RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
Bienvenue sur Saints Of The Past !

Venez rejoindre la communauté des Chevaliers du XVIIIème siècle, à l'époque de Shion et Dohko, incarnez votre propre personnage, choisissez votre Armure et participez à l'histoire de l'ancienne Guerre Sainte !

Veuillez vous connecter ou vous inscrire


RPG Saint Seiya : Saints Of The Past
 

Partagez | 
 

 [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Magnus


Guerrier Divin
Guerrier Divin
avatar

Messages : 192

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Ven 11 Sep - 0:12

À peine le Juge eut-il sorti cette pierre que Magnus recula d’un pas, de peur de le voir sortir une arme ou un arcane quelconque. Pourtant, il ne ravança pas d’avantage en voyant de quoi il s’agissait vraiment. Bien au contraire, la mine de Magnus fut surprise, ses sourcils froncés. Le Serpent était un maître dans l’art des runes et des glyphes. Loin d’être un expert quant aux techniques scandinaves –il avait après tout reçu son entraînement de la part de Jack, un Marina, il utilisait donc les runes pour combattre. C’est pourquoi toute la symbolique de cette pierre se répercuta sur lui. Il ne manquait plus que ça. Même cet idiot d’Odin se mettait de leur côté. Le cosmos du Père-de-Toutes-Choses émanait de cette gemme comme il le faisait de l’œil droit d’Eren. Pourtant, celui-ci était moins brut, il n’y avait là aucune intention belliqueuse. C’était « Maison ». Devant le dieu d’Asgard, le Juge du Garuda était un allié. Si cet artefact aurait pu changer la donne, Gilles de Rais avait eu la malchance de tomber sur les deux God Warrior dont la foi était la plus discutable.

Jamais ces deux –là ne pourraient s’entendre. Ils parlaient des langues bien trop différentes : bravoure, honneur, chevalerie. Ils étaient bien trop opposés. Gilles de Rais aurait mieux fait de trouver sa place auprès des Saints. Au moins, il y aurait trouvé des alliés. Toutefois, la situation arrangeait Gamma. Tant mieux, il pourrait avancer tranquillement vers sa proie.

Si tu crois que l’on va te remercier d’avoir tué Aiakos, c’est que tu t’es lourdement trompé à notre sujet. Tu nous a juste enlevé une épine du pied avant que nous ne nous en chargions ; Callan, connais pas ; quant à cette Asine que tu as libéré… encore une fois, j’aurais bien voulu te remercier, l’ennuie c’est que c’est à peine si je connais les noms de mes confrères, son regard d’émeraude se posa alors vers Eren. Pour ta parole… Si tu n’en as qu’une, j’espère voir un jour si tu survis ou non. Ca me semble déjà difficile avec plusieurs alors une, je n’ose imaginer les ennuis dans lesquels tu t’enfonces, Juge.

Magnus observa son général. Il avait bien compris ses intentions. Si celles-ci pouvaient paraître obscures la plupart du temps, sur le champ de bataille, elles étaient claires comme de l’eau de roche, de quoi arranger Jörmungand. Un rictus sibyllin étira ses joues.

Je ne suis ni Jack, ni Eren. Je leur laisse donc le soin de s’occuper de tes soucis.

À peine eut-il fini sa phrase que Zeta Prime s’exécuta. Décidemment, s’il s’attendait la manière, l’art de le faire était totalement différent. Magnus se réjouissait de voir avoir le temps qu’il n’avait véritablement aucun honneur. Tant mieux. Le Serpent était sûr d’avoir déjà fait partie de ces billions d’âmes mortes et il pouvait le confirmer, depuis jamais l’honneur ne lui avait importé. Profitant de la diversion de son chef, il suivit sans hésitation et fuit à travers le temple, vers les marches.
Citation :
Vers la Maison des Gémeaux
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 15 Sep - 3:00

Alors que j'écoutais la réaction du Juge, je me demandais s'il était de bonne Foi ou non... Je devais avouer que d'apprendre qu'il avait tué son prédecesseur et violer la hiérarchie de son propre Ordre me surprenait venant de ce type d'hommes... Pensif, je l'observais quand je sentis un souffle glacial et venimeux dans le dos ! Magnus ne perdait pas de temps et dans un certain silence, je le laissais agir car j'avais promis aux Ases une chose et je n'allais pas remettre en cause ma parole pour un homme qui avait tué l'un des siens. Quand, soudain, un souffle polaire s'échappa du cosmos du Juge pour s'abattre dans tout le Temple. Surpris, ah putain de perde, ouais, je l'étais et les Ases de même. J'avais l'impression qu'ils étaient comme paralyser par Gilles et je ne comprenais pas pourquoi les Elus d'Odin avaient donné une telle chose à un Spectre. Eren, avec le sourire narquois qu'il pouvait avoir quand il se rendait compte d'une opportunité, ne se fit pas prier pour avancer alors que j'allais devant le Juge.

J'allais intervenir quand Mélodias se mit à mes côtés. Je lui fis signe que le temps était venu d'avancer quand Haiken se retourna pour m'invectiver comme une pucelle qu'on venait déflorer. Blasé, ouais, c'était le mot que je recherchais dans ma caboche pour exprimer tout ce que j'entendais de sa part. Il ne me considérait pas comme un leader, il s'estimait donc en dehors des lois de Poséidon et bien soit, qu'il en soit ainsi. Dans un sourire énigmatique, je me retournais pour faire face de nouveau au Capitaine. D'un signe de la tête je lui disais de ne pas s'alarmer, les Spectres risquaient d'être surpris de ce que le vieux Forban avait prévu depuis le début ! Enfin ! Oui Enfin ! Haiken faisait ce qui était prévu, donc pas de raison de s'alarmer plus que de raisons après tout...

- Juge... Je n'ai rien contre vous et ai exprimé devant vous ma position. Je serai ravi de vous voir avec nous mais ce que vous me dites, le sang de l'ancien Juge que vous portez sur vos mains, me porte à croire que je ne peux vous faire une confiance totale. Je ne sais que dire, que penser à votre endroit... Je connais votre histoire, enfin celle que les Humanités ont bien voulu nous faire parvenir... Si vous avez été un preux chevalier au service de la noble Dame de Domrémy, vous avez été aussi un homme épris des noirceurs de l'âme et de la honte ! Si vous combattez Pséma, attendez nous ici, nous aurons besoin de votre force, si cette parcelle de lumière brille encore en vous... Et pour cela, pour vérifier que vous avez le don du sacrifice de celle que vous avez aimé, je veux savoir si vous préférez le bûcher de vos vanités de Juge à la mission sacrée que les Dieux nous ont donné pour vaincre Pséma et sa clique... Puis, froidement. Si vous êtes encore l'ombre de la fin de votre vie, ma propre ombre s'occupera de vous mettre à terre ! Minato ! Je te demande de nous prouver à tous que Gilles de Rais est resté un homme d'honneur ! s'il accepte ton défi, il nous aura menti comme il a menti à sa noble Dame en n'allant pas la chercher à Rouen... S'il refuse, je comprendrai alors qu'il s'est repenti de sa noirceur et comprends mon dessein dans cette guerre actuellement...

Le jeu en valait la chandelle, les combats explosaient déjà dans les temples plus loin et inutile d'être devin pour comprendre que les Ases qui étaient passés quelques minutes plutôt avaient atteint leurs cibles ! Gilles était une clé aussi surprenante que nécessaire dans mes plans, je comprenais que le Juge serait en position peu flatteuse pour les siens mais l'était-il déjà ? Il était clair que non après tout selon ses dires... Mais j'avais besoin de le tester, savoir s'il saurait comprendre les "Précieuses Ridicules" qui se jouaient ici même pour Pséma et toute sa clique !

J'aimais jouer sur la corde raide mais là, c'était risqué ! Je tenais le bras de Mélodias pour lui dire de se reposer et de surveiller que son ancien ennemi ne revienne pas d'entre les morts... et de toute façon, s'il revenait celui là, je comptais bien décharger toute mon adrénaline sur sa gueule !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Alexandre


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 140
Armure : surplis du basilic

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 16 Sep - 18:45

précédent: combat contre Mélodias

La défaite, ça craignait! Il était resté au sol pendant ce qui avait du être plusieurs heure à se vider de son sang et à sentir ses forces l'abandonner lentement. Chose étrange, Mélodias ne l'avait pas achevé. Peut être ne l'avait il pas jugé nécessaire. Ou alors il avait voulu le laisser souffrir dans son agonie. Ou alors il s'agissait d'une question d'honneur qui interdisait de s'en prendre à un ennemi au sol. Difficile à savoir. A un moment, il avait eu l'impression de se retrouver dans un grande salle face à un trône, avec un être assis sur un trône dont il ne pouvait distinguer clairement les traits, dissimulé derrière un grand voile tendu à travers la pièce, qui le regardait d'un air sévère et lui ordonnait silencieusement de repartir. Sans doute une simple illusion, l'important étant qu'il n'était au final pas mort. Il se massait la gorge, encore douloureuse malgré que la plaie ait déjà cicatrisée. Il y'avait pas mal de mondes sur les lieux. Gilles, le juge du Garuda, qui avait survécu à son combat à l'évidence. Mélodias, toujours présent, que le spectre fixa d'un air à la fois colérique et gêné. Deux autres dont il ignorait l'identité, deux marinas à l'évidence, dont l'un paraissait être le dirigeant des armées ennemis de par ses paroles et son attitude. Plusieurs combats étaient engagés dans le temple du cancer, tout les spectres combattaient, mais l'ennemi avait encore de la réserve. Il jeta un dernier regard de regret en direction des combats qu'il ne pouvait pas rejoindre, et s'intercala silencieusement aux côtés du juge.

hp: 0+50=50
cosmos: 29+53=82
PA: 20+13=33
cosmos: 1+13=14
Revenir en haut Aller en bas
Minato


Général
Général
avatar

Messages : 82
Armure : Scale des Lyumnades

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 17 Sep - 1:36

    Il y avait de vieilles blessures que rien ne pouvaient guérir, et des rancunes qu'aucun mot ne parvenait à effacer. C'était là le genre de situation dans laquelle Haiken et Jack semblaient être embourbés jusqu'au cou. De ce que j'en voyais, ni l'un ni l'autre ne prenait plus la peine de chercher à comprendre l'autre. Chacun campait sur ses positions sans faire l'effort de chercher une alternative ou un compromis. Qui pourrait les en blâmer? Nous étions après tout au beau milieu d'un bataille. Ils ne pouvaient que remettre à plus tard le règlements de leurs désaccords... Si seulement ils avaient pu éviter de les étaler devant un tel public, cela aurait été parfait. Ases et Spectres étaient déjà témoins de ce spectacle ridicule. Fallait-il également communiquer aux Saints que nous étions en proie à de violentes luttes intestines, afin que tous soient sur un pied d'égalité? Le Sanctuaire Sous-Marin sortait à peine d'une Guerre Civile. De nouvelles querelles internes était tout ce dont nous n'avions pas besoin.

    Haiken rejeta ma demande et mes conseils, m'accusant indirectement d'être pour Jack un simple chien bien obéissant. Le Dragon des Mers était dominé par ses désirs et ses émotions, des choses que l'on ne pouvait se permettre de laisser hors de contrôle à un rang comme le sien. Le raisonner était inutile, et Jack devait le savoir aussi. Avec un claquement de langue pour marquer mon exaspération, je retournai mon visage masqué vers le Prêtre de Poséidon pour lui adresser un regard que mon vieil ami saurait deviner comme étant réprobateur. Jack savait quel était le caractère de son "beau-fils", et pourtant il se refusait de prendre des mesures appropriées pour gérer ses sautes d'humeur. Ou bien était-il incapable de lire aussi clairement que chez les autres les comportements de ses proches et sa famille? Connaissant le passif du vieux loup de mer, il était probable qu'il s'agisse là d'une faiblesse qu'il ne pouvait pas se pardonner...

    Après le départ du Dragon des Mers, la discussion dégénéra alors que le Juge du Garuda s'obstinait à vouloir parlementer avec nos forces. Comme je m'y attendais, les Ases ne semblèrent pas être affectés par son discours sur l'honneur. Visiblement, ils étaient là pour se venger des vies prises il y a plusieurs mois par les Spectres lors de leur assaut sur les terres du Nord. "Gilles de Rais" semblait cependant insister à se poser comme un ami d'Asgard, allant jusqu'à user d'une sorte de rune protectrice d'origine nordique qu'il tenait soi-disant de la Prêtresse d'Odin. Ce Juge était décidément plein de ressources. S'il avait encore d'autres surprises de ce genre dans sa manche, le forcer à libérer le passage risquait de s'avérer plus ardu que prévu.
    Il faisait miroiter la possibilité d'une alliance contre Pséma pour demander la fin des hostilités, mais pouvait-on réellement lui faire confiance? J'étais le premier à souhaiter la chute du Bélier Noir et de ses alliés, mais ce n'était pas au prix de m'allier avec un mal plus ancien et mauvais encore. Les morts ne devaient pas être autorisés à fouler la terre des vivants plus longtemps. Je savais que Jack ne pouvait se permettre d'ignorer cette possibilité, pour le bien d'Atlantis, mais pour ma part il était hors de question de combattre aux côtés de ces morts-vivants.

    Les Ases, incapable d'affronter de front le Spectres, décidèrent de passer leur chemin sans écouter d'avantage ce qu'il avait à dire. La forme laissait à désirer, mais dans le fonds c'était assurément la bonne solution. Alors que les combats se poursuivaient surement dans les temples suivant, nous ne pouvions nous permettre de laisser nos renforts être retardés par un unique diplomate. Il ne restait plus à présent que moi-même, Melodias et Jack pour parlementer avec le Juge du Garuda. Enfin, pas tout à fait. J'oubliais de compter dans le lot les cadavres qui se trouvaient dans le Temple du Taureau. Et bien que la possibilité m'ait effleuré l'esprit, je fut surpris de voir l'un d'entre eux se relever. Le Spectre abattu par Melodias venait de revenir à la vie. Ou bien la Maitre-Djinn avait-il été plus clément que ce qu'il ne l'avait laissé prétendre? Tout de même en mauvais état, le jeune homme au regard étrange vint se porter aux côtés de son supérieur.

    La situation risquait de se compliquer si d'avantage de soldats infernaux revenaient à la vie de manière semblable. Jack semblait mesurer la situation et prit finalement une décision adéquate au vue du manque de temps dont nous souffrions : incapables de tergiverser d'avantage pour établir ou non la bonne foi du Juge, il nous fallait éprouver son honnêteté à travers ses actes. L'ordre fut donné par le Prêtre de Poséidon, et je réagis immédiatement en répondant à son injonction.

      « Reprenez votre épée, Juge. Il semblerait que l'heure soit venue pour nous de croiser le fer. A moins que vous ne soyez vrai à votre parole? »

    M'avançant entre Jack et les Spectres, je détachai mon sabre de ma ceinture pour le tenir, rengainé, dans ma main gauche. Alors que ma Cosmo-énergie augmentait, je me mis en position, prêt à dégainer si jamais le Juge ou son sous-fifre décidait d'avoir une parole ou un geste malheureux. Bien que hostile à tout accord passé avec ces revenants, je demeurais lié par mon serment à Jack O'Bannon, et devrais me plier à toute décision qu'il adopterait. Intérieurement, cependant, je ne pouvais qu'espérer que ces deux êtres décident de prendre les armes contre nous, afin de laisser la lame de Totsuka les trancher et les réduire au silence à jamais.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aenor


Indépendant
avatar

Messages : 488
Armure : Aucune

Feuille de Personnage :
HP:
142/150  (142/150)
CS:
157/190  (157/190)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Dim 20 Sep - 12:05



Gilles de Rais



Le Bourreau devenu Juge



Le temps jadis




Gilles de Rais accusa le verbe de ses différents interlocuteurs sans broncher, allant même jusqu'à esquisser un sourire tout ce qu'il y a de plus sincère. Ces paroles ne l'affectaient pas, encore moins le dédain et le mépris dont certains faisaient preuve face à sa volonté de se dresser, seul ? Contre l'absurdité. Cette bière, assurément il irait la réclamer. D'ailleurs cette perspective le réjouissait d'une certaine façon : n'allait-il pas revenir sur les terres de la douce Callan ? Peut-être même obtiendrait-il des informations à son sujet. Depuis trop longtemps la voilà perdu Hadès sait où sans donner le moindre signe de vie. Depuis lors son cœur s'était fané, printemps et été l'avaient déserté en même temps qu'il eut constaté son absence.

Interdit pour de bien trop longues minutes, le Garuda écouta d'une oreille distraite, le discours de Jack O'Bannon. Ces sourcils se froncèrent au milieu de son front, y creusant une ride profonde.

Le vieux forban connaissait son histoire et il ne savait pas bien si cela était une bonne ou une mauvaise chose. Quoiqu'il en soit l'ancien Maréchal de France observa une attitude plus détachée, comme piqué au vif. Le souvenir de sa précieuse amie lui était toujours aussi pénible. Le Prêtre avait fait mouche, semblerait-il. Son regard d'un gris-bleu profond se fit plus mélancolique, plus trouble aussi, comme si les ombres du passé se regroupaient pour que la noirceur éclate.

« N'évoquez pas le temps jadis, Seigneur O'Bannon, vous n'étiez pas là pour le vivre, pour la voir brûler au nom de quoi ? D'un tissu de mensonges ! Comme ici ! La situation n'est pas si différente, en fin de compte. Je refuse tout défi, mais je me refuse aussi à ne pas mener à bien ma mission. Je vous escorterai jusqu'au Seigneur Minos du Griffon et … » Son ton était égal mais sifflant d'une colère mal contenue, rage vibrante qui s'évanouit tout aussi rapidement en voyant arriver Alexandre à ses côtés. Revenu d'entre les morts, il reprenait sa place à ses côtés sans mot dire. La honte était-elle si grande, si insupportable ? Il posa une main gigantesque mais un rien douce au travers de l'épaule du Spectre. « Vous revoici, je suis fort aise de vous revoir, Alexandre. Reposez-vous, vous vous êtes battu vaillamment. »

D'un mouvement de l'épaule il fit claquer sa cape au vent, ouvrant ainsi la voie aux autres. Sa lame regagna son fourreau d'une pensée, comme il rengaina cette sourde contrariété dans un recoin de son esprit. Cet homme était mort et quand bien même il côtoyait de plus épaisses ténèbres, il ne les craignait plus, il était le seul maître.

Un Juge des Enfers, et il se conduirait comme tel.

« La chute de Pséma est imminente, j'y veillerai personnellement. Occupons nous de mettre un terme à cette supercherie ! » gronda t-il tout en continuant sa progression.

=> Gilles refuse le défi et pars aux Gémeaux

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 30 Sep - 0:31

Il avait écouté tout cela avec attention et ne fit aucune remarque aux possibles belligérants. Son attention se portait sur le Spectre en train de le dévisager... Lentement, comme s'il en avait marre d'être de côté depuis quelques temps, il s'approcha du Spectre du Basilic, huma l'air empoisonné et posa sa main droite à son menton pour se le gratter comme par habitude. Sensiblement, il sentait que sa mauvaise humeur avait besoin de se défouler.

- Tu tombes bien connard ! Bon, je te donne deux choix, soit tu t'agenouille devant moi et baise mon pied, soit tu vas prendre une soufflante !

Mauvaise humeur O'Bannon activée. C'était pas qu'il lui en voulait plus particulièrement, mais au fonds de lui, il ne tenait pas à laisser tout le boulot aux sous-fifres autour de lui... Il ressentait au loin les explosions de cosmos de son ancien disciple et sentait qu'il y allait à fond manifestement et sans compter cela, on pouvait se dire que Eren avait rejoint Kappa vu les vagues de cosmos qui se répandaient dans le coin. Jack regardait autour de lui et chuchotait à ses Marinas de rester en position, c'était pas la peine actuellement la peine de dégarnir les troupes. Puis, toisant le Spectre.

- Tu es toujours là... Ah oui, pas eut le temps de te laisser de répondre où alors je t'ai pas entendu ! Sache que j'ai rien contre toi mais je te fais une fleur, en me combattant, tu peux m'affaiblir pour aider tes potes, tu auras qu'une seule chance de me montrer que tu as quelques couilles !

Il était vrai qu'il abusait à mort. Le Basilic avait combattu avec courage après tout mais Mélodias avait besoin de repos quelques temps encore, Minato avait un rôle à jouer dans les minutes à venir. Il donnait donc le choix au jeune homme de tenter sa chance, il avait le grand manitou de ses ennemis en face de lui... Avec un sourire carnassier, il attendait sa réponse en sachant qu'il s'en irait comme les autres... Il avait bien vaincu ce cher Oneiros en quelques secondes mais il connaissait pas ce Spectre, il avait de la ressource pour se relever après un combat contre l'un des siens. Il avait donc temporairement l'attention du Grand prêtre de Poséidon.

Jack a écrit:
HRP : Jack défie Alexandre. Petit post désolé mais on m'a dit de répondre x), désolé pour l'attente, j'attendais un post donc autant pour moi pour avoir pas compris Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 30 Sep - 19:14

Un brin d'intimidation et beaucoup de vulgarité, voilà quel était le lot des marinas aujourd'hui. A l'évidence le Juge du Garuda et le général du Dragon des mers avaient réussi à s'entendre le temps d'un combat, raison pour laquelle le premier fut brusquement désigné comme cible de l'assassin Minato et le second qualifié de traître et remercié. Le moins qu'on pouvait dire c'est que le patron était plutôt en colère et qu'il savait le montrer. Pour autant cela n'augmentait pas leurs chances de reprendre le Sanctuaire, au contraire même. En diminuant les effectifs, malgré l'aide des Saints et des Asgardiens, Jack jouait un pari risqué.

Le temple se vida peu à peu de tous ses mâles en rut décidés à montrer qui avait la plus grosse -et après cela on osait lui dire que l'endroit ne servait pas de bordel hors saison, vous y croyez vous ?- quand le Basilic se releva. Melodias ne montra aucun signe d'hostilité à son égard, même s'il songea que quelques minutes supplémentaires de répit auparavant auraient pu lui permettre de l'achever dans les règles de l'art pour éviter ce genre de retour en course impromptu. Tant pis, et cela venait à point nommé en fait puisque la Voix de Poséidon lui sauta presque à la gorge, désireux de se défouler après tous ces retournements de situation.

Le djinn pour sa part, profitant de la pluie qui tombait toujours drue sur leurs épaules, finissait de se remettre grâce à l'aide précieuse d'Ondine. Ses blessures refermées, il pouvait de nouveau servir son maître en l'absence de Satine. Et les ordres sans équivoques disaient d'attendre et de garder l'entrée du temple. Melodias avança donc de façon à avoir tous les présents de la demeure taurine dans son dos, et tout éventuel intrus descendant des hauteurs devant lui. Là, il dégaina son épée, lame pointée sur le sol, et ne bougea pas plus qu'il avait été statue.

Récupérations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 140
Armure : surplis du basilic

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 1 Oct - 19:16

Apparemment, il tombait dans une discussion au sujet assez sensible entre Gilles et o'bannon, vu le ton sur lequel le Garuda répliqua. Il ne savait pas de quoi il retournait, mais cela devait avoir eut lieu dans un passé assez lointain. Les spectres étant des sortes de morts vivants, cela n'était pas surprenant. Le juge se tourna vers lui et posa la main sur son épaule, lui disant de se reposer et qu'il avait vaillamment combattu. Le spectre se contenta de baisser les yeux sans répondre. Il était vrai qu'il avait un peu honte d'avoir perdu ainsi. En tout ca sil ne saisissait pas grand chose du dialogue. Qui était ce Pséma? Si il s'agissait d'un ennemi commun, pourquoi ne s'alliaient t'ils pas plutôt que de se massacrer joyeusement? Ce n'était pas que les massacres le dérangeaient, mais qu'ils soient vides de sens était dérangeant. Jack le fit revenir à la réalité alors que Gilles avait quitté les lieux. Aux paroles qui fusèrent, il envisagea un instant d'arracher le pied du type qui l'importunait mais il y renonça. Il n'avait même pas eut le temps de répondre que déjà l'autre enchainait. Il se trouvait vraiment face au grand général ennemi? Mince alors, c'est vrai que c'était une sacrée opportunité. Et il plaignait légèrement les marinas pour la grande gueule qui les dirigeait. Il voulait jouer à ça?

Non mais sérieusement vous me prenez pour le dernier des imbéciles là? Vivre sous les eaux doit vraiment avoir rempli d'algues votre cerveau. Vous croyez vraiment que je vais vous combattre alors que je n'ai même pas pu battre votre sous fifre? Cela dit, c'est pas l'envie qui me manque. Là, actuellement, j'ai très envie de vous arracher la gorge, avec les dents si nécessaire. Sauf que je sais que mes supérieurs y seraient opposés pour le moment et que ca ne servirait à rien de vous affaiblir pour le moment. Remarque j'apprécie l'offre, au moins ça montre que vous n'êtes pas tout à fait le planqué que j'imaginais. Pas mal.

Il se tourna vers Mélodias, lui adressant un regard furieux.

Quand à toi espèce de connard, ne crois pas que je t'oublie. Un jour, que ce soit dans cette guerre ou plus tard on se recroisera, et là je te battrais.

Il invoqua alors son brouillard empoisonné afin d'aveugler les trois marinas présents, en profitant pour emprunter le chemin du temple des gémeaux.

Citation :
Défi refusé!

hp: 100
cs: 135
PA: 40
PP: 24


prochain: temple des gémeaux
Revenir en haut Aller en bas
Jack


Général
Général
avatar

Messages : 573
Armure : Scale de Polyphème

Feuille de Personnage :
HP:
150/150  (150/150)
CS:
170/170  (170/170)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mar 6 Oct - 11:13

Le mec s'était barré sans demander son reste, un peu sur ma faim, je me dirigeais vers le temple du Bélier en regardant Mélodias et Minato. Ils devaient tenir le temps que Eren et Kappa terminent Himmel d'une manière ou d'une autre, il sentait que le premier combattait mais qui ? Comment ? Le pourquoi, il en avait la réponse de toute façon. Dans un sens, les choses devenaient de plus en plus difficiles et les Spectres résistaient mieux que prévus mais, malgré son envie de plus en plus pressante, il ne pouvait en découdre personnellement au risque de faire tomber son propre camps dans cette bataille.

- Melodias, Minato, vous restez ici et vous tenez. Nos ennemis vont tenté une percée à un moment et inutile de vous dire que vous devez vous préparer au pire. Ces satanés Spectres contrôlent la mort après tout, on ne peut en dire de même pour nous. Mélodias, tu ne manques pas de courage pour être franc, si un jour tu veux rediscuter des termes du contrat, ce sera avec plaisir...

Je me retirais donc. Mon coeur se serrait soudainement, quelque chose de froid venait de le transpercer et mon intuition me disait que les choses n'allaient que faire empirer. Personne ne pouvait savoir que les choses venaient de prendre une tournure encore pire que prévue, comment savoir que le Monde courrait à sa perte après tout... Il n'était pas devin ! Il prit le chemin du temple suivant pour éviter de poser plus de problèmes, manifestement, les combats continuaient et je me demandais pourquoi les Saints avaient envoyé une équipe aussi réduite pour leur territoire... Et cette ombre qui avait tenté de manipuler Mélodias à Jamir, bien des questions se posaient et notamment sur Minato en personne.

- Mélodias, méfies toi de Minato. Je n'ai pas la complète assurance que ce n'est pas notre ennemi qui en a pris l'apparence. Donc prends garde ! J'espère me tromper mais n'étant pas sûr...

Un chant inaudible quittait mes lèvres pour atteindre l'esprit de Mélodias. Je préférais le prévenir avant de retourner en arrière, je n'avais aucune assurance après tout de la situation à son endroit, autant faire attention et de ne pas rester entre ses griffes si la situation empirait brusquement.

Arrow Bélier



Revenir en haut Aller en bas
http://www.saints-of-thepast.com/t7309-jack-o-bannon-grand-pretr
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 7 Oct - 13:17

Sans surprise le spectre du Basilic s'était débiné. Manque de courage ou preuve de sagesse, il démontra sa compréhension de la situation par A + B, glorifiant au passage Melodias du merveilleux titre de sous-fifre -et, en vérité, c'était le terme le plus approprié bien qu'il ne fût pas agréable à entendre- puis se retira à la suite de son supérieur de Juge, non sans un dernier commentaire à son attention.

"Connard ? Que signifie ce terme ?"

Il haussa les épaules et se concentra sur les cosmos plus haut dans le Sanctuaire. Si les combats avaient bel et bien éclaté dans la Demeure du Cancer, deux temples plus haut, le djinn se demandait ce qui pouvait bien se passer dans celle des Gémeaux. Depuis un bon moment déjà la militaire de Chrysaor, le blondinet des Saint et le rouquin mal élevé s'étaient rendus là-bas, et on n'y percevait pourtant aucune trace d'affrontement notable. A moins qu'ils n'aient décidé de jouer la partie aux cartes.

Constatant lui aussi l'évolution que prenaient les choses, le Grand Prêtre décida de se replier plus bas. Évidemment en tant que représentant terrestre d'une divinité, le perdre reviendrait presque à perdre l'appui de leur dieu, et cela n'était pas concevable. Cependant, et c'était là tout le drame de la chose, Jack annonça de but en blanc qu'il était prêt à reconsidérer sa position dans l'Ordre, et en prime par un stratagème s'approchant de la télépathie, que Minato présent à côté d'eux était possiblement un traître lui aussi, celui qui l'avait empêché de délivrer son message à Jamir.

Stupéfait tant par la première nouvelle que la seconde, Melodias resta coi un moment et le regarda partir par la grande porte. En résumé il se retrouvait seul avec un homme pas totalement digne de confiance, avec une horde de spectres pouvant accourir à tout moment, surtout que deux étoiles saintes s'étaient retrouvées entre la vie et la mort tout là-haut. Il devait tenir le passage, surveiller ses avants et ses flancs, résister à la puissance adverse, et l'armée d'Atlantis traînait en route à l'entrée du Sanctuaire, probablement occupée à massacrer des guerriers-squelettes qui revenaient sans arrêt à la vie.
Et comment qu'il ferait renégocier le "contrat" après cela ! Une fois la malédiction de Llyr levée, il se ferait un plaisir de quitter l'armée et d'aller courir un peu le monde, une activité un peu moins intense en émotions mais tout aussi enrichissante.

En attendant, il fallait donner l'illusion du nombre et de la puissance. Aussi, rappela à lui ses trois djinns principaux. Sylphe vint se poser sur son épaule et mimant les disputes auxquelles il avait assistées. Ondine se plaça bien en évidence dans cour éventrée à ciel ouvert du temple, apparition intimidante parée d'or et de dignité. Dryade resta plantée à l'endroit où elle s'était changée en arbre, sans perdre de vigilance toutefois.

"Venez donc, choses mortes. Venez et mettons fin à cette bataille."
Revenir en haut Aller en bas
Eiso


Chevalier d'Or
Chevalier d'Or
avatar

Messages : 506
Armure : Armure d'or du Capricorne

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Athéna Athéna

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Ven 9 Oct - 9:49

Arrow Gémeaux


Dracúl descendit les marches du temple des Gémeaux vers celui du Taureau, bond par bond, ses pas étaient agiles et l'on pourrait croire qu'il n'était pas un être humain normal en faisant de tels pas se rapprochant de ceux du loup et c'était bel et bien le cas.

"Me voici au Taureau, deux cosmos et un des nôtres ..."

Le vampire avança avec précaution, le temple du chevalier d'or du Taureau ne souffrait pas de trop de dommages comparés à ceux du cancer qui n'était plus qu'un champ de ruines. Il était content que son harem de la vierge ne fut pas touché par les combats et peut-être qu'il pourrait encore en profiter un peu mais pour cela, il devait se débarrasser de ses parasites venu des eaux pour chasser les spectres d'un royaume qui ne les appartenait pas. Le vampire vit alors un marina non loin de lui qui attendait apparemment avec impatience l'arrivée des spectres et bien il allait être servi.

"Tiens, tu n'es pas avec la chair à canon qui se bat pour ton couard de chef ? C'est dommage ... Tu tombes sur moi marina ! Je suis Dracúl, spectre du vampire, de l'étoile céleste des ténèbres et tu seras mon souper de ce soir."

Le vampire dégaina son épée à nouveau, il espérait que celui ci allait lui répondre, son armure bien que ressemblante était moins impressionnante que le rouquin du temple des Gémeaux. Sans doute un guerrier de rang inférieur mais le vampire savait qu'il ne fallait pas se fier à ce genre de choses. Bref le vampire allait y aller à fond comme il l'avait toujours fait contre ses précédents adversaires.

"Les Gémeaux c'est plutôt calme là bas, un des vôtres ne fait que boire son alcool au lieu de combattre, j'ai pu ainsi passer, vous prenez ça pas vraiment au sérieux, dommage pour toi marina."

Le vampire fit monter son cosmos d'une flèche, sa cape virevoltant dans les airs, malgré quelques blessures encore visibles, il pourra donner du fil à retordre à ce marina, à condition qu'il ne dorme pas comme celui plus haut ... Dracúl était en pleine confiance en ses capacités, il s'était bien battu contre le chevalier de bronze et en fera de même contre ce marina.

"En garde !"


Citation :
Dracúl défie Melodias
Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Ven 9 Oct - 21:55

Ou bien Sylphe avait porté son message à une vitesse qui le dépassait, ou bien le hasard décidait parfois drôlement des choses... A peine avait-il prononcé son défi que le capitaine vit déjà arriver à lui un spectre, un personnage étrange dont la démarche évoquait plutôt celle d'une bête... assoiffé de sang.

L'homme eut la courtoisie de se présenter, bien que ces mots aient plus tendance à faire passer la moquerie que le respect de son adversaire. N'avait-il donc pas croisé Alexandre là-haut pour connaître le sort réservé à ceux qui défiaient l'équilibre primaire de la nature, et aussi la vaillance des djinns ? Il releva la lame de Llyr jusqu'à pointée au sol et la dressa en direction du vampire. Sous son impulsion l'arme se mit à crépiter d'éclairs et les trois djinns se rapprochèrent de leur maître, prêts à intervenir.

"J'ignore ce que vous êtes, non-humain. Votre énergie me parvient différente de celles des spectres que j'ai croisés jusqu'à maintenant. Cela ne m'empêchera pas cependant de me battre à la manière des hommes d'honneur de jadis ! Vainquez ou périssez ici même !"

Restait à espérer que Minato ne le poignarderait pas dans le dos. Ou mieux encore, que Jack se soit trompé à son sujet et qu'il se révèle un allié surpuissant capable de tenir le temple avec lui. Les soupçons du Grand Prêtre ne pouvaient que l'inciter à la prudence, mais avant tout sa cible serait le vampire, et tout buveur de sang qu'il soit, il finirait par le recracher à grandes gorgées.

"Je n'ai pas pour projet de finir en souper, quoi que cela veuille dire, aussi je vous conseille de vous préparer à avoir mal, et seule la souffrance apaisera votre faim !"

Citation :
Je relève le défi !
Revenir en haut Aller en bas
Charis


Spectre Céleste
Spectre Céleste
avatar

Messages : 550

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
180/180  (180/180)
Dieu Protecteur: Hadès Hadès

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Dim 11 Oct - 18:43

Arrow Temple des Gémeaux

On pouvait dire que la situation était quelque chaotique sur le parvis de l’ancienne demeure des Gémeaux. Des défis étaient lancés, refusés, interceptés, certains même semblaient choisir leur adversaires, il fallait dire qu’il y vait du choix. Mais le plus important, était le fait que nous pouvions descendre, avec l’espoir de recevoir du renfort. Finit la protection, on passait enfin à l’attaque, surement dû au fait que notre leader venait de prendre part au combat, alors que celui des Marinas comptant sur ses alliés avait reculé, fuyant le conflit. Maintenant que les deux généraux de possédions s’étaient lancés dans des combats, je me retrouvais libre de me diriger vers Jack O’bannon. J’aurais préféré que ce soit le Garuda qui puisse descendre, il était plus puissant que moi et en meilleur condition. Mais je n’allais pas hésiter à faire mon devoir, mais ce fut avec un regard vers lui qui je me mis en marche.

Ainsi suivant Dracul, ancien souverain d’une lointaine terre, je me dirigeais vers le responsable de cette attaque. En abordant les premières marches qui descendaient vers le Temple du Taureau, je revis le souvenir de ma rencontre avec cet homme, cette descente qui me menait vers lui, ramena mes souvenirs à la rencontre récente que j’avais eu avec lui, sur le parvis de l’ancien temple des Gémeaux. J’avais alors pensé qu’il irait défier le Griffon, au nom de Poséidon, mais la décision de sa fille semblait l’avoir perturbé, au point qu’il sembla vouloir mettre fin à cette attaque. Mais ce comportement, compréhensible et digne d’un leader honorable, n’avait été qu’un subterfuge. S’il avait reculé, ce n’était pas du fait du choix fait, mais car il savait qu’il allait recevoir des renforts et qu’il n’avait donc pas besoin de se salir les mains. Je comprenais la stratégie, mais n’appréciais que peu celle qu’il avait suivi. Pour moi, lorsqu’on se bat soit disant pour ses valeurs, pour un idéal, pour son Seigneur, on le fait face à l’ennemi et non en lui tournant le dos. Si dès le début de l’hostilité, il était resté en retrait, attendant l’arrivée des Ases qu’il avait appelé, je n’aurais pas ressenti ce dégoût envers lui. Il m’avait dit qu’il ne me considérait pas comme son ennemi, mais personnellement je le considérais comme tel, vu qu’il s’en prenait à mon Seigneur, à mes frères.

J’arrivai au Temple du Taureau, où je pouvais sentir le cosmos du Roi Vampire se dresser face à celui d’un Marina. Les blessures que j’avais subit face au Saint de Glace, m’obligèrent à prendre une pause dans ma marche. Arriver face à un ennemi, dans mon état, n’aiderait pas l’effort que tous les miens faisaient actuellement. Je savais que le temps jouait contre nous, mais la précipitation n’était pas la solution.

Arrow vers Temple du Bélier
Revenir en haut Aller en bas
Clyve


Guerrier Sacré
Guerrier Sacré
avatar

Messages : 13
Armure : Guerrier Sacré de Gungnir, la Lance d'Odin, placé sous l'étoile Kappa

Feuille de Personnage :
HP:
160/160  (160/160)
CS:
160/160  (160/160)
Dieu Protecteur: Odin Odin

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Mer 28 Oct - 16:34

*Je me demande qui a pu penser que mettre ces douze milles marches entre chaque maison pouvait être une bonne idée... J'espère que tous les gardiens de ces demeure savent se téléporter parce que sinon ils doivent avoir peu de contact avec la civilisation.*

Voilà ce qu'il pensait tout en gravissant les marches qui le séparait de la maison du Taureau. Il ressentait un affrontement dans cette demeure, mais aucun des deux cosmos ne lui était familier. Autrement dit il était encore loin de pouvoir rejoindre ses camarades. Plus qu'une dizaine de marches et il allait enfin poser le pied dans le temple zodiacale. A peine fut-il sur le parvis, qu'il ressentit une effroyable sensation. Une âme particulièrement sombre se battre là dedans. Bien sur, cela ne l'effrayait pas. Après tout il était connu pour son calme "olympien" (drôle n'est-ce pas ?).

Du même pas nonchalant avec lequel il avait franchit la maison du Bélier, il pénétra dans la maison du Taureau. Il remarqua rapidement l'homme des mers et le servant des ténèbres. Mais, il préféra continuer sa route. Après tout ce n'était pas dans ses habitudes de déranger un combat entre deux chevaliers sans raisons.

Personne d'autre ne semblait être là, alors il se dirigea vers la sortie, direction le temple suivant.

*C'est un peu facile... Je me demande si quelqu'un ne va pas me bondir dessus au moment ou je baisserai ma garde... Bon, il suffit de ne pas la baisser. D'ailleurs je ressens des cosmos plus familiers dans le temple suivant... Pressons le pas.*

Le voilà à la lisière de la maison du Taureau.
Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Jeu 12 Nov - 16:59

Arrow Combat contre Dracul

Le Sanctuaire triomphait.

Après un duel long et obstiné, principalement psychologique que véritablement destructeur, Melodias vit enfin son ennemi se retirer, non sans parler d'amour et de promesses d'histoires à conter... Ce que l'amour venait faire dans leur combat, le capitaine n'en savait rien, mais la prochaine fois qu'il aurait Dracul au bout de l'épée, il y avait fort à parier qu'il ne lui laisse pas le temps de parler. A moins qu'un ordre contraire l'en empêche.

Peu de temps plus tard, les explosions de cosmos dans les temples supérieurs cessèrent, au profit d'un affaiblissement des spectres, probablement les leaders de toute cette ardue résistance. Ceux-ci ne tardèrent plus à disparaître les uns après les autres, emportés par le sombre pouvoir du Régent des Enfers. N'eût été la reconstruction altérée de certains temples, le Sanctuaire ne portait plus de traces de présence vive d'un non-vivant. Ils venaient de remporter la bataille.

Comme pour confirmer les faits, la pluie battante finit par se calmer peu à peu, jusqu'à ce qu'un rayon de soleil baigne de sa chaleur la demeure symbolique d'Athéna. Ce fut à ce moment que le djinn se rendit compte de sa fatigue. Ondine et son affinité avec l'eau avaient depuis longtemps guéri ses blessures, mais il avait dû mobiliser son énergie en quantité pour tenir la route face au poison pervertisseur du vampire et ses rayons troublants. Un peu de repos ne serait pas de trop, en attendant l'arrivée de Jack dans les temples supérieurs. Car bien sûr le Grand Prêtre allait partir à la rencontre des chefs alliés et leur remettre les clefs de l'endroit, comme il l'avait prôné, n'est-ce pas ? Et à ce moment-là, il donnerait de nouveaux ordres à son capitaine.

En attendant, il s'écarta du passage pour aller s'appuyer contre une des rares colonnes du temple encore debout. Il s'assit en tailleur, en pose méditative avec son épée en mains, puis attendit.

Récupération de victoire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Melodias


Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 263

Feuille de Personnage :
HP:
170/170  (170/170)
CS:
120/160  (120/160)
Dieu Protecteur: Poséidon Poséidon

MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    Ven 20 Nov - 20:02

Verdict. La Voix s'en allait, sans rien dire. Le capitaine songea amèrement qu'il ne connaissait pas son meneur ni ses réactions, qu'il se battait peut-être bien à l'aveugle et sans savoir pourquoi comme l'avaient prétendu les spectres. Pourtant, ne disait-on pas que celui qui a la cause la plus juste l'emporte ? Préserver l'équilibre était donc bien une cause valable à défendre.

*Une cause plurimillénaire...*

Le djinn se leva. Sans ordres, il n'avait plus aucune raison de rester ici. Satine était partie il ne savait où encore, sans prendre la peine de lui adresser un message. Elle aurait pourtant dû savoir que ce n'était pas une injonction à la traîtrise qui arrêterait la malédiction. Elle seule pouvait le libérer de son fardeau, mais elle semblait l'éviter plus que vouloir le connaître. Il resterait donc piégé jusqu'à sa mort, sa mort qui la fuyait par bien des miracles -ou des interventions divines.
Jack, quant à lui, se retirait aussi vivement que s'il avait perdu la bataille. Et pour cause, qu'avait-il gagné ? Beaucoup remettaient en cause son statut de leader désormais, et il avait promis de rendre les lieux aux Saints. Son serment tenu, et malgré l'impatience d'être resté en arrière pour coordonner les troupes, lui non n'avait pas besoin de rester. Mais il avait tout de même perdu sa fille, un général de valeur ainsi qu'un capitaine. Coups sévères pour une petite armée telle que la leur, et pour son cœur de père affolé.

*Il faut rentrer maintenant.*

Le ciel bleu et alors dégagé du Sanctuaire fut percé d'un rayon de soleil. Melodias s'en abreuva un moment, comme ayant peur de ne plus revoir l'astre divin. Puis, un éclair zébra le ciel.

L'instant d'après, il n'était plus là.

Arrow Sancture sous-marin

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...    

Revenir en haut Aller en bas
 

[Fin Septembre 1755] Les premières lignes se dressent ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Saint Seiya : Saints Of The Past :: Théâtre des Guerres Saintes :: Zone RP :: Sanctuaire Sacré d'Athéna :: Maisons du Zodiaque :: Temple du Taureau-