RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kagaho


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 494
Armure : Bénou de l'étoile céleste de la violence

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Ven 27 Mar - 9:56

Après la fuite des saints et autres alliés ainsi que quelques heures d'écoulées, le prince des ténèbres Dracúl reprit lentement conscience. Titubant vers la sortie d'un des temples, amaigri par son manquue de sang, visage rempli de rides et cheveux gris.


C'était un des soldats spectre qui le portait le long des marches du sanctuaire envahi par les serviteurs de Hadès. Le soldat vit que le prince avait ouvert les yeux.

"Mon seigneur, allez vous bien ?"

Sans dire un mot, le vampire attrapa le soldat et planta ses dents dans sa gorge absorbant tout son sang. Le spectre reprit forme humaine, ses muscles se gonflèrent à nouveau, ses cheveux redevinrent noirs.

"Maintenant oui ..."

Dit il en frottant son menton taché de sang avec son poignet. Le vampire ne s'en était pas rendu compte mais il était dans la maison de la vierge. Est ce ce soldat qui l'avait transporté jusqu'ici ? Il ne le savait pas et regrettait presque de l'avoir dévoré sa chair. Il regarda autour de lui, l'entrée du temple de la Viege était orné de deux statue représentant Bouddha.

"Quelle horreur, quelle faute de mauvais goût ..."

Le spectre concentra son cosmos sur le bout de ses doigts et commença à faire des gestes dans le vides. C'est alors que les statues commencèrent à s'effriter de plus en plus et à changer de formes, des ailes de chauves souris se formèrent avec les débris pour laisser place à des statues de son animal nocturne préferé. La suivante prit plutôt une forme de loup prêt à bondir sur sa proie.

"Haa c'est beaucoup mieux par contre la couleur laisse à désirer, je ferai ça tout à l'heure ..."

D'autres soldats arrivèrent près du spectre de l'étoile des ténèbres. Voyant les statues, ils saluèrent sans hésiter le prince.

"Vous tombez à pic soldats, y a t'il encore des prêtresses au sanctuaire ?"

Les soldats se regardèrent perplexes devant la question de leur supérieur puis l'un d'eux répondit:

"Non mon Seigneur, toutes les prêtresses et habitants du sanctuaires sans parler des Rodoriens ont été évacués par le chevalier d'or du Bélier."

Le vampire prit un air interloqué, comment a t il pu évacuer autant de monde à la fois ? Ce saint était décidément très puissant.

"Je vois ... Pfff, j'aurais pu faire des choses intéressantes à ces prêtresses, elles ont besoin d'un mâle, un vrai si vous voyez ce que je veux dire ?"

Les soldats ne savaient pas quoi répondre à une telle question et se contentèent de hocher la tête.

"Bon, vous êtes là, vous allez me servir à quelque chose, je vous ordonne d'aller avec d'autres soldats dans les villes avoisinantes et de me ramener le plus de femmes possibles si elles sont vierges, c'est encore mieux, leur sang n'en aura que meilleur goût. Allez y et au trot !"

Sans rouspeter, les soldats firent une courbette de réverence et partirent avec d'autres gardes. Pendant ce temps, Dracúl s'occupa de la déco del a maison de la Vierge qui ne lui plaisait vraiment pas. De par son cosmos il transforma la couleur claire du temple en une des plus noirs, des gravures gothiques et anciennes datant de plusieurs siècles ornèrent les colonnes du temple de la vierge. Il fut aisé pour le vampire de transformer ce lieu, lecosmos d'Athéna ne résidant plus sur tout le sanctuaire. Il aménagea un trône au milieu de la grande salle et des torches d'un bleu claire, illuminèrent le temple. Les sodlats revinrent quant à eux avec une vingtaine de femme toutes aussi mignonnes les unes que les autres mais sous leur vieilles loques, elle ne ressemblaient à rien.

"Bien ! J'ai gardé la salle de bain de ce temple, qu'elles aillent immédiatement se changer. Il restait des habits de prêtresses, je les ai soigneusement gardé, qu'elles les portent et en vitesse !"

Les soldats hochèrent de la tête et poussèrent les jeunes femmes vers les salles de soins du corps. Eles avaient totues plus ou moins la vingtaine.

"Bien bien ..."

Murmura le vampire dans sa barbe se frottant les mains. Les jeunes femmes revinrent avec de meilleurs habits, de longues robes blanches, lon pouvait voir leurs formes au travers des tissus ce qui fit baver le vampire. Malheureusement, elles étaient toutes apeurées en voyant la créature de la nuit ce qui était normal, mais le spectre avait un pouvoir de persuasion efficace, son charme de vampire. Ses yeux devinrent rouge écarlates, son cosmos augmanta de manière phénoménale, bienôt la pièce fut envahie par le parfum des ténèbres que dégageait le corps de Dracúl.


Les femmes se rapprochèrent autour du vampire qui était assis sur son trône, l'entourant, étant à ses pieds, lui sevant du sang frais dans sa coupe.

"Vous pouvez disposer soldats, je n'ai plus besoin de vous !"

Les soldats, déçus de ne pas prticiper à la fête s'en allèrent ...

"Ainsi est ouvert mon nouveau lieu, mon harem de la vierge !"

Cria t'il en levant son bras avec sa coupe comme poru le baptiser. C'est ainsi qu'après trois mois que le prince des ténèbres Dracúl avait pris possession du temple du chevalier d'or, siégeant sur son trône d'un air triomphant, ses pouvoirs décuplés depuis son expérience des cehvaliers puissants qui lui en avaient fait voir de toutes les couleurs ...

Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Mer 15 Avr - 2:14

Un Couple dans le temple des mille vierges o°~

Quand, ainsi qu'un poète, il descend dans les villes,
Il ennoblit le sort des choses les plus viles,
Et s'introduit en roi, sans bruit et sans valets,
Dans tous les hôpitaux et dans tous les palais.
Baudelaire.

Les marches semblaient se corrompre depuis quelques temps, tout était froid, la nature elle même fuyait les lieux. Le cortège des morts était devenu une chose tellement courante pour le nouveau domaine du Seigneur Hadès, est ce que cela avait un sens ? Personne ne pouvait le dire pour l'instant. Avec une robe de flanelle bordeaux recouverte d'un lourd manteau de vison, elle avançait pour voir apparaître le temple de la Vierge. Une odeur se dégageait de cette maison, c'était insaisissable pour elle mais elle pensait en comprendre la raison. L'immortalité régnait ici sous les ténèbres et l'infortune des jeunes femmes venant ici était devenue de notoriété publique. La nuit appelait les personnes faibles pour les rendre plus belles pour quelques instants, comme les feux follets guidant les âmes défuntes. La courtisane qui entrait maintenant dans le temple de la Vierge, enfin ce qu'il en restait, esquissait un sourire au parfum qui en exhalait...

Derrière elle, une personne la suivait pas à pas. Sa mine était plus circonspecte et moins favorable à cette balade nocturne. Il portait visiblement des restes de son ancien surplis du Garuda, infortune de son destin d'avoir garder cette protection mais il l'avait accepter de bon gré. Alors que la belle dame se parait d'un éventail brodé d'or, il s'avançait devant elle comme son chevalier servant. Il était inquiet. Ses sens en alerte, il ne fût pas déçu et vit dans le Naos de l'ancien temple un homme assis sur un trône de basalte. Tout respirait ici la nuit et les prémices de la chasse !

- Prenez garde ma Dame. Ici vit le mal dans son état le plus ancien, n'est-ce pas Vampyr ?

- Oh je vois que tu l'exprimes en Magyar, tu crois qu'il va se lever pour se présenter devant nous ? Oh mais suis-je bête ! Pardonnez mon offense, je suis Grenat de la Vouivre, de l'Etoile Céleste de l'Oppression. Enchanté de voir un si bel étalon dans ce temple, cela change des moralisateurs d'autrefois...

- Grenat...

- Et je vous présente mon ami... Enfin vous devez le connaître n'est ce pas ? Caeron de Fragrance, ancien Juge du Garuda et aujourd'hui l'un des Joyaux de ma Cour !

- Vous ne changerez jamais ma chère...
répondit Caeron avec un sourire un peu embêté en regardant Grenat. L'Enfer ou un bon mot ! Versailles est toujours dans votre coeur n'est ce pas ?

Dans un rire contrôlé, elle aimait cette répartie. Son regard se portait enfin vers le Spectre du Vampire en s'éventant le visage avec un ravissement consumé. D'une légère révérence à la Française, elle observait les alentours et sentait le sang un peu partout. le décor laissait aussi à désirer, trop lourd pour elle, cela manquait de lumière et de vent pour permettre d'observer l'éclat du matin. Ses lipes façonnèrent un sourire sardonique en voyant là une possible victime à rajouter à sa longue liste. Ou si elle n'était pas victime, elle serait ami et confident pour les longues nuits des Enfers. Baillant légèrement, elle prit de nouveau la parole.

- Et bien et bien. A qui avons-nous l'honneur Don Juan ?

Reculant de quelques pas, Caeron s'adossait à un pilier en fixant le Gardien de cette maison. Il se souvenait du nom de l'actuel chevalier d'or, un certain Asmita de la Vierge. Il avait vaincu le Dieu Thanatos à son époque, s'il était toujours là et présent, il fallait craindre son retour. Décidément, les Spectres étaient toujours aussi frivoles malgré les dangers que leur victoire improbable leur offrait. Il ne disait rien de ses plus profondes pensées, son fils était-il encore vivant ? Etait-il parvenu à fuir ? Le rubis serti sur le poitrail de son surplis le protégeait d'un retour direct au Cocyte. Il ne comptait donc pas entrer dans les affaires de ses anciens frères d'armes, son coeur était ailleur et la chaleur que le rubis dégageait en était le symbole. Ses doigts le frôlèrent avec un sourire énigmatique, le sens de tout cela se dévoilerait un jour...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Kagaho


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 494
Armure : Bénou de l'étoile céleste de la violence

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Jeu 16 Avr - 10:40

Le harem de la Vierge était baigné dans la pénombre, les ténèbres avaient pris place en ces lieux sacrés d'autrefois. Les colonnes dorique avaient pris place à des scluptires gothique soutenant le toit du temple. L'on pouvait voir des statues de démons, mi homme mi chauve souris soutenir le poids du marbre devenu noir comme la nuit. En son milieu se dressait un trône ou un homme y était assis, tête sur sa main, s'ennuyant au possible, fixant le moindre détail de son verre de sang qu'il tenait dans son autre main. Le vampire était repu mais il se lassait déjà des humaines que les soldats d'Hadès avait ramené pour lui, il lui fallait du sang neuf. Le monstre de la nuit contemplait son breuvage d'un air las quand il sentit quelque chose le perturber, un parfum ... Quelqu'un, non deux personnes approchaient, le vampire pouvait sentir leurs coeurs battre à l'unisson, qui étaient ils ? Mais un des deux parfums l'attiraient plus que l'autre, un parfum féminin ce qui attisa la curiosité du prince de Transylvanie. Il les entendait clairement parler et l'un des deux disait clairement qu'un grand mal regnait en ces lieux. Il n'avait pas tort ... Le prince se souvenait du temps jadis ou il regnait en maître en Transylvanie ou il était la terreur des villages, volant ces pauvres jeune femmes à leurs familles. Celle qui l'intéressait le plus était évidemment la spectre qui se présenta de la manière la plus courtoise qui soit, enfin une femme qui savait parler au maître vampire. Un sourire félin et carnassier s'afficha soudain et d'un claquement de doigts, les torches des murs de son harem s'allumèrent d'une flamme bleue éclairant un peu les lieux. Il se leva de son trône et s'avança vers la spectre lui baisant la main et se présenta à son tour.

"Enchanté noble dame de la Vouivre, je suis Dracúl, prince de la nuit, spectre du vampire de l'étoiel céleste des ténèbres. Soyez la bienvenue dans mon domaine même si l'ambiance de mon temple n'est pas approprié à votre beauté et je m'en excuse."

Le vampire regarda Grenat de son regard des ténèbres, séduisant mais teinté d'une force maléfique sans précédent des reeflets roues apparaissant dans ses iris. Le vampire n'usait évidemment pas de son pouvoir sur elle, son regard était des plus naturel. Il regarda alors l'autre spectre.

"Je n'ai pas le plaisir de connaître votre ami gente dame, j'étais endormi depuis si longtemps que j'ai raté pas mal de générations de spectres, ne m'en veuillez pas. C'est par le billet de mon descendant Alucard que j'ai pu renaître et ravoir mon corps d'antant."

Le spectre passa une main sur son torse musclé, il ne portait pas son surplis du vampire, il n'en avait pas besoin. Mais sa tenue montrait le côté sensuel et exaltant du prince des ténèbres.

"Néanmoins vous êtes ici chez vous, bine que je n'aie pas grand chose à vous offrir, ne mangeant pas de nourriture pour les humains mais il doit me rester une bouteille de vin, j'adore le goût de cette boisson même si cela ne me rend pas ivre."

Dracúl claqua de nouveau des doigts et une villageoise habillée en prêtresse arriva, sa démarche non assurée n'ayant pas encore recouvert ses forces suite à la ponction du vampire. e par a télépahtie obscure, la malheureuse comprit ce qu'elle devait faire. Le vampire se tourna de nouveau vers la jeune femme, son odeur, son sang, ses formes ne laissaient vraiment pas le prince indifférent.

"Que me vaut l'honneur de votre visite gente dame ?"
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Jeu 16 Avr - 15:35

Une douce rencontre dans la nuit o°~

Dans l'essaim nébuleux des constellations,
Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,
Blanche mère des visions.
Anatole France.

La belle prenait le verre de vin alors que Caeron le refusait poliment et restait à l'écart. Un moue amusée, elle s'approchait de la prêtresse pour tourner autour et lui fit signe de s'en aller. Cette dernière était vraiment maigre et le Vampire avait dû y aller de tout son saoul manifestement. Prenant une gorgée à ses lipes, elle observait le maître de maison. Sauvagerie et obscurités se mariaient en lui de façon indéfinissable et cela était une chose qu'elle ne voyait pas souvent. D'un coup, elle aurait bien aimé s'asseoir mais c'était une chose qui n'avait pas été prévu pour les invités, idée fort saugrenue quand même.

- Enchantée ! Vous devriez préserver votre cheptel tout de même ! A ce rythme, vous devrez en racheter de nouvelles, mais si besoin, je peux vous en obtenir ! Reprenant un peu de ce vin sirupeux, elle reprit la parole. En outre, pour répondre à mon ami un peu associable, il est Caeron de Fragrance, ancien Juge des Enfers et aussi le prédécesseur d'un certain Aiakos. Je crois que pendant une certaine longue nuit, ce dernier a laissé sa place à un ancien Bourreau. Bref, il est de ma garde personnelle et s'il se montrait plus sociable, vous verriez luire le métal du surplis du Garuda revu et corrigé par votre invitée. Il ne voulait pas des ailes, enfin, on a fait comme on pu...

La réponse se terminait par un rire franc et cristallin. Moins du goût de Caeron qui observait cette scène avec son sérieux habituel, il savait que sa Dame était tout aussi espiègle que lui était froid comme le métal de sa "nouvelle" armure née d'un petit Rubis. Elle avait des pouvoirs qui surprenaient l'ancien Juge mais il n'était pas là pour faire le diplomate, pendant toute sa vie, il avait suivi un code de chevalerie aussi drastique - quoique différent - que l'actuel Juge du Garuda. Cependant, il était satisfait que son ancien rang soit revenu à un Guerrier de la sorte, un Chevalier dont la fierté et l'orgueil se rapprochaient de la sienne. Réajustant son manteau, il souhaitait rester tranquille dans cette discussion.

Grenat l'observa certainement en même temps que le Vampire mais elle ne fit rien pour le ramener dans la conversation, il n'était pas des plus agréable aujourd'hui et cela était inutile d'en rajouter. Elle regardait autour d'elle et fit quelques pas pour observer le style tout transylvanien de leur hôte, tout était dans un style gothique assez ancien et correspondait au vampire dans ce qu'elle savait de ces êtres. Dans certains coins du Naos, des Dames se tenaient prêtes à écouter leur maître sans discuter. Ses lèvres au bord de son verre, elle se retournait pour prendre une petite collation supplémentaire.

- Je vois que toutes vos Dames ne sont pas en bien meilleur état. Si vous acceptez de me laisser approcher de l'une d'entre elle, je vous démontrerai que l'on peut se nourrir d'une autre façon... plus sensuelle et plus agréable pour vos sens je pense bien.

C'était le moment choisi pour Caeron pour quitter sa neutralité jusqu'ici observer avec soin.

- Madame, Dracul du Vampyr, je n'accepterai pas que l'on s'en prenne à ses Dames devant moi. Je suis un Homme d'honneur et elles sont innocentes !

- Caeron ! Je t'ai promis de ne jamais toucher à des innocentes... Non, je veux prouver à notre invité qu'il existe des chemins de plaisir qu'il n'a peut-être pas encore apprécié. Fais moi confiance.
Sussura-t-elle à la fin.

- Bien. Ses bras s'étaient décroisés et il attendait de voir ce qu'elle voulait dire par tout cela.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Kagaho


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 494
Armure : Bénou de l'étoile céleste de la violence

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Mar 28 Avr - 9:23

Le prince de la nuit écouta attentivement ce que lui disait sa charmante invité, et dieu sait qu'elle en avait des charmes, le vampire charmé ? Il était rare pour lui de l'être, une femme pour n'était qu'un objet de désir et de soif. Mais Grenat dégageait bien plus que ce qu'il avait pu voir dans son passé de monstre sanguinaire. Seul Lydia avait eu cette honneur, mais cette vampire n'avait charmé que son descendant. Il ne connaissait pas grand chose d'elle à part les infos de Alucard qui avait eu la faiblesse d'en être amoureux. Son descendant avait été bien trop humain pour un spectre à son goût. Là c'était différent, devant les propositions de la spectre de la Wouivre, Dracúl ne put qu'avoir qu'un rictus amusé. Alors qu'il allait lui répondre, Caeron ne fut pas de la même humeur que le résident, ne permettant pas que l'on torture des gens ici. Son honneur était respectable mais Caeron n'était pas le maître de ce temple. Heureusement, la charmante Grenat eut le bon soin de lui faire changer d'avis. Agrable à ses sens, que demander de plus ?

"Il est vrai que mes domestiques commencent à fatiguer ..."

Le vampire tapota sur le postérieur de sa servante ce qui eut pour effet de la pousser vers la charmante spectre.

"Je vous en prie, montrez-moi vos tours, je n'en serai que plus flatté ..."

Mais comment pourrait-elle bien amuser le vampire, il en avait déja tellement vu des expériences de par son grand âge ... Mais étant au dix huitième siècle, Dracúl avait raté bien des choses lors de son long sommeil et Alucard se contentait juste d'enlever des vierges, rien de vraiment d'original ... Et lui avait tellement eu l'habitude de faire ce qu'l faisait de mieux pour en avoir ses proies que ça le lassait. Là il avait une spectre assez bien foutue qu'il lui proposait des choses intéréssantes ! Et qui sait ? Le vampire aurait tout le loisir de s'amuser avec cette dame des enfers. Par contre il espérait que Caeron ne serait pas trop présent à toutes ses expérience, le prince n'aimait pas vraiment la présence d'hommes à ce genre de choses. C'était pas son truc ... les hommes. Les torches de flammes bleues se firent plus vives sous l'excitation du spectre donnant uhn peu plus de lumière à son harem de la vierge.

"Vous m'excuserez pour ce manque de lumière mais le soleil n'est pas bon pour mon teint ..."

Lança t'il avec un grand sourire carnassier. L'humour était de vigueur car comme on dit dans les pays d'Europe: Femme qui rit ...
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Mer 29 Avr - 22:32

Un plaisir stellaire o°~

Il se mit alors à étudier le vol des oiseaux et à observer la façon dont étaient faites leurs ailes. Il regarda les petits oiseaux ouvrir et refermer leurs ailes, examina comment ils s’élevaient du sol, planaient en descendant des arbres, allaient ça et là. Il vit également comment leurs plumes se
chevauchaient.
Inconnu.



Les remarques du Vampire n'étaient pas pour plaire à l'ancien Juge, par respect pour sa nouvelle amie, il ne fit pas plus de réflexion mais il avait bien envie de faire tomber cette chose de son piédestal. Se ravisant de ses pensées, il se renfrogna et sortit des lieux pour prendre un peu d'air frais. Grenat savait que ce genre de personnes était de nature à voir les choses en noir ou blanc. Caeron le voyait comme un Démon très certainement et il n'avait peut-être pas tort sur pas mal de points ; ses yeux ambrés se portèrent sur les jouvencelles qui servaient le nouveau gardien de ce temple. Soudain, ce dernier poussait l'une d'entre elles entre ses mains et un peu surprise, elle la prit en posant sa tête sur sa poitrine. Un petit silence suivit cette mise en matière pour le moins rentre-dedans...

Sa main droite se levait alors pour caresser les lèvres de la demoiselle. Son regard était entre la soumission et la peur, elle ne savait plus à quels Saints se vouer et personne ne pouvait la guider dans ce monde de ténèbres. Il était clair pour elle que sa fin était déjà écrite par les crocs de son amant maudit. Ses lèvres, revenons à cela, était d'un beau vermillon et elles tressautaient par moment à cause de ses angoisses. Un sourire aux siennes, Grenat posait ses propres lèvres sur celles de la pucelle. Un flux d'énergie passait dans tout son corps, comme si l'astre du matin lui redonnait un peu d'espoir dans ce monde si froid. Son regard ambré passait à travers les prunelles de celle-ci pour l'hypnotiser, lui redonner un peu de courage. Puis, délicatement, elle la déposait sur le sol avec un grand respect.

- Monseigneur. Sa voix se faisait alors plus noble, moins sensuelle. Sachez que je serai votre voisine dans le temple de la Balance. J'ai la charge de protéger le Septième temple. Amenez moi tous les jours quatre de vos jouvencelles ! Mon art au contraire du vôtre est capable de redonner une santé de fer pour chacune d'entre elle, de leur insuffler un pouvoir que vous ne pouvez pas appréhender je pense mais sachez que jamais leur chaire n'aura été si chaude et si sensuelle après mon baiser.

La pucelle se relevait avec une force nouvelle. Son corps jusqu'ici blanchâtre avait pris des couleurs et de plus, le Vampire pouvait noter que sa température avait gagné en force. Au delà même de la normale, c'était comme si elle venait de naître sur l'instant, puisant dans l'énergie de l'aube. Caeron, du péristyle, observait le phénomène et laissait un sourire passer sur ses joues. La Spectre de la Vouivre se relevait lentement avec une aura dérangeante pour le Vampire, comme un souffle estival et chaleureux. Un magnifique manteau de lumière et de chaleur émanait d'elle sur l'instant, effet du soleil dans le lointain, peut-être. A côté d'elle, la belle servante se sentait rassérénée et elle fit une révérence à son seigneur et maître dans une soumission, feinte ? Nul ne le saurait jamais après tout, elle était simplement différente !

- Vous vouliez une femme de braise, semblable à l'aurore ! Vous l'avez, vous aurez le plaisir de déguster un des sangs les plus vivant qui soit... Je vous demande juste de ne pas tuer cette ambre, une fois fatiguée, envoyez là moi au temple de la Balance...

Le vampire se sentit menacé sur son existence même pendant ce tendre cadeau. Mais après tout, les femmes n'étaient-elles pas le plus doux des poisons pour le coeur des Hommes ? Grenat était de ses femmes qui savait enivrée leur entourage de sa chaleur mais aussi de sa part de ténèbres. D'une légère révérence à la française après la jouvencelle, elle prit un peu de vin à ses lèvres pour laisser quelques gouttes lui passer dans la gorge. Son regard ne quittait pas l'hôte de cette maison comme si une faim insatiable ne cessait de la dévorer... Son sourire aussi énigmatique que sardonique empêchait de lire dans ses pensées et si le fils de Dracul se donnait cette idée, il ne verrait que des scènes dépassant les arts anciens des plaisirs du corps.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Kagaho


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 494
Armure : Bénou de l'étoile céleste de la violence

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Jeu 14 Mai - 9:50

Les pouvoirs de la spectre ne faisait qu'étonner le prince de la nuit, elle était incroyable et son attirance pour elle ne faisait que se renforcer. La servante était totalement aux prises de Grenat qui l'embrassa sans aucune hésitation. Le vampire n'eut qu'un grand sourire en voyant ce spectacle et ne lui donnait que de mauvaises idées en tête, ce qu'il pourrait faire à ses deux femmes l'excitaient royalement. Néanmoins, la vielle créature se contenait du mieux qu'elle put en voyant ce spectacle des plus enchanteurs. Dracúl put voir un flot d'énergie émaner de la spectre pour s'introduire sur sa pauvre victime qu'elle déposa avec subtilité et respect. Grenat lui expliqua donc qu'elle pouvait rendre la vie à ses pauvres servantes tellement affaiblies à être vidées de leur sang. Qu'étant dans la maison voisine du zodiaque, celle de la Balance, du moins de son ancien nom, que le vampire pouvait lui amener quatre de ses vierges afin de lui redonner un nouveau souffle vital. Grenat possédait un baiser des plus dangereux, dangereux même pour le vampire apparemment. Le cosmos de la spectre dérangeait pourtant le vampire, il était semblable à l'aurore et le vampire n'avait qu'une idée en tête, retourner dans son cercueil. Ce n'était pourtant que l'énergie de Grenat mais l'effet était si naturel que le vampire brida ses yeux sous cette lumière intense. Grenat demanda seulement que ses servantes ne soient pas tuées. Le vampire hocha de la tête mais:

"Je ne peux rien vous promettre, ma soif peut être tellement grande que je ne peux stopper. Mais sachez que je m'arrête toujours quand je sens que la mort approche, leur sang alors sans vie serait trop dangereux pour ma constitution vampirique. Néanmoins ..."


Le vampire se rapprocha de sa douce voisine, il lui prit la main dans la sienne la baisant. Il releva lentement sa tête, souriant à la Vouivre et parla très ouvertement en se moquant royalement de choquer ou non Caeron.

"Je pense que nous ne pourrons jamais nous entretenir pour les plaisirs de l'extase, votre lumière est bien trop dangereuse mais si vous aviez un moyen de contenir votre pouvoir face à moi, je serais très honoré de partager votre couche comme il se doit, vous ne pourriez être que conquise ..."


Dracúl lâcha la main de cette belle et terrible femme et la salua disant pour terminer:

"En m'excusant de vous dire pareille chose gente Grenat."


Il lui fit une légère courbette et lui fit un grand sourire. La servante revint vers son maître qui lui fit signe de retourner à ses appartements, il s'était abreuvé il y a peu et n'avait plus besoin d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Mar 26 Mai - 0:05

Un beau compliment o°~

Dans l'essaim nébuleux des constellations,
Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,
Blanche mère des visions.
Anatole France.

La réponse du Spectre du Vampire fit plaisir à la belle. Il était vrai que la rencontre entre les deux individus ne seraient pas au bénéfice de l'un ou de l'autre. Le creux de sa main se posait délicatement sur sa joue au moment où il s'abaissait pour son baise main. Elle était chaude comme le sang qui coulait en elle, bien vivant au contraire de bien des suivants de l'armée d'Hadès qui avaient traversé de trop nombreuses fois le Styx. Ils étaient morts une fois, se croyaient éternels et en cela ils avaient raison mais ils en avaient oublié en même temps une des beautés de la vie : sa brièveté. Les Dieux avaient donné aux Hommes une vie aussi éphémère que le Papillon mais c'était pour en jouir chaque instant, les Spectres, qu'ils soient papillons ou chenilles ne devaient pas oublier cela au point d'en perdre eux même la raison de leur mission.

- Je sais bien la contrôler ne vous en faites pas.... Mais on dit que l'envie est aussi une chose qui se doit d'être attisé pour que le plaisir n'en soit que plus grand, ne m'attendez pas dans votre couche si tôt ! Montrez moi déjà que vous savez séduire jeune Vampire ! Répondit la jeune femme avec malice au Vampire vieux de plusieurs siècles.

La soif du sang ? Elle comprenait qu'il en avait besoin comme l'abeille a besoin de son miel. N'en prenant pas ombrage, elle lui chuchotait.

- Vous êtes un homme... On sait bien que vous n'aimez pas vous languir de vos besoins...

La réponse était pleine de douceur et aussi de taquineries. Evidemment que le Vampire devait se nourrir sous peine de devenir lui même un paillasson inutile. Elle ne le jugeait pas pour cela, bien au contraire mais cela l'amusait de connaître ses limites. Elle prit alors une petite fiole cristalline, elle la posa dans le creux de sa main. Le sang de Grenat s'y trouvait, si un jour il se fatiguerait pendant un combat, qu'il devint prisonnier de son ennemi... Ce sang le libererait de sa prison de chaire morte !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Kagaho


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 494
Armure : Bénou de l'étoile céleste de la violence

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   Mer 10 Juin - 7:52

La Vouivre était peu enclin à vouloir s'amuser avec le vampire, la charmer, la séduire ? Il suffirait qu'il utilise son pouvoir de la nuit pour l'attirer dans son cercueil et en faire ce qu'il veut mais Dracúl sentait bien qu'il ne serait jamais assez puissant pour réussir cette prouesse face à cette spectre. Le vampire souffla et regarda en l'air, il allait donc s'en tenir à ses victimes habituelles pour l'instant. LA spectre continu avec les envies du prince qui l'étonna un peu.

"Comment se passer de ce qu'il y a de mieux pour chacun en ce monde ? Les hommes se contentent du peu qu'ils ont, mon désir est mille fois plus puissant que le leur, je savoure chacune de mes proies, cela pourrait durer des siècles à m'attarder sur une seule de leur courbe, de leur galbe. Une fois, j'étais tellement fasciné par une vieille statue, à voir n'importe quel détail de ses formes, ses interstices que j'en avais oublié qu'elle se trouvait en plein milieu de la ville et que si je n'avais pas vu le premier rayon du soleil se pointer, j'en serais mort aujourd'hui ... L'envie est le plus grand des désirs mais à la fois le plus meurtrier."


C'est là que la spectre sortit comme un flacon, contenant son sang au pouvoir mystérieux. Un cadeau de Grenat que le vampire accepta volontiers. Il prit la fiole de ses deux doigts et en regarda le reflet au travers de l'entrée de l'ancienne maison de la vierge qui disparaissait déjà laissant l'aurore arriver doucement. Le sang de la Vouivre y réagissait, le soleil n'allait évidemment par tarder à se lever. Le vampire cacha la fiole dans sa tenue et salua une dernière fois la spectre lui baisant la main.

"Je suis très honoré de votre cadeau très chère, je l'utiliserai à bon escient. J'espère avoir de nouveau le plaisir de vous croiser, sachez que vous serez toujours la bienvenue en ma demeure. Malheureusement je vais devoir vous laisser, comme vous le savez, l'aube se lève doucement et je ne peux rester en votre compagnie ... Veuillez m'en excuser ..."


Le spectre de la nuit se releva et fit une dernière courbette reculant en faisant du surplace vers les ombres de son temple pour se cacher des premiers rayons du soleil. Un brouillard noir se forma et alla lentement à l'arrière du trône. Là se trouvait son cercueil sculpté de milliers de femmes se disloquant s'entrechoquant pour en créer une boîte sinistre du meilleur bois de Transylvanie. Le vampire se matérialisa à l'intérieur, les bras croisés, les yeux se fermant pour le laisser aller vers son sommeil diurne ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Le harem de la Vierge.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Septembre 1755] Le harem de la Vierge.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple de la Vierge-