RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Ven 17 Juil - 15:40


Arrow Jamir, Au sommet de la Tour

Rapidement, le général donna ses instructions au capitaine des gardes de la tour, expliquant que désormais Corell supervisait la sécurité des lieux jusqu’à son retour ou celui du Grand Pope. Puis, il quitta d’un pas pressé la tour, après avoir revêtu son armure d’Or. En quelques dizaines de secondes, il fut déjà dans les rues de Jamir, pressé par le temps. Il bifurqua dans une rue, et se trouva en face de la maison ou vivaient Messalina et Kyros, avant que celle ci ne fasse montre de son égoïsme flagrant. Il se doutait déjà de l’état dans lequel se trouvait le Cygne, il décida donc d’opter pour l’amour vache : il fallait le brusquer. Il n’avait pas le temps de le dorloter. Après avoir frappé, Kappa entra franchement et s’annonça de vive voix :
- Kyros ! C’est moi ! Habilles toi, on bouge ! On doit se rendre au Sanctuaire sous Marin, et on le doit MAINTENANT !

Il s’avança jusque dans le salon ou son disciple était affalé dans un fauteuil. Il faisait peur à voir, comme prévu. Le départ soudain de Messalina l’avait impacté violemment, et pour une fois qu’il ouvrait son coeur à une femme, il n’était clairement pas récompensé pour ses efforts. Kappa s’y attendait, et c’était en partie pour ça qu’il avait choisi d’être accompagné par son ami, et personne d’autre. Il fallait le forcer à se ressaisir, à se remettre dans le bain. Tout comme la fois où il avait fui le sanctuaire et où Kappa l’avait forcé à regagner le Sanctuaire à la force de ses poings, il le forcerait à l’accompagner en mission. Il connaissait bien le Sibérien, et savait que c’était là le meilleur moyen de l’aider.

Loin de se laisser démonter, le Verseau se rendit dans la chambre de Kyros, attrapa des vêtements propres et la pandora box du Cygne et regagna le salon. Il lança ses vêtements au visage du chevalier de bronze et posa lourdement la Pandora box sur le plancher, puis ajouta :
- Allez, dépêches toi, Kyros ! Habilles toi propre, et laves toi un peu. C’est une visite diplomatique, je ne veux pas que mon disciple ait l’air d’un clochard...
Il s’interrompit un instant avant d’ajouter d’un ton plus amical :
- Nous avons peu de temps devant nous, les évènements se précipitent. Laves toi et habilles toi, je te raconterai tout en chemin...


Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Sam 18 Juil - 16:50

Qu'étais-je entrain de ressentir? Tristesse ou simple mélancolie? Me sentais-je trahi ou bien simplement en colère? Contre elle ou contre moi-même?

Toutes ces questions traversaient mon esprit, venant et partant comme elles le souhaitaient, sans qu'aucun raisonnement logique ne se daigne à apparaitre et apaiser cette folle course à l'intérieur de mon cerveau. Je ne dormais presque plus, je ne pensais plus à rien, et en même temps je pensais à tout! Affalé sur ce fauteuil, je passais mes journées à regarder dans le vide. Tout semblait avoir perdu sa saveur, tout semblait si fade et sans intérêt. Je me souvenais maintenant pourquoi j'avais eu si peur de quitter la solitude. Pourquoi j'avais eu si peur de m'attacher. Mais, je savais qu'au fond c'était cette même peur qu'il l'avait fait partir.

Elle m'avait demandé tellement de fois de la suivre, de tout quitter avec elle, mais j'avais toujours refuser. Après tout, ma famille était ici, j'était parmi les miens. Et je ne pouvais pas partir sans avant réparer cet échec qui était aussi le mien! Je ne pouvais pas quitter mes compagnons sans avant les aider à récupérer notre bien le plus cher, le Sanctuaire!

Mais elle ne le voyait pas ainsi. Son attachement, pour ne pas dire son obsession, pour son frère avait été plus fort que tout. Nos routes se séparaient déjà alors qu'elles venaient à peine de se joindre. La solitude devait être folle de joie de me voir ainsi. Elle devait se dire que j'avais été bien sot de vouloir la quitter, moi, qu'elle avait toujours accompagné!

La porte s'ouvrit, dans un vacarme assourdissant pour moi qui n'était accompagné que par le silence depuis de longues heures. Kappa entrait, et criait déjà des ordres incompréhensibles à mon ouïe. Oui, l'alcool m'avait fait compagnie, je ne suis pas fier de cet épisode de ma vie, mais j'étais un homme avant tout, et je n'étais pas le premier, ni serait le dernier, à tenter de noyer ma mélancolie de cette manière.

Il m'envoyait des vêtements, que je ne pris même pas la peine de rattraper et posa ma Pandora Box sur le plancher. Ses mots ne parvenaient pas à m'atteindre. Je m'étais refermer sur moi-même et cet instant que je commençais à comprendre les attitudes passer du Chevalier du Verseau. J'étais en lambeau, tel comme il l'avait déjà été. Piètre figure je faisais, MOI, qui avait osé le réprimander à l'époque.

Il s'approchait de moi, délicatement, baissant légèrement le ton de voix. J'arrivais finalement à l'entendre, mais je ne comprenais toujours pas.

- Nous avons peu de temps devant nous, les évènements se précipitent. Laves toi et habilles toi, je te raconterai tout en chemin...

Le regard toujours vide, la respiration discrète, je reprenais le verre à moitié vide sur la table et le portait à mes lèvres. Je ne comprenais toujours pas!

- La précipitation! Peut-être que c'est ça le problème! Nous nous sommes précipités. Nous nous parlions, mais n'avons pas pris le temps de nous écouter! Est-ce donc cela que nous protégeons Kappa? L'être humains est si égoïste n'est-ce pas? Est-ce que ce que nous faisons et sacrifions a un sens! Je ne m'étais jamais posé la question...

Je divaguais complètement, tel un enfant qui venait d'apprendre la dure réalité de la vie. Mais, au fond, c'était ce que j'étais. Je n'avais pas eu une enfance normale, et encore moins une vie normale. J'étais un jeune garçon qui ne connaissait rien à la vie, je ne connaissais que le combat, la guerre, la mort, la douleur! Je me rendais compte que beaucoup de choses m'étaient passé à côté, que je ne savais rien!

- Que veux-tu de moi Kappa? Quoique ce soit, je ne suis pas sûr de t'être d'une grande aide!

Je portais à nouveau le verre à mes lèvres. Noyer mon chagrin dans l'alcool, était-ce tout ce qui me restait?
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Sam 18 Juil - 18:13



L’état végétatif du Cygne ne réagit que faiblement aux requêtes de son mentor. Il était dans un sale état, le même genre d’état que Kappa avait vécu durant les mois de juillet et août derniers, jusqu’à ce qu’il recroise Ahina, et qu’une faible lueur d’espoir s’éclaire au bout du tunnel. Il avait depuis eu le temps de se ressaisir. Mais ce temps, ils ne l’avaient plus, à présent. Il fallait faire sortir Kyros de sa léthargie, car c’était maintenant qu’il avait besoin de lui. Sa voix faible fit tiquer le Verseau, et cela se transforme en violent agacement quand Kyros attrapa son verre pour le porter à sa bouche. Le Mage des glaces agit immédiatement, avec vivacité. Balayant d’un revers de la main le verre d’alcool qui alla se fracasser au sol, Kappa attrapa son disciple par le col et le souleva pour se trouver nez à nez avec lui. C’était l’heure de l’amour vache :
- Ca suffit Kyros ! Maintenant, on arrête les conneries ! Elle est partie, c’est clair ?! Partie ! Elle t’a laissé tomber et a laissé son obsession maladive pour son frère s’emparer d’elle, sans même savoir s’il était encore en vie ! Ne me forces pas à te donner un ordre en tant que supérieur hiérarchique, tu sais que j’ai horreur de faire ça avec toi...

Kappa jaugea son ami, celui qu’il considérait comme un frère. Le jeune Sibérien avait toujours été plus réceptif à l’amour vache plutôt qu’autre chose. Le Verseau n’avait jamais aimé agir ainsi, mais les circonstances l’exigeant, le choix ne lui était pas permis.
- Messalina est une égoïste, et elle a de sérieux problèmes psychologiques. Regardes la vérité en face ! Tu es trop bien pour elle et elle n’est pas faite pour toi ! Je sais ce que tu ressens, et tu sais très bien pourquoi je le sais... Nous en avons déjà discuté ensemble ! Aujourd’hui, il te faut te ressaisir, c’est toi que je veux pour m’accompagner chez les Marinas, et personne d’autre ! Ne laisses pas cette femme te détruire ! Tu vaux mieux que ça... Et tu vaux mieux qu’elle !

Le chevalier d’Or relacha enfin son étreinte et son disciple retomba dans son fauteuil. Kappa fit volte face, et un court silence s’installa entre les deux hommes. Silence qu’il décida rapidement de rompre :
- Tu sais que je suis là pour toi, et que je serai toujours là... Si tu as besoin de parler, ou de quoi que ce soit d’autre...
Il se tut une nouvelle fois, puis ajouta :
- Lèves toi, et habilles toi... On a pas beaucoup de temps...


Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Mer 22 Juil - 22:54

Le verre volait sous le coup virulent du Chevalier du Verseau. Je n'avais même pas le temps de réagir que Kappa m'attrapait par le col et me soulevait. Le ton employé était loin d'être amical, tentant, probablement, m'atteindre de manière plus brutale. Cependant, et pour avoir lui-même connu une situation similaire, il devait s'attendre à ce que cela ne fonctionne pas.

Après tout, et malgré son départ abrupte, Messalina était la femme que j'aimais. Et rien n'y changeait pour le moment. Je ne croisais pas mon regard avec celui de Kappa, entendant ses mots, sans pour autant les écouter. Ma conscience était loin, très loin. Je n'avais ni envie, ni volonté! Même pas de me mettre en colère en entendant ces mots qui, et probablement comme le Verseau le désirerait, devrait me faire réagir.

Relâchant son étreinte, me laissant retomber sur le fauteuil, Kappa adopta une voix plus douce et amicale. Je me levais alors, titubant, sentant pour la première fois les dures conséquences d'avoir bu autant d'alcool, me dirigeant lentement vers la fenêtre, le regard toujours vide. Je me décidais finalement à répondre, après de longues minutes de silence.

- Oui, peut-être as-tu raison! Peut-être a-t-elle été égoïste! Mais puis-je vraiment la blâmer de vouloir retrouver son frère à tout prix? Après tout, je n'aurais pas cesser de te chercher si tu disparaissais!

Ce n'était plus une nouvelle pour personne que les deux hommes se considéraient comme des frères, encore plus depuis que j'avais détruit la barrière entre maître et disciple comme Kappa le voulait depuis longtemps. Même si les paroles du Chevalier d'Or sonnait juste, avais-je vraiment tout fait pour soutenir Messalina dans sa quête? Et pourtant, je ne pouvais faire plus. Je ne pouvais pas tout quitter, laissant mes compagnons dans un moment aussi critique, abandonnant ma famille alors que tout allait mal! J'avais le sentiment d'avoir fait ce qu'il fallait et d'avoir quand même commis des erreurs.

- Je ne lui ai pas donné le soutien qu'elle attendait de moi, c'est peut-être pour ça! Mais suis-je vraiment responsable? Et même si c'était le cas, n'aurais-je pas mériter qu'elle me le dise en face? Je ne sais pas, je ne sais plus!

Je prenais ma tête dans mes mains, tentant de me forcer à réfléchir, mais j'étais trop perdu pour y parvenir. Je me sentais seul, abandonné, stupide! J'avais pourtant tout donner pour que cette relation fonctionne, malgré les difficultés que nous, Chevaliers, trouvions sur notre chemin. Nous ne menions pas de vies "normales", les rêves du commun des humains étaient encore plus lointains pour nous.

Je regardais alors ma main, tremblotante. Mon regard était hésitant, comme celui d'un gamin ne sachant que faire face à une situation pour laquelle il n'avait pas été préparé. Kappa ne pouvait le voir que par le reflet de la vitre. Cette séparation avait laissé la place au doute et pourtant, au fond de moi, je savais ce que je devais faire. Je savais quel était le prochain pas! Je savais que j'avais une promesse à lui tenir!

- J'ai vécu toute ma vie pour Athéna, mais maintenant que j'ai connu autre chose, un bonheur qui m'avait toujours été dénié, je ne sais plus quoi faire, je ne ressens plus la force de protéger qui que ce soit! Est-ce que je mérite encore de porter le titre de Chevalier! Tu veux mon aide Kappa, et je te l'ai offerte, mais, je ne sais pas si je suis en mesure de t'offrir l'aide que tu mérites! Je...

Je frappais alors avec forces sur la vitre, qui se brisa! La détresse avait laissé place à la colère. Au moins, je réagissais! Je voulais sortir de cet état léthargique, mais serais-je capable d'y arriver seul?
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Mer 22 Juil - 23:20



Une faible lueur douloureuse traversa le regard azuré de Kappa alors qu’il suivait des yeux son disciple se diriger vers la fenêtre, lorsque celui ci compara la situation avec la possibilité que lui même disparaisse. C’était un argument imparable, surtout pour le Verseau, toujours prêt à dépasser de très loin ses limites quand il s’agissait de sa famille. Il ne pouvait pas lutter contre l’argumentaire de son ancien élève, mais il ne pouvait pas non plus lui donner raison. Cela reviendrait à donner raison à Messalina, et il s’y refusait. Peu importe qu’elle ait eu raison ou tort, son job à lui était d’aider Kyros à remonter la pente, pas de lui dire qu’elle avait eu raison de tout plaquer égoïstement comme elle l’avait fait.
- Tu n’as rien à te reprocher... Je t’ai vu t’investir dans votre relation comme jamais ça ne t’était arrivé auparavant. Si ça n’a pas été suffisant pour elle, c’est qu’elle n’était pas faite pour toi, un point c’est tout, lança t’il d’un ton froid.

Le timbre de Kappa ne laissait aucun doute sur son ressentiment vis à vis de Messalina. Il ne lui pardonnerait pas ce qu’elle avait fait à son protégé. Et ce dernier était le mieux placé pour le comprendre, car il connaissait bien le Verseau, et savait à quel point il pouvait se montrer têtu et rancunier à ses heures. Le pâle reflet du cygne dans la vitre attira l’attention du chevalier des glaces lorsque Kyros se mit à trembler de la main. Lui même connaissait ce phénomène depuis quelques temps. Depuis que Pséma et Kyro l’avaient privé d’Ahina. Jamais il ne pourrait se passer d’elle, mais jamais il ne le dirait à Kyros. Il ne le pouvait pas, puisqu’il devait le forcer à tirer un trait sur sa relation avec l’ancienne Grue. Mensonges par omission et jeux de faux culs, la situation exigeait parfois de faire certaines choses des plus détestables...
- Je suis désolé de te le dire comme ça, mon ami, mais la seule raison pour laquelle elle ne t’a rien dit face à face, c’est parce qu’elle était trop lâche pour le faire... Vous n’aviez aucune chance tous les deux, dès le départ, car votre relation était gangrenée par son rapport malsain à son frère. Que tu le veuilles ou non, il faut voir la vérité en face : elle a toujours fait une fixation sur lui... Jai perdu mon frère jumeau quand nous avions sept ans et je n’en fais pas pour autant une fixation...

Kappa plissa les yeux quand son disciple brisa la vitre avec son crâne. Il s’avança rapidement et posa une main apaisante sur l’épaule de Kyros, avant de lui dire :
- Arrêtes ça ! Ca ne servira à rien...
Le Cygne était en pleine crise de foi. Malheureusement, le Verseau n’était pas la meilleure personne pour l’aider, il avait toujours caché un détail à son disciple. Il décida que c’était le moment pour le lui dire : sa main quitta l’épaule de Kyros et il alla s’assoir dans le fauteuill occupé par Kyros quelques minutes plus tôt, avant de prendre la parole.
- Il y a une chose que je ne t’ai jamais dite, Kyros. Sur ma foi, envers Athéna, et tout ce qui touche nos rôles de protecteurs...

Il fit une pause, avant d’entrer dans le vif du sujet :
- Je n’ai pas rejoint les rangs des chevaliers d’Athéna par foi. Je n’ai jamais été très religieux. Je crois en Athéna, bien évidemment, puisque jai pu la connaître personnellement, mais contrairement à certains d’entre nous, comme Corell du Lion, je suis loin d’être un fanatique. Je porte cette armure parce que je me suis fait une promesse la nuit où ma famille a été assassinée : je me suis juré que je vouerais ma vie à veiller à ce que plus jamais ce genre de choses n’arrive à d’autres. Evidemment, depuis, j’ai grandi, et je sais que ce n’est pas possible, ce n’est qu’une utopie. Mais j’ai reconnu en les idéaux d’Athéna mes propres idéaux. C’est pourquoi je suis ici, aujourd’hui. Pour certains, une telle façon de penser pourrait être considérée comme une hérésie. Mais si cela peut te rassurer, Athéna elle même sait ce qu’il en est. J’en ai parlé avec elle en personne, quand Mashia était son hôte et que je passais du temps avec elle à l’époque.
Il s’interrompit, avant de conclure :
- Tout ça pour dire que... Tes doutes sont normaux. Notre manière de servir Athéna diffère pour tous, d’un chevalier à l’autre. Mais ça ne fait pas de toi un chevalier indigne de la servir pour autant. Tu peux me croire sur parole, tu mérites de porter cette armure plus que n’importe qui d’autre.

Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Jeu 30 Juil - 21:39

Sa main se posait sur mon épaule, me rappelant alors à la réalité. Je pouvais sentir sa préoccupation et son envie de m'aider, tel que je l'avais fait pour lui auparavant. Les mots de Kappa sonnaient juste, et peut-être n'avait-il pas tout à fait tord, je n'étais peut-être pas le seul responsable! Ou du moins, ainsi voulais-je le croire!

Il est vrai que Messalina vouait un profond amour pour son frère. Il était sans doute ce qu'elle avait de plus important et j'avais refusé de le voir, pensant, naïvement, pouvoir devenir la personne la plus importante de sa vie. Mais les liens familiaux étaient parfois difficiles à briser. Même si nous n'étions pas du même sang, je savais que le lien qui m'unissait à Kappa était difficile à rompre, après tout, nous étions comme des frères. Je pouvais donc comprendre quelque peu l'attitude du Chevalier de la Grue, même si je ne pouvais accepter ce départ soudain.

Kappa prenait alors un ton sérieux, comme s'il avait une chose importante à m'avouer. Sa voix m'emmenait à me tourner vers lui et à fixer son regard, attendant, qu'il commence son discours.

- Je n’ai pas rejoint les rangs des chevaliers d’Athéna par foi. Je n’ai jamais été très religieux. Je crois en Athéna, bien évidemment, puisque j'ai pu la connaître personnellement, mais contrairement à certains d’entre nous, comme Corell du Lion, je suis loin d’être un fanatique. Je porte cette armure parce que je me suis fait une promesse la nuit où ma famille a été assassinée : je me suis juré que je vouerais ma vie à veiller à ce que plus jamais ce genre de choses n’arrive à d’autres. Evidemment, depuis, j’ai grandi, et je sais que ce n’est pas possible, ce n’est qu’une utopie. Mais j’ai reconnu en les idéaux d’Athéna mes propres idéaux. C’est pourquoi je suis ici, aujourd’hui. Pour certains, une telle façon de penser pourrait être considérée comme une hérésie. Mais si cela peut te rassurer, Athéna elle même sait ce qu’il en est. J’en ai parlé avec elle en personne, quand Mashia était son hôte et que je passais du temps avec elle à l’époque.

- Tout ça pour dire que... Tes doutes sont normaux. Notre manière de servir Athéna diffère pour tous, d’un chevalier à l’autre. Mais ça ne fait pas de toi un chevalier indigne de la servir pour autant. Tu peux me croire sur parole, tu mérites de porter cette armure plus que n’importe qui d’autre.


Je laissais se dessiner un léger sourire devant les paroles de mon Maître.

- Ça te va bien de dire ça! Mais je pense que tu as raison! Moi non plus je n'ai pas rejoint la Chevalerie par adoration pour la Déesse de la Guerre. C'est juste que c'était...ma seule famille!

Je prenais conscience que quoique que je fasse, où que je sois, être un Chevalier d'Athéna était devenu une partie intégrante de mon âme. Je ne savais faire autre chose, je n'avais jamais connu autre chose! Tous mes amis étaient dans la chevalerie, ainsi que ma famille! J'aurais aimé que Messalina fasse partie de cette famille, j'aurais aimé qu'elle ressente la même chose que moi. Cela me laisserait un goût amer pour toujours, mais, je ne pouvais pas décevoir mes compagnons et la Déesse à qui j'avais juré fidélité.

- Je n'ai pas besoin de plus! Je vais te suivre Kappa, même si je continue à douter que je sois dans un bon jour, j'ai un peu trop bu...

Je titubais lamentablement sous l'effet de l'alcool. Je n'y étais pas vraiment habitué. J'allais donc me rafraichir les idées avec de l'eau bien froide, et me lavait un peu, afin d'être présentable. Si c'était une mission diplomatique, je ne pouvais pas me présenter avec la gueule de bois.

Quelques minutes plus tard...

J'étais fin prêt! Il était temps de partir, enfin!

- Désolé de t'avoir fait attendre, nous pouvons y aller! Je te suis!

Kappa prenait la porte, tandis que j'entamais le pas derrière lui. Je me retournais une dernière fois vers cette petite maison modeste, où j'avais vécu ces derniers mois. Je devais faire un effort pour me rappeler des meilleurs moments avant tout! Mais je savais que ce serait la dernière fois que j'y pénétrerai. Il était temps pour moi d'écrire un nouveau chapitre dans mon histoire!

Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Sam 1 Aoû - 21:07



- Ça te va bien de dire ça!
Pour toute réponse, Kappa sourit à la remarque de son disciple. Il avait raison, cela lui ressemblait bien. A la réaction du Cygne, le Verseau sut qu’il avait prononcé les bons mots, et que son élève allait remonter la pente. Il acquiesça d’un signe de tête silencieux quand Kyros annonça qu’il allait se rafraîchir et se changer, puis se leva et s’approcha alors d’une fenêtre. Il repensa à Jack, puis au général des Lyumnades : que faisait il dissimulé sous les traits de Shion ? A quoi jouaient les marinas ? Jack était il seulement au courant ? Peut être les discensions entrevues durant la guerre sainte se poursuivaient elles. Pour le moment, le général du Sanctuaire ne pouvait que supposer, mais il obtiendrait bientôt des réponses concrètes. Il le fallait !

Il fut alors arraché à ses songes par le retour de Kyros, et sortit le premier à l’air libre. Il vit soudain au loin un enfant courir vers lui, un parchemin scellé à la main.
- Général !
Il courait à perdre haleine vers Kappa, qui plissa les yeux, craignant le pire. C’était le fils de l’aubergiste, ce qui signifiait qu’un message était arrivé à l’auberge, un pigeon, certainement. Jack, peut être ?
- Général ! J’ai un message pour vous !
Il s’arrêta juste devant le Verseau, lui tendit un parchemin scellé, et mit sa tête entre ses genoux, le temps de récupérer son souffle.
- Merci, Timmy. Tiens, ajouta t’il en lui tendant une pièce.
Après l’avoir remercié, le gamin repartit en trottinant vers l’auberge de Jamir.

Kappa détailla le parchemin et reconnut aussitôt le scellé du message : c’était Jack en personne qui avait écrit cela ! Il fit alors signe à son disciple de s’arrêter :
- Attends, Kyros...
Le chevalier des Glaces déploya le message, et le parcourut rapidement. Son regard resta bloqué un instant sur la phrase clé du message. Une phrase qui lui indiquait que les marinas attaquaient le Sanctuaire. Le même Sanctuaire où Shion se rendait en mission diplomatique, sans être informé de la situation. Sous l’effet de la frustration les traits du visage du Verseau se tirèrent et ses mâchoires se serrèrent. Son étreinte se resserra autour du message jusqu’à le froisser, et il releva finalement les yeux vers son disciple après avoir étouffé un juron : une lueur particulièrement sombre y flottait.
- Changement de programme... On doit rattraper Shion avant qu'il ne quitte Jamir, vite ! Les Marinas lancent un assaut surprise afin de récupérer les lieux.

Kappa s'élança en direction de la sortie du village à pleine vitesse, son disciple sur ses talons. Il ressentait encore son énergie toute proche, il n'était pas trop tard.

Arrow Un ange noir face aux apôtres
Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   Mer 5 Aoû - 22:02

Prêt au départ, ne se retournant plus une seule fois, j'entamais le pas pour quitter Jamir et suivre Kappa au Sanctuaire Sous-Marin. Cependant, avant que nous ne puissions quitter les lieux, une missive arrivait à notre hauteur, interpellant Kappa. Il avait un message visiblement important pour lui au vue de son expression et de la nervosité qu'il laissait transparaître.

Le Chevalier du Verseau prenait le message, puis commença à lire ce qu'il contenait. Je pouvais comprendre qu'il s'agissait de quelque chose de sérieux à regardant l'expression de mon Maître changer! Quelle tragédie s'était encore abattue sur nous?

- Changement de programme... On doit rattraper Shion avant qu'il ne quitte Jamir, vite ! Les Marinas lancent un assaut surprise afin de récupérer les lieux.

- Quoi!?

La surprise était de taille. J'étais bouche bée, dans l'incapacité de prononcer un mot de plus. Pourquoi diable les Marinas attaquaient-ils le Sanctuaire? Il est vrai que nous l'avions perdu, et que rien ne me ferait plus plaisir de les voir être éjecté de notre lieu sacré. Mais c'était à nous de prendre l'initiative d'une telle opération. Je pouvais comprendre la préoccupation de Kappa, surtout si Shion se dirigeait bel et bien là-bas. Étais-je resté écarté de tous aussi longtemps? J'avais l'impression que les événements se bousculaient à une vitesse folle! Mais nous devions impérativement rattraper Shion avant qu'il ne parte ou au moins, être certain qu'il aurait une escorte conséquente pour parer à toute éventualité!

- Très bien! Je te suis Kappa, dépêchons-nous!

Les questions devraient attendre et j'en avais beaucoup. Mais probablement Kappa avait les mêmes questions en tête. L'être humain imaginait de multiples scénarios avec si peu d'informations. Nous ne connaissions pas les véritables intentions des Marinas. Nous devions en avoir le cœur net et obtenir plus d'informations. Il semblait évident pour moi que nous ne resterions pas à Jamir bien longtemps. Connaissant le tempérament du Chevalier du Verseau, il y avait fort à parier qu'il ne resterait pas sans rien faire et irait en personne au Sanctuaire tirer le fin de mot de cette histoire. Il allait sans dire qu'il n'irait pas seul! Aucune chance pour que je le laisse partir sans aide!

Arrow Un ange noir face aux apôtres
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fin Septembre 1755] Chez Kyros (pv Kyros)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Partout et Ailleurs... :: Autres Lieux :: Jamir-