RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mar 30 Déc - 23:48

Des Trésors pour ma sœur








Londres était bien animée sur jour-là, comme les autres jours, j’imagine. Un vaste ciel gris couvait la tête des passants et des marchands qui hélaient leurs marchandises à tue-tête, cela aussi je pouvais l’entendre. La cohue des charrettes, le hennissement des ânes, le bruit de leurs sabots contre les grosses dalles en pierre, rien ne m’échappait et toute cette musique rythmait mes journées. Journées profondément ennuyeuses et qui se succédaient inlassablement. Elles étaient d’autant plus pauvres que ma sœur était alitée, malade par ma faute. Je l’avais fait monter au grenier pour observer depuis les toits, Londres sous la neige. Notre aventure s’était soldée par une mauvaise chute pour moi – je tapotais mon bras en écharpe – et une pneumonie pour Calista. Je me sentais fautive, tant et si bien que depuis quelques jours, je planifiais une autre escapade. Pourquoi ? Pour lui trouver un nouveau trésor.

Je n’avais pas le droit de lui rendre visite, normalement, mais, déjà chez moi, transgresser les règles était vite devenu une routine et un jeu. Ainsi chaque soir, quand tous étaient couchés, ou occupés à leurs petites affaires – j’avais eu vent d’une arrivée importante de hauts magistrats ou je ne sais plus trop quoi, que les « filles » devaient occuper et amuser. Important ! D’une importance capitale ne cessait de tempêter la « vielle ». – bref, moi j’infiltrais la chambre de ma sœur au nez et à la barbe de mon vieux compagnon, Sparcky, un chien effroyablement laid, mais au cœur aussi gros que sa bedaine. Et chaque soir je lui faisais le topo de ma journée, lui rapportant du même coup des petites choses, mes trésors quotidiens comme j’aimais lui dire.

Chaque objet rapporté avait une histoire inventé par mes soins. Cela amusait beaucoup ma Jumelle. Voir son sourire adoucissait ma peine, aussi je m’étais promis de toujours faire mieux. La nuit dernière je lui promis donc de lui rapporter la lune. Grand mal m’en prit. Comment la trouver alors que j’étais enfermée ici tel un oiseau en cage ?

J’avais décidé d’emprunter une fois encore, les greniers et redescendre ensuite, je trouverais bien un passage. Comme l’hiver était rude, j’avais tout prévu, le soir venu j’étais prête, toute drapée dans un chaud manteau, mon visage à moitié recouvert d’une épaisse écharpe, j’avais pris grand soin à dissimuler mes cheveux de feu, trop voyants …

« Au revoir Sparcky, surveilles bien ma sœur tu veux ? » l’intéressé jappa légèrement et je m’en allais non sans m’assurer que personne ne puisse suspecter mon absence.

Avec mon bras invalide, c’était assez dur, l’escalade. Oui, vraiment trop dur. Qu’est-ce qui m’étais passé par la tête ?! Coincée et tout de même dissimulée par l’ombre de la maison d’en face, je m’accrochais de toutes mes forces à une grosse pierre. J’osais à peine regarder en bas, mais ne sut me contraindre à le faire. Ce fut à ce moment-là que ma main glissa et que je fus précipitée dans le vide. Un son étouffé sorti de ma bouche et, quand on dos heurta une caisse en bois j’eus peur, en entendant le craquement sourd que je me sois brisé quelque chose.

N’osant bouger, la peur au ventre je me mis à sangloter, roulée en boule dans l’ombre…

Où es-tu Lune ?







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mer 7 Jan - 17:59

Une fine bruine collait mes maigres vêtements à mon corps amaigri par les trop nombreuses privations de ces derniers mois. Certes, par le vol ou la menace, je parvenais à manger assez pour survivre, mais pas suffisamment pour compenser les efforts auxquels je soumettais mon corps en parcourant monts et vallées. Depuis mon départ de l’abbaye dans laquelle j’avais trouvé refuge peu après ma fausse mort sur le bucher, j’avais parcouru l’Europe, et une partie de l’Afrique du nord de long en large. Et mes pas, par le biais du hasard, venait de me porter à Londres, la cité du brouillard éternel. Un lieu que j’avais haï au premier regard. Une ville dépourvue d’âme, semblable à un monstre hideux dévorant l’espoir et l’énergie de ceux qui s’y mouvaient comme des fourmis travailleuses. Une telle effervescence me débectait véritablement. Je restais coi devant la faculté naturelle de mes semblables pour s’enfermer dans de telles souricières. Le malheur, la détresse, la peur, l’épuisement, l’avidité, tous ces fléaux semblaient formés une atmosphère putride au-dessus de cette capitale, que je percevais comme un symbole de l’enfer sur terre. C’est donc l’esprit amer que je pénétrais dans la ville, bien décidé à n’y faire halte qu’une nuit, avant de partir vers le nord. Le voyage en bateau avait été rapide, surtout lorsqu’on aide l’équipage pour payer son trajet, et j’avais déjà hâte de voir de mes yeux les plaines écossaises, ou de tenter de rejoindre le nord inconnu. La nuit tombait déjà, et l’obscurité me sembla vite une protection plus qu’une menace. Que le premier malandrin venu tente donc de me dépouiller, il serait bien reçu. Outre un endroit pour dormir, je devais me procurer de quoi manger, et vite. Je fis machinalement tinter les quelques malheureuses pièces acquises en guise de remerciement par le capitaine du navire qui m’avait fait traversé la Manche. Ma bourse me sembla bien vide, mais j’avais de quoi obtenir un bol de gruau et une miche de pain noir dans n’importe quelle taverne. Pas de bière, ni de matelas pour moi, ce soir. Qu’importe, je fis contre mauvaise fortune, bon cœur. Je me dirigeais donc vers le premier « pub » visible et commandais une maigre pitance qui me fut vite apportée. Après l’avoir dévoré en un rien de temps, je sortis sans hâte pour mieux dissimuler les deux bourses que j’étais parvenu à subtiliser à un couple de bourgeois aux faces rougies. Malheureusement pour moi, le propriétaire semblait avoir remarqué mon forfait et j’entendis des cris dans mon dos. Sans me poser de questions, je bondis dans une ruelle sombre, pour me cacher dans une caisse à peine assez large pour contenir mon corps fin. Tout sourire, j’entendis mes poursuivants se perdre dans les dédales des rues, pour mieux s’éloigner de ma position. Prudent, et jugeant mon refuge relativement confortable, malgré sa petitesse, je finis par céder aux appels de Morphée. Néanmoins, mon repos bien mérité ne devait pas duré. Alors que je plongeais dans le sommeil, un choc soudain et brutal explosa mon refuge, manquant de m’écraser sous une masse d’origine inconnue. Discret comme une ombre, et prêt à défendre ma vie, du feu sombre aux bouts des doigts, je cherchais du regard la source de mon réveil brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mer 7 Jan - 19:59

T'es qui ?







Longtemps prostrée dans le noir, je sentais mes pleurs se tarirent d’eux même. Plus de peur que de mal semblerait-il. Désireuse de m’en assurer, je pris un long moment avant de me redresser. J’avais eu le souffle coupé suite à ma mauvaise chute, aussi, j’eus du mal à rester assise et faire le calme en moi, me rendre compte qu’une ombre s’était faufilée non loin, et, tapie, était prête à fondre sur moi. Insouciante du danger qui pouvait me guetter, je rejetais le tissu qui couvrait mon visage et mes cheveux. Sous un rai de lumière blafarde qu’offrait la lune, je me dévoilais, retirant mon manteau pour regarder mon bras immobilisé contre moi. Les bandages s’étaient défaits et pendaient négligemment. Dépitée, j’allais commencer à essayer de les remettre moi-même quand, soudain, un léger mouvement me fit relever vivement la tête. Mon regard de jade, brillant intensément, je crut discerner une forme plus ténébreuse encore. Une vague énergie.

Maintenant que j’étais sûre d’être épiée, deux choix s’offraient à moi : soit je répondais à l’appel désespéré de ma conscience et m’enfuyais sans demander mon reste, au risque de me perdre, ou bien …

« Hiiiiiiiiiiiiiii ! À l’abordage ! »

Je sautais sur mon probable assaillant toutes griffes dehors, faisant fi de la douleur qui irradiait dans tout mon bras blessé. L’instant d’après, en ouvrant les yeux, je sentis quelque chose sous moi, de glacée et de chaud à la fois. En plissant davantage mes prunelles, j’eus un hoquet de surprise en découvrant le visage d’un garçon d’à peu près mon âge – au premier coup d’œil – qui me détaillait de ses grands yeux mordorés. Nos deux petits minois étaient si proches de l’un et de l’autre que je pouvais sentir son souffle. Fronçant le nez, je déclarais de ma plus belle innocence :

« Tu sens le tabac ! » et, continuant sur le même ton ingénu propre aux enfants : « J’ai cru que tu étais un méchant monstre qui rôde près de la Tamise ! Tu m’as fait peur ! »

Je ne bougeais pas, toujours penchée sur lui, pressant mon corps contre le sien. « T’es qui ? »

Soudain, des aboiements retentirent tout près de nous. J’eus tout juste le temps de serrer l’inconnu entre mes bras et de rouler dans la poussière au moment où quelque chose allait nous frapper. Me remettant d’un coup sur mes jambes, je tirais de mon bras valide, sur celui du garçon. Trois chiens nous faisaient face, leurs crocs saillant brillaient quand leurs babines se retroussaient. Ils étaient clairement émaciés, affamés. Une lueur sauvage planait dans leurs yeux aussi noirs que la nuit. Je ne réfléchis pas plus, je détalais comme un lapin, tirant de toutes mes forces sur la main de ce que je croyais être un « monstre ».

« VIIIIIIIIIITE ! »

Ma chasse au trésor commençait bien !







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Jeu 8 Jan - 18:03

Dissimulé dans les ombres de la ruelle, tel un fauve prêt à bondir sur sa proie, je fus stupéfait lorsque la nature de mon assaillant me fut révélée : une jeune femme ! Blessée de surcroit. Qui pouvait-elle être pour tomber d’un toit de la sorte ? Une catin suicidaire ? Une fille à papa désireuse de vivre une aventure ? Ou une illuminée quelconque ? Il n’empêche que non seulement, cette bonne femme m’avait extirpé de mon sommeil réparateur, mais elle risquait de me faire prendre. Comble de malheur, une horde de chiens sanguinaires et affamés s’avança vers nous, mettant l’empêcheuse de dormir en paix dans tous ces états. Je n’eus pas le temps de lui indiquer que j’étais en mesure de réduire ces corniauds en cendres, qu’elle me saisit la main pour m’entrainer à sa suite, à travers le dédale des rues londoniennes. Agacé, mais néanmoins curieux de l’identité de la belle, je me laissais faire jusqu’à ce que les chiens finissent par me mordiller les mollets. Quelle idée de vouloir semer avec nos deux jambes, des créatures dotées de quatre… Surtout qu’à leur place, l’estomac dans les talons, j’aurais couru encore plus vite. Je m’arrachais d’un coup sec à la poigne de la mystérieuse briseuse de caisse en bois pour faire volte-face. Mes réflexes me sauvèrent alors d’une vilaine morsure. De justesse, je parvins à dévier la gueule baveuse d’un cabot de ma gorge, avant de l’envoyer voler contre un mur. J’enchainais alors un coup de pied retourné pour faire de même avec l’un de ses comparses. Les deux derniers chiens affamés hésitèrent alors devant l’échec flagrant de leurs semblables. Je plantais alors un regard de prédateur, empreint de férocité et de rage dans ceux de mes assaillants à quatre pattes, qui eurent tôt fait de quitter la ruelle, la queue entre les jambes. Soulagé, je me tournais alors vers la damoiselle pour l’interpeller d’un ton rude.

Non, mais quelle idée de tomber sur les gens du haut des toits ?! Tu aurais pu te tuer, et moi avec !

Par réflexe, je la saisis vivement au bras avant de sentir une sensation familière sous ma peau. Calmé en un clin d’œil, je baissais les yeux pour constater l’état de sa blessure. Elle ne s’était pas loupée et ce n’était pas avec un traitement aussi basique qu’elle allait guérir.

Comment t’ai tu fais cette vilaine blessure ? Et quel est le manche qui s’est occupé de toi ? Je dois avoir un reste d’un baume apaisant qui devrait soulager ta douleur. Je peux aussi te refaire ton bandage.

C’était tout moi ça… En colère, mais incapable de fermer les yeux devant la maladie ou les blessures. Même si cette bonne femme avait failli me briser l’échine, ma conscience m’ordonnait de l’aider. Un reste probable de mon séjour dans l’abbaye, ou de ma rencontre avec Mashia…

Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Sam 10 Jan - 16:25

Trop cool !







Bon sang ! La douleur irradiait partout, jusqu'en haut de mon épaule. Courir me faisait voir des petites étoiles devant les yeux : il faut dire que je n'étais pas très habituée à ce genre de courses ! Et celles dans la maison close pour échapper à la cuisinière quand je lui chourait un morceau de pain ne comptaient pas, elle se traînait comme une limace, cette vieille bique. Bientôt, la meute de chiens fut sur nous. La scène qui se déroula sous mes yeux me figea alors, me laissant bouche bée. Le gamin venait de remettre ces cabots à leur place ! Vif comme l'éclair, je le vis donner coups de poings et pieds, les faisant reculer de plus en plus. Sa hargne fut plus forte encore que celles des chiens sauvages, affamés. Ils abandonnèrent bien vite la partie, et moi, interloquée, dardait sur mon « sauveur », des yeux qui pétillaient.

« OHHHH ! Trop cool ! » lâchais-je tout en voulant lui donner une claque amicale dans l'épaule – j'avais vu les hommes faire ça entre eux qui rigolaient après leur entrevue avec leur fille fétiche. - mais, ne me souvenant plus que mon bras invalide était celui que j'utilisais le plus … j'eus vraiment très mal. D'ailleurs, il dû avoir la même idée que moi, car je sentis sa main se poser contre mon autre bras. Avant ça, il m'avait sacrément passé un savon, ce à quoi je répondis par un haussement de l'épaule, faute de pouvoir bouger les deux en même temps …

« Hm … » bougonnais-je en baissant les yeux. Ma blessure sembla l'interpeller. « … ça te regardes pas ... »

Un temps plus tard et je relevais les yeux, piquée au vif, j'haussais le ton, de mauvaise humeur.

« Le manche comme tu dis, c'est moi. Et j'ai pas eu bien le choix, figures toi, personne ne voulait me soigner ! »

Je me calmais un petit peu, sentant quelques larmes me monter aux bords des yeux. Faisant la moue et la fière, je tournais le visage de côté pour ne pas montrer que je souffrais.

« Désolée pour toute à l'heure, je voulais pas te tomber dessus ... » laissais-je traîner, un peu calmée. « Mais enfin, quelle idée de dormir dans une caisse en bois ! »






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Sam 10 Jan - 18:28

Oh bon sang, c'était bien ma veine. J'étais tombé sur l'une de ces bonnes femmes trop prude pour exprimer leur douleur. Pourtant, la souffrance physique n'était pas une malédiction honteuse... On se faisait mal, on en payait les conséquences, rien de plus, rien de moins. Pas la peine de se cacher pour souffrir. Allez fermière, laisse ta fierté derrière ! Enfin bref, une pointe de compassion finit par me saisir lorsqu'elle m'avoua que personne n'avait voulu se préoccuper de lui apporter des soins convenables. Sans prendre garde à ses excuses, et à la pique lancée au passage, je poussais un soupir agacé avant de saisir le baume qui se trouvait dans mon modeste baluchon. Je piochais une généreuse poignée de masse gluante et sentant la violette de son récipient d'argile pour en étaler sur le bras blessé de la belle furie. Par réflexe, je commençais à masser la chair douloureuse pour vérifier que l'os n'avait pas souffert et que la pauvre ne garderait pas de lésions. Tout en douceur, je palpais l'avant bras sans y trouver de sujet d'inquiétude excessive. Une fois que le baume fut bien entré dans la peau désormais huileuse, je sortis une chemin en piètre état avant de la déchirer d'un coup de dent. Dommage, je l'aimais bien. Mais je préférais savoir qu'elle serait utile. Je bandais alors le bras avant d'enrouler un bout de tissu autour du cou de la jeune femme pour qu'elle puisse reposer son bras sur un appui. Le visage fermé, je rangeais alors mon baluchon sans lever les yeux vers elle, de peur d'y lire une gratitude qui me mettrait vite mal à l'aise.

J'ai déjà dormi dans des refuges bien pire. Une caisse en bois, ça protège de la pluie et du vent, non ? Souvent mêmes des bandits et autres détrousseurs. Je n'en demande pas plus pour bien dormir. Et d'ailleurs, pourquoi es tu tombé de ce toit ? Et cette blessure ? Tu ne t'es pas loupé...

Pourquoi cette femme avait-elle piqué ma curiosité ? Je l'ignorais mais son parfum, le regard que j'avais brièvement vu me troublaient. Cela faisait déjà pas mal de temps que je n'avais pas croisé une femme qui ne désire pas vendre ses charmes, ou totalement insensible à mon existence. Or, Mashia me manquait... Son humanité, sa chaleur, sa bonté naturelle, le monde ne m'avait rien offert de tout ces dons depuis notre séparation.
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Sam 10 Jan - 23:00

Ce soir tu seras mon Trésor !








Je le regardais faire sans comprendre, sans oser répliquer. Je le voyais farfouiller dans son sac, les sourcils froncés, et en même temps curieuse de voir ce qu'il allait en ressortir. C'était un petit pot qui sentait les fleurs et d'autres choses. En tout cas, ça sentait drôlement fort. C'était quoi, et plus précisément, qu'est-ce qu'il voulait en faire ? Est-ce que ça se mange ? J'étais sur le point de lui demander des explications, quand, sans me demander, il prit soin de mon avant-bras, défaisant les bandelettes déjà à moitiés parties, inspectant je ne sais quoi d'un œil visiblement expert. Enfin, de mon point de vue, ça semblait être le cas. Il était drôlement surprenant, ce garçon.

Je fronçais un peu les narines, ça piquait son truc ! Seulement, exceptée l'odeur, je devais bien admettre que ça faisait du bien : c'était chaud et réconfortant. Je poussais un long soupir d'aise quand la pommade se mit à chauffer agréablement tandis qu'il me massait un peu.

S'il levait le nez, il aurait put voir mon expression béate, un peu comique. Mais je remarquais que tout du long, il ne m'avait pas jeté un seul regard. Je trouvais ça un peu étrange, or, je préférais ne rien dire. Il semblait lui aussi avoir son petit caractère. Puis, il m'avait soigné. J'allais quand même le remercier quand, d'un coup, il déchira l'une de ses chemises. Je poussais un cri de stupéfaction.

« Oh mais non ! Pourquoi tu as fais ça ? Ta chemise … »

Il continua malgré tout, faisant peut-être mine de ne pas avoir entendu. Le jeune homme commença à tout ranger et moi, ne sachant que dire, je ruminais dans ma barbe. Je relevais la tête en entendant le son de sa voix.

« Je saurais pas dire, je suis jamais sortie, jusqu'à … » Je me pris à compter sur mes doigts. « Oui, depuis une semaine environ. D'ailleurs … je ne sais pas du tout où nous sommes … merde. »

Jurais-je sous le coup, m'en rendant compte. Je mis ma main devant ma bouche, dire des gros mots devant un inconnu, je ne savais pas si c'était très bien vue. Je connaissais fichtrement rien des bonnes manières. Me grattant l'arrière de la tête, je riais un peu mal à l'aise.

« J'suis tombée parce que je devais passer par là pour sortir sans me faire prendre. Voilà pourquoi je suis tombée du toit, j'ai pas emprunté le même chemin que d'habitude … j'aurais dû. Puis, pour ça … » je tapotais sur mon bras tout emmailloté. « Oh, j'ai juste voulut montrer à ma sœur la vue qu'on avait depuis là haut ! Puis, comme on avait jamais eu l'occasion de voir la neige, j'ai voulus lui faire une surprise en découvrant un passage dans le grenier. Sauf que … en y retournant je suis mal tombée et … et ma sœur a attrapé une pneumonie … »

J'eus soudain une illumination ! M'approchant brusquement de lui, je lui demandais, les yeux illuminés par l'espoir.

« Mais ! Tu es médecin, tu pourrais peut-être nous aider ? Je sais pas si son docteur qui s'occupe d'elle est bien ou non … elle va toujours pas mieux, et elle déprime, c'est pour ça que je sors chaque soir depuis, pour lui trouver des trésors et l'amuser. Tu seras mon trésor ce soir ! »

Je finissais ma phrase en éclatant d'un rire joyeux, le cœur gonflé d'espérance.

« Je te donnerais une nouvelle chemise en échange ! »






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Dim 11 Jan - 15:04

C'était là bien ma veine... Une fugueuse. Probablement, une fille de bonne famille blasée des plaisirs de la table et des affres de la bienséance, bien décidée à voir le monde, ou du moins le ciel nocturne. Quoi qu'en y réfléchissant bien, comment une bourgeoise avait-elle pu demeurer sans soin convenable durant tant de temps ?! C'était incompréhensible. Faisant naitre une début de mal de crane en ma pauvre personne, la jeune fille commença à m'assaillir sous un flot de paroles assez dense. Au final, je ne retins qu'une chose : sa sœur était malade, et coincée au lit par une affliction qui n'était pas la plus anodine. Je ne parvins pas à retenir une grimace en entendant évoquer le terme de "pneumonie". Devais-je préciser que ce problème pouvait être potentiellement fatal ? Vu l'espoir qui brillait désormais dans les yeux de la belle, chose dont je me rendis compte en croisant son regard, je n'osais parler de la sinistre et abrupte vérité. Le fait de distinguer ses magnifiques iris suffit à faire monter le rouge à mes joues. Je n'étais plus vraiment habitué à côtoyer de telles beautés. Bon, que faire maintenant ? J'avais vraiment le don de me retrouver dans les pires traquenards... D'une part, j'avais envie de l'envoyer balader avec ses illusions de rétablissement miracle et de poursuivre ma route solitaire, d'un autre... J'étais humain. Je lâchais un soupir résigné en levant les yeux au ciel, et c'est d'un ton bougon que je répondis.

Je vais voir ce que je peux faire... Mais je ne suis pas médecin ! Je m'y connais un peu, mais ne te fais pas d'illusions sur mes talents...

Une seconde ! Comment allais-je parvenir jusqu'à ma "patiente" ?! Je doutais qu'une famille de notables soit heureuse de voir un vagabond comme moi pénétré en sa demeure et salir les tapis de boue. Je fis aussitôt part de mes doutes à la belle.

Tu vis où, au fait ? Parce que tes parents risquent de ne pas apprécier ma venue... Je ne suis pas particulièrement présentable. Je m'y connais un peu en bonne manières pour avoir été élever chez les sœurs, mais ça ne suffira pas à faire bonne impression.

Un trésor, moi ? Une telle affirmation faillait me faire étouffer de rire. Outre un gitan, dont je dissimulais habilement la nature, j'étais plus apparenté à un mendiant, un repris de justice violent de part mon regard peu amène, qu'à un docteur, un marchand, ou même un travailleur honnête. Alors soit cette bonne femme était vraiment désespérée, soit le contact avec la caisse en bois avait affecté son esprit plus que je ne le pensais... Ou alors j'avais affaire avec l'une de ces éternelles rêveuses qui essayaient vainement de rendre le monde et les hommes plus beaux pour mieux masquer la dure réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Dim 11 Jan - 16:49

Colère et peine







Je comprenais que ça ne puisse pas vraiment l'enchanter, de me suivre et de régler mes petits problèmes. J'étais quand même pendues à ses lèvres, naïvement peut-être. Pourquoi j'étais à ce point persuadée que ce parfait étranger pourrait m'aider ? Aucune idée. Pourtant, j'en étais convaincue. Tout sourire, j'attendais ces saintes paroles, sa réponse qui tardait à venir. Un peu trop à mon goût. Alors, quand il croisa mon regard, le mien se fit plus implorant que jamais. Moi, tenter de l'amadouer ? Jamais !

Il déclara alors ne pas être un médecin, qu'il ne fallait pas que je me fasse d'illusions. Cela ne suffirait pas à me faire changer d'avis ! Bien résolue à l'emmener voir Calista, j'allais lui répondre que cela m'étais bien égal, quand, abruptement, le garçon me fit part de ses inquiétudes, et sur le fait qu'il puisse être mal vu par …

« Je n'ai pas de parents. » lâchais-je sèchement en baissant les yeux pour regarder mes pieds, comme si quelque chose me faisait honte, c'était le cas. « Enfin, je ne connais pas mon père, j'crois qu'il est mort, et je doute que la bonne femme qui s'occupe de nous soit réellement notre mère à moi et ma sœur. On habite dans un bordel, non loin d'ici, j'imagine, je suis complètement perdue moi. »

Je levais les yeux et vit sur son visage une expression qui me laissa penser qu'il se fichait de moi. Je n'avais aucune idée qu'en réalité, c'était le fait de penser qu'il était un trésor qui l'amusait. Au lieu de ça …

« Je te fais rire, c'est ça ? Connard. »

Entrant dans une colère noire, piquée au vif, déjà, mon tempérament de feu se manifestait : ne cherchant pas plus loin une autre explication, je tournais les talons laissant mes cheveux lui fouetter le visage. J'étais déjà éloignée de quelques pas que, de la colère, surgit une peine immense née de quoi ? J'étais déçue ? Je ne sais pas … J'avais eu l'impression de trouver un trésor, le trésor qui me ramènerait Calista et, au lieu de ça, il se foutait carrément de moi !

Alors, des larmes de frustration et d'amertumes dévalèrent mes joues un peu poussiéreuses. Je me débrouillerais seule pour rentrer, pour retrouver le chemin de ma « maison ». Au dessus de ma tête, la lune semblait elle aussi se moquer de moi.






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Lun 12 Jan - 18:02

En l’espace d’un instant, la teinte de mon visage vira du pâle au rouge écarlate. Non mais, elle était cinglée celle-là ou c’était juste la mauvaise période du mois ?! Je me proposais de lui donner un coup de main alors qu’elle avait manqué me briser l’échine, et comme récompense elle se mettait à m’insulter ! Faites de bonnes actions, tiens… Bougon et furieux, j’allais la laisser s’éloigner, quand une subite culpabilité me serra la gorge. Si sa sœur était vraiment atteinte d’une pneumonie, les chances de survie étaient minces. Surtout que, d’après ce que j’avais compris et déduit, les deux damoiselles ne vivaient pas vraiment dans des conditions salubres, susceptibles de hâter une guérison. En laissant cette bonne femme hystérique partir sur un coup de tête, je condamnais sa pauvre sœur. Personne ne méritait de mourir à cause d’un égo blessé. D’un bond, je m’avançais pour saisir la jeune fille pour les épaules. Sans un mot, et d’un geste abrupt, je la retournais pour pouvoir plonger mes yeux dans les siens. Peut-être pourrait-elle y lire ma détermination, à travers mon visage boudeur et renfrogné ?

Qu’est ce qui compte le plus pour toi ? Ton sale caractère ou la vie de ta sœur ? Je ne sais pas pourquoi tu viens de piquer une crise, mais on n’a pas vraiment le temps de jouer à de telles bêtises… Amènes moi prêt d’elle. Chaque heure compte quand on est aussi malade.

Je ne tenais pas vraiment à l’alarmer mais il était également inutile de prendre trop de gants. La nature se moque bien de nos états d’âmes. A quoi faire mentir et faire semblant ? La mort est la mort, et une blessure ne sera pas plus belle ou moins grave parce qu’on refuse de la voir telle qu’elle est. A bien y regarder, cette pauvre fille ne semblait pas bien méchante. Chercher un trésor pour sa sœur… C’était mignon, touchant. Peut-être que ce type de poésie abstraite était une sorte de bouclier pour rendre plus légers les problèmes du quotidien ? J’avais toujours eu un peu de mal avec ce type de subtilités. Quand on manque de bruler sur un bucher devant sa mère et son amant, on a tendance à ne pas sombrer dans un idéalisme béat, destiné à rendre la vie moins horrible. Mais devant ce visage doux et ces yeux emplis d’un besoin réel de soutien, d’empathie, l’acier de mon cœur se fissura. Etais-je devenu à mon tour aussi monstrueux que ceux qui m’avaient ôté mon enfance ? Au vu de la réaction de la belle, c’était possible… Je baissais de nouveau les yeux, honteux et agacé avant de marmonner dans ma barbe.

Bon, on y va ? Il ne faudrait pas que le jour se lève avant que ta sœur n’ait obtenu son trésor…




Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Lun 12 Jan - 18:43

Prison dorée








Je m'éloignais en toute hâte, blessée et confuse. En colère et triste à la fois, je m'apprêtais à errer un long moment seule, quand, soudain, une poigne assez ferme sur mes épaules m'obligea à stopper mes pas. Sans douceur, l'inconnu me tourna vers lui, le visage fermé, ses yeux étaient pareils à un ciel d'orage sombre et électrique. Les miens, semblables à deux lacs, déversaient encore une goutte d'eau que je séchais très vite dans un geste fier. Je ne détournais cette fois pas les yeux. Bien silencieuse, j'accusais chaque mot comme des coups. Et ils étaient nombreux, flamboyants d'une vérité qui me fit mal.

« Je m'en contrefous de moi ! Ce qui m'importe c'est ma sœur ... » m'écriais-je quand il eut finit son petit discours. « Mais je n'aime pas qu'on se moque de moi, tu as rigolé tout à l'heure, alors que rien n'est drôle ! »

Je ne le savais que trop bien : j'étais une véritable tête de mule. De plus, je n'étais pas habituée à ce genres de rencontres. Depuis ma naissance, on nous avait confiné Calista et moi dans une bulle, une prison dont on ne pouvait s'échapper. Les seules personnes que l'on croisaient étaient répugnantes, puant la transpiration, la cigarette et le vin. Alors, je ne savais pas comment me comporter, ni même comment réagir face au vaste monde. Car oui, pour moi Londres était tout un Monde que je ne commençais qu'à peine à explorer. Les prochaines paroles de mon interlocuteur me firent sourire.

« Suis-moi ! » je l'attrapais alors par le bras pour l'entraîner dans une petite ruelle sombre et sinueuse. « On a encore du temps avant que le soleil ne se lève. »

J'avisais quand même de la hauteur où trônait la Lune parmi les étoiles. Celles-ci se reflétèrent dans mes prunelles de jades. Un vent froid balaya ma chevelure rouge, me rappelant au passage à quel point il faisait froid, après tout nous étions en hiver, il n'y avait rien d'étonnant.

« J'ai perdu mon manteau … bon, tant pis, on le retrouvera peut-être en chemin ! » fis-je plus pour meubler le silence qu'autre chose. J'étais déjà suffisamment mal à l'aise comme ça, alors si en plus je ne disais rien … Songeuse, j'ajoutais dans un souffle : « Pardon pour tout à l'heure, je m'emporte facilement, c'est que je ne sais pas m'y prendre avec les autres. Tu es la première personne de mon âge que je rencontre et … avec qui je parle. D'habitude, nous sommes confinées dans ma chambre pour apprendre nos leçons. »

Notre vie n'avait rien de palpitant, ni d'agréable. Nous évoluions dans une cage dorée vue de l'extérieure, mais pourrie à l'intérieur. Si tout était propre, cela restait une maison close, avec tout ce que cela impliquait : lubricité, jeux malsains … Mais ma jumelle et moi arrivions parfois à nous échapper de cet enfer en lisant. Ce que nous préférions le plus, c'était les aventures des pirates qui écumaient les Sept Mers !

Ah ! À force de bavasser et de rêvasser, je n'étais pas davantage avancée sur le moyen de nous retrouver. Sur le point de perdre espoir, mes yeux s'agrandirent, je pointais du doigts la caisse brisée, et mon manteau gelée sous mes doigts quand je m'en emparais.

« Nous y sommes ! Bon … maintenant, nous allons contourner et prendre « mon » chemin. Il va falloir grimper. »

Et ça n'allait pas être une mince affaire ! Bien résolue pourtant à sauver ma sœur, je pressais le pas jusqu'à arriver devant une pile gigantesque de caisses en bois – pas brisées, celles-ci ! - que j'entreprenais de gravir sans trop penser à la douleur. Ensuite, il ne restait plus qu'à monter sur un pan de mur et nous y étions !

Les prises étaient rares, froides et glissantes, mais c'était la seule voie qui nous mènerait jusqu'au grenier. Je m'en sortais pas trop mal, j'allais donc jeter un coup d’œil en contrebas quand mon pied, ne trouvant pas l'appui habituel, ripa, me faisant dangereusement glisser. Sur le point de dégringoler du mur– je ne tenais qu'à un fil seuls les doigts de ma main valide s'efforçaient de ne pas lâcher prise – j'étouffais un cri de surprise quand, hélas, je basculais dans le vide.

Je fermais alors les yeux.






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mar 13 Jan - 17:57

Mouais, bon… La damoiselle avait vraiment un caractère de cochon furieux, et je dus me contenir pour demeurer relativement impassible. Le principal demeurait qu’elle ait rendu les armes. La vie de sa sœur en dépendait peut être, et nous avions assez perdu de temps. Je la suivis donc à travers les ruelles sombres et froides de Londres jusqu’à ce que nous retrouvions enfin notre point de départ. Les débris de la malheureuse caisse qui m’avait servi de refuge m’arrachèrent un sourire amer. Comme il aurait été agréable de me tenir à l’intérieur pour y finir ma nuit… Mais le destin semblait bien décidé à ne pas me laisser profiter d’un tel luxe. Effaré, je vis alors la damoiselle entreprendre de grimper à un mur, sans tenir compte de l’état de son bras ! C’était bien la peine de gaspiller de mon précieux baume pour qu’elle force sur sa blessure, cinq minutes après ! Rouge de colère, j’entrepris moi-même l’ascension, tel un serpent, glissant sans mal sur le mur troué de prises viables. L’adrénaline me propulsa littéralement sur le toit en un rien de temps. Je me retournais alors pour passer un savon mémorable à cette inconsciente quand je la vis faiblir, puis manquer une prise. Oubliant ma colère, et toute autre contrariété, je me jetais en avant pour m’étaler sur les briques froides. Je saisis alors sa main de justesse. La douleur m’arracha un cri de douleur, mais je serais les dents, bien décidé à ne pas lâcher la donzelle irréfléchie. Une brulure lancinante commença sournoisement à me meurtrir le coté, et je sentis que mon épaule venait d’être démise par le choc. Un mince filet de sang commença à couler dans le vide, seule preuve de la douleur qui me faisait me mordre les lèvres pour ne pas hurler. Je bandais alors ma volonté et ma colère et d’un coup brusque, je soulevais la jeune fille qui atterrit tête la première contre les tuiles du toit. Rouge comme une pivoine, je me relevais alors et la saisit sans ménagement pour la hisser sur mon dos.

Douée comme tu es, tu risques de refaire une nouvelle chute et je ne veux pas avoir déchiré ma chemise pour rien.

Bougon et d’humeur sombre, j’avançais sur les toits en attendant ses instructions. Néanmoins, un nouveau sentiment de culpabilité finit par me piquer de son acerbe aiguillon. C’est donc dans un murmure, que je tentais de me justifier sur un point.

Au fait… Je ne me moquais pas de toi, tout à l’heure. Je riais de moi-même… Me comparer à un trésor… Pff. Je suis plus sale qu’un lépreux et fagoté comme un marchand qui vient de se faire rosser par des bandits.

Cet aveu objectif sur ma propre personne me coutait. Mais si cela pouvait effacer la peine que j’avais involontairement causée à cette fille pétrie de romance, j’étais prêt à faire cette concession. Tant pis pour mon égo !
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mar 13 Jan - 19:49

Entre naïveté et candeur







Je ne pus m'empêcher de hoqueter de surprise quand, brutalement, je me sentie rattrapée. Levant les yeux, je vis le visage de mon sauveur se fissurer en une expression d'intense douleur. Une goutte vermeille chuta de la commissure de ses lèvres pour s'écraser contre ma joue pâle. Plus blême que jamais, j'allais lui hurler de me lâcher avant que je ne l'entraîne dans ma chute, mais, le malheureux héros en décida autrement. Usant d'une force colossale, il me propulsa littéralement dans les airs, et, comme une flèche, me ficha dans les tuiles froides du toit. Je grommelais dans ma barbe des propos pour moi même mais, loin encore d'avoir éprouvée sa brusquerie, fut presque aussitôt juchée sur ses épaules. Je protestais alors, le visage en feu, touchée dans mon ego. Sur le point d'en venir aux mains -gentiment hein- je me tranquillisais, voyant un bref instant l'état dans lequel était son épaule.

Me murant dans un silence qu'on me connaissait peu, je reprenais mes esprits alors qu'il commença à avancer.

« Tu es un rustre. » fis-je pour toute réponse à ses explications. « Mais tu aurais pas dû … ton épaule … »

Je posais mon front contre son dos, me serrant davantage à lui, un peu honteuse d'être si maladroite dans ce tout nouveau monde. Je me sentais mal, fautive ! Je n'aurais jamais dû avoir l'outrecuidance de lui demander son aide.

« … à cause de moi, tu ne t'attires que des ennuis, je suis désolée, vraiment. » Encore, avais-je envie d'ajouter. Je levais le nez pour approcher mon visage de son oreille. D'un coup, sans trop y réfléchir, ma main ébouriffa ses cheveux dorés, fous. Je riais alors à ma propre naïveté. « Moi je te trouve lumineux comme un soleil. Puis tu es peut-être un peu poussiéreux mais t'es plutôt joli garçon. »

Fis-je déconcertante tout en frottant l'une de ses joues avec ma manche. « Oh ! C'est là ! La fenêtre est encore ouverte ! Ouf ! »

J'ajoutais rapidement. « On ira prendre un bain après ! Pour te décrasser ! Et j'arrangerais ton épaule !»

Je descendis de son dos sans lui demander son avis, me faufilant dans les ombres pour me retrouver au milieu du grenier sombre, à peine éclairé par la lumière de l'astre du soir. Je regardais les petits grains de poussière argentés danser dans le vide en attendant le jeune homme. Mon trésor pour ma sœur. Et un peu pour moi aussi …







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mer 14 Jan - 19:16

J’avançais sur les toits sans hâte, faisant preuve d’attention envers mon précieux colis. Je sentais son souffle dans mon cou et sa chaleur me contaminait peu à peu. Toujours renfrogné, une façade pour dissimuler mes émotions, j’observais le paysage, sans ralentir l’allure. Les toits londoniens possédaient une certaine harmonie, à bien y regarder, et l’éclat de la lune ne faisait qu’ajouter une touche de poésie à l’ensemble. Je ne réagis pas lorsque la jeune femme me traita de rustre. Qu’avais-je à dire ? Elle n’avait pas tort. Mais lorsqu’elle compara ma chevelure à un soleil et qu’elle avoua me trouver du charme, je faillis tomber du toit. Le rouge revint aussitôt sur mes joues glabres. Elle se moquait de moi ou quoi ?! Et maintenant un bain… Non, mais quelle idée ! Je comptais bien plonger dans la première rivière venue, la Tamise exclue, dès que j’en croiserais une, mais de là à me vautrer dans un bac remplie d’eau chaude et mousseuse, pas question ! Surtout avec cette bonne femme rêveuse… Un vrai cauchemar, dont la seule évocation suffit à me donner des sueurs froides. Plongé dans mes réflexions, je sursautais lorsqu’elle me montra un point précis. Nous étions enfin parvenu à destination ! Sans autre cérémonie, je me hissais à sa suite par l’étroite fenêtre pour observer les lieux plongés dans le silence.

Nous sommes donc chez toi ? C’est… charmant. Au moins, nous serons protégés du froid. Où est la chambre de ta sœur ?

Les bras croisés, malgré la douleur qui commençait à me faire tourner la tête, j’attendis une réponse de la donzelle, lorsqu’une question pragmatique me vint à l’esprit.

Mais au fait ! Et si on se fait prendre ? Je n’ai pas envie de finir en prison, moi !

C’était bien beau de vouloir jouer au médecin bénévole, mais il était hors de question que je puisse courir le risque de me retrouver en cage pour avoir pénétré dans une demeure, sans autorisation. Si cette fille avait plus la tête dans les étoiles que sur terre, ce n’était pas mon cas. Une idée me vint alors.

Penses-tu que ta sœur sera assez forte pour venir ici ? Ce serait peut-être plus prudent.

Tout allait dépendre de l’état de la malheureuse malade. Si elle était trop affaiblie, je prendrais sur moi pour courir à son chevet, mais je tenais à poser mes conditions pour garantir ma sécurité. Comme un trésor dans un coffre…
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Sam 17 Jan - 11:52

L'oiseau dans sa cage







« Nous sommes dans le grenier, la chambre de ma sœur est à l'étage en dessous. » je me tournais vers lui, l'air grave et sombre. C'était toujours comme ça quand l'oiseau que j'étais revenait dans sa cage. « Elle est très faible, je ne pense pas qu'elle pourrait marcher, il va falloir être silencieux. Mais ne t'en fais pas, à cette heure là « elles » sont encore occupés. »

Ma voix avait perdu de sa douceur, de son enthousiasme parfois tranchant, ce timbre là était sans vie, morne et désabusé. Je me retournais vers lui, les prunelles vides de toutes expressions. Malgré la lune qui éclairait un peu la pièce, il ne gravitait plus aucun éclat dans mes yeux tantôt si pleins de sentiments. Les étoiles piquetés dans ces derniers avaient chuté.

Je retirais mes chaussures, frissonnant quand mes pieds nus rencontrèrent la surface froide du sol. J'enjoignais le garçon à faire la même chose et les délaisser là.

Ensuite, je m'approchais de lui tout en levant la main pour attraper la sienne mais, stoppa mon geste en me souvenant qu'il souffrait. Une petite moue triste se peignit sur mon visage, je détournais les yeux, et, après un temps, lui fit signe de suivre mes pas dans les ombres.

À partir de là, nous n'avions plus le droit à l'erreur.

Tels des chats se faufilant dans la noirceur la plus totale, nous nous en extirpions enfin en poussant très lentement un porte donnant sur un long couloir. Les escaliers que nous avions emprunté quelques instants auparavant n'avaient même pas grincé. Je jetais un regard entendu à l'étranger sans nom, posant un doigt sur ma bouche, l'intimant au silence. Après m'être assurée que la voie était libre, je lui fis de nouveau signe de me suivre. Il régnait étrangement en ces lieux, un silence de mort. C'était étrange, normalement, de là où nous étions, nous pouvions entendre les clameurs de ces débauchés, leurs râles de bêtes en rut, les rires irritant des « filles » qui faisaient semblant de prendre plaisir à ces jeux. À cette pensée, j'eus une expression de dégoût si profond, qu'il serait impossible pour le jeune homme de la manquer. La chassant bien vite, je lui chuchotais.

« Tu ne t'étonneras pas du Sphinx de ma sœur, c'est Sparcky, il est gentil, mais il est un peu con. »

Aussi con que moche, avais-je envie d'ajouter, mais, l'intéressé nous rejoignit bien vite, traînant ses vieux os jusqu'à nous, sa queue fouettant encore énergiquement l'air. Je flattais son museau et il se recoucha, ne sentant pas une menace en le nouveau venu dans la maison. Je nous fis donc entrer dans une petite chambre toute baignée de la lumière de la lune, silencieuse. Hormis un grand bureau et de nombreux livres, il n'y avait pas grand chose dans cette pièce. Non loin, le petit lit de ma sœur où elle reposait d'ailleurs, parfaitement endormie.

J'approchais en toute hâte, chaque fois étreinte d'un drôle de sentiment d'angoisse en la voyant si profondément ensommeillée. Avisant de la table de chevet, je découvris un chiffon que je portais avec précaution à mon nez. Que je fronçais avant de le rejeter.

« Elle a recommencé cette vieille bique. Elle lui a donné un somnifère, on pourra pas la réveiller … qu'est-ce qu'on fait ? Tu peux l'examiner quand même ? »

J'étais assez ennuyée, et je commençais à triturer nerveusement le bout de mes manches. Je la regardais, ma sœur, si calme mais sa respiration bien trop sifflante à mon goût. Je me hissais donc à ses côtés, posant ma joue contre la sienne pour la serrer tout fort contre moi. Ainsi, nous étions telles deux gouttes d'eau. Qui pourrait nous différencier ?







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Sam 17 Jan - 20:53

Échaudé par bien des traquenards, j'observais d'un œil expert chaque recoin, j'écoutais chaque soin étrange, pour être certain de ne pas être tomber dans un vulgaire piège. La jeune fille me souligna l'impératif de demeurer silencieux, certitude à laquelle je répondis par un simple hochement de tête. Ce lieu me mettait mal à l'aise, pour une raison inconnue. Pourtant, c'est sans poser de questions que je suivis mon guide à travers des couloirs, qui me firent un effet de prison. Un lieu de perdition, où seul le malheur peut trouver une place vacante. Reflet de mes obscures pensées, le visage de a jeune fille changea du tout au tout. Avais-je moi même adopter un tel regard empli de dégout et de révolte lors des pires moments de ma vie ? Possible... Sans même y prendre garde, je posais ma main sur son épaule, sans daigner croiser son regard. Je ne voulais pas qu'elle lise ma compassion, de peur qu'elle n'y voit que de la pitié. L'égo reste souvent le seul rempart des âmes désespérées. Dès que nous posâmes un pied dans la chambre, je sentis immédiatement que quelque chose n'allait pas. Une odeur familière me piqua les narines, me donnant la nausée. Je restais muet et figé quelques instants face à une telle scène d'horreur. La jeune fille en profita pour se hisser à hauteur de sa sœur, dans un élan de pur amour, ce qui me rendit le spectacle d'autant plus affreux. Je sortis de ma catatonie brusquement pour me ruer sur la malheureuse qui se tenait sur ce lit. Je posais ma main sur son cou et poussait un soupir de soulagement en sentant un pouls.

Bon sang, on ne l'a pas drogué... On l'a empoisonné ! Je reconnaitrais cette odeur entre mille. C'est un dérivé d'une plante connue pour affaiblir le mental et rendre malléable à long terme. Cette saleté étouffe la douleur, mais aussi le libre arbitre ! Par le passé, les prêtres s'en servaient sur les esclaves pour...

D'où me venait cette soudaine connaissance des us et coutumes de l'antiquité ?! Tirais-je cet enseignement d'un libre de l'abbaye ? Je ne parvenais pas à m'en souvenir, mais ma mémoire elle n'avait aucun doute sur la véracité de mes savoirs sur cette plante maudite.

Il faut la sortir d'ici et vous trouver un abri loin de cet endroit !

Je n'osais imaginer la raison pour laquelle on avait profiter de l'état de cette pauvre fille pour la droguer d'une si ignoble manière. Sans attendre de réponse, je repoussais la jeune fille briseuse de caisse pour hisser sa soeur endormie sur mon épaule. Je poussais alors un juron lorsque la douleur s'éveilla, mais je ne lâchais pas mon précieux fardeau. Pas avant d'être parti de cet enfer de dépravation !
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Ven 23 Jan - 18:12

Des Trésors pour ma sœur








« Vous n’irez nul part. »

Cette voix me fit frémir. Depuis tout ce temps quelqu’un nous observait dans un recoin d’ombre, silencieux, prédateur. Tout recouvert d’un manteau noir, je ne distinguais rien d’autre que deux grands yeux gris qui nous observaient avec intensité. Cette présence me glaça le sang, je me tournais alors vers le garçon qui soutenait ma sœur. Seulement, avant que je n’ai eu le temps de réagir, voilà que l’inconnu surgit des ombres pour se saisir du guérisseur improvisé, le menaçant d’un poignard jusque-là dissimulé dans les replis de ses habits sombres. Le son de sa voix, grave et mélodieuse à la fois, resterait à jamais gravé dans ma mémoire.

« Ne t’occupes pas du Destin des autres, le tien n’a que peu d’importance face aux leurs. Les Stella Rubius. »

Il le repoussa sans ménagement, se saisissant du corps de ma sœur pour l’étudier dans la lumière argentée projetée par l’astre du soir. Il passa une main au-dessus de son visage et moi, je levais une main vers lui pour l’arrêter. Il me regarda avec ses yeux transperçant et je me sentis violemment repoussée vers l’arrière. Ma tête heurta le mur, je me sentis glisser dans l’inconscience. Mes paupières se refermèrent.

« Que … que s’est-il passé ? »

Je me frottais l’arrière de la tête pour sentir un liquide chaud et visqueux salir ma paume. Du sang. Soudain en alerte, je me « réveillais » tout à fait pour découvrir ma sœur étendue sur le sol, parfaitement immobile. Et le jeune homme n’était pas loin, probablement en train de récupérer lui aussi. Plus aucune trace de notre agresseur, il s’était enfuit par la fenêtre laissée ouverte. Un vent glacée me secoua toute entière, je me dépêchais, en titubant, de la refermer avant de m’occuper de ma sœur et du garçon. Ma sœur avait retrouvé des couleurs et sa respiration était devenue plus régulière. Je soufflais un bon coup pour ne pas défaillir, encore.

« Tu vas bien ? » soufflais-je en le regardant sous toutes les coutures. « Oh … regardes ! »

Il avait laissé une note derrière lui. Je m’en emparais pour la lire : « Les Ombres veillent sur vous, ne cherchez plus à sortir. »

Qu’est-ce que cela voulait dire ? Une menace ? Je le relisais encore et encore pour tenter de percer ce mystère … mais rien ne vint.

« Je pense qu’il faut que je reste ici pour le moment. Pour le moment … » susurrais-je pour moi-même tout en contemplant vaguement quelque chose, un recoin d’ombre.

Resurgirait-il encore au moindre faux pas ? Je ne comprenais rien. « Tu devrais t’en aller, c’est trop dangereux. Et ton bras … tu veux que je t’aide ? »

Je parlais comme un automate, ma voix était atone, mon œil éteint.







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mer 28 Jan - 10:57

Je n’avais rien vu venir. En un instant, je me retrouvais complétement sonné, sur le sol froid. Un individu m’avait menacé de sa lame avant de me débiter un étrange monologue sur le destin des deux sœurs. Malgré la brume qui persistait à saturer ma conscience, chacun de ses mots résonnait à la lisière de ma pensée. Stella Rubius ? Qu’était donc ce machin ? Un trésor ? Des bijoux ? Un nom de code bidon ? Lorsque j’émergeais enfin de ma semi-inconscience, des flammes rugissaient dans mon regard implacable. Je cherchais des yeux l’inconnu, les poings serrés, prêt à le rôtir sur place et à lui ravager sa face d’ombre à coup de savates ! Un étrange rictus démoniaque défigurant mes traits, il me fallut quelques minutes avant de baisser ma garde en retrouvant mon calme et la maitrise de mes nerfs. Pourquoi les propos de cet inconnu m’avaient-ils à ce point vexé ?

Tu le connais.

Ce n’était pas une question, mais une affirmation de ma part. Je lançais un regard peu amène sur la jeune fille qui tenait encore la note laissée par l’assaillant dans sa main.

Que dit cette note ? Explique-t-il la raison pour laquelle vous devez rester ici ?

La fréquentation de cette gamine avait mis ma vie en danger pas moins de trois fois en une soirée. Un record. Je ne comptais donc pas m’enfuir la queue entre les jambes, sans avoir obtenu une explication. La jeune fille semblait choquée, la voix atone et le regard vide, mais il était hors de question de me laisser congédier de la sorte. Elle était venue chercher son trésor, non ?

Je ne partirais pas sans avoir soigner ta sœur. Maintenant, réponds-moi. Qui aurait pu droguer ta jumelle de la sorte ? Cet inconnu, ou un résident de cette maison ?

Je ne tenais pas forcément à me faire égorger par le premier tueur à gages venu, mais ma conscience m’obligeait à être certain que les jumelles demeuraient en sécurité avant de quitter les lieux. Je n’avais aucune envie d’en savoir plus sur les Stella machin, mais je m’étais engager à aider cette fille et sa sœur. Et je n’avais qu’une parole.
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   Mer 28 Jan - 16:55

Pars !








Complètement perdue, voilà que le garçon commençait à m'accuser ! Et accessoirement, à me bombarder de questions. Le voir réagir de cette façon me faisait sortir de mes gongs. La peur au ventre envolée, je serrais mes petits poings sur la note que je venais de ramasser, la froissant dans un petit bruit étouffé. L'expression de mon visage reflétait assez mal ce que je ressentais au fond de moi : oui, je contenais ma rage, difficilement, certes, mais je la contenais suffisamment pour ne pas lui sauter à la gorge et lui hurler dessus. Ce fut donc le visage fermé, les lèvres pincées que je me redressais de toute ma hauteur pour le regarder. D'un regard enflammé. Je ne hurlais pas, pourtant ma voix était aussi rude que le fouet sur le dos d'un homme.

« Non mais pour qui tu te prends ? » dardant mes prunelles dans les siennes, je m'approchais suffisamment pour l'attraper par le col, comme l'autre l'avait fait tout à l'heure avant de se carapater par la fenêtre. « Pourquoi tu penses que je le connais, t'es con ou quoi ?! »

Je me retenais de crier. Je baissais d'un ton, sans pour autant m'apaiser et choisir mes mots. « Et bien non, j'en sais foutrement rien figures toi ! L'autre connard à pas été très explicite tu vois, sauf sur le fait de rester sagement ici. Elle dit, cette putain de note : « Les Ombres veillent sur vous, ne cherchez plus à sortir. » c'est quoi ça les « Ombres » ? Des assassins ? Un groupe de Saltimbanques ? Qu'est-ce que j'en sais moi bordel ! »

En fin de compte, je le relâchais en le repoussant sans ménagement. Je baissais alors les yeux sur ma sœur et entreprit de la porter jusqu'à son lit. Sa respiration était redevenue parfaitement normale et la fièvre s'en était allée. Je me tournais brièvement alors vers le garçon pour lui lâcher, cinglante.

« Elle va bien, l'autre semble avoir … » au moment où j'allais lui dire que « L'Ombre » semblait avoir été plus efficace que lui, un cri perçant éclata. Mes yeux s'arrondirent sous le coup de la surprise, et, alerte, je revenais vers le garçon pour lui prendre la main et l'entraîner à ma suite. « Chut. »

J'ouvris avec mille précaution la porte de la chambre et jeta un coup d’œil. Rien, j'intimais à l'autre rustre de me suivre sans faire de bruit et découvrit, en m'approchant des escaliers, qu'en contrebas gisait le corps d'une des nouvelles cuisinières, entourée de quelques messieurs et dames.

« Tu vois … il semblerait que ce soit réglé. T'es pas obligé de rester maintenant ! Pars ! »

Puisqu'il était en danger ici, autant le chasser. Pourtant, se faisant, j'eus un étrange pincement au cœur et le sentiment de … de perdre quelque chose.

« Tu es en danger ici, à cause de moi tu as faillis avoir de gros ennuis, vas-t-en ma sœur et moi nous nous en sortirons. Nous partirons un jour … » Je le regardais à la dérobée sans toutefois oser le regarder en face, honteuse et en colère à la fois contre lui. « Merci »

Fis-je avant de me pencher pour embrasser sa joue et lui indiquer le chemin en pointant du doigt l'endroit par lequel on était venu.







© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Chronique - ???] Je cherche un trésor, aurais-tu vu la Lune ? [PV Arbhaal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-