RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)   Jeu 14 Mai - 22:01

Une arche dans un vie nouvelle o°~

Dans l'essaim nébuleux des constellations,
Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,
Blanche mère des visions.
Anatole France.

L'histoire avait de ceci de particulier d'aller plus loin que ce que l'on avait prévu. Accompagné de ses Jewels, la Vouivre prenait possession de sa nouvelle demeure avec une mine un peu renfrognée. Bien des Spectres croisés jusqu'ici avaient montré une joie de vivre ici peu coutumière... Tout ce qu'elle voyait elle, c'était la préparation à une nouvelle guerre. Qui était assez naïf pour penser que les Saints ne reviendraient pas ici pour chasser les actuels occupants ? Ses amis la voyant un peu soucieuse dansaient autour d'elle, sauf un, Caeron pensait la même chose qu'elle et il n'était pas un gamin comme les trois autres après tout. D'un sourire et avec une caresse sur la joue de chacun d'entre eux, elle les invitait à découvrir leur nouvelle maison. Ils partirent alors comme trois petites abeilles dans le grand hall du Temple de la Balance. Caeron s'approchait d'elle et prit la parole.

- Vous allez faire quoi de ce temple ? Un bordel ? Un temple de la Chimère ou je ne sais quoi ? Ou encore un temple de la philanthropie ? Venant de vous ce serait drôle...

- Que de sarcasmes !
Répondit la belle au tac au tac. Non, je ne changerai rien ici, tu sais bien que je n'aime pas les petites volontés artistiques de nos alliés du jour, il y aura juste des ajustements mais aucun pouvoir d'aucune sorte, ni de coups de pioches. Nous devons faire avec... Tu as ramené le corps ?

- Oui, comme vous l'avez ordonné, je l'ai ramené pendant que vous étiez au Temple des Poissons...

- Bien. Au moins le corps de l'ancien Chevalier d'or de la Balance ne sera pas entre de sales mains. Je me sens lasse...

- Vous avez pris de gros risques en venant ici tout de même, pris de gros risques en venant me chercher en plein coeur des Enfers, pris enfin de gros risques d'être tuer sans sommation si on découvrait...

- Je le sais. Mais je te rassure, je ne suis pas stupide pour me faire prendre aisément. L'histoire est comme l'espérance d'un beau jour, on se doit d'attendre que la nuit passe c'est tout.

- Bien... Madame...


L'ancien Juge fit une révérence et se retirait. Elle était seule. Versailles était bien loin désormais et toutes les beautés, les bonnes choses de la vie quotidienne avaient disparu pour une étrange vie de Spartiate. Tout autour d'elle, des piliers à perte de vue mais comme elle venait de le dire, elle ne comptait rien changer. D'un geste de la main, elle se libérait de son surplis pour le laisser se poser dans un coin. Un sifflement ophidien s'en échappait comme une réprobation mais elle s'en moquait, l'habitude certainement ! Enfin, elle partit à son tour à la découverte du Septième temple du Zodiaque, tout ici respirait la justice dans son état le plus pur. Les ombres et les lumières dansaient en suivant doctement la marche du soleil. Un sourire en coin à cette vue, elle continuait et fit vite le tour. Soudain, un groupe de squelettes entraient dans le Naos pour s'installer.

Le pire est qu'ils pensaient bien faire. Elle n'était tout simplement pas d'humeur à les voir se pavaner dans sa demeure. Alors que l'un des officiers s'approchait d'une porte menant à ses appartements, elle siffla son mécontentement, il se retournait surpris et s'inclinait. Quelques secondes plus tard, les cinq gardes prenaient la sortie avec un coup de pied au cul assez magistral. On pouvait noter des bleus et des cris de douleurs, elle s'était bien détendue en les frappant avec force. Non mais quoi ! On entrait pas ici comme dans un moulin. Il n'y avait ici aucun trône placé sur le chemin des visiteurs, non, juste quelques tapisseries furent rajoutées pour réchauffer un peu l'ambiance. Toutes ces oeuvres rappelaient le mythe de la relation d'amour de Zeus et Leto... Un peu d'amour dans ce monde de brutes, ca faisait pas de mal pour ses yeux...

La seule chose qu'elle fit venir : c'était des étagères pour ses livres et ses études. Peu à peu, cette maison, sans en dénaturer l'architecture, devenait un lieu de culture et de réception. ici aucun besoin de montrer ses muscles, seul le Verbe commandait et tous les membres de la maisonnée étaient d'accord sur ce point.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 547

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)   Lun 18 Mai - 18:19

Je manquais à certains de mes devoirs, même si tout ce qui était protocolaire m’échappait encore. C’était Méthea qui me rappela, ces derniers, même si je n’en comprenais pas la raison. Après tout à part les trois Juges, tous les autres Spectres étaient au mieux de mon rang, voir inférieur. Je ne voyais pas pourquoi je devais aller présenter mes hommages, à mes égaux. Ma suivante, dut s’y prendre à plusieurs fois, pour ma signifier que cela n’avait rien à voir avec un quelconque protocole. Mais qu’il ne serait pas bête de faire la connaissance de mes nouveaux camarades, après tout nous allions surement devoir nous battre côte à côte. Je lui reconnaissais la pertinence de ses mots, de plus je devais des remerciements au compagnon de l’un d’entre eux, l’une d’entre eux plus précisément. Celle à qui je m’apprêtais à rendre visite, portait une Surplis proche de celle de l’un des Juge, Arbhaal de la Wyvern. Tous deux portaient la Surplis d’une créature proche du Dragon, et que souvent on confondait. D’après ce que m’avait appris ma vieille amie, au travers ses histoires et contes, la Vouivre protégeait des trésors souterrains et était reconnaissable à la pierre qu’elle portait sur le front, un ensemble de Grenats. Ce souvenir me fit sourire, celle qui portait cette armure, me semblait de plus en plus être l’incarnation humaine de cette créature. Devant ce sourire, Méthea m’interrogea, ma réponse fit elle aussi apparaitre un sourire sur son visage ridée. Elle me signifia que si le Spectre de la Vouivre, pouvait correspondre à la créature dont elle portait le titre, il en de même pour moi. Cette remarque mis fin à notre discussion, mais alors que je m’apprêtais à quitter ma demeure, elle me rappela à l’ordre. Le port de ma Surplis n’était pas nécessaire, nous n’étions pas en état de siège et je n’allais pas combattre. Laissant ma Surplis dans la salle lui étant réservée, je me vêtis d’un ensemble masculin, même si sous l’art de la couture des servantes à ma disposition, ma tunique avait été féminisée. Je n’avais que rarement porté aussi bel ensemble, il était fait d’un cuir souple et de quelques tissus de qualité venu d’orient. Les broderies rappelaient la créature dont je portais le titre. Le seul point sur lequel je n’avais pas cédé, outre le fait que je ne porterais nulle jupe ou robe, était la couleur. Cette dernière était similaire à celle du ma Surplis, tout comme les pierres semi-précieuse qui démontraient mon rang, mon statut. Ce ne fut qu’une fois satisfaite, que Méthea me laissa quitter ma demeure. Préférant rester en cette dernière afin de superviser la fin des travaux de rénovation et surveiller celles qui s’étaient mises à mon service, elle refusa de m’accompagner.

Pour rejoindre l’ancien temple de la Balance, je devais traverser deux autres demeures. Les ombres me permirent de les rejoindre sans avoir à gravir les multiples marches des escaliers, séparant ces dernières. En l’absence de leur propriétaire, je les traversai, utilisant de nouveau le passage des ombres. Je parvins sur le parvis de la demeure de la Vouivre, cette dernière n’avait apporté aucune modification, à ce qui me sembla. C’est alors que je vis sortir de la demeure cinq gardes, sortir était peu dire, ils en avaient été éjectés avec force. Certains portaient des stigmates récents de l’usage de celle-ci. Ainsi la maitresse des lieux n’était pas qu’une dame de la cour de France, de ce royaume appartenant à Apollon. Moi qui redoutais d’avoir à faire, à une personne pleine de courbettes et de froufrous, fut un peu rassuré. Les gardes m’observèrent, un instant, surpris de me trouver devant eux. Encore tout à leur déconvenue, ils restèrent interdits, était ce ma tenue, ne parvenaient ils pas à faire le lien entre ma stature et ma féminité. L’un d’entre eux m’avertit contre celle qui vivait en cette demeure, il n’eut le temps de finir sa phrase que son visage vint s’incruster dans le sol. Son corps perdit toute tonicité, lorsque la vie quitta son corps … « Apprenez à tenir votre place et votre langue, je ne souffrirais d’aucun sarcasme envers l’une de mes sœurs » … La pulsion de mon cosmos, la nature de mon regard, eut son effet, les quatre derniers prirent le corps de leur camarade et quittèrent ma vue. Je fus agréablement surprise par la souplesse de ma tenue, cette dernière avait accompagné mon geste. Plutôt satisfaite et détendue, comme quoi la violence avait la qualité de soulager les tensions, je gravis les quelques marches qui me séparait du seuil de la demeure. Lorsque je parvins sur ce dernier, je m’immobilisai afin de me présenter … « Charis du Béhémoth demande l’autorisation de pénétrer en votre demeure afin de vous saluer » … Ceci était assez nouveau pour moi, je n’avais pas intérêt pour les histoires de domaine ou de territoire, mais je savais que la bienséance demandait de se plier à ceci.
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)   Mar 26 Mai - 20:19

Douce créature o°~

Dans l'essaim nébuleux des constellations,
Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,
Blanche mère des visions.
Anatole France.

Une voix se fit entendre à l'entrée de son Temple, Grenat qui s'était retournée pour aller à ses appartements s'arrêtaient un peu surprise. Pivotant sur elle même comme une poupée, elle vit une magnifique jeune femme à la longue chevelure noire de jais entrer dans son domaine. Enfin domaine ? Le terme était quand même un peu abusé, personne ne pouvait dire que cela durerait ! C'était une comédie de tous les Spectres car personne ne croyait que les Saints resteraient dans leur coin à attendre. La réplique sismique allait être violente et Minos se faisait absent alors que les Enfers avaient besoin d'une voix pour les rassurer. Cependant, que lui importait sur le coup ses pensées, il fallait saluer la nouvelle venue comme il se devait. Sa tenue fit tiquée la belle un instant et se rapprocha de la nouvelle venue avec un grand sourire.

- Soyez la bienvenue ! Excusez moi, je ne savais pas que j'aurai du Monde.... Vous n'auriez pas assister à cela aussi directement ! Enfin ma foi... Enchantée, je suis Grenat de l'Etoile Maléfique de l'Oppression, Gardienne de la Vouivre. C'est un plaisir ! Caeron, mon second dans cette demeure, m'avait parlé de vous tout à l'heure en grand bien !

Grenat observait avec attention chaque trait de Charis, une beauté sauvage proche des anciennes Amazones. Ou non, plutôt une guerrière au vu des quelques cicatrices qui se montraient sur quelques pans de sa peau albâtre. La Vouivre portait une tenue beaucoup plus travaillée mais Charis ne pouvait se douter que cela était justement des vêtements de repos. Elle l'invitait donc à la suivre dans ses appartements et quand un pauvre garde la vit approchée, il se mit au garde à vous avec une peur au ventre. Manifestement, la peur de se faire botter les fesses avait calmer les autres Squelettes de son Domaines. Une fois arrivé dans une petite pièce ouverte sur un balcon, un serviteur vint déposer quelques pains chauds au lard fumé et du vin venant de France. Imaginez pas le bordel que cela avait dû être pour importer tout cela ! Mais ses Joyaux étaient compétents pour son plus grand bonheur !

- Asseyez vous Madame ! Mademoiselle peut-être ? Vous êtes nouvelle au sein du nouveau Domaine d'Hadès, comme moi certainement, à ce que je sais ! J'espère que Caeron n'a pas importuné Maître Gilles et votre domaine tout à l'heure ?

La uestion était posée de façon assez futile. En fait, elle connaissait très bien ce qu'il y avait à connaître, mais elle voulait avoir un autre point de vue, plus humain que le rapport de Caeron. Elle s'asseyait voluptueusement sur l'une des chaises en attendant la réponse d'une dame. Enfin une discussion qui ne tournerait pas au combat de "celui qui la plus grosse" !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 547

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)   Dim 31 Mai - 14:53

La surprise de mon hôte, elle ne semblait pas s’attendre à recevoir de la visite, du moins pas si tôt. Lorsqu’elle vit ma tenue, elle qui revenait de Versailles, ce lieu où les femmes mettaient leur atouts et atours en valeur, elle ne put s’empêcher de tiquer. Je ne réagis pas à cette réaction, elle ne me dérangeait pas. D’ailleurs ses paroles ne firent que confirmer, mon impression concernant sa surprise. Elle s’excusa pour la scène, je ne voyais de quoi elle parlait, peut-être du comportement des gardes. Le compliment qui suivit, me fit légèrement sourire et me permis d’aborder la raison de ma présence ne cette demeure … « Merci pour votre accueil, Dame Grenat » … Elle m’invita ensuite à la suivre, ce que je fis, observant le temple qu’elle avait investi. Je remarquai, qu’à la différence de certains, elle ne semblait vouloir apporter aucune modification à ce dernier. Elle ne semblait pas considérer ce domaine comme le sien. Peut-être, était-ce dû au fait que tout comme moi, elle n’avait pas participé à la conquête de ce dernier. Ou bien cela venait d’un autre sentiment qu’elle éprouvait pour ce lieu. Lorsque nous croisâmes quelques gardes, ces derniers montrèrent une certaine nervosité, de la peur même. Ainsi la Vouivre était crainte de ses subalternes, était-ce un fait général tenant de notre nature. Après tout ma réaction face au comportement, d’un des gardes, devait aussi faire naître la crainte chez ces derniers.

Nous arrivâmes dans les appartements, de la belle, le fait qu’elle m’ait dévisagé, scruté mes traits m’avait mis un peu mal à l’aise. Mais cela ne dura que quelques secondes, je savais que j’étais plaisante au regard. Mes années dans les arènes, me l’avaient bien fait comprendre, surtout lorsque je constatais les regards que certains m’envoyaient. Mais être scruté de la sorte par une femme était assez dérangeant. Peut-être qu’elle essayait juste de me juger, de se faire une idée sur moi. Je pris place sur la chaise qu’elle me montra. Sur la table se trouvait posé des petits pains et du lard, ainsi que de vin. Un sourire apparut alors sur mon visage, ce dernier était amusé, mais nullement moqueur. Le Garuda m’avait lui aussi fait goûter à cette boisson et je doutais qu’il devait être de même qualité … « Charis est suffisant, je ne suis ni une dame, ni une demoiselle » … Je comprenais le sens de ces termes, mais je n’étais plus innocente et donc n’étais plus une demoiselle. Quand à être une Dame, je n’avais rien des qualités que l’on prêtait à cette désignation … « En effet je n’ai rejoint les rangs de notre maitre que depuis peu » … Je pris un des petits pains et mordis dedans, à pleine dents. Une fois la bouchée avalée, je pus répondre à la question posée et concernant son second … « Votre second, s’est montré des plus utiles et ne m’a nullement importuné, bien au contraire. Je n’ai pas honte de dire que sans son intervention, ma situation aurait pu devenir des plus critiques. Quant au ressentit du Garuda, je ne pourrais parler en son nom » ... Je ne voyais pas quoi rajouter, Caeron avait dut lui faire un rapport assez détaillé de ce qui s’était passé. Mais outre sa demeure, ce dernier était une source de questionnement, mais au vue du lien que je ressentais entre eux me fit ignorer cette dernière … «J’ai pu constater que vous n’aviez apporté aucune modification à ce temple, à la différence de beaucoup ? » … Une question neutre, mais pouvant révéler bien des choses, en fonction de la réponse. Il y avait un certain nombre de question que j’aurais pu poser, pour débuter cette conversation, mais je préférais les aborder plus tard, une fois que l’on aura fait connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Grenat


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 375

Feuille de Personnage :
HP:
140/170  (140/170)
CS:
128/190  (128/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)   Sam 6 Juin - 15:08

Dans la quiétude de la vie o°~

Dans l'essaim nébuleux des constellations,
Ô toi qui naquis la première,
Ô nourrice des fleurs et des fruits, ô Lumière,
Blanche mère des visions.
Anatole France.

Un sourire aux lèvres, elle posait quelques gateaux et servait le café de circonstance. Cette jeune femme était donc arrivée en même temps qu'elle, ou peu avant, enfin qu'importe ! Elle écoutait ce qu'elle annonçait avec un certain respect. Puis, vint sa question sur le fait de ne pas changer son Temple. Elle ne l'avait pas souhaité en effet, sachant qu'il serait puérile de vouloir remettre en cause ce que des siècles ont construit. Pourquoi transformer tel temple en temple du Dragon ? Pourquoi des Chimères ? C'était là pour elle un orgueil assez démesuré de croire que la guerre était terminée. En prenant une terre à un autre, il fallait s'attendre à des représailles ou des affrontements inutiles. Elle avait conscience d'être une guerrière au service d'Hadès, mais après, chaque Etoile avait son but, sa mission et le combat ne faisait pas partie selon elle de ses prérogatives.

- Oui, je n'ai rien changé. J'ai fait apporté quelques meubles mais je ne compte rien changé aux lieux ! Après tout, ce n'est qu'une terre comme une autre, on l'a gagné et alors ? Les Saints ont été détruit et reviendront jamais ? Non. Donc cette victoire, aussi agréable soit-elle à notre égo, n'est pas de nature à me dire que tout est fini. Donc, je préfère garder la tête froide, les Hommes ont tendance à oublier l'humilité de la victoire dans ce genre de circonstances. On avait gagné, on aurait dû quitter cette terre à partir du moment où Athéna n'était pas entre nos mains.

Un par un, les mots résonnaient froidement à la demande de Charis. Il n'y avait aucune animosité, simplement une analyse bien froide de la situation et elle ne se faisait pas d'illusions ! Si encore on avait détruit le sanctuaire pierre par pierre, mais non, on s'était installé comme si le terrain était conquis pour toujours. C'était un moment sans importance pour Grenat, elle estimait que la mort d'Athéna ou la prendre en temps que prisonnière aurait eut son importance mais le cas n'existait pas actuellement.

- Et vous ? Qu'en pensez vous ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7551-grenat-spectre-de-la-voui
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 547

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)   Dim 14 Juin - 16:34

Sous la douceur de ses traits, la Vouivre cachait un esprit analytique assez froid, du moins c’est ce que me laissait penser sa réponse. Même si je ne me montrais pas aussi froide dans mon raisonnement, je me reconnaissais en partit dans le sien. Sa question me permit de prendre la parole et de lui donner mon point de vue… « Il est vrai que ces Terres vont surement être le théâtre d’un nouveau conflit » … Je pris une autre bouchée des excellents petits pains offerts… « Et il se pourrait que nous en soyons chassés, mais pour autant ne devons-nous pas marquer cette Terre de l’empreinte de notre Seigneur ?» … Outre une histoire d’ego, ce qui n’était pas l’apanage des hommes, dans certaines transformations, on pouvait percevoir le désir d’effacer le souvenir des anciens maîtres des lieux… « Notre conflit avec Athéna et ses Chevaliers remonte à des temps anciens et certains y participent depuis le commencement. Peut-on leur reprocher le désir d’effacer les traces de leurs ennemis » … De plus, Dame Grenat oubliait quelque chose… « A cela, il faut rajouter le fait, que certains temples ont souffert, voir ont été rasé durant les combats. Il est donc normal que les locataires de ces derniers, les reconstruisent à leur image » … Je savais que mon hôte, devait faire allusion, à certaines modifications telles que celles apportées, par exemple, par la Wyvern. Outre tout cela, j’avais l’impression qu’elle oubliait le plus important… « Ce sanctuaire doit être important pour les projets du Seigneur Hades, c’est par lui qu’Athéna guidait les Humains à l’aide de son Cosmos, notre Sombre Seigneur doit en avoir besoin pour étendre son influence» … Je pris une gorgée de la boisson proposée, avant de reprendre la parole, d’un ton tout aussi analytique que celui avec lequel la Vouivre avait énoncé sa vision… « Transformer ces Terres, pour qu’elles ressemblent aux nôtres et aussi un moyen d’ancrer notre désir de conserver celles-ci au nom de notre Seigneur. »

Depuis que je portais ma Surplis, je m’étais découvert un certain plaisir à la discussion, à l’échange d’idées. Il fallait reconnaitre que durant ma vie antérieure, je n’avais pas eu le loisir de rencontrer des personnes avec qui le faire. Puis un sourire apparut sur mes lèvres, un sourire amusé et légèrement moqueur… « Il se peut que les hommes aient besoin d’apposer leur marque sur une chose pour se donner la force de la protéger, conserver, se rappeler aux autres et à elle même qu’elle leur appartient» ... Vers la fin de ma phrase, l’amusement avait disparu de mon sourire, pour laisser place à quelque chose de plus froid et violent. Parmi mes cicatrices, toutes ne venaient pas de blessures dues à des combats. Certaines avaient été apposées sur mon corps pour me rappeler qu’elle était ma place dans la société, quel était mon rôle, mais aussi ma faiblesse. Des blessures anciennes, reçues alors que je n’étais qu’une enfant qui survivait dans les rues d’Athènes. Ce ne fut qu’au moment où je sentis le verre se briser sous la tension, que je revins à moi, quittant ce passé nourrissant en partit le brasier de la violence qui brûler en moi… « Désolé, il est regrettable qu’une telle boisson soit perdue de la sorte » … Mon regard se porta sur mon hôte, avec un regret sincère, puis vint se poser sur ce liquide qui coulait de ma main. Une autre image se superposa à celle-ci, celle d’un fluide plus épais et sombre. Prenant une serviette, je l’essuyais sans montrer la moindre émotion, d’un geste machinal. Il était étrange de constater qu’il suffisait de si peu de choses pour faire réapparaitre le passé. Nous étions tous hantés par celui-ci, même si nous l’acceptions. Par chance, le mien n’avait rien de commun avec celui qui était revenu se confronter au Garuda. Ceci fit venir un autre sujet à mon esprit et je l’abordai avec sincérité… « Comment se porte votre suivant, Caeron. Je sais qu’il puiser dans ses forces pour venir en aide au Garda, et ce, à leur limite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Septembre 1755] Installation de la Vouivre (Ouvert à tous)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple de la Balance-