RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Lun 27 Juil - 12:12

L'écho du Silence







Les troupes constituées de gardes spectrales commençaient à s'agiter nerveusement au cœur de cette nuit sans lune et étoiles, chacun pressentant un danger qui les menaçait. Mais rien ne laissait présager le massacre qui allait suivre. Car le silence les enveloppait dans un manteau qui n'allait pas tarder à devenir leur linceul. Ce beau silence en trois parts, des choses que les simples mortels ne pouvaient qu'effleurer. « Le premier était calme et creux, l'écho des choses absentes » le vent s'engouffra entre les branches des arbres aux alentours en soupirant, laissant s'envoler les feuilles mortes. Bientôt ne tarderait plus l'automne. Le premier silence aurait pu être rythmé si les gardes parlaient entre eux, discutaient librement de choses et d'autres, de la guerre qui se profilait. Mais, elle était déjà là. Le second silence était plus difficile à cerner car il embrassait bien souvent celui « qui était calme et creux », il fallait y faire très attention, pour le capter, le capturer, car bien plus vaste, harmonieux.

Quant au troisième silence, il était dans toutes les choses. Dans la mort aussi, l'ultime silence. Et la Sorcière des Eaux connaissait très bien les musiques du Silence.

La pâle silhouette de la Sirène Maléfique, enveloppée dans une lourde cape noire aux pans irréels qui flottaient dans tous les sens, s'avançait dans ce charnier. Au milieu des cadavres des spectres qui n'avaient pas eu le temps de comprendre que l'heure avait sonné pour eux, Satine, sous le couvert de sa capuche dont une épaisse ombre mangeait le visage, les observait avec une détermination tranquille. Leurs mines affreuses, tordues dans un rictus d'atroce agonie la laissait parfaitement indifférente. D'une froideur peu commune. Ainsi continua t-elle son chemin sans se soucier qu'elle puisse être découverte ou non. Satine O'Bannon arriva à l'entrée du Sanctuaire sans aucuns problèmes, fauchant les fausses-vies de ces être répugnants d'un simple claquement de doigts. En gravissant les premières marches, la Magicienne laissa exploser son cosmos dans les ténèbres.

Je suis Satine O'Bannon et je vous somme de me rendre ma sœur sur le champ!

Nul besoin de parler, son énergie issue des étoiles envoyait son message pour elle, explosant dans tous les esprits qu'elle pourrait toucher. Ceux qui avaient connu Mary au temps de la dernière Guerre ne sauraient en reconnaître la même essence tant celle-ci avait changé. Par contre, ceux ayant été témoin de sa première « métamorphose » pourraient ressentir la main d'Amphitrite, la Magicienne Originelle guider les pas de son élue.

Elle continua de progresser sous le couvert de cette nuit, qui, sans lune et étoiles était terrifiante, et pleine de terreur.




*Les phrases entre guillemets-italiques sont issues du Nom du Vent de Patrick Rothfuss

Celles en italiques simples, les pensées télépathiques de Satine




© Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mar 28 Juil - 18:28

Lentement, surgissant des flots avec sa mine des mauvais jours, le Grand Prêtre de Poséidon était arrivé dans la région grecque et sentait le cosmos d'Amphitrite dans la région. Un rapport lui avait mentionné quelques minutes auparavant que sa Fille avait été vu dans la région, il fallait savoir le pourquoi du comment dans l'immédiat. Il fit signe aux soldats d'avancer alors que lui avait pris un cheval assez lourd pour foncer dans le tas si besoin. L'air était électrique, un orage suivait son ascension au même rythme que les grondements de la Terre. Poséidon accompagnait ses pas - enfin ses sabots - et c'était pas plus mal sur l'occasion. Il espérait aussi que ses courriers en Asgard aurait fait bouger l'autre olibrius ! Pas gagné toutefois, il aimait autant les Saints qu'une souris aimait les chats... Ou le contraire, enfin qu'importe !

Il vit devant lui un visage, une figure, un corps semblable à sa fille mais pourtant si différent. Tout son cosmos avait tellement changé que sans ce fameux rapports de ses espions, il n'aurait jamais fait le lien entre elle et ce manteau azuréen qui se lovait au delà de ses épaules. Soudain, une dizaine de squelettes de garde vinrent à sa rencontre pour arrêter sa marche, cabrant son cheval, il fit tomber les sabots de sa monture sur leur gueule pour les exploser. Ils étaient morts avant même de le savoir... Enfin avec Hadès, c'était pas dit ! Content de son petit effet, il continua son chemin pour arriver près d'elle.

- Mary... Enfin si c'est encore toi ! Qu'est ce que tu fous ici ? C'est pour ta soeur ? Tu ne devrais pas venir ici dans cet état !

Il fit alors signe à deux gardes de la protéger. Les autres Généraux n'allaient pas tarder, inutile d'en rajouter dans les minutes à venir. Il sentait que son cosmos se propageait dans tout l'ancien sanctuaire de la Déesse de la Guerre, pourquoi ? Il s'en doutait mais dans le doute, il préférait assurer à minima sa sécurité. Le cosmos d'Amphitrite rayonnait en elle manifestement et cela ne lui faisait pas plaisir du tout, elle avait fait de sa fille une marionnette pour ses sombres manoeuvres. Dans ce domaine, il devait bien avouer qu'il était assez fort mais au moins il avait de l'honneur, pas Elle... Soufflant, il regardait dans le lointain et fit signe d'avancer, le temps de la guerre était venue !

Jack a écrit:
HRP : Un orage assez violent tombe sur le Sanctuaire à ce moment là, la terre tremble par moment. Nous sommes arrivés, coucou ! Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 29 Juil - 13:25

Arrow Précédent : Asgard



A son tour le maître-djinn sortit des eaux, suivant ses deux maîtres avec la même impassibilité. Il avait été fort surpris d'apprendre que Satine était de retour, changée, mais de retour. Sa vie étant liée, soumise même à la sienne, qu'importaient les changements qui modifiaient sa personne, il saurait la reconnaître et la soutenir en toutes circonstances. Telle était sa malédiction.

Jack menait la cadence de ce qui serait bientôt une armée de navires et de soldats marins en tous genres, monté sur un fier destrier, écho de Poséidon. Ils présentaient belle allure tous deux, et leurs cosmos étaient d'autant plus impressionnants que les éléments s'affolaient autour d'eux.

Affecté par la tension qui régnait sur la nature environnante, Melodias sentait une détermination froide parcourir ses veines, bien qu'il ne cautionnât pas l'utilisation des djinns pour une guerre personnelle. A sa suite et celles des seigneurs des océans, les arbres s'étaient levés à leur tour, accompagnés de leurs dryades. Le vent s'était mis à souffler et le ciel à gronder. La pluie ne tarderait pas. Et ces éclairs que Zeus ne déchainaient pas pour eux, le capitaine en était parcouru de toutes parts, électrisé au sens propre du terme. Son essence de gardien réagissait à l'hostilité ambiante comme un aimant au champ magnétique. L'épée au clair, la piétaille soldatesque avait vite compris qu'il ne fallait pas s'approcher de lui trop près, sous peine de se faire griller sur place.

Spontanément, il suivit les deux gardes affectés à la protection de la nouvelle Satine. Il avait trop échoué pour se permettre de la laisser encore partir seule devant. Le maître des eaux, grand seigneur, l'avait pardonné pour ces missives avortées, sa garde impossible à assurer, ses erreurs... cette fois, tout devait changer, ou bien il ne mériterait plus d'être un djinn.

Il posa genou à terre derrière l'élue d'Amphitrite, tandis que la compagnie marquait une brève halte pour mettre fin à l'existence des premiers soldats spectraux en vue.

"Dame Satine, ma vie est vôtre. Ordonnez et j'agirai."
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 29 Juil - 22:43

Sanctuaire Sous-Marin Arrow

Une fente s'ouvrit dans le ciel, laissant alors apparaître la silhouette du Général du Dragon des Mers. Cependant, ce dernier ne s'attendait à voir que Mary sur place, mais elle était déjà accompagnée par ce bon vieux Jack et un autre Marina dont Haiken ignorait le nom. En même temps, il n'avait pas vraiment fait l'effort de le savoir...

Croyant donc que le champ était libre et que l'atterrissage se ferait sans aucun problème, le Dragon des Mers heurta le Prêtre de Poséidon, lui tombant littéralement dessus. Il aurait pu faire un léger effort pour l'éviter ou bien pour amenuiser l'impact, mais après tout à quoi bon? Il heurtait le vieillard avec violence, le faisant flancher sur le sol. Il se relevait à peine avant de lâcher quelques mots, continuant le petit jeu de provocations qui les liait.

- Ah t'étais la le vieux? Désolé je t'ai pas vu! Mais bon, s'il fallait heurter quelqu'un, ça tombe plutôt bien que ce soit toi! D'ailleurs t'as fait vite, je m'attendais pas à te voir déjà ici!

Il laissait le temps à son beau père de se relever, avant de s'approcher de lui et le défier du regard. L'expression de son visage ne laissait aucun doute qu'il allait laissé les petites provocations de côtés et qu'il était sérieux!

- J'espère que tu es content de toi! Grâce à ton ultimatum, les Spectres ont réagi en kidnappant ta fille! S'il lui arrive quoique ce soit, crois-moi que je t'en tiendrai responsable autant que les Spectres. J'ignore quels sont tes plans, mais sois sûr d'une chose, dès que je la récupère je me tire, que cela te plaise ou non!

Il lui tournait le dos et faisait craquer ses doigts, se préparant déjà au combat. L'autre Marina semblait se mettre sous les ordres de la Sirène Maléfique. Qu'il ne s'attende pas à recevoir des ordres de sa part, elle ne pourrait pas les lui donner.

- Elle est devenue muette! Mais elle peut t'entendre! Mary! - il arrivait à sa hauteur, laissant son Cosmos dénoncé sa position exacte. - Allons récupérer ta soeur!
Revenir en haut Aller en bas
Satine


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 1128

Feuille de Personnage :
HP:
129/150  (129/150)
CS:
148/190  (148/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 29 Juil - 23:16

L'écho du Silence







Les yeux améthystes de Satine O'Bannon se posèrent sur la grande silhouette de son père Jack, tout fier ainsi juché sur sa monture. Mary ? Encore ce nom, un nom qu'elle ne reconnaissait pas. Car il n'était pas le sien, plus maintenant. La pirate Mary Red était morte, et avec elle, sa fougue et sa propension à la violence. À la place, toute auréolée d'une froide détermination, la jeune magicienne ignora Jack et ses questions pour continuer sa marche. Ceux qui eurent la mauvaise idée de tenter de se dresser devant elle durent essuyer le coup rageur du Grand Prêtre, ainsi que le déchaînement des éléments. Foudre et eaux, la terre aussi rentrait en résonance pour réduire le silence à néant et faire resplendir la voix de l'ébranleur de Terre.

Les guerriers-squelettes se ruaient sur eux, vainement, très vite anéantis au même titre que les autres. C'en était presque risible, mais Satine n'avait aucune envie de sourire. Son esprit était focalisé sur une unique chose : délivrer sa sœur et tuer quiconque oserait l'en empêcher.

Quand Melodias mit un genoux à terre, l'élue d'Amphitrite se détourna un bref instant pour le regarder, l'intimer, d'un geste à se redresser. Ils n'avaient pas le temps pour ce genre de cérémonie. L'intervention d'Haiken, sur ce coup, lui fut profitable et elle l'en remercia d'un simple hochement de tête. Confiant sa main au maître Djinn pour qu'il puisse la conduire à la façon d'autrefois, impérieuse et toujours recouverte de ce manteau sombre qui ne laissait entrevoir que brièvement l'éclat de ses yeux – nimbés d'un cosmos étrange, aux accents de mystère – Satine n'attendit pas un instant de plus et commença à gravir les marches qui les mèneraient au premier Temple du Zodiaque.

Et alors qu'elle progressait aux côtés d'Haiken et de Melodias, Satine entendit le son de cor se répercuter jusque ici.

Une nouvelle guerre venait de débuter.

=> Temple des Gémeaux






© Never-Utopia


Dernière édition par Satine le Ven 7 Aoû - 14:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Jeu 30 Juil - 12:43

L’ombre observait à plusieurs centaines de mètres l’attroupement qui se formait peu à peu. Dissimulé dans les hauteurs par la roche, recouvert de la tête aux pieds d’une cape sombre recopiant son entourage avec une perfection d’orfèvre, allant même jusqu’à faire de l’homme immobile un véritable caméléon. La seule chose qui pouvait trahir sa présence dans le fond noir de la nuit était cette légère bande laissant apparaître ses yeux, et le fait que sa cape de distinguait pas les gouttes de l’averse qui avait débuté en même temps que l’arrivée des intrus. Mais cela ne gênait guère l’homme, bien au contraire, cette pluie était providentielle, diminuant encore plus la visibilité et le dissimulant d’autant mieux.

Il était resté interdit en voyant arriver la troupe. Il ne les connaissait que trop bien. Et leur manière d’être, les échos de leur cosmos, lui avaient mis la puce à l’oreille. Mais lorsqu’ils commencèrent à se diriger vers la Maison du Bélier, ou du moins l’horrible bâtiment qui se dressait en lieu et place de l’ancienne demeure de Shion, ses hypothèses se confirmèrent.

Prenant garde à ne pas éveiller son cosmos, il orienta ses perceptions vers les nouvelles maisons du Sanctuaire. Dans chacune, il sentit la présence obscure d’un Spectre à l’affût. Il ne lui en fallut pas plus.

Alors que les Atlantes avançaient, l’homme recula lentement et se mit à couvert dans la plus grande discrétion. Il rejoint alors cette petite niche dans la roche qui lui servait de quartier général : en cet instant, une simple cage s’y trouvait, où avaient élu domicile trois faucons. S’asseyant par terre, l’homme matérialisa un parchemin et une plaque de métal en guise de support. Il s’attela alors à écrire le message codé relatant ses observations. Enroulant le parchemin dans un tube de verre matérialisé par ses soins, il sortit l’un des rapaces et y accrocha le tube. L’oiseau s’envola d’une tire d’ailes. Il savait ce qu’il avait à faire.

L’homme retourna alors à son point d’observation. Habilement dissimulé, il continua à observer les événements, attendant son heure.

Citation :
Caedus n'est pas détectable, ni en visuel, ni dans le cosmos pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Jeu 30 Juil - 20:07

- Tu changeras donc jamais...

Fatigué de ces petits jeux perpétuels, Jack se relevait en envoyant chier de la main le Général du Dragon des Mers. Tapant la croupe de son cheval, il le laissait retourner en arrière et reprit son chemin derrière Mary en toisant du regard les personnes autour de lui. Il n'était pas d'humeur à répondre aux petites attaques du fils de son ancien "ami", il était sur la même pente que lui en fait en s'estimant plus malin que les autres. Facile pour lui de critiquer le nouveau Grand Prêtre, il ne prenait jamais d'initiatives depuis un bail et c'était pas son inaction qui allait sauver Ann de sa situation. Et puis, il prenait les choses comme acquises, comme si tout était lié à cette guerre... C'était un peu vite oublier que la Wyvern était plus liée à Satine qu'à Ann, pourquoi l'enlever au risque de perdre la personne qu'il aimait ? Pffff, petit con il était, petit con il resterait !

Alors qu'il avançait, il prit de l'avance sur Satine. Des auras s'agitaient dans le lointain et personne ne savait comment les choses allaient commencé. Si une chose était sûre, c'était que le Grand Prêtre était prêt à abandonner toute idée de guerre selon deux conditions : retrouver sa fille et que la terre d'Athéna soit restituée à... Athéna ! Il avait des idées derrière la tête - ne rêvons pas - mais son but était clairement de replacer l'ordre des choses dans le bon sens. Depuis des mois, les Saints se la touchaient comme des lampistes, fallait qu'il se bouge encore pour leur sauver leur terre à ces demeurés !

Quand il vit la personne l'attendant sur le parvis du temple, il laissait passer l'onde de poséidon en lui pour intimer à sa "fille" de ne plus avancer. Inutile d'en rajouter encore...

=> temple du Bélier

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Jeu 30 Juil - 21:25

Le djinn fut aussi perturbée par l'arrivée dimensionnelle d'Haiken que par son improbable révélation sur la condition de sa déesse -Satine, pas Amphitrite pour le coup. Il se releva au signe qu'elle lui fit et constata que le général disait la vérité. Comment lui pouvait-il être au courant si vite, alors qu'en tant que son serviteur Melodias ne savait rien d'elle ? Il baissa les yeux, se sentant réellement inutile. Pourquoi Poséidon l'avait-il ressuscité au juste ?

Coupant court à ses pensées, Satine lui confia sa main. Avant de la recevoir, il tendit le bras vers l'avant, et toute la foudre parcourant son corps se concentra en un duo d'éclairs meurtriers qui grillèrent tout être remuant jusqu'à l'entrée de la prochaine demeure. Il saisit donc après cela la douce main de Satine, avec délicatesse, et l'accompagna en s'adaptant à son pas, les éclairs autour de lui s'évanouissant instantanément.

"Vous n'avez pas besoin de parler. Si vous m'y autorisez je peux ressentir simplement ce que vous voulez en lisant dans votre cœur."

La Voix des océans se mit alors en branle et Jack prit la tête de la troupe avec son destrier, tandis qu'eux progressaient plus lentement, en faisant le ménage en profondeur. C'est qu'il y en avait des hors-d’œuvre dans les rangs d'Hadès, et pas frais en plus. L'on pouvait déjà sentir dans les étages supérieurs les cosmos impatients des juges déjà prêts à les recevoir à leur manière. Autant ne pas les décevoir, d'excellents guerriers étaient réunis là et Melodias se sentait même de trop parmi eux. Pour ne pas dire la crème de la vase sous-marine. Sans même avoir combattu contre et avec eux, le djinn pouvait sentir les puissances le dépasser sans problème. Il devait tenir son rang cette fois.

Arrow Suit le groupe
Revenir en haut Aller en bas
Ciarán


Général
Général
avatar

Messages : 272

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Ven 31 Juil - 13:59

« Y’a plus rien à boire, mon chou. »

Les paroles avaient été prononcées avec douceur, et elles émanaient d’un être aussi ravissant qu’enivrant, mais aux oreilles de Ciarán, elles sonnaient comme un crissement d’ongle sur un tableau noir. La jeune femme, encore à moitié nue, le regarda avec étonnement se lever comme un automate. Il ne l’avait rejoint que depuis quelques heures et il partait déjà ?

« Mais où tu vas, trésor ? » tenta-t-elle de le raisonner. Après tout, il avait payé pour la nuit entière, et elle était loin d’être finie ! C’était inutile, le Kraken avait humé dans l’air l’odeur du sang. « Tá sé clobberin am. » se contenta-t-il de répondre avec un sourire carnassier. Le jeune homme prit tout juste le temps d’enfiler son pantalon, et disparut par la porte de la chambre à coucher, alors que de son côté, sa concubine pour la nuit se levait pour se servir un peu d’eau. Cet irlandais était vraiment invraisemblable…

L’air nocturne était frais, mais il n’avait pas vraiment peur d’attraper un rhume. En claquant des doigts, il fit apparaître son écaille dans une myriade d’étincelles, et cette dernière se positionna d’elle-même, comme mue par des doigts invisibles. Un léger crachin vint plaquer sa tignasse contre sa peau, mais cette météo inhospitalière ne fit pas disparaître la bonne humeur du Général. Tel un prédateur il renifla l’air. Il connaissait ce parfum de terre mouillée, de sang, d’urine et de métal rouillé. Il s’agissait de l’odeur de la guerre. Sa petite apparition au Sanctuaire avait enfin porté ses fruits.

« Allons botter des culs. » prononça-t-il alors qu’il se tenait debout face à la jetée. D’un saut, il se lança dans l’océan noir qui l’avala sans problème. Sous l’eau il irait bien plus vite en Grèce. Profitant des courants, il fut rapidement transporté à destination. Une fois sur place, il reconnut sans problème quelques auras familières. Celle de l’ancienne prêtresse et celle de son séide Djinn. Sans oublier celle du Vioque, ni celle du Général du Dragon des mers. Il n’était pas le premier arrivé, ayant passé plus de temps que requis en bonne compagnie, mais il n’était très clairement pas le dernier. Manquaient encore à l’appel son idiot de maître, ainsi que la jeune assassin, et peut-être d’autres marinas de plus petite envergure…

« Z’auraient pu m’attendre, ces guignols ! » marmonna le rouquin, en partant à grandes enjambées derrière le reste de la troupe. Il n’avait aucune envie que les premiers combats se déroulent sans lui !

[direction le bélier]
Revenir en haut Aller en bas
Astre


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 413

Feuille de Personnage :
HP:
140/150  (140/150)
CS:
174/196  (174/196)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Sam 1 Aoû - 18:57

Here we come

Les nuages s’amoncelaient, le tonnerre grondait, et quelques éclairs illuminaient par moment ce ciel si sombre. Bien évidemment la pluie ne tarda pas, accompagné d’un vent violent qui faisait voler les plus légers débris, et j’avais même l’impression de sentir par moments le sol vibrer sous mes pieds. Il ne fallut pas longtemps, quelques minutes seulement, pour que ma tignasse soit plaquée sur ma tête et mes vêtements trempés, tandis que j’observais de loin ce sanctuaire de pierre. Je levais la tête vers le ciel, l’observant se déchaîner, Llyr semblait être avec ses troupes.

-Mais as-tu réellement besoin de moi ? laissais-je échapper dans un soupir.

Seul le tonnerre me répondit au loin et je fermais les yeux. En tout cas le Prêtre de Llyr semblait lui penser que ma place était aussi, et je comprenais pourquoi en observant le lieu que nous envahissions. Le Sanctuaire d’Athéna était méconnaissable, et j’osais croire que nous ne serions pas de trop à toutes les forces des Marinas. Je ne savais si Jack avait fait appel à d’autre, mais peut-être qu’en sentant leur Sanctuaire de nouveau ravagé par la guerre, les Chevaliers d’Athéna rappliqueraient ? Peut-être pourrais-je revoir Shion ? Et en fait, cette seule idée me fit sourire, et je me pris à espérer qu’il vienne, j’avais vraiment envie de le voir !

Je me laissais alors finalement glisser de mon perchoir, et manteau de cape claquant au vent, je m’élançais vers l’entrée, ignorant les quelques squelettes qui tentèrent de m’agripper, les écrasant simplement au besoin, pour me retrouver devant ses marches si familières. Combien de fois m’étais-je déjà cassé la gueule dessus ? Un sourire mélancolique et amusé ourla mes lèvres, tandis que je défaisais ma cape, la laissant glisser et voler dans le vent, emporter au loin. Et mon cosmos se réveilla alors doucement, m’entourant de sa douce lueur, semblable à celle de l’océan, il gonflait et refluait lentement, à la manière des vagues qui venaient lécher tendrement le sable fin de la plage.

Il n’était pas assez fort pour être menaçant, mais il restait clairement détectable, et nul doute que ceux qui l’avaient déjà ressenti le reconnaîtraient. Oh certes, il avait perdu de sa puissance, mais le cosmos de l’ancien Prêtre de Poséidon restait malgré tout le même. Et je finissais donc par m’élancer à mon tour sur les marches, dans le but de rejoindre la petite fratrie qui avait déjà commencé à avancer. La fête allait pouvoir commencer.


-Espérons qu’elle ne tourne pas en notre défaveur…

Mais ça seul l’avenir nous le dirait…

Arrow Temple du Bélier

NB : Pour ceux qui ont déjà rencontré Astre d'une manière où d'une autre son cosmos est exactement le même, tout en étant différent. Un peu comme quand vous regardez une image sur deux écrans ayant chacun des réglages différents (c'est la même image, mais différente en même temps).
Revenir en haut Aller en bas
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Dim 2 Aoû - 3:06

    Je ne pensais pas que les choses iraient aussi vite. Un instant, Jack était en train d'achever la préparation du départ de nos troupes, et l'instant suivant il envoyait toutes ces préparations en l'air pour lancer l'invasion du Sanctuaire. Quoiqu'il ait décidé ou appris, il avait dû s'agir d'un bouleversement majeur dans ses plans qui l'avait forcé à avancer son timing. Ayant la charge de diriger les premiers éclaireurs qui avait émergé sur les rivages grecques, je n'avais pas encore pu rejoindre Jack pour m’enquérir de ce dont il s'agissait. Je n'avais de toute manière pas vraiment le luxe de m'adonner à toutes mes interrogations... Pour l'heure je me contentais d'accomplir mon devoir. C'était déjà une tâche assez compliquée sans en rajouter.

    Les Spectres nous attendaient. L'ultimatum que Jack leur avait posé il y a quelques semaines semblait avoir mis les sbires d'Hadès sur leur garde, mais de là à être prêts au combat avant même notre arrivée... C'était là une chose troublante. La date exacte de notre opération avait-elle fuité d'une manière ou d'une autre? Si c'était le cas, alors quelles autres informations les Spectres pouvaient-ils avoir en leur possession? Les quelques gardes isolés que je parvins à capturer ne purent rien m'apprendre à ce sujet. Ils ne faisaient que suivre les ordres. La seule bonne chose que je pus tirer d'eux que le dernier soupir de leur vie maudite.
    L'heure précédent le débarquement de nos troupes fut presque comme une opération de routine pour moi : noter les positions adverses sans se faire repérer, et éliminer les guetteurs et éclaireurs adverses au fur et à mesure que nous les rencontrions. Poséidon nous avait donné l'avantage du terrain, et avec l'aide des autres agents de l'ombre d'Atlantis nous parvînmes à dresser un plan des fortifications des Spectres autour du Sanctuaire. J'envoyai un homme porter nos résultats à Jack alors que moi-même et le reste de mes hommes nous dispersions pour sécuriser la zone de débarquement.

    L'arrivée du gros des forces de l'Empire Sous-Marin se fit sans encombre, et les premières escarmouches eurent lieu sur le flanc des pentes menant au Sanctuaire. Ce fut à ce moment qu'un violent choc télépathique se répercuta dans les collines aux alentours, un cri de rage contenu dans quelques mots, intimant les troupes d'Hadès de rendre ce qui avait été volé. Indéniablement, il s'agissait du Cosmos de Mary, mais celui-ci était différent de ce que j'avais pu ressentir auparavant. Elle-même s'était nommée Satine, son véritable nom, pas celui qu'elle s'était forgée elle-même lors de ses années en mer. Quelque chose clochait, c'était certain. L'envie de rejoindre Jack et les autres pour grimper à nouveau les marches du Sanctuaire était bien présente, mais ma mission était autre. Avant de marcher à leurs côtés, je devais m'assurer que personne ne viendrai prendre nos troupes à revers et que les alentours du Sanctuaire et de Rodorio étaient surs. C'était le plan... Et le plan était bien pensé.

    Au travers des fentes de mon masque, je distinguais dans le ciel de tempête les ailes d'un oiseau qui volait vers l'est, à contre-vent. Ni la direction que prenait ce faucon, ni la hauteur à laquelle il volait n'était naturelle. Il n'y avait qu'une seule explication possible. D'un geste, j'ordonnai à Kuro de saisir sa proie. Un éclair noir zébra en silence le ciel alors que la Nekomata saisissait entre les crocs de sa forme de panthère le volatile suspect. Redescendant vers moi, elle posa dans ma paume la carcasse sans vie de l'oiseau à laquelle j'arrachai la note à sa patte. Prenant connaissance du contenu, le plissai mes paupières sous mon masque et pensai à la marche à suivre...

    Je ne pouvais pas me permettre de laisser un espion en position au milieu de nos troupes, capable d'attaquer par surprise dès qu'il le souhaitait et de transmettre nos déplacements à des alliés. Remontant dans la direction inverse que comptait prendre le volatile, il me fallut une bonne dizaine de minutes pour finalement trouver une zone qui ferait un point d'observation idéal. Observant la zone à couvert, il me fallut un moment pour capter ce qu'il clochait dans un repli rocheux : la pluie glissait bizarrement à un endroit. Elle glissait sur du vide. Une technique de camouflage très avancée, à n'en pas douter. Les autres éclaireurs atlantes devaient n'y avoir vu que du feu... Mais cette fois-ci, cet espion avait frappé à la mauvaise porte.

    Sortant trois coutelas d'un replis de ma veste, je me tint prêt à attaquer, attendant le moment propice où, en contrebas, un important mouvement de troupe pourrait retenir l'attention de ma cible. Ce fut le cas lorsqu'un régiment de cavalerie atlante s'engagea sur la route qui descendait vers Rodorio. Profitant de cette seconde de flottement, je projetai mes trois armes droit dans la direction de l'anomalie... Qui se déchira sous mes yeux comme une toile de papier. Une sorte de cape, ou de couverture de camouflage. Et la personne qui s'en dégagea prestement ne fut nulle autre que...

      « Caedus. Comme on se retrouve. »

    Avec un sourire vite dissimulé, je m'avançai hors de mon couvert, sans Scale sur le dos mais la main sur la poignée du katana pendu à ma ceinture. Le déserteur, revenu sur le territoire où nous nous étions croisés et où il avait vaincu mon élève. Le destin était décidément bien capricieux. Jack m'avait proposé d'aider Kiani à capturer cette énergumène, et la jeune fille avait refusé mon aide... La pauvre risquait de mal le prendre, lorsque je ramènerais à Jack la cible qui lui avait été assignée. Mais tant que la mission était accomplie, je doutais que Chrysaor y trouve quoi que ce soit à redire.
    Les sens en éveil et mes yeux cachés fixés sur Caedus, je marchai sur le côté, en continuant à lui faire face, décrivant lentement une rotation autour de ma proie pour l'acculer. La tension se faisait électrique dans cet air humide saturé d'un orage naissant, et le déserteur et moi nous faisions face à nouveau. Sauf que cette fois-ci, je ne comptais pas déléguer sa capture à qui que ce soit.

      « Désolé, mais je ne peux pas te laisser prévenir tes petits amis de ce qu'il se passe ici. Rends-toi sans faire d'histoires. »

    D'un geste de ma main libre, je laissai tomber dans la boue devant moi le message qu'il avait envoyé un peu plus tôt à ses compagnons et que j'avais intercepté. L'aide ne viendrait pas, du moins pas aussi vite qu'il l'avait espérer. Caedus était seul. Seul au milieu d'une armée de Marina qui n'hésiteraient pas un seul instant à le capturer si j'en donnais l'ordre. Seul à quelques kilomètres à peine des combats et de la confusion qui allaient éclater au sein du Sanctuaire conquis. Restait à savoir à présent si le jeune homme était suicidaire au point d'engager le combat ici, où il n'avait aucune chance, ou s'il fermerait pour une fois son clapet pour enfin faire face à ses responsabilités.


Citation :
Message intercepté et Minato défie Caedus.
Revenir en haut Aller en bas
Kiani


Général
Général
avatar

Messages : 109

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Dim 2 Aoû - 18:41

Comme à son habitude, Kiani passait le plus clair de son temps libre sur les terrains d'entrainements de l'école militaire, c'était là bas qu'elle trouvait un havre de paix sans personne pour venir lui parler. Au début bien sur plusieurs élèves étaient venus lui réclamer son enseignement et bien entendu elle les avaient renvoyés, mais devant leurs insistances elle avait choisie de faire un exemple et avait brisé le poignet de l'un, cassé trois cotes d'un autre tandis que le dernier s'en était bien tiré avec une simple entorse du genou. Leur année fichue, la réputation de Kiani dans les couloirs de l'académie c'était répandue comme une trainée de poudre lorsque l'instructeur principal était venus lui demander des comptes pour finir avec plusieurs fractures.

Il était toujours délicat pour les messagers du Grand Prêtre de l'interrompre et les plus jeunes restaient plantés comme des idiots durant de longues minutes avant que l'escrimeuse ne se rende compte de leur présence tant elle était concentré sur ses exercices. Pourtant la jeune fille donnait priorité aux ordres hiérarchiques et n'avait jamais frappé un seul messager. Lorsque ces derniers osaient s'annoncer, cela signifiait de la missive était d'importance et cela ne manqua pas lorsqu'elle reçue l'appel à la guerre. Elle mit immédiatement fin à son entrainement et ne s'autorisa qu'une douche avant de se préparer, toujours murée dans ses habitudes elle enfila sa tenue de cuir marin et y accrocha son épée au coté avant de partir pour le Sanctuaire d'Athéna. L'ordre précisait qu'elle composerait l'arrière garde de l'offensive aussi attendit elle au pied de l'escalier que le gros des troupes soit passé. Elle n'avait pas vu Minato, mais ne doutait pas que celui ci avait certainement reçu des ordres spéciaux aussi ferma t'elle la marche, assurant les arrières de son armée.

Avec les forces de l'Atlantide, celles des éléments avaient été libérées sur les marches sacrées qui n'avait plus grand chose à voir avec celle que Kiani avait aidé à défendre quelques mois plus tôt. Le vent et la pluie avait tôt fait de plaquer les cheveux roux du Chrysaor atténuant ainsi ses reflets blanc et doré, seules ses pupilles mauves gardaient leurs éclats habituels. Se retournant à chaque pas qu'elle faisait, la jeune femme remplirait la tâche qui lui incombait avec la plus grande vigilance et ne laisserait personne prendre à revers le reste des forces Atlantes, son regard se posant partout et nul part à la fois, elle ne cherchait rien, mais laissait ses sensations faire le travail quand un mouvement sur sa gauche la fit réagir.

Minato venait de lancer trois dagues sur un homme que Kiani ne connaissait que trop bien et dont le cas venait tout juste d'être règle, il y avait de fortes chances pour que celui qui avait été le maitre de Kiani n'en sache rien et veuille ramener sa tête au grand prêtres. Comme une ombre, la jeune fille se glissa entre les rochers et les escarpements pour rejoindre les deux hommes.
-Cet homme a déjà été jugé selon la loi de Poséidon Minato, il n'est plus la peine de ramener sa tête à notre Grand Prêtre.

La jeune fille n'était intervenue que par sens de la justice, elle ne pouvait permettre que l'homme soit jugé à deux reprises pour les mêmes faits, évidement elle n'avait fait usage comme à son habitude d'aucune formule de politesse ni d'aucune diplomatie. En dehors de cela si les deux éveillés tenaient à se dégourdir les jambes pour une raison ou pour une autre, elle s'en moquait complètement et ne comptait pas s'attarder pour le constater. Elle avait une mission à remplir et ne souffrirait pas d'échouer à cause d'eux, d'une impulsion sur ses jambes elle fit un saut périlleux au dessus des deux hommes qui se regardaient en chien de faïence et rejoignit la route principale, quelques dizaines de métrés derrière le gros des troupes.
Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Dim 2 Aoû - 19:16

Caedus observait l’avancée des troupes Atlantes lorsqu’il sentit la mort de son faucon, qu’il observait à distance. Il ne fallut pas longtemps à ce gros débile de Général des Lyumnades se diriger droit vers lui. Il ne bougea pas. S’il bougeait, il dévoilait sa position. Mais malheureusement, ce Minato avait un minimum de compétences et parvint à le localiser. Etonnant pour un type comme lui. Il ne fallut néanmoins qu’un seul regard pour distinguer les trois armes envoyées par l’Atlante, les comprendre, en invoquer des copies, et les catapulter contre les originaux. L’ensemble s’annula mutuellement et tomba au sol. Les copies disparurent dans un crépitement de lumière, alors que le Général atterrissait devant lui.

L’utilisation de sa faculté avait trahi son identité. Mais il s’en foutait comme d’une guigne. Ses ordres étaient clairs : « espionne le Sanctuaire Sacré et rapporte nous les événements notables ». Il n’était pas dit de dissimuler son identité. De toute façon, tout le monde connaissait à présent son ralliement aux Saints d’Athéna.

Caedus avait gardé son regard braqué sur le Sanctuaire, et ne daigna pas regarder Minato. Il ne bougea pas non plus à l’arrivée de Kiani, qu’il la respectait. Il aurait pu la saluer, mais il savait que la jeune femme n’en avait rien à foutre. Ca lui allait bien, il était comme cela aussi.

Toujours drapé sous sa cape, il matérialisa un nouveau parchemin et s’attela à réécrire le même message alors que la Générale de Chrysaor faisait une morale bienvenue au crétin de service. Alors qu’elle repartait sans demander son reste, Caedus avait fini de réécrire le message. Il inséra le parchemin dans un nouveau tube matérialisé pour l’occasion.

Tout en continuant d’ignorer les Lyumnades, il se leva. Ses bras apparurent de sous sa cape. Dans une main se matérialisa un arc de grande taille dans un crépitement d’énergie. Dans l’autre, une grande lance d’un autre temps. Une fois apparue, la lance se fit lumineuse, changea de forme pour prendre celle d’une flèche, dans laquelle le tube contenant le nouveau parchemin s’inséra naturellement.

Le jeune homme arma son arc, pointa sa flèche haut dans le ciel en direction de l’est, et tira. La flèche, chargée de cosmos, partit à une vitesse ahurissante. En une seconde, elle était déjà à plusieurs centaines de mètres du Sanctuaire, irrattrapable.

Alors que l’arc disparaissait de la main de l’homme, il retourna s’assoir dans la position exacte où ils e trouvait auparavant. Le message était clair. Jamir serait averti. D’une manière simplement beaucoup moins discrète qu’auparavant, c'est tout.

"Désolé p'tit gars, mais tu devrais écouter les conseils de Kiani... Je ne me rendrai pas car je ne le mérite pas. J'ai déjà été jugé. De plus, je te rappelle que je suis un allié des Saints... Qui sont eux même vos alliés. Et c'est pas joli joli d'attaquer l'ami d'un ami, ta maman te l'a jamais dit? Alors sois gentil, prends ta pelle et son sceau et vas jouer."

Citation :
Caedus ignore le défi et reste passif.


Dernière édition par Caedus le Mer 5 Aoû - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mar 4 Aoû - 21:09

C'était le moment, Jack entamait le pas, tandis que plus de Marinas faisaient leur apparition. Ils étaient un bon paquet, de quoi mettre bien la pression sur les Spectres. S'il s'y prenait bien, Haiken pourrait rejoindre le Juge de la Wyvern sans être importuné. Du moins, ainsi l'espérait-il! Il n'avait aucune envie de perdre du temps dans un combat qui ne l'intéressait pas. Reprendre Ann et partir, tel était son plan pour le moment. La conquête du Sanctuaire, sous ordre de Jack qui plus est, ne l'intéressait pas.

Cependant, il ne pouvait pas fermer les yeux et laisser ses compagnons se faire tuer. Il devrait les aider en cas de difficultés, sans compter qu'il allait devoir jouer les gardes du corps de sa "très chère" belle soeur. Cela commençait à devenir bien trop courant à son goût. Le Dragon des Mers continuait à préférer les combats singuliers et à ne pas avoir à se soucier des autres ou de devoir les diriger et leur donner des ordres. Mais, le destin lui avait réservé autre chose, et le jadis guerrier solitaire, était à présent un des guerriers les plus respecté et redouté de l'Armée de Poséidon.

Il se décidait finalement à suivre la marche, suivant Satine et Melodias, entamant le pas de Jack. Mais Haiken ne quittait pas les lieux sans avant se rendre compte de la présence d'un homme qu'il lui avait échappé lors de la précédente Guerre Sainte! Malgré son camouflage, il ne serait capable de tromper un guerrier manipulant à volonté les dimensions. Cependant, le Général des Lyumnades fut prompt à intervenir, ressentant lui aussi la présence de Caedus. Même si l'envie du Dragon des Mers était de fracasser le crâne du renégat comme un vulgaire objet, il avait une mission bien plus importante. À croire que cet homme avait fait un quelconque pacte pour éviter d'affronter l'Atlante. Mais, Minato, bientôt rejoins par le Général de Chrysaor s'en chargerait. Haiken avait un objectif bien plus urgent à accomplir. Il était temps de livrer une nouvelle bataille!

"Tiens bon Callista! Je vais te sortir de là et pulvériser ce Juge de pacotille!"


Arrow Temple du Taureau
Revenir en haut Aller en bas
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Sam 8 Aoû - 1:01

    Aussi décalé et incohérent que cela puisse paraître, Caedus resta figé sur place. Il continua à fixer le Sanctuaire d'Athéna même après mon intervention. La seule explication logique qui me vint à l'esprit pour expliquer se comportement stupide était qu'il était paralysé par la peur, "qu'il se chiait dessus", comme auraient pu dire certaines de mes connaissances. Ça, ou alors il était fou au point de penser pourvoir se défendre contre une de mes attaques sans même m'avoir dans son champ de vision. Peut-être avait-il dressé des défenses invisibles autour de sa position, mais pour dissimuler un tel dispositif à mes yeux entraînés il aurait fallut un chef d'oeuvre de manipulation cosmique... Bien au delà du niveau de Renégat. Non. Décidément il devait bien être en train de se ratatiner dans son coin en espérant que je l'oublis.

    Sans réponse de sa part pour s'expliquer, je comptais mettre un terme rapide à cette confrontation en le frappant aux articulation pour le rendre incapable de bouger. Au moment où je dégainai une de mes lames cependant, un mouvement sur ma droite me fit tourner la tête. Il s'agissait de Kiani du Chrysaor, mon ancienne élève et celle qui avait été chargée d'appréhendé l'ex-Kraken. Elle m'informa que Caedus avait déjà été jugé et que par conséquent la chasse à l'homme à son encontre était terminée. Suspicieux, je laissai mon regard sous ma visière alterner lentement entre ma camarade et le traître. La justice de Poséidon? J'en doutais. Le Dieu des Mers n'était pas connu pour sa grande mansuétude. Bien au contraire : si la mythologie avait bien prouvé une chose, c'est qu'il était l'un des membres les plus rancuniers de l'Olympe. Et ce déserteur aurait été jugé et libéré aussi simplement que cela? Sans peine d'aucune sorte? Quelque chose clochait, mais je ne pouvais pas remettre en question les paroles de mon égale face à un tiers. Aussi rengainai-je mon arme à peine sortie pour m'exprimer d'une voix froide et réprobatrice.

      « Je n'en ai pas été informé. »

    Je me promis de tirer cette affaire au clair plus tard avec Jack et Kiani, mais pour l'heure nous étions dans une zone de guerre et le temps nous était compté. Kiani semblait partager cette pensée, et ne tarda pas à reprendre sa progression vers les premiers Temples du Zodiaque d'Or. Je ne comptais pas tarder à faire de même, mais je restai cependant encore en arrière quelque instants pour observer les actions de Caedus, qui semblait finalement être sorti de sa torpeur. Avec un nouveau message en main, il créa une flèche et un arc et l'envoya lié au projectile vers l'horizon dans un trait de lumière. Ma langue claqua en pensant entre les mains de qui cette lettre risquait de se retrouver. L'envie de neutraliser cette menace dans l’œuf me démangeait, mais à défaut d'en savoir plus je ne pouvais pas me permettre d'agir. Le risque était trop grand.
    Ou du moins c'est ce que je me disais, jusqu'à ce que ce jeune idiot décide d'ouvrir la bouche.

    Je me plais à croire que j'ai sur mes émotions une maîtrise quasi-totale, ce qui m'a permis pendant des années de m'acquitter parfaitement de toutes mes missions, telle une machine bien huilée. Ces derniers mois cependant semblent s'être évertués à me démontrer que j'étais bien loin du compte. Entre Pséma, ma sœur, et les autres rencontres que j'avais pu faire, mes sentiments avaient débordé en plusieurs occasions sans que mon entrainement puisse les museler.
    Les paroles de Caedus déclenchèrent en moi un effet similaire : ce fut comme une vague brûlante qui se déversa dans ma poitrine alors que l'envie d'égorger ce petit arrogant s'emparait de mon esprit. Cette colère cependant n'éclata pas en surface : je parvins à l’enchaîner, à la canaliser pour la contrôler, et ne pas me faire contrôler par elle. Aussi, ce fut avec une fureur silencieuse que mon Cosmos éclata, faisant disparaître ma silhouette pour pour transporter en un éclair au-dessus du corps accroupis de Caedus. Le saisissant par le col avec une poigne implacable et une force hors du commun, je le retournai lui et sa cape de foire pour l'écraser dos au sol, dans la boue où il semblait se complaire à patauger. Une aura rouge sanguine nous enveloppait, moi et ma Scale, alors que mon visage aux traits aussi dur que l'acier se tenait à quelques dizaines de centimètres du sien à peine. Ce fut d'une voix calme mais implacable que je lui assénai alors une leçon que je voulais marquer bien profondément dans sa petite tête creuse de gamin indiscipliné.

      « Laisse-moi t'apprendre deux choses. La première, c'est que nous ne sommes plus les alliés des Saints. Gêne-nous d'une manière ou d'une autre, et nous n'aurons aucun scrupule à t'éliminer. La seconde, c'est que même si tu es parvenu par je ne sais quel moyen à passer un semblant d'accord avec Kiani ou Jack, tu restes une petite ordure sans honneur ni valeur, incapable d'assumer ses choix. Tu ne pourras pas indéfiniment fuir tes responsabilités, Caedus. Lorsque tous ceux que tu as trahis se retourneront contre toi pour te poignarder dans le dos, souviens-toi que la première lame à transpercer ta chair sera la mienne. »

    Il se pensait intouchable. Il pensait s'en tirer sans que les troupes de Poséidon lui cherche des noises. Il se trompait très, très lourdement. Même s'il n'était désormais plus pourchassé, cela ne voulait pas pour autant dire qu'il possédait une quelconque immunité. Il n'était rien. Juste un parasite se raccrochant aux Saints pour espérer profiter de quelque chose, le réputation ou leur protection. Personne ne leur pleurerait. Il lui suffisait d'un faux pas, d'une erreur, et personne à Atlantis ne trouverait rien à redire à son exécution sommaire. Il était temps qu'il redescende de son petit nuage pour réaliser à quel point son existence minable était dispensable.

    Sans rien ajouter de plus, je desserrai ma main autour de son col... Pour la serrer à nouveau en un poing qui vint s'abattre avec fracas sur sa mâchoire. Sans protection et à cette distance, cela allait assurément lui laisser un trace. Je n'avais nullement retenu ma force décuplée par mon Cosmos : c'était un coup pour faire mal, bien imprimer ma présence dans son esprit prompt à l'omission. Et si j'étais parvenu à lui emporter une ou deux dents au passage, c'était toujours ça de pris.
    Après un dernier regard sur la silhouette au sol, je me détournai pour bondir au travers des rideaux de pluie qui s'abattaient sur la région. En filant entre les troupes atlantes qui progressaient vers les hauteurs des collines grecs, je finis pas rattraper Kiani juste avant d'arriver au Temple du Bélier, où la plupart de nos Guerriers Éveillés avaient dors et déjà entamé l’ascension des douze maisons du zodiaque. Mon Cosmos s'était apaisé et était redevenu aussi discret qu'à son habitude. J'avais chassé de mon esprit toute pensée en rapport avec le déserteur, à l'exception d'un dernier avertissement que j'avais gardé à l'adresse de Chrysaor.

      « S'il nous cause le moindre problème, ce sera ta responsabilité, Kiani. »

    Cette étape était réglée à présent. Il était temps de nous concentrer sur la raison de notre présence ici : la guerre que notre peuple venait porter au devant des troupes du Sombre Monarque.


Arrow Temples suivants
Revenir en haut Aller en bas
Kiani


Général
Général
avatar

Messages : 109

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Dim 9 Aoû - 11:26

Laissant les deux hommes a leurs querelles toutes masculines, Kiani s'était empressée de rejoindre son post d'arrière garde afin de personne ne vienne attaquer leur Grand Prêtre tandis que la majorité des forces atlantes avait engagée le combat. D'après les rapports de l'Ombre qu'elle avait parcourue juste avant de partir, l'un des fils d'Hypnos était absent du Sanctuaire et son niveau de combat le plaçait en catégorie "dangereux" pour la Chrysaor. Elle était donc restée en sentinelle à l'entrée le temps que leur maitre de guerre pénètre plus profondément, la jeune fille n'était pas très versée dans l'art de ressentir le cosmos et si elle voulait repérer Jack avec précision il lui faudrait fermer les yeux et ça elle ne pouvait se le permettre aussi se contenta t'elle d'une simple approximation.

Lorsqu'elle pensa que son tour était venu, la jeune fille tourna les talons et commença à gravir les premières marches avant d'être rejointe par celui qui avait été ponctuellement son maitre. Pour survivre à son enfance, Kiani avait dut étouffer ses sentiments à un point tel qu'à présent ils étaient tous amoindri à l'extrême, la colère la plus profonde n'était pour elle qu'une irritation et la plus grande peine ne lui tirerai pas forcément une larme, quand aux sentiments de bonheur et de joie, ils ne lui auraient apportés qu'un sourire si elle les avaient déjà ressentit. Minato était un homme qui avait retenu l'attention de Kiani car il avait été l'une des seules personnes à l'éveiller émotionellement en arrivant toujours à l'énerver et même si le sentiment était négatif, le fait de ressentir quelque chose était spécial pour elle. Aujourd'hui encore l'homme, en une courte phrase, était parvenu à la faire réagir.
-Tu ne me feras pas porter les conséquences de tes choix et de tes actions. On ne peut être jugé deux fois pour le même crime, mais je ne t'ai empêché de rien concernant un autre motif. Si tu avais quelque chose à lui reprocher en cet instant et que tu n'a rien fait, il en est de ta responsabilité.

Le concept même d'aimer ou ne pas aimer quelqu'un était inconnu pour la jeune fille dont les sentiments étaient enfermés dans une tour d'ivoire. Elle ne faisait que juger des faits et tirer des conclusions aussi ne pouvait elle pas comprendre cet émotion qui habitait le coeur de Minato.
Kiani n'avait rien de plus à dire et un poste à tenir, elle se remit donc en marche pour rejoindre le reste des forces Atlantes.

=> Temple des Gémeaux.
Revenir en haut Aller en bas
Kappa


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 2451
Armure : Verseau

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Dim 9 Aoû - 11:33


Arrow Jamir

Une pluie torrentielle signée Poséidon détrempait le Sanctuaire quand le quatuor mené par le Verseau arriva en vue du lieu Sacré dont leur armée avait été chassée. Courant en tête de leur petit cortège, le mage des glaces se souvint de cette terrible nuit où tant de choses avaient été perdues. Cette nuit là aussi, il pleuvait, et les intentions exactes des Marinas étaient inconnues. Plusieurs Marinas affichaient clairement leur cosmos, démontrant ainsi qu’ils approchaient sans reculer de l’armée d’Hadès, sans doute prête à les accueillir comme il se devait.

Les quatre guerriers traversèrent une Rodorio désertée, et aucun d’eux n’osa briser ce silence, qui ne leur rappelait que trop efficacement qu’à cause de leur incompétence, des gens étaient morts, et les survivants vivaient entassés à Jamir. En se remémorant tout cela, les traits du visage de Kappa se tirèrent, et une lueur flamboyante éclaira son regard azuré. Il était en colère : contre lui même et contre les spectres, contre la Marina en partie responsable de tout cela, aussi. Contre Pséma, et bien évidemment, contre Kyro ! Peut être que cette fois, il pourrait en faire payer certains. Mais d’abord, il fallait trouver Jack ! Il était avant tout là pour ça ! Resserrant son étreinte autour de la missive, Kappa pressa le pas, suivi par ses compagnons.

Lorsque le petit groupe arriva au pied des escaliers, le Verseau s’immobilisa. Etouffant un juron, il constata qu’il était déjà trempé jusqu’aux os à cause de cette foutue pluie. Il détacha alors sa cape qui s’effondra lourdement sur le sol, et fit volte face pour s’adresser à ses amis :
- Mattheus, Ishiro, voilà vos instructions !
Il leur expliqua brièvement et efficacement ce qu’il attendait d’eux d’une voix autoritaire, cette même voix qu’il prenait naturellement quand la situation devenait dangereuse et qu’il devait prendre des décisions. Puis, il se tourna vers son disciple :
- Toi, tu restes avec moi ! Il faut qu’on trouve Jack O’Bannon rapidement ! Allons y !
Là dessus, les quatre chevaliers entamèrent la montée des marches : pour eux aussi, une longue journée venait de commencer !

Arrow Temple des Gémeaux
Revenir en haut Aller en bas
Mattheus


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 2562
Armure : Adamantine

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Dim 9 Aoû - 15:51

Arrow Jamir

Nétwayé, baléyé, astiké
Kaz la toujou penpan....


Voilà à quoi se résument mes journées et pourquoi dès le début elles m'ont fait pensé à cette chanson qui fait tant bouger à mon époque. Certes je ne la chante pas à voix haute mais c'est elle qui égaie mes journées qui se ressemblent. Car mis à part mes quelques discussions et la surveillance, je suis surtout de corvée nettoyage, réparations en tout genre, aider les autres... et ça épuise!! On ne dirait pas comme ça mais chaque soir, je fait une bonne nuit sachant que ça va reprendre le lendemain.

C'est d'ailleurs tandis que j'étais tranquillement et comme un bienheureux dans les bras de dame Morphée que j'entends une voix m'appeler ou plutôt dire "gamin". Bon d'accord je suis jeune mais j'ai... Euh je dois compter en fonction de quelle époque? Enfin bref surtout que j'ai du mal à émerger. J'ouvre un oeil, tout du moins j'essaie et je regarde ce crétin descendu des Alpes qui me parle de Sanctuaire et de général tout en ajoutant qu'on se voit au Sanctuaire. Ma parole mais les RTT, les jours fériés et les congés ils connaissent pas?
Baillant à m'en décrocher la mâchoire, je lance un "ouais" mollasson tout en regardant trois traînes de plumes quitter ce qui me sert de chez moi. Ishiro?
J'ai pas compris tout ce qu'il vient de se passer mais apparemment va y avoir de l'action au Sanctuaire. Me levant, je me prépare rapidement, avale ce qui me tombe sur la main et regarde mon urne qui scintille et se met à bourdonner.

Je ne sais pas ce qu'il se passe mais ça a l'air urgent alors allons-y!!

Me revêtant d'elle-même, je constate que Shion est vraiment un maître. Il l'a rendu plus belle et plus résistante que la dernière fois. Sortant, je regarde vers la tour puis vers l'endroit où avaient été perçus les cosmos des Saints et d'Oneiros. Déployant mes ailes, je m'élance à mon tour sous le regard inquiet des habitants. Prochaine destination: le Sanctuaire en espérant que je ne m'endorme pas en route!!
Et ce n'est pas près d'arriver car en arrivant aux abords du Domaine Sacré, un véritable déluge me tombe dessus alors que je vois Ishiro accompagné de Kappa et de Kyros. Moi qui n'étais pas réveillé, maintenant c'est fait et en plus ce sera un miracle si j'attrape pas une saloperie une fois rentré à Jamir.


Le salut passé, tout le monde se met en route traversant la ville vidée de ses habitants. Une tension se fait sentir mais je préfère me taire plutôt que jeter de l'huile sur le feu. Arrivent enfin les premières marches et Kappa s'arrête ainsi que nous. Il détache se cape puis nous fais face s'adressant d'abord à Ishiro et moi. Au son de sa voix et étant donné que les Marinas ont lancé l'assaut, chaque erreur peut-être fatal et personne ne sait ce qui peux arriver. Tandis que nous resterons à l'endroit prévu, de leurs côtés, lui et Kyros partiront à la rencontre de Jack. Approuvant d'un signe de la tête, je me dirige en compagnie d'Ishiro vers le temple du Bélier.

Arrow Temple du Bélier
Revenir en haut Aller en bas
Ishiro


Black Saint
avatar

Messages : 1754
Armure : Black cloth des Gémeaux

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
132/170  (132/170)
Dieu Protecteur: Aucun

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Dim 9 Aoû - 18:54

Le vol du Phoenix touchait à sa fin, il ne lui fallut que très peu de temps pour rattraper le chevalier du Verseau, courant à vive allure vers le sanctuaire. Comme il s'y attendait, le village de Rodorio était complétement à l'abandon, avec les spectres dans le coin, village fantôme était le terme le plus approprié. Courant aux côté du mage de glace, Ishiro ressentait quelque chose de bizarre en lui, Kappa n'était pas aussi calme que d'habitude, qu'avait-il en tête ? Ou alors c'était sa guérison contre le pouvoir maléfique de Pséma qui avait laissé des traces malgré tout ? Peu importe, leur mission était d'aller dans les premiers temples du zodiaque et à en voir la missive qu'il tenait fermement, elle était de première importance. Ishiro sentit un autre cosmos non loin qui les rattrapait, c'était Mattheus qui s'était finalement réveillé. Les trois saints étaient donc réunis pour faire ce qu'on leur avait dit de faire. Il s'attendait à ce qu'on leur barre la route mais il n'y avait personne à l'horizon ni même de soldats se cachant dans les maisons abandonnées de Rodorio.

"Bizarre, pas de comité d'acceuil ... Mais !"


Ishiro pouvait sentir plusieurs cosmos s'animer à force d'avancer et ce n'avait pas l'air d'être seulement des spectres à première vue. Kappa s'arrêta soudain une fois arrivé aux premières marches du sanctuaire, il enleva sa cape trempée par la pluie battante et donna ses instructions aux deux autres saints. Il parla à son disciple Kyros et continuèrent leur avancée. Kappa n'était plus tout à fait le même et le saint avait peur qu'il fasse ce qu'il pourrait regretter plus tard.

"Kappa ..."


Mais ce n'était pas au saint de feu à lui dire quoique ce soit, il n'était pas le mieux placé pour ça, il regarda donc Kyros et lui fit un signe de tête montrant son maître, il espérait que le Cygne ait vu ce dont Ishiro avait remarqué dans le cosmos du saint d'or. Mattheus était à la traîne en arrivant bon dernier et le Phoenix ne manqua pas de lui faire une remarque mais sous un ton humoristique.

"Gamin, tu traînes, tu veux que je te porte peut être ?"


Ishiro souriait mais ce sourire s'arrêta bien vite quand il sentit le nombre colossal des être présents et aucun n'avait l'air d'enfant de coeur ... Mais il était prêt à suivre les directives de son général, il ne voulait plus faire n'importe quoi ...


Arrow Temple du Bélier.


Revenir en haut Aller en bas
Oneiros


Fils d'Hypnos
Fils d'Hypnos
avatar

Messages : 659
Armure : Surplis divin des Rêves

Feuille de Personnage :
HP:
130/130  (130/130)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mar 11 Aoû - 18:10

Précédent : Jamir

Juché sur un pan de falaise, le Corbeau et l'aiglon observaient. L'arrivée des Saints, à la vitesse de la lumière, la petite rixe entre Caedus, Kiani et Minato dans un coin de falaise, mettant à mal la couverture du premier ainsi que son messager à plumes. Oneiros reconnut sans peine l'homme masqué qui était intervenu à Jamir, ce maître des dimensions nommé Minato, général de Poséidon. Les deux autres lui demeuraient inconnus.

A plusieurs endroits dans le Sanctuaire d'Hadès on pouvait sentir des hausses cosmiques. Les combats avaient débuté jusque dans le Troisième Temple où l'aura d'Amphitrite était perceptible. Dans la Maison du Bénou, trois protagonistes qu'il devrait suivre. Et aucun signe de Shizuo. L'oiseau obscur avait-il déjà perdu la vie ? Depuis un temps déjà ses rêves semblaient s'être brouillés, puis éteints. Tant pis. Peut-être la lumière de Shion l'avait-elle détruit, trop en conflit avec sa nature.

Le dieu reprit apparence humaine, sans cacher plus longtemps sa présence. Arrivé par un portail dimensionnel, il avait attendu que l'entrée du lieu soit libre. Il n'avait maintenant plus besoin de se dissimuler, et même au contraire son retour pourrait rassurer un peu les spectres, contenter Minos avant d'arriver jusqu'à lui pour lui remettre la missive de Shion.


"Piep, tu as quartier libre. Évite de rester au Sanctuaire, Phantasos m'en voudrait s'il t'arrivait malheur. Je t'appellerai si j'ai besoin de toi."

L'animal opina, étendit ses ailes, puis s'envola rapidement. De son côté, le monarque onirique sauta de rocher en rocher, jusqu'à atteindre le pied de la montagne qui encerclait le domaine athénien. Là, sans personne pour l'arrêter, il grimpa les premières marches. Et, comme la dernière fois, il sentait le cosmos de Jack qui n'était pas bien loin. Mais à la différence de la dernière fois, il ne se laisserait pas cueillir.

Suivant : Temple du Bélier (Caedus n'ayant pas pris parti, je ne le compte pas comme adversaire)
Revenir en haut Aller en bas
http://fire-emblem.frenchboard.com/
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 12 Aoû - 10:11

Caedus se releva en retira sa cape à présent boueuse. Dans la seconde suivante, une nouvelle cape se matérialisa et vint le recouvrir à nouveau. Pas aussi complexe que la précédente, celle-ci était juste noire, le camouflant dans la nuit, et surtout imperméable. Il aimait bien la pluie, mais pas pendant des heures.

Sa main se porta sur sa mâchoire et en vérifia les propriétés fonctionnelles. Il ne s’était vraiment pas attendu à ce que ce type s’en prenne ainsi avec autant de vitesse et de violence. Minato n’était pas plus fort que lui, mais Caedus avait réellement été pris de court. Fort heureusement, il avait pu concentrer son cosmos dans son corps, ce qui lui avait évité de perdre des dents après le coup du Général. Il s’en tirait seulement avec une mâchoire qui lui ferait mal quelques heures. Une bonne contusion, mais rien de cassé.

La victoire était bien plus grisante face à cette légère douleur. Caedus était fier de lui. Il avait bien joué son coup. Il avait poussé à bout Minato, et Minato avait réagi comme le débile qu’il était.

C’est alors qu’il aperçut les Chevaliers d’Athéna arriver à toute allure, avec à leur tête le Verseau, chef des armées. Ainsi, ils avaient reçu son message ? Non, leur arrivée était bien trop rapide. Ils avaient dû être prévenus par un autre moyen. Cela ne changeait pas grand-chose. Levant une main, le jeune homme concentra son cosmos et créa une petite boule d’énergie où il enferma ses souvenirs. Technique de base pour tout utilisateur de cosmos. Il y indiqua la formation et la composition des troupes Atlantes qu’il avait vu débarquer, ainsi que l’image du Général des Lyumnades le frappant, ainsi que les paroles exactes qu’il lui avait dites.

L’information qu’un Général de Poséidon avait délibérément frappé un allié des Saints, et lui avait indiqué que les Atlantes avaient rompu l’alliance du fer et du sang. Tant pis s’ils ne le croiraient pas. Caedus avait été missionné, et faisait ce qu’on lui avait demandé. Et s’ils ne le croyaient pas, cela leur donnerait tout de même matière à réfléchir et à se préparer.

Il enferma son étoile de cosmos dans un nouveau tube de verre. Il invoqua alors deux flèches et un arc. La première flèche était fine et banale. La seconde était plus imposante, d’un rouge puissant. Matérialisant un arc, il tira la première flèche. Celle-ci alla se planter devant la Maison du Bélier, quelques mètres devant le Chevalier d’Or et de ses acolytes qui y pénétraient.

Il arma patiemment la seconde et la dirigea dans la même direction. Il resta ainsi, interdit, ses yeux suivant une ombre invisible. Au bout de quelques secondes, il sourit et tira. La flèche partit à une vitesse incroyable, disséminant un sillon de cosmos derrière elle. Elle shoota Minato en plein vol, alors que celui-ci se dirigeait vers le Sanctuaire. Explosant au contact de l’imbécile de service qui ne comprendrait jamais l’origine d’une attaque à si grande distance, elle l’envoya frapper le sol dans un fracas de tous les diables.

« Connard. Ça, c’était pour Bob. »

Son rapace et sa mâchoire vengés, il s’en retourna et chercha un nouveau lieu d’observation. Si le Verseau avait eu besoin de lui, il serait venu le chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Kyros


Chevalier de Bronze
Chevalier de Bronze
avatar

Messages : 5601
Armure : Cloth du Cygne

Feuille de Personnage :
HP:
170/150  (170/150)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 12 Aoû - 22:55

Revoir le Sanctuaire, une nouvelle fois sous la pluie, me remémorait des souvenirs assez douloureux. Je n'étais pas revenu ici depuis notre défaite et tout semblait si...différent! M'abstrayant de tout commentaires ou de laisser l'amertume prendre le dessus, je suivais Kappa, accompagné par Ishiro. Mattheus était un peu plus en retrait. Il faut dire que nous nous déplacions très vite. Trop vite?

Après tout, nous ne savions pas encore exactement ce qui se passait. Nous hâter de la sorte pouvait ne pas s'avérer être une bonne chose. Nous serions moins apte à nous sortir d'un piège ou d'un guet-apens! Kappa savait se montrer parfois imprudent dans certaines situations. C'est probablement une des raisons qui avait pu permettre à Pséma de le corrompre lors de la dernière guerre. Le Chevalier du Verseau comptait avant tout sur sa puissance pour se sortir de mauvais pas, et maintenant, il pouvait compter sur moi également! Mais je me devais d'être une voix pour lui rappeler que la prudence était mère de sûreté.

Ishiro semblait également partager mon avis, puisque à notre arrivée, et après les ordres du Chevalier du Verseau, il se tournait vers moi, visiblement préoccupé avec le Saint. Je comprenais son geste et le rassurait alors. J'étais là avant tout pour veiller sur lui, et malgré mon rang, je savais que le Verseau m'écouterait. Du moins, ainsi voulais-je le croire!

Je suivais alors mon Maître, qui partait sans attendre qui que ce soit. Réellement, je comprenais les préoccupations du Phoenix. Son propre Cosmos laissait bien transparaître sa fougue et sa préoccupation. Les combats n'en étaient qu'à leur balbutiements, nous avions encore le temps!

Arrow Temple des Gémeaux
Revenir en haut Aller en bas
Caedus


Chevalier d'Argent
Chevalier d'Argent
avatar

Messages : 271
Armure : Flèche

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 26 Aoû - 20:05

Il était au sec, mais il avait chaud. Le problème de ce satané pays, c’est que même lorsqu’il pleuvait, l’air et le sol étaient tellement chauds que le climat devenait alors lourd et humide. Pas terrible à supporter, sous une lourde cape… A choisir, il préférait encore une chaleur bien sèche ! Alors qu’il observait le Chevalier du Cygne monter les marches du Sanctuaire, fidèle petit toutou de papa Verseau, le maître d’armes sentit un battement d’ailes dans son dos. Se retournant, il aperçut un faucon le regardant, perché à deux mètres de là. La pluie ne semblait pas le déranger vu sa concentration, et ses yeux de feu braqués sur lui.

« Ah ! Ils daignent enfin s’intéresser à moi ceux-là ? »

Prenant le message accroché à la patte de l’oiseau, il le lit en deux secondes. Ordres clairs et simples. Il ne servait plus à rien vu que Kappa et Fils étaient dans la place. Donc il devait retourner à Jamir. Ecrasant le message, il fit un profond soupir avant de s’élancer, tournant le dos au Sanctuaire tout en chantonnant.

« 8000 kilomètres à pied, ça use ça use… 8000 kilomètres à pied, ça use les souliers… Tiens, en parlant de souliers, faudrait que je les change à force. Je demanderai à Kappa, à l’occasion. People on the move, après tout... »

==> Jamir, dans 8290km, 1634h de route à pied, selon google maps.
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3474
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 2 Sep - 14:19

« Bordel, c'est toujours aussi moche cet endroit... »

Sous l'égide des Spectres, l'architecture du Sanctuaire n'avait que peu changé. S'il se fichait bien de qui en avait la garde, Eren espérait au moins qu'ils le rendraient un peu plus agréable à l'œil. C'était peut-être différent dans l'enceinte des maisons, mais vu de l'extérieur, c'était toujours la même rengaine. Était-ce un pied-de-nez à ceux à qui ils l'avaient dérobé ou une simple paresse de leur part ? Zeta Prime ne tenait pas à le savoir. Ce n'était pas pour ça qu'il était là. Et au vu de ce qu'il avait pu faire en si peu de temps lors de la précédente guerre, il doutait que tout cela tiendrait encore debout quand il repartirait.

Eren n'aimait jamais tant le domaine sacré d'Athéna que quand il commençait à tomber en ruines. Les premières maisons accusaient déjà le coup des combats farouches qui y étaient menés. De loin lui parvenaient les effluves de la guerre, le sang la crasse et la poussière. Un fumet qu'il connaissait bien, et pour cause : toute sa vie, il n'avait eu de cesse de courir après. Dans son dos se tenaient les deux subalternes qu'il avait choisi pour l'accompagner. Cela pouvait sembler peu, mais ils n'avaient pas besoin de plus pour ce qu'ils étaient ici venus réaliser.

Sa main par-dessus son épaule et toucha le manche de son épée qu'il ne dégaina pas toutefois, pas encore. Humant l'air avec un peu plus d'assiduité, il repéra rapidement l'odeur de Jack - les vieux étaient toujours plus faciles à traquer. S'il avait été plus haut, c'était à présent vers la Maison du Taureau que ses pas semblaient le mener. Or, même s'ils pouvaient fort bien se débrouiller tout seul, il convenait d'aller saluer celui qui les avait convoqués. Un luxe auquel il ferait bien de ne pas s'habituer. Quittant sa concentration, Eren commanda le mouvement de troupe d'un geste du bras.

« Bah, je sais pas à quoi je m'attendais de la part d'un tas de caillasse. Allez, on y va. »

Maison du Taureau.
Revenir en haut Aller en bas
Shuu


Guerrier Runique
Guerrier Runique
avatar

Messages : 57
Armure : Bärenhaft, l'Ours Enragé

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   Mer 2 Sep - 15:21

Tout le trajet s'était déroulé sans grande peine pour l'aveugle Shuu, guidé par le cosmos de Magnus (celui d'Eren, il le cherchait toujours). Avoir tenu le trajet sans se faire distancer était déjà en soi une source de joie pour l'ancien retraité.
Autant dire que l'atmosphère ici n'avait rien à voir avec celui d'Asgard : ici, il faisait chaud, très chaud, trop chaud. Ayant revêtu sa godrobe pour la seconde fois, celle-ci ne semblait pas fondre, fort heureusement. Mais la couche de vêtements sous l'armure était beaucoup trop épaisse : pour son premier voyage en dehors de ses contrées, autant dire que le choc thermique était rude pour l'Ours. L'air était différent : on sentait plus la mer, et le nez piquait moins. De même que chaque pas des trois guerriers semblaient résonner, là où ils étaient habitués au silence feutré de la neige recouvrant les voies. Et surtout, étrangement, le cosmos qui recouvrait les lieux permettaient au mal-voyant de s'orienter comme s'il n'avait jamais été blessé aux yeux : très pratique pour les guerriers aveugles pour monter toutes ces marches !

"Quel étrange endroit. Mes yeux ne voient pas, et pourtant, je distingue parfaitement tout ce qui nous entourent, même les marches. Mais je ne perçois aucune protection divine."


Un peu plus d'attention et l'Ours pouvait ressentir quelques cosmos s'affronter au loin. Le voilà, le vrai champ de bataille qu'il avait ardemment désiré !

"Allons-y ! Ils sont pas prêts de dormir cette nuit !"


Et Shuu suivit les deux guerriers divins vers la maison du taureau.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] L'écho du Silence   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fin Septembre 1755] L'écho du Silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Entrée du Sanctuaire-