RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)   Lun 9 Mar - 21:09

Flotte fantôme


Les embruns se répandaient dans les airs pour former une brume sombre et glaciale. Dans cet océan placide et tranquille que l'on appelait "Pacifique", une mouette s'échappa de la brume en criant son désespoir. Quelques branches et tonneaux dansaient entre les vagues comme des restes d'un temps passé. L'oiseau continuait son chemin sans demander son reste. Des bruits de bois, de cordages et de voiles dressées se faisaient de plus en plus entendre par delà la brume. Quelque chose approchait dans les ombres, on pouvait voir des mâts et les lignes de coques de navire. Cinq, dix, quinze, pas plus de trente très certainement. Soudain, un des navires laissait siffler sa proue sur quelques récifs, des voix s'élevaient sur le pont et des piques apparaissaient pour libérer le navire de cette prison de roche.

Sur le pont avant, près de la proue, un homme en kimono noir se tenait là avec son Taïsho à sa droite. Il se demandait pourquoi ses soldats n'avaient pas vu ces roches dans l'eau... Ses yeux noirs regardaient à travers la brume les premières marques d'une côte lointaine. Se tournant vers son Maître Cartographe, il lui fit signe d'approcher d'un air impérieux. Ce dernier ne se fit pas prier pour venir à ses pieds, en faisant un salut digne de l'Empire qu'il représentait ici.

- Yamamoto Tsunetomo Taïsho ! Vous vouliez me parler !

- Qu'est ce que cela veut dire ? Vous n'avez rien dit sur l'existence d'îles dans les parages ?

- Sumimasen... Je ne savais même pas pour ces iles, je les découvre en même temps que vous.
Répondit implorant le Cartographe.

- Wakarimashita.

L'officier se retirait sans dire un mot. Son Capitaine ne disait pas un mot en grattant son bouc d'un noir de crin. La situation était plus difficile qu'il ne l'avait calculé mais il s'en moquait. Sa flotte avait besoin de se retaper un peu après près de deux mois de voyage vers l'inconnu, on lui avait parlé de cette terre quand les Européens étaient venus chez eux. Il était temps de prendre sa part du gâteau ! Mais aussi... c'était une terre pour son clan, pour son honneur et aussi pour lutter contre un ennemi invisible. Son regard se portait vers ses hommes, le temps allait dire si cet arrêt de quelques jours serait profitable à tous. Se retournant, il retournait vers sa cabine en ordonnant d'envoyer des chaloupes vers les plages au loin. Voir si déjà il y avait des habitations à piller pour refaire les provisions tranquillement.

Entrant dans ses appartements, il vit briller à côté de lui une ancienne armure de samouraï. Son aspect écarlate et sanguin le fit sourire. Il s'asseyait sur un tapis et prit un fuseau pour l'enduire d'encre de Chine. Les minutes à venir allaient être d'importance. Quatre d'immenses chaloupes partaient vers les plages blanches des îles au loin. Personne ne savait que ces premiers pas seraient historiques ! Deux heures plus tard, ils touchèrent terre et amenaient les embarcations en sécurité au delà des vagues. Ils voyaient une terre volcanique comme leur pays, des volutes de flammes sortaient des eaux par endroit. Ils s'avancèrent et virent un village d'indigènes en train de préparer une fête étrange autour d'une statue de bois.... Ils s'entouraient de colliers de fleur mais, le plus drôle, était la non présence des gardes. Les gardes Nippon se regardèrent entre sourires sadiques et perplexité ! Ils attendirent la nuit et frappèrent, la nuit du l'embrasement des fleurs venait de débuter et le sang coulait sans s'interrompre.

Dans une auberge d'Atlantis, un homme entrait à l'intérieur avec la mine des mauvais jours. Un rapport venait d'arriver du Pacifique Nord et son Général n'était pas dans le coin en ce moment. Jack savait que Tristan de l'Hippocampe ne pouvait pas être à la fois sur la protection de son Océan tout en allant enrôler des futurs Marinas dans tous les ports du Globe. Mais ce qui l'inquiétait, c'était les rapports sur des rituels païens sur des îles pourtant réputées tranquilles et une série de symboles détectés sur quelques drapeaux. Manifestement, on suspectait une flotte de l'Empire du Levant près de là, protéger par un cosmos étrange lié à l'eau. Une personne pouvait l'aider dans cette tâche et il en connaissait qu'un de toute façon.

- Konbanwa ! Je savais que tu serais ici ! Ton disciple n'est pas là ? Bon m'en cogne, j'ai besoin de toi.... Ca bouge dans le Pacifique Nord et je crois savoir que nos amis Fuma sont de retour !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)   Ven 10 Avr - 20:11

    Depuis la fin de la guerre civile dans le Royaume Sous-Marin, les Atlantes goûtaient à une période de paix au gout amer. La reconstruction d'Atlantis allaient encore prendre de longs mois, et si les combats étaient bel et bien terminés, un autre type d'affrontement, moins décelable, avait commencé à prendre de l'ampleur. Les membres du conseil dirigeant la cité, ainsi que les autres notables, rivalisaient de ruse et de fourberies dans les luttes d'influence qui décideraient qui serait à la tête des différents quartiers de la ville demain. Certains avaient cherché à me recruter pour quelque sombre besogne, mais je m'étais évertué à rester à l'écart de ces luttes intestines au Sanctuaire Sous-Marin. Les rares moments où je m'étais risqué dans ces nids de vipères au cours des dernières années avait été lorsque Jack avait pensé la sécurité du Royaume compromise, et qu'il fallait intervenir pour rétablir un équilibre. D'aussi loin que je m'en souvienne, aucune de ces missions-là n'avait été une partie de plaisir. Si je pouvais éviter d'avoir à me salir les mains cette fois encore, j'aurais été plus que soulagé...

    Si j'étais bien au Sanctuaire Sous-Marin à ce moment-là, c'était pourtant que quelque chose m'y obligeait. J'aurais préféré être sur la terre ferme, à enquêter sur une rumeur ou une activité suspecte, mais des mots entendus au détour d'une rue il quelques semaines plus tôt m'avaient retenu ici. Des rumeurs circulaient sur le Masque, celui qui avait provoqué tous ces combats au sein des terres de Poséidon, ainsi que ceux qui se trouvaient sous ces ordres. Une impression m'avait saisie. Une vague ressemblance avec les méthodes des Chevaliers Noirs chez les troupes du Masques. Les similitudes étaient bien entendu minimes et loin d'être probantes, mais je n'avais pas vraiment mieux à disposition pour me rapprocher du Bélier Noir. Même si les deux étaient sans rapport, en apprendre d'avantage sur les mystères qui entouraient le Masque n'aurait pas été superflus.

    Malheureusement, ni les gardes, ni les citoyens n'avaient entendu plus que des rumeurs ou n'avaient rien remarqué de plus que la violence des combats. les quelques partisans de cette rébellion qui avaient été capturés et emprisonnés n'avaient rien livré de plus, eux-même ayant été plongés dans l'ignorance. Quelque peu las de ces échecs répétitifs, j'avais décidé de passer la soirée dans un bar ou je me rendais de temps à autre avec Jack ou Ciaràn. C'était l'un des seuls à pouvoir se procurer du sake en provenance de ma terre natale -ou du moins du sake décent qui en méritait le nom-. Je pensais y passer quelques heures à réfléchir et relire mes notes, mais visiblement le destin -ou quelqu'un d'autre- avait d'autres plans en tête pour moi.
    Ce fut avec vivacité que je levai les yeux vers Jack alors qu'il rentrait dans la salle, et ce malgré l'alcool qui circulait dans mon sang. Malgré l'air affable envers les autres habitués qui le connaissaient sous le nom d'Achille -et moi d'Adam-, il avait un air préoccupé qui m'interpella et me poussa à ranger mes notes, comme une araignée défait sa toile en sentant arriver un orage de mauvaise augure. Il m'aborda en me saluant en japonais, ce qui ne fit qu'alimenter mon air suspicieux. Il mentionna mon disciple, visiblement Ciaràn, et je me sentis obligé de le corriger quelque peu.

      « Disciple est un bien grand mot. Le gamin dont je m'occupais a disparu depuis un moment. Ça fait plus d'un an que je n'ai plus de nouvelles de lui. Je voulais justement savoir si tu n'avais pas des infos à ce sujet... »

    Oui. Je commençais légèrement à m'inquiéter sur ce qu'il était advenu de ce sale rouquin. Il avait l'habitude de se mettre dans des pétrins inconcevables, et parfois de m'y attirer sans me demander mon avis, mais cette fois-ci cela semblait sérieux. Je ne l'avais plus vu depuis mon départ pour le Japon, il y a presque deux ans. A mon retour au Sanctuaire Sous-Marin, il n'avait plus donné signe de vie, lui qui ne manquait d'habitude aucune occasion pour demander une revanche après les défaites que je lui infligeait lors de nos match d'entrainement. Ni ses connaissances, ni mes réseaux n'avaient pu m'informer sur l'endroit où il avait disparu. C'était à croire qu'il avait décidé de partir du jour au lendemain. Bien que cela ressemblait bel et bien à quelque chose que Ciaràn aurait pu faire, j'aurais aimé qu'il en fasse au moins part à quelqu'un...

    Laissant là mes considération pour mon "disciple", sujet auquel Jack avoua ne porter aucune importance, j'écoutai plutôt avec attention le reste de ces paroles. Un mot m'arracha une expression qu'il était d'ordinaire dur d'obtenir de moi : de la surprise. Je ne m'attendais pas à ce que mon vieil ami mentionne le clan Fuma. Encore moins à ce qu'il m'annonce qu'ils avaient un lien avec une activité dans le Pacifique Nord. Cet Océan avait beau être celui du Japon, la politique actuelle du Shogunat était un isolationnisme quasi-total. Quel intérêt pour des ninjas comme le Clan Fuma d'agir en dehors des frontières du pays du Soleil Levant? En particulier lorsqu'on savait que leur but secret, celui qu'ils poursuivaient depuis des siècles, était la résurrection d'un monstre mythique, le Yamata-no-Orochi.

      « Les Fuma? ... Lorsque je suis retourné au Japon pour enquêter sur eux, l'année dernière, ils n'avaient laissé aucune trace de leur existence. Pourquoi s'exposeraient-ils maintenant? »

    Portant une main à mon menton, je me perdis quelques instants dans mes pensées, allant d'hypothèses en conjectures. Lorsque je me trouvais au Japon, je n'étais pas parvenu à retrouver les Fuma, leurs contacts ayant été exécutés et leurs planques désertés. Était-ce justement parce qu'ils avaient commencé à opérer à l'étranger? Mais quel intérêt pour eux? Le Shogunat Tokugawa avait rétabli la paix au sein du Japon, ce qui ne les arrangeait pas forcément, vu que "plonger le Japon dans le sang" était, selon les mots exacts de mon ancien mentor chez les Fuma, un moyen pour eux de faire revenir leur divinité impie. A défaut de pouvoir déclencher un conflit interne face à l'écrasante domination des Tokugawa, les Fuma cherchaient-ils à déclencher un conflit avec le reste du monde? Cette possibilité était terriblement inquiétante.

      « Qu'est-ce qu'il se passe, Achille? Es-tu sur de tes informations? »

    Au fond de moi, j'en doutais. Le vieux Jack n'était pas du genre à rigoler sur de telles informations, surtout si c'était pour venir m'en parler. Cependant tout ceci me paraissait trop hasardeux pour les Fuma, qui étaient un clan très ancré dans ses traditions. Le travail qu'ils effectuaient au Japon, il leur était impossible de l'accomplir à l'étranger où ils n'avaient ni contact, ni pouvoir, ni même la moindre connaissance sociale. J'avais moi-même dû subir un long temps d'adaptation à la société occidentale avant de pouvoir opérer correctement en tant qu'assassin. Alors installer un clan entier? C'était un travail qui aurait dû s'installer sur des décennies. Si les informations de Jack étaient exactes, il devait s'agir des premiers pas d'un plan de grande ampleur. Et nous avions alors encore le temps de le tuer dans l’œuf.
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)   Dim 12 Avr - 14:58

Marcher avec le regard fixe.

Janvier 1755.

Fixe. Le regard de Jack était fixe devant celui de Minato et il n'était pas de sa nature à se montrer aussi froid. Quelque chose en lui avait fait peur, le retour d'une ancienne histoire qu'il croyait lui aussi enterrer dans les errements du passé. Enfin, ses paupières se fermèrent un instant et il se servit une rasade de rhum dans un petit verre cristallin qu'il trimbalait avec lui quand il venait ici. Ici, il n'avait aucune couronne, personne ne le connaissait que sous le nom d'Achille et il savait que son avenir était désormais certain. La mort attendait le vieil homme à cause de ses sentiments pour son ancienne femme... Cruel esclave de ses propres désillusions après tout... Les secondes passaient sans répondre et il se reprit en buvant un peu, sans excès.

- Ouais, ils sont de retour. Commença-t-il en pesant avec soin chaque mot. A quoi ils pensent ? Je ne sais pas mais les lettres de mes agents me parlent d'actes odieux contre une peuplade vivant pacifiquement depuis des siècles dans l'Océan pacifique nord. Le pourquoi ? J'en sais rien encore mais si on ne va pas voir, je ne tiens pas à voir une base de "Qui tu sais" dans cette partie du Monde.

Il ne montrait pas spécialement de réaction mais une personne le connaissant pouvait sentir une certaine fébrilité sur le point insisté dans sa dernière phrase. Ouais, il craignait plus que n'importe qui le retour des Fuma ! Pourquoi ? Car c'était un peu touché à sa Famille, c'était en faisant des recherches dans les archives de la cité qu'il avait appris que les Mokushis étaient des cousins de sa propre famille. Depuis, il la considérait comme la sienne mais laissait à Minato le soin de la représenter, il en était le dernier témoin et survivant après tout. D'un main amicale, il lui tapotait l'épaule pour l'inviter à le suivre. Il fallait y aller de toute façon pour éteindre un possible incendie naissant dans les reins de l'Empire Sous Marin.

A des milliers de noeuds nautiques de là, un homme arpentait la plage en regardant autour de lui des cadavres se consumant sous son propre pouvoir. Des pétales de fleurs volaient dans tous les sens et les légères teintes écarlates qui s'y étaient collées indiquaient la nature malsaine de la situation. L'homme saisissait alors un cadavre et prit un couteau pour l'ouvrir rapidement du ventre à la gorge, il vit un feu follet bleuté qui s'était blotti là et d'un main assurée, le dévora dans un craquement sinistre entre ses dents. Il se relevait alors et vit trois gardes approchés, il leur ordonnait de s'installer ici. Ces îles seraient le premier pas de la reconstruction des Fuma ! Soudain, il se sentit mal et retira son casque pour prendre de l'air. Un envie de vomir le prit mais il se contrôla un moment pour apaiser ce sentiment. Il ne comprenait pas d'où cela pouvait venir et son regard se tournait vers la Mer... Et là il comprit.... Le sang qui coulait dans les travées de sable blanc avait alerté certainement un vieil ennemi de son clan. Son arme maudite sur le flanc droit, il savait qu'il n'avait rien à craindre et repartit vers le village en flammes.

Dans le village, des habitants étaient parqués comme des bêtes avant d'être exécuter froidement. Le peuple des Fuma devait rester pur de la faiblesse des races inférieures. Un sourire en coin, l'homme de la plage entrait dans la cour intérieur et ses hommes s'agenouillèrent devant lui avec respect. Quatre de ses lieutenants, possédant aussi des armes maudites, le saluèrent et il les invita à le suivre dans l'ancienne demeure du chef du village.

- Fuma Fukutaisho ! Nos ennemis viendront dans quelques temps, je ne sais pas encore combien de temps mais ma lame m'a prévenu que le sang appelle un sang plus ancien... Je vous ordonne de préparer le plan comme décider et de mettre la flotte en sécurité dans un lagon. Vous possédez les Quatre Lames élementaires maudites des Fuma, soyez en dignes !

- Hai !
Répondirent tous en choeur avant de disparaitre.

Les éléments de la guerre étaient posées. Sans répit, ils allaient devoir se battre pour survivre une seconde fois... Pour une raison inexpliquée, ils étaient revenus à la vie pour reprendre place dans ce Monde... Il allumait alors un cierge quand une voix de femme se répandit dans l'air comme le coupant d'une lame.

- Prends garde mon mignon ! Ils arrivent....

- Izanami Sama ! Je respecterai notre pacte et détruirai nos ennemis ! Vous nous avez ramené et cela sera notre ultime sacrifice envers vous si nous venions à échouer...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)   Lun 11 Mai - 9:59

    La réponse de Jack fut bien loin de me satisfaire. Les informations qu'il détenait -du moins, celle qu'il voulait bien partager avec moi- étaient assez vague mais non pas moins inquiétante. Des peuplades massacrées gratuitement? Cela ressemblait effectivement à quelques chose dont les Fuma étaient capable, mais pas sans raison. Ils avaient beau être au service d'une créature démoniaque, la violence gratuite n'était pas de leur apanage. J'avais beau passé dix années de ma vie parmi eux, je ne m'étais jamais douté de la véritable nature de ce clan de shinobi. A présent que j'avais pu en apprendre d'avantage sur eux je pensais avoir cerné leurs méthodes et leurs objectifs... Et les raisons possibles à leurs activité si loin du Japon étaient loin de me rassurer. Jack avait raison. Quoi qu'il puisse s'y passer, il fallait nous rendre sur place. La possibilité qu'ils soient toujours liés à Pséma ne faisait que renforcer cette nécessité.

      « D'accord. Laisse-moi le temps de retrouver Kuro, et nous pourrons partir. »

    Il ne fallut pas bien longtemps pour retrouver mon familier pour lui demander de se joindre à nous. Ce qui nous pris le plus de temps fut au final d'embarquer un navire atlante qui pourrait nous amener non loin de notre destination, mais Jack avait déjà pris ses disposition pour que nous puissions apparier au plus tôt. La nuit était tombée lorsque nous arrivâmes au large de l'archipel volcanique de Hawaï. Nous distinguions à peine les lumières de quelques feux sur le rivage, mais nous ne pouvions nous approcher d'avantage des îles sans risquer de nous faire repérer. Il nous fallut faire le reste du trajet à la nage... D'autres auraient eu des remords à demander une telle chose à quelqu'un d'aussi âge que Jack, mais j'étais l'un des rares à avoir connaissance du pouvoir qui couvait dans son corps. Je savais qu'il n'aurait pas de mal à suivre la cadence.

    Nous approchâmes d'une plage de la plus grande île jusqu'à trouver pied, mais je fis signe à mon camarade de ne pas s'avancer d'avantage. Pendant de longue minute, en silence, je scrutai le rivage, les hauteurs et la forêt à l’affût du moindre signe qui pourrait trahir la présence d'un guetteur ou d'un piège. Lorsque je fut certain que les lieux n'étaient pas surveillés, je fis signe à Jack d'avancer prestement jusqu'au couvert des arbres, tout en demandant à voix basse à Kuro, réfugiée dans mon ombre, d'effacer avec ses pouvoirs nos traces de pas dans le sable. Plus longtemps nos ennemis ignoreraient notre présence sur l'île, plus nous aurions de chance d'apprendre ce qui se passait réellement ici.

    Les Fuma avaient placé de nombreux pièges, sceaux et alarmes dans les bois. Ils étaient arrivés depuis peu sur les lieux, mais n'avaient de toute évidence pas perdu leur temps pour protéger leurs campements. Malheureusement pour eux, je connaissait presque toutes leurs techniques et leurs protocoles de défense. Il me fut aisé de me faufiler et de guider Jack au travers des embûches qui pouvaient nous guetter dans cette forêt tropicale.

    Nous atteignîmes finalement les abords d'un village indigène du peuple qu'avait mentionné Jack. Alors que nous les observions depuis un promontoire, plusieurs hommes asiatiques s'exprimant en Japonais passèrent à l'orée de la forêt, nous forçant à nous aplatir à plat ventre pour passer inaperçus. Le village lui-même avait été légèrement fortifié avec une architecture typique de l'archipel du Soleil Levant. Les armoiries du clan Fuma apparaissaient sur certaines tentes qui avaient été installées, et les hommes qui se déplaçaient dans son enceinte portaient pour la plupart des katanas. Je ne vis cependant aucun indigène... Jusqu'à porter mon regard vers les enclos à bétail.
    A la place des animaux qui auraient dû s'y trouver, des hommes, femmes et enfants étaient entassés. Les japonais les traitaient comme des créatures pitoyables, ne leur donnant guère que de la bouillie pour seule nourriture. A la lumière des braseros, la place principale du village semblait avoir été repeinte en rouge. Sous mon masque, mon regard horrifié demeura invisible. A quel rituel impie les Fuma se livraient-ils? Mais quelque chose clochait dans tout cela. Ce massacre unilatéral, ces vêtements, ces visages...

      « Je ne comprends pas... Ça ne ressemble pas au clan Fuma que je connaissais, Jack. Pourtant... »

    Pourtant tout était sous mes yeux. C'était leurs techniques, leurs symboles, leurs trait... Quelque chose était en décalage avec les Fuma que j'avais fréquenté pendant des années au Japon. Leurs méthodes était différente. Ces hommes-ci n'étaient pas dans le même état d'esprit des espion froids et manipulateurs que j'avais connu à l'époque. Les Fuma étaient du genre à travailler en solitaire. Un tel rassemblement de force était inhabituel, voir carrément incompréhensible.
    Il nous fallait en apprendre plus. Autant l'envie d'aller au secours des villageois me tiraillait, autant je savais que nous jeter au milieu de ce camp d'hommes entraînés pour tuer reviendrait à du suicide. Même avec sa flute, Jack ne pourrait s'en tirer indemne. Pour l'heure, nous devions rester discret et nous renseigner pour savoir où, quand et comment frapper pour mettre un coup d'arrêt aux opérations des Fuma dans cet archipel. J'avais quelques idées d'où il fallait commencer, mais Jack avait parlé d'agents qui l'avaient renseigné sur la situation. Peut-être avaient-ils continué leurs investigations?

      « Est-ce que tu as des contacts sur l'île? Quelqu'un qui pourrait nous renseigner sur leurs positions et leurs activité? »

    Tout en lui parlant, je m'éloignai du rebord surplombant le village pour retrouver l'abri de la forêt dense. Contrairement à des mercenaires lambda, les Fuma étaient entraînés pour surveiller tout leur environnement et traquer la moindre trace. Il nous fallait être excessivement prudent ici, car le moindre faux pas suffirait à révéler notre présence. Ce village n'était d'ailleurs qu'un parmi tant d'autres. Il n'était pas à exclure qu'il en existe d'autres, plus grand, où les Fuma conduisaient des opérations plus conséquentes. Nous rapprocher de ces autres village était une priorité.
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)   Lun 11 Mai - 21:37

Marchant sur les pas de Kagu-tsuchi.

Janvier 1755.

Baissant la tête, faisant un pas de côté, une roulade à droite, une roulade à gauche, ils avançaient comme des singes entre des serpents statiques. Et d'un coup, il bouffait du sable sur un promontoire pour éviter de se faire toper par le nouvel habitant de ces îles. Intérieurement, il maugréait contre toutes ses activités à la mords moi le noeud mais bon, pas le choix, il comprenait que l'approche directe et explosive ne pouvait pas marcher dans ce genre de conditions. Grâce à un signe de son ami, il vit à son tour l'enclos à bétail. Ulcéré, son poing se serrait mais un signe sur les lèvres de la part de Minato lui intimait de se calmer, ce qu'il fit bon gré mal gré. Dans des chuchotements, son compagnon d'armes lui demandait des informations sur le coin. Il aurait y répondre par la positive mais il n'était pas le gardien de cet Océan et n'en connaissait pas toutes les subtilités. En plus, il était plus dans l'armée depuis des années et chopper Tristan relevait de l'exploit quand ce connard faisait ses petites affaires. Bref, réfléchissant à un moyen, un vague sourire éclairait soudain son visage.

Faisant signe, il reculait pour aller vers les fourrées en contrebas. Portant sa main à ses lèvres, il lui disait de l'attendre un peu. Puis, il disparut dans l'obscurité. Faisant attention à tout ce qu'il avait remarqué en arrivant dans le coin, il se rendit compte que les étrangers avaient blindé le secteur de toute intrusion. Sans Minato et ses connaissances, lui même se serait fait avoir comme un bleu et serait en train de dire bonjour aux poissons, ce qui aurait été un comble. Contournant le campement ennemi, il se dirigea vers la plage et vit un garde en train de faire le guet. Posant sa flûte à ses lèvres, un son en sortit et altérait les sens du garde. Il voyait alors un de ses supérieurs vu dans le village qui s'approchait de lui. Dans un japonais un peu limite, il prit la parole en se raclant la gorge.

- Maudite toux. Aucun souci garde ?

- Non Fukutaisho-sama. Le rite de l'appel se prépare ? J'aimerai sincèrement vous aider...

- Hai. Bientôt nous verrons si cela marche...

- Dame Izanami sera fière de nous ! Et notre Clan renaîtra pour toujours avec Kagu-tsuchi !

- Bien entendu, on est là pour ça. Si aucun problème, je continue mon inspection !


Bordel de merde, s'il avait pensé qu'il aurait une information de la sorte aussi facilement. Soit les Japonais étaient cons, soit ils étaient des gens bien redevables à leurs officiers. Jack repartait tranquillement et une fois en dehors de sa vision, il reprit une forme normale et repartit vers Minato en quatrième vitesse. Roulades, sauts et éviter les fils tendus un peu partout de nouveau au programme, il revint vers son ami un peu essoufflé. Bah ouais, faites ça tous les jours et vous verrez que c'est bien crevant !

- Bon, j'ai "soudoyé" un des gardes de la plage et ce que je sais, c'est que ce serait une certaine Izanami qui les auraient embauché pour un rituel et ils auraient l'aide d'un Kagu-tsuchi. Rien compris d'autres à leurs salamalecs mais c'est en gros ce que j'ai compris....

Jack parlait de ces noms comme de personnes normales mais il ne pouvait deviner. Deviner que le nom d'Izanami était une créature divine des mythes nippons et qu'elle serait morte en donnant naissance au dieu du feu en gros, Kagu-tsuchi... Non, il pouvait pas deviner ce genre de choses. Et là, pourtant, s'il avait su, tout prenait son sens. On pouvait noter dans les alentours des îles une activité volcanique assez intense, des fumerolles se levaient même des plages et des côtes à l'ouest. Si l'objectif des Fuma était de réveiller l'ancien Dieu shintoiste du Feu, les choses risquaient de se compliquer dans le secteur et personne n'en avait le moindre intérêt. Enfin, Jack avait un regard plein de fierté après avoir trouver ces informations mais il pouvait pas deviner, le con...

~~o°°o~~

Faisant les cents pas, le Capitaine de la flotte nippone regardait autour de lui ses soldats en train de se réchauffer au coin du feu. Le visage figé, il savait que la "Dame" avait donné une chance à son peuple de renaître et il prenait sa mission au sérieux. Pour y parvenir, elle avait offert cinq Katanas maléfiques aux officiers de cette escouade de la dernière chance. Il entrait dans sa nouvelle demeure et s'agenouillait avec une révérence face à la statue de la déesse. Frappant des mains à quatre reprises, il allumait des bâtonnets d'encens pour sa réussite. Enfin, il prenait ses quartiers et lisait les derniers rapports de ses officiers. Il avait renforcé la garde depuis qu'elle l'avait prévenue de la menace que les Marinas pouvaient être pour lui. Les Mokushis avaient toujours été un problème et ils étaient encore capables de leur en poser, il préférait être prudent et le plus discret possible. Il fit appelé un de ses officiers.

- Que l'on prépare le grand bûcher de sacrifice pour le Dieu Kagu-tsuchi.

L'ordre de souffrait pas de réponse. Il avait parlé, point, cela suffisait ! Il reprit sa lecture de l'ensemble des processions à suivre selon les recommandations qu'elle lui avait faite dans ses songes sur le bateau.

~~o°°o~~

Alors que les deux héros étaient inconscients de ce qui se tramait, qu'ils chuchotaient sur les prochaines actions à venir. Minato avait pu sentir l'arrivée d'une personne dans les airs, sans son intervention, Jack aurait été fauché en deux. Un Samourai venait d'apparaître entre eux et sa lame rentrait dans son fourreau dans un léger bruit de vent. Oui, ce type semblait contrôler les vents et les airs comme il le voulait, personne ne l'avait entendu arriver.

- Minato-san. Cela faisait longtemps n'est-ce-pas.... Je tiens enfin une chance de revanche !

- Euh Minato, tu le connais ce type ?
Demandait incrédule le Vieux forban. Manifestement, ces deux là se connaissaient et Minato devait lui avoir foutu une de ses branlées pour lui en vouloir ainsi. Bah voilà, quand on faisait pas le ménage correctement ! Pffff...





Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)   Dim 28 Juin - 2:19

    A voir l'air désolé que m'adressa Jack, je pu comprendre qu'il n'avait pas connaissance des informations complémentaires que j'espérai. Invisible sous mon masque, l'un de mes sourcils se haussa à cette réponse à laquelle je ne m'attendais pas. S'il y avait bien une chose de primordiale dans ce genre de mission, c'était la collecte d'information. Et que notre expert en la matière soit si peu avancé à propos de ce qui se tramait sur cette île ne présageait vraiment rien de bon. Comme le vieux loup de mer avait été mis au courant de la présence des Fuma sur ces îles perdues au milieu de l'océan pacifique, j'avais imaginé qu'il avait un agent sur les lieux ou quelque chose du genre... Mais de toute évidence, la situation était bien moins à notre avantage que ce que j'avais initialement envisagé.

    Honteux de son manque de professionnalisme -ou plutôt comprenant notre besoin pressant d'en apprendre plus sur les raisons de la présence des Fuma-, Jack prit l'initiative de se séparer de moi, visiblement avec une idée en tête. J'hésitai à le retenir, ou au moins à l'accompagner, mais ce forban ne me laissa pas l'occasion d’émettre une objection. Mon compagnon à présent parti, je me retrouvai immobilisé en ces lieux. Si je m'éloignai, Jack risquait de ne pas me retrouver à son retour. Je continuai donc à observer discrètement les agissements des soldats japonais en contrebas. Conscient cependant que chaque minute comptait, j'envoyai également Kuro en reconnaissance. Avec sa faculté de se lier aux ombres et sa forme féline, elle n'aurait aucun mal à éviter les pièges des Fuma et à repérer les autres villages qui devaient se trouver sur l'île.
    Jack finit par revenir, et fructueux, si j'en croyais l'expression satisfaite sur son visage. Le vieil homme ne tarda pas à partager avec moi ses découvertes obtenus à l'aide de quelque imposture dont il avait le secret. D'après ses dires, les Fuma se trouvaient sur ces îles pour accomplir un étrange rituel. Cela expliquait le massacre des locaux... Mais ce fut la mention des noms d'Izanami et de Kagutsuchi me fit d'avantage réagir. Que venaient faire ces deux divinités japonaises dans le plan des Fuma? Cela était-il lié au Yamata-no-Orochi et à sa résurrection, ou ce rituel avait-il un autre but? Mes lèvres se pincèrent légèrement, traduisant mon inquiétude et mon anxiété. Ce fut d'une voix soucieuse que j'expliquai à Jack ce qui se cachait réellement derrière les termes qu'il avait employé.

      « Izanami... La déesse de la création dans la mythologie shinto. L'équivalent de Gaïa pour les japonais, en quelque sorte. Après avoir enfanté nombre de divinités, elle mourut en mettant au monde Kagutsuchi, une divinité primordiale du feu. Son mari, Izanagi, tua le nouveau-né et chercha à ramener sa femme à la vie. Celle-ci devint cependant la déesse de la Mort, et cherche à se venger de son époux depuis... C'est du moins le conte tel qu'il est interprété aujourd'hui. Je soupçonne la réalité d'être bien plus complexe. Dans tous les cas, l'implication de ces deux êtres dans les plans des Fuma ne présage rien de bon. Nous devrions... »

    Je n'eu pas le temps de terminer ma phrase. Tournant brusquement la tête en entendant un léger sifflement dans les airs, j'eu tout juste le temps de bondir en avant et plaquer Jack contre le sol avant que notre précédente position ne soit balayée par une lame invisible. Me retournant prestement pour dégainer un couteau et me mettre en garde, je levai la tête pour observer notre ennemi et ne pu me retenir de blêmir. "Comme si j'avais vu un fantôme", devrais-je dire pour être approprié... Car effectivement, l'homme au sourire narquois et aux longs cheveux blancs tenus en queue de cheval qui nous faisait face était supposé être mort. Après un instant de silence qui me fut nécessaire pour digérer cette information, je pu répondre à la question posée par Jack.

      « Fuma Ymao. Un imbécile qui se croyait au-dessus de tout le monde à l'entrainement, mais qui n'est jamais parvenu à me battre. Et qui fut tué lors d'une mission d'infiltration ratée. »

    Je n'étais pas présent lors de cette mission, mais je me souvenais du rapport. Ymao avait eu les yeux plus gros que le ventre en voulant abattre sa cible sans prendre toutes les précautions nécessaires, et les Koga, un clan rival engagé pour protéger la cible, l'avait tué. Je me souvenais également de son corps : j'étais dans l'équipe qui avait été envoyé pour confirmé sa mort. Il avait été identifié formellement... Alors comment pouvait-il se tenir aujourd'hui face à moi? S'agissait-il seulement véritablement d'Ymao?Quinze ans s'étaient écoulés, et il semblait toujours aussi jeune qu'au jour de sa mort... Plusieurs réponses étaient possibles, mais peu importait la vérité devant la menace immédiate que cet homme représentait. Il fallait agir, et vite.

    Le premier assaut de notre adversaire n'avait pas fait trop de tapage, mais si nous engagions un combat contre un ancien gradé du clan Fuma il était fort à parier que la furtivité ne pourrait plus être de mise. Or, même si Ymao était dangereux, ce n'était rien comparé aux risques que nous encourions si le clan entier apprenait notre présence et nous tombait dessus. La priorité était là : l'empêcher de révéler notre présence.
    Alors que je me trouvais jusqu'ici à genoux, je me redressai avec précaution en glissant discrètement, dans un souffle d'air et presque sans bouger les lèvres, trois mots à Jack : "Pas de bruit". Avec ses techniques basées sur l'illusion sonore, le vieux loup de mer devait pouvoir nullifier tout son en cas de cri ou d'affrontement. C'était ce que je lui demandais de faire à travers ces quelques mots, et j'espérai qu'il le comprenne. Quant à moi, il me fallait m'assurer qu'Ymao ne parte pas prévenir ses complices. Pour cela, la meilleure solution était de le réduire au silence... Mais j'ignorai tout des capacités que notre adversaire semblait tirer de son sabre. La maîtrise des vents? Ymao n'avait à ma connaissance jamais possédé de technique aussi puissante. Sa spécialité était le combat rapproché. Et son armure était d'avantage celle d'un samuraï que d'un shinobi. S'agissait-il bien d'un imposteur? Il existait un moyen simple de répondre à cette question.

      « Ymao-kun... Je te savais mauvais perdant, mais pas au point de faire croire à ta mort pour échapper à tes responsabilités. Qu'est-ce que tu prépares? Est-ce un moyen de te racheter aux yeux du clan? »

    Le Ymao que j'avais connu était un garçon impulsif réagissant mal aux provocations. Si il répondait à mes sous-entendu de manière violente, cela indiquerait qu'il s'agissait du véritable Fuma, ou du moins d'un très, très bon imitateur. Si il se maîtrisait et restait calme, je saurait que cette homme me cachait des choses... Dans un cas comme dans l'autre, celui-ci ne prendrait pas la fuite pour donner l'alerte. Et si au passage il était assez stupide pour nous donner quelques informations complémentaires à propos de ce qui se tramait sur cette île, ce serait toujours ça de pris.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Janvier 1755] Une flotte perdue dans le Pacifique (Minato & Jack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-