RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mar 12 Mai - 21:40

~ Le Grand Esprit ~

10 Août 1755.


Sylphe rentrait enfin chez lui. Après les événements en Perse, il était content de ce qu'il avait vécu avec le Chevalier d'or du Lion. Crevé, ce dernier était parti se reposer à l'auberge et Sylphe avait proposé de faire le rapport à Shion, de ce qui avait été entrepris. Il l'avait fait et était désormais dans sa petite chambre à la Tour de Jamir. Cette balade lui avait fait du bien et l'avait sorti de cette sorte de mal être que bien plus tard on appellerait dépression. S'allongeant dans ce qu'on pouvait appeler un lit, il s'endormait sereinement. Enfin. Cinq minutes. Ouais, cinq pauvres minutes étaient le temps qu'on lui avait laissé... Un de ses Danseurs bondissait sur sa poitrine pour une vieille gigue endiablée, un oeil s'ouvrant lentement, Sylphe se demandait ce qu'il se passait sur le coup !

C'était lui. Le premier Danseur. Il avait toujours été là à ses côtés, peut-être même depuis sa naissance à y penser et c'était bien la première fois qu'il agissait de la sorte devant lui. Puis, il tombait sur le sol dans un crépitement d'étoiles dorées. Son corps grossissait à vue d'oeil, un manteau de poils l'entourait lentement et son visage devint celui d'un canidé aux pupilles azuréennes. Manifestement, il avait pris la décision de prendre sa forme naturelle mais sans le demander à son Maître, encore moins pour une raison particulière sur l'instant. Non, tout cela était tellement nouveau que le Chevalier d'or observait la scène sans dire un mot, respect ?, oui très certainement mais il attendait juste les réponses à tout ceci.

- Cela fait longtemps mon ami...

- Oui, je m'excuse d'agir ainsi mais j'ai entendu l'appel de mes frères, dans une terre au delà d'une grande Mer, l'esprit même de la Nature est en danger dans ces contrées lointaines... J'ai besoin de ton aide.

- Expliques moi Frère Loup, tu sais que je ne peux rien te refuser. Pour une fois, ce sera à moi de t'aider avec toutes les forces de la Nature !


Une fois demandé, il commençait à expliquer son ressenti. En fait, dans cette fameuse terre lointaine, l'esprit de la Nature était en danger, contre qui ? Personne ne le savait et lui le premier. Ce sentiment était d'abord faible mais grossissait depuis un moment, c'était la raison de son intervention. Il voulait avoir des réponses car il sentait que les siens étaient en danger. Sylphe n'avait pas vraiment de réponse à tout cela, mais, il souhaitait tout de même prêté assistance pour toutes les aides apportées dans le passé. D'un signe de la tête, il répondit par la positive et c'était alors le moment que choisit son compagnon pour l'informer aussi qu'une personne serait utile dans cette quête dans un coin aussi lointain. Ecarquillant les yeux, il se demandait bien à qui il pensait, la réponse vint alors et Sylphe comprenait où voulait en venir son ami.

Tendant la main, il laissait son ami reprendre sa forme de Danseur et monter sur son épaule. Des étincelles un peu partout, il partait vers la personne qui avait été conseillé par le Loup. Trouvé le blessé de guerre du sanctuaire ne posait pas trop de soucis, tout le monde savait qu'il aidait bien souvent les villageois dans les tâches quotidiennes. Quelques minutes plus tard, quelques questions sur une boule de poils blanches qui se baladaient dans le coin et il vit le guerrier d'Epsilon en train de couper du bois. Ouais, bon, il aurait le trouver en train de ramener de la viande, mais là, une vieille femme avec des maux de dos lui était tombée dessus comme un épervier sur un pauvre toutou. Sylphe, sa Pandora Box sur le dos, attendit quelques instants et prit la parole une fois la dernière bûche fendue.

- Hilsner Brother Wolf! Glad for at se du vænne sig til den lokale fauna, men jeg har brug for dig ... Eller rettere en af mine sanser, min ulv, ønsker at tale med dig!
(Salutations Frère loup ! Content de voir que tu t'habitues à la faune locale mais j'ai besoin de toi... Ou plutôt un de mes esprits, mon loup, souhaite te parler !)

Faisant un signe de la tête, il laissait son danseur bondir sur le sol dans une série de cabrioles. En quelques secondes, ayant pris sa forme de loup, il prenait la parole en s'adressant directement à l'Ase d'Epsilon.

- Brother. Jeg er her, fordi på min sidste tur, følte jeg i himlen kald af Moder Natur, det var langt, og jeg kun hørt klagesange, men jeg har brug for dig ... Faktisk jeg har ikke din åndelige energi til at være i stand til at tage dette permanent udseende. Er du klar til at hjælpe mig? Til gengæld vil min herre hjælpe, hvis du har brug for, garanten jeg.
(Frère. Je suis ici car lors de mon dernier voyage, j'ai senti dans le ciel l'appel de la Mère Nature, c'était loin et je n'ai entendu que des complaintes mais j'ai besoin de toi... En effet, je n'ai pas ton énergie spirituelle pour pouvoir prendre cette apparence en permanence. Es tu prêt à m'aider ? En échange, mon maître te devra une aide si besoin, je m'en porte garant.)

Faisant un léger signe de déférence à l'égard de Fenrir, le loup sentait que son père, son aïeul, son ancêtre... Enfin bon, il souhaitait compter sur son aide pour avoir quelques solutions dans un voyage qui allait les mener sur un nouveau continent qu'il n'avait jamais foulé. En fait, c'était le saut dans l'inconnu !



Dernière édition par Sylphe le Mer 13 Mai - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mar 12 Mai - 22:59

Une sorte de routine s'était instaurée depuis quelques semaines entre les villageois et le guerrier divin. Une fois habitués à lui et lui à eux, autant que faire se peut, ils avaient pu s'entendre. Yül se levait, généralement peu avant l'aube, et partait chasser pour plusieurs heures le gibier encore endormi. Il revenait en milieu de matinée faire une pause, prendre son petit-déjeuner et boire un peu, pour repartir jusqu'au zénith. Mais aujourd'hui en avait décidé autrement. Une vieille femme l'intercepta au moment précis où il s'apprêtait à se changer en loup pour lui annoncer que beaucoup des bûcherons étaient absents ou malades. L'arrivée massive des Rodoriens mobilisaient tout le monde sans arrêt, il fallait sans arrêt construire tentes et cabanes de fortune, acheminer de l'eau, agrandir le village de Jamir. Une tâche pénible auxquels les montagnards succombaient au bout d'un temps.

"Vous êtes un solide gaillard de la montagne non ? Et un chevalier de surcroît. Il nous faudrait vos bras pour rattraper notre retard. Avec toutes ces maisons qui sortent de terre, nous n'aurons jamais assez de bois pour l'hiver à temps."

Le jeune homme n'eut pas son mot à dire et fit savoir son mécontentement d'être ainsi sèchement dirigé en soufflant bruyamment par les narines. Toutefois, honorant sa décision d'apporter son soutien au Sanctuaire, il se dirigea vers l'aire de coupe du bois où effectivement le personnel manquait. D'un œil triste, il contempla les dizaines de souches autour de lui. La forêt souffrait d'une activité aussi intense.

"Déjà que nous sommes en montagne où les plantes ne poussent guère... Ils vont finir par tout détruire."

Il se consola en songeant que les maisons supplémentaires seraient les dernières et que la déforestation stopperait aussitôt la dernière bûche posée. Il n'avait pas besoin de hache pour travailler, ses griffes suffisaient amplement, et cela lui permettait de les garder aiguisées.

Le jeune loup travailla jusqu'au zénith, courbé sur son ouvrage avec une concentration infaillible. Les muscles saillaient sous sa peau à chaque geste sans même revêtir une goutte de sueur. Et la vigueur dans son épaule le confortait sur le bienfait de cette activité.

Alors que le petit nombre de ses camarades se réduisait pour se rendre au point de rationnement, une odeur vaguement familière se porta à ses narines. Il fendit sa dernière bûche avant de relever la tête vers un homme portant un cube doré dans son dos.

Entendre l'accent slave dans sa bouche lui fit tout drôle, mais il se rappela que le Sagittaire était un ancien Asgardien. Pendant son combat au Sanctuaire, dans un salle adjacente du Temple du Lion, son cosmos s'était glacé, caractéristiquement. Et Ceridwen l'avait nommé Eldir, un nom somme toute pas grec pour deux sous.

Lorsque le danseur se présenta à lui sans attendre, Yül se souvint. Neuf petits esprits gravitaient autour du Sagittaire en permanence. Même alors qu'ils ne se révélaient pas tous au grand jour, il pouvait en apercevoir certains qui voletaient sur ses épaules, dans son sillage, sous leur vraie forme. Les autres devaient être tout près eux aussi.

Puisqu'on ne le laissait pas parler, le Grand Loup profita de l'explication de son semblable pour souffler un peu et boire à une outre qu'on avait laissé à son attention. Enfin, le silence retomba, et ce fut son tour d'agir.

Dans un mouvement silencieux, Yül s'approcha d'abord de l'esprit, tendit les griffes vers lui et tenta de le toucher, juste à titre de vérification. Une fois satisfait, il fit quelques pas de plus jusqu'à Sylphe et huma distinctement son odeur, mémorisant ainsi son empreint olfactive.


"Hej til dig , søn ... og ven . Det skal først tak , Sylph eller Eldir for Kap til helbredende virkninger . Ceridwen gav det til mig, men din lugt var stadig gennemsyret af det. Det var for at være din gang."
[Salut à vous, fils et... ami. Il faut d'abord que je te remercie, Sylphe, ou Eldir, pour la cape aux effets curatifs. Ceridwen me l'a donnée, mais ton odeur était encore imprégnée dedans. Elle devait t'appartenir, autrefois.]

L'Epsilon rendit son salut au Loup Danseur puis un signe de tête respectueux au Sagittaire. Ils n'étaient pas assez intimes pour qu'il l'appelle frère, mais il reconnaissait tout de même sa valeur pour le peu qu'il en avait vu. Par jeu, il reprit en grec :

"Tu dis que Mère Nature t'a appelé ? Tu as de bonnes oreilles. Elle m'appelle chaque jour. Je l'entends gémir du poids des Hommes mais plus encore de celui des dieux. Enfin, tout dépend de son humeur. Si j'ai bien compris, une faveur contre la promesse d'une autre si je suis dans le besoin ? Pourquoi pas."

Il s'étira nonchalamment, le soleil jouant de cent reflets sur son armure de conquérant.

"Jeg vil endda være glad for at undslippe den gamle fauconne tidligere. Men jeg håber, der vil blive venter mindst et anstændigt måltid . Jeg har ikke haft mulighed for at jage i morges, og jeg bliver sulten. Kom nu, du kan fortælle mig på vej til hvad det er."
[Je serais même ravi d'échapper à la vieille fauconne de tout à l'heure. Mais j'ose espérer que cela attendra au moins un repas convenable. Je n'ai pas eu l'occasion de chasser ce matin et je commence à avoir faim. Venez donc, vous m'expliquerez sur le chemin de quoi il retourne.]
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mer 13 Mai - 15:54

~ Un bon potage ! ~

10 Août 1755.

Hochant la tête, Sylphe suivit son futur compagnon de voyage jusqu'à la petite auberge locale pour se restaurer. Bon, cela ressemblait plus à un vieux troquet fait de bric et de broc, mais on allait pas trop en demander. Le Sagittaire demandait un simple potage et, si possible, un petit sac de viandes salées et séchées et quelques quignons de pains. Quelques instants auparavant, il avait pris la parole pour répondre aux remerciements du Loup D'Asgard.

- Si Ceridwen a estimé que tu pouvais porter cette cape, c'est que tu avais assez de valeurs pour cela... Lors de mon retour sur Midgard, je l'avais en effet donné à mon ancien Maître pour l'aider dans son combat contre un Spectre des plus maléfique. J'espère qu'il est mort pour le bien commun mais je pense que nous serons amené à en recroiser dans le futur, des hommes de ce genre...

Ou des femmes... Sylphe avait encore dans la gorge sa défaite contre cette "femme" du nom de Leïla. Il n'en avait pas parlé depuis des semaines mais le souvenir de ce combat le hantait, comment avait-il pu laisser cette chose se promener à l'air libre ? De plus, elle avait eut l'aide de ces maudits Marinas, de cette Mary, qui l'avaient aidé dans la Guerre Sacrée et dans ses conséquences. Si la Grande Prêtresse de Poséidon n'était pas intervenue à plusieurs reprises, jamais les Spectres n'auraient pu aller si loin. Le temps des explications n'était pas venu avec les bas fonds marins.

Pour répondre aux questions sur la "vision" du Loup de Sylphe, le Chevalier d'or expliquait ce qu'il savait entre deux cuillerées de son potage. Tout ce qu'il savait était bien maigre à vrai dire, selon son ami l'esprit, il y avait quelque chose de lointain qui résonnait à la Lune. Les Grecs l'appelaient ici Artémis mais c'était plus loin, la Nature elle même avait dû faire passer le message comme des pétales de fleurs volant dans le vent. Yul pouvait se moquer de Sylphe mais il croyait à ce genre de choses. Au contraire d'un certain cartésianisme des Chevaliers d'Athéna, lui était un homme entre deux mondes. De son passé, il avait appris à lire les étoiles, à comprendre les esprits de la nature et leurs messages ; de son passé sur Alfheim, il avait appris de Chiron la chasse, la médecine, les sciences du corps et de l'esprit. C'était la raison pour laquelle il voulait savoir pourquoi la nature avait libéré ses pistils pour demander de l'aide !

- Jeg ved, det er nok ret fantastisk for dig, men det synes at gå Hvad er vigtigt .... Jeg ved ikke, hvordan man kan forklare, intuition, vi siger!
(Je sais que c'est surement assez incroyable pour vous mais il me semble qu'y aller est important.... Je ne sais pas comment l'expliquer, on dira l'intuition !)

Un sourire un peu naïf aux lèvres, il attendait avec impatience la réponse de celui qui avait aidé sa Déesse plus que lui même. Pour Sylphe, Yul avait gardé de cet esprit jadis existant dans les terres du Nord, de cet esprit où la loyauté et l'honneur dépassaient tout autre critère. Maintenant, ce qu'il avait compris de son Mentor, c'était qu'ils étaient devenus des sortes de mercenaires sous l'oeil d'Odin.

- I fortiden, jeg vidste jeres Jord. I tiden som guddommelige Warrior Delta, jeg tjente trofast Lady Freyja, men min elskerinde, da hun forlod denne verden, jeg ikke længere følte over mig magt Odin. Ja, jeg tror, at min rolle Asgard stoppede den dag, Eldir døde og Sylph blev født i Alfheim ...
(Autrefois, j'ai connu votre Terre. En temps que Guerrier Divin de Delta, j'ai servi fidèlement dame Freyja ma maîtresse mais quand elle a quitté ce monde, je n'ai plus senti sur moi la puissance d'Odin. Oui, je pense que mon rôle en Asgard s'est arrêté ce jour là, Eldir est mort et Sylphe est né en Alfheim...)

Pourquoi il lui racontait ça ? Tout simplement que le Guerrier Divin d'Epsilon avait le droit de savoir pourquoi des anciens Guerriers, fidèles à Odin, avaient quitté cette Terre qu'ils avaient promis de protéger. Avant de partir longuement en voyage tous les deux, Sylphe estimait qu'il lui devait cette part de vérité. Il demandait pas à être juger, il n'avait plus aucun attrait pour Asgard. Ou peut-être que si... Il voulait au moins se faire comprendre de celui qui avait l'amitié de Ceridwen.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mer 13 Mai - 17:10

On n'aurait pu attendre le contraire du "mercenaire" au service d'Odin, avec leur réputation barbare et violente, pourtant Yül écouta sans jamais l'interrompre le chevaier du Sagittaire, ex-guerrier divin de Delta, disciple de Ceridwen, etc. etc. Pour une fois les titres de l'homme intéressaient le Grand Loup non pas pour leur prestige, mais parce qu'ils retraçaient son histoire et l'éclairait sur ce passé révolu que lui avait en partie décrit Shion, entre Asgard et le Sanctuaire. Sylphe formait plus ou moins un pont entre les deux nations, les ayant connues et servies chacune à son tour, pour différentes raisons.

Pendant ce temps, il avait demandé la même chose à manger que le Saint -il préférait certes la viande, mais son côté humain lui permettait de manger aussi autre chose et ainsi de ne pas trop appauvrir le village de Jamir déjà bien sollicité- et lapait consciencieusement sa soupe en évitant d'en renverser la moindre goutte. Ses manières à table laissaient un peu à désirer pour quelqu'un de civilisé, mais son franc-parler et la propreté dont il faisait preuve malgré tout rattrapait l'ensemble, le rendant presque... mignon aux yeux des demoiselles qui oubliaient bien souvent qu'il était un loup sauvage et non un petit chiot à caresser abusivement.

Il redressa la tête en n'entendant plus Sylphe parler et passa la langue sur ses lèvres rapidement.


"Plus je parle avec les Saints et plus je me dis qu'être Grecs vous rend obstinément fermés aux autres pensées... En quoi est-ce incroyable que la Nature ait sa propre voix ? N'est-ce pas une personne dans le panthéon grec ? Comment s'appelait-elle déjà... Gaïa ! Gaïa, pour vous, est bien un être vivant non ? Pourquoi n'aurait-elle pas le droit d'appeler à l'aide, comme tout le monde ? Et vous semblez oublier que je suis un loup ! Lorsque je t'ai dit que j'entendais l'appel de Mère Nature chaque jour, je ne plaisantais pas ! Moi la seule chose qui m'étonne dans tes paroles, c'est que tu viens de l'un des huit autres mondes et que tu sois toujours là m'attendre et à faire des provisions pour partir vers... eh bien, je ne sais où en vérité. Les passeurs de dimension à ma connaissance sont bien plus rares que les êtres comme moi qui comprennent et parlent le langage de la nature..."

Le prenait-on pour un simple d'esprit ? Il avait un esprit simple, c'était vrai, mais pas pour autant stupide ! Et c'était là une nuance importante.

"Din fortid er dit, guddommelig kriger Delta , og hvis dit hjerte har efterladt ham Asgård , jeg har ingen ret til at bebrejde dig for . Hvad jeg kan fortælle dig er imidlertid qu'Eldir er ikke død . Lady Freja er frugtbar gudinde forbundet til jord og liv. Må ikke du kommer og beder mig om at hjælpe dig til at redde dig elsker dette land og beskyttere ? Du har simpelthen ... ændret."
[Ton passé t'appartient, guerrier divin de Delta, et si ton coeur a laissé Asgard derrière lui, je n'ai pas le droit de te blâmer pour. Ce que je peux te dire en revanche, c'est qu'Eldir n'est pas mort. Dame Freyja est déesse fertile, liée à la terre et à la vie. Ne viens-tu pas me demander de t'assister pour porter secours à cette terre que tu aimes et protèges ? Tu as simplement... changé.]

Le regard d'or du Loup soutint celui du protégé de Chiron sans ciller. Il était sérieux et comptait bien le faire comprendre. Pour laisser Sylphe digérer ses mots, il se pencha de nouveau sur son potage, reprit ses lapements réguliers. Il y avait peu de chances qu'un jour lui aussi décide de quitter les Asgardiens, de quitter Fenrir qui lui faisait confiance -ou du moins le ressentait-il comme tel- afin de mener à bien la mission d'enflammer Ragnarök et de tuer Odin. Mais si ce jour finissait par arriver, il préfèrerait entendre ce genre de discours plutôt que des reproches injustifiés. On ne choisissait pas sa terre, ni sa naissance. On pouvait toutefois décider d'y rester ou non, de suivre son cœur vers un autre idéal. Et cela se nommait "liberté".
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mer 13 Mai - 17:46

~ Vers l'infini et l'au-delà ! ~

10 Août 1755.

Les paroles du Loup d'Asgard avaient cette saveur peu commune de dire la vérité de façon déroutante et agréable. Mais il se trompait, il n'était pas un voyageur des Mondes, juste que pendant un moment il fût perdu dans les errements de sa propre vie. Il ne comprenait plus sa raison d'être et cela était une chose encore prégnante en lui. Etait-ce de famille ? Ouais, sûrement, en pensant à Celsius sur le coup ! Mais ils n'étaient pas les mêmes sur bien des points, lui avait suivi Freyja quand Celsius avait suivi Athéna. Le Destin était joueur. Depuis, il ressentait que la constellation des Poissons brillait étrangement, comme perdue dans cette même incertitude qui avait fini par le briser autrefois. Terminant sa soupe, sa tête se tournait vers le Loup pour prendre la parole !

- Je te remercie.

Simple réponse pour tout le monologue qu'il venait d'entendre, il n'avait pas d'autres choses à dire de toute façon. Ceci étant dit, il se levait et payait le pauvre aubergiste de fortune. Sa Box à nouveau sur le dos, il invitait son ami à le suivre avec un sourire. Inutile de dire la raison de ce départ, ils y allaient tout simplement. Quelques minutes plus tard, ils étaient sur un petit promontoire rocheux. Le vent sifflant sa colère devant eux, Sylphe posait sa box sur le sol et des étincelles dorées s'en échappaient brusquement. Un manteau doré entourait à son tour son maître, la résonance des deux cosmos entrant en action la boîte s'ouvrit pour faire s'envoler dans le ciel une comète dorée. L'armure du Sagittaire, éprise de liberté, trônait au dessus de l'immense trou devant eux. Son chevalier bondit alors et le totem explosa pour libérer des morceaux d'armure qui se placèrent sur le corps de Sylphe. D'un claquement d'ailes, il s'envolait comme un oiseau et en se retournant sur lui même fonçait sur le Loup pour le prendre aux hanches. Un autre battement d'ailes et Yul pouvait voir les nuages se rapprocher comme jamais de lui. Le vent semblait danser avec les ailes pour renforcer la vitesse et soudain, un cercle de lumière explosa autour du chevalier d'or qui accélérait encore sa vitesse de vol. La prise de Sylphe était heureusement bien solide et ce dernier le conseilla alors pour maintenir son équilibre.

- Tends les bras à chaque extrémité, laisses le vent te porter !

Facile non ? Bon... A la tête de Yul, cela semblait de la gageure de pas vouloir mordre son porteur ! Entre les nuages, les grandes montagnes se dessinaient à des milliers de pieds d'eux, le Sagittaire prenait garde de ne pas dépasser une certaine vitesse pour ne pas se retrouver avec un potage supplémentaire sur les bras mais c'était peut-être déjà trop tard ! Les immenses forêts apparaissaient alors et des lignes argentées serpentaient entre elles pour aller dévorer une grande mare d'eau. Ils étaient arrivés rapidement en vue du Pacifique Nord et les esprits de Sylphe, surtout ceux du Corbeau et de l'Abeille, dansaient autour d'eux avec un plaisir non dissimulé. Le Corbeau se rapprochait du Loup d'Asgard et quelques unes de ses plumes noires se détachèrent pour l'envelopper d'un sentiment d'assurance. Tout ce beau monde était conscient qu'il ne devait pas se sentir bien si haut d'un sol bien dur... Les loups volants ca existait pas ? Bah la preuve que si !

La grande étendue d'eau ne semblait jamais s'arrêter. Une bonne heure était passée et plus un seul signe de terre ferme à des lieues et des lieues à la ronde, par moment, les ailes du Sagittaire frappaient l'air pour redonner de l'impulsion. Ce qui émanait de Sylphe était une douce quiétude, une joie de vivre qu'il n'avait pas laisser poindre jusqu'ici. Il était si heureux dans les airs, si fier de cotoyer la liberté la plus totale. Bon. Son compagnon de route ne devait pas être du même avis. Soudain, au loin, une côte apparaissait et ils traversèrent des chaînes de montagnes à perte de vue. Des lacs et des forêts succédèrent à tout cela, des immenses rivières et des troupeaux gigantesques de taureaux étranges avec énormément de fourrures. Dans les airs, l'un des Danseurs prit la forme d'un loup majestueux et plongeait vers une sorte de village de fortunes faites de toiles de tente ! Sylphe le suivit et ils se posèrent lourdement devant une grande statue en bois, des hommes avec des plumes sur la tête se retournaient consternés par cette apparition venue du ciel ! Sylphe ne savait pas qu'il venait de mettre les pieds dans une sale affaire, mais ça... L'histoire allait le dire...

Il déposait Yul délicatement sur le sol, espérant qu'il aille bien après plus de cinq longues heures de vol...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mer 13 Mai - 18:31

Rassasiés autant que faire se peut, les deux hommes se comprirent lorsque le moment fut venu. L'affaire semblait urgente, donc le départ aussi. Une fois sur le promontoire rocheux, Yül eut cependant un doute. Avait-il mal compris ? La destination devait être lointaine et là... ou peut-être qu'Eldir allait jouer un tour de passe-passe, créer une porte à travers les dimensions pour les faire avancer plus vite. Il ne l'avait pas détrompé à ce sujet après tout.

Soudain, le Saint appela son armure et la revêtit. Jusque-là rien d'anormal, mais Yül eut un mauvais pressentiment en revoyant ses ailes. De la hauteur. Du vent. Des ailes. Un espace dégagé. Il n'oserait tout de même pas...

La terre se déroba sous ses pieds et le jeune loup poussa un aboiement plaintif. Il sentit son estomac se retourner mais rester tout de même accroché, et se tétanisa aussitôt, ses griffes enlacées aux poignets de Sylphe qui le ceinturaient, avec une force telle que sans son armure d'or il lui aurait déjà cassé les os. Il fit l'effort de respirer le plus possible, tendu à l'extrême. D'accord c'était un homme de montagne, mais on n'atteignait rarement des sommets aussi hauts que le CIEL.


"Je ne me sens... pas... bien..."

Ce n'était pas vraiment le vertige. La hauteur ne lui faisait pas peur, bien qu'il préférât s'accrocher pour être bien sûr de ne pas glisser et faire une chute mortelle. C'était plutôt la sensation de s'éloigner du plancher des vaches qui l'effrayait. Dans cet espace, il n'avait aucun contrôle, aucune assurance, et la confiance que lui demandait Sylphe allait au-delà de ce qu'il était prêt à tolérer pour le moment. De plus, la sensation de vide lui remuait les entrailles aussi sûrement qu'une cuillère plongée dans un bol.

La vue du corbeau, messager d'Odin, le rassura quelques peu il s'aperçut de son emprise trop forte sur les poignets du Sagittaire. Le Loup consentit à desserrer un peu son étreinte, mais certainement pas à étendre le bras comme il lui suggérait. Yül regardait s'éloigner la terre avec inquiétude, et bientôt, plus rien... Il volait au-dessus de l'océan.

Fenrir pouffa de rire dans son esprit, un rire aux accents incertains. Ainsi donc, lui aussi subissait le mal de l'air. Dans un sens, cela rassurait Yül.

*Si l'on m'avait raconté cela un jour, je ne l'aurais pas cru, gamin.*

Le guerrier divin chercha autour d'eux un moment, agitant la tête dans plusieurs directions, puis leva les yeux vers le visage de Sylphe qui semblait confiant.


"Comment fais-tu... pour te repérer ?"

A force de rester concentré à guetter le moindre détails, nerveux, le jeune homme glissa doucement vers le sommeil. Cela laissait possibilité au Sagittaire de rajuster sa prise sur sa taille tandis que ses muscles faiblissaient de minute en minute. Néanmoins, incapable de dormir véritablement dans un tel environnement, l'Epsilon tenta de se rendre utile à sa manière : ses longs cheveux blancs voltigeaient dans tous les sens sous l'effet du vent et il les maintenait sous son torse afin de ne pas gêner son pilote.

Quand ENFIN après une éternité un éclat de vert passa dans son champ de vision, Yül se réveilla instantanément, désirant avec plus d'ardeur que jamais toucher l'herbe fraîche, se blottir contre l'écorce des arbres. Ils admirèrent la vue des bisons, des montagnes, des tipis, des Indiens et... des Indiens ?! Qu'est-ce que c'étaient que ces drôles de personnages, la plupart des hommes à moitié nus, tous vêtus de peaux de bêtes tannées et ornés de plumes, griffes, crocs ou autre trophée de chasse ?

A la seconde où ses pieds touchèrent le sol, Yül se rua hors de la prise du Sagittaire, se changea en cet énorme loup blanc aussi gros qu'une charrette qui chassaient pour le compte des Saints et des civils, et se roula par terre dans tous les sens, trop heureux de retrouver une terre, même inconnue. Il finit par s'immobiliser sur le ventre, la queue battant l'air frénétiquement, langue pendante.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Jeu 14 Mai - 15:28

~ Terre inconnue ~

10 Août 1755.

Les bras endoloris, Sylphe était content de la résistance de son armure sur le coup. Mais, levant la tête, il vit des types bizarres à la peau cramoisie avec le soleil en train de les regarder comme des Dieux tombés du ciel. Il était vrai que voir le gamin prendre la forme d'une beau loup blanc en train de se dorloter sur le sol comme un louveteau avait de quoi le faire penser. Ouais, bon, autre problème, il en savait rien de leur manière de penser et de parler à ceux là. Ils étaient partie vers une terre lointaine sans penser une seule seconde qu'ils connaissaient pas la langue, même pas le "bonjour" de circonstance. Un sourire benêt aux lèvres, le Sagittaire s'asseyait finalement en faisant signe à un des gamins de s'approcher. Génial ! Il avait pris la poudre d'escampette sans attendre un nouveau signe... C'était pas gagné !

- Mouais, je sens que ca va être long....

Fermant les yeux, il laissait son Danseur se libérer de son cosmos pour se matérialiser devant les Indiens écarquillant les yeux. Voilà qu'un loup au poil argenté faisait à nouveau son apparition et la réaction ne tarda pas, ils s'agenouillaient tête bêche vers les deux esprits loups envoyés par Mère Nature. Si Yul récupérait encore de ses forces, il pouvait quand même voir que l'esprit loup de chevalier d'or s'avançait vers le grand tronc d'arbre sculpté de têtes d'animaux. C'était à ce moment là qu'un loup en sortit à la surprise de tous, étrangers comme locaux ! Il semblait bien malade et blessé le pauvre, comme s'il avait subi des attaques très lourdes de chats ou équivalents... Des trous étaient aussi dans sa chaire et du plomb fondu en sortait en permanence. Soudain, sortant d'une des étranges tentes, un vieil Indien s'approchait en jouant avec quelques plumes. Il dégageait une sorte de cosmos et s'adressait aux étrangers dans la langue de Molière.

- Vous venez de l'autre Monde ? Je suis Trois Ours, Shaman de mon village, j'ai connu des Français autrefois qui m'avait parlé de légendes sur des êtres protégeant la Nature...

La surprise était totale pour Sylphe. Il opina de la tête pour signifier qu'ils étaient bien d'Europe, après, bon, leurs tenues ne laissaient pas beaucoup d'autres choix. Sauf pour Yul vu son état actuellement.

- En effet, je suis Sylphe. Protecteur de la Déesse de la Sagesse et de la Connaissance sur notre Terre. Voici Yul, Gardien des terres glacées du Nord, c'est l'esprit Loup ici présent qui nous a dit que ses frères étaient en danger !

- Ahhhhhh notre prière a été entendu par le Grand Esprit ! Bien, soyez considéré comme des Frères !
Répondit-il en se tournant vers les autres Indiens, il leur parla alors dans leur langue pour dire certainement que les deux étrangers n'étaient pas un danger.

Les explications suivirent. Ils étaient à l'ouest d'une grande rivière qu'ils appelaient Mississippi et des tribus ennemies s'étaient liées à un démon redoutable capable de faire exploser des bâtons de bois. Les loups ont été durement touché et ont fuit avec la tribu. Mais tout cela conduit à ce qu'un lourd poison de métal argenté se répande dans la chaire des frères à quatre pattes, une prophétie annonce que quand ce totem serait détruit, le poison se répandrait dans toutes les plaines pour toujours. Sylphe avait du mal à mettre toutes les informations dans l'ordre. Ces bâtons, des fusils ? Certainement pas... De plus, jamais des balles n'avaient pu toucher des esprits, donc qu'est ce que c'était ? Un ennemi invisible devait se tapisser dans les ombres des colons européens dans la région. Soufflant avec un sourire, il promit de faire ce qu'il pouvait contre eux, il savait pas quoi mais le Shaman se sentit rassuré en voyant dans le regard du Sagittaire une Foi peu commune chez les Blancs.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Jeu 14 Mai - 17:06

Il fallut quelques minutes au Grand Loup pour que son mal de l'air se dissipe, puis il reprit son sérieux face aux Indiens. Il était clair que le problème de la langue de posait, bien que retrousser les babines et montrer les crocs pour dissuader le premier venu de venir le toucher fût très efficace. Et cela n'allait pas en s'arrangeant pour le Nordique.

Un vieil emplumé s'exprima dans une langue qu'il reconnaissait comme étant européenne, grâce à son accent particulier, mais il n'en parlait pas un mot. Il connaissait la quasi-totalité des langues slaves et leurs différents patois, le Grec afin de pouvoir converser avec les principaux ordres de Chevalerie et le langage secret des anciennes runes, mais pour cette fois il donnait sa langue au loup. En revanche Sylphe semblait comprendre, ainsi que l'esprit mal en point qui venait de surgir du totem. Et en ce qui concernait les animaux, aucun problème pour Yül.

Le Grand Loup s'approcha de son cousin éloigné, le renifla avec attention puis commença à lécher ses plaies, pendant que celui-ci traduisait pour lui. Et autour d'eux la foule des Indiens n'en finissait plus de se prosterner et de pousser des cris de joie.

**Eux au moins savent reconnaître leurs maîtres.
-Fenrir, j'ai besoin de savoir, es-tu sensible à l'argent comme les loups-garous ?
-Notre peau est à l'épreuve des balles, gamin. Qu'elles soient d'or ou d'argent. Mais disons que c'est un confort supplémentaire quand elles ne le sont pas.**

Voyant qu'il n'arrivait pas à stopper l'étrange hémorragie du loup de l'ouest, Yül l'attira contre son flanc pour qu'il se repose. Esprit ou pas, un loup restait un loup, et en tant que Père d'entre tous Fenrir n'allait pas le regarder simplement agoniser. Le regard du canidé chercha celui du Sagittaire. Il n'avait pas besoin de parler pour lui faire comprendre qu'ils iraient jeter un coup d’œil en personne dès qu'il serait prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Lun 25 Mai - 23:50

~ Quatre mauvais esprits de la Nature ~

10 Août 1755.

L'esprit récupérait tranquillement aux bras du Guerrier Divin. Sylphe ne cessait d'observer l'immense totem qui trônait au centre de ce village. D'un geste de la main, il fit apparaître sa Box et laissait son armure aller se reposer. Les villageois entouraient les nouveaux venus comme des messies, l'esprit loup avait après tout donné une sorte de bénédiction en tombant dans les bras de son ami. Un sourire aux lèvres, le Sagittaire acceptait les plats de viandes et de légumes des habitants quelques heures plus tard, c'était comme un porridge. Un peu d'eau, une petite sieste et il récupérait rapidement de son voyage. Soudain, alors que le village se reposait du repas, deux gamins vinrent chatouiller les narines de Sylphe avec une brindille d'herbe. Ouvrant les yeux, ils partirent apeurés. Non mais quoi, c'était pas un monstre quand même ! A côté, rouler en boule, les oreilles de Yul semblaient se relever pour se rabaisser dans un grognement. Le chevalier d'or se levait donc pour aller vers les gosses...

Les enfants courraient dans la plaine pour se diriger vers un petit bois à côté. Quelques chaos dans le coin, s'ouvrant sur le bruit d'une chute d'eau, ne faisaient pas mystère de là vers où il se dirigeait. Soudain, ses yeux s'écarquillèrent à la vue d'un magnifique paysage balayé par les vents et les brumes d'eau. Un arce-en-ciel trônait au-dessus pour saluer le visiteur et en contrebas, les enfants descendaient en longeant un petit chemin à même la roche. Après avoir regarder autour de lui, il se mit à les suivre pour approcher de la chute d'eau, les enfants riaient d'une façon caverneuse et il ne fallut pas beaucoup de temps pour comprendre la raison. Une grande caverne était présente derrière la chute d'eau et on pouvait y voir un petit feu avec un vieil indien en train d'écrire des choses sur les murs. Une légère odeur de sang indiquait qu'il usait de cela pour le rajouter à la suie de l'âtre à côté de lui. D'un signe de la tête par respect, Sylphe s'adossait dans un coin en regardant le dessinateur qui était lui même épié par les enfants.

- Voici le donc le fils du ciel ! Venu avec le fils de l'esprit loup...

- Mais vous parlez notre langue, le grec, comment...

- Je n'ai pas toujours vécu ici fils du ciel. J'ai voyagé pendant des années au service des esprits de la Nature. Ta Déesse est donc revenue dans le Monde des Vivants, les esprits la ressentent. C'est une bonne chose.


Les paroles du vieil homme rendirent muet le jeune homme quelques instants. Qui était-il ? Un douce aura dorée émanait de lui, mais il n'avait pas connaissance d'un ancien Chevalier d'or dans la région. Non, c'était autre chose, il était pas humain au sens commun des Eveillés, un Dieu ? Non, son aura était beaucoup trop faible. Sylphe n'avait pas bougé d'un centimètre et observait la grotte recouverte de dessins de ces étranges vaches qui pullulaient dans cette vallée, de ses animaux ressemblant à ceux du totem... Oui, la personne devant lui n'était pas humaine, les enfants s'étaient d'ailleurs étrangement endormis sous l'influence de ce feu qui crépitait d'une fumée blanche. Une autre personne aurait posé des questions plus ouvertes mais le Sagittaire n'était pas de ce genre là, il laissait à chacun ses secrets.

- Et que voulez vous de nous ?

- Tu connais la réponse mais je vais te la dire. Toute lumière crée de l'ombre. Toute lumière donne vie à une force sombre qui a eut la malédiction de ne pas avoir de nom. On l'appelle Ombre, Ténèbres, Obscurité... Mais a-t-elle un nom ? Non. Ce sont les sans-noms qui veulent détruire le totem. Ils approchent, le fils des Loups est d'ailleurs déjà face à eux ! Tu peux partir, je protégerai ces enfants et quand tu auras fini, viens avec lui.


La mention de cette information surprit Sylphe. Il tournait la tête vers la chute d'eau et des cosmos s'entrechoquaient déjà à rois cents mètres de là. Le vieil homme avait raison. Tout cela se précipitait mais sans savoir vers où ou vers quoi ! Il n'aimait pas cela mais les mots de Chiron résonnèrent à ses oreilles : On ne peut pas tout savoir de la Nature, ses mystères sont comme les pensées des Dieux ! Vouloir les comprendre, c'est vouloir se hisser à un rang qui n'est pas le nôtre. Saluant le dessinateur, il bondissait dans la chute d'eau en espérant ne pas arriver trop tard pour aider son ami.

Quelques dizaines de minutes auparavant, quatre ombres se rapprochèrent du village. Tout le Monde dormait encore de toute sa quiétude. Un Loup Noir, un aigle noir, un puma noir et un lézard noir. Chacun prenait la forme d'humain et portait un immense bâton étrange, une flamme couronnait chacun d'entre eux comme des bougies néfastes. Une dizaine d'hommes les suivaient, le regard bien sombre et vitreux, leurs âmes étaient possédées par les esprits maudits de la Nature. Le Loup noir s'approcha de Yul qui avait déjà dû sentir leurs approches !

- Toi, Fils des Loups ! Laisses nous dévorer le Totem et se repaître de sa chaire de bois, on ne te veut rien toi qui vient de loin. Mais si tu restes...

La menace était à peine voilée.

Sylphe a écrit:
HRP : si tu veux rajouter des choses, des events à l'entrainement, ne te prives pas du tout ! Je suivrai ^^

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mar 26 Mai - 13:30

(Note : je mets [entre crochets] le langage animal. Sylphe peut demander à ses danseurs de traduire, mais concrètement les paroles seront exprimées sous forme d'aboiements, grondements, couinements... inintelligibles pour les non-initiés.)


Un repos mérité paraissait tacite pour tout le monde. Le loup blanc observa Sylphe qui se laissait prendre au jeu du sauveur venu des cieux. Un titre qui lui allait comme un gant quand on voyait les magnifiques ailes dorées du Sagittaire scintiller sur le dos de l'armure mi-humaine, mi-équine.

Tandis qu'il se laissait entraîner, Yül tourna la tête vers son homologue argenté de nouveau debout. Le pauvre faisait peine à voir, tenant tant bien que mal sur ses pattes, les plaies toujours suintantes de cette sorte de sang spirituel.


"[Viens, Frère. Je vais te faire visiter. Ne t'en fais pas pour moi j'ai l'habitude de cette douleur, ajouta-t-il.]"

Soucieux, Yül regarda Sylphe qui s'éloignait déjà et se leva à son tour. La tribu Pawnee était comme il n'en avait jamais vu. Outre leur style vestimentaire restreint au travail du cuir et au tissage, leurs visages peints et leurs noms insolites, ils semblaient en parfait accord avec la nature. Ils chassaient pour se nourrir bien sûr, mais jamais plus qu'ils n'en avaient besoin, ils cueillaient, ne coupaient que le bois mort et veillaient à la santé de leurs bêtes. Les chevaux se plaisaient à leur servir de montures, sans selle ni mors, les loups et chiens s'entendaient à merveille et déambulaient tranquillement entre les tipis. Le guerrier nordique sympathisa d'ailleurs immédiatement avec les premiers, leur lien évident et pourtant invisible.

Soudain, bien plus à l'écart du village, le loup blanc perçut un son étrange, particulièrement séduisant.



C'était comme une flûte aux accents du passé qui languissait dans l'air. L'esprit-totem sourit en constatant qu'il n'aurait même pas à guider le Père vers l'endroit qu'il souhaitait lui présenter. Yül marcha de lui-même, suivant le son irréel jusqu'à un tipi un peu particulier. Caché entre les arbres, il s'en dégageait une odeur amère et forte, un encens lourd. Différentes idoles et totems gardaient l'entrée et une puissante magie régnait pour qui savait la percevoir. Sa vision laissée libre, le jeune loup aperçut une multitude d'esprits animaux qui se dirigeaient vers le même endroit qu'eux. Loups, ours, bisons, aigles, renards, rats, poissons de toutes espèces...

Passées les défenses magiques du lieu, il s'approcha du tipi dont l'entrée restait ouverte. A l'intérieur, de jeunes papooses, environ quinze ans chacun, se tenaient agenouillés devant un feu nourri, en cercle autour d'un homme plus âgé portant une peau de loup sur la tête et le dos. Il jouait d'une flûte à trois branches en forme de Y, source des sons envoûteurs qui attiraient tant d'esprits-totems. Son regard invitait Yül à les rejoindre pendant que les jeunes Indiens tout autour récitaient les paroles d'une langue inconnue en une longue psalmodie. L'attention du loup fut alors attrapée par le feu qui crépitait. Ses mouvements n'étaient pas naturels et il se rendit bientôt compte pourquoi : les flammes revêtaient des formes qu'il connaissait.
Des hommes armés de fusils et de canons débarquaient sur une plage, chassaient les occupants de leurs terres et s'installaient en brandissant des drapeaux. Leurs grandes caravelles réduites à l'état d'épaves par les tempêtes, la longueur d'un trajet plus long que prévu et la mort de nombreux passagers, passaient pour des navires fantômes. Les indigènes, reconnaissables à leurs plumes dans les cheveux et leurs pendentifs-talismans, furent contraints de travailler dans les mines et les rivières pour trouver de l'or, sous la morsure du fouet et de l'humiliation.

Une civilisation ancienne, peut-être autant qu'Asgard et les anciens Grecs, devint ainsi esclave des conquistadors qu'elle vénérait comme des dieux. L'Amérique reçut son nom de la part d'humains avides de richesses et de terres perdues, indifférents aux cadavres de peuples vivant là depuis bien plus longtemps qu'eux. C'est alors que des esprits néfastes étaient apparus. Issus de la destruction de l'harmonie entre les Hommes et la Terre, ils naissaient de la rancune et de la haine qui s'instaura entre les colons et les indigènes.

Yül ne se rendit pas compte qu'il commençait à montrer les dents et à gronder. Les papooses autour de lui prirent peur et cessèrent peu à peu de psalmodier. Un cosmos blanc et pur s'élevait du loup, comme il n'en avaient jamais vu. L'homme à la peau de loup ne se démonta pas pour autant. Il percevait les flammes dans le regard doré, la colère de son cœur. Lorsque celui-ci menaça d'attaquer, un courant d'air glacial inondant le tipi, il stoppa net sa musique et laissa les flammes mourir à la même seconde.

Libéré de la vision, l'Epsilon reprit pieds dans la réalité brutalement. Il fit un pas en arrière, surpris, et dévisagea tour à tour les Amérindiens autour de lui.


"[Où sommes-nous ? Que se passe-t-il ?]"

Il remarqua qu'un esprit-totem protégeait chacun des enfants qui se trouvait là, et le loup argenté du village couché près de lui qui souriait toujours. Suivant son regard, il croisa les iris gris du joueur de flûte. Ce dernier sortit d'une besace à sa ceinture un morceau de viande empaqueté qu'il défit pour l'offrir au Grand Loup en signe d'apaisement. Son geste lent et mesuré mit Yül en confiance, il accepta même une caresse sur le bout du museau avant de s'emparer du présent.

"Sois le bienvenu chez moi, Grand Loup Blanc de l'est. Je suis le shaman de cette tribu, Œil Lointain. Regardez bien attentivement, jeunes papooses, cet animal si grand et fort. Il vous portera chance durant votre initiation."

Les jeunes Indiens, un peu indécis, se prosternèrent gravement, conscients de l'honneur immense qu'ils recevaient. Œil Lointain éclata d'un rire rauque et sincère, reposa son instrument à terre et versa une poudre inconnue sur les braises au centre du tipi pour ranimer le feu. Le guerrier divin, calmé, reprit alors forme humaine et déclencha les cris de surprise des adolescents qui se prosternèrent de plus belle.

"Tu parles bien pour un homme du lointain...
-Ce n'est pas la langue de ton pays, n'est-ce pas ? En tant que shaman, je connais les secrets de la Nature et je sais parler aux esprits. Tu as un totem particulièrement puissant, je peux le sentir et te parler à travers sa langue.
-Cette musique... J'ai vu dans le feu... Qu'as-tu fait ?
-C'est la musique du souvenir. On m'a appelé Œil Lointain car je suis capable de voir les crimes du passé que je dois conserver et transmettre lorsque je narre l'histoire de notre peuple. Ce que tu as aperçu dans les flammes est probablement la raison de ta venue ici, ô Grand Loup Blanc. Des totems noirs, sans noms, se mettent à vouloir dévorer l'esprit de notre village. Nos frères loups ont réuni leurs voix pour appeler à l'aide, et leur Père a accouru pour nous défendre. Je t'implore, au nom de tous les Pawnees, de nous prêter ta puissance."

Le shaman s'agenouilla avec ses disciples et Yül n'eut plus à contempler que les paupières refermées de la peau de loup sur sa tête. Voir la dépouille d'un des siens ainsi transformée lui noua l'estomac, mais alors, comme répondant à sa demande, un nouvel esprit apparut près d'Œil Lointain. Un autre loup-totem, assis sagement et dont aucune souffrance ne se dégageait. A la question muette de Yül, l'esprit expliqua qu'il avait donné sa peau à sa mort au shaman, afin qu'il puisse entendre les voix de tous les Frères et préserver la paix entre les Pawnees et les loups qu'ils aimaient tant. On ne l'avait jamais dépouillé de son enveloppe.

"Savez-vous si les esprits noirs attaqueront bientôt ?"

Le shaman releva la tête, comprenant la décision du guerrier divin, et surtout l'expression de ses yeux qui montraient l'exaltation.

***

Quelques heures plus tard, couché près de Sylphe pour une petite sieste, il sentit le Sagittaire s'éloigner. Le shaman l'avait prévenu qu'il faudrait plus de temps pour lui détailler la situation, car il devait d'abord parler au Premier danseur, qui se chargerait ensuite de tout montrer en rêve à son ami, lequel serait reçu par l'Ancien qui parlait grec. Yül resta donc tranquillement installé, sondant les environs à l'aide de son esprit des ancêtres régulièrement.

Quand enfin les intrus approchèrent du village, le guerrier divin alla à leur rencontre. Il donna le signal à un loup apprivoisé, qui alla prévenir ses pairs, et de fil en aiguille les Pawnees se réfugièrent dans leurs tipis, les bêtes allèrent se mettre à l'abri, si bien qu'il n'y eut plus une seule présence pour gêner les futurs affrontements.

***Seul contre quatre... Pas aussi puissants que des Saints d'or, mais leur nombre pourrait avoir raison de mon endurance. Je dois gagner du temps jusqu'au retour de Sylphe.
-Tu n'es pas seul, gamin.***


"Toi, Fils des Loups ! Laisse-nous dévorer le Totem et se repaître de sa chair de bois, on ne te veut rien toi qui viens de loin. Mais si tu restes..."

Puisqu'ils avaient tous des formes humaines, Yül les imita et se métamorphosa à nouveau. Il tourna bien en évidence ses longs doigts griffus quand il sentit arriver dans son dos toute la meute de canidés affiliée au village, ainsi que le shaman et ses papooses à des points précis autour du totem. Quelques secondes plus tard, une barrière d'énergie blanche apparut dans le dos du Grand Loup, protégeant le totem central et les tipis de chacun des Indiens. Ces derniers avaient dû oublier des chasseurs, car voir des hommes envoûtés dans le camp ennemi n'était pas prévu au programme.

"Les Pawnees et leurs Frères m'ont appelé par-delà l'océan. Je réponds à leur demande et voilà que je rencontre quatre êtres errants qui me menacent sans même me connaître."

Un sourire aux crocs pointus se dessina sur son visage.

"J'ai placé des pierres runiques baignées par ma force et mon sang, gardées chacune par le shaman et ses disciples. Disposées d'une manière précise, elles forment cette barrière infranchissable que vous voyez derrière moi. "

D'un geste calme, prêt à essuyer une éventuelle attaque, Yül se baissa pour ramasser une pierre sans jamais quitter le loup noir des yeux. Il se releva et jeta négligemment la pierre par-dessus son épaule, laquelle fut réduite en poussière au contact de la barrière.

"Comme chacun des gardiens et ces pierres se trouvent à l'intérieur et que cette barrière est maintenue grâce à moi... La seule façon de dévorer le totem des Pawnees est de me tuer."

Tout à coup, Yül bougea à la vitesse de la lumière pour venir se placer dans le dos du Loup noir, les griffes sur sa gorge, le souffle près de son oreille.

"En êtes-vous capables ?"

Il laissa son cosmos s'épanouir autour d'eux, piégeant les hommes hagards dans une épaisse gangue de glace pour les empêcher d'attaquer ou d'être tués. Un froid comme les Pawnees n'en connaissaient pas s'abattit tout autour des tipis, gela le sol jusqu'à la chute d'eau, des loups constitués de neige et de glace se mêlèrent aux véritables carnivores. Avec une source aqueuse pareille à proximité, Yül avait l'avantage de n'avoir qu'à transformer l'eau et non à créer totalement la glace.

Le fracas de la cascade se changea en silence et les expressions des esprits noirs en effroi. Il ne leur restait qu'un choix à faire : partir se battre jusqu'à la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Dim 7 Juin - 1:42

~ Quand les esprits tournent mal... ~

10 Août 1755.

L'obscurité se répandait dans la vallée comme un doux poison. Le grand fleuve à quelques miles de là prenait une teinte saumâtre et sortait de son lit en même temps que le mal se lovait en son sein. Qui pouvait dire jusqu'où ce mal continuerait son office destructeur ? Pour l'instant, quatre esprits sous la forme d'Hommes se tenaient là devant leur objectif, coincés par un dôme de froid et de sang. L'un d'entre eux était même sous la menace d'un sévère coup de griffe dans les secondes à venir. Alors que Sylphe quittait son interlocuteur, pensif, il se demandait s'il ne devait pas penser par lui même de nouvelles techniques. Il savait manipuler les sens de ses adversaires mais est ce que cela avait été utile ? Il n'avait plus confiance en ses propres arcanes depuis un moment, non pas en Chiron, mais en ses propres capacités pour les utiliser à bon escient. Soudain, il sentit une explosion d'énergie dans le sillage des esprits qui gouvernaient cette région.

La force n'avait rien de négative, elle était même protectrice si on regardait bien. N'ayant pas son armure, il remontait rapidement le sentier menant à la cascade pour voir au loin le village. Un dôme de lumière glaciale trônait en son centre. Ecarquillant les yeux, il se demandait bien ce qui avait décidé son ami à user ainsi de cette protection et les paroles du Sage sous la cascade lui revinrent en mémoire. Oui, quatre esprits maléfiques s'approchaient et combattraient pour cette corruption venue de la terre que l'on appelait l'ancien Continent. Il partit alors au quart de tour et en quelques secondes, il était au centre du village, le dôme lui semblant menaçant, il l'avait éviter, ses esprits étaient comme en ébullition avec la pléthore de forces sauvages qui s'ouvraient comme des fleurs dans la région. Une fois arrivé, il vit Yul en position de combat derrière son ennemi. Des loups de neige et de glace naissaient dans les environs, aussi hostiles que leur Maître sur le coup. Sylphe n'osait pas intervenir, comment aurait-il pu ? Son ami maîtrisait parfaitement la situation après tout.

Soudain, l'homme lézard s'enfonça dans le sol avec une rapidité digne d'une taupe. Sur ses gardes, il s'apprêtait à répondre mais ce n'était pas lui la cible, alors qu'il se retournait vers le Loup du Nord, il vit un trou béant se former sous ses pieds alors que le Loup Noir disparaissait dans les ombres pour réapparaître quelques mètres en arrière. L'esprit noir de l'aigle volait dans le ciel et d'un battement d'ailes, envoyait une dizaines de plumes noires dans la direction des autres loups. Un certain nombre d'entre eux était détruit mais les autres attaquèrent les ennemis sans sommation aucune, la guerre était déclarée. Le Sagittaire savait que le Loup d'Epsilon parviendrait à se sortir de son trou, quitte à faire du lézard gelé au petit déjeuner, mais pour le reste, il fallait aider les loups de glace qui se battaient contre les loups d'ombre de formant dans les airs.

- Vous croyez que je vais vous laisser faire.

Un pilier de cosmos doré explosait à même le sol à quelques mètres devant le Puma noir qui tentait de profiter de tout cela pour aller détruire le dôme que Yul avait mis en place. Vêtu d'un manteau cosmique aussi brûlant que le soleil, le Sagittaire démontrait une rage assez forte. Non, il n'était pas Chiron. Il avait tout appris de lui, il connaissait la médecine, l'art de combattre et tout cela mais il devait maintenant prendre son chemin, dépasser son Maître. Serrant le poing, il contracta ses muscles en le reculant près de sa hanche et le projeta en avant. Des milliers de faisceaux de flammes quittèrent sa main pour frapper les plumes noires et le Puma qui se croyaient plus malins. Il était surpris de cette puissance qu'il avait trop longtemps contenue mais il ne comptait pas s'arrêter là sur le coup. D'un geste, il créait une ligne dans le sol qui permettait d'accéder au dôme et donc au Totem !

- Si vous franchissez cette ligne ! Je vous jure que je ne retiendrai pas mes coups cette fois-ci.

La naïveté de Sylphe n'était plus à démontrer. Pour l'instant, ces hommes, ces esprits qu'importe, n'avaient pas tué une seule personne ou pris la vie. Il ne voulait pas leur porter un coup fatal en attendant tout cela, il n'était pas temps après tout. Il était de ces hommes où il lui fallait une raison pour se battre, il leur laissait une chance. Dans son for intérieur, il reconnaissait que cela ne servirait certainement à rien. Il pensait même voir d'ici Yul se moquer de lui et de sa façon de voir les choses, il était encore un peu tendre pour tuer un homme ou un esprit, fut-il la pire créature de l'univers ! Il pensait que chaque chose, même la pire des racailles, avait une part de lumière et qu'il fallait l'aider à éclore pour retrouver toute sa place. Soudain, il entendit un cri dans le grand trou former par le Lézard et il savait que le Loup venait de se mettre en colère, un sourire en coin, Sylphe attendait la réponse de ses interlocuteurs du moment !

Sylphe a écrit:
HRP : Désolé pour le retard ! Pour une fois, je te laisse le soin de donner la réponse de nos 4 ennemis ! Hâte de lire cela Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Dim 7 Juin - 12:11

Les quatre assaillants furent prompts à donner l'assaut. La menace explicite avait reçu réponse du même acabit, si bien que le chaos s'installa à une vitesse effroyable. Même les loups ordinaires, peu habitués à affronter des entités d'une dimension similaire mais autre, furent décontenancés au début. Ils suivirent leurs confrères de glace, qui leur transmettaient par aboiements les instructions de Yül en simultané. Un avantage considérable pour aiguiller chacun dans sa tâche mais aussi un inconvénient compte tenu de la dépense d'énergie que le Grand Loup devait maintenir en place.

Par un habile subterfuge, les quatre esprits plongèrent Yül dans un trou profond et tentèrent une percée de groupe. Voyant le Loup noir opposé aux loups des glaces, l'Aigle et le Puma irrités d'avoir été interrompus cherchèrent cible plus faible. Sylphe leur parut tout désigné. Une brève concertation visuelle les mit tout de suite d'accord. L'Aigle se déploya sur toute son envergure et piqua vers le Sagittaire dans une tornade de plumes noires acérées. Certaines se fichèrent à quelques pas seulement du Dixième gardien, fendant roches, glace et autres obstacles.
Pendant ce temps le Puma disparaissait purement et simplement du décor, utilisant ses capacités félines pour devenir invisible à l’œil nu. Les plumes de l'Aigle, en plus de ne rien envier au tranchant des roses du frère d'Eldir, couvraient ses déplacements en laissant leurs traces cosmiques un peu partout.
C'est ici qu'intervinrent les véritables loups pawnees. La meute se déploya autour du Sagittaire et se servit de son flair pour débusquer l'intrus. Impuissants face au cosmos, plusieurs périrent, mais ils mirent tout en œuvre afin d'occuper, puis que Sylphe repère et immobilise le Puma au sol, une fois sa rixe aérienne terminée.

Sous terre, le guerrier divin s'était lancé à la poursuite du lézard. La bête était rapide et creusait bien, de sorte qu'il était bien difficile de la suivre. Il gronda d'impatience, hurla après l'esprit pour le stresser et lui faire commettre une erreur.

***Gamin, tu as affaire à un reptile. Cela ne t'évoque rien ?
-Des animaux au sang chaud. Ce qui veut dire...***

Yül sourit. Les reptiles ne pouvaient plus se mouvoir si leur sang refroidissait trop sous terre. Le lézard serait forcé de remonter à la surface à un moment ou l'autre. Concentrant son esprit des ancêtres autour de lui, le jeune loup entreprit de refroidir les galeries empruntées par son ennemi tout en retrouvant le chemin de la surface. Il retourna près du dôme et se posta aux aguets, prêt à bondir. Il ne fallut alors plus bien longtemps pour voir un nouveau trou s'ouvrir et le pauvre esprit en sortir presque incapable d'avancer pour espérer grappiller un peu de chaleur auprès du soleil. L'Epsilon eut presque pitié de lui, à le voir ramper sur le sol gelé pour s'échapper. Malheureusement après le vol de la matinée et la vision dans le feu, son humeur se trouvait plutôt massacrante. Il ramassa l'anthropomorphe par le col, l'approcha du dôme sans y pénétrer puis lui traça à même la chair une rune paralysante gorgée du fluide de ses griffes. Il se tourna ensuite vers le totem du village, duquel sortit l'esprit argenté que protégeaient le shaman et ses disciples.


"[Exorcise-le, purifie-le, fais ce que tu veux, mais qu'il n'interfère plus dans ce combat ! Et trouve aussi quelque chose pour les humains possédés si tu le peux.]"

Sur un hochement de tête de l'esprit, Yül s'éloigna de quelques pas et se permit une pause. Le dôme de lumière qu'il maintenait debout était en fait une sphère, afin d'éviter toute infiltration à l'intérieur par la terre. Ajouté à la température qu'il maintenait basse pour maximiser ses attaques glacées et à ses multiples loups, il commençait à s'épuiser. Avoir écarté un premier ennemi l'encourageait à ne pas se relâcher, mais le Loup noir paraissait plus fort que les autres, et il avait laissé à Sylphe et aux pawnees deux adversaires dont il ne connaissait pas vraiment la puissance.

Il jeta un regard à ce dernier, puis au Loup noir, jaugeant lequel devait être sa priorité.


Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mar 9 Juin - 1:42

~ Flèches solaires ~

10 Août 1755.

Les plumes noires et les flèches solaires se frappaient les unes contre les autres. Certaines passèrent et lardèrent le Sagittaire de coupures nettes et franches. Son sang coulait déjà et il tressaillit quand il ressentit brutalement le poison de Leïla qui faisait son office. Un genou à terre, un cosmos s'approcha de lui et levant les yeux, il vit son ami l'esprit Loup en train de lécher la plaie de la démone du Troll. Réparateur. Soudain, son ami chargeait vers quelque chose d'invisible en invitant ses frères à le suivre, la chasse était lancée et brutale. Dans un recoin de l'ombre d'un tipi, une créature au regard de chat se retournait sous l'effet de la surprise. Il feulait alors en se retournant et balayait un des loups de glace, d'un coup de griffe d'une puissance bien trop sombre.

Le Sagittaire, tenant sa hanche ensanglantée, se relevait en remerciant son ami de l'aide qu'il apportait encore une fois. Lui, le Chevalier d'or... Oui, il était un des douze chevaliers d'Athéna mais ses compétences avaient été bien faibles jusqu'alors. Il n'avait jamais fait montre d'une grande efficacité pendant les combats. Sentant en lui la puissance de Chiron qui soignait ses douleurs, il se rendit compte qu'en fait ses techniques étaient parfaites. Elles étaient des arcanes secrètes mais il fallait l'adapter pour chacun, c'était cela que l'ancien Centaure lui avait expliqué quelques mois auparavant. Oui, il était un des maîtres de la nature, de leurs esprits. Contractant son poing, un manteau d'énergie solaire l'enveloppait pour le protéger des attaques de l'aigle dans le ciel. En plus, son armure avait entendu son appel et venait à son aide en protégeant chaque partie de son corps.

Un corbeau spectrale quittait le cosmos du Chevalier du Sagittaire alors qu'il se propulsait vers son ennemi dans les airs. Traversant l'aigle noir, l'ennemi semblait perdre de l'assurance et perdait son équilibre de vol. Et en fermant son poing, Sylphe projetait une nuée de flèche d'or qui partir vers l'esprit mauvais comme une nuée d'abeilles. En fait, comme flèche était guidée par les étincelles du Danseur qui représentait l'abeille nourricière des peuples. L'aigle en perdait son plus beau plumage noir, il cria dans un dernier râle et tombait sur le sol comme un poids mort. Le regard de Sylphe devenu d'ambre, l'esprit loup comprit que le moment était venu de porter l'estocade finale contre le Puma qui vola contre le bouclier de Yul. Dans un grésillement semblable à un homme marchant sur de la glace, il explosait pour reprendre une douce apparence aux pieds du Totem. Purifié à son tour comme le lézard.

- C'est bien... Tu as enfin compris que tu pouvais unir ce que je t'ai appris avec ce que tu es...

- Chiron ? Mais ...

- N'oublies pas, je suis avec toi, dans ton âme ! Suis maintenant ton propre chemin en ne souhaitant pas singer mes techniques, apprends à les manier avec ton âme et pas avec la mienne !


Le sourire revenait sur un visage si enclin à la tristesse depuis des mois, il venait de comprendre par tout ce qui se passait ce qu'il était vraiment. Si cela n'était pas un entrainement ordinaire, il devait admettre que les esprits avaient décidé de le sortir de sa morosité ! Et en effet, cela marchait ! Yul martyrisait le pauvre lézard d'un sceau sur la gueule et c'était une chose plaisante à voir, limite carnassière. D'un battement d'ailes, le chevalier d'or plongeait vers le Loup qui fonçait vers Epsilon. Il le prit par le collet et le fit voler en air, c'était pas la première fois en cette journée qu'il faisait voler un loup, alors un de plus ou un de moins qu'importait. Il s'approchait alors de Yul pour le balancer dans sa direction.

Le geste final était entre ses mains. Tout devait revenir au chasseur et surtout, cela permettait de se faire pardonner un peu de la mésaventure de ce vol imprévu. En plus... Comme cela allait recommencer dans quelques heures, autant le fatiguer un peu non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mar 9 Juin - 12:29


Tout était allé vite, les deux guerriers faisant montre d'astuce et d'une force exceptionnelle aux yeux des Pawnees. Yül admira quelques secondes le style de combat du Sagittaire, qui en plus d'épouser parfaitement l'harmonie avec la nature, était doté d'une grâce peu commune. Il dansait avec le ciel, flirtait avec la terre, brillait comme le soleil.

Imprégné de cette vision majestueuse, il se prépara à recevoir le Loup noir que le Neuvième gardien lui envoyait avec une certaine excitation. Son sang de guerrier bouillait d'avoir à ses côtés un tel chevalier. D'autant que voir un autre loup que lui pagayer dans le vide l'amusait.

L'esprit tomba devant lui, se rétablissant promptement pour tenter un assaut. Le Grand Loup esquiva et se mit en garde. Malgré son apparence humaine, on pouvait sentir dans ses déplacements et son esprit des ancêtres qu'il devenait loup, qu'il était loup. Qu'il l'avait toujours été. L'esprit et lui se tournèrent autour, avec des mouvements rigoureusement identiques. Excédé, le Loup Noir finit par perdre patience. Il gronda, concentra toute sa puissance dans sa gueule et lança toute son énergie en un rayon droit sur le guerrier nordique. En réponse, Yül rassembla lui aussi ses forces, et il ne lui fallut que quelques secondes pour grandir, grandir, grandit et se métamorphoser. A sa place, une créature si gigantesque qu'elle dépassait la cime des tipis, si longue qu'elle n'aurait jamais pu tenir dans un enclos, si féroce que la seule vue de son regard glaça le sang de l'esprit.
Fenrir rugit, et avec lui les loups hurlèrent tous sans exception, bientôt imités par les Pawnees dont les cris de guerre insolites couvrirent la plaine. Le rugissement du Père des loups fut si intense que le Loup Noir, comme soufflé par une tempête, trébucha et recula de plusieurs mètres. Les tipis et les arbres furent secoués dans tous les sens, menaçant de s'effondrer.
Tremblant de tous ses membres, on put voir sortir du pauvre esprit corrompu un manteau noir de ténèbres, qui s'évapora dans l'air. Le loup qui en était l'hôte, sonné, s'effondra tout simplement lorsque le silence retomba. Sa fourrure était brune et se confondait avec le sol de terre tendre, son poil soyeux.

Le Lézard paralysé, le Puma neutralisé, l'Aigle déchu et le Loup rappelé à l'ordre, il n'y eut plus rien pour tenir les Hommes possédés. Toujours prisonniers de leur gangue de glace, ils reprirent peu à peu leurs esprits. Le Grand Loup du nord se tourna vers le shaman et ses disciples, qui comprirent et détruisirent aussitôt les pierres runiques, conformément aux instructions de Yül. La barrière blanche vola en éclats. Le prédateur lança alors un regard à Sylphe, toujours aussi peu résolu à complimenter quelqu'un.


"Pas mal, pour un herbivore."

Sentant Yül fatiguer, le Grand Esprit posa un regard bienveillant sur les corps de ses fils tombés au combat, renvoya ses loups de glace, puis laissa son corps redevenir celui du loup blanc. Le guerrier divin se coucha sur place, langue pendante, puis vit arriver les différents loups et chiens de la tribu. En tête, l'esprit-totem argenté du village, qui s'inclina et se coucha près de lui. Les autres l'imitèrent jusqu'à former une masse de fourrures, de pattes et de museaux compacte.
Les iris dorés d'Epsilon cherchèrent celles du Premier Danseur, afin de le remercier de son aide et celle de son maître. Les Pawnees quant à eux laissèrent enfin éclater leurs joies par force cris et danses de joie ! Ils les invitèrent sans attendre à célébrer un banquet de joie en leur honneur le soir même, la tribu réunie autour d'un grand feu pour chanter leurs noms et leurs prouesses.
Revenir en haut Aller en bas
Sylphe


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 502

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mar 9 Juin - 13:38

~ Prendre le chemin du retour ~

10 Août 1755.

Les choses étaient dites. Se posant sur le sol dans un nuage de plumes de cosmos, Sylphe se sentait vidé. La douleur de son ancienne blessure revenait un peu moins, il entendit les paroles du Loup géant et lui fit un signe de la tête pour le remercier. Il ne comptait pas lui répondre plus. En fait, autour d'eux, tout semblait revenir à la normale et c'était agréable de gagner quelque chose pour une fois ! Ce sentiment de victoire, il ne l'avait pas ressenti depuis son départ d'Alfheim. Ses Danseurs firent quelques cabrioles dans les airs pour fêter tout cela, des milliers d'étincelles montaient au ciel...

Le cul sur le sol à côté de son ami, un sourire protecteur au visage, il prenait un peu de la viande que l'un des pawnees lui tendaient et en machouillait en regardant Epsilon. Sa main se posa sur sa tête et il vérifiait qu'il allait bien, il dormait, une fois rassuré, il fit signe à l'un des Indiens de s'approcher et lui chuchotait quelques mots en montrant du doigt quelque chose. Puis, il vit les esprits loups s'évanouirent dans la nature, retournant à leur Monde pour continuer à protéger les Hommes et la Nature. Cependant, le coeur du Sagittaire était un peu lourd. Il savait que les peuples venant de l'ouest, venant de son continent, viendraient de plus en plus avec son cortège d'armes, de corruption et de faiblesses... Il s'adressa alors au Chaman.

- Vous devriez aller vers les terres de l'ouest, protéger les vôtres, il existe de grandes forêts à ce que j'ai vu.

- Pourquoi devrions nous partir ? L'esprit Loup nous protège...

- La corruption reviendra, ses esprits corrompus sont la proie d'une force venue de l'est, elle accompagne les hommes et je ne sais si les esprits pourront toujours vous aider... Je n'ai rien à vous ordonner, c'est le conseil d'un ami !


Le Chaman répondit par un signe de la tête à son tour. Il venait de comprendre le sens des paroles de leur aide venue du ciel. Le temps évoluait vers un inconnu que personne ne pouvait estimer, c'était comme si le temps était parti dans une course folle et les esprits en étaient les premières victimes. Ces nuages noirs venant de l'est, colorant la terre de leur noirceur, épousaient la venue des Européens et de ses colons. Autres temps, autres moeurs, décisions difficiles à prendre pour se préserver... Sylphe comprenait parfaitement tout le prix que cela exigeait pour la tribu qu'il venait pourtant de protéger. Soudain, son esprit loup avança pour gratter de sa patte de l'herbe bien verte et elle prit la forme de pierre, de petits pics de pierre remplaçant le duvet vert de cette vallée.

- Chaman. Prit enfin la parole le Loup d'or. Terre brûlée au vent des landes de pierre, les lacs vont devenir d'argent et de roche noire, les forêts ne seront plus qu'immenses roches montant vers le ciel... Vous devez partir temps que l'hiver n'est pas venu. Sachez que je serai toujours là, lié à votre gardien, pour vous aider mais il existe une forêt sacrée dans l'est, une terre que même les Hommes n'oseront touchés... Quand vous trouverez les Ifs à feuilles d'or, son bois rouge, vous serez en paix et nourri par la Nature.

Le Sagittaire écoutait les paroles de son Danseur et se demandait de quelle forêt il parlait. Il en avait croisé un certain nombre pendant le voyage aller et, comme un flash, cela lui revint, entre les grandes montagnes de l'ouest et la mer, il y avait une forêt qui s'étendait et son feuillage automnale l'avait étonné mais il n'y avait pas prêté plus attention. Plus occupé à pas souffrir sous la vindicte des griffes de son ami, ses bras s'en rappelaient encore. Créant des bandelettes solides avec le tapis qu'il avait demandé à un Indien, il recouvrait ses brassières avec un sourire entendu avec le Chaman et les Indiens. Une fois le Yul endormi entre ses bras, ses ailes frappèrent le sol à de multiples reprises et il s'envolait dans le ciel pour un voyage retour plus apaisé.

La danse des airs dura le même temps, fier et heureux, il faisait des loops dans tous les sens sans se rendre compte qu'il risquait de réveiller son ami entre ses bras. La sensation dans ses bras le lui rappela lourdement et il reprit un vol plus tranquille, ils croisèrent au large de la future Californie et San Fransico une large bande de forêt au pelage de feuilles d'or, c'était donc elle. Un sourire en coin, il refrappa le vent pour prendre de l'envol vers l'horizon, le soleil se levait déjà...

FIN
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7341-sylphe-chevalier-d-or-du-
Yül


Indépendant
avatar

Messages : 381
Armure : Armure divine d'Epsilon

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur:

MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   Mar 9 Juin - 17:49

L'ordre rétabli, Yül éprouva une certaine satisfaction d'être entouré de tant de loups, même étrangers, et surtout d'avoir remporté une victoire après tout ce temps. Sa remise sur pieds avait porté ses fruits, son entraînement aussi. Bien sûr, ils n'avaient pas affronté des spectres ou des Eren, mais c'était un pas vers le mieux, un pas qui prouvait qu'ils pouvaient vaincre, qu'ils avaient du potentiel. Un pas qui redonnait force et courage.

Une petite heure plus tard, alors que Sylphe et lui s'étaient fait balloter d'Indien en Indien, chacun souhaitant exprimer sa gratitude, et devant chaque fois refuser, pour des raisons pratiques, on leur autorisait enfin un peu de répit.

Rompu de fatigue, Yül qui avait repris forme humaine demanda simplement où il pouvait dormir sans être dérangé, suivi par le Sagittaire. Dans un tipi à part, le jeune homme ne perdit pas de temps à s'étendre.

Dehors, on entendit bientôt le craquement de la cascade gelée qui reprenait sa liberté. Un phénomène unique que les Pawnees allèrent admirer. Le Shaman, complice bienveillant des deux éveillés, fut un des seuls à rester et aida Sylphe à préparer leur départ. Quelques vivres pour tromper la faim et la soif pendant la traversée, ainsi que des plumes de cheveu et des amulettes pour leur propre village, sans même connaître les situations des Saints et d'Asgard. Ce fut avec un profond respect et de l'admiration dans le regard que le sage Œil Lointain, avec le Doyen près de lui, regarda l'ange d'or emporter son compagnon assoupi.

Au cours du trajet, les cabrioles aériennes du Neuvième gardien finirent inévitablement par réveiller Yül qui, la surprise passée -et elle fut de taille !-, se raidit dans ses bras. Néanmoins, ayant constaté le pouvoir du Sagittaire et son influence sur ses danseurs, il se détendit plus que la première fois, se contenta de jeter par moment des regards anxieux vers l'océan en-dessous d'eux. Il avait d'en savoir plus sur les esprits près d'eux, sur la connaissance qu'avait le Loup d'or du monde tangible et des autres, mais Sylphe paraissait tellement plus léger qu'il préféra garder les sujets sérieux pour une autre fois.

Car évidemment, il y aurait une prochaine fois, ou bien ils n'étaient pas amis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[10 Août 1755] L'appel du Grand Esprit ~ Entrainement (Yul)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-