dans un profond sommeil. Relevant sa mèche, il fit signe à deux ombres dans une ruelle adjacente de prendre les trois gamins et de le suivre. Il savait que les deux guerriers n'allaient pas tarder à revenir et peut-être avec des renforts, autant s'y préparer le plus intelligemment possible.

Déjà, des ronces poussaient dans les travées du village, les habitants se terraient comme des chiens dans leur niche et cela satisfaisait leur "geôlier". Ce dernier se demandait bien pourquoi le Grand Pope Sage n'avait pas envoyé des chevaliers d'or dans le secteur. A la place, il avait eut le droit à un simple chevalier de bronze, il l'aurait tué aisément si cet homme n'avait pas déboulé de nulle part. En fait, il ne connaissait pas l'identité de l'inconnu et cela était un motif d'inquiétude car il était de son niveau vu sa vitesse pour contrer ses attaques. Méfiant, il craignait de le voir à l'oeuvre dans les prochaines minutes. S'agenouillant près de la fontaine, il frappa un coin pour laisser de l'eau couler. Il y déversa quelques gouttes de son sang pour laisser son poison se répandre dans la terre en profondeur. Même le vent ne pourrait empêcher le parfum de s'évaporer.

~~0°°0~~

Ce gosse ne manquait pas de répartie, c'était le moins que l'on puisse dire. Silencieux le temps de l'entendre énoncer ses quatre vérités avec un tel aplomb, Jack fixait les alentours. La réalité de la dimension perdait de sa cohérence et il ne savait pas combien de temps cela allait durer. Alors que l'ancien Général allait répondre au gamin, il s'affaissait sous une gravité inconnue qui le fit plongé dans les profondeurs de la dimension. Tandis que Kappa voyait le vieux disparaître sous ses yeux, il sentit à son tour un tourbillon se former sous ses pieds. Dans une décharge d'énergie brute, il fût propulsé dans les airs à une telle vitesse qu'il avait l'impression de traverser des murs d'air qui lui fendait le crâne. Puis, plus rien, la Couronne Boréale se retrouvait à cinq mètres du sol et atterrissait comme il pouvait sur le sol.

Tout autour de lui, des milliers de roses grenat baignaient dans la douce quiétude de l'aurore. Oui, l'astre divin avait étrangement progressé de quelques heures depuis tout à l'heure. Au milieu de ce jardin, un homme était assis en regardant au loin le village. Surpris de voir le chevalier de bronze tomber dans ses bras de cette manière l'avait mis sur ses gardes. Ses lipes formaient peu à peu une étrange moue carnassière. Comment ce jeune homme était arrivé au coeur même de ses défenses ? Bonne question ! Le responsable devait être ce vieil homme sorti de l'ombre. Intrigué, le chevalier noir des Poissons ne portait pas la moindre attaque, il regardait autour de lui où était le second mais ne le voyait pas à sa grande déception. Une certaine arrogance se dégageait de lui à ce moment là et il se retournait enfin vers le chevalier de Bronze.

- Enchanté Chevalier, je suis Isis, chevalier noir des Poissons. Je viens ici pour oeuvrer pour le Grand Pope ! Enfin... mon Grand Pope ! Le vrai !

D'un bond, il se retrouvait face à lui.

De l'autre côté du village, une explosion fit trembler la terre. S'ouvrant dans un fracas de roches et de poussières, comme s'il renaissait à la vie, un vieil homme en sortait en grommelant avec fureur. Ses yeux écarlates se levèrent alors vers quatre types qui fonçaient vers lui. Sans le gosse, il comprit qu'il devait le retrouver au plus vite et fit éclater son cosmos sans ambages. Disparaissant de la vue des brigands, ces derniers ne virent que deux belles sirènes des temps anciens. Levant les bras tels des zombies, ils s'avancèrent pour les suivre et ils disparurent à jamais en se balançant des falaises. Dans un élan, Jack, enfin là Arghyle, putain, il s'y perdait lui même dans ses faux noms... Enfin une femme, un nom, une femme, un nom... Et comme cela pas de galère ! Mais là, une femme, pardon, un chevalier noir des Poissons venait de le foutre en colère. De loin, il sentait déjà que le jeune con était tombé directement sur lui.

- Et merde....

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Jeu 11 Déc - 0:11



Les règles de base pour que la coopération fonctionne entre le saint et le marina avaient été posées. Désormais, chacun d’entre eux savait à quoi s’attendre de la part de l’autre, mais ils ne purent pas creuser la question plus longtemps. Subitement, tous deux furent comme happés dans un portail s’ouvrant sous leurs pieds. Complètement désorienté, le chevalier de Bronze retrouva ses sens en atterrissant brutalement au sol après une chute de plusieurs mètres. Encore grogui, il se redressa en se frottant la tempe qui venait de heurter violemment la terre en pestant dans un murmure. C’est alors qu’il se rendit compte qu’il avait atterri au milieu d’un champ de roses, un champ qui lui fit immédiatement penser aux techniques utilisées par le chevalier d’Or des poissons dont lui avait parlé quelques fois Naios pendant leurs cours théoriques. Instantanément, le visage de Kappa se ferma et ses traits se tirèrent : il avait un mauvais pressentiment, et tout en basculant lentement sur lui même, il observa l’étendue du champ de roses avant que ses yeux ne croisent un homme en armure noire qui se présenta immédiatement, un léger sourire provocateur aux lèvres. Sa façon d’agir agaça immédiatement le jeune garçon dont les yeux se plissèrent et les sourcils se froncèrent.
- “Ton” Grand Pope ? Rétorqua aussitôt Kappa d’une voix provocatrice. Il n’y a qu’un seul Grand Pope sur cette terre, et ce n’est certainement celui que tu sers, Isis !

Haussant les sourcils, le chevalier Noir balaya à nouveau les alentours, et d’un air déçu répondit :
- Tu es seul, à ce que je vois... Dommage...
- Dommage ? Répéta Kappa, craignant de comprendre ce que voulait dire son interlocuteur.
- Oui, je n’aurai aucun plaisir à t’abattre, cela sera trop rapide pour me divertir... Mais cela ne fait rien... Je retrouverai ton ami plus tard !
- Espèce de... ! Cracha le jeune garçon entre ses dents en déployant violemment son cosmos.
Autour de lui, les roses s’envolèrent et une zone circulaire exempte de fleurs se créa rapidement. La température s’abaissa, mais la seule réaction du Poisson Noir fut de sourire. Il était visiblement amusé par son adversaire, qui n’appréciait pas du tout la chose.
- D’ici quelques secondes, tes forces vont te quitter, chevalier... Crois tu vraiment que mes roses sont là pour décorer les lieux ? Lança soudain Isis, qui se délectait de la tournure des choses. Tu ne tarderas pas à être à ma merci...
- C’est ce qu’on va voir ! Répliqua le chevalier des glaces en posant un genou à terre.
Il plaqua la paume de sa main droite sur le sol, et fit exploser son cosmos. Aussitôt, la glace recouvrit le sol sur une large zone, piégeant toutes les plantes et le parfum mortel dans un cercueil de givre de manière définitive.

Lentement, le Poisson Noir pivota sur lui même pour observer l’étendue des dégâts sur son champ de fleurs, et ses traits se tirèrent : serrant les poings et les dents, il se tourna à nouveau vers Kappa et une colère sourde l’envahit en quelques secondes. Son air provocateur et amusé l’avait quitté et ses traits étaient déformés par la haine :
- Espèce de sale merdeux ! Tu vas me le payer ! Et cher !
D’un geste vif, il fit apparaître plusieurs roses noires entre ses doigts et les projeta sur le chevalier de Bronze. Celui ci n’eut que le temps de faire un pas de côté pour esquiver deux d’entre elles mais une rose noire se planta dans la cuisse droite du garçon avec violence, lui arrachant un cri de douleur. Cloué sur place, Kappa ne put éviter la charge d’Isis qui lança son genou en plein dans l’estomac du chevalier de Bronze. Le souffle coupé, la couronne Boréale tomba à genoux, et le Poisson Noir lui asséna un terrible crochet du droit qui envoya le chevalier d’Athéna rouler sur plusieurs mètres. Un goût métallique envahit la bouche du jeune garçon qui tentait déjà de se relever. Mais le lieutenant de Pséma ne lui en donna pas l’occasion : le soulevant par le poignet à bout de bras, il l’observa et lui dit :
- Sale morveux ! Comment as tu pu croire que tu pourrais être de taile face à moi ? Face à NOUS ?!

Pour toute réponse, Kappa saisit le poignet du Poisson dont la main le maintenait en l’air, et concentra son cosmos dans sa main. Un sourire mauvais apparut sur le visage d’Isis tandis qu’il resserrait son étreinte autour du poignet du garçon qui sentait ses résistances approcher dangereusement de leur limite.
- Je ne sais pas ce que tu essaies de faire, mais ton poignet sera brisé bien avant que tu...
La voix des poissons resta suspendue, et il hurla de douleur avant de relacher Kappa qui tomba au sol, grogui. Isis saisit son poignet et constata avec stupeur que la couronne boréale était parvenue à geler une partie de sa main, d’où la source de souffrance qu’il avait ressenti si soudainement. Le chevalier d’Athéna se redressa en massant son poignet endolori, mais alors qu’il voulait reculer de quelques pas pour instaurer une distance de sécurité, le pied de son adversaire lui faucha violemment le visage. Emporté par la violence du coup, Kappa fut projeté avec force contre un mur avant de retomber au sol, sonné. Isis l’attrapa par le col et le plaqua contre le mur sans ménagement. Puis il se pencha sur son visage, et murmura d’un ton mauvais :
- Attends un peu... Je ne fais que m’échauffer... Tu vas regretter d’être venu au monde, tu peux me croire !

Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Lun 15 Déc - 19:27

Jack regardait autour de lui. Plus personne dans les parages ? Non, il fixa alors l'horizon rouge dans le ciel. Il savait que ce phénomène était dû au jardin de Roses des chevaliers d'or des Poissons. Ni une ni deux, il partit en courant vers cette direction. Les paysages semblaient devenir des films en accéléré autour de lui, son cosmos azuréen l'emportait dans le chemin comme une comète bleutée et chatoyante. Il se demandait bien pourquoi il avait été téléporté aussi loin, ses connaissances des techniques de son ancien ami le perturbait plus que de raison. D'un bond, il se posait sur une crête de la falaise. Devant lui, un gigantesque champ de roses rouges sur quelques lieux à la ronde.

Même lui se demandait comment le traverser, il connaissait certains arts médicinales mais là c'était d'une toute autre nature. Pensif, il prenait son temps, mourir en fonçant dans le tas, très peu pour lui. Ses pupilles tournaient de droite à gauche pour trouver un angle mort et il se fixa sur une série de colonnades ébréchées qui devaient suivre autrefois l'ancienne route pavée vers le Temple de Poséidon. Agacé, il se décidait à prendre ce chemin pour aller vers la zone neutre du jardin. Il devait bien en exister un pour permettre aux brigands de venir en toute sécurité. Au bout de quelques minutes, il parvint dans l'angle et d'un saut, puis d'un autre, il volait comme un cabris de pilier en pilier... Le parfum entêtant des roses jouaient déjà leur rôle infernale et un mal de crâne l'endormait presque. Se collant une baffe, il se réveillait et avançait. D'une main, il leva une vague aqueuse qui balayait les roses devant lui. Mais... Voilà que l'eau se mit à geler et d'un geste de la tête, il vit la raison de ce phénomène.

Le jeune chevalier au caractère de merde était en train de combattre le chevalier noir avec un aplomb qui fit rigoler le vieux. Il aurait aimé s'approcher un peu plus mais il ne le pouvait pas actuellement, en effet, il était encore prisonnier de l'effet des roses et avait besoin de temps pour que son corps encaissasse le choc de son poison. Après un grimace, il fit quelques pas en sortant une flûte de bois de sa besace. S'il avait pas trop perdu la main, il se ferait un plaisir de se rappeler au bon souvenir de son ennemi. Pour l'instant, il s'agenouillait et récupérait de ses forces. Il entendait la fureur du chevalier noir contre un affront qu'il ne voyait pas de cette distance. Au bout d'un moment, ses jambes le levèrent et il traça dans l'air un trait bleu de cosmos du bout de sa flûte. Il se transformait en multitude de traits d'eau qui pulvérisèrent les roses aux alentours.

Surpris, le chevalier noir laissait tomber le corps de celui qu'il venait de plaquer contre un mur. Se léchant les babines, il pointait une rose noire vers le jeune garçon en signe de mise en garde.

- Je vois, le gosse t'a blessé et tu veux le butter ? Bah je pense que s'il avait eut le temps de se préparer, il te l'aurait foutu mauvaise ! Relèves toi garçon, il est temps de te mettre en jeu et je pense que tu peux encore te relever non, Disciple de Fawn !

Il avait bien articulé sur les derniers mots. Les poissons noirs se retournèrent vers le petiot mais trop tard, une musique lancinante se faisait déjà entendre, une seule note venait pourtant d'être émise, le temps du combat venait de sonner !

Cae a écrit:
HRP : j'ai fait exprès de pas trop embrailler, comme Jack se fait chier dans les roses ! Comme ca tu peux décrire un peu la suite et moi j'embraye sur ma partie Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Mer 17 Déc - 7:06



L’étreinte du mystérieux chevalier Noir était puissante, trop puissante pour le jeune Kappa. Il était fort pour son âge et son rang, mais celui qui se tenait face à lui était de très loin supérieur. Bien qu’inexpérimenté, le chevalier de bronze l’avait compris très vite. Rapidement, l’air vint à manquer tant la pression exercée sur le cou du garçon était importante. En désespoir de cause, celui ci posa à nouveau ses mains sur le bras d’Isis, mais sa concentration était brisée : contrôler les atomes sans oxygène était beaucoup moins facile qu’il ne le pensait. Suffocant, Kappa commença à paniquer, frappant à l’aide de ses poings et de ses pieds toute partie du corps de son adversaire qui était à portée. Mais dépourvue d’air, et étreinte à la gorge, la Couronne Boréale s’était vidée de ses forces, et bientôt, c’était la vie qui le quitterait ! Ses coups ne faisaient même pas trembler l’armure noire des poissons. Les sons lui parvinrent de plus en plus lointains, et sa vue se brouilla. Comment avait il pu perdre aussi rapidement ?! Il maudissait intérieurement sa faiblesse pour avoir été vaincu aussi facilement.

Et puis soudain, l’étreinte se libéra, et il tomba à genoux, avant de prendre une immense bouffée d’oxygène qui lui donna l’impression de le ramener à la vie. Une violente quinte de toux lui rappela qu’il venait d’éviter de justesse l’asphyxie, mais en redressant la tête, il comprit qu’il ne devait son salut qu’à l’intervention de son allié improvisé. Toussant toujours, tentant de maîtriser sa respiration, il vit Arghyle s’emparer de sa flûte avant d’en jouer. Comment et pourquoi, le garçon l’ignorait, mais le Marina savait qui était Fawn. Là dessus, il commença à jouer de son instrument, et le regard du Poisson Noir s’agrandit. Il était comme paralysé. Comme affamé, Kappa sauta sur l’occasion dès qu’il entrevit la possibilité de prendre sa revanche : d’un bond il se redressa de toute sa hauteur avant de concentrer son cosmos dans son poing droit. Son énergie était si concentrée que son poing se gela, recouvrant ses phalanges et ses doigts d’une solide couche de givre acérée, coupante et glaciale.

Et sans la moindre pitié, poussé par sa rage de vaincre, Kappa abattit son poing serré sur le visage du chevalier noir en lui infligeant un magistral crochet du droit. Sous la force de l’impact, le gantelet de glace qui s’était formé autour de la main du jeune chevalier éclata contre la joue d’Isis qui se mit à saigner abondamment alors que ce dernier était projeté sur le sol sans ménagement. Il s’effondra au sol tête la première, complètement sonné.
- Echauffes toi donc avec ça ! Lança Kappa d’une voix haletante en tentant de modérer sa respiration.
Reconnaissant, la Couronne Boréale se tourna vers Arghyle avant de tendre la main vers lui et de lever le pouce avec un grand sourire sur le visage, en signe de victoire.

Signe évident de naïveté, et d’inexpérience... Trop occupé à savourer le superbe coup qui avait terrassé son adversaire, Kappa ne vit pas sa main remuer légèrement, tout comme il ne vit pas ses doigts se resserrer autour de la terre... Et d’un bond, Isis fut debout, se dressant de toute sa hauteur dans le dos du Rodorien. Sans lui donner le temps de réagir, il saisit les deux bras du jeune homme et les tira en arrière, vers lui, avant de propulser son genou avec force dans le dos du garçon. Immédiatement, Kappa sentit tout son corps vibrer en hurlant de douleur, le visage levé vers le ciel. Eclatant de rire, Isis retira un instant son genou avant de frapper avec davantage de puissance encore le dos du garçon qui cria une nouvelle fois en crachant une gerbe de sang. La joue gauche en sang, en équilibre sur son pied droit tandis que son genou gauche maintenait Kappa piégé, le chevalier noir avança son visage par dessus l’épaule du garçon, et posa son regard sur le Marina, avant de s’adresser à lui d’un ton mauvais :
- Je vais d’abord m’occuper de ce petit salopard ! Quant à toi, tu dois déjà ressentir les effets de la désorientation de mes plantes ! Le temps que tu retrouves tes esprits, il sera mort, et je m’intéresserai à ton cas pour en finir avec toi ! Ainsi, je ferai d'une pierre deux coups.

Là dessus, il reposa sa jambe gauche à terre, et Kappa sentit la pression exercée sur sa colonne vertébrale diminuer. Vidé de ses forces, tremblant encore, il tomba à genoux lorsqu’Isis lâcha ses bras. A quatre pattes, le pauvre garçon tentait de contrôler la douleur qui lui traversait le dos. Lentement, tout en se délectant du spectacle, Isis contourna le chevalier de bronze et s’arrêta face à lui. En signe de bravade, Kappa se redressa sur ses genoux, mais une nouvelle douleur parcourut son échine et il ne parvint pas à se mettre sur ses pieds. Serrant les dents et les poings, il soutint sans ciller le regard des Poissons. Le sourire mauvais et amusé de celui ci disparut et il fronça les sourcils :
- Ne me regardes pas comme ça, espèce de sale morveux !
Sans ménagement, son poing droit s’abattit sur la joue de Kappa qui fut projeté en arrière sur plusieurs mètres.
- Les esclaves ne défient jamais leurs maîtres du regard ! Si personne ne t’a appris une telle leçon, je vais le faire ! Ajouta Isis en relevant le garçon en lui saisissant les cheveux.

Sonné, mais encore conscient, Kappa tourna le regard vers celui qui voulait le soumettre à sa volonté :
- Il neigera en Enfer le jour où je me soumettrai à un connard de ton espèce ! Rétorqua t’il vivement d’un ton provocateur.
La réponse ne se fit pas attendre. Isis projeta le garçon contre un mur à l’aide d’un nouveau coup et se précipita sur lui. A nouveau, il le saisit par les cheveux et fracassa sans ménagement son crâne contre le mur de la maison. Le diadème de la Couronne Boréale tomba au sol, et le Poisson Noir recommença à plusieurs reprises. Un flot de sang se mit à couler le long du front de Kappa, puis de chaque côté de son nez. Maintenu debout uniquement par Isis qui le tenait toujours par les cheveux, le pauvre garçon s’apprêtait à sombrer dans l’inconscience. Paupières closes, il tentait de lutter contre la migraine qui tambourinait désormais à ses tempes. Puis, soudain, alors que son ennemi avait cessé de le torturer contre le mur désormais maculé de son sang, Kappa ouvrit les yeux, et il interpela Arghyle d’une voix revigorée :
- Qu’est ce que tu attends ?! Dépêches toi d’en finir avec lui !!

Faisant volte face, Isis observa avec horreur la scène qui se dévoilait devant ses yeux : Sans même qu’il s’en soit rendu compte, Kappa avait étendu son chemin de glace jusqu’au Marina et lui avait tracé une route qui le conduisait droit au Poisson Noir ! Pire encore, lorsque ce dernier voulut utiliser des roses noires pour maintenir Jack à distance le temps de tuer le Rodorien, il ressentit le froid glacial qui régnait désormais autour d’eux. Et il sut ! Le froid combiné au chemin de glace ne tarderaient pas à libérer le général de Poséidon de l'étreinte invisible du jardin de Roses ! Durant tout ce temps, où il avait torturé le jeune chevalier pour son bon plaisir, le Poisson avait endormi sa vigilance, et Kappa avait saisi cette opportunité pour ouvrir la voie à son allié. Serrant les mâchoires, Isis posa un regard noir sur le jeune garçon : celui ci répondit à l’aide d’un faible sourire triomphant, ce qui énerva encore plus l’homme de Pséma qui le balança au sol avec force. La Couronne Boréale roula sur quelques mètres avant de s’immobiliser, face contre terre.
- Tu vas me payer ça, disciple de Fawn ! Tu vas tellement souffrir que tu me supplieras bientôt de t’épargner ! S’étrangla Isis, fou de rage d’avoir été dupé par un jeune garçon.
Kappa redressa la tête, et regarda son adversaire en ricanant faiblement, avant de rétorquer :
- Quel manque de réalisme... Tu es... piégé ! Arghyle ne fera qu’une bouchée de... toi... acheva t’il d’une voix entrecoupée de quintes de toux avant de sombrer dans l’inconscience.

Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Jeu 18 Déc - 15:42

Retrouvant peu à peu ses forces, Jack devait bien reconnaître que le pouvoir des roses démoniaques n'étaient pas à discuter. Il sentait lentement le poison qui s'insufflait dans chaque veine pour l'endormir. Ses dents se serrèrent et la douleur à la gencive lui permettait de rester au debout. Soudain, un froid des plus violent le fit trembler. Bordel de merde ! Il se tenait les bras en se demandant bien pourquoi il passait de la douceur de la Grèce au froid sibérien. Toussant dans sa morve, il ne voyait plus rien. Enfin c'était normal avec la buée sur les lunettes, d'un sourire un peu con, il les retirait et voyait les roses gelées devant lui. Sa tête se releva et il vit que le chevalier noir des Poissons venait aussi de se rendre de la bonne blague de son adversaire.

- Connard... Crachant une pointe de morve. Tu as fait deux erreurs, la première, ne pas me tuer quand tu en as l'occasion ! La seconde, sous-estimer le gosse ! Car lui, il use pas de stratagèmes, il fonce dans le tas comme un ptit con mais je dois admettre qu'il a réussi à t'énerver assez pour me laisser concentrer mon cosmos !


D'un revers de la main, Arghyle fit voler les roses glacées autour de lui. Son cosmos marin se propageaient dans la zone et sa main droite avançait sa flûte à ses lèvres. Cette fois, chaque onde cosmique sentait le réveil de la Sirène. Illusions ou Réalité. Des créatures chimériques ayant la forme de sirènes anciennes apparaissaient autour des combattants. Le temps ne semblait plus vouloir continuer son cours, toute forme de vie écoutait les notes comme si sa vie en dépendait. Une vipère passant par là s'arrêtait à son tour pour se lover afin d'entendre ce son venu de nulle part. Isis des Poissons noirs serrait avec difficulté son poing, soudain, son poing se referma et partit vers son visage. Il venait de se frapper tout seul.

Mis à terre par sa propre charge, il vit deux chimères s'approcher de Kappa afin de l'envelopper d'une bulle d'eau régénatrice. Alors que la musique s'arrêtait un bref instant, Jack leva la main vers le ciel pour l'abattre sur son ennemi. Des lames de fonds bleutées partirent de sa main et fendirent le sol pour le percuter de plein fouet. Isis croisa alors les bras pour encaisser cette attaque. Reculant de plusieurs mètres dans ses propres roses, un sourire sardonique aux lèvres, il était parvenu à juguler facilement cette technique.

- Tu crois que ce genre de technique de gamine va m'emmerder... Concentrant son cosmos, il levait les deux mains en l'air et les projetait vers Jack. Pirhanan's Roses !

Usant de sa flûte, l'ancien Général créait un bouclier de cosmos pour contre les roses noires. Tandis qu'elles retombaient sur le sol, un cri retentissait au même moment ou le musicien laissait un sourire mystérieux s'esquisser sur ses traits. Kappa venait de voir son ennemi tomber sur le sol comme une souche ! Son visage entre les mains, il hurlait de douleurs et ses veines frontales éclatèrent les unes après les autres. Tout christique qu'était la position du chevalier noir, Jack s'amusait à ses dépens.

- Tu penses que mes charges soniques sont simplement un coup dans le vent ? Pfffff tu as tort ! Je peux entendre chaque son dans ton corps et les manipuler, là j'avais simplement lier ton cosmos à tes nerfs optiques. En le faisant exploser pour m'attaquer, tu es devenu aveugle tout seul pauvre con !

Isis regardait ses mains mais il était clair qu'il ne devait voir que le noir. Du sang coulait sur son visage et ses pupilles avaient éclater dans un léger son glauque et sinistre. Le cosmos de Jack prenait encore de l'intensité, sa flûte remise en bouche, il en rejouait et les mêmes sensations temporelles se manifestaient. Mais... quelque chose était en train de changer dans son regard, une haine jusqu'ici contenue se révélait dans tout sa splendeur !

- Tu es allié avec celui qui a tué la chose la plus importante dans ma vie ! Je n'ai pas oublié ce soir de Londres, ce jour du 24 Décembre... Son regard devenait écarlate avec un cosmos azuréen qui en rajoutait dans cette folie destructrice qui le traversait. Tu ne penses pas que je vais te laisser partir sans savoir ou est notre "ami" commun ?

Silencieux, l'aveugle ensanglanté relevait la tête vers la voix qui s'adressait à lui.

- 24 Décembre... Fermant les paupières, il se mettait en position de garde. Je vois ! Je comprends mieux pourquoi tu peux me résister... Ainsi donc, celui que l'on appelle le Hérault de Poséidon nous cherche encore, tu es...

- Tais toi !

Une note venait de fendre l'air.

Impérieux, la voix des Poissons ne termina jamais sa phrase. Les notes défilaient dans son esprit comme une élégie funèbre. Réouvrant les paupières, il concentrait ce qu'il lui restait de cosmos mais il sentait ce froid qui le paralysait. Sale mioche ! Ses yeux de sang "regardaient" vers le jeune chevalier de bronze, il venait de comprendre que ce froid ralentissait aussi ses réflexes et les techniques du vieux forban en rajoutaient. Sortant de nulle part, il tendit vers le Pirate une rose blanche immaculée.

- Qu'importe le nom que tu as dû donné à ce mioche ! De toute façon, une fois que ma rose aura percuté ton coeur, tu seras mort...

- Tu es débile ma parole ! La rose sanguinaire hein ? Un sourire entendu aux lèvres, jack regardait Kappa. Gamin ! Cette rose pointe toujours vers le coeur de l'ennemi et se gorge de son sang, nul ne peut l'arrêter mais elle a un défaut ! Tu vas vite le comprendre !

Isis des Poissons venait de pointer l'ancien Général mais il se ravisa pour attaquer Kappa. Surpris de cette réaction infantile, jack vit la rose blanche voler directement vers son allié. Mais, à la vitesse de la lumière, il apparaissait sur la trajectoire de la Rose pour la prendre de plein fouet dans le coeur. Il vola dans les airs pour atterrir à côté du chevalier de bronze. La rose commençait déjà à se gorger de sang. Mais ! Pendant ce court laps de temps, les sens des Poissons noirs n'avaient pas pu ressentir la réaction de Kappa. Le vieux Pirate chuchota.

- Tues le ! Et retires moi après cette merde ! On a que 5 secondes maintenant !





Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Mar 6 Jan - 0:05



Assommé, le jeune garçon gisait à terre tandis que les deux hommes s’affrontaient autour de lui. Il percevait leurs voix de manière lointaine et étouffée, mais parvenait à demeurer conscient en s’y raccrochant. Il ne resta finalement au sol que quelques secondes : retrouvant ses forces, Kappa se redressa à la force de ses bras à quatre pattes, puis releva la tête pour observer Arghyle et son adversaire. Son allié contrôlait la situation, et le jeune chevalier en fut soulagé ! Il ne s’était pas sacrifié pour rien ! Au prix d’un nouvel effort, le visage grimaçant, il se releva tout à fait, en observant Isis s’effondrer au sol, les yeux transformés en bouillie, couvert de sang. Le pouvoir cosmique du général Marina avait quelque chose de proprement terrifiant. Pourtant, le jeune garçon ne laissa rien paraître de ce qu’il pensait de ce pouvoir. Le regard dur et inexpressif, il observa les poissons souffrir sans esquisser le moindre geste pour l’aider. Son agonie se prolongea sans qu’aucun des deux alliés ne daigne l’aider. Profitant de l’ascendant qu’ils possédaient sur l’ennemi, la couronne boréale contrôla sa respiration afin de retrouver un souffle régulier. Le sang continuer à s’écouler de ses blessures, particulièrement de son front, qui lui donnait de terribles migraines. Mais il en faudrait plus pour le terrasser.

Tout à coup, dans ce qui ressemblait à une dernière volonté d’emporter avec lui l’un de ses adversaires, Isis tourna son regard ensanglanté vers le chevalier d’Athéna en le maudissant, Puis lança une rose blanche dans sa direction. Tout se passa alors très vite : souriant malgré sa souffrance évidente, le chevalier noir entendit le projectile atteindre une cible, mais pas celle qu’il avait prévu : surgissant de nul part, Arghyle s’était interposé devant Kappa qui était légèrement dépassé par les évènements. Toutefois, les instructions du Marina le ramenèrent aussitôt à la réalité. Hochant la tête, il réagit immédiatement en tendant la main vers la rose immaculée qui commençait déjà à se gorger de sang.
- Ton sang n’ira pas plus loin... chuchota le jeune garçon tandis que la plante se gelait rapidement, se transformant en magnifique rose de glace.

Aussitôt, la plante cessa de pomper le sang dans le coeur du général de Poséidon, et le chevalier de bronze se tourna vers Isis qui s’était relevé, non sans difficulté, et tentait de comprendre ce qui se passait en face de lui. Une lueur de défi clairement affichée sur son visage, Kappa s’approcha lentement de lui, avant que les poissons ne peste une nouvelle fois à son encontre :
- Sale morveux ! Tu vas me le payer !
Plissant les yeux et fronçant les sourcils, le jeune garçon s’avança vers son ennemi et le fixant droit dans ses yeux ensanglantés avant de rétorquer d’une voix glaciale :
- Assez de “morveux” ! Je suis un chevalier d’Athéna, et porteur de l’armure de Bronze de la Couronne Boréale ! Toi, tu n'es rien, ni personne ! Et tu seras mort dans quelques secondes !
Là dessus, la couronne Boréale matérialisa Fraternité dans sa main droite, sa fidèle épée des glaces. Et dans un brusque mouvement, il tourna sur lui même avant de trancher d’un coup sec la tête du chevalier noir qui s’envola à plusieurs mètres du corps de son propriétaire, qui tomba à genoux, avant de s’effondrer sur le ventre en maculant la glace de son sang. Le visage fermé, Kappa se tourna Arghyle, avant de faire disparaître Fraternité. Puis il regarda la rose cristalisée, et lui demanda enfin:
- Ca va aller ?

Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   Mer 28 Jan - 16:46

L'obscurité. Tout était sombre et nulle doute que cette salope de Thanatos l'attendait au tournant ! Dans un sourire quasi enfantin, Jack, enfin Arghyle, regardait le ciel avec nostalgie. Il n'avait pas pu défendre Elizabeth, ni donner une chance à sa vengeance.... Au moins le mioche était sauvé ! S'il avait su que ce serait sa dernière journée, il se serait pochtronné la gueule toute la nuit. Enfin, rien a regretté. Quand soudain, un froid traversa son épiderme au point d'atteindre son coeur. Ses yeux se posèrent sur la cause de cette sensation et Il vit le gosse en train de se déchaîner sur Isis des Poissons ! La mine un peu agacée, il admettait que ce jeune chevalier avait une rage de vaincre que peu de Marinas auraient à lui envier. Quand Kappa se retournait enfin, il prit position pour retirer la rose gelée et s'asseyait sur le sol rocailleux.

- Connu mieux mais ca va ! Je te remercie... Tu m'as sauvé la vie ! Et tu gères bien à l'épée, j'ai connu des Atlantes moins dégourdis que toi. Aucune information n'est sortie de la bouche de ce connard mais je saurai me souvenir de toi, Chevalier de la Couronne Boréale ! Et promis, je t'appelle plus gamin...

Il terminait cette phrase dans un gros éclat de rire mais la vue du champ de roses glacées devant lui assombrissaient son visage. Combien de Chevaliers, Généraux, et autres avaient été corrompu par Pséma ? Il ne pouvait le dire mais il était comme une pieuvre qui s'étendait à travers tous les domaines sacrés. Personne ne connaissait sa position exacte mais c'était son devoir de le retrouver pour mener à terme sa vengeance, enfin pour l'instant, fallait savourer cette victoire sans trop la ramener.

Je te conseille de rentrer et de faire ton rapport à ton Maître ! Je me casse, a plus mon grand !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Juillet 1745] Ombre noire au Cap Sounion (Kappa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-