RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: [Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir   Jeu 14 Mai - 19:28



Juillet 1755, base secrète de Lothar

Depuis plusieurs jours déjà, Jason était plongé dans la multitude de livres que contenait l’immense bibliothèque de Lothar. Il avait d’abord été dubitatif en jaugeant l’homme quand Kyro lui avait présenté, mais son avis avait clairement évolué : Lothar n’était peut être pas un combattant hors pair, mais c’était un homme d’une intelligence rare. Il avait bâti une organisation à partir de rien et réuni tous ces précieux ouvrages, uniques pour la grande majorité, et visiblement très anciens. Tous avaient un point en commun : ils traitaient d’un sujet en particulier, à savoir certaines armures connues pour n’être apparentées à aucun dieu. Toute sa vie, le jeune Arkaios avait cru que c’était chose impossible, compte tenu du fait que les armures étaient supposément créees par les dieux. C’est pourquoi, aussitôt que Lothar lui avait exposé sa théorie, des étoiles s’étaient mises à briller dans les yeux de jais du jeune nippon et il s’était instantanément intéressé à cette histoire. Sa soif de liberté et d’émancipation avait fait le reste. L’assassin de Londres n’était pas bête : il savait que c’était précisément pour cette raison que Kyro l’avait amené ici. Il n’avait fait que lui donner ce que Jason recherchait depuis si longtemps. Mais loin de se méfier, ce dernier avait saisi la perche tendue et s’affairait à aider intensément son hôte dans ses recherches.

En quelques jours, les deux hommes avaient appris à travailler ensemble et à se connaître, et un respect mutuel était très vite apparu entre eux. Tous deux étaient très intelligents, et ils progressaient rapidement en s’appuyant chacun sur les théories de l’autre. Depuis environ deux jours, Jason s’intéressait tout particulièrement au peuple qui selon la légende aurait forgé ces armures. Leur histoire était fascinante ! D’après ce qu’il avait pu lire, cette peuplade se nommait Arserkers. Des hommes et des femmes possédant un don inné pour le combat. Ils devenaient une fois adultes des guerriers d’une efficacité redoutable, capables de remporter des batailles supposées perdues d’avance. Ils avaient également un talent inouï pour la métallurgie, et les objets qu’ils forgeaient disposaient d’une renommée immense. On traversait les continents pour venir admirer et acheter armes et armures chez eux. Profondément imprégnée par ces choses, la culture des arserkers et leur éducation était tournée vers les arts martiaux et le maniement de la lame et du marteau frappant l’enclume.

Ils formaient un puissant royaume, bien que leur population soit peu nombreuse : en effet, la plupart des adultes gagnant leur vie en tant que mercenaires, leur espérance de vie était souvent courte, et leur population s’en voyait automatiquement régulée. Mais cela ne les dérangeait pas, bien au contraire : mourir au combat était pour eux la seule véritable mort honorable possible. Tous poursuivaient la faucheuse tout au long de leur vie, en espérant que leur nom serait chanté et loué bien après que sa faux ne se soit lassée d’être ainsi pourchassée. Leur armée proposait ses services aux royaumes les plus offrants, et ils étaient engagés pour une fortune afin de renverser le cours d’une guerre par les rois et reines des autres royaumes.

Certains parmi les Arserkers possédaient des talents qui dépassaient les capacités humaines ordinaires. Et à la façon dont c’était décrit dans les livres, Jason pouvait sans mal conclure qu’ils possédaient un potentiel cosmique caché. Malheureusement, ce peuple n’avait que peu d’intéractions avec le cosmos, ils n’en avaient pas la connaissance. En effet, si les Arserkers étaient des légendes vivantes dans l’art de la guerre, de l’architecture et de la forge, leur culture restait relativement primitive dans la majorité des autres domaines. Ils ignoraient tout simplement l’existence du cosmos et concluaient que les Arserkers démontrant des compétences impressionnantes au combat étaient simplement meilleurs que les autres. Les choses furent ainsi des siècles durant, jusqu’à une époque que la civilisation surnomma l’ère de l’Eveil. Ils apprirent les rudiments du cosmos, et leurs guerriers devinrent encore plus puissants. Bientôt, ce ne furent plus seulement les pays voisins qui s’inquiétèrent des capacités martiales des Arserkers. La peur remplaça l’admiration, la terreur tira un trait sur le sentiment d’utilité d’avoir à portée de main de tels alliés.

Et la guerre éclata : plusieurs royaumes s’allièrent et tentèrent une percée dans les rangs de l’armée Arserker. Durant plusieurs années, cette dernière repoussa avec une efficacité terrifiante ses ennemis. Mais bientôt, la faible population des Arserkers se fit ressentir parmi leurs rangs, et il leur apparut rapidement qu’ils étaient en danger. A moins de trouver une solution sous peu, ils seraient bien vite exterminés, croulant sous le nombre de leurs ennemis...


Dernière édition par Jason le Jeu 14 Mai - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir   Jeu 14 Mai - 19:28



Mais le peuple séculaire ne se découragea pas pour autant, bien au contraire ! La fièvre des combats s’empara d’eux, et leurs guerriers cosmiques se surpassèrent comme jamais, balayant les rangs ennemis les uns après les autres. Dans le même temps, leurs forgerons étudièrent une nouvelle manière de forger les armes et armures. Leur théorie : un guerrier cosmique pouvait voir son potentiel se décupler si son armure était suffisamment puissante pour supporter le pouvoir de son porteur. A cette époque, une vingtaine d’hommes et de femmes étaient éveilés aux pouvoirs du cosmos. Ils formaient leur panthéon des héros, des généraux redoutables menant leurs guerriers au combat, toujours en première ligne, abattant l’ennemi sans la moindre pitié. Chacun d’entre eux possédait une façon toute particulière de combattre, et possédait un surnom en fonction de cela.

Leur généralissime était ainsi nommé Viveflamme, un homme combattant avec une épée si rapide qu’elle fendait l’air et tranchait l’ennemi en morceaux sans même qu’on la voie. Et lorsqu’il combattait, son épée semblait prendre vie, la lame s’enflammant littéralement et brûlait les ennemis qu’elle touchait.

Malheureusement, les métaux utilisés par les forgerons ne résistaient pas à son pouvoir, et à chaque bataille, l’épée qu’il portait était brisée par les flammes. La plupart des héros du panthéon connaissaient ce genre de problème, si bien que leur efficacité sur le champ de bataille était bridée, et il devint rapidement évident que sans ce problème, ils seraient inarrêtables, et pourraient mettre fin à cette guerre et du même coup sauver leur civilisation. Les meilleurs forgerons travaillèrent alors de concert pour trouver une solution et certains généraux Arserkers maniant également le marteau de forgeron tentèrent de forger un prototype : un ensemble d’armure composé d’Obsidienne, un minerai très rare d’une solidité mythique, capable de résister aux pouvoirs de feu de Viveflamme. Ce dernier y insuffla son pouvoir cosmique et l’armure prit vie sous les yeux ébahis de tout le peuple Arserker. Revêti de sa nouvelle armure, le généralissime mena ses hommes au combat et enleva une victoire d’une rare violence sur les royaumes ennemis qui battirent en retraite, incapables de contenir une telle puissance.

Forts de leur succès dans cette expérience, les Arserkers forgèrent une armure pour chacun de leurs généraux, chacune forgée à partir de matériaux permettant de tirer profit des pouvoirs de son futur porteur. Menés ainsi au combat par des généraux intouchables, les Arserkers assoiffés de vengeance repoussèrent tous leurs ennemis jusque dans leurs pays. Mais lorsque ceux ci sentirent le vent tourner, ils tentèrent de signer une trêve avec le royaume des guerriers légendaires. Malheureusement pour eux, Viveflamme et son peuple étaient en colère contre leurs ennemis : ils les avaient toujours servi loyalement lorsqu’on avait fait appel à eux, et ils avaient tenté de les exterminer après les avoir trahis. Ils n’avaient pas l’intention de les laisser s’en tirer aussi facilement. Confortées par une série de victoires toutes plus éclatantes les unes que les autres, les forces Arserkers assiégèrent et détruisirent la capitale du royaume ennemi le plus proche. De plus en plus ivres de victoire et de puissance, ils continuèrent leur invasion et marchèrent sur un second ennemi qui tomba lui aussi rapidement sous les coups du peuple de fiers guerriers. Paniqués, terrifiés, les autres royaumes implorèrent les dieux de leur venir en aide et réunirent tout ce qu’ils pouvaient offrir aux Arserkers pour tenter de conclure une trêve. Ils ne l’obtinrent pas...

Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir   Jeu 14 Mai - 19:28



Leurs victoires éclatantes poussèrent les Arserkers à se moquer des ennemis qu’ils avaient abattu avec une telle facilité malgré leur infériorité numérique écrasante, hurlant au ciel qu’aucun de leurs dieux n’avait pu les sauver. « Priez tant que vous le voudrez, aucun dieu ne viendra vous sauver ! » avait un jour lancé Viveflamme à un roi ennemi.
Ces fiers guerriers n’avaient jamais cru en aucune divinité. Seuls, le courage et la force les menait vers la victoire. Ils ne croyaient pas en une puissance supérieure veillant sur eux depuis les cieux. Encore moins qu’ils devaient vouer leurs vie à servir un quelconque dieu qu’ils n’avaient même jamais rencontré. C’était un peuple fier, et émancipé, incompris par ses voisins. Les autres civilisations les appelaient sauvages, ou barbares. Hérétiques, évidemment. Mais quand sonnait le cor de la guerre, c’était vers eux qu’on se tournait sans hésiter pour rechercher des alliés de poids. « Peu importe le prix, pourvu que leurs lames soient tournées vers nos ennemis, et non vers nous », pensaient ils tous.

Cette manière de vivre était tolérée jusque là par les dieux, bien qu’un bon nombre d’entre eux n’apprécie pas que ces populations refusent de se soumettre à l’un d’entre eux. Mais quand l’orgueuil des Arserkers les poussa à crier haut et fort leur mépris pour les divinités quelles qu’elles soient, ceux ci ne laissèrent pas un tel acte impuni. Alliant leurs forces, plusieurs dieux lâchèrent leurs armées cosmiques sur le royaume Arserker. Dès la première bataille, ces derniers virent avec stupeur plusieurs de leurs guerriers tomber sous les coups de chevaliers d’une puissance inouïe. Ils ne connaissaient pas leurs origines, mais la façon dont leurs armures étaient décrites dans les livres suffit à Jason pour conclure qu’il s’agissait d’une triple alliance Asgard/Sanctuaire/Sanctuaire sous marin. Lors de cette cuisante défaite, l’un des plus puissants lieutenants de Viveflamme, nommé Eclair Noir, fut terrassé par trois chevaliers d’Or. Il emporta néanmoins l’un d’entre eux dans la tombe, mais Viveflamme ordonna une retraite rapide. Plus de la moitié des troupes Arserkers et deux tiers des héros du panthéon périrent ce jour là.

Un chevalier ennemi se présenta aux portes du camp endeuillé avec un message destiné à tous les Arserkers : « Conformément aux plus anciennes traditions, nous vous offrons douze jours pour enterrer vos morts. Passé ce délai nous exigeons une reddition et une soumission aux dieux comme il se doit. Priez, ou mourrez ! »
Profitant de cette trêve providentielle, les Arserkers enterrèrent les généraux tombés au combat dans des lieux secrets et signifiant beaucoup pour eux. Ils furent tous inhumés avec leurs armures respectives. Et lorsque les douze jours furent passés, et que le messager revint en quête d’une réponse positive, Viveflamme lui répondit : « Nous mourrons... »
Une terrible bataille s’ensuivit et le peuple Arserker fut anéanti. Le royaume fut rasé, les dieux eux mêmes s’assurant que ce peuple tomberait dans l’oubli pour avoir osé les défier. Ce fut la fin de ce peuple de fiers guerriers...

Depuis qu’il avait découvert cette histoire, Lothar avait voué sa vie a retrouver les différents tombeaux du panthéon des héros. Il voulait retrouver les armures, et cherchait à prouver que ce peuple avait bel et bien réussi à créer des armures sans l’aide des dieux. Il lui révéla ainsi que l’armure que possédait Kyro était l’une de ces armures qui auraient été forgées par les Arserkers. Le jeune Arkaios fut fasciné, et offrit aussitôt son aide pour faire avancer les travaux de Lothar. A présent que Phoebus était mort et que le Sanctuaire était anéanti, il était libre, après tout. Tous deux étudièrent donc plusieurs pistes rassemblées par Lothar, dont une qui attisa immédiatement la curiosité de Jason : la localisation du tombeau d’Eclair Noir, le bras droit du légendaire Viveflamme !

Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir   Jeu 14 Mai - 19:28



Jason se plongea dans un livre traitant tout particulièrent d’Eclair Noir dans les jours qui suivirent. Et plus il apprenait à le connaître, plus il éveillait sa curiosité. Il avait l’impression de lire un livre sur lui même ! La ressemblance entre les deux hommes était frappante ! Le guerrier Arserker maniait les dagues, et était reconnu pour sa célérité inégalée. Mais ce n’était pas tout ! Il se servait de la foudre pour se déplacer et attaquer ! Solitaire, secret et mystérieux, c’était un homme discret malgré son poste haut placé. Second de Viveflamme, il exécutait des missions secrètes dont personne ne connaissait la nature exacte, hormis les deux hommes, et disparaissait parfois des semaines entières avant de reparaître parmi les siens. En lisant cela, Jason fut persuadé que le généralissime Arserker utilisait les talents d’Eclair Noir pour résoudre les problèmes délicats. En d’autres termes, ce dernier était un assassin.

Les pistes rassemblées menaient vers plusieurs lieux, mais, suivant son instinct, Jason insista pour tenter un lieu en particulier : un mausolée creusé sur les flancs du mont Olympe. Il ne comprenait pas pourquoi les Arserkers auraient voulu enterrer l’un des leurs ici sachant qu’ils rejetaient les dieux, mais un lien mystérieux semblait exister entre cet endroit et Eclair Noir. Pensant tenir une piste solide, le jeune Arkaios creusa alors la piste du mont Olympe. Il avait remarqué dans les différents livres que les Arserkers attachaient une certaine importance aux gravures, et sur celles qui représentaient la dernière demeure du guerrier mythique, se trouvait en arrière plan une grande montagne s’élevant vers les cieux, au creux duquel était dissimulé une porte creusée à même la roche. Jason était convaincu que cela représentait l’entrée du mausolée secret. Mais même avec cette certitude, il ne parvenait pas à repérer avec plus de précision l’endroit sur une carte. Jusqu’à ce qu’un soir, son regard s’arrête sur un détail d’une autre illustration qu’il observait depuis plusieurs minutes : la lune ! Son orientation, sa position !

Excité, Jason attrapa un autre livre pour retrouver une des multiples images qu’il avait observées avec soin, et constata avec satisfaction que le soleil et la lune étaient présents sur plusieurs gravures, lui permettant de repérer avec plus ou moins de précision sur quel versant du mont devait se situer le tombeau. Une fois sûr qu’il devait se trouver sur le flanc ouest, Jason se précipita sur une grande carte de la grèce, et son doigt caressa le papier à la recherche d’un lieu intéressant. Et soudain, son doigt s’arrêta sur un lieu dit, et tout prit un sens : « la plaine foudroyée ». Un sourire triomphant se dessina sur ses lèvres. Rapidement, il exposa ses découvertes a Lothar qui sembla très vite écouter avec attention. Et quand le nippon posa le doigt sur la plaine foudroyée, une lueur d’espoir brilla dans ses yeux : il était convaincu ! Toutefois, Jason préférait partir seul en éclaireur, au cas où il se trompe. Il savait qu’il pouvait être sur place en quelques heures, là où une expédition avec Lothar prendrait des jours. Il prépara donc un sac avec de quoi manger et boire, et le lendemain, il se mit en route pour la grèce.

Le jeune Arkaios arriva en vue de la plaine foudroyée en début d’après midi. C’était une terre étrange et hostile, ainsi nommée car le ciel ne brillait jamais ici, et qu’un orage constant torturait la terre. Elle s’étendait juste sous le flanc ouest du mont Olympe, et jamais personne ne venait par ici. Une légende racontait que Zeus passait ses humeurs sur ces lieux désolés chaque fois qu’il s’accrochait avec Héra, c’est à dire presque tout le temps.
Prudent, Jason longea la plaine foudroyée le plus longtemps possible sans y pénétrer et arriva au pied du mont olympe. Mais très vite, il comprit que le mausolée devait se trouver au centre de la tempête d’éclairs s’il se trouvait bien ici. Tôt ou tard, il lui faudrait donc prendre le risque d’être foudroyé pour trouver ce qu’il cherchait. Calmement, il s’agenouilla, et observa la voie hostile et dangereuse qui s’ouvrait devant lui : la foudre tombait souvent, mais jamais deux fois au même endroit. Oui, enfin en théorie...

Revenir en haut Aller en bas
Eclair Noir


Ombre de la Foudre
avatar

Messages : 508
Armure : Ombre de la Foudre

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir   Jeu 14 Mai - 19:29



C’était un test, une épreuve : si tu possèdes la vitesse de l’éclair, tu seras digne d’atteindre la porte du mausolée. C’est ainsi que l’interpréta le jeune tueur. Sa vitesse avait toujours été son point fort, plus encore depuis qu’il s’était éveillé au cosmos. Mais rivaliser avec la foudre était une toute autre chose.

Il attendit un moment, immobile, observant la tempête, trempé par la pluie tombant sans discontinuer. Une lueur passa dans ses yeux, et il se redressa, inspirant profondément. Son cosmos explosa subitement, et il fonça à pleine vitesse à travers la plaine, longeant de loin le pied de la montagne. Il lui sembla courir à perdre haleine durant une éternité, et il commençait à penser qu’il s’était trompé d’endroit lorsque soudain, son coeur manqua un battement : fiché au creux de la montagne, une porte gravée dans la roche en forme d’arche apparut à quelques dizaines de mètres. Bifurquant rapidement dans cette direction, il aperçut soudain un éclat de lumière sur son chemin et n’eut que le temps de faire un rouler bouler pour éviter de justesse un éclair qui brûla la terre lâ où il se trouvait un instant plus tôt. Jason ne prit toutefois pas le temps d’observer le phénomène et poursuivit jusqu’au pied des quelques escaliers creusés à même la roche qui menaient à l’arche. Il monta la première marche, et brusquement, il ne sentit plus la moindre pluie.

Regardant autour de lui, il constata que l’escalier et l’arche étaient secs. Comme l’oeil du cyclone, la zone était totalement épargnée par les éclairs. Souriant devant cette absurdité surnaturelle, Jason s’avança devant la porte et la détailla : une splendide gravure était taillée dans le roc. Celle ci représentait Viveflamme, l’épée à la main, et derrière lui ce qui à première vue paraissait être son ombre. Mais en réalité, c’était un homme encapuchonné caché, dont les deux yeux brillaient. On devinait dans la pénombre de son capuchon se dessiner un sourire mauvais. L’homme avait les bras croisés devant son torse, et chacune de ses mains tenait une dague. Jason ne douta pas un instant : c’était Eclair Noir ! Le tailleur qui avait gravé la pierre avait dû être un artiste reconnu, car on ne pouvait que s’émerveiller devant ce travail d’orfèvre.

Au dessus de la porte, le long de l’arche en demi cerche, on pouvait lire les mots « Ni Dieu ni Maître » toujours gravés dans la roche, et juste en dessous « Ci-git Eclair Noir, fidèle second de ViveFlamme et incarnation de la Foudre ». Le jeune assassin sourit : lui même serait heureux si un jour, il disposait d’une dernière demeure d’un tel calibre. Mais à présent qu’il avait trouvé le tombeau, une nouvelle épreuve attendait Jason : il fallait ouvrir le mausolée !
Avec attention et délicatesse, il toucha certains endroits de la gravure à la recherche d’un déclencheur secret, mais ne trouva rien. Il se recula de quelques pas pour admirer l’oeuvre dans son ensemble : elle était vraiment splendide. C’est alors qu’en levant les yeux vers l’arche, ses yeux s’arrêtèrent sur un détail qu’il n’avait pas vu : au dessus des deux hommes illustrés, un nuage se formait, et un superbe éclair tombait droit sur l’ombre de Viveflamme.

Guidé par les indices, Jason s’avança à nouveau, et tâta l’éclair. Il appuya, et l’éclair s’enfonça dans la roche. Il entendit un cliquetis, et se recula. Doucement, un lourd mécanisme s’activa, et les deux pans de la porte s’écartèrent. Une puissante odeur de renfermé envahit le nez de l’assassin, mais loin de se laisser décourager, il ouvrit son sac, en sortit une torche qu’il alluma et entra dans le mausolée. Il fit quelques pas dans la pénombre, mais sa flamme ne lui fut pas utile bien longtemps : en marchant sur une dalle au sol, un mécanisme se déclencha, et devant lui, une série de torches s'allumèrent le long des murs. L’héritier de la famille Arkaios sourit à nouveau, et reprit sa progression, prudemment cette fois. Le couloir s’étendait sur une vingtaine de mètres et se terminait par une pièce circulaire au centre duquel se tenait un tombeau. Tout était creusé dans la roche. Partagé entre profond respect et excitation, Jason resta planté à observer le tombeau qui représentait la même silhouette que sur la gravure, bras croisés, lames exposées. Il avait enfin atteint son but, mais l’armure serait elle bien là ?

Il se décida finalement à approcher et jeta son flambeau au sol. Doucement, pour ne pas endommager le chef d’oeuvre, il poussa le haut du cercueil qui bascula lourdement avant de tomber sur le sol, et révéla un squelette placé dans l’exacte même position que sur la gravure. Le corps était protégé par une armure superbe dont il ne parvint pas à deviner la matière : sa couleur oscillait, noire avec de faibles reflets émeraudes. Elle était taillée de façon sèche, et Jason sut immédiatement pourquoi : par de nombreux aspects, elle était forgée sous la même forme que celle du Démon. Le mot d’ordre était simple : optimiser la vitesse ! Il voulut la toucher mais une légère décharge électrique lui fit reculer les doigts. Il avança à nouveau sa main, mais l’armure recommença, comme pour le dissuader. Jason eut alors une idée : Il déploya doucement son cosmos, et son aura embrumée habituelle apparut autour de son corps.

La réaction de l’armure de ne tarda pas : une aura électrique l’enveloppa, et dans un éclair aveuglant, elle se volatilisa, quittant son porteur mort depuis longtemps. Jason balaya la pièce circulaire autour de lui, mais il ne vit pas l’objet tant convoité. Elle avait disparu...
Un puissant sentiment de déception envahit Jason : il avait trouvé l’armure, mais elle ne l’avait pas jugé digne d’être son nouveau porteur. Déçu, l’assassin décida tout de même de refermer le cercueil profané.
- Pardonnes moi, Eclair Noir. Je ne pensais pas à mal, souffla t’il avant de refermer le cercueil de pierre.
Là dessus, il ramassa sa torche, et se tourna vers la sortie. Et puis soudain, un nouvel éclair aveuglant força Jason à fermer les yeux. Et quand il les rouvrit, l’armure était venue se poser sur son corps. S’harmonisant avec son cosmos, l’aura électrique se mêla à la brume de jais, et sa puissance envahit le corps de Jason. Il lâcha la torche et déploya les bras devant lui : au dessus de chacun de ses avant bras, rangés au sein même de l’armure, deux superbes poignards luisaient à la lueur de l’aura électrique. C’était un instant magique. Il ne pouvait pas décrire ce qu’il ressentit en cet instant. Comme si elle l’avait toujours attendu, comme si elle avait voulu le mettre à l’épreuve et qu’il avait passé le test.

Heureux, il traversa le couloir dans le sens inverse, et une fois à l’air libre, la porte du tombeau se referma derrière lui. Il descendit l’escalier, d’une démarche lente et calculée, comme un roi se faisant reconnaître par son peuple. Et il entra à nouveau dans la tempête d’éclairs. Mais il n’accéléra pas. Il ne craignait plus rien, il le savait. L’armure le lui murmurait. La foudre tomba droit sur lui mais au dernier moment, au lieu de frapper le jeune homme, elle se dispersa en gerbes électriques flottant autour de lui. Jason ne put s’empêcher d’admirer le phénomène. Toutefois, il se ressaisit au bout de quelques instants : il était temps de rentrer ! Et ce n’était plus Jason qui rentrait. Un nouveau guerrier était né ! Eclair Noir était né !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mi juillet à mi août 1755] La renaissance d'Eclair Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-