RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messalina


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 218

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
155/190  (155/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]   Ven 16 Jan - 22:18

Ne m'abandonne pas...


Il faisait sombre… Les nuages de vapeurs s’échappant d’entre mes lèvres confirmèrent ce que mon corps me hurlait. Il faisait froid, si froid… Beaucoup trop froid pour moi… Malgré tout, je continuai de serrer Kyros contre moi, le “portant” avec difficulté, tout en essayant de ne pas aggraver ses blessures.
Nous arrivâmes au bout de la pièce, j’allongeai mon chevalier, doucement, délicatement, tendrement… Mes larmes ne cessaient de couler en le voyant ainsi. J’étais si impuissante… Je m’effondrai à son cou, me serrant contre lui en prenant soin de ne pas m’appuyer pour ne pas lui faire mal. Mon corps convulsait et mes sanglots étranglaient ma voix. Quelques mots arrivèrent tout de même à se faire entendre.
-Tu n’as pas le droit…
Je m’exprimai dans ma langue natale, comme à chaque fois qu’il m’était impossible de me contrôler. Comme une amie, mon unique réconfort… Mon accent si chantant à l’accoutumée s’était transformé en une mélodie triste et dépourvue de couleur.

Le corps de mon prince des glaces était presque aussi gelé que son élément.
-Tu ne peux pas… Tu ne peux pas me laisser...
Je pris sa main pour y blottir ma joue. Le contact de ses doigts glacés ne me fit pas mal… Je ne ressentais plus de différence de température, comme si tout autour de moi était devenu cotonneux. Je relevai mon visage pour l’observer à travers la brume de mes larmes.
-C’est à moi de te tuer…
Comme si lui présenter cet argument allait être suffisant pour lui permettre de se relever, comme si de rien n’était. Si seulement c’était aussi simple…

Je glissai doucement mes doigts contre les siens. Je ne connaissais rien en médecine et je n’avais jamais eu aucun pouvoir de guérison… J’aurais dû réfléchir avant de l’éloigner du centre du temple… Peut-être avais-je signé moi-même son trépas. Peut-être que là-bas il y avait quelqu’un capable de le soigner… Je me redressai de sorte à me retrouver à genoux, calant sa tête sur mes cuisses. Je caressai la peau de son visage avec tendresse. De nouvelles perles d’eau salée dévalèrent les courbes de mon faciès.
Dans un élan de désespoir, je laissai mon cosmo émaner de mon corps, afin d’en insuffler à Kyros. Un faible halo bleuté m'entoura avant de se déverser avec volupté jusqu’au cygne. Kappa m’avait vidé de mes forces, mon corps était proche de sa limite. Mais si je le perdais… Si je le perdais… Je fermer les yeux pour me concentrer correctement. Pleurant en silence, ma voix cassée ne put que susurrer :
-Ne m’abandonne pas...

Code : ©Diabiki Patterns : ©Colourlovers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7183-messalina-della-gru
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]   Mar 20 Jan - 0:26

Quelle était donc cette attaque qui m'avait frappé. Ça ne pouvait pas être qu'une simple attaque de glace. Quelque chose de plus obscur m'avait frappé, me privant de Cosmos, absorbant mon énergie à l'intérieur de mon être comme si un corps étranger, provenant des ténèbres s'y étaient logés.

Je sentais que l'on transportait mon corps, sans réellement comprendre qui, ni comment. J'essayais de me maintenir éveillé, mais je ne parvenais qu'à avoir une vision bien étrange de la réalité qui m'entourait. C'est comme si mon corps privait mon esprit de ses capacités à simplement, voir, analyser ou bien même respirer. Car oui, j'étais à bout de souffle déjà et je ne parvenais pas à la stabiliser. Sans Cosmos, le froid s'emparait de la chaleur de mon corps, me laissant aux portes de la mort. Quelle serait donc cette attaque qui semblait me priver de la seule chose qui me permettait de ne pas succomber au froid, à cet élément que j'avais apprivoiser!

Dos à terre, je sentais le sang coulé sur les dalles du temple et une fine voix m'appeler. Mes yeux étaient clos et je ne parvenais pas à les ouvrir, même en tentant de toutes mes forces pour y arriver. Rien n'y faisait. Je ressentais des gouttes tomber sur mon visage, preuve que la vie ne m'avait pas encore quitter, ou bien était-ce simplement un rêve? Oui je devais rêver! J'étais perdu dans mes pensées, sans réussir à comprendre ce qui séparait la fantaisie de la réalité.

Mais soudain, une onde de chaleur envahit mon corps. Une puissante lumière brûlait à l'intérieur de moi, chassant toute l'obscurité qui y régnait. Plus important que cela, je sentais une nouvelle force naître en moi. Ce n'était pas mon Cosmos, mais je n'eut aucun doute sur l'identité de la personne qui me permettait de fuir l'obscurité de la mort alors qu'elle était sur le point de m'engloutir.

"Messa!?"

Je parvenais enfin à contrôler le froid qui envahissait mon corps. J'avais réussi à maîtriser une technique interdite, me permettant d'utiliser une partie de ma vie pour la transformer en glace, que je pouvais utiliser comme catalyseur pour mon Cosmos. Cependant, c'était une technique dangereuse, difficile à maîtriser. Mais, j'avais également réussi à la développer pour me permettre de l'utiliser dans l'autre sens. Transformer du Cosmos en énergie vitale. La glace m'offrait l'énergie dont j'avais besoin pour soigner mes blessures, jusqu'à un certain point. Je savais que Kappa ne voulait pas que j'utilise cette technique, mais elle allait me sauver la vie. De toute façon j'étais mort, alors autant tenter ce pari risqué qui pourrait me permettre de ne pas succomber à cette attaque!

Je canalisais l'énergie qu'on m'insufflait pour augmenter ma propre cosmos-énergie, sceller mes blessures internes et externes avec le froid, jusqu'à contrôler ma température corporelle. J'ouvris finalement les yeux, voyant le message de Messalina sur le mien, touchant mes lèvres avec les siennes. Elle partageait son Cosmos avec moi, tentant désespérement de me maintenir en vie. Elle ouvrit les yeux à son tour et releva la tête, tandis que ma respiration reprenait enfin un rythme normal. Je ne parvenais pas à fuir son regard, en larmes. Était-ce un ange qui venait m'accueillir au Paradis? Son visage si angélique aurait pu me tromper, mais son sourire ne me laissait aucun doute. Ce n'était pas un rêve, ni l'autre monde. J'étais de retour. La chaleur de son Cosmos m'avait tiré vers la lumière!

- Messa! Pourquoi est-ce que tu ...

J'allais lui demander pour quelles raisons ses larmes coulaient, mais elle avait probablement dû se sentir désespérée en me voyant dans cet état. Tous ces mots que je n'avais pas eu le courage de lui dire, la vraie nature de mes sentiments pour elle. Je me sentais un idiot rien que de penser que j'avais dû attendre d'être aux bords de la mort pour le comprendre! Je laissais un sourire s'afficher sur mon visage, ce qui n'était pas très naturel chez moi!

J'essayais de me relever, mais je n'y parvenais pas. Je ressentais à peine mes membres, qui étaient bien engourdis. J'avais juste besoin de quelques minutes. J'avais stoppé les hémorragies avec la glace.

- Je suis désolé... de t'avoir causé tant de soucis!

Je levais mon bras difficilement, afin qu'elle puisse l'attraper. La savoir près de moi maintenant était la chose la plus importante!
Revenir en haut Aller en bas
Messalina


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 218

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
155/190  (155/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]   Mer 21 Jan - 1:00

Merci de m’avoir protégée


Je crus sentir un mouvement. Par reflexe, j’ouvris les yeux pour voir si ma tentative s’était avérée fructueuse. Se furent d’abord ses yeux bleus qui me transpercèrent de toutes parts. Clignant des paupières, je me rendis compte de la position dans laquelle je me trouvais. Que… Comment ? Quand m’étais-je penchée pour l’embrasser à nouveau… Non ! J’arrachai mes lèvres des siennes vivement, détournant mon regard du sien. Alors que j’allais m’excuser pour la situation gênante que j’avais provoquée malgré moi, il me coupa avant de sourire. Pendant quelques secondes, j’en oubliai le froid qui nous entourait. Me perdant dans son regard, les joues encore humides. Malgré tout, j’étais incapable de bouger. J’avais envie de me jeter dans ses bras pour ne plus les quitter. Et d’un autre, nous étions en Guerre… Une Guerre qui avait failli le tuer…

Il essaya de se relever mais sa tentative fut veine. Sa réaction m’arracha un sourire gênée… Lui avait fait son choix… Les combats étaient plus importants… Oui… C’était évident… Il était un chevalier, pas un homme à aimer… L’ambiance glaciale me submergea à nouveau. Il leva son bras avec difficulté. Je le saisis, sans entrelacer mes doigts entre les siens, sans y chercher le moindre réconfort, alors que je n’attendais que ça. Je retenais de toutes mes forces les nouvelles larmes qui me montaient aux yeux. Quelques-unes dévalèrent malgré tous mes interdictions, je détournai la tête pour qu’il ne me voit pas. Sa tête sur mes genoux, j’étais incapable de fuir cette fois.
-C’est à moi de te remer… Merci de… De m’avoir…
Ma voix était cassée et mon corps commençait à ployer sous la température. Pourquoi étais-je incapable de designer correctement ce que je ressentais vis-à-vis de lui ? Étais-je condamnée à aimer un homme que je n’avais pas choisi et qui ne me choisirait jamais ? Pourtant son sourire me faisait fondre, chose bien étrange pour un saint maîtrisant la glace… Le sentir proche de moi me rassurait. Toutes mes peurs s’évanouissaient à ses côtés. Les cygnes et les grues s’accouplent pour la vie… Je souriais tristement.
-Merci de m’avoir protégée.
Je ne réussis à m’empêcher de caresser sa peau. Bien que douloureux, il vaut mieux souffrir d’amour que de ne jamais le connaître… Essayant de jouer sur la plaisanterie, j’articulai toujours en italien.
-Mais, essayes de ne pas mourir lors des prochains combats ! C’est à moi de te… C’est moi qui vais te tuer !

La brume de mes yeux disparue, je me perdais à nouveau dans son regard. Repensant à cette image qu’il avait gravée dans ma tête quand il était sur le point de mourir. Kyros, pourquoi fallait-il que tu torture mon cœur ?
-En faite…
Je n’arrivai pas à comprendre, rien n’étais logique… Pourquoi se remémorer le moment où il m’avait rejeté ? Surtout si c’était pour qu’une fois sur pieds, il soit prêt à retourner en découdre avec les spectres… Rien n’avait de sens… Peut-être avait-il oublié ? Simplement oublié… Mais une question me brûla les lèvres…
-Pourquoi t’es-tu interposé ?

Code : ©Diabiki Patterns : ©Colourlovers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7183-messalina-della-gru
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]   Jeu 22 Jan - 22:46

Je ne savais pas si mon corps avait gelé, ou bien si c'était juste le fait d'avoir été vidé de mes forces, mais je ne sentais pas grand chose au moment où j'avais ouvert les yeux. Je parvenais tant bien que mal à bougé les bras, mais mes jambes refusaient de m'obéir. Néanmoins, je les sentais gesticuler quand je leur demandais. Elles n'étaient juste pas, encore, capable de faire plus. Mais ma respiration se stabilisait enfin, c'était juste une question de temps pour que je puisse me relever et repartir au combat.

J'aurais bien voulu qu'il en soit autrement. J'avais réussi à reconquérir le sourire de Messalina et je n'étais plus tiraillé par le doute comme j'avait pu l'être il n'y avait pas si longtemps. Je ne savais pas encore très bien ce que le futur nous réservait, nous qui étions avant tout des guerriers. Combattre et oublier l'amour, afin de préserver cela pour les autres. C'est ce que nous avions choisi comme chemin! J'ignorais si cela pourrait fonctionner entre nous, avec toutes nos obligations, mais, je voulais tenter le coup. Je ne pouvais pas quitter ce monde sans au moins dire à la femme que j'aimais les sentiments que je sentais à son égard. Voir cette attaque se diriger sur elle, imaginer une seule seconde à quel point cela aurait pu être fatale, lutter moi-même pour rester en vie. Tout cela m'avait "obliger" à prendre une décision. Mais j'ignorais encore si Messalina, elle, serait prête pour faire ce nouveau pas avec moi. Je l'avais probablement blessé ce jour là, et il faudrait bien plus qu'une situation périlleuse comme celle-ci pour tout effacer, mais, allais-je à nouveau rester silencieux et faire semblant que rien ne se passait entre nous?

Je tentais donc profiter des quelques instants que j'avais pour rester allonger sur le sol, main dans la main avec elle. Elle me remerciait de l'avoir sauvé, mais ce n'était pas nécessaire. Et elle pourrait continuer à me dire autant de fois qu'elle le voudrait que c'était à elle de me tuer et à personne d'autre, que je ne la prendrai pas au sérieux. Mais je lui souriais simplement, me laissant emporter dans le jeu.

- Aides-moi à me relever s'il te plait, je pense que mes jambes répondent enfin!

Elle m'aidait À me relever. Mes jambes tremblaient avec le poids de mon corps, mais je tentais tant bien que mal de dissimuler ce fait. Messalina ne me donnait pas le moindre espace, s'attendant à ce que mes jambes cèdent. Mais je lui montrais que j'allais bien. Je mettais ma main sur la paroi de glace juste par précaution, mais je n'étais pas si amoché que je l'aurais pensé.

J'étais enfin prêt à rejoindre les autres et reprendre part aux combats, quand Messalina me posa une question. Elle voulait savoir pourquoi je l'avais protégé? N'était-ce pas évident? Peut-être pas! Après tout, je ne lui avais jamais réellement avoué mes sentiments. Elle ignorait toujours ce qui se cachait au fond de mes pensées, moi qui avait toujours été si silencieux et réservé. Elle devait se douter, mais, peut-être avait-elle juste besoin de l'entendre. Entendre ces mots que j'aurais dû lui dire bien plus tôt. Je m'en voulais pour cela, mais il était trop tard pour remédier à cela. Je pouvais désormais, tenter tout ce qui était en mon pouvoir pour que nous puissions rattraper le temps perdu si, ainsi, le désirait-elle!

Je fixais son regard pour ne plus jamais le lâcher. Je tenais sa main et respirais profondément. Ce que j'avais à dire, même si je ne doutais plus, n'était pas évident à avouer. Surtout pour quelqu'un comme moi qui avait des difficultés à s'exprimer.

- Si je me suis interposé c'est que... je ne pouvais pas rester impassible alors que tu courrais un grand danger! Je l'ai fait une fois lorsque je t'ai laissé affronter Kappa, je ne pouvais pas faire ça une deuxième fois... parce que... parce... que...

Je ne trouvais pas la force pour terminer ma phrase, laisser sortir ces quelques mots qui changeraient nos vies pour toujours. J'hésitais, encore. Pourquoi ne pouvais-je pas simplement dire ce que je ressentais? Je regardais sur le sol gelé, tentant de retrouver les mots que je voulais lui dire, que je devais lui dire. Relevant la tête légèrement, mon regard se plongeait à nouveau dans le sien. Je me sentais alors submerger par ses yeux bleus, comme si je me laissais tomber au milieu de l'océan. Me laissant entrainer par mon coeur et son regard, j'oubliais toute peur pour finalement lui dire...

- Parce que je t'aime Messa! Parce que je ne peux pas te perdre, cette seule idée m'est inssuportable. J'aurais dû te le dire avant, je suis désolé!

Je m'approchais d'elle, l'attrapant délicatement par la taille et approchant mon visage du sien. Juste pendant quelques secondes, nous allions oublier que nous étions en guerre. Je fermais les yeux et l'embrassais alors, notre premier vrai baiser! Je ne saurais dire combien de temps cela avait durer, mais je savais que j'aurais pu rester ainsi pendant des heures! J'ouvrais les yeux à nouveau, la regardant encore quelques secondes.

- Allons-y Messa, nos compagnons ont besoin de nous!

Je reprenais la marche en direction au centre du Temple. Cependant, une douleur envahit mon abdomen, comme si quelque chose à l'intérieur de mon corps pressait les muscles avec violence. Je m'arrêtais subitement, mais, je ne pouvais pas montrer le moindre signe de faiblesse, pas maintenant. Si Messa me pensait trop faible pour combattre, elle ne pourrait se concentrer sur ses propres combats. Alors qu'elle me demandait si tout allait bien, je lui répondais simplement d'un sourire.

- Oui, ce n'est rien! Dépêchons-nous!

Il était temps de reprendre le chemin des combats, et expulser les intrus de nos terres une bonne fois pour toute!
Revenir en haut Aller en bas
Messalina


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 218

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
155/190  (155/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]   Sam 24 Jan - 17:50

Je t'aime...


Il prit une grande inspiration, comme s’il s’apprêtait à me faire une révélation de la plus haute importance. Qu’entendait-il par il ne pouvait rester impassible ? Il ne pouvait pas jouer les protecteurs plus tôt, non ? Parce que soyons honnête, le prince charmant avait pris son temps pour débarquer sur son lion blanc… Tiens, il semblait désolé, presque gêné. Je crois que c’était l’une des premières fois que je le voyais si hésitant. Même lors de notre première rencontre, lorsque je l’avais menacé pour la toute première fois, il avait eu l’air plus sûr de lui. Il commença une phrase qu’il n’arriva pas à finir. Mais que lui prenait-il ? Il détourna son visage du mien pour observer le sol. J’étais si amochée pour que les dalles glacées soient plus agréables à regarder que moi ?

Je fis la moue, prête à me détourner de lui et rejoindre le centre du temple des Gémeaux, sans connaitre la réponse à ma question, quand il se déclara. Mon cœur manqua un battement. « Je t’aime Messa ». Je fus incapable de bouger. « Je ne peux pas te perdre ». Ses mots résonnèrent dans ma tête. « J’aurais dû te le dire avant ». Est-ce que je respirai encore ? « Je suis désolé ». Oui… Enfin je… Je n’eus pas le temps de vérifier si j’étais en plein songe, qu’il me saisit doucement par la taille. Me tirant délicatement jusqu’à lui. Je me laissai fondre contre lui, incapable de lui résister. Son visage glissa lentement vers le mien. Il déposa ses lèvres sur les miennes. Mes paupières se fermèrent. Pendant quelques instants, plus rien n’existait autour de nous. Il plongea en moi… Durant ma vie, j’avais embrassé plusieurs hommes et femmes, pour différentes raisons. Je pensai être plus aguerri dans l’art du baiser que ne l’était mon timide cygne. Pourtant tout ce que j’avais connu avant semblait dépourvu de saveur à côté. Son simple toucher réveilla une douce chaleur dans ma poitrine, m’inondant d’un sentiment plus fort que celui que j’avais ressenti pour lui jusqu’à présent. Il brisa l’union qu’il avait lui-même celé un peu plus tôt, trop tôt… J’étais heureuse, non triste, non confiante, non déboussolée… Des dizaines de dualités se bousculèrent dans ma tête. Était-ce parce que j’étais gémeaux ? Ou bien ce genre de chose était normal pour une femme à qui on avait dérobé le cœur ?
Il m’observa. Je repris ma respiration dans une inspiration, prête à lui répondre. Moi aussi, je voulais… IMBECILLE DEL CYGNO ! Signore avait décidé de se prendre pour une gamine de cinquante centimètres, habillée en rose et toujours collée par un scimmia botté !

Ma mâchoire se crispa, alors que la cocorita heureuse se remettait en route pour le combat.
-Ti ucciderò Kyros…
Alors que je m’apprêtai à l’étrangler, il s’arrêta. Mon inquiétude repris le dessus sur ma colère. Je gardai son buste entre mes bras, pour qu’il prenne appuie sur moi.
-Idiota ! Arrêtes de prendre tout sur toi, tout seul !
Je l’insultai une fois de plus, regardant devant moi. Il n’était pas encore en état pour se battre, mais allait sortir une idée de la tête d’un sicilien… Autant lui taper dessus avec une planche cloutée. Ma main libre se posa sur sa joue, pour diriger son visage vers moi. Je sentis le rouge de mes joues me piquer.
-Promets-moi, de ne plus rien me cacher...
Mes lèvres allèrent à la rencontre des siennes une dernière fois. J’en profitai pour partager avec lui, les maigres réserves de cosmo qu’il me restait.
-Kyros… Ne t’avise plus jamais de m’abandonner…
C’était vraiment difficile à dire… Même si lui avait sans doute fait le plus dur avant. Peut-être avais-je été trop blessée il y a quelques semaines ? Et puis ce n’était pas franchement le moment… Peut-être que si je ne lui disais pas, ça irait… Après tout, ça ne faisait que sept ans que ça durait… Non… Moi aussi je devais… Je… Je…
-Je t’aime…

~> Happy Holy War! And may the odds be ever in your favor !

Code : ©Diabiki Patterns : ©Colourlovers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7183-messalina-della-gru
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a des sentiments qu'on ne peut exprimer avec des mots [Pv Kyros]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple des Gémeaux-