RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 548

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Jeu 23 Juil - 15:33

Le ciel était orageux en ce mois d’Aout, cela faisait peu de temps que j’étais arrivée sur les Terres de ce Sanctuaire gagné de hautes luttes. Une partie de l’armée de mon Seigneur était parvenue à chasser les protecteurs de la Déesse Athéna, mais cette dernière n’avait pu tomber entre nos mains. Avec elle, sous notre garde, le pouvoir de mon sombre seigneur sur cette Terre ne saurait être contesté. Mais telle n’était pas le cas et un nouveau conflit était à prévoir, seul l’ennemi restait une inconnue. Les deux autres puissances pouvaient vouloir prétendre au contrôle de ce sol sacré, les Saints devaient quant à eux se remettre de leur défaite. Même si l’armée de mon seigneur avait dut connaitre des pertes et des blessures, la victoire facilité la guérison et la récupération.

Personnellement, je n’avais pas pris part à cette guerre, me trouvant dans le royaume de mon seigneur, les Enfers. Ma présence était due au besoin de force pour protéger ce bien durement gagné. Il ne m’avait pas fallu longtemps pour me rendre compte de mon manque de puissance et d’expérience dans les combats entre guerriers saints. J’avais acquis mon savoir, mes pouvoirs, seule. Ils me venaient de cette part qui avait sommeillé en moi, attendant l’appel, l’âme du Béhémoth. J’avais beaucoup de mal à contenir cette force, qui me permettait de réaliser ce que certains appelaient miracles. Si une nouvelle guerre sainte se présentait, il me fallait être mieux préparée. J’avais fait la rencontre avec l’un des Juges, celui du Garuda. Ce dernier était venu à moi, afin de me présenter ses hommages. J’avais ressenti comme un lien, quelque chose de diffus. Je savais qu’il était bien disposé à mon encontre, mais il avait surement fort à faire suite au retour de certaines de ses anciennes connaissances. Je décidais donc, de ne pas aller le déranger et préféra me tourner vers quelqu’un de plus proche de moi. De plus, ceci me permettrait de faire connaissance avec un de mes camarades. Je me pris donc la direction de la maison de la vierge, où je sentais la présence d’un de mes frères. Je ne savais rien de celui vers qui je me dirigeais, juste qu’il devait être plus puissant. Une chose était certaine, son cosmos ne dégageait pas cette aura que j’avais ressenti chez le Garuda et qui ne venait pas de sa puissance à proprement parlé.

Le voyage jusqu’à la maison de la Vierge, fut assez rapide, les ombres m’offrant toujours leur passage. Ce ne fut qu’en posant le pied sur le perron de cette demeure que je sentis cette odeur tant familière, celle du sang. Elle semblait se dégager du cosmos qui la baignait. La décoration avait été refaite, surement pour mieux correspondre à l’idée que s’en faisait le nouveau maitre des lieux. Une chauve-souris et un loup gardait l’entrée du temple, qui de par le baroque de ses décorations et l’obscurité présente, était des plus sinistre. Aucune émotion n’apparut sur mon visage, chacun était libre de décorer sa demeure comme bon lui semblait, mais il était certain que le nouveau maitre des lieux n’était pas originaire de la même terre que moi. D’après ce que je pouvais voir, il devait venir d’une contrée se trouvant au nord de ma terre natale. J’avais déjà eu l’occasion de voir, chez quelques riches marchant ou seigneur Otoman des poteries et autres décorations rappelant cette terre, qu’était le royaume de Roumanie et plus précisément celui de Transylvanie. Otant mon casque, que je plaçai sous mon bras … « Charis du Béhémoth demande l’autorisation à pénétrer dans votre demeure » … J’étais impatiente de faire la connaissance du maitre de cette demeure, le côté sinistre de celle-ci n’avait rien de bien dérangeant pour qui avait vu les Enfers.
Revenir en haut Aller en bas
Eiso


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 506
Armure : Armure d'or du Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Ven 24 Juil - 10:34

Harem de la Vierge, l'été n'était décidément pas le point fort de Dracúl à tel point qu'il avait choisi de dormir tout le long de cette saison, le soleil, il n'aimait pas ça et encore moins la chaleur, tant d'éléments qui n'étaient pas à son avantage. Après la visite de la sûblime Grenat, il avait décidé de se renfermer dans son cerceuil pour ne plus en sortir pendant un moment. Malheureusement qui dit dormir, dit ne plus se nourrir de sang et lentement, le corps divin et attirant qu'il possédait perdait de sa beauté et sa force, ses traîts du visage vieillissant, le marquant ressemblant à un vieillard défraichi. C'était d'ailleurs sous cette forme qu'il ne fallait surtout pas réveiller le vampire qui ne contrôlait pas son pouvoir c'était pour celà qu'il valait mieux qu'il reste dans son sommeil profond jusqu'à ce que une odeur de sang humain vienne déranger ses narines, ses sens. Lentement, les yeux du vampire s'ouvrirent, d'un rouge lumineux. Il était couché, ses bras se décroisant petit à petit faisant craquer ses os. Un prêtresse que le vampire avait enlevé d'un village voisin avait vu l'arrivée de la jeune spectre et elle l'avait entendu arriver. Cette prêtresse du vampire désormais se hâta vite d'aller la prévenir, haletant.
"Madame, vous devez partir d'ici immédiatement, le maître dort d'un sommeil profond et il nous a interdit de le réveiller sous aucun prétexte ! Il est habitué à notre sang mais le vôtre, si jeune, sentant si bon à son fin odorat ... Partez vite je vous en conjure!"


La prêtresse, alarmé fit signe de suivre la Béhémoth vers la sortie du harem mais trop tard, un fracas se fit entendre, le couvercle du cerceuil fut projeté sur le côté se brisant contre une des parois de la demeure gothique du vampire. Une ombre en sortit, un corps fin, squeletique en sortir ne laissant apparaître des yeux brillants d'un rouge sanguin.


"Grumph ... Grumph ... Sang !"


Tels étaient les paroles de la bête réveillée qui bondit vers sa servante lui brisant le cou d'un seul coup direct et précis, il ne voulait pas de ce sang tellement goûté et bu. Tenant le cadavre de la prêtresse d'une seule main, la soulevant, il la jeta aussitôt contre l'une des colonne gothique, le reste des os se brisant à son contact. Les crocs sortant, haletant comme une bête blessée, les cheveux blanc, il se rapprocha dangereusement de la spectre. Son cosmos violet sortit, il était d'une puissance inimaginable. En effet, le vampire avait gagné en puissance, atteignant le pouvoir d'un juge, du moins à leur début. Dans son état actuel, le vampire ne faisait aucune distinction de camp, il vit les formes généreuses de la jeune femme qui était devant lui et sans aucune hésitation, il lui mit la main sur son sein droit.
"Femme ... Sang !"


Le vampire, main sur la poitrine de Charis la poussa contre le mur, le cosmos du spectre augmenta, d'étranges ondes sortaient de ses yeux, le but étant de charmer cette femelle qui avait osé pénétrer dans le temple du vampire. Les autres prêtresses, ayant assistées au massacre de l'une de leur congénère, s'enfuirent dans une autre pièce du temple, apeurée. Les de l'étoiles céleste des ténèbres se concentrait néanmoins sur la malheureuse. Il ne fallait pas beaucoup de temps pour que la jeune femme soit complètement subjuguée par le charme du vampire et ce malgré son horrible apparence de vieillard décharné. Bientôt il pourrait s'abreuver de ce sang dont l'odeur avait réveillé Dracúl, ce sang de jeune femme qui l'excitait, augmentait sa soif et son pouvoir de spectre. Comment allait-elle s'en sortir ?
Revenir en haut Aller en bas
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 548

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Mar 28 Juil - 19:42

Alors que je posais mon pied sur le parvis et que je fis quelques pas à l’intérieur du Temple, une jeune femme vint à moi, une vestale, ou prêtresse. Son regard était empli de terreur, tout comme la voix avec laquelle elle m’adressa une mise en garde. Elle me parla de sang, d’appel, de réveil, d’un danger. Lorsqu'elle me fit signe de la suivre, me prenant même le bras, je restai immobile, la toisant de toute ma taille. Je finis même par la repousser, personne ne me dictait mes actes et surement pas une servante. C’est alors qu’un cosmos jaillit, puis le bruit sourd d’un lourd objet tombant sur le sol. La terreur fut encore plus grande dans le regard de la jeune vestale, lorsqu'elle perçut le bruit, elle voulut réagir, mais il fut trop tard. Une silhouette, plus une momie qu’un être vivant, apparut et se jeta sur la pauvre avec sauvagerie. Le cou fut brisé, puis le corps projeté avec aisance et facilité. Elle n’avait pas offert plus de résistance qu’une brindille. Ce ne fut qu’alors qu’il posa sa main sur mon sein droit que je pus mieux voir le maître de cette demeure. Une bête affamée, un prédateur redoutable, ses crocs semblaient disproportionnés pour sa mâchoire. Tout à ma surprise de constater son apparence, je laissais ce Spectre me poussait contre un mur. Quel désir dans son regard, un désir charnel, mais bien lui de celui d’un potentiel amant. Le cosmos qu’il dégageait enfla un peu plus, tout comme mon dégout. S’il avait tout d’un animal, ou du redoutable prédateur, il faisait un bien piètre spectre à mes yeux. Puis je perçus un changement dans l’air, son regard qui plongeait dans le mien semblait avoir un pouvoir. Un charme était à l’œuvre, il voulait me séduire, me rendre docile, si ce tour ne marcha pas sur moi, je le dus en parti en ma volonté qui se refusait de plier. Mais ce fut mon cosmos qui répondit, le Béhémoth qui se réveilla. Sa soif de sang, sa sauvagerie, réveilla la violence, la brutalité qui était mienne. Si son cosmos était puissant, le mien n’en était pas en reste, il surpassait celui de la plupart des étoiles de mon rang, égalant celui des plus puissants guerriers. Quant à la puissance physique, nous nous valions et je pus maintenir ses crocs à distance de ma gorge …

« Pour qui me prenez-vous, je ne suis aussi faible que vous le désireriez »

… S’il comptait sur le charme qui se cachait derrière son regard, moi je comptais sur la force qui se cachait sous mon apparence. Plus il persistait, plus mon cosmos se déployait, violent et brutal. Le choc entre le sien et le mien, avait des répercussions sur le mur contre lequel il m’avait adossé, ainsi que sur le sol qui nous soutenait …

« Le Seigneur Hades n’a nul besoin, d’un serviteur qui ne sait différencier un allié, d’un ennemi et si vous continuez je n’hésiterais pas à vous broyer »

… En disant cela, je plaça ma main ganté de ma surplis sur sa gorge et commença à la resserrer. Son charme perdait en puissance au fur et à mesure que la violence et mon désir de broyer, détruire, gagnait mon regard et mon cosmos. D'ici peu, j’allais libérer toute ma brutalité, toute ma violence, contre lui et ma surplis commençait à répondre, à nourrir ce besoin, ce désir. J'avais toujours eu du mal à contrôler mon cosmos, à le doser correctement. En cet instant, je devais reconnaître, que je ne maîtrisais que peu ma puissance. Ce dernier nourrit par la brutalité et la violence qui m'étaient naturelles, se déployait afin de détruire tout ce qui m'entourait. Et si la puissance pure, du spectre qui me faisait face, était supérieure à la mienne, son corps rachitique et les quelques centimètres que je lui prenais, me permettait de prendre le dessus physiquement, épaulé par ce cosmos brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Eiso


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 506
Armure : Armure d'or du Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Mar 28 Juil - 20:36

La poigne du vampire, malgré son faible état était puissante, rien ne pouvait plus l'arrêter tant que la créature n'avait pas eu son dû en sang malheureusement pour lui, sa victime ne se laissait pas faire et augmenta son cosmos qui était très puissant. L'animal sous l'apparence d'un vieux décharné reculait au fur et à mesure que le cosmos de la jeune femme augmentait, sous l'impact, le vieux vampire recula d'un bond. Il était accroupi, se serrant lui même contre ses genoux comme un enfant pleurant après avoir fait une bêtise. Le vieillard regardait d'un œil la jeune fille qui portait un surplis. En effet sous le choc, le vampire avait repris un peu ses esprits et même s'il ne l'avait jamais vu, le surplis qu'elle portait ne lui était pas inconnu, Dracúl ayant vécu des siècle voir même des millénaires. Il tremblotait, il avait perdu son cosmos mais pouvait de nouveau parler. D'une vieille voix monstrueuse, il lui parla:

"Pars ! Pars vite ! Tu es en danger ici, sous cette forme je suis incontrôlable, je risque de te tuer ... Pars vite avant que je ne perde ce restant de conscience ... Avant que ..."

Le nosferatus se releva avec peine, il respirait difficilement et ses yeux redevinrent rouge sang.

"AVANT QUE JE NE ME TRANSFORME !!! GRAAAAAAAAH !!!"

Le corps vieilli du vampire fut entouré par une aura rouge. Ses muscles gonflaient à vue d’œil, on pouvait entendre les os se craquer, se disloquer. La couleur de sa peau devint foncé, des cornes apparurent sur les côtés de son crâne et des ailes apparurent sous ses aisselles. Son nez devint museau. Le vampire était devenu la bête crainte dans son royaume depuis toujours, une chauve souris géante. De sa taille il atteignait au moins les trois mètres regardant la spectre de haut devenue minuscule. La bête lançait des hurlements se répercutant dans tous les murs de son harem, son cosmos était gigantesque plus rien ne pouvait l'arrêter pas même un juge des enfers pourtant plus fort que lui. De la fumée sortait de ses narines de chauve souris et il commença à marcher vers sa proie d'un pas lourd résonnant à chaque fois, le sol tremblait. Cette fois ci encore, il lança sa grande main vers la jeune femme, il ne savait pas s'il avait réussi à la maintenir mais il s'en moquait, elle pouvait bien le retenir ça n'y changeait rien. Le spectre du vampire ouvrit sa gueule et l'on pouvait entendre ses organes bouger à l'intérieur, une longue mandibule en sortit, prête à aller chercher la gorge de sa visiteuse, prête à lui absorber tout son sang. La conscience du vampire ne pouvait empêcher celle de la bête, il était pieds et poings liés face à sa soif et sa transformation, il ne voulait aucun mal à Charis mais rien ne le stoppait dans son oeuvre. Peut être que la spectre du Béhémoth trouverait une solution mais peu ont réussi ce miracle à part son dieu ... Hadès. La mandibule continuait de s'allonger dangereusement vers la spectre du Béhémoth ...
Revenir en haut Aller en bas
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 548

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Sam 1 Aoû - 17:08

Mon cosmos et ma puissance physique sembla me donner l’avantage et me permit de repousser le monstre qui vivait dans l’âme du Spectre que j’étais venu rencontrer. Cette lutte ne se joua pas que sur le plan spirituel, alors que la créature était repoussée, Dracûl recula lui aussi. Lorsque je le vis se recroqueviller sur lui, se mettre à trembler telle une pauvre créature pathétique, je sentis le dégoût me gagner. Le fait que son apparence était celle d’un vieillard décharné, ne me dérangeait pas, il avait fait montre d’une grande puissance. Je savais qu’il n’était pas toujours évident de lutter contre les démons qui habitaient nos âmes, mais c’était en parvenant à les vaincre que l’on prouvait qui ont été, que l’on gagnait notre rang. Si le dégoût me gagnait devant le spectacle qu’il m’offrait, un doute apparut celui de sa place parmi notre armée. Il était clair, qu’il ne comprenait pas la responsabilité que représentait le fait de porter une Surplis. Il ne se trouvait pas dans son château, dans sa demeure, où il pouvait se laisser aller. Prendre le risque de perdre le contrôle alors que l’on devait œuvrer avec d’autres et assurer la protection d’un domaine, était quelque chose d’inacceptable à mes yeux.

Alors que mon regard, mes pensées, se tournaient vers tout ce que je ressentais envers ce Spectre, je le vis confirmer mes doutes à son égard. Ainsi il ne parvenait pas à contrôler la créature qu’il représentait et qui prenait vie sous mes yeux. J’avais passé plusieurs années à lutter contre le Béhémoth afin de pouvoir porter sa Surplis, apprendre à le connaitre, à le maitriser. Lorsque l’énorme main se projeta vers moi, je parvins à l’esquiver, profitant du fait que la transformation n’était pas terminée. Je compris la nature de la créature qui vivait dans l’âme de Dracûl, une créature monstrueuse et pouvant inspirer la peur chez ceux lui faisant face. Je comprenais le choix de notre Seigneur, mais cela ne changeait pas mon point de vue sur lui. La main évitée, fut rapidement remplacée par des mandibules qui se rapprochaient de ma gorge. Le Spectre semblait avoir disparu du regard de la créature, pour la laisser seule aux commandes. Je laissai le Béhémoth s’éveiller en moi, ce qui se manifesta par l’illumination des yeux de la tête de la créature représentée sur mon épaule. Mais à la différence du Vampire, je ne le laissai prendre le contrôle. Mon cosmos explosa de nouveau, avant de se concentrer dans mon corps. Je le libérai dans une attaque puissante, qu’aucune défense ne pouvait arrêter, qui prit l’apparence d’un Béhémoth chargeant. La mandibule vint me heurter, mais ma surplis me protégea de cette attaque. Le coup était violent, mais sa force n’était en rien comparable à celle de celui dont je portais l’armure. Mon attaque avait certainement atteint sa cible, mais cela n’allait certainement pas arrêter la créature avide de sang. J’avais le choix entre me lancer dans un combat finissant surement par la mort de l’un de nous ou trouver un moyen de calmer sa faim et ainsi permettre à Dracûl de reprendre le contrôle.

Me servant des ombres qui nous entouraient, je me glissai dans celles-ci afin de disparaître du regard de vampire qui m’attaquait. Il me fallut à peine quelques courtes secondes, pour réapparaître aux côté d’une des servantes du maitre de cette demeure. Cette dernière était pétrifiée de peur et tel un petit animal elle avait trouvé refuge dans un espace réduit. Distinguant ma présence, elle se retourna vers moi, le visage couvert de larmes. Son regard, comme son attitude me demandait de partir de la laisser. Un sourire mauvais apparut sur mon visage au moment où je l’attrapai. La créature me retrouva rapidement, je comptai me servir de la vie de cette femme pour satisfaire ce monstre, ainsi que de celles de toutes les autres, sans pitié et même avec une certaine jubilation.
Revenir en haut Aller en bas
Eiso


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 506
Armure : Armure d'or du Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Mer 18 Nov - 11:11

LA bête avait faim, la bête avait soif de sang et de chair fraiche et Charis du Béhémoth était la victime parfaite pour le vampire, elle était des plus ferme et représentait un met de choix pour la créature sauvage. Mais tout ne se passait pas comme le vampire le souhaitait et la spectre résistait bien aux assauts de la bête qui recula sous la force du Béhémoth, une force incroyable mais pas assez pour en finir avec la bête sanglante qui s'arrêta net, les pieds ou plutôt les pattes encastrées dans le sol.

"GROUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!"

La créature hurla de colère, elle n'aimait pas qu'on lui résiste de cette manière. Qui plus est, Charis avait disparue du champ de vision du vampire mais la spectre aurait beau disparaitre, Dracúl pouvait sentir son odeur, son sang la trompait, la créature de la nuit sentait n'importe quelle odeur de sang ne fut ce qu'une égratignure, il sentait qu'elle n'était pas seule d'ailleurs. D'un bond la bête sauvage fonça vers les deux protagonistes et en saisit l'une des deux, c'était une de ses servantes. Sans hésitation aucune, il planta ses crocs dans la gorge de celle ci, la mandibule sortant et aspirant le liquide vital de sa victime qui pâlissait de plus en plus, son corps maigrissant à vue d'oeil, se décharant, s'asséchant à l'aspiration de son sang. Il en jeta la dépouille comme d'un déchet et regarda la spectre, de nouveau il hurla dans tout le temple, il déploya ses ailes de chauve souris et ouvrit sa gueule ensanglantée. Une énorme boule de feu en sortit et alla à l'encontre de la spectre celle ci explosa à son contact propulsant vers l'arrière l'immense créature de la nuit qui tomba dans un lourd fracas de roches et de colonnes gothiques. Une main en sortit mais elle fut de forme humaine, elle repoussa les rochers, Dracúl avait repris forme humaine, l'autre main se frottant son front. Le vampire, nu regarda en direction de la spectre, il vit un cadavre mais ce n'était pas elle, heureusement.

"Meeerde ! Charis ! Qu'ai-je fait ???"

Le vampire se releva, son corps avait repris sa forme normale, musclé, tracé, plus aucune trace de rides ou de vieillesse. Ses longs cheveux étaient de nouveau noir, son visage jeune avec ce regard vampirique. Le prince des ténèbres avança vers les gravats de l'explosion de tout à l'heure, il regarda le corps de la jeune fille, c'était son sang qui lui avait permis de reprendre ses esprits.

"Charis, Charis ! Où es-tu ?"

LE vampire s'en voulait, il avait encore une fois perdu les pédales et c'était une de ses compagnons d'arme qui en avait fait les frais, il ne savait pas si elle était en vie quand soudain il sentit une infîme odeur de sang, peut-être était-ce elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 548

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Dim 29 Nov - 22:37

Dire que me retrouver à quelques centimètres de la gueule, de la créature qui me faisait face, me laissait insensible serait faux. Seule une créature sans cœur et sans âme, pourrait rester insensible devant un tel spectacle. Si certains pouvaient voir en elle, l’incarnation de la mort, personnellement je ne voyais que la folie du Spectre qui me faisait face. Ce dernier était habité par une créature infernale, un monstre assoiffé par le sang et la violence. Lorsque la boule de feu, apparut, je ne pus que croiser mes bras devant moi, afin d’amortir la force de l’explosion.
La force de cette dernière n’était pas comparable à celle qui avait soufflé une partie du temple du Garuda, lors de l’attaque du serviteur de ce Pséma. Malgré tout, je fus propulsé avec force et puissance et percuta plusieurs piliers qui se brisèrent sous l’impact. Mon corps habitué à la violence avait rarement autant souffert, même l’assistance de ma surplis ne m’évita pas de subir la violence dégagée. L’appel de mon frère d’arme, qui semblait avoir retrouvé son esprit, m’aidèrent à sortir du brouillard qui nappé mon esprit. Son inquiétude, me fit sourire, un sourire froid, mais malgré tout amusé. Repoussant les débris qui me recouvraient, je me levai dans une explosion de cosmos chassant la poussière et les flammes qui couraient encore sur mon corps. Du sang coulait de mon front, mon armure était fissurée par endroit, mais je me tenais droite. D’un mouvement assuré, je me massai le cou, avant de faire quelques pas vers le Vampire qui me faisait face et qui semblait se morfondre dans la culpabilité.

… « Quelle puissance, dommage que tu ne la contrôle point » …

Mon regard balaya le spectacle qui nous entourait. On pouvait deviner les corps sans vies, de quelques malheureuses prisent de la folie sauvage du maitre de ces lieux.

… « Je ne m’attendais pas à un tel salut, en venant te présenter mes hommages mon frère » …

Il est vrai qu’au vu de la scène, qui aurait pu penser que tout cela était dut à une simple visite de courtoisie. Remarquant le corps de la servante qui m’avait servi de bouclier, je ne pus que m’excuser pour ce désagrément.

… « Je verrais à te faire parvenir quelques-unes de mes servantes pour te dédommager de la perte de celles-ci. » …

Maintenant que les salutations avaient été faites, je pouvais passer à la raison de ma visite à cet homme. Lui aussi une créature mythique dont on fait des légendes.

… « Maintenant que les présentations son faites, pouvons-nous aborder la raison de ma venue, même si nous avons commencé celle-ci. » …

Mon regard, tout comme mon attitude prouvait que si j’avais été secoué par nos premiers échanges, j’étais loin d’avoir épuisé toute ma force et mes moyens. Maintenant, il ne me restait plus qu’à voir la réaction du Maitre de ses lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Eiso


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 506
Armure : Armure d'or du Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Mar 15 Déc - 12:48

A son grand soulagement, Charis avait survécu à l'attaque bestiale du vampire, cette spectre présentait vraiment une grande résistance, pas étonnant quand on représente une bête mythologique telle que le Béhémoth. CEtte dernière la félicita pour la puissance de cette technique malgré le manque de contrôle. Dracúl se frotta les cheveux, tout mal qu'il était par le geste qu'il venait d'accomplir.

"Je ... Je suis confus. Du temps ou je combattais pour Hadès il y a de ça cinq cents ans, je pouvais contrôler ce côté bestial facilement. LE fait de m'être réincarné depuis le corps d'Alucard ne pas permis de retrouver encore toutes mes facultés et toute ma véritable puissance. J'ai essayé de me priver de sang pendant un moment afin de contrôler ma soif bestiale mais le manque était trop fort. J'en suis désolé gente dame."

Certes, la spectre ne s'attendait pas à un tel salut. Il est vrai que le vampire était beaucoup maniéré, surtout avec les femmes.

"Quand je suis dans mon état de manque, je perds ma musculature pour devenir le vieux débris que tu as pu voir. Quand je suis en ce mode de vieillissement prononcé, la soif m'envahit et je perds tout contrôle et la partie bestiale apparaît. Au temps jadis, il me suffisait juste de me transformer, c'est dire à quel point je suis faible aujourd'hui. Maudit sois ce jeune corps de mon descendant !"

Charis était prête à lui donner une de ses servantes pour dédommager le prince des ténèbres d'en avoir sacrifié une, la créature des ténèbres n'en était que plus ravi.

"Je ne mérite pas un tel sacrifice mais je t'en remercie, le sang commence à se faire rare ces temps ci."

Ensuite elle enchaîna pour demander si elle pouvait enfin expliquer les raisons de sa présence, il était évident que les choses ont fait que ça n'avait pas été possible à cause de l'état du vampire. Maintenant qu'il s'était nourri, tous ses sens étaient de nouveau éveillés et il pourrait écouter la spectre avec beaucoup d'attention. Ce n'était sans doute pas pour s'amuser à faire des jeux de nuits, Dracúl s'y attendait mais on ne savait jamais ce que les spectres étaient capables de faire aujourd'hui.

"Je t'écoute Charis, je suis tout ouïe ..."

Le vampire croisa les bras et était prêt à écouter les dires de son compagnon d'arme. Qu'allait-elle bien pouvoir dire ?

Revenir en haut Aller en bas
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 548

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Ven 8 Jan - 16:38

Est-ce que tous les Spectres s’excusaient de la sorte, je n’en comprenais pas très bien la raison. Soit il m’avait attaqué, défendant son domaine, son territoire et alors. Au lieu de s’excuser de ne pas avoir pu contrôler sa nature, il n’avait qu’à parvenir à le faire ou s’assurer que celle-ci ne pouvait se réveiller. Ce n’était pas ses excuses qui allaient changer quoi que ce soit et puis cela m’avait permis de livrer un combat des plus intéressant. Gardant mes pensées pour moi, je lui fis signe qu’il n’y avait aucun mal au travers un geste de la main et quelques mots.

… « Nul tord n’a été fait, tu n’as pas à t’excuser, j’aurais dû écouter ta servante » …

Après tout, j’avais ma part de responsabilité, en m’invitant sans le prévenir, le surprenant au saut du lit. Si j’avais suivit le protocole, il aurait pu se nourrir avant mon arrivée, ce qui aurait évité que son accueil soit si agressif. Mon comportement quelque peu léger, était aussi la raison pour laquelle je lui avais proposé un dédommagement, en remplaçant les servantes qui n’avaient pas survivre à notre salut. Le reste des explications, ne m’intéressèrent que peu, mais je commençais à connaitre un peu ses chevaliers d’un autre temps, pour qui l’étiquette avait une certaine valeur, surement un moyen pour eux de ne pas oublier qui ils étaient, leur humanité. Après tout sous nos surplis sombres, nous étions tous humains, pas tous vivants soit, mais nous n’avions pas abandonné notre humanité. D’ailleurs c’était grâce à elle que nous pouvions servir notre Seigneur.
Une fois encore, il se comporta tel un gentil homme, comportement auquel je n’étais pas encore totalement habitué, moi la gladiatrice. Tous les hommes que j’avais croisé, étaient pour la plupart des brutes sans manières, ou imitant seulement celles-ci. Aucun ne pouvait prétendre à la noblesse que j’avais pu rencontrer chez la plupart de mes frères d’armes, sans parler de nos leaders. Suite à tout cela nous arrivâmes enfin au sujet qui m’intéressait.

… « J’étais venu te voir, afin de pouvoir mesurer ma force à la tienne et ainsi m’habituer à combattre des guerriers utilisant le cosmos » …

Puis désignant le décor qui nous entourait, un sourire apparut sur mon visage.

… « Mais il semble que nous avons déjà commencé. De ma vie de combattante, je n’avais encore jamais affronté un adversaire de ta puissance, me contentant de quelques soldats squelettes lors de mon séjour dans le royaume, de notre Maitre » ...

Remarquant un banc ayant survécut à la tornade de rage qui avait été libéré, je m’asseyais attendant la réponse de mon hôte.
Revenir en haut Aller en bas
Eiso


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 506
Armure : Armure d'or du Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   Sam 9 Jan - 18:11

Dracúl écouta avec attention ce que disait Charis quand il s'aperçut qu'il ne portait rien sur lui. En effet, lorsque le vampire se transformait en créature bestiale, son surplis le quittait et ses vêtements tombaient en lambeaux. Là c'était tout à fait différent, en forme de vieillard, le prince noir ne s'était pas habillé ce qui voulait dire que la Béhémoth avait tout eu le loisir de voir l'immortel nu. Un peu gêné, il clappa des doigts et une des rares servantes qui avaient survécu au carnage lui amena des vêtements. Un pantalon noir moulant et une chemise typée du dix-huitième siècle qu'il mit en vitesse. D'habitude, le vampire se moquait de se montrer nu devant une femme mais Charis n'était pas le genre de fille a aimé mater ne fut ce que les hommes bâtis et ce n'était visiblement pas le moment. La spectre ne lui en voulait pas d'avoir agi ainsi, après tout elle avait continué le combat et elle confirma les pensées du vampire en expliquant le but de sa venue. Elle voulait tester sa force face à des êtres sachant manier le cosmos depuis longtemps. Avec un sourire dont il ne s'y attendait pas elle montra les ruines de son harem. Le combat avait été épique apparemment.

"Il fut un temps ou cela aurait été plus intéressant pour toi de me combattre, je n'ai pas encore récupéré toute ma puissance légendaire qui faisait de moi l'un des membres de l'élite de sa Majesté Hadès."

La jeune femme alla s'asseoir sur un bance qui était resté plus ou moins intacte, le spectre du vampire lui parla directement.

"Allons, allons, tu ne vas pas t'asseoir comme ça, j'ai décidément oublié les bonnes manières. Servantes ! Apportez une table, deux chaises et tout ce qui a attrait à une bonne table d'invité, vite !"

La servante apeurée alla chercher une plus jeune et bientôt, une balle table était montée en plein milieu des ruines. Un nappe finement cousue la recouvrait ainsi que des couverts et autres ustensiles. Un chandelier trônait au milieu de la table illuminant un peu mieux le harem de la vierge. Après quelques instants, les deux servantes, fatiguées avaient cuisiné un repas qui attendait la Béhémoth. Une bouteille de vin y était aussi déposée ainsi que deux verres. Le vampire l'ouvrit et servit deux verres. Il invita la spectre à venir s'asseoir. Dracúl huma son verre de vin.

"Le chevalier de la vierge avait bon goût niveau vin, il en avait toute une cargaison, il y a même du vin de Rodorio comme celui ci, un vrai nectar !"

Le spectre en but une gorgée ce qui devait peut être étonner Charis.

"Le vin, je peux encore en boire, dommage qu'il ne me rende pas saoul. C'est sans doute ça qui me manque le plus de l'époque ou j'étais immortel ha ! ha ! ha! Santé Charis puisse Hadès nous guider dans les futurs combats qu nous attendent."

Le prince salua la spectre et but une bonne gorgée cette fois levant son verre vers elle. Il était certain que des combats les attendraient de nouveau mais quand ? Il savait que les saints n'allaient pas laissé le sanctuaire aux spectres indéfiniment, néanmoins ils devaient profiter de ce moment comme il se devait et ce qu'ils firent en buvant et mangeant gracieusement sur le compte des saints.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fin Aout 1755] Par un jour orageux [Entrainement avec Dracul]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Histoires Parallèles :: Chroniques des Anciens Temps-