RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Août 1755] Dessous les griffes, venin ne règne (Eren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magnus


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 192

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: [Août 1755] Dessous les griffes, venin ne règne (Eren)   Ven 24 Avr - 2:28

Quoi qu’il ait pu y penser par le passé, Asgard était à présent sa maison, son seul lieu de refuge et Dieu que ce morceau de glace était lamentable ! Y reposer les pieds relevait autant du plaisir que de l’agonie. Cette terre était stérile, gelée de l’intérieur tout comme de l’extérieur. Ici, le vent soufflait si fort qu’il semblait presque impossible pour un humain lambda d’y survivre et pourtant, c’était bien un soulagement que ressentait Magnus tandis qu’il traversait les différentes zones le séparant du palais du Valhalla.

Les rencontres qu’il avait pu avoir avec le général des ases se comptaient sur les doigts d’une main. En réalité, ils ne s’étaient vu face à face que deux fois malgré tout ce temps à protéger Asgard ensemble. Il lui fallait pourtant aller à sa rencontre à présent. D’ordinaire, seul Eren était habilité à l’appeler ou non comme ce fut le cas lorsqu’il était au Royaume Sous-Marin mais compte tenu des derniers évènements, Gamma avait quelques rapports à lui faire parvenir. Si comme beaucoup de Guerrier divin il n’avait pas participé activement à la Guerre Sainte, il était cependant le dernier Ase à avoir rencontré cette mystérieuse femme de Zeta. Sans avoir la présomption de lui imaginer un quelconque lien avec Zeta Prime, il fallait pourtant prévenir Asgard que celle-ci avait été capturée par les Spectres. Peut-être était-ce la goutte d’eau étant donné le débat houleux que ceux-ci avaient entretenu avec les Ases quelques mois auparavant. Cela pourrait faire office de cassus belli et même si Magnus ne connaissait que très peu leur chef, il savait pourtant que celui-ci avait le sang bien plus chaud qu’il ne pouvait laisser transparaître et même si Magnus n’était absolument pas du genre à éviter les conflits, il devait avouer que rester à l’écart de ceux-ci à la fin d’une guerre ne serait pas de refus.

De plus, celui-ci était encore chamboulé… non, il jubilait de son entretien avec son ancien maître, Jack. Son navire venait à peine d’amarrer sur ses terres. Combien de temps encore pouvait-il garder secret son lien, aujourd’hui plus qu’évident, avec les Marinas ? Sören d’Eta lui-même avait pu remarquer l’intimité qui pouvait exister entre le Serpent et Mary. Puis tous les Guerriers divins avaient sûrement pu ressentir le cosmos d’Haiken rejoignant la demeure de Gamma afin de récupérer Ann. S’ils avaient en plus été au courant de la rencontre entre l’ancien élève et son mentor, cela aurait été plus que présomptueux pour Magnus de Phecda qui aurait pu être catégorisé de traître. Quelle ironie. Deux fois dans deux factions différentes… Si d’ordinaire, cela ne l’aurait pas dérangé outre mesure, il avait aujourd’hui posé ses valises en Asgard et se voyait difficilement quitter les lieux à présent qu’il avait enfin décidé de s’y établir. Il s’agissait de sa tanière, le seul endroit dans lequel ses ambitions venimeuses avaient une infime chance de s’exécuter et malgré sa discussion flamboyante avec Jack, il était hors de question qu’il soit forcé de fuir à nouveau. En effet, alors même qu’il avait reçu le pardon d’Atlantis, il avait pourtant refuser de reporter sans ancienne Scale au profit de sa God Robe.

Magnus suivait la meilleure offre. En cela, il était une sorte de mercenaire. Aujourd’hui, ses intérêts portaient sur Asgard et semblaient prêt à y rester un bon moment mais lui-même était un adepte du « Qui sait de quoi l’avenir est fait ? »

Enfin arrivé devant les portes du Palais, il somma quelque garde de lui ouvrir la porte. Son insupportable rictus altier était tatoué sur ses lèvres. L’impudence qui se dégageait de son massif corps suffisait à faire baisser les yeux à ces ridicules sous fifres dans le grand couloir le menant jusqu’au trône. Enfin, il arrivait et pouvait apercevoir au bout de la salle Eren. Malgré son jeune âge, son allure farouchement travaillée suffisait même à faire comprendre la hiérarchie qui subsistait avec son homologue de Jörmungand.

Le lourd manteau de Gamma martelait les dalles à chaque pas si bien qu’il ne fut en aucun cas discret en se présentant à lui. Lorsqu’il croisa les bras, Eren put entendre le son métallique de ses avant-bras s’entrechoquant signalant que sous cette longue cape fourrée se cachait sa Robe divine. Sans baisser les yeux, Magnus confronta son regard rogue à celui du général des Ases.

Magnus de Phecda, au rapport.
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Août 1755] Dessous les griffes, venin ne règne (Eren)   Jeu 14 Mai - 8:44

Somnolent à demi sur le trône qu'il avait fait sien, Eren ne l'avait pas entendu arriver. Il était rare que quelqu'un vienne au palais, encore plus parvienne à y entrer. Depuis qu'il avait fait renvoyer les serviteurs, seuls les Éveillés étaient à même d'y pénétrer, puisque seuls capables d'en pousser les portes. Les battants étaient trop lourd pour qui n'en avait pas assez dans les bras - et pour les autres, le cosmos aidait. Poussant un bâillement profond, le régent d'Asgard émergea péniblement de sa sieste éphémère. Bien que ses lèvres disparaissent encore sous le bord de sa vaste cape noire, chaque syllabe résonnait avec sa puissance habituelle.

« Putain, t'es vivant toi ? »

Se redressant sur son siège, il toisa l'intrus de son oeil valide. Pas de doute possible, c'était bien Magnus de Phecda qui se tenait devant lui. Celui-là même qui avait trahi Poséidon pour venir se planquer sous les dunes glacées du Grand Nord. Encore que la discrétion semblât n'être plus vraiment à l'ordre du jour - si les Marinas avaient dû l'égorger, ils l'auraient fait pendant la Guerre Sainte. À moins qu'il ne se soit déjà barré lorsque la marée avait commencé à refluer... Eren ne se souvenait en tout cas pas l'avoir croisé, mais il ne s'y était pas non plus attardé. En même temps, vu le merdier que c'était...

Dès qu'il eût les idées plus claires, son premier réflexe fut d'attraper l'outre qui gisait à ses pieds. Faute d'avoir mieux à faire, Zeta Prime passait ses journées à picoler et à cogner des cibles fictives - dans l'attente d'il ne savait trop quoi. De savoir comment ça allait évoluer. Ce n'était pas comme s'il n'avait pas sa petite idée sur la chose, mais ce n'était pas inscrit dans l'histoire. Pas d'où il venait. Si plusieurs différences notables s'étaient déjà produites, c'était sans conteste la plus dense. Et après ce qu'il avait vécu là-bas, il ne pouvait pas dire qu'elle lui déplaisait tant que ça... Désaltéré d'une large lampée, il lui jeta le récipient.

« Je commençais à croire que t'avais tourné casaque encore une fois. »

Enfin, il se releva de la place royale, prenant appui sur les accoudoirs. Aussitôt après, sa poigne trouva le chemin de son épée, plantée dans le sol à sa portée. Un simple haussement du poignet suffit à l'en tirer, si profondément plantée qu'elle y soit. L'acier parut presque chanter sa liberté retrouvée, sa longueur démesurée luisant à la lueur des candélabres. S'il fit mine de la remettre à sa place, il se contenta finalement de l'appuyer sur son épaule, comme il avait coutume de le faire quand il la transportait à l'air libre - prête à l'emploi. Si son timbre ne connut pas la moindre variation, la flamme vacillante des bougies appuyait le tranchant de son regard.

« Mais si t'es pas crevé, on peut savoir ce que t'as branlé ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

[Août 1755] Dessous les griffes, venin ne règne (Eren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-