RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 28 Juil - 15:03



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Premières lignes




=> Temple des Poissons

L'air était chargé d’électricité, d'une dangerosité presque palpable. Au loin, une énergie titanesque se libérait pour s'approcher de plus en plus rapidement des Maisons du Zodiaque. Si il régnait un calme tout relatif dans l'enceinte du second Temple, ce fut hélas de bien courte durée car déjà, l'air se raréfiait, se chargeait d'une odeur de Mort tandis que la réalité même se déformait et qu'une faille surgit alors du néant pour déchirer le voile de la réalité avec force et violence. Une gigantesque silhouette se découpa dans tout ce chaos, ce bruit formidable, cette cacophonie qui répondait à cet appel dans le lointain.

Gilles de Rais foula les dalles en marbre blanc en toute impunité, calme et serein, le visage recouvert par l'ombre de son casque dont il s'était coiffé. Son Surplis accrochait l'ombre et la lumière des lieux, faisant en sorte qu'il s'approprie tout à fait cette demeure remplie de soldats répondant à l'ordre silencieux d'un des trois Juges des Enfers.

Il avait choisit de défendre les premières lignes, comme il l'avait toujours fait, même en tant que Spectre du Bourreau. En levant une main impérieuse, le Seigneur de Rais s'avança, faisant cliqueter les pièces de son armures et les gardes présents s'inclinèrent avec respect. Ils connaissaient tous le Garuda pour avoir combattu à ses côtés en tant que simple étoile terrestre, ils savaient qu'il était un homme d'honneur et ils ne furent nullement étonnés de le voir lui, plutôt qu'un autre, se dresser comme premier rempart face à la future invasion. Pour tout ceci, il avait obtenu d'eux une détermination farouche et une cohésion inébranlable.

D'une main de maître, l'ancien Maréchal saurait les guider vers une autre victoire. En attendant l'heure de la bataille, l'alchimiste alla se planter devant l'entrée principal, prenant sans vergogne la place de son « prédécesseur » en imitant sa posture. Bras croisés, menton fièrement levé, il toiserait quiconque oserait s'aventurer ici.

« Venez, nous attendons. » murmura t-il avec un sourire sadique aux lèvres. Quelques runes à la fin de ces mots, se dessinèrent un peu partout, les marches, les dernières colonnes encore debout … qu'un pied imprudent les effleurent et ce serait la Mort assurée pour lui ! « Tenez vous prêts, soldats ! »

Derrière lui, une marée noire et grouillante d'hommes-squelettes s'étendait, lui répondant en faisant claquer leurs mâchoires dans une musique … inquiétante.


Revenir en haut Aller en bas
Alexandre


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 140
Armure : surplis du basilic

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 28 Juil - 16:54

précédent :L'entrée du sanctuaire

Ainsi cela avait commencé. Alors que le Basilic prenait son temps pour monter jusqu'au temple du taureau, il avait senti une immense énergie se masser au loin et avancer vers les douze maisons. L'ennemi était prêt, ses armées étaient en marche. La guerre allait commencer. Il ne se retourna pas pour faire marche arrière. Si ce qu'avait dit Oneiros était vrai, c'était une armée entière qui allait arriver d'ici peu. Que pourrait il faire à lui seul? De toute façon il avait des ordres, et il fallait les suivre. Il accéléra sa marche afin de se rendre en plus vite au temple du taureau. Quelqu'un se tenait déjà devant l'entrée, l'air altier et déterminé: Gilles de Rais, juge du Garuda. Ainsi il avait choisi lui aussi de se tenir en première ligne et de défendre la maison du taureau. Derrière le juge se pressait une légion d'hommes squelettes. Des guerriers déjà morts, intéressant. En voila au moins qui ne seraient pas gênés par sa proximité. Le spectre s'avança devant le juge, ignorant les guerriers squelettes, et mettant un genou à terre devant son supérieur hiérarchique.

Seigneur, moi, Alexandre du basilic, suit venu tenir mon poste durant cette bataille. Ce sera pour moi un honneur de me battre à vos côtés. Je dois vous prévenir que le seigneur Oneiros n'a pas annoncé quand il reviendrait de sa mission diplomatique.

Le spectre se releva, se plaçant aux côtés du juge, dos à la porte. Il aperçut des runes sur les dernières marches et les colonnes encore debout. Un piège à l'évidence. En ce cas, il pouvait bien s'y mettre lui aussi. Alexandre tendit le bras droit en avant, et un nuage de poison mortel se condensa sur toute la distance qui séparait le temple du bélier du point où le jeune spectre se tenait. Un sourire macabre étira les lèvres d'Alexandre. Cela n'arrêterait sans doute pas les vrais combattants de Poséidon, mais leurs simples guerriers seraient décimés par un poison qui détruirait leur organisme. Rien que de penser à l'extermination de temps de faibles, il en tremblait d'impatience. Il ne manifestait pas d'inquiétude à la pensée de cette bataille. Son esprit était accaparé par une seule pensée: tuer tout les ennemis qui se présenteraient devant lui.

Seigneur, un plan de bataille a t'il été établi? Quels ont été les ordres du seigneur Minos sur ce qu'il convenait de faire?








Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 6 Aoû - 0:55

Entrée du Sanctuaire Arrow

Passer le Temple du Bélier n'avait pas été difficile, puisque son gardien s'était replié. Les hostilités débuteraient donc au Temple suivant. Haiken y parvenait avant les autres, impatient de retrouver le coupable du kidnapping de Callista et de lui régler son compte avant de repartir avec la pirate et l'emmener en lieu sûr. Bien que, si on y pensait bien, le seul lieu sûr était n'importe quel endroit auprès de lui! Il l'avait laissé seule trop longtemps, voilà pourquoi une telle chose s'était produite. C'était en partie de sa faute, mais il ne pouvait veiller sur elle à longueur de journée, surtout elle, libre et indépendante comme elle l'était! Haiken ne voyait plus le jour de leur délivrance se présenter devant leur yeux. Il avait encore bon nombre de combats à menés!

Le Général Marina pénétrait dans le Temple du Taureau, où l'attendait deux Spectres. Il reconnu aussitôt le surplis du Garuda! Ainsi, un des trois Juges s'étaient positionné au front. Malheureusement pour l'Atlante, ce n'était pas le Juge qu'il espérait rencontrer. D'ailleurs, il n'avait aucune raison, ni aucune envie de combattre celui qui lui faisait face. La Wyvern était son objectif, et c'est lui qu'il désirait atteindre.

- Je commençais à croire que personne ne nous attendait, étant donné que le Temple du Bélier était vide! Vous devez avoir vos raisons!

Il s'approchait des deux hommes, se tournant principalement vers le Juge du Garuda. Après tout, si l'un d'entre eux pouvait lui donner l'autorisation de passer, c'était lui. Même si, en toute honnêteté, il n'espérait même pas réussir à passer ce temple aussi facilement. Mais, et vu que le Dragon des Mers désirait conserver ses forces pour sa véritable cible, il allait tenter de résoudre les choses para la ... diplomatie! Une tentative vouée à l'échec avec lui!

- Je m'appelle Haiken, Général du Dragon des Mers! Le Juge de la Wyvern a enlevé une personne qui m'est chère. Aussi, je suis là uniquement dans le but de la récupérer. Donc, je n'ai pas l'intention de me battre contre toi Juge, seul la Wyvern m'intéresse, me laisserais-tu donc passer? Il va de soi que j'éliminerai quiconque se dressera sur mon chemin! Je me fous des raisons de Jack pour venir tenter de vous expulser du Sanctuaire, mais disons que j'ai un compte à régler avec ce Rhadamanthe!

Il maintenait un regard sérieux et sévère. Il est vrai que combattre un autre Spectre que celui de la Wyvern ne lui plaisait guère, mais, il n'hésiterai pas pour autant à détruire ceux qui tenterait de l'empêcher d'atteindre le responsable de l'enlèvement de la Sirène des Récifs!

- Alors Juge, que décides-tu? Me laisseras-tu passer ou dois-je t'y obliger?

Un moment de silence, avant que le verdict du Juge ne sonne! Même si ce dernier accédait à sa requête, il n'était pas certain que les autres Spectres le laissent passer aussi facilement. Mais, ce serait toujours une barrière de moins à franchir...

Citation :
Haiken défie Gilles de Rais
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 6 Aoû - 13:02



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Premières lignes




« Les détruire jeune Alexandre, les détruire. » glissa t-il à l’adresse de l’étoile de la Victoire tandis qu’une première personne arrivait, et pas des moindres, un Général de Poséidon ! Il eut un petit sourire à cette pensée cocasse. Enfin de compte, toutes les batailles se ressemblaient, mais la surprise demeurait. Un Juge et un Général d’élite face à face, en première ligne. Voilà qui était intéressant, surtout pour un personnage tel que lui ! « Halte ! »

Il avait dressé une main gantée de blanc, impérieuse, ferme alors que le combattant s’apprêtait à marcher sur l’un de ses pièges. Pourquoi Gilles ne l’avait-il pas laissé s’abimer contre sa rune démoniaque ? Parce que Gilles était un homme d’honneur, un chevalier de premier ordre et cet homme-là qui s’essaya à le convaincre de le laisser passer pour secourir sa belle était comme lui. Et un futur adversaire de surcroît. Avançant d’un pas pour se mettre à la hauteur du prénommé Haiken, le Garuda ne quitta pas sa posture de défense mais brisa l’expression de dureté sur son visage pour paraître plus amical.

« Bienvenue dans ce qui fut l’ancien Temple du Taureau, je suis le Seigneur Gilles de Montmorency de Laval-Rais, Juge du Garuda, gardien de ces lieux. Il est surprenant de voir un Général atlante se présenter si rapidement, d’ordinaire, il est d’usage d’envoyer les soudards sans importance se heurter contre les autres. Mais je ne suis pas de ceux à cueillir les lauriers de la victoire, à se contenter des miettes voyez-vous. Aussi, voici la raison de ma présence en ces lieux, Haiken, Général du Dragon des Mers. Enchanté. »

Après ce préambule, Gilles d Rais marqua une pause durant laquelle il vissa ces yeux gris-bleus dans ceux de son futur adversaire. Par là, il tentait de sonder son âme, la sincérité de son cœur. Ô il avait vu la jeune pirate en compagnie de la Wyvern, s’étonnant de son geste alors qu’il lui avait intimé la prudence. Face à ce souvenir, il devait se rappeler tout d’abord son devoir envers Hadès et non pas cette amitié qui liait les deux Juges.

« En d’autres circonstances, Général je t’aurais ouvert la voie parce que je ne cautionne pas les pratiques de mon collègue, mais en temps de Guerre et en tant que chevalier, mon devoir et mon honneur priment. Seulement … j’ai un marché à te proposer. Bats-moi, et je te laisserai passer. Je te laisserai gravir les prochains temples et je te révélerai l’endroit où Rhadamanthe a enfermé celle que tu aimes. »

Il avança cette même main qui l’avait arrêté en plein élan, pour sceller cet accord.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 6 Aoû - 22:58

Arrow Entrée du Sanctuaire

Ainsi allait l'avant-garde du Sanctuaire sous-marin. De son pas pressé par le temps et l'amour, Haiken avait rapidement pris les devants. Et qui pourrait l'en blâmer ? Second à se hâter pour les beaux yeux d'une dame, celle qu'il avait dans son dos cette fois, Melodias était résolu à réussir cette mission et à assurer à sa maîtresse une voie libre de contraintes et sûre. La dernière fois, il l'avait perdue de vue et avait eu le tort de ne pas la retrouver des mois durant.

Il assista à l'échange de civilités entre les deux généraux puis s'avança à son tour, lame au clair, vers l'autre représentant des spectres en ces lieux. Pour ceux qui l'avaient connu autrefois, son regard serait inhabituel, baigné d'une clarté océane qui ne correspondait pas à son habituel doré-miel. Le djinn était sous l'influence de sa malédiction et son ordre net : il leva son épée droit vers Alexandre, parcouru d'éclairs. Il n'y avait pas plus à discuter, seuls les actes comptaient désormais.

"Sur ordre de Dame Satine, je dois mettre fin à vos jours. Battez-vous ou reculez !"

Le vent cessa soudain de souffler comme pour attendre la réponse du Basilic. Une espèce de minuscule fée apparut alors sur l'épaule de Melodias, examinant de son regard vaporeux le spectre. De la pluie naquit une forme néréide parée de bijoux et d'une prestance toute royale. Deux esprits djinns étaient déjà prêts à se battre aux côtés de leur maître, signe que celui-ci n'essaierait pas de négocier cette fois. Melodias fit un pas en avant comme pour inciter Alexandre à se mettre en position plus vite. Ondine et Sylphe l'imitèrent, leurs visages ornés d'expressions indéchiffrables. Des gardiens de la nature se battant pour une terre ? Absurde.

"Que décidez-vous ?"

Melodias a écrit:
Défi lancé à Alexandre
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 140
Armure : surplis du basilic

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Ven 7 Aoû - 10:18

Les détruire, tous, jusqu'au dernier. Parfait, voila qui lui convenait parfaitement. Alexandre sourit à ces paroles en pensant au massacre qui allait suivre. Il sentait plusieurs cosmos approcher du temple du taureau, l'ennemi arrivait. Le premier à se présenter fut un homme qui se présenta comme Haiken, général du dragon des mers. Il s'avança vers Gilles, et tint des propos étonnants. Quoi, Rhadamanthe avait enlevé une personne chère au général? Ils détenaient un otage? Il se demandait ce qui avait bien pu se passer pour que cela arrive, toutefois avoir un otage pouvait ne pas être si mal. Bien que cela finisse généralement mal pour l'otage en question. Haiken souhaitait combattre Rhadamanthe, et somma Gilles de le laisser passer. Le juge refusa bien étendu, et fut une promesse quelque peu surprenante. Qu'est ce que ca voulait dire? On ne promet pas aussi légèrement le passage à un ennemi. Le juge devait être vraiment sur de lui pour tenir de tels propos. Mais il n'avait pas le temps de s'appesantir là dessus. Déjà un autre marina s'avançait, levant vers lui une épée parcourue d'éclair. Son futur adversaire donc.

"Sur ordre de Dame Satine, je dois mettre fin à vos jours. Battez-vous ou reculez !"

Deux minuscules fées se posèrent sur l'épaule du marina. Il aurait éclaté de rire devant un spectacle aussi étrange si il n'avait pas été conscient qu'il valait mieux garder son calme pour mener correctement son combat. Il inspira afin de reprendre son sérieux devant le marina qui le sommait de prendre une décision.

Tu as tes ordres, j'ai les miens. Battons nous et nous verrons bien ce qu'il en ressortiras. Je ne peux de toute manière pas laisser des êtres tels que vous aller importuner le seigneur Rhadamanthe.

défi accepté
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 20 Aoû - 12:18



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Sens du devoir



=> Combat Haiken VS Gilles

Si le valeureux combattant qu'il incarnait demeurait amer par cet « abandon forcé », l'ordre d'Himmel du Griffon avait été on ne peut plus clair et sans appel. Si l'honneur et le sens du devoir lui dictaient cette décision âpre en bouche, le Spectre de la Vaillance n'avait pas le droit de contester la décision de son supérieur. La Voix d'Hadès était puissante et était parvenue jusqu'à lui, en plein cœur de ce monde perdu qu'étaient les Bermudes.

Le Général Haiken du Dragon des Mers croyait de prime abord à une mauvaise blague, il comprit bien vite à la mine renfrognée de son adversaire que c'était loin d'en être une. Peut-être qu'un jour ils pourraient terminer cette joute prometteuse autrement que sur un champ de bataille sanglant, un charnier dressé à la vanité toute gonflée d'orgueil de peuples sans honneurs et paroles. Marinas ne valaient pas mieux que les Saints, protecteurs de l'Humanité qui avaient choisi ce moment propice pour se comporter comme des charognards. Non, ce n'était pas ainsi que l'on procédait mais peut-être que l'ancien Maréchal de France était trop vieux jeu sur ce fait-là.

Mais enfin … qu'importe où il portait son regard gris-bleus aux accents de tristesse, Gilles de Rais ne voyait qu'un paysage sinistre, grotesque où l'eau se mêlaient au sang et à l'odeur de la mort et de la défaite. Son poing se serra. La faute à qui ? À leurs ennemis toujours plus nombreux et leur soif de soit-disant équilibre ? Ou bien un mauvais mouvement ou appréhension dans les jeux politiques ? L'erreur grandissante de Rhadamanthe à vouloir entêter son cœur et sa raison en commettant un odieux impair ? Celui de parier sur un moyen de pression dérisoire dans l'unique but d'attirer son amour perdu dans ses filets ?

Sombrement, le Seigneur Spectre rengaina son arme dans un crissement de métal. De là il se tourna vers le seul être qu'il jugeait plein de dignité.

« Suivez-moi. »

Sans attendre le moindre signe d'accord de sa part, le Garuda fila à toute vitesse vers les hauteurs.



Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 20 Aoû - 16:37

Combat Haiken vs Gilles Arrow

C'était un final qui laissait un goût amer au Général du Dragon des Mers. Gilles aurait probablement ses raisons pour agir de la sorte et il ne croyait pas une seule seconde que ce serait par peur de la défaite. Après tout, le combat était serré et pour le vaincre Haiken aurait été poussé dans ses derniers retranchements. Mais qu'importe, parfois, le résultat était plus important que la manière. Il n'avait à présent plus aucun obstacle et mieux encore, Gilles de Rais l'emmènerait jusqu'à Callista! Du moins, c'est ce qu'il affirmait.

Haiken n'avait aucune manière de savoir si le Juge du Garuda disait vrai, ou bien s'il s'agissait à peine d'une ruse, utilisant sa bien-aimée pour emmener le Dragon des Mers dans un guet-apens. Mais qu'importe, le Marina était prêt à courir le risque. Tant qu'il pouvait être auprès d'elle, il trouverait un moyen de la libérer, au péril de sa vie si c'est ce qu'il fallait! Mourir ne lui avait jamais fait peur, mourir pour elle serait un sacrifice qu'il accepterait sans hésitation. Il était prêt à affronter tous les spectres présents au Sanctuaire s'il le fallait, même si cela était tout à fait impossible à réaliser!

Sans plus attendre, et une fois le Triangle des Bermudes dissiper par ses soins, Haiken entamait le pas, suivant le Juge du Garuda, l'intimant de partir avec lui vers le prochain Temple du Zodiaque. Haiken pouvait ressentir la présence de plusieurs Marinas. Pour cela, il était assez confiant que quoique puisse tenter le Spectre, il était voué à échouer!

- Bien Gilles de Rais, je te suis. Emmène-moi jusqu'à Ann! Je saurais me souvenir de ton geste!

Haiken et Gilles quittaient alors le Temple du Taureau, en direction du temple suivant. Le Dragon des Mers se rapprochait de plus en plus de son objectif!



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 2 Sep - 2:23

Entrée du Sanctuaire Arrow

    Le temps s'était écoulé, et les hommes continuaient à tomber comme les gouttes de pluie. Mon départ vers le premier Temple du Bélier aux côtés de Kiani s'était déroulé sans encombres : la plupart des troupes d'Hadès étaient engagées dans des combats face au gros de nos forces, en contrebas. Les quelques gardes restants dans la demeure du Bélier se tenaient à distance, mais nous ne primes aucun risque. Leur élimination fut rapide et silencieuse. Alors que nous exécutions nos ordres, la jeune Général de l'Océan Indien revint sur mes précédentes paroles, rejetant sur moi la responsabilités des actions concernant Caedus. Nous n'étions de toute évidence pas sur le même longueur d'onde concernant le renégat, mais ce n'était ni l'endroit ni le moment de s'engager dans un débat, aussi ne relevai-je pas sa réplique. Il me faudrait plus tard lui faire comprendre que les enjeux étaient en temps de guerre bien plus importants et complexes que ce que l'on pouvait imaginer. Une expression de son inexpérience sans doutes. Il était de ma responsabilité de corriger le tir.

    Nous finîmes par nous séparer en gravissant les marches menant à la maison du Taureau. Alors que mon ancienne élève prit les devant afin de dégager le passage et rejoindre Jack au plus vite, je restai en arrière pour éliminer les soldats adverses de manière méthodique. Cela me prit au final plus de temps que prévu : les soldats Skulls n'étaient certes pas puissants, mais ils étaient doués pour se dissimuler. Les dénicher un à un me fit perdre un temps précieux, mais la plupart terminèrent avec la gorge tranchée ou le cœur poignardé. Les squelettes animés constituèrent un obstacle plus épineux : il fallait localiser les sceaux qui les animaient et les détruire, sans quoi ils se reformaient même une fois mis en pièce. Un travail de patience et de précision...

    La montée vers la maison du Taureau s'étendit sur un peu plus d'un heure, mais une fois le travail accomplis nous pouvions à présent affirmer sans crainte que nos arrières étaient assurés et qu'aucun soldat Spectre ne pourrait nous prendre à revers. Pendant ma traque, je vis plusieurs de nos propres hommes gravir les marches pour prendre position dans les deux premiers Temples, ainsi qu'un groupe de Saints parmi lesquels je reconnus le Régent, Kappa du Verseau. Je ne leur révélai pas ma présence, par habitude, mais ne fit rien non plus pour les bloquer. Je savais qu'il s'agissait là d'une manœuvre de Jack pour leur forcer la main et nous prêter main forte dans la reconquête du Sanctuaire. Et de ce que j'en sentais, leur aide ne serait pas de trop.

    Je ne maîtrisais pas assez mon Cosmos pour étendre mes sens jusqu'aux maisons supérieurs, mais les échos télépathiques qu'émettaient Mary et Jack par moment n'allaient pas pour me rassurer. De puissantes détonations retentissaient dans les hauteurs, et une puissante onde de Cosmos semblant venir de l'extérieur du Sanctuaire me traversa, sans que je puisse en comprendre la cause. Peu après, alors que je m'apprêtais à atteindre la maison du Taureau, un puissant appel lancé par Jack se répercuta dans mon crâne. Il demandait des instructions à Poséidon, et en appelait à sa punition divine. Je craignis alors le pire, et décidai de me hâter. En traversant le second Temple du zodiaque d'Or, je dus cependant ralentir et placer ma paume devant ma bouche. Un gaz empoisonné baignait dans l'air, trace d'un combat tout juste achevé dans les alentours. Traversant les lieux avec prudence, j'arrivai finalement à la sortie, pour finalement mieux sentir une énergie familière se rapprocher.

    Descendant une troisième Temple, Jack était en train de se diriger dans ma direction. Me fondant dans les ombres, je dissimulai ma présence de sorte à passer inaperçu. De toute manière, le Prêtre de Poséidon saurait me repérer malgré cela en raison de la Scale que j'arborais. Non. En vérité, même sans cela, il aurait su deviner ma présence. Avec le temps, le vieux loup de mer s'y était habitué. Lorsque mon frère d'arme arriva à ma hauteur, sans même qu'il n'ait à me le demander, je lui livrai mon rapport.

      « Nous contrôlons les deux premiers Temples, mais la bataille dans la plaine continue de faire rage. Les Spectres s'attendaient à notre arrivée. Ils étaient déjà en position... »

    Je m'interrompis. Quelque chose n'allait pas. L'aura du Prêtre me semblait désordonnée. Son visage, troublé. Mes inquiétudes nées de ce violent message télépathique se trouvèrent confirmées. Une mauvaise nouvelle -à comprendre : plus mauvaise qu'à l'ordinaire- devait nous être tombé dessus. Cela avait-il un rapport avec les Saints? Avec Mary? Ou bien était-il arrivé malheur à Ann? En cet instant, je regrettais de ne pas avoir suivis le même entrainement que les autres Éveillés. Mes sens à courte et moyenne portée pouvaient repérer même l'ennemi le mieux camouflé, mais ce qui pouvait se produire sur de longues distances m'était parfaitement imperméable, à l'image de ce choc cosmique que je n'avais pu identifier, quelques instants plus tôt.

      « Que s'est-il passé dans les Temples supérieurs? Quels sont tes ordres, Jack? »

    Une certaine anxiété pouvait se deviner dans ma voix, pour ce camarade qui avait l'habitude de l'entendre. Nous semblions avoir l'avantage jusqu'ici, mais plusieurs facteurs pouvaient avoir changé la donne. Sachant que j'étais loin d'avoir une image complète des événements qui se déroulaient, je laissais toute prise de décision à Jack, m'abandonnant à son jugement comme je l'avais déjà fait tant de fois par le passé. Une crainte subsistait en moi cependant : c'était sa propre fille que les Spectres retenaient prisonnier. Je savais mon ami fin tacticien, mais je le connaissais également assez bien pour savoir que ses décisions pouvaient être biaisées lorsqu'elles touchaient ainsi à sa propre famille. Le Prêtre de Poséidon était-il encore en état de faire les bons choix en cet instant critique? Je l'espérai. Dans le cas contraire, il ne me resterai plus qu'une chose à faire. Une chose bien déplaisante.
Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 2 Sep - 12:12

Arrow Victoire contre Alexandre

Émergeant du brouillard suffocant contenu tant bien que mal par Sylphe dans le temple, Melodias se sentait enfin apaisé d'un poids depuis trop longtemps porté. Depuis sa résurrection, il avait accumulé un trop-plein d'énergie qui se résorbait lentement grâce à des affrontements de ce type. Le Basilic lui avait donné quelques surprises, mais finalement le marina avait mené la danse une bonne partie du combat. Et alors qu'il s'apprêtait à donner le coup de grâce à son adversaire déjà dans un état critique, un cosmos familier l'arrêta dans son geste. La Voix de Llyr explosa dans un écho violent, proche. Un capitaine, un général ainsi que la fille d'Amphitrite avaient trahi ?

Sa lame en suspension s'abaissa. Alexandre avait de la chance, s'il était de nature résistante il se pourrait qu'il ne meure pas pour son dieu. Il se viderait simplement d'une bonne partie de son sang. Le djinn ne prit pas la peine de s'adresser à lui, son esprit plongé dans les limbes de l'inconscience ne l'entendrait pas. Il détourna ses pas vers la sortie du temple, accompagné de ses trois djinns mineurs. Sylphe s'employa alors à dissiper définitivement le brouillard empoisonné haut dans le ciel, maintenant qu'il n'avait plus besoin de protéger son maître. Ondine se servit de l'eau de pluie pour guérir en partie les blessures de Melodias et le lavait de tout le sang qui le maculait alors -le sien et aussi celui du Basilic-, puis disparut dans les flaques d'eau pour épargner le coût de son invocation. Dryade, dernière présente, attendit qu'on la congédie. Le capitaine aurait peut-être de nouveau besoin de son aide, aussi il la plongea pour un moment dans une léthargie artificielle, qui lui fit prendre la forme d'un arbre.

Livré de nouveau à lui-même, Melodias nettoya son épée à l'eau de pluie et sur son vêtement puis il étendit ses perceptions aux alentours : une présence non-hostile avait profité du désordre lié au combat pour se cacher non loin dans le temple. Satine... s'était une nouvelle fois évanouie dans la nature. Le capitaine ne put s'empêcher de songer qu'il avait mis trop de temps à exécuter son ordre, quand bien même il avait vaincu. Peut-être était-ce pour cela que Jack se dirigeait à présent vers lui ? Pour lui donner de nouveaux ordres ?

C'est alors que des étoiles parcoururent le ciel, porteuses d'énergies violentes et dispersées. Le marina rengaina son épée mais resta tout de même sur ses gardes. Voilà qui annonçait un mauvais présage.

"Nous avons mis feu à la Grèce... et elle va se venger de nous. Est-ce là ce qu'Il voulait ?"

Les pas du Grand Prêtre résonnèrent à l'entrée de la demeure. Melodias fit taire ses pensées et posa aussitôt genou à terre. Une blessure encore à vif barrait son torse à l'oblique mais il ne se plaignit pas. L'homme caché dans les ombres parla alors, exposant la situation concernant les deux premiers temples et les spectres. La suite de la bataille se déroulait ici.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 2 Sep - 14:56

« Ça pue l'iode, j'imagine qu'on est sur la bonne voie. »

Ses gars sur ses talons, Eren s'était rapidement élevé vers les étages supérieurs. Une fois n'est pas coutume, le Sanctuaire était plongé dans le silence, un silence de mort. Seuls résonnaient les cliquetis de leurs armures et de leurs armes - enfin, la sienne. De leur groupe, il devait être le seul à déjà pouvoir entendre le fracas du combat leur parvenir depuis les hauteurs. Faible était la clameur : serait-il déjà sur le point de s'achever ? C'était peu probable, au vu du nombre de présences dans les maisons plus élevées. Et il osait croire que ce n'était pas pour rien que Jack l'avait fait déplacer.

Sur le trajet, ils durent enjamber bon nombre de cadavres - encore que Zeta Prime les piétinât sans sourciller. Certains avaient été déchiquetés, mais c'était à peine si la plupart portaient les traces d'un affrontement. Il en déduisit que les Marinas comptaient quelques soldats plus subtils que les autres dans leurs rangs. Non que ce fut une surprise de la part de Jack, mais il lui faudrait se méfier de cela... Envoyant voler du bout du pied un énième cadavre (il avait bien vite cessé de compter), il traversa la Maison du Taureau en direction du petit comité qui l'occupait déjà.

« Bah tiens, qu'est-ce que je disais. »

Eux aussi étaient au nombre de trois, dont deux qu'il ne connaissait pas. La manière qu'avait l'un d'eux de se tenir en retrait dans une flaque d'ombre lui suggérait que ce charnier puisse être son œuvre, sans pouvoir le prouver. Ça, et l'odeur de planqué qui en émanait. Quoi qu'il en soit, qu'il parvienne à être discret avec une chevelure aussi chatoyante forçait le respect. Quant à l'autre, il mit un moment à déterminer si c'était un homme ou une femme, avant d'être assez près que pour voir son torse lacéré. Et enfin, Papy Marina en personne, celui-là même qu'il était venu chercher. Une main jaillit de sous sa cape pour les saluer.

« Salut les saumons ! Bon alors, qu'est-ce que vous branlez ? »


Dans mon profil, il y a écrit:
Eren n'émet strictement aucun cosmos à première vue. Son armure est hors de vue la plupart du temps, disparaissant sous une cape noire trop grande même pour son corps massif.
Revenir en haut Aller en bas
Shuu


Guerrier Runique
Guerrier Runique
avatar

Messages : 57
Armure : Bärenhaft, l'Ours Enragé

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 2 Sep - 15:43

Shuu poursuivait à la trace Eren et Magnus, mais il n'aurait jamais imaginer passer une maison du sanctuaire aussi facilement, quoique, ce qu'il écrasait par moment au sol semblait être bien plus gros que des rats morts. Le monde avait bel et bien changé en l'espace de quelques années.

"Il y a moyen de se perdre dans un labyrinthe, ici ?"

Arrivés dans la maison du taureau, Shuu perçut plusieurs cosmos inconnus. Et son excitation grandit à chaque pas. Alors que les cosmos inconnus n'étaient plus qu'à quelque dizaines de mètres, Shuu se mit en position d'attaque et accéléra le pas, prêt à attaquer l'ennemi !

« Salut les saumons ! Bon alors, qu'est-ce que vous branlez ? »


"... !"

Aussitôt près avoir entendu les paroles de son chef, Shuu arrêta sa course, manquant de trébucher. Encore un peu et il mettait déjà à mal l'alliance avec les Marinas. Son empressement au combat l'avait une fois de plus poussé à faire un mauvais choix. Fort heureusement, c'était sans conséquence. Il devrait travailler à son retour, si retour il y a, pour ne plus être si "fonce dedans". Il fit deux pas en arrière, un pour laisser Eren sur le devant de la scène, un autre pour ne pas se tenir devant Magnus, un guerrier divin.
Et il attendit en silence la suite des instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 2 Sep - 16:02

Arrow Gémeaux

A situation de merde, réponse de merde...

Je n'étais pas fier d'avoir appeler mon Seigneur et Maître pour punir ma fille non seulement de son impertinence mais aussi de sa trahison à l'égard de l'Empire, cela je ne pouvais lui pardonner ce genre de choses ! J'avançais comme un fantôme quand j'arrivais enfin devant le second temple du Zodiaque, celui de ce cher Hector. Il avait une sale gueule mais il aurait au moins l'occasion de lui redonner le lustre d'antan. Soudain, peu de temps avant de rentrer, je sentais des ondes cosmiques dans le ciel. ENFIN ! L'ennemi véritable de cette bataille venait de sortir de l'ombre, un sourire en coin, j'entrais dans le temple d'un pas plus pressé et plus rassuré. La raison d'Etat reprenant ses droits dans mon esprit, un peu perdu quelques instants auparavant par la trahison des miens, je regardais autour de moi et saluais le Capitaine Mélodias, ravi de le voir à mes côtés et cela me mettait encore plus de baume au coeur !

- Capitaine ! Votre victoire me donne une sensation que vous ne pouvez imaginé ! Considérez Satine aux arrêts de la main même de Poséidon et elle n'a plus aucun ordre à donner aux troupes du seigneur des 7 Mers, elle n'est plus rien pour moi, simplement une traîtresse à la raison d'Etat ! ... Je suis la SEULE voix de Poséidon et j'espère bien me faire comprendre par ces mots. Prenant un instant de silence. Ne vous inquiétez pas, Ann est aux mains de nos prêtresses, elle est en sécurité !

Puis, soudain, je sentis une présence bien particulière et dans un mouvement giratoire, je me tournais vers l'ombre qui me soutenait toujours dans les moments les plus dures de mon existence.

- Minato. Heureux de te voir, notre ennemi arrive enfin, l'armure d'or de la Balance vient de sortir du bois ! Ils ne vont pas tarder à agir d'une manière ou d'une autre, la seconde phase du plan va pouvoir commencé ! En outre, ils se sont fait passé pour toi et ont tenté de souiller ton honneur, je n'oublierai pas cet affront et crois moi que tu auras les moyens de laver le tiens auprès des Saints !

Je fis signe à chacun d'entre eux d'approcher ou de se relever, ce genre d'étiquette à deux balles n'était pas ma panacée en temps de guerre. Seul le résultat comptait et la double opération que j'avais souhaité se mettait en place plus rapidement que prévue ! Virer les Spectres tout en faisant sortir Pséma et compagnie du bois n'étaient pas une mince opération. Cependant, je compris que la situation pouvait se détériorer si on prenait trop de temps, quoique, si j'allais trop vite je risquais de dévoiler la seconde phase trop vite. Pséma et Kurokaze n'étaient pas encore sortis de l'ombre et je ressentais que le courroux de Poséidon ne s'était pas abattu sur Astre et Haiken. Cela voulait dire qu'ils étaient encore dans la bataille, bonne ou mauvaise nouvelle ? Je n'avais pas de réponse mais la trahison de ces deux là n'était pas consumée après tout, tous les espoirs étaient permis !

Alors que j'allais donné mes ordres, une voix tonna avec un accent slave dans le naos du temple. Mon visage s'illumina en voyant la raison de cette saillie drôlastique. Manifestement, ils avaient décidé de bouger et cela me confortait dans l'idée que la diplomatie avait une force que les Spectres avaient trop ignorés, pendant des mois, ils étaient restés à attendre que quelqu'un vienne les déloger... C'était arrivé et ils ne pouvaient que pleurer la situation. D'un geste de la main, j'invitais tout le monde à se rassembler. Quelques secondes derrière lui, une présence apparaissait, inconnue pour ma part mais il avait de la gueule quand même ! Et enfin Magnus, mon ancien élève ! Quelle touchante réunion de famille !

- Bienvenue les mecs, je suis content de votre arrivée ! Minos est dans le temple du Lion selon ce que j'ai ressenti, Kyro du requin aussi à ce que m'a dit Kappa du Verseau... Ce dernier va foncer vers là bas sans plus de cérémonies je pense, des comptes à régler avec les Spectres ! J'espère que vous êtes chauds car la contre attaque se passe maintenant ! Les Spectres pensent que les marinas se barrent, ils vont apprendre qu'il n'y a qu'un résultat qui compte dans la guerre : la Victoire ! L'honneur est une parure dont les faibles s'entourent pour faire oublier leur nullité !

Pour une fois, je laissais mon penchant le plus noir s'échapper de mes lipes. Je ne comptais pas laisser un seul Spectre debout.

- Eren, Arbhaal est de retour et Minos est là ! Comme promis, je te laisse choisir ta proie ! Hâte de voir ta putain de grosse épée en mouvement. Magnus, j'espère que tu as pas oublié mon enseignement, on frappe sur les côtés, dans le dos, on enserre l'ennemi et après on le bouffe ! Enfin je dis ça.... Après notre petite explication, tu sembles rien n'avoir oublié de mes préceptes ! Amuses toi avec ta proie !

Jack a écrit:
HRp : Jack est sous l'influence de l'onde de Poséidon, donc cheveux écarlates, cosmos agressif et tempétueux. Il a sa jeunesse de ses 20 ans !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Magnus


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 192

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 2 Sep - 16:36

Le nombres de cadavres s’accumulaient à mesure qu’ils avançaient. Magnus se retourna vers le guerrier runique. Il se demandait bien comment il réussissait à ne pas trébucher. Avec des cicatrices pareilles au visage, aucune chance qu’il ne puisse voir quoi que ce soit. La chaleur devenait étouffante, tant que Gamma regrettait presque d’avoir pris sa cape avec lui. D’un geste de la main, il en fit passer la moitié derrière son épaule, dévoilant les écailles sombres de Jörmungand.

Étrangement, ça ne sent pas le vieux.

Étrangement, oui car le cosmos de Jack avait changé, il était puissant, vigoureux, comme lors de leur combat. Pourtant, aucun doute là doute là-dessus, ça puait effectivement le Marina. L’allure massive d’Eren lui cachait la vue dans les escaliers et lorsqu’ils arrivèrent dans la Maison du Taureau, toujours pas de spectres, seulement quelques gardes squelettes et une ombre. Les marinas étaient là. Un homme qu’il était difficile à décrire. Il ne s’agissait pas d’un Général, sa Scale était bleu. Au fond, un autre homme que Magnus eut énormément de mal à détecter. Il semblait puissant et compte tenu de l’aura meurtrière qu’il dégageait, il y avait fort à parier qu’il était l’auteur de ce massacre, de quoi leur avoir ouvert le passage.

Il fait plus frais à l’ombre, n’est-ce pas ?

Enfin, Jack arriva. Pour les néophytes, il aurait été impossible de penser qu’un vieillard centenaire se cachait derrière cet apparat de jeunesse et de vigueur. Il montrait son vrai visage, un roux, comme lui. Aussi étonnant cela pouvait il paraître, Magnus était content de le revoir, il présageait toujours de l’action et ça, l’ancien Kraken ne faisait qu’en demander.

Tu ne me l’as jamais envoyé cet assassin. Etonnant, il m’a l’air efficace pourtant. Finalement, tu tenais trop à moi ? dit-il sur un ton moqueur.

La victoire, oui. C’était tout ce qui comptait aujourd’hui et le vieux prêtre savait utiliser ses meilleurs cartes au meilleur moment et pour le coup, c’était eux ces cartes. Minos était là, leur chef. Rien d’étonnant mais en entendre la confirmation fit l’effet d’un filet d’adrénaline qui ne fit qu’un tour. L’honneur est une parure… C’était grâce à des phrases de ce genre que Magnus savait qu’il n’aurait pu avoir meilleur mentor au cours de sa carrière de Général. Sur ce point, ils avaient toujours été d’accord et ce n’était pas les voix creuses des morts jonchant le temple qui allaient les contredire.

Comme un Serpent.

On n’oublie pas le poison. Magnus allait faire ce qu’il savait faire de mieux, du mal aux autres. Trainer, constriction, morsure. Il était le poison et s’en satisfaisait.

Petite ? T’as failli détruire mon bâtiment. Mais restons-en là, je suis là avec mon patron, son regard verdâtre se tourna vers Zeta Prime. Restons professionnels parce que du travail, on en a. J’imagine qu’il va être temps de nous séparer pour mieux nous retrouver ? A moins que tu ais un plan Eren.

Mais il y a toujours moyen d’y mêler un peu de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Sam 5 Sep - 12:36

Alors qu'il partait en direction du Temple des Gémeaux, Haiken stoppait sa route subitement! Quelqu'un tentait d'entrer sans son subconscient et il comprit bien vite qu'il ne s'agissait d'autre que de Satine! Il lui permit "d'entrer", même si sa précédente expérience avec la jeune femme n'avait pas été très agréable! Mais, les nouvelles étaient bonnes et le Dragon des Mers poussa un soupire de soulagement!

Ann était saine et sauve et sa sœur avait réussi à la récupérer. Des images de sa rencontre avec Minos du Griffon et Rhadamanthe de la Wyvern défilait dans son esprit, l'aidant à comprendre comment la Sirène Maléfique était parvenue à récupérer l'otage. Il y avait un prix un payer, bien évidemment! Satine avait alors accepter de se retirer, parlant également en son nom! Même si Haiken avait toujours envie de se mesurer à la Wyvern, afin de lui faire payer son affront, il devait avant tout s'assurer de mettre Ann et sa sœur en sécurité. Ils ne pouvaient faire confiance aveuglement aux Spectres! Ils ne pouvaient faire semblant d'oublier qu'ils pouvaient recommencer, étant donné qu'il serait difficile, voir impossible, que Jack abandonne!

Car, il semblerait que ce dernier avait également été mis au courant. Prenant conscience du départ de Satine, le vieux bougre donnait l'ordre aux Marinas de se retirer! Une simple manœuvre tentant de tromper l'ennemi. Seul Jack pensait sincèrement que cela pourrait fonctionner!

Haiken se tournait alors vers Gilles, qui l'accompagnait!

- Il semblerait que la prisonnière ait été rendu à sa soeur! Ma route s'arrête ici! Je n'ai plus aucune raison de continuer à monter! Je te remercie pour ton aide et ta compréhension Juge du Garuda! Je saurai m'en souvenir crois-moi!

Haiken rebroussait alors chemin. De retour dans le Temple du Taureau, Jack s'y trouvait déjà. À attendre... que les autres fassent son boulot! C'est ainsi que le vieux bougre agissait. Tout d'abord, il utilisait les Saints en tant que chair à pâté, puis à présent, c'était aux Ases d'assumer la suite! Haiken le connaissait trop bien et s'étonnait qu'il puisse encore avoir un minimum de crédibilité aux yeux de quiconque! Mais, ce n'était pas son problème après tout! Tant que le vieux ne lui mette pas de bâtons dans les roues, il le laisserait continuer son petit jeu tranquillement!

Haiken reconnu Magnus, qui était présent lorsque Ann avait été attaqué en Asgard. Il le salua d'un léger mouvement de la tête. Il ne prêta que très peu d'intérêt aux deux autres! Puis, il s'approcha de Jack, avec un regard toujours aussi froid envers son "supérieur"!

- Tu crois que les Spectres vont gober cette histoire de repli? Voyons le vieux, t'es trop âgé pour croire aux contes de fées nan?

Un petit sourire s'échappait après cette nouvelle provocation. Lui et Jack était comme chien et chat! Et ce jeu n'était pas près de se terminer!

- T'es au courant que Satine a libéré sa soeur j'imagine? On te remercie pas pour le coup! Sans elle, Ann serait morte! Crois-bien qu'une fois que j'aurais réglé le compte des Spectres pour cet acte, j'en aurais fait pareil avec toi!

Jack ne pouvait le nier, il avait délibérément sacrifier la vie de sa fille au détriment de cette invasion que Haiken ne pouvait accepter! Il savait que Jack jouait un jeu dangereux, qu'il ne faisait pas ça pour le plaisir d'aider les Saints! Mais, qui connaissait Haiken savait qu'il n'y avait que deux choses en ce monde pour quoi il se battrait, protéger Ann et tuer son père et sa clique!

- Je mets les voiles Jack! Ma mission était de récupérer Ann, c'est chose faite! Et je ne vais plus la quitter d'une semelle! La dernière fois que je l'ai laissé seule, on a bien vu le résultat! De toute façon, avec les renforts que tu as, je pense que la victoire ne fait plus vraiment aucun doute!

Jack n'allait pas aimer le voir partir, mais au diable le vieux et son arrogance et sa folie des grandeurs! Être la "voix" de Poséidon semblait lui monter à la tête! Haiken serait ravi de le remettre à sa place si jamais il le désirait. Mais, Haiken savait que le vieillard était du genre sournois, il n'attaquerait jamais de front! C'était ici la principale raison pour laquelle les deux hommes ne pourraient jamais s'entendre!
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Sam 5 Sep - 13:33



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Jeux Politiques




« Haiken, un instant. »

Il se ravisait, quelque chose de terrifiant venait de se produire. Une chose qui fit frémir le chevalier, lui donna le sentiment que le monde venait de se mettre en branle. On faisait retentir une voix colérique, pleine d'une amertume que l'on nomme trahison. Une prière clamée à la figure du ciel, un châtiment qui promettait bien des déboires. Puis il y eut des étoiles dans toute cette pluie, des fragments dorés précipités dans le Monde. La Roue du temps accélérait sa course, elle venait de tourner d'une nouvelle manière. Qu'est-ce que cela augurait ? Gilles n'aurait sut le dire or il avait l'intuition qu'il fallait faire machine arrière et braver la tempête.

Ils avaient été des ombres lors de leur progression, le Garuda désormais, tournait les talons, sa mission était achevée.

« Ta bien-aimée à été délivrée sous certaines conditions. Maintenant, c'est à toi de décider si ta Parole et ton Honneur ne sont pas des illusions. Quant à moi … mon Devoir me pousse à redescendre ces marches. » La réponse de Haiken firent naître un sourire sur ses lèvres.

Il était l'un des Trois Juges désormais, non plus le petit Bourreau exécutant les ordres des autres. Il était devenu son propre maître et n'obéissait qu'à cet Ordre établit : celui des Enfers. Ne donnant plus l'opportunité au Dragon des Mers de réagir davantage, le Seigneur de Rais fit appel à son cosmos qu'il projeta vers les hauteurs. Ainsi manifestait-il sa position aux autres Spectres et qu'il était de nouveau dans la partie. Prêt à jouer un coup dangereux … Une pièce maîtresse qu'il avait longtemps gardé pour lui, se promettant de ne l'utiliser qu'en dernier recours. Il semblerait que cette heure soit arrivée. Son ancien adversaire faisait volte face, il ne tarda pas à aller le rejoindre.

Ce fut alors le visage dur qu'il se présenta à cette assemblée constituée de Marinas et d'Asgardiens. Il s'étonnait de leur présence, de la froideur qu'ils apportaient avec eux, froidure qui le projeta des années en arrière lorsqu'il avait participé au charnier en Asgard. Quelques spectres avaient teinté la neige de rouge mais pas lui, lui avait été présent pour autre chose. Une chose qui l'avait amené à rencontrer l'ancienne prêtresse d'Asgard et ramener à la vie l'une des leurs … La douce et précieuse Callan devenue malgré elle l'hôte de Perséphone et qu'il avait juré de protéger en devenant son Gardien. Aujourd'hui il porterait ses couleurs et se placerait sous son étendard. Comme il l'avait toujours fait.

Gilles n'avait jamais caché son affiliation à la Déesse des Saisons. Et c'est en Gardien du Printemps et de l'Automne qu'il s'annonça, faisant éclater des dizaines de fleurs, une douce brise printanière chargée d'une promesse de Mort et de Renaissance. Les deux pans d'un tout, manquait l'Hiver représenté par le peuple Asgardien et l'été, symbolisé par le feu de la colère atlante. À la manière d'un gentilhomme, il s'inclina avec respect, gardant sa lame immense dans son fourreau.

Ses yeux gris-bleus, pleins d'une sagesse et d'une bienveillance non feintes, passèrent tour à tour sur chaque personne. Il reconnut Eren à qui il adressa un léger signe de tête.

« Salutations, marinas, asgardiens … je me présente, je suis Gilles de Montmorency de Laval-Rais, Juge du Garuda et Gardien de sa majesté Perséphone. Mais passons outre ces palabres inutiles, je devine que j'ai en face de moi l'instigateur de cette … invasion. Le fameux Jack O'Bannon ! Je dois dire que vous avez dans vos rangs des guerriers pleins d'honneur et de droiture, j'ai peine à croire que leur chef soit … si tempétueux … »

D'un large geste de la main, il engloba toute la scène qui s'étendait derrière lui, ainsi que la rage que l'on pouvait percevoir dans les nuées. Il eut un regard pour le Dragon des Mers, le seul marina qu'il estimait pour l'instant.

« Aussi je me présente à vous désarmé » Il fit disparaître d'un claquement de doigts sa lame qui réapparut aux pieds du vieux forban. « Pour tenter de mieux comprendre. J'ai offert à votre Général ici présent mon laisser-passer pour rejoindre celle que l'on détenait et l'accompagnait même pour qu'il ne rencontre aucune gêne en chemin. Mais il semblerait que nous soyons arrivés à un accord et que votre fille est désormais en sécurité. Alors … j'aimerai comprendre pourquoi vous vous obstinez dans une lutte qui ne vous concerne plus ? Je peux comprendre votre colère au sujet de votre fille, j'avais avisé mon homologue de la Wyvern de ne pas se laisser aller à de telles extrémités mais le coeur à ses raisons … pour le reste et comme je n'ai pas eu l'honneur de converser avec vous, me voilà tout ouï. Que veulent les atlantes au juste ? J'aimerai l'entendre, sans ambages. Je ne suis pas de ces hommes à verser inutilement le sang. Cette terre nous l'avons gagné, j'estime que c'étaient aux Saints de discuter des termes d'un accord, non pas à vous de porter les armes au nom de … quoi ? Que recherchez vous Jack O'Bannon ?  Oh et une dernière chose : je n'aurais jamais permit que votre fille soit exécutée, j'avais pris quelques mesures dans ce sens … »

Gilles de Rais sorti d'entre les replis de sa cape son Livre des Psaumes qu'il fit s'animer rapidement d'une drôle d'énergie. Haiken avait déjà été témoin de ce tour-ci. Une symbole étrange se dessina sur sa paume. Ailleurs, le même processus s'opérait sur le dos de la main de la fille O'Bannon. S'il le désirait, il pouvait la faire revenir à lui. Au lieu de cela il brisa son sortilège.

Il marqua une courte pause, s'intéressant aux Ases.

« Quant à vous, me voilà bien surprit d'une telle alliance ! Quoique légitime : je me souviens de la défaite que vous avez dû essuyer contre nos forces. Mais je ne pensais pas que vous alliez vous contenter des restes tels des charognards. Je vous pensais plus valeureux et vaillants que ça. Surtout après notre échange durant la précédente guerre, Eren. Je n'oublie d'ailleurs pas votre proposition … Mes pairs se sont risqués dans le jeu des alliances et s'y sont cassés les dents. C'est à mon tour de m'y essayer. Peut-être aurais-je plus de chance ? Mais sachez une chose, je suis en bien des points, différents du Griffon et de la Wyvern : je suis vieux de plusieurs siècles et je suis resté assez … figé dans le temps d'une Guerre qui a duré Cent Ans. »


Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Sam 5 Sep - 15:37

Jack s'esclaffa un instant. Non pas qu'il trouvait la scène cocasse mais bon, pour une fois, il faisait confiance. Il remercia Magnus pour lui donner un peu de joie. Quand l'autre revint comme une fleur. Haiken était égal à lui même, il ne voyait que le présent et ne comprenait rien au passé ni au futur, non, il ne voulait que son bon plaisir et aux diables les raisons sous-jacentes de ses actions ici mêmes. Il fit alors face à Haiken avec une colère froide, pour une fois, il allait dire ce qu'il pensait à cet imbécile et à lui ensuite d'en assumer les conséquences ! Il ne perdait pas de vue le Juge qu'il laissa parlé avant de retourner les yeux vers le Général.

- Tu te crois où ? Tu discutes tranquillement avec un Juge maintenant ? Bah rejoins les alors... Puis, prenant un silence extrêmement menaçant. Mais non, tu ne retrouveras pas ma fille ! Elle sera envoyée sous peu dans un endroit connue que de moi pour vivre dans la tranquillité qui est la sienne, et, crois moi pour une fois, selon ce que je pense savoir d'elle, elle n'apprécierait pas du tout ton attitude de sale gosse ! Mais pars... Lui tendant la main vers la sortie. Mais une fois que tu seras parti d'ici tu ne seras plus un Général, plus un membre de notre Peuple, c'est la volonté de Poséidon et tu connais son sens de la rancune. Donc, tu n'auras plus rien, ni ton père, ni ma fille, tu pourras t'enfermer tout seul dans le Triangle des bermudes que tu aimes tant ! Je te préviendrai qu'une fois ! Satine est déjà en taule, vous ferez la paire pour jouer un rami ...

Puis, passant à côté d'Haiken, il se dirigea sans dire un mot de plus vers Gilles de Rais.

- Enchanté Juge. Je suis heureux de vous connaître en ces instants assez dramatiques. Je vais vous apprendre une chose essentielle à savoir sur moi et sur ceux qui me sont fidèles, nous ne sommes pas plus amis avec les Saints que les Ases, non, nous sommes les dépositaires de l'équilibre de ce Monde. Si un jour les Spectres attaquaient de nouveau le peuple d'Asgard en surnombre, on interviendrait pour les aider ! Si un jour les Spectres étaient attaqués par les Saints et les Ases, on serait à vos côtés, ni plus ni moins... Puis se grattant le menton par habitude, il se rendit compte qu'il n'avait pas de barbe, quel con. Pour être clair, j'ai envoyé y'a de ça un mois l'un de mes Généraux pour vous demander gentiment de rendre cette Terre qui n'était pas la vôtre, rien à battre que vous ayez vaincu les Saints c'est pas mon histoire, je dis juste que les conneries ca suffit ! Et eu lieu de ça... Au lieu d'envoyer un homme d'honneur tel que vous pour discuter de la vision des Marinas, de savoir pourquoi on intervenait... Vous êtes restés à glander pour construire de belles statues.... Puis, fixant le Juge. Pour finir, pas parce que les Saints se bougent pas leur cul que je vais regardé cela se passer sans jamais intervenir. Mal me connaître !

Il n'avait rien contre ce Juge à bien y réfléchir. L'ayant croisé lors de la dernière Guerre Sainte, il était un homme d'honneur et l'apparition des armes de la Balance ne cessait de l'inquiéter de plus en plus. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Pséma avait-il décidé d'avancer ses pions ? Fort probable mais il n'avait pas les moyens d'en savoir plus pour l'instant. Il allait ordonné à Minato de le défendre si jamais le Juge l'attaquait mais il se ravisa brusquement comme son propre Dieu pouvait le faire lors de tempêtes trop fortes. Si Haiken était encore là, il pouvait entendre distinctement ses propres mots.

- Vous les avez senti n'est ce pas Juge ? L'armure de la Balance a refait son apparition ? Pséma est donc de nouveau en mouvement d'une manière ou d'une autre... Vous êtes blessé... Allez voir ce qu'il se passe Juge ! Prenez cet imbécile avant que Poséidon ne mette ses menaces à exécution contre lui. Cette guerre a aussi un objectif secret qui est en train de se dévoiler... Pséma profite de cette guerre pour agir, c'est ce que j'attendais... Mais je dois donner laisser le voile de mensonge de cette guerre pour le tromper, alors allez y ! Puis se retournant vers Haiken pour la dernière fois. Tu penses que je combattais uniquement les Spectres pour l'équilibre, tu ne cesses de dire que je manipule mon Monde mais je t'ai fait une promesse, et ça tu sais que je ne la retire jamais... Donc, tu peux te retirer mais tu t'en mordras les doigts pour toujours...

Putain, je pensais pas le prévenir deux fois. Bon, c'était fait ! Si jamais le Juge avait la moindre action agressive, quelques geste de la main commandait à Minato de s'occuper de lui sans attendre. Il fit aussi signe à Eren qu'il était temps d'y aller et ptet que si le Juge le suivait... Ptet que le plan du Vieux brigand se passerait comme convenu, mais pour une fois, il avait révélé à tout le monde sa seconde motivation dans cette guerre. Ces deux là avaient le choix mais Jack ne comptait pas s'arrêter, il fallait gagner du temps, encore un peu de temps...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Sam 5 Sep - 22:24

    Avant que Jack ne me réponde, le Capitaine Marin qui combattait un peu plus tôt dans le Temple gorgé de gaz empoisonné se présenta au rapport, affaiblis mais victorieux. Bien que sa nature non-humaine ait éveillé de prime abord ma méfiance, ce soldat avait fait ses preuves, sur les mêmes lieux où je l'avais rencontré quelques mois plus tôt. Ce fut en s'adressant à Melodias que le Prêtre de Poséidon répondit en partie à mes interrogations. Ann avait été libérée, mais Mary se retrouvait aux arrêts. Je ne pouvais qu'imaginer ce qu'il s'était passé dans les temples supérieurs, mais aucune des éventualités que j’envisageais n'était favorables. Aussi mal vu et manipulateur que soit Jack, je savais qu'une tel décision avait dû le déchirer. C'était donc cela, ce voile sombre sur ces traits que même sa jeunesse retrouvée n'avait pu cacher à mon regard.

    Mon inquiétude fut cependant bien vite balayée par de plus pressantes affaires. S'adressant directement à moi, mon ami m'éclaira sur l'énergie cosmique que j'avais ressenti un peu plus tôt. L'armure de la Balance? Celle qui était depuis bien longtemps en possession de nos ennemis? Il était donc temps de passer aux choses sérieuses... Il nous faudrait être réactif, pour espérer ferrer le gros poisson que nous appâtions. Les sacrifices que Jack avait concédé jusqu'ici prendraient enfin leur sens. Les dernières paroles qu'il prononça cependant ne furent pas pour me plaire. Nos véritables ennemis s'étaient fait passer pour moi? Son mon masque, mes traits se durcirent. Avant même que Jack me fasse signe de m'approcher, je sortais déjà de l'ombre pour m'avancer vers lui.

      « Attends, Jack. Que veux-tu dire par là? Qui a pris mon identité, et quel rapport cela a-t-il avec les Saints? »

    Les implications pouvaient être funestes. Si nos ennemis commençaient à user librement de nos identités pour mettre à mal nos relations déjà fragiles avec les autres puissances, quel chance avait notre plan? Devais-je m'attendre à de l'hostilité de la part de Saints? Et surtout... Comment savaient-ils? Pséma m'avait-il reconnu il y a plusieurs mois, lorsque j'avais tenté de l'atteindre? Quelles informations avaient-ils sur moi, pour pouvoir ainsi m'imiter? Et comment les avaient-ils obtenues? Mais la véritable source de l'anxiété qui pouvais se deviner sur mon visage à demi-visible sous la visière de mon casque, c'était Mashia. Elle avait dû rejoindre Jamir... Avaient-ils tenté de l'atteindre à travers mon apparence?

    Pour mon plus grand désarroi, Jack ne pu m'apporter de plus amples explications. Trois personnes venaient de rejoindre notre position, en provenance du Temple du Bélier. Me tenant prêt à intervenir, je détendit cependant ma garde en voyant les tenues que portaient les nouveaux venus. De pas leurs salutations et leurs tenues bien trop chaudes pour la région, je devinais qu'il s'agissait des renforts venus d'Asgard que Jack avait approché au cours de ces derniers mois.
    Je n'avais pas d'informations sur eux, en dehors de ce que le Prêtre de Poséidon m'avait communiqué, mais je fus surpris de reconnaître parmi eux le visage d'un homme figurant dans une de mes listes... Magnus, ancien général du Kraken, à présent GodWarrior d'Asgard. Jack avait insisté pour s'occuper de son cas, avant de faire disparaître des listes des déserteurs recherchés quelque temps plus tard... Et bien j'en connaissais la raison, à présent. Lorsqu'il s'adressa à Jack sur un ton moqueur en faisant indirectement référence à moi, je me sentis obligé d'intervenir en faveur du Prêtre.

      « Peut-être n'as-tu tout simplement pas été jugé suffisamment dangereux pour mériter ma lame, Magnus du Kraken. »

    Pour le reste, je m'effaçai pour laisser mon maître et ami accueillir nos "alliés" et les informer de la situation actuelle. D'une minute à l'autre, en ajoutant la force des Ases à celle des Saints qui devaient progresser dans les domaines suivants, les Spectres qui se terraient plus haut dans le Sanctuaire allaient avoir une mauvaise surprise.
    Gardant l’œil ouvert autour de nous alors que la conversation se poursuivait, je fus le premier à voir le Général du Dragon des Mers s'avancer vers nous en descendant les escaliers menant au Temple des Gémeaux... Et il n'était pas seul. Derrière lui, une silhouette imposante se tenait, porteuse d'un surplis des plus dangereux. M'avançant, main posée sur la garde de mon sabre, je me tins prêt à attaquer au moindre mouvement suspect. C'était un Juge des Enfers, un des trois généraux du Sombre Monarque. Lui et Haiken semblaient avoir croisé le fer, mais être parvenus à une sorte de trêve...

    Mon "collègue" recommença alors avec le petit manège puéril consistant à dénigrer Jack et se moquer de toute acte et décision qu'il entreprenait. Derrière mon faciès impassible, l'envie de lui faire regretter son comportement irresponsable ne manquait pas. Il accusait le Prêtre de Poséidon d'avoir abandonné Ann aux Spectres? Il se moquait des plans de Jack tout en se fichant de tous les enjeux? Il voulait quitter le champ de bataille en abandonnant toutes les troupes et ses frères d'armes? Haiken se rendait-il compte lui-même du sens de ses paroles?
    Je n'étais pas sans ignorer les différences d'opinion qui existaient entre le Grand Prêtre et son premier Général, mais de ce que j'en voyais, le Dragon des Mers ne faisaient que dénigrer les propos de Jack par principe, sans chercher un seul instant à chercher à comprendre ou à se mettre à la place de cet homme qui suivait ses convictions depuis plusieurs vies d'homme sans faillir.

    Le Spectre se présenta ensuite sous le nom de Gilles de Rais. Il s'agissait de l'homme que j'avais aperçus de loin lors de la dernière Guerre Sainte. J'eu un mouvement protecteur envers Jack lorsque le Juge fit disparaître son épée, mais ce geste se voulait être une preuve de bonne volonté... Quoi qu'un peu trop poussée à mon gout. S'il pouvait faire tomber sa lame aux pieds de notre Prêtre d'un claquement de doigts, ne pouvait-il pas également l'abattre aussi simplement sur son crâne? Il fallait se méfier des pouvoirs de ces êtres ramenés d'entre les morts...
    Gilles de Rais voulait connaitre les raisons qui poussaient Jack à continuer son assaut maintenant que sa fille était libre, et questionnait également l'engagement des Ases. Une manœuvre pour déstabiliser les forces qui prenaient d'assaut le domaine tout juste conquis par les Spectres? Surement. C'était en tous cas à cela que ça ressemblait. Il voulait gagner du temps, nous désolidariser les uns des autres... Mais à ce jeu-là, je savais que notre Prêtre ne se laisserait guère dépasser. Il semblait cependant déjà avoir matière à entretenir la discorde grâce à Haiken, qui étalait le manque de cohésion au sein de nos forces devant nos alliés comme nos ennemis sans se dire un seul instant que cela pouvait se retourner contre nous. Laissant à Jack le soin de gérer le cas du Juge du Garuda, je m'avançai vers le Général du Dragon des mers pour me placer à son niveau et poser une main lourde de reproches sur son épaule.

      « Haiken, retiens ta langue. Tu n'as aucune idée de l'ampleur de tout ce qui se trame en ce moment. Et les ignorants n'ont pas voix au chapitre. Pour l'heure, tu dois rentrer dans le rang et accomplir ton devoir. »

    Ces quelques mots soufflés à voix basse laissèrent quelque peu échapper mon humeur exaspérée. Ce n'était pas l'heure de montrer nos divisions, encore moins de nous éparpiller à la veille d'événements qui risquaient de s'avérer décisifs pour l'avenir de ce monde. Il était temps que Haiken se reprenne en main et cesse d'entretenir le conflit au sein même de nos forces. Je n'eu cependant pas le temps d'approfondir la question avec le Dragon des mers, puisque Jack lui-même décida de régler la question en sortant directement l'artillerie lourde. Ce n'était pas son genre d'user de la menace contre ses propres hommes, mais l'urgence de la situation l'imposait. Restait à espérer que le Gardien du Pacifique Nord saurait faire le bon choix... Laissant à Jack tout le loisir d'en terminer avec Haiken et de s'expliquer avec le Juge, je me retirai derrière lui, en retrait, prêt à réagir au moindre signe de mon supérieur. Celui-ci choisit cependant de révéler une partie de notre véritable plan à notre ennemi plutôt que de profiter de la situation pour le mettre hors d'état de nuire. Avait-il trouvé une place pour le Garuda dans ses plans? Si c'était le cas, peut-être faudrait-il en faire part aux Ases, car je voyais déjà l’œil unique de leur leader s'illuminer d'un éclat de violence.
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 8 Sep - 1:21

« Suffit de demander. »

Ladite épée jaillit du dos du géant, non sans aide de sa part. Sa masse formidable s'abattit sur le sol du temple avec un fracas de tous les diables, fissurant ce qu'il supposait être la nouvelle décoration. Et si c'était d'origine... Bah, tant pis. C'était moche de toute façon. Jack savait comment lui parler, on ne pouvait le nier. Eren était moins heureux de savoir que les Saints étaient déjà à l'œuvre, mais il aurait dû s'y attendre : après tout, c'était leur Sanctuaire.
La moindre des choses était d'espérer qu'ils se sortent les doigts du cul quand viendrait le moment de le regagner. S'il n'en eut pas l'air, il enregistra le détail de toutes les informations recueillies par les Marinas. S'il pouvait sembler insouciant parfois, Zeta Prime n'en était pas moins un fameux chef de guerre ; c'était sous le feu des canons qu'il brillait de tout son éclat. La question de Magnus placarda l'ombre d'un rire cruel sur son visage.

« Un plan ? On y va et on les écrase. Pas besoin de plus pour quelques rats. »

Non que le Sanctuaire n'ait pas l'habitude d'abriter des vermines. Pour le reste, son oeil s'attarda sur l'assassin. Son échange de politesses avec Gamma ne l'intéressait pas ; mémoriser sa présence, son odeur, en revanche, pouvait s'avérer salvateur. Jack et lui avaient plus en commun qu'il ne voulait bien le croire, mais ils tombaient au moins d'accord sur un point : ils ne seraient pas toujours du même côté. D'autant moins s'il continuait de trainer avec les laquais d'Athéna... Il suivit le fil du discours un moment, jusqu'à ce qu'il lui file entre les doigts. C'est bien les vieux ça, à causer toute la journée. Il a peut-être plus sa gueule de pruneau mais y'a des trucs qui changent pas...

« Assez de blabla, on parlera plus tard. Le sang n'attend pas. »

Le passage du Dragon des Mers ne suscita chez lui pas une once d'intérêt. Tout au plus en retint-il qu'il y avait de l'orage dans l'air aussi chez les Marinas. Au moins y'a pas que moi. L'arrivée du Juge, en revanche, capta son regard immédiatement - et la hargne qui allait avec. Sa lame crissa sur la pierre, avant qu'il ne daigne la soulever pour la ramener sur son épaule. Il n'aurait pu le reconnaître à l'armure (toutes la même merde) mais son visage peu commun lui rappela qui avait été son prédécesseur. Et à ce titre, la reconnaissance qu'il lui devait pour l'avoir remis sous terre. Ça ne le sauverait pas quand l'heure viendrait, mais en attendant il méritait bien quelques mots échangés... Bien que cela ne saurait durer.

« Je n'ai pas souvenir d'une défaite, à moins que vous considériez comme telle d'avoir laissé brûler deux-trois chaumières. » Il cracha sur le dallage de pierre. « La valeur et la vaillance n'ont jamais nourri leur homme. Et moi, ma guerre se trouve en avant. C'est après le Griffon que j'en ai. Laisse-nous passer et on ne te touchera pas. Dans le cas contraire... » Penchant la tête vers leur adversaire, il le désigna du bras. « Magnus. »

Citation :
Excusez la brièveté du post, mais vu qu'on est beaucoup je préfère faire lapidaire.
Revenir en haut Aller en bas
Magnus


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 192

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 8 Sep - 1:24

Le Général des Lyumnades le fit bien rire et de bon cœur cette fois-ci. Il avait très bien répondu et même s’il fut surpris d’entendre le titre « Magnus du Kraken », il fit mine de ne pas réagir. Si Eren en savait un peu plus sur son passif depuis leur altercation au palais du Valhalla, il ne tenait pas à ce que plus de détails s’ébruitent. Qui plus est, Shuu ne savait rien, lui et tant mieux. Enfin, Magnus accepta la remarque de l’assassin avec un sourire taquin.

Au moins, tu as entendu parler de moi.

La véritable ironie était que Minato ne le jugeait pas suffisamment dangereux alors qu’il avait été celui qui avait massacré tout le Sénat atlante il y a quelques mois ne laissant que Jack vivant tout en plaçant Mary à la tête du Sanctuaire Sous-marin.

A son tour, Haiken entra dans le temple. Aussi étrange cela pouvait-il paraître, les deux avaient été Marinas à la même période et pourtant, ce n’est qu’il y a quelques mois qu’ils purent se rencontrer. D’un geste de la tête, Magnus le salua avant de comprendre que la raison pour laquelle il était au Sanctuaire était pour récupérer Ann. Elle avait à nouveau été capturée.

Décidément, si je ne m’en occupe pas, Ann finit toujours enlevée par n’importe qui. Fais attention à tes enfants Jack. N’oublie pas que c’est à cause d’eux si tu as eu une dette envers moi.

Magnus laissa Haiken et Jack débattre. Après tout, c’était leur problème et même du temps où Phecda fut marina, l’inimitié entre les deux étaient connus de tous. De plus, ce genre d’affaire était interne à leur camp et que Magnus soit l’intermédiaire entre ces empoissonnés et les Ases ou non, il n’en avait strictement rien à faire tant que ça ne l’affectait pas directement. Toutefois, il gardait dans un précieux coin de son esprit toutes les paroles qui pouvaient être prononcées, des fois qu’elles puissent être utiles un jour.

En observant la scène, le Guerrier félon se rendit compte de la supériorité de leur nouvelle alliance. Il restait bien peu de Spectres pour protéger les différentes Maisons du Zodiaque et avec les perles de combattants qui venaient d’arriver, Magnus aurait presque crié victoire tout de suite s’il n’avait pas été habitué aux renversements de situation, c’est pourquoi il ne préféra pas s’avancer. Après tout, ils n’avaient sûrement pas gagné la Guerre Sainte pour rien ; ils avaient toujours au moins un dieu avec eux puisqu’il avait rencontré Phantasos qu’il se ferait un plaisir de tuer aussitôt que leur chemin se recroiseront.

Le Serpent passa sa main dans ses cheveux sanguins alors que le premier Spectre se présenta à la suite du Dragon des Mers. Le visage de Magnus se crispa pour un air bien plus austère. Ses traits se durcirent comme s’il venait de voir un cadavre quoi que ce fut le cas et que cela n’ait su l’atteindre le moins du monde. Il reconnut très facilement le Surplis du Garuda. Il avait donc affaire à un juge. Sachant que Minos était toujours en vie et que Jack présentait Arbhaal de la Wyvern comme sa proie, le trio était donc au complet.

Les bras croisés et le corps ballant d’ennui, il écouta les paroles de Gilles de Rais, Juge du Garuda. Finalement, il se rendit compte qu’aucune parole de ce noble chevalier n’avait d’importance. N’abandonnant pas pour autant son allure nonchalante, il tourna les yeux seulement vers Eren qui l’appelait.

J’ai compris , soupira-t-il las, avant de décroiser les bras. Il se redressa finalement avant d’épousseter sa lourde cape et sa God Robe, plus par réflexe que besoin. Enfin, il se tourna vers Gilles de Rais, les Ases se contentent de peu. Regardez donc, nous sommes les protecteurs du plus minable bout de terre du coin. Contrairement à ceux derrière moi, nous sommes là pour des raisons bien plus personnelles. On ne se moque pas de nous impunément. On nous a proposé de verser le sang de votre espèce et nous voici. La différence, c’est qu’on a bien fait attention à ce que vous soyez présent lorsque nous allions attaquer. Après tout, il est inutile de détruire votre demeure sans personne pour la protéger, non ? Mais trêve de parole, nous sommes rancuniers, il est vrai mais vous m’avez l’air bien brave, Juge. Je vous propose de simplement rebrousser chemin et d’écouter ce que Jack vous propose sans quoi, je serai votre adversaire. Je ne pense pas que mon patron, là derrière ait comme projet de vous abattre. Du moins pas lui personnellement.
Citation :
Magnus défie Gilles de Rais
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 8 Sep - 19:34



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Bravoure




Il avait devant lui un homme bien singulier, dont les idéaux suscitaient intérêt et amusement chez un Gilles de Rais confiant. Sûr de lui, de son statut, de ce qu'il représentait en ce bas monde, le Juge du Garuda hocha la tête en signe d'accord, non sans tenter de dissimuler l'éclat nouveau dans ses yeux gris-bleus autrefois si pleins de tristesse et de mélancolie. Il avait déposé son arme au sol mais les jeunes gens avaient sembleraient-ils tout oublié du temps jadis et des codes d'un Monde obscur et oublié que l'on nommait Moyen-Âge. Chevalier il était resté, dans son cœur et dans son âme quand bien même il avait de nouvelles attributions au sein des Enfers.

« J'entends votre discours Seigneur O'Bannon, j’œuvre moi aussi pour un certain Ordre établi. Dommage que les jeunes cœurs n'entendent plus rien à la notion de Chevalerie. L'arme à vos pieds est un symbole, pas un subterfuge. Je ne lèverais la main sur personne. Cette voix qui aurait dû porter la diplomatie, aurait dû être la mienne. N'en déplaise à mes pairs, seulement, et je le dévoile à vous sans ambages, j'ai bien souvent outrepassé mes droits : en tuant Aiakos, mon prédécesseur, et en libérant une jeune Asgardienne des geôles spectrales après la dernière guerre. Vous comprendrez que le Juge à dû essuyer un Jugement. »

Il rythma la fin de sa phrase d'un petit rire chantant. Il tourna sa tête vers Eren qui eut pour lui des propos qui auraient dû faire naître de la colère ou du mépris. Ce prétendu assaut, Gilles l'avait observé de loin, agacé par la virulence et la soif de sang de ses semblables. D'ailleurs, il s'en était détourné bien vite pour se focaliser sur sa propre mission.

« J'en avais cure à l'époque, j'y étais, mais cette démonstration grotesque ne m'intéressait pas. À la place je me suis permis – encore – d'aider la douce Callan, ancienne prêtresse ase, de revenir à la vie. J'ai payé un prix élevé pour cela, et votre … actuelle prêtresse ? M'a récompensé d'une bien belle manière. »

Pour prouver ses propos, le Spectre de la Vaillance retira le gant qui enveloppait sa main gauche, révélant une main étrange, presque mécanique, artificielle, composée d'une sorte de métal noir comme l’obsidienne. Il avait payé un lourd tribut en offrant l'une de ses mains – la forte – et en tant que bretteur, sa force s'en était sur le coup retrouver diminuée. Grandement. Son autre main extirpa des ombres de sa cape noire, une pierre opalescente, mais taillée assez grossièrement. Un symbole était visible et reconnaissable pour tout Asgardien. Ce glyphe disait : « Maison ». Il porta la pierre à ses lèvres, susurrant quelques prières en latin. Rapidement l'objet s'embrasa pour frôler de sa puissance, froide et brute, à l'image du peuple du Nord, les féroces guerriers ases.

Aucunes douleurs ressenties, rien, juste une impression apaisante qui se gravait peu à peu dans leurs esprits. On lui avait fait un bien beau cadeau, une belle récompense …

« Oui, je suis brave, guerrier. Et je n'ai aussi qu'une parole, sachez-le. J'espère avoir toute votre attention pour ouvrir, si cela est possible, quelques négociations entre les grandes têtes de nos Dieux respectifs. Seigneur O'Bannon ? Seigneur Eren ? Qu'en dites vous ? Je veux bien offrir une ultime opportunité de régler cette guerre dans l'honneur. Surtout si Pséma est encore sur le point de nous leurrer. Cet homme est notre ennemi véritable et je ne serai pas surpris d'apprendre que des espions aient infiltré nos rangs. J'enverrai quelques uns de mes hommes pour enquêter sur place, pourquoi ne pas en faire de même, Ases, Marinas ? »

Si toutefois ce n'était pas trop tard.

Défi de Magnus annulé grâce au glyphe [Joker. Maintenant, aucuns ases ne peut défier le porteur de cette pierre. Validé auprès du STAFF

Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 8 Sep - 23:11

La population de la Demeure du Taureau venait brusquement d'augmenter. En effet, après les ombres marinas venaient de se montrer les guerriers du nord. Melodias en profita pour noter que l'homme-loup auquel il avait remis la missive pour Eren, Yül de son prénom, n'avait pas trahi à sa parole. Les Asgardiens avaient beau dire, même en n'étant pas alliés de longue date, une telle entente pouvait laisser présager du bon pour l'avenir.

Chacun y alla de son petit commentaire, qui pour demander le sang, qui pour justifier des raisons personnelles de se battre. Au fond cela n'avait pas vraiment d'importance tant qu'ils restaient du même côté.

Jack, après de brèves félicitations, informa le maître-djinn que sa maîtresse venait d'être mise aux fers pour trahison, qu'il était désormais la seule Voix de Poséidon à laquelle il devait obéir. Melodias resta interdit à cette affirmation. N'avait-il toujours pas compris que son allégeance à Satine allait bien au-delà des considérations de rang de chacun ?

C'est alors que survint un spectre, et pas n'importe lequel puisqu'il s'agissait, à l'entendre, d'un Juge d'Hadès. Une cible de premier choix pour laquelle les guerriers présents montrèrent le plus grand intérêt. Pour sa part le capitaine se releva simplement et observa l'échange. En tant que bretteur il comprenait la symbolique de l'épée au sol, le sens des paroles du spectre, pourtant il n'avait pas le droit d'agir à sa guise. Certes Satine n'était plus présente au Sanctuaire mais la guerre continuait, et dans ce contexte Llyr lui avait fait savoir qu'il demeurait de prime autorité sur les autres. Melodias se tourna alors vers lui en ignorant les belligérants impatients.

"Quels sont les ordres, seigneur ?"
Revenir en haut Aller en bas
Haiken


Général
Général
avatar

Messages : 1746
Armure : Dragon des Mers

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
190/190  (190/190)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 9 Sep - 22:15

Ainsi, non seulement il n'avait pas bougé le petit doigt pour sauver sa fille, mais il emprisonnait également celle qu'il l'avait libéré! À croire que ses nouveaux pouvoirs l'avait rendu encore plus arrogant qu'auparavant! Haiken n'avait qu'une envie, lui coller une droite pour le ramener à la réalité, mais, il savait que cela ne mènerait à rien, à part une autre combat avec Jack! Et à quoi bon?

- Pfff! Quel minable tu fais Jack! Oser dire que tu protèges ta fille alors que sans l'intervention de Satine elle serait morte! Tu peux tenter de la cacher, mais je la retrouverai! Tu peux me croire sur parole!

Jack n'était pas assez naïf et inconscient pour tenter d'arrêter Haiken. Mais, il n'était pas du genre à faire les choses à moitié. Il avait probablement une idée derrière la tête, mais le Dragon des Mers allait prendre le risque malgré tout! Qui plus est, maintenant que Jack lui disait clairement que s'il quittait le Sanctuaire dès à présent, Haiken ne serait plus considéré comme un Général! Le rêve de sa vie! Mais, il avait le sentiment que ça ne se résumerait pas qu'à ça! Confirmer par les dires du Prêtre quand au destin réservé à sa fille!

- Tu crois me faire peur pour si peu! Tu crois que me menacer avec la prison me fera reculer ou ramper à tes pieds. J'ai été enfermé trop longtemps dans une prison bien plus horrible que celle que tu me proposes! Au moins, à l'inverse de toi, je n'ai pas et n'abandonnerait pas tes filles! Tu ne veux plus de moi comme Général, qu'importe, je ne te reconnais pas en tant que leader!

Cela scellait probablement la rupture entre les deux hommes. Ils n'avaient jamais vraiment été sur la même longueur d'onde, même s'ils étaient aussi têtus l'un que l'autre, probablement le seul point qui les rapprochait.

Le Général des Lyumnades tentait, vainement, de rappeler le Dragon des Mers à ses obligations, mais, c'était une tentative qui était voué à échouer. Haiken n'était pas réputé pour écouter les raisonnements de qui que ce soit, peu de gens avaient de l'influence sur lui!

- La ramène pas Minato! T'as pas à me donner des leçons de moral! Jack préfère les larbins obéissants, mais ça fait pas mon genre! - Il se tourna vers Jack, afin de lui laisser un dernier mots - Finalement, t'es pas si différent que mon paternel! On laisse tomber la famille pour ses objectifs! Pitoyable!

Les deux hommes étaient à présent dos à dos, chacun avançant dans une direction différente. Haiken ne se retourna pas une dernière fois. Pour lui, l'aventure se terminait ici! Rien d'autre ne le retenait. Il avait mal cependant, de ne pas savoir où se trouvait Ann, et il ne pouvait croire naïvement aux paroles de Jack quant à sa sécurité. Mais il n'y pouvait rien pour le moment. Mais il la retrouverait, il en était certain!

Arrow Île de Circée
Revenir en haut Aller en bas
Eren


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 3475
Armure : GodRobe de Zeta Prime.

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
207/207  (207/207)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 10 Sep - 4:34

Quand Magnus s'avança, l'improbable se produisit. Eren plissa les yeux - du moins le seul qu'il avait d'ouvert - pour n'avoir pas à affronter ce rayonnement. Cela ne l'empêcha pas d'entendre la bête au fond de lui frapper contre les barreaux de sa cage. Même sans pouvoir sentir la cosmo-énergie, que ce sceau portât la signature d'Odin ne faisait pas l'ombre d'un doute. Il étouffa un juron, réprimant à grande peine ses pulsions sauvages. Aussi jacasseur que ses compères, le Juge s'en expliqua sans qu'il ait eu besoin de demander. L'actuelle prêtresse n'ayant à sa connaissance pas de relations avec les Spectres si ce n'est sa gueule de déterrée, il devait en référer à la précédente. Remarque, ce serait une raison de plus de la couler au fond du lac.

« Jack, vire-moi ce gros lourd de là. »

S'il espérait attirer sa sympathie en sortant cet atout de sa manche, Gilles de Rais avait commis une grave erreur. Non que ce soit sa faute : comment aurait-il pu soupçonner qu'Odin avait une passion pour inviter ses ennemis à sa table ? Néanmoins, ses élans de rage devaient pour l'heure passer sous silence. Garde ça pour plus tard, s'intima-t-il à lui-même. On lâche pas les fauves pendant le spectacle des saltimbanques. Si dur que ce soit, il réussit à se calmer, mais ôter de son visage toute animosité était trop en demander.

Il la joue comme ça, et il parle d'honneur. S'il n'avait été à peu près sûr que cela se changerait en grimace, un aboi de rire lui aurait échappé. Aussi honorable que les corbeaux après la bataille et les vers sur les cadavres. Il devait bien falloir ça pour trahir un Juge et prendre sa place... Qu'il soit encore en vie après un tel acte montrait bien les normes morales en vigueur dans les rangs d'Hadès. Sa lame retomba en même temps que la lumière, le laissant pour le moins sur les nerfs. À nouveau il cracha, un filet de sang cette fois - seul moyen qu'il ait trouvé pour se calmer. C'est pas toi que je boufferai en premier.

« Tiens-toi parmi les cendres d'un billion d'âmes mortes et demande aux fantômes si l'honneur importe. »

Si ce Spectre continuait dans cette voie, même le mérite d'avoir éliminé Aiakos - pourtant service rendu à Asgard ! - serait prompt à s'étioler... Il venait peut-être d'un lointain passé mais Eren lui connaissait l'avenir... Et il n'était pas beau à voir. Pour cela et pour le reste, il devait l'empêcher d'arriver... Et c'était par là que cela commençait. Il voulait être un allié ? Fort bien, Zeta Prime le considérerait comme tel... C'était une proie en moins à abattre sur le chemin. Profitant de ce que l'on n'y prête pas attention (c'est pas faute de l'avoir bien montrée), Eren glissa sa lame entre les dalles du temple... D'un coup sec, l'une d'entre elles se désolidarisa, libérant un nuage de plâtre. Bien entendu, il n'en resta pas là et expédia le pavé à la tête du Garuda. Quand celui-ci recouvrerait la vue, il le trouverait déjà bien loin... Libre à ses hommes d'emprunter ou non le même chemin.

« La chope tient toujours... » lança-t-il en s'éloignant trop vite pour être rattrapé. « Mais j'te garantis pas que je te noierai pas dedans la prochaine fois. »

Citation :
Gilles étant considéré comme un allié, il n'est donc logiquement plus un ennemi et me libère la voie. Direction Cancer !
Revenir en haut Aller en bas
Shuu


Guerrier Runique
Guerrier Runique
avatar

Messages : 57
Armure : Bärenhaft, l'Ours Enragé

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
165/165  (165/165)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 10 Sep - 17:15

Pendant tout ce temps à discuter de femmes et de retrouvailles, Shuu était resté dans son coin, muet, et croisant les bras montrant son impatience. Mais il n'était encore rien, il devait se contenter d'obéir aux ordres, attendre qu'on lui dise : vas-y, tue-le ! Parmi tous les locuteurs, beaucoup émettaient un cosmos presque aussi grand que celui de Magnus, la seule "référence" que l'Ours connaissait, pour le moment. Un seul était particulier, celui du dénommé "Jack", qui avait quelque chose de peu naturel en lui, presque divin. Ases, Marinas et Saints réunis dans une maison du Sanctuaire contrôlé par des spectres, c'était une situation assez cocasse.
Les seules informations "intéressantes", étaient celles concernant Magnus : était-il autrefois un Marinas, à en juger par le lien maître-élève présent entre lui et le dénommé Jack ? Décidément, on acceptait vraiment n'importe qui pour porter une godrobe. Soit. Il fallait à présent faire avec un nouveau participant : à en juger par l'odeur, il répandait la mort autour de lui : un spectre.

"En voilà un..."


Il attendit un signal pour se ruer sur le nouvel arrivant, mais le signal n'arriva jamais. Ou plutôt, il ne fut pas choisi. Les pourparlers entre ce Gilles et Jack l'ennuyaient atrocement : l'heure était au combat, pas aux faux-serments et aux promesses creuses ! Mais c'était vaine perdue : à peine Magnus désigné comme adversaire, voilà que le spectre se montra couard. Quelle déception !
Finalement, le signal du "on-se-bouge" arriva enfin ! Comme si ses membres s'étaient transformés en pierre à force d'attendre et d'écouter des sottises, Shuu suivit Eren lorsqu'il entendit le fracas d'une pierre.

"Moi qui pensais que traverser les douze maisons aurait été plus compliqué..."


Citation :
Direction : maison du Cancer

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple du Taureau-