RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mer 13 Mai - 16:00

Discré ... quoi ?







Les Spectres avaient décidément des goûts plus que discutables en terme de décoration. Pour avoir fait un tour dans les recoins les plus sombres des Enfers – pour ne pas dire moches et nauséabonds – revoir le Sanctuaire « reconstruit » à leur manière me confortait dans l'idée que leurs architectes n'étaient décidément pas doués. Et que dire de leur comité d'accueil qui, à peine accostée, vint me beugler dans les oreilles qu'ici, c'était CHEZ EUX. Après une bonne remise en place, à savoir une distribution de pains, la patrouille gisait à mes pieds la plupart les yeux révulsés, la bave aux lèvres. Je faisais toujours cet effet là aux hommes. Si on pouvait les qualifier ainsi. Tapotant dans les côtelettes du dernier ayant mordu la poussière je lui marchais littéralement sur la gueule afin de me saisir de nouveau de la corde que j'avais tenu en main quelques secondes plus tôt. Au bout de celle-ci, le Black Pearl. Non, fallait pas non plus pousser. J'étais … ouais, formulons le ainsi : en mission solo et … dis … discrète. Voilà c'était ça, discrète.

Je me doutais bien qu'une autre patrouille allait découvrir le pot-aux-roses, aussi, j'hésitais un moment avant de me résigner à cacher les cadavres, ainsi que la barque que j'avais piqué ni vue, ni connue sur mon navire.

J'étais partie de bon matin et, en finissant d'ensevelir le dernier connard même pas capable de tenir une hache correctement, ce fut pour voir le soleil bien haut dans un ciel bien bleu. Bordel ! Qu'est-ce que c'était long la furtivité. Fulminant contre moi-même, un rien de mauvaise humeur, je frappais mes mains l'une contre l'autre pour enlever le sable, marcher quelques pas pour me rendre compte que mes cuissardes en étaient remplies.

« Putain. » lâchais-je de plus franche mauvaise humeur en les retirant pour marcher pieds nus un long, très long moment. « De mon promontoire il semblait moins loin le Sanctuaire. Bon allez Mary, du courage. »

Ma fine silhouette s'extirpa des ténèbres environnantes pour embrasser la lumière. Un bref coup d’œil derrière moi, j'observais l'orée de la forêt d'Ahiès qui elle aussi, ne fut pas épargnée par la main du Pandémonium. Tout était gris et pâle, comme la Mort. Mais je n'en étais pas inquiétée, j'avais plutôt fait attention -pour une fois- de ne pas attirer l'attention sur moi. Le village de Rodorio devait grouiller de ces patins à la gueule de travers … ce qui me laissait de nouveau dans l'embarras. Ou plutôt tiraillée. Finalement, j'haussais les épaules.

« Oh et puis merde pour la discrétion. »

Sauf que je me souvenais de quelques détails, infimes et me ravisa de nouveau. Tout le monde s'attendait à ce genre d'entrée en matière avec moi. Il ne fallait pas que j'oublie que j'étais désormais une ambassadrice auprès des Spectres, mandatée par le nouveau Prêtre de Poséidon. Autant la jouer fine.

Et grand Dieu, ça me faisait chier d'avance. J'intensifiais alors mon cosmos jusqu'à le faire exploser, véritable phare dans la nuit – et une signature reconnaissable entre toute … pour une certaine personne – avant de prendre place sur un promontoire rocailleux, le visage recouvert d'un tissu aux couleurs atlante et la cape qui allait avec.

Si avec ça le premier Spectre qui tomberait sur moi ne reconnaissait pas mon appartenance au Camp du Sanctuaire Sous-Marin, il n'aurait qu'à zieuter la broche d'orichalque en forme de trident qui retenait les pans de mon habit …

Il ne me restait plus qu'à attendre. Je souhaitais bien du courage à celui ou celle qui me rencontrerait en premier, déjà irritée, les bras croisés sous la poitrine et l'aura empoisonnée flottant dans l'air. Je n'avais rien de très engageant.

Je ne voulais PAS être engageante.





© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mer 13 Mai - 22:10

Précédent : Maison du Bénou

La simple caresse d'une plume sur son dos, précédant un souffle chaud sur l'arrondi de son épaule. Aucun contact direct avant que la voix douce du dieu ne s'élève à l'oreille de la sirène :

"Eh bien qu'avons-nous là ? La Dame de cœur de ce cher Arbhaal."

En quelques pas il fut face à elle, n'ayant nullement besoin de lui faire enlever le voile pour reconnaître son cosmos fougueux et sa chevelure flamboyante. Il prit délicatement sa main, posa un baiser dessus du bout des lèvres.

"Vous êtes partie bien vite depuis notre dernière rencontre, et je crois savoir que vous avez emporté un souvenir chez vous. Un souvenir avec des épines, une crinière de sang comme la vôtre et quelques restes de glace sur les épaules. J'ignore comment vous vous y êtes prise pour accomplir cela sans l'aide d'Hadès, mais vous avez fait du bel ouvrage."

Il lui adressa un regard serein. La réputation de la pirate n'était plus à faire, ni celle de son sang empoisonné. Néanmoins elle ne portait aucune plaie visible et aux dernières nouvelles n'avait aucun grief contre Oneiros qui mérite une piqûre de rappel. Bien au contraire.

"Marchez-vous sur les traces de votre rêve de liberté en venant ici ? A moins qu'une raison plus triviale ne vous attire dans les parages. Un bel homme aux cheveux blonds, au souffle brûlant et aux ailes acérées par exemple."

Le dieu fit apparaître une chaise, qu'il plaça face au rocher de la belle pour un entretien un peu plus confortable. D'autres spectres ne tarderaient sans doute pas à arriver et il souhaitait profiter de la primeur de sa présence pour affiner sa relation avec la sirène. Ils n'échangeaient que des mots, des impressions, peut-être un jour des secrets, mais c'était par ce biais que commençait la diplomatie. Et plusieurs occasions avaient démontré que la diplomatie n'était pas le fort de bien des spectres.
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Jeu 14 Mai - 5:53

Effectivement, la discrétion et toi n'allez pas bien ensemble... Ou peut-être est-ce moi qui suis trop habitué.

Au pied du promontoire où Mary s'était établie, Celsius faisait tournoyer une rose autour de son doigt. Un exercice dans lequel il s'était rudement amélioré depuis qu'elle avait pris l'habitude de lui confier leur progéniture des heures durant. Des jours, parfois. Non qu'il lui en tienne rigueur : il savait comme elle était, et l'aimait comme telle. Il lui arrivait de la suivre dans ses escapades, le plus souvent sur invitation de sa part - mais pas cette fois. Lui aussi pouvait bien agir à son gré, n'est-ce pas ? D'un bond leste, il se hissa à sa portée.

Surprise ? Tu n'es pas la seule à pouvoir faire des caprices.

Le Sanctuaire. Il n'y était pas revenu depuis la dernière fois. Depuis qu'il y était tombé au combat, contre celle-la même qui l'avait ravivé. Le voir si sinistre n'était pas pour lui plaire, mais son avis n'entrait pas en ligne de compte. Maintenant moins que jamais. Pour autant, il ne pouvait nier se sentir étrangement détaché de tout cela : ce n'était plus chez lui à présent. Son absence d'armure en témoignait. Il s'était trouvé un nouveau foyer, un qu'il ne quitterait plus désormais. Un foyer qu'incarnait la voluptueuse sirène à ses côtés, et celles qui par elle étaient nées.

Tu ne croyais tout de même pas que j'allais te laisser seule ici.

Il lui avait promis ; c'était à la mort, à la vie.

Il l'avait suivie de près. Si elle ne l'avait pas cru quand il avait dit devenir son ombre, pouvait-on faire preuve plus formelle ? Non que ça le change de ses habitudes : il avait toujours agi dans l'obscurité. Pour autant, celle qui planait sur le lieu où il avait passé tant d'années ne saurait lui plaire. Et si prompt qu'il ait été à révéler sa présence, Satine avait déjà réussi à attirer un des nouveaux locataires. Sans qu'il sa rien de lui, la richesse de son Surplis attestait d'un certain rang. Les Juges seraient-ils plus de trois, finalement ? L'avisant calmement, il s'immisça dans la conversation.

Et bien... Merci, je suppose ?

Il ignora le second portrait que leur hôte peignait par ses paroles, quoique sachant très bien à qui il faisait allusion. Il préférait ne pas en parler. Ces six mois passés auprès de Mary avaient généré assez de confiance en lui à ce sujet pour ne pas s'en échauffer si facilement... Mais mieux valait ne pas trop insister. S'il ne fit rien pour empêcher le sombre inconnu de s'approcher d'elle, il ne s'en posta pas moins à proximité, prêt à agir si besoin était. Qu'il ne se dégageât de lui aucune menace ne voulait pas dire que ce soit fait pour durer.

Ainsi ils se connaissaient ? Assez curieusement, il n'éprouvait pas la même hostilité envers lui qu'à l'égard de la majorité des revenants. Cela venait peut-être du fait qu'il n'en soit pas vraiment un ; l'aura qui se dégageait de lui était subtilement différente et semblable tout à la fois. Quelque part, elle lui remémorait celle d'Athéna ou de Poséidon, quoique de moindre intensité. Ce n'était pas Hadès, il l'aurait reconnu - et il était plus proche des Spectres qu'aucun autre. Hypnos ou Thanatos, peut-être ? Il ne les avait jamais rencontrés.

De toute évidence, vous me connaissez plus que l'inverse n'est vrai. Puis-je savoir à qui j'ai l'honneur ?


Dernière édition par Celsius le Dim 17 Mai - 8:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Jeu 14 Mai - 23:18

Un beau duo que voilà... o°~

Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !.
Victor Hugo.

Arrow Temple des Poissons

La belle l'avait ressenti comme la rosée du matin. Belle, délicate, pouvant explosée comme une perle sur le sol si on n'y prenait pas garde. Du temple des Poissons, elle l'avait sentie et était alors descendu, il fallait dire que la discrétion n'avait pas été de mise. Elle avait donc pris la décision de prendre les devants suite à la demande du Juge de la Wyvern. Le Dieu des Rêves ne s'y était pas trompé. Il était arrivé quelques instants plutôt et n'avait pas encore eut le temps de réagir à l'arrivée surprise d'une tierce personne. Elle ne portait pas d'armure ou de surplis, qu'importe le nom après tout, non, une simple tenue simple de voyage à la garçonne. D'un seul regard, elle avait quand même constaté que la belle demoiselle à l'allure de pirate avait des moyens à la poitrine qu'elle n'en aurait jamais, on pouvait pas tout avoir de toute façon. Cependant, son regard se portait vers l'inconnu qui venait de répondre à côté de la plaque au Dieu. Non pas qu'il n'était pas beau garçon mais la blondeur de ses cheveux laissait à désirer, quelque chose disait à la jeune femme de ne pas insister sur le double sens de la réponse de celui qui portait l'armure d'or des Poissons.

- Salutations belle pirate et toi aussi beau damoiseau.... Soudain, elle percutait, mais elle le connaissait lui ! Mais ça alors, Celsius ! Je ne savais pas que tu étais dans le coin, sinon je t'aurai invité ! Seigneur Oneiros, laissez moi vous présenter Celsius des...

- Et quel ami... Interrompit une voix sortie de nulle part. Heureux de te revoir de même... et bien accompagné en plus !

- Caeron ! Répondit la belle en se retournant, un doigt se posant déjà sur ses lèvres de la part de l'invité surprise.

- Voyons Grenat ! Tu vas pas râler car on reçoit enfin du beau monde !

Elle n'en rajoutait pas plus. En effet, Celsius ne portait pas son armure et personne ne devait le connaître dans le coin après tout. Si la belle pirate aux cheveux de sang s'était montrée aussi discrète qu'un chat face à une souris, ce dernier n'avait pas agi de la même manière. Grenat en convenait et comprenait alors la réaction de son ami sur le coup. Un peu gênée, elle se plaçait à côté de Mary pour former un étrange cercle entre femmes, hommes et Dieu. De son côté, l'ancien Juge ne comprenait pas que son ancien adversaire, l'un des plus valeureux avec Dokho de la Balance, se soit introduit ici de cette manière. C'était courir à une mort certaine si ces deux là ne faisaient pas plus attention.

Les pupilles de Grenat observaient tout ce beau monde et elle se retourna lentement vers l'Atlante au regard de braise. On pouvait sentir en elle un volcan prêt à exploser à tout instant. Un sourire coquin se dessinait sur les lèvres de la Spectre et tel un serpent, elle prit sa main pour se rapprocher d'elle. Le regard ambré de la Vouivre n'avait jamais été aussi excité par la situation, et, dans un moment de folie, sa tête se rapprocha d'elle en posant ses mains sur ses joues. Un chuchotement sortit de ses lipes, et, ces dernières se posèrent sur celles de la Sirène avec un plaisir non dissimulé. En quelques instants, une chaleur humaine et sensuelle inondait le corps de la jeune mère, ne comprenant pas sur l'instant mais les chuchotis de la Spectre résonnèrent enfin en elle.

- Ne t'inquiètes pas, ton poison ne peut m'atteindre, pas moi. Laisses moi te guérir pour quelques secondes de ce maléfice...

Les amants restèrent peut-être ainsi quelques secondes, minutes... Cela dépendait de la réponse de la Marina sur le coup. Ceci dit, une chose insidieuse pouvait s'insinuer en elle, les lèvres de la Vouivre étaient si chaudes, si brûlantes que toute douleur et toute maladie disparaissaient dans le néant. Enfin, ses doigts libérèrent leurs étreintes... Ses lipes l'enjôlaient de mille manières à ce moment là, mais Mary pouvait sentir une légère odeur musquée qui dénotait dans tout cela. Elle lui redonnait donc sa liberté pour un temps !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Sam 16 Mai - 16:52

... ça t'excite hein ?






Il fallut peu de temps pour que le vent ne m’apporte les premiers sombres représentants d’Hadès qui, tels des oiseaux noirs, furent attirés par mon invitation pour le moins … éclatante. Pourquoi jouerai-je à un jeu, qui, de toute façon ne m’allait guère ? J’eus la désagréable surprise de voir mon ombre grandir pour finalement me couver de ses bras réconfortants. Cette voix ce parfum, je fusillais Celsius du regard en le devinant à mes pieds, occupé à jouer avec une rose. Ce jeu-là, par contre, je le maîtrisais de mieux en mieux. Je ne répondis rien à sa pique, contrôlant à grande peine ce nouvel assaut de colère qui, à l'instar d'une vague, s’abattait contre les écueils de mon cœur. Prête à le rabrouer sévèrement, je fus interrompu par le souffle d’une brise légère qui me fit tressaillir. Je reconnaissais la personne qui se présentait à moi avec une politesse qui, d’ordinaire m’aurait irrité, ou au mieux, fait naître un sourire narquois à mes lèvres. S’il n’était pas Homme, il l’était pourtant bien plus que certain qui le clamait haut et fort.

Finalement amusée de son petit manège, je l’écoutais avec la plus grande des attentions, me crispant légèrement quand il prit ma main dans les siennes pour y déposer un galant baiser. Cette fois j’étais vraiment de bonne humeur, d’une humeur taquine. Cela ne m’empêcha pas de chercher le regard de Celsius, moi, toujours inquiète de faire du mal à cause de mon sang empoisonné.

« J’ai quelques cartes dans ma manche, bien plus que l’on pourrait soupçonner. Là réside ma dangerosité. Mais je suis contente de vous revoir. » Je me tournais vers Celsius pour faire les présentations. « Celsius, je te présente Oneiros, Dieu Oracle. »

Je descendis de mon perchoir pour me mettre à la hauteur de tout le monde. Mon sourire se figea. « Désolée, je prends toujours ce qui m’appartiens. D’ailleurs … »

Tournant les talons j’attrapais Celsius par le col pour le secouer comme un prunier. « D’ailleurs, t’es particulièrement con en ce moment ou tu le fais exprès ?! Je suis en mission di-plo-matique. Je sais que la notion te semble vague mais ... sérieux quoi. Je fais des efforts. Alors casses-toi. »

Sur le point de me montrer plus insistante – bah quoi ? Un Saint ICI il voulait me faire tuer ou quoi ?! – une autre personne fit son apparition. Ah bah voilà ce que l’on appelle un canon, je vais la présenter à Tristan. Il arrêtera de me les briser à chouiner comme un puceau ! C’était ma faute à moi si il arrivait pas à tremper sa tige ?! Bon par contre pour le prénom on repassera : Grenade, Grenadine … ses parents ne devaient pas l’aimer à la naissance.

« Ah ? Tu connais la dame Celsius ? Vous avez ni … ? » Subitement interrompue par la dite dame qui se rapprochait d’un peu trop près à mon goût, mes yeux de jades vibrèrent un moment. Un long moment où elle … ME ROULAIT UN PATIN. Complètement prise au dépourvue, et pour la première fois de ma vie, quelqu’un venait de me faire fermer ma gueule. Purement et simplement. Littéralement sur le cul, j’enregistrais avec peine ce fait : la mystérieuse Spectre m’avait soigné le temps de cet … échange pour le moins brûlant. Avant qu’elle ne se recule, je la retins, plongeant mes prunelles dans les siennes. « Tu sens le mâle … »

Et à mon tour, je plaquais mes lèvres contre les siennes afin de retenter l’expérience sous le regard médusé ( ?) de Celsius et du Dieu des Rêves. C’était … étrange, très étrange. Comme si le Soleil me brûlait la poitrine, faisait bouillir mon sang qui répondait à un appel instinctif, primaire et chaud. Mon cosmos et la Sirène Maléfique chantaient aussi d’une certaine manière … Je me sentais sombrer dans la plus lumineuse des lumières quand, tout à coup, j’y mis fin non sans presque bondir un mètre en arrière. Légèrement haletante, le regard fiévreux, je fis mine de rien tout en rajustant mon capuchon sur ma tête.

« T’es encore là ? Avoues que ça t’excites … » fis-je au Roi des Ronces pour tenter de me sortir de cette brume dorée qui m’enveloppait. « Caeron ? Mince, ton prénom m’est familier. »

Mais où et quand ? Oh ça allait me revenir, ou non. Tant pis. « Dieu des Rêves, je ne marche pas du tout vers mon rêve de liberté comme vous dites, non, on a pas arrêté de m’emmerder pendant des mois et des mois à aller faire de la diplomatie chez vous. Si c’est pas une idée de merde, hein ? Moi … moi … faire de la diplomatie. Mais qu’est-ce qu’ils sont cons. » Je jetais un regard noir à Celsius. « Mais y a celui-là qui vient foutre la merde. Il cherche à me faire tuer visiblement … »

Je savais qu’il n’aimerait pas, mais pas du tout.

« Hey Celsius … Arbhaal à prit ton temple ! » me gaussais-je en sentant l’aura de mon amant palpiter en réponse avec la mienne. Un sourire en coin, je me montrais particulièrement insupportable avec lui dans l’espoir qu’il s’en aille. Peine perdue hein ? « Bref, je représente les Marinas pour discuter avec les Spectres. Le Juge de la Wyvern est-il toujours responsable de la bonne entente entre nos deux factions ? »

Je demandais ça avec toute l’innocence dont j’étais capable. De la diploMary quoi.






© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Sam 16 Mai - 22:31

"Affiner la relation" fut rapide, bien plus rapide que le dieu ne le pensait. Si la présence de Celsius des Poissons était explicable, presque attendue compte tenu de la scène de ménage à laquelle il assista plusieurs mois avant, celles de Grenat et Caeron qui se trouvaient un peu plus tôt dans la Douzième demeure n'était pas prévue si tôt.

Les présentations se firent plus ou moins à l'arrachée, brusquement interrompue par le dernier geste probable de la part de la Vouivre. Un baiser. Et, si l'on prenait en compte l'ardeur avec laquelle l'ex-Grande Prêtresse le lui rendit, Grenat devait sacrément bien rendre le geste agréable. Du fait de son expertise en la matière ou de son cosmos, comme tous purent le constater l'espace d'un instant, cela restait à prouver. Toujours était-il que la Sirène recula brusquement, comme stupéfaite par sa propre initiative, pour aller railler l'homme au crin de feu qui s'était invité de lui-même.

Bien content pour une fois qu'on l'ignore, le monarque onirique, bien installé sur sa chaise, fit apparaître une tasse de thé fumante et nota mentalement de côté les informations intéressantes : diplomatie, un Celsius qui outrepassait visiblement ses directives -enfin, celles de Mary-, la Sirène qui venait à contrecœur et ne taillait pas dans la dentelle, puis enfin le "héros" confortablement loti tout en haut du Sanctuaire.

D'un regard direct à l'attention de Grenat et Caeron, qui n'avaient sans doute pas fait le déplacement pour rien, Oneiros demanda de ne rien faire, rien dire. Il s'agissait de connaître les motivations de la belle avant de courir à une autre catastrophe.

Le dieu fit face aux deux marinas ex-prêtresse et ex-Saint pas plus d'accord entre eux qu'un vieux couple sur le point de rompre pour la cinquantième fois.


"Je commencerais à vous répondre en confirmant, en effet, que la diplomatie n'est pas votre qualité première, sans vouloir vous offenser. Et c'est justement pour cette raison que je me demande pourquoi le Sanctuaire sous-marin se moque ainsi de nous. Certes votre relation avec l'un des trois Juges vous facilite quelque peu la tâche pour vous présenter ici comme la plus innocente des fleurs et repartir vivante, mais cela ne durera pas. La Wyvern n'est que l'un des Juges, et non celui qui porte la Voix d'Hadès, quel dommage."

Un coup d’œil vers l'ancien Poisson que la scène ravirait peut-être sans qu'il l'avoue, à moins qu'il ne soit détaché de tout ceci. C'était lui que Mary avait sorti du Cocyte, pas Arbhaal. Une preuve de fidélité -d'amour ?- plus que suffisante pour savoir qu'il jouait lui aussi un rôle dans le cœur de la Sirène.

"En tant qu'être divin je me vois passablement agacé d'être ainsi éconduit, premièrement dans ma demeure personnelle, souillée par vos soins si besoin de le rappeler, secondement devant le nouveau Sanctuaire d'Hadès, sans recevoir la moindre once d'excuse pour ces comportements déplacés."

Le dieu se tourna vers la Vouivre, toujours calme et impassible.

"Dites à Rhadamanthe qu'il descende voir lui-même si tout cela l'intéresse. Si je devine ses intentions correctement, il vous a envoyés chercher sa douce pour la mener dans ses appartements. Cependant ici nous ne sommes pas en Enfer, qu'il se déplace donc. Et qu'il se plaigne à Minos si cela lui chante."

D'un claquement de doigts, le Rêve fit apparaître deux sièges supplémentaires pour ses hôtes et se rassit sur le sien.

"Il fait si beau aujourd'hui, pourquoi ne pas profiter du soleil ? Pourquoi ne pas laisser venir tous les spectres qui le désireront ? Si c'est réellement de diplomatie que vous voulez parler, je m'engage à empêcher quiconque de lever la main sur vous."

Une table vint tout à coup compléter l'attirail devant lui, garnie d'eau pure et de fruits frais, ainsi qu'un auvent pour se protéger de la chaleur ambiante. Une vraie réunion de campagne. D'un ton badin, le dieu reposa sa tasse, fit signe à Celsius et Mary de s'asseoir, puis demanda :

"Alors, que nous veut Poséidon ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Dim 17 Mai - 8:35

Qui que soit cette dame, elle le connaissait visiblement. La présence de Caeron aurait pu être un indice, mais elle était trop familière pour que ce ne soit que de réputation. Ainsi Celsius observa-t-il la plus grande méfiance à son sujet, son attitude sémillante s'accordant assez peu avec ses airs distingués. Pourtant, même s'il admettait être parfois prompt à mettre tous les Spectres dans le même sac, il se souvenait d'eux en tant qu'individus - et elle, il ne l'avait jamais rencontrée... Ou pas en tant que telle. Gardant pour lui son analyse, et ses distances du même coup, il se focalisa sur Caeron.

Pas encore libéré du joug de la non-vie, à ce que je vois.

Bien qu'il ne perdit pas de vue le reste de la scène, l'apparition d'une vieille connaissance méritait que l'on s'y intéresse. S'il avait connu cette Grenat autrefois (il en doutait encore), elle n'était pas la seule à avoir changé. De toute évidence, le Garuda avait perdu ses ailes. Et si l'aura qui se dégageait de lui était toujours aussi délicieusement méphitique - tout ce que Celsius avait en horreur -, celle-ci semblait ne plus vraiment lui appartenir. D'abord Poséidon, ensuite Hadès... Avec qui avait-il pactisé cette fois ? Et surtout, qu'est-ce qui pouvait tant motiver un homme à rester en ce monde ?

Son regard bifurqua sur Mary, et il ne put s'empêcher de se remémorer son propre parcours. Je crois que je sais. L'ombre d'un sourire passa sur ses lèvres, avant de lui rendre son habituelle neutralité. Caeron avait un fils, il le savait pour l'avoir rencontré - quand bien même il ignorait ce qu'il était advenu de ce dernier. Mais cela voulait dire qu'il y avait une femme qu'il avait aimée. Certes, il n'avait aucune preuve que ce soit pour elle qu'il s'obstinât à revenir autant... Mais que ce soit ça ou autre chose, il voulait croire que ses raisons étaient humaines.

Malheureusement, il ne put pousser plus loin la réflexion : c'est le moment que choisit Grenat - ou qui qu'elle soit - pour se jeter sur Mary. Et s'il ne broncha pas en apparence, quiconque aurait gardé les yeux rivés sur lui se serait rendu compte de sa crispation. Ses yeux se fermèrent et il se détendit légèrement - sans trop savoir pourquoi - quand Mary reprit ses moyens, fut-ce pour rendre ce baiser inopportun. Si le geste était déjà déplacé en soi, il n'eût plus manqué que s'y cache il ne savait quelle rouerie... Un fin trait écarlate n'en apparut pas moins sur la joue de Grenat ; au bout de la rose qu'il tenait à la main perlait une goutte assortie.

Je vous prierai de surveiller vos manières. déclara-t-il d'un ton parfaitement mesuré. Mary, c'est à mon tour de te présenter Caeron, ancien Juge des Enfers sous la bannière du Garuda. C'est aussi le père de Mü, que tu connais déjà.

Il s'abstint de toute précision quant à ce dernier. Il avait fait partie de leur équipée vers le Sanctuaire Sous-Marin, celle-là même où elle et lui avaient appris à s'aimer. Mary devait donc voir à qui il faisait allusion sans qu'il doive en rajouter. Dans le même temps, l'empoisonneur avait profité du recul de Mary pour venir se placer entre les deux demoiselles, décourageant toute récidive. Au-delà du geste outrancier, il ne voulait rien avoir à faire avec elle tant qu'il ne serait pas fixé à son sujet... Il profita d'ailleurs de ce nouvel angle de vue pour la détailler plus avant, prêt à esquiver si elle envisageait de lui réserver le même traitement.

Ce fut au tour d'Oneiros de prendre la parole. Aussi surpris de lui que l'acte qui venait de se jouer, mais aussi peu prompt à le montrer, il brossa le portrait de la situation. Celsius ne savait trop quoi penser de lui. D'une part car c'était la première autorité spectrale qu'il rencontrait dans son nouveau rôle - ou plutôt son absence de rôle, d'autre part parce que c'était le premier Dieu des Enfers avec qui il était en contact direct. Enfin, à cause du lien qu'il semblait avoir avec Mary dont il ne savait que trop peu de choses. Celle-ci ne lui en avait jamais parlé avant aujourd'hui. Parce que t'as pas demandé, pouvait-il entendre d'ici.

À l'entendre, le Dieu des Rêves avait lui aussi certains griefs à l'égard de la Wyvern. Ce n'était pas pour déplaire à Celsius, bien qu'il n'en montra rien - peut-être à la déception de l'intéressé, qui semblait attendre une réaction de sa part. À tout le moins était-il doué d'intelligence ; c'était déjà bon à savoir. Malgré l'infinie sagesse qu'on leur prêtait, Celsius avait assez frayé avec eux pour savoir que ce n'était pas le cas de toute déité. Néanmoins, s'il n'avait rien trouvé à dire aux remontrances de la Sirène, il n'était pas venu ici que pour veiller sur elle. Du moins fût-ce ce qu'il s'attela à démontrer.

Si je puis me permettre, intervint-il, La raison doit en être que Mary est la seule à avoir été en contact direct avec vos actuels dirigeants. Si elle est effectivement liée au Juge de la Wyvern, elle connaît aussi personnellement celui du Griffon. C'est également mon cas, ce pourquoi j'ai jugé que ma présence pourrait être requise.

Il aurait eu beaucoup de choses à dire sur Arbhaal, dont quantité auraient heurté la sensibilité des plus jeunes, mais il n'était pas responsable des déboires de Mary lors de la dernière Guerre Sainte. L'instigateur de tout cela n'était autre que Minos, qui, comme à son habitude, s'était plu à tirer les fils du destin. Rhadamanthe n'avait fait que cimenter malgré lui la comédie qu'avait joué l'Étoile de la Noblesse à la Sirène Maléfique - non qu'il n'en ait pas profité, toutefois. L'un comme l'autre, il ne pouvait les pardonner. Mais s'il lui fallait choisir, la plus vieille rivalité l'emportait.

Une fois encore, il prit secrètement plaisir à voir le Dieu des Rêves contrecarrer ce qui semblait être le plan d'Arbhaal. Il questionna Caeron du regard à ce sujet, ne voyant pas quelle raison il aurait de lui mentir. Comme il l'avait d'abord pensé, Oneiros se tenait sur un pied d'égalité avec les Juges des Enfers - si pas plus élevé. Pour un peu, il aurait même pu se surprendre à l'apprécier. Contrairement aux Spectres, c'était de naissance qu'il appartenait aux forces infernales, et lui au moins pouvait se targuer d'une certaine dignité... Ce n'était pas le cas de tout le monde.

Je vous sais gré de vous soucier de sa protection, mais soyez sans crainte. Il refusa poliment la chaise qui lui était proposée, mais tira pour elle celle de Mary. C'est pour ça que je suis là.

Cette dernière n'apprécierait peut-être pas l'attention - si galante qu'elle soit. Indépendante, elle n'aimait guère qu'on laisse à penser qu'elle avait besoin de quelqu'un, pour la protéger encore moins. Dans l'intimité, c'était un autre sujet... Mais n'était-ce pas pour sa complexité qu'il l'aimait tant ? Les caprices d'une femme sont pour beaucoup ce qui fait tout son charme. La main sise sur le dossier, il attendit donc que Satine daigne prendre place ou non, tout en la sachant capable d'élire l'autre siège pour le seul plaisir de l'envoyer... Sur les roses.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Dim 17 Mai - 20:10

Le temps de retourner aux Poissons o°~

Le soleil est toujours riant,
Depuis qu’il part de l’orient
Pour venir éclairer le monde.
Jusqu’à ce que son char soit descendu dans l’onde..
Racine.

Le décor était planté. La belle avait participé à ce drôle de manège avec un ravissement non dissimulé. Cependant, alors que tout cela se terminait dans une certaine confusion liée à l'étrange relation entre le Chevalier d'or des Poissons - enfin supposé tel selon les dernières sources de la Vouivre - et l'ambassadrice des Marinas. Croisant d'un air satisfait le regard de la pirate, elle se retournait pour écouter les remarques du Dieu des Rêves. Le regard de l'astre divin ne fit pas spécialement plaisir à Grenat sur le coup, même si elle avait le plus profond respect pour lui, il n'avait pas ici à lui intimer des ordres de silence et la réaction on ne peut plus menaçante de Celsius à son "échange" avec Mary la fit se dérider un tant soit peu.

La belle écarquillait alors les yeux et sa voix répondit comme un couperet en dévisageant le Dieu. Elle n'avait pas de mauvaise intention et sa gêne était perceptible suite à la remarque du Dieu des Rêves.

- Vos suppositions sont exactes. Cependant, qu'importe les relations entre le seigneur Arbhaal de la Wyvern et la Grande Prêtresse de Poséidon, j'ai reçu un ordre expresse me demandant de l'amener à lui, au sein du temple des Poissons... Enfin des Dragons désormais ! Veuillez noter que je le dis avec un profond respect mais les ordres d'un Juge sont clairs et je les suivrai... Je sers l'armée d'Hadès et non les suivants d'Hypnos, avec tout mon respect le plus sincère, vous me mettez là dans une position peu délicate devant les "invités" d'un des trois Juges des Enfers...

La dernière phrase fut suivi d'une action qu'elle même n'avait pas mesuré. C'était le moment qu'avait choisi l'ancien Garuda pour intervenir, il s'approchait de l'assemblée encore debout dans son ensemble. Il avait écouté et observé les actions des membres de ce petit groupe sans intervenir une seule seconde. Toutefois, l'intervention de Celsius l'avait poussé à agir.

- Je remercie mon ancien adversaire de m'avoir présenter à l'assemblée. Je rajouterai à ce que vient de dire Dame Grenat que, si Celsius le désire, il pourra accompagner la personne qu'il semble désirer protéger ! En outre, le seigneur Minos serait sûrement ravi de rencontrer la Représentante de Poséidon pour discuter des affaires à venir. Mais nous ne sommes pas à la pièce, quelques minutes de conversation ne poseront pas de souci je pense...

La chaise de Grenat se posait derrière elle comme un ordre pour s'asseoir. Elle s'en accommodait en pensant bien que tout cela était après tout un rite de passage pour tout le monde. Elle savait que les deux nouveaux arrivants étaient là pour une mission particulière, un commandement de Poséidon en personne ?, toujours est-il qu'il était normal de préserver la bienséance envers un fils d'Hypnos ! Grenat, une fois assise, laissait alors le Dieu prendre la suite de la conversation, elle avait donné la raison de sa venue et attendait donc que la Grande Prêtresse prenne sa décision tout simplement. Elle ne comptait rien forcé sur le coup, en effet, les paroles de son ami l'avait un peu calmé et ramener les pieds sur terre d'une certaine manière.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Lun 18 Mai - 22:32

Une tasse de thé






Qu'avaient-ils tous à douter de ma qualité de diplomate ? Entre Celsius et maintenant le Dieu des Rêves, j'avais l'impression de me faire lapider. Enfin, s'ils se moquaient ouvertement de moi, l'un pouvait se le permettre, le second en revanche, et que m'importe si ce dernier était une divinité, l'un dans l'autre, tant que le cul pouvait être botté … Paroles mielleuses, allusions déplaisantes bien que véridiques, j'avais de quoi me montrer outrée. Pour le peu, je dirais même qu'il se moquait ouvertement de moi et des miens. Moi qui voulait éviter un incident diplomatique, avais-je vraiment le choix ? Quelque chose me laissait à penser qu'il jouait avec mes nerfs. Le faisait-il exprès ? Je fusillais les Poissons du regard quand, d'une voix égale, prit la parole à ma place, répondant aux quelques interrogations que l'Oneiroi devait avoir. Me massant l'arête du nez – la preuve la plus flagrante de calme avant la tempête pour Celsius qui me connaissait bien – il me fallut quelques secondes pour ne pas faire du grand Mary.

Finalement, je lâchais : « Si ma présence est une insulte, je peux tout aussi bien me barrer. » Mes prunelles de jade, jusque là clairs comme un ciel d'été, se paraient aussitôt de lourds nuages menaçants. Orageux. Par miracle je parvenais à me contrôler, faisant preuve d'un sang froid que je ne me connaissais pas. Mais d'une froideur mordante. « Je suis navrée, je ne me savais pas observée, si j'avais su … je vous aurais bien invité. La prochaine fois, peut-être ? »

Je pouffais cependant de rire face aux paroles concernant Arbhaal. S'il avait entendu cela, nuls doutes qu'il aurait explosé comme un volcan. Eh bien quoi ? Il n'était pas connu pour sa patience, encore moins quand on le blessait dans sa fierté. J'avais hâte de le voir descendre jusqu'à nous, tient. J'imaginais déjà le tableau. Puis je me souvins de la présence du Roi des Ronces et je ne sus contenir un soupir exaspéré. Un autre combat de coqs ? Je savais qui avait la plus grosse …

« Mêles-toi de tes fesses Celsius, je suis une grande fille, pas besoin de me tenir la main. J'ai une langue et je sais m'en servir. »

Cela ne l'empêcha pas de faire ce dont j'avais une sainte horreur. Faire les choses à ma place et m'obliger à faire des choses contre mon gré. Pourtant l'invitation était tentante, surtout quand c'était demandé si gentiment. Pour sûr le soleil tapait dur aussi m'approchais-je de la table avec une lenteur calculée, dégrafant ma cape dans un mouvement sensuel, libérant ainsi ma flamboyante chevelure qui dégringola jusqu'aux creux de mes reins. J'offris un clin d’œil à quiconque observait mon petit manège.

« Merci Celsius. » fis-je avant de, sournoisement, lui recouvrir la tête de l'étoffe dont je m'étais découverte. Continuant mes gestes vifs et malicieux je le fis s’asseoir sur la chaise qu'il avait tiré. « Poses tes fesses là, puisque tu parles à ma place. Continues, je t'en prie. »

Un sourire triomphant aux lèvres, je levais les yeux pour regarder dans la direction de la belle dame et de son suivant. Plus tard, il faudrait les inviter sur mon navire pour une conversation … privée. Une idée germa peu à peu dans mon esprit, élargissant mon sourire coquin.

« Bien, je veux bien me prêter au jeu, si vous m'offrez une tasse de thé. Nous parlerons de Poséidon quand nous serons au complet, je déteste me répéter. »

Sans lui demander son avis je pris place sur les genoux de l'ancien Saint, celui qui se pensait être mon ombre. Et bien, je le prendrais au mot.





© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 19 Mai - 11:54

Nouvel affront, nouvelle épreuve. Et cette fois cela venait de la part de la belle dame aux joyaux. Alors voilà ce qu'il était pour l'espionne, un simple suivant ? En lieu et place d'une colère à défriser les montagnes, la divinité se contenta d'un soupir, démontrant l'étendue de son self-control à toute la petite assemblée. Oui, il était "que" le fils d'un dieu, pas un guerrier, pas un Juge. Cela ne l'empêchait pas pour autant d'avoir le sang aussi bleu qu'Hypnos, son immortalité, une certaine ressemblance physique. Cela ne l'empêchait pas d'être un dieu à part entière, qui serait encore là lorsque la Terre mourrait, au contraire de la Vouivre et des autres spectres. Si Hadès était supprimé un jour, la totalité des 108 étoiles tomberait avec lui. Mais pas Oneiros.

Ce fut au tour de Mary de s'offusquer, avant de s'amuser sans dissimulation au détriment de Celsius. Décidément la relation entre ces deux-là était plaisante à regarder, sans doute moins à subir. Ils possédaient une affinité particulière couplée au désir d'indépendance farouche de la Sirène. Un mélange plutôt explosif en somme. Et cela suffit à désamorcer l'ire montante du Cauchemar, qui se permit un demi-sourire du coin des lèvres.


"Chère enfant vous vous méprenez. Ce n'est pas votre présence en tant que telle qui me dérange, bien au contraire. Je ne fais qu'observer des faits : vous l'avez dit vous-même, on a fait pression sur vous pour que vous veniez jouer un rôle que vous n'aimez point, votre position ambiguë vis-à-vis de certains provoque des heurts, et vous savez aussi bien que moi que ce n'est pas le genre d'existence que vous supporterez longtemps. Si vous m'assurez que j'ai tort, alors soit, je n'émettrai plus aucun commentaire."

Le dieu but une nouvelle gorgée de thé puis, de quelques gestes du bout des doigts, fit apparaître une nouvelle tasse devant la jeune femme. En quelques secondes elle se remplit sous ses yeux, et une cuillère de sucre apparut au-dessus, semblant attendre l'approbation de Mary pour déverser son contenu, ou non, dans le breuvage encore brûlant. D'un regard le dieu balaya l'assemblée, afin de voir si d'autres personnes souhaitaient s'installer et se désaltérer de la sorte, avant de reprendre :

"Dans le cas contraire, j'ose croire, je sais même que le Sanctuaire sous-marin a dans ses rangs des personnes capables de manier l'art de la diplomatie avec habileté. Entendre la voix des dieux n'est pas chose facile, et vous m'en voyez contrit. Votre jeune Empereur a sans doute fort à faire avec tous les imprévus découlant d'une guerre sainte. Je puis le comprendre aisément."

Il déposa sa tasse devant lui puis sifflota quelques notes. La Sirène put aisément y reconnaître une empreinte divine, pour utiliser le même genre de son dans ses arcanes, mais ce n'était rien de comparable avec la mélodie mortelle qu'elle et les siens savaient jouer. L'air de rien, Oneiros fit apparaître une feuille de vieux papier devant lui et tendit un bras sur le côté sans même regarder derrière lui pour voir arriver un majestueux aigle, qui se posa dessus docilement. L'oiseau était jeune, il volait correctement mais exécutait encore quelques mouvements superflus et glissa légèrement à l'atterrissage sur le brassard du surplis onirique.

"Me donnerais-tu l'une de tes plumes ?"

Sans rechigner, l'aigle fourragea dans son plumage, puis tendit l'objet désiré à son maître. Oneiros la prit délicatement puis l'anima à l'aide de ses pouvoirs, tout en dispensant quelques caresses à l'animal.

"Puisque Dame Grenat et sieur Caeron ne remonteront pas sans vous et que vous vous résolvez à rester un peu en ma compagnie, je vais envoyer un message à la Wyvern. Nous verrons bien s'il se décide à venir ou s'il rejette votre demande d'audience. Ainsi tout le monde est satisfait."

Le message, écrit en lettres d'argent, fut bref et concis. Lorsque la plume marqua le point final, un ruban de soie noire apparut à son tour pour venir s'enrouler autour de la feuille roulée. Oneiros la confia aux serres de l'aigle et leva le bras en hauteur pour lui permettre de prendre un peu d'élan.

"As-tu compris Piep ? Au douzième temple, le Juge de la Wyvern. Remets-le à lui seul."

L'aigle poussa un cri, écarta les ailes et prit son envol dans la direction voulue. Le dieu reporta alors son attention sur ses invités.

"Un jour vous serez aussi libre que cet oiseau, Mary. N'est-il pas magnifique ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 19 Mai - 18:12

Arrow Temple des poissons du dragon

Plus habitué à la montée qu’à la descente de ces maudites marches, j’avais toutefois avalé la distance qui me séparait de l’entrée de notre domaine en un temps record. Ayant délaissé mon imposant surplis pour revêtir un simple pantalon de cuir, et une élégante chemise sombre, je descendis sans hâte apparente les derniers obstacles pour observer d’un œil faussement neutre l’assemblée. Une personne qui me connaissait un brin pourrait aisément distinguer l’étincelle de fureur qui se dissimulait derrière mon masque de neutralité, mais pour le reste du monde je demeurais d’un calme olympien. Mon premier réflexe fut de me diriger vers la seule et unique lumière de ma vie pour poser une main guidée par la délicatesse vers le bas de son dos. Presque instantanément, mes lèvres vinrent caresser les siennes, en un contact témoignant d’une passion larvée que cette femme seule savait faire naitre chez moi. Elle m’avait manqué, et je tenais à ce qu’elle le sache. La scène ne dura qu’un instant, et je reportais rapidement mon attention vers le reste des « convives » d’une étrange scène. Un sourire torve se dessina sur mes lèvres à la vue du seigneur des ronces. Voir cet homme empêtré dans un tel état de déchéance avait de quoi me réjouir, mais pourtant j’en venais à ressentir un profond dégout pour cette loque, cette parodie d’humain. Je le saluais d’un signe de tête quasi imperceptible, presque par réflexe, avant de me tourner vers la seule et unique cause de mon ire.

Et bien seigneur Oneiros… Cela devient une habitude que de vous voir incapable de franchir le premier ou le second temple de l’ancien Sanctuaire d’Athéna. Auriez-vous donc le vertige ? Ou estimiez-vous l’émissaire du royaume sous-marin trop fragile pour entamer la longue montée vers ma demeure ? Croyez-moi, son endurance aurait de quoi vous surprendre… Même moi, j’ai du mal à la suivre sur ce terrain.

Un coup d’œil empli de malice à l’adresse de ma « douce » Satine, et je repris mon sérieux, non sans chercher à trop masquer l’ironie de mes propos et de mon ton.

Il est inconvenant qu’une divinité de votre stature soit contrainte de jouer le rôle de Cerbère. En tant que diplomate en charge des relations avec le Sanctuaire sous-marin, je serais ravi de recevoir dame Mary en ma nouvelle demeure, ainsi que son… Comment dois-je dire, Celsius ? Qu’es-tu donc devenu ? Son valet ? Son porte-manteau peut-être ?

Le sourire cruel que j’adressais à l’intéressé redoubla de vigueur, avant que je ne reporte de nouveau mon attention sur le fils d’Hypnos. Mon ton ironique céda la place à une voix plus posée, porteuse d’un message clair que je tenais à adresser à la divinité suspicieuse à mon égard.

Il va de soi que vous êtes également convié à cet entretien, seigneur Oneiros. Je ne voudrais pas que vous doutiez une fois encore de mon impartialité, ou du moins de ma volonté de préserver les intérêts de sa majesté Hadès lors des négociations avec les envoyés de Poséidon.

Cette hostilité ridicule qui continuait de nuire à ma relation avec le fils d’Hypnos commençait à me lasser, tant elle paraissait vaine et futile. Du peu que j’en savais, Oneiros demeurait pour le moins solitaire, ce qui nous faisait au moins un point commun. Si l’un d’entre nous devait faire un pas vers l’apaisement, je me portais donc volontaire. Qu’il assiste donc à cette entrevue si le cœur lui en disait, j’aurais tout le temps ensuite pour voir Mary en tête à tête. Machinalement, mon regard se tourna de nouveau vers l’ancien chevalier d’or, aujourd’hui ô combien déchu et malmené par le destin.

Cette invitation vaut également pour toi, mon cher adversaire. Je serais ravi d’avoir ton avis concernant la décoration de ma demeure qui fut jadis la tienne.

Encore fallait-il que la seule personne susceptible de me faire peur dans cette assemblée ne donne son accord.

Qu’en dis-tu Mary ? Si tu es venue dans une optique diplomatique, nous serons plus à l’aise dans mon temple pour discuter à l’abri des oreilles indiscrètes.

Revenir en haut Aller en bas
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 544

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 19 Mai - 19:23

Arrow Temple du Dragon

Suivre le Juge n’était pas chose aisé, tellement il se montrait pressé d’atteindre son objectif. Mais j’y parvins malgré tout, la scène qui se révéla à moi était pour le moins étrange et inattendue. De l’assemblée ainsi assise, seule la Vouivre et son serviteur m’était connu. Je parvins malgré tout à identifier tous les autres protagonistes du drame sentimental qui allait peut être se jouer. En fait pas tous, si je devinais qui était l’envoyée de Poseidon, l’autre étranger m’était totalement inconnu et son aura n’était guère pour me plaire. La Wyvern fit une arrivée plus que remarqué, en allant embrasser avec passion celle qu’il avait désiré voir conduite en son temple. Ainsi, je ne m’étais pas trompée sur le lien qui les unissait. Je ne cachai nullement ma présence, restant quelque peu en retrait par rapport à l’assemblée. J’étais la seule portant ma Surplis qui emprisonnant les rayons du soleil, me gardait dans l’ombre. Ma présence ne semblait pas nécessaire, mais j’avais décidé de suivre la Wyvern et je n’allais donc pas rebrousser chemin.

Le ton qu’il prit pour s’adresser à l’un des fils des généraux de notre Seigneur, prouvait qu’il n’avait que peu de respect pour ce dernier. Etait-il l’une des personnes dont il regrettait la mesquinerie, même je ne pouvais as le ranger dans la catégorie des sous-fifres. De plus, les sous-entendus ne pouvaient passer inaperçus et ce de toutes natures qu’ils soient. Devant ce jeu d’égo, je me sentais mal à l’aise, moi qui avais ceci en sainte horreur. La suite m’appris l’identité de cet homme que je ne parvenais pas à identifier et expliqua mon ressentit à son égard. Ainsi il était l’ancien détenteur de l’armure sainte du Poisson, avait-il été déchu de son rang pour son échec, ou bien y avait-il autre chose derrière tout cela. Quoi qu’il en soit, je ne pus cacher mon dégoût pour lui, moi qui avais entendu tant de chansons sur leur noblesse et leur force. Moi qui mourrait d’envie de me mesurer à l’un de ces guerriers qui ne connaissaient pas le mot renoncer, abandonner, prêt à tout sacrifier pour leur cause. Et voilà que devant moi ce tenait l’un d’entre eux, qu’avait-il donc vécut pour avoir tant chuté. Si mon regard pouvait se montrait méprisant, je tins ma langue, sachant que je me trouvais en présence d’être en tout point supérieur à moi. De plus, le fait que la Wyvern montra son dégoût envers lui, ne me permettais pas de faire de même. Si tous semblaient jouer le rôle de diplomate, ou courtisan, moi je restais la combattante, la guerrière, l’une des défenses de ce domaine. Rien ici ne me garantissait que nous n’étions pas en présence d’ennemis et certainement pas les sentiments amoureux, souvent cause de bien de conflits et de sang versé.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán


Général
Général
avatar

Messages : 272

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mer 20 Mai - 1:03

[Provenance : Chez papa Poséidon.]

Une mission dans la besace, voila ce qu'il avait récolté. d'un autre côté, ce n'était pas peu dire qu'insister sur le fait qu'elle lui correspondait plutôt pas mal. Pire, elle lui allait comme un gant... pour autant dire qu'il n'ait porté des gants un jour, avec des mimines de cette taille, c'était fortement improbable. Soit. Cet interview avec le gratin des généraux de Poséidon n'avait pas eu que du mauvais. Déjà il avait rencontré officiellement les ouailles du Tridenté. Enfin, ouailles, c'était peut-être un poil s'avancer. Après tout, il avait surtout eu affaire à une bande de tarés parmi lesquels il s'était senti presque immédiatement à sa place. De plus, il avait pu se siffler une bonne fiole de bon Rhum, comme à son habitude, et ça n'avait pas de prix. Encore plus depuis que son idiot de maître s'était mis en tête de lui retirer ce petit plaisir innocent. "Tu verras, ça va renforcer ton esprit.", lui avait-il annoncé comme s'il y croyait. L'irlandais lui avait répliqué que lui risquait surtout de renforcer le cuir de son cul à coups de pied si il continuait à lui dissimuler sa bibine.

Alors qu'il pensait encore à ce drôle d'échange, aussi fugace que classique entre les deux énergumènes, son pied heurta un casque. Il s'agissait du couvre-chef métallique, plutôt en mauvais état, de ce qui avait surement été un garde du sanctuaire. A l'intérieur, fort heureusement, il n'y avait pas de tête. Ca aurait quand même fait désordre de taper dans le crâne d'un malheureux, quand même. Ceci dit, ce simple geste eut pour conséquence de ramener le Kraken à la tâche qui l'incombait. Il n'était pas venu pour se faire des toutouches sous la douche, non. Il avait traversé la moitié du globe pour rencontrer le chef des Spectres, et lui communiquer les sympathies de son prêtre, le Vioque.

Il regarda ses chaussures et se rendit compte que ses cinq doigts de pied en dépassaient. Comme à son habitude, il n'avait pas vraiment pris le temps de se mettre sur son trente et un. Si l'odeur, dieu merci, n'était pas un problème - après tout, il passait son temps à nager pour aller d'un point à l'autre du monde. - le sel commençait sérieusement à entamer le peu d'habits qu'il avait. Il n'allait quand même pas se foutre à poil sous son armure quand même ! S'il était habillé comme le dernier des glandus, ce n'était pas pour autant qu'il n'avait pas son Ecaille dans le coin. Certes elle n'était pas posée sur ses muscles, mais d'un claquement de doigts, elle reprendrait sa place. D'ailleurs elle risquait d'être plutôt utile en ces lieux.

Esquivant sans aucune difficulté les soldats squelettes qui trainaient dans le coin, il fut attiré par un attroupement de cosmos. "Ah bah ça c'est une belle brochette de connards." Il faisait évidemment abstraction de la présence de celle avec qui il partageait la robe rouge. Après tout, elle lui avait filé une bouteille qui s'était révélée être de la plutôt bonne came. Il avait intégré à cette ribambelle de mauvais garçons le Dieu Oneiros par contre. S'il était loin de reconnaître en lui le dieu des rêves, il avait noté sans difficulté que son cosmos était d'une nature bien plus divine que celui des autres clampins. Trois autres spectres étaient présents, dont l'un doté d'un blond qu'il aurait reconnu entre cent après les descriptions qu'on lui avait fait: Arbaal de la Wyvern. Ca c'était un sacré morceau. Les deux pécores en surplis, par contre, ne comptaient pas trop. Pas du point de vue physique, on se comprend là. Après tout, la première gonzesse était assez proche de la bombe anatomique. Les deux derniers membres de cette troupe hétéroclite ne portaient pas de signe distinctif, mais leurs cosmos ne menaient pas. S'ils n'étaient pas chevaliers, en tout cas, ils n'étaient pas non plus à prendre pour des jambons.

Ni d'une, ni de deux, il se lança, sans préambule.

" Salut les tatas. Chuis Ciarán du Kraken, et faudrait que je voie vot' patron. Enfin, à moins que ce n'soit toi l'nouveau shérif en ville, Arbaal de la Wyvern ? C'est l'chef qui m'envoie... moi aussi." conclut-il avec un petit sourire complice à l'autre Général.

Ce n'était très clairement pas un orateur de génie, notre irlandais.


Dernière édition par Ciarán le Mer 20 Mai - 10:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mer 20 Mai - 2:13

Je suis au courant.

Qu'elle ait une langue, ça, il était bien placé pour le savoir - il en connaissait même le goût. Qu'il ne soit pas le seul ici était assez dérangeant, cependant, et c'est bien ce qui fana le sourire qu'il venait de lui adresser. Son regard obliqua sur Grenat. S'il se parait déjà de méfiance à son égard, sa dévotion apparente envers le Juge de la Wyvern la transformait en franche hostilité. Il tâcha toutefois de n'en rien faire savoir, au moins pour un temps, ne tenant pas à jeter plus d'huile sur un feu déjà bien vivace. S'il était pour l'heure contenu dans l'âtre d'une relative courtoisie, il n'en faudrait que peu pour en faire un splendide brasier...

Sentir Mary s'abattre sur ses genoux après l'avoir forcé à s'asseoir le ramena à de meilleurs sentiments. Même s'il pouvait se targuer d'un certain sang-froid, jusque quand la mort devait être donnée, elle avait le don de le calmer. D'autant plus étonnant pour qui connaissait la chaleur de son propre tempérament. À croire qu'elle le poussait elle-même à contrebalancer - à être l'équilibre qui lui manquait. Mais peut-être se faisait-il de fausses idées. Il n'eût cependant que peu le loisir d'apprécier sa proximité puisque déjà il se relevait, ce pour accueillir une présence dont il se serait bien passé.

À l'interrogation de celui-ci, cependant, il n'y avait qu'une réponse à donner. S'étant relevé à la suite de Mary - moins par courtoisie que par sécurité -, il se tenait derrière elle quand le Juge s'arrogea sur sa personne des droits déjà à mettre au passé. De cela, il ne dit pas un mot, au diapason de sa promesse, et se contenta de mirer la Sirène d'un regard lourd de sens. À elle de faire ce qui devait l'être. Ce qu'il fit lui, en revanche, relevait tout autant du bon sens - mais si bon qu'il soit, il ne réussirait pas à tous. Glissant l'index entre son cou et la chaîne qu'elle y portait, il tira sur cette dernière pour faire émerger l'anneau d'entre ses seins. Celui par qui leurs vies se liaient. Était-il besoin de plus ? Celsius décida que oui.

Son fiancé.

Pas une seule fois son expression ne se modifia, pas plus qu'il ne laissa fuir la moindre émotion. Il n'y avait rien de plus à en dire ; tout au plus pouvait-il affronter cette réalité. Il avait conscience de mettre ainsi Satine dans une position peu confortable, mais l'abcès ne devait-il pas être crevé ? Bien qu'il n'en ressentit nulle hâte - quoique -, il n'avait fait que répondre à la question posée. Cette même main dériva du coup à l'épaule, où il appliqua une délicate pression pour contre lui la ramener. Elle ne serait pas happée par les ténèbres, pas plus qu'elle ne l'avait laissé l'être. Il la protégerait de tout - même contre elle-même, s'il le fallait.

Mais si tu veux une autre réponse... Je suis plus que tu ne seras jamais. reprit-il sans intonation particulière. Mais ça, c'était déjà le cas. Moi, je n'ai jamais rampé aux pieds d'Athéna.

Toujours aussi imperturbable, il avait décliné cela sur un ton de parfaite neutralité. Si elle lui défendait toute action, Mary ne lui avait pas interdit le mépris - c'était tout ce qu'Arbhaal aurait de lui. Non que cela dérange grandement ses habitudes en la matière. Dans le sillage du Dragon Noir, une autre Spectre était venue se camper ; il n'y prêta aucune attention. Si le Juge avait ramené sa cour dans l'espoir de les régaler d'un peu d'esbroufe, il risquait fort de le regretter. Le moment était au moins aussi mal choisi que le comité auprès duquel il venait de se poser.

Si la pierre morte te contente, grand bien te fasse. Pour ma part, j'y préfère la chaleur d'une femme bien en vie.

Pas la moindre hésitation ne transpirait de sa voix. Six mois étaient plus qu'il n'en fallait pour arracher une page tournée bien avant ça. Qu'espérait-il avec ces provocations futiles ? Tout ce qu'il y avait gagné, c'était de lui-même s'y brûler les doigts ; l'incendie était pourtant encore à venir... Sans le vouloir, il se faisait là encore l'écho de Satine, de sa rancœur enfouie. Tant qu'à y être, puisse-t-elle déferler sur le monde comme elle aurait déjà dû le faire ; puisse-t-elle le briser tout entier. L'arrivée du Kraken, si elle se voulait décontractée, ne désamorça en rien une atmosphère sur le point d'éclater.

Ciaran ? J'ai déjà entendu parler de toi. avisa-t-il ce dernier, bien plus amène qu'il ne l'était lui-même. Hélas, je crains que ce soit une mauvaise habitude chez Arbhaal de la Wyvern d'outrepasser ses prérogatives. S'il veut se rendre utile, peut-être devrait-il s'en aller quérir son supérieur, puisque c'est lui que nous sommes venus voir.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Jeu 21 Mai - 0:50

Le rappel à l'ordre o°~

Le soleil est toujours riant,
Depuis qu’il part de l’orient
Pour venir éclairer le monde.
Jusqu’à ce que son char soit descendu dans l’onde..
Racine.

Le silence fut sa première réponse à tous les événements qui suivirent. Ouvrant un éventail devant ses lipes, la belle observait l'étrange manège qui naissait de la présence de la Sirène. Manifestement, elle avait un don ! En quelques minutes, oui, cela devait faire à peine une heure qu'elle était là, tout s'était accélérer avec la venue de nouvelles personnes. Dans un premier temps, les échanges entre la Sirène, Oneiros, et les Poissons avaient été vifs sous le couvert de la courtoisie la plus élémentaire. Jouant de son beau minois, la Marina savait parfaitement attisés les courants de l'âme humaine, s'éventant un peu, elle sentit soudain deux nouvelles personnes s'approcher de ce petit conseil. Donc, voilà que la Wyvern avait bien suivi la demande du Dieu des Rêves, et accompagnée de la Noble Dame qu'elle avait rencontré quelques heures dans le Temple de la Balance. Une révérence à cette dernière fut suivie par un léger hochement de tête à son endroit et elle se retournait vers le Dragon qui montrait les crocs du sarcasme. Ses yeux ambrés fixaient les traits des visages et se rendaient compte que tout ceci était digne d'une tragédie antique, Corneille avait bien écrit cela il y avait un peu plus d'un siècle. Alors qu'elle s'apprêtait à prendre la parole, elle fut elle même surprise d'entendre une voix dans son dos.

- Cerbère, valet, porte-manteau.... Voici donc les termes employés de nos jours par un des Juges du Seigneur Hadès. Non seulement cela me choque et me frustre, je croyais avoir rencontrer tout à l'heure un homme mesuré et gardant sa colère pour des combats qui en valaient la peine ! Reprenant un silence de deux secondes. De plus, vous insultez devant des étrangers un des Fils du Seigneur Hypnos, gardien de l'Elyseum. Voilà un acte proche du blasphème. Et pour finir, qu'importe les problèmes passés entre vous et l'ancien Chevalier d'or des Poissons, il s'est présenté ici avec courtoisie et je vous prierai de garder une certaine dignité qui sied plus à votre rang que de telles fariboles d'enfant de quatre ans !

Caeron dépassait le siège de sa Dame pour faire face au Juge de la Wyvern. Un regard azuréen et froid se dirigeait vers lui avec une pointe de déception. Quelques instants auparavant, il avait pensé rencontrer un homme digne et chevaleresque, et voilà qu'il voyait un homme prisonnier de ses propres sentiments jusqu'à en oublier l'Etiquette et la place de chacun en Enfer. Grenat continuait de s'éventer sans interrompre ce qui allait suivre, elle avait conscience qu'elle avait sorti du Cocyte un homme qui faisait très attention aux lois de la Chevalerie, à la Dignité et à l'Honneur. Ce qui, fallait le dire, était loin de ses propres préoccupations mais il faisait parti de ses plans et elle en acceptait les vicissitudes. Caeron se retourna enfin vers la Grande Prêtresse de Poséidon avec un dédain non dissimulé.

- J'ai connu autrefois Astre de Poséidon, je l'ai même servi, je l'ai protégé avant de partir sur d'autres chemins. Votre comportement de donzelle n'est pas digne de ce qu'il fut.... Et mettre un homme à votre botte de cette manière...

- Cela suffit mon ami ! Ne dépassez pas votre pensée ! Veuillez pardonner mon compagnon, il a disons certains points de vue sur le Monde qui peuvent dépasser ce siècle de libertinage...
Grenat se levait enfin en fermant d'un bruit sec et duveteux son éventail. Madame, vous êtes libre d'assujettir tous les Hommes qu'il vous plaira, je pense que Caeron a outrepassé ses pensées et veuillez l'excuser de ma part. Puis se tournant vers le Juge de la Wyvern. Seigneur, je ne serai pas aussi directe que l'ancien Juge de Garuda mais, en effet, il serait opportun de ne pas démontrer ce genre de sarcasmes en présence d'inconnus. Que dirait le seigneur Minos d'un tel comportement ?

La menace d'un rapport aux piments était à peine dissimulée sous le regard mutin de la belle Versaillaise. Ses pupilles ambrées ne laissaient pas cependant douter des conséquences de ce genre de comportement, peu glorieux pour la gloire du Sombre Monarque. D'un léger signe de tendresse de la main, elle invitait Caeron à se retirer et elle saluait l'assistance quand une voix l'interrompit en entrant à son tour dans cette étrange danse que tous les présents avaient eut droit. Voilà qu'un pauvre poivrot arrivait, un éveillé très clairement, et son titre fit se retourner l'ancien Juge d'étonnement. Poséidon était tombé bien bas de nommer dans sa garde rapprochée de telles personnes sans décence, ni dignité, sans capable d'aligner deux mots sans faire une faute d'accord !

- Enchanté de vous voir ici Seigneur du Kraken ! Dites moi, c'est un bel homme que voilà mais il faudra revoir la diction et la tenue tout de même ! Dame Mary, pouvez nous confirmer que cette personne est bien ce qu'elle prétend ?

Le nouvel acteur avait tapé dans l'oeil de la belle et elle y voyait une proie pour son tableau de chasse ! Cependant, il fallait déjà calmer les choses. Oneiros avait pu mal prendre les paroles du Juge, sans compter Celsius des Poissons qui s'enfermaient dans un flegme qui ne pouvait cacher son antagonisme avec la Wyvern. Mary avait brûlé bien des coeurs pour mettre en émoi tant de personnes, il fallait l'avouer, quelques mots de velours pouvaient changer le cours du temps. Les violons allaient continuer de jouer et elle voulait entendre tout cela de vive voix ! Les violons tourneront tourneront tourneront ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Jeu 21 Mai - 17:39

La nouvelle Rose a ses épines







« Magnifique, en effet. » Mes yeux suivirent la progression de l'oiseau dans les nuées. « Je serai aussi libre que cet oiseau … à ma Mort. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. »

Il ne fallut pas longtemps au Dragon Noir pour nous rejoindre. Je connaissais ce visage, cette expression d'une neutralité feinte, mais armée d'aucune patience. Je savais qu'une joute virulente allait se jouer d'ici quelques secondes, je lisais dans le cœur des hommes, celui d'Arbhaal plus qu'aucun autre, ou si, celui de Celsius et d'Astre, que ce prénommé Caeron avait fait renaître dans les mémoires. Combien connaissait cette vérité ? Il était revenu d'entre les Morts en partie pour moi. Ou à cause de moi.

Pour le moment je regardais le Spectre de la Férocité approcher, élégant dans sa chemise sombre rendant sa pupille d'ambre, plus colérique encore. Un orage menaçait, que je contenais, ironiquement, par ma simple présence. Cela amusait Dame Grenat qui s'éventait avec frénésie. Je devinais sa délectation, pour moi le jeu était terminé.

Je m'étais redressée presque au même instant où le Juge avait fait son entrée remarquée, faisant fi de tout ce remue-ménage, ce combat de coqs qui, en plus d'être ridicule, ne tarderait pas à me fatiguer et faire ainsi éclater au grand jour, quelle femme impétueuse j'étais. Je ne cillais pas quand il m'embrassa, pas plus quand la main – imprudente – du Roi des Ronces effleura ma peau pour faire émerger un anneau en or que je cachais contre mon sein. L'intensité de mon aura se modifia, mon regard s'assombrissait, tel un ciel se couvrant d'un manteau de nuages noirs.

« Il est vrai que par deux fois tu t'y es risqué, Celsius à me demander ma main. Là où j'attendais qu'un autre, par le passé, le fasse. T'ai-je donné à ce jour une réponse ? Non. Tu devras t'en contenter. » Autrefois je me serai bien vue enchaînée par l'amour d'Astre, à tout jamais, or le Destin en avait décidé autrement. « Bien maintenant, laissez-moi boire mon thé. »

Je repris ma place aux côtés de l'Oneiroi à qui je jetais un regard contrit, avant de fermer les yeux et siroter tranquillement mon breuvage. Profitant du vent que produisait la Vouivre, l'intervention soudaine de Caeron me fit avaler de travers. Je reposais froidement la tasse devant moi. Mon visage, parfaitement lisse de toutes expressions, je ne pris même pas la peine de me tourner vers lui pour lui répondre, d'un ton égal. Dangereux, un rien sifflant.

« Des royaumes entiers sombrent pour les beaux yeux d'une femme, ne vous en déplaise, Monsieur de Fragrance, mais traitez-moi encore une fois de catin et je vous jure que je vous montrerais pourquoi Poséidon m'a choisi pour élue. D'ailleurs, venant de la part d'un renégat … je trouve cela … risible. »

Je durcissais le ton, mes paroles, usant d'un verbe que je ne me croyais plus capable de tenir. D'ordinaire, que m'importait la convenance ? Peut-être parce que l'alliance entre Spectres et Marinas m'importait, me tenait même à cœur ? J'étais visiblement la seule.

« Ne parlez pas d'Astre comme si vous le connaissiez. Personne ne le connaissait aussi bien que moi, après tout, je devais m'unir à lui, le prendre pour époux, conformément aux Lois des Huit. » Je marquais une courte pause face à ces souvenirs pénibles qui faisaient naître des notes de dépits et de tristesse dans ma bouche. « … jusqu'à ce que l'on me l'arrache, comme les enfants que j'ai eu de lui avant ça. On m'a arraché le fruit de mes entrailles et mon cœur plus que de raison, plus qu'aucun homme, ou femme peut le supporter. Trop de fois pour que je me laisse insulter.Ou lui. Mesurez vos propos, ne me jugez pas trop hâtivement, comme beaucoup s'y sont risqués avant vous. Ceux-là reposent six pieds sous terre. »

Une larme roula sur ma joue galbe que je tentais de dissimuler. De froide, mon humeur se fit glaciale, passer du tutoiement au vouvoiement était un fait rarissime chez moi pour qu'il soit souligné. Que ferait l'intéressé contre mes menaces nullement voilées ? Et les autres ? Je poursuivis.

« Je vous prierai de ne pas parler de lui au passé, il est en vie, cet imbécile. » Me tournant vers Dame Grenat et son suivant. « Je ne m'en formaliserai pas si Monsieur de Fragrance présente ses excuses. J'ai une âme libertine, mais le cœur d'une O'Bannon. »

Je faisais preuve d'un doigté subtil, et d'une froideur sans égale, je me surprenais de plus en plus. Comme si, je n'étais pas dans mon état normal. Je m'apprêtais à revenir dans un discours plus sérieux, quand, surgissant de nul part, une voix familière éclata.

« Tiens Ciaran, je ne t'attendais pas maintenant, t'es en avance. » Je l'observais à la dérobée. « On dirait un clodo ! C'est pas très sérieux. Autant te présenter cul nu. »

Ce général du Kraken était fait du même bois que moi, quoiqu'un peu plus … brut. De décoffrage. Il me faisait bien marrer. Aussi lui lançais-je une petite fiole de mon meilleur rhum. Elle allait plus lui servir à lui qu'à moi.

« Tiens, profites, l'autre casse-couilles est pas là pour te les briser. » Je faisais allusion à Minato, un autre général, moins dégénéré que les autres. Ah nous en tenions une belle couche, nous les Marinas. « Oui revenons-en à la diplomatie avant que cela ne tourne au vinaigre, je ne vais pas supporter longtemps cette effusion de testostérone ! Pas sans que je distribue quelques tartes maisons. »

J'eus tout à coup une illumination. Mü ! Mü de Fragrance ! « Je me souviens maintenant ! » m'exclamais-je avec un sourire amusé. « Je me rappelle de votre fils, c'était une habitude d'abandonner sa progéniture chez les Nobles Atlantes ? Heureusement que je suis la fille de Jack O'Bannon, nous au moins, nous avons du cran et le sens de la famille. On a pas peur de se salir les mains de temps en temps. »

Qu'importe leurs raisons je ne pardonnerais jamais aux pères qui délaissaient leurs enfants. Je ne saurais accepter cette source de souffrance. Ce fut pour cette raison, particulièrement injuste, que j'avais de mes mains brisées les traditions au Sanctuaire Sous Marin. D'un coup je me relevais, me plantant à côté de Ciaran. Il n'avait pas intérêt à faire une boulette celui là …

« Ciaran, on va couper la poire en deux puisque tu es là, tu vas t'occuper du Juge du Griffon et moi, parlementer avec celui qui est « normalement » en charge de la bonne entente entre nos deux factions. Ça te vas ? »

Ainsi, l'un à côté de l'autre, on aurait pu nous prendre pour un frère et une sœur. Ce qui était vrai, mais j'ignorai que j'avais un demi frère...

« Je demande donc une audience privée avec la Wyvern, j'ai fais un long voyage et j'ai besoin de calme avant d'aller plus avant dans les … pourparlers. »

J'offris à l'assemblée mon plus charmant sourire, gratifiant au passage un coup d’œil à l'inconnue cachée dans l'ombre du Spectre aux yeux de feu. Je ne sais pas comment les choses tourneraient, mais j'étais sûre d'une chose : il nous fallait jouer serré. Surtout quand un paramètre imprévu s'était immiscé dans la partie … Celsius put sentir peser sur lui tout le poids de mon regard. Ce n'était pas bon de ranimer mes plus vieilles rancœurs, pourquoi faisait-il cela? Ma situation était-elle amusante pour lui ? J'espérais secrètement qu'il se calmerait à présent. Auquel cas …

=> Île de Circée





© Never-Utopia


Dernière édition par Mary le Dim 31 Mai - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Ven 22 Mai - 0:31

"Bien imprudent le valet qui se permet de rabaisser l'un de ses semblables..."

La tension montait comme le mercure dans un thermomètre, laissant chacun donner son avis sur la situation. Cette simple de rappel, à l'adresse d'Arbhaal, serait sans doute trop mince pour rappeler à celui-ci que si la vie de Celsius était désormais inséparable de celle de Mary, il en allait de même pour chacun des spectres envers Hadès. A la moindre erreur commise envers celui-ci, le sort qui maintenait la Wyvern en vie pouvait s'évanouir et le laisser retourner à la poussière. "Cerbère", lui, pouvait mourir autant de fois que d'enveloppes mortelles, il était libre. Et cette différence fondamentale échappait complètement au "héros" dont le sang semblait bouillir sans même qu'on insistât à le réchauffer.

Les répliques fusèrent comme autant de traits empoisonnés tandis que, toujours installé, le monarque onirique finissait sa tasse, bientôt rejoint par la Sirène. Et c'est alors qu'il ressentit une sensation particulière, comme un frisson le long de son corps impossible à confondre avec autre chose. Cette femme abritait l'esprit d'une déesse, et sa colère commençait à lui faire écho. Si Jack possédait l'Onde et la protection de l'Empereur, il semblait que sa fille s'arrogeait celle de l'Impératrice des océans.


"Que voilà une diplomatie bien agressive. Il est temps que tout le monde se calme, Juge comme simples spectres, marinas comme ancien Saint."

Oneiros coula un regard bienveillant vers Caeron en levant, puis augmenta suffisamment son cosmos pour attirer l'attention de tous et obtenir, autant que possible, le silence. Il se tourna tout d'abord vers la Vouivre et son joyau, la voix posée.

"Madame, sieur Caeron, il me semble que votre présence n'est plus requise. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous retirer. De même que vous, en retrait."

A l'adresse de Charis, toujours dans l'ombre, le monarque onirique espérait ainsi rétablir un peu de clarté dans les parages. Arbhaal et lui-même étaient les plus hautes autorités en présence, et si la Wyvern avait un minimum de cette loyauté envers Hadès qu'il prônait si fort, il ne lui ferait pas l'affront de l'insulter une fois de plus, tandis qu'il tentait de remettre un peu d'ordre dans leurs rangs.

"Envoyée des océans..."

Plantant ses yeux d'encre dans ceux de Mary, le dieu projeta subtilement son cosmos de façon à ce qu'elle comprenne ses mots pour elle-même, mais aussi directement adressés à la déesse des profondeurs, qui semblait-il écoutait tout ce qui se disait.

"J'ose espérer que nous finirons par avoir, vous et moi, au moins une conversation qui ne sera troublée ni par vos amants, ni par aucun mortel. Pour l'heure, si votre souhait est de retrouver la Wyvern "en privée", soit. Je vous le laisse. Veuillez transmettre mes respects à Poséidon si nous ne nous recroisons pas entre-temps."

D'un signe de tête, il indiqua à Celsius qu'il ne s'opposait pas à son ascension. Restait à voir si le paon de service allait encore abuser de ses prérogatives pour satisfaire ses amours.

Restait enfin Ciaran, dont l'arrivée et la requête ajoutaient encore à la lourdeur des environs. Que voulait-il à Minos celui-là ?


"Peut-on savoir pourquoi un autre marina souhaite s'entretenir avec Minos quand l'une des vôtres a déjà été choisie comme ambassadrice sur nos terres ? Peut-être puis-je recueillir votre message pendant que Rhadamanthe se charge de celui de votre sœur d'armes."
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Arbhaal


Juge des Enfers
Juge des Enfers
avatar

Messages : 490
Armure : Sourcil de la Wyvern

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 26 Mai - 17:19

Ma venue n’avait pas vraiment déclenchée la joie chez ma dulcinée. Je m’étonnais de sa froideur à mon égard, mais je présumais que la présence de Celsius, ou de tant de tiers n’y étaient pas pour rien. Soit. Mais lorsque l’ancien poisson affirma que Mary et lui étaient fiancés… Un rire explosif s’échappa de ma gorge. Mon ancien adversaire semblait décider à sombrer dans les affres du pathétique à un tel degré que me mettre en colère contre lui ne me semblait même plus naturel. Pauvre hère… Cette saillie me révéla toute l’étendue de sa détresse, et j’en vins à considérer ce corps brisé comme indépendant de l’image, haï mais teinté d’un respect martial, du chevalier d’or des poissons qui m’avait jadis vaincu. Je l’ignorais donc, sans pour autant ne pas prêter l’oreille à la réponse sanguine de ma douce à l’affirmation de son ancien amant. Toutefois, une autre personne semblait décidée à me faire sortir de mes gonds. Une fois ma crise d’hilarité passée, je tournais un regard meurtrier vers l’impudent qui avait osé me juger, non sans une certaine ironie, tout en insultant Mary.

Vos paroles ne sont rien d’autre que du vent. En vous auréolant de votre soi-disant vertu, et sens moral, pensez-vous faire oublier votre déchéance ? Avant de donner un avis sur le comportement des autres, portez donc un regard sur votre situation actuelle. Méprisez moi tant que vous le souhaiterez, mais gardez en mémoire qu’aujourd’hui la confiance du seigneur Hadès m’est acquise, au contraire de vous.

Maudit soit ces donneurs de leçons venus du fond des âges ! Je n’avais ni le temps, ni la patience d’en écouter davantage venant d’un tel individu. Toujours d’humeur sombre, ce qui ne manqua pas de m’étonner de nouveau, Mary sollicita une entrevue diplomatique avec moi. Soit, mais ses piques m’ébranlèrent plus que je ne voulais l’admettre. Qu’il était à la fois difficile et simple d’aimer une femme si inégale… Une fois qu’Oneiros eut exprimé son avis, ce dont je le remerciais d’un signe de tête, j’enchainais tout en plongeant mon regard dans celui de ma bien-aimée.

En tant que diplomate en charge des relations avec le Sanctuaire sous-marin, je serais ravi de vous concéder un entretien au sein de mon nouveau palais, dame Mary. Veuillez-vous donner la peine de me suivre… Ainsi que votre nouvelle ombre, bien entendu.

Embarquez Celsius dans son ancien temple constituait une vengeance facile, mais je n’avais aucune raison de m’en priver. De toute manière, connaissant le bougre, il serait difficile de l’empêcher de suivre Mary comme un brave chien galeux. Un dernier signe de tête envers le second envoyé du sanctuaire sous-marin, et je repris la direction des longues marches de la route des douze temples. Non sans avoir jeter un coup d’œil envers la Vouivre, libre de m’accompagner ou non.

Arrow Temple du Dragon (ancien des poissons)
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 26 Mai - 19:57

La comédie est terminée o°~

Le soleil est toujours riant,
Depuis qu’il part de l’orient
Pour venir éclairer le monde.
Jusqu’à ce que son char soit descendu dans l’onde..
Racine.

La réponse de Caeron allait partir au quart de tour quand une main se posait sur son bras. Grenat ne voulait pas en rajouter et estimait que tout avait été dit ici bas, elle s'était lassée de tout ce bordel en quelques secondes. Souvent femme varie... D'un geste de la main, elle intimait à son suivant de reculer de quelques pas et elle s'avançait pour observer les personnes présentes. Son regard se porta en premier vers le Dieu Oneiros et d'une révérence, elle prit la parole.

- Seigneur Oneiros, je crois que ma présence et celle de mon suivant ne sont plus souhaités et je me dois de retourner à mes affaires, je vous prie de recevoir toute mon amitié.

Elle se retournait alors vers Mary avec un regard plus sérieux. Cette femme était étonnante, à la fois aussi froide qu'un glaçon mais séduisante comme une rose lointaine. Ce genre de fleur qui poussait sur les pans des montagnes et que personne ne pouvait prendre en son sein. Un sourire énigmatique suivit cette réflexion et, d'un geste de préséance, elle saluait l'assistance avant de partir. Tournant le dos, ses lèvres s'ouvrirent tout de même pour répondre à la belle sur le coup.

- Madame. Je ne pense pas que les excuses de mon suivant vous satisfassent, vous êtes de ces femmes qui aiment dévorer la vie sous toutes ses formes, décidément, la Sirène que vous fussiez vous allait à ravir ! Sachez que Caeron est un homme d'honneur, il a profondément aimé votre Prêtre et ses paroles - toutes aussi passionnées que les vôtres - ne doivent pas être pris comme une offense mais comme une volonté de vous donner une place bien supérieure à celle que vous vous donnez vous même ! Les paroles suivantes semblaient répondre ensuite au Juge après un moment de silence. Seigneur Arbhaal... Vous oubliez quelque chose.... Nous sommes tous des déchus, des étoiles maléfiques qui oeuvront pour les Enfers. Alors en quoi un Déchu aurait une parole moins importante qu'un autre ? Au lieu de prendre cela comme un élément pour s'améliorer, vous faîtes le coq.... Mais tout le monde vous préfère en Dragon ! Donc agissez comme tel ! Puis se tournant un peu vers le Kraken. Vous, si tel est votre plaisir, je vous attends dans mon Temple si vous le désirez !

D'un claquement de doigt, elle fit signe à Caeron de la suivre. Elle ne comptait pas avoir de réponses, elle avait dit ce qu'elle avait à dire ! Elle quittait les lieux sans rien rajouter de plus. Croisant le Béhémoth, ses lippes sourirent d'un air entendu et elle s'en allait en son Temple. Elle laissait un mouchoir tombé sur le sol négligemment à l'attention de l'autre Marina, elle comptait bien en faire un gentilhomme de ce malappris !

Arrow Temple de la Balance


Dernière édition par Grenat le Mar 26 Mai - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 544

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 26 Mai - 20:09

Tout ce qui s’était dit, toutes les actions, cette querelle entre la représentante de Poséidon et le juge sous qui siégeait sous l’égide de la Wyvern, était à me désespérer. Sans parler du comportement de l’ancien serviteur d’Athéna et Chevalier à l’armure d’or. Les seuls ici qui me semblaient avoir conscience de leur position, était le fils d’Hypnos et la Vouivre, même si son serviteur prenait peut être un peu de trop de liberté. Je ne parlerais pas de l’autre émissaire de Poséidon qui me paraissait le moins à sa place. Pourquoi avoir envoyé deux émissaires, chacun désirant se présenter à un Juge différent. Le Kraken, créature pouvant se rapprocher du Béhémoth de par sa taille, avait une manière bien à lui de se présenter. Puis en regardant le nombre d’étranger présent sur nos terres, une question me vint, où étaient les gardes ou pourquoi ne nous avaient-ils pas prévenus. Ce fut l’explosion du cosmos de l’envoyée qui nous avait attiré ici. Même le fils d’Hypnos nous avait libérés de notre présence, moi et dame Grenat, je ne pouvais laisser cette question en suspens. De plus ce dernier semblait lui aussi assez intrigué par la présence de deux émissaires.

A la différence de la Vouivre, je n’étais habituée à prendre la parole, à me mettre en avant. Alors que je m’apprêtais à sortir de l’ombre, la fille de Jack, cet Atlante que j’avais eu le plaisir de rencontrer il y a quelques années, nous témoigna de son caractère, de la force de ce dernier. Maintenant je pouvais comprendre, ce qui lui avait attiré les faveurs de deux guerriers du niveau de la Wyvern et de l’ancien serviteur d’Athéna. Suite à cela, la Wyvern invita son ancienne maitresse à le suivre, permettant à son rival en amour et en l’art de la guerre de les accompagner. Voilà un rendez-vous privé qui le devenait un peu moins. Le fils d’Hypnos proposa au Kraken de le recevoir, le Griffon n’étant pas disponible. Tout cela me prit un peu de cours, mais je devais soulever ce problème que tous semblait ignorer … « Excusez moi, mais avant de me retirer, je voudrais savoir pourquoi la patrouille de garde ne nous a pas prévenu de votre arrivée. Si vous aviez emprunté le chemin menant à cet endroit vous auriez dû les croiser » … La guerre était peut être finie et rien, hormis les intérêts divergents qu’avaient les différents pouvoirs régnant sur le monde des mortels, ne devait me rendre méfiante envers nos visiteurs … « Je ne suis pas une experte en diplomatie, mais tous visiteurs se fait annoncer, ou prévient de sa visite. Du moins c’est ce que j’ai pu constater même entre les personnes les plus simples » … Je ne cachais pas méfiance en la présence des deux émissaires, mais peut être que l’un aurait préféré plus de discrétion pour sa rencontre, privée. Mais tout cela soulevait des questions, qui pouvaient prendre une signification peu plaisante. J’avais bien compris qu’il n’y avait pas une véritable entente entre les différents pouvoirs servant le Seigneur Hadès, ni confiance. Les paroles que la Wyvern avait prononcé dans son temple, étaient récentes et encore présentes dans mon esprit. Mais ce pouvait-il, que lui-même ressente envers le dieu qui était à nos côtés, ce qu’il avait déploré plus tôt. Tout cela était trop confus et je ne me sentais pas à la hauteur, mon rôle était clair, tant qu’il n’était pas définit par les autorités. J’étais là pour écraser les ennemis de mon seigneur et maitre, ceux de l’extérieur, comme ceux de l’intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán


Général
Général
avatar

Messages : 272

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mer 27 Mai - 18:23

Trop de personnes, et tant de paroles. Déjà que d’habitude il avait du mal à suivre les conversations sans laisser son esprit vagabonder, là … Il s’agissait presque d’un défi pour le Général du Kraken. Il se retourna d’abord vers le rouquin qui lui parlait, de manière plutôt sympathique, alors que quelques secondes plus tôt son ton était proche de celui des glaces d’Asgard.

« Moi aussi, chevalier de la Poiscaille. Mais si ça ne te dérange pas, je vais éviter de prendre pour argent comptant l’avis d’un rival, si tu vois c’qu’j’veux dire. »

L’irlandais n’avait pas mis longtemps à être informé des histoires de cœur de son ancienne prêtresse. Dans certains milieux, il y avait même quelques paris qui courraient sur le choix de cette dernière. Un jour il avait interrompu plusieurs soldats qui misaient quelque caillasse sur le sort de ce tragique triangle amoureux. Lui n’en avait pas grand-chose à faire, il fallait avouer. Ceci ne l’avait cependant pas empêché de parier une fiole de rhum sur le Roi des Ronces. Il se demandait s’il avait bien fait et s’il n’allait pas perdre ce doux breuvage. Oh… rien à foutre. Il l’échangerait par de la mauvaise gnole et les tritons n’y verraient que du feu !

A peine avait-il conclu sa petite tirade, tout fier de lui qu’il était, qu’il se voyait relégué au rang d’imposteur – ou presque – par une spectre aux atouts plutôt … volumineux. Légèrement vexé de ne pas avoir été reconnu, il décida rapidement de ne pas lui en tenir rigueur. Après tout, il était dépenaillé, et avait plus du clodo malodorant que du valeureux chevalier en armure. Sa sœur, elle, n’avait que faire de la bienséance, même si elle lui fit une remarque plutôt aiguisée sur sa tenue.

« Cul nu, cul nu. Comment t’y vas hé. » lança-t-il alors qu’il attrapait la fiole au vol, et s’en envoyait une bonne rasade aussi sec. Ah, c’était vrai qu’il était plutôt à jeun, et que quitte à faire n’importe quoi comme il avait prévu, autant le faire avec une excuse. « Ton plan me va, très chère. Qu’on m’amène le Spectre du Poulet ! On a à causer ! »

Le Kraken décida qu’il était temps de faire apparaître son écaille, et par ce fait donner un poil plus de prestance à son aura de clochard tout déglingué. Claquant des doigts, elle se matérialisa, un peu comme sortie de nulle part. Justement, ça tombait plutôt pas mal, étant donné que la seule déité dans la place daignait lui adresser la parole.

« Oh, mais toute ambassadrice soit-elle, elle n’a pas le quart de mon talent de messager, mon bon Oneiros. Je peux vous appeler Roros ? Non ? Bon d’accord. »

Et c’était parti. S’il fallait bien éviter quelque chose, c’était de laisser l’ivrogne se lancer dans un monologue incongru. Et il semblait bien qu’ils n’allaient pas l’éviter.

« Si j’ai fait tout ce chemin, vous vous doutez bien que ce n’est pas pour compter fleurette, encore que cette spectre qui vient de se faire la malle a l’air d’être une fringante petite pouliche. »

Exagérant son récit, il insista sur ce fait en réalisant un clin d’œil des plus grossiers. On ne pouvait pas vivre presque une décennie avec des marins sans en attraper quelque désavantage.

« Bref, j’ai reçu l’ordre de mon chef de passer le message au votre. Bon, comme il n’est pas là, j’suppose que je vais me contenter de vous, parce que bon, quitte à informer un larbin, autant que ce soit le plus gradé. »

Il se racla la gorge, et réfléchit quelques secondes. Il avait prévu un fantastique petit discours, qui n’allait pas les laisser de marbre, ça c’était sur. Après tout, il avait travaillé son approche et il était clair que, pour un fois qu’il se donnait un peu de mal, il n’avait pas le droit de se planter.

« Par la présente, je vous informe que notre Dieu Poséidon, loué soit son nom, ne voit pas avec un bon œil votre présence au Sanctuaire. Et c’est un euphémisme, pour être honnête. On vous donne jusqu’à fin Septembre pour bouger vos culs de ce domaine. »

Raté. La fin était un peu partie à vau l’eau, il fallait l’avouer, mais au moins le message était passé. S’ils ne se barraient pas du sanctuaire d’ici un mois, ça serait la grosse marrade. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Celsius


Indépendant
avatar

Messages : 653

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 2 Juin - 15:20

Les mots tournaient, tourbillonnaient, emplissaient l'air - de leurs promesses, de leurs poisons. Et tout expert qu'il soit à ce sujet, Celsius en fut le premier touché. Mary paraissait soudain avoir tout oublié de ces six mois passés ensemble. Ne plus désirer que faire bonne figure face à celui qu'elle était venu voir, qu'importe ce qu'elle avait pu prétendre. Et, à mesure que ce venin nouveau se distillait en lui, le Roi des Ronces devint sourd à tout ce qui se passait autour de lui. Le monde se résumait à elle et lui - et à la douleur qui allait de pair. Une douleur qui ne devait faire que commencer. S'il n'en montra rien, les mots de la Sirène ne firent qu'enfoncer coup après coup le clou qu'elle lui avait planté en plein coeur - en tout point semblable à ces roses blanches qu'il semait lui-même dans la noirceur des rangs ennemis.

Non contente de le rejeter, de faire comme si de rien n'était là où il n'avait souhaité que la défendre, voilà que de sa bouche pleuvaient les révélations. Astre. Un nom surgi tout droit du passé, mais pourtant bien ancré dans le présent - beaucoup trop. Et ce n'était pas qu'une façon de parler, ainsi qu'il eut le déplaisir d'avoir à l'apprendre en même temps que tout un chacun. Ça, et quoi d'autres encore ? Six mois de vie commune, et des secrets, encore. Ne s'étaient-ils pas promis de ne plus en avoir ? Ne l'avait-elle juré que pour mieux manquer à sa parole ? Au fond, peut-être n'avait-elle pas tort. Peut-être que venir ici était une erreur. Non, l'erreur avait commencé bien avant cela. Quant à savoir où exactement, il n'avait pas encore la réponse à cette question... Mais les pistes ne manquaient pas.

C'était la fin de cette mascarade, les acteurs commençaient à quitter la scène. Il était temps pour lui d'en faire de même, avant qu'elle ne lui monte à la tête. Ce n'était plus sa demeure ; il n'y reviendrait plus. Ce qu'Arbhaal avait fait de ses appartements ne lui importait que trop peu. Calmement, il se leva, quittant le siège qu'on lui avait offert. Pas une seule fois il ne prêta attention à Mary tandis qu'elle s'éloignait - elle était déjà en assez bonne compagnie, ne le lui avait-elle pas fait savoir ? -, préférant à la place saluer leur divin hôte d'un signe de tête.

Merci pour l'invitation.

Oui, contrairement à ses pairs, Oneiros semblait faire preuve d'une réelle courtoisie. La moindre des choses était de la lui rendre, même s'il avait choisi le mauvais camp auquel s'allier. Celsius s'était d'ailleurs toujours demandé ce qui avait poussé les dieux de la Mort et du Sommeil à servir Hadès... Trouverait-il ses réponses dans la mythologie ? Peut-être y penserait-il une fois qu'il y verrait un peu plus clair. Pour l'heure, il lui fallait partir, sans quoi tout cela pourrait bien mal finir. Qu'elle fasse donc bien ce qu'elle voulait, il n'avait de toute façon pas son mot à dire... Mais pourvu qu'elle soit prête à assumer la portée de ses actes. Avant de se retirer, il adressa une ultime parole à celle qui suivait Arbhaal. Même le noir avait une ombre...

On voit que vous ne la connaissez pas.

Et il disparut dans un éclat de lumière.

Une lumière écarlate.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t5314-celsius-chevalier-d-or-de
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Mar 2 Juin - 21:51

Avec les derniers mots du Kraken, un silence pesant tomba soudain sur l'entrée du Sanctuaire, suivi par le départ sans plus de cérémonies de Celsius. La messe venait d'être dite et Oneiros se trouva fort aise d'avoir invité Ciaran à lui délivrer son message à l'entrée du Sanctuaire plutôt qu'en son cœur.

Avec une certaine lenteur, la divinité se releva de son siège et laissa tout retomber en poussière : chaises, table, les mets qui la garnissaient, l'auvent. Le ton changeait et il se devait d'assumer la réponse qu'il allait donner au nom du Sombre Monarque dans les meilleures conditions.


"Il ne voit pas d'un œil notre présence au Sanctuaire... Vous m'en voyez fort peiné."

Il pivota d'un quart de tour vers Charis, s'assurant d'avoir son attention.

"Notez bien ce que je vais dire, vous le transmettrez aux Juges, qui sans aucun doute comprendront ma décision."

Le dieu reposa son regard noir d'encre sur Ciaran, continuant d'un ton aimable :

"Ce brave Poséidon a toujours jalousé, attaqué et échoué à conquérir les possessions de sa nièce Athéna. Aujourd'hui, cette dernière a perdu son principal bastion par la force des armées d'Hadès, et il souhaiterait, non il menacerait son aîné de le déposséder de ses nouvelles propriétés ? Alors même que son ambassadrice s'entretient avec notre représentant, et qu'ils viennent de mettre les voiles hors de notre territoire."

Le premier des Oneiroi se racla doucement la gorge, composant sur son visage un masque de jovialité. Il tendit les bras en un grand geste vers le Kraken :

"Entendu ! D'ici la fin du mois nous serons partis ! Dans vos rêves les plus fous cela va de soi. Je peux même venir m'assurer que vos nuits seront bercées de ces douces illusions."

Son expression vola en éclats pour retrouver sa neutralité naturelle. Le dieu n'avait pas élevé la voix, ni le cosmos, et poursuivait sur sa lancée sans se départir d'un ton calme et détaché. Il n'était peut-être pas la Voix choisie par Hadès, mais il en savait assez sur son seigneur pour savoir que celui-ci défendrait sa conquête bec et ongles, après tout ce temps passé à essayer de détrôner Athéna.

"Transmettez mes amitiés au fougueux Poséidon et à Dame Amphitrite. Une nouvelle guerre se profile."
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 544

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Ven 5 Juin - 22:01

Mon intervention, ne fut pas prise en compte, mais les mots qui furent prononcés par l’envoyé du Seigneur des Océans, me donna une réponse. Si l’un était venu nous porter la demande, la mise en garde de son seigneur, l’autre était-elle venue pour piéger l’un de nos plus puissants guerriers. Devant ce changement de comportement de la part du nouveau venu et des menaces prononcées, il devint clair qu’il n’était plus temps pour le thé. D’ailleurs, les créations oniriques d’Oneiros disparurent. Le possible piège tendu, à l’intention du bouillonnant Juge, m’inquiétait bien plus que la menace d’une guerre. Ce fut le regard et les paroles du fils d’Hypnos qui mirent cette inquiétude en retrait. Je ne prononçai aucun mot, juste un léger acquiescement de la tête, puis mon regard et toute mon attention se porta sur les deux hommes qui se faisaient face. Les mots d’Oneiros trouvèrent échos, aux histoires que me racontaient Méthéa durant mon enfance. Plus d’une fois la Déesse Athéna et le Seigneur Poséidon s’affrontèrent, la ville d’Athènes et l’Attique furent la cause de ses affrontements. Voulait-il, comme le signifiait le Dieux qui se trouvait non loin de moi, profiter de la défaite de son ennemi pour conquérir cette terre tant désirée. D’autres mots furent prononcés, des mots qui me firent craindre le pire. Ainsi l’un des juges, venait de nous trahir, de quitter sa demeure pour suivre celle qu’il aimait et qui prétendait ressentir la même chose. Je devais reconnaitre que le départ du Dragon, ne me rassurait pas. Se pouvait-il que celui qui avait parlé de respect, qui semblait être l’incarnation de la puissance, fasse preuve de si peu de force de volonté. Mais la présence d’Oneiros, son statut divin, pouvait compenser cette absence. Malgré le départ du Juge, je ne pus m’empêcher de sourire devant le trait d’humour de l’autorité présente. Une fois la réponse donnée, on aurait pu croire que je disparaitrais dans les ombres, mais je ne fis rien. Même si le fils d’Hypnos avait la puissance pour faire face à l’envoyer du Royaume Sous-Marin, je n’allais pas le laisser seul. Je ne faisais pas cela seulement pour la représentation, jouer le rôle d’un garde … « Excusez-moi, je ne sais si vous connaissez un dénommé Jack, un Atlante d’un certain âge. Si tel est le cas, passez-lui les salutations de la jeune fille qu’il a rencontré dans les ruines de la bibliothèque d’Alexandrie » … Même si je montrais du respect, mon regard et mon attitude était à la limite du défi. J’étais jeune, mortelle, mais la peur d’une possible guerre, celle de devoir affronter les soldats d’une armée préparée, n’existait pas en moi, au contraire. J’étais prête à écraser tous les ennemis de mon Seigneur, tout cela était visible dans mon regard. Malgré tout, je baissai légèrement la tête, en signe d’excuse pour mon intervention dans l’échange entre Oneiros et celui qui annonçait un futur violent et destructeur, brutal et sanglant.
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán


Général
Général
avatar

Messages : 272

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   Jeu 11 Juin - 10:20

Oneiros s’était lancé dans une petite scène, et son talent d’acteur n’était apparemment pas à remettre en question. Dans un premier temps, il avait feinté l’accord, pour se retourner aussi vite que possible vers la solution la moins pacifique. Et bien, et bien. A aucun moment il n’avait douté de la réponse, il fallait l’avouer. Mais il était bon joueur, il avait eu presque une demi-seconde d’hésitation. Son ton jovial l’avait trahi. Depuis quand les dieux se permettaient d’être agréables ?

Ciarán, applaudit vigoureusement des deux mains sa tirade, en faisant une moue impressionnée. Puis il fouilla ses poches pour en sortir une poignée de sous, peut-être même un bouton, qu’il jeta au sol d’un air négligeant. Du royaume des cons il était le Prince. Accompagnant ce geste, il lui lança une narquoise remarque.

« Bravo. Quelques piécettes pour l’artiste ! »

Puis sans attendre il fit volte-face. Comme il s’y était attendu, la réponse n’avait pas été positive. Ce territoire qu’ils avaient eu tant de difficultés à conquérir, ils le défendraient jusqu’à ce qu’ils tombent tous au champ d’honneur. Et ils allaient choir. Un par un. Poséidon lui-même en ferait une affaire personnelle. Le Dieu des flots n’était pas vraiment un joyeux luron quand il s’agissait de guerre.

Après quelques pas en direction de la sortie, il tourna la tête vers celle qui, jusqu’alors, avait été ignorée par le Marina. Des salutations à adresser à Jack ?

« Tu le salueras toi-même, ma grande. Il ne tardera pas à se présenter ici-même pour t’botter le cul, ou celui de l’autre empaffé de Dieu qui te sert de chef. »

Disparaissant dans la brume en direction du port, il esquissait un grand sourire. Celui du carnassier qui savait que le repas était proche. La dernière fois qu'il avait posé le pied sur ces terres, il avait pris une rouste considérable. Il était temps de remédier à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Septembre 1755] En mission solo pour le Sanctuaire Sous Marin [Libre à tous les Spectres]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-